Vous êtes sur la page 1sur 15

1.

Conditions initiales et procédé polytropique

AFT Impulse doit connaître le volume initial de gaz. Ceci peut être déterminé de deux manières. Tout
d'abord, le volume initial réel peut être sais manuellement. Si l'accumulateur est passif, le volume
initial dépend de la pression initiale dans l'accumulateur. Ainsi, la pression initiale doit être connue
afin de spécifier le volume initial réel à cette pression. Pour ce faire, vous pouvez tout d’abord
exécuter le modèle en mode stable uniquement pour déterminer la pression.

Certains accumulateurs à gaz ont une conception active (avec compresseurs) qui maintient un
volume spécifié. Dans un tel cas, le volume initial est connu et indépendant de la pression de gaz, et
peut donc être entré directement à l'aide de Volume réel.

La deuxième méthode consiste à entrer le volume de gaz à une pression spécifiée par l'utilisateur.
Ceci est appelé volume à une pression spécifiée. Lorsque cette option est sélectionnée, l'utilisateur
doit spécifier un volume de gaz de référence et une pression de gaz de référence. Ce sera souvent le
volume de gaz à la pression atmosphérique. Lorsque le régime permanent est en marche, le volume
de gaz sera déterminé à partir de la pression en régime permanent, en supposant que le rapport du
volume de gaz est inversement proportionnel au rapport de la pression du gaz.

Le volume de gaz changera pendant le transitoire conformément à la loi thermodynamique décrite


dans la théorie de l'accumulateur de gaz de Waterhammer. La loi exige une constante polytropique
pour relier la pression au volume de gaz. Un processus isentropique devrait utiliser une constante
polytropique égale au rapport de chaleur spécifique du gaz (pour l'air, il est de 1,4). Un processus
isothermique doit utiliser une constante polytropique égale à 1. Généralement, le processus se situe
entre les deux et une constante polytropique moyenne peut être supposée (pour l'air, la moyenne
est de 1,2).

Le gaz dans l'accumulateur est supposé se comporter comme un gaz idéal.

2. Volume maximum et minimum

Si le gaz est limité à un volume maximum ou minimum, vous pouvez le saisir dans les champs
facultatifs. Si un maximum ou un minimum existe, AFT Impulse ne permettra pas au volume de gaz
de dépasser cette valeur. Si aucune donnée n'est entrée, le volume peut devenir aussi grand ou petit
que nécessaire.

3. Interface avec le système de tuyaux

L'accumulateur de gaz peut se connecter au système de tuyauterie de trois manières : il peut être
intégré au tuyau, il peut être séparé par un orifice ou il peut être raccordé par un tuyau court.

Ces options sont fournies dans les zones Réducteur de débit et Conduite de connecteur. Si aucune de
ces options n’est utilisée, l’accumulateur est supposé être directement fixé au tuyau, sans perte
hydraulique.

Si le limiteur de débit est utilisé, on suppose que l'accumulateur est séparé du système de
canalisation par un orifice, ce qui provoque une perte hydraulique lorsque le liquide entre et sort de
l'accumulateur. La perte est spécifiée en entrant dans une zone d'écoulement et un coefficient de
décharge. De plus, cette perte peut être différente pour les entrées et les sorties.
Enfin, l'accumulateur peut être raccordé par un tuyau court considéré comme court par rapport aux
autres tuyaux du système après leur section. Si le tuyau est court, on peut supposer qu'il réagit
instantanément avec l'accumulateur. Le tuyau court explique l'inertie et le frottement des liquides.
S'il existe un tuyau de raccordement qui ne peut pas être considéré comme court, il doit être
modélisé comme un tuyau AFT Impulse réel.

Le restricteur de flux et le tuyau de raccordement peuvent tous deux exister dans le même
accumulateur. C'est-à-dire qu'un limiteur de débit peut être modélisé au sommet d'un tuyau de
connecteur et l'effet des deux sera inclus.

