Vous êtes sur la page 1sur 7

1

13KBG@HD

I. Mon Identité
 Je suis l’image de Dieu sur la terre et en moi un homme esprit, j’ai une âme et
j’habite dans un corps ;
 Je suis la ressemblance de Dieu et en moi il se trouve l’enfant de ses parents
 Entant qu’enfant de Dieu, Je suis bénéficiaire de la loi d’exception en Jésus-
Christ : Les choses qui arrivent aux hommes ordinaire ne pourront jamais
m’arriver ;
 Le surnaturel est non seulement mon lieu de provenance mais aussi mon lieu
d’appartenance ;
 Je suis ce que Dieu est et j’ai un plan divin à réaliser sur la terre ;
 A partir d’aujourd’hui je refuse que les réalités du monde continuent à me
contrôler ;
 Le monde naturel n’est plus la base de ma réalité ;
 Je suis un facteur déterminant pour tout ma vie ;
 J’ai la définition de ma mission parce que, j’assiste ou conseille Dieu ;
 Je suis né de Dieu pour être meilleur ;
 Je continue à m’aiguiser car je sais qu’une fois dans l’aiguisement ne veut pas
dire toujours aiguisées ;
 Je suis puissamment fortifie dans mon esprit à travers la prière faite sous
l’action du Saint-Esprit ;
 Comme le fer aiguiser le fer, le Saint-Esprit aiguise mon Esprit ;
 J’ai à demeure le consolateur, l’entraineur et la materialisateur ;
 J’ai le vivificateur qui me fait entre dans le repos de Dieu ;
 A cause des plans dont je suis porteur, je ne mourrai pas avant les temps ;
 A cause des plans dont je suis porteur, Dieu à fait de moi, non seulement sa
réponse, sa solution aux besoins des ceux de ma génération, aussi son
expression sur la terre ;
 Je suis un être unique parce que Dieu ma fait l’originalité non la photocopie ;
 Je suis un être rare parce que tout qui est rare a de la valeur et je ne suis pas
un produit d’hasard
 A cause d’appartenance à la race de Dieu, j’ai la garantie de vivre au dessus
de la mort physique ;
 Je suis la réponse de Dieu à ses question et je suis la solution de Dieu à ses
problèmes ;
 Au-dedans de moi il ya quelque chose que en moi, je dois règne sur cette
monde ;
 Au-dedans de moi je la reflet de la super riote de Dieu
 Je suis en bonne sante depuis le sommet de la tête jusqu’à la plante des
pieds ;
 Tout va bien dans mon Pays, ma Famille et mes Affaires
 Je crois ce que je dis et je dis ce que je crois et je le verrai dans ma vie. C’est
dans le nom de Jésus-Christ que j’ai ainsi déclare. Amen !
2
13KBG@HD

Un nouveau commencement avec Dieu, une nouvelle génération de David s’élève :


Tous les géants tomberont au nom de Jésus-Christ 1 Samuel 17 :45-47

 L’esprit de peur est l’objet que le diable envoie comme éclaireur, comme
avant-garde pour paralyser l’enfant de Dieu, discerner le ministère des anges
est bloquer la puissance de Dieu. L’arme d’Israël tout entière a été neutralisée
par un esprit de peur et intimidation que sortait de la bouche de Goliath.
Un seul parmi le peuple a réussi à échapper et à cette intimidation : David !
 Devant l’adversité, David a choisir de bannir la craint en proclamant :
« L’eternel est le soutien de ma vie ; De qui aurais-je peur ? »Psaume 27 :1
 David savait que pour que Dieu intervienne, une affirmation de bonne foi, et
conscience était nécessaire. Et alors qu’il proclamait ainsi sa confiance en
Dieu, l’esprit de peur était oblige décéder la place à l’esprit de foi.
 Dieu demande un ingrédient pour vous faire déplacer les montagnes : La foi.
Satan demande un ingrédient pour maintenir les montagnes : la peur. De
même manière que tout est possible à celui qui croit, rien n’est possible à
celui qui a peur.
 Je proclame que l’esprit de peur dans votre vie lâche prise au profil de l’esprit
de foi au nom de Jésus-Christ ! Je prie que vous puisez, vous aussi , en tout
temps proclamez votre confiance en Dieu et à sa parole , que l’intervention
divine miraculeuses soit constamment votre partage au nom de Jésus –Christ.
Amen

