Vous êtes sur la page 1sur 108

Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université de Sousse
Institut Des Hautes Etudes Commerciales De SOUSSE

Rapport de stage de fin d’études


LICENCE APPLIQUEE EN COMPTABILITE

Les travaux de fin d’exercice :


Cas pratique de l’entreprise « N&CR »

Présenté et soutenu par :

Nour KEDIDI

Encadrant académique : Mme Hela GARROUCH

Encadrant professionnel : Mr Amine BEN REJEB

Année Universitaire : 2019-2020


Dédicace

N
ous commençons par rendre grâce à Dieu et sa volonté pour la patience, le
courage et la compétence qu’il nous a donnée pour réaliser ce travail malgré
les contraintes et les difficultés que nous avons confrontées suite à la pandémie.

A mon père BECHIR et ma mère SELMA,

Q ui n’ont jamais cessé de croire en moi, de me soutenir et de m’aider à donner le


meilleur de moi-même, et qui m’ont toujours encouragée tout au long de mes
études. Leur confiance m’a toujours poussée vers l’avant.

Que Dieu leur accorde santé, longue vie et bonheur.

A
mes chères sœurs, ma belle cousine et mes amis.

Avec mes meilleurs vœux de réussite et de bonheur, santé et succès dans leurs
Vies et que Dieu les protège.

A tous ceux que j’aime et qui m’aiment,

Je dédie ce travail en termes d’amour et de profonde Gratitude.

Merci d’être toujours là pour moi…


Remerciement

J e tiens à remercier toute les personnes qui ont contribué à la réalisation de mon
projet de fin d’étude et qui m’ont aidée lors de la rédaction de ce rapport.

Tout d’abord, je remercie le Directeur de l’institut des hautes études commerciales


de Sousse, Mr Laajimi Adnane.

E
t avec un grand plaisir je présente mes sincères gratitudes à mon encadrant
académique Mme Hela Garrouch qui m’a beaucoup aidée dans mon travail,
pour son encouragement continu, sa disponibilité et ses précieux conseils.

J e tiens à remercier vivement mon encadrant professionnel Mr Amine Ben Rejeb


pour son accueil, le temps passé ensemble et le partage de son expertise au
quotidien. Grace à sa confiance, j’ai pu m’accomplir totalement dans mes missions
malgré les difficultés. Il fut aide précieuse dans les moments les plus délicats.

E
nfin, mes remerciements s’adressent aussi à tous les membres du jury qui ont
accepté d’assister et de juger ce travail, à tous mes enseignants de l’IHEC et à
tous ceux qui ont contribué de prés ou de loin à l’accomplissement de ce travail.
Sommaire
Introduction Générale ................................................................................................................. 1
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage................................................................... 3
Introduction ...................................................................................................................... 3
Section 1 : Description générale de la société .................................................................. 3
Section 2 : Organisation comptable de la société ............................................................ 5
Section 3 : Tâches effectuées ........................................................................................... 6
Conclusion ....................................................................................................................... 11
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice ................................................................................ 12
Introduction .................................................................................................................... 12
Section 1 : Inventaire physique....................................................................................... 12
Section 2 : Régularisation des comptes .......................................................................... 19
Section 3 : Elaboration des documents de synthèse ...................................................... 31
Conclusion ....................................................................................................................... 36
Chapitre 3:Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR »...................... 37
Introduction .................................................................................................................... 37
Section 1 : Travaux extracomptables.............................................................................. 37
Section 2 : Régularisations comptables .......................................................................... 46
Section 3 : Etablissement des documents de synthèse .................................................. 52
Conclusion ....................................................................................................................... 53
Conclusion Générale ................................................................................................................ 54
Bibliographie ............................................................................................................................ 55
Annexes
Liste des tableaux
Tableau 1 : Fiche signalétique .................................................................................................................... 4
Tableau 2 : Tableau d’amortissement ..................................................................................................... 43
Tableau 3 : Tableau de calcule de la provision pour congé .................................................................. 48
Tableau 4 : Tableau de calcule de la provision pour dépréciation des stocks ................................... 49
Liste des figures

Figure 1 : Organigramme ...................................................................................................................... 4


Figure 2 : Place du service comptable .................................................................................................. 5
Figure 3 : Démarche des travaux de fin d’exercice ............................................................................... 12
Figure 4: Démarche de l’inventaire physique des stocks...................................................................... 13
Figure 5 : Démarche de l’inventaire physique des immobilisations ................................................... 16
Figure 6 : Schéma de la répartition des charges.................................................................................... 24
Figure 7 : Schéma explicatif des charges constatées d’avance ............................................................ 25
Figure 8: Schéma explicatif des charges à payer ................................................................................... 26
Figure 9 : Compte fournisseur lettré....................................................................................................... 38
Figure 10 : Compte client non lettré ....................................................................................................... 39
Figure 11 : Rapprochement bancaire ...................................................................................................... 41
Figure 12 : Etat d’inventaire physique des stocks des pièces de rechange ........................................ 44
Figure 13 : Comptabilisation des charges à payer ................................................................................. 47
Liste des abréviations

• BC : Bon de commande
• BL : Bon de livraison
• BR : Bon de réception
• CUMP : Coût unitaire moyen pondéré
• DA : Demande d’achat
• DAB : Distributeur automatique des billets
• DEPS : Dernier entré premier sorti
• IS : Impôt sur la société
• GAB : Guichet automatique des billets
• NCT : Norme comptable tunisienne
• NCG : Norme comptable générale
• OD : Opérations diverses
• PV : Procès-verbal
• PEPS : Premier entré premier sorti
• VCN : Valeur comptable nette
INTRODUCTION GENERALE
Introduction Générale

Introduction Générale

T
oute entreprise qu’elle soit publique ou privée est tenue d’élaborer et de présenter à la
clôture de chaque exercice comptable les états financiers qui sont : le bilan, l’état de
résultat, l’état de flux de trésorerie et les notes aux états financiers. Ces documents de
synthèse donnent des informations sur la situation financière de l’entreprise, sa performance
ainsi que les flux d’entrée et de sortie de la trésorerie. Ces informations sont généralement
utilisées pour faciliter la réalisation des diagnostics et la prise de décisions nécessaires.

Cependant, pour que ces informations soient utiles et valides, avant de dégager ses
états, l’entreprise doit passer par la réalisation des travaux de fin d’exercice appelés aussi
travaux d’inventaire. Ces derniers feront l’objet de notre projet de fin d’étude, nous allons
tout au long de notre rapport présenter ces travaux, montrer leur utilités et leur
importance dans le processus comptable d’une entité économique.

Généralement toute entreprise procède aux travaux de fin d’exercice pour


l’établissement des états de synthèse. Ces travaux se déroulent durant la période allant de
janvier à mars de l'année qui suit la clôture et qui s‘achèveront par le dépôt des états
financiers auprès de l’administration fiscale. Ils portent nécessairement sur des travaux
extracomptables tel que l’inventaire physique des actifs de l’entreprise (stock,
immobilisation, les valeurs disponibles...), et des travaux comptables qui nous permettent de
dégager des écarts et les réajuster. Et pour traiter ce thème, nous avons choisi de travailler
sous la problématique suivante :

Quel est l’importance des travaux de fin d’exercice dans le cycle de vie d’une entité
économique ? Et de quelle manière ils contribuent dans l’établissement des documents
de synthèse de l’entreprise ?

Notre travail tente de répondre à cette problématique, en traitant exhaustivement


tous les travaux de clôture qui aboutissent à l’établissement des états financiers. Pour cela, le
présent rapport va être divisé en trois chapitres. Le premier consiste à une présentation de
l’entreprise tutelle, son organisation comptable ainsi que les tâches que nous avons pu
effectuer tout au long de notre stage. Dans le deuxième chapitre, nous allons étudier les
principales théories de la réalisation des travaux de fin d’exercice pour aboutir à
l’élaboration des états financiers. Et enfin dans le troisième chapitre, nous nous pencherons
sur les travaux extracomptables, les régularisations comptables et l’établissement des

1
Introduction Générale

documents de synthèse afin d’aboutir à une analyse critique des différentes pratiques menées
par l’entreprise pour apporter les recommandations que nous jugeons nécessaires.

2
CHAPITRE 1

PRESENTATION DU CADRE
GENERAL DU STAGE
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

Introduction

Le stage constitue une étape indispensable à notre formation, il nous permet en tant
que futur comptable, d’entrer dans la vie professionnelle et de vivre la réalité socio-
économique des entreprises. Plus largement, Il représente pour nous une opportunité
d’acquérir les connaissances nécessaires afin d’avoir une expérience professionnelle et
mettre en œuvre nos connaissances théoriques au sein d’une entreprise pour développer
nos compétences.

Ce chapitre est composé de trois sections, dans la première section nous allons faire
une description générale de la société, dans la deuxième nous allons présenter son
organisation comptable, et dans la dernière nous allons présenter les tâches effectuées.

Section 1 : Description générale de la société

1. Historique, objet et classification de l’entreprise

I.1.Historique

La marque NCR est un nom international qui a été créé par les américains en 1884,
elle s’est implantée en Tunisie depuis l’année 1961 sauf que son actuel président directeur
général Monsieur « Lazhar Khalfaoui » qui était un ancien directeur commercial de la société
a acheté toutes les parts sociales de la société en Tunisie. Depuis 2009, la société a changé
de nom pour devenir ‘Networking and Computing Resources’ (N&CR).

I.2. Objet et classification de l’entreprise

La société N&CR « NETWORKING & COMPUTING RESSOURCES » est une


société privée spécialisée dans la commercialisation et l’entretien du matériel monétique tel
que les distributeurs automatiques des billets (DAB) et des guichets automatiques des billets
(GAB) ainsi que les caisses enregistreuses. Ses clients potentiels sont essentiellement les
banques, et les sociétés de grande distribution (Carrefour, Monoprix, Géant, magasin
général …). Elle se positionne comme leader dans le marché puisque elle détient plus que
80% de part de marché.

3
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

2. Fiche signalétique, organigramme

2.1.Fiche signalétique

Dénomination Networking And Computing Resources (N&CR)

Forme juridique Société à responsabilité limitée

Secteur Monétique

Capital 1 750.000 mille Dinar

Siège social 7 Avenue Monastir Complexe immobilier El Menzah 7 Ariana 2037

Date de création 05-sept-66

Effectifs 38 Employés

Concurrents BFI, Tunis 6…

Source : l’entreprise « N&cr »

Tableau 1 : Fiche signalétique


2.2.Organigramme

Figure 1 : Organigramme
Source : l’entreprise « N&cr »

4
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

Section 2 : Organisation comptable de la société

1.Place du service comptable

Figure 2 : Place du service comptable


Source : l’entreprise « N&CR»

2.Définition des principales tâches du personnel comptable

Les principales tâches dévolues au service de comptabilité du « N&CR» peuvent être


résumées comme suit :

Saisie des pièces comptables sur ordinateur.


Vérification périodique des travaux de saisie et justification du compte.
Réalisations des travaux de regroupement et de rapprochement entre les chiffres
issus de la comptabilité et ceux tenus en extrême.
Etablissement des déclarations fiscales.
Conservation des éditions informatiques sur ordinateur.
Tirage et analyse des états financiers.
Collecte et classement des pièces comptables par journal auxiliaires.
Sur la base de ces données nous pouvons établir les fiches de fonction du personnel
comptable.

5
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

Section 3 : Tâches effectuées


Au cours de ce stage, nous avons eu l’opportunité d’intégrer le département
comptable de la société « N&CR » sous le contrôle et l’encadrement du directeur
comptable et mettre en œuvre les aspects théoriques que nous avons acquis au cours de
notre formation. Pour une meilleure compréhension des taches que nous avons pu effectuer,
il apparait évident de traiter en premier lieu l’environnement de travail dans lequel nous
avons évolué, et en deuxième lieu de décrire ces tâches.

