Vous êtes sur la page 1sur 5

STPI 1ère année Optique Géométrique

Examen d’Optique Géométrique


Jeudi 17 Janvier 2019 / Durée : 2h
Calculatrice type collège autorisée / Aucun document autorisé

Exercice 1 : Lunette de Galilée (6 points)


Une lunette de Galilée comprend :
 un objectif assimilable à une lentille mince (L1), de centre optique O1 et de distance focale image
𝑓′1 = 20 cm ;
 un oculaire assimilable à une lentille mince (L2), de centre optique O2 et de distance focale image
𝑓′2 = −5 cm ;

1) Déterminer la nature et la valeur des vergences des lentilles.

(L1) est une lentille convergente et 𝑽𝟏 = 𝟓 . (L2) est une lentille divergente et 𝑽𝟐 = −𝟐𝟎 .

2) La lunette est du type « afocal » :


a. Préciser la position relative des deux lentilles en donnant la valeur de la distance 𝑑 = O1 O2 et
l’intérêt d’une telle lunette afocale.

Pour que la lunette soit afocale, il faut que F’1 soit confondu avec F2 :

B

F2
𝜃 F’1
A O1 A1 A’
 O2 
B1
𝜃′
B’

On a donc 𝒅 = 𝐎𝟏 𝐎𝟐 = 𝒇′𝟏 + 𝒇′ 𝟐 = 𝟏𝟓 cm.


L’intérêt d’avoir une lunette afocale s’explique par le fait que l’observateur n’a pas besoin
d’accommoder pour voir net des objets supposés à l’infini.

b. Dessiner la marche d’un faisceau lumineux incident, issu d’un point objet à l’infini hors de
l’axe, faisant un angle 𝜃 avec l’axe optique et émergent sous l’angle 𝜃′.

Voir ci-dessus.

c. Définir le grossissement de cette lunette puis l’exprimer en fonction de 𝑓′1 et de 𝑓′2 . Quelle
est la valeur de ce grossissement ? Commenter son signe.

𝐭𝐚𝐧(𝜽′)
Grossissement de la lunette : 𝑮 = 𝐭𝐚𝐧(𝜽)

A1B1 A1B1 A1B1


On a, au niveau de l’objectif : 𝐭𝐚𝐧(𝜽) = O A = =
1 1 O1F'1 𝒇’𝟏
A1B1 A1B1 A1B1
De plus, au niveau de l’oculaire, on a : 𝐭𝐚𝐧(𝜽′) = O A = O F = −𝒇’
2 1 2 2 𝟐

1
STPI 1ère année Optique Géométrique

𝒇’
Donc : 𝑮 = − 𝒇’𝟏 .
𝟐
A.N. : 𝑮 = 𝟒
𝑮 > 𝟎 ce qui signifie que les images sont vues dans le même sens que les objets à travers la lunette
de Galilée.

Un astronome amateur utilise cette lunette, normalement adaptée à la vision d’objets terrestres, pour
observer deux cratères sur la Lune : le cratère de Copernic (diamètre : 96 km) et le cratère de Clavius
(diamètre : 240 km).
On donne la distance Terre – Lune : 𝐷T-L = 384 000 km et on considère que l’acuité visuelle de
l’astronome est égale à 1′ = 1⁄60 ° (diamètre angulaire minimal d’un objet observable).

3) L’astronome voit-il ces deux cratères sur la Lune :


a. À l’œil nu ?

Soit 𝜶𝐦𝐢𝐧 l’acuité visuelle de l’astronome : 𝜶𝐦𝐢𝐧 = 𝟎, 𝟎𝟏𝟕°


𝟗𝟔
Soit 𝜶𝟏 le diamètre apparent du cratère de Copernic : 𝜶𝟏 ≈ 𝟑𝟖𝟒 𝟎𝟎𝟎 ≈ 𝟐, 𝟓. 𝟏𝟎−𝟒 rad ≈ 𝟎, 𝟎𝟏𝟒° <
𝜶𝐦𝐢𝐧 : le cratère de Copernic n’est pas visible à l’œil nu.
𝟐𝟒𝟎
Soit 𝜶𝟐 le diamètre apparent du cratère de Clavius : 𝜶𝟐 ≈ 𝟑𝟖𝟒 𝟎𝟎𝟎 ≈ 𝟔, 𝟐𝟓. 𝟏𝟎−𝟒 rad ≈ 𝟎, 𝟎𝟑𝟔° >
𝜶𝐦𝐢𝐧 : le cratère de Clavius est visible à l’œil nu.

b. À l’aide de la lunette de Galilée ?


Justifier vos réponses.

