Vous êtes sur la page 1sur 20

Clic Musique 

! ClicMag n° 48
Votre disquaire classique, jazz, world Avril 2017

DUO BRÜGGEN-PLANK
Szymanowski touché par la grâce féminine

©
© Bernd Eberle
Irène Zandel

Retrouvez les 25 000 références de notre catalogue sur www.clicmusique.com !


Musique contemporaine

Musique de chambre polonaise pour Paweł Łukaszewski : Musica Sacra, Paweł Łukaszewski : Musica Krzysztof Meyer : Trio et Quintette Renaud-Gabriel Pion : Qalandar, le Kazimierz Serocki : Pianophonie;
vents de Dobrzynski, Kilar, Lessel vol. 2; Veni Creator; Stabat Mater; Profana, vol. 1 pour clarinette prince ascète, pour voix et piano Forte e piano. Œuvres pour piano
R. Widaszek; T. Tomaszewski; J. Domanska Concerto pour orgue Ewa Gruz-Seroka Edward Brunner; Ivan Monighetti; Pavel G.H. Toruk; R.-G. Pion; V. Segal et orchestre
Concerto Avenna; Jan Lukaszewski Gililov; Quatuor Wilanow S. Esztenyi; J. Witkowski; S. Wislocki
DUX0857 - 1 CD DUX DUX0367 - 1 CD DUX DUX1276 - 1 CD DUX DUX1290 - 1 CD DUX DUX1203 - 1 CD DUX DUX1287 - 1 CD DUX

Georges Aperghis : Crosswind; Alter Pierluigi Billone : Sgorgo Y; Sgorgo Brian Ferneyhough : Terrain; no Kurtag’s Ghosts. Œuvres-hommages Ramón Lazkano : Hauskor; Ortzi Wolfgang Rihm : «Concerto» Dithy-
ego; Rasch; Volte-face; Signaux N; Sgorgo oO time; La chute d’Icare; Incipits; Les à Bach, Bartok, Beethoven, Boulez, Isilak; Ilunkor rambe; Sotto voce, Notturno; Sotto
Geneviève Strosser; XASAX (ensemble de Yaron Deutsch, guitare électrique froissements d’ailes de Gabriel Chopin, Janacek, Ligeti, Messiaen... E. Molinari; Orchestre National Basque; voce 2, Capriccio
saxophones) Ensemble ELISION; F. Ollu; Jean Deroyer Marino Formenti, piano J. Kalitzke Quatuor Arditti; J. Nott; J. Axelrod
0012942KAI - 1 CD Kairos 0015016KAI - 1 CD Kairos 0013072KAI - 1 CD Kairos 0012902KAI - 2 CD Kairos 0012992KAI - 1 CD Kairos 0012952KAI - 1 CD Kairos

Marc Chan : My Wounded Head 3 Percy Grainger, Henry Cowell : Hans Werner Henze : Musique de Ulrich Krieger : Urban dreamings Ming Tsao : Pathology of Syntax; Iannis Xenakis : Musique élec-
Rob Haskins, piano Œuvres pour saxophone chambre California E.A.R. Unit; Ensembles Sonic The Book of Virtual Transcriptions; tonique, vol. 2; Hibiki Hana Ma;
Ulrich Krieger, saxophone Ensemble Dissonanzen; Claudio Lugo Boom et Experimente; G. Scherer One-Way Street; Canon Polytope de Cluny
Quatuor Arditti; Ensemble Recherche Iannis Xenakis, électroniques
MODE294 - 1 CD Mode MODE293 - 1 CD Mode MODE202 - 1 CD Mode MODE282 - 1 CD Mode MODE268 - 1 CD Mode MODE203 - 1 CD Mode

Duals. Œuvres pour piano et percus- L. Dallapiccola : Petit concerto pour Ivan Fedele : Musique pour percus- Klaus Huber : Œuvres pour flûtes Pièces contemporaines pour Pièces contemporaines pour
sion de Aperghis, Fedele, Ohana M. Couvreux; An Mathilde / C. Togni sion et électronique. Phasing; Pulse Jean-Luc Menet; M. El-Bushra; C. accordéon de Pintscher, Harada, saxophone de Nasopoulou, Nieder,
Simone Beneventi; Andrea Rebaudengo : Variations pour piano et orchestre and Light; Wood-Skin Tracks; Two Delume; Ensemble Alternance Kourliandski, Gervasoni, Lang... Meijering, Scelsi, Mason
Livia Rado; Aldo Orvieto; Marco Angius Moons Two Fanny Vincens, accordéon R. Genova; A. Pratsinakis; C. Bo Meijering
STR37059 - 1 CD Stradivarius STR37041 - 1 CD Stradivarius STR37050 - 1 CD Stradivarius STR37039 - 1 CD Stradivarius STR37047 - 1 CD Stradivarius STR37063 - 1 CD Stradivarius

Funambules : Trios pour saxophone, John Cage : Dream; Concerto pour Reimann, Henze, Rihm : Œuvres Dieter Schnebel : Movimento; Ying Wang : Tun-tu; Wave in d; Hans Zender : ¿Adónde? Wohin? 4
piano et percussions de Aperghis, piano; Freeman Etudes n° 1-5; pour soprano et orchestre Gesums-geknarrt Glissadulation; Focus exchange; Tip Canciones d’après Jann de la Cruz
Riehm, Schöllhorn, Prins Radio Music Juliane Banse; Orchestre Philharmonique AG Neue Musik Grünstadt; Manfred to top; Coffee and tea A. Luz; S. Mälkki; M. Creed; E. Pomarico;
Trio Accanto F. Ottaviucci; M. Svoboda; S. Scodanibbio de Saarbrück; Christoph Poppen Peters; Silke Egeler-Wittmann T. Anzellotti; Ensemble Phoenix Basel S. Cambreling
WER7358 - 1 CD Wergo WER6713 - 1 CD Wergo WER7360 - 1 CD Wergo WER7352 - 1 CD Wergo WER7347 - 1 CD Wergo WER7336 - 1 CD Wergo

Raffaele Bellafronte : Œuvres pour G. Scelsi : Suite n° 9 Ttai / B. Musique minimaliste pour clarinette Musique chorale a cappella de De Front : Pièces pour ensemble James Weeks : Mala Punica; Walled
guitare Putignano : Terracromie / D. Anaghi de Girard, Lagnau, Richards, Rihm, Łukaszewski, Brandmüller instrumental de Dubedout, Hurel, Garden
Davide Di Ienno, guitare : Intermezzo; Son’Ora Lysight, Reich, Lee, Achenberg... Kammerchor Saarbrücken; Georg Grün Jodlowski Ensemble Exaudi; Ensemble Hortus;
Giusy Caruso, piano Ronald van Spaendonck Ensemble Court-Circuit James Weeks
TC960203 - 1 CD Tactus TC930001 - 1 CD Tactus ADW7582 - 1 CD Pavane ROP6113 - 1 CD Rondeau EOR011 - 1 CD éOle Records WIN910239-2 - 1 CD Winter

2  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


En couverture / Alphabétique

DUO BRÜGGEN-PLANK

Duo Brüggen-Plank [Marie Radauer- du Nord et la lecture de textes issus de le lendemain d’une soirée arrosée !).
Plank, violon; Henrike Brüggen, piano] la mythologie vont élargir les centres Le Chant de Roxane tiré de l’opéra Le
GEN17459 • 1 CD Genuin d’intérêt et l’inspiration de musicien. Roi Roger et arrangé par Kochanski est

L es œuvres pour piano et violon Ainsi Les Mythes op. 30 et le Nocturne un air sensuel et envoûtant tandis que
En couverture

de Karol Szymanowski sont et Tarentelle op. 28 (1914-15) ouvrent «La Berceuse d’Aitacho Enia» (Souve-
le fruit de l’amitié de ce dernier sur un monde musical bien plus riche. nir du Pays Basque) est une berceuse
avec le violoniste Paul Kochans- Conçues à partir d’un vocabulaire nou- enjôleuse au caractère méditatif. Quant
ki. Les deux amis se produiront veau : usage de sons harmoniques, de à la danse paysanne issue du fameux
régulièrement en concert, le la sourdine, des quarts de ton, cas- ballet «Harnasie» (1923), elle synthé-
virtuose Kochanski n’hésitant cades et trémolos d’accords, trilles tise merveilleusement inspiration folk-
pas à conseiller Szymanowski, impossibles. pizzicati, effets striciando, lorique et langage révolutionnaire. Les
sur la technique du violon. Au fil utilisation de la chanterelle ; les deux deux interprètes Marie Radauer-Plank
du temps, ces quelques œuvres œuvres se caractérisent par leur qua- (Violon) et Henrike Brüggen (Piano)
constitueront le fil rouge de lité narrative. Tour à tour somptueux, sont parfaitement à la hauteur de leur
l’évolution du compositeur. La hypnotique et éthéré chaque Mythe ambition : «...communiquer aux audi-
Sonate op. 9 (1904) est d’obé- est traité de façon onirique et nuancée. teurs les richesses de cette musique
Karol Szymanowski (1882-1937) dience romantique. Page d’une Amples mélodies, climats évocateurs. peu facile d’accès mais d’une densité et
belle ampleur, d’un style pavoisé entre Idem pour la coloration hispanique du poésie incomparable». Leur duo réunit
Sonate, op. 9; Poèmes, op. 30; Danse
paysanne, op. 55; La berceuse d’aitacho Robert Schumann et César Franck, elle Nocturne, évocation d’une Espagne fan- brio (technique imparable) et sensua-
Enia, op. 52; Chant de Roxane; Nocturne et respecte encore les codes classiques. tasmée. La Tarentelle se pare elle d’une lité (indispensable dans ce répertoire).
Tarantelle, op. 28 Quelques voyages en Italie et en Afrique dentelle grisante (Elle fut composée (Jérôme Angouillant)

Tout ici respire de naturel, de sou-


plesse, de précision et de complicité.
Les grincheux y verront une approche
l’eau du bain et admet utiliser certaines
des solutions trouvées par Brahms
dans sa transcription pianistique de la
D ans l’intégrale Bach publiée il y a
quelques années par Brilliant, P. J.
Belder interprétait déjà ces variations
iconoclaste, les autres, une exploration Chaconne… Dont acte, et une argu- Goldberg. Il en propose ici une nou-
salutaire et réussie, sublimée par une mentation en valant bien une autre nous velle version. On peut déjà souligner,
prise de son précise et spontanée pla- n’avons plus qu’à tenter de le suivre sur sur le plan technique, que la prise de
çant l’auditeur au cœur de l’interpréta- son chemin. On est tout de suite frappé son est nettement supérieure à celle
tion. Soulignons encore un packaging par l’aspect général de lutte contre les de la version précédente. Les choix
soigné nous permettant de découvrir notes et l’instrument, et par la profusion ou les partis pris de l’interprète n’ont
Johann Sebastian Bach (1685-1750) un lieu de culture inconnu chez nous d’effets. Je pense irrésistiblement au quant à eux pas fondamentalement
Variations Goldberg, BWV 988 (trans. pour et vous aurez là une réussite osée. travail de certains designers qui, vou- varié. L’aria est toujours extrêmement
trio à cordes) (Thierry Jacques Collet) lant prouver leur maîtrise, rassemblent lente (comme chez Bob van Asperen)
Hartmut Schill, violon; Matthias Worm, alto; dans un même objet une multitude de mais on a l’impression (que ne donne
Tilman Trüdinger, violoncelle « gestes » créatifs finissant par nous le pas Van Asperen) qu’un miroir grossis-
AS5078 • 1 CD Auris Subtilis rendre étranger. Si la prestation d’Onofri sant est appliqué pour faire ressortir le

E n plaçant sur la platine une transcrip- est bien sûr techniquement ébouriffante détail en l’égrenant, en ménageant des
tion des variations Goldberg pour et intellectuellement passionnante, retards, comme si une sorte d’analyse
trio à cordes (une première  !), je dois cette avalanche d’intentions m’empêche spectrale de l’aria était nécessaire pour
avouer qu’une certaine circonspection de me connecter à la musique et d’en montrer en quoi elle est pour ainsi dire
m’étreignait. C’était oublier que les ressentir la structure, contrairement déjà grosse de ce qui va suivre. il y a
versions pianistiques de référence sont par exemple au récent enregistrement
dans ce début quelque chose d’erra-
elles-mêmes des transcriptions d’une de Rachel Barton Pine, lumineuse.
tique, qui fait perdre l’évidence (évidem-
œuvre originellement écrite pour clave- Johann Sebastian Bach (1685-1750) (Olivier Eterradossi)
ment savante) du propos. Par ailleurs,
cin. Mettez de côté vos préjugés et lais- Sonate pour violon seul n° 1, BWV 1001; et en particulier dans les variations
sez-vous emporter par cette relecture Partitas pour violon seul n° 2 et 3 rapides, le jeu est parfois trop appuyé,
éblouissante des membres du Quatuor Enrico Onofri, violon démonstratif, pas assez varié, nuancé.
Robert Schumann par ailleurs solistes
PAS1025 • 1 CD Passacaille Il y a quelque chose d’exagérément
de l’orchestre éponyme à Chemnitz en

D
Saxe. Quels musiciens accomplis et ans un excellent texte de présen- appliqué, une sécheresse trop sèche
quelle leçon de musique ! Ce n’est pas tation, Onofri détaille ses options parfois (variation 4), un déroulé un peu
une simple transcription qu’ils nous interprétatives : « parler avec l’archet », monotone (variation 6) ou trop méca-
offrent mais l’intelligente exégèse d’un « inégalité à la française », la Chaconne nique par endroits (début de la varia-
chef-d’œuvre dont nous redécouvrons comme Tombeau… si on peut discu- tion 29). Cette interprétation reste dans
les articulations, les jeux de registre, ter les points concernant la rhétorique l’ensemble acceptable, honnête même,
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
les infinis dialogues et les passages de il faut dire que son argumentation, mais cela suffit-il aux Goldberg quand
Variations Goldberg, BWV 988
relais subtilement éclairés. On admirera lorsqu’elle se base sur les manuscrits on a par ailleurs Gustav Leonhardt ou,
Pieter-Jan Belder, clavecin
aussi le travail sur les tempi et l’allant comme pour le tempo du final de la so- pour citer un enregistrement récent, la
qui se dégage lors des variations vives nate BWV 1001, est très convaincante. BRIL95471 • 1 CD Brilliant Classics merveilleuse version de Céline Frisch ?
(cf variations VIII ou XV par exemple). Pour autant il ne jette pas le bébé avec BRIL90008 • 2 VINYLE Brilliant (Bertrand Abraham)

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  3


Alphabétique
Ces trois critères se disputant des œuvres vocales) dirigeant son en- Pieter Wispelwey dont l’interprétation
les faveurs de C.P.E. Bach, leurs semble les Amis de Philippe dans un des sonates BWV 1027-29 se fondait
antagonismes (c’est toute l’his- style véhément, abrupt, expressionniste sur un choix instrumental similaire.
toire esthétique de son siècle) serait-on tenté de dire par moments, L’ingénieur du son a obtenu une surpre-
expliquent à la fois les tensions diamétralement opposé au monde oni- nante (du fait de sa rareté) et envoû-
et les subtilités de son langage. rique et raffiné du pianiste Michael tante présence physique de l’instru-
C’est avant tout la musique pour Rische. L’auditeur pourra ainsi juger ment, une irrésistible proximité en
clavier qui fit la réputation d’un quel instrument et quelle esthétique ré- accord avec l’esprit de confidence et de
compositeur indissociable de pondent le mieux à ses attentes. Comme douceur de l’Empfindsamkeit (courant
l’exécutant dont ses contempo- pour aiguiser l’esprit critique en jeu de la sensibilité). Composée près de
rains louaient le jeu vif et parti- dans la comparaison, les bouillonnants quinze ans après les sonates Wq136-
culièrement expressif. Le seul concertos Wq20 (1746) et Wq44 (1778) 137, la sonate Wq88 (1759) fait resurgir
raffinement pianistique ne suffi- ont le privilège d’apparaître deux fois, la puissance non démonstrative de la
rait à en restituer le dynamisme au piano puis au clavecin. Des trois fa- musique du père en réconciliant la
et la profondeur mais il se révèle meux concertos (1750, 1751, 1753) verve du jeu concertant et l’héritage du
cependant essentiel si l’on veut existants dans trois versions, clavier contrepoint. Exit la hiérarchie dessus-
compenser par la couleur et la (Wq26/28/29), flûte (Wq166-168) et basse continue, place à l’égalité des
Carl Philipp E. Bach (1714-1788) nuance la perte de l’éclat et de la violoncelle (Wq170-172), seul le pre- voix ! Pour fêter cela, le clavecin cède sa
Les œuvre pour piano seul et pour orgue; vivacité du clavecin. Une interprétation mier figure également dans ce coffret place au piano. Le caractère affirmé de
Concertos pour piano, clavecin, violon- au piano est en tout cas du pain bénit dans sa version pour clavier (Wq26) chaque intervention que souligne l’indi-
celle, hautbois, flûte; Les Symphonies; La pour les allergiques aux cordes pincées. mais un concerto antérieur (1747), le vidualité des timbres bien cernée par
musique de chambre; Les Sonates pour
A juste titre encensée dans nos co- Wq22, joué comme à l’habitude dans l’enregistrement propulse le mouve-
flûte, viole de gambe, clavier et violon;
Magnificat; Hamburger Quartalmusik
lonnes (et d’autres), la prestation d’Ana- son arrangement pour flûte de Franz ment dans une ivresse ascensionnelle.
Julian Steckel, violoncelle; Michael Rische, piano;
Marija Markovina offrant au monde la Benda (1709-1786) se fait aussi en- Celle-ci aspire les sonates pour clavecin
Ana-Marija Markovina, piano; Patrick Gallois, première intégrale (Miklos Spanyi tendre au piano dans sa version origi- et violon dans une séduction diable-
flûte; Dorothea Seel, flûte traversière; Federico n’ayant pas encore achevé la sienne) nale, situation un tant soit peu excep- ment électrisante, les interprètes nous
Guglielmo, violon; Les Amis de Philippe; Ludger des œuvres pour clavier seul réunit bien tionnelle. L’interprétation des concertos confirmant que la dimension brillante
Rémy, clavecin, direction; Camerata Salzburg; Sir des qualités propres à leur mériter une pour flûte ravit d’emblée par la rondeur de ces pièces est bien sûr l’expression
Roger Norrington, direction; Stuttgarter Kammeror- intégration définitive au « grand réper- de la sonorité, le naturel et la fluidité du d’un abandon aux forces de vie et non
chester; Wolfram Christ, direction; Bach-Collegium toire », ce repère arbitraire, sachant que phrasé de Patrick Gallois réalisant avec de quelque exhibition mondaine. Toute
Stuttgart; Helmuth Rilling, direction
la non-réalisation de cette perspective la Toronto Camerata un ensemble d’une résistance à leur pouvoir serait vaine.
HC16000 • 54 CD Hänssler Classic désirée ne pourrait pas même remettre fraîcheur et d’une spontanéité très com- L’équilibre entre les deux instruments

