Vous êtes sur la page 1sur 23

Faculté Polydisciplinaire de Ouarzazate

Département de Mathématiques-Informatique-Gestion

Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP

Réalisé par :
I. Boutaayamou & A. Hadri
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 1

Préface

Ce recueil s’adresse aux étudiants de première année SMP. L’origine de ce recueil


sont des travaux dirigés donnés pour SMP pour l’année universitaire 2019/2020. Il
contient plusieurs exercices de niveaux variés avec corrigés bien détaillés. Les exer-
cices proposés ont été choisis minutieusement dont la plupart comme des applications
directes du cours. Des rappels de cours sont aussi proposés dans les solutions pour
faciliter la compréhension de la correction.

N.B. : Les exercices de la première série de TD sont déjà fait lors des séances de TD. Chaque
semaine nous tiendrons à compléter ce fasicule par les autres séries d’exercices corrigés et d’autres
laissés à titre facultatif.
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 2

Table des matières


1 Séries numériques 3

2 Suites de fonctions : Convergence simple et uniforme 4

3 Les séries de fonctions 9

4 Les séries entières 16

5 Intégrales et calcul des primitives 21


Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 3

1 Séries numériques

Exercice 1.
1. Donner la suite des sommes partielles de un = n
2. Expliquer pourquoi on a n2 = 1 + 3 + ... + (2n − 1).
n
X
3. Déduire l’expression de 2k.
k=1

Exercice 2. Calculer la suite des sommes partielles associée aux termes généraux suivants :
1 1 1 2 1 3n + 5n
un = , vn = , wn = √ −√ +√ , tn = et sn = sin(n).
n(n + 1) n(n + 1)(n + 2) n−1 n n+1 7n
Déduire pour chaque terme la nature de sa série associée.

Exercice 3. Etudier la nature des séries numériques dont les termes généraux sont définis comme
suit :
 1  1  1  n!
An = arctan 2 Cn = √ ln 1 + √ Fn = n
n + 3n + 3 n n n
 2   1  2n
Bn = ln 1 + Dn = n sin Gn =
n(n + 1) n n!
π
En = e−an pour a ∈ R Hn = 1 − cos( )
n

Exercice 4. Etudier la nature des séries Σun avec :


1 1
1. un = 2 ; un = 2/3 .
n ln(n) n ln(n)2

(−1)n n 1 n2 + 1 − n (−1)n + n
2. un = ; un = (−1) arctan( ); un = ; un = .
n n (−1)n n2 + 1
sin(n) cos(n)
3. un = ; un = √ .
n n

Exercice 5. Soient (an ) suite à termes positifs décroissante vers zéro, un = (−1)n an et (Sn ) la
suite des sommes partielles associée à Σun .
1. Déterminer la monotonie des sous suites (S2n ) et (S2n+1 ).
2. Montrer que ∀n ∈ N : S2n+1 ≤ S2n . Puis calculer la lim (S2n+1 − S2n ).
n→+∞
3. Déduire la nature de la série Σun .

Exercice 6. Rappeler et Démontrer le critère d’Abel.


Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 4

2 Suites de fonctions : Convergence simple et uniforme

Exercice 1. Etudier la convergence simple et la convergence uniforme sur I des suites de fonctions
(fn ) suivantes :
1.
n
I = R+ ; fn (x) = e−x
2.
1 + x2n+1
I = [0, 1]; fn (x) =
1 + x2n
3.
I = [−1, 1]; fn (x) = cos(nx)
4.
n
I = R; fn (x) =
n2 x2 +n
5.
I = [0, 1]; fn (x) = nxn (1 − x)

Correction

1. — Si x ∈ [0, 1[ fixé, on sait que xn tend vers zéro, alors lim fn (x) = 1.
n→+∞
— Si x = 1, lim fn (x) = e−1 .
n→+∞
— Si x > 1 fixé, lim fn (x) = 0.
n→+∞
Donc la suite de fonction (fn )n converge simplement vers la fonction f définie par

 1 si x ∈ [0, 1[
f (x) = e−1 si x = 1
0 si x > 1.

Pour la convergence uniforme elle n’est pas assurée car les fonctions fn sont continues et la
limite simple est discontinue.
2. — Si x ∈] − 1, 1] fixé, on sait que x2n et x2n+1 tendent vers zéro, alors lim fn (x) = 1.
n→+∞
2n 2n+1
— Si x = −1, on a x = 1 et x = −1, alors lim fn (x) = 0.
n→+∞
Donc la suite de fonction (fn )n converge simplement vers la fonction f définie par

1 si x ∈] − 1, 1]
f (x) =
0 si x = −1.

