Vous êtes sur la page 1sur 34

Etudiante KADIRI ZINEB……SPECIALITE …biotecnologie

medicale………… annee universitaire 2020/2021.

ECOLE SUPERIEURE DE TECHNOLOGIE /KHENIFRA

Rapport de stage dans un laboratoire d'analyses médicales

Laboratoire d’Analyses Médicales…AHANO……


Stage effectué durant la periode du ……………au ……………

- 1 - I. Informations sur LE LABO :


A/: Afin d’effectuer mon stage premiere annee j’ai choisi le « Laboratoire
d’Analyses Médicales ».dirige par le Dr biologiste AHANO
Celui-ci se situe a …khenifra ……………………………………
Il s’agit d’un endroit où l’on effectue des prélèvements sanguins ou autre sur des
patients, à la demande du médecin traitant afin qu’il puisse lui prescrire un
traitement convenable

Ce laboratoire a été autorise en date du …………………au profit du DR en


biologie MR AHANO……………………

Il exerce donc sa fonction depuis ……..et possède une surface de près de 125
m² et un nombre de …….. employés au total.

JE REMERCIE INFINEMENTS MES POROFESSEURS ET LA DIRECTION DE ESTK


QUI M’ONT ASSISTE ET ENCOURAGE ET AIDE POUR EFFECTUER CE STAGE DONT
LES BENEFICES ET L’INTERET POUR MOI ET MON AVENIR PROFESSIONNELLE
SONT EVIDENTS .

A/ PRESENTATION DU LIEU DE STAGE


1/STRUCTURE

2/ EQUIPEMENTS

3/ LES REACTIFS

B/INTRODUCTION DU SUJET

1/ EXAMENS BIOLOGIQUES

2/ LES DIFFERENTES TECHNIQUES DE PRELEVEMENTS

3/ LES TYPES DE PRELEVEMENTS

4/LES DIFFERENTS TUBES UTILISES

C/ PRISE EN CHARGE DES PATIENTS

1/NATURE TUBE POUR CHAQUE ANALYSE

D/ LES ANALYSES EFFECTUEES AU LABO

1 /CHIMIQUES

2/HORMONALES

3/HEMATOLOGIE

4/ COAGULATION

5/ANALYSES MICROBIOLOGIQUES

E/ LES TACHES EFFECTUEES AU LABO

F/ CONCLUSION


 Un laboratoire de biologie médicale ou LBM est un lieu où sont prélevés
et analysés divers fluides biologiques d'origine humaine ou animale sous
la responsabilité des biologistes médicaux, qui en interprètent les
résultats dans le but d'aider au diagnostic médical.

Il comporte 4 Unités Fonctionnelles:


- UF de biochimie toxicologie
- UF d’hématologie
- UF d’immunologie

 - UF de microbiologie


 Autoclave
 Centrifugeuse
 Hotte d'aspiration chimique
 Hotte à flux laminaire
 Incubateur
 Osmoseur (ou distillateur)
 Réfrigérateur
 agitateur
 balane
 étuve
 chauffe ballon
 micropipette
 doseur automatisé

Instruments

 Appareil de PCR en temps réel


 Lecteur de plaques
 Luminomètre
 Séquenceur en temps réel
 Séquenceur de protéines
 Séquenceur de gènes
 Spectrofluoromètre
 Thermocycleur

Matériel

 Cuve d'électrophorèse
 Minuterie (timer)
 Pipettes
 Pipette automatique
 Pissettes d'alcool, d'eau distillée, d'acétone...
 Verrerie graduée
 Vortex de biologie k

Consommables

 Azote liquide
 Gants médicaux
 Graisse de laboratoire
 KimWipes
 Kits de biologie moléculaire
 Lames de scalpel stériles,
 Microtubes (Eppendorfs)
o Barrettes de tubes
 Parafilm
 Saran
 Septum
 Sopalin

 On entend par réactif de diagnostic toute substance chimique ou


biologique préparée spécialement en vue de son utilisation in vitro,
isolément ou en association, dans les analyses de biologie médicale. Le
réactif se distingue du médicament par son utilisation quasi exclusive in
vitro. En chimie analytique, on appelle également réactif (ou réactif
caractéristique) un composé qui réagit de façon caractéristique en
présence d'une autre espèce et permet d'en attester la présence (test
chimique), voire d'en évaluer ou même mesurer la quantité.
 sont des Substance qui peuvent réagir avec une ou plusieurs espèces
chimiques appelées substrats. (Un réactif permet de classer les réactions
dans lesquelles il intervient [électrophile, nucléophile, radicalaire, etc.] et
de caractériser une espèce chimique particulière.)
 Un réactif est une partie intégrante de n'importe quelle réaction
chimique. Un réactif est une substance ou un composé qui peuvent
faciliter une réaction, et ils sont employés dans la plupart des tests très
utilisés. Ceci comprend, par exemple, des tests de grossesse, des tests
de glucose sanguin, et la plupart des kits d'essai COVID-19.
 Les réactifs sont employés souvent pour indiquer la présence des
composés en déclenchant des changements des couleurs pour indiquer
la présence. Par exemple, le réactif de Fehling peut indiquer si les
hydrates de carbone ou les cétones sont présent et le différencier entre
les deux groupes fonctionnels. Le réactif de Millon peut être employé
pour indiquer la présence des protéines. La présence des protéines,
comme impliquée par la présence des résidus tyrosine, entraîne la
solution vers laquelle le réactif de Millon a été ajouté pour se tourner
brun-rougeâtre.

