Vous êtes sur la page 1sur 100

Chapitre 2

Transferts de chaleur
par conduction

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 1


Sommaire du chapitre II
2.1 Exemple sur les transferts de chaleur

2.2 Loi de Fourier

2.3 Équation fondamentale de transfert chaleur

2.4 Phénomènes linéaires de conduction thermique

2.5 Problème cylindrique de conduction thermique

2.6 Problème sphérique de conduction thermique

2.7 Conductivités thermiques en régime variable

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 2


2.1

Exemple de transfert de chaleur


par conduction

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 3


Transfert de chaleur
dans un corps solide T1 T2
initialement en
déséquilibre thermique. T1 > T2

Transfert de chaleur
dans une barre
métallique.

25/02/2018 4
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)
La conduction est le phénomène par lequel la chaleur se
transfère d’une région à haute température vers une
autre à basse température.

Ce transfert se fait par choc de particules qui ont une


énergie cinétique plus grande dans les régions à
température élevée. L'énergie cinétique d'agitation
thermique (de vibration) des particules se transmet
donc de proche en proche vers les régions à
température plus faible.

25/02/2018 5
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)
2.2

Loi de Fourier
(1822)

25/02/2018 6
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)
Le corps (S) initialement en dA dA
déséquilibre thermique évolue n
M
en fonction du temps.
(S)

Chaque point du solide (S) est caractérisé par sa


température T :

T = T (x,y,z,t) T = T (x,y,z)
régime transitoire régime permanent ou
stationnaire

25/02/2018 7
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)
La loi de Fourrier exprime l'énergie- dA
n dA
chaleur Q transférée à travers M
l’élément de surface dA pendant
l'intervalle de temps dt. (S)


Q  - l.gradT.dA.dt
T l : conductivité thermique (W/(m.K)
x
T 
grad T y
= dA. n : Vecteur surface

T n : Vecteur unitaire normal
z à la surface dS

25/02/2018 8
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)

Q  - l.gradT.dA.dt
Q 
  - l.gradT.dA
Q
dt
On définit la densité de flux thermique j par :

j  - l . gradT n

  a
ou   Q  j . dA
j
grad(T) M
gradT en K/m
 dS
Unités j en W/m 2
l en W/(m.K)
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 9
Pour les corps anisotropes, tel que les cristaux ou les corps
composites (bois, milieux poreux etc …) : la loi
de Fourrier se généralise sous forme tensorielle :

l xx l xy l xz 

Q  - l.gradT.d A.dt l  l yx l yy l yz 
 
l zx l zy l zz 
Chaque composante de j
sera de la forme :
T T T
jx  - (l xx  l xy  l xz )
x y z

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 10


valeurs de la conductivité thermiques de quelques matériaux
Conductivité
Masse volumique Chaleur massique
Nature du corps thermique l
 (kg.m-3) c (J.kg-1.K-1
(W.m-1.K-1)
Argent 10500 230 418
Cuivre 8940 380 389
Aluminium 2700 860 200
Acier 7850 490 46
Béton 2300 960 0,92
Verre 2530 840 1,2
Polystyrène 44 ? 0,025
Laine de verre 200 0,67 0,04
Les valeurs ci-dessus peuvent varier légèrement d’un auteur à l’autre.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 11


Surfaces isothermes

Définition d’une surface isotherme S :


{ M  S , T(M) = Cte } ou dT  0

La Loi de Fourier : Les vecteurs densité de flux et gradient de



j  - lgradT température sont colinéaires et de sens
contraires.
La définition du gradient :

gradT .dM  dT j.dM  - lgradT .dM  - ldT  0 T(M)  cte

Donc dT  0 j.dM  0

Ceci signifie que les vecteurs densité de flux


sont orthogonaux aux surfaces isothermes.
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 12
Lignes de flux, surfaces
isothermes

Surfaces
isothermes
Lignes de flux
orthogonales aux
surfaces isothermes.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 13


2.3
Equation fondamentale de transfert
chaleur par conduction

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 14


Considérons un solide indéformable de volume V :
-  : sa masse volumique ;
- c : sa chaleur massique ;
- l : sa conductivité thermique ;
- p : la puissance-chaleur générée (ou absorbée) par les
sources internes par unité de volume du corps (effet
Joule, frottement interne, réactions chimiques ou
nucléaires).

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 15


En général, les corps réels sont inhomogènes et
anisotropes, leurs propriétés physiques, en particulier c et l
dépendent des variables de l'espace et de la température.
c = c(x, y, z, T)
l = l (x, y, z, T)

"p" peut aussi être fonction de x,y,z et t :


p = p(x, y, z, t)

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 16


2.3.1 Bilan énergétique :

Premier principe de la thermodynamique appliqué à un volume


fini "v" contenu dans V et limité par une surface s.
L'énergie-chaleur qui traverse l'élément de surface ds
pendant l’intervalle de temps dt est donnée par la loi de
Fourrier :

Q  - lgradT .ds.dt
ou

Q  j.n.ds.dt

Avec j  - lgradT
(Densité de flux de chaleur)
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 17
La puissance-chaleur sortant à travers la surface s est :  j.n.ds

La puissance-chaleur reçue par le volume v à travers


sa surface s est :   j.n.ds
s

La puissance-chaleur générée par les sources internes


au volume v est :  p.dv
v
Le solide considéré étant indéformable (V = cte et W+ = 0), seule la
variation de T intervient dans l'expression de l'énergie interne
(totale).

