Vous êtes sur la page 1sur 56

République Tunisienne Ecole des Cadres

Ministère de la Formation Groupe Etoile Formation


Professionnelle et de L’emploi Enregistré Sous N° 03126-51

MEMOIRE DE FIN D'ETUDES


Pour L'obtention Du Diplôme De Brevet De Technicien
Supérieur En Comptabilité Et Finance

Thème :

LE CONTRÔLE INTERNE
« Cycle Achat-
Fournisseur »

Élaboré par : Encadré par :


- Mme DEROUICHE Naima - Mme CHEHIDI Hanen

Années de formation : 2018-2020


Remerciements 
Je remercie dieu qui m’aidé à atteindre ce niveau d’étude.

Respectueusement, nous tenons à exprimer nos plus profonds


et sincères remerciements à notre encadreur
Madame
"Hanen Chehidi "
pour la confiance qu'elle a investi en acceptant d'encadrer
mon travail, pour ses conseils et pour l'attention qu'elle a bien
voulu apporter à notre mémoire à divers stades de son
élaboration.
Mes sincères remerciements et ma gratitude vont aussi aux
membres de jury pour m'avoir fait l'honneur d'accepter d'évaluer
ce travail
Pour leurs encouragements et leur patience, leur soutien et
leur grand amour.
Dédicaces
Je dédie cette Thèse…
Mon très cher papa:
Autant de phrases et d’expressions aussi éloquentes soit-elles ne
sauraient exprimer ma gratitude et ma reconnaissance.
Tu as su m’inculquer le sens de la responsabilité, de l’optimisme
et de la confiance en soi face aux difficultés de la vie.
Tes conseils ont toujours guidé mes pas vers la réussite.
Ta patience sans fin, ta compréhension et ton encouragement
sont pour moi le soutien indispensable que tu as toujours su
m’apporter.
Je te dois ce que je suis aujourd’hui et ce que je serai demain et je
ferai toujours de mon mieux pour rester ta fierté et ne jamais te
décevoir.
Qui a été toujours dans mon esprit et dans mon cœur,
Je te dédie aujourd’hui ma réussite.
Que dieu, le tout puissant, vous préserve et vous alloue bonne
santé et longue vie.
A ma très chère maman
Autant de phrases aussi expressives soient-elles ne sauraient montrer le
degré d’amour et d’affection que j’éprouve pour toi.
Tu m’as comblé avec ta tendresse et affection tout au long de mon parcours.
Tu n’as cessé de me soutenir et de m’encourager durant toutes les années
de mes études, tu as toujours été présente à mes côtés pour me consoler
quand il fallait.
En ce jour mémorable, pour moi ainsi que pour toi, reçoit ce travail en
signe de ma vive reconnaissance et ma profonde estime.
Puisse le tout puissant te donner santé, bonheur et longue vie afin que je
puisse te combler à mon tour.
Que dieu, le tout puissant, vous préserve et vous alloue bonne santé et
longue vie.
LISTE DES ABRÉVIATIONS
COSO: Committe of Sponsoring Organisations.
ICCA : Institut Canadien des Comptables Agréés.
PCAOB: Public Compagny Accounting Oversight Board.
COCO: Criteria of Control Board.
IFAC: Institut Français des Auditeurs et des Contrôleurs Internes.
AMF : Autorité de Marché Financier.
OECT: Ordre des Experts Comptables de Tunisie.
ERM: Entreprise Risk Management.
ISA: International Standard Auditing.
CSC: Code des Sociétés Commerciales.
CAC: Commissaire Aux Comptes.
AGO : Assemblée Générale Ordinaire.
FRAP : Feuille de Révélation et d’Analyse des Problèmes.
GST: Grille de Séparation des tâches.
BC: Bon de Commande.
BL: Bon de Livraison.
BR: Bon de Réception.
DAT : Directeur Actifs Technique.
PV: Procès-verbal
SI: Système d’Information.
PRB: Pièce de Règlement Bancaire.
LISTES DES FIGURES

Figure 1 : Le nouveau cube de COSO 2004 ………………………………….17


Figure 2 : Les composantes de contrôle interne……………………………..23
Figure 3 : démarche d'évaluation de contrôle interne 35
Figure 4 : Diagramme de circulation 37
Figure 5: Exemple de questionnaire de controle interne (QCI) 42
Figure 6: Présentation de la GST 42
Figure 7 : Présentation de la FRAP 43
Figure 8 : Organigramme de la société XYZ52
Figure 9 : représentation de la procédure d'achat 54
Figure 10 : FRAP N° 01 61
Figure 11 : FRAP N° 02 62
Figure 12 : FRAP N° 03 62
Figure 13 : FRAP N° 04 63
Figure 14 : FRAP N° 05 63
Figure 15 : FRAP N° 01 72
Figure 16 : FRAP N° 02 72
Figure 17 : FRAP N° 03 73
Figure 18 : FRAP N° 04 73
Figure 19 : FRAP N° 05 74
Figure 20 : FRAP N° 06 74
LISTE DES TABLEAUX
Table 1 : Questionnaire de contrôle interne : cycle achats –fournisseurs…......58
SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE ......................................................................................................... 1
PREMIÈRE PARTIE : L’ASPECT THÉORIQUE DE CONTRÔLE INTERNE ................................. 3
CHAPITRE 1 : LE CONTRÔLE INTERNE ................................................................................... 3
1) Introduction : ....................................................................................................................... 3
2) Section 1 : Le contrôle interne ; définition, ses objectifs, et ses principes .............................. 3
I. Définition de contrôle interne........................................................................................... 3
II. Les objectifs de contrôle interne ....................................................................................... 5
a) La protection et la sauvegarde du patrimoine .................................................................... 5
b) La fiabilité des informations............................................................................................. 6
c) L’amélioration des performances ..................................................................................... 6
d) Conformité aux lois et réglementations en vigueur ........................................................... 7
e) Le principe d’organisation ............................................................................................... 7
f) Le principe d’universalité ................................................................................................ 8
g) Le principe d’indépendance ............................................................................................. 8
h) Principe d’information ..................................................................................................... 8
i) Principe d’harmonie......................................................................................................... 8
j) Principe d’intégration ...................................................................................................... 8
k) Principe de permanence ................................................................................................... 8
III. Les composantes de contrôle interne ............................................................................ 8
a) L’environnement de contrôle interne ........................................................................ 9
b) Identification et L’évaluation des risques : .............................................................. 10
c) Les activités de contrôle ......................................................................................... 10
d) Information et communication................................................................................ 10
e) Pilotage du système de contrôle interne .................................................................. 10
3) Section 2 : le rôle et l’importance de contrôle interne ......................................................... 11
I. Le rôle du contrôle interne ............................................................................................. 11
II. L’importance du contrôle interne ................................................................................... 11
Conclusion du chapitre .................................................................................................................. 14
CHPITRE II : L’ÉVALUATION DU CONTRÔLE INTERNE ..................................................... 15
1) Section 1:Le cycle achat fournisseurs ................................................................................. 15
I. Le Cycle Achat - Fournisseurs ....................................................................................... 15
a) Définition de cycle achat fournisseur : .................................................................... 15
b) Les objectifs de contrôle interne de la fonction achats fournisseurs : ....................... 16
c) Les processus d’achat :........................................................................................... 16
d) Les autres circuits d’activité ................................................................................... 20
2) Section 2:La méthodologie de l’évaluation de contrôle interne cycle achat fournisseurs .... 20
I. La démarche de l’évaluation de contrôle interne ............................................................. 20
II. Les techniques de l’évaluation du contrôle interne :........................................................ 20
III. La démarche de contrôle interne ................................................................................. 21
a) Saisie de procédures : ............................................................................................. 21
b) Les tests de conformité : ......................................................................................... 21
c) L’évaluation préliminaire du contrôle interne : ....................................................... 22
d) Les tests de permanence : ....................................................................................... 22
e) L’évaluation définitive du contrôle interne : ........................................................... 22
IV. Les techniques de l’évaluation du contrôle interne : .................................................... 22
a) Prise de connaissance : ........................................................................................... 23
b) L’analyse des circuits par diagramme : ................................................................... 23
c) La grille de la séparation des tâches : ...................................................................... 24
d) Les feuilles de révélation et d’analyse des problèmes (FRAP) ................................ 24
e) Rédaction de rapport de fin de mission ................................................................... 24
Conclusion du chapitre .................................................................................................................. 25
I. Présentation de la société « XYZ » ........................................................................................ 26
II. Organigramme ...................................................................................................................... 27
III. Le cycle Achat Fournisseur au sein de la société XYZ ....................................................... 28
1) Section 1 : Évaluation de cycle achat/ fournisseur .............................................................. 28
I. Saisie des procédures :........................................................................................................... 28
II. Présentation de cycle achat .................................................................................................... 28
a) Expression de besoin et lancement de la commande ............................................... 29
b) La réception des marchandises ............................................................................... 29
c) Enregistrement de la facture d’achat ....................................................................... 31
III. Règlement de fournisseur .................................................................................................. 31
1. Réception du dossier d’achat .................................................................................. 31
2. Contrôle du dossier ................................................................................................ 31
3. Préparation du règlement ........................................................................................ 32
4. Vérification et contrôle........................................................................................... 32
5. Signature du règlement........................................................................................... 32
6. Remise du chèque .................................................................................................. 32
7. Comptabilisation .................................................................................................... 32
IV. Appréciation de cycle achat fournisseurs............................................................................ 33
1. Le questionnaire de contrôle interne ....................................................................... 33
2. Analyses de questionnaire de cycle achats-fournisseurs .......................................... 35
3. La grille de la séparation des tâches ........................................................................ 35
4. Évaluation définitive de cycle achats-fournisseurs .................................................. 36
Conclusion du chapitre .................................................................................................................. 43
CONCLUSION GENERALE ....................................................................................................... 44
INTRODUCTION GENERALE
Introduction générale