Notre adversaire le Diable est Un vrai professionnel, il n’aime :

 Dévoile
 Chasse
 Atteint

Les 3 éléments le Diable utilise pour détruit la jeunesse

 Mode
 Sexe
 Argent

Le Mauvais Sort et La possession Démoniaque

A. Le mauvais sort transmis par plusieurs façons.


 Par la parole
 Par l’objet Exode 23 :8 ex Bic , chapeau, livre etc.….
 Matériels ; appareil et tout sorte de Matériels
 Des Choses en manger, à boire etc.…
B. La Possession Démoniaque

État d'un homme au pouvoir d'un démon qui exerce une action malfaisante sur son
esprit et parfois sur son corps. Il est dit d'un tel homme qu'il est possédé d'un démon,
ou d'un esprit impur, ou d'un esprit mauvais.
3
13KBG@HD

La croyance aux démons avait pris chez les Juifs, à partir de l'exil et surtout dans la
période hellénistique, un très grand développement (voir Démons, Satan), et, à
l'époque de Jésus, elle était très répandue, non seulement dans les milieux
populaires, mais aussi parmi les rabbins. C'est à la présence de démons qu'on
attribuait certaines maladies psychiques et physiques. Pour obtenir la guérison, on
pratiquait l'exorcisme qui, par l'emploi de conjurations, avait pour but de chasser les
démons. (Ex. : Tobit 6:8) La méthode la plus courante consistait à invoquer le nom
d'un être saint, ce nom ayant la vertu magique d'expulser l'esprit mauvais en
l'obligeant à reconnaître une puissance qui lui était supérieure et devant laquelle il
devait s'enfuir (voir Magie). Il y avait des exorcistes professionnels (Ac 19:13) ; mais,
en dehors d'eux, l'exorcisme était d'un usage courant et nous savons par une parole
de Jésus (Mt 12:27) qu'il était en honneur parmi les pharisiens.
Dans les évangiles, il est souvent fait mention de possessions démoniaques. D'une
façon générale, il semble que l'on ait considéré comme possédé d'un démon tout
homme présentant un aspect étrange et dont la conduite insolite ne pouvait être
expliquée par des raisons ordinaires. C'est ainsi que certains disaient de Jean-
Baptiste : « Il est possédé d'un démon » (Mt 11:18) ; et, à plusieurs reprises, Jésus
fut traité de même par ses ennemis (Jn 7:20 8:48,52 10:20). Dans l'un de ces
passages, possédé est synonyme de fou : « C'est un possédé, c'est un fou » (Jn
10:20). Dans une autre circonstance, tandis que ceux de sa parenté disaient qu'il
avait perdu l'esprit, les scribes, eux, disaient : « Il a en lui Béelzébul » (Mr 3:21 et
suivant), ou : « Il a en lui un esprit impur » (Mr 3:30). Il est parlé ailleurs d'hommes ou
de femmes tourmentés par des démons ou par des esprits impurs, sans aucune
indication de maladie, ce qui laisse supposer qu'il s'agissait là de troubles purement
psychiques (Mr 1:23 et parallèle, Mt 15:22 et parallèle, Lu 6:18 8:2).
L'histoire dramatique du démoniaque du pays des Géraséniens (Mr 5:1,20 et
parallèle), sur laquelle nous aurons à revenir, nous montre combien pouvait être
grand le déséquilibre mental de certains possédés. Parfois ces troubles psychiques
s'accompagnaient d'infirmités physiques : de mutisme (Mt 9:32) ; de surdité et de
mutisme (Mr 9:25) ; de cécité et de mutisme (Mt 12:22) ; de contracture (Lu 13:11) ;
d'épilepsie (Mt 17:14-18, Mr 9:14,27, Lu 9:37-43). Pour ce dernier cas, les trois récits
parallèles offrent des variantes intéressantes : dans Matthieu l'enfant est présenté
comme un lunatique ; sa maladie est donc attribuée à une influence néfaste de la
lune ; mais, en même temps, elle est bien une possession démoniaque puisque la
guérison est obtenue par l'expulsion du démon ; d'après Marc l'enfant est possédé
d'un esprit muet (Mr 9:17) ou sourd-muet (Mr 9:25) ; dans Luc 1 l est simplement
parlé d'un esprit impur ; mais les trois textes montrent clairement qu'il s'agit là de
crises d'épilepsie : « L'enfant tombe à terre, écume, grince des dents et devient tout
raide. » Voir Maladie. Si certaines maladies sont considérées comme des
possessions démoniaques, beaucoup d'autres, que Jésus guérit, n'ont rien à
voir avec ce phénomène. Exemples : guérison d'un paralytique (Mr 2:1,12) ; d'un
sourd-muet (Marc 7:32-35) ; d'aveugles (Mt 9:27-31, Mr 8:22,26 10:46,52) ; de
lépreux (Mt 8:3,4 et parallèle, Luc 17:11-19), etc. La distinction des deux sortes de
maladies est explicitement faite dans plusieurs passages : « On lui amena beaucoup
4
13KBG@HD

