Vous êtes sur la page 1sur 279

REC EMEAS Guide d’application Photovoltaïque

Center Of Expertise / Power Systems


Page 1
TITRE: N° : TAI00749F0
Guide d’application pour les centrales
photovoltaïques avec raccordement en HT Nb pages: 279

OBJECTIFS:
Décrire les solutions techniques envisagées par Schneider Electric pour les applications
photovoltaïques dont la production nécessite un raccordement au réseau HTA ou HTB. Ce document
fait référence aux normes françaises (NF / UTE) et internationales (IEC).

SOMMAIRE:

DIFFUSION :
à caractère  restreint USAGE INTERNE UNIQUEMENT

Comité de relecture initial S. Kaczor, D. Hadji, F. Ailhaud, J. Philippe, T. Questier, M. Guillot


(en plus des rédacteurs), de
tout ou partie du document :

I. Gal D.Goulielmakis J. Philippe


E0 16/6/2016 Pour
remarques

Ind Date Rédaction Vérification Approbation Etat

Publication, traduction et reproduction totales ou partielles de ce document sont rigoureusement interdites sauf autorisation écrite de nos services.
The publication, translation and reproduction, either partly or wholly of this document are not allowed without our written consent.

Schneider Electric France


Postal address / Adresse postale :
Legal information / Mentions légales
Centre 38SS2
Société par actions simplifiée au capital de 370 000 000 euros
20, avenue des Jeux Olympiques
421 106 709 rcs Nanterre – Code APE : 2712Z
38100 Grenoble Cedex 9
Siret : 421 106 709 00668
France
n° ident. TVA : FR 93 421 106 709
Tel. +33 (0)4 76 57 60 60
Siège social : 35 rue Joseph Monier
F – 92500 Rueil-Malmaison
http://www.schneider-electric.fr
EVOLUTIONS DU DOCUMENT :

Indice Auteur et date § concerné Modification


A0 D. Goulielmakis Création du document
J.Douchin
28.05.2008
B0 D. Goulielmakis Tous Emission du document
J.Douchin
21.11.2008

B1 D. Goulielmakis Tous Mise à jour suivant commentaires de la réunion de conception


J.Douchin du 28.11.2008
28.11.2008

B2 B. Gotzig Tous Rajoute chapitre « guide de choix des protections Max de I et


D. Goulielmakis Io pour une ferme solaire raccordée en HTA sur le marché
13.11.2009 France ».
Mise à jour générale du document
B3 D. Goulielmakis Tous Diffusion interne DEX
09.12.2009

C0 D. Goulielmakis Tous Diffusion PEC


19.12.2009
C1 D. Goulielmakis Tous Mise à jour après commentaires de la DOP (réunion du
18.02.2010 22.01.2010)
C2 I. Gal Tous Reprise complète pour :
F. Galvin  Prise en compte norme UTE C 15-712-1 juillet 2010
D.Goulielmakis  Prise en compte expérience cumulée
T.T. H. Pham  Ajout nouveaux chapitres

10.12.2010
D0 I. Gal Tous Version pour exécution prenant en compte les retours vis-à-
F. Galvin vis de la version C2, l’expérience cumulée et les mises à jour
D.Goulielmakis de normes.
T.T. H. Pham

7.10.2011
E0 I. Gal Tous Version pour exécution intégrant les réponses aux questions
levées depuis la version D0, l’expérience cumulée et les
16.6.2016 mises à jour de normes, produits...
Modifications en vert dans le texte

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 2 / 279
SOMMAIRE :
1 PREAMBULE ............................................................................................................................................. 10

2 DOCUMENTS DE REFERENCE ............................................................................................................. 11


2.1 NORMES ................................................................................................................................................. 11
2.1.1 Internationales .............................................................................................................................. 12
2.1.2 France ........................................................................................................................................... 14
2.1.3 Italie .............................................................................................................................................. 15
2.2 ARRETES ET DECRETS FRANCE............................................................................................................... 16
2.3 DOCUMENTS EDF .................................................................................................................................. 17
2.4 DOCUMENTS SCHNEIDER ELECTRIC ....................................................................................................... 18
2.5 GUIDES ADEME-GIMELEC ................................................................................................................... 19
2.6 AUTRES.................................................................................................................................................. 19
3 DEFINITIONS ............................................................................................................................................ 20

4 GENERALITES : FONCTIONNEMENT DES PANNEAUX ................................................................ 23


4.1 INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 23
4.2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ............................................................................................................. 23
4.3 SCHEMA EQUIVALENT ............................................................................................................................ 25
4.4 CARACTERISTIQUE IP = F(VP) ................................................................................................................ 25
4.5 INFLUENCE DU NIVEAU D’IRRADIANCE E ............................................................................................... 26
4.6 INFLUENCE DE LA TEMPERATURE........................................................................................................... 26
4.7 ASSOCIATION EN SERIE .......................................................................................................................... 27
4.8 ASSOCIATION EN PARALLELE ................................................................................................................. 27
4.9 COURBES DIVERSES ............................................................................................................................... 28
4.10 OMBRAGE (SHADDING) .......................................................................................................................... 28
4.10.1 Impact d’un ombrage .................................................................................................................... 28
4.10.2 Effet d’un ombrage selon le type de connexion des modules PV (série ou parallèle) ................... 29
4.10.2.1 Connexion des modules PV en série ..................................................................................................... 29
4.10.2.2 Connexion de chaînes en parallèle ........................................................................................................ 30
4.11 MISMATCH ............................................................................................................................................. 31
4.11.1 Documents de référence ................................................................................................................ 31
4.11.2 Définition du Mismatch ................................................................................................................. 31
4.11.3 Description de l’effet « mismatch » ............................................................................................... 32
4.11.4 Possibles causes de « mismatch » ................................................................................................. 32
4.11.5 Sensibilité à la perte de « mismatch » ........................................................................................... 33
4.11.6 Dégradation initiale de performance des panneaux ..................................................................... 33
4.11.7 Dégradation dû au vieillissement .................................................................................................. 35
5 SCHEMAS TYPES D’UNE FERME PV .................................................................................................. 36

6 SCHEMA DU CONTEXTE NORMATIF ................................................................................................ 40


6.1 MONDE .................................................................................................................................................. 40
6.2 FRANCE.................................................................................................................................................. 40
7 PERFORMANCE GLOBALE DE L’INSTALLATION ......................................................................... 41
7.1 DEFINITION : RATIO DE PERFORMANCE / PERFORMANCE RATIO ............................................................ 41
7.2 LOGICIEL DE SIMULATION PVSYST ........................................................................................................ 43
7.3 LOGICIEL HOMER ................................................................................................................................ 43
7.4 RAYONNEMENT SOLAIRE ....................................................................................................................... 43
7.4.1 Coefficient ALBEDO ..................................................................................................................... 44
7.4.2 Inclinaison des modules (Plane tilt) .............................................................................................. 44
7.4.3 Azimuth.......................................................................................................................................... 45
7.5 PERTES PROPRES A UNE INSTALLATION PV ............................................................................................ 45
7.5.1 Perte due à la disparité de puissance des modules PV ................................................................. 45
7.5.1.1 Qualité des modules................................................................................................................................... 45
7.5.1.2 Mismatch ................................................................................................................................................... 45
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 3 / 279
7.5.2 Perte de rendement à faible irradiance ......................................................................................... 46
7.5.3 Perte par réflexion ........................................................................................................................ 46
7.5.4 Perte de rendement liée à la variation spectrale ........................................................................... 46
7.5.5 Perte de rendement liée à salissures ............................................................................................. 47
7.5.6 Perte de rendement en fonction de la température........................................................................ 47
7.5.7 Pertes liées aux ombrages ............................................................................................................. 48
7.5.7.1 Ombrages lointains .................................................................................................................................... 48
7.5.7.2 Ombrage proche (near shading) ................................................................................................................. 48
7.5.8 Dégradation des performances ..................................................................................................... 49
7.5.9 Pertes liées au rendement de l’onduleur ....................................................................................... 50
7.5.9.1 Rendement de l’onduleur........................................................................................................................... 50
7.5.9.2 Efficacité du suivi MPPT de l’onduleur .................................................................................................... 50
7.5.10 Autres pertes électriques ............................................................................................................... 51
7.5.10.1 Perte dans les câbles .............................................................................................................................. 51
7.5.10.2 Perte dans les transformateurs ............................................................................................................... 52
7.5.10.3 Consommation des auxiliaires............................................................................................................... 52
8 CONCEPTION DE LA PARTIE DC ........................................................................................................ 53
8.1 SCHEMA TYPE ........................................................................................................................................ 53
8.2 DEMARCHE GENERALE DE CONCEPTION DU LOT ELECTRIQUE DC .......................................................... 54
8.3 DECOUPAGE DE L’INSTALLATION EN « BRIQUES » ONDULEURS/ POSTES DE TRANSFORMATION ............. 55
8.3.1 Choix de la puissance onduleur .................................................................................................... 55
8.3.2 Fonctionnement spécifique en maître / esclave ............................................................................. 56
8.3.3 Transformateur d’isolement .......................................................................................................... 57
8.4 CHOIX DE LA TENSION DU SYSTEME : MISE EN SERIE DE MODULES PV .................................................. 58
8.4.1 Tension max imposée par la norme dans certaines applications .................................................. 58
8.4.2 Tension assignée d’emploi des matériels de la partie DC ............................................................ 58
8.4.2.1 Définition de la tension max sur l’installation ........................................................................................... 58
8.4.2.2 Un point d’attention particulier : La tension admissible des câbles DC .................................................... 59
8.4.2.2.1 Choix des câbles DC entre panneaux PV et boîtes de jonction ............................................................ 60
8.4.2.2.2 Choix des câbles DC entre BJG et BJ générateur ................................................................................ 60
8.4.2.2.2.1 Câbles enterrés .............................................................................................................................. 60
8.4.2.2.2.2 Câbles aériens ............................................................................................................................... 60
8.4.2.2.2.2.1 Référentiel France (NF C 15-100) ......................................................................................... 60
8.4.2.2.2.2.2 Référentiel international (IEC 60364-4-41 2005) ................................................................. 62
8.4.3 Vmpp à 70°C doit être comprise dans la gamme de tension admissible par l’onduleur ............... 63
8.4.4 Minimisation des pertes ................................................................................................................ 63
8.4.5 Rendement onduleur...................................................................................................................... 63
8.4.6 Conclusion .................................................................................................................................... 64
8.5 CHOIX DU COURANT TOTAL: MISE EN PARALLELE DES CHAINES (NC) ................................................... 64
8.6 REPARTITION DES STANDS ..................................................................................................................... 64
8.6.1 Np : nombre de chaînes en parallèle sur une seule protection ..................................................... 65
8.6.2 Na : nombre de BJG (Array box)/ onduleur .................................................................................. 68
8.6.3 Equilibrer les courants sur les câbles de groupe ! ........................................................................ 70
8.6.4 Disposition géographique des BJG ............................................................................................... 71
8.7 DEFINITION DES PROTECTIONS CONTRE LES COURTS-CIRCUITS .............................................................. 72
8.7.1 Nécessité de protéger .................................................................................................................... 72
8.7.2 Une particularité du PV : un courant de court-circuit de faible niveau ....................................... 74
8.7.3 Norme France pour fermes PV sans stockage (UTE C 15-712-1) ................................................ 76
8.7.4 Norme France pour fermes PV avec stockage (XP C 15-712-3)................................................... 78
8.7.5 Hors France (IEC TS 62548 et projet IEC 60364-7-712) ............................................................. 80
8.7.6 Pour aller plus loin… .................................................................................................................... 81
8.8 DEFINITION DE LA SECTION DES CABLES ................................................................................................ 82
8.8.1 Section min vis-à-vis de la chute de tension (ΔU) ......................................................................... 82
8.8.2 Iz min vis-à-vis de la protection thermique câbles ........................................................................ 85
8.8.3 Calcul de Iz’ (= Iz après application des coefficients de mise en œuvre) ..................................... 86
8.8.3.1 Coefficients de mise en oeuvre .................................................................................................................. 86
8.8.3.2 Considérations propres au PV ................................................................................................................... 87
8.8.3.3 Le coefficient de groupement avec câbles faiblement chargés .................................................................. 87
8.8.4 Calcul de la section min correspondant à Iz’ ................................................................................ 88
8.8.5 Comment diminuer la section de câble calculée selon les normes d’installation ? ...................... 89
8.8.5.1 Câbles entre panneaux et Boîte de Jonction de Groupe ............................................................................. 89
8.8.5.1.1 Calcul du nombre de circuits dans le cas de charges différentes .......................................................... 89
8.8.5.1.2 Conducteurs faiblement chargés .......................................................................................................... 90
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 4 / 279
8.8.5.2 Câbles entre Boîtes de Jonction de Groupes et Boîte de Jonction de Générateur ...................................... 91
8.9 MISE A LA TERRE FONCTIONNELLE DE L’INSTALLATION COTE DC ......................................................... 92
8.9.1 Référentiels normatifs pour la mise à la terre ............................................................................... 92
8.9.1.1 France (UTE C 15-712-1).......................................................................................................................... 92
8.9.1.2 Italie........................................................................................................................................................... 94
8.9.1.3 Monde (IEC).............................................................................................................................................. 95
8.9.2 Schémas de principe ...................................................................................................................... 97
8.9.2.1 Système DC en potentiel flottant ............................................................................................................... 97
8.9.2.2 Mise à la terre par résistance d’une polarité : ............................................................................................ 97
8.9.3 Contrôleur permanent d’isolement (CPI) ..................................................................................... 98
8.9.3.1 Réglages .................................................................................................................................................... 98
8.9.3.1.1 Système isolé ....................................................................................................................................... 98
8.9.3.1.2 Polarité à la terre par une résistance ................................................................................................... 101
8.9.3.2 CPI conseillé dans le cas d’une mise à la terre directe............................................................................. 102
8.9.4 Dispositif de détection de défaut terre (polarité à la terre)......................................................... 103
8.10 CHOIX ET MISE EN ŒUVRE DES APPAREILLAGES ................................................................................... 104
8.11 CABLAGE, TRANCHEES…..................................................................................................................... 105
9 CONCEPTION DE LA PARTIE AC ...................................................................................................... 106
9.1 NORMES APPLICABLES ......................................................................................................................... 106
9.1.1 Généralités .................................................................................................................................. 106
9.1.2 France ......................................................................................................................................... 107
9.2 SCHEMA DE MISE A LA TERRE (CAS FRANCE) ....................................................................................... 108
9.2.1 Partie Basse Tension ................................................................................................................... 108
9.2.2 Partie Haute Tension .................................................................................................................. 109
9.2.2.1 Choix du schéma de liaison du neutre à la terre en amont ....................................................................... 109
9.2.2.2 Schéma de liaison .................................................................................................................................... 109
9.3 ARCHITECTURE DE L’INSTALLATION .................................................................................................... 110
9.3.1 Association onduleur- transformateur ........................................................................................ 110
9.3.2 HT : Guirlande ou boucle ouverte ? ........................................................................................... 111
9.3.2.1 Guirlande ................................................................................................................................................. 111
9.3.2.2 Boucle ouverte ......................................................................................................................................... 112
9.3.2.3 Comparaison antenne/ boucle ouverte ..................................................................................................... 113
9.3.3 Nouvelles architectures ............................................................................................................... 113
9.3.4 Alimentation des auxiliaires : centralisée ou non ? .................................................................... 115
9.3.4.1 Architecture centralisée ........................................................................................................................... 115
9.3.4.2 Architecture décentralisée ....................................................................................................................... 116
9.3.4.3 Critère de choix objectif .......................................................................................................................... 117
9.4 CHOIX DES MATERIELS......................................................................................................................... 117
9.4.1 Câbles HT ................................................................................................................................... 117
9.4.2 Câbles BT .................................................................................................................................... 117
9.4.3 Transformateur ........................................................................................................................... 117
9.4.3.1 Nombre d’enroulements .......................................................................................................................... 118
9.4.3.2 Couplage.................................................................................................................................................. 118
9.4.3.3 Impédance de court circuit....................................................................................................................... 118
9.4.3.4 Cardew ou pas cardew ?! ......................................................................................................................... 118
9.4.3.5 Pertes à vide, pertes en charge ................................................................................................................. 120
9.4.3.6 Tension primaire & prises ....................................................................................................................... 121
9.4.4 Poste de transformation (PV Box)............................................................................................... 123
9.4.5 Poste de livraison HTA ............................................................................................................... 124
9.5 CHOIX DES DISPOSITIFS DE PROTECTION ET DES DETECTEURS DE DEFAUTS .......................................... 125
9.5.1 Rappel des principes de protection ............................................................................................. 125
9.5.2 Protections utilisées .................................................................................................................... 126
9.5.2.1 Dans le poste de livraison ........................................................................................................................ 126
9.5.2.1.1 Protection de découplage ................................................................................................................... 126
9.5.2.1.2 Contraintes de réglages des protections C13-100............................................................................... 129
9.5.2.1.2.1 Sélectivité ................................................................................................................................... 129
9.5.2.1.2.2 Réglages typiques du Sepam S48 : ............................................................................................. 129
9.5.2.1.2.3 Compatibilité MaxI et MinU ...................................................................................................... 130
9.5.2.1.2.4 Choix des TC et TP pour les relais S48 - C13-100 ..................................................................... 130
9.5.2.1.2.5 Particularité neutre compensé ..................................................................................................... 131
9.5.2.1.2.5.1 Choix des protections terre ........................................................................................... 131
9.5.2.1.2.5.2 Sélectivité défaut terre ................................................................................................... 131
9.5.2.1.2.5.3 Risque de non coordination avec le poste source ..................................................... 131
9.5.2.2 Dans le poste de transformation............................................................................................................... 132
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 5 / 279
9.5.2.2.1 Transformateur ................................................................................................................................... 132
9.5.2.2.1.1 Protections contre l’incendie....................................................................................................... 132
9.5.2.2.1.2 Protections contre les surintensités et défauts à la terre .............................................................. 132
9.5.2.2.1.2.1 Protections contre les surcharges ......................................................................................... 132
9.5.2.2.1.2.2 Protections contre les courts-circuits ................................................................................... 133
9.5.2.2.1.2.2.1 Protection par l’association disjoncteur+ relais ............................................................ 134
9.5.2.2.1.2.2.2 Protection par l’association interrupteur-fusible .......................................................... 134
9.5.2.2.1.2.2.3 Protection par double fusible en série .......................................................................... 138
9.5.2.2.1.2.3 Protection contre les défauts à la terre ................................................................................. 140
9.5.2.2.2 Onduleur ............................................................................................................................................ 141
9.5.2.2.3 Détecteurs de défaut ........................................................................................................................... 141
9.5.2.2.3.1 Choix du type de détecteur ......................................................................................................... 141
9.5.2.2.3.2 Nombre de détecteurs de défauts et installation .......................................................................... 142
9.5.2.3 Synthèse – Autres solutions ? .................................................................................................................. 142
10 DISPOSITIFS DE SECTIONNEMENT & DE COUPURE.............................................................. 144

11 PROTECTION DES PERSONNES & PRISE DE TERRE .............................................................. 146


11.1 PROTECTION CONTRE LES CHOCS ELECTRIQUES ................................................................................... 146
11.1.1 Protection contre les contacts directs ......................................................................................... 146
11.1.1.1 En BT .................................................................................................................................................. 146
11.1.1.2 En HT.................................................................................................................................................. 146
11.1.2 Protection contre les contacts indirects ...................................................................................... 147
11.1.2.1 Référentiel France ............................................................................................................................... 147
11.1.2.1.1 En BT (NF C 15-100 § 4.41 ; UTE C 15-712-1 § 7.4.1) .................................................................. 147
11.1.2.1.1.1 Partie DC (UTE C 15-712-1 § 7.4.2 et § 10) ............................................................................ 147
11.1.2.1.1.2 Partie AC (UTE C 15-712-1 § 7.4.3) ........................................................................................ 147
11.1.2.1.1.3 Synthèse (UTE C 15-712-1 § 7.4.3) ......................................................................................... 148
11.1.2.1.1.4 Section des conducteurs de protection BT ................................................................................ 149
11.1.2.1.1.4.1 Conducteurs de protection 1 et 2 (§ 543.1) ........................................................................ 150
11.1.2.1.1.4.2 Conducteurs de liaison équipotentielle principale 3 (§ 544.1) ........................................... 151
11.1.2.1.1.4.3 Conducteurs de liaison équipotentielle supplémentaire 4 (§ 544.2) .................................. 151
11.1.2.1.1.4.4 Conducteur de terre 10 (§ 542.3.1& 543.1) ....................................................................... 151
11.1.2.1.2 En HT (NF C 13-200, § 412.1) ........................................................................................................ 152
11.1.2.1.2.1 Deux principes .......................................................................................................................... 152
11.1.2.1.2.2 Section des conducteurs de protection ...................................................................................... 152
11.1.2.1.2.2.1 Conducteurs de mise à la terre des masses et conducteurs de terre (§ 542.1) .................... 152
11.1.2.1.2.2.2 Exemple de calcul ............................................................................................................. 153
11.1.2.1.2.2.3 Conducteurs d’équipotentialité (§ 542.2) .......................................................................... 153
11.1.2.2 Référentiel hors France (BT) ............................................................................................................... 154
11.1.2.2.1 Partie AC.......................................................................................................................................... 154
11.1.2.2.2 Partie DC.......................................................................................................................................... 154
11.1.2.2.3 Section des conducteurs de protection ............................................................................................. 155
11.1.2.2.3.1 Conducteurs de protection 1 et 1a (§ 543) ................................................................................ 156
11.1.2.2.3.2 Conducteurs de liaison de protection 2 (§ 544.1)...................................................................... 157
11.1.2.2.3.3 Conducteurs de liaison de protection 3 (§ 544.2)...................................................................... 157
11.1.2.2.3.4 Conducteur de terre (§ 542.3.1 & 543.1) .................................................................................. 157
11.2 PRISE DE TERRE.................................................................................................................................... 158
11.2.1 Rôle et valeur .............................................................................................................................. 158
11.2.1 Règles de conception du maillage fond de fouille ....................................................................... 161
11.2.2 Référentiel Français. ................................................................................................................... 162
11.2.2.1 Généralités (NFC 13-200 § 412.3.1) : ................................................................................................. 162
11.2.2.2 Section des électrodes de terre ............................................................................................................ 163
11.2.2.2.1 NF C 15-100 .................................................................................................................................... 163
11.2.2.2.2 NF EN 50522 (§ 5.2.1 et annexe C) ................................................................................................. 164
11.2.2.3 Analyse du référentiel Français ........................................................................................................... 165
11.2.3 Référentiel IEC ............................................................................................................................ 166
11.2.3.1 Cas général .......................................................................................................................................... 166
11.2.3.2 Section des électrodes de terre (IEC 60364-5-54) ............................................................................... 167
11.3 DETECTION D’ARCS (DC AFCI) ........................................................................................................... 168
12 COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE ............................................................................... 169
12.1 INTRODUCTION .................................................................................................................................... 169
12.2 TERRE ET MASSE .................................................................................................................................. 170
12.2.1 Terre ............................................................................................................................................ 170
12.2.2 Masse .......................................................................................................................................... 171
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 6 / 279
12.2.3 Réalisation d’un réseau de masse ............................................................................................... 171
12.2.3.1 Maillage des références communes ..................................................................................................... 171
12.2.3.1.1 Entre masses métalliques proches .................................................................................................... 171
12.2.3.1.1.1 Référentiel France ..................................................................................................................... 171
12.2.3.1.1.2 Référentiel mondial .................................................................................................................. 174
12.2.3.1.2 Maillage du champ ........................................................................................................................... 176
12.2.3.1.3 Exemple de réseau de masse efficace ............................................................................................... 176
12.2.3.2 Raccordements des équipements au réseau de masse avec des liaisons faibles impédances ............... 178
12.2.3.3 Limiter les surfaces des boucles .......................................................................................................... 180
12.3 LA DISTRIBUTION ELECTRIQUE ............................................................................................................ 180
12.3.1 Distribution DC ........................................................................................................................... 180
12.3.2 Distribution MT ........................................................................................................................... 182
12.3.3 Distribution AC des auxiliaires ................................................................................................... 183
12.4 LE CABLAGE ........................................................................................................................................ 185
12.5 LES LOCAUX TECHNIQUES .................................................................................................................... 188
12.6 LE RESEAU DE COMMUNICATION.......................................................................................................... 190
12.7 REGLEMENTATION CEM...................................................................................................................... 191
12.8 PROTECTIONS CONTRE LA FOUDRE BT ................................................................................................. 192
12.8.1 Objectif ........................................................................................................................................ 192
12.8.2 Hypothèses .................................................................................................................................. 192
12.8.3 Les risques par rapport à la foudre ............................................................................................. 194
12.8.3.1 Analyse du risque foudre..................................................................................................................... 194
12.8.3.2 Risque d’impact direct sur l’installation.............................................................................................. 194
12.8.3.2.1 Densité de foudroiement .................................................................................................................. 195
12.8.3.2.2 Situation - Topographie.................................................................................................................... 196
12.8.3.2.3 Protection contre l’impact direct ...................................................................................................... 196
12.8.3.2.4 Calcul de R1 (risque humain)........................................................................................................... 196
12.8.3.2.5 Risque pour le matériel .................................................................................................................... 197
12.8.3.3 Les effets indirects de la foudre .......................................................................................................... 199
12.8.3.3.1 Phénomènes ..................................................................................................................................... 199
12.8.3.3.1.1 Surtensions amenées par le réseau ............................................................................................ 199
12.8.3.3.1.2 Surtensions générées dans les boucles par le champ magnétique ............................................. 199
12.8.3.3.1.3 Circulation de courants générées par le champ électrique ........................................................ 199
12.8.3.3.1.4 Couplage capacitif .................................................................................................................... 200
12.8.3.3.1.5 Différences de potentiel dans le sol –Tension de pas ................................................................ 200
12.8.3.3.2 Préconisations pour protéger le matériel contre les effets indirects .................................................. 201
12.8.3.3.2.1 Equipotentialité ......................................................................................................................... 202
12.8.3.3.2.2 Câblage ..................................................................................................................................... 203
12.8.3.3.2.3 Installation de parafoudres ........................................................................................................ 207
12.8.3.3.2.3.1 Conditions d’installation ................................................................................................... 207
12.8.3.3.2.3.1.1 Côté AC ..................................................................................................................... 207
12.8.3.3.2.3.1.2 Côté DC ..................................................................................................................... 208
12.8.3.3.2.3.1.3 Tableau de synthèse ................................................................................................... 209
12.8.3.3.2.3.2 Choix et mise en œuvre .............................................................................................. 210
12.8.3.3.2.3.2.1 Réseau AC ............................................................................................................ 210
12.8.3.3.2.3.2.2 Réseau DC ............................................................................................................ 211
12.8.3.3.2.3.2.3 Communication ..................................................................................................... 211
12.8.3.3.2.3.3 Installation ..................................................................................................................... 212
12.9 PARAFOUDRES HT ............................................................................................................................... 213
12.9.1 Nécessité et localisation .............................................................................................................. 213
12.9.2 Choix ........................................................................................................................................... 214
12.10 AUTRES SURTENSIONS (DISJONCTEURS A TECHNOLOGIE VIDE, MANOEUVRES) ................................ 214
12.11 HARMONIQUES ................................................................................................................................ 214
12.11.1 Pollution interne au site .......................................................................................................... 214
12.11.2 Pollution vers l’extérieur du site ............................................................................................. 215
12.12 FLICKER ........................................................................................................................................... 216
12.13 COURANT CONTINU INJECTE SUR LE RESEAU PUBLIC ....................................................................... 216
13 SURETE DE FONCTIONNEMENT D’UNE INSTALLATION PV ............................................... 217
13.1 DEFINITION - OBJECTIF ........................................................................................................................ 217
13.2 PARAMETRES SDF ............................................................................................................................... 217
13.3 ANALYSE DES RISQUES – ANTICIPATION DES DEFAUTS ELECTRIQUES .................................................. 219
13.3.1 Risques sur les panneaux PV ...................................................................................................... 219
13.3.2 Risques sur les onduleurs ............................................................................................................ 220
13.3.3 Risques sur les équipements électriques...................................................................................... 220
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 7 / 279
13.3.4 Risques au niveau du réseau public ............................................................................................ 221
13.3.5 Autres risques causant la perte de production ............................................................................ 222
13.4 MAINTENANCE..................................................................................................................................... 222
13.4.1 Normes ........................................................................................................................................ 222
13.4.2 Paramètres de maintenance préventive et corrective .................................................................. 223
13.4.3 Dimensionnent du stock des pièces de rechange ......................................................................... 223
13.5 SYNTHESE AMDEC ............................................................................................................................. 225
13.6 TAUX DE DISPONIBILITE D’UN PARC PV ............................................................................................... 225
13.7 AMELIORATION DE LA DISPONIBILITE D’UN PARC PV .......................................................................... 226
14 VENTILATION .................................................................................................................................... 227
14.1 POUR LES ONDULEURS ......................................................................................................................... 227
14.2 POUR LES AUTRES EQUIPEMENTS ......................................................................................................... 228
14.3 POUR LES TRANSFORMATEURS ............................................................................................................. 228
14.4 ILLUSTRATION ..................................................................................................................................... 229
15 LE STOCKAGE .................................................................................................................................... 230
15.1 ARCHITECTURES .................................................................................................................................. 230
15.2 QUELQUES ORDRES DE GRANDEUR ...................................................................................................... 232
15.3 NORMES ............................................................................................................................................... 232
16 PROJETS FRANCE : ADEQUATION AVEC LA REGLEMENTATION .................................... 233
16.1 EXIGENCES DES ARRETES ..................................................................................................................... 233
16.2 CONTROLE DES PERFORMANCES .......................................................................................................... 234
16.3 CAPACITE CONSTRUCTIVE DES ONDULEURS ......................................................................................... 235
17 DIAGNOSTIC, EXPERTISE & COMMISSIONING ....................................................................... 236
17.1 DIAGNOSTIC ......................................................................................................................................... 236
17.1.1 Objectif ........................................................................................................................................ 236
17.1.2 Diagnostic de base ...................................................................................................................... 236
17.1.3 Diagnostic avancé ....................................................................................................................... 237
17.2 EXPERTISE SUR SITE & COMMISSIONING .............................................................................................. 238
17.2.1 Présentation d’appareils de mesures & tests .............................................................................. 238
17.2.2 Procédure de test d’isolement ..................................................................................................... 240
18 ETUDES & PRESTATIONS PROPOSEES NECESSAIRES .......................................................... 247
18.1 ETUDE DE COURANT DE COURT CIRCUIT .............................................................................................. 247
18.2 ETUDE DE DIMENSIONNEMENT DES MATERIELS ................................................................................... 247
18.3 ETUDE HARMONIQUE ........................................................................................................................... 247
18.4 REGLAGE DES PROTECTIONS ELECTRIQUES .......................................................................................... 248
18.5 ETUDE DE FOUDRE ............................................................................................................................... 248
18.6 ETUDE DE SURETE DE FONCTIONNEMENT ............................................................................................. 248
18.7 ETUDE CEM ........................................................................................................................................ 248
18.8 EVALUATION DE L’IMPACT DE LA CENTRALE SUR LE RESEAU (GRID IMPACT STUDY – GIS)................ 248
19 COMPLEMENTS SUR LES EQUIPEMENTS DC .......................................................................... 249
19.1 VISION GLOBALE OFFRE SCHNEIDER ELECTRIC ................................................................................... 249
19.2 BJG (ARRAY BOX) .............................................................................................................................. 250
19.3 INTERRUPTEUR/SECTIONNEUR ............................................................................................................. 251
19.4 PARAFOUDRES ..................................................................................................................................... 252
19.5 PV BOX ............................................................................................................................................... 253
19.5.1 Présentation ................................................................................................................................ 253
19.5.1 Onduleurs Xantrex ...................................................................................................................... 254
19.5.1.1 Ancienne Gamme GTx ....................................................................................................................... 254
19.5.1.2 Nouvelle gamme Conext Core XC ...................................................................................................... 255
19.5.2 Transformateur MT/ BT .............................................................................................................. 256
19.5.3 Armoire CC (DC Box - Recombiner Box) ................................................................................... 257
19.6 FUSIBLES ............................................................................................................................................. 258
19.6.1 Norme .......................................................................................................................................... 258
19.6.2 Choix ........................................................................................................................................... 258
19.6.3 Fabricants / caractéristiques ...................................................................................................... 258
19.7 DISJONCTEURS ..................................................................................................................................... 259
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 8 / 279
19.7.1 Normes applicables ..................................................................................................................... 259
19.7.2 Produits Schneider Electric ........................................................................................................ 260
19.8 CABLES ................................................................................................................................................ 260
19.9 PROTECTION CONTRE LES DEFAUTS D’ISOLEMENT (CPI) ..................................................................... 261
20 ANNEXES.............................................................................................................................................. 262
20.1 EXPLICATION DE L’EFFET HOT SPOT DU A UN OMBRAGE ..................................................................... 262
20.2 MISE A LA TERRE EN FONCTION DES MODULES PV ET DES ONDULEURS ............................................... 265
20.3 FORMULAIRE PRISE DE TERRE : ............................................................................................................ 267
20.4 COURBES FUSIBLES DC :...................................................................................................................... 268
20.5 GRID IMPACT STUDY - GIS ................................................................................................................... 273
20.5.1 Introduction ................................................................................................................................. 273
20.5.2 Technical overview...................................................................................................................... 273
20.5.3 Description of the content of a grid impact study ....................................................................... 274
20.5.3.1 Introduction ......................................................................................................................................... 274
20.5.3.2 Communication aspects ...................................................................................................................... 274
20.5.3.3 Electrical aspects ................................................................................................................................. 274
20.5.3.4 Overall grid study to which power plant is connected (optional) ........................................................ 274
20.5.3.5 Grid Electrical impact study ................................................................................................................ 275
20.5.3.6 Data and characteristics for detailed Grid Impact Studie .................................................................... 278

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 9 / 279
1 PREAMBULE

L’essor depuis quelques années de la filière photovoltaïque a conduit Schneider Electric à s’intéresser
à ce marché. En effet, le prix des autres énergies (gaz, pétrole…), le développement des énergies
propres et les modifications des législations en vigueur ont permis aux applications photovoltaïques
de se démocratiser.

Le process photovoltaïque nécessite, outre les panneaux photovoltaïques, la mise en place de


nombreux équipements électrotechniques tels que câbles, fusibles, sectionneurs, disjoncteurs,
onduleurs, parafoudres, transformateurs et protections.

Ce guide d’application explique les choix préconisés par Schneider Electric en terme de conception de
fermes solaires et de grands bâtiments, de dimensionnement des matériels et d’installation.

Il est basé sur les normes en vigueur et sur le retour d’expérience des projets terminés ou en cours
ayant des puissances installées supérieures à 1 MWc.

Ce guide peut paraître épais… C’est qu’il comporte :

 de nombreux extraits de normes afin de pouvoir toujours :


- argumenter les choix opérés en retrouvant leur origine
- les modifier quand les normes subissent des modifications
- comparer les situations française et internationale.
- de nombreuses références normatives afin de pouvoir toujours :

 des précisions sur les produits de l’offre Schneider.

 Quelques calculs détaillés (câbles…) pour fixer les idées.

 Quelques annexes détaillées sur des points particuliers.

Cependant, ce guide n’est forcément pas complet, les évolutions technologiques et normatives, ainsi
que les réflexions sur l’architecture se poursuivant dans le domaine PV…

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 10 / 279
2 DOCUMENTS DE REFERENCE

2.1 Normes

ATTENTION :
La commission européenne ( http://networkcodes.entsoe.eu ) travaille à l’élaboration de codes
réseaux communs. Ces codes devront être ensuite déclinés dans chaque pays, ce qui aura des
répercussions sur les normes et réglementations nationales.
En voici la liste :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 11 / 279
2.1.1 Internationales

(Europe) TS 50539-12 : Low-voltage surge protective devices - Surge protective


devices for specific application including d.c. - Part 12: Selection and
application principles - SPDs connected to photovoltaic installations

IEC 60038 : Tensions normales de la IEC / 2009-06

IEC 60269-6: Fusibles basse tension- Partie 6: Exigences supplémentaires


concernant les éléments de remplacement utilisés pour la protection des systèmes de
production d'énergie solaire photovoltaïque. / 2010-09

IEC 60287 (all parts) : Electric cables – Calculation of the current rating

IEC 60364 : Low-voltage electrical installations –


Part 5-52: Selection and erection of electrical equipment – Wiring systems / 2009-10

IEC 60364-7-712 : Electrical installations of buildings – Part 7-712 - Requirements for


special installations or locations – Solar photovoltaic power supply systems / 2002-05
NB: Projet en cours

IEC 60364-8-2 (DRAFT) : Low voltage electrical installations -


Part 8-2: Smart Low-Voltage Electrical Installations

IEC 60502-1 : Power cables with extruded insulation and their accessories for rated
voltages from 1 kV (Um = 1,2 kV) up to 30 kV (Um = 36 kV) .
Part 1: Cables for rated voltages of 1 kV ((Um = 1,2 kV) and 3 kV (Um = 3,6 kV) /
COMPIL 2009-11

IEC 60502-2: Power cables with extruded insulation and their accessories for rated
voltages from 1 kV (Um = 1,2 kV) up to 30 kV (Um = 36 kV) – Part 2: Cables for rated
voltages from 6 kV (Um = 7,2 kV) up to 30 kV (Um = 36 kV) / 2014-02

IEC 60898-2 : Disjoncteurs pour la protection contre les surintensités pour installations
domestiques et analogues
Partie 2: Disjoncteurs pour le fonctionnement en courant alternatif et en courant
continu / COMPIL 2003-07

IEC 60947-2 : Appareillage à basse tension – Partie 2: Disjoncteurs /COMPIL 2013-01

IEC TR 61000-3-6 : Electromagnetic compatibility (EMC) –


Part 3-6: Limits – Assessment of emission limits for the connection of distorting
installations to MV, HV and EHV power systems / 2008-02

IEC 62920 DRAFT: EMC requirements and test methods for grid connected power
converters applying to photovoltaic power generating systems

IEC 61215 – Modules photovoltaïques (PV) au silicium cristallin pour application


terrestre - Qualification de la conception et homologation / 2005-04

IEC 61427-1 – Secondary cells and batteries for renewable energy storage - General
Requirements and methods of test - Part 1 : photovoltaic off-grid application
/ 2013-04

IEC 61427-2: Secondary cells and batteries for renewable energy storage - General
Requirements and methods of test - Part 2 : on-grid application / 2015-08

IEC 61439-x (projet) - Assemblies for PV installations

IEC 61646 – Modules photovoltaïques (PV) en couches minces pour application


terrestre - Qualification de la conception et homologation / 2008-05

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 12 / 279
IEC 61727 : Systèmes photovoltaïques – caractéristiques de l’interface de
raccordement au réseau / 2004-12.
La norme IEC 61727 – Ed 2 approuvée en 2004 au niveau IEC a été rejetée au niveau CENELEC en 2005.
Cette norme doit donc être utilisée pour information uniquement. En Europe, les caractéristiques de
l’interface de raccordement sont spécifiques à chaque pays.

IEC 61730-2 : Photovoltaic (PV) module safety qualification


Part 2: Requirements for testing
COMPIL 2012-11

IEC/TS 61836 : Technical Specification – Solar photovoltaic energy systems – Terms,


définition & symbols / 2007-12

IEC 61936-1 : Installations électriques en courant alternatif de tension supérieure


à 1 kV – Partie 1: Règles communes / COMPIL 2014-02

IEC 62109-x : Safety of power converters for use in photovoltaic power systems

IEC 62116– Test procedure of islanding prevention measures for utility-interconnected


photovoltaic inverters 02/2014

IEC 62305-1 Protection against lightning – Part 1: General principles 12/2010


IEC 62305-2 Protection against lightning – Part 2 : Risk management 12/2010
IEC 62305-3 Protection against lightning – Part 3 : Physical damage to structures and
life hazard 12/2010
IEC 62305-4 Protection against lightning – Part 4 : Electrical and electronic systems
within structures 12/2010

IEC 62446– Grid connected photovoltaic systems – Minimum requirements for system
documentation, commissioning tests and inspection 05/2009

IEC/TS 62548: Photovoltaic (PV) arrays - Design requirements / 2013-07


Projet en cours

IEC 62620: Secondary cells and batteries containing alkaline or other non-acid
electrolytes - Large format secondary lithium cells and batteries for use in industrial
applications 11/2014

IEC 62738 TS (draft): Design guidelines and recommendations for photovoltaic power
plants

IEC 62790: Junction boxes for photovoltaic modules - Safety requirements and tests
11/2014

IEC 62910 TS (Draft): Test procedure of Low voltage Ride-Through (LVRT) measures
for utility-interconnected photovoltaic inverter

IEC 62930 (projet): Electric cables for Photovoltaic systems

IEEE 80 (2000) : Guide for safety in AC substation grounding


IEEE 80 Errata (2007): Guide for safety in AC substation grounding - Errat
IEEE 81 (2012) : Guide for measuring earth resistivity, ground impedance, and
earth surface potentials of a ground system

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 13 / 279
2.1.2 France

NFC 15-100 : Installations électriques basse tension – Edition COMPIL 12-2013

UTE C 15-106 : Guide pratique : Sections des conducteurs de protection, des


conducteurs de terre et des conducteurs de liaison équipotentielle – 10/2003
e
2 tirage 03/2009

UTE C 15-712-1 : Installations électriques à basse tension – Guide pratique –


Installations photovoltaïques raccordées au réseau public de distribution – 07/2013

UTE C 15-712-2 : Installations électriques à basse tension – Guide pratique –


Installations photovoltaïques autonomes non raccordées au réseau public de
distribution avec stockage par batterie – 07/2013

XP C 15-712-3: Installations électriques à basse tension – Norme expérimentale –


Installations photovoltaïques avec dispositif de stockage et raccordées à un réseau de
distribution – 02/2016

ATTENTION : Malgré leur appellation de « Guides », les UTE C 15-712-x sont des
normes ! En effet, la NF C 15-100 (§111) y fait référence pour les installations PV :

(Certes, pour que la situation soit claire, il faudrait une reprise de la NF C 15-100 pour
faire référence aux nouvelles UTE C 15-712-x… mais on ne peut de toute façon faire
l’impasse sur ces guides car le CONSUEL n’approuve pas d’installation PV non
conforme…)

UTE C 32-502 : Guide pour les câbles utilisés pour les systèmes photovoltaïques –
e
11/2008 (2 tirage 04/2009)
UTE C 32-502/A1 – 2010-03

UTE C 15-400 : Installations électriques à basse tension – Guide pratique -


Raccordement des générateurs d’énergie électrique dans les installations alimentées
par un réseau public de distribution / 2005-07
UTE C 15-400F1 / 2011-12

UTE C 15-443 : Installations électriques à basse tension – Guide pratique – Protection


des installations électriques BT contre les surtensions d’origine atmosphérique ou
dues à des manœuvres – Choix et installations des parafoudres – 08/2004

UTE C 61-740-52 : Parafoudres basse tension


Parafoudres pour applications spécifiques incluant le courant continu
Partie 52: Principes de choix et d’application -
Parafoudres connectés aux installations photovoltaïques – 02/2011
NB : A remplacer par TS 50539-12

NF EN 50565-1 : Câbles électriques - Guide d'emploi des câbles avec une tension
assignée n'excédant pas 450/750 V (U0/U) - Partie 1 : lignes directrices – 07/2014

NF EN 50618 : Câbles électriques pour systèmes photovoltaïques – 03/2015

NF EN 60904-3 : Dispositifs photovoltaïques


Partie 3 : principes de mesure des dispositifs solaires photovoltaïques (PV) à usage
terrestre incluant les données de l'éclairement spectral de référence / 2008-08

NFC 13-100 : Postes de livraison alimentés par un réseau public de distribution HTA
(jusqu’à 33kV) / 2015-04

NFC 13-200 : installations électriques à haute tension – règles complémentaires pour


les sites de production et les installations industrielles, tertiaires et agricoles / 2009-09
+ corrigendum 2010/05
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 14 / 279
NFC 13-200F1 / 2011-05

NF EN 61936-1 : Installations électriques en courant alternatif de tension supérieure


à 1 kV – Partie 1: Règles communes / 06-2014
NF EN 61936-1/A1 / 08-2014

NF EN 50522 : Prises de terre des installations électriques en courant alternatif de


e
puissance supérieure à 1 kV / 12-2012 – 2 tirage 09-2014

NF EN 62116– Procédure d'essai des mesures de prévention contre l'ilotage pour


onduleurs photovoltaïques interconnectés au réseau public 11/2014

NF EN 62446– Systèmes photovoltaïques connectés au réseau électrique –


Exigences minimales pour la documentation du système, les essais de mise en
service et l’examen 04/2010
Projet en cours

NF EN 62305-1 Protection contre la foudre – Partie 1 : Principes généraux 11/2013

NF EN 62305-2 Protection contre la foudre –


Partie 2 : Evaluation des risques 12/2012

NF EN 62305-3 Protection contre la foudre –


Partie 3 : Dommages physiques sur les structures et risques humains 12/2012

NF EN 62305-4 Protection contre la foudre –


Partie 4 : Réseaux de puissance et de communication dans les structures 12/2012

2.1.3 Italie

Info normes italiennes CEI : http://www.ceiweb.it/webstore/WEBStoreRicerca.aspx)

CEI 82_25 (09/2010)) - Guida alla realizzazione di sistemi di generazione fotovoltaica


collegati alle reti elettriche di Media e Bassa Tensione.
+ V1 (2011) + V2 (2012)

CEI 20-13 (2011) : Cavi con isolamento estruso in gomma per tensioni nominali da
1 kV a 30 kV

CEI 20-91 (2010-02): Cavi elettrici con isolamento e guaina elastomerici senza
alogeni non propaganti la fiamma con tensione nominale non superiore a 1 000 V
in corrente alternata e 1 500 V in corrente continua per applicazioni in impianti
fotovoltaici
+ V1 (2010/10) + V2 (2013/03)

CEI 64-8 V1 (2013/7): Impianti elettrici utilizzatori a tensione nominale non superiore a
1 000 V in corrente alternata e a 1 500 V in corrente continua

CEI 64-8/1: Parte 1: Oggetto, scopo e principi fondamentali (2012/6)


CEI 64-8/2: Parte 2: Definizioni (2012/6)
CEI 64-8/3: Parte 3: Caratteristiche generali (2012/6) + EC1 (2013/2)
CEI 64-8/4: Parte 4: Prescrizioni per la sicurezza (2012/6) + EC1 (2013/2)
CEI 64-8/5: Parte 5: Scelta ed installazione dei componenti elettrici (2012/6)
+ EC1 (2013/2)
CEI 64-8/6: Parte 6: Verifiche (2012/6) + EC1 (2013/2)
CEI 64-8/7: Parte 7: Ambienti ed applicazioni particolari (2012/6) + EC1 (2013/2)

CEI EN 61936-1: Impianti elettrici con tensione superiore a 1 kV in c.a - Parte 1:


Prescrizioni comuni (2014/09)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 15 / 279
CEI EN 50522: Messa a terra degli impianti elettrici a tensione superiore a 1 kV in c.a.
(2011/7) + EC1 (2011/10)+ EC2 (2012/01)

2.2 Arrêtés et décrets France

Arrêté du 23 avril 2008 relatif aux prescriptions techniques de conception et de


fonctionnement pour le raccordement à un réseau public de distribution d’électricité en
BT ou en MT d’une installation de production d’énergie électrique.

Arrêté du 15 février 2010 modifiant l'arrêté du 23 avril 2008 relatif aux prescriptions
techniques de conception et de fonctionnement pour le raccordement à un réseau
public de distribution d'électricité en BT ou en MT d'une installation de production
d'énergie électrique.

Arrêté du 24 novembre 2010 modifiant et complétant l’article 22 de l’arrêté du 23 avril


2008 relatif aux prescriptions techniques de conception et de fonctionnement pour le
raccordement à un réseau public de distribution d’électricité en basse ou en moyenne
tension d’une installation de production d’énergie électrique.

Arrêté du 23 décembre 2010 modifiant le creux de tension fixé à l’article 14 de l’arrêté


du 23 avril 2008 relatif aux prescriptions techniques de conception et de
fonctionnement pour le raccordement à un réseau public de distribution d’électricité en
basse tension ou en moyenne tension d’une installation de production d’énergie
électrique.

Arrêté du 23 avril 2008 relatif aux prescriptions techniques de conception et de


fonctionnement pour le raccordement au réseau public de transport d’électricité d’une
installation de production d’énergie électrique

Décret n°2008-386 du 23 avril 2008 relatif aux prescriptions techniques générales de


conception et de fonctionnement pour le raccordement d’installations de production
aux réseaux publics d’électricité ;

Décret n°2010-502 du 17 mai 2010 modifiant le décret n°2008-386 du 23 avril 2008


relatif aux prescriptions techniques générales de conception et de fonctionnement
pour le raccordement d’installations de production aux réseaux publics d’électricité

Décret n°2003-229 du 13 mars 2003 relatif aux prescriptions techniques générales de


conception et de fonctionnement auxquelles doivent satisfaire les installations en vue
de leur raccordement aux réseaux publics de distribution (modifié par le décret
n°2008-386)

Décret n°2003-588 du 27 juin 2003 relatif aux prescriptions techniques générales de


conception et de fonctionnement auxquelles doivent satisfaire les installations en vue
de leur raccordement au réseau public de transport de l’électricité (modifié par le
décret n°2008-386)

Arrêté du 6 juillet 2010 précisant les modalités du contrôle des performances des
installations de production raccordées aux réseaux publics d’électricité en moyenne
tension (HTA) et en haute tension (HTB).

Arrêté du 29 mars 2010 précisant les modalités du contrôle des performances des
installations de production raccordées en basse tension aux réseaux publics de
distribution d’électricité

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 16 / 279
2.3 Documents EDF

On peut consulter la base documentaire ERDF à l’adresse suivante :


http://www.erdfdistribution.fr/Documentation_technique_de_reference

Le référentiel concernant les ZNI (Zones Non Interconnectées) est à l’adresse


suivante :
http://sei.edf.com/vous-etes-producteur-d-electricite/le-raccordement/les-referentiels-
techniques-applicables-47811.html

Les documents évoluant régulièrement, il est bon de vérifier qu’on utilise la version à
jour…

Documentation technique de référence d’ERDF – Etat des publications au 1/10/2014.


Référence ERDF-NOI-RES_09E - 01.10.2014

Liste des études à mener pour le raccordement d’un utilisateur HTA aux réseaux
publics de distribution.
Référence ERDF-NOI-RES_02E – 01.03.2008

[21] Protections des installations de productions raccordées au réseau public de


distribution
Référence ERDF-NOI-RES_13E – 30.06.2013

Etude de tenue aux courants de court-circuit pour le raccordement d’une production


décentralisée en HTA.
Référence ERDF-PRO-RES-07E – 01.03.2008

Etude de l’impact sur le plan de protection du raccordement d’une production


décentralisée en HTA.
Référence ERDF-PRO-RES-09E – 01.03.2008

Etude de la protection de découplage pour le raccordement d’une production


décentralisée en HTA.
Référence ERDF-PRO-RES-10E – 01.07.2011

Etude de l’impact sur la transmission tarifaire pour le raccordement d’une production


décentralisée en HTA.
Référence ERDF-PRO-RES-11E – 15.01.2014

Etude des variations rapides de tension pour le raccordement d’une production


décentralisée en HTA.
Référence ERDF-PRO-RES-12E – 01.03.2008

Etudes des émissions harmoniques pour le raccordement d’une production


décentralisée en HTA.
Référence ERDF-PRO-RES-13E – 01.03.2008

[23] Modalités du contrôle de performances des installations de production raccordées en


haute tension (HTA) au réseau public de distribution géré par EDF.
Référence ERDF-PRO-RES-64E – 01.08.02012

[22] Protection de découplage pour le raccordement d’une production décentralisée en


HTA et en BT dans les zones non interconnectées
Référence SEI REF 04 – 1.05.2014

Déconnexion des installations de production mettant en œuvre de l’énergie fatale à


caractère aléatoire dans les zones non interconnectées au réseau métropolitain
continental.
Référence SEI REF 03 - 1.05.2014

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 17 / 279
Référentiel technique HTB relatif aux prescriptions techniques de conception et de
fonctionnement pour le raccordement d’une installation de production d’énergie
électrique au réseau public HTB ≥ 50 kV des Zones Non Interconnectées.
Référence SEI REF 01 – 1.12.2008

2.4 Documents Schneider Electric

Site offre solaire Schneider pour fermes au sol centralisées:


http://solar.schneider-electric.com/solution/centralized/

Schneider Electric Solar Catalog:


http://www2.schneider-electric.com/documents/solar/RECatalog/index.html

Schneider Electric Solar Business Catalog – 2013/2014

Information précise produits Schneider (Solar BU) pour fermes PV:


http://solarexchange.schneider-
electric.com/USLC/Shared%20Documents/Forms/AllItems.aspx

Compact NSX - Compact INS/INV Masterpact NW DC - DC PV


Power circuit breakers and switch-disconnectors direct current from 16 to 4000 A
Catalogue 2015

Safe and reliable photovoltaic energy generation - Selection of low voltage


switchgears and circuit protection components per type of photovoltaic electrical
architecture – EDCED112005EN - 05/2012

Reduce Energy costs with efficient solar power – Photovoltaic products and solutions
for residential & commercial buildings, and power plants – 2012

Guide de l’Installation Electrique / Electrical Installation Guide, § P: Les installations


photovoltaïques
Voir http://www.electrical-installation.org/enwiki/PhotoVoltaic_(PV)_installation

Lightning Risk assessment in accordance with NF EN 62305-2 - AES PV plants


N° TAI01198F0 C0 - 23/11/2009

Centrale photovoltaïque Vinon sur Verdon -


Compte-rendu des mesures sur site juin 2010 - N° TAI01601F0

Utilisation d’un Cardew dans une installation PV, Ed01.101202Fr.doc


Using a Cardew in a PV installation, Ed01.101202En.doc

PV Box – Note de calcul cables DC et AC (MT et BT), 2012,


Doc n°12_PV DOS2_PV BOX_02_VA

DC cables sizing and PV modules protection on PV farms, I. GAL,


27th EU PVSEC 2012

Lightning surge protection of photovoltaic power plants connected to a distribution


network, C. VOLLET, I. GAL, S. MATHIOU, M. DERRIEN, M. BOUKAHIL, CIGRE
International Colloquium on Lightning and Power systems 2014.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 18 / 279
2.5 Guides ADEME-Gimelec

Guide de rédaction du Cahier des charges techniques des générateurs


photovoltaïques raccordés au réseau
ADEME – Référence PVC / VA

Générateurs photovoltaïques raccordés au réseau – Spécifications techniques


relatives à la protection des personnes et des biens – Guide pratique à l’usage des
bureaux d’études et installateurs
ADEME – 01.01.2006

Générateurs photovoltaïques raccordés au réseau – Guide de spécifications


techniques relatives à la protection des personnes et des biens

Guide des producteurs d’électricité d’origine photovoltaïque – Document de synthèse


relatif aux démarches pour la production et vente d’électricité et aux normes et guides
applicables pour la mise en œuvre
ADEME – 02.07.2007

Guide des bonnes pratiques GIMELEC – Réussir votre centrale photovoltaïque, 2010

2.6 Autres

Centrales photovoltaïques - Guides pour le dimensionnement et la réalisation de


projets à l’usage des bureaux d’ingénieurs – PACER – juin 1996

[25] Planning & Installing Photovoltaic systems – A guide for installers, architects a
nd
engineers – 2 edition

Common Practices for Protection Against the Effects of Lighting on Stand-Alone


Photovoltaic Systems - IEA PVPS T3-14 – 2003 – IEA

Lightning and overvoltage protection of PVPS – 2001 - Ing.-Büro Mayer

Guidelines for protection against electric shock in PV generators, J.C. Hernandez &
P.G. Vidal, IEEE transactions on energy conversion, VOL. 24, NO. 1, MARCH 2009

Characterization of the insulation and leakage currents of PV generators – relevance


for human safety, J.C. Hernandez, P.G. Vidal & A. Medina – Renewable Energy 35
(2010) 593-601

Information technique SMA - Courants de fuite capacitifs –Version 2.5 (2015)

Guide Blu n°15 FOTOVOLTAICO (11/2010) – Edizioni TNE

The Bakersfield fire: A Lesson in Ground-Fault Protection, Bill Brooks, PE - SolarPro


February/March 2011

Réalisation de la liaison équipotentielle des modules photovoltaïques –


Les bonnes pratiques
Guide à l’usage des installateurs, des bureaux d’études et des porteurs de projets
Version du 10/03/2011

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 19 / 279
3 DEFINITIONS

Dans ce document, l’appellation « PV » signifie « photovoltaïque ».