INTRODUCTION GENERALE

D
e nos jours, avec la mondialisation de l'économie et l'ouverture
des frontières, les entreprises se livrent une concurrence très agressive
pour l'écoulement de leurs produits dans un marché, où seules les
entreprises bien organisées peuvent se permettre une bonne part de marché. A
l'inverse, les entreprises de faible organisation sont appelées à se marginaliser,
voire même à disparaître.
La survie de telles entreprises passe nécessairement par l'amélioration de
leurs performances. Donc pour cette raison le contrôle interne peut être perçu
comme une amélioration des performances économiques de l'entreprise, il
constitue un outil permettant l'efficacité, lorsque les objectifs tracés sont atteints
et l'efficience, lorsque les quantités obtenues sont maximisées à partir d'une
quantité de moyens.
Le contrôle interne est un processus mis en œuvre par le conseil de
l’administration, les dirigeants et le personnel d’une organisation, destiné à
fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs préconçus.
La conception et la mise en œuvre du dispositif de contrôle interne font
partie des attributions de la Direction générale, le personnel quant à lui est en
charge du fonctionnement et de la surveillance du dispositif. L'évaluation du
dispositif en lui-même est du ressort des cadres financiers et des contrôleurs
internes.
Le dispositif de contrôle interne vise plus particulièrement à assurer :
 La conformité aux lois et règlements,
 L’application des instructions et des orientations fixées par la Direction Général
 Le bon fonctionnement des processus internes de la société, notamment ceux
concourant à la sauvegarde de ses actifs,
 La fiabilité des informations financières.
En effet, une fois les risques identifiés, il est nécessaire d'évaluer leur
impact en cas de survenance.

Naima Derouich Page 1


Introduction générale

La fonction achat occupe une place très importante dans les entreprises
vues sa position d’une part et ses incidences au niveau des couts successifs
d’autre part, donc sur sa rentabilité. Ainsi, toute économie réalisée
particulièrement sur les achats d’intrants pourrait constituer un levier pour la
baisse des couts d’achat et donc éventuellement celle de couts de revient si cette
situation était bien maitrisée et entretenue.
La maitrise des achats et la compression des couts auraient comme
conséquence une augmentation du bénéfice de l’entreprise, de sa rentabilité
favorisant ainsi sa croissance et son développement.
Ce cycle commence par l’expression d’un besoin à satisfaire par un acte
d’achat et se termine par le règlement du fournisseur.
·En fait, l’objectif de ce travail est de savoir découvrir la réalité de
processus achat fournisseur et l’évaluation de contrôle interne concernant cette
procédure. Pour atteindre ces objectifs, on va essayer de répondre à la
problématique suivante :

Comment les procédures de contrôle interne sont évaluées au


niveau de cycle achat fournisseur ?

Afin de traiter cette problématique, il est nécessaire de mettre l’accent sur le


contrôle interne.
Ainsi, le travail sera présenté comme suit :
Dans une première partie : les éléments nécessaires à la compréhension
d’un système de contrôle interne, sur sa fonction, son mode et sur son incidence
sur la structure de l’organisation. Par la suite il va traiter l’évaluation d’un
système en général, elle met en évidence les différentes méthodes d’analyse
d’un système de contrôle interne. La Deuxième partie rapportera l’application
d’un système d’évaluation dans le cadre d’une intervention ponctuelle en
entreprise.

Naima Derouich Page 2


PREMIÈRE PARTIE :
L’ASPECT THÉORIQUE DE
CONTRÔLE INTERNE
Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

CHAPITRE 1 : LE CONTRÔLE INTERNE


1) Introduction :
La conception et la mise en place d’un système de contrôle interne
nécessitent obligatoirement de la part des concepteurs de tenir compte de ses
principes, ses composantes et ses limites.
Ce chapitre intitulé présentation de contrôle fait l’objet de cette étude à
savoir la définition de contrôle interne, démonstration de ses composantes, ses
principes et enfin ses limites.
Ce chapitre est divisé en deux sections à savoir :
- Section 1 : Le contrôle interne : définition, ses objectifs, et ses principes.

- Section 2 : Efficacité du système de contrôle interne.

2) Section 1 : Le contrôle interne ; définition, ses objectifs, et


ses principes

I. Définition de contrôle interne

L’importance du contrôle interne semble avoir été établie et confirmé par


plusieurs organismes professionnels d’audit interne et externe :
Le contrôle interne d’une entreprise est l’ensemble des systèmes de
contrôle, établis par les dirigeants pour conduire l’activité de l’entreprise d’une
manière ordonnée, pour assurer le maintien et l’intégrité des actifs, et fiabiliser,
autant que possible, les flux d’informations le concept de contrôle interne
comprend les matières comptables et financières ainsi que la sauvegarde des
actifs de l’entreprise, mais inclut également les contrôles destinés à améliorer
l’efficience opérationnelle et à renforcer l’adhésion à la politique stratégique de
l’entreprise.
Le contrôle interne est défini comme étant à la fois la structure
administrative et l’ensemble coordonné des mesures et méthodes adoptées au
sein d’une entreprise en vue d’assurer le respect de ses principes et ses pratiques

Naima Derouich Page 3


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

de gestion d’après American Institute of Certified Public Accounts


Le contrôle interne est formé de plan d’organisation et de toutes les
méthodes et procédures adoptées à l’intérieur d’une entreprise pour protéger
ses actifs, contrôler l’exactitude des informations fournies par la comptabilité,
accroître le rendement et assurer les applications des instructions de la
direction.
D’après consultative Committee of Accountancy Bodies de Grande
Bretagne (juin1978):
Le contrôle interne comprend l’ensemble des systèmes de contrôle
financiers et autres, mis en place par la direction, afin de pouvoir diriger
les affaires de l’entreprise de façon ordonnée et efficace, assurer le respect
des politiques de gestion, sauvegarder les actifs et garantir autant que
possible l’exactitude de l’état complet des informations enregistrées.
Pour ne pas s’étaler sur l’explication des différences entre l’un et l’autre,
l’on a choisi d’adopter la définition donnée par « l’American Institute Certified
Public Account (AICPA) » :
« Le contrôle interne est un processus mis en œuvre par les dirigeants et
le personnel d’une organisation à quelques niveaux que ce soit destiné à leur
donner une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs de
l’organisation »
De cette définition ressort un certain nombre d’éléments :
 Le contrôle interne est un processus: c’est un ensemble d’éléments
inter-reliés ayant un même objectif, c’est celui d’assurer la continuité
d’exploitation et la pérennité de l’organisation. C’est une chaîne dont la
faiblesse de l’un de ses maillons remet en question le tout.
 Mis en œuvre par les dirigeants et le personnel: Certes, c’est aux
dirigeants de définir et d’organiser le contrôle interne de l’entreprise, mais son
application revient dans une grande partie au personnel.
 Assurance raisonnable :En effet, le contrôle interne ne peut à lui

Naima Derouich Page 4


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

seul garantir ni réussite ni pérennité de l’entreprise et donc la réalisation de ses


objectifs.
Distinction avec certaines notions voisines
 Le contrôle de gestion : selon Anthony (1965) le contrôle de gestion
est le processus par lequel les managers obtiennent l’assurance que les
ressources sont obtenues et utilisées d’une manière efficace et efficiente pour la
réalisation des objectifs del’organisation.
 L’audit interne : tel qu’approuvé le 21 mars 2000 par le Conseil
d’Administration de l’institut de l’Audit Interne est une activité indépendante et
objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de
ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de
la valeur ajoutée.
 L’audit externe : c’est l’ensemble des travaux menés par un
professionnel indépendant et compètent en vue d’exprimer une opinion fondée
sur la régularité et la sincérité des états financiers.
L’audit interne n’est autre que le contrôle de contrôle interne.
II. Les objectifs de contrôle interne