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 18


La variation d'énergie interne dans l'élément de volume
dv de masse dm = .dv s’écrit :

dU T
dU  dm.c.dT  ρ.dv.c.dT v dt  v c.ρ. t .dv
Le premier principe s’écrit :

  T
-  j . n . ds   p.dv   ρ.c. .dv
s v v t
Puissance chaleur Puissance chaleur Variation instantanée
reçue de l’extérieur générée par les de l’énergie interne
par la surface s sources internes

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)


19
  
Théorème de  (j . n) . ds   div(j) . dv
G. Ostrogradky s v

Le premier principe s’écrit donc :


 T
 [ divj  p  ρ.c. ].dv  0
v t
Cette relation est vérifiée quel que soit le volume v de V. On a
donc en tout point de V :
 T
divj  ρ.c. -p0
t
C’est l’équation fondamentale de transfert chaleur par conduction
(Equation analytiquement insoluble)
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 20
2.3.2 Cas particulier : milieu homogène et isotrope

 On appelle milieu homogène un milieu constitué par un seul


matériau.

 On appelle milieu isotrope un milieu dont les caractéristiques


physiques (, c, l) ne dépendent pas des variables d’espace.
 
j  - λ . grad (T) div(j )  div[- λ . grad (T) ]
T
div [- λ . grad (T)]  ρ.c. -p0
t
p 1 T λ
ΔT   a : diffusivité thermique
λ a t ρ.c

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 21


p 1 T Pour un milieu
ΔT  
λ a t homogène et isotrope
Cas particuliers :
 milieu avec source interne et en régime permanent :
p
T  0 Equation de Poisson
l
 milieu sans source interne et en régime permanent :
T  0 Equation de Laplace
 milieu sans source interne et en régime non permanent :

T  1 T Equation de Fourrier
a t
Le plus souvent, l’équation de Fourrier est suffisante pour traiter les
problèmes
25/02/2018 usuels de transfert
Chap-II thermique.
Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 22
2.3.3 Expression de l’équation de Fourrier
- En coordonnées cartésiennes :
2 2 2
 T  T
1 T  T
2
 2  2  .
x y z a t

- En coordonnées cylindriques :
2 2 2
 T 1  T 1 T1 T  T
2
 2 2
  2
 .
r r θ rr z a t

- En coordonnées sphériques :
2 2
 T 2T 1  T 1  T 1T
2
  2 (sin  )  2 2 2

r r  r r sin   θ r sin  j a t

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 23


2.4
Phénomènes linéaires de
conduction thermique

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 24


2.4.1 Mur simple sans production de chaleur
et en régime stationnaire :

La géométrie du solide est supposée


définie par des plans parallèles.

Nous prendrons pour axe des x la


direction perpendiculaire à ces plans.

Nous supposons que les dimensions


du mur sont infinies dans les
directions y et z pour ne considérer
qu’une seule dimension, l’axe ox.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 25


Considérons alors une paroi dont les faces sont planes et
suffisamment étendues dans les directions y et z pour
admettre qu’elles sont infinies.

L’équation fondamentale de
transfert - chaleur se réduit à :

d 2T
2
0 Ta x b
dx
a et b sont des constantes qui
dépendent des conditions aux limites.

Remarque :
Paroi réelle : ceci revient à négliger les
effets de bord. Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)
25/02/2018 26
Admettons que les faces x = 0 et x = e sont
respectivement portées aux températures T0
et T1 constantes.
La loi de répartition de la température s’écrit :
T1 - T0
T x  T0
e
La densité de flux de chaleur s’écrit :

dT T1 - T0
j  - λ. -λ  cte
dx e
Le flux qui entre par la face x = 0 est celui qui sort par la face x = e.
Si T0 > T1 alors j  0, la chaleur pénètre par x = 0 et ressort par x = e.
Si T0 < T1 alors j  0, la chaleur pénètre par x = e et ressort par x= 0.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 27


Exemple: Profil de température dans un mur de bâtiment,
de l’intérieur vers l’extérieur (T0 > T1)
T1 - T0
T x  T0
e

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 28


2.4.2. Résistance thermique d’un mur simple :
La densité de flux de chaleur s’écrit :

T1 - T0
j-λ
e

Le flux de chaleur  qui traverse une surface S du mur est :

T1 - T0 e.Φ
Φ  j.S  - λ.S ou ΔT  T0 - T1 
e λ.S
Par analogie avec la conduction électrique :

T = T0 – T1 est analogue à une tension V (différence de potentiel)


 est analogue à un courant électrique I.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 29


selon la loi d’Ohm, V = V- 0 = V = R.I
e
ΔT  T0 - T1 
e
.Φ Rt 
λ.S λS
Rt est l’analogue d’une résistance électrique.
Nous l’appellerons résistance thermique.