4. Soupape de décharge modèle

L'onglet facultatif de la fenêtre Propriétés de l'accumulateur de gaz contient une option


supplémentaire permettant de modéliser une soupape de décharge sur l'accumulateur de gaz. Cette
option permet d'expulser les gaz de l'accumulateur afin d'éviter que les pressions dépassent la
pression de décharge spécifiée. La soupape de décharge d'un accumulateur de gaz est à sens unique
et le gaz ne circulera pas dans l'accumulateur. Une fois que tout le gaz a été expulsé ou que le
volume minimal est atteint dans l'accumulateur, il s'agira essentiellement d'une région
complètement stagnante liquide et n'aura plus le comportement dynamique du système. En d'autres
termes, une fois que tout le gaz est expulsé de l'accumulateur de gaz, il se comportera comme une
branche sans perte si l'accumulateur est en ligne ou comme une impasse si l'accumulateur est au
bout d'un tuyau.

5. Caractéristiques spéciales pour un écoulement stable

Comme mentionné précédemment, l'accumulateur de gaz agit comme une jonction de branche
pendant un écoulement stable. Cependant, l'utilisateur peut spécifier qu'il se comporte comme un
joint de pression. Pourquoi voudrait-on faire cela? Le cas le plus évident est celui où l'accumulateur
de gaz modélise un composant de type pressuriseur dans un système fermé. Un pressuriseur est
parfois appelé vase d'expansion ou accumulateur. L'objectif principal est de fournir un volume de
dilatation thermique lorsque la température du fluide de traitement change. Parfois, ces réservoirs
sont ouverts sur l'atmosphère, auquel cas un réservoir auxiliaire constituerait un meilleur choix qu'un
accumulateur de gaz. Lorsqu'un pressuriseur est modélisé comme un accumulateur de gaz, il n'y aura
généralement pas d'autres jonctions de type pression dans le système. En fait, le pressuriseur est le
composant qui contrôle la pression statique sur le système pendant les opérations en régime
permanent. Cependant, pendant les transitoires, la pression va changer. Il est donc nécessaire de
permettre à un accumulateur de gaz de fonctionner comme une jonction de pression pendant l’état
d’équilibre, puis comme un accumulateur de gaz normal pendant le transitoire. C'est la fonction de la
pression initiale pour un débit constant à l'état stable dans l'onglet En option. Lorsque l'accumulateur
est un pressuriseur en régime permanent, le débit net est nul. La pression entrée sera la pression
statique du système en régime permanent. Si l'accumulateur de gaz n'est pas conçu comme un
pressuriseur et que des données sont entrées dans le champ Pression initiale pour un débit constant
à l'état stable, AFT Impulse avertira l'utilisateur avant d'exécuter la simulation transitoire.
6. Condition spéciale

La condition spéciale pour l'accumulateur de gaz de l'onglet facultatif permet à l'utilisateur de


configurer Impulse pour ignorer l'accumulateur. Voir Conditions particulières pour plus
d'informations.

7. Représentation graphique des données de l'accumulateur de gaz

Vous pouvez suivre le volume de gaz, le débit volumétrique et le débit massique du liquide et la
pression dans l'accumulateur en sélectionnant ces options dans la section Sortie de jonction de la
fenêtre Contrôle des transitoires. Ces paramètres peuvent être représentés graphiquement ou
révisés dans la fenêtre Sortie.

A. Réservoir
Le type de jonction Réservoir vous permet de connecter jusqu'à vingt-cinq tuyaux. Un tuyau de
raccordement est requis.

La fenêtre Propriétés du réservoir suit le deuxième des deux formats de base de la fenêtre
Propriétés. Un tableau de l'onglet Coefficients de perte affiche les informations sur le tuyau de
connexion. Cette table peut accueillir jusqu'à vingt-cinq tuyaux. Une fois que vous avez ajouté un
cinquième tuyau de raccordement, une barre de défilement apparaît, vous permettant de consulter
et de saisir les facteurs de perte pour tous les tuyaux du tableau. Le tableau des tuyaux affiche le sens
positif du débit de référence de chaque tuyau de raccordement. Pour entrer les facteurs de perte,
sélectionnez la cellule dans le tableau et modifiez la valeur. Chaque canal peut utiliser un modèle de
perte ou une valeur personnalisée différent.

1. Modèle de réservoir

Il existe deux modèles de réservoir disponibles dans la jonction Réservoir, Infinite Reservoir et Finite
Open Tank.

