Vous êtes sur la page 1sur 17

® RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N° de publication : 3 088 298

(à n’utiliser que pour les


INSTITUT NATIONAL commandes de reproduction)
DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE
fiy N° d’enregistrement national : 18 71419
COURBEVOIE
© Int Cl8 : B 63 B 35/44 (2019.01)

© DEMANDE DE BREVET D'INVENTION A1

Demandeur(s) : DIETSWELL Etablissement public —


FR.

Inventeur(s) : BOURDON JEAN-CLAUDE.

Date de mise à la disposition du public de la


demande : 15.05.20 Bulletin 20/20.
(56) Liste des documents cités dans le rapport de
recherche préliminaire : Se reporter à la fin du
présent fascicule
(© Références à d’autres documents nationaux (73) Tîtulaire(s) : DIETSWELL Etablissement public.
apparentés :

©) Demande(s) d’extension : ® Mandataire(s) : CABINET MOUTARD.

© FLOTTEUR ARTICULE POUR PLATEFORME FLOTTANTE, NOTAMMENT POUR EOLIENNE FLOTTANTE.


FR 3 088 298 - A1

Illllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll
- 1 -

DESCRIPTION
TITRE : Flotteur articulé pour plateforme flottante, notamment pour
éolienne flottante.
5

La présente invention se rapporte au domaine des plateformes implantées en


mer. Elle se rapporte particulièrement à des plateformes portant des éoliennes.

Une telle plateforme comprend généralement au moins trois flotteurs. Ces


10 flotteurs sont formés de tôles métalliques épaisses. De tels flotteurs sont donc
lourds, ce qui péjore leur flottabilité. En outre, compte tenu de leurs
dimensions, ils nécessitent des équipements importants et coûteux pour leur
fabrication, ainsi qu’un long temps de fabrication. La masse d'acier utilisée est
aussi un facteur de coût non négligeable. En outre, une telle plateforme est
15 sensible aux éléments, notamment la houle et le vent ; elle doit donc être
extrêmement rigide.

Le problème à résoudre consiste à minimiser les quantités d'acier utilisées afin


de faciliter la fabrication d'une plateforme, en augmenter la rapidité de
20 fabrication, en diminuer le coût et en augmenter la flottabilité, tout en
diminuant sa sensibilité aux élément, notamment à la houle.

Pour résoudre ce problème l'invention propose une plateforme flottante qui


comprend au moins trois flotteurs et une structure sensiblement rigide dont
25 une base porte des ancrages pour lesdits flotteurs, chaque flotteur étant relié à
un ancrage respectif par une amarre, de sorte que le flotteur peut s'incliner
latéralement relativement à ladite structure.

Chaque flotteur comprend avantageusement au moins un tube, de préférence


30 métallique. De préférence, chaque ancrage est disposé au voisinage d'une
partie basse du tube et l'amarre relie cet ancrage avec une partie haute de ce
tube. Le tube peut comprendre une ouverture vers le bas et l'amarre s'étendre,
au travers de cette ouverture, de bas en haut dans un volume intérieur de ce
tube.

5 L'amarre peut être un élément souple, de préférence un câble ou une chaîne.

La base est avantageusement un polygone, de préférence un triangle, chaque


ancrage étant disposé au voisinage d'un angle de ce polygone. Chaque ancrage
peut être solidaire d'une embase respective, en forme de plaque, de préférence
10 circulaire. L'embase comprend de préférence une partie centrale et une partie
périphérique annulaire ayant une épaisseur inférieure à l'épaisseur de la partie
centrale.

La plateforme comprend avantageusement, pour chaque flotteur, des moyens


15 pour limiter un déplacement latéral de la partie basse dudit flotteur.

De préférence, la structure a une forme polyédrique s'évasant depuis un


sommet, disposé au-dessus de la base, jusqu'à cette base, la forme étant de
préférence tétraédrique ou pyramidale. La structure est avantageusement
20 constituée de tubes métalliques disposés selon les arêtes du tétraèdre.