1.Environnement de travail

1.1.Logiciel utilisé

La société « N&CR » tient sa comptabilité sur ordinateur. Elle utilise le logiciel SAGE
i7 qui permet de générer les journaux, les grands livres généraux, les grands livres auxiliaires,
la balance générale et les balances auxiliaires. Les états financiers de la société (bilan, état de
résultat et état de flux de trésorerie) ainsi que les états de rapprochement bancaire sont
établis sur Excel.
Le classement des pièces comptables se fait par analogie aux journaux ouverts dans le logiciel
SAGE, chaque catégorie de pièce se traite dans un journal à part, le classement est effectué
comme suit :

Les factures de ventes sont classées et saisies dans le journal vente ouvert dans
Sage.
Les factures d’achats locaux et importations sont classées et saisies dans le journal
achat.
Les pièces de banques tel que les virements, les avis de débits, les avis de crédits
les échelles d’intérêts les règlements par chèque sont classées et saisies dans les
journaux de trésorerie-banques.
Les pièces de caisse relatives aux paiements et encaissements espèces sont
classées et saisies dans le journal de trésorerie-caisse.
Les livres de paies et les écritures des toutes opérations diverses sont classées et
saisies dans le journal OD.

Toute opération économique doit passer par deux étapes, la première étape consiste
à la prise en charge de chaque facture d’achat ou de vente dans le logiciel commercial, cette
tâche est effectuée par une assistante comptable, et la deuxième étape consiste à la

6
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

vérification, la validation et l’intégration automatique de ces opérations dans le logiciel


comptable, celle-ci est effectué par le comptable lui-même.

Concernant les écritures de paies, elles sont intégrées automatiquement et


mensuellement dans le logiciel comptable après avoir établir la paie dans le logiciel
approprié qui est Sage-paie.

1.2. Accès « Guest »

Pour accéder à la base de données, nous avons eu un accès « Guest » qui est lié
directement au serveur de la société et sous le contrôle du chef département comptable qui
n’est autre que notre encadrant professionnel dans le stage, cet accès nous permet de
communiquer avec la base de données comptable et commerciale de la société, il retrace
toutes les opérations que nous avons saisies afin que le chef comptable puisse vérifier notre
travail et faire les corrections nécessaires.

2.Tâches réalisées

Dans ce stage nous avons eu l’opportunité d’effectuer plusieurs tâches telles que le
classement des pièces comptables, l’utilisation du logiciel « Sage commercial » dans la
création des factures d’achats ou de ventes ainsi que « Sage comptable » dans
l’enregistrement des écritures comptables, et nous avons eu aussi la chance de travailler sur
le traitement des états de rapprochement bancaire et la détermination du tableau
d’amortissement, et la tâche la plus importante qui nous a énormément marqué et qui a fait
l’objet de ce rapport est notre assistance dans les travaux de fin d’exercice de la société.

2.1 Classement des pièces comptables

Cette tâche nous a permis de faire la distinction entre une pièce et une autre, en
effet la société reçoit quotidiennement un flux de pièces externes qui devront faire l’objet
d’une classification spécifique dans le département comptable tel que par exemple les
factures d’achats reçues par les fournisseurs de l’entreprise, ils doivent être photocopiées
pour que les originaux passent au département financier afin d’établir les titres de paiements
correspondants, et les copies feront l’objet des pièces justificatives pour la saisie dans le
logiciel commercial.

7
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

Par la suite elles seront classées dans les chronos d’achats et leur classement se fait
par ordre chronologique en regroupant les copies des factures par date d’une manière
décroissante, c'est-à-dire que la dernière pièce du dernier mois est la première.

Il y a aussi les pièces de banque tel que par exemple les virements effectués par le
département financier et envoyés aux banques, les avis de débits et les avis de crédits…
toutes ces pièces à leur retour à la société, elles doivent être classées dans les chronos de
banques correspondants.

2.2.Distinction entre Sage commercial et Sage comptable

Comme nous l’avons indiqué précédemment, la société utilise à la fois Sage


commercial et Sage comptable, le premier est destiné à la création des factures d’achats et
de ventes ainsi que la gestion des inventaires physiques des valeurs d’exploitation de la
société, quand au deuxième logiciel il est destiné aux traitements et aux éditions
comptables, et bien évidement il existe une forte interaction entre les deux logiciels qui se
manifeste par les intégrations automatiques des différentes écritures comptables de Sage
commercial vers Sage comptable.

Dans le logiciel commercial nous avons pu voir comment faire la création des
factures d’achats avec l’assistante commerciale, ces factures qui parviennent des fournisseurs
de la société doivent être saisies dans Sage commercial. En effet toute opération
d’approvisionnement passe par un processus de saisie qui commence par la création de la
DA pour arriver à la facture elle-même en passant par BC qui va être transformé en BL qui
va être à son tour transformé en facture. Le passage d’une étape à une autre se fait
automatiquement mais avec la validation de l’assistante, et chaque pièce réalisée doit être
imprimée et classer dans un chrono à part. Seules les factures imprimées qui vont être
rattachées aux pièces originales reçues par les fournisseurs qui vont être transférées vers le
département financier afin d’être réglées, mais avant tout, elles doivent portées un numéro
spécifique pour que par la suite elles puissent être identifiées:

8
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

Mois

n° de pièce Année

1 / 1 / 20

70 Code journal

Le processus de vente se fait de la même manière que le processus d’achat sauf qu’il
commence par le BL et non par la DA.

2.3.Etat de rapprochement bancaire

Cette étape présente un contrôle, dans le but d'amener les comptes bancaires au plus
proche de la réalité des relevés de compte, c'est-à-dire vérifier la concordance des deux
comptes (compte banque et extrait de compte). Cette technique va permettre de justifier
les différences de soldes.

Pour ce faire :

- Nous avons fait un pointage des opérations déjà enregistrées dans la société et la
banque, afin de faire apparaitre des opérations enregistrées uniquement par la banque
ou par l’établissement.
- Nous avons effectué un calcul arithmétique pour s’assurer que les totaux sur les états
de rapprochement sont exacts.
- Nous avons vérifié s’il existe un écart entre le total de la colonne bancaire et la
colonne comptable.

Cette tache nous a permis de détecter :

• Les oublis d'enregistrements.


• Les agios, frais bancaires.
• Les erreurs d'enregistrements comptables.
• Les décalages de certaines opérations connues par l'établissement d'abord et que la
banque enregistre après, ou inversement.

9
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

2.4.Tableau d’amortissement

Afin de déterminer le tableau d’amortissement de cette année, nous avons pris le


tableau de l’année précédant et nous l’avons modifié en ajoutant les nouvelles acquisitions
de l’année actuelle. Ce qui nous permet de calculer la dotation de l’exercice de chaque
immobilisation corporelle (machine, matériel...) ou incorporelle (logiciel...) et donc
l’amortissement total lui-même.

Ce dernier se calcule comme suit :

L’amortissement total = dotation de l’exercice en cours + amortissement antérieur

= Valeur brute de l’immobilisation X taux X durée d’usage

365

• L’amortissement antérieur représente les amortissements des années précédentes.

Tout cela nous permet de calculer la VCN de chaque immobilisation qui représente la valeur
de l’immobilisation après toute minoration d’amortissement et qui se calcule comme suit :

VCN = Valeur brute de l’immobilisation – l’amortissement total

Nous avons observée aussi l’élaboration des déclarations fiscales et sociale tel que par
exemple :

La déclaration d’employeur : c’est une récapitulation des retenues à la source.


La déclaration sociale : c’est une cotisation payé à la sécurité sociale chaque trimestre

3.Evaluation critique du stage

3.1.Les acquis du stage

Après la présentation générale de la société « N&CR » et des différentes tâches


effectuées, nous avons réellement été satisfaits du travail effectué durant cette période du
stage. Et malgré les conditions difficiles suite à la pandémie « Covid-19 » et le confinement

10
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage

nous avons comme même continué le stage à distance. En fait, dans ce stage nous avons pu
développer nos connaissances acquises lors de la préparation académique à traves de la
pratique et les tâches que nous avons effectuées.

Ce stage nous a permis de :

• Connaitre la réalité de la vie professionnelle


• Comment une entreprise fonctionne
• Avoir une expérience concrète en passant de la théorie à la pratique
• Apprendre à assumer des responsabilités

3.2.Les contraintes

Nous avons été confrontés à certaines contraintes lors de l’exécution des tâches qui
nous ont été attribuées dans la période de confinement, tel que le problème que nous avons
affronté pour obtenir les documents et les informations nécessaires durant cette période. Et
également le problème de la durée de trois mois du stage que nous estimons qu’elle est
insuffisante pour maitriser les tâches du travail de notre sujet de manière détaillée.

Conclusion

Effectuer un stage au sein d’une entreprise constitue une véritable expérience qui
nous a été très bénéfique sur le plan pratique et même personnel. La revue des opérations
et des outils comptables faite dans le premier chapitre, nous permettra l’élaboration de
notre sujet à savoir « les travaux de fin d’exercice » sur deux étapes. Une étape théorique
sera traitée dans le deuxième chapitre, et une étape pratique dans le dernier chapitre.

11
Chapitre 2

Les travaux de fin d’exercice


Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

Introduction
Dans ce chapitre nous allons présenter théoriquement les principes et les démarches
de la réalisation des travaux de fin d’exercice afin d’aboutir à l’élaboration des états
financiers dans trois sections. Dans la première nous allons présenter l’inventaire physique,
dans la deuxième nous allons traiter les régularisations des comptes et dans la dernière
section nous allons présenter la démarche d’élaboration des documents de synthèse.

L’objectif de cette étape fondamentale dans le processus comptable est de donner


l’image la plus fidèle possible de la société. Pour cela le responsable du département
comptable doit veiller à l’application de certains de travaux extracomptables pour régulariser
sa comptabilité :

Figure 3 : Démarche des travaux de fin d’exercice

Section 1 : Inventaire physique

Tout d’abord il faut établir et éditer une balance à partir du logiciel comptable avant
tout inventaire pour déceler les éventuelles erreurs telles que les soldes comptables
anormaux (gonflés), des comptes de charges créditeurs ou des comptes de produits

12
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

débiteurs, etc… Ces éventuelles erreurs sont dues essentiellement à des erreurs de saisies
(enregistrement d’une pièce pour un chiffre différent de celui qui est porté), ou des erreurs
d’oublis (non comptabilisation d’une pièce comptable). Pour repérer ces erreurs nous
devons procéder par le schéma suivant :

Balance Grand livre Journal

Les inventaires physiques portent sur les stocks (valeurs d’exploitation), les
immobilisations, les valeurs disponibles (caisse, effets à recevoir, chèques en caisse) et les
divers stocks (fournitures de bureau). Cette opération possède non seulement un caractère
obligatoire et légal pour toute entreprise mais aussi elle garantie une meilleure sécurité pour
la sauvegarde de son patrimoine et surtout la fiabilité de la comptabilité.

1.Inventaire des stocks

C’est un recensement et un comptage quantitatif et qualitatif de tous les biens


existant en stock de la société. Il représente l’inventaire le plus important et souvent le plus
délicat puisqu’il nécessite un récolement détaillé des stocks.

NB : on doit exclure non seulement les marchandises/ produits facturées aux clients et non
encore livrées mais aussi ceux reçues à titre de dépôt.

La réalisation de cet inventaire nécessite la passation par les trois étapes suivantes :

Préparation de Réalisation de Contrôle et


l’inventaire l’inventaire réajustement

-Contrôle des stocks inventoriés

-Préciser les instructions de -Opération de recensement -Rapprochement entre les stocks


l’inventaire et comptage théoriques et réels

-Réajustement des écarts dégagés

Figure 4: Démarche de l’inventaire physique des stocks

13
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

On trouve deux types d’inventaire physique :

I. Inventaire intermittent : l’évaluation de stock se fait seulement à la date de


clôture

607 Achats de marchandises MT

401000X Fournisseur X MT
411000X Client MT
MT
707 Vente de marchandises

37 Stocks de marchandises MT

Variation de stocks de
6037 marchandises MT

II. Inventaire permanent : l’évaluation se fait à chaque entrée et sortie de stock :

37 Stockts de marchandises MT

401000X Fournisseur X MT
411000X Client MT
MT
707 Vente de marchandises

6037 Variation stocks de marchandises MT

37 stocks de marchandises MT

« Quelle que soit la méthode de comptabilisation retenue, les stocks doivent faire l'objet
d'un inventaire physique au moins une fois par an. Lorsque la méthode d'inventaire
permanent est utilisée, l'inventaire physique est substitué au stock comptable et la différence
est portée dans l'état de résultat »1

1
Norme comptable N°04 relative aux stocks

14
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

1.1.Préparation de l’inventaire (instructions d’inventaires)

Chaque opération d’inventaire physique doit être réalisée en conformité avec


les instructions d’inventaires préalablement établies à cet effet, afin de faciliter le
déroulement de tout le travail d’inventaire, ces instructions sont :

- Le but et l’importance de l’inventaire.


