Vous êtes sur la page 1sur 3

·--cac

Quand, le lundi, nous avons reçu le Premier


0 l§.[.jWUJ Direction hasardeuse, hiérarchie pléthorique, grille incohérente, ministre, les journalistes l'ont cassé. Lui-même
désertion en douze ans de la moitié des auditeurs, la radio phare des ne comprenait pas. Il disait : "Vous êtes terri-
blement politiques ce matin, qu'est-ce qui vous
années 50 est en pleine morosité. Jacques Lehn sera-t-il, après Denis arrive ?" Il ne savait pas qu' iri on roule tou-
a: Jeambar, l'homme providentiel, le sauveur de la station? jours pour quelqu'un. » Europe 1 qui ne souhaite
pas avoir un train de retard, saute sur le mar-
chepied des sondages.
Ce comportement monolithique vécu par toute
la rédaction révèle d'abord la peur. En 1994-1995,
les patrons d'Europe 1 ont souvent perdu leur
sang-froid : « Personnellement, j'ai compris com-
ment sont nées les dictatures. Nous avions un

Euro e
chef qu'on appelait Ceausescu. Il compensait son
manque d'autorité par la violence verbale. Un
autre, plus virulent encore, nous balançait des
"Je te tuerai, il y aura du sang sur les murs".·
Je l'ai même entendu tenir des propos racistes à
propos d'Arthur ou de Yan nick Noah, que la sta-
tion voulait engager comme consultant ! »

Tout va mal, on recomme A l'antenne, les programmes trahissent ce malaise.