de démoniaques et, d'un mot, il chassait les esprits ; il guérit aussi tous ceux qui
étaient malades » (Mt 8:16, cf. Mr 1:32, Lu 4:40 et suivants ; voir aussi Mt 4:24
10:1,8, Lu 7:21 13:32). D'ailleurs, cette distinction n'implique nullement que Jésus
admettait que les maladies autres que les possessions étaient voulues de Dieu, car,
si telle avait été sa conviction, comment aurait-il pu, en les guérissant, se mettre
pareillement en opposition avec la volonté de son Père ? Son attitude constante de
guérisseur montre ‘que, pour lui, la souffrance, sous quelque forme qu'elle se
présente, vient, non de Dieu, mais de Satan (voir ce mot).
La méthode que Jésus employait pour guérir les démoniaques était bien différente
de celle des exorcistes. En effet, le Maître n'avait recours à aucun moyen magique.
Son action était toute spirituelle ; c'est par son ascendant moral qu'il s'imposait aux
esprits impurs : « Esprit impur, sors de cet homme » (Mr 5:8). « C'est moi qui te
l'ordonne, sors de cet enfant » (Mr 9:25,1:25-27).

Et, tandis qu'il faisait toujours appel à la foi des autres malades pour les guérir, il
n'attendait rien des possédés. Il les regardait donc comme des êtres, anormaux qui
n'avaient plus le contrôle de leurs actes et sur lesquels il fallait agir sans compter sur
leur collaboration. Son intervention avait, en général, pour premier effet d'exciter les
possédés et parfois de déclencher en eux une crise violente. Et ces démoniaques,
attirés vers lui en même temps que remplis de crainte et subjugués par sa
puissance,
faisaient preuve d'une lucidité extraordinaire : « Je sais qui tu es : le Saint de Dieu »
(Mr 1:24) ; « Jésus, Fils du Dieu Très-Haut » (Mr 5:7) ; « Tu es le Fils de Dieu » (Lu
4:41).
Jésus a conféré à ses disciples le pouvoir de chasser les démons (Mt 10:1,8, Mr
3:15), et ils ont exercé ce pouvoir aussi bien durant son ministère (Mr 6:13, Lu 10:17)
qu'après sa résurrection (Ac 5:16 8:7 19:12). C'est au nom de Jésus qu'ils
guérissaient (Lu 10:17, Ac 16:1 et suivant). L'invocation de ce nom semble, au
premier abord, rappeler le procédé habituel de l'exorcisme ; mais, pas plus chez les
disciples que chez le Maître, nous ne découvrons trace de magie.
C'est bien la puissance spirituelle de Jésus qui continue à agir à travers eux. Voir
Nom.
Qu'étaient ces possessions démoniaques ? La question est délicate, car nous
n'avons pas assez de renseignements pour pouvoir juger exactement de la nature de
ces affections. Pourtant la description du mal dont était atteint l'enfant guéri par
Jésus (Mr 9:14 et suivants) nous a permis d'affirmer qu'il s'agissait là d'attaques
d'épilepsie. Le cas du démoniaque du pays des Géraséniens est également fort
instructif par sa grande ressemblance avec certaines maladies psychiques :
dissociation de la conscience, dédoublement de la personnalité, désintégration de la
personnalité, que l'on connaît bien aujourd'hui et dont nous pourrions citer de
nombreux exemples. Un des plus remarquables est celui qui nous est rapporté par le