- Préciser la date et l’endroit.
- Nommer les personnes qui vont participer à cet inventaire les diviser en des équipes
et préciser leurs responsabilités.
- Les méthodes utilisées pour le comptage et l’enregistrement des quantités et leurs
valeurs.
- Les précautions à prendre.
- Etc.…

Un modèle de fiche de comptage doit être établit et annexé aux instructions d’inventaire qui
doit mettre en évidence les informations suivantes :

Le nom du matériel
La référence du matériel
L’emplacement du bien à inventorier
La quantité
Les noms de l’équipe de comptage
La date de l’inventaire

1.2.Réalisation de l’inventaire (comptage)

Le comptage c’est de Recenser, compter le stock existant c'est-à-dire déterminer les


nombres d’unités présentes physiquement dans la société, cette opération peut être assurée
à travers plusieurs méthodes : listing étiquetage, code à barre ... etc.

L’essentiel c’est de s’assurer :

que le comptage a été réalisé pour tous les articles


qu’il n’y a pas d’article qui a été compté doublement
que les références des articles sont les mêmes sur les feuilles de comptages

15
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

1.3.Réajustement et contrôle de l’inventaire

L’opération de comptage permet de dégager les quantités réelles des stocks, puis
nous devons les réajuster en tenant compte des mouvements survenus entre la date de
comptage et la date de clôture. De plus, les résultats de comptage doivent être soumissent à
un contrôle à travers les recoupements par rapport au stock théorique et s’il y a des écarts
entre le stock physique dégagé après l’opération de comptage et le stock théorique nous
procédons à la régularisation.

Il faut noter qu’il existe plusieurs méthodes de valorisation de stock tel que le CUMP, PEPS,
DEPS…

2.Inventaire des immobilisations

C’est le recensement et l’évaluation quantitative et qualitative des immobilisations


corporelles (matériels, mobiliers, installations et aménagements, bâtiments et terrains) et des
immobilisations incorporelles( logiciel…) ainsi que les immobilisations financières (titres de
participations, titres immobilisées…) existantes dans l’entreprise et inscrites dans ses livres
comptables, et ce dans le but de donner lieu à l’émission d’un état détaillé en quantité et en
valeur des immobilisations de l’entité.

On peut simplifier la démarche de cet inventaire comme suit :

Préparation de Réalisation de Contrôle et


l’inventaire l’inventaire ajustement

-Opération de comptage -Contrôle, rapprochement


entre l’inventaire physique et
-Préciser les instructions -Préciser l’état des
comptable
d’inventaire immobilisations inventoriées
- réajustement les écarts

Figure 5 : Démarche de l’inventaire physique des immobilisations

16
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

2.1.Préparation de l’inventaire

Préalablement à chaque inventaire des immobilisations, et comme il a été exposé


dans la première phase de l’inventaire des stocks, toute entreprise est tenue de préparer les
instructions afin de facilité le déroulement du reste de l’opération, ces instructions sont les
suivantes :

- La désignation d’un responsable


- Le but et l’importance de l’inventaire
- Préciser la date et l’endroit
- Nommer les personnes qui vont participer à cet inventaire les diviser en des équipes
et préciser leurs responsabilités
- Les méthodes utilisées pour le comptage et l’enregistrement des quantités et leurs
valeurs
- Les précautions à prendre
- Etc.…
Un modèle de fiche de comptage doit être établit et annexé aux instructions d’inventaire
qui doit mettre en évidence les informations suivantes :
Le nom du matériel
La référence du matériel
L’emplacement du bien à inventorier
La quantité
Les noms de l’équipe de comptage
La date de l’inventaire

2.2.Réalisation de l’inventaire (le comptage)

En se référant aux références des immobilisations (matricule, code à barre..)


mentionnées dans les fiches de comptage, nous procédons à l’inventaire physique des
immobilisations appartenant à l’entreprise, toute information quantitative et/ou qualitative au
cours de l’opération de comptage doit être mentionnée sur ces dites fiches.

Ce comptage se fait à travers la vérification de l’existence physique des immobilisations


à partir une liste préétablie par la comptabilité. En cas d’inexistante d’une quelconque
immobilisation dans les fiches de comptage, celle-ci doit faire l’objet d’un enregistrement sur
fiche complémentaire où nous allons mentionner toutes les informations nécessaires
inhérentes à cette immobilisation recensée.

17
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

L’équipe concernée doit observer et interpréter l’état actuel de chaque immobilisation


inventorié : en panne, rebuté, en bon état etc.… ces interprétations sont très importantes
pour la constatation des dépréciations.

2.3.Contrôle et ajustement

Le responsable de l’inventaire doit contrôler les résultats dégagés en s’assurant que


tous les immobilisations ont été inventoriés en tenant compte des mouvements survenus
entre la date de comptage et la date de clôture, il doit aussi s’assurer que les éléments
inventoriés n’ont pas été comptés doublement et s’il y a lieu de procéder à un deuxième
comptage. L’opération de l’inventaire est terminée, le responsable doit établir un rapport
récapitulatif mentionnant les éléments suivants :
Une description du déroulement de l’inventaire
Les obstacles rencontrés et les solutions nécessaires
Les précautions et les propositions à prendre pour les inventaires
Par la suite un rapprochement doit être fait entre l’inventaire physique et l’inventaire
comptable, en confrontant les informations collectées à celles qui figurent dans la
comptabilité pour dégager les écarts à fin de les réajuster.

3. Inventaire des valeurs disponibles

Les valeurs disponibles concernent essentiellement les espèces, les effets à recevoir et les
chèques en caisse.
3.1. Espèce
Les espèces en caisse et les bons provisoires doivent être recensés et compter
exhaustivement par une personne autre que le caissier en présence de ce dernier. Ce
comptage génère l’établissement d’un PV d’arrêt de caisse signé par les responsables
concernées ainsi que le caissier lui-même.

3.2. Effets à recevoir et les chèques en caisse

Les effets à recevoir sont les effets reçus des clients et non encore échues au 31/12/N.
L’inventaire physique de ces effets doit faire l’objet d’un état mentionnant l’émetteur et le
tireur, les nombres des titres et les dates d’échéance.

Les Chèques en caisse sont non seulement les chèques reçus des clients et non encore
endossés mais aussi les chèques de garanties qui sont les engagements des clients envers
l’entreprise (engagement hors bilan). Il s’agit d’arrêter une liste exhaustive des éléments sus-

18
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

indiqués pour garantir l’intangibilité des enregistrements comptables. L’inventaire de ce type


de valeurs de trésorerie se fait de la même manière que celui effectué dans la caisse.

Section 2 : Régularisation des comptes


Sont les écritures qui permettent d’ajuster et de régulariser certains soldes des
comptes de la balance avant inventaire.
1. Régularisation après inventaire physique des valeurs
d’exploitations
Chaque inventaire physique des stocks, des immobilisations ou des valeurs disponibles
fait l’objet d’une régularisation ; c’est la régularisation des écarts dégagés suite à non
concordance entre l’inventaire théorique réalisé par la direction comptable et l’inventaire
physique suite à un comptage.

1.1. Régularisation des stocks

Après avoir comparé les stocks inventoriés avec les stocks théoriques de la direction
comptable, nous sommes ramenés à faire une régularisation pour remédier aux manques ou
aux excès physiques des stocks disponibles.
En cas d’un manque des stocks : c'est-à-dire il ya des stocks comptabilisés qui n’ont pas
d’existence réelle. Dans ce cas, nous devons diminuer les comptes de stocks (nous les
créditons) et débiter le compte des charges hors exploitation « charges exceptionnelles » :

67 Charges exceptionnelles MT

3 Stocks MT

En cas d’un excès des stocks : c'est-à-dire il y a des stocks qu’ont été inventoriés,
mais qui n’ont pas été comptabilisés suite au manquement d‘une pièce probante par exemple
un BL, BR ou une facture. Dans ce cas nous devons augmenter les comptes de stock (nous
les débitons) et créditer le compte des produits hors exploitation « produits
exceptionnels » :

19
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

3 Stocks MT

77 Produits exceptionnels MT

1.2. Régularisation des immobilisations


Après avoir effectué le recoupement nécessaire entre l’inventaire physique et celui de
l’inventaire théorique et dégager les éventuels écarts entre les deux états, nous procédons à
l’opération de régularisation.

S’il ya un manque ; c'est-à-dire qu’il existe des immobilisations comptabilisées mais


qui n’ont pas d’existences physiques, dans ce cas nous devons débiter le compte « charges
exceptionnelles » et créditer le compte « immobilisation » :

67 Charges exceptionnelles MT

2 Immobilisations MT

S’il ya un excès : c'est-à-dire qu’il ya des immobilisations physiques mais qui ne sont
pas comptabilisées, dans ce cas nous devons débiter le compte « immobilisation » et créditer
le compte « produits exceptionnels » :

2 Immobilisations MT

77 Produits exceptionnels MT

Autres cas :

Une cession :

Lorsque l’entreprise décide de céder une de ses immobilisations, cette cession doit faire
l’objet d’une comptabilisation à la date de sa sortie. Ce qui nécessite de déterminer :

20
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

- Le cumul d’amortissements y compris les amortissements complémentaires

- La VCN qui est égale :

Valeur origine – cumul d’amortissements

- Et puis le résultat de cession qui est égale :

Prix de cession - VCN

Concernant la comptabilisation, nous devons créditer le compte de l’immobilisation, débiter


le compte de trésorerie, aussi le compte d’amortissement pour l’annuler et débiter le
résultat s’il est négatif ou le créditer s’il est positif :

- Dotation complémentaire jusqu’à la date de cession :

68 Dotations aux amortissements des immobilisations MT

28 Amortissements des immobilisations MT

- Le jour de la cession :

5 Trésorerie MT

28 Amortissements des immobilisations MT

6 Perte/cession d'immobilisation

2 Immobilisations MT

7 Gain/cession d’immobilisation MT

Une mise au rebut :

C’est la sortie d’une immobilisation du patrimoine de la société lorsqu’elle devient hors


usage, obsolète ou perd sa valeur comptable ; c'est-à-dire que sa dépréciation égale à la
VCN. Dans ce cas, nous devons créditer le compte d’immobilisation et débiter le compte
d’amortissement y compris l’amortissement complémentaire, solder l’un par l’autre :

21
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

- La dotation complémentaire :

68 Dotations aux amortissements des immobilisations MT

28 Amortissements des immobilisations MT

- L’annulation :

28 Amortissements des immobilisations MT

2 Immobilisations MT

1.3. Régularisation des valeurs disponibles

La régularisation de la caisse doit être établit directement lorsqu’il y a un écart positif ou


négatif non justifié suite à une comparaison entre l’espèce et les pièces justificatifs.

En cas d’un écart positif, c'est-à-dire le solde physique inscrit dans le PV d’inventaire est
supérieur au solde théorique inscrit dans le journal de la caisse, nous débitons le compte de
caisse par un gain exceptionnel (qui doit fait l’objet d’une vérification ultérieure) :

54 Caisse MT

77 Gains exceptionnels MT

Dans le cas contraire, le caissier est ramené à justifier l’écart, et combler les lacunes
physiques pour ajuster les soldes théoriques et physiques :

67 Perte exceptionnels MT

54 Caisse MT

22
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

2.Autres Régularisations des comptes

2.1.Rapprochement bancaire

C’est un contrôle manuel qui se fait par le comptable mensuellement. Ce contrôle


représente une comparaison entre les enregistrements comptables du compte bancaire de la
société et les opérations qui se trouvent dans le relevé ou bien l’extrait bancaire afin de
vérifier la concordance des deux comptes, puisque les soldes sont rarement équivalents.