Chaque flotteur peut comprendre un tube central, de préférence métallique, et


plusieurs tubes périphériques, de préférence plastiques, disposés autour dudit
tube central.
25

L’invention porte aussi sur une éolienne flottante, caractérisé en ce qu'elle


comprend une plateforme selon l’invention et un mât, de préférence tubulaire,
pour porter une nacelle de l'éolienne, ledit mât s'étendant vers le haut depuis
un sommet de la structure.
30
-3-

Plusieurs modes d’exécution de l’invention seront décrits ci-après, à titre


d’exemples non limitatifs, en référence aux dessins annexés dans lesquels :

[Fig. 1] est une vue en élévation et en perspective, de dessus, d’un système


5 d’éolienne équipée de trois flotteurs selon un premier mode de réalisation de
l’invention, en forme de fagot, le fagot comprenant plusieurs tubes ;
[Fig. 2] est une vue en coupe et en élévation, d'un flotteur selon la figure 1,
équipant la plateforme de la figure 1 ; et,
[Fig. 3] est une vue en coupe et en élévation, d'un flotteur selon un deuxième
10 mode de réalisation.

Dans la description, les termes « vertical » et « horizontal » se rapportent à une


position d’équilibre du système d’éolienne, tel que représenté à la figure 1.

15 La figure 1 illustre un système d’éolienne 1. Dans l’exemple illustré, le


système comprend une éolienne 2 montée sur une plateforme flottante 3. La
plateforme 3 comprend trois flotteurs 4, sensiblement identiques entre eux et
sensiblement équidistants les uns des autres.

20 Les figures 1 et 2 illustrent un premier mode de réalisation pour un flotteur


selon l'invention.

La figure 2 illustre un flotteur 4, de façon plus détaillée. Dans l'exemple


illustré, le flotteur 4 comprend un tube 5 central et huit tubes 6 périphériques.
25 Le tube central est métallique et les tubes périphériques sont en une matière
plastique. Les tubes périphériques sont disposés autour du tube central,
sensiblement jointifs entre eux et avec le tube central. Les tubes 5, 6 sont
disposés verticalement, parallèlement à un axe vertical X4 du flotteur 4. Les
tubes ont sensiblement tous la même hauteur, égale à la hauteur H7 du fagot 7.
30
- 4-

Chacun des tubes 5, 6 forme sensiblement sur toute sa hauteur un volume


intérieur 9. Le volume intérieur 9 est fermé à l'extrémité supérieure 5A, 6A du
tube 5, 6 et ouvert à l'extrémité inférieure 5B, 6B du tube, sur toute sa section,
par une ouverture 12. Dans l'exemple illustré, les tubes sont fermés par un des
5 bouchons et/ou une plaque obturante 11.

Des moyens de compresseur, non représentés, sont avantageusement prévus


pour injecter de l'air sous pression dans le volume intérieur 9. Un piquage
permet l'injection de l'air comprimé en partie haute du volume 9, ici au travers
10 de la plaque obturante. L’injection d'air à l'intérieur du tube 5, 6 permet d’y
maintenir une pression telle qu'une surface libre 14 de l'eau dans le tube puisse
conserver un niveau NI4 proche ou identique à un niveau inférieur N5B, N6B
du tube. Des fuites éventuelles d’air par l'ouverture 12 à la base 6B du tube, ou
par une ouverture accidentelle, peuvent être compensées par un apport d'air
15 fourni par le compresseur.

En faisant varier la pression à l'intérieur des tubes 5, 6, on peut faire varier le


niveau N14 de l'eau dans les tubes. On maîtrise ainsi la stabilisation de la
20 plateforme 1, par ballastage, en ajustant la pression de l'air dans chaque tube.
On peut ainsi maîtriser la stabilité et le niveau de submersion de la plateforme.