Réservoir infini - Les réservoirs infinis font référence à un corps de fluide massif dont le niveau de
surface ne change pas sensiblement à la suite d'un afflux ou d'un écoulement de liquide au cours de
la simulation. Un exemple est un grand lac ou l'océan. Le modèle Infinite Reservoir est pratique pour
spécifier une pression fixe dans votre système. Ce modèle de réservoir applique une pression définie
à l'emplacement de la jonction dans le modèle. Lors de la résolution d'un système d'écoulement de
conduite, un réservoir Infinite force le système à répartir le flux de manière cohérente avec la
pression définie.

Réservoir ouvert fini - Les réservoirs finis (également appelés réservoirs finis) font référence à un
corps de fluide suffisamment petit pour que son niveau de surface change de manière significative
pendant la simulation, à la suite d'un afflux ou d'un écoulement de liquide. Un exemple est un
réservoir qui se vide à mesure que la simulation progresse. Les réservoirs ouverts finis sont ouverts à
l'atmosphère ou à une autre pression de surface fixe. Les réservoirs finis nécessitent une
spécification de la géométrie du réservoir. Généralement, le niveau de liquide et la pression de
surface sont définis initialement, puis calculés dans le temps en fonction de la géométrie du
réservoir.

Pour les deux modèles, l'élévation de la surface du liquide, la pression de la surface du liquide et la
profondeur / élévation du tuyau devront être définies par défaut.

Si le modèle de réservoir ouvert fini est choisi, des informations supplémentaires sur la surface en
coupe transversale, la hauteur du réservoir et l'altitude du fond du réservoir seront nécessaires. La
section peut être définie comme une zone constante s'il s'agit d'un cylindre standard ou peut être
modélisée comme variable. Si l'option de variable est choisie, une entrée supplémentaire de
géométrie de réservoir sera requise dans l'onglet Coefficients de profondeur et de perte de la
tuyauterie pour entrer le volume accumulé dans le réservoir par rapport à la hauteur de liquide.

2. Paramètres connus initialement

Pour l'option Finite Open Tank, les options deviennent actives pour spécifier si certains paramètres
sont définis par l'utilisateur pour l'état stable. Dans certains cas, le niveau ou la pression de liquide
initial peut ne pas être connu, et il est souhaitable de le faire sur la base d'un bilan massique dans le
système. Cette option peut être sélectionnée à l'aide des options de case à cocher fournies. Impulse
ne permettra qu'un seul de ces paramètres à rester inconnu à la fois.

3. Spécification de la connectivité de tuyau

Si un seul tuyau est connecté à la jonction, son altitude peut être directement spécifiée dans l'onglet
Modèle de réservoir. L'altitude peut être spécifiée soit en tant qu'altitude absolue, soit en tant que
profondeur sous la surface du liquide. Cela signifie qu'il existe deux manières de définir la même
élévation de conduite.

Si plusieurs tuyaux sont connectés, ils peuvent chacun avoir une élévation unique. Ceci est affiché
dans l'onglet Coefficient de profondeur et perte de tuyau. Dans ce tableau, toutes les élévations
doivent être spécifiées en tant que profondeur ou élévation. De plus, des pertes telles que des pertes
rentrantes peuvent être ajoutées aux raccords de tuyauterie de ce tableau. Des facteurs de perte
peuvent éventuellement être spécifiés pour le flux entrant et sortant du tuyau.

Conseil: étant donné que les modèles transitoires permettent au niveau de liquide de changer et que
l'utilisateur peut souhaiter exécuter différents scénarios avec des niveaux de liquide initiaux
différents, il est préférable de spécifier les connexions des tuyaux de réservoir en fonction de
l'altitude et non de la profondeur.

4. Tuyaux connectés au-dessus de la surface liquide

Une hauteur de tuyau peut être spécifiée plus élevée que celle de la surface du liquide. Les tuyaux
qui se vident dans le réservoir au-dessus de la surface du liquide sont supposés tomber librement à la
surface du liquide. AFT Impulse applique la condition limite appropriée au-dessus de la surface du
liquide.
Si le tuyau se trouve au-dessus de la surface du liquide, la seule condition appropriée est que le fluide
s'écoule du tuyau dans le réservoir. Le fluide ne peut pas s'écouler du réservoir dans la conduite, car
celle-ci se trouve au-dessus de la surface du liquide. Cependant, AFT Impulse supposera que le fluide
s'écoulant dans la conduite est identique à celui du réservoir, résolvez le système, puis avertit
l'utilisateur que le résultat est irréaliste.

