Vous êtes sur la page 1sur 19

Rapport Travaux Pratique

DÉPARTEMENT: GÉNIE ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENT


FILIÈRE: MS-SCIENCES D’EAU, ÉNERGIE ET ENVIRONNEMENT

RAPPORT TRAVAUX PRATIQUE

Gisement Solaire

RÉALISÉ PAR :
@ CHTIOUI Jihane.
@ SARGHINI Hind. ENCADRÉ PAR :
@ CHATER Hamza. Prof. ANSARI Omar.
@ AKKIF Oussama. Dr. KAZDABA Halima.

Page 1
Rapport Travaux Pratique

ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2016-2017

Remerciement

Il apparait opportun de remercier


tous ce qui ont, à leur manière,
participé à rendre ce travail si
intéressant et enrichissant.

Nos remerciements s’adressent


spécialement à notre chère
Professeur ANSARI Omar et
Madame KAZDABA Halima, nos
encadrant, pour ses
accompagnements, ses conseils ainsi
que ses soutiens qui ont contribués
Page 2
Rapport Travaux Pratique

Table de matières

Remerciement……………………………………………………………………………….…………………………………………….1
Table de matières…………………………………………………………………………………………………………………………2

Manipulation 1 : MESURE ET ESTIMATION DU RAYONNEMENT SOLAIRE………………........................4

1. Introduction :..................................................................................................................................................5

2. Le but de la manipulation :..............................................................................................................................5

3. Partie théorique :............................................................................................................................................5

3.1. Rayonnement solaire à la traverse de l’atmosphère :..............................................................................5


3.2. Trouble atmosphérique :..........................................................................................................................6
3.3. Estimation du rayonnement global :........................................................................................................7
4. Partie expérimentale :.....................................................................................................................................8

4.1. Principe et appareil de mesure :..............................................................................................................8


4.2. Exploitation des résultats expérimentaux et modélisation :....................................................................9
4.2.1. Le coefficient de trouble de Linke T L  :..............................................................................................10
4.2.2. Estimation de l’éclairement global d’une surface horizontale par les trois modèles  :.....................10
4.2.3. La valeur de l’éclairement global reçu à midi t SV en w/m2  :.............................................................12
4.2.4. Le module le plus adapté à l’estimation de l’éclairement au site de l’ENSET Rabat  :......................14
4.2.5. L’éclairement global estimes et mesures en fonction de t SV  :...........................................................15
4.2.6. L’allure de Gmes(t)= f(Gest(t))  :...........................................................................................................16
4.2.7. Le paramètre modifie pour ajuster le modèle le plus proche de la réalité.......................................17
5. Conclusion :...................................................................................................................................................17

Manipulation 1 : CAPTEUR SOLAIRE PLAN…………………………………………………………………………………..19

1. Introduction :................................................................................................................................................19

2. But de manipulation :....................................................................................................................................19

Page 3
Rapport Travaux Pratique

3. Partie théorique :..........................................................................................................................................19

3.1. Bilan énergétique d’un capteur solaire plan :.........................................................................................19


3.2. Rendement d’un capteur plan :..............................................................................................................20
4. Partie expérimentale :...................................................................................................................................20

4.1. Principe de mesure :...............................................................................................................................20


4.2. Montages et appareils de mesures :......................................................................................................21
4.2.1. Caractéristiques (partie intérieure du système)  :............................................................................21
4.2.2. Unité de production d’ECS  :.............................................................................................................22
4.2.3. Unité de consommation et simulation de puisage  :........................................................................23
4.2.4. Unité de mesures et suivi de production d’eau chaude solaire  :......................................................24
4.2.5. Unité de commande, acquisition et communication  :.....................................................................27
4.2.6. Accessoires  :....................................................................................................................................28
4.3. Mode opératoire et exploitation des résultats :.....................................................................................28
4.3.1. La position optimale du capteur par rapport au rayonnement solaire  :..........................................29
4.3.2. Le tableau de mesure  :....................................................................................................................29
4.3.3. Le rendement instantané moyen du capteur  :................................................................................31
4.3.4. Pourquoi les températures de départ sont très proches  :................................................................32
5. Conclusion :...................................................................................................................................................32

Manipulation 3 : CARACTERISTIQUE DES CELLULES PHOTOVOLTAÎQUE………………………………………34

1. Introduction :................................................................................................................................................34

2. But de manipulation :....................................................................................................................................34

3. Partie théorique :..........................................................................................................................................34

3.1. Les caractéristiques d'une cellule PV :....................................................................................................34