Pour la convergence uniforme elle n’est pas assurée car les fonctions fn sont continues et la
limite simple est discontinue.
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 5

3. Pour x = 0, on a lim fn (x) = 1, cependant pour les autres valeurs dans ]0, 1], cos(nx)
n→+∞
n’admet pas de limite quand n vers +∞. Alors (fn )n ne converge pas simplement.
1
4. — Si x ∈ R∗ fixé, alors lim fn (x) = lim 2 = 0.
n→+∞ n→+∞ x n
n
— Si x = 0, on a lim fn (x) = lim = 1.
n→+∞ n→+∞ n
Donc la suite de fonction (fn )n converge simplement vers la fonction f définie par

1 si x = 0
f (x) =
0 si x ∈ R∗ .

Pour la convergence uniforme elle n’est pas assurée car les fonctions fn sont continues et la
limite simple est discontinue.
5. Il est clair que fn (x) = nxn (1 − x) converge simplement vers la fonction nulle sur [0, 1].
Etudions maintenant la convergence uniforme :
Soit dn (x) = |fn (x) − f (x)| = nxn (1 − x), dn est dérivable et sa dérivée est donnée par :
n
d0n (x) = nxn−1 (n−x(n+1)). La fonction dn est donc croissante sur [0, ] et décroissante
n+1
n n n n+1
sur [ , 1], donc son maximum est Mn = dn ( ) = ( ) . Or lim Mn =
n +n+1
1 n+1 n+1 n→+∞
− n −1
lim e = e 6= 0, d’où la non convergence uniforme de fn vers f ≡ 0.
n→+∞

Exercice 2. Soit la suite de fonctions définie par

I = R+ ; fn (x) = nα xe−nx ; α ≥ 0

1. Trouver la limite simple de (fn ).


2. Pour quelles valeurs de α a-t-on convergence uniforme ?
3. Pour quelles valeurs de α a-t-on
Z 1 Z 1
lim fn (x)dx = lim fn (x)dx?
n→+∞ 0 0 n→+∞

4. Conclure ?

Correction

1. Si x = 0, on a fn (x) = 0 pour tout n donc fn converge vers 0. Si ]0, 1], lim nα xe−nx = 0.
n→+∞
Alors fn converge simplement vers la fonction nulle f ≡ 0 sur [0, 1] et pour tout α positif.
2. On a sur [0, 1] : dn (x) = |fn (x) − f (x)| = nα xe−nx , dn est dérivable et sa dérivée est donnée
1
par : d0n (x) = nα e−nx (1 − nx). La fonction dn est donc croissante sur [0, ] et décroissante
n
1 1 α−1 −1
sur [ , 1], donc son maximum est Mn = dn ( ) = n e . Il est claire que Mn tend vers
n n
0 si, et seulement si, α < 1. Ainsi il y a convergence uniforme de fn vers f ≡ 0 si, et
seulement si, α < 1.
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 6

Z 1 Z 1 Z 1
3. On a lim fn (x)dx = 0dx = 0, de plus fn (x)dx = nα−2 − nα−1 e−n − nα−2 e−n
0 n→+∞ 0 0
qui tends vers 0 lorsque α < 2.
4. Conclusion : la convergence uniforme est assurée pour α < 1 mais pour permuter la limite
avec intégrale on aura à supposer α < 2.

Exercice 3. Pour n ∈ N∗ , on note fn la fonction définie sur I = [0, 1] par :



 n2 x(1 − nx) si 0 ≤ x ≤ 1

fn (x) = n
1
 0
 si ≤ x ≤ 1
n
1. Montrer que (fn )n converge simplement sur I vers une fonction f à déterminer.
2. Montrer que la convergence de (fn )n vers f n’est pas uniforme sur I.

Correction
1
1. Lorsque on fixe x ∈ [0, ] et tendre n vers l’infini alors x est forcément nulle, dans ce cas
n
1
fn (x) tend vers 0. Sinon si x fixé dans [ , 1] on montre facilement que fn (x) tend aussi vers
n
0. Donc fn converge simplement vers f ≡ 0.
1
2. On a sur [0, ] : dn (x) = |fn (x) − f (x)| = n2 x(1 − nx), dn est dérivable et sa dérivée
n
1
est donnée par : d0n (x) = n2 (1 − 2nx). La fonction dn est donc croissante sur [0, ] et
2n
1 1 1 n
décroissante sur [ , ], donc son maximum est Mn = dn ( ) = qui tend vers l’infini.
2n n 2n 4
Donc fn ne converge pas uniformément vers sa limite simple.

Exercice 4.
Pour x ∈ R, on pose fn (x) = 1 + x + · · · + xn−1 .
1. Étudier la convergence simple de la suite de fonctions (fn ). On note f (x) la limite de la
suite (fn (x)) lorsque cette limite existe.
2. On pose, pour x ∈] − 1, 1[, ϕn (x) = f (x) − fn (x). Vérifier que
xn
ϕn (x) = .
1−x
Quelle est la limite de ϕn en 1− ? En déduire que la convergence n’est pas uniforme sur
] − 1, 1[.
3. Soit a ∈]0, 1[. Démontrer que (fn ) converge uniformément vers f sur [−a, a].