5. Débordement / vidange du réservoir fini

Lorsqu'un niveau de liquide dans un réservoir fini atteint le sommet, on suppose que le liquide se
déverse sur le dessus. Par conséquent, la hauteur du liquide est maintenue au sommet du réservoir.
Notez que cela provoque une perte de masse du modèle système.

Lorsqu'un réservoir se vide au fond, il ne peut plus fournir de liquide aux tuyaux connectés. Le
comportement du système après la vidange d'un réservoir ne peut pas être modélisé avec précision
par AFT Impulse. Dans un système réel, et en l'absence d'une vanne d'arrêt du débit, un réservoir
drainé qui continue de s'écouler entraînerait le drainage des conduites connectées et une interface
gaz / liquide vers le bas des conduites. AFT Impulse suppose que tous les tuyaux sont remplis de
liquide et ne peut pas modéliser les tuyaux de drainage. Un avertissement sera affiché dans l'onglet
de sortie si cela se produit.

Comme il n'est pas souhaitable dans la plupart des applications que les tuyaux se vident, cette
limitation n'est pas un problème majeur. L'utilisateur peut, par exemple, utiliser une vanne dans le
tuyau qui se ferme lorsque le réservoir se vide. Cela utiliserait un événement transitoire.

6. Données transitoires

Dans l'onglet Données transitoires, l'altitude de la surface peut être modifiée avec le temps. Pour
plus d'informations sur les données transitoires, y compris les événements transitoires, voir Données
transitoires de jonction.

7. Représentation graphique des données de réservoir

Vous pouvez représenter graphiquement divers paramètres tels que la hauteur du liquide dans le
réservoir et le débit total en masse ou en volume en sélectionnant pour enregistrer la sortie
transitoire de ces jonctions dans l'onglet Sortie jonction de la fenêtre Contrôle transitoire. Cela peut
être représenté graphiquement ou examiné dans la fenêtre de sortie

B. Temps d'onde et de communication


La vitesse à laquelle une onde se propage dans un milieu est appelée vitesse d'onde. La vitesse
d'onde dépend de la vitesse acoustique du fluide lui-même, ainsi que des propriétés physiques du
tuyau et de la méthode de support.

La vitesse acoustique dans le fluide est liée au module d'élasticité en vrac (K) et à la densité (ρ) du
fluide.

a=√ K / ρ
Cette vitesse d'onde correspond à la vitesse de propagation dans un fluide où aucun mécanisme ne
gêne le mouvement des vagues - par exemple, dans un corps de fluide non borné ou dans un tuyau
complètement rigide.

Dans les systèmes de tuyauterie, une partie de l'énergie d'une onde de pression déforme le tuyau lui-
même, réduisant ainsi la vitesse d'onde. Cela dépend du module d'élasticité de la conduite (E), du
diamètre intérieur (D), de l'épaisseur de la paroi (e) et d'une constante (c1) qui dépend des supports
de la conduite.

K D

a= ((K ¿¿ ρ)/(1+c 1( )( ))) ¿
E e

Pour plus d'informations, voir Wavespeed - Detailed Discussion.

1. Temps de communication

Un point important à prendre en compte dans les études sur les transitoires de fluide est le temps
nécessaire à la propagation d’une onde pour se propager dans le système.

Le temps nécessaire pour qu'une vague se déplace d'une extrémité à l'autre d'un système
correspond simplement à la distance (L) divisée par la vitesse d'onde.

Lorsqu'un événement transitoire se produit à une extrémité d'un tuyau, l'onde se propage à la
vitesse de l'onde jusqu'à l'autre extrémité du tuyau. Cependant, ce n’est pas assez de temps pour
analyser le problème. Alors que la perturbation s'est propagée dans tout le système, le point
d'initiation transitoire n'a pas encore vu le résultat de l'onde réfléchie. Pour que la vague se rende au
bout du tuyau, le temps requis est multiplié par deux. Cette heure est appelée période de
communication ou heure de communication.

Remarque: le temps de communication ne représente que la moitié du cycle de la vague (décrit dans
l'exemple conceptuel). C'est le temps nécessaire à une perturbation pour revenir à son point de
départ, mais l'analyse d'un système pendant seulement cette période néglige une partie du cycle
transitoire. Les simulations transitoires doivent durer au moins le double de la période de tuyauterie,
ou 4L /a.