L'objectif du stage "Laboratoire d'Analyses Médicales" est de comprendre les


méthodes utilisées actuellement dans les laboratoires (biochimie,
microbiologie, hématologie, anatomopathologie, pharmacologie) et l'intérêt
clinique des paramètres dosés, ainsi que de maîtriser les équipements
nécessaires et de mettre en pratique les enseignements reçus
        Un laboratoire d'analyse médicale (ou laboratoire de biologie médicale) est
une structure où des professionnels prélèvent et analysent différents fluides de
l'organisme. Il peut s'agir de prélèvement de sang, de peaux, d'urines, de selles
ou de muqueuses. Un laboratoire de biologie médicale peut être hospitalier ou
privé. Il regroupe de nombreux professionnels de la santé tels que des
infirmiers, des techniciens de laboratoire, des biologistes et plus rarement des
médecins.
Les analyses peuvent être effectuées sur différents types de prélèvements. Le
sang est le plus courant, mais peut également citer les urines, les selles, la
peau, les ongles ... Ces examens sont effectués par un biologiste médical,
médecin ou pharmacien de formation. En resume on peut citer

 Analyses sanguines
 Un bilan sanguin permet de mesurer, selon les besoins, la concentration
sanguine de divers éléments, tels que les globules rouges ou blancs,
certaines hormones, des protéines, un agent infectieux, etc. Le
prélèvement de sang est réalisé par une prise de sang, le plus souvent au
niveau d'une veine..
 Comprendre la numération globulaire.
 Analyses de moelle osseuse.
 Examens d'imagerie médicale.
 Biopsie de nœuds lymphoïdes.
 Ponction lombaire.
 Analyses d'urine.
 EXAMENS BIOCHIMIQUES ?
 Les tests de la fonction rénale (aussi appelés profil rénal) mesurent
l'azote uréique du sang et la créatinine. Les tests de la fonction
hépatique mesurent l'alanine aminotransférase (ALT), la phosphatase
alcaline (PA), l'aspartate transaminase (AST), la bilirubine, l'albumine et
les protéines totales
Le laboratoire a pour objectif principal de fournir des résultats fiables, point
qui doit donc faire l'objet de la plus grande attention. En fait, tout laboratoire
dont les résultats seraient trop souvent peu sûrs ne saurait être agréé dans un
dispositif gouvernemental.
Bactériologie / Parasitologie

En bactériologie et parasitologie, le but des analyses est souvent d'identifier


l'agent responsable de l'infection : bactérie, parasite, champignons
microscopiques, etc. Elles consistent donc à prélever un échantillon et à
rechercher l'élément pathogène soit par observation directe, soit après mise en
culture.

Les différentes phases de l'analyse médicale


Phase pré-analytique

C'est la première phase très importante de l'analyse médicale. Elle comprend


l'état du patient (à jeun ou non), la phase de prélèvement, celle de l'étiquetage
des échantillons prélevés, de l'enregistrement des demandes d'analyses, de la
centrifugation, de l'aliquotage des prélèvements et de leur prétraitement
éventuel (filtration, lyse des cellules, etc...). Pendant cette étape un certain
nombre d'opérations peut fausser les résultats comme par exemple l'utilisation
d'un tube avec un mauvais anticoagulant ou la présence d'une hémolyse

TYPES DE PRELEVEMENTS

 Prélèvements de sang veineux (au pli du coude, sur la main, à la


malléole...) et artériel.
 Prélèvements cutanéo-muqueux (vaginaux, urétraux, de la cavité
buccale...)
 Prélèvements de peaux et phanères (ongles, cheveux...)
 Prélèvements de liquides d'épanchement (pleural, péritonéal, etc...) ou
de ponction (liquide céphalo-rachidien, moelle osseuse, etc...)
 Prélèvements de selles, d'urines ou de liquides de stomies.

 Cas particuliers des prélèvements environnementaux (eaux, air, surfaces,


dispositif médicaux).

Théoriquement les prélèvements qui n'ont pas d'origine animale ou humaine


ne rentrent pas dans le champ de la biologie médicale. Cependant étant
donnée l'origine parfois environnementale des infections au sein des
établissements de soins (infection nosocomiale), le contrôle microbiologique
de l'environnement est dévolu au département d'hygiène au sein des
laboratoires de biologie médicale.
Phase analytique

Selon le laboratoire et le domaine de science, la phase analytique utilisent de


plus en plus souvent des automates très sophistiqués qui permettent
d'améliorer la rapidité du rendu de résultats et la reproductibilité des résultats.

Même le domaine de la microbiologie qui jusqu'à présent était un domaine très


manuel, voit son exercice révolutionné par l'apparition de chaines robotisées
traitant les prélèvements de l'ensemencement jusqu'à l'identification du germe
en passant par la gestion des temps de cultures, des étuves, de la détection et
du repiquage des colonies.

Phase post-analytique

C'est la phase de validation technique, de validation biologique et


d'interprétation du résultat par le biologiste médical et de rendu de résultats
auprès des cliniciens et des patients. Elle repose fortement sur l'existence d'un
système d'informatique de laboratoire

Examens biologiques
Les examens biologiques sont réalisés sur des liquides ou tissus du corps au
moyen de plusieurs techniques de prélèvement: prise de sang, ponction,
biopsie, etc. Selon leur nature, ils sont effectués par les infirmières ou le
biologiste sur la base de procédures définies dans les services.

