Vous êtes sur la page 1sur 16

MINI-PROJET :

2011
CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Réalisé par : -EL AMRANI Abdessadeq

-FISSAA Smail

-RAISS EL FENNI Mohamed

Encadré par : M. BENNIS


2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Sommaire

I- Données du projet : .................................................................................................................. 3


1) Données fonctionnelles : ............................................................................................................ 3
2) Données naturelles : ................................................................................................................... 3
II- Solutions d’implantation : .................................................................................................. 3
1) Présentation des variantes : ....................................................................................................... 3
1-1) Pont dalle précontraint de type PSIDP à encorbellements larges: ................................... 3
1-2) Ponts-routes à poutres préfabriquées précontraintes par adhérence PRAD : ................. 4
1-3) Ponts-routes à tablier en poutres enrobées : .................................................................... 5
2) Tri des variantes :........................................................................................................................ 6
2-1) Premier tri :.............................................................................................................................. 6
2-2) Deuxième tri : .......................................................................................................................... 7
III- Etude de la variante choisie : PSI-DP ........................................................................... 7
1) Pré-dimensionnement : .............................................................................................................. 7
1-1) Tablier : ............................................................................................................................... 7
1-2) Dalle :................................................................................................................................... 8
1-3) Piles : ................................................................................................................................... 9
1-4) Fondations :......................................................................................................................... 9
1-5) Culée : .................................................................................................................................. 9
2) Profils : ...................................................................................................................................... 10
2-1) Profil en travers : ................................................................................................................... 10
2-2) Profil en long :........................................................................................................................ 10
3) Calcul des charges : ................................................................................................................... 11
3-1) Poids propre du tablier: ........................................................................................................ 11
3-2) Systèmes de charge : ............................................................................................................. 11
4) Cintre & coffrage :..................................................................................................................... 16

2
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

I- Données du projet :
1) Données fonctionnelles :
Notre pont fait partie d’une route nationale à deux voies présentée comme suit :

1,5m(trottoir)+0,25+2*3,50(chaussée de deux voies)+0,25+1,5m(trottoir)

1,5m 0,25m 0,25m 1,5m


3,5m 3,5m
Les travées de rives doivent être accessibles.

2) Données naturelles :
Les données naturelles ont permis de fixer le tirant d’air à 7m et la longueur du tablier à
80m.

Les données géotechniques du site :

- Sol argileux moyennement compact, moyennement consolidé


- Le substratum est à –3m.

II- Solutions d’implantation :


Le tablier ayant une longueur de 80 mètres, imposée par la nature du franchissement
entre autres, l’on peut envisager plusieurs solutions d’implantation d’appuis. A priori, l’on va
adapter des variantes à trois ou quatre travées.

En se basant sur les domaines privilégiés des portées, nous proposons les variantes
suivantes :

-Pont dalle précontraint de type PSIDP à encorbellements larges.

-Ponts-routes à poutres préfabriquées précontraintes par adhérence PRAD.

-Pont à structure mixte : Ponts-routes à tablier en poutres enrobées.

-Pont en dalle à nervures larges de hauteur constante.

1) Présentation des variantes :


1-1) Pont dalle précontraint de type PSIDP à encorbellements larges:

Eléments de pré-dimensionnement :
- Domaine privilégié portée : 18 à 25 m
- Elancement : l/28
- Balancement : entre 0,60 et 0,85 pour un nombre de travées continues supérieur à
trois.

3
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Avantages :

- Un très fort élancement.


- Des ouvertures intéressantes.
- Poids propre de 1,2 à 2 t/m2 (une légèreté relative).
- Possibilité fréquente de passer par une fondation superficielle (semelles filantes).
- S'adaptent à toute difficulté d'implantation fait qu'ils sont construits par coulage en
place.
- Formes libres de conception.
- La précontrainte longitudinale intervient, par son effort normal et ses poussées au
vide, dans le sens d'une réduction des efforts dans la structure.
- Une consommation en aciers passifs plus faible que les tabliers PSI.DA.
- Permettent de gagner beaucoup sur les coffrages (environ 1 m2/m2 de surface de
tablier) et surtout, le gain est très important sur les cadences d’exécution. De plus la
simplicité des formes, la possibilité de réutiliser les cintres et les coffrages,
l’utilisation d’une main d’œuvre non spécialisée, donc moins onéreuse, compensent
une consommation plus importante des matériaux.