C. Activation de la simulation transitoire


Le premier élément du menu Analyse est Simulation temporelle, qui permet de sélectionner Steady
Only ou Transient.

Transitoire sélectionné par défaut. Une simulation transitoire effectue toujours d'abord une analyse
en régime permanent, puis passe à la solution transitoire. Il peut être utile, tant pour la conception
que pour le dépannage, de n’exécuter que la simulation continue en modifiant cette option.
2. Section Pipes

Avant de lancer une simulation transitoire, les tuyaux doivent être sectionnés comme décrit dans la
section Sectionnement de tuyaux - Introduction à la méthode des caractéristiques. Cela force un pas
de temps commun et force la longueur de la section à être égale au produit de la vitesse d'onde et du
pas de temps du tuyau.

Le découpage est un élément obligatoire de la liste de contrôle lorsque la simulation transitoire est
activée. La manière dont les tuyaux sont sectionnés est contrôlée dans la fenêtre Section Tubes.

Figure 1: La fenêtre Section Pipes

Cette fenêtre automatise la sélection d'un schéma de sectionnement approprié pour un modèle
particulier.

En cliquant sur Mettre à jour les résultats, le système analyse le système en fonction de la longueur
et de la vitesse d'onde de chaque tuyau. Un nombre suggéré de sections, par défaut jusqu'à 5, dans
le canal de contrôle est suggéré automatiquement en mettant en surbrillance la première ligne dans
les résultats de la recherche avec une variance moyenne inférieure au montant accepté. Le montant
accepté par défaut est 10%, mais peut être modifié comme indiqué ci-dessous dans Options de
section. La signification de la variance est discutée dans Section de la tuyauterie - Introduction à la
méthode des caractéristiques.

La zone Section sélectionnée pour le modèle montre les effets de la ligne actuellement sélectionnée
sur le tuyau de contrôle, ainsi que le pas de temps global requis.

Remarque: Faites attention lorsque vous sélectionnez le nombre de sections. Le temps d'exécution
requis augmente avec le nombre de sections au carré et doit donc être minimisé pour les modèles de
moût. Même si le modèle fonctionne rapidement, il n'y a pas de corrélation directe entre le nombre
de sections et la précision des résultats. Il est déconseillé d’augmenter le nombre de sections afin
d’obtenir des résultats plus précis. En outre, pour les grands modèles, il peut être judicieux
d’accepter une variance supplémentaire pour la diminution du temps d’exécution, du moins pour les
analyses préliminaires.

3. options de sectionnement

Rechercher jusqu'à X sections dans Contrôle du tuyau - vous pouvez définir ici le nombre d'options de
coupe à rechercher. Cela peut aider à éviter les recherches inutiles dans les grands modèles ou à
autoriser des sections supplémentaires dans les modèles où cela est nécessaire.

Combine Pipes - L'utilitaire Combine Pipes est accessible ici. La combinaison de tuyaux peut réduire
considérablement le temps d'exécution du modèle dans de nombreux cas. Voir Reflets d'ondes
mineures.

4. Réglages avancés

Afficher les options de recherche détaillées - Ceci permet de rechercher une certaine plage. Ceci est
utile si vous ne voulez pas perdre de temps à rechercher de petits nombres de sections alors que
vous savez déjà que celles-ci sont inacceptables.

Variance maximale autorisée - Cela n'a aucun effet sur le modèle, mais uniquement sur les lignes
jugées inacceptables (en rouge) et sur l'entrée sélectionnée automatiquement.

5. Options de recherche

Bande passante - À quelle distance du nombre spécifié de sections doit être recherchée.

Incrément - Combien de points individuels doivent être testés. L'algorithme de recherche vérifie tous
les canaux pour toutes les combinaisons dans une plage de bande passante de 2 * à des intervalles
d'incrémentation. Un petit incrément et une bande passante importante pourraient potentiellement
donner un meilleur résultat au prix du temps de calcul.

D. Contrôle transitoire
Comme son nom l'indique, la fenêtre Contrôle des transitoires contrôle de nombreux aspects de la
simulation des transitoires. Cette fenêtre est uniquement accessible après que les tuyaux ont été
sectionnés.

1. Contrôle du solveur transitoire

Cet onglet contient les paramètres requis pour une simulation transitoire, dont la plupart affectent la
simulation elle-même.