On peut, notamment lorsque l'apport d'air dans chaque tube est individualisé,
intervenir dans un tube individuellement, lorsqu'une réparation d'une fuite est
25 nécessaire, en y maintenant une pression légèrement supérieure à la pression
hydrostatique au niveau de cette fuite. Avantageusement, le bouchon peut
comprendre des moyens d'accès à l'intérieur du tube pour un ouvrier, par
exemple une trappe.

30 Il apparaît aussi que le volume d'air 9, compressible, sert avantageusement


d'amortisseur pour les mouvements verticaux du flotteur 4.
La plateforme 3 comprend une structure 20 formée de six poutres 21 formant
chacune une arête d'un tétraèdre. Les poutres sont des tubes cylindriques. La
base 20B du tétraèdre est un triangle isocèle.

5 La structure comprend, à chaque angle de sa base 20B, une embase 22. Dans
l'exemple illustré, chaque embase comprend une plaque circulaire. Une partie
annulaire 22A de l'embase a une hauteur réduite, sensiblement constante, par
rapport à une hauteur, sensiblement constante d'une partie centrale 22B.

10 Comme particulièrement illustré à la figure 2, l'embase 22 comprend, sur sa


face supérieure 23 un ancrage 24 pour le flotteur 4. Dans ce mode de
réalisation, l'ancrage a la forme d'un tube, s'étendant verticalement vers le haut
depuis la surface supérieure 23 de l'embase 22. Le tube d'ancrage s'étend
jusqu'à l'intérieur du tube central 5, au travers de son ouverture 12. Une
15 clavette 27 est disposée transversalement dans une extrémité supérieure du
tube d'ancrage 26. Une amarre, ici une chaîne 28, relie l'ancrage à un anneau
de fixation 29 solidaire de la sous-face de la plaque obturante 11.

Ainsi fixé, le flotteur peut se balancer autour de son ancrage 24. Le tube
20 d'ancrage 26 pénétrant dans le tube central 5 constitue une butée latérale 25
qui limite tout déplacement latéral de la partie basse 5B du tube 5, donc du
flotteur 4. De préférence, la plateforme est calculée pour qu'en fonctionnement
normal le flotteur 4 ne vienne pas en contact avec la butée 25 ; des moyens
amortisseurs, non représentés, y sont avantageusement prévus pour limiter les
25 chocs en cas de contact.

Ainsi amarré, le flotteur 4 peut s'incliner au rythme des efforts


hydrodynamiques qui y sont appliqués. Ainsi, par ses mouvements de
balancier, le flotteur absorbe une partie des efforts appliqués à la plateforme,
30 de sorte qu'une partie de ces efforts sont transmis à la structure. Cette dernière
-6-

devant reprendre moins d'efforts peut être allégée. Le poids de la plateforme


est donc réduit et sa flottabilité améliorée.

En outre, du fait de cette disposition, les efforts résultant de la poussée


5 d’Archimède sont principalement repris par la plaque obturante 11, et repris
par l’amarre, de sorte que les efforts axiaux sur les tubes 5,6 sont sensiblement
nuis.

Par ailleurs, la structure tétraédrique est extrêmement rigide, avec une


10 économie de moyens, donc avec un poids réduit et une prise réduite aux
efforts hydrodynamiques. Le poids de la plate-forme est en outre réduit par
l’utilisation de tubes périphériques 6 en plastique, dont le tube central 5
renforce la rigidité.

15 En outre, l’embase élargie 22 par la zone annulaire 22B constitue un dispositif


anti-pilonnement qui limite les mouvements verticaux de la plateforme.

Ainsi, la combinaison des embases 22 et des flotteurs selon l’invention,


permettent donc d’augmenter la stabilité d’une plateforme selon l’invention,
20 relativement aux plateformes de l’art antérieur.