Ce rapprochement consiste à pointer les opérations existante dans le relevé et la


compte bancaire de la comptabilité une par une en validant leurs concordance, à fin de
dégager les opérations isolées c'est-à-dire celles qui sont enregistrées et comptabilisées
uniquement chez l’entreprise mais qui n’ont pas d’existence chez la banque ou bien l’inverse.
Cependant l’entreprise doit mettre l’accent sur le travail du rapprochement bancaire
correspondant au dernier mois de l’exercice comptable et ce au niveau des travaux de fin
d’exercice.

Cette opération consiste à ramener le maximum possible le solde comptable au solde


bancaire par des écritures d’ajustements. Cela touche essentiellement la partie « non
comptabilisé chez nous » que l’autre partie du rapprochement, en effet toute opération qui
se trouve dans cette rubrique doit être vérifiée et régularisée, car elle peut générer des
effets néfastes non seulement sur le bilan mais aussi sur l’image fidèle de l’entreprise, tel que
par exemple un chèque relatif à paiement fournisseur qui a été débité par la banque mais qui
reste non comptabilisé chez l’entreprise ou bien un encaissement client qui a été crédité par
la banque mais non prise en compte par l’entreprise…

Les procédures d’établissement de l’état de rapprochement bancaire

L’état de rapprochement se fait sur la base des documents fondamentaux suivants :

- Un relevé bancaire reçu de la banque (ou bien un extrait bancaire)


- Le compte bancaire de la société (extrait du grand livre comptable)
- Le dernier état de rapprochement bancaire

En se basant sur ces documents, on réalise les opérations suivantes :

- Pointer tous les montants qui se trouvent dans le grand livre avec ceux qui se
trouvent sur le relevé bancaire.

23
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

- Dégager les opérations enregistrées et comptabilisées chez l’entreprises et non


portées sur le relevé bancaire et vice versa
- Etablir l’état de rapprochement en dressant un tableau comportant deux
rubriques, l’un « pour l’entreprise » et l’autre « pour la banque » :
Enregistrer « le solde de fin de période » de chaque rubrique
Enregistrer les opérations « enregistrées chez la banque » et « non
enregistrées chez l’entreprise » dans la rubrique de l’entreprise
Enregistrer les opérations « enregistrées chez l’entreprise » et « non
enregistrées chez la banque » dans la rubrique de la banque
- Dégager les soldes des deux comptes en s’assurant que ces soldes sont identiques
mais de sens inverse
- Régularisation des opérations non comptabilisées chez l’entreprise.

2.2.Régularisation des comptes des charges

Cette régularisation est très importante et indispensable dans les travaux de fin
d’exercice, le but de cette opération est de respecter le principe de la séparation des
exercices (Cut-off) dans la comptabilisation des différentes opérations économiques de
l’entreprise. Ce principe signifie que les exercices sont indépendants les un des autres, c'est-
à-dire que chaque exercice doit uniquement contenir les charges et les produits qui le
concernent, et pour que ce principe soit respecté il faut régulariser certains éléments
(charges) qui ne concernent pas l’exercice comptable en cours, la subdivision se fait de la
manière suivante:

Figure 6 : Schéma de la répartition des charges

a. Charges constatées d’avance

Les charges constatées d’avance sont utilisées dans la comptabilité dans le cadre de la
séparation entre deux exercices. Il s’agit essentiellement des charges qui ont été
comptabilisées dans une période (N) mais qui sont relatives à une période suivante (N+1).

24
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

Nous trouvons principalement les montants des charges qui concernent des périodes
ultérieurs à la date de clôture et qui doivent être honorées à leurs dates de création. Nous
pouvons trouver aussi dans cette catégorie des charges les achats de biens et services
comptabilisées et non encore ou partiellement réceptionnées à la date de clôtur

Figure 7 : Schéma explicatif des charges constatées d’avance

b. Charges à payer

Ces charges représentent des dettes provisionnées qui doivent être comptabilisées à
la date de clôture. En effet, ces charges représentent des biens ou des services qui ont été
déjà réceptionnées mais leurs factures n’ont pas été encore établies.

25
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

Figure 8: Schéma explicatif des charges à payer

2.3.Amortissements

Toute immobilisation qui génère des avantages économiques quelque soit corporelle
(construction, matérielles de transport, matérielles informatique, matériels et outillages
industriels ….) ou incorporelle (logicielle, brevet, licence…..) est amortissable, c’est une
dépréciation dans le temps suite à un usage ou à des changements technologiques
(obsolescence) qui parviennent au cours de sa durée de vie. Cependant certaines
immobilisations ne sont pas amortissables nous trouvons par exemple :

- Fond commercial
- Terrains
- Immobilisations financières

26
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

L’amortissement représente une constatation annuelle d’une dépréciation, il s’agit d’une


perte de valeur irréversible suite à l’usage continue de l’immobilisation. Cette dépréciation
doit être établie et matérialisée par un tableau détaillant les différentes immobilisations de
l’entité économique, leurs date d’entré, leurs coût historique et s’il ya des nouvelles
acquisitions ou cessions, leurs taux d’amortissement, leurs dotations annuelles ainsi que leurs
valeurs comptables. Généralement la formule de l’amortissement est la suivante :

L'amortissement = Base amortissable

Durée de vie estimée

Avec :

Base amortissable = coût historique – valeur résiduelle

• Coût historique : c’est la valeur origine de l’immobilisation


• Valeur résiduelle : c’est la valeur de l’immobilisation estimée après avoir utilisé

Il faut noter qu’il ya quatre modes d’amortissement qui sont l’amortissement linéaire,
l’amortissement dégressif, l’amortissement variable et l’amortissement exceptionnel (ou
accéléré).

a. Amortissement linéaire

Cette méthode est généralement la plus utilisée. C’est une répartition d’une manière
égale de la dépréciation économique d’une immobilisation sur une durée de vie constante
qui peut être préalablement définie et fixé par l’administration fiscale et c’est pour cette
raison qu’on appel de ce mode d’amortissement « amortissement fiscal » 2. L’amortissement
linéaire se calcule en divisant 100 par le nombre d’années de la durée de vie du bien (résultat
en pourcentage). Par exemple un bien amortissable sur 5 ans aura un taux d’amortissement
de 20% (100/5).

La dotation annuelle alors se calcule de la manière suivante :

Dotation annuelle = Valeur de l’immobilisation x Taux

2
Arrêté du ministre du plan et des finances du 16 janvier 1990

27
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

b. Amortissement dégressif

Dans ce mode d’amortissement, la dépréciation économique du bien est plus


importante au cours des premières années de son exploitation, il s’agit en faite d’un avantage
procuré par le fisc aux entreprises sous certaines conditions.

c. Amortissement variable ou bien par unité d’œuvre

Dans cette méthode l’amortissement d’une immobilisation se fait en fonction de la


nature de son exploitation c'est-à-dire amorti le bien selon l’unité d’œuvre qu’il consomme,
ce dernier peut être les nombres de kilomètres parcourus pour une voiture, les pièces
fabriquées pour une machine etc.…

La dotation d’amortissement se calcule comme suit :

Dotations annuelle = Valeur de l’immobilisation X Consommation annuelle

Consommation totale

d. Amortissement exceptionnel ou bien accélérée :

L’amortissement exceptionnel appelé aussi amortissement accéléré représente l’un


des dispositifs d’incitation fiscale et un régime de faveur accordé par l’administration fiscale
lorsque l’entreprise demande, destiné pour des investissements précis (matérielles agricoles,
nouvelles technologies). Ce mode permet d’amortir certains biens d’une manière accéléré
où l’amortissement est très élevé de quelques mois.

La comptabilisation de la dotation, quelque soit leur mode de calcule, est la suivante :

dotations aux amortissements et provisions


681
MT

28 Amortissements des immobilisations MT

28
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

2.4.Provisions

Les provisions représentent des charges probables qui devront être supportées par
l’entreprise dans un avenir plus ou moins proche et pour un montant estimable et probable
mais non connu définitivement. Nous trouvons deux types de famille de provision qui sont ;
les provisions pour dépréciation et les provisions pour risques et charges.

a. Provisions pour dépréciation

Représentent une constatation comptable de la diminution d’un élément d’actif causé


par ses conséquences pas nécessairement irréversibles. Ces provisions comme les
amortissements, sont des postes d’actifs soustractifs ils viennent en déduction de la valeur
brute de ces éléments d’actifs. Dans ce type de provision nous trouvons :

Provision pour dépréciation des immobilisations (corporelle, incorporelle, en cour)


Provision pour dépréciation des participations
Provision pour dépréciation des clients et comptes rattachés
Provision pour dépréciation des stocks
Provision pour dépréciation des fournisseurs débiteurs
Provision pour dépréciation des comptes personnels
Etc....

La comptabilisation de la provision pour risque et charge est la suivante :

dotations aux provisions pour risques et charges


6812
MT

29
Ou Provisions pour risques et charges
49 MT

b. Provisions pour risques et charges

Ce type de provision est inscrit au passif du bilan, elles sont destinées à couvrir et
enregistrer les risques incertains et les dettes probables mais qui ne sont pas d’une manière
précise et définitive. Généralement les risques qui peuvent être provisionnées sont :

29
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

Les provisions pour amendes et pénalités qui se constituent lorsque la société est
exposée à un risque de condamnation de payement d’amendes suite à un contrôle
fiscal ou d’administration de la sécurité sociale etc.….
Les provisions pour litiges qui se constituent lorsque la société est exposée à un
payement d’une condamnation pécuniaires, indemnité de licenciement ou dommages
intérêts etc. suite à ses relations avec ses tiers.
Les provisions pour garanties données aux clients qui se constituent en cas de litiges
ou plaintes ou bien des réclamations qui concernent ses produits vendus et portant
des garanties (réparations gratuite, remplacement des pièces défectueuses …)
Les provisions pour congés payés relatives au nombre de jours de congés non acquits
par les salariés à la date de clôture de l’exercice comptable, pour constater cette
provision il faut prendre en considération deux éléments importants, le premier est
le montant du salaire brut de chaque jour de congé payé à provisionner relative à
chaque employé et le second point le montant des charges sociales et fiscales
rattachées à ce montant brut.
Etc…

La comptabilisation de la provision pour risques et charges est la suivante :

dotations aux provisions pour risques et charges


6812 d'exploitation
MT

15
ou Provisions pour risques et charges MT
48

c. Ajustement des provisions

C’est une régularisation ultérieure où la provision soumise soit à une augmentation ou


bien à une reprise partielle ou totale suite aux raisons suivantes :

La provision est devenue sans objet c'est-à-dire que le risque a disparu


Le risque couvert s’est réalisé
La provision s’avère insuffisante
La provision s’avère exagérée

30
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

2.5.Charges reportées :

Selon la NCT 10 certaines charges peuvent ne pas être entièrement affectées à un


seul exercice, nous les comptabilisons en actifs « charges reportées » et nous les imputons
sur le résultat des exercices au cours desquels elles sont engagées et les résultats des
exercices suivants. A titre d'exemple nous pouvons citer les frais préliminaires et les charges
à répartir.

a. Frais préliminaires

Les frais préliminaires sont des charges importantes engagées en phase de création.
Ils sont portés en actif lorsqu’ils sont nécessaires à la mise en exploitation de l'entreprise, ou
lorsqu’il est probable que les activités futures permettent de récupérer les montants
engagés. Il faut mettre l’accent sur ces types de charges à chaque clôture d’un exercice
comptable pour bien les cerner et les comptabiliser dans leur compte approprié,
précisément le compte 27, on parle ici du fameux « Cut-off ».

b. Charges à répartir

Elles sont engagées en période de pré-exploitation, ces charges sont nécessaires à la


mise en exploitation et elles seront récupérées par les activités futur de l’entreprise.

Section 3 : Elaboration des documents de synthèse

1.Détermination du résultat fiscal

1.1Etablissement d’une balance après inventaire

A l’issu de tous les travaux d’inventaire, et après la passation de toutes les écritures
d’ajustement précédemment mentionnées, l’entreprise est amenée à éditer une balance dite
« après inventaire » pour calculer son résultat fiscal et procéder à l’écriture de l’impôt sur
les sociétés.