Les termes entre parenthèses sont ceux utilisés en Anglais.
La plupart des définitions sont issues des normes UTE C 15-712-1 et projet IEC 60364-7-712.

 Cellule PV (= PV cell)
Dispositif PV fondamental pouvant générer de l’électricité lorsqu’il est soumis à la
lumière tel qu’un rayonnement solaire.

 Module PV (= PV module)
Le plus petit ensemble de cellules solaires interconnectées complètement protégé
contre l’environnement.

Module Fabrication Avantages Inconvénients


PV
mono Lors du - bon rendement, de 14% coût de fabrication élevé
cristallin refroidissement, le à 16%
2
silicium fondu se - bon ratio Wc/m (~150
2 7
solidifie en ne Wc/m ) ce qui permet un
formant qu'un seul gain de place si
cristal de grande nécessaire
dimension. On - nombre de fabricants
découpe ensuite le élevé
cristal en fines
tranches qui
donneront les
cellules. Ces cellules
sont en général d'un
bleu uniforme.
multi Pendant le - cellule carrée (à coins rendement faible sous un
cristallin refroidissement du arrondis dans le cas du Si faible éclairement
(ou poly silicium dans une mono cristallin) (rendement autour de
cristallin) lingotière, il se forme permettant un meilleur 12/14%)
plusieurs cristaux. La foisonnement dans un
cellule module
photovoltaïque est - bon rendement de
d'aspect bleuté, mais conversion, environ 100
pas uniforme, on Wc/m², mais cependant
distingue des motifs un peu moins bon que
créés par les pour le mono cristallin
différents cristaux. - lingot moins cher à
produire que le mono
cristallin
à couche Les couches minces - fonctionnement avec un -rendement faible en plein
mince sont à base de éclairement faible ou soleil, de 5% à 7%, -
(thin silicium amorphe, diffus (même par temps nécessité de couvrir des
film) Tellurure de couvert, y compris sous surfaces plus importantes
Cadmium (CdTe), éclairage artificiel de 20 à que lors de l’utilisation de
Arséniure de Gallium 3000 lux) silicium cristallin (ratio
(Ga As). - coût un peu moindre que Wc/m² plus faible, environ
pour les autres 60 Wc/m2)
techniques - performances qui
- intégration sur supports diminuent avec le temps
souples ou rigides. dans les premiers temps
d'exposition à la lumière
naturelle (3-6 mois), pour
se stabiliser ensuite (-10 à
20% selon la structure de
la jonction).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 20 / 279
 Mismatch : perte de puissance provoquée par l’association de modules PV de
caractéristiques différentes ; ces modules associés ne fonctionnant pas à leur
puissance maximum (exprimée en %)

 Pertes optiques : Pertes globales des modules PV. Ces pertes englobent les pertes
par qualité, le mismatch, la qualité des panneaux, les pertes dues à la température, les
pertes par irradiance…

 Qualité des panneaux : Il s’agit de l’écart de puissance crête entre la puissance


donnée par la data sheet constructeur et la puissance réelle en conditions STC. En
général, cet écart n’est pas supérieur à 5%.

 Chaîne PV (= PV string): circuit dans lequel des modules PV sont connectés en série
afin de former des ensembles de façon à générer la tension de sortie spécifiée

 Groupe PV (= PV Array): ensemble mécanique et électrique de chaînes et d’autres


composants pour constituer une unité de production d’énergie électrique en courant
continu

 Boîte de jonction de groupe PV ( = PV string combiner box) : enveloppe dans


laquelle toutes les chaînes PV d’un groupe PV sont reliées électriquement et où
peuvent être placés les dispositifs de protection éventuels.
Les chaînes photovoltaïques sont parallélisées en entrée de la boîte de jonction, de
manière à n’avoir plus qu’un seul circuit en sortie.
Abréviation BJG dans ce document.

 Boîte de jonction ou tableau de générateur PV ( = PV array combiner box = DC


combiner Box) : enveloppe dans laquelle tous les groupes PV (= sub-arrays) sont
reliés électriquement et où peuvent être placés les dispositifs de protection éventuels.

 Master/slave box : système permettant d’optimiser le rendement des onduleurs, pour


une utilisation avec 2 gros onduleurs identiques, cela en commutant l’énergie sur 1 seul
onduleur « maître » lorsque la puissance totale est inférieure (généralement) à 80% de
la puissance d’1onduleur, ou sur les 2 onduleurs lorsque la puissance totale dépasse ce
seuil (n’est plus préconisé).

 Générateur PV, champ PV: ensemble de groupes PV, connectés en parallèle à un


onduleur et associés à un même MPPT.

 Equipement de conversion PV, onduleur (= PV inverter): dispositif transformant la


tension et le courant continus en tension et courant alternatifs

 MPPT = Maximum Power Point Tracking : méthode de pilotage interne à un onduleur


assurant la recherche du fonctionnement à puissance maximale.

 Câble de chaîne PV (=PV string cable) : câble reliant les chaînes PV à la boîte de
jonction générateur ou à la boîte de jonction de groupe PV.

 Câble de groupe PV (=PV array cable) : câble reliant les boîtes de jonction de groupe
PV à la boîte de jonction générateur PV.

 Câble principal continu PV (=PV DC main cable) : câble connectant la boîte de


jonction de générateur PV aux bornes du courant continu de l’équipement de
conversion.

 Irradiance (ou éclairement énergétique) : terme utilisé pour quantifier la puissance d'un
rayonnement électromagnétique par unité de surface, dans le système international
−2
d'unités, elle est exprimée en watt par mètre carré (W·m )

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 21 / 279
 Conditions d’essai normalisées STC (= Standard Test Conditions) : Conditions
d’essais prescrites dans la NF EN 60904-3 pour les cellules et les modules PV
(éclairement de 1000W/m² dans le plan des modules, température de la cellule de
25°C, distribution spectrale de la lumière dite masse d’air AM 1.5).

 Normal Operating Cell Temperature (NOCT) : Conditions de tests pour lesquelles les
panneaux photovoltaïques sont testés. Les conditions se rapprochent des conditions
réelles des sites (irradiance de 800W/m², température ambiante de 20°C). La
température de la cellule atteint en général 45 à 50°C.

 Courant de court-circuit IscSTC (short-circuit current under standard test conditions


ISC MOD, ISC S-ARRAY, ISC ARRAY): courant de court-circuit d’un module, d’une chaîne, d’un
groupe PV ou d’un générateur PV en conditions d’essai normalisées.

 Courant à la puissance maximale ImppSTC : courant d’un module, correspondant à la


puissance maximale dans les conditions d’essai normalisées STC.

 Courant inverse maximal IRM (= IMOD_MAX_OCPR) : valeur assignée de l’éventuel dispositif


de protection contre les surintensités fournie par le fabricant du module.
Le module est testé à 135%.IRM pendant 2h selon la norme NF EN 61730-2.
La norme NF EN 50380 définit une valeur IR différente de IRM qui correspond à la tenue
en courant inverse du module pendant 8h.

 Courant PV maximal en court-circuit Iscmax :


Il se calcule par la formule Iscmax = Ki. IscSTC avec Ki ≥ 1,25.

 Courant nominal d’un dispositif de protection : In.

 Courant conventionnel de déclenchement ou fusion d’un dispositif de protection :


I2.

 Tenue au courant de court circuit d’un parafoudre : ISCPV

 Tension en circuit ouvert UocSTC (=VOC MOD , VOC ARRAY : open-circuit voltage under
standard test conditions) : tension en conditions d’essai normalisées, aux bornes d’un
module PV, d’une chaîne PV, d’un groupe PV non chargés (circuit ouvert) ou aux
bornes de l’onduleur (côté courant continu).

 Tension maximale en circuit ouvert UocMAX : tension maximale, aux bornes d’un
module PV, d’une chaîne PV, d’un groupe PV non chargés (ouvert) ou aux bornes de
l’onduleur (côté courant continu). UocMAX = k. UocSTC

 PCE= Power Conversion Equipment (IEC)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 22 / 279
4 GENERALITES : FONCTIONNEMENT DES PANNEAUX

Ce paragraphe explique les principes de fonctionnement généraux des panneaux solaires,


nécessaires à la compréhension des chapitres suivants.
Les caractéristiques mentionnées ci-dessous sont définies pour les conditions de tests standards
(STC), c’est-à-dire pour une irradiance de 1000W/m², une température de 25°C et par une distribution
spectrale de la lumière AM 1.5.

4.1 Introduction

La cellule photovoltaïque est basée sur les propriétés des semi-conducteurs. C’est le seul
convertisseur direct pour transformer la lumière en énergie électrique. Son principe de fonctionnement
repose sur l’effet photovoltaïque découvert par A. Becquerel en 1839.

4.2 Principe de fonctionnement

Pour créer une énergie dans un élément semi-conducteur, il faut lui fournir une énergie qui permet
d’extraire des électrons de la bande de Valence pour les transférer dans la bande de conduction, donc
une énergie supérieure au ‘’gap’’ de la zone interdite. Les photons apportés par la lumière
transportent une énergie E permettant d’atteindre cet effet. La lumière pénétrant dans un semi-
conducteur permet donc de le passer de l’état isolant à l’état conducteur.
Pour transformer un semi-conducteur photosensible de composant passif à composant actif, il faut
doper le semi conducteur. Le dopage est réalisé par l’ajout de bore ou de phosphore (en général).
Ensuite, il faut pour fabriquer une cellule solaire mettre en contact ces 2 types de dopage pour profiter
du champ électrique ainsi créé, il s’agit de la fonction P-N.
La cellule solaire au silicium est une diode de grande dimension avec des caractéristiques de
fabrication et d’aspect bien particulières.

Ainsi, il existe différents types de technologie de cellules :


 cellules monocristallines : 35% de la production en 2014
 cellules poly cristallines : 56% de la production en 2014
 cellules couches minces (thin film) : 9% de la production en 2014

 La technologie monocristalline a un rendement moyen de 16 à 18% qui nécessite beaucoup


d’énergie pour sa création. En effet, le process est composé de nombreuses étapes de
fabrication gourmandes en énergie. Le coût de cette technologie est ainsi élevé. La durée de
vie garantie par les constructeurs est de 20 ans.
 La technologie poly cristalline a un rendement inférieur à la technologie monocristalline. Il est
de l’ordre de 12 à 14%. Par contre, il est économiquement plus accessible. En effet, cette
technologie utilise, entre autre, des matériaux moins purs. La durée de vie garantie par les
constructeurs est de 20 ans.
 La technologie couches minces a un process moins critique que celui de la technologie poly
cristalline.
Les cellules à couches minces au silicium amorphe (ainsi appelé parce que le matériau n’a
plus de structure poly cristalline) ont la particularité de présenter des caractéristiques
électriques supérieures à celles spécifiées par le fabriquant les premières semaines
d’exposition au soleil. La puissance générée peut être supérieure de 15%, la tension de
l’ordre de 10%, le courant de l’ordre de 5%. Le phénomène d’augmentation de tension initiale
en particulier est à prendre en compte dans le dimensionnement de l’installation PV.
Le phénomène de dégradation initiale de la performance n’existe pas avec les autres
technologies à couches minces. Les rendements de ces technologies atteignent environ 7%.

Le plafonnement du rendement des cellules PV actuelles correspond à une limite physique due à leur
unique jonction (zone de contact entre deux couches de silicium), qui ne peut réagir à la totalité du
spectre lumineux, d’où les pertes. Le plafond, à 33,5%, est appelé «limite de Shockley-Queisser». En
pratique, la véritable limite est plutôt de 25% car au-delà les coûts de production sont trop hauts.

D’autres technologies sont en cours de développement :


 les polymères qui ont une durée faible et un rendement faible mais qui présentent l’intérêt
d’être biodégradables.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 23 / 279
 Des cellules multi-jonction (limite théorique de rendement –avec système de concentration- :
83% !)
 Les pérovskites bouleversent la communauté PV en augmentant notablement les rendements
(résultats encore au stade de démonstrateurs). Cette famille de matériaux à structure
cristalline particulière est hybride, avec à la fois des composés organiques et inorganiques. Sa
limite théorique de rendement se situerait autour de 44%. Future alternative aux cellules en
silicium ?

Les cellules PV sont montées en série ou en parallèle pour augmenter la tension à leurs bornes et le
courant délivré.

Ci-joint quelques caractéristiques de panneaux photovoltaïques de différentes technologies :

Couches
Couches minces
Technologie minces Poly cristallin Monocristallin
CdTe
Si amorphe
Unisolar First Solar Yingli Solar SunPower
Fabricant
(PVL136) (FS265) (YL220) (SPR-315E-WHT)

Nombre de cellules 22 en série 116 60 en série 96

Puissance (Pmax)
136 Wcrête 65 Wcrête 220 Wcrête 315 Wcrête
(STC)

Tension à Pmax
33 V 63.7 V 30 V 54.7 V
(STC)

Courant à Pmax
4.1 A 1.02 A 7.4 A 5.76 A
(STC)
Courant de court-
5.1 A 1.17 A 8.1 A 6.14 A
circuit (STC)
Tension à circuit
46.2 V 87 V 36.6 V 64.6 V
ouvert (STC)
Puissance (Pmax)
105 W / / /
(NOCT)
Tension à Pmax
30.8 V / / /
(NOCT)
Courant à Pmax
3.42 A / / /
(NOCT)
Courant de court-
4.1 A / / /
circuit (NOCT)
Tension à circuit
42.2 V / / /
ouvert (NOCT)

NOCT 46°C 45°C 46°C 45°C

Coefficient de 5.1 mA/K 3.5mA/°C


0.04%/°C 0.1%/°C
température de Icc (0.1%/°C) (0.06%/°C)

Coefficient de -176mV/K -176.6mV/°C


-0.25%/°C - 0.37%/°C
température de Voc (-0.38%/°C) (-0.38%/°C)
Coefficient de
-286 mW/K
température de -0.25%/°C -0.45%/°C -0.38%/°C
(-0.21%/°C)
Pmax

Rendement (STC) 6.2% 13.1% 12.9% 19.3%

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 24 / 279
4.3 Schéma équivalent

Rs
Ip

Iph ID, VD Vp
Rsh

Le schéma équivalent le plus simple de la cellule PV comprend :


 un générateur de courant qui modélise l’éclairement,
 une diode en parallèle qui modélise la jonction PN,
 une résistance shunt Rsh qui caractérise les courants de fuite dus à la diode et aux
effets de bord de la jonction,
 une résistance série Rs qui représente les résistances de contact et de connexions.

Il existe des schémas équivalents plus complexes, utiles pour la modélisation (cf [25]).

4.4 Caractéristique Ip = f(Vp)

Courant
a

Isc b
Impp
c

Tension
Vmpp Voc

 dans la zone a), le module PV se comporte comme un générateur de courant,


 dans la zone b), le module PV se comporte comme un générateur de tension,
 dans la zone c), l’impédance interne du PV varie rapidement.

Le point de puissance maximal pour un éclairement donné et une température donnée appelé aussi
MPP (Maximum Power Point) se situe dans la zone c). Il correspond au point de contact avec
l’hyperbole de puissance.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 25 / 279
4.5 Influence du niveau d’irradiance E

Le niveau d’éclairement d’un module PV a une forte influence sur la puissance que peut délivrer le
module.
Plus le niveau d’éclairement est faible, plus le courant (et donc la puissance) délivré par le module PV
sera faible et inversement. Isc est proportionnel à l’éclairement dès que l’éclairement est supérieur à
100W/m². La tension Voc (tension en circuit ouvert) reste quasi constante (à quelques % près) dès
que l’éclairement est supérieur à 100W/m². Pour des éclairements inférieurs à 100W/m², Voc chute
rapidement.

Les puissances nominales données par les constructeurs sont pour un éclairement de 1000W/m².

Courant

1000 W/m² Irradiance

750 W/m²

500 W/m²
Isc

250 W/m²

Voc

4.6 Influence de la température

Les puissances nominales données par les constructeurs sont pour une température ambiante de
25°C. L’efficacité du module photovoltaïque diminue en fonction de sa température. C’est notamment
sa tension à vide qui diminue fortement à mesure que la température s’élève. A contrario, le courant
de court-circuit reste stable autour de sa valeur STC.

Courant

Isc

250 W/m²

Température

Voc

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 26 / 279
4.7 Association en série

Lorsque les modules sont associés en série, la tension résultante augmente : Vtotal_co = n x VCo
(avec n nombre de modules en série, Vco est la tension à vide d’un module PV, et Vtotal_co est la
tension à vide résultante.

Courant

Isc

Mise en série

Tension
Voc Voc totale

4.8 Association en parallèle

Les propriétés de l’association des modules en parallèle sont duales avec l’association en série. Ainsi,
dans un groupement en parallèle, les modules sont soumis à la même tension (la plus basse) et la
caractéristique résultante du groupement est obtenue par addition des courants.

Isctotale = n x Isc
(avec n nombre de modules en parallèle, Isc est le courant de court-circuit du module et Isc totale est
la résultante du courant).

Courant

n .Isc

Mise en parallèle

Isc

Tension
Voc
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 27 / 279
4.9 Courbes diverses

Ci-après les courbes :


 Puissance en fonction de la tension,
 Tension de circuit ouvert en fonction de l’ensoleillement,
 Tension de court-circuit, tension de circuit ouvert et puissance en fonction de la température de
la cellule

4.10 Ombrage (Shadding)

4.10.1 Impact d’un ombrage

L’ombrage (shadding an anglais) est causé par les obstacles se trouvant à proximité d’un champ
photovoltaïque (arbres, montagnes, pylônes…) ou par les nuages. Tout ou partie d’un parc PV, d’une
chaîne peut être soumis à de l’ombrage.

Cet ombrage conduit à 2 effets négatifs :


 A l’intérieur d’une chaîne, le module ombré peut voir sa tension s’inverser fortement
sous l’impact des autres modules de la chaîne qui sont restés éclairés. La puissance
dissipée dans le module ombré peut alors devenir très importante et créer des points
chauds (Hot spot), destructeurs pour le module. Pour éviter ce phénomène, les
constructeurs de modules ajoutent des diodes de bypass qui permettent de contourner
les cellules ombrées. Par exemple, PhotoWatt ajoute une diode de by-pass par groupe
de 18 cellules.

 A l’intérieur d’un groupe, le ou les modules ombrés voient leur tension réduite, en général par
action des diodes de bypass. Les tensions des chaînes ombrées, raccordées en parallèle
dans un groupe PV avec des chaines non ombrées, ne sont donc plus équilibrées. En
conséquence, un courant inverse, potentiellement destructeur pour les modules et les
câblages, peut prendre naissance dans des chaînes partiellement ombrées. Les chaînes de
modules se protègent contre les courants inverses par des fusibles ou des disjoncteurs DC
(courant continu).

 Dans tous les cas, la production de l’installation PV est réduite de façon significative et la
rentabilité de l’installation affectée. Le responsable d’étude d’une installation PV doit donc
veiller à supprimer tous les obstacles susceptibles de générer des ombrages sur les
modules.

Cf en Annexe l’explication de l’effet Hot Spot au travers d’un exemple .

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 28 / 279
4.10.2 Effet d’un ombrage selon le type de connexion des modules PV (série ou
parallèle)

4.10.2.1 Connexion des modules PV en série

2 maxima

Avec la connexion en série de modules (chaîne), lors d’un ombrage, il y a 2 maximums. Les
algorithmes de « tracking » pour rechercher le maximum de puissance peuvent alors se tromper. Si
l’ombrage a lieu le matin au moment de la connexion de l’onduleur, alors l’onduleur va se positionner
sur le maximum se situant à droite sur le graphique ci-dessus. Par contre, si l’ombrage survient
lorsque l’onduleur fonctionne normalement, alors l’onduleur va fonctionner avec le maximum se
situant à gauche sur le schéma ci-dessus.

Dans tous les cas, l’ombrage provoquera des pertes supplémentaires.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 29 / 279
4.10.2.2 Connexion de chaînes en parallèle

La situation la plus favorable est lorsque l’ombrage se situe sur une même chaîne ou est distribué sur
peu de chaînes. Le nombre de modules affectés importent peu, seul le nombre de chaîne affecté par
l’ombrage est déterminant dans la perte de puissance.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 30 / 279
4.11 Mismatch

4.11.1 Documents de référence

[1M] A. Chouder, S. Silvestre. Analysis Model of Mismatch Power Losses in PV Systems. Journal
of Solar Energy Engineering Vol. 131, May 2009
[2M] Alain RICAUD. Technique de l’ingénieur : Modules photovoltaïques - Filières technologiques
[3M] D. L. Staëbler, C. R. Wronski, Appl. Phys. Lett. 31, 292 (1977).
[4M] David L. King, Jay A. Kratochvol, and William E. Boyson. Stalibization and characteristic of
th
commercial amorphous –silicone PV modules. IEEE 28 Photovoltaic Specialists Conference,
2000. Conference Record, Anchorage, AK, USA. 15 – 22 September 2000 Page(s):1446 - 1449
[5M] B. Damiani, K. Nakayashiki, D.S Kim, V. Yelundur, S. Ostapenko, I. Tarasov and A. Rohatgi.
Light induced degradation in promising multi-cristalline silicon material for solar cell fabrication. 3rd
World Conference on Photovoltaic Energy Conversion, 11-18 May 2003 Page(s): 927 - 930 Vol.1
[6M] Charles E. Chamberlin, Peter Lehman, James Zoellick, and gian Pauletto. Effects of mismatch
losses in photovoltaics arrays. Solar Energy, Vol. 54, N° 3, pp. 165-171, 1995
[7M] Wolfgang Damm, Detlev Heinemann and Detlef Pukrop. Power losses in PV arrays due to
variations in the I-Vcharacteristics of PV modules. Disponible en ligne
http://www.energiemeteorologie.de/publications/solar/conference/1995
[8M] André Mermoud. Conception et Dimensionnement de Systèmes Photovoltaïques :
Introduction des Modules PV en couches minces dans le logiciel PVsyst. Rapport Final, Mai 2005.
Disponible en ligne http://www.unige.ch/energie/energieforel/pub/pubcuepe.html
[9M] D. Chianese, N. Cereghetti, S. Rezzonico and G. Travaglini. 18 types of PV modules under
the lens. 16th EPVSEC, Glasgow, May 2000.
[10M] E.L. Meyer, E.E. van Dyk. Characterization of degradation in thin-film photovoltaic module
performance parameters. Renewable Energy 28 (2003) 1455–1469
[11M] E.L. Meyer, E.E. van Dyk. Assessing the Reliability and Degradation of Photovoltaic Module
Performance Parameters. IEEE Transactions on reliability, Vol. 53, N°. 1, March 2004
[12M] A.J. Carr, T.L. Pryor. A comparison of the performance of different PV module types in
temperate climates Solar Energy 76 (2004) 285–294
[13M] C. Radue, E.E. van Dyk, E.Q. Macabebe .Analysis of performance and device parameters of
CIGS PV modules deployed outdoors. Thin Solid Films 517 (2009) 2383–2385
[14M] C.R. Osterwald, A. Anderberg, S. Rummel, and L. Ottoson. Degradation Analysis of
Weathered Crystalline-Silicon PV Modules. 29th IEEE PV Specialists Conference New Orleans,
Louisiana, May 20-24, 2002
[15M] Jürgen Schumacher, Ursula Eicker, Dirk Pietruschka, Alberto Catani. Exact analytical
calculation of the one-diode model parameters from PV module data sheet information

4.11.2 Définition du Mismatch

Un parc PV fournit une puissance maximale inférieure à la somme des puissances maximales des
modules PV constituants. Cette différence, considérée comme une perte de puissance, est appelée
«mismatch ».
  Pmppi  Pmpp 
 
MM   i  % 


i mppi 
P

Avec : Pmpp : Puissance maximale délivrée par l’installation


i: Indice du panneau
Pmppi : Puissance maximale que le panneau i peut fournir
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 31 / 279
4.11.3 Description de l’effet « mismatch »

Sur le champ, les panneaux PV sont montés en série (en string) et les chaînes sont connectées en
parallèle pour obtenir une tension et un courant de fonctionnement spécifiques.
Dans une chaîne les tensions s’ajoutent et le courant est commun. Lorsqu’on met les chaînes en
parallèle, les courants s’ajoutent mais la tension est commune pour toutes les chaînes.
En régime statique, le courant dans une chaîne est égale au courant généré le plus faible. La tension
dans une chaîne est égale à la somme des tensions des modules.
Mais, en réalité, un certain nombre de chaînes sont connectées à un dispositif « tracker » (onduleur,
dans notre application) qui cherche en permanence la puissance totale Pmpp . L’onduleur, ne voyant
pas les modules individuellement, varie la tension globale (en ajustant son impédance en entrée), qu’il
va appliquer à toutes les chaînes, de manière à maximiser la Pmpp . Donc, chaque module voit sa
tension modifiée (V ≠ Vmpp). Comme la tension et le courant sont reliés par la caractéristique I(V), le
point de fonctionnement se déplace au voisinage de son MPP :
V ≠ Vmpp, I ≠ Impp donc P < Pmpp
En conclusion, l’assemblage de modules non identiques fait qu’ils ne fonctionnent pas à leur MPP, et
donc crée des pertes.

4.11.4 Possibles causes de « mismatch »

Les pertes de « mismatch » sont causées par l’assemblage de modules PV non-identiques. La


disparité des caractéristiques vient de plusieurs raisons:
 Tolérance des paramètres nominaux fournis par le fabricant du panneau
A la sortie de la chaine de fabrication chaque panneau est soumis brièvement à un éclairage dans
une enceinte recréant les conditions normalisées STC (Standard Test Condition) avec :
- éclairage G : 1000W/m²
- température T : 25°C
- masse d’aire AM : 1,5
On appelle ce test : le « flashage » (flash-test en anglais). Les paramètres de chaque panneau sont
obtenus. De cette manière, chaque module PV est donc unique dans ses caractéristiques.
Après le « flashage » le fabriquant constitue des lots en triant des modules en puissance. Les
modules d’un lot donné ont une puissance maximale avec une tolérance de +/-3% à +/-10% (selon les
fabricants).
Les panneaux sont normalement livrés avec une flash-liste qui donne leurs caractéristiques.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 32 / 279
 Dégradation de performance des panneaux
Les retours d’expérience ont montré que tous les panneaux PV connaissent une dégradation plus ou
moins grande lors d’exposition à l’extérieur. Il semble qu’on soit d’accord [9M] sur le fait que la
dégradation de courant de court-circuit Isc est responsable de la dégradation en puissance. L’impact
des autres paramètres est moindre. Comme chaque module est différent et qu’il ne se dégrade pas de
la même manière, le « mismatch » généré par ce phénomène est non négligeable.

 Modules partiellement ombrés


Les caractéristiques I(V) de la chaîne et du groupe seront directement impactées s’il y a des
cellules/modules ombrés.
Les panneaux cristallins sont plus impactés par le problème d’ombrage que les modules amorphes
car les cellules sont petites. A savoir que la surface de chaque cellule amorphe est en moyenne 8 fois
plus grande que celle des cellules cristallines.

4.11.5 Sensibilité à la perte de « mismatch »

Les pertes de « mismatch » dépendent 5


du déplacement du point de fonctionnement US-64
sur la courbe de caractéristique I(V). 4.5 BP275c-Si
La figure ci-contre donne l’exemple des courbes 4
CdTe
I(V) de différents types de panneaux. CIS
MPPT
3.5
On remarque que pour la caractéristique I(V) ayant un
« soft knee » (silicone amorphe : courbe rouge en 3
Courant (A)

pointillé), le courant augmente plus significativement


2.5
lorsque la tension de fonctionnement diminue, donc
la puissance produite est moins impactée. Pour les 2
cristallins, la courbe I(V) a un « sharp knee », ce qui fait
que les modules cristallins sont plus sensibles à la perte 1.5

de « mismatch ». En pratique, la sensibilité au 1


« mismatch » pour les modules amorphes est moindre
que les cristallins. 0.5

La caractéristique des CIS ressemble plutôt à celle des 0


0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
cristallins. Tension (V)

La caractéristique des CdTe ressemble plutôt à celle de l’amorphe.

4.11.6 Dégradation initiale de performance des panneaux

Les principales technologies industrialisées en quantité à ce jour sont : le silicium multi-cristallin (mono
ou poly), le silicium amorphe et les couches minces.

 Technologie silicium multi-cristallin


Les modules multi-cristallins connaissent une dégradation sur tous les paramètres initiaux avec des
taux de variation différents. Les plus impactés sont le courant de court-circuit, la puissance Pmpp…
L’ordre de grandeur pour la réduction de puissance maximale après 1 an d’exposition est de -4.8%
(avec un maximum constaté de -9.6%), [9M].
Après, la performance se stabilise et se dégrade en moyenne de 0.71% par an. Des études (REX 7)
ont montré qu’il y a une relation linéaire entre la dégradation en puissance et le total de spectre UV
capturé sur les panneaux, [14M].

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 33 / 279
 Technologie silicium amorphe
Les modules PV amorphe a-Si : H subissent les mêmes variations que leurs homologues multi-
cristallins.
De plus il faut ajouter une incertitude inhérente à la technologie, à savoir que les modules souffrent de
la dégradation sous lumière par l’effet Staëbler-Wronski. Cet effet se caractérise essentiellement par
la diminution lente de la conductivité sous fort éclairement. Il y a aussi diminution de la conductivité
dans l’obscurité.

Variation de la conductivité d’une couche de a-Si:H en fonction du temps avant, pendant et après
éclairement, [3M].

Tous les paramètres électriques sont alors impactés :


- Après un an d’exposition, selon [4M] , Isc se dégrade de 6%, Impp de 13%, Voc de 5%, Vmp
de 8%, et Pmpp de 20%
- Selon [2M], les modules à simple jonction bien encapsulés (pas de dégradation
atmosphérique) perdent 20 – 25% de leur puissance initiale ; les modules à double jonction
perdent 10 à 15%

Par contre, la dégradation sature rapidement au bout d’un certain temps (après quelques mois)
d’exposition sous l’illumination :
- dès le premier mois d’après les résultats d’expérimental du GENEC à Cadarache, [2M].
- dès le premier mois, selon [10M]
- après 6 mois, selon [9M]

D’ailleurs, les a-Si : H ont une caractéristique intéressante qui est leur capacité à auto-réparer la
dégradation sous lumière pendant la période d’été. Par exemple, un module à simple jonction, dont la
puissance initiale serait de 100 W, ne fera plus que 75 W l’hiver suivant mais remontera à 90 W l’été
suivant. D’après les retours d’expérience, la stabilisation a lieu vers un an à 80 – 85% de la valeur
initiale. Une fois les valeurs stabilisées, la performance des modules amorphes reste relativement
constante jusqu’à la fin de vie.
De plus, les modules amorphes ont une autre caractéristique qui est la stabilité en température. À
l’opposé des modules cristallins qui perdent en puissance 0.4% / °C d’élévation de température, ils
fonctionnent comme s’ils avaient un coefficient de température positif.
Normalement, les fabricants doivent donner les paramètres stabilisés. Ou bien mieux, ils donnent les
valeurs initiales et les valeurs nominales. C’est pour cette raison que dans de nombreux cas de
retours d’expérience, on constate que la puissance délivrée par les modules amorphes en début de
vie est de 5 à 15% supérieure à la valeur nominale et se stabilise après quelques mois, [8M], [10M],
[11M], [12M]…

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 34 / 279
 Autres technologies couche-mince
Les trois technologies les plus commercialisées pour les couches-minces sont :
- silicium amorphe hydrogéné à simple jonction a-Si :H,
- silicium amorphe à triple jonction a-Si:H/a-SiGe:H/a-SiGe:H
- CuInSe2 (CIS)
La performance des couches minces, sachant qu’il s’agit d’une technologie récente, est testée au
niveau des laboratoires.
Les retours d’expérience [10M] ont montré que les modules silicium à simple jonction se dégradent
beaucoup à cause de l’effet Staëbler-Wronski. Les modules silicium amorphe à triple jonction se
dégradent beaucoup moins et de manière comparable avec les modules CIS (de l’ordre de 10%)
Les tests en laboratoire des nouveaux matériaux comme Cz Si, Ribbon Si, SP mc Si… montrent que
leurs performances ne se dégradent pas de plus de 1.5% [5M].

4.11.7 Dégradation dû au vieillissement

La performance des panneaux tend à se dégrader dans le temps.


Pour les modules multi-cristallins, la perte est de l’ordre de 0.2% à 0.7% par an, avec une valeur
typique de 5.5% à la fin de vie. Ceci n’inclut pas la dégradation due à la dégradation initiale
mentionnée dans le paragraphe précédent.
Après la dégradation initiale, la performance des modules amorphes est assez stabilisée tout le long
de leur vie autour de 80% des valeurs initiales.
Pour les nouvelles technologies, ce phénomène n’est pas encore tout à fait connu.
Le marché du PV est plutôt stable à ce jour, permettant aux fabricants de garantir donc la production à
90% après 10 à 12 ans et à 80% après 20 à 25 ans.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 35 / 279
5 SCHEMAS TYPES D’UNE FERME PV

selon projet
IEC 60364-7-712

Exemple de schéma avec plusieurs chaînes


pour une même protection :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 36 / 279
selon UTE C 15-712-1

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 37 / 279
selon XP C 15-712-3

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 38 / 279
Modules
PV en série

Np Chaînes
en parallèle

BJG

Combiner box

Onduleur

Auxiliaire

Transformateur
Poste de transformation
Poste de livraison

Partie DC
Partie AC

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 39 / 279
6 SCHEMA DU CONTEXTE NORMATIF

6.1 Monde
Installation BT : IEC 60364-x Installation HT: IEC 61936-1

Installation PV BT : projet IEC 60364-7-712 HT cables sizing :


IEC 60502-2
IEC TS 62548
IEC 60949

Modules Circuit Onduleur Circuit Poste Réseau Référentiel


PV DC = ≈ AC Livraison HT local

Normes produit Normes produit Normes produit Normes produit : BT/HT


IEC 61215 - Fusibles PV IEC 62109-2 - Câbles
IEC 61646 IEC 60269-6 - parafoudres IEC 61643-11
- CPI : IEC 61557-8 Conditions de raccordement
IEC 61730 - Câbles PV…
Selon réglementation pays

6.2 France

Installation BT : NF C 15 -100 Installation Si U ≤ 33kV


HT (cables et I ≤ 630A
included: NF C 13-100
Installation ferme PV BT : UTE C 15-712-1 § XP C 15-712-3 (si stockage) NF C 13-200 Sinon :
NF C 13-200

Modules Circuit Onduleur Circuit Poste Réseau


ERDF ou RTE
PV DC = ≈ AC Livraison HT
Normes produit : BT/HT
Normes produit Normes produit Normes produit Terre HT:
NF EN 61215 - Fusibles PV - câbles RACCORDEMENT :
- parafoudres NF EN 61643-11 NF EN 50522
NF EN 61646 NF EN 60269-6 - Décret du 23 avril 2008
- CPI : NF C 61557-8 - Décret du 17 mai 2010
NF EN 61730... - Câbles PV
PROTECTION - Arrêtés du 23 avril 2008
UTE C 32-502
DECOUPLAGE : - Arrêté du 15 février 2010
NF EN 50618 ERDF-NOI-RES_13E
- Parafoudres - Arrêté du 24 novembre 2010
UTE C 61-740-51 - Arrêté du 23 décembre 2010

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 40 / 279
7 PERFORMANCE GLOBALE DE L’INSTALLATION

7.1 Définition : Ratio de performance / Performance ratio

Le ratio de performance (ou performance ratio PR en anglais) est défini par la formule suivante dans
la Norme IEC 61724 :

E kWh / an 
PR 
Pc kWc  ( H i kWh / m² / an  / Giref (kW / m²))

PR : ratio de performance de l’installation PV


E: Energie fournie au réseau électrique (kWh/an)
Pc : Puissance crête du générateur PV (kW)
Hi : rayonnement global incident dans le plan des modules PV (en kWh/(m².an) ou nombre
d’heures équivalentes à 1000 W/m² sous STC)
Giref : éclairement de référence

Les kWh mesurés correspondent à l’énergie électrique renvoyée sur le réseau de distribution. Elle est
mesurée par un compteur d’énergie.
Les kWh théoriques correspondent à l’énergie électrique qui aurait dû être envoyée sur le réseau de
distribution sans tenir compte des différentes pertes (optiques, électriques…). L’énergie théorique est
calculée à partir de capteurs de luminosité (Pyranomètres).

Dans le cadre des affaires, Schneider Electric doit parfois s’engager sur une valeur de PR avec
malus/bonus si l’objectif n’est pas atteint ou dépassé. Le PR « théorique » doit donc être déterminé
par le service technique au moment de l’offre. Certaines pertes peuvent ne pas être prises en
considération pour ce calcul. En effet, les pertes optiques (hormis les pertes par salissures) ne
dépendent pas de la conception de la centrale par Schneider. C’est par exemple le cas pour les
pertes par IAM ou les pertes par la température. Dans ce cas là, elles peuvent ne pas être intégrées
au calcul théorique. Néanmoins, le système permettant de calculer le PR réel devra tenir compte de
ces effets pour pouvoir les compenser.

Une centrale photovoltaïque de PR entre 0.7 et 0.8 est considérée comme une centrale de bonne
qualité.
Les pertes optiques représentent 75% des pertes totales contre seulement 25% pour les pertes
électriques.

Proportions des pertes

Pertes optiques
Pertes elec

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 41 / 279
Les pertes à prendre en compte dans le calcul sont les suivantes :

% perte
production
Paramètres (ou mesures) Proportion pertes totales
kWh
(Pvsyst)
dépend du
Ligne d'horizon
site
Salissure 0 à 10% 0%
Qualité des panneaux 0 à 5% 1%
Mismatch 0 à 2% 8%
ombrage 1 à 5% 10%
IAM factor –Incidence angle Modifier 3 à 5% 12%
faible irradiance 4 à 6,5% 20%
Température 3 à 12% 25%
Pertes AC ~0 0.2%
Pertes DC <1% 4%
Conso° auxiliaires 1.50% 4%
Pertes transformateur 1.5 à 2% 5%
Pertes onduleurs 3% 11%

On peut donc voir que les « gros » postes de pertes sont la température, la faible irradiance, les
ondes incidentes, l’ombrage et les pertes au niveau de l’onduleur.

Le PR permet donc de déterminer la qualité d’une installation. Il permet en outre de mettre en


évidence les différentes pertes et ainsi de constater le manque à gagner.
Par exemple, 1 kW de pertes correspond à 1400 kWh/An ce qui fait une perte de 560 €
(1 kWh = 0.4 €).

Pour information (arrêté tarifaire du 31 août 2010, France) :

Tarif d’achat applicable en 2010

Prime d’intégration sur bâtiments d’habitation <3 kWc 58 c€/kWh


Prime d’intégration sur bâtiments d’habitation >3 kWc 51 c€/kWh
Prime d’intégration sur bâtiments d’enseignement et santé 51 c€/kWh
Prime d’intégration sur autres bâtiments 44 c€/kWh
Prime d’intégration simplifiée 37 c€/kWh
Autres, métropole 27,6 c€/kWh xR *
Autres, DOM /TOM et Corse 35,2 c€/ kWh

Attention, à compter du 1er Janvier 2012, et au 1er Janvier de chaque année suivante, les tarifs d’achat seront réduit de
10% par rapport au tarif de l’année précédente, pour les nouvelles demandes de contrat.
*: R=1 pour Ptotale ≤250kWc
R=1 à 1,2 pour Ptotale >250kWc , selon le département d’implantation

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 42 / 279
7.2 Logiciel de simulation PVsyst

Ce logiciel développé par l’université de Genève est largement utilisé pour estimer la performance de
la centrale PV. Il permet par itération de choisir la meilleure conception pour la partie DC (nombre de
modules en série, en parallèle, distance entre stands…).

La simulation sert de base pour l’engagement de Schneider sur le PR. Il est donc important de bien
comprendre les paramètres disponibles qui peuvent influencer les résultats.

Pour l’orientation du champ, PVsyst propose plusieurs types de modélisations. Deux sont
généralement utilisées :
- Fixed tilt plane,
- unlimited sheds.

La première option est utilisée pour les bâtiments dont les modules PV sont posés à plat sur la toiture.

La deuxième option est utilisée pour les champs PV. Dans cette configuration, il faut indiquer la
distance inter-stand et la largeur & inclinaison des stands. Ceci permet au logiciel de déterminer les
ombres portées inter-stands .

Les paramètres rentrés ont une influence plus ou moins significative sur la performance globale de
l’installation. Il faut donc faire très attention aux différentes valeurs utilisées dans le logiciel.

7.3 Logiciel HOMER

Ce logiciel permet d’évaluer d’un point de vue économique des solutions mixtes de fourniture
d’énergie électrique, notamment insérées dans des sites isolés. Il permet de calculer le LCOE
(Levelized Cost Of Energy) et de comparer différentes solutions en terme de taux de pénétration PV.

7.4 Rayonnement solaire

Les deux principales données de base pour le logiciel PVSYST sont la température ambiante et
l'ensoleillement global sur un plan horizontal. Dans le cas de certains projets, des mesures précises
sur site seront employées pour le test de performance durant une période limitée de quelques jours.

- Irradiance globale horizontale (horizontal global irradiance) :

Niveau d’irradiance (en W/m²) arrivant sur une surface horizontale. Cette donnée est la somme de
l’irradiance horizontale directe et de l’irradiance horizontale diffuse.

- Irradiance directe horizontale (horizontal direct irradiance) :

Niveau d’irradiance (en W/m²) arrivant directement sur une surface horizontale sans passer par un
obstacle tel que des nuages.

- Irradiance diffuse horizontale (horizontal diffuse irradiance) :

Niveau d’irradiance (en W/m²) arrivant sur une surface horizontale réfléchi par des obstacles tels
que des nuages.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 43 / 279
7.4.1 Coefficient ALBEDO

Il s’agit du taux de réflexion de l’irradiance solaire par une surface donnée..

Cet effet se produit pendant le calcul de transposition de l'irradiance horizontale sur un plan incliné.
L’effet albédo "vu" par le module est donc nul pour un plan horizontal, et augmente avec l'inclinaison
du module.

Dans PVsyst, le coefficient Albédo peut être ajusté par mois pour prendre en compte d’autres états du
sol (typiquement de la neige en hiver).

Pour des modules non verticaux, l’effet Albédo a un impact très faible sur le résultat final.

Pour information, PVsyst suggère suivant la typologie du sol les coefficients suivants :

Environnement urbain : 0.14 - 0.22


Pelouse : 0.15 - 0.25
Pelouse « fraîche » : 0.26
Neige fraîche : 0.82
Neige mouillée : 0.55-0.75
Asphalte sec : 0.09-0.15
Asphalte mouillé : 0.18
Béton : 0.25-0.35
Tuiles rouges : 0.33
Aluminium : 0.85
Cuivre : 0.74
Fer galvanisé : 0.35

7.4.2 Inclinaison des modules (Plane tilt)

Il s’agit de l’inclinaison des modules par


rapport à l'horizontale.
Angle
d’inclinaison des
L’angle optimal est égal à la latitude
modules
du site PV si tous les panneaux sont
sur le même plan. Si le site comporte
des rangées de stands, alors l’angle optimal
est un compromis entre ensoleillement
maximum et ombrage minimum.
L’inclinaison peut être soit subie
(lorsque les modules sont intégrés au bâti,
l’inclinaison dépend de l’inclinaison de la toiture),
soit choisie (dans les autres cas).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 44 / 279
7.4.3 Azimuth

L’azimut est l’orientation du champ par rapport à la direction du Sud (dans l'hémisphère nord)
ou du Nord (dans l'hémisphère sud).

Sud

Dans l’exemple ci-dessus, l’azimuth est d’environ 20°.

7.5 Pertes propres à une installation PV

7.5.1 Perte due à la disparité de puissance des modules PV

7.5.1.1 Qualité des modules

Les pertes par qualité proviennent d’une différence entre la puissance nominale donnée par le
fabricant (Puissance crête du module aux conditions STC annoncée dans le datasheet) et la
puissance réelle délivrée par le module dans les mêmes conditions (STC).

PVsyst considère cette perte comme constante (en %).

Les constructeurs donnent dans leur data-sheet des tolérances (+/-5% en général) ; une méthode plus
pratique consiste à analyser les flash-tests (si disponibles) pour déterminer l’écart de performance.

7.5.1.2 Mismatch

Voir § 4.11.
Les pertes dues au mismatch proviennent du fait que les modules PV associés en série et en parallèle
n’ont pas des caractéristiques I-V identiques. En effet, lors de la construction des modules et ce
même pour des types de modules identiques, il y a une dispersion dans les propriétés réelles du
matériau.

PVsyst demande de rentrer 2 valeurs, une pour un fonctionnement à MPP (Maximum Power Point),
l’autre pour un fonctionnement à tension fixe. Ces 2 valeurs sont considérées comme constantes
pendant les simulations.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 45 / 279
7.5.2 Perte de rendement à faible irradiance

7.5.3 Perte par réflexion

Ces pertes sont également appelées « effet d’incidence (incidence effect en anglais) ». Elles
correspondent à la partie du rayonnement solaire réfléchi par la surface vitrée du module
photovoltaïque. Seule la partie de l’onde transmise apporte de l’énergie à la cellule PV.

Ces pertes obéissent aux lois de Fresnel sur la transmission et la réflexion sur une couche protectrice
et sur la surface d’une cellule. En pratique, ces pertes sont approchées en utilisant une fonction
dépendant uniquement de 2 variables (appelée ASHRAE) :

 1 
Freflexion  1  bo    1  : Angle d’incidence.
 cos  

b0 dépend de la technologie du capteur ainsi que de la structure (vitre de protection) qui lui est
associée. La valeur par défaut proposée par PVsyst est de 0.05 pour les panneaux cristallins.

7.5.4 Perte de rendement liée à la variation spectrale

Les technologies PV ont des réponses spectrales différentes. Le spectre instantané du rayonnement
dépend de :
- La position du soleil dans le ciel (masse d’air : AM)
- La composition de l’atmosphère traversée (conditions météo, humidité, pollution)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 46 / 279
Les modules PV sont sensibles au spectre du rayonnement reçu à chaque instant. Ceci va avoir des
impacts sur l’énergie incidente récupérable dans le plan des modules PV, qui est difficilement
quantifiable, et variable selon les zones et les technologies.
La perte spectrale est prise en compte dans l’estimation du PR lorsque la centrale PV utilise le
pyranomètre pour mesurer l’irradiance.

7.5.5 Perte de rendement liée à salissures

Ces pertes sont dues au dépôt de poussière sur les surfaces des modules PV. Ces pertes dépendent
fortement de la localisation du site et de la fréquence de nettoyage des panneaux solaires.
En effet, si de la saleté (poussière…) s’accumule sur la surface du module, ceci implique que les
cellules PV reçoivent moins d’irradiance, ou que cela provoque des ombrages partiels (fientes
d’oiseaux). Il y a donc une perte d’efficacité des modules.

Le paramètre « soiling » dans PVsyst est un facteur de pertes annuel. Ce facteur de pertes peut être
mensualisé.

7.5.6 Perte de rendement en fonction de la température

Le comportement thermique du champ influence fortement ses performances. Par exemple, le


coefficient de température pour la puissance d’un module PV est de -0.4%/K (perte de puissance de
0.4% par augmentation de 1 kelvin) depuis la température STC. Si la température du module est
35°C, la perte atteint 4% de pertes par rapport à STC.

La température d’un module est calculée par PVSYST à partir de l'équation d'équilibre thermique
entre la température ambiante et l’échauffement de la cellule PV dû à l’irradiance incidente. La
formule utilisée est la suivante :

k · (Tcell – Tamb) = Alpha · Ginc · (1 - Effic)

Alpha est le coefficient d’absorption de l’irradiance solaire,


Effic est le rendement du module PV
Tcell est la température de la cellule PV
Tamb est la température ambiante
Ginc est l’irradiance solaire incidente

Dans PVsyst, le coefficient Alpha est de base égal à 0.9 (modifiable).


Le rendement PV est calculé à partir des conditions de fonctionnement du module lorsqu’est utilisé le
module « Project Design » de PVsyst. Le module de calcul simplifié « Preliminary design » de PVsyst
ne calcule pas le rendement mais le considère constant (suivant la technologie du panneau).

Le comportement thermique est caractérisé par un facteur thermique de pertes nommé k . Ce facteur
comporte un composant constant kc et un facteur proportionnel au vent kv :

k = kc + kv · v (k en [W/m²·k], et v = vitesse du vent en [m/s]).

Ces facteurs dépendent du mode de pose des modules PV (toiture, champs, façade…)

Ces pertes thermiques dépendent du modèle des modules PV. Elles sont caractérisées par les
résistances séries et parallèle.

Modèle électrique d’une cellule solaire


Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 47 / 279
7.5.7 Pertes liées aux ombrages

7.5.7.1 Ombrages lointains

Les ombrages lointains, tels que montagnes, bâtiments, arbres, ont des impacts à peu près
homogènes sur la surface du champ PV… Ces obstacles masquent le soleil sur l’application
photovoltaïque à une certaine période du jour ou de l’année.
L’impact des ombrages lointains pourrait être évalué en faisant un relevé de masque. Le logiciel
PVsyst a la possibilité de mesurer ce phénomène.

Exemple de ligne d’horizon (ligne en rouge)

7.5.7.2 Ombrage proche (near shading)

Les ombres portées sur les modules photovoltaïques provoquent des pertes de puissance. Ces
ombrages peuvent être dus à l’environnement proche (arbre, bâtiment, édicules sur toits…) et/ou aux
stands eux-mêmes (cas d'une centrale au sol).

PVsyst propose 3 possibilités :

- no shading  l’ombrage proche n’est pas pris en compte.

- linear shading  les pertes par ombrages proches sont prises en compte dans la simulation.
Les pertes calculées sont proportionnelles à la surface de l’ombre sur les panneaux.

- module strings shading  les pertes par ombrages sont prises en compte dans la simulation.
Lorsqu’une ombre est portée sur une partie d'une chaîne PV, le logiciel considère que la
puissance générée par cette chaîne est nulle et ce quelle que soit la surface de l’ombre.

PVSYST annonce que la méthode « linear shading » tend à sous-estimer les pertes par ombrage,
tandis que la méthode « module string shading » tend à les surestimer. La réalité se situe donc
entre les 2 méthodes proposées...

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 48 / 279
Pour que PVsyst détermine le niveau de perte par ombrage, il faut modéliser en 3D le site PV et les
éléments qui peuvent provoquer des ombrages (arbres, bâtiments, pylônes, exutoires, clims,…etc.)

Méthodes :

Linear shading : XXm² d’ombrage  YY% pertes

Module strings shading XX m² d’ombrage  ZZ% pertes

Avec YY < ZZ

Ombres portées

stands

7.5.8 Dégradation des performances

Voir § 4.11.6 et § 4.11.7

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 49 / 279
7.5.9 Pertes liées au rendement de l’onduleur

7.5.9.1 Rendement de l’onduleur

Dans les parcs de 1MW ou plus, il est en général nécessaire d’installer des onduleurs de puissance
250kW ou 500kW (marque Xantrex).
Ces onduleurs ont des rendements de l’ordre de 97% à charge nominale.

Le rendement de l’onduleur dépend fortement de la valeur de la tension Vmpp. Dans le cas des
onduleurs GT250E / GT500E, le rendement est meilleur pour un Vmpp au voisinage de 500V que de
900V. Mais ceci n’est pas une règle générale : le rendement des onduleurs SunEzy est meilleur pour
des tensions élevées.

Courbe de rendement en fonction du Vmpp – onduleur GT500E

Dans le cas des centrales au sol, l’optimum économique conduit à réaliser des chaînes PV avec une
tension Vmpp élevée. Ce choix n’apparait donc pas optimal pour le rendement des onduleurs
GT250E/500E.
Le choix de la tension de fonctionnement est donc un critère fondamental pour le calcul du rendement
(cf. § 8.4)

7.5.9.2 Efficacité du suivi MPPT de l’onduleur

L’efficacité dans la recherche du MPP sur la courbe de fonctionnement du champ PV dépend des
facteurs suivants :
- Rapidité de l’algorithme de recherche du MPP dans le cas de variations rapides
d’ensoleillement (ciel variable, météo agitée)
- Difficulté à déterminer le MPP lorsque la courbe I = f(V) présente plusieurs maxima locaux à
cause des l’ombrages partiels ou d’un mismatch important
- Décrochage du MPP si puissance PV trop importante (onduleur sous dimensionné)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 50 / 279
7.5.10 Autres pertes électriques

7.5.10.1 Perte dans les câbles

Focalisons-nous sur l’optimisation du rendement électrique de la sortie des panneaux solaires


jusqu’au poste de livraison.

 Les principales pertes sont situées au niveau des câbles DC reliant d’une part les panneaux
solaires entre eux, puis les chaînes aux BJG et les BJG aux onduleurs.
Il est donc très important de bien réfléchir à l’implantation des différents éléments du système
(postes bocage, BJG) afin de limiter les distances de filerie. Généralement, l’installation PV
est conçue pour limiter les pertes de la partie DC à 1% de la puissance nominale à STC.

La résistance due aux câbles + connectique provoque des pertes que l’on appelle pertes ohmiques
(Pohm = R . I²).

Le logiciel PVsyst propose 2 méthodes pour paramétrer les pertes ohmiques :


- global wiring resistance R  résistance équivalente globale
- loss fraction at STC  pertes aux conditions STC en %

En général, on utilise la deuxième solution paramétrée à 1% typiquement.

Il peut être intéressant de définir la filerie entre chaque niveau (attention le niveau entre BJG et fuse
box n’existe pas). Cela est réalisé dans la fenêtre suivante :

Il est également proposé des pertes liées aux diodes mises en série (voltage drop across serie diode).
Dans ce cas, le concepteur paramètre la chute de tension nominale des diodes (par défaut 0.7V).
Dans nos installations, il n’y a pas en général de diodes série. Néanmoins, ce paramètre est utilisé
pour rajouter des pertes dues aux connexions des câbles, fusibles…. non prises en compte par le
logiciel.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 51 / 279
7.5.10.2 Perte dans les transformateurs

Les onduleurs sont associés à des transformateurs élévateurs. Le poids des pertes (pertes fer +
pertes en charge) est d’environ 1.5% de la puissance totale du transformateur.