1-2) Ponts-routes à poutres préfabriquées précontraintes par adhérence PRAD :

Les tabliers des ponts PRAD (Précontrainte par Adhérence) sont constitués de poutres
préfabriquées précontraintes par pré-tension. La précontrainte des poutres est assurée par
des torons mis en tension avant bétonnage, puis relâchés dès que le béton a acquis une
résistance suffisante.
Les poutres, régulièrement espacées (entraxe de l’ordre de 1 m), sont solidarisées par une
dalle coulée en place sur des coffrages perdus.

Eléments de pré-dimensionnement :

- Domaine de portée privilégié : 15 à 25 m.


- Elancement : l/18 à l/20.
- Balancement : les travées sont égales si possible.

Avantages :

- Ce type d'ouvrage est bien adapté à des brèches de moyenne importance pouvant
aller de la travée unique à plusieurs travées
- La préfabrication entraîne une réduction des délais d'exécution de l'ouvrage.
- La préfabrication permet de franchir l’obstacle des cintres, essentiellement lorsqu’il
s’agit des hauteurs importantes ou des sites accidentés.

4
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Inconvénients :

- L'élancement habituel des ouvrages utilisant des poutres précontraintes par pré-
tension, principalement dans le cas des travées isostatiques, conduit à des épaisseurs
de tablier sensiblement plus fortes que celles des ponts-dalles continus.

- Les ouvrages PRAD présentent généralement un aspect esthétique beaucoup moins


satisfaisant que des ouvrages continus de mêmes portées, les ponts-dalles par
exemple.

- Le manque d'harmonie et de transparence, en raison d'une proéminence des


chevêtres d'appui et de leur disproportion avec le tablier.

- Il faut mettre en place une aire de préfabrication, difficile si l’emprise du projet ne le


permet pas.

1-3) Ponts-routes à tablier en poutres enrobées :

Eléments de pré-dimensionnement :

- Domaine privilégié de portée : 8 à 25 m.


- Elancement : l/ 38 (S275) et l/40 (S355) pour des travées isostatiques.
- Balancement : entre 0,70 et 0,80.

Les tabliers à poutrelles enrobées sont constitués par des profilés laminés (en général
HEA,HEB, voire HEM), assez faiblement espacés et enrobés de béton.
Son principe consiste à poser des poutrelles métalliques sur les appuis, à coffrer le vide entre
les ailes inférieures des poutrelles à l'aide de coffrages perdus (plaques en fibre-ciment ou
dallettes de béton armé), à mettre en place le ferraillage, puis à bétonner jusqu'au niveau
définitif en une ou plusieurs phases.
Cette technique permet de réaliser sans échafaudage des tabliers de portées allant
jusqu'à une trentaine de mètres, voire davantage.

Avantages :

- Il s'agit d'un type d'ouvrage rustique dont la construction est simple et peut être
réalisée par des entreprises compétentes mais non nécessairement très spécialisées.
La concurrence peut donc jouer pleinement.
- L'épaisseur du tablier est faible ; une diminution de l'épaisseur de tablier entraine
une réduction du volume des remblais d'accès.
- L'ossature porteuse est constituée par des profilés laminés du commerce, l'exécution
est donc relativement rapide.
- Le béton d'enrobement travaille assez peu et ne nécessite donc pas une composition
particulière afin d'obtenir des résistances élevées.
- Le tablier est très résistant à des chocs de véhicules hors gabarits.
5
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Inconvénient :

- Le coût de cette structure est réputé élevé.

1-4) Pont en dalle à nervures larges de hauteur constante :

Eléments de pré-dimensionnement :

- Domaine privilégié de portée : 25 à 30 m.


- Elancement : l/30 pour trois travées continues
- Balancement : entre 0,6 et 0,9

Avantages :

- Aspect esthétique
- Epaisseur de Tablier plus faible que celle d’un pont à poutres.

Inconvénients :

- Les problèmes techniques qui limitent les longueurs sont liés à la précontrainte
(frottement, longueur maximale des câbles,. . .), aux dilatations du tablier (relations
avec les appareils d'appui et joints) et à l'importance du cintre (coût élevé). D'une
façon générale les longueurs de l'ordre de 150m ne créent pas de difficultés; au-delà
c'est un point à examiner.
2) Tri des variantes :

2-1) Premier tri :

A la lumière de cette présentation, le pont-route à poutres préfabriquées


précontraintes par adhérence PRAD et le pont-route à tablier en poutres enrobées sont
écartés. D’une part, outre l’aspect peu esthétique du PRAD, ce dernier a des éléments de
pré-dimensionnement peu encourageants. D’autre part, malgré les points forts du pont-
route à tablier en poutres enrobées, son coût élevé nous amène à l’écarter.