3.2. Tension de circuit ouvert VCO (pour ICO = 0) :.......................................................................................35
3.3. Courant de court-circuit ICC (pour VCC = 0) :.........................................................................................35
3.4. La puissance caractéristique d'une cellule PV :......................................................................................36
3.5. Le facteur de forme :..............................................................................................................................36
3.6. Le rendement d’une cellule photovoltaïque :.......................................................................................37
3.7. Le module photovoltaïque :...................................................................................................................38
3.7.1. Association en série  :.......................................................................................................................38
3.7.2. Association en parallèle :.................................................................................................................38
4. Partie expérimentale :...................................................................................................................................39

Page 4
Rapport Travaux Pratique

4.1. Principe de mesure :...............................................................................................................................39


4.2. Déroulement du TP :..............................................................................................................................40
4.2.1. Influence de la résistance :..............................................................................................................40
4.2.2. Influence de la distance sur la puissance :.......................................................................................41
4.23. Influence de l’inclinaison de la cellule :............................................................................................42
5. Conclusion :...................................................................................................................................................43

Manipulation 1 :
MESURE ET ESTIMATION DU RAYONNEMENT

SOLAIRE.

Page 5
Rapport Travaux Pratique

1. Introduction :
L’énergie solaire est la plus dominante de toutes les énergies renouvelables, elle est l’une des
plus facilement exploitable comme la plus part des énergies douces, elle donne à l’usager la
possibilité de subvenir sans intermédiaire à une partie de ses besoins. La connaissance de position
du soleil dans le ciel à tout instant et à tout lieu est nécessaire pour l’étude de l’énergie interceptée.
Les heurs de lever et de coucher ainsi que la trajectoire de soleil dans le ciel au cours d’une journée
permettent d’évaluer certains grandeurs telles que la durée maximale d’insolation et l’irradiation
globale.

2. Le but de la manipulation :
Le but de cette manipulation est de mesurer pour une période déterminée de la journée
considéré ou d’une journée entière, le rayonnement solaire global arrivant au sol, sur une surface
horizontale, et de comparer ces mesures aux estimations obtenues à partir des modèles et résultats
connus.

3. Partie théorique :

3.1. Rayonnement solaire à la traverse de l’atmosphère :

Le rayonnement émis par le soleil constitue un spectre continu allant des ultra-violets à
l'infrarouge en passant par le visible où il émet le maximum d'énergie. En traversant l'atmosphère,
les gaz et les molécules absorbent certaines bandes de l'ultra-violet et de l'infrarouge. Ainsi à la
surface de la terre, le rayonnement solaire comprend : 5% d'UV, 40% de lumière visible et 55% d'IR,
porteurs essentiels de l'énergie thermique.

Page 6
Rapport Travaux Pratique

Le rayonnement provenant finalement au sol se compose du rayonnement direct, quasi parallèle


mais plus ou moins atténué et du rayonnement diffus, provenant du ciel et des nuages. L’ensemble
de ces rayonnements tombant sur une surface (récepteur) horizontale constitue le rayonnement
solaire global qui est l’objet de cette manipulation.

3.2. Trouble atmosphérique :

Lorsque le rayonnement solaire direct traverse l’atmosphère terrestre, il subit une atténuation
due à la diffusion par les molécules d’air et les aérosols et à l’absorption par diverses composantes
atmosphériques, notamment l’ozone, la vapeur d’eau, l’oxygène et le dioxyde de carbone.
L’extinction de la radiation dépend fortement de l’état du ciel (nuageux ou clair), de la pureté de
l’atmosphère et de la quantité de gaz absorbants. Quelques atténuants de la radiation solaire sont
permanents et presque constants dans l’atmosphère, d’autres changent d’un lieu à un autre ou
varient en fonction du temps.
L’atténuation est causée par les deux mécanismes: l’absorption par la vapeur d’eau et la diffusion
par les aérosols est connue comme une turbidité atmosphérique représentée par les coefficients de
trouble d’Angström β A ou par le facteur de trouble de Linke LT. Ce dernier permet de comparer une
atmosphère réelle à une atmosphère idéale sèche où n’existe que la diffusion par les molécules
d’azote, d’oxygène, et l’absorption par l’ozone.
Il est défini comme étant le nombre d’atmosphère pure et sèches (sans aérosols ni vapeur d’eau)
qu’il serait nécessaire d’accumuler au-dessus du lieu de mesure pour aboutir, dans les même
conditions géo astronomiques, au même affaiblissement du rayonnement solaire direct produit par
l’atmosphère trouble étudié.
L’expérience a monté qu’en moyenne on avait, à un moment donné, les relations :

T L =2,5+16 β A +0,5 ln w (1-1)


T L =1,6+16 β A +0,5 ln e (1-2)
Avec:

w: La quantité de vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère.

e: La tension moyenne de la vapeur d’eau au sol.