1.2.Résultat fiscal

Le résultat fiscal est le montant du résultat de l'entreprise (bénéfice ou perte) utilisé


pour calculer ses impôts c'est-à-dire le montant qui sert de base au calcul de l'imposition
« IS ». Ce résultat est déterminé à partir du résultat comptable issu de la balance après
inventaire de la société et il se calcule comme suit :

Le résultat fiscal = résultat comptable + réintégrations – déductions

31
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

• Résultat comptable : Produits – Charges.


• Réintégration : ce sont des charges non acceptées par l’Etat et qui doivent être
rejetées fiscalement, c'est-à-dire exclues du droit de déduction.
• Déductions : ce sont les produits non soumis à l’impôt sur les sociétés et qui
devront être exonérés partiellement ou totalement de toute imposition.

L’impôt sur la société « IS » : c’est l’impôt calculé sur le résultat fiscal réalisé par
l’entreprise qui se présente comme suit :

IS = Résultat fiscal x Taux

1.3.Ecriture d’impôt et balance définitive

Après avoir déterminé le résultat fiscal et calculer l’impôt sur la société « IS » à payer, la
comptabilisation de cette dernière et comme suit :

69 Impôt sur les bénéfices MT

48 Etat impôt sur les bénéfices MT

Lorsque toutes ces étapes sont effectuées, l’entreprise pourra établir une balance définitive
et procède à l’élaboration des documents de synthèse.

2.Réalisation des documents

Il s’agit de la phase finale des travaux de fin d’exercice, c’est l’établissement des états
financiers, les objectifs de ces états ainsi que les dispositions selon lesquelles ils sont
présentés et fixés par la norme comptable, d’après la NCG : « Les états financiers forment
un ensemble structuré dont les éléments sont inter reliés. Ces états financiers sont Le bilan,
l’état de résultat, l'état des flux de trésorerie et les notes aux états financiers ».

2.1.Bilan

Le bilan fournit l’information sur la situation financière de l’entreprise et


particulièrement sur les ressources économiques qu’elle contrôle ainsi que sur l’obligation et
les effets des transactions, événement et circonstances susceptibles de modifier les
ressources et les obligations. Le bilan se présente sous forme d’un tableau composé de deux

32
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

parties constituées par trois composantes : les actifs, les passifs, les capitaux propres. Ces
trois grandes composantes forment ensemble l’équation comptable fondamentale :

« Actifs = Capitaux propre + Passifs »

Actifs

Représentent les ressources obtenues ou contrôlées par la société qui engendrent


des avantages futurs. Ces actifs sont présentés dans le bilan dans l’ordre de liquidité
croissante. Ils se divisent en deux parties :

- actif non courant : tout élément non lié au cycle d’exploitation et dont l’échéance
est supérieure à 12 mois, nous trouvons ici les actifs immobilisé, autre actif non
courant.
- actif courant : tout élément lié au cycle d’exploitation dont l’échéance à moins
d’un an nous trouvons ici les stocks, les créance du client, autres actifs courants,
placement et autres actifs financiers et liquidités et équivalents de liquidités.

Capitaux propres et passifs

Les capitaux propres avant affectation représentent le droit de propriété sur l’actif de
l’entité, ils comportent les diverses catégories de capital, les surplus d’apport, les réserves et
équivalent et les résultats non répartis. Donc nous trouvons ici capital social, réserves, autre
capitaux propre, résultats reportés et le résultat de l’exercice.

Ce résultat se calcule comme suit :

Résultat de l’exercice = les actifs – les passifs –total des capitaux propres
avant résultat de l’exercice

Les passifs sont constitués par les obligations actuelles de la société et ses dettes à
l’égard de ses créanciers qui lui permettent de financer ses actifs. Ce passif se divise à son
tour en deux parties :

- passifs non courants : tout élément non lié au cycle d’exploitation et dont
l’échéance est supérieure à 12 mois. On trouve ici les emprunts, autres passif
financiers, les provisions

33
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

- passifs courants : tout élément lié au cycle d’exploitation dont son échéance est
inférieure à 1’an. On trouve ici les dettes des fournisseurs, autres passifs courants
et concours bancaires et autres passif financiers.

2.2.Etat de résultat

« L'état de résultat fournit des renseignements sur la performance de l'entreprise.


L'information sur la performance est utile pour évaluer la rentabilité de l'entreprise et sa
capacité à générer des flux de trésorerie à partir des ressources qu'elle contrôle. Elle est
aussi utile pour évaluer l'efficacité avec laquelle l'entreprise a utilisé ses ressources et sa
capacité à employer des ressources supplémentaires. » (41 NCG)

C'est-à-dire que l’état de résultat montre tous les éléments qui contribuent à la
formation du résultat au cours d’une période déterminé sur la performance de la société qui
sont les revenus, les gains, les charges et les pertes fait au cours de l’exercices . Qui se fait à
travers le calcule suivant :

Résultat= Produits – Charges

Produits : « Produits = revenus + gains »


- Les revenus : ce sont les opérations qui proviennent et qui sont réalisées dans le
cadre de l’activité principale ou centrale de l’entreprise (fabrication de produit,
prestation de services, ventes ….). on cite des exemples : vente des marchandises
pour les entreprises commerciales, vente des produits pour les entreprises
industrielle, services rendu pour un prestataire des services, intérêt pour les
entreprises financier.
- Les gains : les gains sont les accroissements des capitaux propres résultant de
transactions périphériques ou incidentes ainsi de toutes autres transactions,
événement et circonstances affectant l’entreprise à l’exception de ceux résultant des
revenus ou des apports des propriétaires sur capital
Charges : « Charges = charges proprement dites + Pertes »
- Les charges (proprement dites) : Les charges sont soit les sorties de fonds ou autres
formes d’utilisation des éléments d’actifs, soit la constitution de passifs (soit les deux),
résultant de la présentation ou de la réalisation d’autres opérations qui s’inscrivent
dans le cadre des activités principales ou centrales de l’entreprises.

34
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

Ainsi, les charges (proprement dites) proviennent de l’activité courantes de la société


(consommation de matières, services extérieurs, frais de personnel, dotations aux
amortissements etc.…).

- Les pertes : les pertes sont des diminutions de capitaux propres résultant des
transactions périphériques ou incidentes ainsi que autres transactions et autres
évènements et circonstances affectant l’entreprise à l’exception de ceux résultant des
charges ou des distributions aux propriétaire du capital.

2.3.Etat des flux de trésorerie

« L'état des flux de trésorerie renseigne sur la manière avec laquelle l'entreprise a
obtenu et dépensé des liquidités à travers ses activités d'exploitation, de financement et
d'investissement et à travers d'autres facteurs affectant sa liquidité et sa solvabilité. » (57
NCG).

C'est-à-dire que l’utilisation de l’état des flux de trésorerie avec les restes des états
financiers permettent de fournit des informations qui permettent aux utilisateurs d'évaluer
la capacité de l'entreprise à générer des flux de trésorerie positifs, d'évaluer sa capacité à
honorer ses engagements, sa capacité à distribuer des dividendes et à couvrir ses besoins de
financement interne. Il lui permet aussi d'évaluer les origines des écarts entre le résultat net
et les flux de trésorerie s'y rapportant ainsi que les effets des transactions d'investissement
et de financement de la période sur la position financière de l'entreprise. Ces informations
sont utiles pour estimer la probabilité de réalisation de flux de trésorerie ainsi que
l'importance de ces flux et les moments auxquels ces derniers peuvent avoir lieu.

Autrement, Le tableau de flux constitue un document essentiel pour mettre en


œuvre et comprendre la gestion financière d’une société car il montre et retrace l’ensemble
des origines et utilisations de trésorerie d’une période déterminée.

2.4.Notes aux états financiers

La préparation des notes aux états financiers suit les mêmes principes, règles et
procédures que les autres composantes des états financiers. Elles doivent expliquer et
compléter de façon pertinente les autres composantes des états financiers en vue d'une
présentation fidèle. D’après NCG : « Les notes aux états financiers sont, en règle générale,

35
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice

présentées dans l'ordre suivant qui permet aux utilisateurs de comprendre les états
financiers et de les comparer avec ceux d’autres entreprises :

a) note confirmant le respect des normes comptables tunisiennes ;


b) note sur les bases de mesure et les principes comptables pertinents appliqués ;
c) informations afférentes à des éléments figurant dans le corps des états financiers ;
d) autres informations portant sur les éventualités, engagements et autres divulgations
financières, et des divulgations à caractère non financier. »

Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté les travaux extracomptables qui représentent
l'inventaire physique et toute comparaison entre la théorie et la réalité, ainsi que les travaux
comptables qui représentent toutes les régularisations nécessaire afin d'avoir des documents
de synthèse bien établis qui donnent une image fidèle.

36
CHAPITRE 3 :

CAS PRATIQUE DES TRAVAUX DE FIN D’EXERCICE DE


LA SOCIETE « N&CR »
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Chapitre 3:Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la


société « N&CR »

Introduction
Au niveau du deuxième chapitre de ce travail, nous avons essayé de présenter
purement le cadre théorique et conceptuel des travaux de fin d’exercice comptable. De ce
fait, dans ce qui suit, nous allons nous focaliser sur l’aspect plutôt pratique de ces travaux à
travers notre champ d’investigation. Il faut signaler qu’il existe un ordre chronologique dans
chaque opération de clôture, pour cela, dans ce chapitre nous allons commencer par
présenter dans une première section les travaux extracomptables, par la suite dans une
deuxième section les régularisations comptables et dans une dernière section l’établissement
des états de synthèse.

Section 1 : Travaux extracomptables


L’objectif de ces travaux est d’arriver à établir une image la plus fidèle de l’entreprise
pour un exercice comptable, et pour y parvenir, il faut effectuer tous les contrôles
nécessaires et suffisants tels que les pointages et les lettrages des comptes, les
rapprochements bancaires du dernier mois de l’exercice comptable et les investigations y
afférentes, l’élaboration du tableau d’amortissement et tous les inventaires physiques que ce
soit des immobilisations ou des valeurs d’exploitation de la société, le chef comptable doit
établir un état de vérification dit balance provisoire ou balance avant inventaire. A partir de
cette balance provisoire qui est le point de départ des travaux comptables d’inventaire, il
procède aux différents travaux extracomptables.

1.Pointage et lettrage des comptes

Le pointage des comptes consiste à s’assurer de l’exhaustivité des opérations


enregistrées dans les livres comptables c’est à dire voir si l’écriture est réellement
matérialisée par une pièce comptable, dans le cas contraire, elle ne doit plus figurer dans la
comptabilité, ces contrôles doivent couvrir toutes les écritures et tous les comptes de la

balance et essentiellement les comptes de charge et de produit. Nous avons pu assister à


ces pointages, le chef comptable nous a procuré le grand livre comptable de tous les
comptes de charges et de produits qui ont été mouvementés tout au long de l’exercice
courant et il nous a demandé de se référer aux numéros de pièces qui figurent dans ces

37
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

grands livres pour voir si les écritures ont été réellement saisies sur la base des pièces
probantes et si le compte utilisé est correcte ou non, si non, nous devons mentionner les
erreurs existantes pour que dans une prochaine étape il fera les corrections nécessaires.

Par la suite, si toutes les écritures sont justifiées par des pièces tangibles, nous devons
entamer les lettrages comptes, il s’agit d’une opération comptable qui consiste à rapprocher
des montants dans des comptes tiers (compte de classe 4), généralement nous lettrons les
comptes clients et les comptes fournisseurs, c’est une opération qui s’effectue dans le logiciel
comptable, il s’agit d’ attribuer une lettre à un ou plusieurs montants du débit (ou du crédit)
pour les faire correspondre à un ou plusieurs montant du crédit (ou du débit),
traditionnellement, il permet de faire un lien entre une facture et son règlement et de ne
faire afficher que les montants qui n’ont pas été réglés et de justifier le solde d’un compte
tiers.

Les captures écrans suivantes du logiciel Sage expliquent très bien la différence entre un
compte tiers lettré et un compte non lettré :

Source : l’entreprise « N&CR »

Figure 9 : Compte fournisseur lettré


Comme il est présenté sur le schéma dans la colonne « lettrage montant », chaque lettre
indique la ou les factures-fournisseur avec le règlement correspondant (voir une autre copie
en annexe n°1).