U = R.I T = Rt .

ddp Courant électrique ddT Flux de chaleur


(Flux de charges)

Résistance Résistance
électrique thermique

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 30


2.4.3 Mur composite sans production de chaleur :

On considère un mur T1 T2 T3 T4 T5 Tn-1

composite constitué de n
T0 Flux de chaleur
murs simples de conductivités Tn

li, (i = 1, n) et d’épaisseur ei, (i l1 l2 l3 l4 l5 ln

= 1, n) accolés les uns aux e1 e2 e3 e4 e5 en

autres.
x

Assemblage série : Flux à S.

La densité de flux de chaleur pour chacun des murs s’écrit :


Ti - Ti -1 ei
ji  - λ i (Ti 1  Ti )  . ji
ei λi

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 31


En régime stationnaire, la densité de flux de chaleur est la
même dans tout le mur j1 = j2 = … = jn = j.
ei
En ajoutant membre à membre les équations (Ti 1  Ti )  . ji
λi

e1
(T0  T1 )  j1. (T0  Tn )
l1 j
e1 e 2 en
e2   ... 
(T1  T2 )  j2 . l1 l 2 ln
l2
e3
(T2  T3 )  j3 . S.(T0  Tn )
l3
.......   j.S 
e1 e 2
  ... 
en
en l1 l 2 ln
(Tn 1  Tn )  jn .
ln
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 32
2.4.4 Résistance thermique d’un mur composite :
S.(T0  Tn ) (T0  Tn )
  j.S   la résistance thermique
e1 e 2 en Rl
  ...  Rl du mur composite est
l1 l 2 ln donnée par :

1  e1 e 2 en 
Rl     ...   R l  R l1  R l 2  ...  R ln
S  l1 l 2 ln 

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 33


2.4.5 Résistance thermique de contact :

une résistance thermique de contact apparaît à l’interface des


deux solides lorsque la jonction entre eux n’est pas parfaite,
donnant lieu à une fine couche de fluide emprisonnée.

La résistance thermique est fonction de :

-La rugosité de l’interface (échelle microscopique),


-Les défauts géométriques,
-La pression de contact entre les deux surfaces,
-La température à l’interface
-Le fluide emprisonné.!

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 34


A travers l’épaisseur  de l’interface, on a alors une
continuité du flux thermique et une discontinuité des
températures à l’échelle macroscopique.
Le saut de température à la traversée de l’interface est :
ΔT = T1 – T2 = Rc..

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 35


2.4.6 Mur simple avec production de chaleur :
L’équation fondamentale de transfert de chaleur
par conduction s’écrit dans ce cas :
p d 2T p p
T   0 ou  T( x )  - x 2  bx  c
l dx 2 l 2l
b, c : constantes qui dépendent des conditions aux limites.
Le Profil des températures étant parabolique :
 p > 0 concavité vers le bas
 p < 0 concavité vers le haut
Exemple de conditions aux limites :
T2 - T1 pe
Pour x = 0, T = T1 cT et b  
1 e 2l
Pour x = e, T = T2 px 2 T2 - T1 pe
T (  )x  T
2λ e 2λ 1
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 36
La valeur maximale de T est obtenue pour :
dT px T2 - T1 pe
0 (  )
dx l e 2l
l e
Soit : x  (T2 - T1 ) 
pe 2
Si T2 < T1 Le maximum est obtenu pour x < e/2
Si T2 > T1 Le maximum est obtenu pour x > e/2

p>0
p>0
p=0 p=0
p<0
p<0

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 37


2.4.7 Mur simple soumis à de grandes variations
de température :

Dans certains problèmes de conduction thermique, l’intervalle


de température rencontré est assez grand, l ne peut être
considérée comme constante. Dans ce cas, on peut faire
l’approximation : l = l0(1+aT).
l0 : conductivité à T = 0,
a : facteur qui dépend du matériau choisi.
l varie avec T, comme T est fonction de x, y, et z, on ne peut
p 1 T
utiliser l’équation : T  
l a t
 T
Il est indispensable de revenir à l’équation : div j  c p 0
t

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 38


    T  T  T 
div j  .(lgradT)    (l )  (l )  (l )
 x x y y z z 
 T  T  T T
Soit : (l )  (l )  (l )  p  c
x x y y z z t
Cas d’un mur simple homogène isotrope sans sources internes
et en régime permanent :
d dT d  dT 
(l )  0 ou  l (1  aT )   0
dx dx dx  0 dx 
dT 1
(l (1  aT) A ou l T  l aT 2  Ax  B
0 0 2 0
dx
On peut résoudre cette équation en considérant deux conditions
aux limites (conditions de Dirichlet) :
T = T1 pour x = 0 et T = T2 pour x = e, avec T2 < T1.
39
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch)
l
A
 a 2
(T  T 2 )  (T  T )
0 
e  2 2 1 2 1 
On trouve : 2
aT
B  l (T  1
)
0 1 2