Page 7
Rapport Travaux Pratique

β A : Le coefficient de trouble d’Angstrom.

Compte tenu des humidités normalement relevées dans l’atmosphère pour diverse régions, la
formulation élémentaire devient alors :

- Pour les régions tempérées :T L =2,6+16 β A ( ±0,3) (1-3)


- Pour des régions intertropicales humides : T L =3,2+17 β A (± 0,4) (1-4)

Si on ne dispose ni de visibilités, ni des tensions de vapeur approximatives :

T L =2,5+0,4 En régions tempérées (minimum en hiver : 2,5 à 3) (1-5)

En régions tempérées (maximum en été : 3,5 à 4)

T L =3,2+0,5 En région intertropicales humides (maximum en saison sèche : 4,5 à 5) (1-6)

3.3. Estimation du rayonnement global :

D’une manière générale, quelle que soit la surface réceptrice, le rayonnement global incident est
la somme du rayonnement direct, et diffus paravent à cette surface.

- Pour une surface horizontale : G = I + D (ciel clair et par ciel quelconque ; partiellement
couvert).
- G = D par ciel couvert.

 Estimation de l’éclairement global d’une surface horizontale :

Cette estimation peut se faire, soit par calcul direct de G à partir des formules empiriques pour
un état de ciel déterminé, soit par le passage de l’éclairement direct et diffus qui sont aussi données
par des formules empiriques.

 Modèle I : Les formules de PERRIN BRICHAMBAUT valables par ciel pur pour une surface
horizontale.
Gmax =1150(sin h)1.15 Ciel très pur (1-7)

G moy =1080(sin h)1.22 Ciel moyen (1-8)

Gmin =990( sin h)1.25 Ciel pollué (1-9)

Page 8
Rapport Travaux Pratique

 Modèle II : Les valeurs obtenues (1-7), (1-8), (1-9) sont sensiblement améliorées si l’on
exprime G en fonction du trouble atmosphérique TL, par la formule suivante :
G=(1270−56 T L )( sin h)(T +36)/33
L
(1-10)

 Modèle III: Les formules empiriques de C.PERRIN de BRICHAMBAUT donnant l’éclairement


direct sous incidence normale :
I max=¿ Ciel très pur (1-11)
I moy =¿ Ciel moyen (1-12)
I min =¿ Ciel pollué (1-13)

La composante du rayonnement direct sur une surface horizontale est alors dans tous les cas :

I h=I i ∙ sin(h) (i= min, max, moy) (1-14)

L’éclairement diffus sur une surface horizontale :

D min =87 ( sin h )0.4 Ciel très pur (1-15)

Dmoy =125(sin h)0.4 Ciel moyen (1-16)

D max =187(sin h)0.4 Ciel pollué (1-17)

4. Partie expérimentale :

4.1. Principe et appareil de mesure :

Un pyranomètre est un capteur de flux thermique utilisé pour la mesure de la quantité d'énergie


solaire en lumière naturelle et est notamment utilisé en météorologie. Il permet la mesure de la
puissance du rayonnement solaire total en watts par mètre carré (W/m²).

Page 9
Rapport Travaux Pratique

Globe de
Plaque
verre
noire

Figure 1.1  : Le Pyranomètre.

Le principe de détection thermoélectrique est utilisé, de sorte que le rayonnement incident est
presque complètement absorbé par une surface noire horizontale, sur une plage de longueurs
d'onde très large. L'augmentation de température est mesurée par l'intermédiaire de
thermocouples connectés en série ou en série-parallèle pour effectuer une thermopile.

Les jonctions actives (à chaud) sont situées sous la surface du récepteur noir et sont chauffées
par le rayonnement absorbé dans le revêtement noir. Les jonctions passives (à froid) de la
thermopile sont en contact thermique avec le boîtier du pyranomètre, qui sert de dissipateur de
chaleur. Plus récemment, les pyranomètres ont été équipés d’éléments Peltier, de performance
supérieure. Ceci  est aussi thermoélectrique, mais les métaux diffèrent d'un thermocouple /
thermopile qui sont remplacés par des semi-conducteurs dissemblables.