Les objectifs du contrôle interne sont étroitement liés aux objectifs de


l'entreprise lorsqu’ils ne se confondent pas tout simplement.
Dans ce cas parmi les objectifs du contrôle interne on peut citer :
 La protection et la sauvegarde du patrimoine
 La fiabilité des informations
 L’amélioration des performances.
 Conformité aux lois et réglementations en vigueur.
a) La protection et la sauvegarde du patrimoine
Les actifs sont des ressources contrôlées par l’entreprise. Les dirigeants
supportent la responsabilité ultime en ce qui concerne la sécurité des biens et des
fonds qu’ils gèrent. L'obligation du dirigeant est de s'assurer que les actifs de

Naima Derouich Page 5


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

l'entreprise sont protégés en permanence. Cette protection nécessite la mise en


place d'un ensemble cohérent des moyens de contrôle et de surveillance,
permettant d’une part de s’assurer que la valeur des actifs figurant dans les
documents comptables se concorde avec la valeur des actifs déterminée après
l’inventaire physique, et d’autre part de garantir que tous les flux monétaires et
physiques sont réguliers, autorisés, justifiés et enregistrés.
Exemple des procédures visant la protection et la sauvegarde du
patrimoine
b) La fiabilité des informations

Cet objectif est privilégié car il se préoccupe sur la capacité de l’entreprise


à enregistrer fidèlement ses opérations comptables et financières grâce au
contrôle interne.
Le contrôle interne vise à assurer la production d’une information de
qualité, que cette information soit comptable, opérationnelle ou générale.
Une information de qualité est une information qui satisfait à quatre
critères: intelligible, communicable, fiable, significative et pertinente.
L’information est intelligible et communicable : il faut qu’elle soit
simple et comprise par les intéressés.
Une information est fiable : lorsqu’elle est digne de confiance, neutre,
exhaustive.
Une information est significative : lorsqu’elle est précise.
Une information est pertinente : lorsqu’elle est en adéquation et en
harmonie avec les données fournies d’une part et elle est diffusée en temps utile
d’autre part.
c) L’amélioration des performances
Selon l’ordre des experts comptables français, le contrôle interne est
«une discipline générale de gestion permettant d’assurer une meilleure efficience
des moyens mise en œuvre pour assurer la pérennité de l’entreprise ».
Exemple de performances dues à un bon contrôle interne :

Naima Derouich Page 6


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

• Le contrôle des approvisionnements réduit les couts matières et favorise


la qualité de la production.
• Le contrôle des ventes évite les créances insolvables.
d) Conformité aux lois et réglementations en vigueur
La quatrième se rapporte à la conformité aux lois et aux règlements
auxquels l'entreprise est soumise.la loi change d'années en années, ce qui
implique que le contrôle interne doit s'adapter pour y faire face. Cela suppose
que l'entreprise, ses dirigeants, soient systématiquement en état de veille.
 Ces quatre catégories d'objectifs sont distinctes mais elles se
recoupent. Elles répondent à des besoins différents et permettent la mise en
place de contrôle répondant à chacun de ces besoins.
 Pour résumer, on pourrait dire que le contrôle interne vise
essentiellement deux objectifs majeurs à savoir, la recherche de la fiabilité de
l'information comptable et la recherche de la protection du patrimoine de
l'entreprise.
e) Le principe d’organisation
Pour garantir l’efficacité de système de contrôle interne, l’organisation
doit satisfaire à 5 conditions :
- Elle doit être bien conçue.
- Elle doit être adaptée à l’entreprise.
- Elle doit être vérifiable.
- Elle doit être décrite (organigramme….)
- La séparation des fonctions incompatibles
En effet, les taches effectuées aux seins de la société peuvent être décomposées
en 4 fonctions principales à savoir:
- Les fonctions opérationnelles : ce sont les fonctions rattachées à
l’activité de la société telque : Achat-Vente-Production…
- Les fonctions de conservation : ce sont les fonctions qui détiennent
des biens pour les conserver. Tel que : Caissier -Magasinier…

Naima Derouich Page 7


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

- Les fonctions d’enregistrement : ce sont les fonctions de traitement


et de saisie des informations tel que : Contrôleur de gestion-
Comptable…
- Les fonctions de contrôle : toute personne qui vérifie a priori ou a
posteriori le travail effectué par les autres fonctions.
f) Le principe d’universalité
Tous les biens et les personnes et toutes les activités de la société sont
soumis aux procédures de contrôle interne, de telle sorte que personne ne peut
s’échapper des procédures de contrôle.
g) Le principe d’indépendance
Cela signifie que le contrôle interne suit des règles objectives et des buts
qui sont fixés au préalable.
h) Principe d’information
Tout système de contrôle interne se base sur la communication des
informations entre tous les intervenants dans l’entreprise.
i) Principe d’harmonie
Le contrôle doit s’adapter avec l’environnement interne de l’entreprise
(structure, organisation, les risques, ses moyens…..)
j) Principe d’intégration
Le contrôle interne s’intègre dans toute l’organisation et les procédures de
toute entreprise.
k) Principe de permanence
Les procédures de contrôle interne doivent être conçues et appliquées
d’une manière permanente.

III. Les composantes de contrôle interne


Le contrôle interne comporte cinq composantes étroitement liées qui
découlent de la manière dont l'activité est gérée, et qui sont intégrées à la
conduite des affaires, aux processus de gestion. Bien que ces composantes soient
applicables à toutes les entreprises, leur mise en œuvre peut être faite de façon

Naima Derouich Page 8


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

différente selon la taille de celles-ci.


Les cinq composantes sont les suivantes :

Figure 2 : Les composantes de contrôle interne


a) L’environnement de contrôle interne
La direction a pour obligation de fournir au personnel un environnement
qui favorise la pratique des contrôles interne et de prise des bonnes décisions
qu’exigent l’efficacité du système de contrôle interne et la maitrise des risques.
Les facteurs qui contribuent fortement à la formation d’un environnement
favorable à la pratique d’un contrôle interne efficace sont :
- La philosophie des dirigeants

- Le style de direction,

- L’intégrité et l’éthique,

- L’engagement de compétence et la structure de l’entreprise.

- La politique de délégation des responsabilités, d’organisation et de

formation du personnel.
- Et enfin intérêt manifesté par le conseil d'administration et sa capacité à

définir les objectifs.

Naima Derouich Page 9


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

b) Identification et L’évaluation des risques :


Quelle que soit la taille de certaines entreprises et quelle que soit
l'environnement dans lequel elles opèrent, il existe une gamme de risques qui
peuvent affecter négativement leurs stratégies.
L'évaluation des risques n'est pas chose facile en raison de sa nature
intangible. C'est la raison pour laquelle tous les managers ont tendance à utiliser
des normes de qualité spécifiques, en tenant compte des procédures de contrôle
établies qui peuvent atténuer le niveau de ces risques.
c) Les activités de contrôle
Les activités du contrôle peuvent se définir comme l'application des
normes et procédures qui contribuent à garantir la mise en œuvre des
orientations émanant du management.
Les normes et procédures de contrôle doivent être élaborées et appliquées
pour s'assurer que sont exécutées efficacement les mesures identifiées comme
nécessaires à la réduction des risques liés à la réalisation des objectifs.
En d'autres termes, ces opérations permettent de s'assurer que les mesures
nécessaires sont prises en vue de maitriser les risques susceptibles d'affecter la
réalisation des objectifs de l'entreprise.
d) Information et communication
Les systèmes d'information et de communication sont articulés autour des
activités de contrôle évoquées ci-dessus. Ils permettent au personnel de
recueillir et changer les informations nécessaires à la conduite, à la gestion et au
contrôle des opérations.
e) Pilotage du système de contrôle interne
Le pilotage du contrôle interne comprend l’évaluation permanente et/ou
ponctuelle des activités de contrôle interne et la mise à jour des procédures en
fonction des besoins.
Il s’appuie notamment sur :
 L’adaptation du contrôle interne par le personnel qui doit le mettre

Naima Derouich Page 10


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

en place et doit piloter le système de maîtrise des risques en


fonction de sa responsabilité,
 Une sensibilisation du personnel à la maîtrise des activités,
 Des processus permanents de mises à jour du système de contrôle
interne,
 Des procédés d’évaluation qui sont internes et permanents.