I l est le père, nous sommes les en-


fants » (Mozart). Le maître admiré par
la trinité du classicisme viennois n’est
en cause la légitimité d’un tel investisse-
ment et l’accomplissement qu’il repré-
sente. C.P.E. Bach fut aussi novateur
municatives. L’hypnotisante éruption
sans relâche du mouvement final du
concerto Wq22 achève de nous
annonce Mozart tout en assumant l’iné-
vitable filiation. L’abondance de mu-
sique de chambre fait d’autant plus dé-
certes pas encore honoré d’une inté- dans le concerto que dans la sonate. En convaincre que nous tenons là une des plorer l’absurde absence des quatuors
grale mais l’ampleur de la somme réali- guise de transition entre les deux grandes versions de ces œuvres. Le Wq93-95 pour clavier, flûte et alto (et
sée par Hänssler est sans précédent. genres, évoquons les transcriptions succès actuel des trois concertos pour basse ad libitum) de 1788 comptant
L’éditeur qui en proposant l’unique al- pour clavier seul des six concertos violoncelle a non seulement tendance à parmi les plus belles œuvres de C.P.E.
ternative au «  Bach 2000  » de Warner Wq43 (1771). L’un des points culmi- éclipser leurs versions pour clavier Bach. Seul le Wq93 a daigné se présen-
répondit à l’attente justifiée par le deux nants du voyage dans l’Europe des Lu- mais aussi l’ensemble des autres ter avec une flûte à bec ! Les quatre fils
cent cinquantième anniversaire de la mières de l’éminent pionnier de la musi- concertos. L’archet de Julian Steckel vi- Bach ont composé des symphonies, les
disparition du Cantor de Leipzig prend cologie Charles Burney fut sa rencontre revolte parmi les éléments déchaînés, plus productifs ayant été Johann Chris-
une autre direction pour son fils prodige avec « le Bach de Hambourg » en 1772. poursuivi par un orchestre réactif à ses tian et Carl Philipp Emanuel. Quelques
en prouvant de façon remarquable que Parmi maints détails relatés, cette men- moindres manifestations. Maîtriser à un symphonies «  berlinoises  » (1755-58)
l’exhaustivité n’est pas toujours la clé la tion de nature à susciter une écoute de tel degré l’alternance des éléments air et sont empoignées par Ludger Rémy tan-
plus opérante pour donner accès à un ces œuvres encore plus attentive  : terre ou leur collision dans le feu du dis que les quatre dernières (Ham-
univers et le faire apprécier. Comment « Entre autres choses, il me joua aussi mouvement conduit fatalement à une bourg, 1776), longtemps les seules que
donner alors toute la mesure de la com- les six concertos qu’il a récemment pu- expression sidérante d’éloquence qui la postérité jugea dignes d’être retenues
plexité d’un génie aux multiples facettes bliés par souscription.  » Cruelle ab- n’a jamais à forcer la voix. L’émotion se (les « Londoniennes » de C.P.E. Bach en
sinon en se souvenant que dans cer- sence d’édition, de copie, de manuscrit renouvelle dans chaque aveu découlant quelque sorte), révèlent sous la direc-
tains genres (sonates, concertos) celui- témoignant plus ou moins fidèlement si naturellement du précédent. Les deux tion de Yoon K.Lee toute leur beauté
ci s’exerça sans interruption puis, fort de cette lecture solistique... feu à jamais concertos pour hautbois de 1765, ul- plastique et leur maturité d’écriture
de cette observation, en sélectionnant éteint  ? Les transcriptions que nous times compositions orchestrales de la mais seulement en partie leur dramatur-
dans un corpus imposant les œuvres entendons et dont le maigre livret ne période berlinoise, sont également des gie de questions et de réponses déci-
qui permettront à l’auditeur de saisir précise pas l’auteur paraissent pour leur secondes moutures de concertos pour sives dont Gustav Leonhardt tira en re-
tout ce qu’eût de significatif un parcours part noyer les subtilités des versions clavier. La lutte et le tourment y ont ab- vanche toutes les conséquences. Des
de plus d’un demi-siècle. A titre originales. Les contrastes sonores du diqué leurs instincts en faveur d’une sommets d’originalité que sont les sym-
d’exemple, des 18 concertos pour cla- jeu concertant qui rendent ces œuvres mélancolie dont certaines fréquences phonies pour cordes Wq182 (1773),
vier présents (sur les 52 composés), le jubilatoires sont si atténués, parfois moirées d’absence au monde de ten- Wolfram Christ valorise l’extrême mobi-
plus ancien (Wq3) est de 1737 et les même gommés quand on ne perçoit dance dépressive annoncent Schu- lité, l’inépuisable fantaisie, le goût du
plus tardifs (Wq44-45) de 1778. La suc- plus le passage de l’orchestre au soliste, mann. Phrasés dépourvus d’inventivité, clair-obscur (notamment les contrastes
cession d’œuvres aussi éloignées occa- que le pétillement d’esprit de leurs sur- battue systématique et raide, rythmes piano-forte) défiant la virtuosité mais ne
sionne une ivresse plus révélatrice gissements théâtralisés n’est finale- insuffisamment caractérisées, couleurs prolonge pas toujours assez la réso-
qu’un compartimentage en périodes qui ment pas restitué. La finesse de l’exécu- ternes, idéal sonore éludé, le tout servi nance du mystère des forces nocturnes
peut donner une grille de lecture assez tion de Mme Markovina n’en est pas par un enregistrement distant et mal irrationnelles. La dernière partie du cof-
linéaire pour empêcher la lumière d’en- moins appréciable, en particulier dans défini tuant dans l’œuf toute velléité de fret fait réapparaître l’ombre paternelle
trer. Les « ...ismes » (pré-classicisme et l’émouvant concerto en ut mineur relief, l’interprétation de ces pièces fait dans des domaines où les comparai-
pré-romantisme ouvrant le cortège) (Wq43/4) en quatre mouvements en- d’autant plus pâle figure qu’elle subit le sons sont inévitables. Cependant, bien
prestement convoqués trahiront surtout chaînés. Le mode mineur affecte près sort cruel de succéder à tant de mer- que Carl Philipp Emanuel ne put à Berlin
une volonté de rationalisation s’avouant de la moitié des concertos pour clavier veilles. Regain de satisfaction avec la perpétuer comme le firent Wilhelm Frie-
partielle (tant mieux !) et ponctuelle face que nous propose Hänssler. Afin d’étof- musique de chambre qui bénéficie de demann et Johann Christoph Friedrich
à une musique qui nous surprend, nous fer un peu ce chapitre qui atteindra ainsi musiciens dont le goût et la culture fa- la pratique de l’orgue fixée et léguée par
intrigue et nous malmène pour mieux le tiers de la production léguée par notre vorisent ce bel équilibre de passion et leur père, le souffle indéniable des
nous combler. Ce phénomène d’attrac- compositeur, le coffret accueille deux d’élégance, d’intensité et de nuance. pièces écrites pour cet instrument (sans
tion s’amplifie lorsque le programme enregistrements réalisés pour le label Les sonates pour viole de gambe et pédalier pour certaines) justifie sans
constitué est comme la signature serei- cpo par le claveciniste Ludger Rémy basse ont avec le violoncelle de Dmitry peine qu’elles soient toutes ici pré-
nement déterminée d’un éloge de l’al- (qu’on retrouvera dans les trios, Kouzov une qualité de chant et une pro- sentes. Le confort d’écoute est un atout
chimie entre esprit, goût et sensibilité. quelques symphonies « berlinoises » et fondeur aussi estimables que celles de précieux pour ce pan moins connu de

4  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


l’Œuvre de C.P.E. Bach. Enfin la place chambristes attentifs aux nuances et à du compositeur), sa conception a tou- Alexandre Pierre Boëly (1785-1858)
occupée par la musique vocale dans ce l’équilibre du duo. La sonorité élégiaque tefois un peu évolué : les tempi se sont Andante con moto; Allegro ma non troppo;
coffret (parfois curieusement structuré) du violoncelle sonne particulièrement sensiblement resserrés, la musique a Allegretto; Canone all’ octava; Fantaisie et
est assez révélatrice du changement qui bien dans les passages méditatifs  : le gagné en dynamique, en énergie et en fugue / C. Balbastre : Préludes et rondos;
s’opéra dans le second XVIIIe siècle premier mouvement de Franck se pare tension, soulignant les contrastes, ren- Pièces sans titre; Duo; Noël; Cannonade;
avec la nouvelle suprématie de la mu- de couleurs brahmsiennes. Néanmoins, forçant et concentrant le discours sans Carillon des morts; Marche des Marseillois
sique instrumentale que Haydn et Bee- vouloir rester le plus proche possibles pour autant troubler la clarté et la pré- et l’Air ça-ira
thoven achèveront d’instituer. Non que des originaux avec violon est à la fois cision de la ligne de chant. Une lecture Maxime Heintz, orgue (Orgue Charles Le Royer de
cette partie de la production de C.P.E. une prouesse (écoutez les redoutables à la fois classique, réfléchie et d’une l’Eglise St. Sauveur de Grignan)
Bach soit quantitativement négligeable notes répétées dans les Variations de la grande sensibilité. (Alexis Brodsky) GEN89140 • 1 CD Genuin
mais la proportion de chefs-d’œuvre y Sonate à Kreutzer ou le tempo enlevé du
est incontestablement plus faible. Le
Magnificat de 1749 appartient à cette
Finale –bien qu’ils aient tendance à ra-
lentir) et la limite d’une telle entreprise. L es deux compositeurs réunis ici dif-
fèrent en tous points : par l’époque,
le style, et la place qu’ils occupent dans
frange. A pièce d’envergure, interpréta- (Thomas Herreng)
tion d’envergure sous la baguette du le «  panthéon musical  ». Si Balbastre
très intègre Helmut Rilling disposant de fut réputé en son temps, l’intérêt de sa
solistes extraordinaires de présence. Du musique pour orgue paraît aujourd’hui
chœur initial à la magistrale fugue davantage d’ordre musicologique qu’ar-
conclusive, c’est un investissement, tistique au sens fort du terme. Impré-
certes relevant d’une tradition bien éloi- gnée de l’atmosphère des salons de
gnée du style de Ludger Rémy dirigeant l’Ancien Régime finissant, elle reste, sur
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
les autres œuvres religieuses, mais le plan mélodique et harmonique, facile,
Quatuors à cordes, op. 18 n° 2 et op. 59
sans la moindre faille et sans aucun voire superficielle : ses Noëls sont loin
n° 3
moment de flottement ne venant contre- d’avoir l’ingéniosité naïve et le charme
Quartetto Di Cremona
dire la consistance de l’ouvrage. La den-
Ludwig van Beethoven (1770-1827) AUD92689 • 1 SACD Audite de ceux d’un Dandrieu (plage 10). La
sité et la solidité de facture du Magnifi-
Symphonies n° 1 et 4 conversion aux pièces de circonstance
cat rencontrèrent-elles l’approbation de
London Philharmonic Orchestra; Kurt Masur, spectaculaires sur le plan sonore qui;
ce père dont il espéra obtenir la succes-
direction 1789 oblige; permirent au compositeur
sion à Leipzig avec cette oeuvre ? Sans
doute considéré comme fils prodigue LPO0093 • 1 CD LPO de ne pas s’aliéner le nouveau régime

E
par le « vieux Bach » mais devenu pour minent spécialiste de Beethoven, (variation sur la Marseillaise, Ça Ira,
nous fils prodige, lui revient aujourd’hui Kurt Masur (1927-2015) a entretenu Canonnade) et contribuèrent à sauver
sa place méritée. Une disparition (1788) tout au long de sa carrière un lien étroit dans certains cas des instruments dont
au bicentenaire insuffisamment célébré, avec ses Symphonies qu’il a maintes les tuyaux attisaient les convoitises de
une naissance (1714) au tricentenaire fois dirigées au concert et dont il a enre- l’armée semble procéder d’un «  recy-
déjà derrière nous mais laissant le sou- gistré dans les années 70 une excellente clage » des procédés antérieurs : « son-
venir d’une bien plus grande considéra- intégrale avec l’Orchestre du Gewand- Ludwig van Beethoven (1770-1827) neries » procédant par notes répétées,
tion, enfin cette renaissance devant haus de Leipzig. Trente ans plus tard, Sérénade pour flûte, violon et alto, op. 25 déroulements de gammes, échos et
nous, riche d’un legs ravivant nos élans en 2004, alors chef principal du London / M. Reger : Sérénades pour flûte violon et répétitions (plages 1, 6,12). Si Balbastre
les plus essentiels, nécessaire comme Philharmonic Orchestra, cet enregistre- alto, op. 77a et 141a annonce un futur, c’est plutôt celui de
l’est à tout regard l’horizon. ment de la Première et de la Quatrième Andrea Oliva, flûte; Carlo Parazzoli, violon; Luca
Lefébure Wely. Dommage que l’œuvre
(Pascal Edeline) capté sur le vif montre qu’il n’a pas Sanzo, alto
de Boëly, ne représente que 16 minutes
perdu la main : l’équilibre et la cohésion BRIL95420 • 1 CD Brilliant Classics
du CD. Elle est à tous égards plus inté-
des pupitres demeurent remarquables,
ressante, et anticipe parfois, au-delà
les dialogues entre les cordes et les
vents sont de toute beauté et la sonorité même du romantisme, Franck, Widor
de l’ensemble reste homogène de bout ou Vierne. Les qualités de l’interprète,
en bout, mettant en relief maints détails son enthousiasme et sa verve ne font,
et raffinements de l’orchestration. Avec d’un bout à l’autre, aucun doute dans
le temps (et sans doute aussi grâce à la ce premier CD. Il défend avec brio et
parution chez Breitkopf & Härtel d’une conviction un programme qu’on aurait
nouvelle édition de ces partitions plus peut-être souhaité plus « équilibré » ou
Ludwig van Beethoven (1770-1827) fidèle aux indications métronomiques varié. (Bertrand Abraham)
L. van Beethoven : Sonate n° 9, op. 47
« Kreutzer » / C. Franck : Sonate pour
présence dans cette collection du label (Gavotte, gigue…) une ouverture à l’ita-
violon et piano en la
Roberto Trainini, violoncelle; Cristiano Burato,
Sélection ClicMag ! «  Musiques suisses  ». C’est d’ailleurs lienne (n° 3) d’austères préludes, des
piano
dans son pays d’origine, nous apprend Allegro volubiles et des cantilènes assez
la notice, qu’il est le plus joué. Son proches des Allemandes ou des Sara-
BRIL95191 • 1 CD Brilliant Classics œuvre est essentiellement instrumen- bandes. La «  Méditation Hébraïque  »
C e disque présente deux plus célèbres
Sonates pour violon dans une adap-
tation pour violoncelle. Mais le souhait
tale (A part son Avodath Akodesh écrit
en 1933 pour la synagogue) et son style
(1924) fut écrite pour Pablo Casals.
L’usage de quarts de tons, de points
se scinde en deux catégories : musique
des deux interprètes n’est pas tant de pure (néo-classique) ou d’inspiration d’orgue, de procédés d’imitation en font
proposer des versions inhabituelles hébraïque dictées par la lecture inten- une œuvre délicate et dense. Enfin les
d’œuvres connues que de faire revivre sive de la Bible et des textes du patri- «  Trois Nocturnes  » (Encore le chiffre
une tradition de transcriptions aux- moine juif. Ce disque est consacré à la trois !), daté de la même année et com-
quelles étaient soumises toutes les Ernest Bloch (1880-1959) musique de chambre pour violoncelle, posés pour sa classe musique lorsque
pages à succès au 19e siècle. L’arran- From Jewish Life, pour violoncelle et en solo (trois suites) en duo (avec Bloch était enseignant à Cleveland,
gement de la sonate à Kreutzer (dont piano; Suites pour violoncelle seul n° 1-3; piano) et en trio. Les trois esquisses de montrent à partir d’une facture simple,
Beethoven lui-même avait autorisé une Méditation hébraïque, pour violoncelle «  From jewish life  » font pendant aux
et piano -3 nocturnes pour violoncelle et
une grande ductilité d’expression,
édition pour violoncelle) est signé de « Trois tableaux de la vie hassidique »
piano preuve de l’efficacité et de l’intelligence
Franchomme, immense violoncelliste et (Pour violon et piano). Mélodies folk-
Chiara Enderle, violoncelle; Matthias enderle, de l’écriture du compositeur. Belle
ami de Chopin (il est le dédicataire de sa loriques langoureusement jouées au
violon; Hiroko Sakagami, piano performance de la jeune violoncelliste
Sonate pour violoncelle). Il reste le plus violoncelle accompagnées d’accords
fidèle possible au texte original, tout MGB6290 • 1 CD Musiques Suisses au piano. Les «  Trois Suites  » (1956- Chiara Enderle dans sa lecture subtile et