38
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Source : l’entreprise « N&CR »

Figure 10 : Compte client non lettré


Dans ce schéma, nous remarquons que les montants qui figurent dans la colonne
débit qui correspondent à des factures-clients n’ont pas été réglées. Par conséquent nous ne
pouvons pas procéder au lettrage (voir une autre copie en annexe n°2).

2.Rapprochement bancaire et régularisations à effectuer

L’entreprise tient au jour le jour son compte 532 « Banque ». Chaque mois elle
reçoit de sa banque un relevé bancaire. Les soldes du compte 532 « Banque » et du relevé
Bancaire sont toujours différents, il faut donc rechercher à les rapprocher : C’est le but de
l’Etat de Rapprochement Bancaire pour qu’à la fin du mois les soldes de ces deux documents
soient identiques. Des comptes parfaitement réciproques présentent, à une même date, des
soldes d’un montant égal, mais de sens contraire. Les sommes portées au débit du compte
532 « Banque » correspondent à un crédit sur le relevé bancaire et inversement mais
certains flux peuvent être enregistrés, avec un décalage dans les deux comptabilités. Le
rapprochement bancaire sert à contrôler l’exactitude des écritures saisies dans le journal de
banque en les comparants au relevé bancaire. Il permet de vérifier la concordance des
comptes et d’en justifier les écarts.

39
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Le contrôle se fait à partir des documents suivants :

- Le grand livre du compte 532


- Le relevé de compte bancaire
- Le dernier rapprochement bancaire établi du mois précédent

En principe, le solde du journal de banque doit être égal au solde du relevé bancaire à la
même date. Mais en réalité c’est rarement le cas, pour ne pas dire jamais.

Les écarts peuvent être de différentes natures :

• Les erreurs de saisies (écritures saisies au débit au lieu de crédit ou vice-versa)


• Les erreurs de montants (Par exemple : un virement a été saisi en banque pour un
montant de 5 500.000 dinars et la banque l’a enregistré pour un montant de 5
600.000 dinars. Il y a donc une erreur de 100.000 dinars qui doit être régularisée.
• Les omissions (Par exemple, des frais bancaires, des agios, des frais sur virements
étrangers…ou un règlement quelconque)
• Les décalages, c’est le cas notamment des chèques que nous enregistrons avant de
transmettre à la banque la remise qui n’apparait donc sur le relevé bancaire quelques
jours après ou de chèques que nous enregistrons dès leur émission mais dont le
fournisseur ne va pas encaisser…)

L’établissement d’un rapprochement bancaire se fait en suivant les étapes ci-dessous :

- Lettrer (ou pointer) les opérations du grand livre du compte 532 avec le relevé
bancaire (et l’ancien rapprochement bancaire).
- Faire ressortir les opérations qui apparaissent sur le relevé bancaire et qui ne sont
pas saisis, ainsi que les écritures qui ont été passé dans le compte 532 mais dont la
banque n’a pas pris en compte.
- Justifier ces écarts. (chèques non encaissés, agios non enregistrés, montants
erronés…)
- Passer les écritures de régularisation nécessaire.

Pour vérification, le solde du compte 532 doit être égal au solde de fin du relevé bancaire
plus ou moins les montants que la banque n’a pas encore perçus.

40
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

L’état de rapprochement bancaire se fait régulièrement, le plus souvent de façon


mensuelle, mais avant de clôturer un exercer comptable, il faut recenser tous les suspens qui
figurent dans l’état de rapprochement relatif au mois de décembre de l’année encours et
faire toutes les investigations nécessaires que ce soit avec la direction financière de
l’entreprise ou avec la banque elle-même pour les éliminer tel que les chèques débités en
banque et non comptabilisé chez l’entreprise, ou bien les encaissements reçus par la banque
et qui ne figurent pas en comptabilité, et inversement il faut vérifier les opérations qui
figurent dans la partie non comptabilisé chez la banque s’il s’agit d’une double
comptabilisation ou pas.

Voici un exemple de rapprochement bancaire dont nous avons eu l’opportunité de l’établir


(voir une autre copie en annexe n°3) :

Source : l’entreprise « N&CR »

Figure 11 : Rapprochement bancaire


Cependant et suite à une petite investigation de notre part, nous avons pu constater
que cette opération de rapprochement bancaire peut être effectuée d’une façon
automatique par le logiciel Sage compta. En effet Sage a la possibilité de gérer tout type
d’extrait bancaire et de les rapprocher avec les écritures comptables enregistrées sur les
journaux correspondants, les extraits pourront être saisies manuellement ou intégrés
automatiquement via une connexion depuis le logiciel Sage.

41
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Suite un entretien avec le chef comptable de la société, il nous a expliqué qu’ils sont
en train d’envisager des séances de formation avec leur fournisseur Sage pour pouvoir
arriver à élaborer automatiquement le rapprochement bancaire.

3.Elaboration du tableau d’amortissement et les écritures


correspondantes

Les outils nécessaires à la réalisation du tableau d’amortissement de la société sont les


suivantes :

- Le tableau d’amortissement de l’année N-1


- Le grand livre comptable des immobilisations incorporelles, corporelles et statut
juridique particulier (leasing) pour l’année N

L’objectif est d’arriver à calculer d’une manière exacte les dotations de l’exercice, cela se fait
en injectant les montants des nouvelles acquisitions dans un le tableau d’amortissement
établi préalablement sur un tableur Excel pour l’exercice précédent l’année encours et de
faire les paramétrages nécessaires sur les cellules correspondantes avec des formules
adéquates en se basant sur les valeurs d’origines, la duré ainsi que les taux d’amortissements
de chaque immobilisation. Apres avoir établir le tableau d’amortissement nous procédons
alors à la comptabilisation de l’écriture correspondante.

Le schéma ci-dessous illustre la méthode utilisée par l’entreprise pour élaborer son tableau
d’amortissement (voir une autre copie en annexe n°4) :

42
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Tableau 2 : Tableau d’amortissement


Source : l’entreprise « N&CR »

Comme il est indiqué dans le tableau précédente, note dotation de l’année est de
213 408.179, ce montant est comptabilisé dans le logiciel comme suit :

681110 Dotations/Amort.ds Immob corporel 4 656,93


681120 Dotation/Amort.ds Immob corporelles 208 751,25
281010 Amortissement.Logiciels 4 656,93
282410 Amort.Imm.Corp.=Mat.Transp.ds Biens 47,076
282440 Amort.Imm.Corp.=Mat.Transp.ds Perso 0,002
282820 Amort.Imm.Corp.=Equippement bureau 2 111,67
2822100 Amort.Imm.Corp.=BATIMENTS 42 528,37
2823301 Ammort.Imm.Corp.=M/C pour réparation 40,276
2828303 Amort.Imm.Corp.=Test equipement 515,594
2828304 Amort.Imm.Corp.=Informaation systems 30 030,18
2828306 Amort.Imm.Corp.=Fontaine B19 0,002
2844400 AMORT IMMO-STAT-JUR-PART TRAN BIEN 67 036,24
2844401 AMORT IMMO-STAT-JUR-PART TRAN PERSO 66 441,86
213 408,18 213 408,18

43
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

4.Inventaire des immobilisations et des valeurs d’exploitation

L’opération commence par l’élaboration d’une note de service détaillant toutes les
instructions relatives à l’inventaire physique des immobilisations et l’inventaire des valeurs
d’exploitation, cette note va définir l’objet de la compagne d’inventaire, les responsables qui
vont veiller au bon déroulement de l’opération, la période de l’inventaire ainsi que les
équipes intervenantes. Une copie de la note de service de la compagne d’inventaire est en
annexe du présent rapport (Voir annexe n°5).

Le chef comptable est désigné comme responsable d’inventaire, c’est à lui de faire les
éditions des inventaires théoriques, ainsi lorsqu’il s’agit de l’inventaire des stocks de pièces
de rechanges gérer par la société, elles sont éditée à partir du logiciel Sage commercial sans
bien sur mentionner ni les quantités ni les valeurs, pour qu’il n’y aura pas d’anomalies dans
les opérations de comptage qui se présentent comme suit (voir une autre copie en annexe
n°6) :

Source : l’entreprise « N&CR »

Figure 12 : Etat d’inventaire physique des stocks des pièces de rechange

44
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Ces états vont être distribués aux équipes d’inventaire pour un premier comptage, et
une deuxième édition va faire l’objet d’un deuxième comptage qui doit être effectué par
d’autres intervenants de la même façon que le premier comptage, par la suite les états
d’inventaire seront centralisés dans un tableur Excel pour faire les comparaisons nécessaires
et en cas d’écart il faut procéder à un troisième comptage.

Apres avoir effectué une centralisation définitive des différents comptages il sera
nécessaire de procéder au recoupement par rapport aux livres comptables de la société et
en cas d’écarts il faut faire les ajustements nécessaires.

Ce que nous avons constaté dans cette opération d’inventaire, c’est l’intervention du
gestionnaire de stock dans toutes les opérations de comptage, nous considérons qu’il s’agit
d’une anomalie que la société devra éviter dans les prochains inventaires, nous
recommandons à la direction générale de faire participer des employés n’appartenant pas au
service technique tel que les agents administratifs pour donner plus d’authenticité à
l’inventaire physique des valeurs de stock .

La société « N&CR » n’effectue pas l’inventaire de ses immobilisations, le


commissaire aux comptes ne cesse de rappeler la direction générale de l’importance de
cette opération, actuellement le département comptable est en formation permanente avec
le fournisseur Sage, pour la mise en place et l’exploitation d’un nouvel outil qui prendra en
charge le recensement automatique des immobilisations de la société, le projet est en phase
de préparation et bien tôt le logiciel sera opérationnel.

Quant à l’inventaire de caisse et des valeurs de trésorerie, comme nous l’a présenté
dans le chapitre précédent un PV (voir Annexe n°7) doit être établit par le département
comptable, après avoir effectué les comptages physiques des valeurs de caisse, des chèques
et des effets non endossés, et tout ceci doit être fait en présence du caissier et son
responsable hiérarchique qui doivent apposer leurs signatures dans le PV avec bien sur celle
du chef comptable.

45
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Section 2 : Régularisations comptables


Les écritures de régularisation permettent de déterminer les soldes réels des comptes de
l’entreprise à la fin de l’exercice comptable.

1.Ecriture d’inventaire

Ce sont les écritures d’ajustement relatives aux stocks de l’entreprise, elles sont
constatées lorsque le chef comptable réalise qu’il existe des écarts entre les inventaires
physiques et les soldes comptables des comptes de stocks, il doit impérativement réajuster
ces comptes pour qu’ils reflètent la réalité constatée suite aux opérations d’inventaires.

La société « N&CR » opte pour la méthode de l’inventaire permanent, c'est-à-dire


chaque entrée est constatée en stock en contre partie des fournisseurs correspondants, les
consommations de toute valeur d’exploitation sont enregistrées automatiquement dans les
comptes de variation de stock inhérente à chaque catégorie de produit vendu en contre
partie des comptes de stocks correspondants, cette méthode d’inventaire garantie toujours
à la société des valeurs de stock semblables aux soldes comptables, ceci dit nous n’avons pas
eu besoin de passer des écritures d’ajustement.

2.Régularisation des comptes des charges

La question qui se pose ici est la suivante : Les opérations enregistrées dans chacun
des comptes de charges de la balance avant inventaire intéressent-elles réellement l’exercice
en cours ? ou y a t- il lieu de reporter une partie sur l’exercice suivant ?

2.1.Charges constatées d’avance

L’outil indispensable dans le traitement des charges constatées d’avance pour la


société « N&CR » est le tableur Excel, généralement le cas fréquent pour la constatation de
ce type de régularisation figure dans les mémoires d’assurance, en effet la société a signé
plusieurs contrats d’assurance annuel pour sa flotte de voitures, les signatures ont été
effectuées au courant de l’année, du coup les durées annuelles qui couvrent ces contrats
commencent au milieu d’une année et terminent dans l’année suivante, bien évidement
chaque année doit prendre en compte la charge qui lui appartient, et vue le nombre
important des contrats à traiter le comptable les regroupe dans un tableau Excel et procède
au calcul adéquats par des formules arithmétiques.