Analyses de sang, d’urines ou d’autres liquides biologiques

L’analyse des liquides biologiques sert plusieurs motifs. Certains examens


contribuent à informer sur l’état de santé ainsi que sur les répercussions de la
maladie ou des traitements sur l’organisme. D’autres sont utiles au diagnostic
et au suivi de l’évolution de la maladie.

Analyses les plus courantes pour connaître l’état de santé et mesurer les
répercussions de la maladie ou des traitements

 La numération des cellules du sang (appelée aussi formule sanguine).


Elle mesure le nombre de globules rouges, globules blancs et plaquettes.
Une variation du nombre d’un des types de cellules peut indiquer une
anémie, un risque accru d’infection, un processus infectieux en cours, un
risque d’hémorragie.
 Le dosage des constituants du sang, de l’urine et des autres liquides. Il
s’agit par exemple de la mesure des électrolytes, des enzymes, des
lipides qui permettent d’évaluer le fonctionnement de plusieurs organes
(foie, reins, etc.)
 Les analyses microbiologiques. Elles détectent la présence et les
caractéristiques de bactéries, virus ou autres micro-organismes lors d’un
processus infectieux.

Analyses spécifiques au diagnostic de la maladie cancéreuse ou au suivi de


son évolution

 Le dosage de marqueurs tumoraux sanguins. Il mesure la concentration


dans le sang de protéines produites par la tumeur elle-même. Il est utile
au suivi de certains cancers (prostate, ovaire, par exemple).
 L’examen cytopathologique. Il consiste à analyser au microscope les
cellules présentes dans le liquide prélevé pour déterminer leurs
particularités et leur degré d’anomalie.

Les différentes techniques de prélèvement


Prélèvement simple: recueil d’un échantillon biologique (urines,
expectorations, selles).

Frottis: prélèvement de cellules ou germes effectué en grattant une zone de


peau ou de muqueuse à l’aide d’un bâtonnet ou d’une curette (instrument en
forme de cuillère). Les plus connus sont ceux pratiqués pour l’examen du fond
de gorge ou lors d’un examen gynécologique. Cette technique ne demande pas
de préparation particulière.

Ponction: prélèvement d’un liquide à l’aide d’une aiguille fine en passant à


travers la peau. Cette technique donne accès aux liquides contenus dans
certaines parties du corps (organe, ganglion, nodule, par exemple). Elle
nécessite une anesthésie locale selon le type de ponction. Une prise de sang
est aussi appelée ponction veineuse.

Biopsie: prélèvement d’un fragment de tissu. Cette technique est souvent


réalisée simultanément à un examen d’imagerie. Dans ce cas, le prélèvement
est pratiqué à l’aide d’une aiguille fine. La biopsie est faite sous anesthésie
locale; elle requiert une anesthésie générale dans des cas exceptionnels.
Analyse des tissus

En présence d’une anomalie décelée sur un examen d’imagerie, on a recours


au prélèvement d’un fragment de tissu par biopsie, afin d’étudier sa structure
et sa composition au microscope. Le même type d’examen microscopique est
réalisé sur la pièce opératoire en cas de chirurgie. Ces examens sont pratiqués
par un médecin pathologiste:

 L’étude histopathologique donne des informations précises sur le type


de cancer et ses caractéristiques. Elle est pratiquée de manière
systématique.
 L’étude immunohistochimique permet de préciser le profil de la tumeur.
Elle est complémentaire à l’étude histopathologique.
 L’étude génétique de la tumeur vise à rechercher si un gène est en cause
et, si c’est le cas, à identifier lequel.

Le bilan classique est la numération avec le dosage des globules blancs, des
globules rouges, des plaquettes afin de savoir s'il n'y a pas d'anémie, s'il n'y a
pas de petite infection qui traine ; une vitesse de sédimentation qui permet de
voir s'il y a une inflammation

          . La deuxième partie, interne au laboratoire, devrait désormais débuter


par une validation de la qualité du prélèvement ; les techniques de
conservations sont nombreuses et leur choix est du domaine de compétence
du biologiste.
             La maîtrise de la qualité des analyses biologiques implique la maîtrise du
processus de cette phase dans sa totalité, incluant la compétence des
intervenants

 Prélèvements de sang veineux (au pli du coude, sur la main, à la malléole…) et


artériel.

 Prélèvements cutanéo-muqueux (vaginaux, urétraux, de la cavité buccale…).

 Prélèvements de peaux et phanères (ongles, cheveux…).


 Prélèvements de liquides d'épanchement (pleural, péritonéal, etc.) ou de
ponction (liquide céphalo-rachidien, moelle osseuse, etc.).

 Prélèvements de selles, d'urines ou de liquides de stomies.

 Prélèvements cutanés sur une goutte de sang pour une analyse en biologie
délocalisée (utilisation de DMDIV)

TOUT CECI DOIT ETRE CONFORMES A

LA NORME ISO 15189 QUI EST LA NORME DE QUALITE INTERNATIONALE


SPECIFIQUE DES LABORATOIRES D'ANALYSES MEDICALES

les différents types de tube sous vide, selon les analyses à effectuer.

Le tube à bouchon rouge ou tube sec

Ce tube ne contient aucun anti coagulant, le sang va donc pouvoir coaguler


dans le tube (effet recherché). Il contient seulement un activateur de la
coagulation (micro-particules de silice). Après centrifugation, nous obtiendrons
donc du sérum.