A ce stade, nous retenons les PSIDP et PSIDN.

6
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

2-2) Deuxième tri :

Pré-dimensionnement du PSI-DN :

Trois travées : la travée centrale est de 30m, les travées de rive sont de 25.
balancement de 0,83.

La longueur maximale des travées étant de 30m et la largeur du pont étant de 10,5m , le
guide SETRA des PSIDN nous impose un profil en travers à deux nervures à hauteur
constante.

nous nous trouvons à la limite de l’utilisation de deux nervures larges à hauteur


constante pour le PSIDN, un choix qui n’est pas très rentable surtout avec un coffrage qui est
relativement difficile. Ceci étant nous fixons le PSI-DP à encorbellements larges comme
choix définitif.

III- Etude de la variante choisie : PSI-DP


1) Pré-dimensionnement :
1-1) Tablier :
Notre tablier s’étend sur 80m, deux choix se présentent :
- 3 travées (25+30+25) avec un balancement de 0,83.
- 4 travées (17+23+23+17) avec un balancement 0,74.
On a opté pour le deuxième choix pour une raison économique : Les portées comprises
entre 14 m et 25 m, voire 30 m, relèvent du domaine d'emploi de la dalle en béton
précontraint avec ou sans encorbellements latéraux. Cependant, la dalle à larges
encorbellements s'impose économiquement pour les portées dépassant une vingtaine
de mètres.
Au-delà de cette limite de 25 m, la relève du type PSI.DP peut être assurée par la dalle à
simple nervure à hauteur variable en béton précontraint, ou la dalle à plusieurs nervures
à hauteur constante ou variable en béton précontraint (type PSI.DN)*

7
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

1-2) Dalle :

Avec ce choix, l’épaisseur de la dalle est de 0,88m, d’après l’abaque suivant :

Quant à l'épaisseur d'un encorbellement, elle est de l’ordre de (0,20 +ou- 0,05) m ,
on prendra une épaisseur de 0,25m.

Pour la forme de la dalle , on a le choix entre les 3 formes :

8
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

En dehors de la forme (c) due à l'architecte VICARIOT, forme qui est assez originale et plutôt
réservée à des ouvrages urbains ou périurbains, l'emploi des formes (a) et (b) est assez
courant et résulte généralement, comme il a été dit, d'un choix esthétique.
Cependant, du point de vue strictement mécanique, la forme (a), qui comporte des
décrochements au niveau de la face inférieure de la partie centrale de la dalle, est de
préférence réservée à des portées importantes, alors que la forme (b), d'un coffrage plus
simple et plus lisse (vue par dessous), convient à des portées plus modestes.

On prendra donc dans notre cas la forme b : encorbellements massifs

1-3) Piles :
La largeur des piles est déterminée à partir de la formule :

E= + 0,10 où H=7m : tirant d’air et l=23m : longueur

de la travée
On trouve E=0,61m

1-4) Fondations :

Le substratum est à 3 mètres de profondeur, nous adoptons alors des semelles filantes.

1-5) Culée :

Etant donné que les travées de rives doivent être accessibles, contrainte de projet, nous
choisissons une culée à mur de front.

9
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

2) Profils :

2-1) Profil en travers :

2-2) Profil en long :

10
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

3) Calcul des charges :

3-1) Poids propre du tablier:


Le poids propre par mètre du tablier est : P = γ.S=25xS où S section du tablier :

S = 5,25x0,88 + (0,25+0,88)x2,625 = 7,58m²

Donc P = 25x7,58 = 189,65 kN /m

3-2) Systèmes de charge :

- Système A :
Ce système modélise une charge uniformément répartie, correspondant à une file de
véhicules sur le pont. A(l) est calculé moyennant la formule :

A(l) = a2.Max(a1.(230+ ) ; 400 – 0,2.l)

Où l : longueur de travée dans le cas de travées isostatiques, et longueur total du tablier


dans le cas de travée continues.