E
comme le sera Delsart qui a obtenu la rnest Bloch, même s’il a passé la 57) ont pour modèle les suites de Bach. franche de ces œuvres qui nécessitent
permission de Franck d’arranger sa So- moitié de sa vie aux Etats-Unis, est Elles sont d’humeur baroquisante. autant d’endurance (Les Suites) que de
nate. Les musiciens se révèlent être des resté un compositeur suisse. D’où sa On y retrouve des rythmes de danse profondeur. (Jérôme Angouillant)

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  5


Alphabétique
0300911BC • 4 CD Berlin Classics aucune impasse ; l’orchestre sert d’ail-
Sélection ClicMag !
P our marquer son 70e anniversaire, leurs ces partitions avec des sonorités
Berlin Classics puise dans le cata- généreuses, à la fois profondes et lumi-
logue Eterna de quoi nous offrir de neuses : les toiles de Friedrich exposées
somptueuses redécouvertes. L’intégrale à l’Alte Nationalgalerie ne sont pas loin.
des symphonies de Brahms, enregis- Non seulement le cycle Brahms est
trée en 1978-79, remastérisée en 2017, agréablement complété par les op. 56a
a tout du chef d’œuvre sous la baguette et 81. mais un quatrième cd propose
de Günther Herbig. Ce chef, disciple en outre, avec une égale lisibilité, des
d’Abendroth, Scherchen et Karajan, a œuvres de Schoenberg (5 Pièces, op. Rodion Chédrine (1932-)
succédé à Kurt Sanderling de 1977 à 16, 1909, dont le célèbre Farben, et Suite Carmen, pour orchestre à cordes et
83 à la tête du Berliner Sinfonie-Orches- Variations op. 31, 1926-28) et de Lutos- percussions
Johannes Brahms (1833-1897)
Georgisches Kammerorchester Ingolstadt; Ruben
ter. Son interprétation excelle ici par sa lawski (Musique funèbre pour cordes,
Symphonies n° 1-4; Ouverture Tragique, Gazarian, direction
transparence, le souffle énergique qui 1958, et Livre pour orchestre, 1968),
op. 81; Variations sur un thème d’ Haydn
enchaîne si naturellement les thèmes et des présences que la tradition orches- GKO001 • 1 CD AVI Music
/ A. Schoenberg : 5 pièces pour orchestre,
op. 16; Variations pour orchestre, op. 31 / les mouvements. L’attention simultanée trale justifie et qui fournissent encore
W. Lutoslawski : Musique funèbre; Livre au détail comme à la cohérence de l’en- d’autres belles émotions musicales.
Orchestre Symphonique de Berlin; Günther Herbig semble sont évidents et ne conduisent à (Alain Monnier)

matographique, les sources étant ainsi


plus ou moins identifiables). Les quatre
mouvements du Concerto (Basés sur
le Livre des Lamentations du mystique
arménien Grégoire de Narek, Xe siècle) Frédéric Chopin (1810-1849)
Intégrales des ballades et impromptus
témoignent d’un abandon, d’une foi
Radoslav Kvapil, piano
sincère et d’une sérénité reconquise. MC3102 • 1 CD Musical Concepts
J. Bodin De Boismortier (1689-1755) Dimitri S. Bortnianski (1751-1825)
Concertos pour choeur n° 9 et 24; Hymne Avec raison Risto Joos aborde les deux
Sonate pour flûte, basson et basse conti-
des chérubins n° 7 / A. Schnittke : Concerto univers d’un seul geste, large et fédéra-
nue, op. 37; Suites n° 1 et 3; Sonate pour
pour choeur
basson et basse continue, op. 26 MDR Rundfunkchor; Risto Joost, direction teur, quitte à fondre les pupitres dans la
Ensemble I Fiori Musicali GEN17450 • 1 CD Genuin masse compacte du choeur par ailleurs

C
LDV14026 • 1 CD Urania onfronter sur le thème et l’intitulé du excellent. Il privilégie l’empathie et la

N e cherchez pas la mystérieuse Credo (Glaubensbekenntnis), de la


ferveur du chant en accord avec texte et
«  Suite I op. 25  » figurant pour- croyance et de la confession, le baroque
Dimitri Bortnianski (1751-1825) et le tradition tout en gommant les quelques
tant au sommaire, dans le texte et au
post-moderne Alfred Schnittke (1934- dissonances qui émaillent la partition de
dos du boitier : on la connaît habituel- Felix Draeseke (1835-1913)
1998) est une excellente idée. Risto
lement sous le numéro d’opus 35. Ce Joos le directeur du Leipzig Radio Choir Schnittke. Plus qu’une confession (La Quintette pour 2 violons, alto et 2
côté un peu approximatif est assez a ainsi choisi un Hymne et deux des participation des solistes est minorée) : violoncelles, op. 77; Scène pour violon et
symptomatique de l’enregistrement. Concertos sacrés de Bortnanski (Parmi piano, op. 69; Quintette pour violon, alto,
une communion. (Jérôme Angouillant) violoncelle, cor et piano, op. 48
Ainsi, pourquoi la notice vante-t-elle la la trentaine recensée par Tchaikovski
volonté philologique de Fiori Musicali dans l’édition complète) et le Concerto
pour choeur (1984) œuvre embléma- s’approprie et réinvente le discours mo-
qui ne respecte pourtant pas (comme
d’autres, du reste) pour l’op. 37 l’ins-
tique de Schnittke. Bortnianski qui s’est Sélection ClicMag ! zartien, s’amusant de ses propres trou-
initié au contrepoint et à la polyphonie vailles tout en déployant ses moyens
trumentarium demandé par Boismor- en Italie auprès de Galuppi, a ensuite digitaux. On retrouve les idiomes
tier  ? Celui-ci prescrivait d’associer écrit des opéras italiens puis français habituels  : Allegro plein d’allant, ten-
soit un basson au hautbois, soit une pour le public de Saint Petersbourg, dresse dans l’Andante, final éblouissant
remplace Paisiello à la cour de Cathe- sauf qu’il y glisse un bref Scherzo en
viole à la flûte expressément traver-
rine II, puis devient maître de chapelle forme de menuet (Clin d’oeil aux sym-
sière... voici les 5 sonates partagées
et se met au service de l’Église Ortho- phonies). Le quatuor op. 19 composé
entre une flûte successivement à bec, doxe. Il compose ainsi une centaine dans les années 1880-82, dérive de
traversière ou de voix (flûte à bec d’oeuvres liturgiques, cantates, hymnes l’influence de Brahms (Les phrasés,
intermédiaire entre l’alto et la ténor), et concertos. Ces œuvres nécessitent les développements mélodiques et les
associée à un basson et un clavecin. Il souvent des effectifs importants. Elles Ferruccio Busoni (1866-1924) épisodes fugués) mais cette habileté
ont la particularité d’emprunter au prodigieuse à raisonner musicalement
me semble que ce choix contribue à la Chansons populaires finnoises, op. 27;
vocabulaire baroque (Un contrepoint Concerto pour piano et cordes, KV 80; évoque Mendelssohn. L’Andante est
compacité et la pesanteur ressenties à soutenu, des choeurs séparés alla Ga- Quatuor à cordes, op. 19 aussi polyphonique et mozartien (La
l’écoute, loin de la légèreté dynamique brielli) mais aussi au canon liturgique Flûte) que romantique et Brahmsien.
Chloe Mun, piano; Nuova Orchestra da Camera
qu’y mettaient l’ensemble Portique orthodoxe. Elles sont ainsi efficacement Ferruccio Busoni; Massimo Belli, direction Les deux « Finnish Folks Songs » datent
ou le London Baroque. Il me semble illustratives à la manière des icônes et CON2099 • 1 CD Concerto du séjour de Busoni à Helsinki où il se
aussi que le clavecin passe en partie à facile d’accès pour les fidèles. Berlioz en lie d’amitié avec Sibelius. Ecrites pour
côté de l’esprit de l’op. 59-3  : la fierté
et le piqué manquent à l’Impérieuse, le
souligne les qualités dans son journal :
«  Une rare expérience des masses vo- C e disque publié à l’occasion du
150ème anniversaire de Ferrucio
Busoni (1866-1924) s’intéresse à des
piano à quatre mains, elles furent fina-
lement transcrites pour orchestre de
cales, prodigieuse entente des nuances, chambre. On y entend déjà tout le travail
miel à la Flagorneuse et l’humour à la harmonie et liberté dans la disposition œuvres de jeunesse du compositeur, thématique qui augure du Busoni futur.
Puce, toutes choses qu’on trouvait par des parties ». Le Concerto pour choeur à l’époque où ce dernier voyage de Des œuvres rares et une interprétation
exemple chez Naxos sous les doigts de est une œuvre atypique de l’esthétique Trieste à Graz en passant par Vienne. pleine de fraîcheur de la jeune Chloé
« polystylistique » de Schnittke (Préle- A l’âge de douze ans, il compose dans Mun, lauréate du concours Busoni et
Béatrice Martin. Si on ajoute quelques
ver des fragments d’oeuvres du passé cette même ville le concerto pour piano du Nuova Orchestra Da Camera Ferru-
petits soucis techniques, on obtient un
(de Bach à Berg en passant par Schu- KV80. L’œuvre est un hommage direct cio Busoni, petit ensemble de chambre
disque sans atout majeur mais d’écoute bert et Mahler) pour les couturer, voire à Mozart, particulièrement son 24ème dirigé tout en finesse et discrétion et par
facile… tout Boismortier, en somme  ! les fusionner à la façon du cut-up litté- concerto, avec lequel il avait fait ses Massimo Belli. Un disque passionnant.
(Olivier Eterradossi) raire (Burroughs) ou du montage ciné- débuts au concert. Le jeune pianiste (Jérôme Angouillant)

6  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


Sélection ClicMag !
tième se gardent bien de noircir trop le
tableau ou de tendre uniment au drame
comme le faisait avec une pointe de
Cantorum, qui a profondément marqué
notre Vaudois. Rien de révolutionnaire
non plus du côté des pièces d’orchestre
L e compositeur américain Charles
Griffes a laissé une œuvre riche et
dense. Féru de littérature française et de
génie Carlo Maria Giulini avec le même mais un style « à la Poulenc »; le côté musique européenne, le jeune homme
orchestre dans ce qui demeure l’un canaille en moins; dans le Concerto, part étudier à Berlin auprès de Hum-
de ses plus beaux disques  : Yannick empreint d’une grande fraîcheur. Les perdinck, protégé de Richard Wagner.
Nézet-Séguin préfère une touche plus solistes, le chœur et l’orchestre de la Mais sa musique est pleine des inno-
diverse, des accents plus nostalgiques, Haute Ecole de Musique de Lausanne vations du tournant du XXème siècle,
son Poco adagio très mesuré est sub- défendent avec conviction la musique l’expressionnisme de Richard Strauss
tilement distancié, on le suit pas à pas simple mais belle de leur compatriote. et l’impressionnisme de Debussy. Les
dans sa promenade bucolique où tout (Yves Kerbiriou) Préludes du compositeur français
l’art de l’orchestre de Dvorák irradie. Le modèlent les «  Trois Poèmes  » op. 5
Antonín Dvorák (1841-1904) concert du 3 février 2016 s’ouvre par où l’eau et le vent surgissent du cla-
Ouverture Othello, op. 93; Symphonies une des partitions les plus suggestives vier. Le jeune américain essaye de se
n° 6 et 7 et pourtant les moins courue du com- libérer de la tonalité. Il écrit des œuvres
London Philharmonic Orchestra; Yannick Nézet- positeur tchèque, Othello, ouverture qui évoquent tantôt Busoni (Berceuse),
Séguin, direction pour le drame de Shakespeare, d’une tantôt le dernier Liszt (De Profundis).
LPO0095 • 2 CD LPO suggestion psychologique inouïe dont Cette période trouve son aboutisse-
le chef canadien saisit toute la puis- ment dans les « Esquisses romaines »
V oici, je crois bien, la première incur-
sion au disque de Yannick Nézet-
Séguin chez Dvorák. L’écho de ces
sance de caractérisation. La Sixième
Symphonie peut paraître, sombre,
dont proviennent « Le Paon blanc », sa
pièce la plus célèbre, et une évocation
emportée, épique, vraie narration musi- virtuose et lisztienne des « Fontaines ».
deux concerts, distants de huit ans; la Reinhold Glière (1875-1956)
cale dont Yannick Nézet-Séguin attise L’écriture change radicalement dans la
Septième Symphonie fut captée le 20 Concertos pour violoncelle (op. 87) et pour
les passions : écoutez seulement com- Sonate, plus moderne, plus agressive
mai 2009, Othello et la Sixième l’an soprano colatura et orchestre (op. 82)
ment il fouette le furiant du Scherzo. dont les rythmes secs rappellent Bar-
Olga Trifonova, soprano; Dmitry Khrychov, violon-
passé; montre un sens évident de la Il lui faut faire une suite à cet album, tok. Cette page, qui inspirera Ives et
celle; St. Petersburg State Academic Symphony
grammaire Dvorák. Cela chante éperdu- Dvorák n’avait plus croisé un inter- Orchestra; Alexander Titov, direction toute une partie de l’avant garde amé-
ment, les rythmes fulgurent, l’harmonie prète aussi naturellement versé dans ricaine, est le testament d’un musicien
NFPMA9989 • 1 CD Northern Flowers
se diapre, composant des paysages sa musique depuis quelques lustres… trop tôt disparu à 35 ans. Le pianiste
sonores enivrants qui dans cette Sep- (Jean-Charles Hoffelé)
A près avoir été, avant la révolution
de 1917, un des maîtres du post-
romantisme russe (sa gigantesque 3°
Emanuele Torquati aime défendre les
répertoires peu connus (on lui doit un
disque consacré à Roussel). Il défend
Felix Schwartz, alto; Andreas Grünkorn, violon- diebus et Beatae Mariae Virginis symphonie « Ilya Murometz » demeure
celle; Quatuor Breuninger; Solistenensemble Berlin
avec passion ces pages ardues, avec
Luca Scandali, orgue; Ensemble Bella Gerit [Enea l’une des plus belles et grandioses un souci de lisibilité qui occulte par
CPO555107 • 1 CD CPO Sorini, baryton; Simone Sorini, ténor; Mauro symphonies du début du XX° siècle),
Presazzi, basse] moments l’aspect orchestral mais

D e nos jours, le très prolixe Draeseke Glière se tourna vers un style confor- établit de belles auras mystérieuses,
est encore connu pour ses sym- TC590701 • 1 CD Tactus miste et volontiers folklorisant qui lui notamment dans le «  Crépuscule  ».
phonies (la troiisème, dite «  sinfonia permit de traverser une époque difficile (Thomas Herreng)
tragica » fut une œuvre encensée à son sans vicissitude. Les deux concertos ici
époque qui la plaçait à côté de celles réunis datent le la fin de la guerre, mais
de Brahms et Bruckner ; les quatre rien dans leur lyrisme paisible et mélo-
symphonies ont d’ailleurs été gravées dieux ne trahit les horreurs du temps.
par CPO), et son gigantesque orato- D’amples dimensions (quarante-cinq
rio «  Christus  ». On connaît moins sa minutes), celui pour violoncelle, dédié,
évidemment, à Rostropovitch, est un
musique de chambre, qui n’était guère
chef d’œuvre trop méconnu tandis
disponible que sur des CD confiden-
que le bref et original concerto pour
tiels. Voici donc une belle occasion
Aloÿs Fornerod (1890-1965) soprano colorature a immédiatement
d’entendre le vaste et assez brahmsien
conquis public et interprètes par son
quintette à deux violoncelles (1901), la Messe, op. 25; 3 motets, op. 4; Salve Joseph Haydn (1732-1809)
charme enthousiasmant. Les musiciens
scène pour violon et piano, au caractère Regina, op. 26; Ave Maria, op. 6; 4 inter-
ludes, op. 3; Fugue pour orgue; Prométhée de Saint Petersbourg restituent à ces Sonates pour piano, Hob. XVI : 21, 23, 28,
opératique affirmé (1889, elle utilise 34 et 46
enchaîné, op. 34; Concerto pour piano et partitions somptueuses leur richesse
d’ailleurs des thèmes de l’opéra Ber- Markus Becker, piano
orchestre, op. 29 harmonique et mélodique, et rappellent
tran de Born) et le quintette avec cor
Jennifer Pellagaud, soprano; Olga Zhukova, orgue; que Glière, professeur de Miaskovski, AVI8553369 • 1 CD AVI Music
et piano (1888). Si vous connaissez,
Prokofiev, Khatchatourian ou Mos-
B
Cyril Julien, orgue; Oxana Shevchenko, piano;
ou croyez connaître, tout Schumann ien que connaissant un regain d’inté-
Chœur de l’HEMU; Jean-Pierre Cholet, direction; solov (et j’en oublie…) fut une figure
et tout Brahms et que vous avez envie Orchestre de l’HEMU; Emmanuel Siffert, direction rêt au disque récemment (Hamelin,
majeure de la vie musicale russe du Bavouzet), les Sonates pour piano de
de sortir des sentiers battus, voici un CLA1614 • 1 CD Claves XX° siècle, doublé d’un immense com-
CD qui saura vous intéresser. Comme Haydn restent moins jouées que celles