Dans l’exemple illustré, la matière des tubes périphériques 6 est un


polyéthylène haute-densité (PEhD) ayant un diamètre nominal de 2 mètres,
environ, et une longueur de 30 mètres, environ. L’utilisation de PEhD pour les
25 tubes et/ou les tuyaux est particulièrement avantageuse. En effet, ce matériau
est très durable dans l’eau et résiste à la pression interne.

On va maintenant décrire un deuxième mode de réalisation pour l’invention, en


référence à la figure 3, qui sera décrit uniquement en ce qu’il diffère du mode
30 de réalisation des figures 1 et 2.
- 7-

Dans ce deuxième mode de réalisation, le flotteur 4 est constitué d'un unique


tube 5, métallique. Les moyens d'ancrage 24 sont constitués d'un anneau
solidaire de l'embase 22 et disposés au centre de celle-ci. La butée latérale 25
est dissociée de l'ancrage 24 ; elle comprend une portion de cylindre
5 métallique d'axe vertical et solidaire de l’embase 22. La partie basse 5B du
tube 5 pénètre dans le cylindre de butée 25, de sorte que le cylindre de butée
25 limite tout déplacement latéral de la partie basse 5B du tube 5, donc du
flotteur 4. De préférence, la plateforme est calculée pour qu'en fonctionnement
normal le flotteur 4 ne vienne pas en contact avec la butée ; des moyens
10 amortisseurs sont avantageusement prévus pour limiter les chocs en cas de
contact.

Dans l'exemple illustré, des chaînes secondaires 30 relient l'ancrage à la partie


basse du flotteur 4, de façon à ce qu'en fonctionnement normal la partie basse
15 du tube n'entre pas en contact avec le cylindre 25.

Bien sûr, l'invention n'est pas limitée aux exemples qui viennent d'être décrits.
Au contraire, l'invention est définie par les revendications qui suivent.

20 Il apparaîtra en effet à l'homme de l'art que diverses modifications peuvent


être apportées aux modes de réalisation décrits ci-dessus, à la lumière de
l'enseignement qui vient de lui être divulgué.

L'amarre, au lieu d'être une chaîne peut être un câble. Elle peut aussi être un
25 élément rigide, par exemple une barre, articulée d'une part avec l’embase et
d'autre part avec la partie supérieure du flotteur. Des moyens d'articulation
avec l'embase peuvent être du type rotule ou joint de cardan.

D'autres plastiques peuvent être utilisés pour les tubes périphériques. Ces
30 tubes peuvent aussi être réalisés en métal, par exemple en acier ; la section et
- 8-

l'épaisseur réduites des tubes permettent d'utiiiser des tubes métalliques


standards ou de les réaliser à moindre frais.

En partie basse des tubes, l'ouverture peut n'être que partielle, de façon à
5 réduire les échanges d'eau entre l'extérieur et l'intérieur du tubes et les fuites
d'air. L'ouverture peut en outre être grillagée pour éviter, par exemple, une
intrusion d'un objet nuisible au bon fonctionnement du flotteur.

L'utilisation d'un système de fourniture d'air sous pression dans les tubes est
10 tout aussi avantageuse. En effet, cela évite d'installer des pompes de vidange
dans le fond des flotteurs, comme cela se fait dans ceux de l'art antérieur.

L'embase, au lieu de n'être qu'une plaque, peut être un volume fermé, de


préférence cylindrique ; ce volume peut être du type ballastable, et servie de
15 réserve de flottabilité, notamment lorsque la plateforme est au port, ou dans un
zone à faible tirant d'eau.

Le premier mode de réalisation illustré, outre les avantages déjà exposés,


permet d'augmenter la sécurité d'une plateforme équipée de flotteurs selon le
20 premier mode de réalisation de l'invention. En effet, si l'un des tubes
périphériques est endommagé, par exemple à l'occasion d’un abordage, la perte
de flottabilité de flotteur est limitée, et ne met pas en danger la stabilité de la
plateforme. Un fonctionnement en mode dégradé, lorsque certains des tubes
sont endommagés, peut être avantageusement prévu lors la conception de la
25 plateforme.