3) Section 2 : le rôle et l’importance de contrôle interne


I. Le rôle du contrôle interne

Le contrôle interne permet de s’assurer que les décisions prises sont


correctement appliquées, ceci constitue l’aspect transmission de l’information. Il
assure un niveau minimum de qualité à la prestation effectuée ou au produit
fabriqué, ceci constitue le contrôle direct ou indirect du produit. Il décèle les
principales anomalies de fonctionnement, c’est-à-dire qu’il permet un
fonctionnement harmonieux du système
II. L’importance du contrôle interne

Le contrôle interne joue un rôle prépondérant au sein de l’entreprise dans


la mesure où il permet d’une part, d’assurer la protection, la sauvegarde du
patrimoine et la qualité de l’information, de l’autre, l’application des instructions
de la direction et de favoriser l’amélioration des performances. Ainsi,
l’implantation d’un système de contrôle interne inadéquat peut exposer
l’entreprise à des conséquences telles-que:
 Des pertes de biens
Les pertes des biens sont causées principalement par les erreurs,
l’insouciance et le vol.
Les erreurs et l’insouciance:
Les erreurs, contrairement au vol, sont faites sans mauvaise intention.
Elles résultent habituellement de causes comme la fatigue, le manque de
jugement, la rapidité d’exécution, l’utilisation des outils inadéquates, un

Naima Derouich Page 11


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

personnel peut expérimenter, etc.…


Le vol :
Le petit la rousse définie le vol comme étant un « délit commis par celui
qui prend indûment la chose d’autrui ». Aussi, pouvons-nous distinguer deux
catégories de vols : Les vols de biens autres que l’argent (par exemple des
stocks, des valeurs immobilières, des outils, des articles de bureau ou du
matériel servant à l’entretien et aux réparations). Et les vols d’argent tels que le
vol armé et le vol d’argent provenant des encaissements.
 Des registres comptables peu fiables:
Les dirigeants et administrateurs d’entreprises doivent continuellement
prendre des décisions dans l’exercice de leur fonction, en ce sens, ils s’appuient
sur des rapports dans les données émanent des registres comptables qui peuvent
influencer les décisions de ces dirigeants si elles renferment des erreurs
importantes.
En plus de mener à des décisions erronées, des données comptables peu
fiables risquent de rendre les gestionnaires méfiants envers les rapports qui leurs
sont présentés. Ainsi, nous remarquons qu’une information de qualité
indispensable dans la prise de décision du gestionnaire, alors il incombe à toute
entreprise de mettre en place les contrôles nécessaires favorisant une
information comptable appropriée.
L’inefficacité et l’inefficiente des opérations:
Les notions d’efficacité et d’efficience se définissent au sein de la
profession Comptable, comme suit:
Efficience = économie des moyens. Efficacité= réalisation de l’objectif.
A travers ces définitions, il est assez facile d’imaginer ce que peut
entraîner une gestion inefficace et inefficiente des opérations :
- Augmentation des coûts de la main d’œuvre ;
- Augmentation du coût des stocks;
- Manques à gagner;

Naima Derouich Page 12


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

- etc...
Ces quelques exemples illustrent l’importance de la mise en œuvre de
contrôles favorisant la survie de l’organisme.
Le non-respect des politiques et procédés établis :
L’entreprise élabore habituellement des politiques et procédés pour
favoriser, entre autres, une gestion ordonnée en fonction des objectifs fixés.
L’établissement des politiques et procédés est une étape très importante mais leur
mise en application est tout aussi cruciale. L’entreprise doit mettre au point des
mécanismes qui vont contribuer au respect des règles établies, sinon elle risque
de ne pas atteindre les objectifs visés ou encore de voir se poser de graves
problèmes.

Naima Derouich Page 13


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

Conclusion du chapitre
Ce présent chapitre nous a permis de comprendre la notion de contrôle
interne, ses principes et ses objectifs.
La mise en place d’un système de contrôle interne nécessite une
connaissance parfaite de toutes ses notions ainsi que la conscience de son utilité.
Néanmoins, ce système comporte certaines limites liées à sa conception au
facteur humain, financier et organisationnel.
Les risques attachés à ce système nous ont incité à concevoir un nouveau
chapitre intitulé l’évaluation de contrôle interne.
Chaque processus doit faire l’objet d’une évaluation régulière et
permanente pour l’ajuster à la taille de l’entreprise et de prendre les mesure s
nécessaires à son amélioration.

Naima Derouich Page 14


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

CHPITRE II : L’ÉVALUATION
DU CONTRÔLE INTERNE

1) Section 1:Le cycle achat fournisseurs


Ayant compris les différents concepts et interprétations générales du
contrôle interne, il est nécessaire de comprendre le cycle d'approvisionnement
d'un fournisseur car il est incontestablement important dans toute entreprise. Peu
importe sa taille. Cette attraction est due à l'emplacement stratégique de la
fonction achats de l'entreprise.
De plus, le cycle d’achat des fournisseurs est particulièrement important car
il se rapporte directement aux autres cycles.
Par conséquent, cet audit interne et ses fonctions, dont la plus importante est la
fonction d'achat, nous donne l'importance de garantir les bonnes méthodes,
procédures et conditions pour améliorer et maintenir la gestion et Fiabilité
Informations sur l'entreprise.
I. Le Cycle Achat - Fournisseurs

a) Définition de cycle achat fournisseur :

Le cycle d'achat des ressources a une importance indéniable dans toute


organisation commerciale ou industrielle, quelle que soit sa taille. Cette
attraction est due à l'emplacement stratégique de la fonction achats de
l'entreprise.
De plus, le cycle d'achat du fournisseur est particulièrement important car il
est directement lié aux autres cycles. Il a un impact majeur sur les coûts d'achat
et guide ainsi les achats aux meilleurs prix du marché. Il intervient également
dans la gestion des stocks et a donc un impact direct sur le cycle
d'approvisionnement
Par conséquent, le cycle d'achat des fournisseurs est vital pour une
entreprise sans laquelle une évaluation précise des besoins ne peut être
effectuée.

Naima Derouich Page 15


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

b) Les objectifs de contrôle interne de la fonction achats


fournisseurs :
Une analyse du système de contrôle interne de la fonction d'approvisionnement
des fournisseurs doit comprendre les éléments suivants:
• Tous les achats de l’entreprise sont correctement autorisés et
comptabilisés.
• Les achats comptabilisés correspondent à des dépenses réelles
de l’entreprise.
• Ces dépenses sont faites dans l’intérêt de l’entreprise et
conformément à son objet.
• Tous les achats enregistrés sont correctement évalués.
• Tous les avoirs à obtenir sont enregistrés.
• Toutes les dettes concernent les marchandises et services
reçus sont enregistrées dans la bonne période.
• Les engagements pris par l’entreprise et devant figurer dans
l’annexe sont correctement suivis.

c) Les processus d’achat :


L’acte d’achat est le résultat de plusieurs taches opérationnelles exécutées
de façon chronologique.
Le cycle Achat-Fournisseurs est constitué par plusieurs phases :
• L’expression du besoin
• La recherche et la sélection des fournisseurs
• La commande
• Réception des commandes
• L’enregistrement comptable
• Le paiement facture
Chaque phase doit être abordée avec rigueur et méthodologie. Tout au long
de ce processus,
L’acheteur doit être à l’écoute de ses prescription internes afin d’identifier

Naima Derouich Page 16


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

leurs besoins.
IL doit également suivre et gérer efficacement les relations avec ses
fournisseurs et anticiper les éventuels risques.
c.1. L’expression du besoin :

Cette étape consiste à définir le produit ou le service que l’on veut acheter
suivant les besoin S de l’entreprise.
Pour accomplir cette étape la rédaction d’un cahier de charges est
11indispensable afin de spécifier les attentes vis-à-vis de ce produit ou de ce
service.et déterminer les conditions commerciales « Cout, Objectif, Condition,
de règlement devise de facturation, etc, » et fixer les critères que doivent remplir
les fournisseurs pour répondre à l’appel d’offres afin de mieux gérer le risque.
c.2. La recherche et la sélection des fournisseurs :

L’ensemble d’actions qui permet de gérer, d’administrer et d’organiser les


fournisseurs dans le but de faire un choix qui garantit les meilleurs conditions
d’achat en terme de coût, de qualité, de délais de livraison et de condition de
paiement, la recherche et la sélection des fournisseurs commence par leur
recensement et leur évaluation. L’entreprise doit disposer d’une liste actualisée
des principaux fournisseurs par type d’achats. Afin de réussir cette sélection,
l’entreprise doit respecter certaines obligations :
• Collecte des informations nécessaires pour chaque ressource
• Effectuer un inventaire détaillé pour comparer les fournisseurs
• Vérifiez les approbations pour vous assurer que les fournisseurs
sélectionnés répondent aux besoins de l'entreprise
c.3. La commande :

Le contrôle interne des achats doit respecter l’assurance que les


commandes de marchandises ou de biens et services sont faites en fonction des
besoins de l’entreprise,
Les procédures mises en place doivent répondre de manière satisfaisante
aux questions suivantes :

Naima Derouich Page 17


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

 Qui peut déclencher la commande ?


 Quand passer la commande ?
 Quelle quantité faut-il commander ?
Certains éléments doivent être pris en compte :
- Un bon de commande est systématiquement établi, si possible sur
des exemplaires standards et pré-numérotés, sur la base de la
demande d’achat.
- Les fonctions ayant trait aux commandes doivent être distinctes de
celles de réception, de stockage, d’expédition, de l’enregistrement
comptable et du règlement des factures.
- Les bons de commande sont désignés par les personnes autorisées à
les émettre ;
- Selon les quantités en stock, les consommations et les délais de
livraison, la date de passation de commande et les quantités à
commander seront alors définis.
- Une procédure particulière doit être envisagée afin de procéder à la
relance des marchandises non livrées à la date prévue.
c.4. Réception des commandes :

C’est la procédure décrivant comment les marchandises sont réceptionnées.