ils s'adressent à tout le monde et à n'importe qui,
en mélangeant les heures et les genres. Jamais la
grille n'a été aussi incohérente. C'est le combat des
ncore un coup dur pour Europe 1. Anou- démoraliser un peu les troupes. Pourtant, le malaise chefs : chacun impose ses hommes et ses idées.
veau, la désolation l'emporte. Pourtant, ne s'explique pas seulement par perte d'influence Et, pour la première fois de l'histoire d'Europe 1,
avec 1'arrivée de Denis Jeambar, en juillet due à la concurrence acharnée que se livrent les on voit même un directeur de régie commerciale
dernier, toute la station retrouvait le fier stations. Europe 1 a aussi un passé politique lourd. intervenir sur la grille : Michel Cacouault embau-
espoir d'un nouvel essor. Et puis, le 12 mars, il Un sujet tabou, mais qui laisse des traces dans che à prix d'or les Nuls, pour remonter l'audience
annonce son départ après huit mois de réflexion l'esprit d'hommes qui s'interrogent, en deman- et« porter >> la tranche d'information de la mi-
sur 1'avenir. d'Europe. Aujourd'hui, c'est Jacques dant l'anonymat, sur leur rapport avec la puis- journée. Il~ placent la barre très haut pour dissua-
Lehn, le pdg, qui assure la direction générale. Il sance politique.· der leur futur employeur. Europe accepte leurs exi-
reprend le projet imaginé par Denis Jeambar, qui Jusqu'en 1974, tout va bien. On .est heureux, gences. Pendant une saison, ils touchent 150 000
avait réussi le renouveau du Point. · la radio fourmille d'idées. C'est à ce moment, francs par mois chacun (et ils sont trois, plus leur
Le temps de la splendeur passé, Europe 1 a dit-on, que la station se giscardise. Etienne Mou- équipe) pour animer une heure d'émission quoti-
toujours oscillé entre une hiérarchie pléthori- geotte donne une cuillerée à manger au président dienne. De l'argent balancé par les fenêtres, puis-
que et une direction hasardeuse. Alors, rue Fran- de la République chaque matin. Puis, c'est une lou- que l'audience ne remonte pas d'un poil. 1
çois-I•r. dans les studios feutrés, l'enthousiasme chée. Quand la gauche triomphe, la rédaction a la En revanche, ces nouveaux cachets font jaser. ii!
s'est émoussé peu à peu, comme la vigueur des sensation d'avoir à payer l'addition d'une trop Les jeunes journalistes trouvent leur salaire bien ~
programmes. Résultat, èn douze ans, la moitié grande proximité avec le pouvoir politique passé. pâle et se barricadent dans leur pré carré. Ils gar- ~
des auditeurs a déserté. Après avoir été dépassé Le spectre de la privatisation se profile, consi- dent pour eux leurs informations, évitent de se :
par France Inter dans les sondages, Europe 1 a déré comme le meilleur moyen de couper le cor- parler. Leurs « papiers » ne sont pas relus par la tous, « papa Lagardère » n ·a que quelques mots à
subi deux nouvelles terribles humiliations : bat- don avec les anciennes habitudes. La station a direction de la rédaction. Un laisser-aller désen- prononcer pour remettre de l'ordre dans la maison. et nouveau directeur
tue par France Info alors qu'elle a toujours eu la des doutes sur sa propre excellence. En 1981, chanté embrume l'allant défaillant des plus entre- Seulement, il n'a pas que cela. à faire. A l~;t tête général : « Il faut se
prétention d'être la meilleure sur l'actualité, elle changement d'équipe, le nouveau pdg, Jean-Luc prenants. Sûrs de leur talent, s'ils affirment pourtant d'un groupe militaro-industriel (voir encadré), il différencier des autres
a aussi été dépassée par NRJ, une FM musicale qui Lagardère, nomme Philippe Gildas à la direction aimer passionnément leur station. ils n'aiment ne vient pas souvent rue François-Ter. Mais chacun stations, introduire
coûte peu à fabriquer. De quoi, évidemment, de 1'info. Celui-ci interdit aux journalistes de « fai- guère leurs collègues. L'esprit maison s'entache sait qu'il ne les abandonnera pas, même en cas l'enthousiasme,
re de la politique» à l'antenne, et choisit d'engager d'arrogance. Les stagiaires sont ainsi accueillis: de crise. L'an dernier, paradoxe, après une autre prMiégler l'affeCtif. "
des éditorialistes extérieurs, disent certains, pour <<Si tu es mieux que les autres, on ne te dit rien, chute d'audience, la radio a continué de gagner
'empire Lagardère chanter les louanges de leurs chefs çle parti : ainsi,
chacun défend le sien. L'atmosphère devient irres-
Si tu es aussi bon que les autres. c'est que tu es de l'argent : 70 millions de francs de bénéfice.
mauvais. Si tu es moins hon que les autres ... tu Comme si les annonceurs ne s'étaient pas aperçus
Le Lagardère Groupe contrôle quasi entièrement Matra Hachette, qui pirable. Exit Jean-Pierre Joulin. Jugé trop proche n'as rien à faire ici. » de la gravité de l'hémorragie.
détient : 100 %de Matra défense (missiles, système d'information et de de l'ancien pouvoir politique, il est expatrié durant Les anciens regrettent, évidemment, le bon vieux De toute façon, on ne craint pas ici de manquer-
commandement), de Matra transport (train, métro), de Matra automo- cinq ans à Washington. Alain Duhamel et Cathe- temps où ils étaient perpétuellement sur la brèche. d'argent : si un jour Europe 1 avait des ennuis
bile, d'Hachette livres, d'Hachette distribution services (Relais H), de rine Nay, eux, goûtent quelque temps aux plaisirs A la mort de Pompidou, se souvient avec mélan- financiers, le groupe Lagardère voterait volon-
Matra Hachette multimédia et de Grolier (multimédia). 74% de Matra stériles du placard. colie un vieux briscard, le 2 avril1974, vers 21h15, tiers les rallonges nécessaires, une attitude qui
datavision (logiciel). 66 % de Hachette Filipacchi presse. 51% de Matra Avec la cohabitation, les exilés reviennent, le tout le monde était revenu dans les studios. Jean encourage l'apathie générale. Les seules créations