Dr Morton Prince dans son livre : The Dissociation of a Personality Il s'agit d'une
jeune fille chez laquelle apparurent quatre personnalités différentes dont l'une,
appelée Sally, en guerre ouverte avec les autres, suggère, par son activité
malfaisante, l'idée d'une véritable possession démoniaque. Comment, en présence
5
13KBG@HD

d'une conscience pareillement dissociée, ne pas penser à ce pauvre être qui, à la


question de Jésus : « Quel est ton nom ? » répond : « Mon nom est Légion, car nous
sommes plusieurs » ? (Mr 5:9) Si les autres cas de possession démoniaque nous
avaient été relatés avec assez de détails, nous pourrions vraisemblablement les faire
entrer aussi dans la catégorie des névroses et des psychoses.
Est-ce à dire qu'il faille écarter l'explication de ces maladies par la présence de
démons ? Que l'on ait été tenté de faire intervenir trop facilement des puissances
surnaturelles pour rendre compte de phénomènes dont on ignorait les causes
naturelles, cela était inévitable à une époque où la science médicale était quasiment
inexistante. Et nous savons que cette tendance à considérer toutes sortes de
maladies comme des possessions démoniaques était allée s'accentuant. Il est donc
nécessaire, pour apprécier sainement les faits, de tenir compte de ce facteur
historique.
Cette réserve faite, nous ne voyons pas quelles raisons valables on pourrait donner
pour nier la possibilité de possessions
démoniaques. En tout cas, ces raisons, on ne saurait légitimement les demander à la
psychopathologie, car, si certaines maladies mentales qu'étudie cette science ont
des causes organiques, il en est d'autres pour lesquelles on ne peut découvrir
aucune lésion des centres nerveux. Bien plus, même si la psychiatrie arrivait à
donner une explication naturelle de toutes les maladies psychiques, elle n'aurait pas
prouvé pour cela l'impossibilité de la possession démoniaque. En effet, d'une part, si
une telle possession existe, les troubles qu'elle entraîne ressemblent aux autres
phénomènes pathologiques et ne permettent donc pas de déceler sa présence ; et,
d'autre part, son origine, qui par définition est supranaturelle, échappe
nécessairement à toute investigation scientifique.
La question étant hors du domaine de la science, c'est sur le terrain religieux qu'il
faut se placer pour essayer de la résoudre. Or, sur ce terrain, l'expérience nous
montre que la puissance du mal dans le monde dépasse la capacité humaine. Nous
avons donc le droit de penser qu'il existe des forces démoniaques de séduction, de
perversion et de corruption qui sont la cause première du désordre moral universel et
qui, dans certains cas, peuvent manifester leur action malfaisante sous la forme de
véritables possessions. Nous avons le droit de croire cela, parce que Jésus lui-même
l'a cru et parce qu'il nous a donné, par ailleurs, assez de preuves de sa clairvoyance
spirituelle et de sa connaissance de réalités cachées à la perception ordinaire, pour
que nous puissions, ici aussi, nous incliner devant son autorité.