46
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Voir le tableau de calcul des charges constatées d’avance et ses écritures en annexe n° 8

2.2.Charges à payer

Il s’agit des charges relatives à l’année qui suit l’exercice comptable courant et qui
doivent être payé immédiatement, généralement avant la date de clôture, c’est le cas par
exemple des loyers payables d’avance, la société « N&CR » a loué des dépôts pour stocker
sa marchandise, ses loyers sont payables au début de chaque trimestre, le comptable a passé
dans le logiciel l’écriture suivante (voir une autre copie en annexe n°9) :

Source : l’entreprise « N&CR »

Figure 13 : Comptabilisation des charges à payer

2.3.Charge reportées

Un examen de la balance au 31/12/2019 avant inventaire nous a montré que la société n’a
pas utilisé les comptes relatifs aux charges reportées (27).

3.Provisions

3.1.Provision pour congé payé

Le principe est simple, lorsqu’un personne travaille dans une entreprise il acquière en
tant qu’un salarié le droit de prendre des jours de congés. Pour la société « N&CR » les
droits de congés sont classés par catégorie d’employé, les cadres ils ont droits à 26 jours
par an et les autres catégories comme les agents de maitrises, les techniciens et autres ont
droit à 15 jours de repos par année, les soldes des congés non consommés peuvent être
ultérieurement réclamés par les employés et payés par l’entreprise c’est pour cela qu’ à la
date de clôture le comptable doit calculer le montant qui devra être provisionné pour le

47
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

constaté dans les journaux comptable , le tableau suivant explique clairement le mode de
calcul de cette provision (voir une autre copie en annexe n°10):

Source : l’entreprise « N&CR »

Tableau 3 : Tableau de calcule de la provision pour congé


Avec :

• Base à provisionner = salaire de base X nombre de jours de congé (solde au 31-


120-2019)
• T.F.P = Taxe de Formation Professionnelle = 2% X salaire de base
• F.O.P.R.O.L .O.S = Fonds de promotion des logements pour les salariés = 1% X
salaire de base

3.2.Provision pour stock

Chez la société « N&CR », les stocks sont regroupés par famille et sont
comptabilisés à leurs coûts d’acquisition. La valeur d'inventaire est calculée à la fin de chaque
mois. Des dépréciations selon l'âge et la nature de l'article sont constatées. « N&CR »
possède une politique de provision pour chaque famille, les dépréciations sont déterminées
comme suit :

48
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

- Stock Equipements, kits, système et fournitures :


Entre 4 et 6 mois le taux est de 12.5%, entre 7 et 9 mois le taux est de 25%, entre 10
et 12 mois le taux est de 50% et tout ce qui est supérieur à une année il sera
provisionné à un taux de 100%.
- Stock «Non Reworkables parts » :
La dépréciation de ce stock correspond à 20% de la valeur brute des stocks.

La méthode de calcul de la provision de stock dépend de chaque famille, c’est pour cette
raison que le comptable utilise le tableau suivant pour déterminer le montant à
provisionner :
DEPRECIATION DES STOCKS AU 31/12/2019
1 13 50 60 70 71+72 74 761+762 79
GROSS EQPT-USED TPE F.KITS EQUIP NON-REWK. SYSTEMEDIA Softw.Prod. EXATEC ATM TAUX

1 mois 0,000 0,000 11,792 48 777,580 167 158,594 54 343,006 3 316,324 3 370,625 0,00
2 mois 824,790 0,000 0,000 231 067,002 89 965,274 115,140 8 123,403 21 123,895 0,00
3 mois 0,000 788,360 276,440 266 197,536 19 292,636 0,000 0,000 670,807 0,00
4-6 mois 0,000 152,010 0,000 101,420 113 050,047 1 446,320 195 675,600 5 610,125 12,50
7-9 mois 0,000 189,804 0,000 22 872,311 40 667,435 0,000 50 574,108 768,812 25,00
10-12 mois 0,000 2 105,196 0,000 1 784,324 93 145,089 8 522,022 348 400,400 12 667,046 50,00
13-18 mois 5 493,988 942,331 0,000 134,451 43 354,899 0,000 0,000 4 160,261 100,00
>18 mois 0,000 94,902 0,000 241 369,002 64 483,538 0,000 372,904 11 553,817 100,00
6 318,778 4 272,603 288,232 812 303,626 631 117,512 64 426,488 606 462,739 59 925,388

2
DEPRECIAT
EQPT-USED TPE F.KITS EQUIP NON-REWK. SYSTEMEDIA Softw.Prod. EXATEC ATM TAUX
ION

1 mois 0,000 0,000 0,000 0,000 33 431,719 0,000 0,000 0,000 0,00
2 mois 0,000 0,000 0,000 0,000 17 993,055 0,000 0,000 0,000 0,00
3 mois 0,000 0,000 0,000 0,000 3 858,527 0,000 0,000 0,000 0,00
4-6 mois 0,000 19,001 0,000 12,678 22 610,009 180,790 24 459,450 701,266 12,50
7-9 mois 0,000 47,451 0,000 5 718,078 8 133,487 0,000 12 643,527 192,203 25,00
10-12 mois 0,000 1 052,598 0,000 892,162 18 629,018 4 261,011 174 200,200 6 333,523 50,00
13-18 mois 5 493,988 942,331 0,000 134,451 8 670,980 0,000 0,000 4 160,261 100,00
>18 mois 0,000 94,902 0,000 241 369,002 12 896,708 0,000 372,904 11 553,817 100,00
TOTAL(*) 5 493,988 2 156,283 0,000 248 126,370 126 223,502 4 441,801 211 676,081 22 941,070

BLOKED
31/12/2018 0,000 8 654,078 1 737,940 140 197,865 32 598,429 19 431,204 185 944,531 3 337,306

To be
bloked 5 493,988 -6 497,795 -1 737,940 107 928,506 93 625,074 -14 989,403 25 731,550 19 603,764
COMPTE 390015 390055 390020 390010 390030 390040 390060 390031

Source : l’entreprise « N&CR »

Tableau 4 : Tableau de calcule de la provision pour dépréciation des stocks

49
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Comme il est indiqué dans les tableaux ci-dessus, les familles sont classées suivant leur
ancienneté, le premier tableau indique les valeurs des stocks au 31-12-2019, et le deuxième
indique les montants des provisions qui correspondent à chaque famille de stock, la formule
est la suivante :

Montant de la provision = Valeur du stock (dernière colonne) X Taux

La ligne « Bloked 31-12-2018 » indique la provision calculée au 31-12-2018, et la ligne « to


be bloked » représente la valeur des provisions à comptabiliser au 31-12-2019, c’est une
simple opération de soustraction entre les totaux de deuxièmes tableaux (*) et les totaux de
la ligne « Bloked 31/12/2018 ».
Le comptabilisé de la provision pour dépréciation de stock dans le logiciel se fait comme
suit :

681730 Dotations/Prov.Dépr.des STOCKS 229 157,74


390055 Prov.Pr Dépr.ds STOCKS =T.P.E 6 497,80
390020 prov.Pr Dépr.ds STOCK ACCESSOIRES 1 737,94
390040 Prov.Pr Dépr.ds STOCK FOURNITURES 14 989,40
390015 Prov.Pr Dépr.ds Equipement-Reprise 5 493,99
390010 Prov.Pr.Dépr.ds STOCK EQUIPEMENT 107 928,51
390030 Prov.Pr Dépr.ds STOCK PcesDETACHEES 93 625,07
390060 Prov.Pr Dépr.ds Logiciels/Stock 25 731,55
390031 Prov.Pr Dépr.ds STOCK EXATEC 19 603,76
252 382,88 252 382,88

3.3.Provision pour créances client

La règle générale est que, à chaque clôture d’un exercice comptable, il est nécessaire de
distinguer les créances irrécouvrables des créances douteuses ou litigieuses, seules ces deux
dernières catégories donnent lieu à la constatation d'une provision pour dépréciation.

Chez « N&CR » la politique de provision des créances clients est différente, les créances sur
les clients sont systématiquement provisionnées selon l'âge de la créance. Si l’ancienneté de
la créance est entre 0 et 720 jours, le taux est de 0% sinon on applique le taux de 20%

50
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

Voir le tableau de calcul de la provision pour client en annexe n°11

La méthode adoptée par le comptable est comme suit :

- Exporter sur un tableau Excel la liste de toutes les factures clients qui demeurent au
31-12-2019 non réglées, le classement se fait par ancienneté
- Attribuer à chaque facture le nombre de jours d’ancienneté
- Isoler les montants dont leur ancienneté est supérieur ou égal à 720 jours
- Faire la somme des montants > ou égal à 720 jour pour les multiplier par 20%

3.4.Provision pour Fournisseurs étrangers (provision pour perte de


change)

Les transactions en monnaies étrangères sont converties au cours de change du jour de


leur engagement. Les différences de changes résultants du règlement de ces transactions
sont portées aux comptes de résultat. A la fin de chaque exercice, les comptes sont
actualisés au cours de change de la date de clôture et les différences de change sont portées
dans les comptes de résultat.

Le tableau de calcul de la provision pour perte de change est en annexe n°12

La méthode de calcul est comme suit :

- Exporter sur un tableau Excel les factures des fournisseurs étranges au 31-12-2019
avec leurs montants en devise et leurs montants en dinar tunisien
- Actualiser les dettes avec le cours en date du 31-12-2019, généralement le
comptable se réfère au site de la banque centrale tunisienne pour avoir ce cours.
- Faire une simple opération de soustraction entre le montant des dettes actualisées au
31-12-2019 et les montants des dettes en dinars qui ont été prises en compte dans
les journaux comptables, la différence (si elle est positive bien sur) constitue le
montant de la provision pour perte de change.

51
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

La comptabilisation de la provision pour perte de change dans le logiciel est la suivante :

686500 Dotations/Prov.Dépr.des STOCKS 15 980,188


401346 NCR DUTCH 298,674
401811 NCR IRLAND 2 381,13
401811 NCR IRLAND 47,707
401811 NCR IRLAND 373,622
401811 NCR IRLAND 7 983,83
401346 NCR DUTCH 87,688
401346 NCR DUTCH 230,952
401346 NCR DUTCH 1 522,46
401346 NCR DUTCH 763,843
401346 NCR DUTCH 392,825
401811 NCR IRLAND 1 652,02
401346 NCR DUTCH 161,874
401557 NCR-Hospitality BAHRAIN SPC 83,577
15
15 980,188 980,188

Section 3 : Etablissement des documents de synthèse

1.Balance après inventaire et décompte fiscale

Après avoir effectué tous les travaux que nous venons de présenter, il convient
d’établir la balance « Après inventaire », le résultat comptable de cette balance fera l’objet
notre de point de départ pour le calcul du résultat fiscal de la société au 31-12-2019, pour
cela le comptable a établit un tableau Excel nommé « Décompte fiscal » qui va l’aider à
calculer ce fameux résultat fiscal et par la suite de calculer l’impôt sur les sociétés dû.

Le tableau de détermination du résultat fiscal et de détermination de l’IS est en Annexe


n°13

Le comptabilisé de l’impôt dans le logiciel se fait comme suit :

691002 Imp./Bénéf./Résultat ds Activ.Ordin 491638.94

434300 E.I./Bénéf.=Impots…liquider 491 638,94

52
« Chapitre 3: Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR

2.Elaboration des états financiers

Après avoir constaté l’écriture de l’impôt sur les sociétés calculé à travers le tableau
de détermination du résultat fiscal, il convient d’éditer la balance définitive de la société au
31-12-2019, cette balance constitue un outil indispensable pour l’établissement des états
financiers.

Le comptable de la société procède à l’exportation cette balance sur une maquette Excel qui
contient tous les états financiers de la société (voir Annexe n°14), chaque état se trouve
dans une feuille Excel à part, toutes les feuilles sont inter liées par des formules
préalablement paramétrés d’une manière intelligente, dés que la balance est collé sur la
feuille appropriée, tous les états s’actualisent d’une façon automatique.