A ce propos, il faut garantir que :
- Les délais de livraison prévus sont respectés.
- Les livraisons ou les services reçus ne peuvent être acceptés
que s’ils correspondent à une commande.
- Les livraisons sont faites selon les spécifications de la
commande.
- De ce fait, certaines conditions doivent être respectées :
- Une bonne réception pré-numérote est établi en plusieurs
exemplaires pour chaque réception.

Naima Derouich Page 18


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

- Le bon de réception doit contenir les vérifications de qualité et


de quantité.
c.5. L’enregistrement comptable :

Cette étape comprend les éléments suivants:


- Mise en place d’une procédure de numérotation séquentielle des
factures dès leur réception par le service comptabilité.
- Comparer les factures, les bons de réception et les bons de
commande préalablement à tout enregistrement comptable.
- La mise en œuvre de classement correct des factures dans les délais
raisonnables.
- Vérification de l’approbation des factures par la direction générale
et financière.
c.6. Le paiement facture :

Les objectifs du contrôle interne dans de la mise en paiement des factures


fournisseurs consistent à s’assurer que :
- Les factures soient contrôlées avant d’être payées.
- La mise en paiement est autorisée.
- Le service comptable compare les éléments figurant sur la facture
avec une copie du bon de réception et du bon de commande.
- La mention « bon à payer » n’est portée sur la facture qu’après
comparaison de celle-ci avec la bonne réception et de commandes
correspondantes.
- Afin d’éviter de donner plusieurs fois pour la même facture, le bon
à payer est portée uniquement sur la facture originale.
- Les factures comptabilisées portent la référence de l’enregistrement
afin d’éviter les doubles comptabilisations.
- Les factures payées sont annulées par la mention « payé » pour
éviter un double usage et portent la référence du paiement.

Naima Derouich Page 19


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

- L’autorisation de la hiérarchie et requise pour procéder au


paiement.

d) Les autres circuits d’activité


d.1. Le cycle immobilisation

Ce cycle couvre toutes les opérations se rapportant avec les


immobilisations : acquisition, amortissements, réduction de valeur, cession…
d.2. Le cycle trésorerie

Ce cycle couvre toutes les opérations d’encaissements- décaissements.

d.3. Le cycle vente /clients

Ce cycle comprend toutes les opérations allant de la négociation avec


les clients, la réalisation de la vente jusqu’à l’encaissement.
d.4. Le Circuit Paie-Personnel :

L’analyse de ce circuit s’intéresse, comme son nom l’indique, à tout ce


qui a trait à la paie du personnel.

2) Section 2:La méthodologie de l’évaluation de contrôle


interne cycle achat fournisseurs
À ce stade, nous nous occuperons des éléments suivants :
I. La démarche de l’évaluation de contrôle interne

La démarche de l’évaluation de contrôle interne comprend cinq étapes :


 La saisie des procédures
 Les tests de conformité
 L’évaluation préliminaire du contrôle interne
 Les tests de permanence
 L’évaluation définitive du contrôle interne

II. Les techniques de l’évaluation du contrôle interne :


Les techniques de l’évaluation du contrôle interne se présentent comme suit :

Naima Derouich Page 20


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

 Prise de connaissance
 L’analyse des circuits par diagramme
 les grilles d’analyse de contrôle interne
 les questionnaires
III. La démarche de contrôle interne

a) Saisie de procédures :
Dans cette étape l’auditeur procède au découpage de l'activité de
l'entreprise en des cycles tel que: cycle achats-fournisseurs
Pour chaque cycle ou sections l'auditeur essaye de formaliser les
procédures du déroulement des opérations allant de commencement de
l'opération jusqu'a son dénouement, par exemple pour le cycle achat, l’opération
complète s'étale de l'expression du besoin jusqu'au règlement de fournisseur
Les l’auditeur utilisent les techniques du mémorandum ou ''flow charte''
pour stocker ces information dans leurs dossiers.des questionnaires ouverts (c.-
à-d des suites de questions par sections qui appellent des réponses descriptives)
sont couramment utilisés pour favoriser l'exhaustivité de la démarche.
b) Les tests de conformité :
L'auditeur s'assure qu'il entre correctement dans le contrôle interne: vérifie
chaque procédure qu'il remarque et comprend: pour ce faire, il suit pas à pas
certaines transactions pour s'assurer de l'existence et de la compréhension du
système.
Il est représenté dans:
• A mettre en œuvre des tests de cheminement permettant de dérouler
une procédure complète à partir de quelques opérations
sélectionnées.
• A réaliser des tests spécifiques sur des points d’une procédure
particulière.

Naima Derouich Page 21


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

• L’auditeur contacte les différents exécutants qui interviennent dans


la procédure contrôlée afin de confirmer son déroulement et de
vérifier l’existence des éléments matériels qui sont impliqués par sa
mise en œuvre.
c) L’évaluation préliminaire du contrôle interne :
À ce stade, l'auditeur procède à une première évaluation du contrôle interne
afin de déterminer, à partir des étapes précédentes, la sécurité qui assure une
bonne comptabilité des opérations et des défaillances qui entraînent des risques
d'erreur ou de fraude.
Le but de cette étape est de révéler les forces et les faiblesses théoriques du
système
En plus de cela, différentes méthodes peuvent être utilisées pour effectuer
l'évaluation initiale des procédures, en particulier l'étude visuelle et les
questionnaires de contrôle interne.
d) Les tests de permanence :
L’auditeur teste que les points forts théoriques du système se vérifient en
pratique. Les tests de permanence sont d’une plus grande ampleur que les tests
de conformité. Ces tests donnent à l’auditeur une conviction que les procédures
contrôlées sont appliquées en permanence et sans défaillance. En plus, ces tests
permettent à l’auditeur de dégager les preuves justifiant le bon fonctionnement
du système de CI.
e) L’évaluation définitive du contrôle interne :
A ce stade, l'auditeur est à même de faire la distinction, les points forts et
les faiblesses ; l'ensemble de ces éléments lui fournit les bases de son évaluation
définitive du contrôle interne qu'il porte dans un document de synthèse (ou le
tableau d'évaluation du système
IV. Les techniques de l’évaluation du contrôle interne :

Les techniques de l’évaluation du contrôle interne se présentent comme suit :

Naima Derouich Page 22


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

a) Prise de connaissance :
Ces connaissances consistent à définir tout ce qui peut aider l'auditeur à
estimer le système, les procédures et les méthodes de l'entreprise, et peuvent être
des documents internes à l'entreprise (organigramme, diagramme, cercles de
documents, description de poste, manuels de procédures, rapports de l'auditeur
interne) ou des documents externes (dossier préparé par Expert comptable ou
auditeur lors d'une visite précédente, ....)
b) L’analyse des circuits par diagramme :
Un diagramme est une représentation graphique d'une suite d'opérations
dans laquelle les différents documents, postes de travail, de décisions, des
responsabilités, d'opérations sont représentés par des symboles Réunis les uns
aux autres suivant l'organisation administrative de l'entreprise
Les diagrammes de circulation permettent de :
-donner un enregistrement de procédure, et systèmes de l'entreprise et de
mettre en relief les aspects important de contrôle interne
-constituer une base pour les tests de conformité qui servent à vérifier que
les procédures sont bien appliquées.
b.1. Le questionnaire de contrôle interne

Le questionnaire est un document utilisé par l’auditeur pour effectuer son


programme de travail.

QUESTIONS OUI NON OBSERVATIONS

CIRCUITS ;

………………………… ?

…………………………. ?

………………………….. ?

Figure 5: Exemple de questionnaire de contrôle interne (QCI)

Naima Derouich Page 23


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

c) La grille de la séparation des tâches :


La grille de la séparation des fonctions est un document utilisé par
l’auditeur lui permettant d’identifier tous manquements de ce principe.
Tâches PERSONNELCONCERNE
CIRCUIT : ... … … …
……………………………………………………..
……………………………………………………..
…………………………………………………….
…………………………………………………….
………………………………………………………
Figure 6: Exemple de questionnaire de contrôle interne (QCI)

d) Les feuilles de révélation et d’analyse des problèmes (FRAP)

Le FRAP est un document d’analyse permettant à l’auditeur de formuler


ses recommandations. IL est rempli à chaque fois ou l’auditeur rencontre une
insuffisance ou une défaillance dans le circuit concerné.

FRAP n° ….. / Circuit Entreprise


…. …………
Problème:……………………………………………………………………………………
….
Constat
…:…………………………………………………………………………………………
Cause
…..………………….:…………………………………………………………………
………………………...
Conséquence:………………………………………………………………………………….
..
Recommandation:……………………………………………………………………………
… Figure 7 : Présentation de la FRAP

Source : HOUARI. A, (2010), commissaire aux comptes, « rapport de l’ordre national des experts
comptables, des commissaires aux comptes et des comptables agréés », p17.

e) Rédaction de rapport de fin de mission

À la fin de la mission de l’évaluation de contrôle interne confiée à


l’auditeur, ce dernier présentera un rapport de fin de mission dans lequel il
présente les défaillances à éliminer, les processus à améliorer et les défauts à
réparer.