Marconi Space (satellites de télécommunications, d'observation et moral aussi. Et puis pan, pendant la campagne Gorini faisait des listes : « Toi, tu restes. Toi, tu se font à l'étranger: cinquante radios en URSS, une
sciences, programmes stratégiques et transport spatial et vols habi- présidentiellè de 1995, les vieux démons se ré- habites loin, tu reviendras demain. >>Lors de ras- à Prague, plusieurs en Chine... Une internationa-
tés...). 50 %de Matra Cap Systèmes (gestion et préparation de mission veillent, quelques journalistes influents imposent sassinat d'ltzhak Rabin, le 4 novembre dernier, lisation qui favorise le mélange des genres. On
des avions de patroùille maritime...) et de Matra communication. 45,11% leur candidat à leurs collègues, qui suivent comme c'est tout juste si les trois journalistes de permanence susurre que tel envoyé permanent très spécial a
d'Europe 1 communication (Europe 1, Europe 2, RFM, Europe dévelop- des moutons. Ils soutiennent en chœur Edouard ont osé prévenir leur rédaction en chef. L'absence noué des contacts qui auraient permis à Matra de
pement international - 60 radios à l'étranger-, Europe Images, Giraudy). Balladur. Les mêmes retournent leur veste en un d'encadrement se fait cruellement sentir. vendre des armes au Moyen-Orient et qu'un autre
Chiffre d'affaires pour 1995 : 52,5 milliards. week-end quand, pour la première fois, un saiJ?edi Aujourd'hui, seul Jean-Luc Lagardère, action- aurait servi d'intermédiaire pour d'autres négo-
Bénéfice net : 630 millions. de janvier, les sondages donnent Jacques Cht~ac naire majoritaire. fait l'unanimité. On l'appelle ciations. Un journaliste affirme, au contraire, que
Le groupe est aujourd'hui candidat à la reprise d'Alcatel et de Thomson-CSF. gagnant. « On a souffert, reconnaît un témotn. «papa», son bureau,« le château». Admiré par 1' appartenance de la station à un groupe ne ..,.....

144 Télérama N• 2414 -17 avril1996 Télérama N• 2414 -17 avrll1996 145
·--cac
Quand, le lundi, nous avons reçu le Premier
0 l§.[.jWUJ Direction hasardeuse, hiérarchie pléthorique, grille incohérente, ministre, les journalistes l'ont cassé. Lui-même
désertion en douze ans de la moitié des auditeurs, la radio phare des ne comprenait pas. Il disait : "Vous êtes terri-
blement politiques ce matin, qu'est-ce qui vous
années 50 est en pleine morosité. Jacques Lehn sera-t-il, après Denis arrive ?" Il ne savait pas qu' iri on roule tou-
a: Jeambar, l'homme providentiel, le sauveur de la station? jours pour quelqu'un. » Europe 1 qui ne souhaite
pas avoir un train de retard, saute sur le mar-
chepied des sondages.
Ce comportement monolithique vécu par toute
la rédaction révèle d'abord la peur. En 1994-1995,
les patrons d'Europe 1 ont souvent perdu leur
sang-froid : « Personnellement, j'ai compris com-
ment sont nées les dictatures. Nous avions un

Euro e
chef qu'on appelait Ceausescu. Il compensait son
manque d'autorité par la violence verbale. Un
autre, plus virulent encore, nous balançait des
"Je te tuerai, il y aura du sang sur les murs".·
Je l'ai même entendu tenir des propos racistes à
propos d'Arthur ou de Yan nick Noah, que la sta-
tion voulait engager comme consultant ! »

Tout va mal, on recomme A l'antenne, les programmes trahissent ce malaise.