1
L’équation l T  l aT 2  Ax  B s’écrit ainsi :
0 2 0
aT2 + bT + c(x) = 0
Avec :
1
a al
2 0

bl
0

c( x )  (Ax  B)

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 40


La solution de ce polynôme du second degré en T s’écrit :

b Δ 1 1 2 2Ax
T soit T    ( T ) 
2a α α 1 λ α
0

(Seul le signe (+) convient car T est positive)


La distribution des températures est parabolique.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 41


Applications :

1. Déperdition thermique d'un réfrigérateur.


2. Plaque isolée par une face.
3. Mesure des conductivités thermiques en
régime stationnaire.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 42


1. Déperdition thermique d'un réfrigérateur

Un réfrigérateur ayant la forme d’un


parallélépipède rectangle de 1,20 m de haut, 0,60 m de
large et 0,50 m de profondeur. Calculer la puissance
que devrait avoir le groupe frigorifique pour maintenir à
5 °C la température moyenne des faces internes du
réfrigérateur. La température moyenne des faces
extérieures est de 20 °C. Les parois sont constituées de
plaques en plastique, d’épaisseur e = 3 mm et de
conductivité thermique l = 0,12 W/(mK).
On admettra que les déperditions calorifiques
s’effectuent d’une manière uniforme à travers les 6
faces du réfrigérateur.
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 43
S3

S1
20 °C 5 °C
S2
1,20 m

0,50 m

0,60 m

44
Simple paroi en plastique
Solution : d’épaisseur 3 mm

Calcul de la surface d’échange :


- S1 = 1,2 . 0,6 = 0,72 m2
- S2 = 1,2 . 0,5 = 0,6 m2
- S3 = 0,6 . 0,5 = 0,30 m2

Soit : S = 2(S1 + S2 + S3) = 3,24 m2

Calcul de la résistance thermique Rt :

Rt = 0,0077 K/W
 = 1944 W

Le flux de chaleur qui traverse les parois du réfrigérateur est :

 = (T1 - T2) / R = 15 / 0,0077 = 1944 W

Les déperditions thermiques sont très importantes  2 kW !


25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 45
Que devient cette puissance si les parois du réfrigérateur
sont constituées de deux plaques en plastique de 3 mm
d’épaisseur séparées par une couche de laine de verre de 2
cm d’épaisseur ? La conductivité thermique de la laine de
verre est de 0,04 W.m-1.K-1.

R1 = 0,0077 K/W
R2 = 0,154 K/W
Rt = 2 R1 + R2 = 0,169 K/W Rt = 0,169 K/W
 = 88,75 W

T1 - T2 15
   88,75 W
Rt 0,169

Double parois en plastique


Les déperditions thermiques sont d’épaisseur 3 mm séparées par
beaucoup moins importantes < 100 W une couche de laine de verre
d’épaisseur 2 cm.
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 46
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 47
2. Plaque d’acier isolé par une face :
On considère une plaque d’acier de conductivité
thermique l constante et d’épaisseur e, isolée par sa face
1 et une température T0 = 0 °C constante imposée à la face
2. La plaque comporte une source génératrice de chaleur
à flux constant p (Wm-3). Déterminer l’expression du profil
spatial de la température T(x).

A.N.
l = 46 W/(mK), p = 106 W/m3, e = 0,1 m.
Calculer la température de la face 1.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 48


Corrigé :

Le matériau étant homogène, isotrope et en régime permanent.


L’équation fondamentale de transfert chaleur par conduction s’écrit:
d 2T p
  0 Avec 0  x  e
dx 2
λ
La solution de cette équation s’écrit :
p 2
T(x)  - x  C1x  C2
2l
Les conditions aux limites :
Pour x = 0 on a -l.dT/dx = 0  C1 = 0
p 2
Pour x = e on a T(e) = 0 °C  C2  e
2l

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 49


p 2 1p 2
T(x)  - x  e
2λ 2λ
p 2 2
 (e - x )

A.N. :
1 106
Pour x = 0 T0  T(0)  (0,1) 2
2 46

Soit T0 = 108,7 °C

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 50


3. Mesure des conductivités thermiques en
régime stationnaire.
a- Rappel du 1er principe pour un système ouvert.
Considérons un système monophase ouvert. Le
transfert de masse entre le système et
l'extérieur modifie l’énergie interne totale du
système. la variation d'énergie interne totale due au transfert de

masse à travers la section Sj est : dU tj  .
u tj dm j
La variation d'énergie interne totale due au transfert de masse est :

 dU tj =  u tjdm j
D'autre part, la force pressante du fluide dans la section Sj met en jeu
un travail E+j :
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 51

δE j  Fj .dl j  Pj .S j .dl j dlj Fj = Pj . Sj

Sj.dlj = dVj = vj.d m j



 E j = Pj.vj. dm j
On constate que le transfert de matière met en jeu un certain
travail de transvasement E j que l'on doit distinguer des autres formes
d'énergie-travail (électrique, électromagnétique, chimique . . . . )
Nous appellerons énergie-travail technique une énergie-travail autre
que le travail de transvasement, nous pouvons donc écrire
W+ = E+ + E j

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 52


où W+ l'énergie-travail globale,
E+ le travail technique,

 E j le travail de transvasement.