Naima Derouich Page 24


Première partie l’aspect théorique de contrôle interne

Conclusion du chapitre
L’évaluation de contrôle interne n’est pas assez facile mais elle doit suivre
une démarche bien structurée basée sur des techniques d’appréciations. Pour
qu’un auditeur interne ou externe, soit en mesure d’effectuer une évaluation du
système de contrôle interne, il doit suivre la démarche présentée dans ce
chapitre.
Il doit avoir tout d’abord une connaissance générale de l’entreprise, décrire
les procédures, déceler les points forts et faibles théoriques, tester l’application
des points forts théoriques, et enfin déterminera l’incidence des faiblesses sur le
fonctionnement de l’entreprise.
L’évaluation de contrôle interne est complexe vu la complexité de l’activité
de la société et la diversité de ses cycles, c’est pour cela que l’auditeur se limite
dans la majorité des cas à l’évaluation des cycles qu’ils jugent importants,
appelés en audit les contrôles clés.

Naima Derouich Page 25


PARTIE II :
PARTIE PRATIQUE
Partie II : partie pratique

I. Présentation de la société « XYZ »

La Société «XYZ » est une société anonyme ayant un capital social de 41


100 DT. Au terme de ses statuts, elle a pour objet le commerce de détail de tous
les produits et toutes opérations commerciales, industrielle, mobilières ou
immobilières. Dès sa création la stratégie de « XYZ » est de pratiquer un prix
faible par rapport à la concurrence et la proximité aux clients le mieux que
possible (on remarque au cours de l’année 2018 l’ouverture de plus de 50
centres commerciaux dans toute la Tunisie), pour finir en 2019 à un nombre
total de 240 centres. Le secteur de grande distribution a connu un essor
considérable au cours des dernières décennies, cet essor est expliqué en grande
partie par la qualité des produits, la disponibilité et le prix compétitifs par
rapport aux épiciers.

Naima Derouich Page 26


Partie II : partie pratique

II. Organigramme

Figure 8 :
Organigramme de la
société XYZ

Naima Derouich Page 27


Partie II : partie pratique

III. Le cycle Achat Fournisseur au sein de la société XYZ

Compte tenu de la nature commerciale de la société, le cycle achats-


fournisseurs est jugé important. En effet, la rubrique fournisseurs et comptes
rattachés a passé de 32213064 DT a 53450518 DT, cycle jugé important a
l’évaluer.
Vu que la société est en phase de croissance ,il est évident qu’elle va
concentrer tous ses efforts dans la création des nouveaux magasins pour être
toujours à la proximité de ses clients ,et sur la base des états financiers arrêtés le
31-12-2017 les immobilisations corporelles ont passés de 25769693 DT en 2016
a 41303234 DT en 2017, cycle a notre avis important pour l’évaluer .

1) Section 1 : Évaluation de cycle achat/ fournisseur


I. Saisie des procédures :
Cette étape constitue la première étape dans la mission d’évaluation du
contrôle interne. L’auditeur commence par le découpage de l’activité de
l’entreprise en des cycles. Un cycle est constitué d’un ensemble des tâches
orientées vers la réalisation d’un objectif en commun.
Ce découpage facilite les travaux d’évaluation.
II. Présentation de cycle achat

Créateur + direction du demandeur + contrôle de


Demande gestion + DGA Bon de
D’achat Commande
1-Générer
2- Inspecter
3- Réceptionner
Facture

Bon À Payer Validation /


Règlement
/ COSWIN SAGE

Figure 9 : représentation de la procédure d'achat

Naima Derouich Page 28


Partie II : partie pratique

a) Expression de besoin et lancement de la commande


Chaque jour, le système d’information fait automatiquement une requête
afin de déterminer les articles en pénurie en stock. Cette requête sera envoyée
par l’assistante de direction aux différents approvisionneurs. Ces derniers font
mentionner leurs commentaires et transmettent de nouveau à l’assistante de
direction. Elle prépare son rapport afin de le transmettre à la direction générale
en copie avec le directeur achat.
Cette requête travaille selon la formule (Commandes – Stock) et détermine
les articles en pénurie. C’est en sorte un contrôle compensatoire afin de
s’assurer qu’aucun produit ne se trouve en pénurie alors qu’il doit être
commandé.
- Consulter le cas échéant les quantités physiques en stock.

- Consulter les quantités en stock sur le logiciel Gold.


Si les approvisionneurs constatent qu’il ya un produit qui se trouve en
pénurie, la procédure est la suivante :
- Après l’autorisation du directeur achat, les approvisionneurs établaient un

bon de commande en trois exemplaires:


-Le premier est envoyé au fournisseur.

-Le deuxième est envoyé au service comptabilité.

-Le troisième reste chez la direction achat.

Une fois validé, le BC sera envoyé au fournisseur sous un format PDF par
E-mail afin de préparer la commande qui doit faire mentionner obligatoirement
la destination qui est le dépôt.
b) La réception des marchandises
La fonction logistique a été externalisée a la société « ABC » suite a une
décision de la direction générale. Cette externalisation est matérialisée par une
convention entre les deux parties qui fixent les tarifs et les modalités de
prestation de service.

Naima Derouich Page 29


Partie II : partie pratique

La réception des marchandises est faite entre 7H et 14H. Dépassant


l’heure de 14H, aucun fournisseur ne sera admis. En cas d’empêchement, il
peut déclarer qu’il va effectuer un retard. Dans ce cas, il peut faire la réception
même dépassant ces horaires.
Le jour de la livraison, le fournisseur se présente à l’agent de sécurité au niveau
de la porte de l’un des dépôts (Dépôt Bir Kasaa, Dépôt Saheline, Dépôt
Bouargoub, Dépôt Mghira et Dépôt Mhamdia). L’agent de sécurité remplit un
état en indiquant les mentions suivantes:
- Le nom du fournisseur.
- La date de l’arrivée.
- L’heure d’arrivée.
- L’heure d’entrée.
- L’heure de départ.
Les réceptions au sein des dépôts des marchandises sèches, frais et eau sont
effectuées en respectant le planning de livraisons fixées par le service d’achat en
coordination avec la société« ABC ».

À la date prévue de livraison, les agents de contrôle qualité de la société


« ABC » et les approvisionneurs font un contrôle visuel en premier lieu. Pour
les produits frais, la vérification, est le contrôle de la température de
conditionnement et de transport des marchandises. Pour les produits secs, le
contrôle s’effectue sur les palettes (le contrôle des casses, cartons ouverts).
Après le contrôle visuel et la vérification, la réception des marchandises
est faite par le réceptionniste.
Le réceptionniste ne fait la réception qu’après l’obtention d’un ensemble
de documents nécessaires qui sont le BC et la facture ou la BL ou la
BL/Facture. La prochaine étape consiste à vérifier les quantités reçues par
rapport aux quantités commandées en confrontant le BC ainsi que le BL ou le
BL/Facture.
En cas de conformité, le réceptionniste établit un bon de réception en

Naima Derouich Page 30


Partie II : partie pratique

trois exemplaires:
 Le premier est adressé au service achat.
 Le deuxième est adressé au service comptabilité.
 Le troisième est gardé par le réceptionniste.
En cas de non-conformité, la société « ABC » informe la direction achat
de la société « XYZ » pour établir une fiche de litige.
c) Enregistrement de la facture d’achat
Une fois que la réception est effectuée avec succès. Le fournisseur établit la
facture qui sera adressée au service comptabilité.
Le comptable procède en premier lieu a un premier contrôle : il s’agit d’un
simple rapprochement entre la facture et le deuxième bon de commande et le
deuxième bon de réception.
En cas de conformité, le comptable enregistre l’opération dans le journal
achat avec mention en attente de règlement.
En cas de non-conformité, le comptable informe le directeur achat pour
demander au fournisseur de régulariser la situation.
III. Règlement de fournisseur
1. Réception du dossier d’achat
- Réception des factures fournisseurs par le bureau d’ordre contre décharge.

- La responsable trésorerie reçoit de la part du service comptable la facture

d’achat.

2. Contrôle du dossier
- La responsable trésorerie vérifie l’exhaustivité du dossier et effectue les

contrôles suivants :
 La facture fournisseur est une facture originale portant le cachet «

Comptabilisée le …. N°…. ».
 La responsable trésorerie s’assure que la facture est correctement

comptabilisée.

Naima Derouich Page 31


Partie II : partie pratique

3. Préparation du règlement
- La responsable trésorerie se charge d’élaborer le règlement, la PRB et
la retenue à la source si nécessaire à partir du SI selon le mode de
paiement prévu. Pour cela, elle indique:
 Le mode de règlement par chèque.

 La banque.

 Le montant de règlement.