Figure 1.2 : Enregistreur type BD 41.

Page 10
Rapport Travaux Pratique

4.2. Exploitation des résultats expérimentaux et modélisation :

A partir des modèles présentes dans la partie théorique et des résultats obtenus dans la partie
pratique, on se propose de modéliser, pour une période ou une journée donnée les éclairements
globaux reçus au site de l’ENSET Rabat sur une surface horizontal.

Les coordonnées terrestres de la ville « Rabat » sont :

- La latitude : φ = 34°02’N
- La longitude : L = 06°48E

4.2.1. Le coefficient de trouble de Linke TL :


Évaluer le coefficient de trouble de Linke TL pour la saison où la manipulation est programmée.
Justifier votre réponse en considérant les phénomènes atmosphériques et climatiques.

Le Maroc étant un pays où, généralement, les 4 saisons sont bien marquées, la capitale qui se
trouve au bord de l’atlantique dispose d’un climat agréable de type méditerranéen. Le climat du
Maroc est très différent selon les régions: méditerranéen au nord, atlantique à l’ouest et saharien
au sud. Seules les régions littorales sont tempérées, les zones tempérées sont des zones a des
altitudes moyenne Donc On considère le site de l’ENSET Rabat est parmi les régions tempérés.
TL=2.5+ 0.4=2.9

4.2.2. Estimation de l’éclairement global d’une surface horizontale par les


trois modèles :
Pour la journée considérée, à midi TSV, estimer l’éclairement global d’une surface horizontale
par les trois modèles. Remplir le tableau 1.

Pour estimer l’éclairement global d’une surface horizontale par les trois modèles. Il faut tout
d’abord calculer la hauteur h avec :

ℎ=arcsin(𝑠𝑖𝑛δ sinφ+cosδ cosφ 𝑐𝑜𝑠𝑤) (1-18)

- φ = la latitude

Page 11
Rapport Travaux Pratique

- ω : L’angle horaire ω = 15 (TSV - 12)= 0 car le TSV = 12h

- δ: la déclinaison solaire en °.
la latitude φ :
A l’aide du site web WeatherBase on a pris les coordonnées terrestres de la ville « Rabat » sont :
 Latitude: 34 03N    
 Longitude: 006 46W

L’angle horaire :

ω = 15 (TSV - 12)= 0 car le TSV = 12h

La déclinaison solaire en ° :


Pour calculer la déclinaison on utilise la relation suivant : δ=23.45 sin (0.986(nj+284)

Avec :
nj= le nombre de jour / nj= 31+29+30+31+30+7= 158
AN: δ =23 . 45∗sin(0 . 986 ( 158+284 ))=¿ 22. 73 ° ¿

Alors :
h=sin−1 ¿ ¿
 l’éclairement global selon modèle I
Gmax=1150∗¿
Gmoy=1080∗¿
Gmin=990∗¿
 l’éclairement global selon modèle II
G=(1270−56∗2.9)∗¿
 l’éclairement global selon modèle III
 l’éclairement direct
−1
6∗sin ( 78.7 +1) w
I h=Imax∗sin ( h ) =1210 e ∗sin ( 78.7 )=1001.64
m2
−1
I h '=Imoy∗sin ( h )=1230 e 3.8∗sin (78.7 +1.6 )∗sin ( 78.7 )=923.54 w /m²
−1
'' 2.3∗sin ( 78.7 +3 )
I h =Imin∗sin ( h ) =1260 e ∗sin (78.7 )=796.24 w/m ²

Page 12
Rapport Travaux Pratique

 L’éclairement diffus
Dmin=87∗sin(78.7)0.4 =86.32 w /m²
Dmoy=125∗sin ⁡( 78.7)0.4=124.02 w /m²
Dmax=187∗sin ⁡( 78.7)0.4=185.54 w/m ²
 l’éclairement global
𝐺𝑚𝑎𝑥=𝐼ℎ+𝐷𝑚𝑖𝑛=1087.96 𝑤/𝑚²
𝐺𝑚𝑜𝑦=𝐼ℎ′+𝐷𝑚𝑜𝑦=1044.56 𝑤/𝑚²
Gmin=Ih ' '+ Dmax=981. 78 w /m²
Un récapitulatif des éclairements global d’une surface horizontale par les trois modèles est
donné dans le tableau ci-dessous :

module I module II module III


Gmax=1124,40 w/m² Ih= 1001,64 w/m² Dmin= 86,32w/m² Gmax=1087,96 w/m²

Gmoy=1054,51 w/m² G = 1082,33 w/m² Ih'= 923,54 w/m² Dmoy= 124,02 w/m² Gmoy= 1044,56 wm²
Gmin= 966,06 w/m² Ih''= 796,24 w/m² Dmax= 185,54 w/m² Gmin= 981,78 w/m²

Tableau 1.1 : Les trois modèles estimées pour l'éclairement global (w/m 2).

