Vous êtes sur la page 1sur 2

Les principaux objectifs du processus de gestion des risques sont les suivants (3) :

• Identifier et prioriser rapidement les risques causés par la stratégie, les activités et l'environnement
externe de l'organisation; • Le personnel de gestion et d'exploitation intégré détermine le
niveau de risque acceptable pour l'organisation, tout en tenant compte des risques et des conséquences
potentielles associés à la mise en œuvre du plan stratégique de l'organisation.
• Définir et mettre en œuvre des mesures d'atténuation et de contrôle des risques (mise en place de
contrôles internes appropriés, transferts, financements, etc.) pour réduire ou gérer les risques, en
tenant compte des seuils acceptables considérés par la direction générale et le conseil d'administration.
Il s'agit de répondre de manière appropriée à tous les risques qui peuvent entraver la réalisation des
objectifs commerciaux. Ceci inclut la sauvegarde du patrimoine de tout risque d’utilisation inappropriée,
de perte et de fraude et implique de s’assurer que les dettes/pertes sont identifiées et prises en compte.
. • suivi permanent des activités afin :

– de réévaluer périodiquement les risques et l’efficacité des contrôles pour permettre de les gérer et
pour veiller à l’émergence de risques nouveaux ;

– d’assurer une cohérence globale de la méthode de gestion des risques d’une activité à l’autre (ou
d’une entité à l’autre) ;

• information périodique du Conseil et de la direction générale sur les résultats des processus de
management des risques. Dans le cadre d’un bon gouvernement d'entreprise, le Conseil et la direction
générale doivent en effet assurer une vigilance (et rendre compte vis-à-vis des parties prenantes) à
l’égard des risques, des stratégies liées aux risques, et des contrôles ;

• maintien d’un niveau de qualité des reportings interne et externe. Ceci implique des enregistrements
appropriés et des processus générant, en temps utile, une information pertinente et fiable. Le processus
de management des risques peut également avoir pour objectif, complémentaire, d’alimenter le plan
d’audit interne. De manière générale, le processus de management des risques offre l’avantage de
promouvoir ou renforcer une culture de risques au sein de l’entreprise et de partager les meilleures
pratiques en apportant des outils et des méthodes aux managers pour les aider à identifier, évaluer et
traiter leurs risques. 1.2. Les grandes phases du PMR •
Identifier et évaluer les risques, notamment en veillant à l'émergence de nouveaux risques. Il s'agit de
comprendre vos risques, de mesurer leur impact et leur probabilité, et de les hiérarchiser à travers la
carte. • Gérer les risques : Il s'agit de faire évaluer par le propriétaire du risque différentes options de
traitement des risques, choisir la meilleure combinaison (supprimer, accepter, transférer,
couverture/financement) et conduire un plan d'action approprié, notamment la mise en place d'un
plan de gestion de crise. • Surveiller l'évolution du risque : le propriétaire du risque est responsable du
suivi de l'évolution du risque dans le temps. Ils doivent fournir les informations de rapport
correspondantes et prendre les mesures nécessaires. • Assurer la maîtrise des risques : les équipes
d'audit interne, de gestion des risques, d'audit externe ou de qualité conduisent des revues
indépendantes et objectives de la pertinence et de l'efficacité des traitements, afin que la direction
globale puisse intégrer les principaux risques et la maîtrise de toute l'entreprise. En plus de ces
considérations générales, le processus de gestion des risques doit également être adapté en fonction
de la taille, de la structure, de la culture, des activités de l'entreprise, etc. Ensuite, vous pouvez
rencontrer diverses situations. • Assurer la maîtrise des risques : les équipes d'audit interne, de
gestion des risques, d'audit externe ou de qualité conduisent des revues indépenda