Correction
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 7

1. Étudions la convergence simple de la suite de fonctions (fn ). On a pour x 6= 1, fn (x) =


1 − xn 1
. Donc la suite réelle (fn (x)) converge vers le réel f (x) = si x ∈]−1, 1[. Elle est
1−x 1−x
divergente dans les autres cas. La suite (fn ) converge donc simplement vers f sur ] − 1, 1[.
2. En vertu du calcul de fn réalisé, on a :
1 1 − xn xn
ϕn (x) = f (x) − fn (x) = − =
1−x 1−x 1−x
qui tend vers +∞ si x tend vers 1− . D’où sup |fn (x) − f (x)| = +∞ et la convergence
x∈]−1,1[
n’est pas uniforme sur ] − 1, 1[.
3. Soit a ∈]0, 1[. On va majorer |ϕn (x)| pour x ∈ [−a, a]. On pourrait le faire en étudiant les
variations de ϕn mais sa majoration par un terme qui tendra par la suite vers zéro suffit.
En effet, on peut remarquer que si x ∈ [−a, a], on a |xn | ≤ an et |1 − x| ≥ 1 − a donc :
an
∀x ∈ [−a, a], |ϕn (x)| ≤ ,
1−a
et le membre de droite tend vers 0. On en déduit finalement que (fn ) converge uniformément
vers f sur [−a, a].

Exercice 5.
On pose, pour n ≥ 1 et x ∈]0, 1], fn (x) = nxn ln(x) et fn (0) = 0.
1. Démontrer que (fn ) converge simplement sur [0, 1] vers une fonction f que l’on précisera.
On note ensuite g = f − fn .
2. Étudier les variations de g.
3. En déduire que la convergence de (fn ) vers f n’est pas uniforme sur [0, 1].
4. Soit a ∈ [0, 1[. En remarquant qu’il existe n0 ∈ N tel que e−1/n ≥ a pour tout n ≥ n0 ,
démontrer que la suite (fn ) converge uniformément vers f sur [0, a].

Correction

1. Montrons que (fn ) converge simplement sur [0, 1] vers la fonction nulle f ≡ 0.
— Si x = 0 ou x = 1, (fn (x)) est la suite constante égale à 0.
— Si x ∈]0, 1[, alors (fn (x)) tend vers 0 par comparaison d’une suite polynomiale et d’une
suite géométrique de raison dans ]0, 1[.
Alors (fn ) converge simplement sur [0, 1] vers la fonction nulle f ≡ 0.
1
2. On a pour tout x ∈]0, 1], g 0 (x) = −nxn−1 (n ln(x) + 1). La dérivée s’annule en e− n et la
1 1
fonction g est croissante sur ]0, e− n [ puis décroissante sur ]e− n , 1[.
3. En déduit de la question précédente que :
1
sup |f (x) − fn (x)| = |g(e− n )| = e−1 .
x∈[0,1]

La convergence de (fn ) vers f n’est donc pas uniforme sur [0, 1].
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 8

1
4. Soit a ∈ [0, 1[. La suite (e− n ) tend vers 1 lorsque n tend vers l’infini. Il existe alors N0 ∈ N
tel que e−1/n ≥ a pour tout n ≥ N0 . Ainsi, pour n ≥ N0 la fonction g est croissante sur
[0, a], donc pour tout x ∈ [0, a] et tout n ≥ N0 , on a

|f (x) − fn (x)| ≤ |g(a)| = nan | ln(a)|.

ce qui démontre que la suite (fn ) converge uniformément vers f sur [0, a].

Les exercices suivant sont facultatifs

1 − xn
Exercice 6. Sur l’intervalle [0, 1], on définie la suite de fonctions fn (x) = , n ∈ N.
1 + x2n
1. Les fonctions sont-elle continues ?
2. Montrer que (fn )n converge simplement.
3. Est ce que la convergence est uniforme sur I ? sinon donner un intervalle J sur lequel on
aura la convergence uniforme.

Exercice 7. On considère la suite de fonctions fn de R dans R définies par :


( 1
x2 sin( ) si x 6= 0
fn (x) = nx
0 si x = 0

1. Etudier la convergence simple de (fn )n sur R.


2. Etudier la convergence uniforme de (fn )n sur un intervalle [a, b] de R.
3. Etudier la convergence uniforme de (fn )n sur R.

Exercice 8. Soit I = [0, 1], et fn (x) = n2 xn (1 − x).