Durée de la simulation - Comme son nom l’indique, ce paramètre contrôle la durée de la simulation.
Le nombre total de pas de temps requis pour l'intervalle spécifié est indiqué. Notez que l'heure de
début peut être une valeur autre que zéro. Cela ne signifie pas que le solveur est capable de
commencer un transitoire moyen. Il ne s'agit que d'une valeur de référence et affectera les
événements définis en fonction de l'heure de la simulation. Si aucun événement de ce type n'existe,
seule la durée spécifiée aura une incidence sur la sortie globale.

2. Enregistrer la sortie dans un fichier

Every Time Step - Sélection par défaut. Chaque pas est enregistré dans le fichier de sortie. Pour de
longues simulations, un très grand nombre de pas de temps peut être requis. Cela nécessitera par
conséquent une très grande quantité de données si cette option est sélectionnée.

Toutes les étapes X - Pour réduire la taille du fichier, seul un sous-ensemble des données peut être
enregistré dans un fichier. Cela n'affectera pas la solution mais affectera la présentation des résultats
dans Résultats de sortie et graphiques. Généralement, le comportement transitoire est suffisamment
linéaire pour que cela n’affecte pas l’interprétation des résultats. Cependant, dans certains cas - en
particulier en cas de cavitation - cela peut "sauter" des pointes de pression de courte durée. Notez
que les valeurs maximales et minimales indiquées dans l'onglet Sortie sont suivies tout au long de la
simulation et restent valables quelle que soit cette sélection. Les lignes maximales et minimales sur
un graphique de profil peuvent être affectées, ce qui entraîne une divergence apparente.

Modélisation de la cavitation transitoire - Permet de modéliser la cavitation transitoire. Si la


cavitation n'est pas modélisée, la pression du fluide pourra chuter en dessous de la pression de
vapeur et même en dessous de la pression zéro absolu. Il est fortement recommandé de garder la
modélisation de la cavitation activée, même si aucune cavitation n'est attendue. DVCM n’a pas
d’impact négatif sur le temps d’exécution du modèle et alertera l’utilisateur des problèmes
opérationnels potentiels.

Transitoires artificiels - Une simulation transitoire nécessite une solution valide en régime permanent
comme condition initiale. La première étape de la simulation transitoire devrait avoir des résultats
identiques à ceux de la simulation en régime permanent. Si ce n'est pas le cas, un transitoire artificiel
peut être généré. Les options proposées ici permettent de modifier la quantité de transitoire artificiel
considérée comme acceptable. Il est vivement recommandé de ne pas modifier ces paramètres, sauf
à des fins de dépannage.

Résistance variable - Permet d'utiliser la résistance de tuyau variable. Ceci est particulièrement
important dans les modèles où les débits initiaux sont très faibles.
Thread de Transient Solver - Activez l'utilisation du thread pour réduire le temps d'exécution.
N'affecte pas les résultats.

Taille estimée du fichier de sortie - La taille du fichier de sortie obtenu peut être estimée avec
précision, car on sait à l’avance quelles données sont sauvegardées, pour combien de stations et
pour combien de temps.

Durée d'exécution estimée - La durée estimée d'exécution du modèle est beaucoup plus difficile à
estimer. Ceci devrait être considéré comme une estimation extrêmement grossière - une meilleure
estimation peut être obtenue en commençant la simulation transitoire et en observant combien de
temps il faut pour atteindre 1% complet. Le processus de simulation transitoire étant généralement
assez linéaire dans le temps, une solution complète prendra environ 100 fois plus longtemps.

3. Sortie de station de tuyau

Des stations de calcul spécifiques peuvent être enregistrées dans le fichier de sortie. Semblable à la
sauvegarde d’un sous-ensemble de pas de temps, la sauvegarde de certaines stations réduit la
quantité d’espace requise. Cela n'affecte pas les résultats de la simulation.

Dans la plupart des cas, seules les stations d’entrée et de sortie de chaque tuyau sont sauvegardées.
Il y a plusieurs raisons de sauvegarder plus de données que cela:

Si vous êtes intéressé par le comportement transitoire à un point spécifique autre que l'entrée ou la
sortie, vous devez l'inclure. Par exemple, l'analyse d'un long pipeline avec les options par défaut ne
permettra pas de représenter graphiquement la pression au fil du temps au centre du pipeline.
Ajouter la station appropriée au fichier de sortie le permettra.
De même, un graphique de profil d'un tuyau comportant de nombreuses sections deviendra plus
représentatif des résultats de la simulation si davantage de points sont disponibles pour le tracé.