4.2.3. La valeur de l’éclairement global reçu à midi tSV en w/m2  :


En utilisant l’enregistrement fourni par l’enregistreur (Figure 1.2), relever la valeur de
l’éclairement global reçu à midi TSV en W/m².
On a besoin de faire le calcul dans le Cas d’une surface inclinée d’orientation quelconque, alors il
faut préciser les paramètres suivants ;

L’angle formé par la direction du soleil et la normal à la surface :

i=cos−1 (cosh∗sinI∗cos ( a−γ ) +sinh∗cosI ) (1-19)


Avec :
- h : la hauteur de soleil.

- a : L’azimut.

Page 13
Rapport Travaux Pratique

- I : L’inclinaison sur l’horizontale.

- 𝛾: L’orientation de la surface par apport au sud géographique, elle varie de 0 à -180° du sud
vers le nord dans le sens trigonométrique et de 0 à 180° dans le sens direct.

L’azimut :
cos δ sin ω
sina= (1-20)
cos h
ω : L’angle horaire :
ω=15×(TSV−12) (1-21)
TSV : Le temps solaire vrai :

Le temps solaire vrai :


TSV=TL−C1+Lcor+ Et (1-22)
Avec :

- Lcor : La correction longitude, il est de +4min/° à l’Est et de -4min/° à l’Owest.

- Et : l’équation du temps.

- C1 : c’est le décalage du fuseau horaire, le décalage de l’heure légale par rapport à l’heure
solaire (0 heure en hiver et +1 heure en été).
Et : l’équation du temps :

Et=229.2*(0.000075+0.001868*cos𝑛− 0.032077*sin𝑛−0.014615*cos2𝑛− 0.04089*sin2𝑛)

Avec :

n=nj− (1-23)
365,25
Et voilà le tableau qui récapitule les résultats trouvés :
Avec :
Les paramètres La valeur
L’inclinaison 45°
Équation de temps Et =0,0128h
Le décalage de fuseau horaire C1= 1h
L’orientation 𝛾=0
La correction longitude Lcor=+4min/° à l’Est
Sensitivité mesurée 5.3 μV/W/m²

Page 14
Rapport Travaux Pratique

Tableau 1.2  : Les paramètres utilisés dans le calcul de tSV

Les résultats expérimentaux seront regroupés dans le tableau ci-dessous :

La valeur de La valeur de
L'heurs l'enregistreur l'enregistreur TL h TSV(h) Angle horaire sinh Hauteur h(°) sin a Azimut COS i G mes (W/m2)
(mV) w/m²
07:15 0,0898239 16,94790566 7,250 6,716 -79,2585 0,35869771 21,02023946 -0,970776283 -76,11904518 0,411987476 6,982324877
08:16 0,1736545 32,765 8,267 7,733 -64,0085 0,551214331 33,45036109 -0,993631441 -83,53022752 0,456246235 14,94890788
09:16 0,57148 107,8264151 9,267 8,733 -49,0085 0,717627141 44,1410813 -0,97012148 -75,95879167 0,615563317 66,37398575
10:13 3,186115 601,1537736 10,217 9,683 -34,7585 0,84422033 57,58849667 -0,981053226 -78,82896731 0,670382049 403,0026982
11:00 3,30238 623,090566 11,000 10,466 -23,0085 0,919805766 66,89770275 -0,918795082 -66,7505617 0,759920202 473,4991089
12:01 3,6944 697,0566038 12,002 11,468 -7,9835 0,97320636 76,70684765 -0,557123492 -33,85710041 0,823178287 573,8018607
13:00 3,19583 602,9867925 13,000 12,466 6,9915 0,97493089 77,14362391 0,504560355 30,30217177 0,825221158 497,5974594
13:58 4,010665 756,7292453 13,967 13,433 21,4915 0,927468725 68,04361179 0,903742328 64,65442516 0,768997703 581,9230516
14:01 4,04916 763,9924528 14,017 13,483 22,2415 0,923742168 67,47944254 0,911490847 65,71219585 0,76458324 584,1358247
14:59 3,42241 645,7377358 14,983 14,449 36,7415 0,828764699 55,97205105 0,985970938 80,39138138 0,652073386 421,068392
16:00 3,353135 632,6669811 16,000 15,466 51,9915 0,686922962 43,3870255 0,999994659 89,81275577 0,487407243 308,3664687
17:01 2,47659 467,2811321 17,020 16,486 67,2915 0,51131754 30,75163033 0,990045666 81,90895595 0,447085175 208,9144669
17:57 0,2224155 41,96518868 17,950 17,416 81,2415 0,332625996 19,42824048 0,966621018 75,15467712 0,406054328 17,04014651
19:25 0,0191208 3,607698113 19,417 18,883 103,2415 0,041147665 2,358253333 0,898575014 63,97138627 0,339125563 1,223462655