C apté en 2015 lors de la célébration positeur. Certainement l’un des disques de Mozart. Elles sont pourtant plus
toujours chez CPO, l’interprétation est majeurs de cette série consacrée à la
irréprochable, à défaut d’apporter à des 50 ans de la mort du composi- variées et non moins intéressantes
teur Vaudois Aloÿs Fornerod, ce disque musique soviétique en temps de guerre. pianistiquement. Pour Haydn comme
cette musique le surcroît d’inspiration (Richard Wander)
s’en vient dresser un portrait assez Beethoven, la Sonate pour piano est le
qui lui fait défaut. On avoue néanmoins
fidèle en vérité. Ne manquent au tableau lieu des expérimentations musicales.
être curieux d’une suite éventuelle. Il
que des échantillons de sa musique Le choix d’œuvres proposé ici montre
reste beaucoup à découvrir dans la
de chambre et de scène mais le choix l’évolution du compositeur du baroque
musique de chambre de Draeseke.
des œuvres est bien représentatif du tardif (Sonate 21 avec ses rythmes
(Richard Wander)
style du compositeur. Fils de pasteur, pointés, ou le Siciliano de la 23) aux
Fornerod, converti au catholicisme, grandes formes classiques (Sonate
a largement baigné dans la spiritua- 46). Le pianiste allemand Markus Bec-
lité. Les œuvres sacrées de celui qui ker, aussi à l’aise dans le jazz que dans
fut Maitre de chapelle sont avant tout les complexités postromantique (il a
destinées à accompagner la liturgie et enregistré l’intégrale de l’œuvre de pour
non à exprimer sa personnalité. Qu’elles Charles Tomlinson Griffes (1884-1920) piano de Max Reger) s’offre un détour
soient chorales ou dédiées à l’orgue, Three Tone-Pictures, op. 5; Winter Lands- par le classicisme. Usant de la pédale
ces pièces, composées avant 1940, cape; Fantasy Pieces, op. 6; Rhapsodie; De avec parcimonie, renonçant aux forte
sont empreintes du néo-classicisme Profundis; Roman Sketches, op. 7; Sonate trop appuyés, il tente de retrouver sur
ambiant. Davantage que l’influence de pour piano un piano moderne une sonorité proche
Giovanni Battista Fasolo (1598-1664) Pfitzner, dont Fornerod fut brièvement Emanuele Torquati, piano des pianoforte. Il privilégie toujours le
Messes in Dominicis diebus, in duplicibus l’élève, il faut y voir celle de la Schola BRIL95349 • 1 CD Brilliant Classics classicisme aux aspects les plus fan-

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  7


Alphabétique
tasques ; le Presto de la Sonate 28 est rope avec un certain succès. Surnommé charmes” (1637). L’instrument incarne
ainsi joué relativement modéré. Les le « Paganini » de la guitare, sa notoriété Sélection ClicMag ! un idéal esthétique et social basé sur
articulations sont précises et Becker repose davantage sur sa virtuosité que l’art de plaire, de séduire avec grâce,
sait trouver l’espièglerie nécessaire sur ses propres compositions. Néan- délicatesse, et bon goût. Pourtant,
(Sonate 21). Le disque s’achève sur moins, la postérité et les étudiants gui- deux conceptions se confrontent  : aux
un decrescendo plein d’esprit, comme taristes retiendront surtout ses trente- compositeurs qui louent les qualités
si le pianiste s’éclipsait discrètement. six caprices, œuvre majeure, composés mélodiques de la viole (puisqu’elle est à
(Thomas Herreng) justement en hommage à Paganini. Le l’art ce que la voix humaine est à la na-
guitariste italien Raffaele Carpino, ex- ture), s’opposent ceux qui vantent ses
pert en musique romantique, présente possibilités harmoniques, et défendent
ici d’autres pièces moins connues et des œuvres plus complexes, faisant
moins jouées. Un Scherzo, assez sco- appel aux accords, au jeu sur plusieurs
laire, puis deux «  pot-pourri  » op. 31 Marin Marais (1656-1728) cordes à la fois, à la production d’une
et op. 32 plus élaborés et inspirés, en Prelude; Caprice; Les Voix humanes; pluralité de voix. C’est cette dernière
fait les pièces les plus intéressantes Rondeau; L’Arabesque; La Reveuse;
conception qui s’illustre ici  : plutôt
du disque. Suivent un Quattro Lezioni, Allemande & Double; Musettes n° 1 et 2;
Rondeau moitié pincé; Marche Tartare; La que d’enregistrer tel recueil continu de
trois danses puis Six caprices op. 250 Marais, A. Rasi présente une anthologie
Tartarine & Double ; La Guitare; Le Mou-
assez courts et didactiques. Ces œuvres linet; Chaconne en Rondeau; Sarabande à raisonnée, tissée de pièces où l’art de
Friedrich Kuhlau (1786-1832) romantiques typiques restent brillantes l’Espagnole; Le Jeu du Volant l’harmonie est à son plus haut niveau.
mais manquent un peu de profondeur. Alberto Rasi, viole de gambe à sept cordes Au Marais mélodiste (car il le fut aussi)
Suite « La Colline des elfes »; Concerto
piano, op. 7; Concertino pour 2 cors et
Toutefois, Raffaela Carpino, qui a eu le STR37061 • 1 CD Stradivarius est préféré le Marais harmoniste. La
privilège de jouer devant le Pape Jean-
S
orchestre, op. 45 pièce intitulée «  Les Voix Humaines  »
Paul II, restitue ces pages avec délica- elon Mersenne, la viole de gambe
Michael Ponti, piano; Ib Lansky-Otto, cor français; «  contrefait la voix en toutes ses (le pluriel dit tout) constituant le mo-
Froydis Ree Wekre, cor français; Orchestre Sym- tesse et une technique irréprochable.
modulations […] ; l’archet […] a son ment le plus emblématique du CD. Le
phonique d’Odense; Othmar Maga, direction (Philippe Zanoly)
trait aussi long à peu près que l’haleine jeu de Rasi est d’une grande beauté
MC3101 • 1 CD Musical Concepts ordinaire d’une voix, dont il peut imiter suggestive. De son humble intériorité se
la joie, la tristesse, l’agilité, la douceur dégage une capacité d’évocation prodi-
et la force par la vivacité, par sa lan- gieuse : l’harmonie et les harmoniques
gueur, sa vitesse, son soulagement, et produites ici sont comme un frottis
son appui  : de même que les tremble- de vent farouche dans les ramages de
ments et les flatteries de la main gauche l’instrument. Sublime interprétation.
en représentent naïvement le port et les (Bertrand Abraham)

occidentaux. Schumann tout d’abord (le également à la tendresse contenue de


Anatoli K. Liadov (1855-1914) brillant cycle op. 2, l’Arabesque op. 4). la Berceuse. Un parcours passionnant à
L’Etude op. 5 révèle une grande finesse travers une œuvre de grande qualité qui
Luigi Legnani (1790-1877) Intégrale de l’œuvre pour piano, vol. 1 et 2
Olga Soloviova, piano
d’écriture tout en exigeant beaucoup de vous donnera envie d’entendre la suite.
Scherzo, op. 10; Pots-Pourri op. 31 et 32;
l’interprète. Puis il se tourne vers Cho- (Thomas Herreng)
4 leçons; Tre Balli Nazionali; 6 caprices, NFPMA99106/7 • 2 CD Northern
op. 250
pin (Préludes et Mazurkas). La parenté
Flowers mélodique est si forte qu’il est difficile
Raffaele Carpino, guitare
TC791201 • 1 CD Tactus M algré son importance dans la vie
musicale russe (élève de Rimski-
de distinguer le modèle du disciple. A
partir des Bagatelles op. 17, le style

I l semble qu’actuellement la tendance


soit à la guitare romantique, les paru-
tions sur les compositeurs et guitaristes
Korsakov, il enseignera à Rachmaninov
et Prokofiev), Liadov n’est guère connu
aujourd’hui que pour sa charmante
change radicalement, les racines russes
de la musique font surface. Le brillant
des salons est dépassé, place aux épan-
du XIXe siècle tels que Sor, Coste ou «  Boîte à Musique  » pour piano et les chements scriabiniens, aux ballades
Giuliani s’enchaînant régulièrement. sortilèges orchestraux du « Lac enchan- paysannes. Mais Liadov garde son âme
Après ses œuvres complètes pour flûte té ». Il a peu écrit (la légende assure qu’il d’enfant et un certain humour (Marion-
et guitare (Brilliant Classics, ClicMag n° était très paresseux) mais toujours avec nettes). La pianiste Olga Solovieva pos-
41) Legnani est de nouveau à l’honneur un métier très sûr. Ce double disque re- sède un jeu coloré et une solide tech- Alma Mahler (1879-1964)
avec le label Tactus. Initialement ténor à groupe la première moitié de sa produc- nique qui rend justice non seulement au Cinq lieder (1910); Cinq lieder (1924);
la Scala de Milan puis guitariste soliste, tion pour piano. Le jeune compositeur charme de cette musique, aux carrures Quatre Lieder / P. Montanaro : Canto di
il donna des concerts dans toute l’Eu- commence par copier les musiciens parfois athlétiques (Novelette) mais Penelope, mélologue pour soprano et
piano
Catharina Kroeger, soprano; Monica Lonero, piano
Furtwängler à l’époque, il compose tion magistrale sort de l’oubli et prend BRIL95469 • 1 CD Brilliant Classics
Sélection ClicMag ! sa deuxième symphonie, inédite au place parmi les grandes symphonies
disque jusqu’ici, en 1926. C’est une
œuvre magistrale, de forme classique
post-romantiques des années vingt.
Le couplage particulièrement judicieux
L ’œuvre d’Alma Mahler est certes
moins connue que celle de son pre-
mier mari, Gustav, qui dans un premier
en quatre mouvements, qui débouche nous fait entendre une page exactement temps a tout fait pour la contrarier. Aus-
sur un magnifique finale, un lied pour contemporaine, la « Sinfonia » de Ma- si les tentatives de la diffuser peuvent-
baryton aux accents mahlériens. On rek, écrite pour le fameux concours de
y retrouve tous les traits de l’idiome elles constituer des événements
la Gramophone organisé pour célébrer propres à susciter l’intérêt. Les trois sé-
post-romantique le plus riche, comme le centième anniversaire de la mort de
une science de l’orchestration et de la ries de lieder, composés en 1910, 1915,
Schubert en 1928 et qui avait suscité 1924, sur des textes de poètes roman-
polyphonie éblouissante. Hélas la mon-
nombreuses pages maitresses du XX° tiques (Heine, Novalis) ou d’autres
tée du nazisme allait chasser Kletzki, juif
siècle, comme celles signées Atterberg auteurs plus modernes (Rilke, Dehmel)
Paul Kletzki (1900-1973) polonais, d’Allemagne (il ne pardonna
ou Franz Schmidt. Marek, né polonais sont proposés ici par C. Kroeger et M.
Symphonie n° 2, op. 18 / C. Marek : Sym- jamais à Furtwängler son attitude à ce
moment). Après sa poignante troisième comme Kletzki et comme lui exilé en Lonero, musiciennes s’attachant à faire
phonie, op. 28
symphonie «  In memoriam  » dédiée Suisse, fut l’élève de Weigl (autre grand découvrir les œuvres de compositrices
Mariusz Godlewski, baryton; Orchestre Sympho- compositeur autrichien qu’il est urgent
aux victimes de l’holocauste, il allait injustement boudées. Tout cela est fort
nique National de la radio polonaise; Thomas
cesser de composer en 1942 pour se de redécouvrir) et de Pfitzner. il signait estimable. On regrettera par consé-
Rösner, direction
consacrer à la direction d’orchestre. Il là une puissante structure d’une demi- quent que la soprano, pas forcément
MGB6289 • 1 CD Musiques Suisses heure qui complète un CD magistral, toujours à l’aise dans des petites pièces
mourut en 1973, au cours d’une répé-

D ’origine polonaise, Kletzki étudia


la composition d’abord à Lodz, sa
ville natale, puis à Berlin. Protégé de
tition. Splendidement interprétée par
l’orchestre de Katowice sous la baguette
inspirée de Thomas Rösner, cette parti-
véritable découverte majeure pour
tous les amoureux du grand orchestre.
(Richard Wander)
non dénuées de subtilités et autres dif-
ficultés, n’en rende pas mieux l’origina-
lité, comme d’autres y sont parvenues

8  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


avant elle, notamment dans de belles la faculté de reconstruire intégralement tendus vers la puissance dramatique qui
versions orchestrées par le finnois Sélection ClicMag ! un imaginaire où triomphe, magnifiée, pouvait mener jusqu’au doux frisson de
Jorma Panula qui en rendent peut-être exaltée, la couleur, valeur suprême de la l’effroi. Allons plutôt aiguiser nos sens
plus évidentes couleurs et nuances. Le musique russe dont l’occident musical à de toutes autres sollicitations. Susci-
cd est complété par une œuvre contem- hérita. L’art d’habiter les silences, de tant fréquemment le désir de la ralentir
poraine de P. Montanaro, composée sur faire intervenir les pupitres en plans pour contempler ses panoramas sté-
la poésie de R. Lo Russo et dédiée à l’in- parfaitement définis par la netteté des réophoniques adoucissant le deuil des
terprète. La soprano manifestant plus attaques et l’homogénéité des groupes sonorités berlinoises, la promenade
d’aisance dans ce monologue musical restructure notre perception de l’espace leipzigeoise de 1973 s’imprègne d’un
de 21 mn réellement intéressant, on se orchestral avec la fulgurance et la lumi- parfum très « Children’s corner » dans
demande pourquoi le programme de ce nosité des toiles de Cézanne, cet autre la tendresse de l’évocation de ses rêve-
disque n’a pas été autrement élaboré. révolutionnaire exact contemporain ries renouvelées. Dans cette lecture où
(Alain Monnier) Modest Moussorgski (1839-1881) de Moussorgski qui donne tout autant la tonalité de l’émerveillement s’affran-
Tableaux d’une exposition; Poème sympho- l’impression d’avoir fait table rase, chit des savoureuses dissonances de la
nique « Une nuit sur le mont Chauve » impression éclipsant fatalement une radicalité de l’esprit synthétique carac-
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig; Igor réalité plus complexe. Toutefois, c’est térisant l’ambition avant-gardiste, les
Markevitch, direction miracle qu’un esprit aussi analytique et silences mûrissant les éclats ont gagné
0300891BC • 1 CD Berlin Classics rigoureux parvienne à ne pas atténuer en épaisseur et en profondeur expres-
mais au contraire magnifier ce qui fonde sive, résonnant tel un point d’orgue

M arkevitch ou l’évidence de l’énergie


et de la clarté. Cela ferait certes un
portrait bien lacunaire si l’on ne se rap-
l’appel impérieux de cette musique : le
dionysiaque et l’apollinien prompts à
du «  monde d’hier  » devant lequel
sans cesse retarderait son apparition
se fondre dans la danse tournoyante l’étincelante fonctionnalité d’un rouage
pelait à quel point ces caractéristiques du populaire féerique et festif. Ne cher- de production de l’ère constructiviste
distinguant un chef d’orchestre parmi chons pas ici à retrouver de la version dont la version berlinoise embrasait le
Gustav Adolf Merkel (1827-1885)
les plus géniaux résonnaient en accord avec le Philharmonique de Berlin (1953) sillon. La grande porte du rêve s’ouvre
Sonates pour orgue n° 2 et 6; Préludes parfait avec le sens aiguisé du rôle l’ardeur concentrée du geste décisif et alors comme par enchantement.
chorals « Schmücke dich, o liebe Seele »
et « Nun sich der Tag » expressif des nuances de dynamique et le minimalisme esthétique de la phrase (Pascal Edeline)
Carlo Guandalino, orgue
BRIL95287 • 1 CD Brilliant Classics comme la longue symphonie (plus de ou Messiereur/Bogunia par exemple. et même de syncopes dont on cher-
cinquante minutes, avec un orchestre Voisine incongrue (mort de Mme Mo- chera en vain la trace écrite. Certaines
imposant) qui n’évite pas les redites. zart mère, mort de Lorca ?), la magni- mesures en deviennent totalement
Un disque à prendre autant pour la fique sonate de Poulenc pose à mon surréalistes, et dans la « concertante »
découverte de pages de belle facture (à sens le même problème. Certes cri de évoquent irrésistiblement Tchaïkovski.
défaut de génie) que pour le témoignage douleur et de révolte, l’œuvre manque Totalement parasité, quand tout paraît
historique navrant d’un créateur origi- ici de la légèreté et de la vivacité qu’y normal on se surprend à attendre la
nal dont l’élan fut cassé par la dictature mettaient Hadelich/Kulek ou les solistes prochaine «  surprise  ». Même l’or-
communiste. L’orchestre académique du London Conchord. Mais petit à chestre (par ailleurs prosaïque et com-
d’Etat de Saint Petersbourg et son chef petit j’ai été conquis par un magnifique pact) en est par moments déstabilisé
Alexander Titov, maître d’œuvre de cette violon, frémissant et corsé. Dans ma (enregistrement public). Cet incroyable
Claudio Monteverdi (1567-1643) série d’œuvres de guerre, met tout discothèque, ce disque sera classé au déballage convaincra peut-être les
son cœur à nous convaincre de cette rayon « Esther Hoppe » ou « luthiers » tenants du célèbre « j’aime pas le clas-
Madrigaux, Livre VIII
découverte et à réhabiliter Mossolov. plutôt qu’à « Mozart » ou « Poulenc ». sique, mais ça j’aime ! ». Quant à moi, je
Le Nuove Musiche; Krijn Koetsveld, clavecin,
direction (Richard Wander) (Olivier Eterradossi) retourne vers des interprètes plus res-
pectueux de la lettre et plus confiants
BRIL95152 • 3 CD Brilliant Classics
dans la qualité intrinsèque de cette
musique  : la discographie en regorge.
(Olivier Eterradossi)

Wolfgang A. Mozart (1756-1791) Wolfgang A. Mozart (1756-1791)