Ce tube servira notamment pour les analyses suivantes :

 en sérologie,
 en biochimie (ionogramme, urée, créatinine, cholestérol, ...)
 en allergie,
 en autoimmunité,
 en hormonologie,
 pour les marqueurs en cancérologie ...

Le tube à bouchon jaune

Ce tube dessert les mêmes analyses et possède les mêmes propriétés que le
tube à bouchon rouge, hormis la présence d'un gel dans le tube.

Après centrifugation, le gel fait interface entre la partie liquide et les cellules, et
empêchera ainsi que les deux se remélangent.

Tous les autres tubes contiennent un anti coagulant; après centrifugation nous
obtiendrons donc du plasma.

Le tube à bouchon bleu

Ce tube contient un anti coagulant : le citrate de sodium.

Il sera utilisé pour :

 les bilans de coagulation


 le suivi des traitements anti coagulants ...

Le tube à bouchon violet

Ce tube contient un anti coagulant : l’EDTA.

Ce tube est utilisé notamment pour :

 les numérations (globules blancs, globules rouges, plaquettes),


 l’hémoglobine glyquée,
 les groupes sanguins...

Le tube à bouchon gris

Ce tube contient un anti coagulant le fluorure de sodium/oxalate de potassium.

Ce tube est utilisé pour le dosage de la glycémie.

En effet, le fluorure va empêcher la dégradation du glucose, par les cellules du


sang en cas de contact prolongé.
Le tube à bouchon vert

Ce tube contient un anti coagulant : l’héparine de lithium.

Ce tube est utilisé pour quelques analyses particulières :

 lactates
 methémoglobine, ...

Les tubes à bouchon mauve clair

Ces tubes, destinés à la pédiatrie, sont d'une plus petite contenance.

Ce sont là les principaux tubes utilisés. Il en existe d'autres, utilisés plus


rarement pour des analyses bien spécifiques

Avant le prélèvement , les sécretaires médicales doivent rentrer et bien


souvent déchiffrer les ordonances des médecins sous forme informatique pour
éviter tout problème de lecture.

Après la saisie informatique,la fiche d'analyse est éditée pour que le préleveur
commence le prélevement et recueille le bon nombre et le bon type de tube en
vue de l'analyse.

Le patient doit arrivé à jeun c'est pour cela que l'après midi est réservé aux
urgences.

Après le prélevement les tubes sont imédiatements marqués avec le nom et


prénom , la date de naissance ainsi que le numéro de dossier. Cette étape est
très importante c'est la cause de la grande majorité des erreurs commises dans
un laboratoire d'analyse mais heureusement cela reste très rare. 

Les tubes de patient différents sont mis en commun puis répartis dans chaque
poste pour y etre analysés.

Il existe 5 types de tubes principaux dans un laboratoire d'analyse qui ont


chaqu'un leur spécificité 

Les tubes verts sont des tubes où il y a de l'héparine qui est un anticoagulant,
ils sont utilisés pour les analyse chimiques 

Les tubes violets sont des tubes où il y a de l'EDTA qui est aussi un
anticoagulant, ils sont utilisés pour l'hématocrite

Les tubes bleu sont des tubes où il y a du citrate qui est également un
anticoagulant , ils sont utilisés pour la coagulation 
 

Les tubes gris sont des tubes où il y a du fluorure de calcium qui est aussi un
anticoagulant , ils sont utilisés pour le dosage de la glycémie

Les tubes rouges sont des tubes contenant le sang total sans anti-coagulant
mais le tube peut etre muni d'un séparateur de sérum ils sont utilisés pour
analysé le sérum.

Après avoir vu les différents tubes que l'on retrouve dans un laboratoire
d'analyse passons aux différentes analyses possible.
Il existe
5 postes principaux dans un laboratoire d'analyse médicale :
 

A/Les analyses chimiques

Les analyses chimiques sont entièrement réalisés par une machine , l'essentiel
du travail se fait lors de l'analyse des résultats en effet l'ordinateur nous donne
des résultats bruts

L'expérimentateur doit ensuite comparer les résultats obtenues aux résultats


antérieurs du patient pour pouvoir faire son interpretation , voir ou non si un
médicament a marché par exemple ou lors d'analyse de routine si la personne
ne manque pas de fer ou de calcium. L'expérimentateur peut aussi se référer
aux valeurs normales ainsi qu'à l'écart type pour réaliser son interprétation

Voici une liste exhaustive des analyses possibles à réaliser : 


-Acide urique 

-Amylase

-Bicarbonates

-Calcium

-Chlorure

-Cholestérol

-Fer

-LDH

-Lipase

-Magnésium 

-Phosphate

-Sodium

-Tri glycéride

B/Les analyses hormonales

L'analyse des hormones se fait pour voir s'il n'y a pas un désquilibre hormonal
qui pourrait etre responsable de maladie.

L'automatisation des réactions rend les manipulations très simple tout comme
pour l'analyse chimique la machine nous donne un résultat brut qu'il faut
ensuite interprété à l'aide de valeur moyenne et de l'écart type.

Voici une liste les hormones dosées : 

-BNP

-Pro lactine 

-FSH
-LH

-Vitamine D

-VIH

-Troponine

-Cortisol

-Progesterone

-Oestradiol

-Hépatite 

-Féritine

C/l'hematologie

L'hémogramme est un examen qui sert à calculer le pourcentage occupé par les
cellules sanguines dans le sang.