1. Déterminer la limite simple f de la suite de fonction (fn )n .
Z
2. Calculer f (x)dx.
ZI
3. Caculer fn (x)dx.
I
4. Déduire si la convergence est uniforme ou non !
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 9

3 Les séries de fonctions

Résumé : Lorsque nous voulons vérifier la convergence ou la divergence des séries de fonctions,
des questions importantes sont à poser :
— Existe-t-il une valeur particulière de x qui donne en cause la divergence de la série ?
— Peut-on prouver la discontinuité de la limite simple en un point ?
— Peut-on majorer la série de fonction avec un terme général dont sa série numérique associée
converge ?

x
Exercice 1. Pour x ≥ 0, on pose fn (x) = .
n2 + x2
+∞
X
1. Montrer que la série fn converge simplement sur R+ .
n=1
+∞
X
2. Montrer que la série fn converge uniformément sur tout intervalle [0, A], avec A > 0.
n=1
2n
X n 1
3. Vérifier que, pour tout n ∈ N, ≥ .
k=n+1
n2 +k 2 5
X
4. En déduire que la série fn ne converge pas uniformément sur R+ .
n≥1

Correction

1. Il est très facile de prouver la convergence simple sur R+ . Pour x = 0, on a en effet fn (0) = 0,
x
qui est bien le terme général d’une série convergente. Pour x > 0, on a fn (x) ∼n→+∞ 2 ,
n
qui est aussi le terme général d’une série convergente.
2. On va prouver la convergence normale. On a en effet, pour tout x ∈ [0, A],

A
|fn (x)| ≤ ,
n2
terme général d’une série convergente.
n 1
3. Il suffit d’écrire que, pour n + 1 ≤ k ≤ 2n, on a n2 + k 2 ≤ 5n2 , et donc ≥ . On
n2 +k 2 5n
obtient finalement
2n
X n 1 1
≥n× = .
k=n+1
n2 +k 2 5n 5
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 10

4. Il est plus difficile de prouver la non-convergence uniforme. On peut procéder de la façon


suivante. Supposons que la convergence est uniforme. Alors, pour tout ε > 0, il existe un
entier N tel que, pour tout n ≥ N , et tout x ∈ R+ , on ait

+∞
X
fk (x) ≤ ε.



k=n+1

Mais alors, d’après l’inégalité triangulaire, pour tout n ≥ N , on a


2n +∞ +∞
+∞ +∞
X X X X X
f (x) = f (x) − f (x) ≤ f (x) + f (x) ≤ 2ε.

k k k k k

k=n+1 k=n+1 k=2n+1 k=n+1 k=2n+1

En particulier, pour n = N et x = N , on a la double inégalité


2N
1 X
≤ fk (N ) ≤ 2ε.

5 k=N +1

Bien sûr, si on a choisi 2ε < 1/5, c’est impossible.

Exercice 2. Pour x ∈ I = [0, 1], a ∈ R et n ≥ 1, on pose fn (x) = na xn (1 − x).


1. Étudier la convergence simple sur I de la série de terme général fn . On notera dans la suite
S la somme de la série.
2. Étudier la convergence normale sur I de la série de terme général fn .
3. On suppose dans cette question que a = 0. Calculer S sur [0, 1[. En déduire que la conver-
gence n’est pas uniforme sur [0, 1].
4. On suppose a > 0. Démontrer que la convergence n’est pas uniforme sur I.

Correction

1. Pour x ∈]0, 1[, fn (x) > 0 et


fn+1 (x)
→ x ∈]0, 1[.
fn (x)
Par le critère de d’Alembert, la série de terme général fn (x) est convergente. Si x = 1, alors
fn (x) = 0 et la convergence est triviale. De plus, on a clairement S(1) = 0. La convergence
dans le cas x = 0 est elle aussi triviale.
X
2. Pour étudier la convergence normale, on doit étudier la série kfn k∞ . Pour calculer
n
kfn k∞ , on dérive fn :

fn0 (x) = na+1 xn−1 (1 − x) − na xn = na xn−1 (n(1 − x) − x) .


Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 11

n
Ainsi, fn0 s’annule en 0 et en xn = qui sont tous les deux des points de [0, 1]. Puisque
n+1
fn (0) = fn (1) = 0, on trouve que

kfn k∞ = |fn (xn )|


 n  
a n n
= n 1−
n+1 n+1
n
na
 
n
= .
n+1 n+1

Or, en passant par l’exponentielle et le logarithme, on prouve facilement que


 n
n
→ e−1 .
n+1

On en déduit que
kfn k∞ ∼+∞ e−1 na−1 .
Ainsi, il y a convergence normale si et seulement si a > 0.
3. Si a = 0 et x ∈ [0, 1[, on peut encore écrire
X X
S(x) = xn − xn+1 = x.
n≥1 n≥1

Ainsi, S(x) = x si x ∈ [0, 1[ et S(1) = 0. La convergence ne peut pas être uniforme sur
[0, 1]. En effet, si cela était le cas, alors puisque chaque terme x 7→ fn (x) est continue sur
[0, 1], ce serait également le cas de la somme, ce qui n’est pas le cas ici.
4. Nous allons utiliser la question précédente, en remarquant que, pour x ∈ [0, 1[, a > 0 et
n ≥ 1,
na xn (1 − x) ≥ xn (1 − x)
ce qui implique S(x) ≥ x si x ∈ [0, 1[. Une nouvelle fois, ceci interdit la convergence
uniforme puisque l’inégalité précédente implique que S n’est pas continue en 1.