Soit 𝜶′𝟏 le diamètre apparent de l’image du cratère de Copernic : 𝜶′𝟏 ≈ 𝑮. 𝜶𝟏 ≈ 𝟎, 𝟎𝟓𝟔° > 𝜶𝐦𝐢𝐧 : le
cratère de Copernic devient visible à l’aide de la lunette de Galilée.
Soit 𝜶′𝟐 le diamètre apparent du cratère de Clavius : 𝜶′𝟐 ≈ 𝑮. 𝜶𝟐 ≈ 𝟎, 𝟏𝟒𝟒° > 𝜶𝐦𝐢𝐧 : le cratère de
Clavius est évidemment visible également à l’aide de la lunette de Galilée.

Exercice 2 : Doublet de lentilles (6 points)


On considère le système optique constitué de deux lentilles minces convergentes (L1) suivie par (L2) de
distance focale image 𝑓′1 = 3𝑎 et 𝑓′2 = 𝑎. Les centres optiques sont notés respectivement O1 et O2. La
distance entre les deux lentilles est 𝑑 = O1 O2 = 2𝑎.

1) Faire une figure à l’échelle (préciser la valeur de 𝑎 choisie) en plaçant les points F1, O1, F’1, F2, O2 et
F’2.

2) On considère un objet réel AB situé à une distance égale à 2𝑎 de la lentille (L1). Déterminer, par le
calcul, la position de l’image finale A’B’ ainsi que le grandissement total 𝛾 associé à cette formation
d’image.

2
STPI 1ère année Optique Géométrique

3) Compléter votre schéma de la question 1) et vérifier graphiquement vos résultats.

Voir ci-dessus.

4) Déterminer en fonction de 𝑎, les positions des deux foyers F et F’ du système optique.

Exercice 3 : Système catadioptrique (lentille + miroir) (4 points)


On considère le système optique constitué d’une lentille mince convergente (L) de centre optique O suivie
par un miroir plan (M) de sommet S formant un système catadioptrique.
Le miroir plan est placé au foyer image F’ de la lentille :

F F’
O S

1) Faire le schéma du trajet aller et retour d’un rayon lumineux quelconque à travers le système
catadioptrique (lentille + miroir). Le rayon quelconque choisi ne doit pas passer par un point
particulier de la lentille (F ou O ou F').

3
STPI 1ère année Optique Géométrique

F F’
O S

Pour des raisons de compréhension, le trajet de la lumière avant la réflexion sur le miroir plan est
en rouge et celui après la réflexion est en vert.

2) Quelle est la propriété vérifiée par le rayon incident et le rayon émergent ? Donner la déviation subie
par la lumière.

On voit que le rayon émergent ressort parallèle au rayon incident. La déviation subie est donc égale
à 𝟏𝟖𝟎° ou  rad.

3) Que se passe-t-il si on place un objet lumineux AB tel que A soit confondu avec F ? Faire le schéma
permettant de trouver son image A’B’ à travers le système catadioptrique.
B

A’ A F’
F O S

B’

On trouve une image A’B’ dans le même plan que son objet AB soit le plan focal objet [F].
De plus la taille algébrique de A’B’ est opposée à celle de AB : 𝜸 = −𝟏.

4) Quelle est le nom de la méthode utilisant cette situation ? À quoi sert-elle ?

Cette méthode s’appelle l’auto-collimation et est utilisée pour mesurer expérimentalement la focale
d’une lentille convergente.

Exercice 4 : Diverses utilisations d’un miroir concave (4 points)


On dispose d’un miroir concave de rayon de courbure 𝑅 = 1 m. On se place dans les conditions de
Gauss.

1) Dessiner ce miroir. Quelle est sa distance focale ?

C F
S
F’

𝑹
Sa distance focale 𝒇′ = SF = − 𝟐 = −𝟓𝟎 cm.

4
STPI 1ère année Optique Géométrique

2) Ce miroir est utilisé avec la flamme d’une bougie supposée ponctuelle positionnée sur l’axe optique
pour créer un dispositif d’éclairage d’un mur. Montrer à l’aide de schémas qu’il existe trois façons
différentes d’éclairer ce mur en fonction de la position de la flamme de la bougie :

a. zone éclairée ponctuelle,


C F
S
F’

b. zone éclairée de diamètre égal à celui du miroir,

C F
S
F’

c. zone éclairée de diamètre supérieur à celui du miroir.

C F
S
F’

3) Ce miroir est placé à la distance 𝐷 = 5 m d’un écran E. Où doit-on placer un petit objet lumineux
AB pour en avoir une image nette sur E ? Quel est le grandissement obtenu ? Faire le schéma de
principe.

𝟏 𝟏 𝟐 ̅̅̅̅
SA'
+ SA ̅̅̅̅
̅̅̅̅
SA' ̅̅̅̅ = ̅̅̅
SC
et 𝜸 = − SA
̅̅̅̅ avec SA' = −𝟓 m.
𝟏
On trouve ̅SA
̅̅̅ = 𝟐 𝟏 = −𝟎, 𝟓𝟔 m et 𝜸 = −𝟗

−𝟏 −𝟓