- La responsable trésorerie édite à partir du SI la PRB et le certificat de


retenue à la source, elle y joint la facture fournisseur pour constituer le
dossier de règlement.
4. Vérification et contrôle
- Le directeur financier vérifie le dossier de règlement et s’assure que:
 Le règlement est conforme aux conditions de paiements prévus.
 Les retenues à la source sont correctement établies.
 Le directeur financier vise la PRB en guise d’approbation au
règlement du fournisseur.
- Transmission du dossier de règlement à la direction générale.
5. Signature du règlement
- La direction générale s’assure de la conformité du dossier de règlement et
de la présence du visa du directeur financier sur la PRB.
- Retour du dossier de règlement au responsable trésorerie.
6. Remise du chèque
- À la remise du titre de paiement au fournisseur, le responsable trésorerie

s’assure:
 D’obtenir la signature du bénéficiaire avec une décharge portant le
nom, le numéro de carte d’identité, la date et le cachet.
7. Comptabilisation

- La responsable trésorerie transmet au service comptable le dossier de

règlement pour comptabilisation du règlement.

Naima Derouich Page 32


Partie II : partie pratique

IV. Appréciation de cycle achat fournisseurs


1. Le questionnaire de contrôle interne
Le questionnaire du contrôle interne constitue le premier document de
travail dans la mission d’évaluation du système de contrôle interne.
Ce questionnaire comporte plusieurs questions : les questions comportant la
réponse « oui » confirme l’existence de la procédure c’est-à-dire il s’agit du
point fort de système et d’autres comportent la réponse « non » qui confirme
l’inexistence de la procédure donc il s’agit d’une faiblesse de contrôle.

Naima Derouich Page 33


Partie II : partie pratique

Table 1 : Questionnaire de contrôle interne : cycle achats –fournisseurs


Questions de contrôle interne : (QCI) Oui Non Recommandations
1. Structure du service des achats
1. Le service achats est-il indépendant : X
- De la comptabilité générale? X
- De la comptabilité fournisseurs? X
- De la trésorerie? X
- Du service réception? X
- Du contentieux? X
2. Expression des besoins d’achat
1. Établit-on un budget (Annuel et mensuel) des achats ? X
2. Le budget des achats est-il régulièrement comparé aux réalisations ? X
3. Choix de fournisseurs
Les approvisionneurs
sélectionnent les fournisseurs :
1. les choix des fournisseurs sont-ils basés sur un tableau comparatif
des couts ?
X achat non basé sur un tableau
comparatif des couts.
2. Les achats courants (faits par caisse ou de faible valeur) sont-ils
effectués auprès de fournisseurs dont la liste est approuvée par un
X
responsable ?
3. Cette liste est-elle régulièrement revue pour déterminer si les prix
payés ne sont pas au-dessus du marché ? X
4. Une personne indépendante du service des achats examine-t-elle
parfois les critères de choix des fournisseurs et la validité des
X
conditions acceptées ?
4. Commandes aux fournisseurs
1. Des bons de commandes (Externes) sont-ils systématiquement
établis à l’occasion de chaque achat ?
X
2. Ces bons de commande sont-ils :
- Pré numérotés? X
- établis en un nombre d’exemplaire suffisant et en couleurs différents X
?
- portent toutes les conditions d’achat (quantités, en valeur,
échéances et mode de règlement) ?
X
- signés par un responsable, au vu de la demande d’achat (bon de
commande interne) ?
X
3. Si des bons de commande –externes- pré numérotés sont utilisés,
se sert- on de la séquence numérique pour identifier les retards X
d’exécution ?
4. Tient-on un registre de suivi des commandes permettant de
connaître à tout moment les commandes non encore livrées, celles X
qui le sont partiellement, celles qui sont réalisées, celles qui sont
annulées ?
5. Les commandes en cours sont-elles régulièrement évaluées pour
déterminer les engagements pris par l’entreprise ? X
5. Réception des commandes
1. Les biens reçus sont-ils rapprochés des bons de commande en ce qui
concerne :
- Les quantités? La qualité? X
Les commandes magasin ne
- Sur le système GOLD? X sont pas contrôlées par les
responsables achats.

2. Des bons de réception sont-ils établis systématiquement ? X


3. Si oui, sont-ils :
- Pré numérotés? X

Naima Derouich Page 34


Partie II : partie pratique

- établis en un nombre d’exemplaire suffisant et en couleurs différents ? X


- signés et datés par le réceptionnaire ? X
4. Les bons de réception sont-ils explicites sur les qualités et quantités
reçues ?
X
6. Retours et réclamations
1. Existe-il un accord avec les fournisseurs concernant les produits périmés X
?
2. Sait-on à tout moment quels sont les retours et les bons de réclamation
en cours ?
X
7. Réception des factures fournisseurs
1. Au bureau d’ordre :
- enregistre-t-on les factures sur le cahier de courrier arrivé
(spécialement pour les factures) ?
X
- procède-t-on à la numérotation séquentielle interne (non manuelle) des
factures et avoirs ?
X
Le rapprochement est effectué
- existe-il un rapprochement entre les factures et les BRV? X avec retard.
2. Les factures et avoirs des fournisseurs sont-ils directement transmis du
service courrier au service comptable ?
X
8. Paiement
1. Le bon à payer est-il délivré par le service responsable par écrit ?

2. Le bon à payer est-il établi après approbation des différents contrôles ? X

3. La procédure donne-t-elle l’assurance que les avoirs sont bien pris en


compte avant tout paiement ?
X

4. Les originaux de factures sont-ils annulés après paiement ? X

2. Analyses de questionnaire de cycle achats-fournisseurs

Le questionnaire achat fournisseurs fait ressortir :

Points forts :

 Le service achat est indépendant des autres services.


 Il existe un budget d’approvisionnement.
 Les biens reçus sont rapprochés avec BC et BL et la facture.
Points faibles:
 Il n’existe pas un accord avec les fournisseurs concernant les produits périmés.
 Les commandes magasins ne sont pas contrôlées par les responsables achats.
 Les achats ne sont pas faits sur la base d’un tableau comparatif des couts.

3. La grille de la séparation des tâches

La grille de la séparation des tâches constitue le deuxième document de travail dans la


mission.

Naima Derouich Page 35


Partie II : partie pratique

Grille de séparation des tâches: circuit achat / Fournisseur

Personnel concerné
Service Service Service Approvisionneurs Directeur
Fonctions
Facturation Comptable financier Général
Expression Du
Besoin 
Établissement des
commandes 
Contrôle Des
Besoins 
Choix Des
Fournisseur 
Élaboration du 
support de
Paiement
Enregistrement 
des factures et
du règlement

Figure 10 : Grille de la séparation des tâches

Cette grille permet de démontrer les tâches incompatibles et les personnes


concernées. En effet, l’exercice de deux tâches ou plus par la même personne
est un exemple de cumul des tâches incompatibles qui constitue un
manquement à un principe de contrôle interne.

Cette grille démontre un cumul des tâches. Du fait, que les


approvisionneurs expriment le besoin d’achat et participent au choix des
fournisseurs, et font un contrôle des biens commandés.
4. Évaluation définitive de cycle achats-fournisseurs
Après contrôle de la conformité des procédures et avec le questionnaire
mis en place et l’exploitation de la grille de séparation des tâches, et nos
travaux sur les comptes nous avons relevé les points suivants :

Naima Derouich Page 36


Partie II : partie pratique

Points forts théoriques-pratiques Points faibles théoriques- pratiques

- Le service achat est indépendant des autres - Il n’existe pas un accord avec les fournisseurs
services. concernant les produits périmés.
- Il existe un budget d’approvisionnement. - Les commandes magasins ne sont pas
contrôlées par les responsables achats.
- Les biens reçus sont rapprochés avec BC et - Les achats ne sont pas faits sur la base d’un
BL et la facture. tableau comparatif des couts.
- Des bons de commandes (Externes)sont - Cumul des fonctions.
systématiquement établis à l’occasion de
chaque opération d’achat.

- Tous les achats sont autorisés avec la - Le plafond des dépenses de caisse n’estpas
direction générale. respecté.

Chaque faiblesse de contrôle interne (théorique et pratique) doit être présentée


dans une feuille de révélation et d’analyse des problèmes.

FRAP n°01/ Circuit : achats - fournisseurs Entreprise : XYZ

Problème : Absence d’accord avec les


fournisseurs.

Constat : Il n’existe pas un accord avec les fournisseurs concernant les retours des
produits périmés.

Cause : Chose inexpliquée.

Conséquence : Risque de refus des retours des marchandises périmés - perte définitive des
stocks.

Recommandation : La société doit négocier avec les fournisseurs la possibilité des retours des
marchandises périmés.

Figure 10 : FRAP N° 01

Naima Derouich Page 37


Partie II : partie pratique

FRAP n°02/ Circuit : achats- fournisseurs Entreprise : XYZ

Problème : Absence de contrôle.

Constat : Les commandes magasins ne sont pas contrôlées par les responsables achats.

Cause : Chose inexpliquée.

Conséquence : Mauvais achats- Détournement d’actifs

Recommandation : Veillez à ce que toutes les commandes seront issues du département achats.