Donc notre cas (PSI-DP), on a l=80m longueur du tablier.

a1 =1 vu que c’est un pont de première classe, à deux voies

a2 =v0/v = 1

on a donc : A(l) = 621,3 Kg/m²

- Système B (Bc, Bt, Br)

Bc : On dispose sur la chaussée au plus autant de files ou convois de camions que la


chaussée comporte de voies de circulation et l´on place toujours ces files dans la situation la
plus défavorable pour l´élément considéré. Dans le sens longitudinal, le nombre de camions
par file est limité à deux.
Ce système s’applique à toutes les classes.

Cette charge est à multiplier par bc=1,10 dans notre cas (1ère classe, 2 voies)

11
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Br : constitué par une roue isolée de masse 10 tonnes. Sa surface d´impact sur la chaussée
est un rectangle uniformément chargé dont le côté transversal mesure 0,60 m et le côté
longitudinal 0,30 m. Le rectangle d´impact de la roue Br, disposé normalement à l´axe
longitudinal de la chaussée, peut être placé n´importe où sur la largeur roulable.

12
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Bt : comporte deux essieux tous deux à roues simples (tandem) munies de pneumatiques
et répondant aux caractéristiques définies dans le schéma : ( bt = 1 )

Les charges du système B sont à majorer par le coefficient δ pour tenir compte de l’effet
dynamique :

δ = 1+ +

On calcul ce coefficient pour une travée intermédiaire :

L=23m
G=18,965x23=436,2 T
S=1,1x4x30 T = 132T

Donc :

δ = 1,113

13
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

- Charges militaires :
Les véhicules types militaires sont souvent plus défavorables que les systèmes A et B
pour les éléments de couverture (dalles) ou d´ossature (entretoises, longerons et pièces de
pont) des tabliers.

Convoi M80 :
Un véhicule type du système Mc 80 comporte deux chenilles etrépond aux caractéristiques
si dessous :

Les deux essieux qui constituent le système Me 80 sont distants de1,50 m d´axe en axe et
sont assimilés chacun à un rouleau.

14
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

Convoi M120 :
Un véhicule type du système Mc 120 comporte deux chenilles et répond aux caractéristiques
si dessous :

Les deux essieux qui constituent le système Me 120 sont distants de 1,80 m d´axe en axe et
sont assimilés chacun à un rouleau.

15
2011 MINI-PROJET : CONCEPTION D’UN PONT COURANT

4) Cintre & coffrage :

Dans l'exécution des ouvrages courants, les cintres sont constitués soit d'un étaiement
vertical (il s'agit en général de tours supportant une surface réduite de tablier), soit d'un
étaiement horizontal (les appuis sont en ce cas peu nombreux et supportent un système de
poutres, donc de bandes de tablier). Le système à étaiement vertical convient
particulièrement à des sites faciles d'accès et comportant un bon sol.

Le cintre est un ensemble d'éléments qu'il faut déterminer dans un même projet. Son
établissement doit répondre à des critères de portance et de déformabilité.

Les facteurs à prendre en compte dans l'étude du cintre sont plus particulièrement les
suivantes :

- Les charges verticales.


- Les charges horizontales.
- L’ordre et la mise en place du béton.
- L’influence de l’état du matériel.

Les coffrages

Les coffrages doivent être bien disposés avec une contreflèche convenable dans chaque
travée et une bonne co-planéité entre panneaux.
Enfin et toujours pour des raisons d'aspect, il est indispensable d'avoir une bonne exécution
des coffrages des parements vus, non seulement pour les flancs inclinés de la dalle, mais
aussi pour la régularité de pose des panneaux d'intrados. On peut obtenir à peu de frais une
sous-dalle animée d'un motif géométrique en disposant convenablement les panneaux
(quinconce, damier...). On adoucira les arêtes d'intrados par des chanfreins (bandes
adhésives dans l'angle des coffrages). On emploiera des espaçateurs et soutiens de coffrage
ne laissant pas de trace sur les parements décoffrés. Pas de fers restant fichés dans les
parements, serre-joints sous tubes plastiques tranchés nets après décoffrage, sans ragréage,
tétons ou colliers plastiques pour les armatures de montage et de ferraillage transversal. De
même, on n'oubliera pas la fixation des quarts de rond pour la réalisation des gouttes d'eau
ou larmiers.

16

Vous aimerez peut-être aussi