Nous avons demandé au chef comptable, pourquoi le logiciel Sage ne permet pas d’éditer les
états financiers de la société, il nous a dit que cette opération demande beaucoup
d’investigation et de paramétrage, puisque le produit Sage est un progiciel français et le plan
comptable français et celui de la Tunisie présente quelques différences.

NB : les journaux comptables que nous avons recopiés dans ce chapitre à partir des
documents extracomptables ont été saisis directement dans le logiciel Sage, le chef
comptable ne mentionne pas les noms des comptes, puisque le logiciel fera le nécessaire.

Conclusion
Au terme de ce chapitre, force est de reconnaître que l’accomplissement des travaux
de fin d’exercice dans une entreprise ne fut pas un travail aisé, il demande énormément de
concentration. La difficulté résultant de leur réalisation est due à leur importance dans
l’élaboration des états de synthèse, la moindre erreur ou la moindre omission peut avoir
des effets néfastes sur les chiffres d’une entité économique et ce que nous avons clairement
constaté est que notre intervention dans ces travaux nous a permis de se familiariser aux
conditions de stress dans un département comptable.

53
CONCLUSION GENERALE
Conclusion générale

Conclusion Générale

D
ans ce stage, nous nous sommes adaptés à la rigueur professionnelle, aux outils de
travail, ainsi qu'aux différents types d'approches et de traitements des documents et
pièces comptables jusqu'à l'édition des états financiers annuels. Durant ce stage nous avons
constaté que le logiciel SAGE qu'utilise l'entreprise lui facilite beaucoup de tâches quant à
l'édition des états finaux, le logiciel Excel aussi il est d’une importance capitale puisqu’il
permet de l’aider à la réalisation des travaux de fin d’exercice.

Au terme de ces travaux, nous avons constaté que l'informatisation de la


comptabilité, la qualification et l'expérience professionnelle du personnel de « N&CR» lui
permettent d'exécuter facilement ces différentes tâches. Les travaux de fin d’exercice sont
l'aboutissement d'un processus de traitement d'une grande masse d'informations, pour
arriver à produire des états de synthèse utiles pour une prise de décision appropriée, c’est
pour cette raison qu’ils requièrent une prudence prépondérante.

En tant que stagiaire dans « N&CR », nous avons eu la chance de participer dans les
travaux de fin d’exercice de la société, notre rôle était d’assister le chef comptable dans
l’accomplissement de ces travaux, cette expérience nous a permise d’acquérir plusieurs
compétences pratiques qui pourront nous aider ultérieurement dans notre carrière
professionnelle.

54
BIBLIOGRAPHIE
Bibliographie

Bibliographie
Les normes comptables tunisiennes :

• N01 : Norme comptable générale

• N04 : Norme relative au stock

• N05 : Norme relative à l’immobilisation corporelle

• N06 : Norme relative à l’immobilisation incorporelle

• N10 : Norme relative à la charge reportée

• N41 : Norme relative au leasing

Les sites internet :

• « http ://www.procomptable.com/etudiants/cours_isg_2/p_1_sept2004.pdf »

• « https ://fr.slideshare.net/malseladso/cours-de-comptabilit-gnrale-travaux-de-fin-dexercice »

Les ouvrages :

• Ayed Amor, 2007, Editions C.L.T « comptabilité générale de l’entreprise : travaux


comptables de fin d’exercice ».

• Ayed Amor, 2010, Editions C.L.T « comptabilité financière de l’entreprise : Travaux


comptables de fin d’exercice », enseignant à l’institut des hautes études commerciales
de Sousse.

• Ayed Amor, 2012, Editions C.L.T « Les états financiers : contenu et construction
pratique».

55
ANNEXES
Annexes

Annexes

Listes des annexes :

• Annexe 1 : Comptes fournisseur lettré


• Annexe 2 : Comptes client non lettré
• Annexe 3 : Rapprochement bancaire
• Annexe 4 : Tableau d’amortissement
• Annexe 5 : Note de service de la compagne d’inventaire du stock
• Annexe 6 : Etat d’inventaire physique des stocks des pièces de rechange
• Annexe 7 : Procès verbal de l’inventaire de la caisse et des valeurs de trésorerie
• Annexe 8 : Tableau de calcul des charges constatées d’avance
• Annexe 9 : comptabilisation des charges à payer
• Annexe 10 : Tableau de calcule de la provision pour congé
• Annexe 11 : Tableau de calcul de la provision pour créance client
• Annexe 12 : Tableau de calcul de la provision pour perte de change
• Annexe 13 : Tableau de détermination du résultat fiscal et de détermination de l’IS
• Annexe 14 : Les états financiers de la société
Annexes

Annexe1
Annexes

Annexe2
Annexes

Annexe3
Annexes

Annexe4
Annexes

Annexe5
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes

Annexe6
Annexes

Annexe7
Annexes

Annexe8
Annexes

Annexe9
Annexes

Annexe10
Annexes

Annexe11
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes

Annexe12
Annexes

Annexe13
Annexes
Annexes
Annexes

Annexe14
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Annexes
Table Des Matieres
Introduction Générale ................................................................................................................. 1
Chapitre 1 : Présentation du cadre général du stage................................................................... 3
Introduction ...................................................................................................................... 3
Section 1 : Description générale de la société .................................................................. 3
1. Historique, objet et classification de l’entreprise ............................................... 3
I.1.Historique .................................................................................................... 3
I.2. Objet et classification de l’entreprise ........................................................ 3
2. Fiche signalétique, organigramme ...................................................................... 4
2.1.Fiche signalétique....................................................................................... 4
2.2.Organigramme ........................................................................................... 4
Section 2 : Organisation comptable de la société ............................................................ 5
1.Place du service comptable .................................................................................. 5
2.Définition des principales tâches du personnel comptable ................................. 5
Section 3 : Tâches effectuées ........................................................................................... 6
1.Environnement de travail ..................................................................................... 6
1.1.Logiciel utilisé ............................................................................................. 6
1.2. Accès « Guest » ........................................................................................ 7
2.Tâches réalisées.................................................................................................... 7
2.1 Classement des pièces comptables............................................................ 7
2.2.Distinction entre Sage commercial et Sage comptable ............................. 8
2.3.Etat de rapprochement bancaire .............................................................. 9
2.4.Tableau d’amortissement ........................................................................ 10
3.Evaluation critique du stage ............................................................................... 10
3.1.Les acquis du stage ................................................................................... 10
3.2.Les contraintes ......................................................................................... 11
Conclusion ....................................................................................................................... 11
Chapitre 2: Les travaux de fin d’exercice ................................................................................ 12
Introduction .................................................................................................................... 12
Section 1 : Inventaire physique....................................................................................... 12
1.Inventaire des stocks .......................................................................................... 13
1.1.Préparation de l’inventaire (instructions d’inventaires) .......................... 15
1.2.Réalisation de l’inventaire (comptage) .................................................... 15
1.3.Réajustement et contrôle de l’inventaire ................................................ 16
2.Inventaire des immobilisations .......................................................................... 16
2.1.Préparation de l’inventaire ...................................................................... 17
2.2.Réalisation de l’inventaire (le comptage) ................................................ 17
2.3.Contrôle et ajustement ............................................................................ 18
3. Inventaire des valeurs disponibles .................................................................... 18
3.1. Espèce...................................................................................................... 18
3.2. Effets à recevoir et les chèques en caisse ............................................... 18
Section 2 : Régularisation des comptes .......................................................................... 19
1. Régularisation après inventaire physique des valeurs d’exploitations.......... 19
1.1. Régularisation des stocks ........................................................................ 19
1.2. Régularisation des immobilisations ........................................................ 20
1.3. Régularisation des valeurs disponibles ................................................... 22
2.Autres Régularisations des comptes .................................................................. 23
2.1.Rapprochement bancaire ......................................................................... 23
2.2.Régularisation des comptes des charges ................................................. 24
a. Charges constatées d’avance ............................................................ 24
b. Charges à payer................................................................................. 25
2.3.Amortissements ....................................................................................... 26
a. Amortissement linéaire..................................................................... 27
b. Amortissement dégressif .................................................................. 28
c. Amortissement variable ou bien par unité d’œuvre ........................ 28
d. Amortissement exceptionnel ou bien accélérée : ............................ 28
2.4.Provisions ................................................................................................. 29
a. Provisions pour dépréciation ............................................................ 29
b. Provisions pour risques et charges ................................................... 29
c. Ajustement des provisions ................................................................ 30
2.5.Charges reportées : .................................................................................. 31
a. Frais préliminaires ............................................................................. 31
b. Charges à répartir ............................................................................. 31
Section 3 : Elaboration des documents de synthèse ...................................................... 31
1.Détermination du résultat fiscal......................................................................... 31
1.1Etablissement d’une balance après inventaire ......................................... 31
1.2.Résultat fiscal ........................................................................................... 31
1.3.Ecriture d’impôt et balance définitive ..................................................... 32
2.Réalisation des documents ................................................................................ 32
2.1.Bilan .......................................................................................................... 32
2.2.Etat de résultat ......................................................................................... 34
2.3.Etat des flux de trésorerie ........................................................................ 35
2.4.Notes aux états financiers ........................................................................ 35
Conclusion ....................................................................................................................... 36
Chapitre 3:Cas pratique des travaux de fin d’exercice de la société « N&CR »...................... 37
Introduction .................................................................................................................... 37
Section 1 : Travaux extracomptables.............................................................................. 37
1.Pointage et lettrage des comptes ...................................................................... 37
2.Rapprochement bancaire et régularisations à effectuer .................................. 39
3.Elaboration du tableau d’amortissement et les écritures correspondantes ..... 42
4.Inventaire des immobilisations et des valeurs d’exploitation ........................... 44
Section 2 : Régularisations comptables .......................................................................... 46
1.Ecriture d’inventaire ........................................................................................... 46
2.Régularisation des comptes des charges ........................................................... 46
2.1.Charges constatées d’avance ................................................................... 46
2.2.Charges à payer ........................................................................................ 47
2.3.Charge reportées...................................................................................... 47
3.Provisions ........................................................................................................... 47
3.1.Provision pour congé payé ....................................................................... 47
3.2.Provision pour stock ................................................................................. 48
3.3.Provision pour créances client ................................................................. 50
3.4.Provision pour Fournisseurs étrangers (provision pour perte de change)
........................................................................................................................ 51
Section 3 : Etablissement des documents de synthèse .................................................. 52
1.Balance après inventaire et décompte fiscale ................................................... 52
2.Elaboration des états financiers ......................................................................... 53
Conclusion ....................................................................................................................... 53
Conclusion Générale ................................................................................................................ 54
Bibliographie ............................................................................................................................ 55
Annexes
Résumé

D
ans le cadre de l’obtention de mon diplôme de fin d’étude, nous avons effectué un
stage de trois mois au sein d’une société spécialisée dans la commercialisation et
l’entretien de matériels monétiques et plus particulièrement dans leur département
comptable sous le contrôle el l’encadrement du directeur comptable.

Le rapport résume les différents travaux de fin d’exercices réalisés par les entreprises, ainsi
que leurs rôles et leurs importances dans l’établissement des états financiers pour arriver à
une image fidèle et fournir une information comptable transparente et exacte.

Dans la partie pratique, nous avons arboré les différentes techniques de calcul et de prise en
compte des travaux de clôture pour aboutir à l’élaboration des états de synthèse, et tout
ceci avec une maitrise que nous estimons parfaite d’un certain nombre d’applications et de
logiciels informatiques tel que Sage comptable, Sage commercial et Excel.

Abstract

A
s part of my graduation, I completed a three-month internship in a company
specialized in the marketing and maintenance of electronic banking equipment and
more particularly in their accounting department under control and supervision of the
accounting director.

The report summarizes the different end-of-year work carried out by companies, but also
their roles and their importance in the preparation of financial statements in order to get a
fair picture and provide transparent and accurate accounting information.

In the practical part, we have displayed the different techniques of calculation and taking into
account the closing works to lead to the elaboration of the summary statements, and all this
with a mastery that we consider perfect of a certain number of applications and computer
software such as Sage accounting, Sage Commercial and Excel.

Vous aimerez peut-être aussi