7.5.10.3 Consommation des auxiliaires

Il faut également ne pas négliger les auxiliaires des postes de transformation et de livraison (lumière,
ventilation…) dans le calcul du rendement électrique.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 52 / 279
8 CONCEPTION DE LA PARTIE DC

8.1 Schéma type

(seule la polarité positive est représentée)


x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10
10PV

Nc chaînes en // sur 1 onduleur


Np chaînes en // sur 1 protection

x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10 x10
10PV

16 Inputs max
16 Inputs max

16 Inputs max
16 Inputs max
16 Inputs max

16 Inputs max

ARRAY BOX
ARRAY BOX

ARRAY BOX
ARRAY BOX
ARRAY BOX

ARRAY BOX
x5 x5

16 Inputs max
16 Inputs max

16 Inputs max
16 Inputs max
16 Inputs max

16 Inputs max

ARRAY BOX
ARRAY BOX

ARRAY BOX
ARRAY BOX
ARRAY BOX

ARRAY BOX

xNa
x5 xNa
x5

M/S Box
Transformer substation 1MVA N°5

M/S Box
GT500E

GT500E

Onduleur
Transformer substation 1MVA N°5

GT500E

GT500E

kWh / kVAR

kWh / kVAR
315V

30 kVA

315V kWh / kVAR


1100 kVA
400V
Transformateur

Auxiliaires
30kV
PM8xx
kWh / kVAR
315V DM1-A IM IM
30 kVA Un=36kV In=630A
315V
1100àkVA
400V
L’architecture vise raccorder les différentes chaînes (strings en 630A anglais) aux onduleurs, en
630A
optimisantPM8xx
le coût du raccordement 30kV
tout en assurant 630A
la protection, et le sectionnement nécessaire à
l’entretien. 6kVA/30min
DM1-A T20 IM IM F 50/51
Un=36kV In=630A
51
51N

630A 630A
630A
6kVA/30min
T20
50/51
F
51
Titre : Guide d’application pour les centrales raccordement en HT PV
51Navec
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 53 / 279
8.2 Démarche générale de conception du lot électrique DC

Paramètres imposés (ou souhaités) par le client

 modules PV
 puissance de l’installation PV MALT

Protection
terre
Puissance onduleurs = Pparc / k
(avec k1)

Découpage de l’installation en « briques » poste


de transformation ou onduleur
Matériel
=S= Par exemple, poste de transformation de 1MW ou
onduleur de 500kW

Définition de chaque « brique » onduleur (par ex 500kW)

Données onduleur Voc_STC


Vmpp min admissible Voc max (-10°C)
Données
Voc maximum admissible
modules
rendement Choix de la tension PV
du système
Logiciel PVsyst ImppSTC
=>nb de modules PV en série IscSTC

Ponduleur IRM

Choix du courant
=> nb Nc de chaînes PV
Courant min
en parallèle / onduleur
nécessaire pour les Configuration
protections de groupe topographique du lieu
plus de
BJG
Répartition stands
Optimisation Irradiance max du lieu
moins de => nb Np de chaînes //
économique (Ki)
=> nb Na de BJG // par
BJG onduleur

Définition In protections
Minimiser les contre courts-circuits
pertes câbles (fusibles ou disjoncteurs)
ΔU

Définition Mise en
œuvre câbles
câbles (Iz, section)
K<1

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 54 / 279
8.3 Découpage de l’installation en « briques » onduleurs/ postes de transformation

8.3.1 Choix de la puissance onduleur

L’onduleur est le dispositif permettant la conversion courant/tension continus en courant/tension


alternatifs.

La puissance nominale de l’onduleur (ou de l’ensemble des onduleurs) est choisie inférieure à la
puissance du parc photovoltaïque de manière à bénéficier au maximum de la puissance potentielle du
champ, tout en ayant un retour sur investissement optimisé de l’onduleur.

Les Allemands du Franauhfer Institute for Solar Energy Systems proposaient un ratio entre la
puissance du parc et la puissance nominale de l’onduleur compris entre 1.1 et 1.15.
En réalité, le ratio dépend de la localisation du parc PV et de l’angle des modules photovoltaïques. Le
ratio donné ci-dessus correspond à des parcs PV situés en Allemagne.
Par ailleurs, la tendance actuelle, vue la baisse du prix des panneaux PV, est d’augmenter très
sensiblement ce ratio (1,7 ?).

Pour déterminer un ratio convenable, des simulations avec un logiciel dédié sont à réaliser (Par
exemple, le logiciel PVSyst).

Les données importantes à prendre en compte dans le choix sont :

 Tension à vide max onduleur ≥ tension à vide parc calculée à -10°C


(pour l’enclenchement de l’onduleur le matin)
 Tension min de fonctionnement onduleur ≤ tension Vmpp correspondant à la puissance
maximale à 70°C (pour éviter les écrêtages de puissance)
 Puissance de l’onduleur = 0.8 à 1 fois la puissance STC du parc (voire
moins)

Schneider Electric propose des onduleurs adaptés aux fermes PV (Cf § 0 pour les caractéristiques):
Pour l’Europe, il s’agit des gammes :
 GTx: GT250E, GT500E, GT630E (en fin de vie)
 Conext Core XC series: XC540, XC 630, XC 680 (nouvelle gamme)
 Prochainement onduleur 2MVA et 1,5kVdc

Le schéma interne de l’onduleur (inverter en anglais) est le suivant (Conext Core série XC) :

L’onduleur incorpore des protections contre les surtensions, des filtres, des interrupteurs AC, des
contacteurs, interrupteurs DC et les IGBT.

On raccorde deux câbles côté DC (polarité positive & négative) et trois câbles côté AC (triphasé).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 55 / 279
L’onduleur incorpore des protections contre les défauts à la terre (Contrôleur Permanent d’Isolement
CPI ou Ground Fault Detection Interface GFDI) en cas de schéma IT.
Dans ce cas, à la détection du défaut, les normes autorisent l’onduleur à fonctionner jusqu’à la fin de
la journée, dans un souci de continuité de service mais, si le défaut n’est pas supprimé, l’onduleur ne
peut démarrer le matin suivant.

8.3.2 Fonctionnement spécifique en maître / esclave

Ce fonctionnement ne s’appliquait qu’aux onduleurs GT500E (Il fallait commander une armoire
spéciale appelée Master-Slave Box ou MS box) et si l’ensoleillement, l’inclinaison et l’orientation des
modules PV étaient similaires.
Cette pratique a été abandonnée : d’une part, l’efficacité des nouveaux onduleurs a été améliorée ;
d’autre part il a été estimé que le gain d’efficacité n’était pas suffisant comparé à la défiabilisation
introduite par l’ajout des contacteurs et surtout par la multiplication du nombre de manœuvres et de
perturbations associées.

Ce principe permettait une optimisation du rendement onduleur en fonction de la puissance


disponible. En effet, à faible charge, le rendement décroît, comme le montre les courbes suivantes :

Une « Master/ slave box », associée à 2 onduleurs, fonctionne selon le principe suivant :

Nb onduleurs
(Position contacteur)
DC
Armoire Master + Slave
(Contacteur O)
Master
/ Slave contacteur
r
Master
(Contacteur F)

Pparc
0.2 0.4 1MW

Le matin, le contacteur de couplage entre onduleurs est fermé, et seul l’onduleur maître fonctionne.

Lorsque la puissance fournie par le parc photovoltaïque dépasse 80% (seuil réglable) de la puissance
d’un onduleur, le contacteur de couplage entre les onduleurs Maître & Esclave s’ouvre, chaque
onduleur prenant ainsi la moitié de la puissance.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 56 / 279
Si la puissance totale diminue en deçà de 20% de la puissance nominale de chaque onduleur, le
couplage de l’armoire Master slave se referme et l’onduleur « Slave » (esclave) s’ouvre.

Les onduleurs changent de qualité tous les jours, de manière à être sollicités de manière équilibrée :
par exemple l’onduleur 1 est maître les jours impairs et l’onduleur 2 est maître les jours pairs.

8.3.3 Transformateur d’isolement

Les « gros » onduleurs Schneider Electric destinés aux fermes PV ne sont pas pourvus de
transformateur d’isolement interne.

Côté courant alternatif, les onduleurs ne doivent pas être connectés directement en parallèle.
Il faut prévoir des transformateurs intermédiaires ou alors un transformateur à trois enroulements (cf.
schéma ci-dessous).

De nouvelles architectures sont cependant envisagées, avec une technologie d’onduleurs permettant
leur mise en parallèle sur un même enroulement.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 57 / 279
8.4 Choix de la tension du système : Mise en série de modules PV

Le choix de la tension du système est réalisé en mettant des modules PV en série. C’est ce qu’on
appelle des chaînes (ou strings en anglais).
Il s’effectue à partir des données fournies pour les panneaux PV :
o la tension à vide Voc, donnée pour la température minimum
o la tension Vmpp.

Le choix de la tension tient compte de plusieurs points, exposés dans les paragraphes qui suivent.

8.4.1 Tension max imposée par la norme dans certaines applications

Le projet IEC 60364-7-712 comporte la mention suivante (§ 712.133.2.1 Voltage) :


« PV arrays for installation on buildings shall have maximum voltages not greater than 1000V d.c.”

8.4.2 Tension assignée d’emploi des matériels de la partie DC

8.4.2.1 Définition de la tension max sur l’installation

o La tension assignée d’emploi des matériels doit être ≥ UOCMAX , selon


l’UTE C 15-712-1 (§ 8.1.6, 13.3.2.5 et § 14.1), qui donne également la méthode de
calcul de UOCMAX (Annexe D1) :
U OC MAX = K U .U OC STC avec : K U = 1 + ( αU oc / 100 ) (T min – 25)

 α Uoc : coefficient (négatif) de variation de Uoc en fonction de la


température (%/°C), fourni par le fabricant de modules PV
 Tmin : temperature ambiante minimale du site (°C)

En l’absence de ces informations, on doit prendre UOC MAX = 1,2 .UOC STC .
Si la température minimale est connue, pour une technologie de modules au silicium
monocristallin et multicristallin, le tableau ci-dessous peut être utilisé :

Exemple:
Panneau Yingli Solar :
Voc en condition STC = 36.6 V.
Avec 20 cellules en série on
obtient : 732 V
En multipliant par le coefficient 1,2
(pour -25°C) : 878V
L’onduleur accepte 900 V max
donc c’est OK.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 58 / 279
o La tension assignée d’emploi des matériels doit être ≥ UOCMAX , selon projet IEC
60364-7-712 (§ 712.512.1), qui donne également la méthode de calcul de U OCMAX
(Annexe B1) :

Cette méthode est exactement la même que celle de l’UTE C 15-712-1, sauf que le
tableau n’est pas proposé.

o La tension assignée d’emploi des matériels doit être ≥ UOCMAX , selon IEC TS 62548 (§
7.3), qui donne également la méthode de calcul de UOCMAX (§ 7.2) :

UOC STC doit être corrigée par un coefficient tenant compte de la température minimale
du site, selon les indications du fabricant de panneaux solaires.
Si on ne dispose d’aucune indication, alors on peut prendre, pour les modules au
silicium mono ou multicristallin, les coefficients donnés dans le tableau 5 (le même
que celui de l’UTE C 15-712-1).

o Elle doit être ≥Voc à la plus basse température du site, selon CEI 82-25 (Italie)
(§6)

(§ 4.4.1)

VOC (T) = VOC,STC – Ns * * (25 – Tcel)

Cependant, lors d’une réunion, Socotec Italie a précisé la meilleure façon de procéder
selon eux :
 Soit on applique le coefficient de 20%, mais c’est pénalisant (et en plus, il
n’apparaît pas dans la norme italienne…)
 Soit on applique le coefficient de variation de Voc en fonction de la
température, mais alors il faut aussi prendre en compte la tolérance sur la
valeur nominale donnée pour Voc.
Si cette tolérance est de ±5%, par exemple :
Voc max = Voc.1,05.[1+Kt.(25-Tmin)].

8.4.2.2 Un point d’attention particulier : La tension admissible des câbles DC

Il est obligatoire que le matériel soit de classe II (ou équivalent classe II ou isolation renforcée) pour la
protection des personnes (voir § 11.1.2).

Deux points sont à considérer :


- La tenue du câble entre polarités.
- La tenue du câble entre polarité et terre.

Concernant la tension admissible entre polarités :


On a l’habitude de prendre U_câble ≥ UOCMAX .
Cependant, étant donnée les définitions de UOCMAX et de Um, on est en droit de se demander s’il ne
faudrait pas plutôt prendre Um_câble ≥ UOCMAX .
Ce point fait débat au sein du comité normatif en charge de la NF C 15-100.

Concernant la tension admissible entre polarité et terre :


- La tension Uo max entre polarité et terre provient du fonctionnement de l’onduleur ; elle n’est
donc pas obligatoirement égale à la moitié de la tension entre polarités.
- Le cas du défaut à la terre n’est pas à prendre en compte, puisque l’installation est en classe
II… (on n’a donc pas à vérifier que la tenue du câble entre polarité et terre est ≥ UOCMAX).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 59 / 279
8.4.2.2.1 Choix des câbles DC entre panneaux PV et boîtes de jonction

Il existe des normes spécifiques pour ces câbles :


 En France :
o NF EN 50618 : définit les câbles H1Z2Z2-K de caractéristiques DC : Uo= U=1500V,
Um=1800V tout en étant de classe II.
o UTE C32-502 définit les câbles PV1000-F de caractéristiques DC :
Uo=900V; U=1500V; Um=1800V tout en étant de classe II.
 En Italie : CEI 20-91
 En Europe : EN 50618 : Câbles électriques pour systèmes photovoltaïques
 International: IEC 62930 (projet): Electric cables for Photovoltaic systems

8.4.2.2.2 Choix des câbles DC entre BJG et BJ générateur

Les connexions entre les BJG et les onduleurs nécessitent généralement l’installation de sections de
câbles importantes. L’utilisation de câbles de classe II n’est alors pas toujours possible; l’utilisation de
câbles standard peut donc s’avérer nécessaire.

8.4.2.2.2.1 Câbles enterrés

La classe II n’est pas nécessaire puisqu'on n'a pas accès aux câbles, MAIS il faut sur-isoler (isolation
renforcée) les extrémités aux endroits où elles sortent de la terre.

8.4.2.2.2.2 Câbles aériens

8.4.2.2.2.2.1 Référentiel France (NF C 15-100)

 Selon la norme NFC15-100 (§412.2.1), les câbles ne comportant aucun revêtement


métallique et utilisés sous une tension au plus égale à la moitié de leur tension assignée
sont considérés comme classe II (câbles mentionnés dans le tableau 52A de la norme).

Remarque :
« La moitié de la tension assignée », c’est la moitié de U.

Par exemple :
Un câble U 1000 R2V 600V/ 1kV ac (= 900/ 1500V en dc) est considéré comme classe II
- jusqu'à une tension par rapport à la terre de 500Vac (= 1000/2), soit 750Vdc
(=1500V /2)
- jusqu'à une tension entre polarités de 835Vac, soit 1250Vdc.

Cependant, il faut regarder attentivement le tableau 52A (ci-après) et le commentaire


concernant la colonne 7 : certains câbles avec U=500 ou 750V sont pourtant considérés de
classe II pour une tension par rapport à la terre de 500V…

Il n’y a pas dans le tableau 52A de câble considéré comme équivalent classe II au-delà d’une
tension par rapport à la terre de 750V dc (câble U 1000 R2V par exemple).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 60 / 279
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 61 / 279
Comment faire si l’installation présente une tension entre polarité et terre > 750V dc
ou Uocmax > 1250V?
Il faut réaliser une isolation supplémentaire en mettant les câbles dans un conduit isolant
(Cf NF C 15-100 § 412.2.1 c).

On notera dans ce cas que, conformément à la NF C 15-100, les 2 polarités sont à poser dans
le même conduit, même si on peut discuter la notion de « proximité immédiate »:

8.4.2.2.2.2.2 Référentiel international (IEC 60364-4-41 2005)

A part dans le cas de l’Italie, mentionné en note, il suffit, pour répondre aux exigences de protection
contre les contacts directs et indirects, que le câble réponde aux exigences suivantes :
 Uo/ U ≥ 300/500Vac
 U ≥ Usystème . Traduisons pour le PV : 1,5xUo > Uocmax
 Pour protéger l’isolation principale : Gaine câble -OU conduit- non métallique
Pour l’Italie :
o Si on choisit le câble pour qu’il réponde tout juste à l’utilisation, par exemple un câble
300/500V pour une utilisation 230/400V, il est de classe I.
o Si on choisit le calibre suivant, soit 450/750V, il est considéré comme renforcé, et donc de
classe II.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 62 / 279
L’ IEC TS 62548 (§ 7.3.6.2) indique les moyens de créer une isolation renforcée pour les câbles
(le projet IEC 60364-7-712 reprend les mêmes schémas en les améliorant) :

8.4.3 Vmpp à 70°C doit être comprise dans la gamme de tension admissible par
l’onduleur

Pour les installations sur toiture, utiliser le Vmpp à 90°C.

Attention : La tension générée par les modules PV diminue avec leur vieillissement. Il faut donc,
au moment de la conception, ne pas être trop proche de la tension basse Vmpp de l’onduleur.

8.4.4 Minimisation des pertes

Celle-ci conduit à rechercher la tension la plus élevée possible, la limite étant donnée par les
caractéristiques de l’onduleur pressenti (environ 900-1000V pour les fermes PV actuelles, mais les
grosses installations devraient migrer vers 1500Vdc).

8.4.5 Rendement onduleur

La tension de fonctionnement Vmpp a une énorme influence sur le rendement de l’onduleur.


Le maximum de rendement est obtenu pour une tension d’environ 500 V dans le cas des onduleurs
Xantrex GT250E/500E.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 63 / 279
8.4.6 Conclusion

Le concepteur devra par conséquent déterminer le nombre de panneaux en série en fonction


de contraintes technico-économiques.

En effet, pour avoir un meilleur rendement de l’onduleur, il faut mettre moins de panneaux en série, ce
qui signifie plus de stands, plus d’installations, plus de câblage… ce qui augmente le coût final.

Ainsi, on ne peut optimiser le fonctionnement de l’installation en se polarisant uniquement sur


l’onduleur.
Ce sont les cycles de fonctionnement sur l’année qui permettent de décider au final de la meilleure
solution.
Il peut être plus rentable de présenter un phénomène d’écrêtage de la tension sur une période très
limitée dans l’année.

Ecrêtage de la
tension à 490V

en bleu clair : tension


en vert : courant
en rouge et rose : puissances d'entrée et sortie onduleur (différence : rendement !)
en bleu foncé : température de la matrice IGBT

8.5 Choix du courant total: Mise en parallèle des chaînes (Nc)

La mise en parallèle de modules PV (ou de chaînes) permet d’augmenter l’apport de courant dans le
système.
Le nombre total de chaînes en parallèle pour 1 onduleur est appelé :
 Nc (UTE C 15-712-1)
 Ns (projet IEC 60364-7-712)
 SA (IEC TS 62548)

Il est choisi en fonction :


o De la puissance de l’onduleur
(Cf § 8.3.1 pour le rapport entre puissance onduleur et puissance du champ).
o Des caractéristiques de courant délivré par les panneaux.

8.6 Répartition des stands

Une fois Nc (=Ns ou SA) défini, il faut également définir :


o Np (= NG pour IEC): nombre de chaînes en parallèle pour 1 protection en entrée de BJG
o Na (UTE) : nombre de groupes arrivant sur l’onduleur (= nombre de BJG)
o La disposition géographique des BJG sur le site.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 64 / 279
8.6.1 Np : nombre de chaînes en parallèle sur une seule protection

Ce facteur est important car augmenter Np, c’est réaliser des économies sur l’installation.

Ce nombre dépend du courant inverse maximal admissible par un module.


Np chaînes

…..

Protection de
chaîne

 Le fabricant de panneaux doit fournir la valeur IRM du panneau (datasheet).

Cette valeur n’est pas exactement la valeur du courant inverse permanent admissible.
Il s’agit du calibre de la protection à mettre en série pour protéger le panneau.
Celui-ci subit le test MST26 décrit dans la norme IEC 61730-2, à savoir :
Itest=135% IRM pendant 2h (critère d’acceptation : Pas d’inflammation).

Donc que peut-on déduire de la donnée IRM ?


o Le panneau tient 1,35. IRM pendant 2h sans risque d’incendie.
o Une protection de calibre IRM protège le panneau, cela veut donc dire :
 Que le panneau tient en permanence au moins le courant de non fusion
garanti d’un fusible de calibre IRM , à savoir 1,13. IRM selon la nouvelle norme
IEC 60269-6.
 Que le panneau tient au moins le courant conventionnel de la protection
pendant le temps conventionnel, à savoir au pire 1,45. IRM pendant 1h (selon
la nouvelle norme IEC 60269-6).

On est là dans une configuration « 1 chaîne = 1 protection ».

 La norme UTE C 15-712-1 (§ 8.1.2) donne les directives suivantes :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 65 / 279
On remarque que, pour le cas général où on suppose souvent que le courant inverse est
d’environ 2 fois Isc, on trouve seulement Npmax =1…

La règle édictée est effectivement pénalisante car elle évalue le cas général d’une installation
pour laquelle la chaîne en défaut verrait pendant une heure (temps conventionnel pour les
dispositifs de protection de courant In< 63A) comme courant inverse la somme :
o des courants de court-circuit des chaînes parallèles qui sont sur la même protection que
cette chaîne
o et du courant conventionnel I2 de la protection en aval.

Ainsi, l’UTE C 15-712-1 ne tient pas compte du fait que, sur une grosse ferme PV comportant de
nombreuses chaînes en parallèle, la protection de chaîne fond/ déclenche très vite, même à
faible éclairement, empêchant le courant de défaut remontant de l’aval à travers cette protection
de venir s’ajouter à la somme des courants des chaînes en parallèle sur la même protection.
Si on prenait en compte ceci, on comprend qu’on aurait d’office Np ≥2 (une chaîne peut au moins
supporter en inverse la valeur du courant direct max d’une chaîne en parallèle)…

Quelle limite se donner pour considérer qu’une installation est suffisamment grande pour faire
fondre rapidement les protections de chaînes ?

o Le courant traversant la protection de chaîne sur un défaut en amont est : (Nc-Np).Isc_ch,


où Isc_ch est le courant de court-circuit d’une chaîne, qui dépend de l’irradiance.
o On considère que la protection doit fondre en moins de 1s.
Les courbes de fusibles Ferraz DCT dont on dispose montre que cette condition est
atteinte pour un courant supérieur à 3,5.In environ.
o On a donc la condition :
( Nc  Np).Isc _ ch  3,5.In
o Or la protection a été choisie de manière à avoir In ≥ 1,1x1,25.Np.IscSTC.
Dans la mesure où In est le premier calibre standard à respecter cette condition, on écrit
l’approximation :
( Nc  Np).Isc _ ch  3,5.In  3,5.1,1.Np.Isc max

Nc 3,85
D’où la condition :  1 (1)
Np Isc _ ch
Isc max
Isc _ ch
o Le rapport correspond à l’irradiance réelle par rapport aux conditions max.
Isc max
(Iscmax= Ki.IscSTC avec Ki ≥1,25)
A partir de quelle irradiance doit-on faire le raisonnement ?

L’UTE C 15-712-1 nous donne là-dessus une indication : Quelle irradiance de référence
a-t-elle prise en compte pour statuer sur le câble de chaîne ?
Nc
(A partir  20 , le câble est protégé avec Iz ≥Kp.In ≈ In au lieu de Iz ≥ I2).
Np
Le courant dans la protection est ( Nc  Np).Isc _ ch
Sous un certain éclairement, il est inférieur à I2, ce qui est dangereux :
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 66 / 279
( Nc  Np).Isc _ ch  1,45.In
Isc _ ch In
( Nc  Np).  1,45.
Isc max Isc max
In est choisi pour avoir : 1,1.Np.Isc max  In .
Au plus juste, on a l’égalité, d’où :
Isc _ ch Nc Isc _ ch
( Nc  Np).  1,45.1,1.Np , soit : (  1).  1,6
Isc max Np Isc max
Isc _ ch 1,6 1,6
   0,084
Isc max ( Nc 19
 1)
Np
Cela correspond en général à une irradiance de1,25.8,4= 10,5% des conditions STC.
Nc
o Revenons à la condition (1) en introduisant cette limite. On trouve la condition :  47 ,
Np
ce qui signifie :
Nc
« Si l’installation vérifie  47 : dès 10% d’irradiance environ (8,4.Ki % plus
Np
précisément), les protections de chaînes déclenchent en moins d’1s. Le courant inverse
dans les panneaux correspond alors uniquement au courant délivré par les chaînes
directement en parallèle. »

Conclusion :

o D’abord : obtenir IRM panneau de la part du constructeur.


I RM
(1  )
I sc max
o Puis calculer Npmax selon formule UTE C 15-712-1 : Np max 
2
o Soit le résultat obtenu est économiquement acceptable => OK

o Soit Npmax est trop faible pour pouvoir réaliser le projet.


Alors, pour être en conformité avec la norme UTE C 15-712-1, il faut obtenir une
déclaration du constructeur de panneaux donnant le nombre max autorisé de chaînes
raccordées en parallèle sur une même protection (avec le calibre de cette protection).

o Une fois la déclaration obtenue, il faut vérifier qu’elle n’est pas aberrante.
En effet, chacun voyant midi à sa porte, un fabricant de panneaux risque de raisonner
seulement sur le courant délivré par les Np -1 panneaux en parallèle, sans tenir
compte du courant aval de défaut provenant du reste de l’installation.
Nc
Il faut respecter la condition  47 .
Np
o La présence éventuelle d’un élément de stockage (batterie) ne modifie pas cette règle. Le
courant de court-circuit provenant de la batterie ne fait qu’accélérer l’action des protections.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 67 / 279
 Hors France (IEC 62548 et projet IEC 60364-7-712) :

L’équivalent de Np est NG (ou SG)

“Where string overcurrent protection is required,


o Either each PV string shall be protected with an overcurrent protective device, with:
1,5 x ISC_MOD < In < 2,4 x ISC_MOD
And In ≤ IMOD_MAX_OCPR
o Or strings may be grouped in parallel under the protection of one overcurrent
protective device with:
1,5 x Ng x ISC_MOD < Ing < IMOD_MAX_OCPR - ((Ng -1) x ISC_MOD )
In = the rated current or current setting of the string overcurrent protective device
Ing = the rated current or current setting of the group overcurrent protective device

Note: In some PV module technologies, ISC MOD is higher than the nominal rated value
during the first weeks or months of operation. This should be taken into account when
establishing overcurrent protection and cable ratings.”

8.6.2 Na : nombre de BJG (Array box)/ onduleur

Le choix de Na est issu d’un compromis entre arguments pour le diminuer et pour l’augmenter :

Arguments poussant à diminuer Na (=nombre de BJG) :


o Optimisation économique :
o On « charge » au maximum les BJG, ce qui économise des boîtes
o On a de nombreux petits câbles jusqu’à la BJG, et peu de gros câbles (coûteux) en
sortie.

Arguments poussant à augmenter Na :


o Charger au max les BJG, c’est augmenter les contraintes thermiques sur le matériel de la
BJG.
o Une disparité de caractéristiques des panneaux (par exemple sur un site où on aurait
plusieurs types de panneaux) peut amener à multiplier les BJG (pour que chacune n’ait
qu’une seule sorte de panneaux en entrée).
o Surtout : moins il y a de BJG (= moins il y a d’arrivées sur l’onduleur), plus les protections de
groupe mettent du temps à agir, plus il leur faut un éclairement élevé.
Il n’y a pas de danger pour le câble, qui est protégé à partir du moment où les choix on été
faits selon l’UTE C 15-712-1.
C’est l’exploitation qui est pénalisée : si la protection n’agit pas, l’onduleur s’arrête en
constatant la chute de tension, et ne peut repartir tant que le défaut n’est pas isolé (alors que
si la protection ouvre le circuit, l’onduleur peut produire à nouveau grâce à l’apport des
branches saines.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 68 / 279
Calcul de Na minimal conseillé pour une installation :

La norme UTE C 15-712-1 n’impose pas l’utilisation de protections dès lors que le câble a un courant
admissible suffisant.
Cependant, on comprend bien que, pour de grandes puissances, les courants deviennent vite trop
importants pour qu’on puisse se passer des protections (Cf § 8.7.3 ) :
 Sans protection, il faut que le câble vérifie : Iz ≥(Na-1).Iscmax
 Avec protection, faut que le câble vérifie : Iz ≥ I2, soit au pire Iz ≥ 1,45.In pour un fusible.
Pour quelle valeur de Na devient-il intéressant d’utiliser des protections (branches équilibrées) ?
1,45.In ≤(Na-1).Iscmax
Comme In ≥ 1,1.Iscmax, on obtient : Na≥1+ 1,1.1,45 , soit Na ≥3.

Les protections sont données pour fonctionner pour un courant supérieur à leur courant conventionnel
de fonctionnement I2, i.e le courant pour lequel le fusible fond (/ le disjoncteur déclenche)
effectivement dans le temps conventionnel (de 1 à 4h selon le calibre).

Les normes des protections imposent (§ 8.1.6 de l’UTE C 15-712-1, conformément à: IEC 60269-6):
o 1,13.In < I2 ≤1,45.In
o 1,05.In < I2 ≤1,3.In (disjoncteurs: IEC 60947-2)

Autour de 3 ou 4.In, le fusible fond typiquement en qqes 10s environ. Quel Na pour cette condition ?
(Na-1).IscSTC ≥ 3,5.In => Na ≥ 1+ 3,5.In/IscSTC≥ 1+ 3,5.1,1.1,25 = 5,8

Ce calcul est fait aux conditions STC, qui sont loin d’être atteintes en permanence. A éclairement plus
faible, les protections mettent plus longtemps à fondre.

Le nombre Na minimum conseillé est de 6.

Exemple d’application :
 Comparons les 2 configurations suivantes, toutes choses égales par ailleurs :
 Fusibles de 250 A Ferraz pour 4 arrivées & Fusibles de 125 A Ferraz pour 8 arrivées
























 4 arrivées avec Icc_STC = 160A  Icc vu par le fusible = 3x160A=480A en condition STC
 temps de fusion = 1000s = 17min
 8 arrivées avec Icc_STC = 80A  Icc vu par le fusible = 7x80A=560A en condition STC
 temps de fusion = 30s = 5min

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 69 / 279
8.6.3 Equilibrer les courants sur les câbles de groupe !

Tous les raisonnements tenus précédemment l’ont été en supposant les courants équilibrés entre les
différents câbles de groupe.
On a en effet intérêt à équilibrer globalement ces courants. Cela permet de :
 répartir les contraintes thermiques dans les BJG, donc de moins solliciter les fusibles qui sont
à l'intérieur
 charger de la même façon les gros câbles, donc choisir la même section, ce qui génère des
économies (quantité supérieure d’un même câble, installation plus simple, risque d’erreur
supprimé…)
 uniformiser les calibres de fusibles et de supports. Ainsi
- on a moins de risques d'approvisionnement pendant le projet
- on supprime des variantes en stock et surtout des erreurs en maintenance.

Cependant certaines pratiques de câblage vont à l’encontre de ce principe : dans certains cas, on
préfère « remplir » au fur et à mesure les BJG, quitte à avoir une dernière BJG quasiment vide…
Ou bien on fait « comme ça vient » sur le terrain…
Cela ne présente pas de danger pour les câbles, mais pour l’exploitation, dans certains cas.

Exemples:

2x4 doubles + 2x 12 doubles

63A 200A

Le câble protégé par le fusible 200A a été choisi Le câble protégé par le fusible 200A doit tenir
pour tenir I2= 1,45.In=290A. I2= 1,45.In=290A.
... oui mais le courant max délivré par les 2 ... oui mais le courant max délivré par les
branches parallèles est branches parallèles est
1,25x(9x2+10x2)x6,14=292A! 1,25x(4x2x2+12x2)x6,05=242A!

Conclusion: Conclusion:
- on aurait pu se passer du fusible 200A! - on pourrait supprimer les fusibles 200A et
- si un défaut survient sur cette branche, comme calibrer les câbles pour tenir 242A seulement
le fusible ne fond pas, toute la production - mais si un défaut survient sur 1 des branches
(GT250) est interrompue. 200A, toute la production (GT250) est
- si on avait équilibré les 3 courants, on aurait eu interrompue.
3x160A. - si on équilibre les 4 courants, on a 4x125A ; les
Le câble protégé par le fusible 160A aurait été câbles sont choisis pour tenir I2= 1,45.In=181A.
choisi pour tenir I2= 1,45.In=232A Le courant max délivré par les branches
Le courant max délivré par les branches parallèles est 1,25x(8x2x3)x6,14=368A > I2.
parallèles serait 1,25x(10x4)x6,14=307A > I2.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 70 / 279
8.6.4 Disposition géographique des BJG

o La minimisation des longueurs de câble s’obtient en adoptant une structure carrée :


 Pour chaque Boîte de Jonction de Groupe
 Pour chaque poste de transformation.

o Les panneaux étant physiquement loin de l’onduleur, l’optimisation économique passe par la
minimisation des longueurs de câbles des extrémités des chaînes, c’est à dire par la mise
en parallèle des circuits le plus tôt possible.

Boîte de jonction (Array box)

- +
Ainsi, dans l’exemple ci-dessus, on passe de 8 à 2 câbles.

La répartition des stands par BJG devrait également réaliser des carrés.
Ensuite, si on considère uniquement la fourniture des câbles, chaque BJG peut se positionner
n’importe où à l’intérieur de son carré. En effet, la position de la boite de jonction ne modifie
pas la longueur totale de câbles.

Le carré n’est pas toujours possible en pratique (voies de circulation, etc…), mais il faut
chercher à définir les zones les plus compactes possible.

AB

o Cependant, la longueur totale des câbles n’est pas tout.


Si on a des câbles (entre stands et BJG , ou entre BJG et onduleur) de longueurs très
différentes entre eux, on a donc des chutes de tension légèrement différentes.
Le calcul des pertes globales de l’installation (voir § 8.8.1) peut sembler satisfaisant…
… mais on s’interroge sur des conséquences – difficiles à évaluer- du mismatch (voir § 4.11)
généré par les différences de tension à chaque niveau sur les pertes de performances de
l’installation.

Conclusion :
Autant que possible, essayer d’avoir des longueurs similaires :
 Pour tous les câbles arrivant sur la BJG
 Pour tous les câbles arrivant sur l’onduleur

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 71 / 279
8.7 Définition des protections contre les courts-circuits

8.7.1 Nécessité de protéger

Un court-circuit entre les polarités + et – peut survenir :


o Directement entre 2 câbles DC proches.
Les câbles étant de classe II, le plus probable est un défaut au niveau des jonctions,
par exemple lors d’une maintenance.
o Plus rarement suite à un double défaut sur les 2 polarités en des lieux différents, en schéma
isolé.

Il est nécessaire de protéger contre ces courts-circuits :


o Les panneaux, dont la tenue au courant inverse est limitée
o Les câbles.

Défaut

Circulation du courant
Sens de défaut en sens
normal de inverse
circulation

+
Les branches saines alimentent un courant de défaut circulant en sens inverse dans la branche en
défaut. Ce courant peut être destructeur pour les équipements de celle-ci (modules PV, câbles…) si
sa valeur dépasse le courant inverse maximum admissible par un module ou la tenue des câbles
(surchauffe).

La protection des chaînes PV par fusible est la solution la plus courante. Néanmoins, il faut veiller à
utiliser uniquement des fusibles spécifiés par le fabriquant pour une utilisation DC
photovoltaïque (gPV). Ces fusibles sont d’une conception spéciale pour minimiser leur usure et leur
risque d’incendie pendant leur durée de vie.

La protection des chaînes PV par disjoncteurs DC est une solution encore peu utilisée, mais qui
devrait se développer dans les années à venir. Il est préférable qu’il ne soit pas polarisé pour ne pas
risquer un mauvais câblage.
L’UTE C 15-712-1 impose (§8.1.6) que le disjoncteur soit indépendant du sens du passage du
courant.

Un autre moyen pour empêcher les courants inverses serait d’installer des diodes en série sur les
chaînes.
Défaut

+
Néanmoins, ce procédé n’est pas utilisé dans nos applications car il provoque des pertes
supplémentaires (dégradation du ratio de performance). De plus, ces éléments ne sont pas
considérés comme fiables par les normes : on est de toute façon obligé de rajouter des protections.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 72 / 279
Voici ce qui figure à ce sujet dans le projet IEC 60364-7-712 (et dans l’IEC 62548) :

712.432.101
“Blocking diodes used to connect the PV strings in parallel shall not be relied upon as a means of
protection against overcurrents.”

712.53.101.2 Blocking diodes


Blocking diodes may be used to prevent reverse currents in sections of a PV array.
Blocking diodes shall not be used as an alternative to overcurrent protective devices.

If used, blocking diodes shall comply with the following requirements:


- have a voltage rating at least 2 × Open-circuit maximum voltage;
- have a current rating IMAX of at least 1,4 times the short circuit current at STC of the circuit that
they are intended to protect; that is:
o 1,4 × ISC MOD for PV strings;
o 1,4 × ISC S-ARRAY for PV sub-arrays;
o 1,4 × ISC ARRAY for PV arrays;
- be installed so no live parts are exposed;
- be protected from degradation due to environmental factors.

The use of blocking diodes is shown in detail in Annex.”

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 73 / 279
8.7.2 Une particularité du PV : un courant de court-circuit de faible niveau

En cas de court-circuit côté DC, le courant de court-circuit est alimenté:


 pendant le temps de coupure de la protection onduleur (quelques dizaines de ms) : par la
puissance de court-circuit en aval du transformateur, en provenance du réseau AC.
Le courant décroît dans ce cas avec l’augmentation de la distance entre le transformateur
HT/BT et le défaut.
 Par les capacités internes à l’onduleur, chargées à la tension de service, qui se déchargent
brusquement dans le défaut quand il apparaît.
 dans le cas de fermes PV sans batteries, par les modules PV, qui se comportent comme des
générateurs de courant.

La contribution du courant provenant du réseau AC ou des capacités de l’onduleur est donc limitée
dans le temps et de valeur variable : on ne peut a priori compter sur elle pour faire réagir les
protections.
Le courant provenant des panneaux est le même dans toute l’installation, car on a affaire à des
générateurs de courant. Mais les courants de court-circuit des panneaux PV sont du même ordre de
grandeur que les courants nominaux (+10% max en général). Ils sont donc relativement faibles, et
varient en fonction de l’ensoleillement, de 0 (la nuit) au courant maximum généré par les panneaux
sous forte irradiance. Ces faibles courants de court-circuit sont un inconvénient pour la protection de
l’installation, car les temps de réaction des protections sont longs.

Pour les protections des chaînes au niveau des BJG il n’y a, en général, aucun problème. En effet,
l’ensemble des chaînes en parallèle va débiter dans le défaut et donc provoquer rapidement la fusion
du fusible ou le déclenchement du disjoncteur.
En revanche, dans le cas de la BJG générateur, seules les branches parallèles vont débiter dans le
défaut. Suivant leur nombre (Na-1), le ratio entre le courant nominal du fusible et le courant de défaut
vu par la protection peut être relativement faible et ainsi résulter en un temps de fusion très long (voir
calcul de Na min au §8.6.2 ).

Deux cas se présentent :

 Si les équipements DC ont une tenue supérieure au courant de court-circuit maximum qui peut
les traverser, ils n’ont pas besoin de protection supplémentaire.
 Si les équipements DC ont une tenue inférieure aux courants de court-circuit, alors l’utilisation
de fusibles ou de disjoncteurs est nécessaire
(c’est systématiquement le cas pour des fermes comportant du stockage).

L’UTE C 15-712-1 (§ 8.1.6) impose que ces dispositifs de protection soient mis en
œuvre sur les 2 polarités quelle que soit la configuration de l’installation.
L’IEC TS 62548 (§ 6.3.7) dit en revanche :

Le projet IEC 60364-7-712 (§ 433.2.101) a une approche similaire bien qu’argumentée


différemment :
« An overcurrent protective device required for a string cable or sub-array cable shall
be placed in each live conductor (i.e. each live conductor not connected to the
functional earth).
An exception applies for a string cable not in the same wiring system as sub-array
cables, and for a sub-array cable not in the same wiring system as string cables. In
these cases, an overcurrent protective device need only be placed in one unearthed
live conductor of the string cable or each sub-array cable. The polarity of this
conductor shall be the same for all cables thus protected.”

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 74 / 279
Remarque :
Même pour une ferme PV dont l’objectif serait uniquement d’exporter la puissance produite vers le
réseau, on peut être amené à ajouter des batteries de stockage :
o Sur un réseau ilien ayant déjà atteint les quotas d’énergie fatale produite (les permis
supplémentaires ne sont alors délivrés que si on peut ôter son caractère fatal à la production, par
exemple en ajoutant du stockage)
o A la demande du gestionnaire de réseau, qui souhaiterait créer de nouvelles réserves réseau.
Dans ces cas, comme pour celui d’une installation comportant une consommation locale, il est
nécessaire de dimensionner les câbles et protections en prenant en compte l’apport des batteries.

L’ouverture de la protection n’élimine pas le défaut, elle supprime uniquement l’apport des
! chaînes en parallèle. Les modules PV demeurent sous tension tant qu’ils voient une irradiance.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 75 / 279
8.7.3 Norme France pour fermes PV sans stockage (UTE C 15-712-1)

Le guide UTE C 15-712-1 donne un schéma global des choix à effectuer en fonction des paramètres
de l’installation (on trouve le détail dans le texte) :

Sur une grande


ferme PV avec
par exemple :
Np=2
Nc= 168
Na= 6,
on suit le
parcours en
rouge.

Toujours applicable

Applicable
uniquement
quand on
respecte
Npmax
(pas si Np >
Npmax grâce
à une
déclaration du
fabricant de
panneaux)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 76 / 279
On retiendra donc:

 Pour de petites installations (Nc ≤ Nc max), on peut se passer de protections contre les
surintensités, car il est possible de choisir des câbles qui supportent les courts-circuits.

 Pour les autres cas, l’utilisation de protections pour les câbles est indispensable, et il faut
retenir la règle suivante, minimum qui s’applique dans tous les cas :

1,1.Iscmax_dans la protection ≤ In_protection.

o On choisit le premier « In » standard respectant cette contrainte (car augmenter In,


c’est aussi augmenter la section du câble).
o Attention à la condition In_protection ≤ IRM-(Np-1).Iscmax, qui apparaît également pour
les protections de chaînes.
Cette condition n’est applicable que si on a limité Np à Npmax calculé à partir de I RM.
Alors, il faut choisir In selon le tableau suivant :
IRM/Iscmax Npmax In_min/Iscmax In_max/Iscmax Si In_min ≤ In_max, OK
1 1 1,1 1 choix In impossible
1,1 1 1,1 1,1 In= 1,1.Iscmax
1,5 1 1,1 1,5 OK
2 1 1,1 2 OK
2,5 1 1,1 2,5 OK
3 2 2,2 2 choix In impossible
3,2 2 2,2 2,2 In= 2,2.Iscmax
3,5 2 2,2 2,5 OK
4 2 2,2 3 OK
4,5 2 2,2 3,5 OK
5 3 3,3 3 choix In impossible
5,3 3 3,3 3,3 In= 3,3.Iscmax
5,5 3 3,3 3,5 OK
6 3 3,3 4 OK
6,5 3 3,3 4,5 OK

Si, au contraire, on a obtenu du fabricant de panneaux l’assurance de pouvoir


fonctionner avec Np > Npmax, cette condition est inapplicable…

 ATTENTION !
Il peut être nécessaire d’appliquer une règle plus sévère que celle donnée dans la norme.
En effet, les fabricants de fusibles donnent souvent des règles internes plus pénalisantes.
Pourquoi ?
Selon que la courbe fusible est fixée :
o « avec prudence », c'est-à-dire au max autorisé par la norme (I2=1,45.In)
C’est le cas des fusibles Mersen.
o ou plus bas (le seuil bas autorisé est 1,13.In),
le fusible aura un risque différent de fondre lors d’une élévation de température : plus la
courbe est basse, plus le risque est grand. Ce risque est donc « compensé » par un critère
plus sévère de choix de In.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 77 / 279
Règles de choix de protection à appliquer en fonction des fusibles :

Fournisseur Choix du calibre Remarque


fusible (méthode de calcul fournisseur)
Mersen 1,37.ImppSTC ≤ In
120  amb
Coeff température =  0.86 (pour T=60°C)
80
Coeff charge variable =0,85
Coeff évacuation calories =1 sur gros câbles
Calcul pour ImppSTC
Jean Müller 1,4.IscSTC ≤ In Coeff température =0,945 (pour T=45°C)
Coeff charge variable =0,9
Calcul pour Isc à 1200W/m²
Eti 1,5.IscSTC ≤ In
Cooper 1,56.IscSTC ≤ In Coeff 1.25 pour la température, ce qui correspond à 68°C
Bussmann env.
Calcul pour Isc à 1250W/m²
Siba 1,63.IscSTC ≤ In Coeff température =0,84 (pour T=60°C)
Coeff charge variable =0,9
Coeff « de grappe »=1 pour groupe de 3 fusibles
Calcul pour Isc à 1200W/m² et panneau à 70°C
(Isc=1,2x1.03.IscSTC)

Ainsi, le dimensionnement de l’installation dépend du fournisseur de fusibles !

A part pour Mersen et Jean Müller, pour lesquels on peut prendre la règle de la
norme (1,1.Iscmax ≤ In), on appliquera donc la règle fournisseur.

8.7.4 Norme France pour fermes PV avec stockage (XP C 15-712-3)

On retrouve dans le synoptique de choix l’approche de la norme UTE C 15-712-1, avec cependant
quelques différences :
 Une protection est imposée sur toutes les liaisons, en particulier sur le câble principal,
à cause de la présence de la batterie.
 Suppression de la notion de Nc max (dans un but de simplification).
Cela n’a pas d’impact sur une installation de type « ferme PV », qui est toujours au-delà de Nc
max.
 Possibilité de protéger le câble principal par un fusible gG (protection contre le courant de
court-circuit fourni par la batterie).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 78 / 279
Nc=1

Nc >1

Mettre la protection à
l’entrée du régulateur

Dimensionnement câble
IZ ≥ In pour protection par fusible gPV ou disjoncteur
IZ ≥ 1,1 In pour protection par fusible gG

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 79 / 279
8.7.5 Hors France (IEC TS 62548 et projet IEC 60364-7-712)

On peut faire un schéma global du même type que celui proposé dans l’UTE,
afin de comparer les critères retenus :

SA (ou Ns):
SG (ou Ng) : Nombre de chaînes sur une même protection
Isc_MOD:
IMOD_MAX_OCPR:

SNp
A max
max
SA max = 1+ IMOD_MAX_OCPR / Isc MAX § 6.3 Protection against overcurrent
§ 7.3.6.1.2 Current carrying capacity (CCC)

SA ≤ SA max ?

Ng max
Ng max = (1+ IMOD_MAX_OCPR / Isc_MOD) /2,5

Ng :
Ng ≤ Ng max

Ng =1 ?

Ng

1,5.Isc_MOD< In < 2,4.Isc_MOD 1,5.SG.Isc_MOD < In


In ≤ IMOD_MAX_OCPR In < IMOD_MAX_OCPR-(SG.-1).Isc_MOD

Coefficient 1,5 à augmenter


In-downstream+1,25.(SG.-1).Isc_MOD ≤ Iz In ≤ Iz dans les cas de grandes
irradiances

1,25 au lieu de 1,5 pour


donner de la souplesse à la
Isc S-ARRAY = SSA .Isc MOD
conception, mais attention
aux grandes irradiances !

NON OUI
Protection ?
NbSA≥ 2 ?

1,25. Isc S-ARRAY < In ≤ 2,4. Isc S-ARRAY

Câble de groupe

In-downstr.+1,25.(NbSA-1). Isc S-ARRAY ≤ Iz In ≤ Iz


1,25..Isc S-ARRAY ≤ Iz

Pas de
protection : Isc ARRAY = SA.Isc_MOD

Câble principal
Câble principal
Protection uniquement si batterie
1,25.Isc ARRAY ≤ Iz
1,25. Isc ARRAY < In ≤ 2,4. Isc In ≤ Iz
ARRAY

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 80 / 279
8.7.6 Pour aller plus loin…

Les normes ont été définies en fonction des architectures d’installation qui prévalaient lors de leur
rédaction.
Cependant, à l’heure actuelle, suite à la chute des prix des panneaux PV, la tendance est à une
augmentation très sensible du rapport Puissance panneaux / puissance onduleur, de manière à
produire davantage.
Ainsi, c’est l’entrée DC de l’onduleur qui limite le courant, et non les sources PV…
Est-il alors normal de conserver le mode de calcul détaillé ci-dessus ?

Prenons l’exemple suivant :


 Onduleur 2000 kWac avec courant DC max de 2300A
 10640 Modules Yingli YGE-U 1500 YL320-35b, soit 3398 MWp
=> ratio de puissance= 1,699
 Isc_STC=9,13A pour 1 panneau
 31 chaînes / array box
 12 array box en tout

Comment choisir la protection du câble de groupe ?


 La règle de la norme française donne : In ≥ 1,1. Iscmax avec Iscmax =Ki.IscSTC et Ki ≥ 1,25.
On trouve In ≥ 1,1x1,25x283 A = 389A => calibre 400A.
 En réalité, le fonctionnement est le suivant :
o En fonctionnement normal, le courant dans le câble de groupe est d’environ
2300/12= 192A
o Si on suppose par exemple qu’il peut y avoir au moins 2 groupes déconnectés (cas
d’une maintenance après défaut), voire davantage (max 25% du nombre
d’arrivées ?), alors le courant max normal peut monter à 2300/ (12-3)= 256A.
La proposition est de calculer la protection par In ≥ 1,1x256 A => calibre 315A
(il faut conserver le coefficient 1,1, qui est un coefficient thermique).
o En cas de court-circuit sur une branche, le courant délivré par les sources n’est plus
limité.
Le ratio de puissance important et le choix d’un calibre de protection plus petit ont
pour conséquence une réaction plus rapide de la protection située sur le groupe en
défaut, ce qui va dans le bon sens.
o En revanche, les câbles des groupes non en défaut vont également voir passer un
courant plus important, ce qui peut être supérieur au seuil garanti de non fusion, à
savoir 1,13.In.
On trouve donc une condition minimale pour avoir un fonctionnement correct :
1,25xIscSTC ≤ 1,13. Imax_onduleur/ (n-2) => n ≥ 2+ Imax_onduleur/IscSTC/ 1,106

Cette démarche est intéressante car elle permet de baisser le calibre de la protection (fusible), ce qui
a 2 effets :
 Le plus important est la diminution de la section du câble de groupe (voir § 8.8.2)
 Le second est la diminution du temps de réaction de la protection.
Le critère de diminution du nombre de groupes est à apprécier en fonction du risque de non
disponibilité de l’installation.
 Min 2 arrivées en moins se justifie (cas d’un double défaut)
 Davantage est à discuter.

Le calcul a été fait avec la norme française ; il est encore plus intéressant avec la norme internationale
car le coefficient de multiplication de IscSTC est plus grand (x1,5).
On peut gagner jusqu’à 2 calibres de fusible.

Attention à conserver le coefficient thermique donné par les fabricants de fusibles !


Par exemple, pour Bussmann : 1,25.
Cela donne pour le calcul précédent : In ≥ 1,25x1,25x283 A = 442A => calibre 500A
Nouvelle démarche : In ≥ 1,25x256 A = 320A => calibre 400A

Cette nouvelle approche n’est pas permise par les normes actuelles, et doit donc être
discutée…
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 81 / 279
8.8 Définition de la section des câbles

La section minimum théorique des câbles est A LA FOIS :


o Celle permettant au câble d’être protégé contre les surcharges par les protections définies
plus haut
o Celle permettant au câble de supporter les courts-circuits maximaux, de durée inférieure à 5s.
o Celle permettant d’atteindre les objectifs de chute de tension ΔU max.
On ne sait pas a priori sur une installation laquelle de ces 3 règles sera la plus contraignante.
Cependant, plus un câble est long, plus la chute de tension ΔU max devient dimensionnante.

Courant admissible
Iz min assurant la
protection thermique
câbles (surcharge)

Coefficients de mise
en œuvre câbles issus
des normes (K<1) Iz’ min= Iz min/ K
Ou calcul Cymcap

Tableaux normatifs de Section min Section min


correspondance (thermique) (ΔU < ΔUcible)
courant -> section
Ou calcul Cymcap
Vérification
tenue sur
court-circuit
max

Section = Max [section_th ; section_ ΔU]

8.8.1 Section min vis-à-vis de la chute de tension (ΔU)

Afin de préserver le rendement, les normes imposent une chute de tension DC inférieure à 3%.
Voici ce que dit l’UTE C 15-712-1 (§ 11.2) :

Les cahiers des charges réclament souvent 1%. Cette dernière valeur est très contraignante.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 82 / 279
La chute de tension dans une liaison est donnée par : ΔU = 2 x Ib x L x R
Avec :
Ib Courant d’emploi
L longueur du circuit (= 1 aller)
R: Résistance linéique du câble (=ρ/s), à la température maximum, soit 90°C (câble PR – XLPE)

Attention donc à ne pas oublier le facteur 2 dans la formule : la chute de tension est en effet due à
l’aller ET au retour !

Les données suivantes peuvent être utilisées :

Section Chute de tension


Cuivre Aluminium en V/A/km
1.5 30
2.5 18
4 11.2
6 10 7.5
10 16 4.5
16 25 2.8
25 35 1.8
35 50 1.29
50 70 0.95
95 0.78
70 120 0.64
95 150 0.47
120 185 0.37
150 240 0.3
185 300 0.24
240 400 0.19
300 500 0.15

Si le constructeur du câble donne une autre valeur (data-sheet du câble), il faut l’utiliser pour avoir un
résultat correspondant à la réalité.

Rappel : valeur de la résistivité du cuivre et de l’aluminium :

Résistivité A 90°C selon NF C 15-100 (§525)


A 20°C (ρo) A 70°C A 90°C
(Ohm.mm²/m) =1,25. ρo
Cuivre 17.24 10-6 20.63 10-6 21.98 10-6 23. 10-6
Aluminium 28.26 10-6 33.95 10-6 36.24 10-6 37. 10-6

Dans le cadre des projets de Schneider REC EMEAS, les calculs de chute de tension sont réalisés
avec les conditions suivantes :
 Courant nominal en condition STC (Istc),
 Tension nominale en condition STC (Vmpp_stc)
 Résistivité électrique suivant norme NFC 15-100 pour projets France
 Résistivité électrique suivant norme locale ou à 70°C pour projets hors France

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 83 / 279
Attention :
Le calcul de la chute de tension dépend fortement des conditions de calcul (Vmpp à STC ou à
70°C, Impp à STC ou à 70°C, résistivité…)

Voici un comparatif de résultats suivant la méthode choisie (ΔU calculée varie de 0.5 % !!!) :

Conditions de calcul modules SUNPOWER 315


Tension Umpp STC Umpp 70° Umpp 70°C Umpp STC
Courant Impp STC Impp 70°C Isc STC Isc STC
Résistivité à 70°C 1,25 x Ro20° 1,25 x Ro20° 1,25 x Ro20°
Nbre de chaines simples 27 27 27 27

Long. totale de câbles strings 1 285 1 285 1 285 1 285


% pertes 0,49% 0,62% 0,64% 0,55%

Long. totale câbles de puissance 150 150 150 150


% pertes 1,12% 1,41% 1,47% 1,25%

Total pertes ohmiques CC 1,64% 2,06% 2,13% 1,82%

Calcul de la chute de tension de plusieurs câbles en parallèle de longueurs différentes

Sur une grande installation, les chaînes ne peuvent être toutes à la même distance de la boîte de
jonction, et les longueurs de câbles entre boîtes de jonction et onduleur varient.
Compte-tenu de la caractéristique I(V) des panneaux,
les chaînes les plus courtes développeront une tension plus faible
et un courant plus fort que pour les chaînes les plus longues.

La norme UTE C 15-712-1 est claire : c’est le cumul le plus grand


qu’il faut considérer pour la limite de 3%.

En revanche, si on veut descendre à 1%, comme c’est souvent le cas,


il ne semble pas raisonnable d’appliquer strictement la même méthode.
En effet, il est certes pertinent d’avoir une certaine homogénéité dans les chutes de tension des
différents câbles, afin de limiter les phénomènes de mismatch.
En revanche il peut arriver que quelques liaisons dépassent légèrement le critère 1% et que les faire
passer sous cette limite soit très coûteux (augmentation de section de câbles). La comparaison entre
gain réel sur la production du champ et surcoût de l’installation peut montrer clairement que le choix
n’est pas rentable.

Ce qui est vraiment intéressant, dans le fond, c’est la perte de puissance globale (effet Joule)
associée à la chute de tension dans les câbles, que l’on peut rapporter à une « chute de tension
équivalente », d’où la méthode suivante de calcul :
 Calcul des chutes de tension sur chaque câble à titre indicatif, pour cibler les liaisons
pénalisantes et les améliorer.
 Calcul des pertes Joule dans tous les câbles, et calcul de la somme des pertes Joule.
 Rapport à la puissance totale attendue : le rapport doit être ≤ 1%.
Ce rapport est l’image de la chute de tension globale équivalente.
 Attention à être bien clair sur cette méthode dans le cahier des charges !

