Vous êtes sur la page 1sur 5

Récapitulatif du cours PR.

ALAE BABOUDI

CONTROLE DE GESTION

Le contrôle budgétaire, qui consiste à comparer les prévisions budgétaires avec


les réalisations, est la phase finale de la gestion budgétaire.

Le contrôle de gestion doit prévoir, organiser, commander, coordonner et


contrôler.

Le contrôle de gestion se définit comme l’ensemble des méthodes, normes et


outils à la disposition des dirigeants d’une organisation pour en maitriser la
conduite.

Les missions du contrôleur de gestion :

Elles comprennent principalement :

• l’élaboration des budgets


• la mise en place de la procédure de gestion et des règles opératoires
• le suivi des résultats
• le choix des indicateurs clés des tableaux de bord
• la production et la diffusion des outils de pilotage

Gestion budgétaire
La gestion budgétaire peut être définie comme étant un processus ayant pour
objet la conception des prévisions sur la base de données historiques, destinées à
être comparées avec les réalisations ce qui est de nature à permettre de dégager
des écarts.

Il y a donc trois phases dans la gestion budgétaire :


- Les prévisions des ventes ;
- La phase d’élaboration des budgets (budgétisation) ;
- La phase du contrôle budgétaire.

L’élaboration des budgets s'effectue en collaboration entre la direction, le


contrôleur de gestion et les chefs de service.

Les étapes de la gestion budgétaire :

• La prévision
Récapitulatif du cours PR.ALAE BABOUDI

• La budgétisation
• Le contrôle

Les principaux budgets : (Les budgets sont liés les uns aux autres)

- Le budget des ventes ;


- Le budget de production ;
- Le budget des approvisionnements ;
- Le budget des investissements ;
- Le budget de trésorerie ;
- Le budget des encaissements ;
- Le budget des décaissements.

L’ensemble de ces budgets, y compris le bilan et le compte de résultats


prévisionnels, représente le budget général.

Les budgets déterminants : les budgets des ventes et budget de production

Les budgets résultants : budget de distribution, budget des


approvisionnements, budget des investissements, etc.

Budget des ventes


Le budget de ventes conditionne les autres budgets : c’est de la prévision des
ventes que dépendront la production à fournir, les investissements à prévoir, les
approvisionnements à évaluer, les mouvements de trésorerie à envisager.

Il est la base de tout système budgétaire car il commande l’ensemble de


l’activité de l’entreprise. Son objet est la détermination du chiffre de vente que
l’entreprise doit réaliser pendant l’exercice à venir.

Les Techniques de base (Les méthodes statistiques de prévisions des


ventes) :

- Ajustement linéaire par la méthode des moindres carrés et corrélation :


Ils permettent de réduire l’incertitude du futur et prendre des décisions plus
pertinentes. En effet les moindres carrés doivent être utilisés uniquement lorsque
la variation du volume de la demande est très irrégulière.

-Corrélation linéaire :
Récapitulatif du cours PR.ALAE BABOUDI

Certains phénomènes peuvent avoir un lien de dépendance plus ou moins fort


entre eux. La diminution ou l’augmentation du premier entraîne
automatiquement une variation du second dans le même sens : On parle de
corrélation.

- Tendances et coefficients saisonniers :


Les coefficients saisonniers sont calculés de façon mensuelle ou trimestrielle.
Ces coefficients permettent de déterminer la saisonnalité des ventes sur l’année,
ils peuvent alors être utilisés pour des prévisions des ventes.

- Total mobile (TM) et total mobile moyen (TMM) :


La moyenne mobile donne la valeur moyenne d’une série de données. Elle est
mobile, car la série de données utilisée se déplace dans le temps. Il a pour
objectif de représenter la tendance suivie par les cours.

- Lissage exponentiel :
Dans le lissage exponentiel, la base des prévisions est constituée par les données
passées avec une importance dégressive en fonction du temps. C’est-à-dire les
observations ont un poids décroissant en fonction de leur ancienneté.

Le contrôle du budget des ventes :

• La recherche des causes de variations


• La mise en évidence des responsabilités
• La révision et la prise de décision

LA GESTION BUDGETAIRE DES


APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS

La gestion des stocks et des approvisionnements a pour objectif de définir le


programme d’approvisionnement qui permet de gérer les stocks au moindre coût
compte tenu de deux exigences contradictoires : limiter le niveau des stocks et
éviter les ruptures des stocks.

Un excès de stock génère des coûts supplémentaires et réduit la rentabilité, une


insuffisance conduit à l’insatisfaction du client ou à une rupture de l’activité.

Les politiques d’approvisionnement :


- Les consommations de matières prévues ;
- Le coût de stockage :
Récapitulatif du cours PR.ALAE BABOUDI

▪ Le coût de possession des stocks : regroupe l’ensemble des coûts générés


par le maintien des articles en stock. frais de gardiennage, d’entretien,
d’amortissement des locaux…
▪ Le coût de passation ou de lancement des commandes : englobe
l’ensemble des coûts liés à la commande d’approvisionnement ou de lancement
de la fabrication d’un lot. Ce coût comporte les charges dues à la préparation
d’une commande.

- Les conditions faites par les fournisseurs ;


- Enfin, certaines entreprises peuvent admettre une éventuelle rupture de
stock, d’autres non.

Définitions d’un stock :


Un stock est une provision de produits en instance de consommation.

Les différents types de stocks :

- Stock d’en cours : constitué des stocks intermédiaires de fabrication.


- Stock stratégique : constitué soit pour parer aux conséquences d’une rupture
des approvisionnements liée à des événements politiques
- Stock spéculatif : Il s’agit d’anticiper les fluctuations des cours des matières
premières ou les fluctuations des délais de livraison de produits stratégiques.
- Stock dormant-Stock mort : désigne les références momentanément non
consommées.
- Stock résiduel : Le stock résiduel comprend des produits constitués par les
déchets et les rebuts de fabrication.
- Stock physique : Le stock physique est l’appellation attribuée aux matières ou
composants réellement stockés.
- Stock potentiel : les références en attente de livraison.
- Stock minimum : C’est la quantité minimale que l’on doit détenir en attente
d’une prochaine livraison.
- Stock de sécurité : une catégorie de stock comprend les pièces de rechange
susceptibles d’être utilisées au cas où la pièce d’origine serait à remplacer
subitement.
Récapitulatif du cours PR.ALAE BABOUDI

- Stock d’Alerte : Il est calculé pour couvrir la consommation de produit entre


le moment où l’on constate le besoin de réapprovisionnement jusqu’à la mise à
disposition de la nouvelle livraison.

Vous aimerez peut-être aussi