ils s'adressent à tout le monde et à n'importe qui,
en mélangeant les heures et les genres. Jamais la
grille n'a été aussi incohérente. C'est le combat des
ncore un coup dur pour Europe 1. Anou- démoraliser un peu les troupes. Pourtant, le malaise chefs : chacun impose ses hommes et ses idées.
veau, la désolation l'emporte. Pourtant, ne s'explique pas seulement par perte d'influence Et, pour la première fois de l'histoire d'Europe 1,
avec 1'arrivée de Denis Jeambar, en juillet due à la concurrence acharnée que se livrent les on voit même un directeur de régie commerciale
dernier, toute la station retrouvait le fier stations. Europe 1 a aussi un passé politique lourd. intervenir sur la grille : Michel Cacouault embau-
espoir d'un nouvel essor. Et puis, le 12 mars, il Un sujet tabou, mais qui laisse des traces dans che à prix d'or les Nuls, pour remonter l'audience
annonce son départ après huit mois de réflexion l'esprit d'hommes qui s'interrogent, en deman- et« porter >> la tranche d'information de la mi-
sur 1'avenir. d'Europe. Aujourd'hui, c'est Jacques dant l'anonymat, sur leur rapport avec la puis- journée. Il~ placent la barre très haut pour dissua-
Lehn, le pdg, qui assure la direction générale. Il sance politique.· der leur futur employeur. Europe accepte leurs exi-
reprend le projet imaginé par Denis Jeambar, qui Jusqu'en 1974, tout va bien. On .est heureux, gences. Pendant une saison, ils touchent 150 000
avait réussi le renouveau du Point. · la radio fourmille d'idées. C'est à ce moment, francs par mois chacun (et ils sont trois, plus leur
Le temps de la splendeur passé, Europe 1 a dit-on, que la station se giscardise. Etienne Mou- équipe) pour animer une heure d'émission quoti-
toujours oscillé entre une hiérarchie pléthori- geotte donne une cuillerée à manger au président dienne. De l'argent balancé par les fenêtres, puis-
que et une direction hasardeuse. Alors, rue Fran- de la République chaque matin. Puis, c'est une lou- que l'audience ne remonte pas d'un poil. 1
çois-I•r. dans les studios feutrés, l'enthousiasme chée. Quand la gauche triomphe, la rédaction a la En revanche, ces nouveaux cachets font jaser. ii!
s'est émoussé peu à peu, comme la vigueur des sensation d'avoir à payer l'addition d'une trop Les jeunes journalistes trouvent leur salaire bien ~
programmes. Résultat, èn douze ans, la moitié grande proximité avec le pouvoir politique passé. pâle et se barricadent dans leur pré carré. Ils gar- ~
des auditeurs a déserté. Après avoir été dépassé Le spectre de la privatisation se profile, consi- dent pour eux leurs informations, évitent de se :
par France Inter dans les sondages, Europe 1 a déré comme le meilleur moyen de couper le cor- parler. Leurs « papiers » ne sont pas relus par la tous, « papa Lagardère » n ·a que quelques mots à
subi deux nouvelles terribles humiliations : bat- don avec les anciennes habitudes. La station a direction de la rédaction. Un laisser-aller désen- prononcer pour remettre de l'ordre dans la maison. et nouveau directeur
tue par France Info alors qu'elle a toujours eu la des doutes sur sa propre excellence. En 1981, chanté embrume l'allant défaillant des plus entre- Seulement, il n'a pas que cela. à faire. A l~;t tête général : « Il faut se
prétention d'être la meilleure sur l'actualité, elle changement d'équipe, le nouveau pdg, Jean-Luc prenants. Sûrs de leur talent, s'ils affirment pourtant d'un groupe militaro-industriel (voir encadré), il différencier des autres
a aussi été dépassée par NRJ, une FM musicale qui Lagardère, nomme Philippe Gildas à la direction aimer passionnément leur station. ils n'aiment ne vient pas souvent rue François-Ter. Mais chacun stations, introduire
coûte peu à fabriquer. De quoi, évidemment, de 1'info. Celui-ci interdit aux journalistes de « fai- guère leurs collègues. L'esprit maison s'entache sait qu'il ne les abandonnera pas, même en cas l'enthousiasme,
re de la politique» à l'antenne, et choisit d'engager d'arrogance. Les stagiaires sont ainsi accueillis: de crise. L'an dernier, paradoxe, après une autre prMiégler l'affeCtif. "
des éditorialistes extérieurs, disent certains, pour <<Si tu es mieux que les autres, on ne te dit rien, chute d'audience, la radio a continué de gagner
'empire Lagardère chanter les louanges de leurs chefs çle parti : ainsi,
chacun défend le sien. L'atmosphère devient irres-
Si tu es aussi bon que les autres. c'est que tu es de l'argent : 70 millions de francs de bénéfice.
mauvais. Si tu es moins hon que les autres ... tu Comme si les annonceurs ne s'étaient pas aperçus
Le Lagardère Groupe contrôle quasi entièrement Matra Hachette, qui pirable. Exit Jean-Pierre Joulin. Jugé trop proche n'as rien à faire ici. » de la gravité de l'hémorragie.
détient : 100 %de Matra défense (missiles, système d'information et de de l'ancien pouvoir politique, il est expatrié durant Les anciens regrettent, évidemment, le bon vieux De toute façon, on ne craint pas ici de manquer-
commandement), de Matra transport (train, métro), de Matra automo- cinq ans à Washington. Alain Duhamel et Cathe- temps où ils étaient perpétuellement sur la brèche. d'argent : si un jour Europe 1 avait des ennuis
bile, d'Hachette livres, d'Hachette distribution services (Relais H), de rine Nay, eux, goûtent quelque temps aux plaisirs A la mort de Pompidou, se souvient avec mélan- financiers, le groupe Lagardère voterait volon-
Matra Hachette multimédia et de Grolier (multimédia). 74% de Matra stériles du placard. colie un vieux briscard, le 2 avril1974, vers 21h15, tiers les rallonges nécessaires, une attitude qui
datavision (logiciel). 66 % de Hachette Filipacchi presse. 51% de Matra Avec la cohabitation, les exilés reviennent, le tout le monde était revenu dans les studios. Jean encourage l'apathie générale. Les seules créations