Alexander Mosolov (1900-1973) Sonates pour violon et piano K 301, 304 Concertos pour violon et orchestre n° 1-5;
et 378 / F. Poulenc : Sonate pour violon Sinfonia concertante pour violon, alto et
Concerto pour violoncelle n° 2; Symphonie
et piano orchestre, K 364
en mi majeur
Esther Hoppe, violon; Alasdair Beatson, piano Domenico Nordio, violon; Danilo Rossi, alto; Wolfgang A. Mozart (1756-1791)
Dmitry Yeremin, violoncelle; St. Petersburg State
CLA1701 • 1 CD Claves Ensemble Repisghi; Federico Ferri, direction Symphonies n° 39 et 40
Academic Symphony Orchestra; Alexander Titov,
CON2100-2 • 2 CD Concerto
I
direction Staatskapelle Dresden; Otmar Suitner, direction
l m’a fallu plusieurs écoutes pour

C
NFPMA9978 • 1 CD Northern Flowers apprivoiser ce disque, totalement dés- omme beaucoup d’autres en ce 0300881BC • 1 CD Berlin Classics

L D
es trois minutes des «  Fonderies tabilisé au départ par les options pianis- moment, ce disque pose une vraie écédé en 2010, Otmar Suitner reste
d’acier  » ont suffi à Mossolov pour tiques  : envolée, la subtile rhétorique question  : où se situe l’émotion musi- assez peu connu chez nous du fait
s’assurer une place dans l‘histoire de mozartienne faite de levés et de posés cale ? Dans la musique ou dans l’inter- d’une carrière menée principalement à
la musique. Mais après avoir été un évoquant le vol d’un papillon  ! Dès le prétation ? Si choisir la première option l’Est : Dresde (où il dirigea la Staatska-
pionnier du futurisme musical, le com- début de KV301 c’est la mesure écrite conduit à trouver la manière de s’effacer pelle au début des années 60) et Berlin
positeur, brisé par les persécutions de qui tient lieu de rythme, avec des temps devant le contenu, la seconde nécessite (au futur Staatsoper avant Barenboim).
l‘administration stalinienne (il fut empri- forts sur-accentués qui alourdissent le une stratégie émotionnelle. Dans les Parce qu’il avait appris de Clemens
sonné en 1937 et ne dut sa libération propos et lui enlèvent son apparence théories des émotions (surtout celles Krauss et enseigné la direction d’or-
qu’à l’intervention de ses maîtres Glière de naturel. Du coup l’animation du appliquées au marketing), la surprise chestre au Mozarteum de Salzbourg,
et Miaskovski), s’est prudemment discours use d’expédients : tempo fluc- joue un rôle notable... qu’à cela ne on pouvait attendre beaucoup de son
conformé aux directives officielles en tuant (parfois jusqu’à la bousculade), tienne, on va être servi ! Dès la première Mozart. A nouveau rééditées (à partir
écrivant des œuvres au romantisme effets romantiques plutôt anachro- entrée du soliste, on est stupéfait. Que d’originaux remastérisés cette fois mais
sagement folklorisant. C’est ce que niques... L’ensemble donne un Mozart de libertés prises avec le texte  : modi- sans la « Jupiter »), ses KV 543 et 550
reflètent ces deux partitions de la fin de un peu hystérique, qui m’a éloigné de fication de valeurs de notes, de liai- (deuxième mouture, avec clarinettes)
la seconde guerre, le bref concerto néo- la musique. La simplicité de ces œuvres sons, d’accents, ajout d’accélérations se montrent bien classiques : équilibre
classique pour violoncelle et orchestre est ailleurs, chez Perlman/Barenboim fulgurantes, de rubato, de glissando, au profit des cordes, manières un peu

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  9


Alphabétique
démodées (le placement des «  petites traduit le goût du compositeur pour la concerto romantique  : ponctué par
notes  »), suppression impardonnable lutherie et les canons de la musique Sélection ClicMag ! l’écho insistant d’une marche militaire
de nos jours des reprises des mouve- ancienne. Cette petite suite de variations et résonnant d’accents dramatiques,
ments finaux, et surtout lenteur exces- qui, modulant en chemin de do majeur mélancoliques et héroïques, le vaste
sive de l’adagio introductif de la 39ème à si bémol majeur, est d’une esthétique premier mouvement est suivi d’un
(c’est un alla breve : le bon tempo, qui bien plus recherchée que celle de Moz- très bel Andante élégiaque et méditatif
fait percevoir la pulsation des deux zani. Giulio Tampalini joue sur une gui- dans lequel le soliste déploie un chant
blanches, est celui d’Harnoncourt  !)… tare fabriquée dans les ateliers Mozzani désolé d’une poignante beauté, tandis
Enregistrée 6 mois plus tard, l’inusable à Bologne ayant appartenu à Andres que l’Allegro final, tonique et optimiste,
40ème est plus verte et allante, sans le Ségovia. Elle s’avère ici idéale, complé- puise son inspiration dans le folklore
côté soyeux qu’une prise de son plutôt tant le jeu « perlé » de l’interprète et une balkanique. Plus court et plus léger, le
globale donnait à la 39ème, et avec excellente prise de son, pour restituer Troisième Concerto pour piano (1959)
quelques tripatouillages d’ingénieur les délicates nuances des compositions Boris Papandopulo (1906-1991) intègre des rythmes, des mélodies et
du son (les altos du final  ?). Le tout, de Mozzani. Ce dernier retrouve ainsi sa Concerto pour piano n° 3; Concerto pour une orchestration issues du jazz tardi-
très différent des enregistrements de place dans le répertoire guitaristique ro- violon, op. 125 vement découvert dans une Yougosla-
Krips contemporains, intéressera sur- mantique italien. (Jérôme Angouillant) Oliver Triendl, piano; Dan Zhu, violon; Orchestre vie qui tient tête à Staline et commence
tout les mozartiens curieux et les col- Symphonique de l’Opéra de Rijeka; Ville Matvejeff, à s’ouvrir à la culture occidentale  :
lectionneurs soucieux d’exhaustivité. direction c’est un joyeux mélange de styles
(Olivier Eterradossi) CPO555100 • 1 CD CPO hétéroclites, utilisant de faux thèmes
populaires, parodiant des mélodies de

L e Croate Boris Papandopulo a abordé


tous les genres musicaux à travers
un corpus de plus de 450 œuvres.
danses hongroises, le tout animé par un
piano virtuose swinguant des mambos
et des foxtrots qu’un Gershwin ou un
Touche-à-tout, il a expérimenté à la fois Bernstein n’auraient pas reniés. Parfai-
la série, l’expressionnisme et le néo- tement accompagnés par Ville Matve-
classicisme. Composition de guerre, le jeff, Dan Zhu et Oliver Triendl (qui nous
Concerto pour violon (1943) est une a déjà révélé le Second Concerto pour
Giovanni Paisiello (1740-1816) fresque ambitieuse et lyrique qui em- piano; CPO777829) sont superlatifs.
6 quatuors pour flûte, op. 23 prunte le langage et la forme du grand (Alexis Brodsky)
Gabriele Formenti, flûte; Ensemble Il Demetrio
Luigi Mozzani (1869-1943)
[Elisa Bestetti, violon; Maurizio Schiavo, alto;
Recueillement; Révérence; Elans du cœur; Antonio Papetti, violoncelle] Leonid A. Polovinkin (1894-1949) Elisa Tomellini, piano
Prélude; Bleuette « Par le sentier fleuri »;
Sérénade sentimentale; Psalmodie; BRIL95268 • 1 CD Brilliant Classics Symphonie n° 7; Ouverture Héroïque; PCL0123 • 1 CD Piano Classics
Extraits de la bof « The Sunny Tribe »

P C
Romance; Mazurka; Dolore !; Feste aisiello, napolitain d’adoption, fut e disque, déjà paru dans l’intégrale
lariane; Prière; Coup de vente; Valse lente; St.Petersburg State Academic Symphony Orches-
un compositeur familier des milieux des œuvres pour piano de Rachma-
Sincopato; Petite valse « Janine »; Marche tra; Alexander Titov, direction
aristocratiques. Il séjourna entre autres ninov, regroupe ses pages les moins
écossaise; Chanson de printemps; 9 études NFPMA9998 • 1 CD Northern Flowers
pour guitare; 6 caprices pour guitare / O. à la Cour de la tsarine Catherine II, ser- connues, pour la plupart écrite avant
Respighi : Variations pour guitare
Giulio Tampalini, guitare
vit Napoléon Ier (écrivant notamment
la messe du Sacre et un te Deum) ainsi E lève de Miaskovski, Polovinkin fit
partie, aux côtés de Mossolov, Ros-
lavets et Chostakovitch, des musiciens
son premier concerto. On y voit le
jeune compositeur se forger un style;
BRIL95230 • 1 CD Brilliant Classics que son frère Joseph Bonaparte devenu
roi de Naples. Auteur d’une centaine russes novateurs radicaux de l’asso- les premiers Nocturnes très inspirés

I nconnu chez nous, le compositeur et


guitariste Luigi Mozzani (1868-1943)
est pourtant une figure importante de
d’opéras dont un Barbier de Séville qui
fut donné dans toute l’Europe et évinça
ciation pour la musique moderne dans
les années 30, avant de se convertir au
de Tchaïkovski, brillante musique de
salon, ne laissent pas encore deviner
celui de Rossini, il composa peu de réalisme soviétique exigé par le régime sa manière future. Mais dès la suite
la guitare du début du vingtième siècle. stalinien. Dans sa septième symphonie,
musique instrumentale. Celle-ci, relati- en ré mineur (redécouverte seulement
Par son intense activité de luthier (il comme dans son ouverture héroïque
vement tardive (ces quatuors avec flûte en 2002), le lyrisme, la richesse har-
inventa un modèle breveté de guitare- (un exercice obligé des musiciens de
sont écrits un peu après 1800) répond à
lyre de style «  Art Nouveau  » et une monique, les textures pianistiques du
une mutation sociologique caractérisée cette époque) ou sa musique du film
guitare de voyage «  pliable  »), sa car- ‘La tribu du soleil  », c’est le deuxième premier mouvement sont ceux de la
par le développement de la pratique de
rière de soliste international (Il voyagea volet de son art qui apparaît. Plus trace maturité. Le lourd rythme de marche du
la musique de chambre dans la bour-
beaucoup) enfin par une oeuvre limitée deuxième mouvement révèle également
geoisie de l’époque. Ces six courts qua- des audaces des années trente, mais un
à ces trois recueils de pièces dédiées
tuors en deux ou un seul mouvement lyrisme simple et accessible conforme une hauteur saisissante chez un jeune
toutes à l’instrument à six cordes,
(pour le 6e) sont des œuvres extrê- aux préceptes officiels. Polovinkin fut homme de 18 ans. Les Quatre pièces
enregistrés sur ce disque. Le style de
mement bien construites, parfaitement en particulier un prolifique composi- (prévues initialement comme opus 1)
ces recueils rappelle celui des compo-
équilibrées, et dans lesquelles chaque teur de musiques de film. L’infatigable
siteurs guitaristes de l’époque héritiers marquent un cheminement de ses com-
instrument (et pas seulement la flûte) a Alexander Titov défend avec son énergie
de Tarrega (Pujol, Llobet). Un panaché positeurs de référence (Chopin dans la
vraiment quelque chose à dire, est un coutumière ces œuvres d’un musicien
d’études qui travaillent sur les aspects première, Schumann et Scriabine dans
personnage en soi. C’est une musique considéré dans sa patrie comme un
techniques. Des pages de caractères,
pleine, (tout semble y avoir une sorte monument national. Moins important la deuxième), vers les grandes courbes
sentimentales aux titres délicieusement
évocateurs  : Bleuette, Recueillement, d’étonnante nécessité), rebondissante, que Glière ou Miaskovski, Polovinkin de la Mélodie qui annoncent la célèbre
Elan du coeur, Romanze, Dolore, Prière. dynamique, enjouée, et plutôt enthou- n’en demeure pas moins un maillon Vocalise en passant par une Gavotte vir-
Des danses (Valse lente, Mazurka). Une siasmante, qui va au-delà de la simple essentiel dans l’histoire de la musique tuose. Les pièces opus 10, quoique plus
reprise de la Chanson de printemps de galanterie, ou du divertissement de à l’époque soviétique. (Richard Wander) tardives, paraissent plus hétérogènes  :
Mendelssohn, un hommage à Segovia, salon. Elle s’apparente à ce qu’il peut y la Valse est une page de salon, alors
et les six Capriccio qui sont un peu tout avoir de meilleur chez un Boccherini par
que la Barcarolle, immobile comme sai-
à la fois, étude, romance, plus un clin exemple, et est ici servie par des inter-
sie dans le brouillard de la lagune, est
d’oeil à la musique de la renaissance. prètes sensibles, avec goût, ardeur et
C’est là une musique, nous dit Gilar- conviction. (Bertrand Abraham) une œuvre de poète. Saluons le travail
dino dans son histoire de la guitare  : de la jeune pianiste Elisa Tomellini. Très
« … Qui offre une synthèse particulière à son aise dans la passion romantique
de la musique italienne à la fin du dix- (Suite), elle se montre toujours attentive
neuvième siècle, imprégnée du parfum à la ligne mélodique, même lorsque la
de la Renaissance. Voici l’Italie rustique musique se complexifie (Prélude initia-
du chant populaire l’Italie bourgeoise Sergei Rachmaninov (1873-1943) lement écrit pour violoncelle et piano).
de l’époque du Vrai et de l’Idéal  ». En Suite en ré mineur; Romance sans paroles;
complément de programme, la (Seule Une artiste à suivre de près, qui fera
Quatre pièces; Nocturnes en fa majeur, fa
et unique?) pièce pour guitare de Res- dièse mineur et do mineur; Canon; Prélude; assurément d’excellents Scriabine.
pighi (qui fréquenta Mazzoni à Bologne) Morceaux de salon, op. 10 (Thomas Herreng)

10  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


dans le grand Trio en si bémol majeur comme dans l’Andante un poco mosso,
Sélection ClicMag ! je comprends illico qu’ils ont quitté la David Geringas se fait baryton, chan-
chambre pour l’air libre. La fusion des teur magicien. Autre moment magique,
timbres est si intense, les phrasés si le fameux Andante du Second Trio, joué
larges, le ton si altier qu’à eux trois ils «  con malinconia  », étrange à force
font tonner une symphonie. Et comme d’un tempo imperturbable, ballet de
ils ont raison de jouer large ces deux spectres. Si l’entente avec le violon de
Trios où Schubert ose tout, et ne se Thomas Albertus Imberger était déjà
soucie plus du tout du salon, conquiert célébrée par une magnifique intégrale
Maurice Ravel (1875-1937) de nouveaux mondes. L’accord entre des Sonates de Beethoven, l’addition
Boléro; Ma mère l’Oye; Pavane pour une les trois amis est parfait, ils vont au du violoncelle si expressif de David
infante défunte; La Valse feu avec le même élan, la même plé- Geringas ouvre d’autres horizons  : la
Franz Schubert (1797-1828) nitude sonore, font assauts d’accents, symphonie de timbres qu’ils déploient
Orchestre Symphonique de Berlin; Günther Herbig,
Trios pour piano n° 1, 2, « Nocturne » et chantent ensemble aussi bien dans le à eux trois commandes qu’ils enre-
direction
« Sonatensatz » déploiement solaire de l’harmonie que gistrent demain les Trios de Brahms.
0300880BC • 1 CD Berlin Classics Thomas Albertus Irnberger, violon; David Geringas, dans les retrait soudains des pages Bernhard Hanke les captera d’une

P
violoncelle; Michael Korstick, piano
lusieurs fois réédité par Berlin Clas- lyriques où jamais le tempo ne fléchit, façon tout aussi parfaite qu’en cet
sics, preuve d’un succès qui ne s’est GRAM99110 • 2 SACD Gramola secret de cet art qui va toujours de album où s’entend l’acoustique magni-
jamais démenti, cet enregistrement de
1979 nous donne l’occasion d’entendre E n entendant l’ardeur avec laquelle Mi-
chael Korstick et ses amis s’élancent
l’avant  : leur dynamique est irrépres-
sible. Et lorsque le temps se suspend,
fique de la Mozartsaal de Salzbourg.
(Jean-Charles Hoffelé)
un bouquet d’incunables de Maurice
Ravel, qu’il s’agisse de pièces origi- sa démarche est loin d’être anodine, citées de diverses façons, expriment
nellement écrites pour l’orchestre – La tant sont grandes les ambigüités que aussi bien la violence des situations,
Valse, Boléro; ou d’orchestrations de contient le poème sur la portée de la réelles ou rêvées, imaginaires que les
compositions destinées au piano – Ma révolution. Amoureux depuis toujours nuances plus délicates. La distribution,
Mère l’Oye, Pavane. Créé en 1952, de la poésie du St-Pétersbourgeois, très homogène, voit tout de même, par
comme le pendant à l’Est des Berliner Salmanov crée une œuvre d’une puis- l’importance des rôles, se singulariser
Philhamoniker, le Berliner Sinfonie- sance qui n’a d’égale que la violence de l’émouvant Ryan MacKinny et la sai-
Orchester (aujourd’hui Konzerthaus l’action et la crudité des paroles. On est sissante Agneta Eichenolz, interprète
Orchester Berlin) se devait de graver aussi loin du Chostakovitch du « Chant remarquée du Lulu de Christof Loy
Vadim Salmanov (1912-1978) des forêts » que des Chœurs de l’Armée qui signait également la mise en scène
pour la postérité la musique française
Oratorio-poème « The Twelve »; Suite pour Rouge ! En complément de cette œuvre de «  Der Sandmann  ». Une création
qui figurait déjà à son répertoire. Ce certainement destinée à faire date !
violon et orchestre « Big City Lights » maîtresse, les « Lumières de la grande
qui n’avait pas été réalisé du temps Lazar Gozman, violon; Leningrad State Choir ville  », composées en 1969 comme (Alain Monnier)
de Kurt Sanderling, qui a tant fait pour Capella; Leningrad Chamber Orchestra; Leningrad une symphonie de chambre avec vio-
la renommée de l’orchestre, le fut par Philharmonic Orchestra; Vladislav Chernushenko, lon principal, sont le chant d’amour
Günther Herbig, Chef principal depuis direction
du compositeur à la Leningrad de son
seulement deux ans. Mais, pour autant, NFPMA99116 • 1 CD Northern Flowers cœur. Prenant ! (Yves Kerbiriou)
l’élève d’Hermann Abendroth n’était pas
un inconnu pour les Berlinois : Chef en Q uelles surprises peut bien réserver
à l’auditeur d’aujourd’hui un ora-
torio à la gloire du socialisme sovié-
second, puis Chef invité lorsqu’il prési-
dait aux destinées de la Philharmonie de tique  ? Lorsque Salmanov compose
Dresde, les musiciens étaient familiers « Les Douze », sur le poème éponyme
d’Alexander Blok, nous sommes en
de son approche méticuleuse et analy-
1957. C’est le début du dégel poststa- Arnold Schoenberg (1874-1951)
tique et d’un sens de la forme et de la
linien et c’est surtout le 40ème anniver- Symphonies de chambre n° 1 (trans. piano
structure qui n’excluait toutefois pas saire de la Révolution d’octobre. Vadim 4 mains) et 2 (trans. pour 2 pianos); 5
celui des couleurs. Des qualités assez Salmanov, qui vient de rejoindre l’Union pièces pour orchestre, op. 16 (trans. 2
« bouléziennes », même s’il manque à des Compositeurs, se doit d’écrire une pianos)
Andrea Lorenzo Scartazzini (1971-)
Herbig, dans ce répertoire, un zeste de œuvre de circonstance. Mais en choi- Matteo Fossi, piano; Marco Gaggini, piano
Der Sandmann, opéra en 10 scènes,
tempérament latin ! (Yves Kerbiriou) sissant le chef d’œuvre absolu de Blok, d’après E.T.A. Hoffmann BRIL94957 • 1 CD Brilliant Classics

