Vous êtes sur la page 1sur 2

Définition de l’optimisation fiscale :

L'optimisation fiscale ne signifie pas que l'entreprise enfreint la loi fiscale, mais
applique les règles fiscales liées aux obligations fiscales de l'entreprise et aux
options fiscales offertes par le système fiscal de manière pertinente et optimale.
« L’optimisation fiscale, peut être définie comme l’emploi de procédés légaux,
dans le but de minimiser la charge fiscale que le contribuable aurait
normalement supportée »5 En principe, l'optimisation fiscale n'a qu'un seul
objectif central, qui est d'atteindre la performance fiscale des entreprises.
Selon R. YAICH6, l’optimisation fiscale consiste à minimiser principalement
l’impôt sur les bénéfices afin de maximiser le résultat net après impôt dans le
contexte des contraintes économiques de l’entreprise.

L’efficacité fiscale7
L'efficacité fiscale représente un autre aspect de l’optimisation fiscale des
entreprises car elle constitue ses aspects volontaires et rentables. La littérature
fiscale permet une distinction sur cette question entre l’efficacité fiscale à
impact direct et l’efficacité fiscale à impact indirect.
A) L’efficacité fiscale directe
Il s'agit d'opérations et de mécanismes qui utilisent judicieusement des
incitations ou des faveurs de nature fiscale qui se traduisent directement et
automatiquement en avantage financier immédiat et conduisent à une
augmentation des ressources financières de l'entreprise. Ces mesures
préférentielles et dérogatoires peuvent être de nature générale, ou elles peuvent
être limitées à certaines entreprises spécifiques, à certains secteurs d'activité ou
au niveau de quelques régions et territoires spécifiées par la loi fiscale.
Cet aspect essentiel de toute stratégie d'efficacité fiscale doit être utilisé à bon
escient et pleinement utilisé pour tenter de profiter des allégements fiscaux et
autres avantages (allégements fiscaux, diverses exonérations, remboursements,
réductions d'impôts…etc.).
Dans ce domaine la veille fiscale est extrêmement importante, car pour
maximiser l'utilisation de cet aspect positif de la fiscalité, il est nécessaire
d'avoir une compréhension complète et une application correcte des réserves,
qui dans la plupart des cas sont temporaires et Très volatile.
B) L’efficacité fiscale indirecte
Cela est dû aux choix fiscaux appropriés qui existent dans le système fiscal et
aux options qu'il offre à l'entreprise, qui représentent l'essence d'une excellente
efficacité fiscale. Toutes les législations contiennent de nombreux choix fiscaux
qui permettent à une entreprise de les utiliser pour moduler et ajuster les coûts
fiscaux associés à des situations ou opérations spécifiques et de gérer le système
fiscal dans le meilleur intérêt. Cela vaut en particulier pour le choix de la forme
juridique de l'entreprise, les régimes fiscaux optionnels, les modes
d'amortissement.
Ces choix fiscaux et juridiques au début ou en cours d’exploitation exercent des
effets fiscaux extrêmement importants et stratégiques à moyen et long terme sur
toute la vie de l’entreprise. L’un des ‟exemples les plus cités dans la littérature
est le choix de la forme juridique (entreprise individuelle, société de personne,
ou société de capitaux) qui détermine la nature de l’impôt exigible à savoir l’IR
ou l’IS)8.

Vous aimerez peut-être aussi