L'animation d'un tracé de profil à partir du fichier de sortie nécessite l'enregistrement de toutes les
stations des canaux composant le chemin.
E. Animation de résultats graphiques
L'animation des résultats d'une exécution transitoire est un moyen extrêmement puissant de
comprendre le comportement d'un système complexe. Bien que les courbes transitoires de
paramètres de fluide dans le temps à un emplacement donné soient utiles et faciles à interpréter,
elles ne transmettent pas directement l’aspect le plus important d’un événement transitoire de
fluide - la façon dont les ondes de pression et d’écoulement se propagent dans un système et
interagissent les unes avec les autres. L'animation des résultats d'une simulation transitoire vous
permet d'observer ces effets directement.

1. Création d'un graphique animé

Lors de l'animation, nous souhaitons afficher le (s) paramètre (s) d'intérêt le long du canal afin que
seuls les graphes de type Profil puissent être animés.

Il y a deux façons d'animer:

Animer à l'aide de la sortie - Cette option utilise les données enregistrées dans le fichier de sortie
transitoire. Cette option nécessite que les données de toutes les stations du chemin considéré aient
été enregistrées dans le fichier de sortie. Cette méthode est généralement préférable car elle est plus
rapide et permet à l’utilisateur d’avancer (ou d’inverser) l’animation à un point donné. Le seul
inconvénient de l'utilisation de Output pour l'animation est que les fichiers requis peuvent être très
volumineux.
Animer à l'aide du solveur - Au lieu d'utiliser des données enregistrées, cette option ré-exécute le
solveur transitoire pour générer les données requises à la volée. Cela présente l'avantage de réduire
la taille du fichier de sortie, mais l'animation doit être affichée pas à pas et le calcul des transitoires
sera plus lent que la lecture d'un fichier. Pour les modèles plus petits avec des graphiques que vous
n'avez pas l'intention de revisiter, cela est souvent acceptable. En règle générale, il est plus facile de
sauvegarder les données et d’utiliser Animate Using Output.

2. Utiliser un graphique animé

Une fois le graphique animé créé, il ressemblera beaucoup à un graphique de profil normal, mais
quelques composants ont été ajoutés.

La barre d’animation a plusieurs contrôles:

Jouer - Lance l'animation à partir de l'heure actuelle.

Enregistrer - Commencez la lecture de l'animation à partir de l'étape en cours et, lorsque la lecture
est arrêtée, demandez à l'utilisateur de sauvegarder un enregistrement vidéo au format .mp4 de
l'animation dans un fichier.

Arrêter - Arrêtez l'animation et remettez le temps à zéro.

Pause - Met l'animation en pause à l'heure actuelle.

Heure - L'heure réelle de la simulation des données actuellement affichées.

Step - Étape de simulation des données actuellement affichées.

Curseur Temps / Étape - Recherchez un certain point dans l'animation. Si vous utilisez Animate Using
Output, vous pouvez accéder directement aux points suivants ou précédents de la simulation.
Curseur de vitesse - Modifie la vitesse de la lecture.

Par défaut - Réinitialise la vitesse par défaut.

Par défaut, le graphique affiche les valeurs actuelles du pas de temps, ainsi que les profils maximum
et minimum. Ceux-ci peuvent être masqués ou affichés dans le graphique, comme tout autre
graphique de profil. La solution d'état stable peut être affichée, ainsi que les alertes de conception
applicables.

La zone Heure actuelle peut être déplacée n’importe où dans la zone graphique.

3. Utilisation d'animations pour interpréter le comportement

Les animations permettent d'interpréter le comportement de nombreuses manières. Ci-dessous,


considérons à nouveau le cas simple d'une fermeture instantanée.

Comme pour les graphiques de profil normaux, plusieurs paramètres peuvent être affichés et animés
sous la forme d’un seul élément de liste de graphes. Les images ci-dessous montrent la relation entre
la pression et le débit (vitesse) dans ce cas. Évidemment, il est difficile de montrer le véritable
avantage de l'animation avec des images statiques, mais cela donne une idée de la nature intuitive
des animations.

Vous aimerez peut-être aussi