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 84 / 279
8.8.2 Iz min vis-à-vis de la protection thermique câbles

Le synoptique des UTE C 15-712-1 et XP C 15-712-3 permettant le choix des protections (Cf §8.7.3 )
donne également les règles de détermination de la section minimale à choisir pour un câble de chaîne
(tableau 6), de groupe (tableau 7) ou principal PV (§ 8.1.5) afin que celui-ci soit protégé
thermiquement. On rappelle ces règles :

o Câble de chaîne (avec ):

Attention !
L’utilisation du
calibre 30A
oriente presque
à coup sûr sur
du câble 10²
(voir § qui
suivent pour la
définition des
coefficients de
pose)
Note : L’ajout d’un dispositif de stockage augmente le courant inverse maximal mais ne
modifie pas les valeurs Iz.

o Câble de groupe :

Note : L’ajout d’un dispositif de stockage augmente le courant inverse maximal mais ne
modifie pas les valeurs Iz.

o Câble principal PV :
 Sans dispositif de stockage : Iz ≥ Iscmax_Générateur
 Avec dispositif de stockage :
 Iz ≥ In si protection par fusible gPV ou disjoncteur
 Iz ≥ 1,1.In si protection par fusible gG (In ≥ 16A)

Remarque :
Il est très important de toujours procéder dans l’ordre indiqué dans la démarche générale de
conception (§8.2) :
o D’abord on détermine les courants de court-circuit Isc_STC dans toutes les branches
o Ensuite on en déduit In des protections à mettre en œuvre
o Enfin on calcule la section min des câbles pour que ces protections les protègent
correctement en thermique.
Cela interdit la répartition de ces tâches à plusieurs interlocuteurs sans communication entre eux…

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 85 / 279
De manière générale, il y a 3 conditions différentes de fonctionnement thermique dans l’installation,
quand les câbles comportent une protection :

Cas de Condition à respecter Autres câbles Remarques


fonctionnement par le câble étudié (environnement du
câble étudié)
Fonctionnement Iz ≥ Ki.Impp I = Ki.Impp
normal permanent au
max d’éclairement
Court-circuit à la Chaîne : Chaîne : “Court-circuit permanent”
limite de Iz ≥ Kp.I2 ou Kp.In I2
I
déclenchement de la
protection
selon le cas
(voir tableau ci-dessus) Nc  Np 
Groupe : Groupe :
Iz ≥ I2_gr ou In_gr I 2 _ gr
I (cas 1)
selon le cas
(voir tableau ci-dessus) Na  1 Dans le cas 2, on
suppose qu’une partie de
I 2 _ gr l’installation est
I (cas 2)
0,8  Na  1 indisponible.

Court-circuit au max 2 k est le facteur du tableau


 s
d’éclairement  k    t protection I = Ki.IscSTC 43A, norme NF C 15-100.
 I S est la section en mm²
Avec :
I (chaîne) =
(Nc-1). Ki.IscSTC
I (groupe)=
(Na-1). Ki.IscSTC _gr

8.8.3 Calcul de Iz’ (= Iz après application des coefficients de mise en œuvre)

8.8.3.1 Coefficients de mise en oeuvre

On trouve les coefficients de mise en œuvre, toutes applications confondues, dans les normes
d’installation, qui ont des structures similaires :
o IEC 60364-5-52 (Internationale)
o NF C 15-100 partie 5-52 (France)
o CEI 64-8 §52 (Italie)
Ces coefficients correspondent à différents aspects :
o Mode de pose
o Température ambiante
o Résistivité thermique du sol
o Groupement de circuits, de conduits…
Attention : 1 circuit est constitué du câble aller + et retour - =>
o ne pas compter 2 circuits pour les câbles aller et retour !
o S’il y a 2 câbles par polarité (donc 4 câbles en tout), il faut compter 2 circuits !
(il y a autant de circuits que de câbles par phase : Cf NF C 15-100 § 523.4.1)
o … mais compter 1 seul circuit pour 2 câbles + seuls (dans le cas où + et - sont
séparés)

Le calcul est fait « à la main » (note : le logiciel Ecodial n’est pas adapté au DC).

Attention :
Dans certains projets, les paramètres de calcul sont en dehors des paramètres donnés par les
tableaux de déclassement (nombre de câbles trop important, couches de câbles pour le mode de
pose enterré…). Dans ce cas, les normes d’installation ne suffisent plus. Il faut alors effectuer le
calcul de courant admissible selon la norme IEC 60287. Cette norme donne une méthode
analytique non dépendante du mode de pose.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 86 / 279
8.8.3.2 Considérations propres au PV

Pour les applications photovoltaïques, l’UTE C 15-712-1 précise les points suivants :

o (§ 14.2.1) :

Mode de
pose n°1

o (Annexe B) :
Référence au guide UTE C 32-502, qui donne les prescriptions pour les différents types de
câbles PV subissant les mêmes contraintes que celles des panneaux PV (rayonnement UV,
chaleur, intempéries,…), et donne quelques tableaux du courant admissible dans les câbles
des chaînes.
Cependant, les calculs sont effectués selon la norme iec 60364-5-52 et non la NF C 15-100…

Température ambiante
Donc, pour les câbles soumis au rayonnement solaire ou installés en face arrière des panneaux, la
température ambiante doit être considérée égale à 70°C.

Pour les câbles enterrés, la température ambiante est généralement considérée à 20°C.

Pour les câbles hors du sol, connectés aux BJG, la température ambiante à considérer dépend de la
localisation du site.

8.8.3.3 Le coefficient de groupement avec câbles faiblement chargés

La norme NF C 15-100 précise :

Ce paragraphe est sujet à interprétation pour 2 raisons :


 La définition du courant d’emploi pour une application PV n’est donnée nulle part : doit-on
prendre Impp ? Isc_STC ? Iscmax ? En l’absence de définition, prendre au moins Isc_STC.
 Faut-il calculer la charge d’un câble AVANT ou APRES avoir appliqué le coefficient de
groupement ?
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 87 / 279
e
Sur le 2 point, une réponse a été apportée par le groupe de travail AFNOR GT15B (canalisations)
dans son compte-rendu de réunion du 24/9/2013 :

Donc, pour chaque canalisation, il faut calculer I’z= Iz. Ktemp. Kref. Knb_couches, puis le rapport
Isc_STC/ I’z.
Les canalisations pour lesquelles ce rapport est inférieur ou égal à 30% en enterré ou 70% en aérien,
ne doivent pas être comptabilisées dans le total des câbles, total qui permet au final de déterminer le
coefficient de groupement Kg.
On obtient alors pour chaque canalisation la valeur finale du courant admissible, à savoir I’z. Kg.

8.8.4 Calcul de la section min correspondant à Iz’

Le passage de Iz’ à la section de câble correspondante se fait grâce aux tableaux de correspondance
donnés dans les normes d’installation citées plus haut.
Prenons par exemple la NF C 15-100 :

En aérien, il faut lire


dans la colonne
« PR2 »
correspondant à la
méthode de référence
(B, C ou F) choisie.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 88 / 279
Pour les câbles
enterrés, une seule
méthode de référence
(D) : il faut lire dans la
colonne « PR2 »

8.8.5 Comment diminuer la section de câble calculée selon les normes


d’installation ?

L’utilisation de la norme installation est suffisante au stade d’une offre, mais peut/doit être améliorée
par la suite. En effet :
 Les résultats donnés par les normes d’installation obligent souvent à sur dimensionner les
câbles, car ces normes ont fait des simplifications par rapport à la norme calculatoire de base,
l’IEC 60287.
 Par ailleurs on atteint parfois les limites des tableaux présentés (nombre de câbles, de
conduits…).
 Ou encore on a des cas « non symétriques », par exemple des câbles de chaînes chargés par
une ou 2 chaînes cheminant côte à côte…

8.8.5.1 Câbles entre panneaux et Boîte de Jonction de Groupe

8.8.5.1.1 Calcul du nombre de circuits dans le cas de charges différentes

Les coefficients pour n circuits cheminant en parallèle, donnés dans le tableau 52T pour le mode de
pose 61 (enterré) sont égaux à 1/√n.
En effet, l’échauffement pour un câble correspond à Pj=I².t.
Si on veut le même échauffement pour n câbles, le courant ne doit pas dépasser I/√n dans chaque
câble : Pj=n.(I/√n)².t.

A partir de cette constatation, on sait par exemple simplifier le cas suivant :


Dans une même goulotte :
 6 circuits 6mm² parcourus par le courant I d’1 chaîne
 5 circuits 6mm² parcourus par le courant 2.I de 2 chaînes.

Les 6 circuits voient Pj= 6.I² = 1,5. (2.I)².


Ils sont donc équivalents à 1,5 circuit parcouru par le courant 2.I.

Au lieu des 11 circuits initiaux, on a donc 6,5 circuits chargés de manière homogène à 2.I.
11 circuits correspondaient à un coefficient de 0,3.
6,5 circuits correspondent à un coefficient de 0,39.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 89 / 279
8.8.5.1.2 Conducteurs faiblement chargés

ATTENTION ! Le raisonnement ci-dessous est intéressant uniquement dans le cas où, avec les
coefficients de la norme NF C 15-100, en prenant tous les câbles chargés identiquement, on trouve :

Iscmax_câble ≤ Iz1 ≤ kp.In (ou ≤ kp.I2 selon la condition à vérifier pour l’installation)

(Le cas Iz ≤ Iscmax_câble n’est pas concerné !)

La norme NF C 15-100 précise :

Ce § va nous permettre, en négligeant des câbles sous certaines conditions, de modifier les
coefficients de regroupement de câbles, pour obtenir kp.In ≤ Iz2.

Exemple d’approche avec câbles 6mm², mode de pose enterré, protection par fusibles 25A.

o Tenue des câbles au court-circuit à fort éclairement :

Pour la tenue des câbles aux courants de court-circuit la norme NFC15-100 indique :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 90 / 279
La configuration critique est pour un courant de court-circuit important car dans ce cas le conducteur
aura une montée en température importante.
Avec une section de 6mm² cuivre, on a un coefficient k=143 et S=6.
Le courant de court-circuit max est : I=(Nc-1)*Iscmax = (Nc-1)*IscSTC*1,25.
Donc :
2
143  6 686,4  686,4 
t  => t    .
Nc  1  IscSTC 1,25 Nc  1  IscSTC  Nc  1  IscSTC 
Le fusible utilisé, traversé par le courant (Nc-Np)*IscSTC*1,25, fond en un temps bien inférieur.
Donc le câble est protégé par le fusible.

o Tenue des câbles au court-circuit à faible éclairement :

Le courant admissible des câbles reliant les panneaux et les BJG est de Iz1 selon les tableaux de la
NFC15-100 (mode de pose inclus).
Le courant correspondant à 30% du courant admissible est : Iz1*30%.
Ce courant correspond à un éclairement E = Iz1*30/IscSTC.
Le courant de court-circuit minimum vu par un câble de 6mm² est :
Isc=(Nc-1)* Iz1*30%
Les fusibles Ferraz DCT 25A fondent en t(s) (voir courbe) pour ce courant.
Ce temps de fusion étant inférieur au temps de montée en température des conducteurs calculé dans
le paragraphe précédent, on peut donc conclure pour des courants de court-circuit supérieurs à
Isc=(Nc-1)* Iz1*30% que les câbles sont protégés correctement par les fusibles Ferraz DCT 25A.

Pour des courants de court-circuit inférieurs à Isc=(Nc-1)* Iz1*30%, le courant dans chaque câble
étant inférieur à 30% du courant admissible, il n’y a plus lieu de tenir compte des circuits adjacents.
Alors le coefficient à appliquer pour les modes de pose est supérieur à celui de la NF C 15-100.
On obtient Iz2 ≥ Iz1.

8.8.5.2 Câbles entre Boîtes de Jonction de Groupes et Boîte de Jonction de


Générateur

Il est possible de faire les calculs selon la norme de base IEC 60287.
Il faut cependant un logiciel pour effectuer les calculs, de type Cymcap.

Les câbles sont modélisés à partir des données constructeur, et la question est :
Quel est le courant max admissible pour lequel la température de l’âme n’excède pas 90°C ?
Il doit être supérieur à I2 de la protection du câble (si Na <20).

On a remarqué qu’entre les 2 méthodes, on gagnait en moyenne 10 à 20% sur le courant


admissible du câble.

Mieux encore !

Les normes d’installation ne permettent guère de différencier le courant passant dans plusieurs câbles
proches : on est obligé de supposer que tous les câbles sont chargés de la même manière.
Il y a bien dans la NF C 15-100 la mention suivante :

Mais elle ne donne pas de précisions sur la valeur à retenir.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 91 / 279
Or dans une installation PV, en cas de défaut, un seul câble voit la somme de toutes les branches
parallèles.
C’est donc lui dont l’âme ne doit pas atteindre la température critique de 90°C.

Si on procède de la manière suivante :


Dans les autres câbles, on force au courant max possible : Iscmax

1. Choix du câble le plus contraint en thermique (= le plus « entouré ») :


2. Quel est le courant Iz pour lequel t° âme < 90°C ?
3. A-t-on bien Iz ≥ I2 ?

Entre ce calcul et le précédent, où tous les câbles sont chargés de la même manière, on a trouvé sur
un projet un gain de 23% sur le courant admissible…

8.9 Mise à la terre fonctionnelle de l’installation côté DC

Le schéma de mise à la terre côté DC n’a pas pour objectif la protection des personnes contre les
contacts indirects, laquelle est assurée par une double-isolation des parties actives (classe II).
Cf § 11.1 pour davantage de précisions concernant la protection des personnes.
En général, aucune polarité n’est mise à la terre.
Cependant, certaines technologies de modules photovoltaïques nécessitent qu’une polarité (positive
ou négative selon les cas) soit reliée à la terre, soit directement, soit par l’intermédiaire d’une
résistance :
o TCO (Transparent Conductive Oxide) pour certaines technologies à couche mince (a-Si et
CdTe, soit 7% de la production annuelle en 2014) :
Le TCO est la couche conductrice au-dessus du matériau semi-conducteur de la cellule PV.
Celle-ci se corrode lorsque le module PV a un potentiel positif vis-à-vis de la terre, ce qui a
pour conséquence une perte de transparence et des propriétés conductrices. Cet effet est
irréversible.
o Effet PID (Potential Induced Degradation) pour certains panneaux à technologie mono ou
multi cristalline :
Il s’agit d’une polarisation –réversible- causée par un courant de fuite entre le panneau et son
support métallique. Cet effet a pour conséquence une perte de puissance allant jusqu’à 30%.
Les fabricants travaillent à l’élimination de ce phénomène.

Remarque : Les panneaux à couche mince avec une feuille de métal présentent une capacité
naturelle à la terre élevée. Si la tension de référence DC comporte une composante alternative
importante, il peut se produire des courants de décharge capacitifs dans les câbles. Afin de l’éviter, 2
solutions :
 Utiliser un onduleur à séparation galvanique
 Utiliser un onduleur à technologie « quiet-rail », c’est à dire un onduleur dont
la tension DC ne varie pas (ou peu) par rapport à la terre.

Se reporter à l’annexe qui donne les préconisations pour une liste de panneaux actuellement sur le
marché.

Cette mise à la terre est alors purement fonctionnelle, ce qui se traduit notamment par le fait que :
o Le conducteur de mise à la terre n’est pas repéré par la couleur vert-jaune
o Il peut être interrompu par un dispositif en série…

8.9.1 Référentiels normatifs pour la mise à la terre

8.9.1.1 France (UTE C 15-712-1)

La mise à la terre fonctionnelle est admise sous certaines réserves :


o isolation galvanique entre parties DC et AC,
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 92 / 279
o soit interne aux onduleurs
o soit externe aux onduleurs, au moyen
 d’un transformateur par onduleur
 OU d’un transformateur unique à plusieurs enroulements avec un
enroulement séparé par onduleur.
o mise à la terre de la polarité réalisée en un point unique de la partie DC d’un générateur PV,
à proximité de l’entrée DC de l’onduleur ou dans l’onduleur lui-même si celui-ci le permet.
La mise à la terre est de préférence située immédiatement en amont du dispositif de coupure
et de sectionnement de l’entrée DC de l’onduleur pour conserver la liaison à la terre du
champ même lors des phases de maintenance de l’onduleur.
o lorsque la mise à la terre de la polarité DC est directe, il faut une protection par coupure
automatique pour éliminer tout courant de défaut circulant dans le câble de mise à la terre.
o lorsque la mise à la terre de la polarité DC est effectuée par l’intermédiaire d’une résistance, il
faut une surveillance par contrôleur d’isolement (CPI).

o Section du câble de MALT ≥ 4mm² Cu (adaptée au


courant I2 conventionnel du dispositif de coupure)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 93 / 279
o Section du câble de MALT ≥ 4mm² Cu. Et Iz ≥ UocMAX/R

8.9.1.2 Italie

Pour information, la norme PV applicable en Italie est :


CEI 82_25 (2008) - Guida alla realizzazione di sistemi di generazione fotovoltaica collegati alle reti
elettriche di Media e Bassa Tensione.
La norme d’installation est CEI 64-8.

La CEI 64-8 autorise la mise à la terre fonctionnelle côté DC si:


 Un seul point est mis à la terre, et proche de l’onduleur
 Il y a une isolation galvanique entre parties DC et AC.

La CEI 82_25 standard laisse le concepteur libre de ses choix.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 94 / 279
8.9.1.3 Monde (IEC)

Projet IEC 60364-7-712 (§ 712.4.101) :

La mise à la terre fonctionnelle d’une polarité DC est admise sous certaines réserves :
o isolation galvanique entre parties DC et AC au moyen d’un transformateur
o soit interne à l’onduleur
o soit externe à l’onduleur.
L’enroulement du transformateur connecté à l’onduleur ne doit pas être mis à la terre,
et l’onduleur est choisi en fonction de cette exigence.
S’il y a plusieurs onduleurs, chacun doit être connecté à un enroulement
galvaniquement séparé.
o mise à la terre de la polarité réalisée en un point unique de la partie DC d’un générateur PV,
à proximité de l’entrée DC de l’onduleur ou dans l’onduleur lui-même si celui-ci le permet.
La mise à la terre est de préférence située immédiatement en amont du dispositif de coupure
et de sectionnement de l’entrée DC de l’onduleur.
o lorsque la mise à la terre de la polarité DC est directe, il faut une protection par coupure
automatique pour éliminer tout courant de défaut circulant dans le câble de mise à la terre.
o lorsque la mise à la terre de la polarité DC est effectuée par l’intermédiaire d’une résistance, il
faut une surveillance par contrôleur d’isolement (CPI).
o La couleur suggérée pour le câble de mise à la terre fonctionnelle est le blanc.

Les extraits suivants proviennent de l’IEC TS 62548, mais ils sont similaires dans le
projet IEC 60364-7-712.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 95 / 279
Remarque : PCE=Power conversion Equipment

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 96 / 279
8.9.2 Schémas de principe

8.9.2.1 Système DC en potentiel flottant

PV

BJG BJG
+ - + -

Comb. box Comb.box


+ - + -

ONDULEUR ONDULEUR

CPI CPI

8.9.2.2 Mise à la terre par résistance d’une polarité :

-
PV

+ BJG - + BJG -

+ 1kΩ - 1kΩ
combiner box + -
500W 500W
platine
CPI PHT1000 CP
I
ONDULEUR ONDULEUR
500kW 500kW

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 97 / 279
La valeur de la résistance dépend des exigences du constructeur de modules PV.
Par exemple, les modules SunPower imposent de mettre la polarité positive à la terre.
Suivant la puissance de la centrale PV, il faut :
o P centrale PV comprise entre 250kW et 500 kW  Résistance < 2 kΩ
o P centrale PV supérieure à 500 kW  Résistance  1 kΩ

Le raisonnement est similaire à celui d’une centrale à potentiel flottant (IT). Il faut donc conserver le
CPI pour la détection des défauts à la terre.

La résistance doit être dimensionnée thermiquement pour supporter le défaut. En théorie, la


résistance devrait être dimensionnée pour tenir une journée de production en présence d’un défaut
terre.

8.9.3 Contrôleur permanent d’isolement (CPI)

Quand le champ est isolé ou a une polarité reliée à la terre par une résistance côté DC, un CPI est
nécessaire pour surveiller les défauts d’isolement.
Il s’agit là d’une mesure complémentaire à la classe II.
e
Cela permet d’intervenir dès le premier défaut, pour ne pas risquer un 2 défaut, qui aurait pour
conséquence un court-circuit.
Le CPI s’avère également très utile pour une installation avec mise à la terre fonctionnelle directe,
pour surveiller périodiquement, la nuit, la polarité mise à la terre…

8.9.3.1 Réglages

8.9.3.1.1 Système isolé

Réglage du seuil d’isolement Riso :

Des mesures sur le site de Vinon, effectuées en 2010 par temps sec et nuageux, montrent que la
résistance d’isolement de l’installation varie fortement dans la journée, d’un minimum de quelques kΩ
très tôt le matin à environ 200 kΩ en régime de fonctionnement normal. Cela a été confirmé par des
observations sur un site similaire.
Cette variation est un phénomène normal dans les centrales PV où le niveau d’isolement est
principalement dû aux modules PV (de l’ordre de 70 à 90% de l’installation).
Or l’isolement du module PV dépend très fortement des conditions d’humidité et de température,
comme l’expliquent quelques articles scientifiques auxquels on pourra se référer (Cf § 2.6).

Les normes de test des modules PV (IEC 61215 et IEC 61646) donnent des indications sur le niveau
d’isolement min attendu d’un module :
L’essai diélectrique, et celui du courant de fuite en milieu humide, ont la sanction suivante :

Cela veut donc dire qu'on ne doit pas être en-dessous de 40Mohm pour 1m², et la résistance est
inversement proportionnelle à la surface de panneaux.

Pour un poste de 1MW, on a une puissance de modules installés un peu supérieure.


Si on utilise par exemple des modules de 230W, il en faudra donc environ 4500.
Ils ont une surface de 1,6m² chacun, ce qui présente une surface totale de 7200m².
On s’attend donc, d’après la norme, à une résistance d’isolement min de 40000/7200 =5,5kΩ.

Les CPI Bender installés dans les onduleurs Xantrex à Vinon ont un seuil d’alarme fixé par défaut à
40kΩ, ce qui est trop haut par rapport aux niveaux d’isolement réels.
Le seuil de déclenchement n’est pas utilisé (10kΩ par défaut).
Laisser le réglage par défaut a pour conséquence de générer toute une série de « faux défauts
d’isolement », assez systématiquement le matin, et par temps d’orage, d’où une perte de production
et la génération de nombreux messages sur le monitoring.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 98 / 279
Afin d’éviter les déclenchements intempestifs du CPI dus aux fluctuations normales de l’isolement de
la centrale PV, on recommande de régler le seuil de déclenchement du CPI 50% au-dessous du seuil
le plus bas mesuré sur l’installation :
1.5  Rseuil _ bender  RIso _ min i
En respectant ce critère, un réglage à 5kΩ s’est cependant révélé insuffisant sur le site de Vinon pour
supprimer tous les défauts (La durée des défauts a cependant été sensiblement réduite).
C’est qu’on n’est jamais sûr d’avoir mesuré le seuil min d’isolement (par temps d’orage de
préférence !).

On conseille donc un réglage d’au plus 1 kΩ (seuil d’alarme = seuil de déclenchement).


Il faut disposer d’un CPI qui ait un seuil de réglage bas. Le CPI Bender utilisé à Vinon ne descendait
pas en dessous de 1kΩ. Depuis, d’autres produits permettent de descendre à 200Ω.

L’IEC TS 62548 (§6.4.1.2) donne les valeurs minimales suivantes pour le seuil de détection d’un
défaut d’isolement, en fonction de la taille de la ferme :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 99 / 279
Quelle est la limite basse de réglage ? Y a-t-il un problème de sécurité des personnes ?

Le schéma de l’installation est le suivant :


cadre
+ If
h
1000V Rd
Rf
-

1 k
Riso Vd
RPE

R1 Rpieu
< 10

 Riso représente l’isolement du champ complet, qui est en parallèle avec la valeur de mise à la
terre normale de l’installation, à savoir sur l’exemple ci-dessous : ∞.
 Rpieu représente la mise à la terre par les pieux des stands.
 R1 est la mise à la terre du poste.
 Le cadre métallique des panneaux PV doit être mis à la terre pour évacuer les courants de
fuite des panneaux et limiter les surtensions générées par la foudre.

 Le courant de fuite à la terre, situé essentiellement au niveau des panneaux, se reboucle à la


source par le PE.
U U
Ce courant de fuite a pour valeur : If  
Rd  Rf  RPE  Riso Riso
(c’est vraiment un maximum, car Rd correspond non pas à un véritable défaut, mais à la
résistance d’isolement du stand, qui est loin d’être nulle).
Donc, si quelqu'un touche le cadre des panneaux, la tension de contact correspond au max à
RPE
Vd  .U , qui doit rester inférieure à 60V (limite en extérieur par temps humide).
Riso
Riso
Si on prend U=1000V , cela signifie donc qu’il faut  17
RPE
RPE étant faible (par ex : pour un câble de 6 mm², de longueur 200m, RPE =0.75 Ω),
on peut sans danger fixer un seuil de détection à 200Ω.

Réglage de la capacité max :

Les CPI fonctionnent en injectant un signal basse fréquence superposé au signal utile.
Ils sont donc sensibles à la capacité parasite à la terre totale de l’installation, qui est parallèle à la
résistance d’isolement : plus elle est grande, plus il est difficile de calculer Riso.
Dans une installation industrielle fonctionnant en tension alternative et en système isolé, la capacité
doit être limitée (aux alentours de 70μF) car elle crée un courant de fuite qui peut compromettre la
sécurité des personnes ; elle est donc trop faible pour gêner les CPI dans leur fonctionnement.
En revanche, sur les fermes solaires, il n’y a pas de limite à la capacité globale puisque la tension est
continue. La capacité parasite d’un panneau PV varie en fonction de sa technologie, mais peut
atteindre (source IEEE) :

Cristallin 50 à 150nF/kWp, soit en moyenne 100μF pour 1MWp


couche mince 1F/kWp, soit 1000μF pour 1MWp

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 100 /
279
On peut consulter l’information technique SMA - Courants de fuite capacitifs –Version 2.5 (2015), qui
présente clairement les 3 origines de capacités parallèles :

Selon les cas, on retiendra la capacité prépondérante.

Le CPI choisi doit avoir un fonctionnement compatible avec la capacité parasite maximale du champ
PV. Par exemple, le CPI IM400 Schneider Electric peut être utilisé sur les grandes fermes, grâce à la
sélection du « mode photovoltaïque », qui génère un signal d’injection de 0,0625Hz afin d’avoir une
mesure beaucoup moins perturbée par la capacité parasite.

8.9.3.1.2 Polarité à la terre par une résistance

Le CPI doit être réglé à 80% de R.


Dans l’exemple donné en § 8.9.2.2, où R=1 kΩ, le seuil de réglage est donc 800 Ω.
On doit utiliser un CPI dont la gamme de réglage est compatible.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 101 /
279
8.9.3.2 CPI conseillé dans le cas d’une mise à la terre directe

Comme on peut le lire par exemple dans l’UTE C 15-712-1 (§ 10, tableau 8 reproduit au § 8.9.1.1),
quand une polarité est mise à la terre, la surveillance de cette polarité est vivement conseillée.
La manière la plus simple d’effectuer cette surveillance est d’installer un CPI, désactivé quand la
polarité est à la terre (le jour), actif quand la mise à la terre est ouverte.
Selon une périodicité à déterminer, on peut se placer en situation de champ isolé. Alors le CPI mesure
l’isolement du champ et peut signaler un éventuel défaut sur la polarité habituellement à la terre.
Une fois le test effectué, la mise à la terre peut être refermée.
Sans cette disposition, il est impossible de détecter un défaut d’isolement sur une polarité en
permanence à la terre, car le niveau de défaut généré est trop faible vis-à-vis d’un défaut sur l’autre
polarité.
L’article “The Bakersfield fire: A Lesson in Ground-Fault Protection” présente en détail un cas réel de
défaut, ayant abouti à un grave incendie sur un bâtiment :
 1 défaut d’isolement sur la polarité à la terre, non détecté car en-dessous du seuil de la
er

protection placée sur la liaison terre.


 2 défaut sur la polarité non mise à la terre, qui provoque donc un court-circuit, et l’ouverture
e

de la protection placée sur la liaison terre.


 Ce faisant, le chemin d’écoulement privilégié du courant de défaut est interrompu, orientant
celui-ci dans des câbles non dimensionnés pour cela, d’où départs de feux multiples.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 102 /
279
8.9.4 Dispositif de détection de défaut terre (polarité à la terre)

Ce dispositif est placé sur la liaison polarité/ terre :


o Soit en série (fusible ou disjoncteur)
o Soit par un tore mesurant le courant et actionnant un relais.

Quel seuil de réglage ?

Pour une estimation des courants de fuite, un retour d’expérience et de mesures effectuées sur
site, bien qu’à compléter (on n'a pas tous les types d’onduleurs, tous les sites, tous les temps etc...),
nous apprend que :
o le courant de fuite dû à l'onduleur semble faible (0.7A environ mesurée ), avec des fréquences
néanmoins qui peuvent solliciter certains relais, d'où le besoin de temporiser.
o le courant de fuite dû aux panneaux peut être négligeable par beau temps comme très
important par pluie:
o 5 à 6A mesurés sur un site à la Réunion
o déclenchement d’un relais Resys constaté sur un site lors d'un orage

Il faut donc se placer au-dessus en réglage pour ne pas déclencher. On trouve par exemple les
réglages suivants:
o 9A, 10s sur un site à la réunion
o 12A sur un site au sud de la France

Un disjoncteur approprié (ABB) de 10A semble donc un minimum.


Le mieux, en l’absence de recul suffisant, serait de prévoir un matériel interchangeable
facilement avec un calibre supérieur.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 103 /
279
Attention : l’ IEC TS 62548 spécifie de son côté :

Pour les courants de défauts, il n'y a pas de danger pour les personnes dans le poste car la
résistance de terre est calculée en fonction du défaut terre MT, nettement supérieur au seuil de défaut
détecté par le dispositif placé sur la liaison terre.
Sur le champ PV, c'est la classe II qui assure la sécurité des personnes, non la mise à la terre.

8.10 Choix et mise en œuvre des appareillages

UTE C 15-712-1, § 8.1.6, 14.5 et 14.6 (extraits) :

Pour tous les matériels de la partie d.c., la tension assignée d’emploi doit être égale ou supérieure à
la tension Uocmax.

Les dispositifs de protection contre les surintensités installés dans la partie d.c. doivent respecter les
dispositions suivantes spécifiques aux installations photovoltaïques :
o le courant assigné In est déterminé en §8.1.2 et 8.1.4 ;
o le pouvoir assigné de coupure doit être au moins égal à Iscmax du générateur photovoltaïque ;
o la température de fonctionnement au lieu d’installation pouvant différer de la température
spécifiée dans les normes produits, l’utilisateur doit consulter la documentation du
constructeur pour sélectionner les produits ;
o les fusibles doivent posséder le marquage gPV conformément à la NF EN 60269-6 et les
disjoncteurs doivent posséder le marquage pour une utilisation en courant continu (indication
«courant continu» ou symbole ) et être indépendants du sens de passage du courant.
Les appareillages de coupure et de protection installés dans la partie d.c. doivent être de type
industriel, c’est à dire conformes aux normes de la série NF EN 60947 et adaptés au fonctionnement
en courant continu.
o Les caractéristiques des interrupteurs, interrupteurs-sectionneurs, combiné-fusibles, doivent
satisfaire à la catégorie d’emploi DC21B.
o Les caractéristiques des sectionneurs doivent satisfaire à la catégorie d’emploi DC20.
o Les caractéristiques des contacteurs doivent satisfaire à la catégorie d’emploi DC1.
o Ces dispositifs doivent posséder le marquage d’utilisation en courant continu (indication
«courant continu» ou symbole ) ou un marquage spécifique PV.

Pour l’appareillage de la partie générateur, le courant assigné I n doit être au moins égal au courant
assigné ou de réglage du dispositif de protection contre les surintensités.
Le choix du courant assigné de l’appareillage ou sa mise en oeuvre doit tenir compte des
contraintes particulières telles que montage côte à côte d’appareillages utilisés simultanément à
leur courant nominal et/ou température ambiante élevée.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 104 /
279
8.11 Câblage, tranchées…

o Le principe de câblage des modules PV sur les stands est un aspect important des centrales
PV.
o En effet, le choix d’un principe de câblage de modules PV impacte la performance
d’une installation (longueur de câbles DC) et sa facilité d’installation.
o D’autre part, afin de limiter l’impact de surtensions induites par le champ magnétique
de la foudre, les boucles de câblage doivent être réduites au maximum (Cf § câblage
12.8.3.3.2.2).
o Le principe de limitation des boucles est valable pour tous les câbles du site : les câbles actifs
(polarité positive & négative) ainsi que le câble de terre doivent être les plus proches
possibles pour limiter les surfaces de boucles et donc la tension induite en cas de coup de
foudre.
o Prévoir des regards et chambres de tirage en nombre suffisant (100m).
o Limiter le nombre de tranchées, de traversées de route, etc…
o Les pieds des stands étant directement plantés dans la terre, il ne faut pas creuser de
tranchée dans leur voisinage (dans un rayon de 0,8 m) afin de ne pas fragiliser l’ancrage.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 105 /
279
9 CONCEPTION DE LA PARTIE AC

Ce chapitre traite du raccordement à un réseau public HTA ou HTB (cas des fermes PV).
On ne traite pas ici les applications avec utilisation locale.

Exemple d’unifilaire :

9.1 Normes applicables

9.1.1 Généralités

 En BT : Il faut se référer aux normes d’installation

o France : NF C 15-100
o Autres pays zone IEC:
Il existe souvent une norme d’installation issue de l’IEC 60364 (même structure
générale).
o Par exemple en Italie: CEI 64-8 – 2007 +CEI 64-8;V2 – 2009-05.

 En HT :
o France :
 NF EN 61936-1 : Généralités sur les installations HT
 La norme NF C 13-200 est la norme française de référence des installations à
haute tension. Elle s’applique aux fermes PV.
 Il y a cependant 2 configurations, selon que le poste relève ou non de
la NF C 13-100.
C’est le cas si on a à la fois U ≤ 33kV ET In ≤ 630A.
o Autres pays :
 IEC 61936-1 : Installations électriques en courant alternatif de tension
supérieure à 1 kV – Partie 1: Règles communes.
 Europe : EN 61936-1
 Italie: CEI 11-1: Power installations exceeding 1 kV a.c.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 106 /
279
9.1.2 France

Le découpage de l’installation vis-à-vis des normes se résume aux 2 cas décrits ci-après (schémas
issus de la NF C 13-200):

Les arrêtés techniques auxquels on se réfère pour le réseau sont les suivants :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 107 /
279
La gestion des réseaux de distribution impose notamment le choix de la tension de référence en
fonction de la puissance de l’installation de production :

12

Ainsi, si P ≤12MW et U ≤20kV , on a I < 630A , donc -> Le poste est couvert par la NF C 13-100.

9.2 Schéma de mise à la terre (cas France)

9.2.1 Partie Basse Tension

UTE C 15-712-1 :

Pour les onduleurs sans transformateur intégré, la partie AC doit être isolée. En effet, d’après les
préconisations des constructeurs d’onduleurs (SMA / Xantrex), l’utilisation d’un autre régime de neutre
est prohibé sous peine de dommage à l’onduleur.

En cas de technologie d’onduleur avec transformateur interne (GT30 & GT100), tous les types de
régimes de neutre sont a priori acceptés, l’onduleur étant galvaniquement isolé (attention, toutefois, le
GT100 ne semble pas accepter le régime TT; un seul point de connexion terre est demandé).

XP C 15-712-3:

Les installations concernées par cette norme sont celles comportant un dispositif de stockage ET
pouvant être raccordées à un réseau de distribution.
 Quand elles sont connectées au réseau, elles ont des contraintes similaires aux installations
couvertes par l’UTE C 15-712-1.
 Quand l’installation est alimentée uniquement par l’onduleur, une coupure de la connexion au
réseau est réalisée, et la mise à la terre du neutre n’est donc plus assurée par le réseau : un
nouveau schéma de liaison à la terre, compatible avec l’installation, doit être établi.
 La mise à la terre du neutre doit être assurée sans chevauchement lors de l’aller-retour de
mode raccordé en mode séparé du réseau.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 108 /
279
9.2.2 Partie Haute Tension

9.2.2.1 Choix du schéma de liaison du neutre à la terre en amont

o Lorsque l’installation est alimentée par le réseau HTB de transport, la mise à la terre du
point neutre primaire du ou des transformateur(s) réalisant l’interface entre le réseau et
l’installation peut être exigée par le gestionnaire du réseau.

o Lorsque l’installation est alimentée par le réseau de distribution HTA, la situation du neutre
est fixée par le gestionnaire du réseau, et aucune mise à la terre complémentaire du neutre
ne doit être réalisée dans l’installation.
Les courants de défaut à la terre sont égaux à :
o 40 A dans les réseaux aériens ou mixtes à neutre compensé ;
o 150 A ou 300 A dans les réseaux aériens ou mixtes à neutre faiblement impédant
o 1 000 A dans les réseaux souterrains à neutre faiblement impédant.

9.2.2.2 Schéma de liaison

Il est nécessaire de considérer (NF C 13-200):


e
o la situation du neutre de l’installation par rapport à la terre (1 lettre) ;
=> Isolé : I
o les liaisons à la terre des masses de l'installation et leur situation par rapport à la prise de
e
terre du neutre de l’installation (2 lettre) :
o => T : Masses de l’installation reliées directement à la terre, indépendamment de la
mise à la terre éventuelle de l’alimentation;
o les liaisons à la terre des masses du poste d’alimentation et leur situation par rapport à la
e
prise de terre du neutre de l’installation (3 lettre).
=> R = Masses du poste reliées à la fois à la prise de terre du neutre et aux masses de
l’installation BT
Uf= RPE. If

ITR

=ρ.L /s

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 109 /
279
9.3 Architecture de l’installation

9.3.1 Association onduleur- transformateur

Cette association dépend principalement du type d’onduleur choisi :

 Cas 1 : Onduleur sans transformateur interne. C’est généralement le cas des machines de
grande puissance (>100 kVA), par exemple les Xantrex GT 250, 500 & 630. L’absence de
transformateur permet un gain économique et un meilleur rendement. Mais il est alors
impossible de mettre en parallèle les sorties AC de plusieurs onduleurs. La sortie AC de
l’onduleur est donc connectée directement à un transformateur élévateur.

 Cas 1 bis : Une variante consiste à utiliser un transformateur élévateur à double


enroulement BT, ce qui permet de limiter le nombre de transformateurs et d’optimiser la
partie MT .

 Cas 2 : Onduleur avec transformateur interne. Dans la gamme Xantrex, c’est le cas des
GT30 et GT100. Dans ce cas de figure il est possible de mettre en parallèle les sorties AC de
plusieurs onduleurs. L’architecture comporte alors une partie de distribution AC triphasée
basse tension.

Illustration : cas 1 bis

La protection est assurée uniquement par le disjoncteur MT du transformateur (ou inter-fusible), qui doit
donc protéger également le circuit de puissance BT. Un interrupteur-sectionneur BT doit permettre d’isoler
l’onduleur pour assurer la maintenance.

Un transformateur d’isolement BT/BT est généralement nécessaire afin d’alimenter les auxiliaires locaux BT
(changement de régime de neutre). Mais ces auxiliaires peuvent aussi être alimentés depuis le poste de
livraison.

Pour des raisons économiques, on limite au maximum le nombre d’organes de coupure en MT. Les
transformateurs sont ainsi raccordés en antenne, par grappes. La protection des câbles MT est assurée par
le seul disjoncteur général de raccordement au réseau public.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 110 /
279
Illustration : cas 2

Au niveau des protections électriques côté BT, il y a plusieurs options possibles :


 protections BT sur chaque départ onduleur + protections du TGBT. Cette configuration permet
d’obtenir une sélectivité maximale. Néanmoins, elle nécessite l’installation de protections sur tous
les départs.
 Protection BT sur le départ principal et interrupteur / sectionneur sur chaque départ onduleur (schéma
ci-dessus). Cette installation peut sembler moins onéreuse que la précédente, néanmoins, aucune
sélectivité n’est assurée. Ainsi, un défaut en aval des départs onduleurs provoquera le
déclenchement du disjoncteur du départ principal et toute la production des onduleurs aval sera
perdue.
 A l’heure actuelle, on préfère privilégier la solution plus « riche » avec une protection par onduleur. En
effet, ces protections sont de petit calibre, et permettent une meilleure disponibilité.

La protection côté HTA est nécessaire quelle que soit la configuration de la protection BT.

9.3.2 HT : Guirlande ou boucle ouverte ?

9.3.2.1 Guirlande

Les postes de transformation sont reliés entre eux par un câble sans adjonction d’équipements
intermédiaires (interrupteur).
C’est une solution économique, mais cependant pas optimale en termes de disponibilité : l’absence
d’interrupteur au niveau des postes de transformation empêche d’isoler un tronçon en défaut, obligeant à
mettre hors circuit toute l’antenne concernée par le défaut.

C’est l’architecture la plus utilisée.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 111 /
279
Disjoncteur Disjoncteur
optionnel

Arrivée EDF

Distribution en guirlande

(Pas d’interrupteur de
prévu entre les PTR)

9.3.2.2 Boucle ouverte

L’architecture précédente peut être améliorée de la façon suivante :


Une boucle est formée par deux départs au niveau du poste de livraison ; les postes de transformation sont
insérés dans la boucle.
La boucle est toujours ouverte en un point (point NO Normalement Ouvert).
En cas de défaut, la boucle est reconfigurée (par automatisme).
On peut ajouter des détecteurs de défaut -type FLAIR- permettant de localiser le défaut sur la boucle,
idéalement 2 par poste de transformation.

Disjoncteur

Arrivée
EDF

Distribution en
boucle ouverte

Point NO
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 112 /
279
9.3.2.3 Comparaison antenne/ boucle ouverte

La comparaison objective des 2 architectures montre qu’il est très difficile de justifier le surcoût associé au
choix de la boucle ouverte au regard du risque de défaut sur la partie HTA.
● premièrement, le réseau HTA (câbles+ cellules) a un impact mineur sur l’indisponibilité du système,
à moins de 3% (voir détail dans § 13.6).
● par ailleurs, la longueur faible de la boucle diminue encore la probabilité de défaut due au câble…

9.3.3 Nouvelles architectures

Le marché des fermes PV étant très concurrentiel, des pistes d’optimisation sont toujours recherchées.
Parmi elles :
 Augmentation de la puissance des onduleurs
 Réduction du nombre de cellules disjoncteurs
Il faut être attentif aux conséquences sur l’efficacité des protections (première protection et existence d’une
protection de secours) et leur sélectivité.

On a étudié une installation type 33kV de 16x 4MVA, l’unité de 4MW étant constituée de 2 transformateurs
2MW associés chacun à un onduleur 2MW.
Les conclusions des calculs sont les suivantes :
 La puissance de court-circuit du réseau doit être d’au moins 150MVA pour que la protection de tête
puisse éliminer un défaut sur le jeu de barres principal et assure également le secours des
protections aval.
 Le risque d’aveuglement d’une protection de départ amont par les onduleurs en aval a été évaluée,
et s’avère faible (il s’agit du cas où des sources en aval fournissent un pourcentage du courant de
court-circuit, réduisant le courant fourni par le réseau amont et passant par les protections amont,
d’où un risque que celles-ci ne déclenchent pas et soient donc « aveuglées »).
 La sélectivité logique doit être câblée entre départs et protection de tête.
 Seules les architectures 1 et 2 sont possibles, les autres n’offrant pas de protection secours en cas
de défaillance des protections transformateurs.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 113 /
279
2

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 114 /
279
9.3.4 Alimentation des auxiliaires : centralisée ou non ?

9.3.4.1 Architecture centralisée

L’alimentation des auxiliaires s’effectue à partir du poste de livraison et est ensuite distribuée aux différents
postes de transformation de l’installation.
● Disponibilité qui peut être moindre en théorie.
● Des précautions à prendre :
● Parafoudres en entrée de chaque PTR
● Schéma TN-S

NB :Le conducteur de PE n’est pas à confondre avec la liaison équipotentielle qui relie les PTR
(conducteur nu en cuivre ou autre de section 25mm²). Attention, il faut appliquer un
déclassement en cas de PE de nature différente des conducteurs : Spe= k1/k2 *Sph/2 avec
k :pris dans le tableau suivant:

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 115 /
279
Disjoncteur

160kVA
Arrivée
EDF

Distribution de
l’alimentation des
auxiliaires

9.3.4.2 Architecture décentralisée

Alimentation recréée dans chaque PTR à partir de la sortie onduleur.


Meilleure architecture en termes de disponibilité.
Attention cependant aux éventuelles surtensions générées par l’onduleur au secondaire, qui se retrouvent
au niveau des auxiliaires. Pour pallier cet inconvénient, l’utilisation systématique d’un petit onduleur est
préconisée, lequel assure aussi une alimentation sécurisée.

Réseau HT

Vers
Auxiliaires
10kVA

Onduleur

Poste de transformation

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 116 /
279
9.3.4.3 Critère de choix objectif

Si les dimensions du champ PV deviennent importantes, le câble de distribution dans le cas d’une
architecture centralisée peut devenir très gros (à cause des chutes de tension à limiter), d’où :
 une limite technique à l’utilisation de ce principe.
 Des gains sur les transformateurs compensés par des surcoûts de câble.

Par ailleurs, l’architecture centralisée enlève à chaque poste son caractère « autonome », « brique
unitaire ».

L’expérience montre une limite économique aux alentours de 12 MW :


 Au-dessous il est plus rentable d’avoir une architecture centralisée
 Au-dessus c’est l’architecture décentralisée qui est préférable.

On peut noter que Sunpower préconise une architecture « mixte » sur les grands champs : tous les 10MW,
un poste d’alimentation est créé.

9.4 Choix des matériels

9.4.1 Câbles HT

Le choix et le dimensionnement des câbles HT s’effectuent en fonction de la norme NF C13-200 en France


ou IEC équivalente.
En Italie : CEI UNEL 35027.

Le choix de la section du câble s’effectue en fonction de :


 Niveau du courant de court-circuit triphasé,
 Niveau du courant de défaut à la terre,
 Courant de charge,
 Mode de pose.
 Chute de tension

Le courant admissible est déterminé en utilisant les coefficients donnés dans les normes d’installation
(NFC13-200 par exemple). Un calcul plus précis, si besoin, peut s’effectuer à partir de la norme IEC 60287
(échauffement thermique du câble)

9.4.2 Câbles BT

Pour la chute de tension (UTE C 15-712 §11.3) :


Pour les installations PV directement connectées au réseau public de distribution BT, la chute de
tension maximale autorisée entre les bornes a.c. de l’onduleur et le point de livraison (NF C 14-100)
est de 3 % à puissance nominale du ou des onduleurs. Il est recommandé de limiter cette chute de
tension à 1 % de façon à limiter d’une part les pertes d’énergie, et d’autre part les découplages
momentanés de l’onduleur en préservant une marge entre la tension moyenne de fonctionnement
de l’onduleur, et le réglage de sa protection à maximum de tension.
Pour les installations PV connectées au réseau public de distribution HTA par l’intermédiaire d’un
transformateur HTA/BT, les mêmes recommandations s’appliquent sur la partie basse tension.

9.4.3 Transformateur

Le transformateur a deux fonctions principales :


 élever la tension BT en HTA,
 isoler galvaniquement les deux systèmes.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 117 /
279
L’intérêt d’élever la tension est de limiter les pertes électriques. En effet, en augmentant la tension, on
diminue d’autant le courant, or les pertes dépendent du carré du courant. Les pertes dans le système AC ne
doivent pas dépasser généralement 1% de la puissance.

Transformateur Minéra France Transfo

9.4.3.1 Nombre d’enroulements

Suivant l’architecture choisie, le transformateur peut être à 2 ou 3 enroulements (3 enroulements si l’option


Maître / Esclave est choisie).

9.4.3.2 Couplage

Il est préférable de choisir un couplage triangle – étoile afin de séparer des systèmes homopolaires.
L’indice horaire (xx) est à déterminer en fonction du réseau amont.

9.4.3.3 Impédance de court circuit

Il faut choisir un transformateur donc l’impédance de court-circuit est la plus faible possible (en général,
l’impédance de court circuit de transformateurs de 2x500kVA est de 6%).

9.4.3.4 Cardew ou pas cardew ?!

Le « Cardew » est le limiteur de surtensions Schneider Electric.

Rôle :

Il est utile uniquement pour protéger l’installation dans le cas d’un défaut d’isolement entre primaire et
secondaire du transformateur HT/BT, quand le neutre du transformateur n’est pas relié à la terre.
En effet, dans ce cas l’enroulement BT est soumis à la tension HT phase/ terre (12kV / 50Hz) pendant
environ 1s.
La probabilité d’un défaut d’isolement entre primaire et secondaire du transfo est très faible, mais conduit à
la destruction du transfo. Le limiteur de surtensions évite la destruction des équipements situés en aval
(onduleur, Panneaux PV, auxiliaires…).
C’est pourquoi la norme NF C15-100 (§442.2.6.2) impose son utilisation dans un système IT, et cela est vrai
quel que soit le type de mise à la terre côté DC.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 118 /
279
Si le Cardew est court-circuité, cela veut dire qu’un sérieux problème d’isolement est arrivé, qui demandera
le remplacement du transformateur.
Installation :

Le cardew doit être connecté sur le secondaire du transfo, au plus près, entre neutre (sorti) et terre ou entre
une phase et la terre.
On privilégie habituellement la connexion entre neutre et terre. Ce n’est cependant pas la solution à adopter
ici. En effet, les onduleurs GT250, GT500, GT630 ne tolèrent pas la mise à la terre du neutre, qui peut les
endommager en générant un courant de défaut non maîtrisé.
Le cardew doit être installé entre une phase et la terre.

Choix :

Le limiteur de surtensions doit vérifier 2 conditions :


 Ne pas devenir passant en fonctionnement normal : Umax ≤ Uamorçage min
En fonctionnement normal, la tension aux bornes du cardew est la superposition
o de la tension terre ac
(au pire 1.2/√3 x 315V ou 375V selon l’onduleur, donc 1,2/√3 x 375V= 260V)
o de la demi-tension dc, au pire 1000V/2
Donc il faut : 760V ≤ Uamorçage min
 Limiter les surtensions à un niveau inférieur à la tenue en surtension de l’onduleur (2,5kV / 1min),
compte tenu de la tension entre phases :
Uamorçage max ≤ 2500 -1,2.375= 2050V

Il faut un
cardew
« 660 V»

Câblage :

Pour des explications plus détaillées, se référer à la note d’application REN Solutions :
 « Utilisation d’un Cardew dans une installation PV », Ed01.101202Fr.doc
 « Using a Cardew in a PV installation », Ed01.101202En.doc

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 119 /
279
9.4.3.5 Pertes à vide, pertes en charge

 Les transformateurs pour les applications PV sont à faible perte.


 Il y a eu en 2007 une harmonisation européenne sur les transformateurs de distribution (puissance 50
à 2500kVA, isolement jusqu’à 36kV à huile). Il s’agit de la norme EN 50464-1.
 Cette norme a pour objet de classifier les transformateurs en fonction de leurs pertes (à vide et en
charge).
 Les pertes en charge des transformateurs sont classifiées comme suit :

 Les pertes en vide des transformateurs sont classifiées comme suit :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 120 /
279
Ainsi, un transformateur référencé A0Ak (colonnes roses) signifie un transformateur à haut rendement (peu
de pertes).

Le choix du transformateur s’effectue en fonction de critères économiques. Par exemple, un transformateur


A0Ak sera plus cher à l’achat mais présentera moins de pertes. Sur une durée de vie de 20 ans, cela peut
être intéressant. Pour cela, il peut être demandé de faire une capitalisation des pertes sur la durée de vie de
l’installation.

La formule est la suivante :

L’enquête permet de fixer un prix des pertes à vide et en charge.

9.4.3.6 Tension primaire & prises

La tension primaire doit être adaptée à la tension du réseau, à ses variations normales et à la chute de
tension engendrée par le transit de puissance et le facteur de puissance. C’est pourquoi il est nécessaire
d’avoir des prises fixes au primaire du transformateur.

Calcul de capacité de l’ensemble transformateur + onduleur

- Réseau de 20kV dont la tension de dimensionnement est comprise dans une fourchette de +/- 5%,
- Cette tension de dimensionnement a une plage contractuelle de +/- 5%,
- Transit de puissance nominale de 1000kW
- Onduleur type GIF (France) pouvant absorber/fournir +/- P x tan (0.4)

On calcule les 4 points de fonctionnement de l’onduleur (Uond +/-5%, +/- Q)

Les caractéristiques du transformateur sont :

2
U trasnfo (20.10 3 ) 2
Ztransfo = Ucc   0.06   24 ohms
S transfo 1000.10 3

Pload 11.10 3
Rtransfo =  =4.4 ohms
3  I ntransfo
2
3  28.8 2

( X trasnfo  Rtransfo )  23.6 ohms


2 2
Xtransfo =

phi transfo = Arctg (Xtransfo / Rtransfo) = 1.386 radian

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 121 /
279
Si on fonctionne à U = 0.95 Udim et la puissance réactive absorbée à tan 0.4 (Q = 423 kvar), on obtient :

V  Z transfo  I transfo  e jphitransfo  e jphiEDF  863 V  e j1.768

D’où U  863  3  1495 V

Onduleur
La chute de tension n’est pas négligeable.
Elle atteint 8% environ au niveau de l’onduleur.

On peut ainsi tracer les autres points de fonctionnement (Fourniture de réactif, et avec tension = 105 % de
Udim).
On obtient ce qu’on appelle un diagramme UQ qui est le reflet de la capacité constructive de l’installation :

Diagramme UQ 1.05 Udim Zone de


Udim fonctionnement
0.95 Udim EDF
500.0
400.0
Puissance réactive en kvar

300.0
200.0
100.0
0.0
16000.0 16500.0 17000.0 17500.0 18000.0 18500.0 19000.0 19500.0 20000.0 20500.0
-100.0
-200.0
-300.0
-400.0
-500.0
tension en kV

On voit qu’il y a 2 zones (en rose) non couvertes par l’onduleur + transformateur.

La solution, dans ce cas, est de modifier le ratio du transformateur (le parallélogramme est alors translaté
horizontalement). Deux solutions :
 Prévoir des prises de réglages à +/- 7.5% (par pas de 2.5%) si le ratio du transformateur est
standard à 20/0.315kV,
 Prévoir des prises de réglages à +/- 5% (par pas de 2.5%) si la tension primaire du transformateur
est égale à la tension Udim (tension de dimensionnement donnée par ERDF)

Ceci est valable pour les applications France avec connexion en HTA.
Pour les autres pays, si la législation et les normes locales n’imposent rien concernant l’absorption ou
la fourniture de puissance réactive, alors les prises de réglages pourront être de +/-5% avec un
transformateur standard.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 122 /
279
9.4.4 Poste de transformation (PV Box)

Les postes de transformation (PTR) incorporent en particulier les équipements suivants :


 onduleurs,
 transformateurs,
 auxiliaires,
 cellules HTA.

Les cellules HTA peuvent être :


 cellules RM6 (2 arrivées câbles & 1 départ disjoncteur)
 cellules SM6 (DM1 – disjoncteur / QM – combiné inter-fusibles)

Pour une question d’encombrement et de coût, on privilégie quand c’est possible (U ≤24kV) les cellules
RM6.
Les options prises pour les RM6 sont :

 Motorisation (afin de pouvoir fermer / ouvrir à


distance),
 Utilisation d’un relais VD3H temporisé (1s) qui
déclenche le disjoncteur sur perte tension.

La motorisation et le relais VD3H sont nécessaires pour la


magnétisation successive des transformateurs. En effet,
pour des contraintes normatives vis-vis des gestionnaires
réseau, les transformateurs ne peuvent être énergisés en
même temps. Il faut donc prévoir une séquence de
magnétisation 1 à 1 des transformateurs.