La sorcellerie « Science occulte » ex : le chef coutumier, magicien sont aussi


affectes par la famille. Luc 23 :12 ; Ce jour même, Pilate et Hérode devinrent amis,
d'ennemis qu'ils étaient auparavant.

L’esprit humain : procède l’homme, pour l’étoile et la couronne pour la détruire ou


l’empêche de reçu ou gagner dans la vie. « Jean 6 :66-70, Acte 16 :16-19 ; dans
l’esprit humain, sont de personne qui a des mauvais esprits.

 La délivrance est lieu aussi par la cause de la famille, peut procéder l’homme.
6
13KBG@HD

 Dans la famille il y a des fils et des filles procèdes depuis la famille, il est la
cause de la destruction de l’homme. Ezéchiel 16 :1-4.
 Dans chaque coin il ya des esprits qui dirigent. Ex - faite vous la différence
entre rond point victoire et rond point Ngaba même leur commune ; - grand
marche et marche de la liberté an fin cites et cimetière.

L’esprit n’est pas de limite tans disque le corps a de limite

 L’homme lui-même peut se faire posséder

Il y a aussi la loi de nature qui protège l’homme, Ex : dans le corps – Anticorps,
Sensibilité du corps et Saint Esprit

Comment l’homme lui-même peut se faire possède.

 Le péché : Adultère et rapport sexuel. Osée 7 :12-14, 5 :4, 1corinthien 6 :15-


18

Une femme prostituée voie son intérêt. Tout péché ouvre la porte au diable. Il faut
bien savoir que tout rapport, même si la carasse que tu fais avec qui, si elle est
sorcier, prostitue etc.… tu es tombe dans son piège, il prend la pouvoir sur toi. une
prostitue est une femme ou homme qui font de rapport sexuel en dehors mariage.

 Le Sexe : elle est une grande porte que le diable aime et anime.

Il faut bien gérer ton sexe, il faut savoir état d’âme de quelqu’un (e) avant de lui
donne ton sexe. 1 corinthiens 7 :10-15

Dans le corps ; il te donne :

 La grossesse
 La maladie
 L’infection
 La mort

Dans l’esprit, il, te donne : Tobit 3 :7-9

 Les mauvaises Esprit


 Utilise ou servait ton Etoile et Couronne
 Tes détruits
 Esclave
 La mort

Peut se faire comme l’osmose (Osmose en définit :- Phys. et biol. Phénomène de


diffusion*, qui se produit lorsque deux liquides ou deux solutions de concentrations
moléculaires différentes se trouvent séparés par une membrane semi-perméable
laissant passer le solvant mais non la substance dissoute. | L'osmose tend à rendre
égales les concentrations moléculaires des deux solutions (è Isotonie), l'eau passant
7
13KBG@HD

de la solution faible à la solution plus forte. - Il se fait comme ça, entre les rêves et la
conscience éveillée, des échanges mal définis : une sorte d'osmose, peut-être, on ne
reconnaît pas que cette pensée vient encore du sommeil… elle a traversé la
membrane…)

Nb : le 1er point de la délivrance de l’homme c’est le baptême. Acte 19 :1-8

Il faut bien gérer ton sexe. Romain 1 :26-32 ; même si tu péché, il faut pécher avec de
limite.

Il faut donc taille notre esprit ou détruise l’œuvre du corps Romain 8 :13-15.

La porte d’entrée

 La Masturbation
 La pratique contre nature romain 1 :26-27, Jude 7, 1corinthien7 :4-7 Même les
maries, il ouvre la porte en faisant de rapport contre nature et des célibataires
aussi, il faut habituer dans la force naturelle, si même tu péché ; il faut faire ça
naturel, non contre nature. Tobit 3 :7 ; 1corinthiens 7 :10-15. Quoique tu sois si
tu péché contre nature tu ouvrais la porte au diable. Osée 4 :6
 Le mariage

Vous aimerez peut-être aussi