L
Ryan McKinny, baryton; Agneta Eichenholz, es transcriptions et arrangements
soprano; Marko Spehar, basse; Thomas Piffka,
A uteur d’une œuvre remarquable furent une marque de fabrique de
Sélection ClicMag ! dans laquelle l’orgue occupe une
ténor; Hans Schöpflin, ténor; Chœur du Théâtre
de Bâle; Orchestre Symphonique de Bâle; Tomas
l’Ecole de Vienne. Avides de percer les
place centrale, Jean-Baptiste Robin est Hanus, direction
mystères d’écriture de compositeurs
également aujourd’hui reconnu comme du passé ou de révéler les potentialités
MGB6288 • 1 CD Musiques Suisses de leurs œuvres, Schoenberg, Berg et
l’un des meilleurs spécialistes de l’ins-
trument en France. Très éclectique, son
langage musical puise ses influences C réé à Bâle en 2012, puis repris à
Francfort en 2016, le second opéra
du compositeur suisse Andrea Scartaz-
Webern s’y sont livré à l’envi. L’objectif
était autre lorsqu’il s’est agi de trans-
dans différentes cultures, philosophies crire leurs propres œuvres pour les
ou religions occidentales et orientales, zini, élève de R. Kelterborn et W. Rihm, rendre plus accessibles au public ou
s’inspirant de poèmes, de mythes et est inspiré du conte d’E.T.A. Hoffmann en faciliter l’analyse. Le résultat n’a pas
de légendes. Dans les compositions «  L’homme de sable  », déjà illustré en toujours été à la hauteur de leurs espé-
pour instruments et orgue qu’il nous leur temps par Delibes et Offenbach, et rances. La version pour deux pianos
Jean-Baptiste Robin (1976-) présente ici, Jean-Baptiste Robin s’est dont le dramaturge Thomas Jonigk tire des 5 pièces pour orchestre op. 16 est
Fantaisie mécanique, pour orgue, timpani entouré de plusieurs des meilleurs so- ici une adaptation en 10 scènes. On doit la plus grande réussite de cet enregis-
et cordes; Etoile intérieure, pour piano et listes français. Le trompettiste Romain encore à ce conte fantastique la défi- trement consacré à Schoenberg. Leur
orgue; Récits Héroïques, pour trompette et Leleu, le clarinettiste Philippe Cuper et nition, par la psychanalyse, du terme concision même a trouvé en Webern
orgue; 3 solo pour orgue; Chant de l’âme, le pianiste François Chaplin, soutenus «  unheimlich  » (l’étrange étrangeté, le prosélyte capable, en un vrai tour de
pour clarinette et orgue; Regard vers Agar- avec vigueur par l’Orchestre de Nor- les démons familiers…) et c’est bien force, de ne pas réduire à une pâle image
tha, pour orgue à 4 mains; 5 versets sur le mandie placé sous l’impeccable direc- l’atmosphère d’un cauchemar envou- leur Klangfarbenmelodie. Le succès est
Veni Creator, pour orgue tion de Jean Deroyer, l’accompagnent tant que recrée la musique expressive moins net pour les deux Symphonies de
Jean-Baptiste Robin, orgue; François Chaplin, magistralement au fil de compositions de Scartazzini dont l’œuvre est propo- chambre. La transcription par Berg de la
piano; Romain Leleu, trompette; Philippe Cuper, contemporaines fascinantes, à la fois sée ici par ceux qui en furent les inter- première, œuvre fondatrice, ne pouvait
clarinette; Frédéric Champion, orgue; Orchestre intimes et mystiques. Un disque sur- prètes lors de sa création. L’orchestre, qu’atténuer sa dimension polyphonique
Régional de Normandie; Jean Deroyer, direction prenant par l’un de nos compositeurs avec une discrète efficacité, sous-tend comme l’expressivité de son cri. Même
BRIL95479 • 1 CD Brilliant Classics français les plus prometteur. tout du long le drame ; les voix, solli- transcrite par Schoenberg en personne,

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  11


Alphabétique
séjour du compositeur à Venise, en musical et geste vocal  : ainsi l’utilisa- Hanspeter Oggier, flûte; Ensemble Fratres
Sélection ClicMag ! 1629, elle forme un cycle de 20 pièces tion des 4 trombones accompagnant BRIL95147 • 1 CD Brilliant Classics
dont chacune forme un tout à elle seule le lamento de la basse dans le Fili Mi
(l’ordre de leur présentation varie d’ail-
leurs selon les enregistrements). Les
Absalon, et plus précisément l’énoncia-
tion musicale des 3 syllabes de ce nom
L ’ensemble Fratres est présenté, sur
son propre site, en ces termes  : Il
« se passionne pour la prononciation de
textes bibliques (Psaumes, Cantique propre. Utilisant 6 chanteurs seulement
la musique, sur tout instrument, grâce
des Cantiques, 2e livre de Samuel, il gagne en clarté, en flexibilité, en inti-
à un véritable vocabulaire de couleurs
évangile de Matthieu) — sont en latin, mité et en pouvoir d’émotion ce qu’il
(voyelles) et d’attaques (consonnes).
et non en allemand comme ce sera le perd en puissance sonore et en effets
Chuintements, sifflements, grattements,
cas dans les parties II et III. Nourri lors spatiaux. Cette musique lumineuse,
glissandi et autres jeux de tempéra-
de son premier voyage par l’enseigne- sereine, joviale (début du Jubilate avec
ments s’invitent dans l’interprétation,
ment de Gabrieli, Schütz s’est imprégné les flûtes à bec), dans laquelle sensua-
Heinrich Schütz (1585-1672) grâce à des techniques appropriées et
de la science monteverdienne de la lité et extase sont voisines, mais qui a
instruments spéciaux, faits pour parler
Symphoniae Sacrae I seconda pratica, qu’il a largement faite aussi ses abîmes sombres et poignants,
de la sorte. Avec ce langage musical,
Dorothee Mields, soprano; Isabel Jantschek, sienne, notamment pour ce qui est de est une succession de joyaux. On admi-
soprano; David Erler, contreténor; Georg Poplutz, nourri de diversité et de relief, qui tient
l’importance du rapport entre texte et rera la diction impeccable des solistes,
ténor; Tobias Mätthger, ténor; Hans-Christoph en haleine [...] il découvre un swing,
musique (voir par exemple à ce propos la ductilité des voix, le rendu subtil des
Rademann, direction une vie harmonique et rythmique peu
le traitement musical des deux verbes nuances (la basse dans le Jubilate, ou le
CAR83273 • 2 CD Carus au goût du jour dans la musique clas-
« speravi » et « libera me » dans le In ténor du Cantabo Domino par exemple).
sique : une proposition qui surprend et
C e 14e volume de l’édition monu-
mentale des œuvres de Schütz est
dédié à la 1ère partie des Symphoniae
te, Domine, speravi (disque 2, 5), ou du
mot « cantabo » dans la pièce du même
nom (2,8)). Il atteint des sommets dans
Tout cela respire avec une aisance pro-
digieuse, la méditation y fait place à
la vivacité avec un grand bonheur. Un
doit surprendre ». Ce galimatias fait de
façon péremptoire, du « hors système »
un gage d’inventivité et de renouveau.
Sacrae. Composée lors du second l’ingéniosité des alliances entre geste album magnifique. (Bertrand Abraham)
De quoi craindre le pire, ce que l’écoute
confirme d’ailleurs. Pourquoi la flûte
la seconde y a laissé une once de dra- l’un des rares à pouvoir comprendre et de Pan au lieu de la flûte à bec ? L’ins-
matisme. Mais l’on ne saurait à aucun transmettre le mystère musical de Ro- trument s’avère incapable de rendre
prix se priver de cet autre regard sur bert Schumann. (Jean-Charles Hoffelé) ici les nuances de l’écriture, d’épouser
l’un des compositeurs les plus essen- sa prosodie. Inégalités dans l’attaque,
tiels du 20ème siècle. (Yves Kerbiriou) dans l’expression, effets de souffle
intempestifs, «  savonnage  » perma-
nent, contribuent à démembrer le dis-
cours, à le rendre incohérent. Manque
d’équilibre entre pupitres, subterfuges
Georg Philipp Telemann (1681-1767) masquant par des emportements vir-
12 Fantaisies pour flûte seule tuoses sans queue ni tête les insuffi-
Maria Fedotova, flûte
sances, effets de violon folk qui n’ont
rien à faire ici… Mise en place plus
GRAM99114 • 1 CD Gramola qu’approximative, fluctuations de tempi
Fernando Sor (1778-1839)
injustifiées etc.. Telemann est défiguré.
Grand Solo, op. 14; Sonates pour guitare,
Robert Schumann (1810-1856) op. 15b, 22 et 25
(Bertrand Abraham)
Fantaisies pour piano, op. 12, 17 et 111 Andrea Dieci, guitare
Severin von Eckardstein, piano BRIL95395 • 1 CD Brilliant Classics

C
AVI8553366 • 1 CD AVI Music ompositeur incontournable pour tout

I l y a des disques dont j’espère trop, guitariste, Fernando Sor, natif de Bar-
péché mortel que la convoitise ! Voici celone, après un passage au monastère
que s’annonçait tout un disque Schu- et de brillantes études musicales, com-
mann selon Severin von Eckardstein, de pose avec succès, dès 19 ans, un opéra
plus au programme parfaitement cohé- puis des quatuors à cordes et œuvres Georg Philipp Telemann (1681-1767)
rent : les trois cycles de Fantaisies. Mais pour orchestre. Mais sa notoriété, il la
Suites pour flûte, TWV55 : a2 et 55 : G2;
voila, l’ouvrir justement par le triptyque doit à ses premiers concerts de guitare.
Concertos pour flûte, TWV51 : D2 et 51 : G2 Georg Philipp Telemann (1681-1767)
de l’Opus 111 où Schumann cherche Sa technique virtuose révolutionnaire
plus qu’il ne trouve déroute pour com- façonne sa renommée qui devient vite
mencer, autant d’ailleurs qu’un piano internationale. Musicien recherché, il prète straussien par excellence. Mais
mat, chiche en harmonique et enregis- propage la «  guitaromanie  » dans les Sélection ClicMag ! les clichés sont réducteurs. Voici l’occa-
tré plat. Cela fait d’entrée deux, sinon plus grandes villes d’Europe comme sion d’apprécier ses immenses qualités
trois bémols. De l’Opus 111, Eckards- Londres, Vienne et Paris où il s’installe, dans un répertoire où le jeune Stravinski
tein ne tire rien, ne dit rien, jouant sa la guitare devenant, grâce à lui, un au- côtoie le non moins jeune Britten. Fruit
grisaille dans une sorte d’absence, thentique instrument de concert. Après sans doute du hasard, car Eterna, label
comme s’il n’était pas vraiment là, ce une tournée triomphale en Russie dans classique d’Etat de la DDR, profitait des
qui lui arrive parfois au disque, jamais les années 1820, il constate à son retour courts passages à Dresde du chef alle-
en concert. Mais évidemment, dès que que son instrument s’estompe au pro- mand pour « mettre en boîte ». On les
résonne « Des Abends », lorsqu’il mur- fit du piano et les dernières années de comprend : traversant sa vie « comme
mure et nous prend par la main pour sa vie se termineront dans l’anonymat un fil rouge  », la Staatskapelle, plus
nous conduire dans le monde nocturne et la pauvreté. Outre ses très célèbres vieil orchestre d’Europe, était, davan-
des « Fantasiestücke » op. 12, alors le études, Sor a composé quatre sonates Igor Stravinski (1882-1971) tage encore que celui de Richard
miracle opère, j’oublie ce piano neutre que nous interprète ici l’italien Andrea L’Oiseau de feu, ballet en 2 tableaux / B. Strauss, celui de Kempe. Mieux encore
de timbres pour ne plus écouter que Dieci. Le grand solo, très enlevé, la Britten : Sinfonia da Requiem, op. 20 qu’avec toute autre phalange, ses qua-
la science harmonique de ce conteur sonate Op.15, brillante, et deux grandes Staatskapelle Dresden; Rudolf Kempe, direction lités  : lyrisme, expressivité, équilibre,
imparable. Quel art mon Dieu, et mas- sonates Op. 22 et Op. 25, plus élabo- transparence, subtilité ET puissance;
0300890BC • 1 CD Berlin Classics
qué par tant de pudeur. Pour conclure rées et plus virtuoses. La deuxième confondues et confondantes – se trans-
l’album, la « Grande Fantaisie » sera de
bout en bout une étreinte, même si on
notamment, composée en 1827, révèle
la maturité de l’auteur et rend hommage O n ne sait pas assez en France à quel
point Rudolf Kempe était l’un des
plus formidables chefs de la génération
mettaient d’évidence aux musiciens. Le
minutage est court mais le témoignage
la sent parfois bridée, loin du déploie- à Beethoven mort la même année. Die- exceptionnel. Quatre mois plus tard,
ment lyrique qu’Eckardstein lui donne ci, régulièrement primé, exécute avec née avant la 1ère Guerre mondiale. Sans Rudolf Kempe s’éteignait. Prémonitoire,
toujours au concert. En cela ce disque brio ces délicieuses œuvres roman- doute parce que sa carrière l’a tenu trop la Sinfonia da Requiem  ? Surtout, ne
imparfait témoigne à demi de son génie, tiques d’une écoute toujours agréable. éloigné de l’hexagone. Qui plus est, on passez pas à côté d’une telle merveille !
tristesse car justement il est aujourd’hui (Philippe Zanoly) en a fait – certes à juste titre – l’inter- (Yves Kerbiriou)

12  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


Sonates pour violon et clavecin n° 1-6 jourd’hui bien connu des mélomanes bienheureux  » de Gluck et la «  Badi-
Valerio Losito, violon baroque; Federico Del Sélection ClicMag ! français, son œuvre se dévoilant peu nerie » de Bach dans le final. « Quand
Sordo, clavecin à peu dans son intégralité grâce à de l’œuvre est terminée elle ne m’intéresse
BRIL95391 • 1 CD Brilliant Classics nombreuses publications discogra- plus, c’est un recours formidable contre