Exercice 3. Pour n ≥ 1 et x ∈ R, on pose un (x) = nx2 e−x n .
X
1. Démontrer que la série un converge simplement sur R+ .
n
2. Démontrer que la convergence n’est pas normale sur R+ .
3. Démontrer que la convergence est normale sur tout intervalle [a, +∞[ avec a > 0.
4. La convergence est-elle uniforme sur R+ ?

Correction

1. Soit x ≥ 0 fixé. Alors n2 un (x) =
X x2 e−x n+3 ln n tend vers 0. Par comparaison à une série de
Riemann convergente, la série un (x) est convergente.
n
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 12

2. On va calculer sup |un (x)|. On remarque d’abord que un est une fonction positive. De plus,
x∈R
elle est dérivable et sa dérivée vaut
√ √ √ √
u0n (x) = n(2x − x2 n)e−x n = nx(2 − x n)e−x n .

On√en déduit que un est croissante sur l’intervalle [0, 2/ n] et décroissante sur l’intervalle
[2/ n, +∞[. On a donc √
kun k∞ = un (2/ n) = 4e−2 .
C’est le terme général d’une série (grossièrement) divergente, et donc la convergence n’est
pas normale sur R+ .
4 √
3. Pour n ≥ 2 , on a a ≥ 2/ n et donc la fonction un est décroissante sur [a, +∞[. On en
a
déduit que, pour tout x ≥ a, on a
|un (x)| ≤ un (a).
Le membre de droite est le terme général d’une série numérique
X (il ne dépend plus de x)
convergente : ceci prouve la convergence normale de la série un sur [a, +∞[. Remarquons
n
que le fait que l’inégalité ne soit vraie qu’à partir d’un certain rang (qui est indépendant
de x ∈ [a, +∞[) ne change rien à la convergence normale.
4. Notons Rn le reste d’ordre n de la série. Puisque uk ≥ 0 pour tout k, on a
+∞
X
Rn (x) = uk (x) ≥ un+1 (x).
k=n+1

D’après le résultat de la question 2.,


kRn k∞ ≥ kun+1 k∞ = 4e−2 .
Ceci ne tend pas vers 0 et donc la convergence n’est pas uniforme sur R+ .

 
n x
Exercice 4. Soit un (x) = (−1) ln 1 + défini pour x ≥ 0 et n ≥ 1.
n(1 + x)
X
1. Montrer que la série un converge simplement sur R+ .
n≥1
X
2. Montrer que la série un converge uniformément sur R+ .
n≥1
3. La convergence est-elle normale sur R+ ?
Correction
1. On va appliquer le critère des séries alternées. Il est clair que |un (x)| tend vers 0, reste à
voir que, pour x ≥ 0, on a |un+1 (x)| ≤ |un (x)[. Mais,
x x
≤ ,
(n + 1)(1 + x) n(1 + x)
et on conclut par croissance de la fonction logarithme.
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 13

2. Le critère des séries alternées nous donne même une majoration du reste de la série. On a
en effet
X x 1
|Rn (x)| = uk (x) ≤ |un+1 (x)| ≤ ≤


k≥n+1
(n + 1)(1 + x) n+1

où on a utilisé que ln(1 + t) ≤ t pour t > −1. On a majoré le reste pour tout x ∈ R+ par
une quantité qui ne dépend plus de x et qui tend vers 0 lorsque n tend vers +∞. C’est bien
que la série converge uniformément sur R+ .
3. On n’a même pas convergence absolue de la série à x > 0 fixé. Par exemple,
 
1 1
|un (1)| = ln 1 + ∼+∞ .
2n 2n
X X
La série |un (1)| diverge. A fortiori, il en est de même de la série kun k∞ .
n n

+∞
X (−1)n
Exercice 5. On considère la série de fonctions S(x) = .
n=1
x+n
1. Prouver que S est définie sur I =] − 1, +∞[.
2. Prouver que S est continue sur I.
3. Prouver que S est dérivable sur I, calculer sa dérivée et en déduire que S est croissante sur
I.
4. Quelle est la limite de S en −1 ? en +∞ ?