Dans le laboratoire la machine ( RUBI ) arrive à calculer aussi le poucentage


d'érithrocyte , de leucocyte (basophile, éosinophile,monocyte,lymphocyte)
ainsi que le pourcentage de plaquette. 

Les résultats obtenues s'il ne sont pas normals sont vérifiés pas un comptage à
la main. On prépare un frottis sanguin puis on colore avec la coloration de May-
Grunwald Giemsa et on compte manuellement le nombre de cellules sanguine
(sauf les érithrocytes) 

Pour les autres résultats on les comparent avec les résultats antérieurs et/ou
avec les normes suivants l'age et le sexe de la personne.
La machine nous donne aussi plusieurs courbes entre autre la taille en fonction
de la complexité (voir photo ci-dessous) qui est très utile pour valider les
résultats.

Dans ce poste d'hématologie il y a aussi un poste où l'on peu calculer la vitesse


de sédimentation du sang.

Une vitesse de sédimentation trop rapide est le signe d'une probable maladie
(anémie , rhumatisme , artérite ..) il faudra d'autre examen pour confirmer le
diagnostic.

D/La coagulation

Cette analyse se fait pour les suivit des médicaments anti-coagulant , ainsi que
pour un bilan post opératoire 

Le résultat obtenue est le taux de protrombine présent dans le sang si la valeur


est haute cela veut dire qu'il n'y a pas de soucis particulier mais si la valeur est
basse généralement le cas quand les personnes prennent des médicaments
anticoagulants le médecin devra réajuster le dosage du médicament et le
patient devra a nouveau faire une analyse jusqu'a que le taux de protrombine
soit correct.
E/Bactériologie

Pour finirDans un laboratoire d'analyse médicale on peut etre parfois amené à


faire des examens microbiologiques sur différents liquides biologique comme
l'urine , le pus ou le crachat par exemple.

La principe est le meme pour tous les liquides biologiques seul les milieux
d'incubations varies. Tout d'abord on vérifie la température des frigos et étuves
pour s'assurer de la bonne croissance des bactéries et donc de la validité des
résultats.

On analyse les boites d'identification ensemencés la veille au matin , on rempli


les fiches de résultats des boites positives. On va ensuite faire une orientation
rapide pour confirmer la pré-identification : on pourra ici réalisé une oxydase.
Puis selon l'identification on va soit faire une galerie API soit un antibiogramme.

Les résultats de la galerie API et de l'antibiogramme seront lu dans une petite


machine appelé mini API. L'ordinateur va nous dire quel est le genre et l'espèce
de la bactérie , ce résultat viendra confirmer la pré-oriantation qu'on avait faite
au départ.

Il faut savoir que l'on ne doit pas rétrouver de micro-organisme dans les
liquides biologiques , donc dès lors que l'on en retrouve c'est qu'il y a un
infection et l'identification du micro-organisme permet au biologiste ou au
médecin de mettre en place un traitement.

Description des tâches accomplies


Je n’ai pas pu accomplir une tâche seule .J’ai surtout observer les secrétaires et
les techniciennes .Il est vrai qu’il est difficile pour un non professionnel de
participer car les conséquences peuvent être très graves pour les patients et
leur santé .Cela représente trop de responsabilité. Pendant mon stage , j’étais
constamment sous la surveillance de mon maitre de stage. IL a bien voulu me
laisser accomplir quelques tâches et j’ai aidé un peu les secrétaires. Au
sécrétariat : J’ai rendu des résultats aux patients c’est-à-dire que je leur ai
donné leur enveloppe de résultats. J’ai participé au pliage des résultats pour les
patients et pour les médecins. L’envoi des résultats pour les médecins. Sur le
cahier de traçabilité des prélèvements ,j’ai collé les étiquettes car après chaque
prise de sang au laboratoire ou au domicile , il faut coller une étiquette où
figurent l’identité du patient ( nom, prénom, et date de naissance ), le numéro
de son dossier et la signature du préleveur . En technique: Avec l’aide de mon
maitre de stage , j’ai édité les feuilles de travail (listes des analyses et le nom
des patients ex: liste de chimie , immunologie ). J’ai aidé à trier les tubes avant
de les mettre dans la centrifugeuse. Le tri se fait par couleur du tube .Les tubes
contiennent des anticoagulants à l’exception des tubes secs .J’ai appris que les
tubes à bouchon vert avec l’héparine servent pour le cholestérol ,
glycémie…;que les tubes à bouchon marron (tube sec) servent pour la
sérologies de la toxoplasmose , rubéole, hépatites … , que les tubes à bouchon
bleu contiennent de la citrate: examens de coagulation servent pour le taux de
prothrombine et que les tubes violets (EDTA) J’ai préparé les glacières dans
lesquelles sont déposées les boites de tubes avec les listes de travail. La
coursière peut ainsi transporter les tubes en toute sécurité . l’ai aidé à préparer
les tubes pour les prélèvements des personnes âgées