Marconi Space (satellites de télécommunications, d'observation et moral aussi. Et puis pan, pendant la campagne Gorini faisait des listes : « Toi, tu restes. Toi, tu se font à l'étranger: cinquante radios en URSS, une
sciences, programmes stratégiques et transport spatial et vols habi- présidentiellè de 1995, les vieux démons se ré- habites loin, tu reviendras demain. >>Lors de ras- à Prague, plusieurs en Chine... Une internationa-
tés...). 50 %de Matra Cap Systèmes (gestion et préparation de mission veillent, quelques journalistes influents imposent sassinat d'ltzhak Rabin, le 4 novembre dernier, lisation qui favorise le mélange des genres. On
des avions de patroùille maritime...) et de Matra communication. 45,11% leur candidat à leurs collègues, qui suivent comme c'est tout juste si les trois journalistes de permanence susurre que tel envoyé permanent très spécial a
d'Europe 1 communication (Europe 1, Europe 2, RFM, Europe dévelop- des moutons. Ils soutiennent en chœur Edouard ont osé prévenir leur rédaction en chef. L'absence noué des contacts qui auraient permis à Matra de
pement international - 60 radios à l'étranger-, Europe Images, Giraudy). Balladur. Les mêmes retournent leur veste en un d'encadrement se fait cruellement sentir. vendre des armes au Moyen-Orient et qu'un autre
Chiffre d'affaires pour 1995 : 52,5 milliards. week-end quand, pour la première fois, un saiJ?edi Aujourd'hui, seul Jean-Luc Lagardère, action- aurait servi d'intermédiaire pour d'autres négo-
Bénéfice net : 630 millions. de janvier, les sondages donnent Jacques Cht~ac naire majoritaire. fait l'unanimité. On l'appelle ciations. Un journaliste affirme, au contraire, que
Le groupe est aujourd'hui candidat à la reprise d'Alcatel et de Thomson-CSF. gagnant. « On a souffert, reconnaît un témotn. «papa», son bureau,« le château». Admiré par 1' appartenance de la station à un groupe ne ..,.....

144 Télérama N• 2414 -17 avril1996 Télérama N• 2414 -17 avrll1996 145
France Musique -Samedi -19.30 •
Europe 1 : l'audience en baisse Une superbe interprétation de l'opéra de Britten à la Bastille.
~