Correction
 
1
1. Il est clair que la suite , pour x > −1 fixé, est positive, décroissante et tend vers
x+n n
0. Par application du critère des séries alternées, la série est convergente pour tout x > −1.
(−1)n
2. Posons un (x) = . Nous avons vérifié à la question précédente que, pour x > −1 fixé,
X x+n
la série un (x) vérifie le critère des séries alternées. Par conséquent, on sait que son reste
n
Rn (x) vérifie
1
|Rn (x)| ≤ |un+1 (x)| ≤ .
x+n+1
Puisque x > −1, on a en particulier
1
|Rn (x)| ≤ .
n

X0 (indépendamment de x), de sorte qu’on a prouvé la convergence uniforme


Ceci tend vers
de la série un (x) sur I. Puisque chaque fonction un est continue, la fonction S est
n
continue sur I.
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 14

(−1)n+1
3. Chaque fonction un est dérivable sur I avec u0n (x) = . De même qu’à la question
(x + n)2
+∞
X
précédente, pour x > −1 fixé, la série u0n (x) est convergente car elle vérifie les conditions
n=1
+∞
X
du critère des séries alternées. De plus, si on note Tn (x) = u0k (x) son reste, on a
k=n+1
1 1
|Tn (x)| ≤ 2
≤ 2 , inégalité valable pour tout x > −1. On peut donc majorer
(x + n + 1) n
uniformément le reste par une quantité qui tend vers 0 : la série dérivée est uniformément
convergente. On en déduit que la fonction S est dérivable, et que sa dérivée est donnée par
X (−1)n+1
. De plus, on sait qu’on peut encadrer la somme d’une série alternée par deux
n≥1
(x + n)2
sommes partielles consécutives, par exemple ici
1 1 1
0≤ 2
− 2
≤ u0 (x) ≤ .
(x + 1) (x + 2) (x + 1)2
En particulier, la dérivée est positive et la fonction est croissante.
4. De même qu’à la question précédente, par le critère des séries alternées, on peut encadrer
S par deux sommes partielles consécutives :
−1 −1 1
≤ S(x) ≤ + .
x+1 x+1 x+2
Il suffit alors d’appliquer le théorème d’encadrement des limites pour prouver que

lim S(x) = −∞ et lim S(x) = 0.


x→−1 x→+∞

+∞
X (−1)n
Exercice 6. Pour x > 0, on pose S(x) = .
n=0
1 + nx
1. Justifier que S est définie et continue sur ]0, +∞[.
2. Déterminer la limite de S en +∞.
3. Etablir que S est de classe C 1 sur ]0, +∞[ et déterminer S 0 .

Correction

1. La série définissant S converge d’après le critère des séries alternées. De plus, notant Rn (x)
le reste de la série, le critère des séries alternées donne également
1
|Rn (x)| ≤ .
1 + (n + 1)x
Fixons maintenant a > 0. Alors, pour tout x ≥ a,
1 1
|Rn (x)| ≤ ≤ .
1 + (n + 1)x 1 + (n + 1)a
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 15

 
1
Ainsi, la suite (|Rn (x)|) est majorée pour x ∈ [a, ∞[ par la suite , qui ne
1 + (n + 1)a
dépend pas de x, et qui tend vers 0. Ceci prouve la convergence uniforme de la série sur
l’intervalle [a, ∞[. Comme chaque fonction est continue sur [a, +∞[, il en est de même de
S. Puisque a > 0 est arbitraire, S est continue sur ]0, +∞[.
2. Puisque la convergence est uniforme sur l’intervalle [1, +∞[, on peut appliquer le théorème
d’interversion limite/séries et on a
X X
lim un (x) = lim un (x) = 1.
x→+∞ x→+∞
n≥0 n≥0

On pouvait également appliquer le critère des séries alternées, et encadrer la somme par les
deux premières sommes partielles. On a donc, pour tout x > 0,
1
1− ≤ S(x) ≤ 1.
1+x
Il suffit alors d’appliquer le théorème des gendarmes.
3. La fonction S converge simplement sur ]0, +∞[. Chaque fonction un est de classe C 1 sur
ce même intervalle, avec
0 (−1)n+1 n
un (x) = .
(1 + nx)2
X
On fixe a > 0 et on va démontrer la convergence uniforme de la série u0n (x) sur [a, +∞[
n≥0
en appliquant le critère des séries alternées. Soit x ≥ a. On a après réduction au même
dénominateur et simplification

n(n + 1)x2 − 1
|u0n (x)| − |u0n+1 (x)| = .
(1 + nx)2 (1 + (n + 1)x)2

Soit n0 ∈ N tel que, pour n ≥ n0 , on ait

n(n + 1)a2 − 1 ≥ 0.

Alors n(n + 1)x2 − 1 ≥ 0 et donc la série de terme général u0n (x)Xconverge d’après le critère
des séries alternées. De plus, si on note Tn le reste de la série u0n , alors on a
n

n n
|Tn (x)| ≤ 2
≤ .
1 + (n + 1)x) (1 + (n + 1)a)2

On conclut à la convergence uniforme comme à la première question. Donc, par les théo-
rèmes généraux, S est de classe C 1 sur X [a, +∞[. Comme a > 0 est arbitraire, S est C 1 sur
R∗+ . Sa dérivée est donnée par S 0 (x) = u0n (x).
n≥0
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 16

4 Les séries entières

Exercice 1.
1. Donner un exemple de série entière de rayon de convergence 2.
X
2. Est-il possible de trouver des suites (an ) et (bn ) telles que an = o(bn ) et pourtant an z n
X n
et bn z n ont le même rayon de convergence ?
n
X X
3. Quel est le lien entre le rayon de convergence des séries entières an z n et (−1)n an z n ?
n≥0 n≥0

Correction
X zn
1. La série entière convient.
n≥1
2n
1
2. Si an = et bn = 1, les deux séries ont même rayon de convergence (vérifier qu’il est
n+1
égal à 1), et pourtant an = o(bn ).
3. C’est le même ! on a |an ρn | = |(−1)n an ρn | pour tout ρ ≥ 0, et donc, par définition du rayon
de convergence, les deux séries ont même rayon de convergence.