Pendant mon stage j'ai pu observer et m'exercer sur plusieurs paillasses du


laboratoire. J'ai aussi
découvert une véritable équipe de travail et les responsabilités qui incombent à
chacun.
Je vais présenter ci-dessous les différents domaines que j'ai explorés.
2-1 Les différents tubes de prélèvements
Il y a 7 types de tubes possibles identifiables par la couleur de leurs bouchons.
La couleur de
chaque tube est normalisée. la norme qui a été retenue est la norme nationale
Pour chaque tube il y a des caractéristiques différentes :
2-2 Hématologie
Hémogramme (NFS), numération de formule sanguine (globules rouges,
globules blancs et
plaquettes)
Principe:
La numération consiste à compter les cellules du sang grâce à un automate. Cet
automate est
constitué de 2 électrodes de platine entre lesquelles on fait passer un courant
électrique:
c'est la méthode Coulter
A chaque passage de cellule, une différence de potentiel se crée.
Chaque variation est comptée et le nombre de variations correspond au
nombre de cellules. De plus,
l’intensité de la variation est proportionnelle à la taille de la cellule, c’est-à-dire
plus la variation est
importante plus la cellule est grosse.
La formule est établie grâce a une différentiation chimique qui entre autre
séparera les constituants
basophile et acidophile.

De plus la machine établie le dosage de l'hémoglobine et détermine


Concentration Corpusculaire

Moyen en Hémoglobine, Teneur Corpusculaire Moyen en Hémoglobine,


Volume Globulaire
Moyen, Indice de Distribution d'England.
utilisation de la machine:
la tache principal du technicien est de confirmer la bonne utilisation de
l'appareil, pour cela il doit
effectuer un contrôle quotidien qu'il doit comparer a un catalogue donné par
le fournisseur.
Tout les matins un contrôle est effectué pour pouvoir confirmer le bon
fonctionnement de la
machine.
L'analyse consiste a interpréter les résultats bruts et de déterminer si une
formule manuelle doit être
établie ( cf coloration de May Grunwald Giemsa ).
Les résultats moyens sont :
NUMERATION GLOBULAIRE ET PARAMETRES ERYTHROCYTAIRES
FORMULE LEUCOCYTAIRE
Intérêt :
La numération permet de connaître avec une certaine précision le nombre de
cellule dans le sang
d’un patient.
Les résultats du patient sont apprécies en comparaison des valeurs de
références appelées : «
normales ».
Cette comparaison permet de mettre en évidence parfois des anomalies ,
exemple :
- manque d’hémoglobine => anémie
-excès de leucocyte => probabilité d’infection, d’inflammation ou de leucémie
Comptage des cellules sur cellule de Malassez
Principe :
La cellule de Malassez est une lame pour observation microscopique.
Elle est caractérisée par le quadrillage calibré gravé à sa surface.
Dans le cas où l’automate chargé du comptage des cellules ne parviendrait pas
à donner un résultat
fiable, il faut qu’un biologiste observe au microscope un échantillon de sang.
Grâce au quadrillage le biologiste va pouvoir compter les différentes cellules et
comparer avec
l’appareil les résultats obtenus, exemple :
-thrombopénie ( Nombre de plaquettes inférieur a 150 000.)
On fait un contrôle en cellule de Malassez après passage en unopette
Une unopette détruit les globules rouges et conserve les plaquette, et les
globules blancs.
Intérêt :
Ce contrôle permet de compter le nombre de plaquettes et de vérifier la
présence ou l’ absence
d’agrégat plaquettaire.

Coloration de May Grünwald et Giemsa

Principe :
Cette coloration repose sur l’affinité acide-base des colorants et des éléments
cellulaires. Il y a 2
colorants:
-le May Grünwald =>contenant un colorant acide : l’éosine et un colorant
basique : le bleu de
méthylène
-le Giemsa => contenant de l’éosine également, et un colorant basique : l’azure
de méthyle
Les éléments cellulaires acides, seront colorés sélectivement par les colorants
basiques. Ces
éléments sont qualifiés de basophiles (ADN, cytoplasme des lymphocytes)
Les éléments cellulaires basiques, seront colorés sélectivement par les
colorants acides. Ces
éléments sont qualifiés d'acidophiles ou d'éosinophiles (cytoplasme des
hématies)
Les éléments neutrophiles sont colorés à la fois par les colorants acides et
basiques.
But :
Dans un premier temps ce test permet d’établir manuellement la formule
sanguine si l’automate
met des alarmes.
Dans un deuxième temps ce test permet de vérifier la cytologie (coloration
MGG et lecture au
microscope)
-des Globules rouges :
-taille (macrocyte , microcyte )
-forme ( schizocyte , ellytocyte )
-le remplissage en hémoglobine ( exemple : hypochromie => globule rouge en
forme de
cible )
-des Globules Blancs :
-quantité ou phase de maturation anormale => leucémies
-plaquettes ( macrothrombocytose => volume plaquettaire moyen elevé ou
agrégat
plaquettaire.)
photo Hématie et Lymphocyte vue a l’objectif *100 grâce a la coloration de
May Grünwald et
Gimsa (on peut voir également 2 plaquettes a droite en violet)
photo : Hématie et polynucléaire neutrophile vue a l’objectif *100 grâce a la
coloration MGG
(reconnaissable à la coloration bleu-violet du noyau polylobé)
Coloration des réticulocytes
Un réticulocyte est un jeune globule rouge.
Lors de la genèse des hématies (l’érythropoïèse) une cellule souche totipotente
(qui possède la
faculté de se dissocier en leucocyte, en hématie ou en plaquette) va se
dissocier pour arriver à
maturité sous la forme d’une hématie.
Lors d’une anémie (diminution de l’hémoglobine) on va compter les
réticulocytes pour savoir de
quelle sorte est l’anémie :
-diminution de la production de globule rouge => les hématies se dégradent
normalement mais le
système pour les remplacer est défectueux => anémie non régénérative, le
nombre de réticulocytes
baisse.
-accélération de la fabrication => la production des hématies est stimulée, le
nombre de

