Vous êtes sur la page 1sur 2

Les arts livre Le goût du visuels

L’impressionisme

Les peintres impressionnistes
Vers la moitié du xixe siècle, de jeunes artistes vont bouleverser l’art de la peinture. Pour rendre compte des effets de la lumière naturelle sur les éléments, ils vont systématiser le recours à la fracturation de la touche picturale, choisissant de laisser apparente la trace du geste et de l’outil. L’impressionnisme était né.
Objectifs
expérimenter un procédé et en tirer parti. l solliciter la recherche et l’investissement personnel. l favoriser l’ouverture culturelle des élèves.
l

Compétences
appliquer un procédé. l maîtriser son geste. l observer et s’exprimer.
l

Matériel

- reproductions d’œuvres de peintres impressionnistes ; photocopies de paysages (marine ou campagne) ou d’œuvres impressionnistes.

- Papier Canson blanc de différentes dimensions ; pastels gras ; gouaches ou acryliques sans eau ; brosses à peindre. - appareil photo numérique.

Groupement des élèves
- Collectif et individuel.

1 regarder le terme “impressionnisme” fut utilisé pour la première fois lors de la première exposition du groupe chez le photographe nadar, en 1874. il est associé au tableau de monet, Impression, soleil levant. c’est donc avec cette référence que sera introduite et travaillée la notion de touche picturale.

Impression, soleil levant (1876), Claude Monet.

• sur l’œuvre de monet, on voit quelques barques

naviguant en premier plan et quelques mâts à peine esquissés dans le lointain. c’est l’avant-port du havre, un jour d’hiver. la manière dont le peintre traite ce sujet prouve que son intérêt se concentre ailleurs : restituer sur la toile un lever de soleil dans la brume matinale, hivernale.

2 isoler le procédé agrandir la reproduction et regrouper les élèves devant de façon à l’observer de près. occulter toute la surface avec une feuille à dessin blanche, dans laquelle on aura conçu une fenêtre ouvrant uniquement sur le reflet du soleil sur la surface de l’eau. attendre les commentaires spontanés, guider la réflexion en émettant des hypothèses sur le sujet représenté puis en mobilisant l’attention sur le travail du peintre. faire relever un ensemble de petites traces en orange et en blanc, traces souples et horizontales, parfois obliques. inviter alors les élèves à mimer dans l’espace le geste de l’artiste. faire ensuite expérimenter cette façon de peindre, sur un quart de feuille de dessin blanche, d’abord avec le doigt puis avec un pastel gras orange. comparer les traces avec celles de l’image. rechercher celles qui s’en rapprochent le plus et caractériser le geste le plus approprié : la touche est nerveuse, unique, juxtaposée et superposée. renouveler l’essai si besoin. dévoiler la reproduction et “mettre du sens sur le fragment observé” : Le peintre exprime les reflets du soleil et utilise son procédé sur toute la surface de son tableau. attirer l’attention sur le traitement de l’eau, sur celui de la barque en premier plan et de son reflet, sur le rendu des mâts des bateaux et sur le ciel. faire comprendre que l’écriture picturale structure toute la surface du tableau, dans des touches cependant différentes, selon leur orientation, et liées au sujet représenté.

• •

Bis/ © archives larbor

Pour cela. l’obligeant ainsi à cadrer et à choisir le point de vue. du jaune et du rouge.3 Expérimenter imposer une couleur. ne pas faire un tirage trop sombre de l’image choisie. en points. expliciter oralement la procédure la plus adaptée : éparpiller des touches. 6 Devenir “peintre impressionniste” Choisir une activité travailler à partir de photocopies de paysages. oblique). avant le travail de l’élève. inciter les élèves à rechercher des variations de touches en prenant en compte leur épaisseur. Poser le problème de la conservation de la touche et de la couleur ou du mélange des couleurs sur le support. ciel. Procéder ensuite comme précédemment sur un tirage papier du cliché. Chemin de Louveciennes (1869). herbe. conserver ces recherches personnelles. feuillage. • • leur demander de choisir un paysage et de le transformer en peinture en lui donnant des couleurs “à la manière” d’un peintre impressionniste. mais en gérant cette fois une couleur à laquelle on va ajouter de la peinture blanche. afficher et retrouver les caractères picturaux travaillés. travailler in situ inviter chacun à faire une photographie numérique d’un fragment de paysage autour de l’école. à différents moments de la journée et au fil des saisons. inciter à expérimenter d’autres possibles en fonction des réponses. revenir en empâtement après un court temps de séchage des premières traces. puis avec une petite brosse à peindre. veiller à faire conserver les touches pour ne pas se confronter à une couleur unique faisant disparaître la trace du premier geste. afficher et justifier les différents tracés obtenus. une couleur et un outil. les uns pour une conservation personnelle du travail effectué (mon album de touches). leur densité. trouver d’autres touches mettre à la disposition de chacun plusieurs feuilles de même format que précédemment. pinceau brosse de préférence. commencer par éparpiller des touches puis en ajouter d’autres pour combler les vides sans chercher à recouvrir la surface. les autres seront regroupés sur un support collectif. exiger le recouvrement de la surface pour faire disparaître la nature du support. josse © archives larbor . leur longueur. leur orientation (verticale. concevoir ce travail avec le doigt d’abord. marine ou campagne. Proposer une situation identique à la précédente. de retour en classe. réaliser deux ou trois essais. afficher et confronter les propositions. associer des touches bleues et jaunes avec du bleu et du rouge. on peut aussi envisager un travail effectif sur le motif avec des pastels gras : représenter par exemple un massif de fleurs. h. fleurs… touches en traits. en vue panoramique. format carte postale. afficher et regarder en fonction des touches et des couleurs. Pierre-auguste renoir. Bis/Ph. ou de photocopies d’œuvres que les élèves n’ont pas encore vues. et inviter à déposer des touches identiques avec des gouaches épaisses. Poser ainsi le problème du mélange des teintes sur le support pour se rapprocher du procédé des peintres impressionnistes. • • Un coin de bois aux Sablons. combler des intervalles. en virgules… expliquer que ces peintres cherchaient à reproduire les jeux d’ombres et de lumière. un fragment de champ et de haie vus de loin… limiter le temps d’exécution et faire travailler sur un format carte postale. Parvenir ainsi à isoler différentes touches et à les mettre en relation avec l’élément représenté : eau. alfred sisley. sur un support de papier canson blanc. 4 Explorer. utiliser des gouaches sans eau ou des pastels gras. celle du tableau ou une autre. Bis/ © archives larbor 5 retrouver des touches et en voir d’autres confronter les tracés des élèves avec le travail des impressionnistes. dit la route à l’orée du bois (1883). sans eau. repérer collectivement les zones d’ombres et de lumière que la photocopie permet de distinguer. du jaune et du violet… imposer ou non les couleurs.