Figure 11 : FRAP N°02

FRAP n°03/ Circuit : achats - fournisseurs Entreprise : XYZ

Problème : L’inexistence d’un tableau comparatif des couts.

Constat : La sélection des fournisseurs n’est pas basée sur un tableau comparatif des couts.

Cause : Chose inexpliquée.

Conséquence : Mauvais achats (achats a un prix élevé)

Recommandation : Veillez à ce que la sélection des fournisseurs soit basée sur un tableau
comparatif des couts.

Figure 12 : FRAP N°03

Naima Derouich Page 38


Partie II : partie pratique

FRAP n°04/ Circuit : achats- fournisseurs Entreprise : XYZ

Problème : Cumul des fonctions.

Constat : Les approvisionneurs expriment le besoin d’achat, choisissent le fournisseur et contrôlent


les biens reçues.

Cause : Chose inexpliquée.

Conséquence : Détournement- Fraude – Manquement à un principe de contrôle interne.

Recommandation : Il faut respecter le principe de la séparation des tâches.

Figure 13 : FRAP N°04

FRAP n°05/ Circuit : achats- fournisseurs Entreprise : XYZ

Problème : Le plafond des dépenses par caisse n’est pas respecté.

Constat : Des dépenses par caisse sont supérieures à 5000dt.

Cause : Chose inexpliquée.

Conséquence : Risque fiscal (l’article 45 de la loi de finance 2019).

Recommandation : Veillez à ce que les dépenses par caisse ne dépassent pas 5000dt, et seront
limitées aux achats de faibles valeurs.

Figure 14 : FRAP N°05

Naima Derouich Page 39


Partie II : partie pratique

LETTRE DE CONTRÔLE INTERNE

Monsieur le Directeur
De la « XYZ »
Société
Tunis
Tunisie

Monsieur,

Dans le cadre de notre mission de commissariat aux comptes, en application


des normes professionnelles et conformément aux dispositions règlementaires et
en particulier celles du deuxième alinéa de l’article 266 du code des sociétés
commerciales, nous avons examiné les procédures de contrôle interne en vigueur
dans votre société, étape préalable à la validation des états financiers arrêtés au
22Mars2019
Les remarques que nous formulons dans cette lettre sont fondées sur nos
propres observations ainsi que sur les informations collectées auprès des cadres
de votre société.
Les points que nous exposons dans cette lettre ne sont pas les seuls
existants mais se limitent à ceux que nous avons relevés au cours de notre
passage dans votre société.
Nous voudrions vous remercier de l'accueil qui nous a été réservé par les
responsables et le personnel de votre société.
Nous restons à votre entière disposition pour vous fournir de plus amples
renseignements sur les points contenus dans cette lettre et vous prions d'agréer,
Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.

Tunis, le 22 Mars 2019

Naima Derouich Page 40


Partie II : partie pratique

Contenu :

Les comptes annuels ont fait l’objet d’une certification et les anomalies présentées

ne remettent pas en cause cette certification.

Dans le cadre de notre mission effectuée relative à l’exercice clos 2018, l'examen de

la comptabilisation des opérations nous conduit à formuler des observations dont les plus

significatives sont résumées ci-après.

Ces observations ne remettent pas en cause la certification des comptes annuels


faisant l'objet de notre rapport d'audit en date du 31-12-2018. Toutefois, nous vous
saurions gré de prendre les dispositions nécessaires pour que les anomalies constatées
soient corrigées.

Cycle achats-fournisseurs :
1. Défaillances:
- Il n’existe pas un accord avec les fournisseurs concernant les produits périmés.

Risques :
- Refus de retours des marchandises périmés-Perte définitive des stocks.

Recommandations :
- La société doit négocier avec les fournisseurs la possibilité de retours des

marchandises périmés.
2. Défaillances :
- Les commandes magasins ne sont pas contrôlées par les responsables achats.

Risques :
- Mauvais achats- Détournement d’actifs.

Recommandations :
- Veillez à ce que toutes les commandes seront issues du département achats.
3. Défaillances:
- La sélection des fournisseurs n’est pas basée sur un tableau comparatif des

couts.
Risques :
- Mauvais achats (achats à un prix élevé).

Naima Derouich Page 41


Partie II : partie pratique

Recommandations :

- Veillez à ce que la sélection des fournisseurs soit basée sur un tableau


comparatif des couts.
4. Défaillances :
-Des dépenses par caisse sont supérieures à 5000dt.
Risques :
- Risque fiscal (l’article 45 de la loi de finance 2019).
Recommandations :
- Veillez à ce que les dépenses par caisse ne dépassent pas 5000dt, et seront
limités aux achats de faibles valeurs.
5. Défaillances :
- Les approvisionneurs expriment le besoin d’achat, choisissent le fournisseur
et contrôlent les biens reçues.
Risques :
- Détournement- Fraude – Manquement à un principe de contrôle interne.

Recommandations :

- Il faut respecter le principe de contrôle interne : relatif à la séparation des


tâches.

Nous vous remercions de nous informer des dispositions que vous jugerez bon de
prendre à la suite de nos observations et restons à votre disposition pour vous donner
toute information complémentaire que vous pourriez désirer.

Veuillez agréer, Messieurs, l'expression de nos salutations distinguées.

Naima Derouich Page 42


Partie II : partie pratique

Conclusion du chapitre

Nous avons essayé dans cette partie de démontrer la démarche de l’auditeur


dans l’évaluation de contrôle interne de la société « XYZ » suivant le
programme de travail et avec l’utilisation des documents et les outils nécessaires
(questionnaires de contrôle interne, organigramme….) tout en se concentrons
sur le cycle achats-fournisseurs.
Dans ce modeste travail nous avons essayé de répondre à la problématique
initialement posée. L’objectif de ce chapitre est de donner un aperçu sur la
pratique de l’évaluation de contrôle interne et de démontrer son importance pour
l’entreprise.
L’intérêt de ce travail est de fournir à la direction de la société « XYZ »
quelques recommandations que nous semblent nécessaires de les adopter.

Naima Derouich Page 43


CONCLUSION GENERALE
Partie II : partie pratique

CONCLUSION GENERALE
Au terme de notre travail au cours duquel, nous avons beaucoup appris,
nous pouvons affirmer que cette étude a été pour moi l'occasion de comprendre
plus en profondeur et d'appliquer en pratique les outils et techniques d'évaluation
de contrôle interne en suivant ses différentes étapes.
Dans la phase pratique de cette étude, j'ai donné un exemple de la mission
de commissariat aux comptes à l'évaluation des procédures du cycle « achats /
fournisseurs ».
Ainsi, J'ai acquis la certitude que le contrôle interne aide l'entreprise à
s'adapter aux mutations de l'environnement intérieur et extérieur.
A l'issue du contrôle sur le cycle « achats / fournisseurs », nous avons suivi
la démarche indiquée dans notre modèle d'analyse.
Nous avons fait la prise de connaissance de la société « XYZ » et de ses
procédures avant de procéder à l'évaluation préliminaire des procédures afin de
dégager dans un premier temps les points forts et les faiblesses de conception.
Dans un 2eme temps nous avons procédé à l'évaluation définitive des
points forts qui a consisté à vérifier d'une part l'existence des contrôles clés
identifiés lors de l'évaluation préliminaire (points forts) et d'autre part contrôler
leur application permanente.
Enfin, nous avons procédé à une analyse des faiblesses pour faire ressortir
les risques liés à ses déficiences et proposer des recommandations afin de
garantir l'atteinte des objectifs du contrôle interne.
En conclusion, la mission d'un commissaire aux comptes, bien qu'étant de
certifier les états financiers de la société auditée, permet également à cette
dernière de bénéficier des conseils à travers les recommandations découlant de
l'évaluation des procédures.
Au niveau de la pratique, rares sont les dirigeants qui prennent en compte
ces recommandations.

Naima Derouich Page 44


Partie II : partie pratique

En effet, si la mission de commissariat aux comptes est devenue obligatoire


dans certaines formes de sociétés sur la base des textes, il n'existe nulle part des
dispositions rendant obligatoire la mise en application de recommandations
émises lors des missions d'audit légal, alors que l'application stricte des
recommandations aiderait la société à :
 Mieux fiabiliser ses comptes annuels ;
 Éviter la répétition des erreurs ;
 Remotiver le personnel à réaliser leur tâche par une meilleure
organisation ;
 Faciliter la prise de décision par une bonne qualité de
l'information.
Par ailleurs, nous constatons que les entités accordent davantage
d'importance à leur système de contrôle interne.
Nous assistons de plus en plus à la création de service, direction ou cellule
d'audit interne dont la principale préoccupation est l'amélioration des
performances de la société par l'atteinte des objectifs de contrôle interne.
Cette direction directement rattachée à la Direction Générale permet ainsi
d'assurer l'indépendance et l'autonomie des auditeurs internes par rapport aux
autres départements de la société.
Cependant, pour lui assurer un bon fonctionnement, encore faudrait-il
requérir l'adhésion de la DG?

Naima Derouich Page 45

Vous aimerez peut-être aussi