réticulocyte augmente => anémie régénérative


La coloration est faite grâce au bleu de crésyl brillant qui est un colorant
acidophile, donc il va
colorer l’appareil nucléaire du réticulocyte qui est acide.
On va donc observer des petits amas bleus qui correspondent a l’appareil
nucléaire non éjecté du
réticulocyte.
photo :Réticulocyte par la coloration au bleu de crésyl brillant (caractérisé par
les petits amas
bleus=> matériel nucléaire)
Vitesse de sédimentation :
Principe :
La mesure de la vitesse de sédimentation (appelé aussi VS) est un test non
spécifique utilisé pour
dépister une inflammation.
Pour cela on utilise une loi qui lie la vitesse de chute d’une sphère dans un
liquide par l’action de la
gravité, c’est la loi de Stokes.
On a comme formule :
Avec:
v => vitesse limite de chute (en m / s)
r=> rayon de la sphère (en m)
g=> accélération (m / s2)
D(r)=> différence de la masse volumique entre la particule et le fluide (en kg /
m3)
m=> viscosité du fluide (en Pa.s)
On mesure la vitesse a laquelle tombe les globules rouges en mm/h.
Exemple :
-gpathie monoclonale : les globules rouges « se collent », les hématies forment
des rouleaux et
donc en suivant la loi de stock ils tombent plus vite.
-Quand il y a un processus inflammatoire, les protéines inflammatoires vont
modifier la viscosité
du plasma, se qui vas entrainer l’augmentation de la VS.
Lecture et normes :
Le test de base est effectuer sur 2h , les nouveaux procédés permettent une
mesure en 1h voir même
30min.
Pour la 1ère heure :
gélose BromoCrésol Pourpre (BCP) (annexe 1)
-cytologie positive (plus de 20 000 leucocytes et/ou présence de germes a l’état
frais) => gélose

chromogène URI 4 ()

Pour les femmes enceintes, on rajoutera une gélose au sang + ANC (annexe 3)
pour la recherche de
Streptococcus agalacticae ( groupe B) responsable d’infection néo-natale.
2-4-2 Coprologie :
La coproculture permet la recherche de bactéries pathogènes dans les selles.
Ces bactéries sont responsables de diarrhée.
Dans une selle il y a 2 types de flore :
-la flore commensale=> Entérobactéries, Lactobacillus, Streptococcus.
-la flore pathogène => Salmonella, Shigella, Yersinia et Staphylocoque doré
(enterotoxique)
Mise en oeuvre :
Examen microscopique
Vérifie si la flore commensale aéro anaérobie est présente, absente, ou avec un
déséquilibre.
Ensemencement :
-une gélose BCP => va mettre en évidence la flore saprophyte (E. coli,
entérocoque) et la flore
lactose négatif ( aéromonas pleusiomonas )
-une gélose Chapman (annexe 8) sélectif des staphylocoques va permettre la
recherche de
Staphylococcus aureus enterotoxique dont la toxine est responsable de
diarrhée.
-une gélose Hektoën (annexe 4 ) sélectif des gram négatif utilisé pour la
recherche des bactéries
pathogènes de types Salmonella et Shigella.
-un milieu Yersin pour la recherche de Yersinia enterocolictica
-un milieu pour la recherche de campylobactère
-un bouillon sélénite qui permet l’enrichissement de Salmonella et qui sera
repiqué sur gélose
SMID (annexe 5 ), les salmonella seront colorés en rose indien.
2-4-3 Prélèvement Vaginal (PV) :
Au même titre que la selle il y a dans le vagin une flore commensale appelée la
flore de Doderlein,
et une flore pathogène. On recherchera des germes pathogènes qui sont
responsables de maladies
génitales.
On va ensemencer pour l’identification plusieurs géloses :
-Gélose BCP : elle va permettre une vue d’ensemble de la flore non exigeante.
-Gélose chocolat (annexe 7) : elle va permettre la pousse d’un grand nombre de
germes exigeant
ou non.
-Petite colonie brillante => Neisseria (pathogène sexuellement transmissible.)
très exigeant
pousse exclusivement sur gélose chocolat.
-Colonie plate et verte => Lactobacillus (commensal )
-Petite colonie blanche => Corynébacterium (commensal )
-Petite colonie blanche qui pousse en suivant les lignes d’ensemencement=>
Gardnerella(pathogène ou grand opportuniste)
-Gélose au sang + ANC : isole les GRAM +

-Colonie bêta hémolytique => Streptocoques ou Staphylocoques que l’ont


différenciera par la

catalase car staphylocoque = catalase + et streptocoque = catalase -. Le test se


fait avec l’écrasement
d’une colonie sur de l’eau oxygéné. Le résultat est positif s’il y dégagement de
gaz sous forme
apparente de bulles.
L’identification du groupe auquel appartient le streptocoque se fera par
technique d’identification au
latex.
-Gélose Sabouraud (annexe 6 ) => sélectif des levures par exemple Candida
albicans (pathogène
opportuniste)
2-4-4 Identification et antibiogramme
Après observation des boites qui servent à l’isolement des colonies, on peut
être amener à identifier
et/ou établir l’antibiogramme, a partir d’une culture pure, et pour se faire
utiliser des galerie
d’identification.
· galerie d’identification biochimique :
Ces galeries sont constitués de puits dans lesquels sont déposés différents
substrats quel les
bactéries sont susceptible d’utiliser. ( LDC , ODC , ADH …)
Photo : rapid ID 32 (Biorad)=> galerie d’identification composée de 32 puits
spécialisé dans
l’identification de germes responsable d’infection urinaire.
Antibiogramme :
Il a pour but de définir la résistance ou la sensibilité d’une bactérie pour un
antibiotique donné.
Dans les différentes cupules sont déposés des antibiotiques à une
concentration donné et
ensemencer avec la bactérie a tester en dilution standardisé.
ABT gram négatif avec présence de la souche Pseudomonas aeruginosa
(caractéristique de la
coloration verte).
Ces deux galeries sont lues grâce aux techniques de turbidimétrie et de
colorimétrie.
2-5 Coagulation
En coagulation l’étape pré-analytique est fondamentale :
-vérifier les tubes
-vérifier le nom du patient
-vérifier les temps d’incubation
Les conditions optimales de prélèvement sont :
-le matin
-à jeun
Pour mesurer le temps de coagulation le prélèvement sanguin se fait sur un
tube citraté (bouchon
bleu)
Ce tube contient un anticoagulant qui bloque la coagulation de façon
réversible, le volume

d’anticoagulant est de 9 unités de sang pour 1 unité d’anticoagulant

Il faut vérifier l’absence d’hémolyse, le tube doit être centrifugé dans un délai
de 1h après le
prélèvement et la mesure doit être faite 4h maximum entre le prélèvement et
le résultat.
T.P (taux de prothrombine)
Le taux de prothrombine est la transformation d'un temps de coagulation
(temps de Quick) en
pourcentage.
Le temps de Quick est réalisé en mettant en présence un plasma citraté avec un
réactif : la
thromboplastine calcique, qui joue le rôle d'activateur tissulaire de la
coagulation.
Le plasma coagule et le temps obtenu s'appelle le temps de Quick.
Le taux de prothrombine se calcul grâce a une formule mathématique en
fonction du temps de
Quick.
Le TP est une mesure très sensible aux conditions opératoires c’est pour cela
que la valeur du TP est
lissée grâce a l’INR (international normalized ratio), et le résultats sont
comparables d’un
laboratoire a un autre.
Avec :
TQpatient : le temps de Quick mesuré pour le plasma du patient à tester ;
TQTemoin : le temps de Quick témoins (TP = 100 %) ;
ISI : l'indice de sensibilité international spécifique du réactif thromboplastine
utilisé.
L'INR n'a pas d'unité. Il est, par définition, indépendant du réactif utilisé, et
plusieurs mesures
successives, faites dans des laboratoires différents, peuvent être comparées
entre elles sans
problème.
T.C.A (Temps de céphaline activée)
C’est un temps de coagulation qui explore la voie intrinsèque.
Cette mesure se fait en rapportant le temps de coagulation du patient a celui
d’un témoin.
Il s’agit de mesurer le temps de coagulation d’un plasma sanguin recalcifié en
présence de
céphaline et d’un activateur particulier.
On exprime le ratio telle la formule :
2-6 Recherche d’agglutination irrégulière (R.A.I)
Principe :
Ce test se fait sur plaque dans des puits ou il y a un gel « filet » au fond.
On met en présence le sérum du patient(Anticorps) avec des antigènes
spécifiques des agglutinines
irrégulières.
Si la réaction antigène anticorps a lieu il y a une agglutination visible a l’oeil nue
Cette réaction a lieu pendant la période d’incubation de 15 min à 37°C.
Ensuite on centrifuge, ce qui va permettre aux Ag et aux Ac qui n’ont pas
agglutinés de traverser

complètement le gel et de tomber au fond du puits

En revanche les complexe Ag/Ac qui sont gros, sont retenue dans les mailles du
gel et visible car
diffues.
Si diffusion d’agglutination dans le gel, le test est considéré comme positif.
3-bilan
3-1 personnel et relationnel:
D’un point de vue personnel le stage m’a intéresser, j’ai pu découvrir le travail
d’un laboratoire
d’analyses et les responsabilités qui incombent a un technicien.
Je suis aussi ravi que toute les personnes du laboratoire m’aient accordé du
temps pour m’apprendre
et m’expliquer le fonctionnement des machines, j’ai pu aussi m’épanouir dans
une grande liberté et
même utiliser le matériel du laboratoire pour m’exercer.
Conclusion sommaire
Cette PERIODE de stage a été une expérience très enrichissante pour moi.
J’avoue qu’au départ j’appréhendais le monde du travail et le comportement
des adultes . Mais heureusement , j’ai été mise en confiance très rapidement
par l’équipe sympathique.J’ai découvert comment s’organise un laboratoire de
ville et comment sont réalisées les analyses médicales .J’ai pu me rendre
compte que les professions au sein du laboratoire (biologiste , technicien ,
infirmière ou secrétaire ) demandent toutes des connaissances médicales
approfondies et beaucoup de rigueur .J’ai aussi pu me familiariser avec
quelques termes médicaux .En résumé j’ai adoré ce stage car j’ai participé plus
que je ne le pensais .Ce stage m’a fait réfléchir sur ma future orientation sans
que je fixe encore mon choix .Mais je sais maintenant que le monde médical
m’attire énormément .