L'expression du premier principe pour un système ouvert s'écrit donc :

dU t  δE  δQ   δEj   u tjdm j

 δE  δQ   Pj v jdmj   u tjdmj

 δE  δQ   h tjdmj

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 53


Dans le cas général où le système échange de l'énergie-travail
technique avec différentes machines et de l'énergie-chaleur avec
différentes sources thermiques, on écrira:

  
dU t   δE   δQ   htjdm
k i j

Ou sous forme intégrale:

Ut    δEk    δQi    htjdm j


Expression du premier principe en puissance :

dU t    h m
   Q 
 E k i tj
 j
dt
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 54

E k est la puissance-travail technique reçue par le système de la
machine k.
 
Q i est la puissance-chaleur reçue par le système de la source
thermique i .


m j est le débit de masse reçu par le système à travers la section Sj.

Dans le cas d'un système ouvert en régime permanent :


dU t    h m 
 0 et  E k   Q i tj j  0

dt

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 55


b- Mesure des conductivités thermiques :
 Principe de la mesure :
Soit une source produisant une puissance-chaleur. Celle-ci traverse
un solide et crée de part et d’autre une différence de température T.
De la relation Rl = T/, on déduit la valeur de la résistance
thermique Rl du solide. Connaissant la relation Rl (l), on déduit la
valeur de l.

L’évaluation de Rl est plus simple si le solide a une forme simple. En


pratique, le plus souvent la mesure est effectuée en milieu linéaire ou
cylindrique.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 56


.
Q

 Mesure absolue en système linéaire :

Les mesures sont plus simples si

Echantillon
l’échantillon est rectangulaire ou
circulaire.

Le 1er principe appliqué au réseau a conduit à :


 - m
Q  (h - h' )  m
 c(T - T' )
α 1 1 1 1 1 1

De même pour le réseau b :


  m
Q  (h - h '
)  
m c(T - T'
β 2 2 2 2 2 2)

Avec 

 -α
ΦB  Q 
et ΦA  Q 

β
 
Si les pertes sont négligeables : ΦA  ΦB  Φ
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 57
Soient TA et TB les températures mesurées
sur les surfaces A et B.
TA  TB e
R  et Rλ 
l  λ.S

e
l
R λ .S
La connaissance de TA , TB , , e et S déterminent la
conductivité thermique l du matériau.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 58


Boite de mesure de la
conductivité thermique

Source chaude

Ordinateur
chaine d’acquisition
Source froide

Cryostat

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 59


2.5
Problème cylindrique de
conduction thermique

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 60


2.5.1 Équation fondamentale
Dans certains cas il serait plus commode d’utiliser les
coordonnées cylindriques r,  et z.
p
L’équation fondamentale T = - s’écrit :
λ
 2T 1  2T1 T  2T p
   -
r 2 r 2 θ 2 r r z 2 λ

si le solide est de révolution autour de l’axe z


et est cylindrique, l’équation ne dépend plus de  et z.
d 2T 1 dT p
 -
dr 2 r dr l

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 61


Si le tube cylindrique circulaire est sans production de
chaleur, l’équation fondamentale se réduit à :
d 2T 1 dT
 0
dr 2 r dr

On multiplie par r l’équation précédente :


d 2 T dT d dT dT
r  0 (r )  0 r A
dr 2 dr dr dr dr
La distribution radiale des températures s’écrit donc :
T = A.lnr + B

La densité de flux de dT A
chaleur s’écrit : j -l  -l
dr r
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 62
Pour les conditions r = R1 , T = T1
au limites suivantes r = R2 , T = T2
On déduit les constantes d’intégration A et B
T2  T1 T1 ln R 2  T2 ln R 1
A B
R2 R2
ln ln
R1 R1

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 63


2.5.2 Résistance thermique d’un tube cylindrique circulaire
dT A
La densité de flux : j -l -l
dr r
Pour une longueur L du cylindre, T2  T1 1
  2.r.L.j  -l 2.r.L
le flux de chaleur qui traverse la R2 r
surface S = 2r.L s’écrit : ln
R 1

 est indépendant de r (pas de T2  T1


  2lL
production de chaleur interne) R2
ln
R1
R2
ln
R1 1 R2
T T  ( ).  R  ln
2 1 2lL
l 2lL R1

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 64


2.5.3 Tube cylindrique circulaire composite :
Considérons un cylindre composé de n matériaux superposés
limités par les cylindres de rayons R0, R1, R2, Rn, de conductivités l1,
l2, …, ln.