Suivant la topologie choisie pour le réseau HT, le type de RM6 varie :


 En guirlande : RM6 NE-D
 En Boucle : RM6 NE- IDI

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 123 /
279
9.4.5 Poste de livraison HTA

En France, pour toute puissance de production supérieure à 1MW et inférieure à 12MW, le raccordement
s’effectue en HTA ; pour les puissances de production supérieures à 12MW, le raccordement s’effectue en
HTB.
Le comptage s’effectue ainsi soit en HTA soit en HTB.

Les postes de livraison HTA sont constitués de cellules SM6.


En règle générale, on a au minimum les fonctions suivantes :
 cellule arrivée IM (2 IM si la centrale PV est insérée dans une boucle),
 cellule de mesure CM,
 cellule disjoncteur et de double-sectionnement DM2,
 départ de boucle (ou antenne, ou transformateur…) DM1, QM ou IM.

La composition exacte du poste dépend du niveau de puissance à raccorder :


 puissance installée < 1250 kVA : cellules IM + CM + DM1 (1 seul transformateur connecté)
 puissance installée > 1250 kVA : cellules IM + CM + DM2 + GAM ou QM ou IM

Concernant les postes de livraison HTB, il faut une étude spécifique.

Vue 3D d’un poste de livraison


Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 124 /
279
Schéma unifilaire d’un poste de livraison

9.5 Choix des dispositifs de protection et des détecteurs de défauts

9.5.1 Rappel des principes de protection

● Pas de déclenchement intempestif (surcharge, enclenchement transfos…)

● En cas de défaut dans l’installation:


● La protection située immédiatement en amont doit s’ouvrir le plus rapidement possible, de
manière à isoler la zone en défaut.
● Les autres protections en amont ne doivent pas réagir, ce qui garantit la disponibilité de la
partie de l’installation non concernée par le défaut (sélectivité).
Ceci est réalisé grâce à des marges de réglages entre les différents étages de protection.
● Assurer dans la mesure du possible une protection secours en amont de chaque protection
pour pallier sa défaillance éventuelle.

● Le principe de sélectivité est à relativiser, en fonction de la marge dont on dispose vis-à-vis du


réseau.
Par exemple, en France, le distributeur impose d’éliminer un défaut en moins de 200ms au poste de
livraison, ce qui ne laisse aucune marge pour la sélectivité avale.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 125 /
279
9.5.2 Protections utilisées

9.5.2.1 Dans le poste de livraison

En France, le relais de protection à installer est un Sepam S48 type E22 ou E23 (Agréé EDF).
Ce relais comporte :
 une protection de découplage, décrite dans le doc [21], qui permet de découpler l’installation en cas
de défaut dans le réseau du distributeur
 une protection C13-100, qui sert à éliminer un défaut dans l’installation.

9.5.2.1.1 Protection de découplage

Il existe plusieurs types de protection de découplage (type H1 à H5) choisis en fonction du mode de
raccordement de la centrale au réseau (couplage permanent, fugitif…). Le choix de la fonction de
découplage revient à ERDF en fonction de ses contraintes réseaux :
 départ aérien ou souterrain
 réenclencheur présent
 puissance de production > 10MW…

On peut lire dans le doc [21], décrivant les protections de découplage du poste :

(§ 2.3.3)

Ainsi, pour une installation non marginale, il faut une protection de découplage au moins H4.

Le tableau ci-dessous, issu du doc [21], décrit toutes les protections de découplage.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 126 /
279
En France métropolitaine, de manière générale, les fonctions de découplage possibles sont les suivantes
(Cf doc [21] ):

Remarque : que veut dire « protection instantanée » (Cf doc [21] § 2.4.3.7)?

Une temporisation a donc été rajoutée en interne à la minU du Sepam S48, de manière à avoir un
déclenchement de l’instantané de l’ordre de 120 ms (et avec une temporisation T : T+120ms).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 127 /
279
Pour les Zones Non Interconnectées (DOM TOM, Corse), c’est la SEI- REF 4 d’EDF ([22]) qui s’applique :

Pour les installations de production raccordées à un réseau public de distribution HTA


avec Pmax ≥1 MW, la protection de découplage doit être du type H4 SEI.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 128 /
279
9.5.2.1.2 Contraintes de réglages des protections C13-100

9.5.2.1.2.1 Sélectivité

La norme C13-100 impose une élimination du défaut terre ou phase à l’intérieur de l’installation en 200 ms
au plus. Cela impose au niveau du Sepam S48 en tête d’installation des réglages des protections à 150 ms
au plus.
La sélectivité est donc impossible entre ces protections et les protections transformateurs en aval : en effet,
le départ transformateur réglé à 50 ms et l’arrivée à 150 ms, on a 100 ms d’intervalle de sélectivité alors que
le minimum de temporisation entre deux relais doit être de 200 ms.

L’utilisation de la sélectivité logique, quand elle est acceptée par le gestionnaire de réseau, permet
d’améliorer cette situation. Par exemple, le relais sur l’arrivée a un seuil « non blocable » réglé à 250 ms et
un seuil « blocable » réglé à 150 ms, sollicité par les protections transformateurs en aval, réglées à 50ms.

On préfère néanmoins régler les protections aval sur 100ms pour ne pas risquer de déclenchements
intempestifs sur enclenchement transformateur…
Remarque :
Il existe également une protection dans l’onduleur. Par exemple, dans le GT500 : un disjoncteur NS1250N,
dont le réglage magnétique est 50ms ± 30ms.
Il n’y a donc évidemment aucune sélectivité entre cette protection et celle située en amont du
transformateur…

9.5.2.1.2.2 Réglages typiques du Sepam S48 :


X
150ms
Max de I

Pour la détection du défaut entre phases (par disjoncteur) la norme C13-100 (§ 433) impose :
 Protection 51 avec seuil Ir ≤ min (0,8. I’’k2 ; 8.IB)
X
50ms
 Elimination du défaut en 200ms max, donc une temporisation à 150 ms max.
 NB : La norme ne fait pas de référence à une possible sélectivité logique.

Max de Io en neutre impédant

Dans la norme NF C 13-100 (§ 412.4):


 Seuil de réglage du dispositif :
o Ir ≥ 1,2. Ic (courant capacitif aval),
o Ir ≥ 1,2. I_erreurTC
o NB : La condition Ir ≥ 0,12.IN,TC a été supprimée de la nouvelle version de la norme
 Elimination du défaut en 200ms, donc temporisation à 150 ms max.
 La sélectivité logique est évoquée, mais sans précision sur la temporisation de secours.

Dans la norme NF C 13-200 :


 Seuil de réglage du dispositif :
o Ir ≤ Idéfaut_max /2 obligatoire
o Ir ≤ Idéfaut_max /10 recommandé
o Ir ≥ 1,2. Ic (courant capacitif aval), sinon : protection directionnelle
(pour mémoire, nous appliquons plutôt un facteur 1,3 à 1,5.Ic dans nos études de
sélectivité).
o Ir ≥ 1,2. I_erreurTC
o Ir ≥ 0,1. In_TC
 Le dispositif doit être insensible :
o Aux courants capacitifs résiduels homopolaires du circuit qu’il protège
o Aux courants harmoniques de rang 3 et multiples du circuit protégé
o Aux courants transitoires (enclenchement, démarrage) => désensibilisation H2 (cependant,
ERDF ne souhaite pas ce dispositif…)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 129 /
279
9.5.2.1.2.3 Compatibilité MaxI et MinU

Quand un courant de défaut survient dans l’installation, il génère aussi un creux de tension, plus ou moins
important selon la nature du défaut (à la terre, entre phases), selon sa distance au poste, selon les
puissances de court-circuit en jeu… La protection à minU, utile pour déclencher en cas de creux sur le
réseau, risque donc de déclencher également pour un court-circuit dans l’installation.
Or, pour un court-circuit, c’est la maxI qui doit détecter le défaut, de manière à bloquer le ré enclenchement.
C’est pour cela que la temporisation d’une protection MinU doit être supérieure à celle d’une MaxI.
C’est d’ailleurs ce qui est indiqué dans le tableau § 9.5.2.1.1, à partir de la protection H3
(min trouvé dans les contrats de raccordement des fermes PV).
tempo= t1+0.5s , t1 étant la temporisation la plus élevée des protections de phase des départs HTA.

Cependant, dans certains cas, comme la mise en « Régime Spécial d’Exploitation (RSE) » (lors de travaux
sous tension sur la ligne alimentant l’installation), ou un « défaut TGS » (Téléaction Grande Sécurité), la
temporisation de la MinU est supprimée par l’automatisme du poste.
Comment empêcher dans ce cas un ré enclenchement sur court-circuit, suite au déclenchement de la
minU ? On utilise les équations logiques du Sepam.
Principe : Lorsque la minU déclenche, on vérifie si l’instantané MaxI est également présent, auquel cas on
force « MaxI », ce qui a pour effet, dans l’automatisme du poste, de bloquer le ré enclenchement.

Programme Sepam
(Maintien du disjoncteur ouvert si mini de U temporisé et max de I instantané détecté en même temps) :
VL14 = P50/51_1_1 OR P50/51_2_1 OR P50/51_3_1 OR P50/51_4_1 OR P50N/51N_1_1 OR
P50N/51N_2_1 OR P50N/51N_3_1 OR P50N/51N_4_1
VL15 = P27/27S_1_3 OR P27/27S_2_3 OR P59N_1_3 OR P59N_2_3
VL16 = VL14 AND VL15
LATCH( VL16)
V_TRIPCB = VL16
V_INHIBCLOSE = VL16
V4 = VL16

9.5.2.1.2.4 Choix des TC et TP pour les relais S48 - C13-100

 Quand la mesure du courant résiduel se fait par la somme des trois courants phases, il faut éviter
qu’une éventuelle saturation à l’enclenchement des transformateurs ne conduise à un faux courant
résiduel et donc à l’activation de la Max de Io.
Choisir un seuil très bas (pour une grande sensibilité) se révèle souvent risqué si plusieurs
transformateurs sont enclenchés en même temps.
Or ERDF interdit l’utilisation de la retenue H2.
Il est donc prudent de choisir les TC qui sont le moins soumis au phénomène de saturation, ce qui
est le cas des TC avec Ins = 1A.
Dans le catalogue standard sont proposés des TC Ins = 1A, 15VA, 5P10 qui sont les plus adaptés
pour éviter la saturation et donc une fausse activation de la Max de Io.

 Le TP utilisé est souvent un 30VA cl 0,5.

Remarque : Attention au cahier des charges client (convention de raccordement) !

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 130 /
279
9.5.2.1.2.5 Particularité neutre compensé

9.5.2.1.2.5.1 Choix des protections terre

La norme précise qu’en cas de neutre compensé (NC), « il est nécessaire de compléter le relais
ampèremétrique homopolaire par un relais directionnel PWH ».
Le rôle de ce relais: la détection des courants de défaut avec une amplitude faible et la détection de défauts
récurrents, fréquents en régime de neutre compensé.
Le temps d’élimination du défaut terre en NC est de 500 ms ; ainsi la tempo max du relais PWH est 450 ms.

Voici un récapitulatif des réglages de la protection PWH :

 Seuil Sw (puissance résiduelle active) : 2 cas de figure :


- Réseau HTA aval entièrement souterrain : Sw = 120kW (cas classique des sites PV)
- Réseau HTA aval aérosouterrain : Sw = 80kW
 Temps mémoire TMD : 200ms, pour la détection des défauts récurrents.
 Temporisation TAV: Elle doit permettre d’éliminer un défaut « dans un temps compatible avec les
exigences du distributeur »
(Remarque : La limite de 0,5s n’apparaît plus dans la nouvelle NF C 13-100).

9.5.2.1.2.5.2 Sélectivité défaut terre

Un réglage de 450 ms de la protection PWH pour les défauts terre pourrait laisser croire que la sélectivité
avec les disjoncteurs aval est possible. Cependant, ce n’est pas le cas.

En effet, même si le site est exploité en neutre compensé, la protection Max de Io reste toujours active, ceci
pour d’éventuelles configurations où le site serait alimenté en neutre impédant. Or le seuil Max de Io peut
être sollicité pour des défauts terre, même en NC. Ceci vient d’un possible désaccord de la bobine de point
neutre par rapport au capacitif global. En cas de désaccord maxi, le courant de défaut terre peut atteindre
45A, donc facilement au-dessous du seuil des 12%. In. Cependant, une étude de sélectivité doit confirmer
cette éventualité.

9.5.2.1.2.5.3 Risque de non coordination avec le poste source

La sensibilité des protections PWH au niveau de la protection générale est supérieure à celle des PWH des
départs du poste source :

Plage de réglage seuil Réglages typiques


PWH Départ poste source 8kW à 40kW 8kW
PWH Protection générale C13-100 20kW à 120kW 120kW

Cette différence peut engendrer une non sélectivité entre la protection du poste source et la protection
générale.
Cette différence de sensibilité est liée au fait que la protection PWH du poste source réalise sa mesure sur
un capteur tore qui garantit une bonne précision en amplitude et en phase (tore EPATR ou GO110), alors
que la PWH C13-100 mesure le courant résiduel sur somme des 3TC. Cette différence de précision des
chaînes de mesure n’autorise pas le même niveau de sensibilité.

La réponse technique idéale qui permet de garantir une sélectivité totale avec la protection générale en
amont (relais PWH) est de mettre en place des protections directionnelles de terre pour neutre compensé
(type 67N). Cette solution peut être particulièrement coûteuse dans les cas où elle impose l’ajout des TT
pour la mesure de la tension résiduelle, ce qui est le cas quand ERDF n’autorise pas le câblage des circuits
tension des 67N sur les TT de comptage, à cause de la charge que représentent ces nouveaux relais.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 131 /
279
9.5.2.2 Dans le poste de transformation

9.5.2.2.1 Transformateur

9.5.2.2.1.1 Protections contre l’incendie

La norme NF C 13-200 (§ 4.42) donne les indications suivantes :


o Les transformateurs de type sec doivent être équipés de sondes thermiques assurant la protection
contre les échauffements (coupure automatique de l’alimentation). S’ils sont de classe F1 : aucune
autre mesure n’est requise ; de classe F0, ils requièrent les mêmes précautions que les
transformateurs à diélectrique liquide inflammable.
o Transformateurs à diélectriques liquides inflammables :
Réalisation de la
récupération et
extinction du
diélectrique
inflammable
pour S ≤1250kVA :
bac de rétention (≠ sol
du local)

Attention !
pour S >1250kVA :
les contraintes sont
plus nombreuses !

9.5.2.2.1.2 Protections contre les surintensités et défauts à la terre

9.5.2.2.1.2.1 Protections contre les surcharges

La norme NF C 13-200 (§ 4.43) indique :

Une protection contre les surcharges n’est pas utile dans les fermes solaires, où chaque
transformateur a une puissance adaptée au max de puissance fournie par l’onduleur.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 132 /
279
9.5.2.2.1.2.2 Protections contre les courts-circuits

Le dispositif de protection, situé au primaire du transformateur, doit le protéger à la fois :

 Contre les courts-circuits au primaire.


Ils sont de forte amplitude car liés à la puissance de court-circuit du réseau amont.

 Contre les courts circuits au secondaire


Un court-circuit au secondaire d’un enroulement d’un transformateur de puissance peut avoir une
amplitude faible s’il est impédant.
Cependant, dans une installation PV, deux autres raisons sont primordiales :

o On utilise souvent des transformateurs à plusieurs enroulements secondaires (n=2, voire 3


ou 4), chaque enroulement étant connecté à un onduleur.
L’intensité du défaut au secondaire d’un enroulement est donc inversement proportionnelle
au nombre d’enroulements secondaires, alors que la protection, qui a ses capteurs de
courant au primaire, doit être réglée en fonction d’un courant permanent et d’enclenchement
correspondant à la puissance totale Snt du transformateur.

o Ce type d’installation peut être raccordé à un réseau assez faible en puissance de court-
circuit Ssc. Il faut en tenir compte pour calculer le courant de court-circuit au secondaire d’un
enroulement en lui appliquant le facteur correctif suivant :
Snt= puissance apparente transfo
Isc _ réel  Isc @ Ssc _   
1 ucc= tension court-circuit transfo
Ssc= puissance court-circuit
Snt
1 réseau amont
n  ucc  Ssc Isc@Ssc_∞= courant de court-
circuit pour Ssc infinie.

Choix du seuil bas en fonction du courant permanent max :

Le courant permanent max à considérer n’est pas In transfo primaire (Inp= S/(√3.Up)), mais correspond à
Imax secondaire pouvant être fourni par l’onduleur (ces deux valeurs peuvent différer si un certain taux de
surcharge du transformateur est accepté).

Exemple :
Le courant max AC en sortie d’un onduleur XC est 1040A, ce qui correspond, avec un rapport de
transformation 350/20000 (XC630), à 36,4A en amont du transformateur à double enroulement secondaire.
Donc, en prenant une marge de 20%, il ne faut pas régler le premier seuil en- dessous de 44A.

Seuil haut :

Le seuil magnétique d’un relais ou le fusible utilisé doivent permettre d’éliminer très rapidement un court-
circuit au primaire du transformateur, même s’il est impédant. C’est pourquoi il est choisi aussi bas que le
permettent les courants d’enclenchement du transformateur.

Tenue thermique du transformateur sur court-circuit :

Quelle que soit la solution de protection retenue, il faut que sa courbe soit située en-dessous du point
(I_amont ; t) correspondant à la tenue thermique d’un enroulement du transformateur.
Celle-ci est définie par le « point ANSI » : courant de court-circuit max au secondaire de l’enroulement
pendant 2s.

 Snt 
( I _ amont; t )   ;2s 
 n  ucc  U HV  3 
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 133 /
279
9.5.2.2.1.2.2.1 Protection par l’association disjoncteur+ relais

Dans cette solution, c’est le disjoncteur qui interrompt tous les courants de court-circuit, primaires et
secondaires, grâce à la détection faite par le relais.
C’est de loin la formule la plus souple car elle offre un grand choix de courbes de réglage.
Elle est donc à privilégier, car elle s’adapte à toutes les situations.
Par ailleurs elle est indépendante du transformateur.
Les relais Schneider Electric à utiliser (placés sur les RM6 ou cellules SM6 type DM1) sont donnés dans le
§ 9.5.2.2.1.2.3 (protection contre les défauts à la terre).

9.5.2.2.1.2.2.2 Protection par l’association interrupteur-fusible

Pour des raisons de réduction de coût, il est souvent demandé si on peut utiliser un interrupteur
fusible à la place du disjoncteur.
Cette solution est encadrée : un combiné interrupteur fusible est un produit soumis à une norme (IEC 62271-
105) et défini par son constructeur qui s’en porte garant si les consignes de choix ont été respectées.

Selon la norme, en cas de court-circuit au secondaire du transformateur, un combiné interrupteur


fusible doit fonctionner de la manière suivante (répartition des rôles entre interrupteur et fusible) :
 Un premier fusible interrompt le court-circuit Ik3 dans sa phase (car il y a une dispersion des courbes
caractéristiques des fusibles), et son percuteur fonctionne.
 Les 2 autres fusibles se trouvent alors soumis à un défaut biphasé, plus faible (87%. Ik3).
 Dès lors, c’est soit l’interrupteur qui ouvre grâce à l’action du premier percuteur, soit les 2 fusibles
restants qui, ayant déjà chauffé, fondent à leur tour.
Le point de transition correspond à leur fonctionnement simultané.
 Un calcul du courant de transition est proposé en annexe B de la norme, à partir de la valeur To de
la durée d’ouverture de l’interrupteur. On peut retenir la formule simplifiée suivante :
Le courant de transition est lu sur la caractéristique minimale temps-courant du fusible, pour la
valeur de temps 0,9.To.
On peut en déduire les points suivants :
 C’est toujours le fusible qui doit interrompre un court-circuit triphasé franc secondaire (parce
que ce type de défaut peut générer une Tension Transitoire de Rétablissement – TTR - dangereuse
pour l’interrupteur, mais supportée par le fusible). Le courant de transition entre interrupteur et
fusible est donc inférieur à la valeur de ce court-circuit.
 En revanche, dès lors que le défaut devient biphasé, l’interrupteur est en capacité de l’interrompre
(point de transition) pour peu qu’il soit inférieur au pouvoir de coupure de l’interrupteur.

Il existe aussi des interrupteurs-fusibles sans percuteur.


Dans ce cas, c’est un relais qui est utilisé pour provoquer l’ouverture de l’interrupteur.
Il faut cependant garantir, par un choix approprié de la courbe de détection, que c’est toujours un fusible qui
interrompt le défaut triphasé franc, et non l’interrupteur. Les critères de réglage sont illustrés ci-après :
Protection
temps ampèremetrique

<2s

Sélectivité avec
l’amont Fusible
Enclenchement
du transfo
courant

In transfo Ikmin I3 fusible Ik3 PDC


interrupteur

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 134 /
279
Peut-on utiliser les combinés interrupteurs-fusibles connus (offre RM6 fonction Q ou Flusarc Schneider Electric) pour les applications PV ?
(exemple ci-après de doc : RM6 fonction Q)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 135 /
279
Critère de choix Règle pour application standard Règle pour application ferme Conséquence PV/ standard
combiné interrupteur-fusible PV
Surcharge transfo Inf ≥ 1,4.In Inf ≥ 1,2.In (pas de surcharge) Inf peut être choisi plus faible
Enclenchement transfo If (0,1s) ≥ 12.In Ie= 7,5.In Inf peut être choisi plus faible
Température ambiante 40°C T? Si déclassement => Inf plus grand
Nombre d’enroulements BT 1 Souvent 2, voire plus => n Courant de court-circuit plus faible :
Ik3_pv = Ik 3 _ Ptransfo *
n
Puissance court-circuit amont Grande ou ∞ Limitée (réseau parfois faible) Courant de court-circuit plus faible :
Ssc Ik 3 _ Ptransfo
Ik3_pv =
 Snt 
n  1  
 n  ucc  Ssc 
Ucc transfo Fixée à ucc ≤6% selon Snt dans la doc Souvent 6% Courant de court-circuit plus faible :
interrupteurs-fusibles Schneider ucc _ fixée
Ik3_pv = Ik 3 
0,06
Courant min I3 fusible I3 < Ik3 I3 < Ik3_pv Condition plus difficile à atteindre puisque Ik3_pv
est plus faible :
POINT ESSENTIEL
Tenue thermique T (Ik3) < 2s T (Ik3_pv) < 2s Condition plus difficile à atteindre puisque Ik3_pv
transformateur est plus faible :
POINT ESSENTIEL
Courant max I1 fusible I1 > Icc amont max I1 > Icc amont max En général vérifié
Courant de transition Correspond au courant lu sur courbe √3/2.Ik3_pv< Itrans< Ik3_pv Suffisant pour PV
fusible min pour 0,9.To (avec
percuteurs). √3/2.Ik3< Itrans< Ik3
Pouvoir de coupure > courant transition > courant transition Suffisant pour PV
interrupteur

* Ik3 est le courant de court-circuit vu au primaire du transformateur, issu d’un défaut triphasé sur un enroulement secondaire :
Snt
Ik 3 _ Ptransfo  , Snt étant la puissance totale du transformateur.
3  U  ucc

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 136 /
279
On constate que dans l’application PV :
 d’une part il est possible de choisir un calibre de fusible plus faible grâce à l’absence de surcharge et
les courants d’enclenchement plus faibles,
 mais d’autre part plusieurs facteurs font diminuer la valeur du court-circuit franc au secondaire du
transformateur (le facteur essentiel étant le nombre d’enroulements secondaires), ce qui a pour effet
de retarder considérablement la fonte du fusible : son temps de fonte passe de moins de 0,1s à
plusieurs centaines de ms.
Conclusion :
 la solution interrupteur-fusible catalogue est rarement utilisable telle quelle
 et même avec une adaptation (baisse calibre fusible), le temps de fonte du fusible est
considérablement augmenté, ce qui conduit :
o soit à la non élimination du défaut triphasé secondaire par le fusible (tenue thermique
du transformateur dépassée). INACCEPTABLE,
o soit à la suppression de toute sélectivité avec la protection amont (poste de livraison),
réglée bas en temporisation : c’est systématiquement celle-ci qui déclenche si son
seuil ampèremétrique lui permet de voir le défaut !

Voici par exemple la courbe obtenue pour un transfo 2x680kVA, 22kV, Fusarc 50A
(Pcc amont infinie) :
t (s) 1 2 0
1000

100

10

0.1

I (A)
0.01 0 2
1000 10000 1e+005 1e+006
0 : Défaut T riphasé au noeud JDB31 : Ik min = 1.65e+004 A Niveau de tension : 0.38 kV
1 : REL3 - 50/51 - Sur-courant de phase - Chronométrique
2 : FUS3

o soit à un comportement correct avec une Pcc amont très grande, mais trop lent sur un
réseau plus faible…

Voici par exemple la courbe obtenue pour un transfo 2x630kVA, 22kV, Fusarc 40A
(Pcc amont 50MVA) : la valeur du courant de court-circuit triphasé au secondaire passe de
16,7 à 14kA
t (s) 1 2 0 t (s) 1 2 0
1000 1000

100 100

10 10

1 1 1 1

0.1 0.1

I (A) I (A)
0.01 0 2 0.01 0 2
1000 10000 1e+005 1e+006 1000 10000 1e+005 1e+006
0 : Défaut T riphasé au noeud JDB21 : Ik min = 1.67e+004 A Niveau de tension : 0.35 kV 0 : Défaut T riphasé au noeud JDB21 : Ik min = 1.4e+004 A Niveau de tension : 0.35 kV
1 : REL2 - 50/51 - Sur-courant de phase - Chronométrique 1 : REL2 - 50/51 - Sur-courant de phase - Chronométrique
2 : FUS2 2 : FUS2

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 137 /
279
9.5.2.2.1.2.2.3 Protection par double fusible en série

Cette solution de protection est issue des USA.


Le principe est le suivant :
 Un fusible de type “current limiting” (= “partial charge”), dont la courbe est haute, élimine les courts-
circuits côté primaire du transformateur.
C’est un fusible capable de supporter de grandes valeurs de court-circuit, liées au réseau.
(Exemple : Current limiting fuse Trans-guard OS shorty)
 Un deuxième fusible en série, de type “expulsion” (=“full range”), dont la courbe est basse, protège
le transformateur contre les courts-circuits au secondaire.
Ce fusible présente l’avantage de ne pas avoir de courant min d’interruption : il peut être utilisé sur
toute sa plage.
Il fait partie intégrante du transformateur et est immergé dans l’huile.
(Exemple : Abb weak link)
 Dès qu’un fusible a fondu, une détection de circuit ouvert arrête les onduleurs.

Protections :
- ANSI 51
- ANSI 51N

- …

x8

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 138 /
279
Quelles sont les contraintes pour le choix de ces fusibles ?

Fusible à Ne doit pas fondre sur le courant permanent max


expulsion Ne doit pas être utilisé au-delà de son courant max d’interruption
(FE) Doit éliminer le courant de court-circuit secondaire min, c'est-à-dire le courant de
court-circuit biphasé.
La tenue thermique d’un enroulement du transformateur (point ANSI) correspond
au courant triphasé secondaire Ik3 pendant 2s.
2
 Ik 3 
pour I<Ik3: t  2 
 I 
Fusible Ne doit pas être utilise au-dessous de son courant min I3
“Current Doit être coordonné avec le fusible FE:
limiting”
(FCL)

Pour les 2: Ne doivent pas fondre sur enclenchement transformateur


Les fusibles ne doivent pas fondre lors de surtensions dues à la foudre.
En principe, cela ne doit pas se produire si un parafoudre est correctement
installé immédiatement en amont des fusibles…

 Pour un transformateur à 2 enroulements secondaires, cette solution est applicable.


 Pour un transformateur à 3 enroulements secondaires, elle est possible à condition de limiter les
courants d’enclenchement et de baisser ucc à une valeur autour de 4,5%.
 Dans tous les cas, la solution doit être définie en étroite collaboration avec le constructeur du
transformateur, dans la mesure où le fusible à expulsion en fait partie.
 Il faut noter que le temps d’élimination d’un défaut secondaire est de plusieurs centaines de
ms, ce qui a pour conséquence la non sélectivité avec la protection amont, quand elle peut détecter
le défaut.
Dans le cas donné en exemple, la protection amont ne peut détecter le défaut secondaire car il est
trop faible comparé au courant permanent du départ (8 transformateurs), même en faisant une
détection de courant inverse.
Seul le fusible FE protège le transformateur, sans secours.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 139 /
279
9.5.2.2.1.2.3 Protection contre les défauts à la terre

Pour le moment, nous proposons systématiquement une protection terre sur le transformateur.
 Or il faut savoir que cette protection ne détecte que les défauts situés sur le câble entre le tore et le
primaire transfo, ce qui représente une faible probabilité.
 Par ailleurs, la protection terre de tête agit en secours.
 Enfin, dans de nombreux cas, vu le temps d'élimination de défaut imposé en tête, il n'y a pas de
sélectivité garantie entre protection de tête et protection transfo, donc même en cas de défaut terre
en aval de la protection transfo, la protection de tête risque de déclencher avant.
Donc, pour une version de poste "low cost", il est envisageable de ne pas proposer de protection terre
(la protection –obligatoire- est assurée par la protection terre de tête).

Que proposer pour une version de poste « évoluée » ?


Conserver la terre sensible pour les raisons suivantes :
 habitudes des clients
 possibilité de sélectivité si la tempo amont le permet, donc garantie de n'éliminer que le tronçon en
défaut (même si risque faible...)

Les relais Schneider Electric à utiliser sont :


 Préférentiellement le Sepam 10 (nécessite une alimentation auxiliaire)
La détection peut être réalisée soit par la somme des trois TC, soit par l’utilisation d’un tore (type
CSH).
Si la détection est réalisée par la somme des 3 TC, il faut veiller à ne pas mettre un seuil de
déclenchement trop bas sous peine de provoquer des déclenchements intempestifs dus à la
saturation des TC lors de la magnétisation du transformateur (on parle de 30% sans retenue H2 ou
12% de IN TC avec la retenue H2 de la protection).

La norme NF C 13-100 impose un réglage supérieur à:


o 1,2 fois le courant résiduel capacitif maximal de l’installation
o 1,2 fois le courant résiduel apparent résultant de l’imprécision des transformateurs de
courant TC, en particulier à la mise sous tension de l’installation ou au démarrage d’un
équipement
o (le seuil de 12% du courant assigné primaire du transformateur a disparu de la nouvelle
version de la norme).
 Le VIP400 (auto-alimenté)
 Le VIP410 (Dual Power : autoalimenté, mais peut aussi recevoir une alim auxiliaire pour assurer les
fonctions « terre sensible » et « communication ») – Fonction « cold load pickup »

ATTENTION : L’auto-alimentation des VIP400-410 augmente le temps de réaction du relais et met à


mal la sélectivité :
Le relais demande à avoir un courant de 7A au moins pour être actif.
Pour un transformateur de 1MVA, cela correspond à 20-25% de l'éclairement STC (conditions
standard).
En-dessous, et en particulier la nuit, le relais est donc en sommeil.
S'il se présente un défaut, c'est le courant de défaut qui réveille le relais, avec un certain temps de
Retard (d'autant plus court que le courant est important: de 20ms à 140ms mentionné dans la doc
VIP). Ce temps est à ajouter au temps de réaction normal de la protection.

L’utilisation de VIP30 et VIP300 est prohibée. Ces protections peuvent occasionner des déclenchements
intempestifs de la protection maximum de courant terre (ANSI 51N) sur des enclenchements de
transformateurs.

La temporisation devrait être déterminée pour assurer la sélectivité avec la protection amont.
Cependant, en France, la NF C 13-100 impose un temps max d’élimination du défaut de 0,2s en tête
d’installation.
A moins de mettre en place de la sélectivité logique, il est impossible de garantir la sélectivité entre la
protection transformateur et la protection d’arrivée.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 140 /
279
9.5.2.2.2 Onduleur

L’onduleur comporte une protection intégrée contre les


courts-circuits.
Cette protection n’assure cependant pas une protection
complète des IGBT en cas de courant de court-circuit très
élevé côté DC, car ils sont plus rapides que la protection.
C’est un risque connu et assumé de ce type de
technologie.
Dans les onduleurs GT500E/ GT630E de première
génération, la protection était assurée par des fusibles.
Pour ceux fabriqués depuis mi 2010, le dispositif de
protection est un disjoncteur NS1250N, équipé d’un
déclencheur micrologic 2.0 avec calibreur long retard à
réglage haut, dont les réglages sont les suivants pour le
GT500E (préconisations Xantrex) :
 Ir= 0,88.In
 Isd= 1,5.Ir
 Tr= 1s

9.5.2.2.3 Détecteurs de défaut

9.5.2.2.3.1 Choix du type de détecteur

Les détecteurs de défaut ont pour rôle de localiser de façon plus précise l’endroit en défaut. Ces appareils
sont généralement placés en entrée et/ou sortie des postes de transformation et aussi sur des départs
boucle.
Parmi l’ensemble des détecteurs de défaut disponibles dans la gamme actuelle =S=, nous préconisons la
gamme de détecteurs autoalimentés :

… et parmi eux, nous conseillons d’utiliser le détecteur Flair 22D, ou Flair 23DV (détection de tension
incorporée) avec un montage de type B (2 tores ouvrants pour la mesure des courants phases et un tore
pour la mesure de Io), pour tout régime de neutre sauf neutre compensé (NC).
En effet, l’appareil peut ne pas fonctionner en cas de défaut récurrent (Le défaut récurrent est plus
fréquent en NC : des statistiques EDF sur un départ aéro-souterrain en distribution publique
montrent que 50% des défauts terre sont de nature récurrente).
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 141 /
279
L’avantage principal est sa sensibilité jusqu’à Iso = 5A
(on veillera néanmoins à choisir un seuil min supérieur à 1,5 fois le courant capacitif aval).

Cependant cet appareil a un inconvénient : il ne détecte pas les défauts si le courant phase avant
l’apparition du défaut est < 3A (soit 10% de la production pour UN = 20 kV).

Quelle solution pour le neutre compensé ?


 Des études sont en cours pour rendre le Flair23DV compatible avec ce régime de neutre.
 En attendant, seul le détecteur de défaut directionnel (type Flair 370 ou 310) permet de résoudre ce
problème tout en étant compatible avec les autres contraintes d’installation.
Cependant, l’installation (entre autres référence tension), la sensibilité médiocre (5 fois moins bonne
que Flair 23DV) et l’utilisation (indication de la direction du défaut en rouge/vert) ne sont pas aisées
et des erreurs d’exploitation ne peuvent pas toujours
être évitées.

9.5.2.2.3.2 Nombre de détecteurs de défauts et


installation

Il est conseillé de mettre deux détecteurs par poste de


transformation, un sur l’arrivée, un sur le départ. Un seul
détecteur par poste (par exemple sur la cellule départ), ne
permettrait pas de savoir si le défaut se situe sur le câble ou
sur le jeu de barres du poste. Même si on peut supposer que
les défauts n’auront pas lieu sur le jeu de barres du poste, ils
peuvent avoir lieu sur la tête de câble, ce qui revient au
même pour le détecteur de défaut.

Pour l’installation, se référer au schéma ci-contre :

9.5.2.3 Synthèse – Autres solutions ?

● Protection Basique (cas des onduleurs sans transfo intégré):

Protections / Détecteurs Défauts Manœuvres en cas de défaut Avantages Inconvénients


Disjoncteur sur l’arrivée. Défaut câble : Coût modéré La C13-100 impose un temps
Sepam S48 Déclenchement arrivée. Perte de la d’élimination du défaut de
Grâce à l’indication des détecteurs de production 200ms. Ainsi, la sélectivité entre
Interrupteur + détecteur de défauts sur défauts, ouverture du départ en défaut seulement sur la protection départ
départs du poste de livraison. Type manuellement ou en automatique (et le départ avec transformateur et l’arrivée n’est
détecteur de défauts : Flair 23DV, reconfiguration de la boucle) Re- le câble en pas garantie.
montage type B (2I+Io). fermeture arrivée manuellement ou en défaut. En cas de non sélectivité, perte
automatique temporaire de la totalité de
Sur une boucle: 2 détecteurs de production.
défauts par PTR. Défaut transformateur (et court-
circuit en aval du transfo: La distribution en guirlande ne
Disjoncteur sur chaque départ Déclenchement du départ transfo et permet pas d’isoler le tronçon de
transformateur dans les postes de éventuellement de l’arrivée. Re- câble en défaut.
transformation. fermeture de l’arrivée manuellement
Relais Sepam série 10. ou en automatique

Pas de liaison de blocage logique.

● Améliorations possibles:
● Utilisation de la sélectivité logique entre relais Sepam (au moins entre arrivée et départs),
pour gagner un cran de sélectivité.
● Ajout de disjoncteurs sur les départs, pour n’isoler qu’une antenne en cas de défaut câble.

● Autres pistes explorées:


 Rajout d’un jeu de TC câble/traversant + Sepam série 10 sur les départs
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 142 /
279
On n’utilise pas de disjoncteur ni de relais sur les départs transformateur. Le relais Sepam
série 10 sur le départ est réglé pour détecter les défauts côté secondaire du transformateur /
onduleur. Il donne un ordre de déclenchement au Sepam S48.

Inconvénient:
o Le seuil du Sepam doit être réglé en dessous du courant de défaut biphasé au
secondaire du transformateur, mais supérieur au courant de charge. Un seuil typique
pour détecter le défaut au secondaire serait 150 A. Ainsi, ce seuil n’autorise pas plus
que 3 transformateurs 1100 kVA/ 20 kV.
Conclusion :
Solution inadaptée si plus de trois transformateurs par guirlande/boucle.

 Un seul disjoncteur en tête, rajout d’un deuxième seuil sur le Sepam S48
Dans le but de protéger le secondaire du transformateur et l’onduleur on utilise un seuil
supplémentaire dans le relais S48.

Inconvénients:
o Détection de ce type de défaut non formalisée dans la norme C13-100.
Même si le relais S48, dans certaines installations photovoltaïques raccordées en C13-
100, inclut un deuxième seuil, il n’est pas possible de généraliser cette approche. Une
prise de contact avec le bureau centrale d’ERDF (en personne de D. Klaja) a montré
l’opposition d’ERDF à l’égard de cette solution : le secondaire du transformateur doit
être protégé par un relais spécifique, à l’intérieur de l’installation, et non par un relais
dont les réglages sont de la responsabilité d’ERDF.
o On retrouve la limite de 3 transformateurs comme ci-dessus.

Conclusion : Solution inadaptée.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 143 /
279
10 DISPOSITIFS DE SECTIONNEMENT & DE COUPURE

(UTE C 15-712-1, § 12)

Lors du choix et de la mise en oeuvre des dispositifs de coupure et de sectionnement :


o Côté AC : le réseau doit être considéré comme la source et l’installation PV comme la charge.
o Côté DC : l’onduleur est considéré comme la charge et le champ PV comme la source.
La tension peut rester présente même lorsque l’onduleur est déconnecté du réseau (tant que
l’éclairement n’est pas nul).
Même en situation de défaut, les modules PV continuent d’alimenter le réseau DC.

Il est nécessaire de pouvoir isoler les différentes sous-parties du champ PV, pour des besoins de
maintenance ou d’intervention d’urgence.

Sur le schéma type d’une centrale PV donné dans l’UTE C 15-712-1 (§ 5.5) sont mentionnés plusieurs
dispositifs de sectionnement :

Cependant, un schéma n’est pas normatif.


Le texte de la norme (§ 12) mentionne les
points suivants :

Sectionnement :
o coupure à l’intérieur ou à proximité en
aval des protections des boîtes de
jonction.
o De part et d’autre (DC et AC) et à
proximité de l’onduleur.
o omnipolaire.
o Le dispositif de sectionnement installé
côté DC peut ne pas être à ouverture
simultanée de chaque polarité.

Coupure d’urgence:
o En application des règles du 463 et du
536.3 de la NF C 15-100, des
dispositifs de coupure d’urgence côté
a.c. et côté d.c. doivent être prévus
pour couper, en cas d’apparition d’un
danger inattendu, les alimentations
électriques.
o Ces dispositifs peuvent être des
interrupteurs ou des disjoncteurs ou
des contacteurs. Les dispositifs à
semi-conducteurs ne répondent pas à
cette exigence.
o Tout dispositif de coupure d’urgence
doit être à coupure omnipolaire et simultanée.
o Les commandes des dispositifs de coupure d’urgence côté d.c. et côté a.c. doivent être facilement
reconnaissables et rapidement accessibles. Elles sont situées à proximité de l’onduleur. Les
dispositifs de coupure d’urgence ne doivent pas être intégrés à l’onduleur.
o La coupure d’urgence peut être assurée par une commande manuelle de l’organe de coupure ou par
l’intermédiaire d’une action télécommandée.
o Côté DC, chaque alimentation d’onduleur doit pouvoir être coupée. Dans le cas d’onduleurs à
entrées multiples, il est admis d’assurer la coupure d’urgence par des dispositifs à commande
séparées.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 144 /
279
o (§ 12.4.1) Si une coupure est exigée pour permettre l’intervention des services de secours, celle-ci
doit répondre aux principes suivants :
o coupure de toutes les sources d’énergie électriques :
 générateur PV ;
 réseau public de distribution
o les dispositifs de coupure doivent répondre aux principes suivants ;
 ces dispositifs sont soit des interrupteurs, soit des disjoncteurs, soit des
contacteurs ; les dispositifs à semi-conducteurs ne répondent pas à cette exigence ;
 chaque dispositif doit être à coupure omnipolaire et simultanée ;
o la coupure du circuit générateur PV s’effectue au plus près des modules photovoltaïques, et
en tout état de cause en amont des locaux et dégagements accessibles aux occupants ;
o les commandes de ces dispositifs de coupure pour intervention des services de secours
sont regroupées. Dans le cas d’installations sur un bâtiment existant, il est admis d’avoir des
commandes non regroupées.

(IEC TS 62548) :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 145 /
279
11 PROTECTION DES PERSONNES & PRISE DE TERRE

11.1 Protection contre les chocs électriques

La protection des personnes contre les chocs électriques revêt essentiellement deux aspects :

o la protection contre les contacts directs = contre les chocs électriques en service normal (contact
avec les parties actives des matériels électriques)
o la protection contre les contacts indirects = contre les chocs électriques en cas de défaut d’isolement
(contacts dangereux avec des masses ou des éléments conducteurs susceptibles d'être mis sous
tension en cas de défaut).

Les mesures de protection doivent être choisies et réalisées de manière à être sûres et durables.

L’installation doit être conçue pour éviter les chocs électriques pour toutes les parties du réseau électrique
(partie alternative BT et HT et partie continue).

Attention : pour la partie DC, les matériels doivent être considérés toujours sous tension, même en cas
de déconnexion de la partie AC ou DC.

11.1.1 Protection contre les contacts directs

11.1.1.1 En BT

Il faut :
o soit isoler les parties actives
o soit les protéger dans une enveloppe
(à moins que la tension soit TBTS ≤ 60Vdc ou 25Vac , OU TBTP ≤ 30Vdc ou 12Vac, auquel cas aucune
mesure n’est nécessaire)

(UTE C 15-712-1 § 7.3.2)


Les armoires ou coffrets contenant des parties actives accessibles doivent pouvoir être fermés soit
au moyen d'une clef, soit au moyen d'un outil, à moins qu'ils ne soient situés dans un local où
seules des personnes averties ou qualifiées peuvent avoir accès.
Lorsque les coffrets ou armoires ne sont pas situés dans un local où seules des personnes averties
ou qualifiées peuvent avoir accès, une protection contre les contacts directs doit être assurée
lorsqu’une porte d’accès est ouverte en utilisant du matériel possédant par construction ou par
installation, au moins le degré de protection IP2X ou IPXXB.

11.1.1.2 En HT

La règle fondamentale, rappelée dans la norme NF C 13-200 (§ 41.1), est que aucun conducteur, ni aucune
pièce conductrice destinée à être sous tension ne doit se trouver à portée des personnes.
Cette règle s’applique également à tout conducteur reliant à une prise de terre, le conducteur neutre ou le
neutre de la source d’alimentation.
Cette condition peut être satisfaite par l’une des 4 mesures suivantes :
o protection par isolation
o protection au moyen d’enveloppes
o protection au moyen d’obstacles
o Protection par éloignement

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 146 /
279
11.1.2 Protection contre les contacts indirects

Le contact indirect consiste à toucher une masse mise accidentellement au potentiel suite à un défaut.

11.1.2.1 Référentiel France

11.1.2.1.1 En BT (NF C 15-100 § 4.41 ; UTE C 15-712-1 § 7.4.1)

Les règles de protection contre les contacts indirects sont celles énoncées dans la partie 4-41 de la
NF C 15-100.
Les circuits visés par le 411.3.3 de la NF C 15-100 et notamment les circuits des locaux d’habitation doivent
être protégés par dispositif différentiel de sensibilité inférieure ou égale à 30 mA.

11.1.2.1.1.1 Partie DC (UTE C 15-712-1 § 7.4.2 et § 10)

« Pour la partie courant continu (modules PV, boîtes de jonction, câbles de chaînes, câbles de groupes,
coffrets ou armoires de regroupement …), la protection contre les contacts indirects doit être réalisée par
protection par isolation double ou renforcée (dans la mesure où on n’est pas en TBTS ou TBTP sur une
ferme PV).
Dans le cas d’installation d’armoires dans un local ou emplacement de service électrique avec accès réservé
à du personnel qualifié, cette armoire peut être de classe I.»

Remarques :
o Dans le cadre des installations photovoltaïques dans des bâtiments, la protection des personnes
peut être assurée en vérifiant que la tension de sécurité n’est en aucun cas dépassée.
o Les câbles aériens doivent être de classe II ; pour les câbles enterrés, il n’y a pas de risque pour les
personnes (mais il faut prévoir une sur-isolation à l’endroit où les câbles sortent de terre).
o Les câbles DC principaux, situés entre la DC Box et l’onduleur, sont situés dans un local à accès
protégé, et donc peuvent être de classe I. Par conséquent, ils peuvent être blindés et armés (Cf NF
C 15-100, § 412.2.1).

Des mesures complémentaires doivent être appliquées pour pallier le vieillissement de l’installation. La
surveillance de l’isolement par un CPI en fait partie.
Si un défaut d’isolement est détecté, l’onduleur peut fonctionner jusqu’à la fin de la journée de production
pour une installation sans stockage (UTE C 15-712-1 tableau 8 ; voir 8.9.1.1), mais doit être arrêté dans une
installation avec stockage (XP C 15-712 § 7.3.2.2).

11.1.2.1.1.2 Partie AC (UTE C 15-712-1 § 7.4.3)

La protection contre les contacts indirects est assurée :


o par isolation double ou renforcée
o ou par coupure automatique de l’alimentation, selon l’une des mesures suivantes :
• en schéma TT ou TN par coupure au premier défaut ;
• en schéma IT par coupure au second défaut.
La coupure automatique de l’alimentation exige que toutes les masses soient connectées à la terre
(équipotentialité).
Dans le cas du schéma IT, la NF C 15-100 impose une surveillance du circuit par CPI, pour ne pas avoir de
e
2 défaut qui irait à l’encontre de la disponibilité en général souhaitée avec un schéma IT (La présence d’un
premier défaut en schéma IT ne met pas les personnes en danger).
On peut noter que ce besoin ne correspond pas à celui d’une installation PV, dans laquelle le schéma IT de
la partie AC résulte de l’isolement du champ lié à la technologie des panneaux, non d’un choix d’exploitation.
Le CPI installé côté DC pour surveiller le champ PV (non pour une raison de sécurité, le champ étant en
classe II, mais comme mesure complémentaire prenant en compte le vieillissement de l’installation) permet
de surveiller également le circuit AC en schéma IT, conformément à la NF C 15-100.
Mais, si le sectionneur de l’onduleur côté DC est ouvert (par exemple la nuit), le circuit AC entre onduleur et
e
transformateur n’est plus surveillé. Faut-il alors installer un 2 CPI côté AC, actif uniquement la nuit, ce qui

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 147 /
279
paraît abusif, mais a été demandé par certains bureaux de contrôle ? La réponse a été officialisée dans la
XP C 15-712-3, § 7.3.2.4, en attendant de l’être aussi dans l’UTE C 15-712-1 lors d’une reprise :

11.1.2.1.1.3 Synthèse (UTE C 15-712-1 § 7.4.3)

(NF C 15-100, § 411.3.2.2 & 411.3.2.3 )

Connexion en HT

Pour les circuits de distribution, le temps maximum d’élimination est de 5s.


Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 148 /
279
11.1.2.1.1.4 Section des conducteurs de protection BT

C’est la norme NF C 15-100 (§5-54) qui donne les règles à appliquer :

NB : Le guide UTE C 15-106 « Guide pratique : Sections des conducteurs de protection, des conducteurs de
terre et des conducteurs de liaison équipotentielle » est très utile pour comprendre ces règles.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 149 /
279
11.1.2.1.1.4.1 Conducteurs de protection 1 et 2 (§ 543.1)

Plusieurs exigences s’appliquent :


 (543.1.1) En cas de schéma TT (prises de terre du neutre et des masses distinctes), il n’est pas
nécessaire que la section de ces conducteurs excède :
o 25 mm² cuivre,
o 35 mm² Alu
 (543.1.3) Pour des raisons mécaniques, tout conducteur de protection ne faisant pas partie d’un
câble ou n’étant pas placé avec le conducteur de phase dans une enveloppe commune doit avoir
une section d'au moins
o 2,5 mm² Cu ou 35 mm² Alu s’il comporte une protection mécanique,
o 4 mm² Cu ou 35 mm² Alu s’il ne comporte pas de protection mécanique. :
 (543.4) Un conducteur PEN, PEL ou PEM ne peut être utilisé que dans les installations fixes et, pour
des raisons mécaniques, il doit avoir une section au moins égale à 10 mm² Cu ou 16 mm² Al.

 Le choix de la section, sachant que tout conducteur de protection doit être apte à supporter les
contraintes mécaniques et thermiques provoquées par les courants de défaut présumés pendant le
temps de coupure du dispositif de protection (≤5s), peut être fait de 2 manières :

o Soit grâce au tableau 54C

o Soit par le calcul (§ 543.1.2):

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 150 /
279
Exemple de calcul de la section du PE de l’onduleur :

Voir le calcul fait pour le PE transformateur dans le cas d’un défaut biphasé côté BT au § 11.1.2.1.2.2.2 .

Exemple de calcul de la section du PE de l’armoire CC :


 Si aucune polarité n’est à la terre :
Un 1er défaut polarité – terre n’entraine pas de courant de court-circuit mais l’onduleur est
Arrêté, ce qui génère une alarme : les équipes de maintenance interviennent rapidement pour éviter
l’apparition d’un 2ème défaut.
 Si une des polarités est à la terre :
Un 1er défaut polarité – terre entraine un court-circuit interrompu par le disjoncteur cc ou le kit de
MALT de l’onduleur :
o Icc max onduleur= 1600 A (1.25* 1280 A)
o t < 0.2 s
o k = 159 en Cu nu
=> s > 4.5 mm²

11.1.2.1.1.4.2 Conducteurs de liaison équipotentielle principale 3 (§ 544.1)

 section ≥ (S_PE max installation)/ 2


 ≥ 6 mm² cuivre
 ≤ 25 mm² cuivre (ou équivalent pour les autres matériaux).

11.1.2.1.1.4.3 Conducteurs de liaison équipotentielle supplémentaire 4 (§ 544.2)

11.1.2.1.1.4.4 Conducteur de terre 10 (§ 542.3.1& 543.1)

Les mêmes exigences que les conducteurs de protection (§ 11.1.2.1.1.4.1 ) s’appliquent, avec en plus:

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 151 /
279
11.1.2.1.2 En HT (NF C 13-200, § 412.1)

11.1.2.1.2.1 Deux principes

La protection contre les contacts indirects est obtenue par la mise en œuvre de 2 principes :

o Equipotentialité, réalisée par l’interconnexion totale des masses et des éléments conducteurs au
moyen de systèmes équipotentiels reliés à la prise de terre de l’installation.
Les éléments conducteurs comprennent notamment :
 les charpentes, planchers, tuyauteries métalliques
 les supports des câbles
 les ferraillages des dalles en béton
 les clôtures ou parois métalliques des emplacements extérieurs.
Le système équipotentiel ainsi réalisé est relié à la prise de terre du bâtiment ou de
l’emplacement (sauf la clôture extérieure)

o Coupure de l’alimentation au premier défaut d’isolement excepté pour les schémas à neutre isolé.

Remarque concernant la clôture :


Tous les pays n’ont pas la même approche : quelle est la logique ?
- soit la barrière métallique est sur ou à proximité immédiate de la terre du site , et alors il faut les
relier (exemple aux USA, où on prolonge la grille de terre du site 1m au-delà de la barrière...)
- soit elle est plus loin, et alors une personne qui la touche ne bénéficie pas de la grille du site , donc,
au contraire, on éloigne assez pour qu'en cas de défaut sur l'installation, une personne touchant la
barrière ne soit pas incommodée par les surtensions. Dans ce cas, il faut absolument la séparation
entre les 2 terres : terre spéciale barrière (ex de UK et de la France).

11.1.2.1.2.2 Section des conducteurs de protection

D’après la NF C 13-200 (§ 542), les conducteurs de protection comprennent :

• les conducteurs d’équipotentialité ;


• les conducteurs de terre
• les conducteurs de mise à la terre des masses.

Le guide UTE C 15-106 « Guide pratique : Sections des conducteurs de protection, des conducteurs de terre
et des conducteurs de liaison équipotentielle » clarifie les règles de la NF C 13-200..

11.1.2.1.2.2.1 Conducteurs de mise à la terre des masses et conducteurs de terre (§ 542.1)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 152 /
279
11.1.2.1.2.2.2 Exemple de calcul

Section du PE du transfo PV (S HT) :

Défaut côté HTA :


En utilisant la formule I= s.k / √ t Avec k = 159 pour le cuivre nu, on voit que la section
minimale de 25 mm² est suffisante pour écouler un courant de défaut côté HT de 1778 A pendant 5 s.

Le courant de défaut terre en HTA étant en France au maximum de 1000 A, éliminé en 0,5s au poste source
si la protection locale ne fonctionne pas, la section de 25mm² est amplement suffisante.

Défaut côté BT :
 Dans notre cas :
o K=159
o t= temps d’élimination du défaut au PDL (max 0,2s)
(en effet, le défaut peut être éliminé par la protection RM6 proche, mais aussi par la
protection S48 du PDL, selon les configurations)
e
o Icc= Icc_bi et non Icc_tri car on est en schéma IT (on prend en compte le 2 défaut)
Or Icc_bi = Icc_tri . √3 / 2
Stransfo
 Pcc en aval du transfo (1 enroulement) : Pcctransfo 
ucc
Dans les installations PV :
o Ucc=4% pour les transfos 0,5MVA => Pcc_transfo = 12,5MVA
o Ucc=6% pour les transfos 2x0,5MVA => Pcc_transfo (1 enroul.) = 8,33MVA

 Prise en compte de la Pcc max amont au PDL:


La Pcc amont n’est pas infinie.
Pcc amont max  Pcctransfo
La Pcc réelle max en aval du transfo se calcule par : Pcc aval 
Pcc amont max  Pcctransfo
Pcc aval
 Calcul du courant de court-circuit Icc_bi : Iccbi 
2  U BT

 Application numérique: Transfo 0,5MVA, Pcc_amont= 100MVA max et UBT=315V

Alors
100 12,5
Pcc aval   11,11MVA (au lieu de 12,5 MVA avec une Pcc amont infinie)
100  12,5

Iccbi = 17,63kA

t 0,2
s  Iccbi  17635  49,6mm² (au lieu de
k 159
55,8 mm² avec une Pcc amont infinie)

Une section de 50mm² suffit juste.

11.1.2.1.2.2.3 Conducteurs d’équipotentialité (§ 542.2)

Leur section est d’au moins :


• 25 mm² en cuivre ou 35 mm² en aluminium.
• 6 mm² Cuivre pour relier portes, fenêtres et huisseries métalliques des locaux comportant des
matériels HT au système équipotentiel.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 153 /
279
11.1.2.2 Référentiel hors France (BT)

11.1.2.2.1 Partie AC

IEC TS 62548 :

11.1.2.2.2 Partie DC

Projet IEC 60364-7-712:


712.410.104 On the d.c. side, one of the following protective measures shall be used:
– double or reinforced insulation
– extra-low voltage (SELV and PELV) Non utilisable dans les fermes PV
712.412 Protective measure: double or reinforced insulation
712.412.101 The equipment, for example PV modules, distribution boards or cabinets, cables,
used on the d.c. side shall be Class II or equivalent insulation, according to IEC 61140.