D e la même génération que les phiques dont ce disque récent, une l’échec » écrit justement le compositeur.
grands «  baroques  », Bach, Vivaldi compilation d’oeuvres pour flûte. L’oc- Les Douze miniatures op. 29 relèvent du
et Haendel, Telemann fût considéré casion de découvrir un pan méconnu de néoclassicisme français. Style badin et
de façon un peu exagérée comme le l’oeuvre du compositeur souvent cata- dansant, sensuel des timbres. Echan-
grand homme de son époque. Il n’en loguée comme sombre et mélancolique. gisme entre orchestre et flûte solo. Tout
reste pas moins le compositeur le plus Le premier concerto op. 75 (1961) est est permis. On y cueille formes écloses
fertile, sans doute de tous les temps, d’allure primesautière. Scherzo joyeux, et vives, étude, intermezzo, barcarolle,
avec quelques six mille œuvres réper- passacaille tendre puis mazurka fa- burlesque… etc. Rafraîchissant avant
Mieczyslaw Weinberg (1919-1996) çon klezmer. Trente ans séparent ce d’aborder le Trio (1979), qui évoque De-
toriées. On rétorquera que quantité
ne fait pas qualité et certains critiques Concertos pour flûte et orchestre n° 1 et 2; concerto du second. L’atmosphère bussy et le Parnasse, pour flûte, alto et
12 miniatures pour flûte et orchestre; Trio pastorale et légère de l’Allegro laisse harpe. Lui est rêveur et menaçant, troué
l’ont surnommé le «  Haendel au petit pour flûte, alto et harpe
pied  »  ! Comme Vivaldi, d’abord très place à une plage en suspension d’où de partout de silences et de tentatives
Antonina Styczen, flûte; Orchestre Philharmonique surgissent quelques remontées acides sabordées. Magnifique programme soi-
honoré, il tomba dans l’oubli à la fin de de chambre de Sopot; Wojciech Rajski, direction
sa vie. Cosmopolite, sa musique subit et épisodiques qui nous suggèrent les gneusement réalisé par la fée Antonina
TACET232 • 1 CD Tacet sentiments du compositeur vieillissant : Styczen et le Philarmonique de chambre
des influences polonaises, italiennes et
surtout françaises. Bien que tout ne soit
pas d’égale valeur dans ses œuvres, il L e compositeur russe Mieczyslaw
Weinberg (1919-1996) est au-
amertume et nostalgie, ce malgré les
réminiscences de « La ronde des esprit
polonais conduit par Wojciech Rajski.
(Jérôme Angouillant)
y des petites merveilles chez Telemann.
Les six sonates pour violon et clavecin si le temps lu avait donné. Las, quatre beau Weber malgré la concurrence.
écrites à Frankfurt en 1715 et dédiées années plus tard, rongé par le cancer, il (Olivier Eterradossi)
au Prince Johann Ernst de Saxe-Wei- abdiquait. Cette soirée n’en est que plus
mar en témoignent. Selon le manuscrit essentielle. (Jean-Charles Hoffelé)
original français, elles correspondent à
six vertus qui sont successivement : la
vivacité de l’Esprit sublime, la manière
glorieuse, la beauté de l’âme, la bonté
de cœur, la sage modestie et la péné-
tration de l’Esprit. Les interprètes, sans Richard Wagner (1813-1883)
doute très inspirés par le propos, bril-
La Valkyrie, opéra, Acte 1
lants et sensibles dans la narration de
René Kollo, ténor; Eva-Maria Bundschuh, soprano;
ces œuvres, renouvellent un Telemann
John Tomlinson, basse; London Philharmonic
au goût du jour. Un disque pétillant  ! Orchestra; Klaus Tennstedt, direction
Felix Woyrsch (1860-1944)
(Philippe Zanoly) Quatre Lieder, op. 2; Trio pour piano, op.
LPO0092 • 1 CD LPO Carl Maria von Weber (1786-1826) 65 / R. Goldmark : Trio pour piano, op. 1

O n l’oublie trop, Klaus Tennstedt,


avant de s’enfuir d’Allemagne de
l’Est, fit sa carrière à l’opéra, Konzert-
Grand duo concertant pour clarinette, op.
48; Variations sur un thème de Silvana,
op. 33; Quintette pour clarinette, op. 34;
Carolina Ullrich, soprano; Trio Hyperion
CPO555122 • 1 CD CPO
meister au Théâtre d’Halle dès 1948,
puis en 1958 nommé directeur musical
Concertino pour clarinette, op. 26; Concer-
tos pour clarinette n° 1 et 2
Sebastian Manz, clarinette; Quatuor Casal;
N eveu de Karl Goldmark qui fut en
son temps (la fin du 19° siècle) une
gloire de la musique à Vienne, Rubin
du Semper Oper de Dresde. Toute une
Orchestre de la radio de Stuttgart; Antonio Mendez Goldmark fit sa carrière aux USA, où,
première vie de musique que son enga-
gement en faveur de Gustav Mahler 0300835BC • 2 CD Berlin Classics comme son oncle, sa notoriété dans

Boris Tichtchenko (1939-2010)


allait faire oublier. Deux disques Wagner
consentis à EMI rappelaient pourtant
cette autre existence, pas assez pour
A lire l’étrange notice, on craint que
ce coffret ne soit pas dédié à Weber,
mais au clarinettiste Sebastian Manz,
les années 20 fut considérable, avant,
lui aussi, de tomber dans l‘oubli. Il
faut évidemment que ce soit CPO qui
Symphonie n° 7, op. 119
comprendre tout ce qu’il put déduire enthousiasmé par l’agenda qui l’a exhume ce beau trio opus 1 (1893) ,
Orchestre Philh. de St. Petersburg; Edward Serov conduit à cet enregistrement (et nous
du théâtre lyrique allemand pour encore très marqué par une écriture hé-
NFPMA99100 • 1 CD Northern Flowers l’infuser justement dans ses lectures indiquant au passage, merci, que pizzi- ritée de Brahms et de Schumann, mais

D ans l’immense production de expressionnistes des Symphonies de cato veut dire «  note pincée  »). Guère d’une magnifique tenue et qui suscita
Tichtchenko, disciple de Chostacho- Mahler. Mais voici qu’enfin les archives plus disert sur les œuvres, un second l’admiration de Dvorak. Le complément
vitch et d’Ustvolskaya, les neuf sympho- du London Philharmonic exhument ce auteur ne tarit pas de «  Manz dit  », révèle un autre trio oublié, celui de Felix
nies forment un massif essentiel ; écrite Premier Acte de la Walkyrie donné au «  Manz pense  », «  Manz explique  »… Woyrsch, dont l’éditeur grave parallè-
en 1994, la 7° prend l’apparence d’une Southbank Centre’s Royal Festival Hall Ce disque contiendrait-il donc un mes- lement les symphonies ; composé en
suite en cinq vastes mouvements pour de Londres les 7 et 10 octobre 1991. sage  ? Déception… pas de message 1919, il se rattache cependant toujours
orchestre, qui alterne grandes formes Un opéra ? Une Symphonie tenue dans (sauf à considérer comme tels, dans le au même style romantique allemand
du passé (Sonate, Variations et Rondo) des phrasés admirables de modelé, où concerto op. 73, quelques ornements placé sous le signe de Brahms et, cette
avec deux danses (Foxtrot et valse). Le tout exprime l’affect, où les chanteurs hardis aux alentours de la mesure 122
fois, aussi de Reger. Certes aucune
résultat, d’un accès immédiat, est bluf- sont portés et entourés par un chef de l’Allegro) … « seulement » une très
de ces deux partitions ne bouleverse
fant, dans la descendance de son maître qui sait ce que diriger à l’opéra signi- belle interprétation  ! Les œuvres or-
notre connaissance de l’histoire de la
Chostachovitch, mais sans sa noirceur fie  : ne jamais couvrir, mais toujours chestrales sont vraiment traitées dans
musique mais les deux sont d’intéres-
sarcastique. Ce document, reflet de la inspirer l’expression exacte. Pour René une optique de romantisme allemand :
sants enrichissements bien venus. Le
création pétersbourgeoise de 1997, Kollo, en fin de parcours, c’est rendre velours sombre des cordes et vents
possible ce Siegmund plus lyrique graves, clarinette charnelle et un peu plus original du CD réside dans le com-
nous fait découvrir cette grande page,
dont Edward Serov est à la fois le dédi- qu’héroïque et d’autant plus troublant, mystérieuse, loin du côté rossinien et plément des quatre lieder opus 2 (1884)
cataire et le créateur (à Volzhsky pour la pour le Hunding de Tomlinson lui ôter la un rien pincé qu’y mettait Paul Meyer. du même Woyrsch. Sur de magnifiques
première absolue, à Saint Petersbourg grisaille du timbre pour l’habiller d’une Le versant chambriste est peut-être poèmes de Heine et Lenau, le compo-
pour la reprise, enregistrée sur ce CD). vêture d’orchestre souvent terrifiante à un peu moins convaincant, en partie siteur tisse un accompagnement raffiné
C’est dire si la légitimité historique de force de tension et de menace. Pour ces du fait de la prise de son  : si dans le et délicat où le piano mêle sa voix tantôt
ce document est incontestable. Le deux là il lui fallait veiller et aider. Mais quintette violoncelle et alto fruités se à celle du violon, tantôt à celle du vio-
public ne s’y est pas trompé à en juger lorsque le grand soprano d’Eva-Maria marient idéalement au soliste, dans les loncelle. L’interprétation irréprochable
par l’enthousiaste « Hourrah » qui salue Bundschuh s’empare des mots de Sie- duos le piano collé à la clarinette rend du trio Hyperion et de Carolina Ullrich
l’accord final. Un disque à prendre au- glinde, alors il peut tonner et s’exalter, sonorité et équilibres plus agressifs. rend pleinement justice à ces pages
tant comme un témoignage que comme se consumer tout entier à Wagner dont Oublions son plumage agaçant, ne gar- oubliées mais qui méritent de reprendre
une référence. (Richard Wander) il aurait été l’un des interprètes majeurs dons que son ramage  : voilà un bien vie. (Richard Wander)

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  13


Récitals
Frescobaldi et de Gesualdo qu’il s’agit. est la sonate Undine de Reinecke, mer-
Le premier se taille la part du lion, lui veille d’expressivité sobre autant que
qui, organiste de Saint-Pierre de Rome, profonde et poétique, ingénieusement
a beaucoup écrit pour le clavier, dans un construite, où le thème de l’eau n’est
style ô combien personnel. A côté des jamais prétexte à ces simples effets
Fiori Musicali, qui rassemblent surtout ornementaux de surface un peu faciles
des pièces liturgiques, ses deux Livres auxquels certains compositeurs roman-
de Toccatas sont ses opus essentiels : tiques ont pu se laisser aller. Attachante
normal que leurs extraits occupent la et efficace, elle est très bien servie par
Œuvres pour piano à 4 mains majeure partie de ce programme. Les Anthologie de la guitare des interprètes dont on sent à chaque
J. Brahms : Valses, op. 39 / P. Hindemith : orgues de la Renaissance italienne ne Œuvres pour guitare de Bach, Scarlatti, instant la perspicacité complice. L’
8 valses, op. 6 / Ö. Manav : 2 mélodies disposaient le plus souvent que d’un Cimarosa, Sor, Beethoven, Paganini, «  Introduction, thème et variations  »
d’Anatolie / I. Stravinski : Le Sacre du unique clavier sans pédalier et son- Coste, Tarrega, Albéniz, Villa-Lobos... d’un Strauss alors adolescent est une
Printemps (version pour piano à 4 mains
naient très clair. Alors, l’accordéon est- Krishnasol Jiménez, guitare; Luigi Attademo, gui- curiosité. L’œuvre témoigne de la capa-
par le compositeur) tare; Claudio Giuliani, guitare; Graziano Salvoni, cité supérieure qu’a, à 15 ans, le jeune
il si exotique ? D’autant que le style de
Gülru Ensari, piano; Herbert Schuch, piano guitare; Flávio Apro, guitare… compositeur à assimiler les caractéris-
l’époque, tout en dissonances, ruptures
AVI8553376 • 1 CD AVI Music de rythmes et modulations est si proche BRIL95480 • 40 CD Brilliant Classics tiques du romantisme tardif et à les tra-
duire dans une écriture où la virtuosité
de l’improvisation que la respiration na-
turelle de l’instrument s’en accommode
parfaitement. A la sauce italienne, bien
S aluons à nouveau le très beau travail
de Brilliant Classics qui nous pro-
pose avec cette magnifique anthologie,
apparaît réfléchie, et dont l’élégance est
sans affectation. La fantaisie pasto-
rale hongroise de Doppler est irrésis-
sûr ! (Yves Kerbiriou) la plus complète collection d’œuvres
tible dans sa vivacité et sa fraîcheur.
pour guitare jamais éditée à ce jour. A
Disque particulièrement réussi qui met
travers les 40 disques qui composent
en valeur un répertoire confidentiel.
cet élégant coffret, un véritable voyage
(Bertrand Abraham)
à travers les siècles s’offre à l’auditeur :
Du baroque où la guitare s’impose à son
ancêtre le luth, à la période classique à
Le piano en Amérique Latine laquelle l’instrument s’emancipe et
Œuvres pour piano de Piazzolla, Ginastera, gagne ses lettres de noblesse dans son
Guastavino, Lecuona… pays d’origine, l’Espagne. Le 20ème
Pablo Rojas, piano siècle où les plus célèbres compositeurs
GRAM99115 • 1 CD Gramola Œuvres pour violon et clavecin ont étendus les possibilités sonores de
la guitare occupe également une place
J. Schop : Sine titulo; Lachrime pavaen;
de choix. Un véritable trésor où réper-
Allemande; Courante; Nasce la pena mia
/ G.P. Telemann : Sonates TWV 41 : e2, toire rare et oeuvres bien connues sont
F4, g1-2 / T. Baltzar : Prélude; Allemande magistralement interprètés par des Musique de chambre pour flûte
/ M. Weckmann : 4 Variations sur « Die guitaristes à la renommée mondiale. A. Vivaldi : Concertos pour flûte, op. 10 n°
lieblichen Blicke » Incontournable pour le grand connais- 2 et 3 / M. Marais : Les Folies d’Espagne
La Porta Musicale [Gabriele Steinfeld, violon; Anke seur comme le simple mélomane. / G.F. Haendel : Arias pour flûte et violon,
HWV 205 et 207 / J.S. Bach : Sonate en
Dennert, clavecin]
trio, BWV 1079 / C.P.E. Bach : Sonate pour
GEN17462 • 1 CD Genuin flûte et clavecin, BWV 1020
Barbara Kortmann, flûte
Œuvres pour duo de piano GEN17457 • 1 CD Genuin
M. Ravel : Introduction et Allegro / F. Schu-
bert : Marche n° 6, D 819 / C. Debussy :
Petite suite pour piano à 4 mains / F.
Cruixent : Binary / S.I. Taneiev : Prélude et
fugue, op. 29 / P. Hindemith : Sonate pour
2 pianos
Piano duo Shalamov La flûte romantique
GEN17461 • 1 CD Genuin C. Reinecke : Sonate Undine pour flûte et
Les Orgues de St Thomas de piano, op. 167 / T. Böhm : Variations sur
une valse de Schubert, op. 21 / R. Strauss :
Leipzig Introduction, Thème et Variations / J.G.
Œuvres pour orgue de Bach, Boëllmann, Rheinberger : Rhapsodie pour flûte et pia- Œuvres pour clarinette et piano
Buxtehude, Krebs, Mendelssohn et Piutti no-forte, op. 27 / A.F. Doppler : Fantaisie J-P. Rameau : Prélude / E. Chausson :
Ullrich Böhme, orgue (Orgues Bach et Sauer de St pastorale hongroise, op. 26 Andante et Allegro / G. Pierné : Canzonetta
Thomas de Leipzig) Dorothea Seel, flûte; Christoph Hammer, piano- / P. Dukas : Vocalise-étude alla gitana /
ROP6117 • 1 CD Rondeau forte M. Ravel : Pièce en forme de Habanera /
HC16087 • 1 CD Hänssler Classic G. Puccini : Musette / C. Debussy : 1ère
Rhapsodie / G. Gershwin : 3 préludes Jazz /

Transcriptions pour accordéon


C e CD rappelle, s’il en est encore be-
soin, combien la création musicale
est profondément liée aux avancées
C. Koechlin : Le Portrait de Daisy Hamilton
/ E. Satie : 1ère Gnossienne / F. Poulenc :
Sonate clarinette et piano
Œuvres de Frescobaldi, Gesualdo et techniques de la facture instrumentale. Dirk Atlman, clarinette; Mako Okamoto, piano;
Solbiati Ryutaro Hei, contrebasse; Gesa Jenne, violon;
Il rend en effet d’abord hommage à
Francesco Gesualdi, accordéon Anne-Maria Hölscher, accordéon
Theobald Böhm : est célébrée ici, non la
BRIL94972 • 1 CD Brilliant Classics flûte métallique à perce cylindrique qu’il EIGEN052 • 1 CD EigenArt

L e goût de l’exploration de nouveaux inventa et qui s’imposa mondialement,


territoires ne fait certainement pas mais le modèle (bois et métal), à perce
défaut à Francesco Gesualdi, sans doute Musique pour guitare et cordes conique et anneaux qu’il créa aupara-
l’accordéoniste classique le plus réputé L. Brouwer : 3 danses concertantes / M.D. vant et sur lequel Dorothea Seel joue
d’Italie. Habitué des créations contem- Pujol : Suite Guernica / R. Sierra : Tríptico / les 5 œuvres enregistrées ici; dont l’une
poraines, dont un certain nombre lui ont F.M. Maier : Suite « Schattenspiel » est due à ce même Böhm. L’instrument
été dédiées, comme en témoigne briè- Izhar Elisas, guitare; Florian Magnus Maier, gui- à la sonorité fruitée, riche et moins uni-
vement cet enregistrement, il fait cette tare; Juri Kuefner, percussion; Greg Smith, batterie; forme que le modèle qui lui succéda, se
fois un bond dans le temps… mais pas Aristoteles Potamianos, contrebasse; Quatuor marie admirablement au timbre à la fois
dans l’espace car Ferrare et Venose sont Matangi; Orchestre de chambre des Pays-Bas net et superbe du pianoforte. La pièce
bien dans la péninsule ! C’est en effet de BRIL95484 • 1 CD Brilliant Classics maîtresse; et la plus longue; de ce CD, Œuvres pour cor anglais et piano