Leurs résistances thermiques sont :


1 R1 1 R2
R  ln R  ln
l1 2l L R0 l2 2l2 L R1
1
1 Rn
R  ln
ln 2ln L R n 1

La résistance thermique du tube


1 1 Ri
de longueur L est donc : R   R   ln
l li 2L i l R i1
i
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 65
Applications :
Exercice : Tube entartré
Soit un tube d'acier de diamètres 20 et 27 mm, la température de la
paroi interne est T1 = 119,75°C, celle de la paroi externe est T2 = 119,64°C.
1°) a) Calculer la résistance thermique du tube pour une longueur de 1 m.
b) Calculer le flux radial sortant du tube.
2°) L'intérieur du tube est entartré sur une épaisseur de 2 mm. Les
températures intérieure et extérieure restent inchangées.
a) Calculer la résistance thermique de la couche de tartre (pour une
longueur de 1 m).
b) Calculer la résistance thermique équivalente du tube entartré.
c) Calculer le flux thermique correspondant.
Conductivité thermique de l'acier : la = 46 Wm-1K-1
Conductivité thermique du tartre : lt = 2,2 Wm-1K-1
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 66
Corrigé :
1°) L’équation fondamentale se réduit à :
2 2
 T 1 T  T T d dT dT
  0 ou r  0 (r )  0 ou r A
2 2
r r r r r dr dr dr

La distribution radiale des températures s’écrit donc T=A.ln (r)+B


CAL : pour r = r1, T = T1 pour r = r2 , T = T2
T -T T lnr - T ln r
2 1 1 2 2 1
On déduit les constantes A et B : A  B
r2 r2
ln ln
r1 r1
T2 - T1 T .ln (r2 ) - T2 . ln (r1 )
Soit T ln (r)  1
r  r 
ln  2  ln  2 
 r1   r1 

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 67


25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 68
T2 - T1 1
La densité de flux de chaleur : j-l .
r  r
ln  2 
T2 - T1 2r.L T -T
et   jS  - l .  2l L 1 2  r1 
 r2  r r 
ln   ln  2 
 r1   r1 
 r2 
soit ln  
Ra   r1 
2l L
 27 
ln  
a) La résistance thermique
R a     0,00104 K / W
20
pour L = 1m : 246
T1 - T2 T1 - T2 119,75 - 119,64
b) Le flux de chaleur :   2lL    105,77 W
r  Ra 0,00104
ln  2 
 r1 

 20 
2°) a) La résistance thermique ln  
R t     0,016143 K / W
16
de la couche de tartre : 2..2,2
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 69
b) La résistance thermique globale est :
R t  0,016143  0,00104  0,0172 K / W

c) Le flux de chaleur à travers le tube entartré :


119,75 - 119,64
  5,8 W
0,0172

Le dépôt de tartre fait passer le flux de 105,77 W à 6,4 W.


99,37.100
Soit une réduction de :  94% !!!
105,77

Les échangeurs de chaleur industriels


nécessitent un détartrage régulier.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 70


2.6

Problème sphérique de
conduction thermique

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 71


2.6.1 Equation fondamentale :
Dans le cas d’un milieu homogène isotrope, l’équation fondamentale
de transfert chaleur en cordonnées sphériques s’écrit :
2 2
 T 2 T 1  T 1  T p 1 T
2   2 (sin  )  2 2 2  
r r r r sin    r sin  j l a t
Si le système étudié présente une symétrie sphérique, l’équation
devient :
1  2 T p 1 T
(r ) 
r r r l a t
2
M
En régime stationnaire et en l’absence de
sources de chaleur internes :
1 d  2 dT 
2 r 0
r dr  r 
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 72
d  2 dT  2 dT dr a
r 0r  a ou dT  a T  b
dr  dr  dr r2 r
Considérons une sphère creuse avec
ri
les conditions aux limites suivantes : re

pour r = ri , T = Ti
pour r = re , T = Te
T -T T -T
a  e i et b  T  e i
1 1 i 1 1
 
ri re ri re
r r
d ' où T(r)  T  (T - T ) e
(1 
i
)
i e i r r r
e i
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 73
Le flux de chaleur qui sort de la sphère de rayon r s’écrit :
dT r .r
2 2 i e
  4r .l.  4r .l.( T  T ) r
e i
dr (r  r )r 2 re
e i ri
r .r
i e
  4l .( T  T )
i e (r  r )
e i

(T  T ) (T  T )
 i e  i e
(r  r ) R
e i t
4l .r .r
i e
re  ri résistance ther. d’un
R 
t 4l.ri .re matériau sphérique

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 74


Synthèse :
Conduction morte unidimensionnelle selon la géométrie

Mur simple Cylindre sphère


2
d T 1 d  dT  1 d  2 dT 
Equation de
0 r   0 r 0
r dr  dr 
2
transfert
dx
2 r dr  r 