IEC TS 62548 (§ 7.3.6.2) :

CEI 82-25_2010 (Italie) :


§9.1.2
”In accordo con l’articolo 712.413.1.1.1.2 della Sezione 712 della Norma CEI 64-8/7, si dichiara che
l’inverter, per costruzione, non è tale da iniettare correnti continue di guasto a terra”. La stessa Norma (al
punto 712.413.2) raccomanda che. tutto l’impianto lato c.c. (inclusi quindi gli armadi, i cavi e le morsettiere)
sia realizzato preferibilmente in classe di isolamento II o isolamento equivalente.
Per la protezione contro contatti indiretti nel lato corrente alternata, valgono le usuali Norme al riguardo.

Si on n’assure pas la protection contre les contacts indirects grâce à la classe II, alors il faut l’assurer par
une mise à la terre des masses accessibles ET un déclenchement automatique assez rapide pour être
compatible avec la sécurité des personnes. Or sur une installation PV, le temps d’élimination des défauts
peut être très grand, en particulier pour les protections de groupes, et ne répond donc pas aux exigences de
rapidité minimales. Ou alors, il faut s’assurer que la tension de contact ne dépasse jamais la tension de
sécurité (120Vcc) en tout point de l’installation, ce qui est difficile à obtenir notamment dans les grandes
fermes. En revanche, pour une installation en bâtiment, pour lequel la valeur de terre est bien connue, cette
approche est envisageable.

CONCLUSION :
Côté DC, pour une ferme PV au sol, seule la classe II (ou équivalente) permet d’assurer une protection
satisfaisante des personnes contre le contact indirect.
Pour une installation en bâtiment, si on est capable de prouver que la tension de contact reste en-dessous
de la tension de sécurité, la classe II n’est pas nécessaire si la norme ne l’impose pas.

Cependant, même pour une installation en classe II, des mesures complémentaires doivent être appliquées
pour pallier le vieillissement de l’installation. Elles sont décrites dans les IEC TS 62548 et projet IEC 60364-
7-712 (voir 8.9.1.3).
La surveillance de l’isolement par un CPI en fait partie. Si un défaut d’isolement est détecté, le
fonctionnement de l’onduleur est toléré.
Cependant, ces normes ne s’appliquent pas pour le moment aux installations comportant du stockage.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 154 /
279
11.1.2.2.3 Section des conducteurs de protection

C’est la norme IEC 60364-5-54 qui donne les règles à appliquer :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 155 /
279
11.1.2.2.3.1 Conducteurs de protection 1 et 1a (§ 543)

Plusieurs exigences s’appliquent :


 (543.1.1) En cas de schéma TT, il n’est pas nécessaire que la section de ces conducteurs excède :
o 25 mm² cuivre,
o 35 mm² Alu
 (543.1.3) Pour des raisons mécaniques, tout conducteur de protection ne faisant pas partie d’un
câble ou n’étant pas placé avec le conducteur de phase dans une enveloppe commune doit avoir
une section d'au moins
o 2,5 mm² Cu ou 16 mm² Alu s’il comporte une protection mécanique,
o 4 mm² Cu ou 16 mm² Alu s’il ne comporte pas de protection mécanique. :
 (543.4) Un conducteur PEN, PEL ou PEM ne peut être utilisé que dans les installations fixes et, pour
des raisons mécaniques, il doit avoir une section au moins égale à 10 mm² Cu ou 16 mm² Al..

 Le choix de la section, sachant que tout conducteur de protection doit être apte à supporter les
contraintes mécaniques et thermiques provoquées par les courants de défaut présumés pendant le
temps de coupure du dispositif de protection (≤5s), peut être fait de 2 manières :

o Soit grâce au tableau 54.2

o Soit par le calcul (§ 543.1.2):

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 156 /
279
11.1.2.2.3.2 Conducteurs de liaison de protection 2 (§ 544.1)

 section ≥ (S_PE max installation)/ 2


 ≥ 6 mm² cuivre (ou 16 mm² al ou 50 mm² acier)
 ≤ 25 mm² cuivre (ou équivalent pour les autres matériaux).

11.1.2.2.3.3 Conducteurs de liaison de protection 3 (§ 544.2)

S_3 ≥

S_3
S_3 S_3

S_3

11.1.2.2.3.4 Conducteur de terre (§ 542.3.1 & 543.1)

Les mêmes règles que les conducteurs de protection (§11.1.2.2.3.1) s’appliquent, avec en plus:

 Section ≥ 6 mm² Cu ou 50 mm² acier.


 Pas de conducteur de terre en Aluminium.
 Si le courant de défaut présumé circulant dans la prise de terre est faible (par exemple, dans
les schémas TN ou IT), le conducteur de terre peut être dimensionné comme un conducteur de
liaison de protection (§ 11.1.2.2.3.2).
 Lorsqu’un conducteur de terre nu est enterré, ses dimensions et ses caractéristiques doivent
également être conformes au Tableau 54.1 donnant les dimensions des électrodes de terre
(Cf §11.2.3.2).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 157 /
279
11.2 Prise de terre

11.2.1 Rôle et valeur

La prise de terre remplit trois fonctions :


- Assurer un référencement des masses métalliques à un même potentiel
- Assurer l’écoulement d’un courant de défaut 50Hz à travers la terre, retournant vers un point neutre
de transformateur coté source (poste source EDF ou RTE).
- Limiter les écarts de tension entre le sol et les masses métalliques partout où celles-ci sont
accessibles

La donnée importante est la valeur du courant de défaut phase-terre susceptible de se développer dans le
réseau HT alimentant la ferme solaire. En effet la sécurité des personnes est liée à l’élévation du potentiel
des masses, qui est proportionnelle à ce courant.
Poste
source

Terre locale

Courant de Rg
défaut

Terre lointaine

Electriquement, la prise de terre se comporte comme une résistance, dite « résistance de grille » (Rg).
Quand un courant de défaut Id circule via la grille, celle-ci est donc portée au potentiel Rg x Id par rapport à
la terre lointaine. Ce potentiel est appelé GPR en anglais (Ground Potentiel Rise). L’ensemble des masses
connectées à la grille est porté à ce potentiel.

En France, dans le réseau de distribution 20kV, le courant de défaut phase-terre est généralement limité à
une faible valeur :
- Proche de zéro dans le cas d’un neutre compensé
- Dans les réseaux mis à la terre par résistance, la limitation est de 150A, 300A ou 1000A.

Par contre, dans le réseau HTB à neutre direct à la terre, le courant de défaut phase-terre peut atteindre
plusieurs dizaines de kA.

La résistance de grille peut prendre des valeurs allant de 0,1 Ohm à 30 Ohm. 5 Ohms est une valeur typique
pour les postes de distribution.
On voit que dans le cas d’une limitation du défaut à 1000A, si Rg = 5 Ohm, les masses sont portées à 5000V
lors d’un défaut, ce qui peut engendrer une tension de toucher mortelle.
Par contre, dans le cas d’une limitation à 150A, et si Rg = 1 Ohm, la tension de 150V obtenue ne présente
plus de danger.

Le problème doit donc s’étudier au cas par cas. Il est toujours critique en cas de courant à la terre élevé,
c’est à dire pour les réseaux mis directement à la terre.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 158 /
279
La tension de toucher

Eloignement
Maille de
terre

La tension de toucher est la tension qui existe entre une masse métallique portée au potentiel GPR
(situation de défaut), et le potentiel du sol sur lequel marche l’individu touchant une masse avec sa main.

Lorsque la maille de terre adjacente est proche de la zone à toucher, le potentiel du sol en surface est
proche du GPR et la tension de toucher est faible. Si la maille est très éloignée, la tension de toucher peut
monter jusqu’au GPR.

Profil du potentiel du sol au dessus d’une grille :

GP
R

Profil de la tension de toucher :

GP
R

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 159 /
279
Situation dans le cas des fermes PV

- Soit le courant de défaut est très faible : le GPR l’est aussi, le problème ne se pose pas.

Ce point est à vérifier en estimant la valeur de Rg.

La limite admissible dépend de plusieurs facteurs, et en particulier du temps d’élimination du défaut.


Néanmoins on peut affirmer qu’un GPR inférieur à 200V ne conduit pas à des tensions de toucher
dangereuses.

- Le courant de défaut est élevé, le GPR aussi.

Dans ce cas il serait préférable en théorie de séparer la prise de terre HT de la terre de référence utilisée
pour le champ PV. Idéalement, les deux prises de terre distinctes devraient alors être le plus éloignées
possible l’une de l’autre.

Liaisons équipotentielles
(sans lien avec la terre)
Grille de terre du Grille de terre du poste HT
champ PV

Ainsi, le potentiel de référence des masses du champ PV ne varierait plus en situation de défaut sur le
réseau HT, ou du moins peu.

Il conviendrait alors de vérifier avec un logiciel comme Cymeground que la tension de toucher sur les
stands proches du poste HT reste dans les limites acceptables.

Une telle conception avec 2 prises de terre distinctes permettrait en théorie d’éviter d’avoir à réaliser une
grille enterrée sous toute la surface du champ PV.

Cependant, dans les faits, la terre des postes de transformation est reliée à celle du poste de livraison, car
les normes imposent une seule terre sur le site, et pour cause : des câbles, avec leur tresse de masse,
relient entre eux les postes, qui ne peuvent être indépendants.
On privilégie donc au contraire l’équipotentialité…

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 160 /
279
11.2.1 Règles de conception du maillage fond de fouille

La donnée d’entrée essentielle pour ce calcul est la résistivité du sol. Celle-ci doit être mesurée sur place
(à défaut, certains éléments figurent dans la NF C 15-100, § 5.54, Annexe C ou la NF EN 50522, annexe J).

Il faut privilégier une conception en forme de grande maille fermée. Cela permet d’assurer une bonne
équipotentialité du sol en cas de défaut, évitant les effets de bord et de pointe.

La valeur de la résistance de grille dépend au premier ordre du périmètre couvert par la grille, et non pas
de la densité du maillage.
Pour diminuer cette valeur, on cherchera donc à augmenter la surface couverte par la grille (ou
éventuellement, gagner en profondeur via des piquets de terre profonds).

Dans le cas des fermes PV, la surface de la grille est très grande, mais le maillage est large, ce qui n’est pas
forcément suffisant pour éviter les tensions de pas. Il faut donc calculer la densité de maillage nécessaire.

Ce calcul, basé sur la norme IEEE 80-2000 « IEEE guide for safety in AC substation grounding », nécessite
un logiciel type Cymeground.
La norme NF EN 50522 est également une norme qui part de la tension admissible par le corps humain pour
proposer des calculs de prise de terre.

In fine, il convient de vérifier par mesure la valeur réelle de la résistance de grille.

En annexe, pour info : formulaire de résistance de terre, issu du document H115 d’EDF (1984) « Principe de
conception et de réalisation des mises à la terre ».

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 161 /
279
11.2.2 Référentiel Français.

Les normes de référence sont les suivantes :


 NF EN 50522,
 NF C 13-100 et 13-200
 NF C 15-100

11.2.2.1 Généralités (NFC 13-200 § 412.3.1) :

 Une prise de terre doit être réalisée pour chaque bâtiment et chaque emplacement extérieur.
Celle-ci doit être constituée de conducteurs nus enfouis à fond de fouille sur toute la surface
de l’emplacement ou du bâtiment.
 La prise de terre de l’installation est constituée par l’interconnexion des prises de terre
individuelles réalisées pour chaque bâtiment et emplacement extérieur de l’installation.
La prise de terre de référence est située au niveau du poste de livraison.
Les masses et éléments conducteurs de l’installation doivent être connectés à cette prise de terre.
 La valeur de la prise de terre de l’installation doit permettre d’assurer la sécurité des
personnes, compte tenu du courant de défaut maximal prévisible.
Les calculs doivent être réalisés sur la base des prescriptions de sécurité de la NF EN 50522.
En règle générale, une valeur de prise de terre ≤1 ohm ou -à défaut- une surface de maillage
supérieure à 2500 m² permettent de satisfaire ces exigences.
 Les connexions utilisées pour réaliser les prises de terre, leurs interconnexions ainsi que tous
les piquages pour le raccordement des systèmes équipotentiels, doivent être réalisés par soudure
exothermique.

Les fermes PV au sol, connectées au réseau public HTA ou HTB, doivent respecter les principes
d’équipotentialité d’un site (figures 41H et 41J) :

liaison
équipotentielle
constituée par
un câble Cu de
section min 70
mm² enterré
dans le plan de
la clôture à une
profondeur de
50 cm par
rapport au sol
fini. Câble non
relié à la prise
de terre de
l’installation.
Une remontée
de ce
câble sur la
clôture est
réalisée tous les
25 m.

Aucun
Equipements BT équipement
sur ou près de la électrique HT
clôture : installé entre le
alimenté par un circuit maillé de
transfo BT/BT, terre de
en schéma TN l’installation et la
clôture

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 162 /
279
Aucun
équipement
électrique HT
installé entre le
circuit maillé de
terre de
l’installation et la
clôture

Equipements BT
sur ou près de la
clôture :
alimenté par un
transfo BT/BT,
en schéma TN

liaison
équipotentielle
constituée par
un câble Cu de
section min 70
mm² enterré
dans le plan de
la clôture à une
profondeur de
50 cm par
rapport au sol
fini. Câble non
11.2.2.2 Section des électrodes de terre relié à la prise
de terre de
Le guide UTE C 15-106 « Guide pratique : Sections des conducteurs de protection, des l’installation.
conducteurs de terre et des conducteurs de liaison équipotentielle » synthétise les règles Une remontée
applicables. de ce
câble sur la
clôture est
11.2.2.2.1 NF C 15-100 réalisée tous les
25 m.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 163 /
279
11.2.2.2.2 NF EN 50522 (§ 5.2.1 et annexe C)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 164 /
279
11.2.2.3 Analyse du référentiel Français

Les normes françaises sont conçues pour la distribution HT/BT triphasé alternatif en bâtiment. On est loin de
l’application PV, où l’essentiel des masses sont dispersées sur une grande surface à l’extérieur, les circuits
étant à courant continu.

En limitant les valeurs de la prise de terre du poste HT, la norme s’assure que l’élévation de potentiel des
masses du poste en cas de défaut ne dépasse pas 1000V, protégeant ainsi le matériel BT.

Mais la protection des personnes (évaluation de la tension de toucher) n’est pas formellement vérifiée pour
les masses éloignées de la prise de terre. Ainsi la norme ne définit rien de précis sur les prises de terre
locales, et le fait d’assurer une résistance de grille inférieure à 1 Ohm n’apporte rien pour la protection des
personnes.

D’autre part, les régimes de neutre des réseaux HTA français limitent le défaut terre aux valeurs suivantes
(NF C 13-100 § 331) :

- 40 A dans les réseaux aériens ou mixtes à neutre compensé ;


- 150 A ou 300 A dans les réseaux aériens ou mixtes à neutre faiblement impédant ;
- 1 000 A dans les réseaux souterrains à neutre faiblement impédant.

Les préconisations des normes françaises sont cohérentes avec ces valeurs. Ce référentiel n’est donc pas
adapté aux cas des réseaux HT ayant un régime de neutre différent (neutre direct à la terre, autre valeur
de limitation…).

Pour ces cas (connexion d’une centrale PV au réseau HTB, avec le neutre directement relié à la terre), la
section du conducteur de terre et la définition du maillage de la grille de terre devront être déterminées en
utilisant des logiciels type Capeline ou CymGround.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 165 /
279
11.2.3 Référentiel IEC

Les normes de référence sont les suivantes :


 IEC 61936-1 (§ 10)
 IEC 60364-5-54

11.2.3.1 Cas général

 Le diagramme de conception de la prise de terre est donné en annexe D de l’IEC 61936-1 :


Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 166 /
279
11.2.3.2 Section des électrodes de terre (IEC 60364-5-54)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 167 /
279
11.3 Détection d’arcs (DC AFCI)

Les sources DC des systèmes PV, en cas de discontinuité dans un connecteur ou un câble, peuvent
générer un arc série entretenu, qui finit par carboniser le matériau et créer un incendie.
Aux USA, le NEC 2014 impose la détection d’arcs sur une installation PV ≥ 80V :
690.11 Arc-Fault Circuit Protection (Direct Current).
Photovoltaic systems with dc source circuits, dc output circuits, or both, operating at a PV
system maximum system voltage of 80 volts or greater, shall be protected by a listed (dc)
arc-fault circuit interrupter, PV type, or other system components listed to provide equivalent
protection. The PV arc-fault protection means shall comply with the following requirements:
(1) The system shall detect and interrupt arcing faults resulting from a failure in the intended
continuity of a conductor, connection, module, or other system component in the dc PV
source and dc PV output circuits.
(2) The system shall require that the disabled or disconnected equipment be manually
restarted.
(3) The system shall have an annunciator that provides a visual indication that the circuit
interrupter has operated. This indication shall not reset automatically.
La nécessité d’installer ces dispositifs s’étendra.

En attendant, une mesure est préconisée par l’UTE C 15-712-1 (§14.7) pour réduire les risques au niveau
des connecteurs :

On trouve la même chose dans l’ IEC 62548 (et/ou le projet IEC 60364-7-712)

Et surtout :

7.4.3.1 :

Annex D (Informative)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 168 /
279
12 COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

12.1 Introduction

Les points évoqués dans le présent chapitre visent à fixer les règles de compatibilité électromagnétique
(CEM) à prendre en considération lors de la réalisation d’une installation photovoltaïque.

Toutefois, les principes qui sont présentés ne résument pas à eux seuls la problématique CEM qui reste
beaucoup plus vaste.

Plusieurs documents Schneider Electric traitent de la CEM, à savoir :


 CT 149 – La CEM
 Manuel didactique CEM
 Guide pour l’installation électrique 2009 – Recommandation pour l’amélioration de la CEM

Dans le cadre d’une installation photovoltaïque, les principaux risques CEM concernent :
 La foudre
 Le champ magnétique
 La perturbation des réseaux de communication et des signaux analogiques

La figure suivante montre qu’en cas de défaut à la terre ou coup de foudre, le courant circulant vers la terre
est à l’origine d’une différence de potentielle (d.d.p.) due à l’impédance de mode commun Zmc. Cette d.d.p.
peut atteindre plusieurs centaines de volts selon l’amplitude du courant et/ou des di/dt circulant à la terre et
traversant l’impédance de mode commun

câble
perturbé Lightning

Eq. 1 Eq. 2 Défaut


signal

d.d.p.

I1 I2 I3

ZMC

Le premier objectif est donc d’avoir une impédance de mode commun la plus faible possible (création d’un
réseau de masse) et que chaque équipement relié à ce réseau de masse dispose d’une impédance de
liaison à la masse la plus faible possible.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 169 /
279
Un autre type de difficulté existe vis-à-vis de nos installations. Il s’agit des ‘’boucles de masse’’ et/ou
‘’boucles inductives’’. La figure suivante montre que lorsqu’une boucle est traversée par un champ
magnétique variable issu d’un coup de foudre ou du rayonnement d’un câble traversé par un fort courant,
une tension (f.e.m.) apparaît aux extrémités de la boucle. Le niveau de tension est directement proportionnel
à la surface de la boucle et à l’intensité du champ magnétique.

Deux types de boucles sont à considérer :


 boucle de mode commun entre les conducteurs aller / retour et la terre/masse
 boucle de mode différentiel entre conducteurs aller et retour

Champ H Champ H

Eq. 1 Eq. 2 Eq. 1 Signal Eq. 2


Signal
Surface de
la boucle

Surface de
la boucle

Mode commun Mode différentiel

Compte tenu qu’il nous est impossible de maitriser l’intensité du champ magnétique en cas de coup de
foudre, le second objectif consiste à minimiser au maximum les surfaces de boucle de masse en plaquant
les câbles au réseau de masse ou en installant un conducteur de terre parallèle (PEC) cheminant avec le
câble à protéger.

Les deux objectifs poursuivis sont donc :


1. Minimiser l’impédance de mode commun
2. Réduire les boucles de masses
Il faut donc disposer au niveau de notre installation d’un réseau de terre / masse efficace.

12.2 Terre et masse

12.2.1 Terre

Le rôle de la terre est la sécurité des personnes contre les chocs électriques et l’évacuation des courants de
défaut ou de foudre. Concernant l’approche CEM en dehors de toute considération propre à la foudre, la
terre n’est d’aucune utilité. Pour un bon comportement de nos installations, la notion de référence de
potentiel ou d’équipotentialité des masses (réseau de masse) est en revanche indispensable.

Le § 11 présente les paramètres à prendre en considération afin de garantir la sécurité des personnes.
Concernant la problématique foudre, les deux risques sont l’impact direct sur l’installation et les effets
indirects à l’origine de surtensions entre les équipements. Le § 12.8 présente la problématique foudre.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 170 /
279
12.2.2 Masse

Une masse est un point ou un plan de raccordement équipotentiel servant de référence à notre installation.
Comme présenté en introduction, un défaut d’équipotentialité des masses peut être à l’origine de fortes
d.d.p. conduisant à des pertes de communication, destructions de cartes électroniques et d’équipements.
La masse permet également de réduire les surfaces des boucles de masses et ainsi limiter la susceptibilité
de notre installation via à vis du champ magnétique.

12.2.3 Réalisation d’un réseau de masse

La sécurité des personnes implique que le réseau de masse soit relié à la terre BT de notre installation afin
qu’aucune tension dangereuse n’apparaisse entre le réseau de masse et le sol. Le raccordement entre le
réseau de masse et la terre BT est réalisé au niveau du poste de transformation via la barre de terre de ce
dernier.

Compte tenu des objectifs poursuivis, les points à considérer pour la réalisation d’un réseau de masse
efficace sont :
 Maillage des références communes
 Raccordement des équipements au réseau de masse avec des liaisons faibles impédances
 Limitation de la surface des boucles de masses

12.2.3.1 Maillage des références communes

Le maillage, la multiplication des liaisons, voire la mise en parallèle des conducteurs de masse contribuent à
la réduction de l’impédance du réseau de masse puisque les courants circulant dans les masses se divisent
/ se répartissent sur le réseau et donc l’équipotentialité du réseau n’en est que meilleure.

12.2.3.1.1 Entre masses métalliques proches

12.2.3.1.1.1 Référentiel France

L’UTE C 15-712-1 précise:

o Pour la partie courant alternatif (§ 6.3.2):


« L’ensemble des masses coté a.c. doit être relié à la terre par un conducteur de protection
conformément au paragraphe 411.3.1.2 et à la partie 5-54 de la NF C 15-100.
Lorsqu’un transformateur est installé à l’extérieur de l’onduleur (transformateur BT/BT ou
HT/BT) une liaison équipotentielle est requise entre ces équipements. »

o Pour l’onduleur (§ 6.3.3)


« La masse de l’onduleur doit être reliée à la liaison équipotentielle par un conducteur de
section minimale égale à 6 mm² Cu ou équivalent, et au conducteur de protection de
l’installation. »

o Pour la partie courant continu (cadres des panneaux PV)


« Pour minimiser les effets dus à des surtensions induites, les structures métalliques des
modules et les structures métalliques support (y compris les chemins de câbles métalliques)
doivent être reliées à une liaison équipotentielle de protection elle-même reliée à la terre.
Ces structures métalliques étant généralement en aluminium, il convient d’utiliser des
dispositifs de connexion adaptés. Les conducteurs en cuivre nu ne doivent pas cheminer au
contact de parties en aluminium. La mise en oeuvre de la mise à la terre des modules PV
est réalisée conformément aux prescriptions du fabricant. »

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 171 /
279
Schéma
correspondant
A une ferme au sol
avec stands
métalliques

NOTE Conformément à l’article 8.1 de la NF EN 61730-2, un module avec des parties conductrices accessibles qui
forment l'armature du périmètre ou le système de montage, ou qui a une surface conductrice supérieure à 10 cm²
accessible après l'installation, doit avoir des dispositions pour la mise à la terre.
Ces masses et éléments conducteurs d’une installation PV doivent être connectés à la même prise
de terre.
Les conducteurs de mise à la terre (isolés ou nus) ont une section minimale de 6 mm² cuivre ou
équivalent. Les conducteurs isolés doivent être repérés par la double coloration vert-et-jaune.

Un soin particulier doit être apporté à la liaison entre structure métallique du module PV et support
métallique.
Cette liaison vise à éviter la corrosion.
En effet, lorsque deux métaux différents sont soumis à un flux de courant, même de faible intensité et
puissance, l'un des deux métaux (ici le cadre Aluminium du panneau) se détruit peu à peu jusqu'à supprimer
la continuité de la liaison.
Par construction, les capteurs solaires photovoltaïques délivrent en continu des courants de fuite dans les
cadres des panneaux, entraînant les corrosions des liaisons qui n'ont pas été protégées.

Le SER (Syndicat des Energies Renouvelables) avait édité un guide sur ce point, d’où sont issus les
schémas ci-dessus.
Principes mis en avant :
o Le point de fixation de la liaison équipotentielle doit permettre d'assurer la continuité
électrique, y compris en présence d'anodisation (par exemple : vis inox auto-taraudeuse,
rondelle inox « éventail »...)
o Le contact entre la partie métallique et le dispositif de connexion doit éviter tout couple
électrolytique, ou être de matériau tel que le couple électrolytique est inférieur ou égal à
0,3V. Exemple de mise en oeuvre : cosse cuivre étamé sur aluminium, rondelle bi-métal
cuivre-aluminium, inox-aluminium…
o Si l’on retire un module ou s’il existe une mauvaise connexion (mauvais serrage, oxydation
éventuelle…), l’équipotentialité des autres modules ne doit pas être supprimée. La liaison
équipotentielle doit être réalisée selon l’un des trois schémas ci-dessus.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 172 /
279
 La TS 50539-12 (§ 4.3) précise la taille des conducteurs d’équipotentialité :
o S’il ne supporte que des courants de foudre induits: min 6mm² Cu
C’est le cas de la liaison entre cadre du panneau et support métallique du stand.
o S’il supporte une partie des courants de foudre, ou s’il joint 2 barrettes de terre, ou une
barrette et la terre : min 16mm² Cu (25mm² si la liaison équipotentielle est enterrée, en câble
de Cu nu, à cause de la corrosion).
C’est le cas de la liaison inter stands

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 173 /
279
12.2.3.1.1.2 Référentiel mondial

L’ IEC TS 62548 propose l’approche suivante (§ 7.4.2) :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 174 /
279
On voit ici bien décrite l’utilité de chaque liaison.

Seules les liaisons destinées à écouler du courant foudre doivent avoir une section importante (16mm²).

Les liaisons inter-stands, elles, permettent de réduire les surtensions.

Compte tenu de la gestion par ilot du champ photovoltaïque, une distribution en étoile du réseau de masse
reste acceptable sous réserve qu’aucune liaison directe entre les ilots n’existe. Dans le cas contraire
(interconnexion entre les ilots via des câbles de signaux sensibles (ex. câble de communication) reliant les
BJG : (ex. daisy chain des câbles de communication par exemple), un conducteur de terre parallèle (PEC)
doit alors interconnecter les zones et cheminer avec les câbles de signaux sensibles. Ce câble permet ainsi :
 de limiter la surface des boucles
 d’améliorer l’équipotentialité des masses
 de servir de conducteur aux courants de mode commun issus des équipements interconnectés ou
aux courants issus de la d.d.p entre masses (en l’absence de PEC ces courants circuleraient sur le
blindage du câble de communication avec pour effet une dégradation voire une perte total de
communication).
Comme pour l’interconnexion des éléments constituant le réseau de masse, la section de ce conducteur
2
peut être de 6 mm .

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 175 /
279
Le projet IEC 60364-7-712 donne les indications suivantes:

712.542.103 Bonding of PV metal structures


Where such bonding is necessary, the metallic structures supporting the PV modules (including
metallic cable trays) shall be bonded.
The bonding conductor shall be connected to any suitable PE terminal or the lightning protection
system, in accordance with IEC 62305.
Where these metal structures are of aluminium, appropriate connection devices shall be used.
The bonding conductors (insulated or bare) shall have a minimum cross section of 4 mm² copper or
equivalent.

12.2.3.1.2 Maillage du champ

CF § 11.2.1

12.2.3.1.3 Exemple de réseau de masse efficace

La figure suivante présente un réseau de masse efficace pour une ferme photovoltaïque. Les paramètres
propres à la sécurité des personnes (§ 11 ) et la problématique foudre (§ 12.8 ) sont prises en compte dans
ce schéma.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 176 /
279
PTen
cas
de
bes
oin. BJG
L

Si autorisé

PTR

BJG

16mm2 ou 25mm2 si enfouis

6mm2

Terre BT

PTR
BJG

BJG

6mm2

PEC (6mm2) installé


avec les câbles bas
niveau (ex. câble de
COM) pour liaison
inter BJG si gestion
en ilot du réseau de
Terre BT masse
16mm2 ou 25mm2 si enfoui

16mm2 ou 25mm2 si enfouis

Antenne
BJG BJG GSM

6mm2

BJG
BJG

6mm2

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 177 /
279
12.2.3.2 Raccordements des équipements au réseau de masse avec des liaisons faibles impédances

Notion d’impédance de liaison.

En CEM, la notion d’impédance est à considérer aussi bien pour les basses fréquences (BF) que les hautes
fréquences (HF).
L’impédance d’un conducteur est : Z = R + jL.
On note alors que l’impédance du conducteur augmente avec la fréquence (ex figure ci-dessous).
La valeur de R dépend de la nature et de la section de notre conducteur. Concernant l’inductance linéique
du conducteur rond, sa valeur est approximativement de 1µH/m.

La réduction de l’impédance de mise à la masse des équipements nécessite d’avoir une valeur d’inductance
la plus faible possible, d’où la nécessité absolue de limiter les longueurs.
De plus, à cause de l’effet de peau, un conducteur rond a une impédance HF plus élevée qu’un conducteur
plat de même section. On privilégiera donc l’utilisation de tresse de masse et on veillera à avoir un ratio
longueur/largeur ≤ 5.

Dans la pratique, la liaison de masse des équipements intégrés dans le poste de transformation (PRT) tels
les écrans des transformateurs, onduleurs, coffrets BT, parafoudres, filtres EMI, coffrets monitorings, …
reliés à la barre de terre ne doit pas excéder 50cm (L ≤ 0,5µH) afin d’être efficace.
Dans le cas de longueur supérieure, la mise à la masse peut alors être réalisée via deux conducteurs de 1m
en parallèle suffisamment éloignés l’un de l’autre (environ 50cm) afin de minimiser la mutuelle inductance
entre ces deux éléments qui dégraderait alors l’impédance série du dispositif.
Une autre solution consiste à installer une ceinture de masse dans le PTR (barre de cuivre) reliée à la barre
de terre afin d’améliorer l’impédance de mise à la masse des équipements.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 178 /
279
Notion d’impédance de contact.

Un autre paramètre à ne pas négliger pour notre besoin concerne les impédances de contact qu’il faut
minimiser au maximum et garantir dans le temps. Les points à considérer sont :
 Continuité de masse, assurer un contact métal - métal
 La corrosion

Lors de l’interconnexion des masses, on doit garantir la continuité électrique. Pour cela, toutes les surfaces
en contact doivent être non peintes (épargne de peinture à prévoir sur les supports de panneau par
exemple). Souder les parties en contact (maillage de fond de fouille par exemple) est également possible.

La corrosion constitue un facteur important dans la dégradation des impédances de contact dans le temps.
Le principal contributeur à l’apparition de corrosion est l’effet galvanique lorsque deux métaux de nature
différente sont en contact. Un accroissement de la corrosion est alors observée, il est donc important de
sélectionner des métaux compatibles ou d’interposer un métal réduisant la d.d.p. voir l’utilisation d’inhibiteur
(chromate de zinc).

Le tableau suivant donne les valeurs acceptables afin de limiter l’apparition de corrosion par effet
galvanique.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 179 /
279
12.2.3.3 Limiter les surfaces des boucles

La réduction des surfaces des boucles de masses ou boucles inductives est assez simple sur le principe.

Chaque conducteur / câble doit cheminer avec un conducteur PE (relié au réseau de masse) ou être plaqué
sur les structures métalliques du réseau de masse afin de limiter les boucles dites de mode commun.
La surface des boucles inductives de type différentielle est fortement diminuée en utilisant des câbles
torsadés.

Champ H Champ H

Eq. 1 Eq. 2 Eq. 1 Com Eq. 2

PEC

signal

Mode commun Mode différentiel

Dans la pratique, cela se traduit par la mise en application des principes suivant :
 Distribution DC : plaquer les câbles sur les structures des panneaux et distribuer + et – ensemble
(Cf § foudre 12.8.3.3.2.2).
2
Faire cheminer avec les câbles DC le conducteur PE (25mm si enfoui)
 Alimentation AC des auxiliaires : distribuer le PE avec la phase et le neutre. L’utilisation d’un câble
torsadé est un plus.
 Câble de communication : utiliser un câble torsadé blindé. Faire cheminer un conducteur de terre
parallèle (PEC), indispensable si liaison inter ilots (§ 12.6).

12.3 La distribution électrique

12.3.1 Distribution DC

Si une polarité de la distribution DC des panneaux doit être reliée à la terre/masse, alors un seul point de
raccordement doit être réalisé (imposé par les normes).

En effet si deux points étaient reliés à la terre/masse (figure ci-dessous) alors en cas de courant de défaut
ou courant foudre, le risque serait de voir circuler une partie du courant (selon la répartition des impédances
séries de la ligne et de la terre/masse) via la polarité connectée à la terre. Ce courant pourrait être à l’origine
de dysfonctionnement des équipements.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 180 /
279
+ ZL ZL
0V

Panneau
Onduleur BJG PV
ZL ZL

I1
Idéfaut ou Ifoudre I2 Idéfaut ou Ifoudre

ZL ZL I2

+ ZL ZL
0V

Panneau
Onduleur BJG PV
ZL

Idéfaut ou Ifoudre Idéfaut ou Ifoudre Idéfaut ou Ifoudre

ZL ZL I2

Cette règle est également applicable pour tout type de distribution DC embarquée dans notre installation
(alimentation DC du coffret monitoring par exemple avec une mise à la masse du 0VE si nécessaire coté
alimentation).

Pour la distribution des alimentations auxiliaires DC (dans les coffrets BT ou monitoring ou BJG par
exemple), on veillera à utiliser des alimentations AC/DC avec isolement galvanique afin de créer un
isolement au regard des perturbations de mode commun présentes sur le réseau AC. Cette problématique
est reprise au chapitre distribution MT et AC auxiliaire ci après.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 181 /
279
12.3.2 Distribution MT

Deux architectures réseaux sont proposées au § 9.3.2 (choix des architectures réseaux – distribution MT) :
 En guirlande
 En boucle

Sur le plan CEM il n’y a pas de contre indication au regard de cette distribution.

Le transformateur BT/MT relié aux deux onduleurs permet un isolement galvanique entre les deux onduleurs
mais aussi vis-à-vis du réseau MT. L’objectif de cet isolement est de filtrer les parasites du réseau de
distribution MT mais aussi de limiter l’émission des perturbations issues de notre installation vers le réseau
MT. Le § 12.7 précise nos obligations au regard de la réglementation CEM en vigueur en Europe.

L’utilisation d’un transformateur d’isolement reste efficace pour les basses fréquences. Concernant les
perturbations hautes fréquences (présentes sur les onduleurs, variateur de vitesse), ce dernier doit disposer
d’un écran relié au réseau de masse équipotentiel afin de garantir l’isolation HF.

Imc Imc Imc

Cp Cp1 Cp2

Imc

sans écran avec écran

Si les onduleurs embarquent un transformateur d’isolement (cas des faibles puissances) avec écran, alors
on peut imaginer faire l’économie d’un écran sur le transformateur MT/BT.

Les onduleurs de forte puissance n’ont pas ce transformateur, cependant ils disposent de filtre afin d’être
correctement immunisé mais surtout de limiter leurs émissions parasites. La réduction des coûts fait
apparaître sur le marché des onduleurs dont le filtrage a été limité en partant du principe que le
transformateur amont traitera une partie du problème lié au filtrage.

Il apparait donc délicat de s’affranchir d’un écran sachant d’autant plus que l’écran représente 2% du coût du
transformateur (350 € environ pour un transformateur de 1,2MVA).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 182 /
279
12.3.3 Distribution AC des auxiliaires

Deux choix sont proposés au § 9.3.3 (distribution du réseau électrique pour les auxiliaires) :
 Décentralisé : alimentation des auxiliaires depuis chaque poste de transformation.
 Centralisé : alimentation des auxiliaires depuis le poste de livraison.

La figure suivante montre que les courants de mode commun générés par un équipement perturbateur
(onduleur ou variateur de vitesse si tracker par exemple) se reboucle via deux circuits : le transformateur et
les autres équipements connectés au même réseau via le réseau de masse commun. Ces courants selon
leurs amplitudes, peuvent être à l’origine de dysfonctionnements au niveau des équipements auxiliaires
(communication par exemple).

Transfo +
Impédance
réseau Imd1- Imd1+
imc1/2 Imd2-(Imc2 +imc12)/2 Imd2+ (Imc2 + imc12)/2
imc1/2

Onduleur Eq. Aux.


imc11
imc1 imc12

Ne pouvant agir sur le réseau de masse pour les raisons évoquées précédemment (problématique de
foudre, de champ magnétique, sécurité des personnes, …), disposer d’une isolation galvanique en amont
des circuits est la solution. Cette isolation galvanique au niveau du réseau d’alimentation AC pour les
auxiliaires passe par l’utilisation de différents dispositifs au choix selon l’architecture réseau :
 Transformateur d’isolement avec écran (filtrage BF et HF : vu précédemment)
 Alimentation AC/DC avec isolation galvanique entre primaire et secondaire
 Onduleur avec isolation galvanique entre primaire et secondaire

L’utilisation d’un onduleur avec batteries dédié aux circuits auxiliaires afin de garantir la disponibilité de
l’installation permet également de garantir l’isolement HF vis-à-vis du réseau principal. Toutefois, l’onduleur
auxiliaire sera également à l’origine de perturbations conduites. Il est donc nécessaire ensuite d’utiliser des
transformateurs d’isolement avec écran pour les circuits dit sensibles ou d’utiliser des alimentations AC/DC
avec isolement galvanique quand cela est possible.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 183 /
279
La figure suivante présente un exemple d’architecture au niveau du PTR garantissant les isolements
galvaniques BF et HF.

Transformateur MT/BT si gestion centralisée


Distribution des alimentations Transformateur BT/BT si gestion décentralisée
AC auxiliaires

PTR

Eclairage Prise AC Protection Centrale


RM6 incendie
Onduleur
Auxiliaire
Chauffage Extracteurs

Array Box Modem Armoire PLC Coffret sécurité

Alim
AC/DC

Alim Alim
Module
AC/DC AC/DC
Com

Alimentation Trackers
auxiliaire
onduleur de
puissance

Filtre

Coffret Variateur
contrôle vitesse
commande

Capteurs M

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 184 /
279
12.4 Le câblage

L’objectif au niveau du câblage de l’installation est d’être correctement immunisé vis-à-vis du champ
magnétique, de garantir le bon fonctionnement de la communication, des données issues des différents
capteurs installés et des dispositifs de sécurité embarqués sur la ferme (sécurité incendie, vidéo
surveillance).

Le fil conducteur (c’est le cas de le dire …) reste de limiter au maximum les surfaces des boucles et de
séparer les câbles pollueurs vis-à-vis des câbles sensibles.

La limitation des surfaces des boucles a été présentée au § 12.2.3.3 .

Concernant les câbles pollueurs, les onduleurs génèrent des courants perturbateurs de mode commun BF et
HF sur le réseau AC et sur le réseau DC. Les variateurs de vitesse utilisés pour les trackers sont également
sources de perturbations.
On veillera donc à limiter le couplage par diaphonie (couplage par capacités parasites entres câbles ou
mutuelles inductances) de ces courants de mode commun HF avec les signaux sensibles (communication
par exemple).

Deux paramètres sont donc à considérer :


 augmenter la distance entres câbles
 utiliser des câbles torsadés et blindés pour les signaux sensibles

Pour les signaux sensibles (communication, capteurs par exemple), le blindage des câbles doit
impérativement être de type tresse et non pas écran/feuille aluminium. Les reprises de masse des blindages
doivent être réalisées sur 360° et aux deux extrémités (en tout point de la daisy-chain). L’utilisation de
connecteurs métalliques est recommandée. L’utilisation de borniers est fortement déconseillée.

Les câbles d’alimentations AC auxiliaires doivent être distribués avec le PE et si possible de type torsadé.

Si des trackers sont utilisés, le câble d’alimentation AC devra impérativement être distant des signaux
sensibles de 30 cm minimum. La liaison entre le variateur de vitesse et le moteur sera réalisée avec un
câble blindé (mise à la masse du blindage à 360° aux deux extrémités).

Dans la pratique, les figures suivantes proposent différentes solutions sous réserve de respecter les règles
du guide concernant :
 l’utilisation de câble torsadé blindé pour la communication ou câble capteur,
 isolation des circuits auxiliaires par l’utilisation de transformateurs d’isolements (avec écrans)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 185 /
279
Capteur (torsadé blindé)

Communication (torsadé blindé)

Distribution DC
dmin = 30cm

+ - + -

+ - Distribution AC auxiliaire

Câble PE (cablette) 25mm2

Câbles enfouis

Distribution AC auxiliaire

Distribution DC

dmin = 30cm
+ - + -
Communication (torsadé blindé)
+ -

Capteur (torsadé blindé)

Câbles enfouis Câble PE (cablette) 25mm2

Distribution AC tracker

Capteur (torsadé blindé)

Communication (torsadé blindé)


dmin = 30cm

Distribution DC
+ - + -

+ - Distribution AC auxiliaire

Câble PE (cablette) 25mm2

Câbles enfouis

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 186 /
279
Câble PE (cablette)
+ - + -
Distribution DC
+ - + -
Distribution AC tracker

dmin = 30cm

Câble PE (cablette)

Capteurs (torsadé blindé)

Communication (torsadé blindé)

Distribution AC auxiliaire

Chemin de câble

Le chemin de câble doit être relié au réseau équipotentiel de masse/terre.

Les fixations du chemin de câble, à la structure des panneaux, devront assurer une bonne continuité
électrique (surface de contact la plus grande possible, absence de revêtement isolant, soudure multi
points…).

Dans la mesure du possible, si le chemin de câble dispose d’ouverture, on privilégiera des ouvertures
longitudinales à des ouvertures transverses. Le chemin de câble doit disposer d’un capot métallique plein.

Attention aux liaisons entre les éléments constituant le chemin de câble qui devront garantir une impédance
de transfert la plus faible possible. L’utilisation des accessoires métalliques des fabricants est recommandée,
l’utilisation de câble ou tresse pour ces liaisons est à proscrire.

Pour la sécurité des personnes, on doit garantir que tous les éléments du chemin de câble sont reliés au
réseau de masse/terre (même lors de phase de maintenance : démontage d’un élément). Il est donc
indispensable de faire cheminer, en interne ou externe au chemin de câble, un conducteur nu (type câblette)
garantissant ces mises à la masse. Ce câble doit être fixé sur chaque élément constituant le chemin de
câble. En règle générale, les fabricants proposent différentes solutions pour cette opération.
La section de ce conducteur doit garantir la sécurité des personnes.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 187 /
279
12.5 Les locaux techniques

Au niveau du PTR, les points importants au regard de la CEM sont :


 Disposition des équipements (transformateurs, onduleurs, coffrets)
 Mise à la masse/terre des équipements
 Cheminement des câbles

Disposition des équipements

Les équipements sources de perturbations installés dans le PTR sont :


 Transformateurs MT/BT + cellule RM6 : source de champ magnétique et de champs HF
 Transformateur BT/BT : source de champ magnétique
 Onduleurs de puissances : source de courant de mode commun BF et HF
 Onduleurs auxiliaires : source de courant de mode commun BF et HF
 Câbles de puissance AC (BT et HT).

Afin de minimiser le champ magnétique des transformateurs, on utilisera des transformateurs capotés.

Concernant les perturbations conduites émises par les onduleurs, le cheminement des câbles sera soigné
afin de limiter les couplages avec les signaux sensibles mais aussi vis-à-vis de la distribution MT.

Le respect de ces deux fondamentaux permet ainsi de disposer les coffrets de contrôle commande,
monitoring, API, autres, … à proximité de ces sources.
Les coffrets devront toutefois être métalliques et les câbles, raccordés à ces derniers, installés sur des
chemins de câbles métalliques avec reprise de masse entre le chemin de câble et le coffret.

Mise à la masse des équipements

La liaison de mise à la masse de chaque équipement (écran des transformateurs, onduleurs, coffrets, …)
doit avoir une impédance HF le plus faible possible. On a vu (chapitre sur le raccordement des équipements
au réseau de masse) qu’une longueur supérieure à 50 cm reste source de problème potentiel.

Seul la mise en place d’une ceinture de masse réalisée avec une barre de cuivre (et non une câblette)
permet alors un raccordement efficace. Cette ceinture de masse, tout comme le ferraillage de la dalle, est
reliée à la barre de terre du poste.
Chaque équipement peut être alors raccordé à cette ceinture de terre avec une tresse de masse dont le ratio
longueur/largeur ≤ 5.

Cheminement des câbles

Tout comme le câblage externe de la ferme photovoltaïque, le cheminement interne, au poste, des câbles
peut être un point faible. Il faut garantir l’isolation des circuits via des distances minimum et la séparation des
câbles pollueurs des câbles sensibles. Les points à retenir sont :

Câble MT (sortie transformateur et cellule RM6)


Ils sont sources de champ magnétique.
Soit on garantit des distances d’isolement avec les autres câbles (même ceux des onduleurs de puissance)
de 1m, soit ils cheminent à l’intérieur d’un chemin de câble métallique capoté dédié

Câble AC de puissance (sorties onduleurs vers transformateur)


Source également de champ magnétique mais aussi de courant de mode commun HF, il est donc préférable
que ces câbles cheminent à l’intérieur d’un chemin de câble métallique capoté dédié

Câble DC
Les mêmes principes que le câblage externe sont à appliquer.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 188 /
279
Les alimentations AC auxiliaires
Les mêmes principes que le câblage externe sont à appliquer.

Les signaux sensibles (communication, capteurs)


Les mêmes principes que le câblage externe sont à appliquer.

Autres câbles (contrôle commande type TOR, commande numérique, …)


Ces câbles peuvent cheminer avec les alimentations AC auxiliaires ou signaux sensibles selon leur nature.

La figure ci-dessous propose différentes configurations.

Distribution AC auxiliaire

Câble PE (cablette)

Distribution DC

Commande type TOR

dmin = 30cm

Communication (torsadé blindé)

Câble PE (cablette) 6mm2

Capteurs (torsadé blindé)

Commande type numérique

Chemin de câble

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 189 /
279
12.6 Le réseau de communication

L’architecture du réseau de communication entre le PTR et les BJG est le suivant.

Les points importants à respecter dans le déploiement du réseau de communication ModBus (liaison filaire)
sont :
● Utilisation pour le Modbus obligatoirement de 3 fils (D0, D1 et le Commun) + blindage (paires
torsadées blindées)
● Le Commun (0V) peut être mis à la masse/terre en un seul point seulement (côté Master)
● Normalement le Master polarise la ligne (Pull Up – Pull Down). Résistance de polarisation: 650 
typique. La polarisation de la ligne permet d’augmenter l’immunité de la ligne.
● Les résistances de début et fin de ligne (LT) sont obligatoires : 150 /0,5 W ou réseau RC (120  +
1 nF)
● 32 esclaves maxi sans répéteur
● 1000 m maxi à 9600 Bauds pour une section mini de fil de 0,6 mm²
● Dérivation(s) < à 20 m

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 190 /
279
Au niveau du câblage, la qualité du blindage doit être conçue avec une tresse et non un écran/feuille
aluminium (utilisation de câbles STP ou SFTP). Il est recommandé d’utiliser des connecteurs RJ45 ou Sub-D
métalliques. Les reprises de masse du blindage doivent impérativement être réalisées sur 360° aux deux
extrémités (en tout point de la daisy-chain).

Les protections foudre (communication et alimentation) sont à installer dans les BJG (pas dans les postes de
transformation)
Attention au choix des parafoudres qui pour certains intègrent une résistance interne (de quelques ohms à
quelques dizaines d’ohms). Lors de la multiplication des parasurtenseurs due à la distribution en daisy chain,
des pertes de communication en fin de ligne sont à attendre si la résistance interne est trop grande.

12.7 Réglementation CEM

En Europe, la réglementation CEM est définie dans la directive 2004/108/CE.

Cette directive CEM concerne tous les équipements électriques et électroniques mis sur le marché
Européen. Elle s’applique (caractère obligatoire) aux appareils, systèmes, installations et certains
composants.

Le principe de cette directive est basé sur l’évaluation de la conformité des appareils / systèmes /
installations vis-à-vis des exigences essentielles de la directive.

Les exigences essentielles de la directive CEM sont (extrait de l’annexe 1) :


 Les équipements doivent être conçus et fabriqués, conformément à l’état de la technique, de façon à
garantir (point 1) :
● Que les perturbations électromagnétiques produites ne dépassent pas le niveau au-delà
duquel des équipements hertziens et de télécommunications ou d’autres équipements ne
peuvent pas fonctionner comme prévu
● Qu’ils possèdent un niveau d’immunité aux perturbations électromagnétiques auxquelles il
faut s’attendre dans le cadre de l’utilisation prévue qui leur permette de fonctionner sans
dégradation inacceptable de ladite utilisation

● Exigences essentielles spécifiques applicables aux installations fixes


● Mise en place et utilisation prévue de composants
● Les installations fixes doivent être montées selon les bonnes pratiques d’ingénierie et dans
le respect des informations sur l’utilisation prévue pour les composants, afin de satisfaire
aux exigences en matière de protection figurant au point 1. Ces bonnes pratiques
d’ingénierie sont documentées et la ou les personnes responsables tiennent cette
documentation à la disposition des autorités nationales compétentes à des fins d’inspection
aussi longtemps que l’installation fixe fonctionne

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 191 /
279
Pour les équipements, la procédure d’évaluation de la conformité passe par le respect des normes CEM
applicables au matériel. Une fois la conformité démontrée par des essais, le fabricant constitue un dossier
technique (schémas de conception, notices, rapports d’essais, …), rédige une déclaration de conformité et
appose le marquage CE sur son produit.
L’évaluation de la conformité est de la responsabilité du fabricant.

Pour les installations, il n’y a pas de procédure officielle d’évaluation de la conformité avant leur mise en
service. Compte tenu des exigences essentielles à respecter, le principe suivant s’applique :
 Pas d’essais spécifiques
 Utilisation et intégration des sous ensembles (appareils) conformément à l’utilisation prévue par le
fabricant
 Montage suivant les bonnes pratiques d’ingénierie
 Formalisation de ces pratiques (documentation technique à établir)
 Constitution du dossier technique (schémas de conception, notices, bonnes pratiques CEM, …)

A noter que s’’il y a des raisons de croire à un non-respect, par exemple suite à une plainte, les pouvoirs
publics peuvent demander des preuves de la conformité des installations en cause et s’il y a lieu mettre en
route une évaluation et imposer des mesures correctives appropriées.

La directive précise que les responsables des installations fixes doivent être clairement identifiés. Dans le
cas de la France, le décret de transposition n°2006-1278 du 18 Octobre 2008 indique que :

● Pendant la période de garantie légale, le responsable est la personne qui a réalisé l'installation.
● Au-delà de cette période, le responsable est le propriétaire de l'installation ou, dans le cas d'une
activité professionnelle, son exploitant ou, le cas échéant, l'opérateur de maintenance avec lequel le
propriétaire ou l'exploitant a contracté.

12.8 Protections contre la foudre BT

12.8.1 Objectif

Ce chapitre décrit les points à prendre en compte, dans une affaire de type champ photovoltaïque, en ce qui
concerne la protection des personnes et des biens contre la foudre et ses effets.
Il a vocation à informer
 sur l’existence de bonnes pratiques connues
 sur les situations à risque
de manière à aborder toute nouvelle affaire avec une vision d’ensemble…

12.8.2 Hypothèses

 On suppose l’architecture du champ photovoltaïque de type « à onduleurs string » :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 192 /
279
Chaque ligne de modules est raccordée à un onduleur (certains onduleurs permettent de raccorder
directement deux ou trois lignes en parallèle). Les onduleurs sont raccordés en parallèle sur le
réseau.
(Remarque : cette architecture intègre le principe dit d’architecture « team » avec l’emploi de
dispositifs de suivi de puissance maximale par ligne).

 On suppose que la perte provisoire de l’installation ne génère « que » le manque à gagner lié à la
non-vente d’énergie au réseau (pas d’installations critiques alimentées).

 Le champ photovoltaïque est clos (sinon les panneaux solaires seraient volés…), donc inaccessible
au public. Il n’y a personne en permanence sur le site, mais cependant des interventions
ponctuelles du service maintenance.

 La réglementation contre la foudre, qui impose la mise en place de dispositifs spécifiques pour les
cas suivants:
 Les établissements recevant du public (arrêté du 16/09/59, modifié par le règlement
du 25/06/80)
 Les immeubles de grande hauteur à usage de bureau (décret 67-1063 du 06/12/67,
modifié par l’arrêté du 18/10/77),
n’est donc pas applicable dans le cas qui nous intéresse.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 193 /
279
12.8.3 Les risques par rapport à la foudre

12.8.3.1 Analyse du risque foudre

Il existe une méthode calculatoire, l’Analyse du Risque Foudre, décrite dans la norme NF EN 62305-2 (et
IEC 62305-2), qui fournit les risque encourus et permet d’évaluer le besoin de protection foudre d’une
installation par rapport aux risques :
 De perte de vie humaine (R1)
 De perte de service public (R2)
 De perte de patrimoine culturel (R3)
 De perte économique (R4)

R1, R2 et R3 sont calculés et comparés aux seuils respectifs tolérables selon la norme.
Si les risques calculés dépassent les seuils tolérables, des protections contre la foudre doivent être mises en
place.
Le calcul de R4 permet de comparer différentes solutions entre elles.

Un calcul selon cette norme peut être demandé pour une installation PV.
Mais cette méthode demande alors à être adaptée :

 R1 : Le risque de perte de vie humaine doit être pris en considération à cause de la présence
possible de personnel lors de la maintenance.
Cependant, ce taux de présence annuel est difficile à évaluer a priori. On fera donc le calcul « à
l’envers » : au lieu de fournir un risque calculé, on fournira un taux max de présence autorisé.
 Dans la mesure où les champs photovoltaïques considérés sont privés et récents, les risques R2 et
R3 ne sont pas applicables (en ce qui concerne les valeurs limites tolérables de la norme).
Cependant, on utilise l’approche associée à R2 pour évaluer le risque d’énergie non distribuée dû à
la foudre et mettre en place les protections les plus judicieuses pour le réduire, ou un stock de
pièces adapté.
 L’aspect « sauvegarde des biens » (Risque R4) d’une installation de ce type est très important. Mais
l’outil d’Analyse du Risque Foudre n’est pas le mieux adapté pour conclure selon cet axe.
C’est le calcul de R2 (perte de service) qui sera utilisé puisqu’il est en lien direct avec les pertes
d’exploitation.

Les risques décrits ci-dessus sont le résultat d’effets direct ou indirects de la foudre sur les installations.

12.8.3.2 Risque d’impact direct sur l’installation

Les modules photovoltaïques n’attirent pas davantage la foudre de par leur nature même.
Le risque est lié à la surface, à la situation du champ photovoltaïque et à la présence de structures
métalliques hautes sur ou a proximité du champ (pylônes, mâts, voies ferrées etc.…).