Tableau 1.3 : Les valeurs de l’éclairement global en de la journée étudies au site de


l’ENSET Rabat.

4.2.4. Le module le plus adapté à l’estimation de l’éclairement au site de


l’ENSET Rabat :

D’après le tableau la valeur de l’éclairement global mesuré du temps solaire vrai à midi TSV=12h
c’est presque G = 573.8 w/m²

Page 15
Rapport Travaux Pratique

Alors Le Module 1 est le plus adapté à l’estimation de l’éclairement au site de l’ENSET Rabat
parce que la valeur de Gmin=966.06 w/m² du module 1 est plus proche par rapport aux autres
modèle.

4.2.5. L’éclairement global estimes et mesures en fonction de t SV  :


Après le choix de module, on utilise la relation (1-9) correspondante à ce modèle pour calculer
Gest. Les résultats regroupés dans le tableau suivant :

TSV(h) Hauteur h(°) G mes (W/m2) G est (w/m²)


6,716 21,0202395 6,982324877 274,81849
7,733 33,4503611 14,94890788 470,203459
8,733 44,1410813 66,37398575 629,839796
9,683 57,5884967 403,0026982 801,133611
10,466 66,8977028 473,4991089 891,775125
11,468 76,7068477 573,8018607 956,954673
12,466 77,1436239 497,5974594 959,074807
13,433 68,0436118 581,9230516 901,071569
13,483 67,4794425 584,1358247 896,548227
14,449 55,9720511 421,068392 782,842238
15,466 43,3870255 308,3664687 619,113447
16,486 30,7516303 208,9144669 428,053998
17,416 19,4282405 17,04014651 250,080846
18,883 2,35825333 1,223462655 18,3470688

Tableau 1.4 : l'éclairement global estimés et mesurés en fonction de t SV.

Page 16
Rapport Travaux Pratique

1800
1600
1400
1200
1000
800
600
400
200
0
6 3 3 3 66 46 8 4 66 43 3 4 83 44 9 46 6 4 86 41 6 8 83
71 73 73 68 .4
6. 7. 8. 9. 1 0 11
.
12
.
13
.
13
.
14
.
15
.
16
.
17
.
18
.

Figure 1.3 : L'allure de l'éclairement global mésures et estimés en fonction de t SV.

Même si on a une différence entre l’éclairement mesure et estimes mais on constate que les
deux courbes attentes la valeur maximal presque a la même valeur de TSV.

4.2.6. L’allure de Gmes(t)= f(Gest(t)) :

Gmes = f (Gest)
700
600
500
G mes (W/m2)

400
300
200
100
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
G est (W/m2)

Figure 1.4 : l'allure de Gmes en fonction de Gest.

Page 17
Rapport Travaux Pratique

On constate que l’allure de Gmax en fonction de Gest est la même allure de l’éclairement global
mesuré en fonction du temps solaire vrai.

4.2.7. Le paramètre modifie pour ajuster le modèle le plus proche de la


réalité
Si on se propose d’ajuster le modèle choisi pour rendre plus proche de la réalité, quel paramètre
faut-il modifier ?

On a choisi le modèle I parce que, il est plus précis par rapport aux autres. Pour lui a ajusté, on a
besoin de modifier l’inclinaison.

5. Conclusion :

Dans ce travail, Chacun des modèles proposés dans l’étude utilise des équations propres pour le
calcul du rayonnement solaire global.

Le présent travail nous a permis de confronter des valeurs mesurées et celles estimées par les
trois modèles paramétrés.

Nous avons constaté que le premier modèle donne une bonne estimation du rayonnement
solaire. Les résultats obtenus pour le site concerné par le modèle précédent se rapprochent avec
une précision des données réelles.

Page 18
Rapport Travaux Pratique

Page 19