T -T T -T T lnr - T ln r r r
Profil de
T( x )  2 1
xT T e i
ln r  e i i e
T T  (T - T ) e i
(1  )
température e 1 ln( re / ri ) ln( re / ri ) i e i r r r
e i

T T 2l r .r
Flux de
  lS. 1 2  (Ti  Te )   4l .( T  T ) i e
chaleur e ln r / r
e i
i e (r  r )
e i

Résistance R 
e ln( r / r ) re  ri
R  e i R 
t l.S 4l.ri .re
thermique t 2l L t

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 75


2.7

Conductivité thermique
en régime variable

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 76


Dans la pratique, les états stationnaires existent rarement

et les évolutions sont souvent plus rapides, il est donc nécessaire

de tenir compte des variations avec le temps aussi bien des

températures que des flux de chaleur, et les équations de transfert

se trouvent notablement compliquées.


les surfaces isothermes T(x, y, z, t0) = T0 évoluent en
fonction du temps, et l’isotherme T0 ne sera plus au même endroit
à l’instant t1 > t0.

gradT est donc un vecteur qui dépend du temps.


Le transfert de chaleur se fait perpendiculairement aux surfaces

isothermes, et la loi de Fourrier est toujours valable : j  - l.gradT
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 77
2.6.1 Equation fondamentale :
On supposera toujours que :
- W+ = 0 (Frontière indéformable).
- Ec = Ep = 0.
- Le système est fermé.
L’équation fondamentale s’écrit :

 T
divj  ρc -p  0
t
 T  T  T T
(λ ) (λ ) (λ )  p  c
x x y y z z t

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 78


Si l varie avec T, comme T est fonction de x, y et z, on
ne peut utiliser l’équation.
p 1 T
T  
l a t
Pour contourner cette difficulté,
1 T
on définit la fonction  : θ   λ(T)dT.
λ 0 T0
T0 étant la température de référence (choisie
arbitrairement) pour laquelle l = l0

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 79


T étant une fonction de x, y, z et t, on a alors :

θ θ T λ T
 . 
x T x λ 0 x
θ θ T λ T
 . 
y T y λ 0 y
θ θ T λ T
 . 
z T z λ 0 z
θ θ T λ T
 . 
t T t λ 0 t

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 80


L’équation :

 T  T  T T
(λ )  (λ )  (λ )  p  c
x x y y z z t
p 1 
Conduit à :   
l 0 a t

Et j  - l 0 grad
Le problème est ainsi ramené à l’étude des pseudo-
températures  à conductivité constante l0.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 81


2.6.2 Mur semi-infini (Régime variable)
Remarque : Il convient de distinguer entre
un régime transitoire et un régime variable :
Le régime transitoire : correspond à un changement brusque
de l’équilibre thermique provoqué par l’apparition soudaine
d’une perturbation thermique. Ce régime ne dure pas très
longtemps.
Le régime variable : le système évolue constamment sans
jamais atteindre l’état d’équilibre thermo., les évolutions sont
lentes et le plus souvent périodiques.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 82


Variation périodique de température sur une paroi :
On examinera la cas d’un mur homogène et isotrope.
Admettons que le plan P soit soumis à une variation
périodique de température de fréquence f et de pulsation  =
2f pouvant être développée en série de Fourrier :

T  T0   a n cos(nt)  b n sin(n t )
1
Pour p = 0 l’équation de Fourrier :

1 T T  2T
T  a 2
a t t x

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 83


En chaque point du mur la température va subir des
fluctuations périodiques de fréquence f qui pourront être
développées en série de Fourrier. La température s’écrit
alors sous la forme :
T  T0  a1cos(t)  a 2cos(2t)  ...  a n cos(nt) 
b1sin( t )  b 2sin( 2t )  ...  b n sin(n t )
ai et bi sont des coefficients qui dépendent du point
considéré, c.à.d sont fonction de x.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 84


En dérivant et en remplaçant dans l’équation
fondamentale, nous obtenons :

d 2a1 d 2a n
(a 2 - b1) cos(t)  ...  (a 2
- nb n ) cos(nt)
dx dx
2 2
d b1 d bn
 (a 2  a1) sin( t)  ...  (a 2
 na n ) sin(n t)  0
dx dx
2
d an
a 2 - nb n   0
Ceci est vrai quel que soit t
dx
d 2bn
a 2
 na n   0
dx

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 85


d 4 a n n 22
Soit : 4
 2 an  0
dx a
La solution de cette équation est une somme d’exponentielles :
nω nω
(1 i)x (1i)x
a n  Ane 2a
 Bn e 2a

nω nω
-(1 i)x -(1i)x
 Cne 2a
 Dne 2a

2
a d an
D' autre part b n 
n dx 2
En développant, en regroupant les termes et ne gardant que la
partie réelle et en remarquant que la température doit rester finie
quand x tend vers l’infini, on obtient :

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 86


 x

 0 nω 
e

T  T0  2a
a n cos(nt - x )  b n sin( nt - x
0
)
1  2a 2a 

Rappelons que l’oscillation de température imposée à la


surface (x = 0) est :

T  T0   a n cos(nt)  b nsin( nt )
1

La quantité e- x 2a représente le coefficient d’atténuation de
l’amplitude d’oscillation

La quantité x représente le déphasage des oscillations au
2a
point d’abscisse x.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 87


2.6.3 Etude graphique et numérique :
Difficulté à résoudre l’équation de Fourrier :
. La nature du milieu : isotrope ou non, avec ou sans production
de chaleur …
. La géométrie du milieu : les cas les plus simples sont celle d’un
plan, d’un cylindre ou d’une sphère.