14  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


A. Piazzolla : Café 1930; Tanti anni prima
(Ave Maria); Oblivion / O. Messiaen :
Vocalise / A. Pasculli : Amelia, un pensiero
Fremer l’arpa ho sentito per via
Musique traditionelle de Lucanie et de la Q ue le titre ne vous induise pas en
erreur  : la manière qu’a Bardazzi
d’aborder ces traces de la foi médiévale
qui confine à la folie, et qui est l’une
des clés du Quijote. Un disque de haute
culture, humaniste au vrai sens du
région de Naples. Et œuvres de Paisiello,
del Ballo in Maschera / H. Steinmetz :
Bellini, Almada et Bellipanni est à mille lieues des célèbres enregis- terme, mais dont en l’absence de tra-
Liebesruf eines Faun / R. Schumann :
Abendlied, op. 85/12; Adagio et Allegro, Scuola dell’Arpa Viggianese e della Musica; trements de Jordi Savall et Montserrat duction, seuls les hispanisants pourront
op. 70 / G. Fauré : Après un rêve / E. Lincoln Almada, direction; Sara Simari, direction Figueras. Autant ces derniers portaient goûter pleinement les austères beautés.
Schulhoff : Hot-Sonate / S. Rachmaninov : TC800006 • 1 CD Tactus un regard intellectuel sur la circulation (Olivier Gutierrez)
Vocalise, op. 34 n° 14 des sources dans l’Espagne arabo-
Michael Sieg, cor anglais; Angelika Merkle, piano andalouse, autant celui-ci s’est donné
GEN17454 • 1 CD Genuin pour but de recréer l’ambiance d’un
«  itinéraire imaginaire de pèlerins en
route vers Montserrat pour la messe
de minuit  ». Pour ce faire il convoque
un instrumentarium multiculturel (viole,
flûtes, luth, tambourins et clochettes,
mais aussi cornemuse, violon chinois,
tible catalan et vielle à roue), des voix
variées (dont les instrumentistes eux-
Beneath the Northern Star Edition RadioMusiken, vol. 3
mêmes et les « voix blanches » des très
L’ascension de la polyphonie anglaise, Pièces et opéras radiophoniques de Weill,
jeunes Petits Chanteurs de la cathédrale
1270-1430. Œuvres de Aleyn, Byttering, Hindemith, Haas, Gronostay, Grosz et
de Sarzana), et mêle sacré et profane. Sutermeister
Concertos pour cor Power, Dunstable, Chirbury Le voisinage de ce côté hétéroclite et
The Orlando Consort [Matthew Venner, contre- Herbert G. Adami; Frank Ernst; Manja Freitag;
Concertos pour cor de Telemann, Haydn, un peu déglingué avec tout ce que cela
ténor; Mark Dobell, ténor; Angus Smith, ténor; Jessica Glatte; Christian Grygas; Marcus Günzel;
Mozart, Zelenka, Strauss, Weber, Schu- suppose de science musicale et histo-
Donald Greig, baryton] Jihoon Kim; Elke Kottmair; Dagmar Nick; Jeannette
mann…
rique est un peu frustrant  : autant les Oswald; Wolfgang Schaller; Hans-Jürgen Wiese;
Peter Damm, cor, cor piccolo, cor postal, cor de CDA68132 • 1 CD Hyperion notices des enregistrements Auvidis Gerd Wiemer; Jens Winkelmann; Orchestre et
chasse; Felix Klieser, cor; Herman Jeurissen, cor;

C et album constitue une anthologie étaient éclairantes, autant celle-ci nous choeur der Staatsoperette Dresden; Ernst Theis
Ivo Hadermann, cor; Hans Otto, orgue; Kammeror-
chester C.P.E. Bach; Hartmut Haenchen, direction; de musique religieuse médiévale a laisse spectateurs du savoir et nous CPO777839 • 2 CD CPO

V
Staastkapelle Dresden; Siegfried Kurz, direction; capella à quatre parties, qui parcourt renvoie à un pur théâtre sonore. En cela oici le troisième (et dernier?) volet
Capella Sagittariana; Eduard Melkus, direction; environ deux siècles (de 1250 à 1430). le disque rappelle plutôt les expériences du projet piloté par Ernst Theis et
Württembergisches Kammerorchester Heilbronn; Programme fascinant et varié dans de René Clemencic autour des Carmina son orchestre la Staastsoperette de
Ruben Gazarian, direction; Netherlands Chamber lequel chaque œuvre semble être un Burana et de la Messe des Voleurs. Très
Orchestra; Roy Goodman, direction; Collegium Dresde en partenariat avec la Deutsche-
laboratoire dans lequel s’essaient, s’af- réverbérée et réalisée à un haut niveau radio Kultur. Son but  : nous plonger
Instrumentale Brugense; Patrick Peire, direction;
Capella Istropolitana; Frantisek Vajnar, direction; firment, se diversifient des formes, des sonore, la prise de son est fatigante dans l’Allemagne des années vingt où la
Czech Chamber Orchestra; Ondrej Kukal, direction; procédés d’écriture, des atmosphères sans un ajustement minutieux du ni- radio et les nouveaux moyens de diffu-
Orchestre Symphonique de la radio de Cologne; différentes. Voix qui ornementent à veau d’écoute. Un disque expérimental sion et d’enregistrement étaient en plein
Werner Andreas Albert, direction; Wolf-Dieter partir d’une psalmodie chantée par un et difficile, mais très intéressant. (Oli- essor. Nécessité pour les directeurs ar-
Haschild, direction ténor. Tropes qui procèdent de la super- vier Eterradossi) tistiques de diversifier leur programme
BRIL95412 • 10 CD Brilliant Classics position d’un texte à un autre. Cadences avec des créations originales de mu-

A près leur passionnante explora- répétées et parallèles qui créent l’im- sique sérieuse ou «  légère  » signées
tion des concertos pour hautbois pression d’une sorte de mélopée obses- des compositeurs en vogue et d’autres
(BRIL95410), les habiles défricheurs du sionnelle. Austérité et dépouillement moins connus et parmi eux des musi-
label Brillant Classics poursuivent leur dans certaines pièces qui semblent évo- ciens juifs tels Pavel Haas qui ouvre le
découverte des instruments à vent avec luer comme des lignes droites, et aux- programme en fanfare dans une ode
ce beau coffret consacré aux concer- quelles répond la profusion volubile et déjantée pour solistes et orchestre inti-
tos pour cor. Instrument vieux de plu- en arabesque d’autres pièces. Mélange tulée «  Predera pro roziahs  ». Chaque
sieurs siècles, le cor tire son nom des du profane et du sacré parfois. Géomé- soliste incarnant tour à tour : le son, la
cornes animales utilisées à l’origine trie impeccable jouant sur la superpo- fréquence, le micro et le haut-parleur.
par l’homme comme signal ou lors de sition, l’imbrication, l’isomorphisme, ou Musique au temps de Cervantes Loufoque et irrésistible. Suit Paul Hinde-
rituels. Au fil des époques, nombreuses sur le décalage des durées, des valeurs Œuvres de Durón, Martín y Coll, Paredes, mith, familier de cette « Gebrauchsmu-
sont les améliorations techniques qui de notes, des syllabes chantées, et der- Egüés, Guerau, Marín, Ortiz, Coppola, sik  » et très concerné par les progrès
ont contribuées au développement d’un rière laquelle l’on devine des abîmes de Valdo y Gómez, Navarro, Salaverde technologiques ; avec la ballade pour
instrument dont le caractère festif et complexité mathématique transcendée Victor Sordo Vicente, ténor; Ensemble Luz y Norte « Sabinchen » qui évoque la figure d’un
jubilatoire confère aujourd’hui une place [Sara Agueda, harpe espagnole; Calia Alvarez, sombre personnage de fait divers. On
par une clarté où jaillit çà et là la sim-
viole de gambe; Daniel Garay, percussion] goûte le style mécaniste et excentrique
de choix, tant en soliste qu’au sein de plicité d’une formule grégorienne. Tout
l’orchestre. De Telemann à Haydn, cela magnifié par des voix d’une lisibilité BRIL95457 • 1 CD Brilliant Classics du compositeur. « Mord » (Meurtre) de

C
de Vivaldi à Mozart, sont réunies ici exemplaire, totalement «  prenantes  », et album va bien plus loin que son Walter Gronostay, pièce radiophonique
les grandes œuvres concertantes de et qui donnent pourtant l’impression titre ne le laisse présager. Voici un de cet élève de Schoenberg, participe
l’instrument, mais les 10 disques qui d’être totalement indépendantes les large panorama de la musique espa- du même univers : expressionniste. Fré-
composent cette édition regorgent unes des autres dans leur conjonction gnole du XVIème siècle (une douzaine nétique et saisissant. Passons sur Kurt
également de trésors, souvent mécon- et leur entrelacement savant. Exigeant de compositeurs convoqués, plus Weill et son « Berliner Requiem » (Avec
nus. D’impeccables interprètes parmi et splendide. (Bertrand Abraham) quelques pièces anonymes), à écouter les textes de Brecht). « Bankel und Bal-
les grands cornistes d’aujourd’hui, livret en main  : des extraits d’oeuvres laden » du viennois Wilhelm Grosz nous
de la référence Peter Damm à la nou- de Cervantes (Quijote et Galatea essen- transporte dans le monde du cabaret.
velle garde incarnée par Felix Klieser, tiellement) installent l’atmosphère de la Sur la scène enfumée et bruyante, le
défendent avec vigueur et précision un pièce musicale qui suit. Démarche qui baryton Kurt Gerron, sa muse (Sopra-
solide répertoire qui fera date dans la trouve son accomplissement grâce au no) et son accompagnement jazzy avec
discographie de l’instrument. tenor Victor Sordo Vicente qui cisèle saxophone banjo et percussions. Entre
les oeuvres en donnant à chaque mot Broadway et du Weill d’opérette. Enfin
son juste poids, son exacte couleur, le micro-opéra Jorinde und Joringel du
sobrement accompagné à la harpe, suisse Heinrich Sutermeister, aidé de
viole et percussion campent la basse Werner Egk, l’homme à tout faire du
continue. Mais ce qui transparaît dans Radiomusiken, évoque par son style
El Cant de La Sibilla la retenue désabusée de ¿ Cuando les œuvres similaires de Carl Orff. Cer-
Musique sacrée médiévale de Catalogne podré lograrte  ?, la grâce pastorale de tainement l’oeuvre la plus originale du
Ensemble San Felice; Federico Bardazzi, vielle, Ves el sol luna y estrella, la délicatesse volume. Une collection captivante pour
direction de tiernos afectos, c’est l’absolu sérieux des raisons  musicales et historiques.
BRIL95481 • 1 CD Brilliant Classics du castillan, cette impitoyable lucidité (Jérôme Angouillant)

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  15


DVD et Blu-ray
Richard Wagner (1813-1883)
Das Liebesverbot, opéra en 2 actes
Manuela Uhl; Christopher Maltman; Peter
Lodahl; Ilker Arcayürek; Ante Jerkunica; Chœur et
Orchestre du Teatro Real de Madrid; Ivor bolton,
direction; Kasper Holten, mise en scène
OA1191D • 1 DVD Opus Arte
OABD7213D • 1 BLU-RAY Opus Arte
Adolphe Charles Adam (1803-1856)
Gisèle, Ballet romantique en 2 actes
Franz Lehár (1870-1948)
La Veuve joyeuse (Die Lustige Witwe), L orsqu’à Magdebourg, au printemps
1836, Richard Wagner dirige sa
«  Défense d’aimer  », il n’est déjà plus
Peter Pan
Mark Charlap/Carolyn Leigh : Peter Pan,
Marianela Nunez; Vadim Muntagirov; Orchestre du opérette en 3 actes
Royal Opera House; Barry Wordsworth, direction; Anne Jeffreys; Brian Sullivan; Edward Everett un débutant  : ses «  Fées  » (jamais comédie musicale
Marius Petipa, chorégraphie Horton; Helena Bliss; John Conte; Bambi Linn; portées à la scène de son vivant) ont Mary Martin; Cyril Ritchard; Kathy Nolan; Sondra
Rod Alexander; Beatrice Kraft en effet été achevées deux ans aupa-
OA1230D • 1 DVD Opus Arte Lee; Margalo Gillmore; Heller Halliday; Joe E.
VAI4590 • 1 DVD VAI Music ravant. En pleine conquête de sa future
OABD7216D • 1 BLU-RAY Opus Arte Marks; Jerome Robbins, chorégraphie
épouse Minna Planer, le compositeur a,
là encore, signé le livret. Il transpose VAI4593 • 1 DVD VAI Music
librement «  Mesure pour mesure  » de
William Shakespeare dans une Palerme
luxurieuse, brutalement privée de plai-
sirs – en particulier charnels – par le
tyran Friedrich. L’intrigue libidineuse, à
rebonds et déguisements, s’étend sur
près de cinq heures, plus ou moins
tronquées dans la plupart des enregis-
Lowell Liebermann (1961-) trements. Ce DVD madrilène (création
Ludwig van Beethoven (1770-1827) au Teatro Real) propose une scénogra-
Frankenstein. Ballet en 3 actes de Liam
Sonates pour violon n° 1-10 Scarlett sur une musique de Lowell Lieber- phie colorée et déjantée, à même de
Thomas Albertus Irnberger, violon; Michael mann, d’après l’œuvre de Mary Shelley rendre justice à la loufoquerie du pro- Supreme Sopranos
Korstick, piano Federico Bonelli; Laura Morera; Steven McRae; pos. La musique elle-même est assez Birgit Nilsson; Eileen Farrell; Renata Tebaldi;
GRAM20001 • 4 DVD Gramola Orchestre du Royal Opera House; Koen Kessels, décousue, placage parfois charmant,
direction; Liam Scarlett, chorégraphie Victoria de los Angeles; Renata Scotto; Beverly
parfois malhabile voire indigent entre
Sills; Montserrat Caballé; Roberta Peters; Lisa
OA1231D • 1 DVD Opus Arte les recettes de Rossini ou de Donizetti,
della Casa; Joan Sutherland; Anna Moffo; Mirella
OABD7182D • 1 BLU-RAY Opus Arte sans jamais atteindre leurs génies res-
Freni; Leontyne Price; Brian Sullivan; Nicolai
pectifs – et celles d’un Boïeldieu ou
d’un Auber. Si la distribution masculine Gedda; Cesare Siepi
n’encourt pas de grand reproche, les VAI4594 • 1 DVD VAI Music
rôles féminins, surtout celui d’Isabella,
n’appellent certes pas le même acces-
sit. Ce handicap, que complique une
direction empesée et tapageuse, destine
Benjamin Britten (1913-1976) d’évidence cette rareté plutôt éloignée
Le Tour d’écrou, opéra en un prologue, 2 de Sawallisch 1983 aux collectionneurs
actes et 16 scènes (Jacques Duffourg-Müller)
Mark Padmore; Lisa Milne; Catrin Wyn Davies; Giuseppe Verdi (1813-1901)
Diana Montague; Nicholas Kirkby Johnson; Macbeth, opéra en 4 actes
Caroline Wise; City of London Sinfonia; Richard Carlos Álvarez; Maria Guleghina; Chœur et
Hickox, direction orchestre du Gran Teatre del Liceu; Bruno Campa-
OA0907D • 1 DVD Opus Arte nella, direction; Phyllida Lloyd, mise en scène Tenor Titans
OA0922D • 2 DVD Opus Arte
Jussi Björling; Giuseppe di Stefano; Richard
Tucker; Franco Corelli; Jon Vickers; James
McCracken; Nicolai Gedda; Rolf Björling; Renata
Tebaldi; Teresa Stratas; Robert Merrill; Lucine
Lady in the Dark Amara; Lisa Della Casa; Régine Crespin; Giulietta
Comédie musicale de Kurt Weill et Ira Simionato
Gershwin VAI4589 • 1 DVD VAI Music
Ann Sothern
VAI4588 • 1 DVD VAI Music
Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
Giulio Cesare, opéra en 3 actes; Rinaldo Giuseppe Verdi (1813-1901)

HWV 7a, opéra en 3 actes; Saul HWV 53, La Traviata, opéra en 3 actes
oratorio en 3 actes Norah Amsellem; José Bros; Renato Bruson;
Sarah Connolly; Angelika Kirchschlager; Danielle Chœur et orchestre du Teatro Real; Jesús López
de Niese; Orchestra of the Age of Enlightenment; Cobos, direction; Pier Luigi Pizzi, mise en scène
William Christie, direction; David McVicar, mise OA0934D • 2 DVD Opus Arte
en scène (Giulio Cesare); Sonia Prina; Anett
Fritsch; Brenda Rae; Orchestra of the Age of
Enlightenment; Ottavio Dantone, direction; Robert
Carsen, mise en scène (Rinaldo); Christopher Stars of the New York City Ballet.
Purves; Iestyn Davies; Lucy Crowe; Chœur du Holiday Extraits de Casse-noisette, Grand Pas de
Festival de Glyndebourne; Orchestra of the Age of
Clay Warnick /Mel Pahl : Holiday, comédie deux, Balanchine’s Allegro Brillante, Stars
Enlightenment; Ivor Bolton, direction; Barrie Kosky,
musicale
mise en scène (Saul) and Stripes...
Doretta Morrow; Keith Andes; Kitty Carlisle;
OA1225BD • 5 DVD Opus Arte Jacques d’Amboise; Tammy Grimes; George Irving New York City Ballet; Balanchine; Bolender; Mattox

OABD7211BD • 4 BLU-RAY Opus Arte VAI4591 • 1 DVD VAI Music VAI4587 • 1 DVD VAI Music

16  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


Martin Luther 2017

Sélection ClicMag !
poétique contemporaine, ils fondèrent
les bases du Hochdeutsch parlé de
nos jours. Mis en mélodie par Luther,
phoniques complexes enchâssées dans
un riche écrin instrumental, obéissant
toujours à une rhétorique rigoureuse.
L e monde protestant célèbre cette
année les 500 ans de la publication
des 95 thèses de Luther. A cette occa-
ils devinrent aussi les premiers Lieder Ainsi le fameux choral «  Vater unser sion, Carus vient nous rappeler ce que
de l’histoire musicale. Depuis, ils n’ont im Himmelreich  » (à 18) ou le «  Nun les chorals allemands (luthériens ou
cessé d’être une source d’inspiration frewt euch lieben Christen gemein  » non) du 17ème siècle débutant doivent
inépuisable comme nous le montre ce (à 12, à 4 et à 2) pour deux sopranos à la musique vénitienne lorsqu’ils
très beau livre-disque. Le premier CD deux ténors et un petit groupe instru- quittent l’assemblée des fidèles pour
propose un florilège d’opus a capella, mental comprenant violes de gambe, le concert. Savamment construit, le
au plus accompagnés d’un continuum trombones et dulcian (Basson), flûte, disque s’ouvre et se ferme sur deux réa-
à l’orgue positif. La mise en perspec- orgue harpe et chitaronne. L’écriture lisations festives de textes de Nicolai.
tive de pièces baroques (Bach, