Vous êtes sur la page 1sur 77

2019

Directeur de mémoire :
Jean-Noël CONSALES

Etudiante : Adeline
MOULY

Les nouveaux paysages de l’énergie


solaire
[Mémoire fin d’études, soutenu le 21/06/19]
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional – Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
1

Illustration de couverture :
Page

Figure 1 : Parc photovoltaïque à Tavernes (Auteur : Adeline Mouly)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Remerciements

Ce mémoire est le résultat d’une réflexion établie sur plusieurs mois, depuis mon arrivée en PACA en
août 2018, jusqu’au stage de fin d’études au sein du service développement photovoltaïque de
l’entreprise ENGIE Green. La majorité de ce travail a été réalisé en parallèle des cours grâce aux
lectures qui m’ont permis de m’immerger dans le monde de l’énergie et d’en acquérir le vocabulaire.
Les visites de sites, avant et pendant mon stage, m’ont permis de confronter mes idées à la réalité du
terrain. Par la suite, le stage m’a permis de donner une vision plus objective et concrète à mes écrits.
Néanmoins, un regret persiste dans le fait de ne pas avoir pu profiter davantage de mon expérience
au sein d’ENGIE Green pour donner une vision plus approfondie à la réflexion entamée dans ce
travail.

En outre, diverses personnes m’ont ainsi accompagné tout au long de ce mémoire.

Je tiens donc à remercier Jean-Noel Conzales et Benoit Romeyer, enseignants à l’Institut d’Urbanisme
et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence, pour leurs conseils et leur soutien lors de cette
année.

Je remercie également Joris Masafont, doctorant à l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de


Marseille pour son regard avisé et ses encouragements lors de ces derniers mois.

Je remercie enfin mes collègues de l’équipe de développement photovoltaïque ENGIE Green à


Rousset, pour l’accueil, la sympathie, le temps et la pédagogie qu’ils me portent.
Merci à Aline, Céline, Julien, Laurent, Ludmila, Olivier, Romain et Vincent.
2
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Liste des abréviations

ABF = architecte des bâtiments de France, a pour mission de veiller à l’application des législations sur
l’architecture, les sites, les monuments historiques et leurs abords.

Ademe = Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie

AIE = Agence internationale de l'énergie

CDNPS = Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites

EBC = Espace Boisé Classé

EnR = Energies renouvelables

EPCI = Établissement public de coopération intercommunale

GES = Gaz à effet de serre

Ktep = Kilo tonne d’équivalent pétrole

KWh = kilowatt-heure

Mtep = Million de tonnes équivalent pétrole

MW = Mégawatt

MWc = Mégawatt crête

ONG = Organisation non gouvernementale

ONU = Organisations des Nations unies

PC = Permis de Construire

PCAET = Plan Climat Air Energie Territorial

PCET = Plan climat énergie territorial

PIB = Produit intérieur brut

PLU = Plan local d’urbanisme

PNR = Parc Naturel Régional

PNUE = Programme des Nations unies pour l'environnement

POPE = Programmation fixant les Orientations de la Politique Énergétique

PPE = Programmation pluriannuelle de l’énergie

PPI = Programmation pluriannuelle des investissements


3
Page

RUP = Région ultrapériphérique

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
SAR = Schéma d’aménagement régional

SCOT = Schéma de cohérence territoriale

SRCAE = Schéma Régional Climat Air Energie

SRE = Schéma régional éolien

UE = Union européenne
4
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Contenu

Remerciements...................................................................................................................................................................... 2
Liste des abréviations ......................................................................................................................................................... 3
Introduction............................................................................................................................................................................ 7

La transition énergétique, concept clef pour un futur soutenable ... 8


1/ Un modèle énergétique instable et nuisible ........................................................................................................ 8
a/ Un système basé sur le fossile à l’origine d’un avenir incertain ............................................. 8
b/ L’évolution du climat, problématique fondamentale dans le développement des sociétés....10
c/ Vers un changement de modèle nécessaire ........................................................................12
2/ Une transition énergétique multi-scalaire......................................................................................................... 14
a/ Un accord international indispensable menée par une Europe moteur ................................14
b/ Un engagement national fort pour une politique énergétique .............................................16
c/ La montée en puissance des autorités locales et des territoires ...........................................18
3/ Les énergies renouvelables au cœur de la transition énergétique........................................................... 20
a/ Des énergies produites à partir de ressources naturelles.....................................................20
b/ Les filières renouvelables vertueuses mais pas sans inconvénients ......................................22
c/ La situation en France .......................................................................................................24

Les nouveaux paysages de l’énergie ................................................... 26


1/ Les énergies renouvelables liées au paysage .................................................................................................... 26
a/ La notion de paysage énergétique .....................................................................................26
b/ Des paysages énergétiques en transformation permanente ................................................28
c/ La prise en compte croissante du paysage dans les documents d’urbanisme ........................30
2/ L’énergie solaire : un fort potentiel mais pas sans contrainte ................................................................... 32
a/ Le photovoltaïque, une énergie qui s’est démocratisée .......................................................32
b/ Différentes implantations possibles ...................................................................................34
c/ Les centrales photovoltaïques au sol pour assurer un développement rapide de la filière .....36
3/ Les exigences à l’implantation de centrales photovoltaïques au sol....................................................... 38
a/ La difficile recherche de foncier .........................................................................................38
b/ L’élaboration des projets basée sur un temps long et la participation d’acteurs multiples.....40
5
Page

c/ Des projets impactant un bien commun : le paysage ...........................................................42

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Le projet de paysage, un levier possible pour les projets solaires .. 44
1/ Le paysage, une prise en compte informelle, passée au second plan..................................................... 44
a/ Des enjeux de biodiversité traduits par des zonages environnementaux contraignants.........44
b/ Les projets solaires pas destinés à utiliser les territoires agricoles........................................46
c/ Des paysages de plus en plus impactés pourtant pas déterminants dans le choix des sites ....48
2/ Vers une conception positive .................................................................................................................................. 50
a/ Approche dynamique ........................................................................................................50
b/ Approche visuelle .............................................................................................................52
c/ Approche sociale...............................................................................................................54
3/ Retour sur expérience de trois parcs photovoltaïques en PACA............................................................... 55
a/ Charleval : un projet en continuité urbaine (Bouches-du-Rhône) .........................................56
b/ Gréoux-les-Bains : un projet en milieu naturel boisé (Alpes de Haute Provence)...................58
c/ La Verdière : un projet en frange périurbaine (Var) .............................................................62

Conclusion :.......................................................................................................................................................................... 65

Tableau des figures........................................................................................................................................................... 68

Bibliographie ....................................................................................................................................................................... 70

Annexe ................................................................................................................................................................................... 72
Mieux comprendre l’évolution du photovoltaïque : des conditions de financement de moins en
moins avantageuses..............................................................................................................72
6
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Introduction

La transition énergétique est une formule récente. En France, elle émerge dans le débat
public à la suite du Grenelle de l’environnement et a abouti en août 2015 à une loi nommée
« transition énergétique pour la croissance verte ».

Le principe de base est le passage du système énergétique actuel utilisant des ressources
non renouvelables vers un bouquet énergétique basé sur des ressources renouvelables.
Cette d’efficacité énergétique passe notamment par la diversification des sources d’énergie
via la promotion d’un « mix énergétique » et par l’exploitation de ressources naturelles telles
que le soleil, la terre, le vent ou encore les ressources en eau. Ces énergies constituent une
richesse redécouverte pour de nombreux territoires en perte d’attractivité, notamment en
zone rurale.

En PACA, le taux d’ensoleillement exceptionnel a permis la réalisation de nombreuses


centrales photovoltaïques au sol. Leur développement particulièrement rapide pendant les
années 2000, a subi un ralentissement en 2010 avec l’apport d’une règlementation plus
contraignante et plus réfléchie, posant notamment la question du paysage.

En effet, cette transition énergétique engage de fait une transition paysagère. Elle
transforme profondément le paysage tel qu’il est vu et vécu par les habitants, touristes et
divers acteurs du territoire. Elle met en jeu non seulement le cadre de vie, mais aussi les
modes de vie. Ainsi, le paysage au même titre que la biodiversité, ou l’environnement est
une composante essentielle de ce changement. Et pourtant, il est plus souvent question de
géographique, de technique, ou même de politique, que directement de paysage…

A ce titre, quelle est la place faite au paysage dans la transition énergétique ?


Comment anticiper l’impact paysager des projets solaires et notamment en
PACA avec l’implantation croissante des centrales photovoltaïques au sol ?

La thématique de ce mémoire sera donc d’exposer plus finement les bases de la transition
énergétique afin de comprendre ce qui motivent l’implantation croissante de centrales
photovoltaïques. Mais surtout, il s’agira de saisir le lien entre l’insertion de ces espaces
industrialisés et le projet de paysage. Ainsi, dans un premier temps, nous essaierons de
comprendre les enjeux, les objectifs et les politiques de la transition énergétique aux
différentes échelles. Puis, nous définirons la notion de paysage énergétique ainsi que les
diverses dynamiques et contraintes liées à l’énergie photovoltaïque. Enfin, nous nous
7

intéresserons au photovoltaïque au sol en PACA et appliquerons une démarche multiscalaire


Page

de « conception positive » pour analyser trois études de cas.

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
La transition énergétique, concept clef pour un futur
soutenable

1/ Un modèle énergétique instable et nuisible

a/ Un système basé sur le fossile à l’origine d’un avenir incertain


Les progrès que l’humanité a connu durant les - Une extraction généralement difficile et de
deux derniers siècles n’auraient jamais eu lieu ce fait, plus coûteuse (les gisements les plus
sans la découverte d’une source d’énergie qui faciles d’accès ont déjà été exploités)
est celle de la combustion des énergies
- Une inadéquation entre les zones de
fossiles. Celle-ci est produite à partir de
composés issus de la décomposition production et les zones de consommation, ce
qui implique la dépendance des pays
sédimentaire des matières organiques,
principalement composée de carbone. consommateurs envers les pays producteurs,
un risque de tensions géopolitiques et une
En effet, notre modèle de consommation insécurité sur l'approvisionnement 2
actuel repose essentiellement sur l’usage des
énergies non renouvelables que sont le L’Histoire de l’énergie a été fortement
pétrole, le gaz, le charbon et l’uranium. De marquée par des chocs brutaux tels que des
hausses de prix du pétrole, des accidents
plus, ces ressources présentent de nombreux
avantages : elles sont peu coûteuses, et nucléaires, ainsi que des ruptures
surtout, abondantes et facilement d’approvisionnement en gaz et en électricité.
exploitables. Cependant, les réserves Le « premier choc pétrolier » s’est structuré
d’énergies fossiles sont polluantes et en 1973 lorsque les États producteurs du
monde arabe annoncèrent un embargo contre
deviennent de plus en plus limitées. « Une
grande partie de l’énergie utilisée aujourd’hui les pays soutenant Israël. En un an, le prix du
baril fut multiplié par quatre. La révolution
dans le monde (plus de 80 %) provient de
gisements combustibles fossiles (charbon 28.1 iranienne en 1978 puis la guerre Iran-Irak en
%, pétrole 31.7 %, gaz 21.6 %) ou d’uranium 1980 provoquèrent le « deuxième choc
(4.9 %). » 1 Ces gisements qui se sont pétrolier », avec un doublement du prix.
constitués au fil de l’évolution géologique sont Depuis ces évènements, le baril monte
progressivement. Outre l’instabilité des prix
épuisables et ont généré un contexte à la fois
d’urgence et d’incertitudes. des énergies fossiles, l’avenir de l’énergie
nucléaire reste lui aussi, incertain. Le nucléaire
Les gisements d’énergies fossiles ont par n’est pas une énergie inépuisable (mines
ailleurs d’autres caractéristiques qui d’uranium limitées) et pas une énergie propre
induisent : (production de déchets à impact négatif sur
l’environnement). Les avantages du nucléaire
(production énergétique continue, problème

1Article :
8

https://www.connaissancedesenergies.org/les - 2Article : http://www.notre-


Page

chiffres-cles-de-lenergie-dans-le-monde-170926 planete.info/ecologie/energie/

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
du réchauffement global réduit…) ont été suivantes pour le démantèlement des
remis en cause par le risque d’accident installations nucléaires et le stockage des
réévalué depuis Fukushima en 2011 (faisant déchets radioactifs.
suite à celui de Tchernobyl en 1986), par la
hausse des coûts des nouvelles centrales ainsi
que par les coûts légués aux générations
9

Figure 2 : Répartition de la consommation mondiale d'énergie primaire en 2015 (source : Connaissance des
Page

Énergies, https://www.connaissancedesenergies.org/les-chiffres-cles-de-lenergie-dans-le-monde-170926)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ L’évolution du climat, problématique fondamentale dans le
développement des sociétés
Selon les projections de 2050, la population l’augmentation de la population mondiale et
mondiale qui s’élève actuellement à 7,6 celle de la consommation énergétique. Quand
milliards devrait atteindre 8,6 milliards en ils brûlent, tous les combustibles fossiles, tels
2030, 9,8 milliards en 2050 et 11,2 milliards en que le charbon, le pétrole et le gaz naturel
2100. 3 Les nouvelles projections incluent des produisent des polluants. Certains de ces
chiffres significatifs pour les pays émergents. polluants, comme l’anhydride carbonique ou
La Chine (avec 1,4 milliard d’habitants) et gaz carbonique, agissent comme une
l’Inde (1,3 milliard d’habitants) restent les couverture chauffante autour de notre
deux pays les plus peuplés, représentant planète et provoquent ce que l’on appelle l’
respectivement 19% et 18% de la population «effet de serre». L’atmosphère retient plus
mondiale totale.4 d’énergie, provoquant ainsi une augmentation
La consommation d’énergie par habitant dans des températures sur la terre. Les émissions
ces pays aura peu à peu triplé. Rappelons le de dioxyde de carbone (CO2) dues à l'énergie
fait que l’énergie ne soit pas à la portée de en 2017 sont estimées à 36,8 milliards de
tout le monde. En effet, Une personne sur tonnes6, dont 41 %7 est due à la production
sept n’a pas accès à l’électricité dans le d’électricité liée à la combustion du charbon,
monde 5 et ne peut donc pas profiter du par le pétrole et par le gaz naturel.
confort, de la mobilité et de la productivité de
l’énergie moderne. Par ailleurs, d'après le 4e rapport du Groupe
En effet, la croissance de la consommation d'experts intergouvernemental sur l'évolution
sera en grande partie tirée par les pays du climat (GIEC), créée par l’Organisation des
émergents, dont certains, comme la Chine ou Nations Unies (ONU), "le réchauffement du
l’Inde, connaissent une croissance climat ne fait aucun doute et est désormais
économique très importante. Or, ces grands attesté par l'augmentation observée des
utilisent essentiellement des centrales à températures moyennes de l'air et de l'océan,
charbon pour produire leur électricité. la fonte généralisée de la neige et de la glace
et l'augmentation du niveau moyen de la
Les énergies actuellement exploitées génèrent mer". Ainsi, la température moyenne à la
dans leur grande majorité des conséquences surface du globe a déjà augmenté de + 1,1°C
environnementales et ce, en parallèle avec depuis l'époque préindustrielle. Ce
réchauffement climatique s’est imposé dans
3Rapport de l’ONU juin 2017, les années 90, comme une composante
https://www.un.org/development/des a/fr/new nouvelle de la problématique énergétique et,
s/population/world-population-prospects-
2017.html
6Article :
4Rapport de l’ONU juin 2017, https://www.planetoscope.com/co2/261-
https://www.un.org/development/des a/fr/new emissions-mondiales-de-co2-dans-l-
s/population/world-population-prospects- atmosphere.html
2017.html
7Article : https://www.planete-
5Article : https://www.inegalites.fr/Une- energies.com/fr/medias/decryptages/la-
10

personne-sur-sept-n-a-pas -acces -a-l-electricite- production-de-l-electricite-et-ses-emissions-de-


Page

dans-le-monde?id_theme=26 co2

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
durant la décennie suivante, comme une
donnée cette fois majeure et incontournable.

Aujourd’hui, la trajectoire est mal engagée


pour limiter la hausse à 1.5°C d’ici 2100 8 .
Même si les Etats respectent leurs
engagements, ce qui n’est pour l’instant pas le
cas pour la majorité des pays, la planète se
réchaufferait d’au moins 3 °C d’ici à la fin du
siècle 9 provoquant une augmentation du
niveau de mers, des glaciers qui continueront
de fondre, des canicules et fortes
précipitations plus fréquentes, des cyclones
plus intenses, une biodiversité altérée et des
déplacements de populations importants
consécutifs aux sinistres.

Figure 3 : Anomalies observées des températures moyennes annuelles (1850-2012) (source : Guide pratique, Le changement climatique
en 10 questions, mai 2018, ADEME)

8D’après les objectifs de l’accord de Paris en


décembre 2015

9https://www.ecologique-
solidaire.gouv.fr/quil-faut-retenir-du-rapport-
11

du-giec-sur-rechauffement-climatique : résumé
Page

du rapport du GIEC, octobre 2018

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ Vers un changement de modèle nécessaire
Les tendances actuelles impliquent de • La dépendance et la difficulté
réfléchir à des choix énergétiques, des formes d’approvisionnement liée aux énergies
de production, mais aussi des modes de épuisables (pétrole, gaz naturel, uranium…)
consommation différents. L’enjeu est double : • L’augmentation du coût de l’énergie (et
consommer moins d’énergie (sobriété) mais ainsi éviter la précarité énergétique)
aussi mieux (efficacité énergétique). Il faut • Les changements climatiques, provoqués
apprendre à partager, abandonner par les émissions de gaz à effet de serre
l’exploitation et la consommation abusive (GES) d’origine anthropique
pour revenir à des modes de vie plus réfléchis
quant à nos besoins en tant qu’humains de D’après le scénario négaWatt 12 , il apparaît
passage sur une terre qu’il convient de faire possible de diviser par deux la consommation
durer pour les générations futures. Sans plus d’énergie. Grâce aux principes de sobriété et
réfléchir, on use de four, machine à laver, d’efficacité, il est possible de diminuer
ordinateurs… On profite de ce confort significativement notre consommation
quotidien comme d’une évidence mais en d’énergie en priorisant les besoins essentiels
oubliant que ce sont des éléments de confort dans les usages individuels et collectifs de
récent, au point de parler aujourd’hui de l’énergie par des actions de sobriété (éteindre
« droit à l’énergie ». les vitrines et les bureaux inoccupés la nuit,
contenir l’étalement urbain, réduire les
La sobriété énergétique consiste à emballages, etc.) et en diminuant la quantité
questionner nos besoins puis agir à travers d’énergie nécessaire à la satisfaction d’un
nos habitudes et l’organisation collective sur même besoin grâce à l’efficacité énergétique
nos différents usages de l’énergie, pour (isoler les bâtiments, améliorer le rendement
privilégier les plus utiles, restreindre les plus des appareils électriques ou des véhicules...).
superflues et supprimer les plus nocives.10 Le
principe de sobriété, il consiste à réduire les La transition énergétique serait donc avant
besoins qui induisent des consommations tout une question sociale et sociétale
énergétiques. Par exemple, réduire les (changement des modes de vie et des modes
déplacements subis pour le travail, voire d’organisation des sociétés). En effet, nous ne
télétravailler. réduirons pas nos émissions de CO2 sans
consommer considérablement moins
Elle se distingue de l’efficacité énergétique qui d’énergie. Ces actions permettent alors
consiste à agir, essentiellement par des choix d’engager le processus du changement de
techniques en remontant de l’utilisation modèle de consommation, basé
jusqu’à la production, sur la quantité principalement sur la consommation accrue
d’énergie nécessaire pour satisfaire un service de ressources épuisables et polluantes.
énergétique donné. 11 Cette maîtrise de la
consommation d’énergie permettrait
notamment d’en réduire les impacts, dont
notamment :
12 Rapport de Nagawatt :
12

10 Données : https://negawatt.org/ https://negawatt.org/IMG/pdf/scenario-


Page

negawatt_2017-2050_essentiel-4pages.pdf
11 Données https://negawatt.org/

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
13

Figure 4 : Illustration du caricaturiste Red ! (https://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/arguments/1-ce-n-est-qu-un-debut-


Page

continuons-le-debat)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
2/ Une transition énergétique multi-scalaire

a/ Un accord international indispensable menée par une Europe moteur


Pour définir les moyens de stimuler le pas contraignant 13 et seuls 4 objectifs ont
développement durable au niveau mondial, enregistré « des progrès significatifs ».
quatre rencontres décennales appelées
L’ambition de la Conférence de Paris (COP 21)
Sommets de la Terre ont été organisées
depuis 1972 par l’ONU. Par ailleurs, les pays qui s’est tenue à Paris fin 2015 était
précisément de trouver un accord global qui
signataires de ce type de traité organisent,
une fois par an en général, une conférence soit juridiquement contraignant. L’objectif est
des parties (COP en anglais). de limiter à 2°C l’augmentation de la
température du globe par rapport au début de
Les premiers sommets de la Terre ont permis l’ère industrielle.
de poser les principes et de souligner
l’urgence à laquelle les pays sont confrontés, Au niveau européen, en 2008, la Commission
a présenté le « paquet Climat-Énergie », avec
notamment sur les questions écologiques.
Cependant, la plupart d’entre eux reste des ambitions claires et des objectifs chiffrés.
pauvre en termes de réalisation concrète. Les Son adoption fait de l’UE la première région
sommets suivants furent dédiés au au monde à s’être engagée en faveur
renouvellement de l'engagement en faveur du d’objectifs aussi ambitieux et à avoir mis en
place les mesures nécessaires à leur mise en
développement durable et la maîtrise des
GES. Ils précisent aussi que les pays œuvre. Il a pour objectif de permettre la
réalisation de l'objectif « 20-20-20 » : faire
industrialisés portent une responsabilité plus
importante sur la concentration de GES. Mais passer la part des énergies renouvelables dans
les observateurs du sommet parlent le mix énergétique européen à 20 % ; réduire
les émissions de CO2 des pays de l'UE de 20 %
davantage d'intentions que d'objectifs précis
et contraints. par rapport à 1990 ; accroître l'efficacité
énergétique de 20 % d'ici à 2020.
Adopté pendant la COP3 en 1997, le protocole
La partie de l’énergie provenant de sources
de Kyoto est le premier accord international
contraignant sur des engagements chiffrés de renouvelables dans la consommation finale
réduction des émissions de GES aux pays brute d’énergie a presque doublé au cours des
développés. Son ambition était de réduire de dernières années, passant d’environ 8,5 % en
5 % en moyenne les émissions globales par 2004 à 17,0 % en 2016 14. Elles doivent donc
être encore augmentées et cet objectif se voit
rapport au niveau de 1990, sur une période
allant de 2008 à 2012 et ce, pour l’ensemble
des signataires, selon la situation du pays. 13 Article :
http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-
Afin de poursuivre les objectifs fixés pour la pedagogique/protocole-de-kyoto
période 2008-2012, une seconde période 14 Article :
d'engagement du protocole a été fixée lors de https://ec.europa.eu/euros tat/statistics-
14

la Conférence de Doha (COP 18) en décembre explained/index.php?title=Renewable_energy_st


Page

2012. Par ailleurs, l’accord n’est légalement atistics/fr

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
désormais décliné sous forme d’objectifs Au-delà, la Commission Européenne a produit,
nationaux contraignants. Tous les États se en 2011, une feuille de route pour l’énergie à
voient ainsi imposer une augmentation de l’horizon 2050. Celle-ci présente les différents
5,75% des énergies renouvelables, le reste scénarios permettant de réaliser l'objectif de
étant modulé en fonction du Produit intérieur réduction de 80 à 95% des émissions de CO2
brut de chaque État, en vertu du principe de d'ici 2050 par rapport à 1990, tout en
solidarité. Selon ce procédé, en France, les renforçant la compétitivité de l’Europe et la
énergies renouvelables devront représenter sécurité de l'approvisionnement.
23% de la consommation totale d’énergie d’ici
2020. Au-delà, le « Winter Package », nouveau
paquet énergie de la Commission européenne
En 2014, la Commission européenne a adopté pour mettre en œuvre les accords de Paris,
une nouvelle série d'orientations en révisant donne des objectifs plus contraignants comme
son «Paquet Climat-Energie». L’objectif était encourager de façon prioritaire l’efficacité
de donner un cadre en matière de climat et énergétique, parvenir au premier rang
d'énergie à l'horizon 2030 : mondial dans le domaine des énergies
renouvelables, renforcer le pouvoir des
• une réduction d'au moins 40% des consommateurs…
émissions de GES par rapport au niveau de
1990 Avec l’adoption d’un « paquet Climat-Energie
» et d’une feuille de route à l’horizon 2050,
• une part d'au moins 27% d'énergies l’UE se place ainsi en position de pionnière,
renouvelables à atteindre au niveau sans attendre qu’une stratégie oriente
européen clairement les efforts mondiaux.
• l'amélioration de l'efficacité énergétique
de 27%.
15

Figure 5 : Cadre d'action en matière de climat et d'énergie à l'horizon 2030 - Grands objectifs fixés (source : https://www.cre.fr/La-CRE-dans-
Page

le-monde/En-Europe/Cadre-legislatif-europeen)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Un engagement national fort pour une politique énergétique
En France, les années 2000 marquent 2 », a été promulguée en 2010 17 et a décliné
l’apparition d’une nouvelle politique de manière claire les orientations du «
énergétique initiée par des directives Grenelle 1 ». Ces mesures mises en place
européennes sur l’ouverture des marchés et depuis 2008 ont d’ailleurs été reprises dans le
par la prise de conscience des enjeux plan d’action national en faveur des énergies
environnementaux. Elle est marquée par un renouvelables.
engagement fort de l’Etat. Concernant le
développement des énergies renouvelables, Après un débat national sur les interrogations
les objectifs ne cessent d’être modifiés au fil énergétiques, la loi relative à la transition
du temps, passant d’un objectif de satisfaction énergétique pour la croissance verte (TECV) a
ainsi été adoptée en 2015 18. Cette évolution
de 10% de nos besoins énergétiques à partir
d’énergies renouvelables dans la loi de 1995, à législative s’inscrit dans la lignée des actions
initiées depuis 2007 (Grenelle de
32% en 201515.
l’environnement et transposition du Paquet
Marquant le début de l’engagement officiel de Energie Climat européen qui fixaient les
la France dans une politique de soutien aux objectifs à 2020). Par ailleurs, la loi prolonge
énergies renouvelables, la loi POPE a été suivi et renforce les objectifs à une échéance plus
d’une concertation nationale dite « Grenelle poussée, à savoir 2030 et 2050. Les grands
de l’environnement » pour définir ensemble objectifs 19 de la loi sont de :
une politique environnementale et de
développement durable en France qui a • Réduire de 40 % des émissions de gaz à effet
permis d’effectuer la traduction nationale du de serre en 2030 par rapport à 1990.
20-20-20 européen en 2007. Cette • Diminuer de 30 % la consommation
concertation a rassemblé l'ensemble des d’énergies fossiles en 2030 par rapport à
acteurs (État, collectivités locales, entreprises, 2012.
organisations syndicales et associations) et a
été admise comme une première étape • Porter la part des énergies renouvelables à
majeure pour les décisions à venir en matière 32 % de la consommation énergétique finale
de développement durable sur le territoire d’énergie en 2030 et à 40 % de la production
national. Par la suite, un groupe de travail d’électricité.
s'est réuni et a établi un scénario de référence
• Réduire la consommation énergétique finale
pour atteindre l'objectif de 23% d’énergies
de 50 % en 2050 par rapport à 2012.
renouvelables dans la consommation totale
d'énergie finale 16 d’ici 2020. • Diminuer de 50 % le volume de déchets mis
en décharge à l’horizon 2050.
Par la suite, la loi portant engagement
national pour l’environnement, dite « Grenelle
17Dossier Climat Air et Energie, Chiffres-clés,
ADEME, 2018

15Dossier Climat Air et Energie, Chiffres-clés, 18Dossier Climat Air et Energie, Chiffres-clés,
ADEME, 2018 ADEME, 2018
16

16L'énergie finale est l'ensemble des énergies 19Dossier Climat Air et Energie, Chiffres-clés,
Page

délivrées prêtes à l'emploi à l'utilisateur final. ADEME, 2018

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
• Diversifier la production d’électricité et première période de trois ans (2016-2018),
baisser à 50 % la part du nucléaire à l’horizon puis une seconde période de cinq ans (2019-
2025 2023). En tant que dispositif opérationnel
pour atteindre les objectifs définis par la loi, la
Ainsi, la décision du gouvernement est de ne PPE permet de diriger le système énergétique
plus dépendre entièrement du nucléaire mais du territoire français tout en tenant compte
de la conserver dans le mix énergétique. de l’évolution des techniques, du contexte
Objectif que va appuyer, en 2017,
économique, des enjeux sociaux et
l’établissement d’un nouveau Plan Climat pour environnementaux locaux. En outre, les PPE
atteindre la neutralité carbone à l’horizon contiennent des outils de conduite financière,
2050. en définissant notamment des enveloppes
Afin de décliner de façon concrète les choix de indicatives maximales de ressources publiques
la politique énergétique fixée par la loi, les mobilisables.
pouvoirs publics ont développé un outil : la
programmation pluriannuelle de l’énergie
(PPE). Cette première PPE va couvrir une
17Page

Figure 6 : Tableau récapitulatif des principaux textes de référence et objectifs (source : Dossier Climat Air et Energie, Chiffres-clés, ADEME, 2018)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ La montée en puissance des autorités locales et des territoires
Les autorités locales sont devenues des Les collectivités dont le nombre d’habitants
acteurs majeurs au niveau national, dans le est supérieur à 50.000, devaient rédiger un
cadre de la transition énergétique. Cette Plan Climat Energie Territorial (PCET), qui
échelle semble être au plus près des réalités, permettait de définir les objectifs stratégiques
faisant le lien entre les objectifs nationaux et et opérationnels de la collectivité afin
le citoyen-consommateur. d'affaiblir et de lutter efficacement contre le
réchauffement climatique, tout en proposant
L’intégration des collectivités territoriales au un programme d’actions. Ils doivent être
développement des énergies de sources
compatibles avec les SRCAE.
renouvelables est devenue une nécessité face
au pouvoir centralisé. Elles ont donc pris des La loi relative à la transition énergétique pour
compétences dans quatre domaines relatifs à la croissance verte actualise les PCET par la
l’énergie : la concession du service public de mise en place du Plan Climat Air Energie
distribution d’énergie, la production Territorial (PCAET). Ce dernier est porté par
d’énergies de sources renouvelables, les intercommunalités de plus de 20 000
l’aménagement du territoire et la habitants. Cette réduction d’échelle pourra
sensibilisation. permettre d’avoir une approche précise sur
des territoires plus réduits afin de développer
Déjà engagées dans les économies d'énergie un programme d’actions spécifiques.
et les réseaux de distribution de l'énergie en
collaboration avec d’autres acteurs, les Plus récemment, en 2015, la loi NOTRe (loi
collectivités sont en plus intégrées à la portant une nouvelle organisation territoriale
planification du développement des énergies de la République) cible et renforce le rôle
renouvelables, voire à la production d'énergie. planificateur de l’institution régionale, en
Depuis la loi Grenelle 2, chaque région doit créant le Schéma Régional d’Aménagement,
avoir un Schéma Régional du Climat, de l’Air et de Développement Durable et d’Egalité des
de l’Energie (SRCAE) en collaboration avec Territoires, le SRADDET. Ce document
l’Etat. Ce schéma permet de dresser un état d’orientation est chargé d’organiser la
des lieux régional à travers un bilan stratégie régionale à moyen et long termes
énergétique et doit définir, à partir de cet état (2030 et 2050). Il fusionne plusieurs
des lieux, des objectifs qualitatifs, quantitatifs documents sectoriels ou schémas existants
et des orientations aux horizons 2020 et 2050, dont le SRCE et le SRCAE. Les régions
notamment concernant le développement des paraissent correspondre à l’échelle de
énergies renouvelables, le contrôle des décentralisation adéquate au développement
consommations énergétiques, la réduction de ces énergies, mais toujours sous l’influence
des émissions de GES. La loi Grenelle 2 précise de l’Etat, qui conserve son rôle de garant de la
par ailleurs qu’un Schéma Régional Eolien bonne mise en œuvre de cette politique. Il
(SRE) doit être annexé aux SRCAE. Le SRE est apparait en effet que l’intervention du préfet
un outil régional de promotion du dans le contrôle de la gestion locale de la
développement de l’énergie éolienne et a politique énergétique soit omniprésente.
pour mission d’indiquer les secteurs Toutefois, de nouvelles initiatives prises à
18

géographiques qui apparaissent les plus l’échelle de collectivités plus locales


adaptés à l'implantation de ce type permettent de développer des projets plus
Page

d'installation. décentralisés.

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
En outre, il apparaît que les collectivités ce document le premier outil des collectivités
réunissent davantage de compétences dans le locales sur le sujet, devant le Plan Climat-
domaine des énergies renouvelables, au sein Energie Territorial.
des Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) et des
Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT). Elles D’autres dispositifs permettent aux
ont dorénavant la possibilité de définir dans collectivités et aux territoires d’agir plus
leurs documents d’urbanisme des secteurs localement pour mettre en marche la
transition énergétique. Par exemple, la loi de
dans lesquels les constructions nouvelles
devront respecter des performances transition énergétique permet aux
énergétiques et environnementales collectivités (communes, départements et
consolidées. Cependant, si l’état des lieux et régions) d’entrer au capital de sociétés
les intentions sont bien présents au niveau du anonymes dont le but est la production
d’énergies renouvelables sur leur territoire.
diagnostic et du projet d’aménagement et de
développement durable, il est encore rare de Pour agir localement, ces collectivités peuvent
s’intégrer dans des Sociétés d’Economie Mixte
retrouver leur transcription dans les volets
réglementaires. Pourtant, 70% 20 des (SEM) ou encore des Sociétés Publiques
communes citent le PLU parmi les outils Locales (SPL) afin de pouvoir être acteur au
utilisés pour mener une politique de lutte niveau local.
contre le changement climatique, faisant de
19

20Source : enquête Gazette des communes,


Page

2015
Figure 7 : Schéma explicatif des relations entre les principaux documents de référence des énergies renouvelables (source :
http://outil-cactus.parc-golfe-morbihan.bzh/niveaux-national-et-regional/)
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
3/ Les énergies renouvelables au cœur de la transition énergétique

a/ Des énergies produites à partir de ressources naturelles


Les énergies renouvelables sont toutes les • L’énergie éolienne
ressources « illimitées » de la planète. Leur
renouvellement naturel est assez rapide pour Une éolienne est un dispositif qui permet de
qu'elles puissent être considérées comme convertir l’énergie cinétique du vent en
inépuisables car elles sont issues directement énergie mécanique. Cette énergie est alors
de phénomènes naturels, réguliers ou transformée en électricité.
constants. Elles constituent ainsi des solutions Elle permet d’électrifier des sites isolés
nouvelles à exploiter. géographiquement sans consommer
Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la beaucoup d’espace. Mais, leur impact sur
terre, les chutes d’eau, les marées ou encore l’environnement et surtout visuel est
la croissance des végétaux, les énergies discutable. En outre, leur rendement dépend
renouvelables sont au cœur de la transition totalement du vent et de son intensité.
énergétique. En effet, outre le fait que ces - L’énergie de biomasse
énergies se renouvellent rapidement ou
semblent inépuisables à l’échelle humaine, La biomasse est une source d'énergie qui
elles participent à la lutte contre l’effet de dépend du cycle de la matière vivante
serre et les rejets de CO2 dans l’atmosphère, végétale et animale. Cette énergie permet de
facilitent la gestion raisonnée des ressources fabriquer de l'électricité grâce à la chaleur
locales, et génèrent même des emplois. dégagée par la combustion de ces matières
(bois, végétaux, déchets agricoles, ordures
Ainsi, les énergies renouvelables présentent ménagères organiques) ou du biogaz issu de la
des vertus évidentes mais elles ne sont pas fermentation de ces matières, dans des
sans inconvénients. Les principales énergies centrales biomasses.
sont détaillées ci-dessous :
Elle a l’intérêt de pouvoir être stockée et
• L’énergie hydraulique – hydroélectricité d’avoir des ressources disponible de manière
abondantes. Cependant, si on recourt de
Cette énergie utilise la force motrice des cours
d’eau, des chutes, et des marées, afin de manière intensive dans des milieux boisés, il y
produire de l’électricité. a un risque de déforestation et d’érosion des
sols.
Elle a l’avantage de fournir de fortes
puissances pour un coût d’exploitation - L’énergie solaire
relativement faible. De plus, il est possible de L'énergie solaire transforme le rayonnement
la stocker grâce aux retenues d’eau. solaire en électricité ou en chaleur, selon les
Néanmoins, les différents ouvrages technologies. On différencie l'énergie solaire
hydrauliques coûtent très chers et perturbent photovoltaïque, qui produit de l'électricité via
l’équilibre écologique. De plus, il y a un risque des modules photovoltaïques et l'énergie
20

minime de rupture pouvant être solaire thermique qui produit de la chaleur et


particulièrement dangereux.
Page

qui peut être utilisée pour le chauffage

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
domestique ou la production d'eau chaude que par intermittence. Son rendement
sanitaire. Il existe aussi l'énergie solaire dépend du climat et de la situation
thermodynamique qui elle, produit de géographique.
l'électricité via une production de chaleur.
Les énergies renouvelables sont donc
L’énergie photovoltaïque (plus répandue) peut théoriquement inépuisables mais elles
être implantée dans des sites isolés ou non présentent des contraintes telles que
reliés à un réseau électrique important. Mais, l’intégration paysagère ou une production
elle consomme beaucoup d’espace et produit instable …
21 Page

Figure 8 : Projet Methelec en Auvergne qui mutualise la production d'énergie photovoltaïque et de biogaz (source : www.langa.fr)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Les filières renouvelables vertueuses mais pas sans inconvénients
Les sociétés modernes sont très dépendantes exemple), tout en développant de nouveaux
de l'énergie et particulièrement des énergies emplois, eux aussi plus locaux.
non renouvelables. Passer d’un système
énergétique non renouvelable à des Ces énergies renouvelables néanmoins
ressources renouvelables suscite des quelques limites, qu’il est important de
espérances et le développement des nouvelles considérer.
filières renouvelables englobe bien des Le premier inconvénient serait le caractère
avantages, mais introduit aussi quelques intermittent de certaines énergies
interrogations. renouvelables, notamment celles qui
exploitent le soleil et le vent, qui sont des
Les énergies renouvelables ont pour
essentielle réputation d’être des ressources éléments qui ne se transportent pas et ne se
quasiment illimitées. En effet, ces énergies stockent pas. Les technologies déployées font
exploitent des ressources naturelles, appel à des éléments naturels inégalement
inépuisables (le soleil, le vent, l’eau). « En répandus à la surface de la planète. Elles sont
circonscrites à leur environnement immédiat,
outre, les émissions de gaz à effet de serre
sont sensiblement réduites grâce à ces ce qui rend très variables et aléatoire leur
énergies renouvelables, beaucoup plus capacité à concurrencer globalement les
propres que la combustion pétrolière » 21. énergies fossiles, du moins à court et moyen
terme. Par ailleurs, plusieurs filières
Le respect de l’environnement se note dans la d’énergies renouvelables seraient très
comparaison des émissions de CO2 par filière, consommatrices d’espace. Le déploiement de
entre les énergies dites renouvelables et les champs de panneaux solaires exige en effet
énergies fossiles. Par exemple, le fioul produit une importante emprise au sol pour produire
332 fois plus d’émissions de CO2 que la filière de l’énergie et cela, due à la faible densité
éolienne. En outre, ces énergies présentent énergétique.
notamment l’avantage, d’être plus sûres et
plus « propres ». En effet, ces dernières ont un En outre, le développement de ces énergies
faible risque d’accident et de faibles exige aussi des extensions et des
renforcements des réseaux. En effet, le réseau
conséquences en termes d’accident (en
comparaison avec l’énergie nucléaire). Elles ne français actuel est vieillissant et ne permet pas
produisent que peu, voire aucun déchet et ces d’accueillir beaucoup plus de puissance, que
derniers sont notamment peu dangereux. ce soit sur les lignes ou sur les postes sources
Hormis une sécurité climatique plus recevant l’électricité produite par les énergies
renouvelables. Il est nécessaire de construire
prononcée, ces énergies sont notamment
gages de plus de sécurité, d’un point de vue de nouvelles lignes à haute tension pour
pouvoir raccorder les installations, tel est le
social et économique. Elles permettent
également de valoriser les ressources locales cas pour les parcs éoliens ou solaires qui sont
d’un territoire (son taux d’ensoleillement, par implantés le plus souvent sur des sites
éloignés. Construit à partir d’un système
21 Article : centralisé, le réseau n’est pas adapté à une
http://www.geo.fr/environnement/les-mots- production décentralisée. L’enjeu est donc de
22

verts/energies-renouv elables- développer des réseaux « intelligents » où


Page

40381#jF2lt4oJ1PuqJCM2. 99 l’énergie produite par les énergies

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
renouvelables pourra être consommé le montre le tableau ci-dessous, les énergies
localement et non pas à l’autre bout de la renouvelables ont des prix variables selon leur
France. implantation et leur situation. L’éolien
terrestre et les centrales photovoltaïques au
Un des derniers inconvénients qui peut être sol sont devenues des moyens de production
rappelé et qu’il est nécessaire de prendre en compétitifs qui entrent désormais en
compte, c’est l’investissement initial concurrence avec les moyens conventionnels
nécessaire au déploiement de ces énergies,
tels que l’énergie nucléaire dont la production
même si depuis ces dernières années, leur a été estimée à 59.8 euros/MWh, en 2014, par
seuil de compétitivité paraît plus évident par la Cour des comptes.
rapport aux énergies d’origine fossile. Comme
23

Figure 9 : Coûts complets de production en France pour la production d'électricité renouvelable (source : Dossier de l'ADEME, "Coûts
des énergies renouvelables", décembre 2016)
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ La situation en France
Certaines particularités nourrissent le système énergie obtenue par transformation
énergétique et il est ici question de (contrairement à l’énergie primaire, qui
comprendre la production/consommation désigne une énergie disponible dans
d’énergie et d’évaluer la place qu’occupent les l'environnement). Auquel on additionne aussi
énergies renouvelables dans le système le transport et la distribution d'énergie
français. jusqu'au consommateur final. Globalement,
les énergies fossiles, peu produites en France
Entre 1973 et la fin des années 1980, la hausse à savoir le gaz naturel et le pétrole, occupent
des prix du pétrole a conduit à faire des choix
une grande place dans la consommation
sur les sources d’énergie et le système d’énergie primaire.
productif français. Ce premier choc pétrolier a
incité le pays à se lancer dans un grand Néanmoins, les tendances montrent qu’une
programme de production nucléaire afin large évolution s’est opérée au cours de ces
d'assurer son indépendance énergétique. A la quatre dernières décennies : la part du
suite de la mise en place du programme, la charbon est passée de 15 % à moins de 4 %,
production nationale d’énergie primaire est celle du pétrole de 68 % à 30 %, alors que la
passée de 44 Mtep22 en 1973 (dont 9 % de part du gaz était multipliée par deux (7 % à 14
nucléaire) à 133.1 Mtep 23 en 2016 (82 % de %), et celle de l’électricité primaire par dix (4
nucléaire). Les productions de charbon, de % à 45 %) 25. Cette évolution est le résultat du
pétrole et de gaz naturel ont poursuivi leur développement de l’énergie nucléaire à partir
déclin, jusqu’à s’arrêter en 2004 pour le des années 1975, de la délocalisation des
charbon et en 2013 pour le gaz. activités consommatrice en énergie, des
efforts en matière d’économie d’énergie...
Le pays reste toutefois dépendant des
importations d’énergie. En effet, le secteur Aves la remise en question de l’énergie
économique de l'énergie en France se nucléaire, le développement progressif des
distingue en deux catégories : la production énergies renouvelables en France s’est imposé
locale (qui s’élève à 54 %) et l’importation (à dans le paysage énergétique, sans pour autant
hauteur de 46 %) d’énergies24 . On ajoute afficher une réelle progression dans la
après la transformation de ces énergies en production d’énergie primaire. Les énergies
énergies secondaires c’est-à-dire en une renouvelables représentent 10,9 % de la
consommation d’énergie primaire et 16,0 %
de la consommation finale brute d’énergie en
22 Données :
France en 2016. Elles constituent ainsi la
https://www.statistiques.dev eloppement-
durable.gouv.fr/fileadmin/documents /Produits_ quatrième source d’énergie primaire en 2016,
editoriaux/Publications/Reperes/2015/reperes
-chiffres-cles-energie-2014-b.pdf 25 Commissariat Général au développement
23 Données : durable. « Repères – Chiffres clés de l’énergie –
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303620? Edition 2015 ». Service de l’observation et des
sommaire=3353488 statistiques. Février 2016, 60 p. [En ligne]. URL :
http://www.statistiques.developpementdurable.
24 Données : gouv.fr/fileadmin/documents /Produits_edi tori a
24

https://www.touteleurope.eu/actualite/la- ux/Publications/Reperes/2016/reperes -
Page

dependance-energetique-europeenne.html chiffres-cles-energie-2015.pdf

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
derrière le nucléaire (41,2 %), les produits En effet, la production primaire d’énergie
pétroliers (28,3 %) et le gaz (15,5 %), à la renouvelable a été marquée par le
même date.26 Dans la production en 2016, les développement de la filière bois-énergie et de
principales filières sont le bois-énergie l’hydraulique depuis plus de 60 ans. Ce n’est
(l’énergie de biomasse) avec 41.2 % de part de que depuis les années 2000 que d’autres
production, l’hydraulique (19.8%), les énergies comme l’éolien, les biocarburants ou
biocarburants (9.3%) et enfin les pompes à encore le développement de pompes à
chaleur (8.4%) puis l’éolien (7.1%). Le biogaz chaleur ont fait leur apparition en France. La
ou encore l’énergie solaire photovoltaïque diversité de production d’énergies sur le
occupent une place encore très marginale territoire ne s’est faite que très récemment et
dans la production française. Cependant, cette la part des énergies renouvelables reste
dernière est amenée à se développer sensiblement faible, à l’heure de la dynamique
rapidement. de changement de modèle énergétique.

A titre d’exemple, en décembre 2018, le parc


solaire français atteint une capacité installée
de 8527 MW. Cette puissance ne représente
que 83,6 % de l’objectif fixé par la PPE pour fin
2018. Néanmoins, le cumul de puissance des
projets en développement s’élève à 4266 MW,
élevant ainsi à 12 793 MW la puissance
installée et en file d’attente et représentant
125 % de l’objectif national fixé par la PPE. Ce
chiffre est toutefois à mettre au regard des
objectifs ambitieux fixés dans SRCAE dont le
total de la puissance solaire appelée atteint 15
500 MW 27.

26 DATLAB, Chiffres clés des énergies


renouvelables – Édition 2018, Commissariat
général au développement durable, Ministère de
la transition écologique et solidaire.

27« Cadre régional pour le développement des


25

projets photovoltaïques en Provence-Alpes-Côte


Page

Figure 10 : Consommation d'énergie primaire par type d'énergie en métropole en 2016 (source : DATLAB, Chiffres clés des énergies
d’Azur », DREAL PACA, février 2019
renouvelables – Édition 2018, Commissariat général au développement durable, Ministère de la transition écologique et solidaire.)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Les nouveaux paysages de l’énergie

1/ Les énergies renouvelables liées au paysage

a/ La notion de paysage énergétique


« Le «paysage» désigne une partie de
territoire telle que perçue par les populations, A cette première définition, s’ajoute l’idée
dont le caractère résulte de l'action de d’évolution « le support physique du paysage
facteurs naturels et/ou humains et de leurs ou paysage objet est composé d’objets
interrelations. » 28 naturels et des empreintes laissées sur les
Cette définition met en évidence les trois lieux par les sociétés qui s’y sont succédées
dimensions du paysage qui permettent » 29.
d’organiser le travail à conduire dans la L’évolution apportée par la transition
conception d’un projet de territoire qui énergétique est donc intimement liée au
prendrait en compte explicitement les paysage qui la supporte. Depuis déjà plusieurs
paysages : la portion de territoire, la décennies, le paysage fait partie du débat
perception, les populations. Cette première énergétique comme un argument brandi
dimension renvoie au caractère physique du contre l’impact des infrastructures associées à
paysage et à ses structures. La combinaison de la production ou au transport de l’énergie. Il
tous ces éléments qui composent le caractère est à noter que c’est une réaction contre
d’un lieu permet de distinguer la diversité l’aménagement hydroélectrique des
des unités de paysages, c’est-à-dire ces territoires qui suscita le vote des premiers
ensembles territoriaux homogènes en termes textes législatifs relatifs à la protection des
de caractéristiques paysagères et qui sont paysages en France (loi 1906, par exemple30).
porteurs de structures paysagères, d’éléments Encore maintenant, le paysage est évoqué
de paysages qu’il conviendra d’identifier et de dans la question de l’énergie par le biais de la
décrire. La deuxième dimension fait appel à vision pittoresque à préserver contre
l’approche sensible du paysage, mobilisant l’altération par les infrastructures nécessaires
l’ensemble de nos perceptions et sens. Cette à l’exploitation des ressources. Pourtant,
approche permet d’élargir et d’approfondir comme l’évoque Serge Briffaud et Bernard
notre questionnement sur le paysage, au-delà Davasse, professeurs chercheurs, à l’ENSAP
de sa description morphologique. La troisième Bordeaux,31 «Le paysage perd de l’épaisseur
dimension renvoie à la dimension culturelle
du paysage, celle qui fonde le sentiment 29 D’après la Convention Européenne du paysage
d’appartenance et contribue à l’identité des 30Article « Le paysage dans tous ses états. Le
populations. Connaître ces représentations paysage et la loi en France et en Europe :
passe par l’identification des représentations législations et réglementations, une sélection »
sociales du paysage et idéalement par de Sylviane Tabarly, professeure de géographie :
l’enquête auprès des habitants. http://geoconfluences.ens-
lyon.fr/doc/transv/paysage/PaysageDoc2. htm
26

28Définition issue de la Convention Européenne 31Article "Pourquoi et comment mettre l’énergie


Page

du Paysage en paysage ? », revue Urbanisme HS n°64, p.52

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
que potentiellement lui confère la mémoire entre préoccupations paysagère et
qu’il porte et le témoignage qu’il délivre sur environnementale. »
les relations des sociétés à leurs
environnements et sur leurs façons d’activer Du grand paysage aux détails architecturaux,
les ressources. Réduit à l’objet d’une on distingue des unités paysagères façonnées
appréciation esthétique souvent inconsciente par la vie des sociétés. Lire le paysage c’est
des codifications qui l’ordonnent, il devient, raconter cette histoire et envisager les choix à
au pire, l’un des obstacles qui se dressent sur faire pour l’avenir.
la voie d’un « adoucissement » de la ressource
énergétique, au mieux, un faire-valoir que
l’infrastructure « révèle » ou embellit. Dans un
cas comme dans l’autre, le lien est coupé
27
Page

Figure 11 : Centrale photovoltaïque à Les Mées dans les Alpes de Haute Provence (nrgrenouv.hypotheses.org)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Des paysages énergétiques en transformation permanente
Le paysage évolue, se transforme. Le paysage contexte. Celles-ci utilisent les ressources du
que l’on perçoit à un instant est le résultat de territoire, leur production est visible dans le
dynamiques naturelles et humaines passées et paysage et témoigne des choix du territoire en
présentes, qui dans le futur, lui donneront une matière énergétique
autre forme.
Dès le moyen-âge, la production d’énergie Il faut donc avoir conscience de ces
s’impose comme élément repère dans le changements passés et futurs. L’approche à
paysage. Les moulins, par exemple, sont très l’énergie doit être dynamique comme l’a été
vite une composante des peintures de son évolution. Claude Chazelle, paysagiste, et
l’époque. D’autre part, les débuts de enseignant à l’ENSP Versailles-Marseille,
l’industrialisation basée sur l’exploitation du explicite la nécessité de changer de regard sur
charbon de bois comme ressource le paysage : « Notre boulot, en tant que
énergétique première ont eu un impact très paysagistes, est de veiller à ne pas figer notre
fort sur le paysage. A cette époque, une regard dans une époque mais d’anticiper les
déforestation massive laisse place à de grands regards de demain, et de s’assurer de ce qui
espaces ouverts. est profondément commun et partagé entre
Au 19ème siècle, le passage aux énergies le regard d’hier, celui d’aujourd’hui et celui de
fossiles va entraîner un changement de mode demain. La transition énergétique nous oblige
de production et de mode de vie. C’est à considérer que le territoire va forcément
l’avènement de l’industrie, du développement changer parce que les modes de production,
effréné. L’énergie fossile nécessite d’être de production d’énergie et même de
extraite et acheminée. Le charbon modifie le production agricole, vont changer. Nous
paysage de son lieu d’extraction avec la faisons le pari que, en intervenant
création de terrils. L’hydro-électricité, quant à suffisamment tôt, il est possible d’anticiper et
elle, génère la création de barrages qui influencer ces changements de manière à les
inondent de vastes étendues et modifient les accompagner, plutôt que de les subir en
milieux. essayant de mettre un peu de «
Au 20ème siècle, le nucléaire se développe, mercurochrome vert. » 32
l’accès à l’électricité se généralise. La
production nucléaire est visible par l’impact L’enjeu pour les territoires est donc de
des centrales nucléaires, mais ce qui est le parvenir à couvrir les besoins par une
plus visible sur l’ensemble du territoire, c’est production locale. Cet objectif ne peut être
l’acheminement de l’électricité. Poteaux, fils, tenu sans un effort de réduction des
lignes à haute tension viennent habiller le consommations mais aussi de déploiement
paysage. Avec l’arrivée du pétrole, la mobilité important de dispositifs de production
augmente, les villes s’étalent, c’est décentralisée tels que le photovoltaïque,
l’avènement de la maison individuelle qui l’utilisation de la biomasse, l’éolien… Il s’agira
banalise le territoire. alors de rapprocher les lieux de
Aujourd’hui, on assiste à une prise de consommation et de production d’énergie, et
conscience au niveau international de
l’épuisement des énergies fossiles et des 32Article « Anticiper l e regard de demain »,
28

questions environnementales. Les énergies revue Urbanisme HS n°64, p. 25


Page

renouvelables vont apparaître dans ce

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
de profiter des retombées économiques de de sa production, visibles actuellement
cette production pour créer de la richesse sur uniquement sur quelques territoires (centrales
le territoire et potentiellement financer des nucléaires, centrales thermiques, barrages,
actions d’efficacité énergétique. Le paysage conduites forcées, …). Les changements
est donc à imaginer avec non seulement les attendus en termes énergétiques mais aussi
traces, souvent visibles aujourd’hui, de la paysagers sont aussi importants que ceux de
distribution d’énergie, mais aussi avec celles l’époque des grands barrages.
29
Page

Figure 12 : Projection du barrage de Serre Ponçon avant sa mise en service en 1960 (http://polien.e-
monsite.com/pages/etude-de-cas.html)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ La prise en compte croissante du paysage dans les documents d’urbanisme
La recherche des secteurs favorables aux PACA, la loi Littoral s’applique dans les
énergies renouvelables s’effectue à large départements des Alpes-de-Haute-Provence,
échelle dans le but d’identifier des zones de des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, des
moindres enjeux paysagers. Cette Bouches-du-Rhône, du Var.
identification doit donc être anticipée par les
D’autre part, la loi Montagne oblige de
élus qui doivent élaborer ou réviser leur
document pour définir finement les secteurs s’implanter en continuité avec les
et conditions d’implantation, c’est-à-dire agglomérations / villages existants.
planifier le développement des énergies Cependant, une étude peut permettre au
renouvelables sur leur territoire. Le droit SCoT ou au PLU, avec avis de la commission
départementale de la nature, des paysages et
français offre plusieurs outils qui rendent
possible l’inscription du déploiement de des sites (CDNPS), de déroger au principe de
continuité, sous réserve de démontrer la
dispositifs de production d’énergie
renouvelable dans une stratégie d’intégration compatibilité avec les principes de
paysagère. préservation des terres agricoles, du
patrimoine naturel et de la protection contre
Tout d’abord, le Plan Climat Air Energie les risques. L’objectif premier est la
Territorial (PCAET), obligatoire pour tous les préservation des terres agricoles, pastorales et
EPCI de plus de 20 000 habitants, est « l’outil forestières emblématiques du paysage
opérationnel de coordination de la transition montagnard, notamment celles situées en
énergétique sur le territoire ». Ainsi, les fond de vallée.
collectivités avec les porteurs de projets
photovoltaïques sont parties prenantes de Par ailleurs, la charte de chaque Parc naturel
l’élaboration et de la mise en œuvre de la régional (PNR) définit les objectifs
d’aménagement et de développement du
stratégie et du plan d’actions du plan climat
en matière de développement des énergies territoire concerné et s’impose aux communes
signataires. Les communes doivent alors tenir
renouvelables. Par exemple, un plan climat
peut définir les orientations stratégiques pour compte des principes promus par la charte,
le développement des énergies renouvelables qu’ils concernent le climat, l’énergie ou le
paysage. La charte paysagère et architecturale
dans les documents d’urbanisme, ou prévoir la
réalisation d’un schéma de développement ou est un outil, non réglementaire s’élaborant à
l’échelle d’un territoire, à la portée de tous. Ce
encore réaliser un cadastre solaire.
document a pour objectif de faire partager la
En outre, les projets doivent être compatibles lecture et l’identité d’un territoire pour
avec les réglementations supra-communales. permettre de conduire des projets paysagers,
D’une part, la loi Littoral interdit une architecturaux et énergétiques cohérents.
implantation des parcs photovoltaïques dans
les coupures d’urbanisation, dans les espaces En outre, le Schéma de Cohérence Territoriale
(SCoT) et le Plan Local d'Urbanisme (PLU) sont
naturels remarquables et espaces boisés
significatifs. Ils ne peuvent pas être admis les outils par excellence des politiques
d’aménagement du territoire. Ces deux
dans les parties non urbanisées de la bande
littorale de cent mètres à compter de la limite documents doivent déterminer les conditions
permettant d’assurer la production d’énergie
30

haute du rivage et doivent être implantés en


continuité de l’urbanisation existante. En à partir des sources renouvelables dans le
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
souci d’assurer le meilleur rendu architectural parcs photovoltaïques, un travail doit être
et paysager. réalisé avec la collectivité compétente pour
envisager une évolution du document
Le SCoT s’impose lui-même au PLU par un lien d’urbanisme. De nombreux règlements de
de compatibilité. Il définit les conditions zones N et A autorisent les « constructions et
d’implantation des parcs photovoltaïques en installations nécessaires aux services publics
fonction d’arguments techniques, socio- ou d’intérêt collectif ». Cette notion
économiques et environnementaux et peut
s’applique, par exemple, aux parcs
localiser, sur la base de pré-diagnostics photovoltaïques mais n’est pas un élément
environnementaux, agricoles et forestiers les suffisant pour autoriser ces derniers. Il
zones d’implantations potentielles, puis conviendrait de démontrer que l’implantation
évaluer leurs impacts à une échelle d’un parc solaire répond à une nécessité
pertinente.
énergétique incontournable, et qu’aucun
Les documents d’urbanisme communaux autre emplacement n’est possible à l’échelle
pourront ainsi, conformément aux de l’intercommunalité.
préconisations des SCoT, préciser les secteurs
L’élaboration d’un SCot, ou d’un PLU permet
susceptibles d’accueillir de tels projets après de débattre et construire une vision commune
une analyse locale plus fine des impacts du projet de paysage. Il est alors précieux de
environnementaux. Le PLU (ou PLUi) est alors s’appuyer sur cette dynamique pour
élaboré à l’initiative et sous la responsabilité pérenniser un processus de co-construction
de l’EPCI. Par exemple, les parcs
du territoire. Il est ainsi possible de mettre en
photovoltaïques sont autorisés dans les zones œuvre un plan de paysage, un programme
U et AU, sous réserve d’une analyse de l’usage d’actions en faveur des paysages, un
le plus approprié du sol et sauf interdiction observatoire photographique des paysages,
explicite dans le règlement du PLU (en cas de outil de suivi culturel et sensible de son
EBC, par exemple). Si le règlement interdit les
évolution...
31 Page

Figure 13 : Schéma récapitulatif des rapports de compatibilité entre les documents encadrant la mise en place des énergies renouvelables
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
(https://reseauactionclimat.org)
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
2/ L’énergie solaire : un fort potentiel mais pas sans contrainte

a/ Le photovoltaïque, une énergie qui s’est démocratisée


Les panneaux photovoltaïques bénéficient Lorsque la lumière atteint la cellule, cela crée
d’une notoriété élevée notamment s’agissant un champ électrique à travers les couches et
de leurs effets sur l’environnement. Il s’agit là ainsi un flux électrique. Plus la lumière est
d’une des technologies qui reçoit le meilleur intense, plus le flux électrique est important.
accueil de la part des personnes interrogées, Ces cellules sont couplées entre elles pour
avec les véhicules électriques et les lampes former un module, lui-même relié à différents
LED. 33 composants électriques (onduleur, boîtier de
raccordement, etc.). L’ensemble constitue un
Parmi les énergies renouvelables, l’énergie système photovoltaïque.
solaire bénéfice de la meilleure cote d’opinion
avec 93% d’opinions positives et 60% de très La durée de vie d’un module est de l’ordre de
bonnes opinions, et 8 Français sur 10 estiment 25 ans. Il existe aujourd’hui différentes
que l’action des pouvoirs publics est technologies de cellules à des stades
insuffisante et qu’ils n’en font pas assez pour différents de maturité technologique.
développer l’énergie solaire en France L’énergie photovoltaïque est intermittente,
(79%). 34 car le temps de fonctionnement des parcs est
Néanmoins, l’idée d’implanter des centrales limité par la disponibilité de l’ensoleillement.
photovoltaïques au sol divise l’opinion. Le facteur de charge (énergie produite
Comme le remarque le philosophe Pascal rapportée à la puissance installée) des
Chabot dans l’Age des transitions : « panneaux photovoltaïques varie donc selon la
Considérée comme un moyen, ordinairement saison, l’heure et la localisation : conditions
refoulée, l’énergie est ce que les hommes météorologiques favorables ou non, zone
refusent habituellement de voir, alors qu’elle ventée ou ensoleillée, … 35
conditionne en profondeur presque toutes les
activités, une part de leur environnement, leur En 2016, la filière photovoltaïque était la
répartition dans l’espace… » troisième filière contributrice à l'objectif 2020
La popularité du photovoltaïque repose en termes de production d'électricité
également sur sa technologie relativement renouvelable, derrière les filières hydraulique
simple. Des cellules transforment le et éolienne, avec 8.7%. 36
rayonnement solaire en courant électrique La progression de la puissance installée du
continu. Elles sont constituées d’une ou deux parc photovoltaïque a été importante en
couches de matériaux semi-conducteurs. 2009, 2010 et 2011, grâce aux tarifs d’achat

33Rapport : 35 Article :
https://www.ademe.fr/sites/default/files/asset https://www.connaissancedesenergies.org/1-
s/documents/enquete-ifop-francais-nouvelles- mw-photovoltaique-produit-autant-que-1-mw-
technologies-energie-2017-rapport.pdf eolien-120530
32

34Article : https://www.elabe.fr/francais- 36Rapport : http://www.paca.developpement-


Page

lenergie-solaire/ durable.gouv.fr/IMG/pdf/photovoltaique.pdf

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
élevés avant de connaître un fort au sein de l’Union européenne était de 94 241
ralentissement les deux années suivantes, MWc, soit près de 41,5 % de la puissance
suite à la mise en place d’un moratoire sur les installée au niveau mondial.
tarifs d’achat au cours du premier trimestre Pour donner un ordre d’idée, une famille de 4
2010. 37 personnes consomme 4000/5000 kWh par an
La France, avec une production électrique d’électricité spécifique (hors chauffage et eau
photovoltaïque d’environ 6,7 TWh en 2015, chaude). Une installation de 3 kWc nécessite
était le cinquième producteur derrière 20 à 25 m² de capteurs. Une installation de 1
l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume- kWc soit 8 à 10 m² de capteurs peut produire
Uni. 38 La production d'électricité de l’ordre de 1500 kWh d'électricité par an
photovoltaïque de l’Union européenne était soit environ 30 % des besoins en électricité
estimée en hausse de 9,1 % par rapport à spécifique.39
2014. La puissance photovoltaïque raccordée

Figure 14 : Détail du système photovoltaïque (https://particuliers.engie.fr/electricite/conseils-electricite/photovoltaique/schema-


panneau-photovoltaique.html)
37Article : https://www.actu-
environnement.com/ae/news/photovoltaique-
moratoire-nouveau-cadre-reglementai re-
12098.php4 39 Données du « Guide solaire et habitat,
l’intégration des équipements dans les Hautes-
38 Rapport « Le photovoltaïque », Centre
Alpes », Parc national des Ecrins, Parc naturel du
33

d’études et d’expertise sur les risques,


l’environnement, la mobilité et l’aménagement Queyras, le Conseil Général des Hautes-Alpes,
Page

Méditerranée, Juin 2017 CAPEB, 2011

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Différentes implantations possibles
Les panneaux photovoltaïques peuvent être doit être prioritairement axé sur les surfaces
implantés au sol ou sur le bâti. bâties ou anthropisées.»40

L’impact est globalement plus limité lorsque Néanmoins, les objectifs fixés en matière de
ces derniers sont installés sur le bâti. Ils ne production semblent peu compatible avec des
consomment pas d’espace au sol et ne installations uniquement installées en toiture.
changent pas la destination première de son A titre d’exemple, fin 2018, la région PACA,
support. avait 1 223 MW de puissance, soit 14 % de la
puissance installée en métropole. 41 Elle
Les équipements solaires doivent s’intégrer à bénéficie par ailleurs de conditions
la conception générale du projet, pour faire
d’ensoleillement privilégiées avec un facteur
partie intégrante du bâtiment et de ses abords de charge solaire optimum en comparaison au
et ne pas apparaître comme des éléments reste de la France. Pourtant, le solaire
rapportés. Cette intégration tient à la fois à la photovoltaïque installé n’atteint que près de
typologie de la construction, aux teintes du 44 % de l’objectif fixé par le SRCAE, qui vise les
bâtiment et de son environnement et à la
2 760 MW en 2020. 42 Cet objectif a d’ailleurs
surface de capteurs nécessaire pour une été revu à la hausse dans le cadre de
production d’électricité photovoltaïque. l’élaboration du Schéma Régional
Dans les constructions neuves, l’installation d’Aménagement, de Développement Durable
solaire fait partie intégrante du bâtiment et ne et d’Égalité des Territoires (SRADDET) pour
pose généralement pas de problème. Pour les atteindre une puissance photovoltaïque totale
bâtiments anciens à forte valeur patrimoniale, de 8 316 MW en 2023.
la pose d’équipements solaires est souvent En effet, ces installations sur bâti, souvent
plus délicate. Elle doit être étudiée en fonction
réduites en surface ont eu une capacité de
à la fois de l’architecture propre mais aussi de production faible. Seuls, certains bâtiments,
son environnement, isolé ou au sein d’une du fait de leur grande superficie, sont plus
commune dans laquelle l’homogénéité de adaptés, tels que les hangars ou les ombrières
toitures constitue une perception paysagère des grands parkings. Mais leur mise en place
essentielle. Par exemple, les toitures très
reste encore trop rare. Les structures ne sont
inclinées et dans les tons gris des bacs acier ou pas toujours adaptées et les enjeux financiers
lauzes posent peu de problèmes d’intégration amènent à des excès comme à la destination
par la couleur. Par contre, les toitures à faible d’un bâtiment dévoyée.
pente en tuiles canal se prêtent moins à
l’insertion de capteurs, à la fois par leur
40 « Cadre régional pour le développement des
inclinaison, leur morphologie et leur teinte.
projets photovoltaïques en Provence-Alpes-Côte
Le photovoltaïque sur les toits est ainsi d’Azur », DREAL PACA, février 2019
préconisé par les services de l’Etat : « le 41« Cadre régional pour le développement des
développement de l’énergie photovoltaïque projets photovoltaïques en Provence-Alpes-Côte
d’Azur », DREAL PACA, février 2019

42« Cadre régional pour le développement des


34

projets photovoltaïques en Provence-Alpes-Côte


Page

d’Azur », DREAL PACA, février 2019

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Une autre alternative est l’agrivoltaïsme. Des Les centrales photovoltaïques restent donc le
panneaux photovoltaïques recouvrent les modèle le plus répandu aujourd’hui malgré
installations afin de coupler une production leur grande consommation d’espace. Elles
photovoltaïque secondaire à une production permettent en général une meilleure
agricole principale en permettant une efficacité, rentabilité, et facilité d’installation…
coexistence sur un même espace. Les serres
photovoltaïques représentent aujourd’hui la
majorité des installations agrivoltaïques.
35
Page

Figure 15 : Agrivoltaïsme dans le domaine de Nidolères, domaine viticole dans les Pyrénées Orientales
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
(https://www.lechodusolaire.fr/les-premieres-installations-pv-de-sunagri-seront-inaugurees-debut-juillet-2018/ )
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ Les centrales photovoltaïques au sol pour assurer un développement
rapide de la filière
Les centrales photovoltaïques au sol, moins La clôture des installations photovoltaïques
chères, semblent être la principale réponse est exigée par les compagnies d’assurance
aux ambitions fixés par l’Etat et l’UE. pour la protection des installations et des
personnes. La sécurisation du site peut-être
Mais cette solution soulève une renforcée par des caméras de surveillance, un
problématique majeure : la consommation système d’alarme, un gardiennage permanent
d’espace. Il faut entre 1 et 2 ha par MW ou encore un éclairage nocturne a détection
installé, sans considérer les aménagements de mouvement.
annexes : les câbles de raccordement, les
locaux techniques, la clôture et les accès. En outre, on pourrait ajouter la zone de
débroussaillement qui élargit très
Le système des centrales photovoltaïques considérablement la zone impactée
comprend plusieurs alignements de panneaux.
directement par le projet. Tout projet de parc
Chaque panneau contient plusieurs modules photovoltaïque situé dans un espace boisé
eux-mêmes composés de cellules prend en compte les obligations légales de
photovoltaïques. Tous les câbles issus d’un débroussaillement (OLD). Les OLD concernent
groupe de panneaux rejoignent une boîte de un périmètre de 50 mètres minimum autour
jonction d’où repart le courant continu, dans
de l’aire d’accueil du projet et sont à
un seul câble, vers le local technique. Les maintenir lors de l’exploitation du parc.
câbles issus des boîtes de jonction sont
enterrés comme les câbles haute tension en Des voies d’accès sont nécessaires pendant la
courant alternatif qui transportent le courant construction, l’exploitation et le
du local technique jusqu’au réseau démantèlement. Une aire de stationnement et
d’électricité (Enedis). de manœuvre est généralement aménagée à
proximité. Pendant les travaux, un espace doit
Les locaux techniques abritent : être prévu pour le stockage du matériel
• les onduleurs qui transforment le (éventuellement dans un local) et le stockage
courant continu en courant alternatif ; des déchets de chantier. Durant l’exploitation,
il doit être rendu possible de circuler entre les
• les transformateurs qui élèvent la
panneaux pour l’entretien (nettoyage des
tension électrique pour que celle-ci
modules, maintenance) ou des interventions
atteigne les niveaux d’injection dans le
réseau ; techniques (pannes).
• les compteurs qui mesurent Non loin, doit se situer un poste source, qui va
l’électricité envoyée sur le réseau verser l’énergie produite sur le réseau de
extérieur ; distribution.
• les différentes installations de
protection électrique. Les parcs photovoltaïques n’ont pas vocation à
occuper des terres arables qui doivent, du
L’électricité produite est injectée dans le point de vue du développement durable, être
réseau au niveau du poste de livraison qui réservées à la production de nourriture. Ils ne
peut se trouver dans le local technique ou doivent pas non plus se faire au détriment de
36

dans un local spécifique. la préservation des espaces naturels et


Page

forestiers, qui contribuent par ailleurs au

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
stockage du carbone, et au maintien de la d’aéroports ou d’autoroutes, anciennes
biodiversité. Leur développement est donc décharges, zones de protection de captages
conditionné à une réflexion territoriale et doit d’eau potable, zones de déprise etc.
pouvoir s’inscrire dans une planification
choisie et anticipée par les collectivités Comme ils ne nécessitent pas de fondations
comme nous l’avons vu auparavant. lourdes du fait d’une faible prise au vent, ils ne
laisseront pas de trace significative sur le
Ils peuvent en revanche permettre de terrain après leur démontage, permettant
valoriser de manière écologique, sans aucun ainsi à un autre usage de prendre
impact polluant direct et avec un impact visuel éventuellement leur suite au terme de leur
extrêmement limité, les nombreux terrains durée d’exploitation commerciale ou
ouverts impropres à l’agriculture et non technique.
exploités pour un autre usage : terres arides
ou polluées, friches industrielles, terrains
militaires en reconversion, carrières, abords
37 Page

Figure 16: Schéma d’installation d’une centrale photovoltaïque. (« Installations photovoltaïques au sol, guide de l’étude d’impact », Ministère de
l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, Direction générale de l'Énergie et du Climat, avril 2011)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
3/ Les exigences à l’implantation de centrales photovoltaïques au sol

a/ La difficile recherche de foncier


La recherche de sites favorables est le premier autoroutiers... Néanmoins, ces zones restent
défi auquel doivent faire face les porteurs de réduites. D’autant plus qu’elles ne présentent
projets photovoltaïques au sol. pas toujours les caractéristiques techniques
suffisantes pour accueillir du photovoltaïque
L’un des premiers critères est la distance de ou il n’est pas toujours possible de trouver un
raccordement au poste source. Les enjeux de accord avec les propriétaires des terrains ou
raccordement aux réseaux d’électricité sont même les collectivités.
importants et sont intégrés à la recherche. Les
centrales sont généralement implantées dans En outre, le photovoltaïque au sol est souvent
un rayon de 15 à 20 km maximum autour du impossible pour le territoire littoral à cause de
poste source ou d’un réseau propice au la pression foncière ou difficile à implanter sur
raccordement. les territoires alpins du fait du relief mais aussi
des lois Littoral et Montagne.
Evidemment, tous les terrains plats et Les espaces forestiers avec ou sans gestion et
dégagés, sur plusieurs hectares, faciles d’accès exploitation forestière (ou cynégétique),
et pouvant être clôturés constituent des peuvent présenter des enjeux en termes de
emplacements idéaux. Néanmoins, certaines paysage et de biodiversité, y compris dans le
zones sont privilégiées et les élus et les maintien de continuités écologiques.
porteurs de projet doivent se diriger L’implantation dans les espaces forestiers et
préférentiellement vers les sites anthropisés, naturels ne pourra donc être envisagée qu’aux
dégradés, pollués ou non utilisables pour conditions cumulatives suivantes : avoir
d’autres usagers, à savoir : examiné les possibilités foncières à la bonne
• les friches industrielles ou militaires échelle (au niveau du SCoT ou PLUi) ; sous
• anciennes carrières réserve du faible impact environnemental et
• anciennes décharges paysager du projet et en analysant le plus
• les sites pollués faible impact par comparaison avec des sites
• espaces ouverts en zones industrielles alternatifs.
ou artisanales
• délaissés routiers, ferroviaires et Concernant les communes qui mettent à
d’aérodromes disposition du foncier via des baux
• zones soumises à aléa technologique. emphytéotiques, lorsque le titre d’occupation
Le cahier des charges des appels d'offres pour est délivré à la suite d’une manifestation
les grandes centrales photovoltaïques accorde d’intérêt spontanée, la collectivité doit
un bonus aux projets implantés sur des s’assurer au préalable par une publicité
terrains dégradés (9 % de la note finale). En suffisante, de l’absence de toute autre
outre, d’autres surfaces anthropisées, manifestation d’intérêt concurrente. De plus,
aujourd’hui peu exploitées, pourraient les la durée des Autorisations d’Occupation
Temporaire (AOT) doit être déterminée en
38

accueillir telles que des des réserves foncières


aux abords des infrastructures de la SNCF, de fonction de l’amortissement des
Page

la Société du Canal de Provence, des axes investissements réalisés par l’occupant, en

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
vue d’assurer une rémunération équitable et peu de temps. Si son coût reste de 5 à 20%
suffisante des capitaux investis. plus élevé que le solaire classique, la
technologie progresse vite et des gains
Lorsqu’un espace est identifié pour accueillir peuvent être réalisés sur d'autre poste
une installation photovoltaïque, il convient (clôture et protection des parcs, absence de
que sa mobilisation soit maximisée en baux...). Le potentiel est très important dans
cohérence avec les enjeux identifiés. Ceci a les régions montagneuses dotées de
pour objectif d’optimiser la puissance installée nombreux plans d'eau. Pour l'instant, la
sur les zones à privilégier. principale difficulté reste administrative par
faute de cadre règlementaire dédié.
Pour répondre au besoin de surface, des
projets de solaire flottant émergent depuis
39

Figure 17: Extrait de la carte en ligne localisant les capacités d'accueil de RTE pour le raccordement aux réseaux de transport et de
distribution des installations de production d'électricité (les lignes rouges et vertes sont les lignes très hautes tensions, et les lignes violettes
Page

sont les lignes hautes tensions) (source : https://www.capareseau.fr/#)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ L’élaboration des projets basée sur un temps long et la participation
d’acteurs multiples
De manière générale, les parcs au sol sont des spécialisés (faune/flore, hydraulique, paysage,
projets de grande envergure, qui mobilisent très souvent forestier, et parfois agricole). Sur
du temps, des investissements importants et le volet paysager, l’analyse décrit comment la
une ingénierie conséquente, notamment en conception du projet prend en compte le
phase de développement. paysage existant et, dans un deuxième temps,
Des opérateurs spécialisés, à l’instar des quels sont les effets visuels qui en résultent. Il
promoteurs immobiliers, se chargent faut au minimum un an pour élaborer l’étude
d’obtenir l’ensemble des autorisations d’impact.
nécessaires au bon aboutissement du projet.
Selon les entreprises, il peut gérer le Si le projet est soumis à « autorisation
financement, la construction et l’exploitation environnementale », celle-ci intègre depuis
jusqu’à leur fin de vie. Il s’agit en général de 2017 dans une autorisation « unique » tout ou
services séparés au sein d’une même partie des autorisations suivantes :
entreprise qui collaborent tout au long du • l’autorisation au titre des installations
projet. classées pour la protection de
l’environnement (ICPE) ou des installations,
La plupart des porteurs de projets proposent ouvrages, travaux et activités (IOTA) ;
aux propriétaires de terrains (collectivités, • l’autorisation spéciale au titre de la
propriétaires privés…) une redevance (bail législation des réserves naturelles nationales ;
emphytéotique) pour la mise à disposition de • l’autorisation spéciale au titre de la
leur terrain et s’occupent intégralement de la législation des sites classés ;
partie photovoltaïque, de la conception • les dérogations à l’interdiction d’atteinte aux
jusqu’à l’exploitation. espèces et habitats protégés ;
• l’autorisation de défrichement ;
Ensuite, un permis de construire et une étude • l’autorisation d’exploiter les installations de
d’impact sont obligatoires pour les centrales production d’électricité.
(supérieures à 250kWc). Si le projet n’est pas soumis à « autorisation
L’étude d’impact présente « une analyse des environnementale », les différentes
effets directs et indirects, temporaires et autorisations sont instruites séparément
permanents du projet sur l’environnement, en (défrichement, dérogation espèces
particulier sur la faune et la flore, les sites et protégées…). Il reste souhaitable que le projet
paysages, le sol, l’eau, l’air, le climat, les fasse l’objet d’une seule étude d’impact et
milieux naturels et les équilibres biologiques, que les dossiers soient déposés
sur la protection des biens et du patrimoine simultanément pour optimiser leur
culturel et, le cas échéant, sur la commodité instruction.
du voisinage (bruits, vibrations, odeurs,
émissions lumineuses) ou sur l’hygiène, la Les études doivent se faire à deux échelles de
santé, la sécurité et la salubrité publique. »43 temps et d’espace : à l’échelle du SCOT ou
(cf document page suivante). L’opérateur fait PLUI dans un premier temps, pour une
alors appel à différents bureaux d’étude approche macro, transversale et pertinente à
40

l’échelle du territoire ; à l’échelle du projet


dans un second temps.
Page

43 Article R 122-3 du code de l’environnement

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Dans une situation optimale, il faut compter que les subventions gouvernementales
en moyenne de 1 à 3 ans pour le d’achat d’électricité photovoltaïque portent
développement du parc et 2 ans pour sa sur 20 années mais la durée de vie attendue
construction jusqu’à sa mise en service. des panneaux solaires est estimée à 30 ans. À
Néanmoins, plusieurs développeurs vendent la fin de vie de la centrale, les opérateurs
leurs parcs photovoltaïques à la mise en s’engagent à procéder à son démantèlement
service ou après quelques années ainsi qu’à la remise en état initial du site,
d’exploitation seulement, afin de pouvoir (comme précisé dans le bail emphytéotique et
financer de nouveaux développements. dans l’étude d’impact).
Le démontage comprend l’enlèvement de
L’opérateur en charge de l’exploitation et de tous les éléments de la centrale : panneaux,
la maintenance du projet doit assurer un suivi structures, locaux techniques, clôture, et
de la centrale pendant au moins 30 ans : fondations. Les structures sont 100%
veiller aux réparations, établir des suivis recyclables. Le choix des fondations permet de
écologiques et surveiller les performances les retirer facilement en fin d’exploitation.
réelles de la production énergétique. Notons
41
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Figure 18 Projet de Paysage
: Aires d’étude Aménagement
à considérer etdes
en fonction Urbanisme
thèmes de l’environnement dans l’étude d’impact (« Installations
photovoltaïques au sol, guide de l’étude d’impact », Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement,
Direction générale de l'Énergie et du Climat, avril 2011)
c/ Des projets impactant un bien commun : le paysage
Au-delà des exigences et contraintes citées selon cette notion d’objet générique et
précédemment, une des principales difficultés impactant dans l’espace.
à l’implantation des parcs photovoltaïques
Les centrales présentent donc des paramètres
réside dans la consommation d’espace
relativement étendue. En effet, il est aussi très (non modelable et impactant par leur surface)
difficile de trouver des surfaces pouvant qui sont d’autant plus compliqués à
confronter au regard de la population locale
accueillir un projet solaire. Contrairement à
certaines idées reçues, on ne peut pas mettre qui n’y voit aucun bénéfice immédiat. En effet,
ces projets utilisent de grands espaces mais ne
des centrales partout. La corrélation des
contraintes techniques, des zonages profitent pas directement aux habitants.
règlementaires et de la nécessité d’espace Les projets solaires se heurtent alors à la
limite grandement les possibilités de terrain. notion de bien commun. Il est difficile
Peu d’objets urbains sont comparables en d’obtenir l’adhésion de tous sans contrepartie.
termes de superficie aux centrales Ne recevant pas de retombée de ces
centrales, les usagers des territoires concernés
photovoltaïques. Pour donner un ordre d’idée,
un golf neuf trous représente la surface se raccrochent inconsciemment à l’idée que
ces paysages leur appartiennent. A la
minimum afin d’espérer développer un projet
solaire supérieur à 5 MW, c’est-à-dire une différence d’une piscine municipale ou encore
vingtaine d’hectares. Il est à noter que les d’un supermarché, les parcs solaires
études environnementales, sylvicoles et constituent des espaces clos, qui ne leur
paysagères réduisent en général de moitié la profiteront pas directement.
surface de départ. Ces réactions motivent souvent des critiques
irrationnelles ou infondées sur le
Même si seul un tiers du sol est recouvert par
les panneaux, l’impression d’étendu persiste à développement des énergies renouvelables,
la simple vu du nombre d’hectares. En effet, le du type « Not In My BackYard »44 ou « oui aux
reste est occupé par les espaces inter-rangées, énergies renouvelables mais pas dans mon
pour éviter que les panneaux se fassent de jardin ». Cependant, elles amènent également
à une prise de conscience sur l’importance du
l’ombre, et les pistes intérieures obligatoires,
pour la sécurité et la maintenance du parc. paysage. Ainsi, grâce à la question
énergétique, les usagers des territoires
Néanmoins, ce sont les panneaux
photovoltaïques qui dominent la perception. concernés sont amenés à se raccrocher et à se
rassembler autour d’un bien commun : le
Cette grandeur est d’autant plus compliquée à paysage. Cette pensée est d’autant plus
gérer que l’objet implanté reste systématique. marquée en milieu rural où les limites entre
Bien que la mise en place des centrales soit privé et public sont souvent dissoutes et où les
propre à chaque site (contraintes du terrain, espaces naturels sont régulièrement pratiqués
exigences règlementaires, demandes des sans considération des propriétés (par
divers acteurs), l’appareillage reste le même. exemple, les sentiers de randonnée).
Les structures et les panneaux sont toujours
identiques et placés de façon similaire. Ils ne
42

44Concept formulé par Mike Davis, historien,


peuvent prendre un aspect différent selon les ethnologue et sociologue californien dans les
Page

sites. Les développeurs doivent ainsi concevoir années 1980

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Ainsi, les centrales photovoltaïques mettent un point d’appui à l’élaboration des projets
en exergue le paysage qui se révèle être un énergétiques.
bien commun dont nous sommes les
dépositaires. L’idée de paysage collectif fait
sens avec les énergies renouvelables et révèle

=2x
43
Page

Figure 19 : La centrale photovoltaïque de La Verdière (12 ha) dans le Var en


comparaison au stade de France (6 ha) (source : https://www.geoportail.gouv.fr/)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Le projet de paysage, un levier possible pour les projets
solaires

1/ Le paysage, une prise en compte informelle, passée au second plan

a/ Des enjeux de biodiversité traduits par des zonages environnementaux


contraignants
Lors de la prospection de sites propices à - Handicapant :
l'installation d'une centrale photovoltaïque, il • Znieff 2
est nécessaire, en premier lieu, de prendre en • ZICO
compte plusieurs zones protégées par des • Parc naturel national pour la zone
réglementations. d’adhésion.
L’ADEME a rendu public le recensement des • Parc naturel régional
terrains propices au photovoltaïque en France. • Réserve biosphère pour les zones
La liste ci-dessous présente les zones les plus tampon (sans impact pour les zones
sensibles écologiquement pour lesquelles un de transition)
projet peut être considéré comme interdit • Zone Loi littoral
rédhibitoirement ou possible mais sous En effet, les maîtres d’ouvrage de parcs
conditions. photovoltaïques doivent d'abord prendre en
compte les parcs nationaux, les zones
-Rédhibitoire : protégées par la Convention de Ramsar et les
• Znieff 1 arrêtés de protection biotope. Les parcs
• Parc naturel national pour la zone nationaux existent depuis 1963. Les dix parcs
cœur nationaux français ont la particularité d'être
• Réserve naturelle structuré en deux secteurs à la réglementation
• Réserve biosphère pour les zones distincte : une zone de protection appelée «
centrales zone coeur » à la réglementation stricte de
• Zone de protection du biotope protection de la nature et une « aire
• Appartenance au Conservatoire du d'adhésion » où les communes sont
littoral partenaires du développement durable du
• Zone humide = zone humide parc. L'implantation d'une centrale
protégée par la convention de photovoltaïque est prohibée au coeur du parc
Ramsar ; elle est à éviter dans sa périphérie. Dans les
• Zones spéciales de conservation des 53 parcs régionaux, l'implantation d'un parc
habitats Natura 2000 est considérée comme « handicapante ».
• Zones de protection spéciales pour la La convention Ramsar, entrée en vigueur en
conservation des oiseaux sauvages France en 1986, a pour mission la
Natura 2000 conservation des zones humides.
L’implantation des parcs photovoltaïques dans
44

ces zones est à proscrire.


Les arrêtés de protection de biotope (APB)
Page

sont des arrêtés pris par un préfet pour

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
protéger un habitat naturel, ou biotope, la prospection d’un site pour l'implantation de
abritant une ou plusieurs espèces animales et parcs photovoltaïques, il est ainsi nécessaire
végétales. L'implantation d'un parc dans ces de tenir compte des ZNIEFF.
zones est à proscrire. Les ZNIEFF de type 1 sont caractérisées par la
Enfin, les Zones Naturelles d’Intérêt présence d’espèces ou de milieux rares ou
Faunistique et Floristique (ZNIEFF) ont été caractéristiques du patrimoine naturel
mises en place suite aux conventions national ou régional. Dans les ZNIEFF 1,
internationales de Berne et de Bonn de 1979. l'implantation de parcs est prohibée. Les
Celles-ci ont été parmi les premières ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles
conventions internationales à protéger les naturels riches ou peu modifiés par l’homme
espèces migratrices et leurs habitats. « La ou offrant des potentialités biologiques
faune et la flore sauvages constituent un importantes. Dans ces zones, l'implantation de
patrimoine naturel d'intérêt majeur qui doit parcs photovoltaïques est à éviter.
être préservé et transmis aux générations
futures » édicte la Convention de Bonn. Dans
45Page

Figure 20 : Carte des zones rédhibitoires en PACA : toutes les zones colorées ne peuvent pas recevoir de centrale photovoltaïque au
sol, elles correspondent aux zones rédhibitoires cités plus hauts (source : www.geoportail.gouv.fr)
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Les projets solaires pas destinés à utiliser les territoires agricoles
Aujourd’hui, la règlementation est très claire plus rapide dans le cas où les panneaux sont
pour tout projet de centrale photovoltaïque montés sur des trackers qui leur permettent
sur des terres classées agricoles, même si elles de suivre la course du soleil. Outre l’avantage
sont dégradées, délaissées ou pauvres. Il est de produire plus longtemps, ce type de
donc faux de parler de concurrence du solaire montage qui incline le panneau permet à la
avec les terres à valeur agronomique puisque lumière d’atteindre le sol et d’y entretenir la
l’implantation de projet y est en général vie végétale plus facilement. Mais ce système
proscrite. 45 est rarement mis en place dû au surcoût que
cela implique.
Depuis la loi LAAF (Loi d’Avenir pour
l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt) de En outre, on note ces dernières années une
2014, les maîtres d’ouvrages publics et privés prise de conscience sur la valeur des sols
doivent réaliser une étude préalable si les exploités par les centrales photovoltaïques.
sites convoités ont été l’objet d’une Bien qu’elles ne soient jamais implantées sur
exploitation agricole ou bien s’ils ont été en des terrains agricoles, de nombreux
zonage agricole depuis moins de 5 ans. Cette aménageurs choisissent de donner d’autres
loi formule donc clairement le principe de ne usages à leur projet afin qu’ils ne constituent
pas substituer à des terres agricoles pas des espaces uniquement industriels. Par
productives, une vocation autre comme le exemple, on retrouve des moutons à paître
photovoltaïque. afin d’assurer l’entretien des parcelles
occupés par le photovoltaïque ainsi que les
L'implantation des centrales est donc par zones de débroussaillement autour. L’activité
principe évitée sur les terres agricoles. Leur pastorale est ainsi encouragée et développée
ombre projetée rend plus difficile le sur des terrains où elle n’existait pas
développement de végétaux et donc l’apport auparavant ou bien disparue depuis
de matière organique pour enrichir le sol. longtemps. Cette pratique est de plus en plus
Cette approche suscite ainsi l’opposition des courante, elle concerne environ ¼ de centrales
agriculteurs. Ils y voient une concurrence photovoltaïques exploitées par ENGIE en
accrue pour l’accès à la terre, avec le risque PACA.
d’ouvrir une voie nouvelle à la spéculation
foncière, qui s’ajoute à celle de l’urbanisation. Un autre exemple, moins courant, est celui
des ruches. Elles sont implantées à côté des
Néanmoins, si les panneaux photovoltaïques panneaux solaires ou entre les rangées. Elles
au sol empêchent une activité agricole participent elles aussi au développement et au
intensive, ils n’empêchent pas tout maintien de la biodiversité. Elles sont les
développement dans le sol. On observe sur de témoins du bon état des habitats et milieux
nombreuses centrales existantes la reprise naturels qui cohabitent avec le parc. Leur état
naturelle de la végétation après un temps de santé permet donc d’évaluer sur la durée
variable selon les sites. La repousse est encore l’environnement de la centrale
photovoltaïque. Enfin, des végétaux favorisant
45 « Le vent nous portera, le pari gagnant de la la restauration agronomique du sol peuvent
46

transition énergétique », Jean-Yves Grandidier et également être plantés.


Page

Gilles Luneau, 2017

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Ainsi, les territoires agricoles, tout comme les électrique mais également de concourir à la
espaces de biodiversité ne peuvent pas dynamique et au développement local des
constituer des espaces favorables aux territoires ruraux. À noter une prééminence
centrales photovoltaïques. Certaines mesures des enjeux agricoles dans les départements
permettent toutefois de valoriser le foncier des Alpes-de-Haute-Provence, du Var et du
des parcs photovoltaïques par une activité Vaucluse.
agricole compatible avec la production
47Page

Figure 21 : Un troupeau de moutons au sein de la centrale photovoltaïque à Esparron-sur-Verdon (auteur : Adeline Mouly)
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ Des paysages de plus en plus impactés pourtant pas déterminants dans le
choix des sites
La recherche de foncier est contrainte par un facteur de charge 46 très attractif de 16,8 %
divers éléments évoqués plus tôt. Les enjeux en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, contre
concernant le maintien de la biodiversité et de 9,7 % pour l’Île-de-France.47
l’agriculture ou encore les contraintes
techniques (proximité du poste source, La région possède aussi une variété de
relief…) prédominent sur la question du paysages exceptionnels à caractère
paysage. montagnard et méditerranéen. Les paysages
naturels et ruraux façonnés par le climat et
En effet, la question de l’insertion du projet par l’homme, avec une diversité géologique,
dans son contexte paysager préoccupe prédominent et contribuent à travers leur
particulièrement les élus des communes en image à l’attractivité touristique de la région.
amont des projets mais lors de l’instruction du L’implantation de projet solaire doit donc se
permis, cette notion est écartée. Elle est faire en considération de cette richesse. De
rarement prescriptive (dans le cas de plus, l’insertion paysagère et la composition
monuments historiques par exemple) du projet doivent être conduites pour
contrairement aux zonages environnementaux l’ensemble de l’installation. (Pour rappel, elle
ou agricoles. Le choix du site et l’élaboration comprend les panneaux mais aussi les
du projet reposent donc surtout sur la faune, annexes telles que les voies d’accès et
la flore, les caractéristiques physiques du parkings, postes de transformation et de
terrain, l’usage des sols (agriculture et livraison, local technique, onduleur, clôture,
sylviculture) et peu sur le paysage. Le projet pylônes, raccordements…) La surface
de paysage est pensé après ces diverses nécessaire à la réalisation d’une centrale
problématiques. C’est ainsi que photovoltaïque est donc conséquente. Pour
régulièrement, on recherche à rendre le projet donner un ordre de comparaison, il faut
presque invisible. environ 1.5 ha pour fournir 1 MW, c’est-à-dire
l’équivalent de la surface du Stade de France.
Certes, la priorisation de certains enjeux paraît
logique et inévitable mais le volet paysager La qualité des paysages peut donc être altérée
pourrait être mené comme un fil conducteur par un projet de centrale photovoltaïque, au
de la conception et non la conséquence de vu de ses dimensions et de son caractère
négations. Certains projets en PACA ont déjà industriel. En outre, il paraît peu censé de
adopté cette logique face à des collectivités de penser que l’on pourra cacher toutes les
plus en plus exigeantes sur ce plan mais leur futures centrales photovoltaïques. Il importe
nombre reste réduit. donc de réfléchir les projets selon les unités
Les différents acteurs du photovoltaïque ont
d’autant plus d’intérêt à développer leur
46Rapport entre la puissance moyenne effective
sur une période donnée et la puissance nominale
réflexion sur le paysage que la région PACA
rassemble de nombreuses centrales 47« Le photovoltaïque », Centre d’études et
photovoltaïques et est amenée à en accueillir d’expertise sur les risques, l’environnement, la
encore davantage, comme l’illustre la carte mobilité et l’aménagement Méditerranée, Juin
48

élaborée par la DREAL PACA (page suivante). 2017


En effet, les installations photovoltaïques ont
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
paysagères et les enjeux propres à chaque son caractère très technologique, aura
territoire. Ainsi, une élaboration basée sur un toujours pour conséquence un changement
projet paysager assumé, pourrait être d’image des paysages dans lesquels il s’insère.
envisagé. L’implantation d’un tel projet doit être
cohérente avec l’image que le territoire
En conclusion, un projet de centrale souhaite renvoyer.
photovoltaïque, au vu de ses dimensions et de

ENVIRONNEMENT
AGRICULTURE

PAYSAGE
49

Figure 22 : Schéma récapitulatif de la hiérarchie entre les thèmes traités lors de l’instruction des permis de projets
solaires (image de fond : centrale photovoltaïque de Brignoles ; auteur : Adeline Mouly)
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
2/ Vers une conception positive

a/ Approche dynamique
Les centrales photovoltaïques sont démarche pourrait ainsi s’appuyer sur trois
aujourd’hui souvent le résultat de négations approches complémentaires, à savoir une
alors qu’elles devraient naitre d’un réel projet approche dynamique, visuelle, et sociale. La
de paysage. « Traditionnellement, dimension dynamique correspondrait à
l’intégration des ouvrages d’art dans le l’évolution du site, aux usages et formes
paysage est négociée selon la formule : passées, actuelles et futures. L’approche
«éviter, réduire, compenser.» C’est une visuelle ou objective serait définie par les
approche qui revient à penser tout projet éléments constitutifs du paysage et par leur
comme une agression envers le territoire. » 48 organisation. Enfin, la dimension sociale ou
Les démarches et concertations avec les divers subjective serait constituée par les ambiances
services de l’Etat et collectivités devraient paysagères ressenties et par la perception
ainsi se fonder sur des objectifs à atteindre, et culturelle du site.
débattre sur l’aspect positif du projet et non
sur les choses à éviter. L’approche dynamique permet de ne pas figer
le projet dans une logique actuelle mais de le
Il apparaît possible de construire une vision réaliser selon ce qui a composé le paysage
positive et constructive en détaillant comment avant et ce qui devrait le dessiner plus tard.
les paysages, en leur matérialité concrète et Ainsi, le but est de pouvoir répondre à la
évolutive, mais aussi à travers les sentiments question : quelle est l’inscription du projet
et les représentations qu’ils suscitent, de ce dans la dynamique du paysage et du territoire
rapport entre société et énergie, sont ? On s’intéresse donc à l’évolution de l’espace
interprétés et peuvent évoluer. « Sur cette choisi, à sa capacité à évoluer, à
base, il s’agirait de défricher les voies l’artificialisation préexistante ou non.
permettant de faire du paysage un outil pour
penser la transition énergétique et concevoir Le but de cette approche est notamment de
des projets concertés en ce domaine – connaître l’historique du paysage, de savoir si
autrement dit de donner au paysage le rôle l’homme y est déjà intervenu ou même s’il l’a
d’un percept intermédiaire, dans lequel se déjà modifié. Pour donner une illustration, sur
concrétise et par lequel devient assumable la des espaces boisés, on observe que les masses
complexité de la question énergétique, saisie arborées varient selon les coupes effectuées
en ses implications environnementales, par l’Office National des Forêts. Ces dernières
territoriales, sociales, et culturelles. »49 Cette réalisées sur des cycles réguliers, révèlent une
alternance entre milieux ouverts et milieux
48Article « Le Pays thouarsais donne l'exemple" fermés tous les 20 ans. L’exploitation du site
François-Xavier Mousquet, praticien à Nîmes et révèle donc la dynamique d’un territoire déjà
enseignant à l’ENSP, revue Urbanisme HS 64 exploité par l’homme. D’autres éléments
49Article « Le Pays thouarsais donne l'exemple" peuvent être le témoignage de sites déjà
50

François-Xavier Mousquet, praticien à Nîmes et anthropisés sur des périodes plus ou moins
Page

enseignant à l’ENSP, revue Urbanisme HS 64

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
lointaines comme la présence d’une carrière, En outre, il est également important d’évaluer
ou de murs de restanques… s’il s’agit d’un paysage remarquable, consacré
par des classements ou par l’iconographie en
L’analyse dynamique permet aussi la “paysage de carte postale”, ou bien d’un
compréhension de la biodiversité et de paysage du quotidien, qui constitue notre
l’environnement du site. Par exemple, de cadre de vie et reflète nos choix collectifs…
nombreux territoires de l’arrière-pays au sud En effet, les paysages remarquables sont en
de PACA étaient avant le 19ème siècle des lien avec la notion d’identité d’un territoire.
villages agricoles, peu connectés au littoral. Mais s’il s’agit d’un territoire « banal », il peut
L’agriculture était assez diversifiée avec des alors changer de forme sans que le paysage
amandiers, des oliviers, des vignes ou encore s’en porte forcément mal. Le lieu est une
des céréales. Les forêts exploitées entourant ressource non renouvelable, tandis que
les villages avaient peu à peu laissées place à l’image du lieu est une ressource parfaitement
la garrigue. Puis progressivement, l’exode renouvelable. Les usages peuvent pervertir
rural a débuté et les campagnes les plus complètement une image alors autant
éloignées des villes se sont vu abandonnées. changer l’image et l’assumer.
Au cours du dernier siècle, le tourisme de
masse apparaît et le sud de la région PACA Bien que les visites de site soient nécessaires,
connait une explosion démographique. Des l’approche dynamique passe principalement
néo-ruraux s’installent dans les campagnes. par un travail de bibliographie. Il s’agira de
Les lignes électriques se dessinent dans le consulter la cartographie ancienne et actuelle,
paysage. La végétation s’est appauvrie et les des vues aériennes, des photos et cartes
activités traditionnelles ont disparu. Les postales anciennes, de prendre connaissance
randonneurs ont remplacé les bergers et les des dynamiques locales et des choix envisagés
forêts de pins ont remplacé les espaces dans l’évolution du territoire comme au
cultivées. travers du PCAET et du SRCE ou plus finement
Des paysages qui nous apparaissent dans les SCOT et PLU. L’idée étant de choisir et
aujourd’hui complètement naturels ne d’anticiper la forme des paysages à venir et
l’étaient donc pas nécessairement, il y a non de subir leur évolution.
quelques décennies.
51 Page

Figure 23 : Schéma explicatif de l’approche dynamique des paysages (source : etd-energies.fr)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Approche visuelle
Selon cette approche, le paysage est analysé • les courbes de niveau du terrain naturel
comme espace perçu selon des critères de (impact visuel fort des terrassements) ;
visibilité liée au relief, aux éléments présents • les covisibilités à partir des points de vue
tels que l’eau, la végétation, le minéral, les remarquables naturels ou bâtis (belvédères,
éléments construits…. aux différentes entrées de ville ou de village, cônes de vue sur
échelles. En effet, l’étude paysagère ne peut une silhouette urbaine ou sur un élément du
se restreindre aux limites parcellaires du patrimoine remarquable) et des espaces
projet. L’approche visuelle doit se baser sur habités mais également à partir des réseaux
des échelles définies à savoir, l’aire d’étude viaires (routes et chemins) ;
éloignée en fonction des caractéristiques • les installations et leur implantation par
paysagères des lieux notamment le relief et rapport à la trame viaire et aux formes et
l’occupation du sol, et l’aire d’étude dimensions du parcellaire ;
rapprochée qui s’étend aux alentours • les effets cumulés avec d’autres
immédiats du site d’implantation et bien installations qui peuvent créer un phénomène
entendu l’aire immédiate du projet. Cette de saturation dans le paysage : relations avec
division est comparable à l’élaboration du d’autres centrales photovoltaïques (existantes
volet paysager des études d’impact. Elle ou en projet) ou des aménagements de
s’étend donc sur un périmètre où les impacts grande superficie (zones d’activités
paysagers et visuels sont prévisibles. Elle notamment) ;
aboutit à la définition du contexte paysager.
A cette occasion, des cartographies Concernant l’inscription du projet dans le
thématiques sont réalisées grâce à un travail paysage rapproché, les éléments à considérer
de bibliographie analysant différents supports en priorité lors de la définition du projet sont :
: Atlas des paysages, charte paysagère, SCOT, • la juste occupation de la parcelle (attention
coupes topographiques, vues aériennes, au remplissage maximum) ;
schémas régionaux photovoltaïque, guide • le traitement des limites en mettant en
photovoltaïque... Il est primordial en parallèle relation les aspects fonciers, les aspects
de vérifier les informations directement sur sensibles liés à la perception des installations
terrain afin de les compléter et de les corriger et les aspects fonctionnels (accès, maintien
si nécessaire. des flux habituels des personnes et des
animaux, sécurité) ;
À l’échelle du territoire, l’implantation des • le maintien des chemins et passages
centrales photovoltaïques au sol peut modifier existants ;
la structure et les strates composantes du • l’ambiance paysagère (sèche ou humide, à
paysage et de sa perception : dominante minérale ou végétale, ripisylve ou
• paysage ouvert (où le regard porte loin) ou pinède, galets de Durance ou robines grises…)
fermé (bloqué par la végétation environnante ;
ou le relief) • la végétation d’accompagnement et le
• la topographie et les lignes visuelles fortes traitement des sols (entre les panneaux et en
du paysage telles que les crêtes, talwegs, limite).
ruptures de pente, lisières entre des secteurs
52

d’occupation nettement différenciée... Des mesures d’accompagnement doivent être


Page

mises en place lors de la définition du projet

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
pour permettre le maintien des usages parti-pris paysager qui naît des
préexistants sur le territoire. En particulier, la caractéristiques du paysage : un parcours
continuité des chemins de randonnée et de sensible séquencé le long d’un sentier de
passage doit faire l’objet d’une attention randonnée ou encore une centrale
spécifique en termes de qualité d’itinéraire et photovoltaïque rappelant la mosaïque des
de parcours (largeur et état des « chemins », champs cultivés ou encore utiliser le projet
environnement et paysage). solaire pour créer une limite structurée en
continuité d’un secteur industriel
L’appréciation de la “sensibilité visuelle” des désordonné…
paysages sur le territoire dans le cadre d’une Le nouveau paysage peut alors être simulé
analyse facilite, par la suite, l’intégration ou grâce à des photomontages. Ce document
non de dispositifs de production d’énergie. La facilement compréhensible permet à tout un
démarche peut permettre une hiérarchisation chacun d’évaluer l’impact du projet.
des paysages classant les “plus sensibles”,
comme les “plus favorables” à intégrer des
installations, à différentes échelles. Elle peut
également permettre au développeur de
projet solaire d’appuyer leur projet sur un
53Page

Figure 24 : Photomontage d'une centrale photovoltaïque en milieu forestier (auteur : Adeline Mouly)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ Approche sociale
Les parcs solaires font partie de ces nombreux L’appréciation par des acteurs très différents,
aménagements faiblement encadrés par la internes au territoire ou extérieurs, peut
réglementation en termes de participation. diverger et devenir un obstacle à la mise en
L’association d’un public au projet s’inscrit ici place de cette concertation. On dressera alors
au sein d’un répertoire de pratiques un plan d’animation de cette concertation
politiques, dont la réunion publique pour privilégier les bons canaux de
d’information et l’enquête publique ne sont communication en fonction des acteurs.
qu’une modalité parmi d’autres, même si elles
peuvent correspondre aux attendus En effet, on remarque généralement que les
institutionnels en la matière. La majorité des personnes concertées acceptent le projet
projets restent au niveau d’un « droit minimal lorsqu’elles en voient le bénéfice direct. Par
» de la participation au travers de l’application exemple, aucune voix ne s’élève contre la
d’une législation finalement peu construction d’une boulangerie, ou d’une
contraignante. station d’épuration. Néanmoins, dans le cas
des centrales photovoltaïques, bien que très
Néanmoins, la perception d’un aménagement lucratives pour les communes, elles ne
par les habitants est très liée à leur position bénéficient pas toujours de l’acceptation de la
sur le territoire et à leur appropriation du population locale. Certains n’y voient qu’un
projet. Alain Cabanes, ancien président de la objet industriel impactant sur leur paysage. Il
Communauté de communes du Haut-Vivarais est alors nécessaire pour les élus de rentrer
(Ardèche), a initié le parc éolien de la dans une logique de communication et de
Citadelle. Il formule avec clarté l’enjeu de la faire comprendre aux habitants et usagers de
transparence avant la réalisation d’une unité ces sites tout l’intérêt d’accueillir une centrale
de production : «Ma hantise, c’est de photovoltaïque sur la commune : valoriser un
découvrir au moment de la construction du foncier parfois délaissé, participer à la
parc que des gens n’étaient pas au courant du transition énergétique, moderniser l’image de
projet » 50. la commune, obtenir des finances qui seront
En outre, l’approche par le paysage offre à réinvesties pour des aménagements collectifs
chacun la possibilité d’exprimer sa et dans certains cas, diminuer les factures
connaissance de ce qui constitue le paysage, d’électricité en autoconsommation.
des contraintes entre souhaitable et réalisable
pour l’avenir. La concertation engagée par le Les représentants du territoire sont donc
paysage oblige à une approche transversale incontournables dans le suivi du projet.
des questions, on ne parlera plus alors de Aujourd’hui déjà, les développeurs ne
paysage mais de santé, d’identité et de conçoivent pas de projet sans leur soutien,
mémoire, d’économie, de pollutions, de leur adhésion au projet étant incontournable
confort… Chaque acteur portera au débat sa pour l’obtention du permis. Plusieurs réunions
propre vision et les enjeux qui lui paraissent pendant toute la phase projet ont lieu avant le
importants. Mais, il est important de bien dépôt de permis. Les représentants
réaliser que la concertation a ses limites. d’associations, écoles, commerces qui
constituent des acteurs ayant la capacité de
54

50Extrait du film « Des éoliennes dans mon transférer l’information sur le territoire sont
Page

paysage », coproduit avec l’ADMA et Volubilis. moins souvent mobilisés. Il apparait alors

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
possible de mettre en place des permanences : carte à annoter, photos transmises par les
publiques, type journée portes ouvertes participants…
pendant la phase projet, en présence d’élus, Traiter de la question paysagère dès l’amont
développeurs, experts environnement, du projet avec les différents acteurs, c’est
paysage pour expliquer le projet. Ces permettre l’appropriation du projet par les
permanences pourraient également être la participants de la concertation, population ou
possibilité pour les aménageurs de mieux même experts. La concertation et le choix de
saisir les enjeux d’un territoire et la valeur qui solutions consensuelles sont les meilleures
lui est porté, à travers des séries de armes pour faire évoluer la demande sociale
questions : pouvez-vous identifier un ou en matière de paysage et d’énergie, tout en
plusieurs types de paysage sur votre territoire restant conscient de la vision subjective de
et nous le décrire ? Quelles valeurs / fonctions chacun parfois trop réduite. Les très
attribuez-vous à ces paysages ? Pensez-vous nombreuses raisons de résister à l’évolution
qu’il doit être préservé ou qu’il peut changer ? des paysages ou au recours à d’autres sources
Avez-vous déjà vu un parc photovoltaïque ? d’énergie sont en réalité souvent les mêmes :
Qu’en pensez-vous ?.... des émotions et fonctionnements
Ces permanences peuvent prendre différentes inconscients, irrationnels, des habitudes de
formes : des ballades sur les terrains confort, des sentiments d’appartenance, des
envisagées, des réunions en place publique, peurs, des désirs et des besoins de maîtriser,
une table ronde autour de différents supports d’être rassuré…
55Page

Figure 25 : Visite d'un site éolien pour des élèves (http://pnrl-education.com/index.php/le-reseau/lorraine-energies-renouvelables/)


Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
3/ Retour sur expérience de trois parcs photovoltaïques en PACA

a/ Charleval : un projet en continuité urbaine (Bouches-du-Rhône)


A Charleval, les conditions essentielles à particulier l’extension prévue du
l’aboutissement d’un parc photovoltaïque lotissement des Cadenières
étaient réunies dès le début. • Un parcours piétonnier en stabilisé
aménagé tout autour du parc, avec
Le terrain choisi au lieu-dit Le Roumpidou, à
l’aménagement d’un belvédère
l’ouest du village, entre la RD531 et le canal
d’observation sur une parcelle boisée et
EDF, présente des conditions optimales : un
surplombante au Sud du site.
ensoleillement maximal, un raccordement sur
• Le renforcement de la haie existante à
une ligne existante située à environ 1,7 km
l’Ouest du site
transmettant le courant au poste source de
• Les espaces inter rangées ont été
Mallemort (à 5km) et une dynamique du site
ensemencés pour assurer le retour d’une
particulièrement favorable à l’accueil d’un
strate végétale herbacée sur l’emprise du
projet solaire. En effet, il s’agit d’un terrain
projet et ses abords immédiats.
impacté par une activité industrielle
On note qu’il n’y a pas d’OLD autour du parc,
précédente (carrière), le rendant impropre à
dû à la présence de parcelles agricoles. Le
tout usage agricole ou urbain, et en continuité
périmètre impacté par le projet solaire est
avec l’urbanisation du village amenée à
donc relativement réduit.
s’étendre encore.

La centrale a été mise en service en mars L’approche sociale a permis l’adhésion totale
2013. Le parc est réparti sur un site de 14 de l’équipe municipale. Il ne s’agit pas juste
hectares. 500 profilés ont été posés pour d’un projet de photovoltaïque mais d’un
recevoir 20500 panneaux solaires, pour une projet d’aménagement urbain comme
puissance de 6,15 MW. La production l’explique le maire de la commune : « c’est la
annuelle d’électricité correspond à une prise en compte dans son ensemble du site,
consommation moyenne de 2 250 foyers, soit permettant une intégration au territoire, une
223% des besoins de Charleval. appropriation locale et un volet pédagogique
qui ont séduit l’équipe municipale. La
Le site est sur un espace ouvert, dénudé, et planification de mesures paysagères, […] sont
plat, cerné sur trois côtés par d’importants autant d’atouts pour maximiser l’insertion du
talus. Les vues sur le site sont donc parc dans son environnement.» 51
nombreuses. Des plantations ont été faites
aux abords du projet et au sein même afin de Ainsi, l’approche dynamique a permis d’initié
le rendre plus intégré au paysage : le projet de centrale photovoltaïque En effet,
• Alignement d’arbres fruitiers crée au Nord avec ces sols appauvris et délaissés, cette
du site afin d’atténuer les perspectives ancienne carrière ne présentait pas d’enjeux
proches et lointaines depuis la RD 3651 et
le massif du Luberon, en utilisant un motif 51 Interview pour La Provence, en avril 2013,
paysager typique de la vallée de la Basse “Charleval : Le chantier du parc photovoltaïque
Durance enfin terminé”
(https://www.laprovence.com/article/echoplan
56

• Des massifs arbustifs implantés en limite


Est du site pour masquer la visibilité du ete/3933499/charleval-le-chantier-du-parc-
Page

photovoltaique-enfin-termi ne.html)
parc depuis les habitations proches, en

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
écologiques et permettait de valoriser un plantations le long de ce dernier le rendant
terrain laissé à l’abandon. Les aspects visuels plus identifiable et agréable. De plus, deux fois
et sociaux ont permis au projet d’aboutir à par an des moutons sont au pâturage dans le
l’idée d’intégration de cette centrale comme parc. Ils l’entretiennent et permettent de
une partie urbanisée en continuité avec le réinstaller l’activité pastorale sur ce secteur,
village. La position de la centrale est ainsi disparue depuis plusieurs décennies.
relativement assumée en entrée de village.
On peut toutefois apporter une critique à ces
Sans avoir un rapport trop frontal grâce aux
plantations et jeux de relief existants, elle aménagements : le sentier semble être
n’est pas cachée. Au contraire, elle accueille emprunté mais seulement sur une partie
des usages autres qu’industriel avec un sentier (donc pas nécessairement pour le parcours
de promenade pédagogique rattaché au pédagogique), il aurait pu être davantage
intégré à la trame piétonne de Charleval.
village et l’aménagement du relief et des
57Page

Figure 26 : Vue aérienne sur la centrale photovoltaïque de Charleval (source : geoportail.com)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Figure 28 : Limite nord plantée de la centrale photovoltaïque avec Charleval en fond (auteur : Adeline Mouly)
58
Page

Figure 27: Vue depuis le promontoire au sud de la centrale photovoltaïque (auteur : Adeline Mouly)
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
b/ Gréoux-les-Bains : un projet en milieu naturel boisé (Alpes de Haute
Provence)
La plus grande centrale photovoltaïque de D’autre part, les diverses collectivités du
PACA est située à Gréoux-les-Bains. Cette secteur sont pour la grande majorité
dernière a été mise en service en juin 2017. favorables et actives dans ce domaine, comme
A première vue, ce projet solaire semble très l’évoquait la sous-préfète de Forcalquier,
étendu et amène à s’interroger sur les Fabienne Ellul : «Avec 186 MW, le
conséquences d’un projet de cette échelle. En département était déjà exemplaire en
effet, situé dans le Parc Naturel Régional du production solaire, au troisième rang en PACA
Verdon, il s’étend sur plus de 180 hectares […] Notre département est précurseur dans
répartis sur deux sites : Vallongue (88,5 ha) et l’accompagnement des porteurs de projets.
Coteau de Rousset (92,7 ha). Les chiffres sont Nous avons donné des outils aux collectivités
éloquents quant à la grandeur du projet : 300 comme aux opérateurs : un document de
000 panneaux solaires et 50 postes de recommandations, la charte photovoltaïque
transformation électrique pour une ainsi qu’un véritable outil opérationnel avec la
production de 128 GWh par an (puissance création d’un guichet unique, permettant la
installé de 82 MW), l’équivalent de la mise en cohérence et la fluidité des
consommation électrique d’environ 85 000 procédures, depuis l’amont du projet à la
habitants (hors chauffage). délivrance du permis d’aménager. » 52 La
réussite du projet dépendait complètement
Auparavant, il s’agissait de parcelles boisées de l’approche sociale. L’engagement des élus
qui faisait l’objet d’une valorisation mais également la concertation avec les
économique de ses bois. Il a donc fallu acteurs locaux (office du tourisme,
défricher plusieurs hectares (sachant que la associations de chasses locales, société
zone impactée est plus large car le projet est Coopérative Provence Forêt, RTE, pâturage
soumis à l’obligation légale de ovin…) en plus des services d'instructions a
débroussaillement). Considérant cela, le ainsi permis à l’aboutissement du projet. Un
projet paraît avoir fait fi des questions regret reste toutefois sur le fait qu’il ne s’agit
environnementales au profit d’une production pas de terrains publics mais privés (bien qu’il
à tout prix. Pourtant, le projet s’insère dans ne soit pas toujours possible d’agir sur des
une logique tout autre. terrains publics).

D’une part, la vallée de la Durance est un D’autre part, le projet a été réalisé de manière
territoire propice aux énergies renouvelables. à avoir le moins d’impact visuel possible sur
Depuis des décennies l’hydraulique a modelé les paysages du parc du Verdon. En effet, bien
ses paysages. La culture énergétique y est qu’aucun lieu d’attrait n’ait été identifié
réellement ancrée et le développement des autour des sites, l’enjeu touristique restait une
énergies renouvelables constitue un réel problématique à considérer. Au lieu-dit
enjeu pour ce territoire dont l’attractivité
dépend en partie des nombreuses 52Interview pour La Marseillaise en septembre
installations énergétiques qui s’y trouvent 2017 : « Le plus grand parc photovoltaïque de
PACA est à Gréoux-les-Bains »
(projet ITER, barrages…). En effet, la
(http://www.lamars eillaise.fr/al pes/developpe
59

dynamique de ce territoire est intimement liée


ment-durable/63868-le-plus-parc-
au développement énergétique.
Page

photovoltaique-de-paca-est-a-greoux-les -bai ns)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
« Vallongue », le projet solaire épouse le site. Un poste source a été créé sur le site,
dessin des vallons formant des coulées intégré au sein du projet.
ménageant des corridors pour l’eau et la
biodiversité. Son implantation sur le plateau le Enfin, le projet a permis une prise de
rend très peu visible à l’exception de quelques conscience écologique. Paradoxalement à son
vues depuis la D6 au nord du site. Des impact, il a révélé des zones intéressantes du
touristes allemands interrogés sur place, point de vue de la biodiversité. La réflexion
déclaraient ne pas avoir vu la centrale alors entamée par le projet a permis de passer la
qu’ils mangeaient à seulement une centaine zone en Arrêtés Préfectoraux de Protection de
de mètre. Ils ont aussi déclaré « Même si nous Biotope (APPB), encouragé par les services de
l’avions vu cela n’aurait pas été un problème l’Etat. En effet, le parc photovoltaïque du site
pour nous». Toutefois, l’entité la plus au nord est le résultat d’un compromis avec les
de la centrale aurait permis un impact visuel services de l’Etat : autoriser l’installation mais
quasi nul. aussi mettre en œuvre des mesures
Au lieu-dit « Coteau de Rousset », le projet protégeant la biodiversité et interdisant toute
adopte la même logique avec une construction sur le reste du site. Ainsi, la
implantation sur plateau, sur le versant ouest maîtrise foncière (en dehors de la surface des
de la vallée de la Durance. Au-delà des enjeux parcs solaires) s’étend sur 350 ha. Cette
écologiques, son dessin est le résultat des protection sans limite de durée permet à cette
lignes électriques haute-tension présentent zone de bénéficier d’un suivi dont elle ne
sur le site tout en conservant les corridors jouissait pas auparavant. En outre, les parties
écologiques. En effet, le projet solaire utilisées par les centrales photovoltaïques
s’apparente à un « lotissement » respectant sont valorisées par l’accueil de pâturage de
l’implantation des lignes déjà présentes sur le moutons.
60Page

Figure 29 : Vue aérienne sur la centrale photovoltaïque de Vallongue à Gréoux-les-Bains (source : earth.google.com)
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Figure 31 : Vue depuis les entités au centre de la centrale photovoltaïque à Coteau de Rousset (auteur : Adeline Mouly)
61 Page

Figure 30 : Vue depuis la route départementale au nord de Vallongue (auteur : Adeline Mouly)

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
c/ La Verdière : un projet en frange périurbaine (Var)
Le projet de La Verdière constitue un projet L’approche dynamique a permis à cet espace
relativement « classique ». Sa situation, sa boisé soumis au régime forestier, de renouer
taille, et les enjeux qu’il soulève sont avec un passé éloigné en installant une
semblables à de nombreuses centrales activité pastorale. En effet, cet espace qui
photovoltaïques en PACA. s’est vu refermé au fil du temps accueille
aujourd’hui des moutons et des ruches. Le
Le projet, perché au centre des plateaux
troupeau d'ovins se charge d'entretenir la
boisés, est situé proche du village de La centrale. En outre, cet espace ouvert et
Verdière. La centrale est sur le plateau de
défriché constitue pour la gestion des franges
l'Auvière, un site en pente douce au nord- péri-urbaines "une coupure" diminuant le
ouest du village. Il s’étend sur 12 hectares risque de propagation du feu sur le plateau au
pour une production de 6.3MWc équivalent contact des premières habitations.
de la consommation de 6 600 habitants.
Inauguré en 2013, le site avait été retenu car il Enfin, l’approche visuelle a permis d’établir les
répondait aux caractéristiques requises pour éléments indispensables à une bonne
accueillir une centrale photovoltaïque. En insertion au site. Il existait un risque de
effet, situé à moins de 10km du poste source covisibilité depuis l’église Saint-Julien et le
de Boutre et proche d’une ligne haute tension, château de La Verdière, classé monument
ce plateau calcaire relativement plat qui historique. Le choix s’est donc logiquement
surplombe une vallée agricole paraissait porté sur le respect des lignes de force du
propice à l’accueil d’un projet solaire. Les paysage, à savoir les crêtes des massifs. La
enjeux soulevés par le projet étaient centrale adopte donc une position sur le
principalement sylvicole et touristique. La plateau en recul par rapport à la limite de
démarche adoptée répond à ces crête du talus au sud. La zone maîtrisée de 45
problématiques et rassemble les trois ha est ainsi exploitée sur un quart de sa
approches étudiées, à savoir, dynamique, superficie. Le reste est inexploité dans le but
visuelle et sociale. de ne pas dénaturer le site ou aménager pour
la biodiversité. Par exemple, le site est scindé
Tout d’abord, l’approche sociale constitue en deux par un "corridor écologique"
probablement le volet le moins poussé dans composé de pins noirs et de vieux chênes
ce projet. L’ensemble des acteurs concernés verts, permettant le maintien des milieux
par l’instruction et le montage du projet riches et la facilité de circulation pour la
étaient favorables : La commune, propriétaire faune.
du terrain (investie dès le départ), l'Office De plus, le projet exploite les pistes déjà
National des Forêts, le Parc Naturel Régional existantes. Il est donc visible depuis les
du Verdon, la Direction départementale des chemins d'exploitation qui sont également
Territoires et de la Mer... De ce fait, une empruntés pour des balades le week-end par
simple réunion publique d'information et des des personnes locales. Des panneaux
réunions de concertation avec la mairie ont pédagogiques sur le centrale photovoltaïque
été organisé. On aurait pu imaginer une réelle mais également sur l’histoire de site et
concertation des habitants dans le cas de ce l’environnement présent ont été installé.
62

projet, proche du village. Plusieurs randonneurs utilisent aujourd’hui le


site alors que ce n’était pas forcément le cas
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
auparavant. Ces derniers profitent ainsi de la Comme pour ce projet, on peut lui greffer
facilité des accès. d’autres ambitions telles que biodiversité
La centrale de La Verdière montre que en valorisée, la réouverture des milieux pour la
manipulant différent critères pour intégrer mise en place d’activités apicoles ou
des projets solaires, on peut arriver à une pastorales, ou encore le support de
bonne intégration. Au-delà de la négative, il randonnée pédagogique.
ne fait pas de bruit, il ne détruit pas de milieux
naturels riches, il n’émet pas de carbone… Le
photovoltaïque peut être catalyseur de
nouvelles dynamiques d’aménagement.
63Page

Figure 32 : Vue aérienne sur la centrale photovoltaïque de La Verdière (source : geoportail.com)


Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Figure 34 : Vue depuis le corridor écologique entre les deux entités solaires (auteur : Adeline Mouly)
64
Page

Figure 33 : Vue depuis le château de La Verdière, on aperçoit la centrale, en continuité avec la ligne de crête (auteur : Adeline Mouly)
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Conclusion :

Dans l’urgence de changer de modèle pour un mix énergétique plus équilibré, nous avons vu
que les systèmes électriques verticaux et centralisés laissent place aux systèmes horizontaux
et décentralisés. Alors qu’on se préoccupait de produire de l’énergie ici, de la consommer là,
on commence à penser les deux ensemble. Les points de production énergétique
s’accompagnent désormais d’une grande diversité de sites de plus petites tailles, s’adressant
à la demande répartie sur le territoire.

Cette réflexion à l’échelle territoriale pose la notion de paysage énergétique. Ainsi, il ne


s’agit en aucun cas de nier les impacts des nouveaux équipements énergétiques, mais de
rappeler qu’à travers les questions d’énergie et de climat, c’est l’avenir de tous nos paysages
ruraux et urbains qui est en jeu, mais aussi le futur de nos modes de vie et des écosystèmes.
Les questions que pose le projet (emprise sur les ressources naturelles, faisabilité
économique et juridique, impact sur le paysage…) sont traitées dans une vision globale.
Partant d’une lecture de paysage, le travail peut déboucher alors sur des projets ambitieux
traitant à la fois d’énergie, de développement local et de paysage.

Jusqu’ici, la coupure entre prise en compte du paysage et approches systémiques de la


transition énergétique s’expliquait par un obstacle majeur qui est le cloisonnement général
des approches, des métiers, des disciplines, et des institutions. C’est ce cloisonnement entre
paysage et urbanisme qui ignorait et sous-estime encore le paysage dans les politiques
d’aménagement et de planification du territoire. C’est également ce manque de vision
globale qui a conduit à voir le plus souvent le paysage comme un obstacle à la transition
énergétique, alors qu’il pourrait être un instrument permettant de rendre visible les choix à
faire en matière d’énergie ou d’adaptation au changement climatique.

En effet, il apparaît plus concrètement dans le cas des centrales photovoltaïques au sol que
celles-ci sont souvent le résultat de négations (ne pas impacter la biodiversité ou
l’exploitation du sol). De plus, le volet paysager ne constitue pas un paramètre majeur pour
l’évaluation des permis alors qu’à l’inverse, il constitue un élément fondamental de réflexion
pour les acteurs du territoire et soulève ainsi l’idée du paysage comme un bien commun.

De fait, la place faite au paysage n’est pas encore suffisamment significative mais elle
devient grandissante. Chaque projet tend à être abordé selon trois axes interdépendants :
dynamique, visuel et social. Comme les études de cas l’ont démontré, les projets de
centrales photovoltaïques au sol peuvent, dans une démarche positive considérant le
paysage comme moteur, faire partie de projets d’aménagement plus généraux tout en
ménageant des solutions environnementales ou agricoles.
65
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
« Rien n’est séparé ni sectorisé, tout interfère et se répond. Le paysage, en tant qu’espace
de vie et révélateur des actions passées, peut mettre d’accord et créer un sursaut lorsqu’il se
dégrade ou est dévalorisé. Il permet également de réunir et de sortir de la logique
d’opposition improductive, il donne des pistes pour construire un développement différent,
centré sur la fierté, les valeurs des lieux et les savoirs des habitants. […] Chaque territoire
selon ses ressources, développe ses propres outils et structures, au service d’un projet de
territoire plus durable et harmonieux. » (comme l’évoque Mathilde Kempf et Armelle
Lagadec, architectes urbanistes 53).

Mieux dotés en sources d’énergies renouvelables, les territoires ruraux de PACA, porteront
davantage la transition énergétique. La solidarité avec les aires urbaines, moins pourvues en
surfaces disponibles, mais mieux dotées en ressources humaines et financières, amène à
repenser l’aménagement régional. Par conséquent, les énergies renouvelables portent
l’évolution du territoire. Elles s’ouvrent à de nouveaux champs de pensée tels que le
paysage. Ce dernier est enclin à devenir un des leviers majeurs pour le développement des
énergies renouvelables à condition que tous les acteurs de l’aménagement prennent
conscience de l’enjeu à participer à la transition énergétique…
« Nous n’héritons pas la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. » (Saint-
Exupéry).

Figure 35 : Schéma de synthèse des trois approches constitutives de la conception "positive" des projets
solaires (source : etd-energies.fr)
66
Page

53 Article « Dans le Jura suisse et au Luxembourg », revue Urbanisme HS n°64, p. 45

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
67
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Tableau des figures

Figure 1 : Parc photovoltaïque à Tavernes (Auteur : Adeline Mouly).............................................................1


Figure 2 : Répartition de la consommation mondiale d'énergie primaire en 2015 (source :
Connaissance des Énergies, https://www.connaissancedesenergies.org/les-chiffres-cles-de-
lenergie-dans-le-monde-170926) ...................................................................................................................................9
Figure 3 : Anomalies observées des températures moyennes annuelles (1850-2012) (source :
Guide pratique, Le changement climatique en 10 questions, mai 2018, ADEME) .................................... 11
Figure 4 : Illustration du caricaturiste Red !
(https://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/arguments/1-ce-n-est-qu-un-debut-
continuons-le-debat)......................................................................................................................................................... 13
Figure 5 : Cadre d'action en matière de climat et d'énergie à l'horizon 2030 - Grands objectifs
fixés (source : https://www.cre.fr/La-CRE-dans-le-monde/En-Europe/Cadre-legislatif-europeen)
................................................................................................................................................................................................... 15
Figure 6 : Tableau récapitulatif des principaux textes de référence et objectifs (source : Dossier
Climat Air et Energie, Chiffres-clés, ADEME, 2018) .............................................................................................. 17
Figure 7 : Schéma explicatif des relations entre les principaux documents de référence des
énergies renouvelables (source : http://outil-cactus.parc-golfe-morbihan.bzh/niveaux-national-
et-regional/)......................................................................................................................................................................... 19
Figure 8 : Projet Methelec en Auvergne qui mutualise la production d'énergie photovoltaïque et
de biogaz (source : www.langa.fr) ............................................................................................................................. 21
Figure 9 : Coûts complets de production en France pour la production d'électricité renouvelable
(source : Dossier de l'ADEME, "Coûts des énergies renouvelables", décembre 2016) ............................. 23
Figure 10 : Consommation d'énergie primaire par type d'énergie en métropole en 2016 (source
: DATLAB, Chiffres clés des énergies renouvelables – Édition 2018, Commissariat général au
développement durable, Ministère de la transition écologique et solidaire.)............................................. 25
Figure 11 : Centrale photovoltaïque à Les Mées dans les Alpes de Haute Provence
(nrgrenouv.hypotheses.org) ........................................................................................................................................... 27
Figure 12 : Projection du barrage de Serre Ponçon avant sa mise en service en 1960
(http://polien.e-monsite.com/pages/etude-de-cas.html).................................................................................. 29
Figure 13 : Schéma récapitulatif des rapports de compatibilité entre les documents encadrant la
mise en place des énergies renouvelables (https://reseauactionclimat.org)........................................ 31
Figure 14 : Détail du système photovoltaïque (https://particuliers.engie.fr/electricite/conseils-
electricite/photovoltaique/schema-panneau-photovoltaique.html) ............................................................ 33
Figure 15 : Agrivoltaïsme dans le domaine de Nidolères, domaine viticole dans les Pyrénées
Orientales (https://www.lechodusolaire.fr/les-premieres-installations-pv-de-sunagri-seront-
inaugurees-debut-juillet-2018/).................................................................................................................................. 35
Figure 16: Schéma d’installation d’une centrale photovoltaïque. (« Installations photovoltaïques
au sol, guide de l’étude d’impact », Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des
Transports et du Logement, Direction générale de l'Énergie et du Climat, avril 2011)......................... 37
68

Figure 17: Extrait de la carte en ligne localisant les capacités d'accueil de RTE pour le
Page

raccordement aux réseaux de transport et de distribution des installations de production

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
d'électricité (les lignes rouges et vertes sont les lignes très hautes tensions, et les lignes violettes
sont les lignes hautes tensions) (source : https://www.capareseau.fr/#) ............................................... 39
Figure 18 : Aires d’étude à considérer en fonction des thèmes de l’environnement dans l’étude
d’impact (« Installations photovoltaïques au sol, guide de l’étude d’impact », Ministère de l’Écologie,
du Développement durable, des Transports et du Logement, Direction générale de l'Énergie et du
Climat, avril 2011) ............................................................................................................................................................. 41
Figure 19 : La centrale photovoltaïque de La Verdière (12 ha) dans le Var en comparaison au
stade de France (6 ha) (source : https://www.geoportail.gouv.fr/)............................................................. 43
Figure 20 : Carte des zones rédhibitoires en PACA : toutes les zones colorées ne peuvent pas
recevoir de centrale photovoltaïque au sol, elles correspondent aux zones rédhibitoires cités
plus hauts (source : www.geoportail.gouv.fr) ....................................................................................................... 45
Figure 21 : Un troupeau de moutons au sein de la centrale photovoltaïque à Esparron-sur-
Verdon (auteur : Adeline Mouly) ................................................................................................................................. 47
Figure 22 : Schéma récapitulatif de la hiérarchie entre les thèmes traités lors de l’instruction des
permis de projets solaires (image de fond : centrale photovoltaïque de Brignoles ; auteur : Adeline
Mouly)..................................................................................................................................................................................... 49
Figure 23 : Schéma explicatif de l’approche dynamique des paysages (source : etd-energies.fr) .. 51
Figure 24 : Photomontage d'une centrale photovoltaïque en milieu forestier (auteur : Adeline
Mouly)..................................................................................................................................................................................... 53
Figure 25 : Visite d'un site éolien pour des élèves (http://pnrl-education.com/index.php/le-
reseau/lorraine-energies-renouvelables/) .............................................................................................................. 55
Figure 26 : Vue aérienne sur la centrale photovoltaïque de Charleval (source : geoportail.com).. 57
Figure 27: Vue depuis le promontoire au sud de la centrale photovoltaïque (auteur : Adeline
Mouly)..................................................................................................................................................................................... 58
Figure 28 : Limite nord plantée de la centrale photovoltaïque avec Charleval en fond (auteur :
Adeline Mouly)..................................................................................................................................................................... 58
Figure 29 : Vue aérienne sur la centrale photovoltaïque de Vallongue à Gréoux-les-Bains (source :
earth.google.com) .............................................................................................................................................................. 60
Figure 30 : Vue depuis la route départementale au nord de Vallongue (auteur : Adeline Mouly) . 61
Figure 31 : Vue depuis les entités au centre de la centrale photovoltaïque à Coteau de Rousset
(auteur : Adeline Mouly).................................................................................................................................................. 61
Figure 32 : Vue aérienne sur la centrale photovoltaïque de La Verdière (source : geoportail.com)
................................................................................................................................................................................................... 63
Figure 33 : Vue depuis le château de La Verdière, on aperçoit la centrale, en continuité avec la
ligne de crête (auteur : Adeline Mouly)..................................................................................................................... 64
Figure 34 : Vue depuis le corridor écologique entre les deux entités solaires (auteur : Adeline
Mouly)..................................................................................................................................................................................... 64
Figure 35 : Schéma de synthèse des trois approches constitutives de la conception "positive" des
projets solaires (source : etd-energies.fr) ................................................................................................................ 66
Figure 36 : Evolution des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque (source :
https://photovoltaique.info/fr/).................................................................................................................................. 73
69
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Bibliographie
Site internet

Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie : https://www.ademe.fr/

Commission européenne : https://ec.europa.eu/

Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement :


http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/

Données et études statistiques (Ministère de la transition écologique et solidaire et Ministère de la cohésion


des territoires et des relations avec les collectivités territoriales) : https://www.statistiques.developpement-
durable.gouv.fr/

Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques : https://www.insee.fr/

Ministère de la transition écologique : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/

Nations-Unies : https://www.un.org/

Réseau de transport d’électricité : https://www.rte-france.com/

Connaissance des énergies (site indépendant d’informations générales sur l’énergie) :


https://www.connaissancedesenergies.org

Notre-planete.info (site indépendant sur l’ environnement, écologie, nature et sciences de la Terre) :


http://www.notre-planete.info

Observatoire des inégalités (organisme privé français indépendant) : https://www.inegalites.fr

Planetoscope (site indépendant de statistiques écologiques) : https://www.planetoscope.com

Planète énergie (site de données sur l’énergie géré par total foundation) : https://www.planete-energies.com/

Association Négawatt : https://negawatt.org/

GEO (site du magazine mensuel de voyage et de connaissance du monde): http://www.geo.fr/

Toute l’Europe (site d’information pédagogique sur l’actualité européenne) : https://www.touteleurope.eu/

Elabe (site indépendants d’études et sondages) : https://elabe.fr/

Actu environnement (site indépendant sur le thématique air, aménagement, eau, écologie, déchets, énergies
renouvelables…) : https://www.actu-environnement.com

Ouvrage

Jean-Yves Grandidier et Gilles Luneau, 2017, Le vent nous portera, Le pari gagnant de la transition énergétique,
2017, Collection Manifestô Alternatives

J.M. Chevalier et Olivier Pastré, 2015, L’énergie en état de choc, Edition Eyrolles
70
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Revue

Sylviane Tabarly, 2007, « Le paysage et la loi en France et en Europe : législations et réglementations, une
sélection », (http://geoconfluences.ens-lyon.fr/)

Multiples auteurs sous la direction d'Antoine Loubière, juin 2018, « H.S. 64, Les nouveaux paysages de la
transition énergétique », Urbanisme

Dossier

« Bilan électrique et perspectives, PACA », 2015, RTE

« Cadre régional pour le développement des projets photovoltaïques en Provence-Alpes-Côte d’Azur », 2019,
DREAL PACA

« Chiffres clés de l’énergie », 2018, Commissariat général au développement durable, ministère de la transition
écologique

« Climat, Air et Energie, chiffres clés », 2018, ADEME

« Convention européenne du paysage », 2000, ouverte à la signature à Florence

« Coûts des énergies renouvelables en France », 2018, ADEME et Ministère de l’environnement, de l’énergie et
de la mer

« Dossier Climat Air et Energie, Chiffres-clés », 2018, ADEME

« Guide solaire et habitat, l’intégration des équipements dans les Hautes-Alpes », 2011, Parc national des
Ecrins, Parc naturel du Queyras, le Conseil Général des Hautes-Alpes, CAPEB

« Installations photovoltaïques au sol, Guide de l’étude d’impact », 2011, Ministère de l’Ecologie, du


Développement durable, des Transports et du Logement

« Le photovoltaïque », 2017, Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et
l’aménagement Méditerranée

« Les paysages régionaux », 2013, DREAL PACA

« Paysages de l’énergie, paysages en transition », 2014, Région Rhône-Alpes et Fédération des Parcs naturels
régionaux de France

« Prise en compte du paysage dans les documents d’urbanisme, gui pour une meilleure prise en compte des
paysages dans le cahier des charges des SCOT, PLU et cartes communales », 2016, Direction Régionale et
Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie d’Ile-de-France

Filmographie

« Les éoliennes dans mon paysage», 2007, film de médiation sur les paysages éoliens, coproduit avec l’ADMA
et Volubilis

Visites
71

Centrale de La Verdière (le 03/03), de Tavernes (le 16/04), de Brignoles (le 16/05), de Charleval (le 16/05), de
Esparron-sur-Verdon (le 22/05), de Gréoux-les-Bains (le 22/05)
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Annexe

Mieux comprendre l’évolution du photovoltaïque : des conditions de


financement de moins en moins avantageuses
(auteur : Adeline Mouly)

Pour comprendre l’attrait des « gros Depuis 2011, l’État lance des appels d’offres
opérateurs », tels que ENGIE, EDF ou Total gouvernementaux organisés par la CRE
pour les centrales photovoltaïques au sol, il (Commission de Régulation de l’Energie) deux
faut comprendre le contexte tarifaire fois par an. Le gouvernement a mis en place
concernant le solaire à forte puissance (> 250 un système de prime versée au producteur
kW). d’énergie renouvelable pour compenser le
prix de l’électricité sur le marché qui reste très
Aux débuts de la filière photovoltaïque, fluctuant et qui ne permet pas à lui seul la
l’objectif principal était de produire viabilité de l’installation. La sélection d’un
localement et de consommer sur place. Mais projet à l’Appel d’Offres de la Commission de
dès les années 90, les gros producteurs régulation de l’énergie (AO CRE) donne à
comme l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie l’opérateur un droit à vendre son électricité à
commencent à voir leur intérêt EDF au tarif d’obligation d’achat indiqué dans
à raccorder leurs installations au réseau de son dossier de candidature, et ce, pour une
distribution électrique. Pourtant en avance durée de 20 ans. La prime complète les
dans les années 80, l’industrie photovoltaïque revenus obtenus par la vente sur le marché de
française, par frilosité et manque l’électricité produite. Elle permet donc la
d’anticipation, manque le virage de la viabilité économique des projets même si les
connexion au réseau et accumule le retard par prix de rachat n’ont cessé de baisser depuis
rapport à ses voisins européens. cette date.

Ce n’est qu’au début des années 2000 que le


Au cours de ces appels d’offre, un nombre
gouvernement franchit le pas avec limité de mégawatt est mis en jeu. Les maîtres
l’instauration de l’obligation d’achat et des d’ouvrage doivent soumettre des projets
tarifs réglementés. Cependant, malgré les répondant à un cahier des charges précis. Les
aides de l’ADEME et des collectivités locales, projets sont ensuite sélectionnés en fonction
ces tarifs ne permettent pas aux acteurs de la
de leur pertinence. Le prix représente 90% de
filière d’atteindre un équilibre financier. la notation et la pertinence environnementale
En 2006, la situation change radicalement, 10% (bilan carbone des panneaux, terrain
avec la révision des tarifs : le tarif de base est d’implantation choisi etc.).
doublé. Le résultat est fulgurant : la puissance
raccordée double dès 2007.
Depuis 2016, l’obligation d’achat est
Mais la spéculation grandissante autour des remplacée par le complément de
installations solaires inquiète le rémunération. Il devient alors impératif pour
gouvernement. En 2010, les tarifs de rachat tous les opérateurs de projets d’être en
sont baissés et un moratoire de 3 mois est mis mesure de revendre à prix compétitif
l’électricité produite afin d’assurer la
72

en place sur les projets professionnels d’une


puissance supérieure à 3kWh afin de redéfinir rentabilité de ces derniers.
Page

le cadre de progression de la filière.

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Le complément de rémunération consiste en marché sera facilitée par l’importance de la
une prime versée mensuellement au quantité d’électricité produite et par la variété
producteur d’électricité titulaire d’un contrat du mix énergétique.
de complément de rémunération avec EDF, les
entreprises locales de distribution d’électricité Par conséquent, il est important de saisir que
(ELD) ou des organismes agréés. la succession de ces systèmes de financement,
Cette prime est proportionnelle à l’énergie très lucratifs au départ, a causé un
produite et égale à la différence entre un tarif développement très rapide dans les années
de référence et un prix de marché de 2000 des centrales photovoltaïques.
référence. Elle complète le revenu de la vente Néanmoins, le déploiement de ces projets
directe d’électricité produite sur le marché. solaires s’est souvent fait au détriment des
paysages. La prise de conscience de l’Etat sur
Néanmoins, compte tenu de la compétitivité la situation économique de la filière
de l’électricité solaire, le système d’appels photovoltaïque a également permis une prise
d’offres contrôlé par l’État progresse peu à de conscience sur l’impact de ces projets
peu vers la « parité réseau » c’est-à-dire un solaires et la mise en place d’un cadre
système de vente directe sur le marché de réglementaire pour les installations
l’électricité. Les industriels commencent à photovoltaïques au sol (permis de construire,
lancer leurs propres appels d’offres. En effet, étude d’impact, enquête publique).
la revente de l’électricité directement sur le
73
Page

Figure 36 : Evolution des tarifs d'achat de l'électricité photovoltaïque (source : https://photovoltaique.info/fr/)


Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence
Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
74
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme
Mots clés :

transition énergétique, photovoltaïque, paysage

Résumé :

La transition énergétique est un concept relativement récent, élaboré en réponse au modèle


énergétique actuel instable et nuisible. Ce changement se traduit par le développement des
énergies renouvelables. Produites à partir de ressources naturelles, elles présentent de
nombreuses qualités mais ne doivent pas être considérées sans risques. En effet, la notion
de paysage énergétique est présente dès le moyen-âge avec les moulins à vent mais la
réflexion sur le lien entre paysage et énergie est encore confuse. L’énergie photovoltaïque,
démocratisée depuis les années 2010, amène à réfléchir cette relation. Les impacts des
centrales photovoltaïques au sol ne sont pas moindres : consommation d’espace, objet
industriel standardisé, leur morphologie complexifie considérablement leur intégration
paysagère. Elle est souvent le résultat de contraintes environnementales ou règlementaires,
sans parti-pris paysager. Ce présent mémoire a ainsi pour but d’emmener à réfléchir une
place plus assumée du paysage dans la transition énergétique pour permettre une insertion
« positive » des projets solaires dans le paysage.
75
Page

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence


Projet de Paysage Aménagement et Urbanisme