Il peut y avoir plusieurs rangs de tubes périphériques. Ces tubes peuvent avoir
des diamètres différents les uns des autres. Par exemple des diamètres réduits
à la périphérie du fagot, afin de limiter une perte de flottabilité en cas
30 d'abordage.
-9-

La section des tubes n'est pas nécessairement circulaire ; les tubes peuvent par
exemple être de section carrée ou rectangulaire.
- 10-

REVENDICATIONS
1. Plateforme flottante (3), caractérisée en ce qu'elle comprend au moins
trois flotteurs (4) et une structure (20) sensiblement rigide dont une base
(20B) porte des ancrages (24) pour lesdits flotteurs, chaque flotteur étant
5 relié à un ancrage respectif par une amarre (28), de sorte que le flotteur
peut s'incliner latéralement relativement à ladite structure.
2. Plateforme selon la revendication 1, caractérisée en ce que chaque
flotteur comprend au moins un tube, de préférence métallique.
3. Plateforme selon la revendication 2, caractérisée en ce que chaque
10 ancrage est disposé au voisinage d’une partie basse (5B) du tube (5) et en
ce que l'amarre relie ledit ancrage avec une partie haute (5A) dudit tube.
4. Plateforme selon la revendication 3, caractérisée en ce que le tube
comprend une ouverture (12) vers le bas et en ce que ladite amarre
s'étend, au travers de cette ouverture, de bas en haut dans un volume
15 intérieur audit tube.
5. Plateforme selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que
l'amarre est un élément souple, de préférence un câble ou une chaîne.
6. Plateforme selon l'une des revendications 1 à 5, caractérisée en ce que la
base est un polygone, de préférence un triangle, chaque ancrage étant
20 disposé au voisinage d'un angle dudit polygone.
7. Plateforme selon l'une des revendications 1 à 6, caractérisée en ce que
chaque ancrage est solidaire d'une embase (22) respective, en forme de
plaque, de préférence circulaire.
8. Plateforme selon la revendication 1 à 6, caractérisée en ce que chaque
25 ancrage est solidaire d'une embase (22) respective, de préférence
cylindrique, définissant un volume fermé, de préférence ballastable.
9. Plateforme selon l’une des revendications 1 à 8, caractérisée en ce qu'elle
comprend, pour chaque flotteur (4), des moyens (25,30) pour limiter un
déplacement latéral de la partie basse dudit flotteur.
30 10. Plateforme selon l'une des revendications 1 à 9, caractérisée en ce que la
structure a une forme polyédrique s'évasant depuis un sommet, disposé
- 11 -

au-dessus de la base, jusqu'à ladite base, ladite forme étant de préférence


tétraédrique ou pyramidale.
11. Plateforme selon la revendication 10, caractérisée en ee que la structure
est constituée de tubes métalliques disposés selon les arêtes du tétraèdre.
5 12. Plateforme selon l'une des revendications 1 à 11, caractérisé en ce que
chaque flotteur comprend un tube central (5), de préférence métallique,
et plusieurs tubes périphériques (6), de préférence plastiques, disposés
autour dudit tube central.
13. Eolienne flottante, caractérisée en ce qu'elle comprend une plateforme
10 selon l'une des revendications 1 à 12 et un mât, de préférence tubulaire,
pour porter une nacelle de l'éolienne, ledit mât s'étendant vers le haut
depuis le sommet de la structure.
[Fig. 1]
[Fig. 2]
[Fig. 3]
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

irai

N° d'enregistrement
RAPPORT DE RECHERCHE national
I INSTITUT NATIONAL
DE LA PROPRIÉTÉ
PRÉLIMINAIRE
INDUSTRIELLE FA 861135
établi sur la base des dernières revendications
déposées avant le commencement de la recherche FR 1871419