Exercice 2. Déterminer le rayon de convergence des séries entières suivantes :


X 1 X n! X n!
1. √ xn 2. xn 3. p xn
n≥1
n n
(2n)! n≥1
22n (2n)!
X X √nx2n X
4. (ln n)xn 5. n+1
6. (2 + ni)z n
n n
2 n
X (−1)n
7. zn
n
1 × 3 × · · · × (2n − 1)

Correction
1
1. Posons an = √ . Alors
n r
an+1 n
= →1
an n+1
et donc le rayon de convergence de cette série entière est égal à 1.
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 17

n!
2. Posons an = . Alors
(2n)!
an+1 n+1 1
= = → 0.
an (2n + 2)(2n + 1) 4n + 2
D’après la règle de d’Alembert, le rayon de convergence est +∞.
3. On applique la règle de d’Alembert en remarquant que
an+1 (n + 1) 1
= p → ,
an 4 (2n + 1)(2n + 2) 8

n!
où on a posé an = p . Le rayon de convergence de la série est donc égal à 8.
22n (2n)!
4. On sait que ((ln(n) × Rn ) est borné si et seulement |R| < 1. Ainsi, le rayon de convergence
vaut 1. Ceci peut se retrouver par la règle de d’Alembert, puisque
ln n + ln 1 + n1

ln(n + 1)
= → 1.
ln n ln n
5. Pour R > 0, on a √ n
nR2n √ R2

∼ +∞ n .
2n + 1 2
R2 √
Ceci est borné si et seulement si < 1. Le rayon de convergence est donc 2. On peut
2
là encore donner une preuve en utilisant la règle de d’Alembert.
6. On remarque que
(n − 2)|z|n ≤ |2 + ni||z n | ≤ (2 + n)|z|n .
Ainsi, la série converge pour |z| < 1 et diverge pour |z| > 1. Son rayon de convergence est
donc 1.
(−1)n
7. Notons un = z n , on applique la règle de d’Alembert pour étudier la
1 × 3 × · · · × (2n − 1)
convergence absolue de cette série. On a :
un+1 |z|
= → 0.
un 2n + 1
La série entière est donc convergente pour toute valeur de z. Son rayon de convergence est
donc +∞.

Exercice 3. Développer en série entière au voisinage de 0 les fonctions suivantes. On précisera


le rayon de convergence de la série entière obtenue.
1
1. ln(1 + 2x2 ) 2. avec a 6= 0
a −x x
e
3. ln(a + x) avec a > 0 4.
1−x
5. ln(1 + x − 2x2 ) 6.(4 + x2 )−3/2 .
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 18

Correction

1. Il suffit de remplacer t par 2x2 dans le développement en série entière de ln(1 + t). On a
donc
+∞
2
X (−1)n+1 2n x2n
ln(1 + 2x ) = .
n=1
n
1
La série converge si |2x2 | < 1. Son rayon de convergence est donc √ .
2
2. Il suffit de factoriser par a au dénominateur et d’utiliser le développement en série entière
1
de . Il vient
1−u
1 1 1
= × .
a−x a 1 − xa
Pour |x/a| < 1 ⇐⇒ |x| < |a|, on obtient
+∞ +∞
1 1 X xn X xn
= × = .
a−x a n=0 an n=0
a n+1

Le rayon de convergence de la série obtenue est |a|.


3. On factorise par a :

ln(x + a) = ln a(1 + x/a) = ln(a) + ln(1 + x/a).

Pour |x/a| < 1, soit |x| < a, on en déduit


+∞
X (−1)n+1 xn
ln(x + a) = ln(a) + .
n=1
nan

Le rayon de convergence de la série entière obtenue est a.


4. On réalise le produit de Cauchy des deux séries :
+∞ n +∞
x
X x 1 X
e = et = xn .
n=0
n! 1 − x n=0

La deuxième série ayant pour rayon de convergence 1, on en déduit que pour |x| < 1, on a
+∞ n
ex X X 1
= an xn avec an = .
1 − x n=0 k=0
k!

La série converge pour |x| < 1 (règle du produit de Cauchy), et comme an ≥ 1, le rayon
Xconvergence de la série obtenue est exactement égal à 1 puisque, pour |x| > 1, la série
de
an xn ne peut pas converger puisque son terme général ne tend pas vers zéro.
n
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 19

5. On a 1 + x − 2x2 = (1 − x)(1 + 2x) donc la fonction est définie sur I =] − 1/2, 1[, et sur cet
intervalle, elle s’écrit

ln(1 + x − 2x2 ) = ln(1 − x) + ln(1 + 2x).