L’UTE C 15-712-1 évoque la nécessité de prendre en compte la taille de l’installation (§13.1) :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 194 /
279
12.8.3.2.1 Densité de foudroiement

Un champ photovoltaïque, simplement à cause de la surface qu’il présente, a un risque non nul d’être frappé
par un coup de foudre.
Ce risque est décrit par la densité de foudroiement Ng, qui est pour un lieu donné le nombre moyen
d’impacts foudre au sol par km² et par an. Ng est en moyenne de 2,5 en France.
Le site meteorage (service payant) donne précisément sa valeur pour une ville ou un département.
Plus simplement, Ng peut être pris égal à Nk/10; Nk étant le niveau kéraunique (nombre de jours par an où
on entend l’orage), donné en France par la carte suivante (issue de la NF C 15-100, annexe A) :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 195 /
279
12.8.3.2.2 Situation - Topographie

Le risque d’impact foudre ci-dessus peut être modulé en fonction de la situation du champ photovoltaïque :
 Une situation en hauteur et isolée (sommet d’une colline, montagne…) augmente le risque
 Au contraire, en cas de présence de points alentour plus élevés, le risque diminue (mais augmente
le risque indirect d’élévation de potentiel du sol en fonction de sa résistivité).

Exemple :
Un champ photovoltaïque isolé de 16ha, situé en Ardèche, est en moyenne frappé de :
0,16 x 44/10 x1 = 0,7 impacts foudre /an.
S’il est sur un plateau : 1,4 impacts foudre /an.

12.8.3.2.3 Protection contre l’impact direct

Protéger complètement une installation contre les impacts directs demande la mise en place de dispositifs
de capture (paratonnerres, fils tendus, mailles…). Il existe aussi des solutions avec fils au sommet des
bancs de panneaux, dont les exigences et efficacité non pas été évaluées.

Si, sur un champ créé sur des toits de serres, une protection par maillage sur les toits est envisageable, il
serait disproportionné de placer des paratonnerres et fils tendus sur un champ PV au sol (ou sur toit) étendu.
On créerait alors des ombrages rédhibitoires.

Il y a donc un risque :
 Pour les personnes
 Pour le matériel
Comment est-il géré ?

12.8.3.2.4 Calcul de R1 (risque humain)

Ce calcul est effectué dans l’Analyse du Risque Foudre.


-5
Le seuil tolérable (limite max) donné par la norme NF EN 62305-2 est 10 .
Pour une ferme PV, le risque humain est exclusivement lié aux blessures par tension de pas ou de touché
en extérieur (RA), dont la formule est donnée dans la norme :

R1  RA  N D  PA  ra  Lt1  N D .1.10 2.Lt1 -2


(ra=10 pour une surface agricole)

avec ND nombre de coups de foudre au sol par an pour le site.

np tp
Lt1 (pertes) peut être calculé de la manière suivante : Lt1   avec :
nt 8760
o Np : nombre de personnes pouvant courir un danger
o Nt est le nombre total présumé de personnes
o Tp est la durée annuelle en heures de présence des personnes à un emplacement dangereux.

Comme le nombre de personnes sur le site est variable, on peut effectuer une moyenne.

Donc, finalement, il faut respecter la condition suivante :

2 5
 n i  ti 
10 3
N D .10 .Lt1  10 => Lt1  i

8760   ni ND
i

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 196 /
279
Donc, pour que R1 soit au-dessous du risque tolérable, le temps moyen sur le site doit respecter :
 n  t  8,76
i i
i
 h.
n i
Ni D

Si, pour 1 an:


EXEMPLE 1:
 20 personnes sont sur le site 2 heures par trimestre
 1 personne 1h par semaine
 100 personnes visitant 1 fois le site pendant 1h,
 n  t  20  2  4  1 1  52  100 1 1
i i
Le calcul est: i
  2,6h
n i
i 20  1  100

EXEMPLE 2:
 2 personnes sont sur le site 2 heures par jour
 n  t  2  2  365
i i
Le calcul est: i
  730h
n i
i 2
Si cette condition ne peut être atteinte (la principale difficulté étant d’estimer le temps moyen de présence à
l’avance…), le moyen le plus simple de réduire le risque R1 est d’installer un détecteur d’orage (Type
AMEO340 d’ INEO), qui signale par une alarme la proximité d’un orage : il faut alors interdire l’accès au site
jusqu’à suppression du risque.
Ce type d’équipement est efficace sur une distance de plusieurs kilomètres, si bien qu’un seul détecteur peut
suffire pour couvrir plusieurs sites d’un même projet.
Un détecteur d’orage n’est pas infaillible, et une estimation de la confiance à lui accorder pourrait apparaître
prochainement dans la NF EN 62305-2.

12.8.3.2.5 Risque pour le matériel

Il concerne essentiellement les panneaux PV, car ce sont eux qui présentent le plus de surface.

Le risque d’impact sur les postes est ainsi très faible par rapport au risque d’impact sur les panneaux.
Par ailleurs, les postes Bocage fabriqués par Sapem sont fabriqués de manière à interconnecter le
ferraillage du béton des murs et du toit, si bien que les conséquences d’un impact seraient réduites.

La mesure principale permettant de réduire la destruction de panneaux suite à un coup de foudre direct sur
une structure métallique est l’utilisation des vis d’arrimage (environ 1m de long) des structures comme pieux
de terre, ce qui permet d’évacuer au plus vite le courant de foudre à la terre locale (Cf NF EN 62305-3,
fig.E2).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 197 /
279
L’évacuation dépend des structures utilisées:

100kA

2,4m
30kA
4kA
1,8m 17kA 20kA
0,8m
2kA

11kA

Ou:
100kA 20kA

50kA
3m
1,5m
6kA

28kA
16kA
100kA
9kA
2,5m
27kA
27kA
9kA

1,4 m
18kA
46kA 2,8 m

18kA

Le courant de foudre crée des surtensions le long de la structure, à cause de l’impédance linéaire de celle-ci:
dI dI
V (kV )  L( H ). (kA / s)  l (m). (kA / s)
dt dt
La distance entre le panneau PV et la structure doit être suffisante pour supporter cette surtension
(dans l’air, 1mm équivaut à 1kV).
Par exemple, s’il y a 50kA le long de la structure, pour un panneau d’1,2m : V (kV )  1,2.50  60kV!

Ainsi pour un coup de foudre de 100kA, on suppose que au maximum 1 structure sera détruite, ce qui
permet de dimensionner un stock de panneaux.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 198 /
279
12.8.3.3 Les effets indirects de la foudre

12.8.3.3.1 Phénomènes

12.8.3.3.1.1 Surtensions amenées par le réseau

Parce qu’elle est connectée au réseau, l’installation peut être soumise à des perturbations conduites de type
transitoires de manœuvres ou foudre, contre lesquelles elle doit être protégée.
Voir § 12.9 concernant la foudre HT.

12.8.3.3.1.2 Surtensions générées dans les boucles par le champ magnétique

Un champ magnétique variable, comme celui provenant de la foudre, génère dans les boucles de câblage
des surtensions qui peuvent détruire les équipements.

S _ boucle (m²) dI
U (V )  200   (kA / s) . (D est la distance entre le point d’impact et la boucle)
D(m) dt
dI
Pour une protection foudre de niveau III: (kA / s) =100
dt
(peut être dépassé 5% du temps: voir figure A.5 EN 62305-1)
dI
(Pour une protection de niveau I: (kA / s) =200)
dt
Par exemple, pour une boucle de 3m² , située à 15m de l’impact foudre, pour une protection de niveau III:

3
U  200   100  4000 V.
15
Cette surtension doit être comparée à la tenue à l’onde de choc des panneaux, en mode différentiel et
commun, selon que la boucle est entre + and – ou entre +/- et la structure métallique.

Pour limiter cet effet inductif, il est nécessaire de limiter la surface de boucle présentée :
- entre les conducteurs actifs aller et retour
- entre les conducteurs actifs et le conducteur d’interconnexion des masses
ou de la compenser.
(voir § 12.8.3.3.2.2 concernant le câblage)

12.8.3.3.1.3 Circulation de courants générées par le champ électrique

Vis-à-vis des champs électriques, tout câble se présente comme une antenne plus ou moins efficace.
Les perturbations générées dans le câble se superposent au signal utile et peuvent être préjudiciables au
fonctionnement de certains appareils sensibles, voire destructeurs.
Il peut donc être nécessaire de blinder certaines liaisons à faible niveau (câbles dédiés à la communication,
à la mesure de grandeurs analogiques, au contrôle commande… ).
On rappelle qu’en haute fréquence, un blindage est efficace s’il est connecté à la masse par des liaisons très
courtes, des deux côtés, et si les 2 extrémités du blindage sont situées sur une même zone équipotentielle.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 199 /
279
12.8.3.3.1.4 Couplage capacitif

Si un panneau photovoltaïque est situé dans une zone de fort champ électrique par temps d’orage, ses
charges mobiles, dans les parties métalliques et semi-conductrices, sont déplacées, créant une différence
de potentiel entre parties à la terre et au potentiel.
Une disparition brusque du champ électrique (décharge par un éclair) provoque une modification brutale de
l’équilibre entre charges ainsi que des surtensions préjudiciables au matériel.

Ce phénomène de déplacement de charge peut aussi se produire hors temps d’orage, provoqué par un vent
laminaire sur le panneau.

12.8.3.3.1.5 Différences de potentiel dans le sol –Tension de pas

Quand la foudre s’écoule dans le sol, elle génère entre 2 points situés à des distances différentes du point
d’impact une différence de potentiel due à la résistivité du sol.
(C’est ce phénomène qui électrocute chaque année quelques milliers de vaches en France, en provoquant
une différence de potentiel mortelle entre pattes avant et arrière…).
Si le champ photovoltaïque est situé à proximité d’un point sujet à foudroiement fréquent, comme un poteau
de ligne HT, les différentes masses du site, si elles ne sont pas très interconnectées, peuvent donc
présenter des différences de potentiel très importantes (plusieurs dizaines ou centaines de kV…) contre
lesquelles il faut protéger le matériel (voir les chapitres câblage et parafoudres).

Le courant s’écoulant dans le sol est en général de haute fréquence (coup de foudre). Il peut également
comporter une composante 50Hz, due à l’amorçage, suite à un coup de foudre, d’un isolateur sur une phase
de ligne HT ou ferroviaire. Cette énergie n’est pas dissipée par les parafoudres : il faut donc prendre des
précautions de maillage entre masses à proximité des points d’impact.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 200 /
279
12.8.3.3.2 Préconisations pour protéger le matériel contre les effets indirects

Un « guide de protection contre les effets de la foudre dans les installations faisant appel aux énergies
renouvelables » (2001) édité par l’ADEME, repris par le Guide de rédaction du cahier des charges
techniques des générateurs photovoltaïques connectés au réseau, préconise 2 niveaux de protection :

- Niveau A : minimal
o Pour installations photovoltaïques situées dans des zones de Ng < 2,5 (hors paratonnerre)
o Pour toute installation en zone urbaine (hors paratonnerre)
- Niveau B : Niveau de protection supplémentaire
o Pour les installations photovoltaïques situées dans des zones rurales de Ng > 2,5,
avec ligne aérienne (transport/distribution électrique, ferroviaire, télécommunications)
o Pour les installations équipées de paratonnerres
o Pour les installations sensibles (point haut…)

La ferme PV sera en général une installation de type B (« installations photovoltaïques situées dans des
zones rurales de Ng > 2,5, avec ligne aérienne »), car les départements de fort ensoleillement coïncident
souvent avec Ng > 2,5.

On trouve une synthèse de bonnes mesures à appliquer dans le doc ADEME « Guide pratique à l’usage des
bureaux d’étude et installateurs) :

Titre A B
Interconnexion des masses et mise à la terre X X
Protection par varistances sur circuits extérieurs DC In répétitif≥20kA Imax≥40kA
Protection par parafoudres sur circuits extérieurs AC Type 2 avec In répétitif≥20kA Imax≥40kA
Ou Type 1 avec Iimp ≥35kA
Protection spécifique sur autres lignes extérieures In répétitif≥10kA onde 8/20us In répét.≥2,5kA
(téléphone…) onde 10/350us
Protection étagée sur réseau aérien alternatif Iimp ≥35kA
Blindage des câbles sensibles X

Ces préconisations sont à garder en mémoire, car plutôt plus sévères en terme de caractéristiques, que les
normes applicables.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 201 /
279
12.8.3.3.2.1 Equipotentialité

Les recommandations du § 12.2.3.1 « Maillage des références communes » permettent d’assurer une
équipotentialité minimale.
Elles ne permettent pas d’assurer qu’il n’existera pas entre 2 masses de l’installation des différences de
potentiel transitoires importantes suite à un impact foudre.
Les matériels, qui présentent une tenue limitée à l’onde de choc, seront protégés contre ces surtensions par
des parafoudres (voir ce chapitre).

Cependant, lors d’une perturbation 50Hz (amorçage phase /terre suite à coup de foudre sur une phase, de
valeur le courant de défaut max sur la ligne concernée, interrompu par la protection amont), c’est la tenue
diélectrique permanente des matériels qui est sollicitée. Pour protéger le matériel, on maille la zone proche
du point d’impact, ce qui a pour effet de diminuer la résistivité du sol, et donc les différences de potentiel
entre points.
Les cas à risque sont les champs :
 Situés à proximité d’un pylône HTA, mais surtout HTB, susceptible de recevoir des impacts directs
de foudre plus souvent.
 Situés près d’une voie ferrée électrifiée
 Traversés par des canalisations souterraines métalliques non reliées au réseau de terre du champ
photovoltaïque.
On propose d’ajouter dans le champ des maillages à proximité des points d’impact :
 Une maille d’environ 20m de côté pour une ligne HT <25kV
 Deux mailles d’environ 10m de côté pour une ligne HT >25kV, pour une ligne ferroviaire, pour une
canalisation .
Cette règle est issue d’expérience CEM, et demanderait à être étayée par une feuille de calcul.
On ne sait pas quantifier le risque réel pour le matériel :
o Quelle zone d’influence de la perturbation ?
o Seul le matériel qui échange des informations ou des câbles (alimentation) avec ses voisins
peut subir des différences de potentiel entre sa référence et eux.
Donc il est difficile d’argumenter le surcoût éventuel… Les responsabilités, alors, doivent être clairement
établies…

HTB 20kV

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 202 /
279
12.8.3.3.2.2 Câblage

Tous les câbles doivent être conduits de manière à minimiser les boucles :
(figures issues du guide UTE C 15-712-1)

Non correct : Non correct :


Boucles entre conducteurs aller et retour Boucles entre conducteurs actifs et PE

Correct :
Pas de boucles entre conducteurs actifs, ni entre eux et la structure.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 203 /
279
Exemple 1:

+ - + - + - + -

+
-

Dans cet exemple, les surfaces de boucle sont limitées. Il est cependant déconseillé d’utiliser cette
configuration. En effet, lors d’ombrage de la rangée du bas, toutes les chaînes vont subir cet ombrage et
donc fournir moins d’énergie.

Exemple 2:

o On réalise des économies de câbles en n’utilisant qu’un câble de retour, mais on a des boucles :
1,04m
Longueur câble= 2x1m

1,6m

0,8m
U(V)

Boucle
entre + et -

o Si on rajoute un câble de retour, les boucles sont supprimées :


1,04m

1,6m

ATTENTION :
Le montage des panneaux « tête-bêche » tel qu’iI est ci-dessus peut être à présent interdit par le
fabricant de panneaux, car les presse-étoupe ne seraient plus étanches la tête en bas…

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 204 /
279
Exemple 3 (SUNPOWER):

22 modules sont connectés en série pour incrémenter la tension DC. Les modules PV sont orientés en
portrait et connectés tels que (le schéma ci-dessous ne montre que 10 modules) :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Vers BJG - + - + - + - + - + - + - + - + - + - +

Châssis du
stand

Ce principe permettait la connexion de modules PV


montés en portrait en limitant les surfaces de boucles
afin de se prémunir contre d’éventuelles surtensions
induites.
ATTENTION !
Il est a présent interdit par SUNPOWER !
Leur expérience a montré qu’en voulant gagner un
peu de câble, on créait de gros risques d’erreur en
maintenance, et donc qu’on défiabilisait finalement
l’installation.

Exemple 4:

Dans les faits, pour une question de coûts, il n’est pas toujours possible de supprimer toute boucle.
On peut avoir une approche calculatoire des risques encourus en terme de perte de panneaux, en fonction
de la structure utilisée.

Une structure présente les boucles suivantes:


1,2m

0,6m
Boucles compensées

Boucles compensées

Loop_surface U(V)

Parce qu’elles sont de faible surface et les câbles reliés aux extrémités, les boucles supérieures sont
en fait compensées (les surtensions s’annulent en extrêmité de structure).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 205 /
279
On peut noter qu’il est en théorie possible de compenser des boucles d’une autre façon : en
croisant, à un ou plusieurs endroits le long de la structure, le câble du rang supérieur et celui du rang
situé en-dessous (cette méthode figure notamment dans les normes italiennes), de manière à
annuler 2 à 2 les surtensions générées dans les boucles contiguës… sauf qu’en faisant cela, on
rend solidaires 2 rangs éclairés différemment, en particulier au lever et au coucher du soleil : on
pénalise donc la production (Cf exemple 1) !

Le rang situé tout en bas n’est pas compensé.


Comment estimer si cette situation reste acceptable ou non ?

On peut faire un calcul « à la louche » des surtensions générées :


Chaque panneau sera soumis à la surtension:
 1,2  0,6 
 
U (V )  200  
4  dI 36 dI
 (kA / s)   (kA / s)
D(m) dt D(m) dt
entre (+ and -) et (+ et masse).
Cette surtension doit être comparée à celle supportée par le panneau.
Sans information à ce sujet, on suppose que le niveau d’immunité est 1kV entre + et -.

On ne fait pas le calcul sur la structure ayant reçu le coup de foudre, car on a supposé qu’elle était
déjà détruite par les surtensions.
Les boucles vont surtout voir les champs magnétiques générés par les courants circulant
horizontalement dans la structure, et non par ceux évacués à la terre, car l’angle des panneaux est
faible ( 22°).

Boucle 1

Boucle 2 I

α H

36 dI 36
Dans la boucle 1: U (V )  (kA / s)   50. cos   366 : OK
D(m) dt 3,6
36 dI 36
Dans la boucle 2: U (V )   (kA / s)   4  960 : OK
D(m) dt 0,15

Ainsi, la probabilité de destruction de panneaux à cause des boucles en jeu semble faible.
Cependant, le niveau III utilisé pour le calcul peut être statistiquement dépassé dans 5% des cas.
D’un autre côté, notre calcul simplifié ne prend pas en compte les phénomènes de compensation de
boucles, qui sont favorables à la diminution du risque.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 206 /
279
12.8.3.3.2.3 Installation de parafoudres

12.8.3.3.2.3.1 Conditions d’installation

Les normes de référence en matière de protection foudre sont celles de la famille 62305-x, qui existent au
niveau mondial (IEC) et européen.
En particulier, la norme 62305-2 décrit la méthode de référence pour l’évaluation du risque, qui a été
appliquée à des installations PV types et a produit les règles présentées dans la TS 50539-12, spécification
technique pour la sélection des parafoudres sur les installations PV (elle remplace le guide UTE C 61-740-52
du même type). Les normes et guides PV reprennent ces spécifications.

Les normes d’installation BT (NF C 15-100 ; IEC 60364) imposent également l’installation de parafoudres
dans certains cas, côté AC.

12.8.3.3.2.3.1.1 Côté AC

Les dispositions de l’article 443 de la norme installation BT s’appliquent.

Pour la NF C 15-100 (§ 443.3.2.2) :

La plupart des projets de fermes solaires sont situés dans des départements ensoleillés, qui coïncident
souvent avec une densité de foudroiement > 2,5.
Cependant, les incitations fiscales favorisent aussi d’autres départements. La mise en place de parafoudres
côté AC n’est alors pas imposée par la norme.

Pour l’IEC 60364-4-44 (§443.5) :

Une méthode simplifiée d’analyse du risque foudre a été développée pour évaluer la nécessité d’installer un
parafoudre sur une entrée de puissance.

Niveau de risque: CRL = fenv / (LP × Ng)


Si CRL < 1 000, il faut installer un parafoudre;
Avec:
 fenv facteur environnemental

(F=1 par défaut, mais peut aller de 1 à 3 selon les pays).

 Ng densité de foudroiement
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 207 /
279
 Longueur LP = 2 LPAL + LPCL + 0,4 LPAH + 0,2 LPCH
(Lp est limitée à 1000m)

12.8.3.3.2.3.1.2 Côté DC

 Quand un système de protection foudre (paratonnerres) protège l’installation, il est nécessaire


d’installer des parafoudres de type 1 en certains points.

 Dans le cas contraire, l’évaluation du risque foudre appliquée aux installations PV donne un calcul
simplifié pour décider ou non de la nécessité d’installer des parafoudres côté DC (Annexe C de la
TS 50539-12) :

Cette méthode simplifiée aboutit forcément à une protection obligatoire par parafoudre DC pour les
grandes fermes PV au sol, étant données les longueurs de câbles en jeu.
Ces parafoudres protègent contre les effets indirects de la foudre (type 2).
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 208 /
279
 Par ailleurs, la tension résiduelle subie par les équipements dépend de leur éloignement relatif au
parafoudre. Au-delà de 10 m, la valeur de cette tension peut être doublée sous l’effet de résonances
(phénomènes d’amplification du fait des fréquences élevées des surtensions d’origine foudre). Dans
ce cas, un second parafoudre est nécessaire au plus près de l’équipement si le niveau de protection
Up du parafoudre est supérieur à 50% de sa tension Uw de tenue aux chocs.
Pour des champs PV de grande dimension, la distance de 10m risque d’être souvent dépassée.

12.8.3.3.2.3.1.3 Tableau de synthèse

Un tableau de synthèse est présenté dans la norme XP C 15-712-3 :

Schéma A

Schéma B

Schéma C

La TS 50539-12 présente les schémas correspondants :

Schéma A

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 209 /
279
Schéma B

Schéma C

12.8.3.3.2.3.2 Choix et mise en œuvre

12.8.3.3.2.3.2.1 Réseau AC

Le choix et la mise en œuvre sont effectués en suivant les règles énoncées dans le § 534 de la norme
installation BT.

 Le type de parafoudre est fonction du schéma de liaison à la terre.


 Les disjoncteurs différentiels en sortie d’onduleur seront préférentiellement de type A SI (Super
Immunisé) afin d’assurer une meilleure disponibilité face aux perturbations de mode commun et
mode différentiel présentes sur le réseau AC (transitoires, harmoniques, courants de fuite capacitifs
etc…).
 L’absence de transformateur d’isolement entre amont et aval de l’onduleur peut laisser passer des
courants de fuite DC. Cela peut entraîner des dysfonctionnements des protections différentielles
standard de type AC.

Choix de In (parafoudres de type 2) :


o In ≥ 5kA (un In plus grand procure une durée de vie plus longue au parafoudre)

Choix de Iimp (parafoudres de type 1) :


o Iimp ≥ 12,5kA

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 210 /
279
12.8.3.3.2.3.2.2 Réseau DC

Choix de In (parafoudres de type 2) :


o In ≥ 5kA (un In plus grand procure une durée de vie plus longue au parafoudre)

Choix de Iimp (parafoudres de type 1) :


o Iimp ≥ 12,5kA (un In plus grand procure une durée de vie plus longue au parafoudre)

Choix de Up : Up ≤ 0,8.Uw (Uw est la tension de tenue aux chocs des matériels à protéger)

En l’absence d’information, la norme XP C 15-712-3 propose les valeurs de Uw suivantes :

(ajout provenant du projet IEC 60364-7-712) : 1500 8000 8500

Choix de Ucpv (tension max admissible en régime permanent): Ucpv ≥ Uocmax


(entre + et - ; entre + et terre ; entre – et terre)

Choix de Iscpv et du dispositif de déconnexion associé au parafoudre : Iscpv ≥ Iscmax


Tout parafoudre doit comporter un dispositif de déconnexion (interne ou externe) s’ouvrant en fin de vie.
Comme le parafoudre, il est dimensionné pour fonctionner quel que soit le courant produit par les modules
PV.
Attention cependant à cette donnée : si on lit Iscpv=30A sur le parafoudre DC Schneider Electric, cela
signifie-t-il qu’on ne peut l’utiliser si le générateur PV produit davantage ?
En fait, le parafoudre doit supporter le courant de court-circuit susceptible de le traverser, pas celui produit
par la ferme. En effet, l’impédance du parafoudre limite considérablement le courant qui le traverse. 30A est
donc largement suffisant.

Selon la liaison à la terre ou non d’une polarité, les parafoudres doivent être placés sur 1 ou 2 polarités.

12.8.3.3.2.3.2.3 Communication

Cf § 12.6

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 211 /
279
12.8.3.3.2.3.3 Installation

Longueur des liaisons :


Afin de garantir un niveau de protection correct vis-à-vis des surtensions, l’installation des parafoudres est
critique. L’exemple ci-dessous montre que le niveau de protection de l’appareil à protéger peut être tout
autre que celui réellement souhaité.
I
1m de câble = 1µH
VL1 Ifoudre = 10kA
L1
Impulsion = 10µs
L1 = 0,5 m
VPRO Appareil L2 = 1,5 m
VPF VPFR = 1200V
R
T
à
protéger
VL2 I
L2

VPROT = VL1 + VL2 + VPFR


avec VL1 = L1di/dt = 0,5µH x 10kA / 10µs = 500V
et VL2 = L2di/dt = 1,5µH x 10kA / 10µs = 1500V
On obtient donc VPROT = 3200V sachant que les équipements sont conçus pour tenir en mode commun
2000V !!!
Il faut donc réduire au maximum les longueurs de raccordement L1 et L2.
On préconise en général au plus L1+L2 < 50cm.

Schéma issu de l’UTE C 15-712-1 :

(IEC 60364-5-53 §534.4.10)


Le conducteur de connexion entre le parafoudre et la borne principale de terre (ou le conducteur de
Protection) doit avoir une section minimale de :
 6 mm2 en cuivre ou équivalent pour les parafoudres de type 2 ;
 16 mm2 en cuivre ou équivalent pour les parafoudres de type 1.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 212 /
279
12.9 Parafoudres HT

12.9.1 Nécessité et localisation

L’UTE C 15-712-1 mentionne au § 13.3.1 :


« Pour les installations raccordées au réseau HTA, une étude spécifique est à valider avec le distributeur. »

Selon les caractéristiques du réseau amont (câble ou ligne, longueur) et de l’installation, la nécessité de
placer des parafoudres HT varie.
Une simulation transitoire a été faite sous le logiciel ATP (voir article CIGRE 2014 cité en référence :
Lightning surge protection of photovoltaic power plants connected to a distribution network) pour un réseau
de distribution 20kV :

Ligne aérienne

Longueur Câble

Poste de
Livraison

parafoudres
(50 ou 200m)

PTR

PTR

Avec 2 topologies différentes de ferme PV :


- homogène (3 branches x 5 transformateurs)
- non homogène (3 branches de 2, 4 et 8 transformateurs) :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 213 /
279
Les conclusions et recommandations sont les suivantes :
- il ne faut pas espérer d’effet atténuateur suffisant du câble arrivant au poste de livraison (il faudrait
une longueur de plusieurs dizaines de km).
- Placer donc systématiquement un parafoudre dans le poste de livraison.
- En cas de courant de foudre de 80kA ou 200kA, les surtensions dépassent quasi-systématiquement
le BIL de 125kV du transformateur (les plus grandes surtensions sont en bout de branche, et pour
des longueurs de câbles entre transformateurs courtes) : il est donc nécessaire d’installer des
parafoudres au niveau des postes de transformation
- La solution optimisée est de placer un parafoudre par branche (donc 3 pour l’exemple
considéré), au niveau du dernier transformateur de la branche (et non au début).

12.9.2 Choix

 Type de parafoudre : Technologie à oxyde de zinc (Sans éclateur)


 Tension de fonctionnement maximum continue (MCOV) .... Uc > tension pendant un défaut
phase/terre
 Courant 8/20 s de décharge nominal (Nominal discharge current) : In > 10kA
 Tension résiduelle au courant de décharge : ....................... dépend du parafoudre choisi (56kV environ
pour un réseau 20kV par exemple)

12.10 Autres surtensions (disjoncteurs à technologie vide, manoeuvres)

 Il n’y a pas de problème à craindre suite à l’utilisation de disjoncteurs à technologie vide. En effet, il
n’y a pas de matériels sensibles tels que des moteurs sur le site. De plus, la grande longueur de
câbles entre le poste de livraison et les postes de transformation limite les conséquences de
l’utilisation de disjoncteurs vide.
 On a observé sur site de grandes surtensions sur l’alimentation auxiliaire des postes dans les cas où
on ouvrait le disjoncteur général d’arrivée.
Cette ouverture provoque en effet la brutale mise en circuit fermé des onduleurs, de leurs filtres de
sortie, des transformateurs HT/BT et auxiliaires, d’où des surtensions importantes pendant plusieurs
dizaines de ms sur l’alimentation auxiliaire, qu’elle soit prise en piquage sur l’onduleur ou centralisée
au niveau du poste d’arrivée.
Souvent, le matériel alimenté supporte ces surtensions mais il arrive que des matériels plus
sensibles (petits UPS, moteurs trackers) soient détériorés.
Il est indispensable que la spécification de tenue aux surtensions des matériels prenne en compte
ces surtensions de manœuvre.

12.11 Harmoniques

12.11.1 Pollution interne au site

Dans un champ photovoltaïque, les onduleurs sont les uniques générateurs d’harmoniques.
Le THD en courant (Taux de distorsion harmonique) en sortie des gros onduleurs est faible – Xantrex
annonce un THDi inférieur à 3%.
Cependant, le THDi augmente sensiblement quand la charge décroît. Par ailleurs, il y a aussi des petits
onduleurs sur les auxiliaires. Pour cette raison, on considère que les harmoniques sont à prendre en compte
quand on dimensionne le câble alimentant les auxiliaires dans une architecture centralisée.
En revanche, aucune autre précaution n’est à envisager.

Remarque :
Les applications photovoltaïques à Tracker, c’est-à-dire avec un système permettant de modifier l’axe
des modules PV afin d’augmenter le rendement, utilisent des variateurs de vitesse. Ces variateurs de vitesse
sont générateurs de courants harmoniques. Ces courants peuvent avoir un impact sur les équipements de la
centrale.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 214 /
279
12.11.2 Pollution vers l’extérieur du site

Selon le lieu d’implantation d’un nouveau producteur d’électricité, le gestionnaire de réseau peut demander
un certain nombre de justificatifs pour garantir que l’insertion du nouveau producteur dans le réseau ne crée
pas de gêne.
Prouver qu’un générateur ne génère pas d’harmoniques est classique pour des éoliennes, mais moins pour
un site PV.
De fait, un fabricant d’éoliennes est tenu de fournir des certificats de test de ses machines selon une norme
précise (IEC 61400-21), ce qui permet de faire des calculs selon la norme IEC 61400-21, et d’accéder ainsi
facilement à la demande du gestionnaire de réseau.
Rien de tel pour le PV.

Il existe une méthode d’évaluation dans la norme iec TR 61000-3-6 (§ 8.4, figure 5) :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 215 /
279
12.12 Flicker

Le flicker est une gêne liée à l’éclairage, donc n’est pas un problème sur le site PV lui-même quand il est en
plein champ (pas de personnel hors période de maintenance).
En revanche, comme pour les harmoniques, on peut recevoir des demandes de justification de non pollution
par le gestionnaire de réseau, d’autant plus si le projet concerne un réseau ilien, car le flicker est très lié à la
puissance de court-circuit.
Il existe une méthode d’évaluation dans la norme iec TR 61000-3-6 (§ 8.4, figure 4) :

12.13 Courant continu injecté sur le réseau public

L’UTE C 15-712-1 (§ 14.4) donne un niveau maximal d’injection :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 216 /
279
13 SURETE DE FONCTIONNEMENT D’UNE INSTALLATION PV

13.1 Définition - Objectif

L’objectif consiste à évaluer la sûreté de fonctionnement de l’installation en termes de fiabilité, de


disponibilité et de maintenabilité. Les résultats devraient permettre de fournir au client une vision claire et
synthétique du niveau actuel de performance de son installation.
Pour un parc PV, l’objectif du client est principalement la vente de l’énergie électrique des PV sur le réseau
public. Ainsi, la perte du côté client se caractérise par la part d’énergie non vendue. La perte peut affecter
tout ou partie de la production de l’installation.
L’évaluation de la performance de l’installation se fait en quantifiant les indices suivants:
 Fréquence moyenne d’incident ou fréquence moyenne d’occurrence des pannes sur l’installation,
notée F, exprimée en 1/an
 Energie non distribuée (non vendue au réseau) à cause des défaillances survenues à l’installation,
notée END, calculée en MWh/an
 Indisponibilité énergétique, notée ID, exprimée en pourcentage de l’END par rapport à l’énergie
potentiellement vendable en absence de défaillance (Evendable)

ID 
END
%
Evendable
On définit :
Taux de disponibilité (%) = 100% - Taux d’indisponibilité (%)

13.2 Paramètres SDF

La sûreté de fonctionnement est une notion générique qui mesure la qualité de service, délivrée par un
système, de manière à ce que l'utilisateur ait en lui une confiance justifiée.
La confiance justifiée s'obtient à travers les analyses qualitatives et quantitatives des différentes propriétés
du service délivré par le système. Ces différentes propriétés sont basées sur les grandeurs probabilistes
illustrées et définies ci-après.
Combienqu’a
Aptitude de fois ça risqueàde
un système Aptitude qu’a un système à ne
tomber ensa
accomplir pannes
missionparpendant
an ? la Quelle
pas est la probabilité
provoquer que le
de défaillances
= Taux
durée [0de
, t] défaillance système devienne
dangereuses dangereux
pendant la durée?
= Continuité de service [0,t]

FFiabilité
iabilité SSécurité
écurité

Maintenabilité
M aintenabilité DDisponibilité
isponibilité

Dans combien
Aptitude qu’a undesystème
temps, à le Aptitude qu’aProbabilité
un systèmedeà bonêtre
système
être va-t-il
réparé entre être
0 etréparé
t ? en état d’accomplir
fonctionnement
sa mission(%)à
l ’instant t (%)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 217 /
279
Un autre schéma permet d'illustrer les différentes grandeurs utilisées dans les évaluations de chacune des
notions probabilistes définies précédemment et intervenant dans les études de sûreté de fonctionnement.
Cette approche est décrite dans la figure ci-dessous :

Fin de la réparation
Remise en service

Détection de la panne
Détection de la panne Fin de la réparation
Première défaillance
Fin de la mise en service
Défaillance Remise en service

t
MTTF MUT
MTTR Etat de marche

MDT Etat de panne

MTBF

• MTTF (Mean Time To First Failure) = temps moyen de bon fonctionnement avant la première défaillance
• MUT (Mean Up Time) = durée moyenne de bon fonctionnement après réparation
• MTBF (Mean Time Between Failures) = temps moyen de bon fonctionnement entre 2 défaillances
• MTTR (Mean Time To Repair) = temps moyen de réparation
• MDT (Mean Down Time) = durée moyenne de défaillance

Dans l’estimation du taux de disponibilité prévisionnelle, nous considérons le produit dans la période de vie
utile et assumons un taux de défaillance constant.
1

MTBF
Le taux de défaillance est issu :
 des bases de données de retour d’expérience Schneider, pour le matériel Schneider-Electric.
 ou, à défaut, des recueils de données standard
o Military handbook 217 (DoD MIL HDBK), RDF/CNET pour les composants électroniques
o IEEE Data Gold book
o …
 mais aussi des éventuels retours d’expérience communiqués par le client

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 218 /
279
13.3 Analyse des risques – Anticipation des défauts électriques

13.3.1 Risques sur les panneaux PV

Un module PV contient : le panneau, la boîte de jonction, les connecteurs et le câble DC.


Les taux de défaillance issus du retour d’expérience donnent des résultats assez variables. Ceci s’explique
par le fait que :
- Les technologies de panneaux sont assez différentes d’une installation à une autre
- les conditions d’exploitation sont assez différentes d’une installation à l’autre (humidité, pluie,
choc…)

Les informations de retour d’expérience montrent également que les phénomènes de vieillissement sont :
- Une oxydation du cadre du panneau qui peut produire une désolidarisation des éléments du cadre
- La pénétration d’humidité dans le panneau qui produit une oxydation (corrosion) des cellules PV et
qui fait diminuer l’efficacité des cellules PV
- La pénétration d’humidité dans la boîte de jonction qui produit une oxydation des contacts, des
diodes et qui peut produire un arc interne dans la boîte
- L’oxydation du contact des connecteurs type AMP qui peut mener à un emballement thermique et à
une destruction du connecteur
- La fatigue thermodynamique des soudures
- La dégradation du semi-conducteur qui fait augmenter la résistance interne de la cellule
- La dégradation des diodes by-pass qui risque de créer les points chauds sur le panneau
- …
Remarque :
- Les phénomènes d’oxydation ne mènent pas forcément à des défauts des panneaux
- Il faut aussi considérer que la technologie des panneaux PV a beaucoup évolué et que beaucoup de
points faibles ont été supprimés.

Risque Détection par Conséquence


(2)
Corrosion électrochimique MP Fonctionnement dégradé
(1)
Court-circuit Protection Indisponibilité d’une entrée BJG
Défaut d’isolement Protection Indisponibilité d’un onduleur
(2) (1)
Circuit ouvert MP Indisponibilité d’une entrée BJG
(2) (1)
Circuit d’interconnexion ouvert MP Indisponibilité d’une entrée BJG
Oxydation au niveau du cadre (2)
MP Fonctionnement dégradé
métallique
Risque d’incendie Perte de production, Risque pour les personnes
Risque de foudre Perte de production, Risque pour les personnes
(1) : une entrée de Boîte de Jonction de Groupe peut se composer d’un ou plusieurs strings
(2) : Maintenance Préventive (inspection, mesures…)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 219 /
279
13.3.2 Risques sur les onduleurs

Le taux de défaillance (tous confondus) donné par Xantrex et utilisé pour les études prévisionnelles de
-5
disponibilité est 1.71 x 10 (1/h).
Les éléments les plus critiques sortant de l’analyse de fiabilité prévisionnelle de l’onduleur Xantrex GT500 E
sont les suivants :

9.00E-06
8.00E-06
7.00E-06
6.00E-06
5.00E-06
4.00E-06
3.00E-06
2.00E-06
1.00E-06
0.00E+00
BT

y
e

e
n

"
s

s"
s"

pl

pl

ns
lte

lte
ok
or

ns
tio

an
an

up

up
IG

cit

fa
Fi

Fi
ch

Se
ila

lf
lf

rs

rs
pa

al
cs

nt
e

ia
ia
EM

EM

di
lin

we

Ve
ca
ni

ax
ax

ow

ra
tro

r&

po
DC

W
W

W
ec

rte

4
4

75
el

VD

VD

"6
"6
ve

"1
r
we

3
In

24

15

3
Po

Remarque : le point critique identifié d’un IGBT est sa commande rapprochée.

13.3.3 Risques sur les équipements électriques

La distribution électrique comprend :


- BJGs
- Transformateurs HTA/BT
- Cellules HTA
- Câbles HTA
- Equipement BT
- Câbles BT (AC et DC)
Les modes de défaillance génériques d’un équipement électrique sont les suivants :
- Perte de fonction
- Fonctionnement intempestif
- Défaut d’isolement / court-circuit
- Non déclenchement / enclenchement à la sollicitation
Chaque mode de défaillance amène à des conséquences différentes pour le système.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 220 /
279
13.3.4 Risques au niveau du réseau public

L’installation photovoltaïque est équipée d’une protection de découplage, donc subit des déclenchements
intempestifs suite à des perturbations du réseau public.
La protection de découplage de type H.1 ou H2 va déconnecter instantanément l’installation s’il y a un creux
de tension. Avec celles de type H.3, H.4 ou plus, l’installation est capable de rester connectée au réseau en
présence de creux de tension qui ne durent pas plus de 1500 ms.

Les statistiques des coupures d’EDF (Retour d’expérience du réseau SIEL) nous donnent :

Coupure Moyen (/an) Max (/an)

Micro-coupures (< 1 s) 7.4 20.6


Brèves (> 1s) 3.8 7.1
Longues (> 3 min) 1.2 2

Données du réseau HTA EDF

On prend une architecture type de poste source EDF HTB/HTA. On considère que l’installation est
raccordée à un départ HTA (non dédié), qui est lui-même raccordé à un poste source comprenant 10
départs répartis en 2 demis jeux de barres.

Réseau HTB
HTB

HTA : 20 kV

Dj 1 HTB Dj 2 HTB

Tr1 Tr2
Dj 1 HTA Dj 2 HTA
JdB1 JdB2

PV N/O

D1 D2 D3 D4 D5 C1 C2 C3 C4 C5

Figure 1 : Architecture type de poste source EDF HTB/HTA

L’évaluation des indices de disponibilité de l’installation équipée d’une protection de découplage de type H.3
(ou plus) est résumée dans le tableau ci-dessous.

Coupure Fréquence (1/an) END (MWh/an)


moyen max moyen max
Micro (< 200 ms) 0.00 0.00 0.00 0.00
Brève (> 200 ms et < 1500 ms) 0.00 0.00 0.00 0.00
Court (> 1500 ms et < 3 min) 3.80 3.80 0.66 0.66
Long (> 3 min) 1.20 1.20 0.21 0.21

Total 5 5 0.87 0.87

Impacts sur la disponibilité de l’installation due à des déclenchements intempestifs sur le réseau EDF

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 221 /
279
13.3.5 Autres risques causant la perte de production

Risque de foudre
Destruction des matériels par les catastrophes naturelles
• Neige
• Incendie
• Inondation
• Tempête
Condition d’environnement sévère
• salinité importante dans l’air
• taux d’humidité élevé
• chaleur intense
Agression de matériel
• présence de rongeurs

13.4 Maintenance

13.4.1 Normes

La norme UTE C 15-712-1 (§ 17) impose une maintenance préventive sur les installations PV (la
maintenance corrective est hors scope).
Elle distingue 3 niveaux de maintenance préventive :

 La maintenance conditionnelle, basée sur une surveillance des paramètres significatifs de


l’installation ;

 La maintenance prévisionnelle, exécutée en suivant les prévisions extrapolées de l’analyse et


de l’évaluation des paramètres significatifs de la dégradation du bien (ex. : corrosion) ;

 La maintenance systématique, exécutée à des intervalles de temps préétablis et sans contrôle


préalable de l’état du bien ni de ses éléments constitutifs.
La périodicité recommandée pour la maintenance systématique est d’un an.

Celle-ci comprend :
 Le contrôle des points relatifs à la sécurité des personnes et des biens sur le plan électrique :
o contrôle visuel de l’ensemble des parties accessibles de l’installation ;
o recherche des points chauds éventuels sans démontage ;
o vérification de l’absence de corrosion
o contrôle visuel de l’état des câbles ;
o contrôle de l’état des boîtes de jonction ;
o contrôle visuel des connexions ;
o contrôle visuel des caractéristiques techniques de l’appareillage (fusibles, disjoncteurs,
parafoudres,…) ;
o test des dispositifs différentiels à courant résiduel (DDR) ;
o vérification des liaisons équipotentielles ;
o test de la fonction coupure d’urgence ;
o test de l’éventuel dispositif de coupure pour intervention des services de secours ;
o contrôle de la présence et du bon état de l’identification des composants conformément
au paragraphe 15.1 ;

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 222 /
279
o contrôle de la présence et du bon état de l’étiquetage conformément aux paragraphes
15.2 et 15.3 ;
o contrôle de la disponibilité des dossiers de plans de l’installation PV à jour.
o … à compléter en fonction des obligations réglementaires de sécurité auxquels le
bâtiment peut être soumis.
 Le contrôle des points relatifs au bon fonctionnement :
o nettoyage des modules photovoltaïques ;
o vérification de l’onduleur ;
o vérification du maintien des conditions initiales de l’environnement des modules PV ;
o vérification des mises à la terre fonctionnelles ;
o vérification du maintien des conditions d’exploitation des locaux et du maintien de leur
destination initiale ;
o dépoussiérage.

La norme NF C 13-200 (§ 6.61) donne également quelques indications sur les examens, essais et
mesurages pouvant / devant être effectués sur l’installation.

13.4.2 Paramètres de maintenance préventive et corrective

Les paramètres de maintenance typiques (=ceux utilisés dans l’étude de sûreté) pour les projets en France
sont les suivants :
- Aucune maintenance préventive n’est prévue sur les panneaux.
- La fréquence de maintenance préventive sur les onduleurs est la suivante :
Fréquence = 1 tous les ans, durée = 2 h
Fréquence = 1 tous les 5 ans, durée = 5 h
Fréquence = 1 tous les 10 ans, durée = 12 h
- La maintenance préventive sur les postes de transformation se fait en même temps que la
maintenance sur les onduleurs
- La maintenance préventive sur le réseau HTA et le poste de livraison est faite :
Fréquence = 1 tous les 3 ans Durée = 8 heures
- temps du déplacement de l’exploitant sur le site : 2 heures
- temps d’intervention d’un technicien constructeur : 12 heures

13.4.3 Dimensionnent du stock des pièces de rechange

Les défaillances des composants causent l’indisponibilité du système, donc la perte de production.
L’installation doit disposer d’un stock suffisant de pièces de rechange permettant de procéder aux
réparations dans le meilleur délai en cas de défaillance.
Le dimensionnement de ce stock est un problème technico-économique dont l’objectif consiste à trouver un
compromis entre :
- la taille du stock en type et nombre de pièces à stocker.
- et le risque de dysfonctionnement du système pour cause rupture de stock, donc la perte
économique liée à l’énergie non distribuée
Les études d’optimisation de pièces de rechange stratégiques sont plus que souvent nécessaires et
cruciales compte tenu de l’importance des investissements et du capital immobilisé mis en œuvre. Car, en
plus de coût des équipements, la taille du stock implique également les coûts liés à la location de zone de
stockage et le maintien des bonnes conditions de stockage. Il est parfois économiquement intéressant de
pouvoir s’affranchir de l’acquisition de certaines références judicieusement choisies, quitte à consentir un
risque d’indisponibilité supplémentaire.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 223 /
279
Les données nécessaires pour dimensionner le stock sont les suivantes :
- Nombre d’équipements installés sur chaque site
- Délai d’intervention sur site de l’opérateur de maintenance
- Pour chaque équipement :
o MTTF
o MTTR
o Durée d’approvisionnement
o Politique d’approvisionnement
Le dimensionnement du stock de pièces de rechange est important pour assurer le taux de disponibilité
engagé qui peut être formulé par :

ID1  ID2  ID
ID  IDengagement
ID1 : Indisponibilité due à des défaillances du matériel :
ID2 : Indisponibilité due à la rupture de stock
Le dimensionnement du stock PDR en cas de gestion multi-site offre la possibilité de mutualisation des
stocks et la gestion partagée de l’approvisionnement.

Fournisseurs
nt
me

d’approvisionnement
ne
s

d’a
ro mp
ion

Temps
pp
pp Te
vis

d’approvisionnement
ro
Te ion
Temps

vis
mp ne
s
d’a

me

Stock centrale
nt

X jours X jours
X jours

Stock local Stock local Stock local

Site 1 Site 2 Site n

Principe du stockage des pièces de rechange mutualisé


Dans le cas où l’entité responsable du contrat de maintenance gère plusieurs sites, trois approches sont
possibles :
- Chaque site dispose des pièces de rechange dont il a besoin. L’approvisionnement se fait
directement auprès des fournisseurs
- Les sites ne sont que lieux de production. Ils disposent d’un stock central commun qui se trouve
dans un lieu séparé qui approvisionne les sites de production en cas de besoin
- Chaque site dispose d’un mini-stock et il y a un stock central qui approvisionne les stocks locaux
L’analyse Risque / Coût montre l’intérêt de la mutualisation des stocks lorsque le nombre des sites
augmente. Les gains dégagés consistent en une :
- Diminution considérable de la quantité totale de pièces de rechange à stocker
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 224 /
279
- Amélioration du temps de réaction et minimisation du risque de rupture de stock grâce au rapport
entre le nombre de pièces stockées et le besoin de chaque site

13.5 Synthèse AMDEC

Pour calculer l’indicateur ID, l’ensemble des défaillances qui peuvent survenir sur le système de distribution
électrique est à étudier. L’analyse a pour objectif de vérifier si ces défaillances amènent ou non la perte de la
production d’énergie PV, et le cas échéant d’évaluer l’énergie non distribuée. La consolidation de ces
résultats permet une évaluation prévisionnelle de la disponibilité du champ PV.
Cette analyse dysfonctionnelle étudie les effets à l’ordre 1. En effet, la probabilité des défaillances
simultanées est très faible, et la contribution des défaillances multiples à l’indisponibilité de la ferme PV est
négligeable par rapport à celle des nombreuses défaillances simples compromettant la production d’énergie.
L’analyse dysfonctionnelle se résume donc à une simple Analyse des Modes de Défaillance et leurs Effets
(AMDE).
A l’exception de la BJG, de l’onduleur et de la DC combiner box, le niveau de détail retenu pour cette
analyse est celui de l’équipement (fusible, disjoncteur, transformateurs, cellule IM, cellule DM2…).
Autrement dit, ces équipements sont considérés comme non décomposables.
La BJG, l’onduleur et la DC combiner box sont considérés comme des sous-systèmes, aux sous-ensembles
principaux non décomposables.
Le tableau AMDEC comporte les rubriques suivantes :

Unité de
Mode de Action du Durée de
Equipement Effet local Effet final production
défaillance système réparation
impactée

- Equipement : liste exhaustive des équipements installés sur le parc


- Mode de défaillance : type de défaillance du matériel
- Effet local : conséquence de la défaillance sur le matériel
- Action du système : comportement du système face à la défaillance
- Effet final : conséquence de la défaillance sur le système
- Unité de production impactée : cette colonne n’est remplie que lorsque la défaillance génère une
perte de production. Dans ce cas, elle contient une indication de la puissance crête perdue, en
suivant les notations suivantes :
- Durée de réparation : conséquence de la défaillance sur le système

13.6 Taux de disponibilité d’un parc PV

Avec l’architecture ferme PV proposé par Schneider électrique et les paramètres de maintenance typique
(détaillé dans l’annexe), le taux de disponibilité calculé de manière prévisionnelle est de l’ordre de 98.6%.
La fréquence d’occurrence des pannes correspond aux nombre d’équipements installés, parmi lesquels les
panneaux sont responsables d’environ 55% de la fréquence d’incidents par an.
En termes d’indisponibilité du système, les principaux contributeurs classés par ordre décroissant sont les
suivants :
- Onduleurs : de 50 à 60%
- Système auxiliaire : environ 18% pour la solution décentralisée (alimentation par soutirage) et de 28
à 35% pour la solution centralisée (alimentation depuis le poste de livraison)
- Modules PV : <10%

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 225 /
279
- Maintenance préventive (programmée) : 6 à 8%
- Transformateurs : 3 à 4 %
- Réseau HTA (Câble et cellules HTA) : 1 à 3%
- DC combiner box et Fuse box : 2%
- BJG : < 0.05%

13.7 Amélioration de la disponibilité d’un parc PV

L’amélioration de la disponibilité du système repose principalement sur deux axes :


- Rendre le système plus robuste par
o Ségrégation des processus critiques et non critiques
o Sécurisation et priorisation des départs critiques
o Redondance des processus critiques
o …

- Renforcer la maintenance
o Améliorer le temps de réaction / intervention de l’équipe de maintenance
Les composants critiques du système devraient être surveillés en permanence. Leur non
fonctionnement devrait faire l’objet d’alarmes permettant informer aussitôt l’opérateur
o Optimiser la disponibilité des pièces de rechange de première urgence
o Contrat avec les fournisseurs
o …

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 226 /
279
14 VENTILATION

NB : Les indications données ci-dessous pourraient être complètement reprises suite aux travaux en cours,
qui remettent peut-être en cause la ventilation naturelle à cause de la poussière.

14.1 Pour les onduleurs

Les onduleurs dissipent une partie de l’énergie qui transite. Cet apport calorifique provoque un échauffement
qui peut diminuer les performances de l’appareil. Il faut donc ‘’refroidir’’ l’appareil par convection et
ventilation.

GT30E GT100E GT250E GT500E

Volume d’air pour 3 60000 BTU / h 3 3


550 m / h 4200 m / h 5600 m / h
refroidir 45°C

Onduleur GT500 vue de face :


Ventilation
(outlet)

GT100 GT250 / GT500

Air chaud Ecoulement


de l’air

(face
arrière)

Air frais

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 227 /
279
Les onduleurs intègrent déjà des ventilateurs pour assurer leur refroidissement en convection forcée selon le
principe suivant :
 L’air frais est pris au niveau inférieur de la face avant de l’onduleur, à une température maximum
autorisée de +45°C à pleine puissance,
 L’air chaud sort au niveau du toit de l’onduleur

Considérant la puissance dissipée par un onduleur et le faible volume du poste, la solution choisie est
d’ajouter un caisson métallique au-dessus de l’onduleur, qui permet de canaliser l’évacuation de son air
chaud directement vers l’extérieur à travers des grilles d’aérations.

Ceci permet de ne pas augmenter la température de l’air dans le poste, car il n’y a pas de mélange possible
entre l’air chaud rejeté par l’onduleur et l’air qui sera aspiré par l’onduleur (pas de boucle fermée).

Ceci évite également d’utiliser un extracteur d’air supplémentaire dans le poste qui injecterait uniquement
beaucoup d’air plus frais de l’extérieur et rejetterait l’air mixé et réchauffé hors du poste.
Le débit d’air étant plus important pour le compartiment central de puissance, par rapport aux compartiments
connexes AC et DC, il est souhaitable que l’air chaud soit évacué sur toute la largeur d’aération disponible,
avec une vitesse d’air plus réduite.

Le caisson pour l’air chaud au-dessus des onduleurs est donc entièrement libre et sans séparations.
Finalement, les grilles d’aérations sont choisies de façon à permettre le débit d’air requis mais avec un
minimum de perte de charges, afin de ne pas ajouter de ventilateur supplémentaire dans le système,
tant pour l’apport d’air frais que pour le rejet d’air chaud dans le conduit fermé.

14.2 Pour les autres équipements

Les onduleurs sont positionnés, idéalement, du côté opposé à la porte aérée ou autres aérations pour
l’entrée d’air frais. Ceci permet aux autres équipements d’être facilement ventilés par le passage de l’air
frais, aspiré par la ventilation forcée interne des onduleurs.

En effet, la faible puissance dissipée par ces équipements a très peu d’influence sur le niveau de
température de l’air dans le poste et à l’entrée de l’onduleur.

14.3 Pour les transformateurs

La chaleur dissipée par un transformateur est évacuée par rayonnement et convection naturelle. L’air frais
entre dans le poste par des grilles d’aération basses, puis est naturellement chauffé le long du
transformateur avant de sortir par les grilles d’aération plus hautes (effet cheminée d’autant plus efficace que
la distance entre ces grilles hautes et basses est importante).

Ces grilles sont suffisamment grandes pour éviter le recours à une ventilation forcée sur le transformateur.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 228 /
279
14.4 Illustration

Transformer Inverter room


room

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 229 /
279
15 LE STOCKAGE

Une réflexion sur l’ajout de stockage dans les fermes solaires s’avère nécessaire car la demande va
augmenter à ce sujet :
 Le stockage permet en effet d’atténuer l’aspect « fatal » de l’énergie solaire et donc de faciliter la
gestion du réseau.
Seuls des projets avec stockage seront acceptés en ilien une fois les quotas d’énergie solaire
(30%) atteints.
 Les demandes de stockage sont naturelles pour de petites installations autonomes, mais
commencent aussi à voir le jour pour des projets beaucoup plus importants (alimentation de petites
villes).

15.1 Architectures

Voici les architectures possibles (valables aussi pour l’éolien) et les possibilités actuelles avec les produits
Xantrex.