DOCUMENTS CONSIDÉRÉS COMME PERTINENTS Revend ication(s)


concernée(s)
Classement attribué
à l'invention par ΙΊΝΡΙ
Citation du document avec indication, en cas de besoin,
Catégorie
des parties pertinentes

X DE 10 2014 109212 Al (AERODYN ENG GMBH 1-11,13 B63B35/44


[DE]) 7 janvier 2016 (2016-01-07)
Y * alinéa [0027]; figures * 12

Y EP 2 479 101 Al (DCNS [FR]) 12


25 juillet 2012 (2012-07-25)
* alinéa [0025]; figures *

X US 5 435 262 A (GRINIUS VICTOR G [US] ET 1-11


AL) 25 juillet 1995 (1995-07-25)
* colonne 5, ligne 59 - colonne 6, ligne
51; figures 1, 3 *

A WO 2013/048257 Al (WINDEL AS [NO]) 1-13


4 avril 2013 (2013-04-04)
* figures *

DOMAINES TECHNIQUES
RECHERCHÉS (IPC)

B63B

Date d'achèvement de la recherche Examinateur


EPO FORM 1503 12.99 (P04C14)

4 juillet 2019 Schmitter, Thierry


CATÉGORIE DES DOCUMENTS CITÉS T : théorie ou principe à la base de l'invention
E : document de brevet bénéficiant d'une date antérieure
X : particulièrement pertinent à lui seul à la date de dépôt et qui n'a été publié qu'à cette date
Y : particulièrement pertinent en combinaison avec un de dépôt ou qu'à une date postérieure.
autre document de la même catégorie D ; cité dans la demande
A : arrière-plan technologique L : cité pour d'autres raisons
O : divulgation non-écrite
P : document intercalaire & : membre de la même famille, document correspondant
ANNEXE AU RAPPORT DE RECHERCHE PRÉLIMINAIRE
RELATIF A LA DEMANDE DE BREVET FRANÇAIS NO. FR 1871419 FA 861135

La présente annexe indique les membres de la famille de brevets relatifs aux documents brevets cités dans le rapport de
recherche préliminaire visé ci-dessus.
Les dits membres sont contenus au fichier informatique de l'Office européen des brevets à la date du04-0/-2019
Les renseignements fournis sont donnés à titre indicatif et n'engagent pas la responsabilité de l'Office européen des brevets,
ni de l'Administration française

Document brevet cité Date de Membre(s) de la Date de


au rapport de recherche publication famille de brevet(s) publication

DE 102014109212 Al 07-01-2016 CN 106164482 A 23 11 2016


DE 102014109212 Al 07 01 2016
DK 3019740 T3 11 12 2017
EP 3019740 Al 18 05 2016
EP 3051128 Al 03 08 2016
ES 2657191 T3 01 03 2018
JP 6125098 B2 10 05 2017
JP 2016529430 A 23 09 2016
KR 20170031088 A 20 03 2017
NO 2776494 T3 29 09 2018
PT 3019740 T 17 01 2018
US 2017190391 Al 06 07 2017
WO 2016000681 Al 07 01 2016

EP 2479101 Al 25-07-2012 DK 2479101 T3 29 02 2016


EP 2479101 Al 25 07 2012
ES 2563110 T3 10 03 2016
FR 2970695 Al 27 07 2012

US 5435262 A 25-07-1995 AU 3098395 A 16 02 1996


US 5435262 A 25 07 1995
WO 9602415 Al 01 02 1996

WO 2013048257 Al 04-04-2013 EP 2761176 Al 06 08 2014


JP 6113735 B2 12 04 2017
JP 2014528536 A 27 10 2014
NO 332528 B1 08 10 2012
US 2014234105 Al 21 08 2014
WO 2013048257 Al 04 04 2013
EPO FORM P0465

Pour tout renseignement concernant cette annexe : voir Journal Officiel de l'Office européen des brevets, No.12/82

Vous aimerez peut-être aussi