1
s-
s•
c
Audience
cumulée,
duhmdl
sacrifice de Billy Budd
au vendredi e Peter Grimes, tombe, mort. Convaincu de son Claggart se rattache à le monologue 11 Beauté de
(~œmn. ~~~~-----+-=~~------+-~--~-----+------t------~----~~~--1 son premier opéra, l'innocence du meurtrier mais une glorieuse lignée de salo- l'âme et du corps, honté, je
concernent pards lyriques : le baron
à Mort à Venise, le soucieux d'appliquer la ·loi, rous détruirai >>. n'ait pas
les mols de
dernier, la mer bai- le capitaine Vere, la mort Scarpia, dans la Tosca de songé au<< Credo» que Verdi
novembre-
décembre de gne toute l'œuvre de Benja- dans l'âme, condamne Billy Puccini, et surtout lago, dans fait proférer au traître sha-
chaque min Britten. C'est d'ailleurs Budd à la pendaison. l'Otello de Verdi. Impossible kespearien ! •
année). à Aldeburgh sur les côtes Benjamin Britten retrouve que Britten, en composant Gilles Macassar
de son Suffolk natal que le dan-s c-e liv-r-et pessimiste
musicien, aidé du romancier ses thèmes familiers : le jeu
..,.._ pèse pas sur ses choix éditoriaux. de plus de 30 ans - ceux qui prennent « une radio d'informations à valeur E. M. Forster et du metteur du· bien et du mal pipé par
« On dit d'Europe 1 que c'est la dan- l'avion au moins une fois par mois, ajoutée, se réjouit à l'avance le "sau- en scène Eric Crozier, com- les conventions sociales, l'in-
seuse de Lagardère. C'est évident, communiquent par téléphone portable veur". Une station relationnelle et de pose en 1950 son quatrième nocence de la jeunesse me-
mais dans le bon sens du terme. Moi. et circulent dans de luxueuses voitures dialogue, de débats dans le style de Mi- ouvrage lyrique, Billy Budd, nacée. l'ambiguïté érotique
ce qui m'inquiète, c'est l'ave nil: Est- étrangères. Les femmes ont fui ce chel Field, qui occupe ce créneau depuis inspiré d'un roman (posthu- des relations masculines.
ce que la vitrine restera si le magasin machisme primaire depuis longtemps. 'a rentrée. et plutôt brillamment>>. La me) de Herman Melville. Aiiné de tous mais finale-
s'agrandit ? » TI reste à la radio supposée tout public vraie vie, on 1'espère dans les couloirs, Les deux actes se déroulent ment solitaire,_Billy Budd
Pétris de certitudes, les apprentis sor- une cible bien étroite à exploiter. devrait reprendre le dessus, en même au large à bord de L Indomp- est un marginal lumineux,
ciers n'arrivent même plus à différen- Depuis peu. deux enquêtes, dont cel- temps qu'on enterrera la radio généra- table, un navire de guerre un ange perturbateur (ce
cier leur style de celui des autres radios le de la Secodip (Société d'études de liste des années 50. Certains ne sui- de la marine britannique n'est pas un hasard si rac-
généralistes comme RTL et France In- la consommation, de la distribution et vront pas le cortège des nouveautés, qui, en 1797, combat la flotte teur Terence Stamp, qui a in-
ter. Ils boudent l'ordinaire, le quoti- publicité), annoncent une chute pro- puisque les contrats peuvent être faci- française et son idéologie carné Billy Budd à l'écran, a
dien. et ne se révèlent que dans les gran- grammée de l'audience. Elles révèlent. lement dénoncés. Mais une autre radio révolutionnaire. Le capitaine été aussiJe héros du film de
des occasions. Lors de la mort de Fran- et c'est une nouveauté, que les FM pourrait bientôt naître. Elle pointe déjà Edward Vere enrôle dans son Pasolini, Théorème). Benja-
çois Mitterrand, toute la rédaction s'est musicales comme NRJ, Fun, RFM ont le bout du nez : un 6 heures-8h30 retra- équipage le jeune Billy Budd min Britten rehausse cette
enfin mobilisée, dmmant le meilleur réalisé ensemble un chiffre d'affaires vaillé, sous l'impulsion d'un comité de dont la force et la beauté parabole d'une orchestration
d'elle-même. La couverture fut com- publicitaire supérieur à celui des radios sages 0) et de Patrice Louis, transfuge physiques subjuguent les rutilante et raffmée.
plète, voire brillante. « Dommage qu'il généralistes. En un an, la part de mar- de France Inter mais formé à Europe autres matelots. Jaloux de cet Reprise d'une. production
faille attendre un événement de cette di- ché d'Europe 1 a chuté de 18 %, celle et reconnu comme le meilleur metteur ascendant, n'osant s'avouer genevoise, le Bil~r Budd de
mension pour que réapparaissent les de RTL de 7 %. celle de RMC de 23 %. en onde du matin ; un 18 heures-20 séduit, le maître d'armes John l'Opéra Bastille retransmis
qualiiés des hommes», commente. désa- Quant aux mesures d'audience, elles heures chamboulé, puisque Jean-Yves Claggart compromet la nou- ce soir est dominé par laper-
busé, un ancien._ donnent raison aux plus pessimistes. Chaperon, nommé adjoint au directeur velle recrue dans un projet de formance de comédien et de