UPS intégrant un onduleur et chargeur réversible

● UPS réversible permettant la recharge des


batteries et la conversion type XW de
Xantrex. Mais il n’est pas possible selon
Xantrex, de mettre un grand nombre de
ces UPS en parallèle et Xantrex n’a pas
d’UPS de puissance supérieure.
● Avantage : 1 seul UPS pour faire la
conversion continu vers l’alternatif et
inversement. Le coût de l’équipement est
réduit. Il reste à estimer la maintenance du
produit et de la batterie.
● Inconvénient : Cet UPS n’existe pas chez
Xantrex.
Utilisation des XW en parallèle avec batterie

● UPS réversible permettant la recharge des


batteries et la double conversion. Mais il
n’est pas possible selon Xantrex, de
mettre un grand nombre de ces UPS en
parallèle et Xantrex n’a pas d’UPS de
puissance supérieure.
● Avantage : Cet onduleur existe et
fonctionne actuellement pour des besoins
en iloté.
● Inconvénient : Nous pouvons aller
uniquement jusqu’à 3x6 kW par phase.
Notre besoin se situe au dessus de 100
kW. Donc, il faudrait pouvoir rajouter
beaucoup de produits en parallèle pour
pouvoir fonctionner avec ces produits.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 230 /
279
UPS pour convertir la tension continue en alternatif
et chargeur externe

● Avantage : Cette solution est la plus


rapide à mettre en œuvre. Il faut adapter le
GT100 ou GT250 pour permettre une
régulation sur batterie. A vérifier s’il
n’existe pas de verrous technologiques,
mais d’après les premières investigations,
cela semble envisageable.
● Inconvénient : Le coût semble élevé en
première approximation. Il reste à définir
les éléments pour vérifier cette
supposition.

Ajout d’un UPS standard (type APC ou Gutor) en


parallèle

● Cette solution permet d’utiliser un produit


du marché à adapter; il faudra faire
évoluer le soft pour avoir une régulation en
tension. Suivant la tension de l’installation
400V ou 690V, il faudra rajouter un
transformateur. Nous n’avons pas fait
d’étude de faisabilité sur ce produit, mais il
intègre un chargeur redresseur en entrée
et une sortie dédiée.
● Avantage : La fonction chargeur est déjà
intégrée au produit et elle est
indépendante de la sortie à réguler. Nous
avons une double conversion. De plus, cet
onduleur est dimensionné en fonction du
besoin en courant de la batterie.
● Inconvénient : La régulation doit être
modifiée pour intégrer ce besoin.
Ajout d’un UPS standard (Type APC ou Gutor)
avec batterie en série

● UPS standard APC avec transfo en amont


si la tension est différente de 400 V.
● Pb : Cet UPS est dimensionné pour la
puissance totale de la génératrice. Il reste
à valider le fonctionnement d’un UPS
directement connecté sur le réseau. Il
faudrait modifier la régulation en
courant/tension et il y aura des adaptations
du soft à faire. Il faudra gérer l’arrêt de
l’UPS en fonction de la marche ou non de
la génératrice et évaluer si la recharge des
batteries est suffisante pour des batteries
Pb ou autre.
● Avantage : Nous pouvons récupérer un
appareil APC ou Gutor pour faire
l’adaptation. Il comprend déjà un chargeur
intégré et il est séparé de la sortie
ondulée.
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 231 /
279
● Inconvénient : l’UPS à ajouter doit être
dimensionné pour tenir toute la puissance
de l’installation. Nous ajoutons les pertes
de cet appareil en série avec le
fonctionnement de l’installation. Il faut faire
une adaptation et validation du
fonctionnement de l’onduleur sur le
réseau.
● Cette topologie ne semble pas réaliste, car
elle cumule trop d’inconvénients.

Un seul UPS pour tout gérer et convertir avec


batterie intégrée

● C’est l’appareil idéal s’il existait.


● Avantage : Nous n’avons qu’un onduleur
pour tout faire. La gestion serait intégrée à
l’onduleur. Celui-ci permettrait une
régulation très rapide et un apport de la
batterie en fonction de la demande et du
besoin du client.
● Inconvénient : Nous n’avons pas cet UPS
et cela demanderait un développement
complet avec étude des différents besoins
et test en grandeur réelle. Il faut compter
un développement de 2 à 4 ans pour
réaliser ce développement en première
approximation et suivant la charge des
différentes équipes.

15.2 Quelques ordres de grandeur

Pour des batteries de 91Ah :

Autonomie 10min 30min 1H 2H 4H 8H


Nb de batteries pour une puissance batterie de 100kW 38 2x40 4x36 7x37 11x40 20x39
Nb de batteries pour une puissance batterie de 50kW 40 2x36 4x32 6x37 10x39

15.3 Normes

 France :
o L’UTE C 15-712-2 est applicables aux installations non connectées au réseau (« off grid »).
o C’est la norme XP C 15-712-3 qui aborde la question du stockage pour les installations
susceptibles d’être ou non connectées au réseau, donc pour les fermes PV.

 Monde :
o L’IEC 61427-1 donne les exigences concernant les accumulateurs pour le stockage de
l’énergie renouvelable PV hors réseau (tests de cyclage etc)
o L’IEC 61427-2 couvre les accumulateurs pour les installations connectées au réseau.
o L’IEC 62620 traite des batteries grand format pour applications industrielles.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 232 /
279
16 PROJETS FRANCE : ADEQUATION AVEC LA
REGLEMENTATION

Les centrales photovoltaïques sont par nature des centrales de production. Par conséquent, suivant leur
puissance et le niveau de tension de raccordement, elles doivent soit appliquer le texte 8 du 23 avril 2008
(connexion au réseau HTA), soit appliquer le texte 7 du 23 avril 2008 (connexion au réseau HTB), ainsi que
les documents ayant amendé ces textes.

16.1 Exigences des arrêtés

Les installations PV doivent être conformes aux exigences suivantes :


 Rester connectées en cas de creux de tension tel que défini ci-dessous
 Fourniture de puissances actives & réactives (PQ)
 Performances en conformité avec les arrêtés

Creux de tension :

Installations PV connectées au réseau de distribution :

Réseau métropolitain

Réseau non interconnecté avec réseau métropolitain

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 233 /
279
Installations PV connectées au réseau de transport :

Fourniture de puissances actives & réactives (PQ) :

Les installations PV doivent également soutenir le réseau de distribution ou de transport.

Pour les installations connectées en HTA :


L’installation, à Pmax doit pouvoir fournir Q = Pmax x 0.4 et absorber Q = Pmax x 0.35.

Pour les installations connectées en HTB :


A Pmax, l’installation de production doit être capable de fonctionner dans les conditions suivantes :
a) Lorsque U est égale à Udim, la puissance réactive de l’installation doit pouvoir prendre toute valeur
comprise dans l’intervalle [– 0,35 × Pmax, + 0,32 × Pmax] ;
b) Lorsque U est égale à 0,9 × Udim, l’installation doit pouvoir fournir une puissance réactive égale à
0,3 × Pmax ;
c) Pour toute valeur de U comprise entre 0,9 × Udim et 1,1 × Udim, et dans les limites de la plage normale
de variation de la tension qui est fixée dans le tableau de l’article 5 en fonction du domaine de tension,
l’installation de production doit pouvoir moduler sa production et sa consommation de puissance réactive
dans les limites du domaine de fonctionnement minimal défini dans la documentation technique de référence
du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité sous la forme d’un diagramme [U, Q].

16.2 Contrôle des performances

 Arrêté du 29 mars 2010 : modalités du contrôle des performances des installations BT.

 L’arrêté du 6 juillet 2010 (HT) distingue trois types de contrôle :


 celui à effectuer avant la première mise en service (ou avant une remise en service
après une modification substantielle ou un arrêt de plus de deux ans ;
 celui à effectuer périodiquement au cours de la vie de l’installation de production pour
vérifier le maintien dans le temps des performances initiales ; par convention, ce
contrôle périodique inclut le contrôle qui intervient de façon continue par
l’enregistrement de grandeurs caractéristiques des performances de l’installation (il faut
donc que ces grandeurs incluent celles demandées par l’arrêté). La périodicité est de
10 ans ;
 celui à effectuer ponctuellement, après constatation d’un dysfonctionnement.

Le document ERDF-PRO-RES-64E ([23]) décrit les modalités de contrôle de performances des installations
de production raccordées au réseau public HTA.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 234 /
279
16.3 Capacité constructive des onduleurs

Etablie en Novembre 2009 :

Diagramme PQ (valable uniquement pour les GT500 GIF et GT630 GIF)

Qmax = Pmax * Tan phi

Tan phi = 0.4

Pmax P

Qmax = - Pmax * Tan phi

Cf § 9.4.3.6 pour visualiser le diagramme PQ de l’ensemble onduleur/ transformateur.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 235 /
279
17 DIAGNOSTIC, EXPERTISE & COMMISSIONING

17.1 Diagnostic

17.1.1 Objectif

Schneider Electric s’engage généralement contractuellement sur un niveau de PR (performance ratio). Ce


PR est estimé grâce à l’utilisation d’un logiciel de simulation (PVsyst). Ce PR peut ne pas être atteint lors du
test de performance ou durant l’exploitation. Schneider doit donc être capable d’en déterminer la cause.

Le problème peut provenir de plusieurs sources :


 Erreur de simulation (erreur de paramétrage),
 Appareillage défaillant,
 Installation différente de celle prévue initialement,
 Non prise en compte d’un élément extérieur (salissure par exemple).

Le diagnostic peut être conduit de 2 façons :


 Diagnostic de base
o Vérification des paramètres généraux (données météo, albédo, inclinaison, azimuth, ligne
d’horizon)
o Discrimination pertes électriques vs pertes optiques

 Diagnostic avancé
o Recherche du niveau de pertes par paramètre (ex. pertes par mismatch)

17.1.2 Diagnostic de base

Pour ce disgnostic, les fonctionalités du monitoring doivent être utilisées. En effet, le monitoring enregistre
les données météo (irradiance, température…) et les données électriques (énergie aux AB, énergie au
compteur, courant, tension…).
Ces données vont permettre de discriminer si les pertes supplémentaires sont dues aux éléments
électriques ou à l’optique.

Il y a cependant des limites :


● Précision des capteurs (pyranomètre, température, tores effet hall…)
● Période d’intégration (échantillonnage)

Le tableau ci-après donne les points à vérifier et les actions à entreprendre pour réaliser le diagnostic de
base :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 236 /
279
Item Paramètre Commentaires solution basique
mesures existantes monitoring
(capteurs d'éclairement & T °)
Les données d'entrée principales pour la
Données
simulation sont l'irradiance horizontale & la
Météo Possibilité de récupérer les données météo des
température ambiante
stations météo_France proches pour les
comparer avec les mesures
configuration générale

Plus le module PV est proche de l'horizontal


(du sol), plus l'effet Albédo (réflexion de
l'onde) est faible. valeur par défaut 20%
Albédo
L'effet Albédo est donc important pour les (à affiner mois par mois)
modules PV verticaux et nul pour les
modules horizontaux.
Inclinaison on prend la valeur telle qu’exécutée
direction champ par rapport au Nord
Azimut (hémisphère sud) ou par rapport au Sud on prend la valeur telle qu’exécutée
(hémisphère Nord)
La ligne d'horizon est un facteur important
site internet PVGIS ou logiciel MétéoNorm ou
Ligne sur la production d'une installation PV. Elle
Carnaval.
d'horizon permet de définir les masques auxquels est
Relevé de masque au moyen du SUNEYE
soumise la centrale.

utilisation des mesures existantes (monitoring) :


Ce sont les pertes entre le point de livraison
- tension & courant sur chaque BJG
Global des & la sortie des panneaux
pertes
elec

- mesure prod au compteur PDL (compteur /


pertes ( câbles CC + connectiques + BJG & Fuse
PM)
électriques Box + onduleurs + Transfo + consommation
- calcul théorique des pertes entre chaînes &
des auxiliaires)
BJG (câbles chaînes)

calcul théorique: énergie solaire - pertes elec -


production au PDL
Ce sont les pertes dues aux imperfections utilisation des mesures existantes (irradiance sur
pertes PV

Global des des panneaux et du champ PV plan incliné)


pertes (ombrages, échauffement, faible irradiance, utiliser données station météo (cf.conf. générale /
modules réflexion, qualité, mismatch , salissures données météo)
…etc.) Possibilité de mesurer les pertes optiques en
prenant la mesure sur les AB (Energie théorique
- Wenergie AB).

17.1.3 Diagnostic avancé

● Possibilité d’utiliser des matériels supplémentaires de meilleure précision


● Pyranomètre,
● Capteurs de température
● Capteurs de courant
● Enregistreurs
● SunEye
● …
● Difficulté majeure:
● Comme exploiter des mesures « ponctuelles » sur l’ensemble d’un parc (ou d’un onduleur)
???

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 237 /
279
17.2 Expertise sur site & Commissioning

17.2.1 Présentation d’appareils de mesures & tests

Appareil/ Finalité Photo Utilisation exemple Remarques


PVPM : - Pour le commissioning = - Pilotable par logiciel
Peak Power Measuring Test rapide pour vérifier PVPM.disp depuis un PC
Device and Curve Tracer l’uniformité des courbes IV connecté sur port RS232 ou
for Photovoltaic Modules - Permet de détecter un USB
éventuel problème sur une - Attention, pour avoir des
= traceur de courbes I/V chaîne (module PV valeurs «correctes » il faut une
pour panneau ou chaîne défectueux par ex.) certaine irradiance (envrion 500
PV permettant des - Ne pas faire d’analyse fine W/m²).
mesures jusqu’à - A installer au niveau des BJG
1000Vdc & 40 Adc. - Durée estimée des mesures
sur site :
- 10 à 15 minutes par BJG
- 2 à 3 x 1MW /j
- Précision : 1% sur courbe
I/V
SunEye Exportation vers les logiciels
de simulation
= Relevés de masque (PVsyst par exemple)
(ligne d’horizon) d’un site
PV

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 238 /
279
Caméra thermique essentiellement pour du
contrôle (point chaud sur des
modules PV)

Enregistreur Expertise : mesures de


(HIOKI 8847) + capteurs signaux transitoires (partie
AC & DC AC et DC)

Analyseur de réseau - Déterminer la qualité de


TOPAS 1000 l’énergie selon la norme
& Fluke EN50160
- Possibilité de s’en servir
pour déterminer le
rendement d’un onduleur
(possibilité de mesures de
puissance côtés AC et DC)
CPI XML316 Merlin Permet de déterminer le Ceci n’est pas une mesure
Gerin niveau d’isolement d’isolement
d’un groupe mais un contrôle !!
(tension d’injection faible)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 239 /
279
17.2.2 Procédure de test d’isolement

Objectif : Détecter les défauts d’isolements de la partie DC


Quand : Commissioning
En exploitation suite à une baisse constatée d’isolement
Moyen : Mégohmmètre

Le test consiste en l’injection de tension continue sur le conducteur à tester par rapport à la terre.
Selon l’IEC 62446 §5.4.7.3 , la tension à injecter est la suivante :

Pour les fermes PV, il faut donc normalement une tension de test de 1000V.
Cependant, cette tension peut s’avérer trop grande pour certains modules. Pour éviter une
destruction, la tension de tension doit alors être adaptée, selon les indications du fabricant des
modules.

● L’injection doit se faire hors tension, donc :


● Soit la nuit,
● Soit en court-circuitant les polarités au moyen d’un interrupteur

● L’IEC 62446 propose 2 méthodes :

PV polarities PV polarities
- +

PV polarities - +

+ +

- - + Polarity short-
Megohmeter Megohmeter circuited
-
Megohmeter

Connection scheme for Connection scheme for Connection scheme for test method 2
test method 1 on negative test method 1 on positive
polarity polarity
Injection polarité / terre (en court-circuitant)
Injection polarité + / terre puis polarité - / terre (à faire de nuit) (à faire de nuit ou jour)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 240 /
279
Niveau
Procédure isolement
But Quand Test de nuit Test de jour
de test min.
requis

- Déconnecter les onduleurs ( contacteurs


- Connaître le niveau d’isolement
et switch DC ouverts)
global de l’installation DC (cables,
parafoudres et modules)
- Mise à la terre fonctionnelle DC ouverte
(pas de mise à la terre)
- Vérifier qu’il n’y a pas de défaut à la
Tout le Commis
terre
bloc sioning - Mesure de l’isolement entre polarité – et *
(1MW) terre (cf. schéma A point 1) –pendant
- Avoir une référence max de réglage
2min
pour les CPI (pour la référence
réelle, on utilisera la mesure min faite
- Mesure de l’isolement entre polarité + et
par le CPI dans les conditions les
terre (cf. schéma A point 2) –pendant
plus défavorables)
2min
- Interrupteur BJG ouvert - Interrupteur BJG ouvert
Quand
- Déconnecter le fusible côté Fuse Box - Déconnecter le fusible côté Fuse Box
- Connaître le niveau d’isolement du un
câble DC et des équipements défaut
- Mesure de l’isolement entre polarité – et - Mesure de l’isolement entre polarité – et
connectés est
Pour terre (cf. schéma B point 3) –pendant terre (cf. schéma B point 3) –pendant >1
détecté
cables DC 2min 2min Mohm*
- Vérifier qu’il n’y a pas de défaut à la sur le
terre. test
- Mesure de l’isolement entre polarité + et - Mesure de l’isolement entre polarité + et
“bloc
terre (cf. schéma B point 4) –pendant terre (cf. schéma B point 4) –pendant
1MW”
2min 2min

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 241 /
279
Niveau
Procédure isolement
But Quand Test de nuit Test de jour
de test min.
requis

- Interrupteur BJG ouvert


- Interrupteur BJG ouvert
Quand
- Mesure de l’isolement entre polarité – et
un - Installation du switch DC entre polarités
terre (cf. schéma C point 5) –pendant
- Connaître le niveau d’isolement en défaut + et - (cf schéma D ), et le fermer.
2min
Pour une amont d’une BJG est
>
BJG détecté - Mesure de l’isolement entre les polarités
- Mesure de l’isolement entre polarité + et 1Mohm*
(amont) - Vérifier qu’il n’y a pas de défaut à la sur le réunies et la terre (cf. schéma D point 7) –
terre (cf. schéma C point 6) –pendant
terre. test pendant 2min
2min
“bloc
1MW” Répéter le test pour chaque BJG.
Répéter le test pour chaque BJG.

* L’isolement est sujet à variations à cause des conditions climatiques ; en particulier il diminue sensiblement si l’humidité est importante ou durant la nuit.

La norme IEC 62446 §5.4.7.3 recommande de déconnecter les équipements qui peuvent influer sur la mesure, comme les parafoudres.
Cependant ces éléments font partie intégrante du système : les déconnecter ne permet pas de déceler leurs anomalies éventuelles.
Nous préconisons de les laisser en place, sauf si l’isolement est anormalement bas, lors d’un recherche du défaut d’isolement.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 242 /
279
-

PV

+ Array box - + Array box -


Switch Switch
closed closed

M/S box CB
MEGOHMETER - Open
+
1 + -
CB 2
Open
Switch
INVERTER closed INVERTER
Switch Switch
Switch Switch open open
open open

Titre : Guided’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 243 /
279 SCHEME A
-

PV

+ Array box - + Array box -


Switch Switch
open open

Fuses
disconnected 4 3

M/S box
MEGOHMETER -
+
+ -

INVERTER INVERTER

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 244 /
279 SCHEME B
-

PV

Array box 5 Array box


+ 6 - + -
Switch
Switch open
open MEGOHMETER

M/S box
-
+
+ -

Switch
INVERTER closed INVERTER

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 245 /
279 SCHEME C
Polarities short-
circuited by external
-
DC switch

PV

DC
Switch
+ - + Array box -
Switch
Switch 7
open
open MEGOHMETER

M/S box
-
+
+ -

Switch
INVERTER closed INVERTER

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 246 /
279 SCHEME D
18 ETUDES & PRESTATIONS PROPOSEES NECESSAIRES

Pour une installation photovoltaïque, les études à prévoir généralement sont les suivantes :

 Etude de courant de court-circuit


 Dimensionnement des matériels
 Etude harmonique
 Réglages des protections électriques
 Etude de foudre
 Etude de sûreté de fonctionnement
 Etude CEM
 Calcul du PR (notamment si engagement)
 Etude thermique dans les postes
 Evaluation de l’impact de la centrale sur le réseau (Grid Impact Study – GIS)
 …

18.1 Etude de courant de court circuit

Cette étude permet d’évaluer les niveaux de court-circuit pour des défauts à la terre et entre phases.
Les résultats de cette étude servent au dimensionnement des matériels et aux réglages des protections
électriques.
Les données minimum nécessaires à cette étude sont :
 puissance de court circuit amont minimum et maximum
 Régime de neutre HTA / HTB
 Caractéristiques des câbles HT (section, longueur, résistance linéique, réactance linéique)
 Caractéristiques des transformateurs HTB/HTA et HTA/BT (tensions primaire et secondaire,
pertes en ligne, impédance de court circuit)

18.2 Etude de dimensionnement des matériels

Cette étude permet de dimensionner les différents matériels utilisés dans une ferme solaire afin de garantir
leur tenue aux contraintes du réseau AC ou DC (tenue aux courants de court-circuit, tenue aux surtensions,
tenue thermique…).

18.3 Etude harmonique

Dans la mesure où des bancs de condensateurs doivent parfois être ajoutés dans une installation PV, afin
de répondre à la réglementation réseau (fourniture d’énergie réactive), que ces condensateurs sont
sensibles aux harmoniques (car leur surcharge est limitée), lesquels sont générés en particulier par les
nombreux onduleurs de l’installation… il peut être nécessaire de vérifier que les bancs de condensateurs
n’ont pas besoin de selfs anti-harmoniques en série pour limiter les résonances et ou les déplacer sur des
rangs d’harmoniques non gênants.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 247 /
279
18.4 Réglage des protections électriques

Cette étude permet de régler correctement les différentes protections électriques du réseau (poste de
livraison, poste de transformation…) afin de protéger les différents équipements qui composent l’installation
et d’assurer une coordination optimum.
Les données nécessaires à cette étude sont :
 puissance de court circuit amont minimum et maximum
 Régime de neutre HTA / HTB
 Caractéristiques des câbles HT (section, longueur, résistance linéique, réactance linéique)
 Caractéristiques des transformateurs HTB/HTA et HTA/BT (tensions primaire et secondaire,
pertes en ligne, impédance de court circuit)
 Réglages des protections terre et phase amont
 Type de la protection de découplage
 Type de relais de protection au poste de livraison et au poste de transformation

18.5 Etude de foudre

Un certain nombre de « bonnes pratiques » sont préconisées pour protéger, dans une certaine mesure,
l’installation contre les effets de la foudre .
Cela ne suffit pas toujours, et certains clients demandent une analyse du risque foudre (ARF) selon la NF
EN 62305-2 (ou IEC 62305-2), suite à une obligation légale. Cette analyse consiste à évaluer les risques de
pertes humaines et à préconiser des solutions pour les diminuer.
Par ailleurs, elle permet :
 de fournir une évaluation des pertes R2 de disponibilité de l’installation, suite à la foudre, ce qui
permet de dimensionner le stock de pièces de rechange, et peut être ré-exploité par l’étude de
fonctionnement.
 de prendre en compte la présence de pylônes
 de regarder de près les boucles de câblage sur les stands

18.6 Etude de sûreté de fonctionnement

Cette étude permet d’évaluer l’indisponibilité moyenne de l’installation, c’est à dire le manque à gagner dû à
l’énergie non distribuée du fait de pannes ou de dysfonctionnements de l’installation.

Elle permet de mesurer le risque pris en cas d’engagement de performance sur ce critère.

18.7 Etude CEM

Les bonnes pratiques CEM préconisées dans le guide permettent de garantir le bon comportement CEM de
l’installation PV. Si certaines préconisations ne peuvent être mises en œuvre, d’autres solutions devront
alors être étudiées.

Certains clients s’interrogent sur les niveaux d’émission de nos installations et sur le risque de perturber
l’environnement proche. Dans ce cas de figure, des mesures CEM peuvent être réalisées.
L’objectif est de démontrer, avant et après la mise en service de l’installation, que le spectre
électromagnétique du site et en bord de terrain n’a pas été dégradé.

18.8 Evaluation de l’impact de la centrale sur le réseau (Grid Impact Study – GIS)

Voir annexe 20.5.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 248 /
279
19 COMPLEMENTS SUR LES EQUIPEMENTS DC

19.1 Vision globale Offre Schneider Electric

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 249 /
279
19.2 BJG (Array Box)

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 250 /
279
Schneider Electric a développé ses propres BJGs qui intègrent les fonctions suivantes :
 protections par fusibles,
 sectionneurs
 parafoudres,
 interrupteur/sectionneur,
 module de surveillance
et de communication.

Photo d’une boîte de jonction

Interrupteur /
sectionneur

Fusible
sectionnable

parafoudre

19.3 Interrupteur/sectionneur

Ces interrupteurs/sectionneurs sont à positionner en sortie des BJG et de l’onduleur.


Les principales caractéristiques sont :
 Type d’interrupteur/sectionneur ........................................... bipolaire
 Fonctionnalité spécifié pour courant continu
 Tension assignée ≥ Vco max
 Courant assigné ≥ In ou Ir de la protection de la liaison concernée

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 251 /
279
19.4 Parafoudres

Les parafoudres destinés aux applications photovoltaïques répondent :


o à la norme produit UTE C 61740-51
o à la norme installation UTE C 61740-52

La technologie des parafoudres à utiliser est sans éclateur. La technologie à éclateur est à prohiber
absolument dans le système DC : le parafoudre ne s’arrêterait plus de conduire lors d’un amorçage.

Les caractéristiques principales des parafoudres sont :

 Type de parafoudre Type 2


 Tension de fonctionnement maximum continue
(MCOV : Maximum Continuous OverVoltage) .................. UCPV ≥ Uoc max
 Courant de décharge nominal (Nominal discharge current) In ≥ 5kA
 Niveau de protection Up ≤ 0,8.Uw
 (Uw est la tension de tenue aux chocs des matériels à protéger)

Produit Schneider Electric utilisé : iPRD-DC40r xxxxPV


Caractéristiques principales:
 Imax: 40KA
 In: 15kA
 Ucpv: 600V DC, 1000V DC
 Up= 1,6kV ou 3,9kV
 Iscpv = 30A
 3 bornes : L+, L-, PE
 Report d’information de fin de vie
 Déconnecteur thermique intégré (pour fin de vie)

Remarques :
 Le iPRD-DC40r 1000PV, dont Up=3,9kV, peut donc protéger (Cf § 12.8.3.3.2.3.2.2) :
o Un matériel ayant Uw ≥ 4,875kV, si ce matériel est situé à moins de 10m.
o Un matériel ayant Uw ≥ 7,8kV, si ce matériel est situé à plus de 10m (mais pas au-delà de 30m).

 La caractéristique Iscpv correspond au courant de court-circuit max pouvant être supporté par le
parafoudre. Pourquoi 30A, ce qui paraît faible vis-à-vis du courant délivré par la ferme PV ?
Le parafoudre a une structure en Y : en cas de défaillance d’un des 3 parafoudres du Y, il y en a
toujours un autre en série pour limiter le courant.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 252 /
279
19.5 PV Box

19.5.1 Présentation

PV Box PV Box PV Box PV Box PV Box PV Box


Type de PV Box RT RT RT RT RT RT RT
540kVA 630kVA 680kVA 1080kVA 1260kVA 1360kVA
Valeurs en entrée (CC)
Puissance nominale de la PV
1×540kW 1×630kW 1×680kW 2×540kW 2×630kW 2×680kW
Box à FP =1
Tension max en circuit ouvert 1 000 V
Courant CC max 1×1280 A 2×1280 A
Courant de court-circuit max
1x1600 A 2x1600 A
en conditions STC
Courant de court-circuit max 1×2000 A 2×2000 A
Nombre d’entrées CC
1×(6 ou 10) 2×(6 ou 10)
équipées de fusibles
Valeurs de sortie (CA)
Puissance nominale CA 540 kVA 630 kVA 680 kVA 1080 kVA 1260 kVA 1360 kVA
Tension nominale MT Jusqu’à 36 kV
Fréquence 50 Hz / 60 Hz
Plage de facteur de
0,80 capacitif à 0,80 inductif
puissance (cosφ)
Onduleurs
Type 1×XC540 1×XC630 1×XC680 2×XC540 2×XC630 2×XC680
Tension nominale de sortie 300 V 350 V 380 V 300 V 350 V 380 V
Alimentation des auxiliaires
Tension 400 Vca 3 phases + neutre (Neutre à la Terre)
Fréquence 50 Hz / 60 Hz
Transformateur Auxiliaire
10 kVA
(Optionnel)

Exemples de PV Box :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 253 /
279
19.5.1 Onduleurs Xantrex

19.5.1.1 Ancienne Gamme GTx

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 254 /
279
19.5.1.2 Nouvelle gamme Conext Core XC

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 255 /
279
19.5.2 Transformateur MT/ BT

Description :

 Transformateur de distribution à huile minérale constitué de 3 enroulements triphasés, conforme IEC


 Enroulements en aluminium (ou cuivre pour certaines versions)
 Courant d’appel limité (< 10 In)
 Transformateur étanche à couvercle boulonné immergé dans l’huile
 Couleur : RAL 7033
 Type de refroidissement ONAN
 Huile minérale neuve conforme à l’IEC 60296 – Spécifique aux températures élevées
 Installation en extérieur
 Conforme à l’IEC 60076-1 à 10
 Ecran électrostatique entre les enroulements primaire et secondaires

Caractéristiques électriques en version standard:


(Autres caractéristiques possibles sur demande)

Puissance primaire assignée (kVA) 540 630 680 1080 1260 1360
Tension assignée au primaire EN
(1) 20-22-23-33
CHARGE (kV)
Fréquence (Hz) 50

Tension assignée au secondaire (V) 300V 350V 380V 300V-300V 350V-350V 380V-380V
±3,5% and ±3,5% and ±3,5% and ±3,5% and ±3,5% and ±3,5% and
Prises de réglage hors charge (%)
±7% ±7% ±7% ±7% ±7% ±7%
Puissance assignée au secondaire
540 630 680 540/540 630/630 680/680
(kVA)
Groupe vectoriel Dy11 Dy11 Dy11 Dy11y11 Dy11y11 Dy11y11

Pertes à vide max (W) C0 C0 C0 C0 C0 C0

Pertes en charge max (W) Bk Bk Bk Bk Bk Bk

Impédance de court circuit (%) 6 6 6 6 6 6

Puissance acoustique LWA dB(A) 59 60 61 63 64 64


Elévation de température de l’huile
60/65 60/65 60/65 60/65 60/65 60/65
dans les enroulements (K)
(1): Tension contractuelle au point de livraison

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 256 /
279
19.5.3 Armoire CC (DC Box - Recombiner Box)

La DC Box permet la protection et la mise en parallèle des câbles provenant des Array Boxes et leur
raccordement à l’onduleur. La DC Box est disponible en 6 ou 10 voies qui peuvent être monitorées en
option.
La protection des câbles est assurée pour chaque polarité par des fusibles gPV, jusqu’à 1000Vcc, avec un
large choix de courants assignés (160 A à 400A).
La DC Box est fournie avec les porte-fusibles, mais sans les fusibles.

 DC Box 6 voies : max 400A par fusible


 DC Box 10 voies : max 250A par fusible

Exemple de DC box 10 voies (gauche) et 6 voies (droite) monitorées :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 257 /
279
19.6 Fusibles

19.6.1 Norme

o Les fusibles sont spécifiques à l’application photovoltaïque : système DC, tension spécifique…
Ils sont appelés « gPV » par la norme IEC 60269-6 pour les distinguer des fusibles standard.

Cette norme donne en particulier les caractéristiques suivantes :

Des fusibles gG ne conviennent pas à l’application, et peuvent même s’avérer dangereux (car ils ne
permettent pas de couper les faibles courants).

19.6.2 Choix

o Les fusibles sont généralement intégrés aux BJG ou à la DC combiner box.


o Les caractéristiques principales pour le choix des fusibles sont :
 Type de fusibles DC, application PV
 Tension Uo > Voc max
 Courant nominal In voir § 8.7

19.6.3 Fabricants / caractéristiques

o Les constructeurs habituels de fusibles pour nos applications PV sont :


 Mersen (ex Ferraz) : voir caractéristiques en annexe (§ 20.4).
 Siba,

Mais aussi : ETI

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 258 /
279
19.7 Disjoncteurs

19.7.1 Normes applicables

Les disjoncteurs répondent aux normes suivantes, qui donnent les caractéristiques de déclenchement
auxquelles ils doivent répondre :

o IEC 60898-1 § 2 : Disjoncteurs pour installations domestiques et analogues


Pour la partie 2 :

Temps conventionnel : 1h pour In ≤ 63A


2h pour In > 63A
Courant conventionnel de non-déclenchement = 1,13 .In
Courant conventionnel de déclenchement = 1,45 .In

Cette norme s’applique aux petites installations domestiques, non aux fermes solaires.

o IEC 60947-2 : Disjoncteurs pour installations industrielles

C’est la norme de référence pour les disjoncteurs sur fermes PV.

Temps conventionnel : 1h pour In ≤ 63A


2h pour In > 63A
Courant conventionnel de non-déclenchement = 1,05 .In
Courant conventionnel de déclenchement = 1,3 .In

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 259 /
279
19.7.2 Produits Schneider Electric

Des disjoncteurs Schneider Electric existent déjà pour les installations domestiques.
Mais, pour les fermes PV, les disjoncteurs sont en cours de développement.
Ils doivent entre autres :
o Supporter une tension d’au moins 1000V DC
o Comporter une courbe thermique et éventuellement une courbe magnétique.

Il n’existe pas à l’heure actuelle de norme IEC disjoncteur PV, ce qui manque pour adapter les produits au
mieux.

19.8 Câbles

L’UTE C 15-712-1 (§ 14.2.1) impose :

Attention, pour les grosses sections de câbles, la classe 2 n’est généralement pas garantie au delà de
500Vac. Il est alors nécessaire pour être en conformité avec les normes d’installer les câbles dans un
fourreau isolant, les 2 polarités pouvant être installées dans le même fourreau.

Remarque :
La classe II répond à l’obligation de protection des personnes ; c’est donc une obligation pour les câbles
accessibles (donc pas enterrés).

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 260 /
279
19.9 Protection contre les défauts d’isolement (CPI)

Ce CPI est connecté côté DC et contrôle les polarités positive et négative. Dans le cas où l’onduleur ne
comporte pas de transformateur, le CPI supervise également la partie AC jusqu’au transformateur élévateur
externe.
 La gamme de produits Schneider Electric Vigilohm est bien adaptée à l’application PV :

Le nouveau modèle IM400C (C= « coated ») est particulièrement adapté aux installations PV :
- Il dispose d’un mode d’injection spécial Photovoltaic (signal d’injection à 0,0625Hz) qui permet de ne
pas être perturbé par les fortes valeurs de capacités de fuite à la terre.
- Le seuil minimum d’alarme de l’IM400C est 0,1kOhm, ce qui permet d’ajuster les réglages pour
alarmer seulement en cas de défaut d’isolement réél.
- Les cartes électroniques sont vernies, afin de mieux supporter les fortes variations de températures
et d’humidité qui ont lieu dans un champ PV.

 Les premiers onduleurs Xantrex incorporaient un CPI IRDH275 de marque Bender (avec platine de
couplage AGH150W-4) : seuil de détection min : 1kΩ.
Bender a commercialisé depuis un CPI mieux adapté à l’application PV, dont le seuil descend à
200Ω, pour une capacité de fuite totale jusqu’à 2000μF: A-ISOMETER iso-PV, avec la platine de
couplage AGH-PV.


Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 261 /
279
20 ANNEXES

20.1 Explication de l’effet Hot Spot dû à un ombrage

L’installation comporte :
 deux chaînes (chaînes) composées de six modules photovoltaïques (cf. schéma ci-dessous),
 chaque module est composé de 36 cellules,
 l’ombrage porte sur un module d’une seule chaîne,
 nous supposons la tension constante (maintenue par la chaine sans défaut) et égale à 105 V.

CHAÎNE
105 V

17.5 V

Module
PV

Schéma de principe de strings

Cellule
ombrée

Module PV composé de 36 cellules en série.

1 cellule est ombrée, les 35 autres sont en


fonctionnement normal

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 262 /
279
(A)
4

-20 -10 0 10 20
Cellule PV ombrée

0 Résultante pour le module PV (V)


Caractéristique d’un module PV soumis à ombrage
35 autres cellules du module

(A)

0
-20 -10 0 10 20
Cellule PV avec ombrage
Caractéristique d’un panneau PV soumis à ombrage
Résultante pour le module
ombré
Autres modules PV composant
la chaine

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 263 /
279
Nous pouvons procéder par itération pour démontrer l’effet néfaste de l’ombrage sur le panneau :


er
1 pas :

On suppose que la chaîne en défaut fournisse un courant de 2 A.


La tension résultante aux bornes du panneau en défaut est de 0V (courbe pointillée rouge croisant avec la
bleue).
La tension résultante aux bornes des autres modules PV est de Umod(2A) = 20V (courbe en rouge croisant
avec la courbe en noire).

La tension aux bornes de la chaine est donc de Uchaîne(2A) = 5 x 20 = 100V

Cette tension est inférieure à la tension imposée par l’autre chaîne (105 V).
Par conséquent le courant doit être inférieur à 2 A.


ième
2 pas :

On suppose que la chaîne en défaut fournisse un courant de 1.5 A.


La tension résultante aux bornes du panneau en défaut est de 5V (courbe en pointillé verte croisant avec la
bleue).
La tension résultante aux bornes des autres panneaux est de Umod(1.5A) = 21V (courbe en vert croisant
avec la courbe noire).

La tension aux bornes de la chaine est donc de Uchaîne(1.5A) = 5 x 21 + 5 = 110 V

Cette tension est supérieure à la tension imposée par l’autre chaîne (105 V).
Par conséquent le courant doit être supérieur à 1.5 A.

En conclusion, le courant fourni par la chaîne en défaut est compris entre 1.5 et 2A.

Pour un courant de 1.75A (courbe en pointillée rose), la cellule du module PV ombré fonctionne au point de
fonctionnement suivant :
Vcell = -18 V
Icell = 1.75 A

La puissance à dissiper est donc de 31.5 W !!!

Cette puissance provoque une hausse locale de la température pouvant atteindre des températures
supérieures à 100°C et provoquer ainsi la destruction du panneau solaire.

La solution pour pallier ce problème est l’installation de diodes montées en parallèle (appelées diodes by-
pass). Les diodes conduisent lorsque le module PV est soumis à une tension inverse. Ainsi, l’ombrage ne
provoque pas d’effet hot spot.

Les constructeurs de panneaux solaires incorporent de manière systématique les diodes ‘’by-pass’’.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 264 /
279
20.2 Mise à la terre en fonction des modules PV et des onduleurs

GT30 GT100 GT250/ GT500


N° Fournisseur Modèle type Encapsulage Technologie

TR INTERIEUR TR INTERIEUR Avec TR EXTERIEUR

. - à la . + à la . - à la . + à la . - à la . + à la
Flottant Flottant Flottant
terre terre terre terre terre terre
Recomma Recomma
Feuille de métal ndé Possible ndé
EVALON Silicium comme substrat ou Recomma Possible à à Possible à Possible à
1 AET Laminé ndé
Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
SOLAR Amorphe dans la structure du
panneau r

Recomma Recomma Possible Recomma


Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
2 BIOSOL 180 P6+ Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
3 Solarday Module PX60 Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
4 YINGLI YL220 Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Recomma Recomma Possible Recomma
Si Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
5 MSK TFC210 Si monocristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
monocristallin cadre alu
r

Recomma Recomma Recomma


Module verre Cdte
6 FS FS275 Film fin Interdit ndé (KIT Interdit Interdit ndé (KIT Interdit Interdit ndé (KIT Interdit
bi-face (Caduim/Tellium) MALT?) MALT?) MALT?)
Recomma Recomma Possible Recomma
Si Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
7 GSM-200 Si monocristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
monocristallin cadre alu
r
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
8 PHTOWATT PW1400 Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 265 /
279
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
9 CSHUCO S130-SP Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Feuille de métal Possible
SOLAR Silicium comme substrat ou Recomma Recomma Possible à à Recomma Possible à Possible à
10 SI 544 T2 Laminé ndé
Possible Possible
ndé confirmer confirme ndé confirmer confirmer
integrated Amorphe dans la structure du
panneau r
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
11 Suntech STP260 Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
12 TENESOL TE2000 Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Recomma Recomma Possible Recomma
Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
13 TRINA TSM21x Si poly cristallin Si poly cristallin Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
cadre alu
r
Feuille de métal Recomma Recomma Possible Recomma
Silicium comme substrat ou ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
14 UNISOLAR PVL 68 / 136 Laminé Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
Amorphe dans la structure du
panneau r

Si amorphe Recomma Recomma Recomma


Module avec
15 SCHOTT Famille ASI Si amorphe (configuration Interdit ndé (KIT Interdit Interdit ndé (KIT Interdit Interdit ndé (KIT Interdit
verre MALT?) MALT?) MALT?)
superstrat)

Si amorphe Recomma Recomma Possible Recomma


Module avec ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
16 Si amorphe (configuration Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
verre
substrat) r
Recomma Recomma Possible Recomma
CIS (cuivre indium ndé ndé Possible à à ndé Possible à Possible à
17 Possible Possible
confirmer confirme confirmer confirmer
sélénium)
r
Recomm Recomm
Recommand
andé andé
Si monocristallin (A- é (KIT
18 Interdit Interdit (KIT Interdit Interdit (KIT Interdit Interdit
MALT?) à
300) MALT?) MALT?)
vérifier
à vérifier à vérifier

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 266 /
279
20.3 Formulaire prise de terre :

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 267 /
279
20.4 Courbes fusibles DC :

MERSEN 1200V CA120 gPV 50A-80A: MERSEN 1200V CA120 gPV 100A-250A:

MERSEN 1200V CA120 gPV 315A: MERSEN 1200V CA120 gPV 400A:

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 268 /
279
D’après
Mersen,
I2=1,45.In

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 269 /
279
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 270 /
279
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 271 /
279
Siba URM PV-Fuse DC 1000 V:

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 272 /
279
20.5 Grid impact study - GIS

20.5.1 Introduction

The connection of new power generation plants to distribution or transmission networks requires some specific
conditions. These conditions - mainly listed in the local grid codes - are then translated into design studies that
must be performed and provided to the concerned Utility by the future producer.
Those conditions are aimed at limiting the negative impacts of the new producers on the electrical grid. For
example, the new producer can be asked to participate to the grid voltage regulation or to the grid frequency
stability.

For several years - with the emergence of environmental aspects – the number of PV plants to be connected
to the grid tends to increase all over the world. Due to the intermittent production aspect and specific active
power dynamic capacity of PV plants, new concerns appear related to the grid connection of these types of
producers.
 Are the expectation in terms of connection conditions similar to other generators, such as thermal,
gas turbines or cogeneration power plants ?
 Are the necessary studies and calculations to perform similar to other power plants ?
 What are the grid impacts of such a type of PV power plants?

20.5.2 Technical overview

Some of the answers can be found by studying the technical differences between photovoltaic (PV) plants
and other types of power plants.
The traditional generators are “governed by the electrical and mechanics laws”. As a result this type of
system has a response time of the order of the second, which provides a certain stability to the whole
system: the rotating mass provides an energy reserve which can be suddenly and massively supplied to the
grid in case of short-circuit on the grid side (the short circuit current can reach several times the rated current
for those “traditional” generators).
On the opposite, the PV technology is governed by power electronics laws and by the control of this power
electronic (software control). For this type of system, the time constant is lower (about few milliseconds for
the thyristor/IGBT controlling and switching), which means that the stability of this type of system mainly
depends on the type of control that is used. Moreover, the energy available from PV panels can be totally
and instantaneously supplied to the network.
As a consequence, in case of a short circuit, the current will be approximately equal to the rated current.
Therefore the impact on the grid will be different than in case of conventional power generation.
Therefore the difference of technologies makes a more standardized behavior (from a product to another
one) for the PV technology whereas the behavior of the conventional generators is less unpredictable from a
generator to another one. This leads to different approaches in the grid impact studies to be performed for
PV farm projects.
The Utility/Regulation bodies generally require that a preliminary grid impact study must be performed at the
tendering and basic design stage of a PV farm project, in order to check the feasibility of such a project.
In the execution stage, the detailed grid impact studies are then to be performed.
At Tendering stage, indeed, there is in general not enough available data and characteristics to perform detailed
study. Thus, missing data are estimated by the parties. Hence, results of the preliminary analysis are in general
within a range and need to be confirmed during detailed design (accuracy will depend on the available data). This
preliminary analysis allows pointing out any issues which may occur with the future power station connection.
A second step is the detailed analysis. Therefore, accurate data is necessary to get accurate results (to be carried
out in project execution phase).

The following paragraphs detail the studies to be performed (and the necessary input data) for the PV plant
connection in order to:
 Check the compatibility between the PV plant and the grid code requirements;
 Quantify the negative impacts on the grid due to the intermittence of PV production;

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 273 /
279
20.5.3 Description of the content of a grid impact study

20.5.3.1 Introduction

Majority of constraints to comply with in order to connect power generation plant on distribution or transmission
networks are listed in the local grid code (if any). As a result, the study at the tender stage starts by analyzing the
applicable grid code and all relative documents to the connection to the grid.
Several countries have a specific grid code dedicated to PV plant connexion.
Even if there are differences from a grid code to another one, the expression of needs in terms of connection
conditions are rather similar. These conditions can be grouped in two different aspects:
 Communication aspects
 Electrical aspects

20.5.3.2 Communication aspects

Grid operators need to acquire data from the new power plant in order to have a clear view of the power plant
connected to the network. Hence, the grid code generally defines the media and protocols to be used, as well as
the data to be exchanged (ex: circuit breaker status, active/reactive power measurements, voltage levels, etc).

20.5.3.3 Electrical aspects

These aspects generally regard the following items:


 HV (or MV) neutral earthing system definition,
 Short-circuit currents (min and max)
 Protection plan,
 Protection settings,
 Harmonic analysis,
 Flicker analysis,
 Static behaviour,
 Dynamic behaviour.

Each of these aspects is described in sections below.

20.5.3.4 Overall grid study to which power plant is connected (optional)

The impact of the new production plant on the whole existing grid can be either performed by the Utilities or by
Schneider Electric upon request. This task needs to modelize the existing Grid with all existing power stations and
substations and the new power plant. Hence, several types of analysis are performed:
 Load flow and voltage plan analysis in order to check that there is no equipment overloaded and the
voltage plan is correct under different configurations and load levels,
 Contingency study (n-1) to check that the grid system still operates even in degraded mode
 Voltage plan,
 Network stability to check the grid behaviour under events such as decoupling, loss of a power station,
electrical fault.
This type of study as straightforward as the grid impact studies described in §3.3.3 is rather long, around 6 months
to one year to be completed. It depends on the complexity of the grid network. Indeed, it is necessary to modelize
the transmission network with all power stations, by taking into account the connection to other countries if any.

Even if this kind of study is of interest for the Utility, it is not part of the Grid Impact Study.

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 274 /
279
20.5.3.5 Grid Electrical impact study

Electrical General Unexpected events and grid impacts Deliverables & outcomes
aspect
HV (or MV) The neutral earthing system of a grid is a major concern The modification of the neutral earthing  Specify the neutral earthing system
neutral because it may have consequences for the protection of system changes the value of the earth method (directly earthed, isolated)
earthing goods and people. The connection of a new power plant will fault current and the current flow in the according to the Utility’s principles if
system require reviewing this aspect. Indeed, a new power station system. These changes if not studied any
analysis connected to the Grid is generally earthed on the HV side. properly may lead to unexpected tripping  Specify the neutral earthing system
Thus, the earth fault current value and the fault current path of the protection system as well as equipment such as reactor, earthing
are modified. issues on the protection of goods and switch
people.  Specify the remote control system of
The consequences might be as follow: the earthing system according to the
 Power outage (decrease the grid Utilitie’s requirement
availability)
 Equipment destruction
 Injury or death of people
Short-circuit The connection of a new power plant will increase the short  It can lead to equipment Short circuit analysis report including :
currents (min circuit current values. They are carried out to evaluate the damages if the short circuit  description of the modeling single line
and max) magnitude of the minimum and maximum short-circuit currents current exceeds the equipment diagram,
in the worst operating cases. withstand  table of the calculation results for max
The studies concern the three-phase, line-to-line and line(s)-  Power outage in case of tripping and min short-circuit current
to-earth faults for all high, medium and low voltage levels,  duration of short-circuit current
taking into account the contribution from the sources and MV permitted in the cables or overhead
rotating machines. lines
The maximum short-circuit current allows the size of  verification of the equipment
equipment to be checked. The minimum short circuit current is withstand such as HV switchboard,
used to determine the protection settings. cables and circuit breakers
 recommendations

Protection A new power plant will - might modify considerably the fault The connection of a new power station to  Specify the protection plan of the new
plan current value and path in the grid system (earth fault or phase the existing grid may increase power station up to the grid
to phase fault). The short circuit current contributions will considerably the short circuit current connection point
depend of the power station types. In general, conventional value and its short circuit current flow.  Check the grid protection plan to the
power stations (gas-turbines, steam turbines…) have a high The consequences can be a malfunction new network topology and make
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 275 /
279
level of contributions to the grid ; renewable power stations of the protection system leading to : recommendations if some issues are
with embedded power electronics have a low short circuit  No detection of the fault leading found.
contribution. In any case, a particular attention shall be paid on to damage equipments and
this topic. injure people,
 Unwanted circuit breaker
tripping, hence a loss of network
availability,
Bad protection coordination causes
selectivity issue and therefore a loss of
network availability.
Protection Once the protection plan is defined, the protection functions  Bad protection of the system The following results will be presented in
settings have to be set in order to protect goods and people against leading to equipment damages, detailed study:
electrical fault, but in limiting any impact on the network. In even injured people,  The description of the modeling
other words, the objective is to define the protection settings in  Loss of network availability, network
order to achieve the best protection coordination and the  Loss of network stability leading  Detailed calculation & Selectivity
minimum fault clearing time, at each level of the grid. to a black out graphs
 Study report with analysis of the
results
 Protection relays settings table,
 Conclusions
Harmonic A power station mainly the renewable power stations integrate  Decrease of the grid power The detailed study report includes:
analysis power electronics devices ( presence of non-linear loads quality,  The summary of the data and
(EFV, rectifier ...)). Those equipment generate harmonic  Increase losses on the grid assumption taken into account
currents which flows through the network. Thus, it may lead to system, hence, the efficiency  The description of the different
degrade the voltage quality of the network if the presence of (loss of money) configurations
the harmonic current is too high.  Overheat transformers or cables.  The description of network and
Moreover, this current may resonate with the grid system and components models
increase their nuisance capacity. This is why utilities limit the  The graphs of harmonic spectrum &
presence of harmonic to a certain amount. IEC or IEEE impedances
standard gives some limit for each harmonic rank not to  The improvement proposals to meet
exceed. the required performances,
Accordingly, the electrical equipment is suitable for operation  Specification of harmonic filters if any
on a power supply system having the disturbance limits as
specified in this standard.

Flicker Voltage fluctuations are a series of voltage changes or cyclical  Decrease of the grid power Firstly, it is necessary to make a flicker
analysis or random variations in the voltage envelope which are quality, evaluation of the power plant. For that, IEC
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 276 /
279
characterized by the frequency of variation and the magnitude.  Light flickering 61400-21 standard develops a method for
Voltage variations are mainly due to rapidly varying industrial determining the flicker risk.
loads such as welding machines, arc furnaces or for wind Preliminary data: the power quality
turbines due to aerodynamic phenomena (tower shadow) and measurement report of the power plant
random variation (due to wind gusting and wind speed equipment, according to the above mentioned
variability). standard, is necessary. Two evaluations have
Fluctuations in the frequency range between 0.5 and 35 Hz to be performed:
contribute to the light flickering effect, referred to as “flicker”.  One for continuous operation,
 One for switching operation.
The analysis gives recommendations to avoid
flicker risk.
Static In steady state, the grid faces to different network topologies  Decrease the power quality  Define the reactive power capability
behaviour and load levels. However, from consumer’s point of view, the (voltage might be outside the of the power station following level of
voltage shall remain within a dedicated voltage variation normal voltage variation range) – power station supply and grid voltage
range. When a new power station is connected to the grid, potential penalties and check with the grid requirements,
first, it shall not disturb the grid especially if the power station  Overload equipments such as  Specify the additional reactive power
has great power variability such as the renewable power overhead line, transformers, equipment to fulfil grid requirements
stations. But it has to participate to the stability and to the  Circuit breaker tripping leading to (such as shunt reactors, shunt
normal operation of the network in steady state mode. loss of network availability capacitors or static var compensator)
To ensure this support, the power station shall have a reactive  Specify the range and taps of the
power capability, in other terms, the power station shall have transformer On Load Tap Changer
the capability to withstand the network voltage variation and to
absorb or supply a certain amount of reactive power. Indeed,
the voltage level of a network is managed by the flow of
reactive power through it. For instance, a reactive power which
is supplied by the power station will increase locally the
voltage; at the opposite, if the power station absorbs the
reactive power, the voltage tends to decrease.
Therefore, the power station shall have the capability to supply
and absorb reactive power to modify the voltage depending on
the network topology and load levels.
Dynamic The grid network may face to some disturbances such as a  Decrease the power quality  Verifications of the dynamic
behaviour short circuit current, voltage sags, load or source variation, (frequency variation, voltage behaviour of the power station under
change of the network topology… Those events will lead the sags) events. The events are usually:
network to go from a steady state to a transient state. The  Disturb the grid leading to - Voltage sags,
power station shall help the grid to support the network during unwanted trips - Upstream short circuit fault,
those transient phases. The power station can help the  Grid system black- out - Internal short circuit fault,
Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT
Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 277 /
279
network in two points: - Network load variation,
 Support on frequency - Change of a voltage regulation.
 Support on voltage  Dynamic analysis report
Moreover, the dynamic behaviour of the new power station
shall not disturb the grid during an event occurring upstream
the power station. For instance, when there is a change in
topology or an upstream short circuit fault. The power station
shall recover its stability.

20.5.3.6 Data and characteristics for detailed Grid Impact Studie

Neutral earthing Protection Short circuit Protection Static Dynamic


Data Harmonic Flicker
System plan current settings Analysis Analyis
GRID
Single line diagram X X X X X X
Grid code requirements X X X X X X
Utility’s doctrine and requirements if any X X X X
Earthing system X X X X X
Present protection plan and settings X X
Frequency X X X X X X X
Grid rated voltage in kV – Ugrid X X X X X X X
Grid Voltage variation range in % X X X X X
3phase short circuit power – min & max X X X X X X
1 phase short circuit power – min& max X X X X
X/R ratio X X
Grid direct reactances in ohms – X1grid X X X
Grid direct resistances in ohms – R1grid X X X
Grid zero sequence reactances in ohms – X0grid X X
Grid zero sequence resistances in ohms – R1grid X X
Grid negative sequence reactances in ohms – X2grid X X
Grid negative sequence resistances in ohms – R2grid X X
Grid voltage harmonic spectrum X

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 278 /
279
Neutral earthing Protection Short circuit Protection Static Dynamic
Data Harmonic Flicker
System plan current settings Analysis Analyis
MAIN STEP-UP TRANSFORMERS
Main step-up transformer rated power in MVA – Stfo X X X X X X X
Transformer primary voltage in kV – U1 X X X X X X
Transformer secondary voltage in kV – U2 X X X X X X
Transformer short circuit reactance in % - Utfo_sc X X X X X X
Transformer zero sequence short circuit reactance in % - U0tfo_sc X X X X X
Transformer vector diagram X X X X
On load tap changer – range in % X X X X
On load tap changer – number of taps X X X X
POWER STATION
Generators rated power in MVA X X X X X
Generators voltage in kV - Ugen X X X X X X
Generators voltage variation range in% X X X X
Generator PQ diagram X X X
Generator reactances – longitudinal and quadrature axis - subtransient,
transient and steady state X X X X
Generator time constants – short circuit or open circuit – subtransient,
transient or steady state X X X
Voltage regulation system – Mathematical model and parameters X
Frequency governor system – Mathematical model and parameters X
Wind turbine (or REN) power quality measurement report X
Harmonic spectrum of generators X
INTERNALS
All data relative to internals of the power station (cables, auxiliaries,
transformers…) X X X X X

Titre : Guide d’application pour les centrales PV avec raccordement en HT


Code : TAI00749F0 ind: E0 Numéro de projet : Page 279 /
279

Vous aimerez peut-être aussi