Vous êtes sur la page 1sur 4

Durée : 4 h Physique Appliquée Coefficient : 3

BTS 1999 Métropole


Calculatrice autorisée Déséquilibré MS Harmoniques Correction

PREMIERE PARTIE
Equilibrage d'une charge monophasée utilisée sur un réseau triphasé
I.1. ETUDE DES PERTURBATIONS
Four à résistance sans circuit d'équilibrage

I.2. CORRECTION DES PERTURBATIONS


Four à résistance avec circuit d'équilibrage
DEUXIEME PARTIE
Compensation de puissance réactive à l'aide d'une machine synchrone

II.1. ETUDE DES PERTURBATIONS


II.1.1. Intensité :
Une charge équilibrée consommant P=50 kW avec un facteur de puissance k alimentée en triphasé absorbe un
P 50 103
courant I    95 A
3 U  k 3  400  0, 76
Comme le système est triphasé et les courants sinusoïdaux le courant I N = 0
II.1.2. Résistance des câbles
La résistance des câbles est R   
S
8 850
Donc les câbles constituent les conducteurs de ligne R  2, 7  10  0, 656 
35 106
Pour le neutre R  2, 7 10 8 850
 2, 3 
10 106
II.1.3. Pertes Joules
PJ  3R ph I 2  27,1 kW
Dans le neutre : pas de courant donc pas de pertes
Remarque : pertes très importantes par rapport à la charge utile de 50kW ce que l’on va faire en abaissant le
facteur de puissance

II.2. Correction des perturbations


II.2.1. Paramètres du modèle
II.2.1.1. Caractéristique à vide
Puisque le modèle retenu est celui de Behn-Eschenburg par définition de ce modèle, sa caractéristique à vide
coïncide avec la tangente à l’origine de la caractéristique à vide de la machine réelle. Lorsque cette caractéristique
est décrite par un tableau de valeurs , on convient que la tangente à l’origine est la droite passant par l’origine des
axes et le premier point du tableau de valeurs (après 0) Donc ici la tangente passe par les points de coordonnées
41,5
[0 ;0] et [0,05A ; 41,5V]. Alors    0,83 103 VA1
0, 05
Rq : ici tous les points sont alignés
II.2.1.2. Essais en court circuits
Si on réalise un court-circuit symétrique entre les 3 phases, on peut utiliser le schéma ramené à une phase pour
étudier le court circuit. En appelant EVCC la fém. correspondant à Ie =0,38 A on sait alors que le courant I vaut I CC =
70A .
EVCC
Comme alors V=0 on obtient, d’après le schéma de la figure 4 : Z S   X S2  RS2
I CC
Avec EVCC    0,38  X 2  R 2  4,51 Donc avec R  0,1   X  4,51 
Ce qui justifie bien la valeur de l’énoncé : X S  4,5 
II.2.2. Compensateur synchrone  : Si la machine vue en convention récepteur absorbe un courant en avance de /2 sur
la tension simple, elle est donc vue comme une batterie de condensateurs en étoile par le réseau. Elle fournit la
puissance réactive 3VI
II.2.2.1. Si les lampes absorbent 50 kW avec fP= 0,76inductif alors elles consomment la puissance réactive :
Qlampes  P  tan(arcos0, 76)  42,8 kVAr
La machine synchrone doit fournir cette puissance donc 3VI  42,8 103  I  61, 7 A
II.2.2.2.
D’après la figure 4 en négligeant R, il vient en écrivant la loi des mailles
V  E  jX  I soit V  E  j 4, 5  I
V S V

Diagramme de Fresnel :
  
I en avance sur V de .
2
  
X S  I sera en avance de sur I on aura donc
2

I

EV
 
V XS  I
II.2.2.3. Valeur de Ie
D’après le diagramme de Fresnel, on a , en module V  EV  X S  I donc avec V  230V et
I  61, 7 A  EV  508 V  I e  0, 612 A
II.2.3. Amélioration du facteur de puissance avec la machine synchrone
II.2.3.1. Courant dans les câbles de phase.
L’ensemble vu par le réseau (lampes+ MS ) va consommer 50kW , sans mettre en jeu de réactif puisque la
puissance réactive fournie par la machine synchrone égale exactement la puissance réactive absorbée par les
lampes et que la MS fonctionnant à vide et n’ayant pas de pertes ne met en jeu aucune puissance active.
Le réseau « voit » donc un récepteur de facteur de puissance =1
Le nouveau courant en ligne I’ est donc donné par :
3 U  I   50000  I   72, 2 A
II.2.3.2. Nouvelles pertes en ligne
L’ensemble est toujours équilibré, le courant dans le neutre est donc toujours nul. Alors
pJ  3  R phase  I 2  pJ  15, 6 kW
On remarque bien que ces pertes sont inférieures à celles trouvées précédemment.
II.2.3.3. Diminution des pertes en ligne
  2
En laissant de côté l’aspect économique puisque pJ  3  I on peut diminuer pJ en diminuant  (Cu à la
S
place de l’Al) en diminuant l ou surtout en augmentant S.
TROISIEME PARTIE
Alimentation continue en monophasé.

III.1. ETUDE DU COURANT D'ENTREE


III.1.1 Allure des signaux

III.1.2 Etude du courant

III.1.3 Influence du condensateur de filtrage


III.2. FACTEUR DE PUISSANCE
III.2.1. Etude du fondamental

III.2.2. Puissance réactive

III.3. VALEUR EFFICACE DU COURANT DE LIGNE


III.4. PUISSANCE ACTIVE

III.5. APPLICATIONS NUMÉRIQUES