Les responsables des programmes Les auditeurs continuent de bouder Eu- de la rédaction « ne fera plus de mi- mutinerie. Trop ému pour se chanteur de la basse améri-
multiplient les expériences anarchiques, rope l, ce qui l'oblige à revoir à la bais- cro ». Du coup, Générations, l'émis- justifier (il est alors en proie à caine Eric Halfvarson dans
laissant carte blanche à des personna- un bégaiement), Billy Budd le rôle du maître d'armes.
lités comme Arthur. Muriel Robin., La vraie vie, on l'espère, devrait reprendre frappe son accusateur, qui Nabot teigneux et torturé. Un vent de tragédie souffle sur L'Indomptable.
Caroline Tresca... A RTL, le capitaine;
lui, tient la barre. n met au point chaque le dessus, en même temps qu'on enterrera Locales de Radio France
forme d'émission, précise la logique la radio généraliste des années 50. 1irn~{1.Ui Les djmanches au bord de l'eau déclinés en vingt épisodes.
des enchaînements et recrute ensuite
les animateurs qui se coulent dans le se le prix de la minute de publicité. Et. sion de Michel Field. démarrera plus
moule. Il peut changer les noms, le pu-
blic s'y retrouve: le programme garde
son identité. A France Inter. la parti-
là encore, c'est une première. tôt et servira de vitrine à la nouvelle
« J'ai une opération commando à ligne directrice.
rfzener, explique sobrement le général Pour les optimistes. tous les éléments
La France à la pêche
tion est savamment composée. Jamais président Lehn. Je l'assume directe- du succès sont enfin réunis autour de << Se constituer un répertoire clapotis de la Moselle ou de Où l'on fait des rencontres Oh ! ce n'est plus ce que
un programme ne télescope celui qui ment et personnellement. Tout va chan- Jacques Lehn, qui se révèle, alors que de situations. Avoir en téte la Saône. les ambiances de surréalistes : un écolo entre- c'était : << Les ménagères ne
le suit. A Europe, on passe du coq à ger. Il faut se différencier des autres tout le monde le décrivait comme un les références des parties buvette et les airs d'accor- prenant photographie le savent plus cuisiner les pois-
l'âne. Comme si, finalement, seul le stations. introduire l'enthousiasme. horrible gestionnaire, « le chef charis- passées pour répondre à déon, la radio dessine le por- pêcheur et sa carpe pour sons d'eau douce. » Bientôt les
prime time (7 heures-9 heures) comp- priviléf(ier le relationnel. voire r aff'ec- matique tant désiré>>. On parle de re- toutes les condUions nou- trait de << la France à la sauver le poisson. qui re- vilaines paresseuses exigeront
tait ... pour la publicité. t({: >>Le pdg-dg bénéficie de l'entière trouvailles. de chaleur conviviale. Les velles ... JJ. L'athlète qui se pêche >;. Les pêcheurs sont tournera à la rivière, et l'hon=i- que le poisson de leur hom-
On s'abrite derrière le constat que. confiance de Jean-Luc Lagardère et des auditeurs sont invités à par-ta-ger. prépare ainsi à la compéti- ferrés au fil de l'eau, dans neur du pêcheur, qui mon- me arrive en cube et pané
avant 9 heures, soixante-dix auditeurs, professionnels de « sa » radio. n a déjà L'avenir dira si le dernier soubresaut tion, on le verrait bien ten- leur pose sereine et leur trera la photo aux copains. dans les poêles à frire ! •
sur les cent qu'aura la station dans la soigné en urgence des parties malades que vient de vivre Europe 1 va final~­ nisman, à la rigueur cham- vocabulaire coloré. Où l'on Quelques textes de René Martine Lecœur
journée, se sont déjà branchés sur la du groupe industriel et connaît bien ment permettre la révolution nécessai- pion de ping-pong ou alors, apprend que (( l'ombre est un Pallet poétisent ces diman- Du 22 avril au 17 mai: Radio Corse
fréquence. Car le matin, les décideurs la station pour avoir eu le loisir d'en re à sa survie • Anne-Marle Gustave plus intellectuel, joueur poisson fantasque ,,, qu'il est ches tranquilles, qui semblent Frequenza Mora, 15.00 ; R.F. Berry
écoutent la radio. Ils sont donc la cible détailler les mécanismes. Il est donc et Henry Mongabure d'échecs. Eh non ! c'est un sensible à la mouche fluo. garder un parfum des années Sud, 16.45: R.F. Puy-de-Dôme.
13.45. Du 27 mai au 21juin :R.F.
privilégiée d'une programmation qui le dernier recours. (1) Gilles Schneider, Patrice Louis, Jean·Yves Cha· Pêcheur qui réfléchit avant ou que <( le ver est plus pê- cinquante, à la Doisneau. Pau Béarn. 10.30. Du le• au 2_6
s'adresse aux cadres supérieurs âgés En septembre, Europe 1 deviendra peron, Catherine Nay, Alain Duhamel. un championnat. Entre les clzant JJ à cause de l'odeur. Et les femmes, là-dedans ? juillet :R.F. Fréquence Nord, 9.45.

146 Télérama N• 2414 -17 avri11996 Télérama N•2414 -17 avril 1996

Vous aimerez peut-être aussi