En utilisant le développement en série entière de ln(1 + u), on obtient


+∞ n
X x
ln(1 − x) = −
n=1
n

(valable pour |x| < 1)


+∞
X (2x)n
ln(1 + 2x) = (−1)n−1
n=1
n
(valable pour |x| < 1/2). En effectuant la somme, on en déduit que
+∞
2
X (−1)n−1 2n − 1
ln(1 + x − 2x ) = xn .
n=1
n

La série obtenue est de rayon de convergence 1/2.


6. On factorise par 4 pour se ramener à (1 + t)α . On a donc
−3/2
x2

2 −3/2 1
(4 + x ) = 1+ .
8 4

La fonction u 7→ (1 + u)−3/2 est développable en série entière sur ] − 1, 1[ et


X 3.5.7. . . . .(2n + 1) n
∀u ∈] − 1, 1[, (1 + u)−3/2 = 1 + (−1)n u .
n≥1
2.4.6. . . . .2n

x2
Il en résulte que pour tout x tel que ∈] − 1, 1[, on a
4
−3/2
x2 2n

n 3.5.7. . . . .(2n + 1) x
X
1+ =1+ (−1) .
4 n≥1
2.4.6. . . . .2n 4n

La série entière obtenue a pour rayon de convergence ] − 2, 2[.

n
X 1 X
Exercice 4. Pour n ≥ 1, on pose Sn = et on s’intéresse à la série entière Sn xn . On
k=1
k n≥1
note R son rayon de convergence.
1. Démontrer que R = 1.
X
2. On pose, pour x ∈] − 1, 1[, F (x) = Sn xn . Démontrer que pour tout x ∈] − 1, 1[, on a
n≥1
X xn
(1 − x)F (x) = .
n≥1
n
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 20

3. En déduire la valeur de F (x) sur ] − 1, 1[.

Correction

1. Il est d’abord clair que, pour tout n ≥ 1, on a 1 ≤ Sn ≤ n. Donc, pour ρ > 0, on a

ρn ≤ Sn ρn ≤ nρn .

Ainsi, si ρ ∈]0, 1[, la suite (Sn ρn ) est bornée (on peut même dire qu’elle tend vers 0), et si
ρ > 1, la suite (Sn ρn ) tend vers +∞. On en déduit que le rayon de convergence de S vaut
1.
2. On développe et on fait un changement d’indices dans une des deux sommes :
+∞
X +∞
X
(1 − x)F (x) = S n xn − Sn xn+1
n=1 n=1
+∞
X
= x+ (Sn − Sn−1 ) xn
n=2
+∞
X xn
= x+
n=2
n
+∞
X xn
=
n=1
n
= − ln(1 − x).

3. Ayant reconnu le développement en série entière de − ln(1 − x), on en déduit que

ln(1 − x)
F (x) = − .
1−x
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 21

5 Intégrales et calcul des primitives

Les corrections de ses exercices seront postées le 10 Avril 2020. Nous vous invitons à les travailler
avant cette date. Bon courage ! et n’hésitez pas de nous contacter sur nos E-mails pour toutes
questions ou clarifications.

Exercice 1. Calculer les primitives des fonctions suivantes :


ex
1. f (x) = ; g(x) = Arcsinx ; h(x) = Arctanx.
1 + ex
ex sinh(ex ) √
2. f1 (x) = x2 e2x ; g2 (x) = 2 x ; h1 (x) = x2 − 1(Libre).
1 + cosh (e )

Correction

Exercice 2.
Z π Z π
4 4 π
1. (a) Montrer que ln(cos(x)) dx = ln(cos( − x)) dx.
0 0 4
Z π
4
(b) Déduire ln(1 + tan(x)) dx.
0
2. Calculer les intégrales suivantes :
Z π Z 1 Z 1/3
2 cos x
(a) dx ; x arctan x dx ; 3e−5x dx.
0 1 + sin x −1 0
Z π Z 2 Z 1
ln x 1
(b) ex cos(nx) dx ; dx ; √ dx.
0 1 x 0 2 − x2
Correction


4
Exercice
√ 3. Par le changement de variable u = x3 + 1, déterminer les primitives de x 7→
4 3
x +1
.
x
Correction

1 1
Exercice 4. Soient les fonctions f (t) = , g(t) = et h(t) =
(t + 2)(t2 + 2t + 5) t2 + 2t + 5
t
t2 + 2t + 5
Exercices corrigés d’Analyse 2 de SMP I. Boutaayamou & A. Hadri FP de Ouarzazate 22

1. Décomposer f en éléments simples.


2. Calculer les primitives de g et de h.
Z
3. En déduire f (t)dt.

Correction

Vous aimerez peut-être aussi