Vous êtes sur la page 1sur 1

Relèvement de l’altitude d’interception du plan de descente de l’ILS d’Orly de 3000

pieds à 4000 pieds (1000m à 1300m) suite au Grenelle de l’environnement

Il y a une dizaine d’années, notre quartier souffrait fréquemment du bruit engendré par les arrivées à basse alti-
tude.

L’interception du Gilde (plan de descente final de l’Ils) se faisait à l’époque à 3000 pieds ou 2000 pieds pour per-
mettre aux avions de gagner du temps. Cela servait également aux contrôleurs aériens pour optimiser les trajec-
toires d’avions ayant parfois des vitesses d’approche très différentes.

L’interception du plan de descente à 2000 pieds se trouvant vers Boissy, les avions survolaient donc les Bruyères
en palier et bas. Ceci était très bruyant.

Cependant, compte tenu du manque d’homogénéité de la flotte fréquentant Orly ( gros courriers , petits et moyens
courriers , avions à hélices), les contrôleurs aériens auront toujours tendance à gérer les trajectoires en utilisant
deux altitudes d’interception du plan de descente .

Maintenant, en repoussant l’altitude officielle à 4000 pieds, même si un avion descend à 3000 pieds pour aller
chercher en palier son plateau de descente, il survolera les Bruyères de Sucy, avec les moteurs réduits et en des-
cente, car l’interception du plan de descente à 3000 pieds se trouve bien en amont de notre quartier.

Ceci est le gain que cette nouvelle procédure peut nous amener.

Pour information, les approches en descente continue commencent à se pratiquer, le problème est de faire cohabi-
ter un 747 lourd ayant une vitesse d’approche élevée avec un avion de transport régional à hélices.

Eric GARDIN – Commandant de Bord

Activités au sein du collectif Alerte Nuisances Aériennes –ANA-

ANA est un collectif de 17 associations localisées en Essonne, Seine et Marne et Val de Marne qui rassemble plus
de 2000 adhérents.

Ses actions sont essentiellement axées sur la défense de l’environnement et tout particulièrement contre les nui-
sances aériennes de l’aéroport d’Orly. ANA s’appuie sur une politique d’union pour travailler avec les élus et les
autorités : Ministères du transport et de l’environnement , DGAC , ADP ….

Sa participation est active aux Assises d’Orly (redynamisation du pole d’Orly) et aux groupes de travail pour
qu’aboutisse une gouvernance réellement partagée où la représentation des associations soit véritablement assu-
rée. D’autre part, ANA agit pour obtenir l’extension des compétences de l’Autorité de Contrôle des Nuisances
Sonores Aéroportuaires (ACNUSA) à la pollution atmosphérique.

Elle négocie au nom des associations et populations survolées les revendications de protection de l’environne-
ment contre les nuisances aériennes avec les autorités de l’Aviation Civile et les Ministères concernés. De plus,
ANA se donne les moyens d’obtenir des connaissances techniques indispensables via des bureaux d’études ou
associations spécialisées.

L’action militante, hors de toute considération politique, joue un rôle majeur dans la réussite de nos revendica-
tions. Celle-ci passe par une union élargie des associations aux départements 77, 91, 94. Alerte Nuisances Aé-
riennes est un élément moteur de cette union indispensable.

Luc OFFENSTEIN-Vice-président d’ANA