. Les conditions aux limites : température uniforme, variable, . . . .

D’où le recours à une résolution numérique,


graphique ou analogique.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 88


La méthode numérique :
Elle est de plus en plus utilisée, en effet :
 La plupart des problèmes simples ont déjà été résolus.
Actuellement on se trouve confronté à des problèmes
compliqués insolubles par les méthodes mathématiques
traditionnelles .
 La puissance et la capacité des ordinateurs développés
actuellement deviennent sans cesse croissantes et à des prix de
plus en plus bas.
 Les techniques de résolution sont de plus en plus efficaces et
applicables à une variété croissante de problèmes
mathématiques.
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 89
Deux limitations à l’utilisation des méthodes numériques :

 Certains programmes sont si importants qu’ils dépassent


les capacités des ordinateurs actuels :
- Le nombre de données est grand/capacités mémoires
- La résolution dure trop longtemps

 Certains problèmes n’ont pas encore trouvé de modèles


mathématiques complets et précis.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 90


La méthode numérique consiste à discrétiser les
températures par des mailles ou des nœuds appropriés en
remplaçant les différentielles par des différences finies
permettant de calculer pas à pas la température en chaque
maille.

Considérons le cas du transfert-


chaleur en régime variable dans
un mur d’épaisseur L = n.x

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 91


n étant un nombre entier et x un élément spatial
suffisamment petit appelé pas. Les valeurs xj sont supposées
régulièrement espacées, le pas étant x = xj+1 – xj = cte. On fait
de même pour la variable « temps » (discrétisation dans l’espace et
dans le temps).
La méthode consiste alors à déterminer les températures en
tout point xj et à chaque instant ti tel que : xj = j.x (1  j  n)
et ti = i.t (i  0)
Le point j
j
Ti L’instant i

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 92


Soit Ti  T(t i , x j )
j

Ti j Ti j1  Ti j

t Δt
j1
Ti Ti  Ti
j j1 j
 Ti
2
1 Ti
j
Ti j
  ( - )
x Δx x 2
x x x
j 2 j1 j1
1 Ti  Ti Ti - Ti j
 ( - )
x Δx x
 Ti
2 j 2
Ti  Ti  2Ti
j j j1

x 2
25/02/2018
Δx 2
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 93
La méthode des différences centrées donne :
j1 j1
 Ti
2
Ti j
 Ti  2Ti j

x 2
Δx 2

L’équation de Fourrier s’écrit :


j1 j1
1 T - Ti j
Ti j
 Ti  2Ti j

i 1
a t Δx 2

j1 at
Soit T  (1 - 2k)Ti  k(Ti
j
i 1
j
 Ti )
j-1
avec k  2
Δx

La température au temps i + 1 à l’abscisse j est


obtenue à partir des températures au temps i
aux abscisses
25/02/2018
j-1, j et j+1.
Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 94
La température en x au temps t + t est
obtenue à partir des températures à l’instant t
aux abscisses x – x, x et x + x.

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 95


La méthode graphique :
Dans certains cas il est plus commode et plus rapide d’utiliser la
méthode graphique.
Cas du mur semi-infini dont la surface x = 0 est portée
brusquement et maintenue à la température T1.
La méthode graphique s’appuie sur la méthode numérique dans
laquelle le choix de t est tel que :

j1 j1
at Ti  Ti
k
2
 0,5 j
Ti 1 
Δx 2

La température en x au temps t + t est égale à la moyenne


des températures aux points x – x et x + x au temps t.
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 96
t0

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 97


T 2
 T 0
T0  T1
i=0 j=1  T1 
1 0 0

2 2
T 3
 T 1
j 1 j1 j=2  T12  0 0
 T0
T T 2
Tj
i 1  i i
2 T 2
 T 0
T1  T0
i=1 j=1  T2 
1 1 1

2 2
T  T T0  T
3 1 1
j=2  T 2
2  1 1 1
2 2
T 4
 T 2
T0  T0
j = 3  T2 
3 1 1
  T0
2 2
T 2
 T 0
T2  T1
2

i=2 j=1  T3 
1 2 2

2 2
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 98
25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 99
Fin du chapitre 2

25/02/2018 Chap-II Transfert de chaleur par conduction (M.Boukalouch) 100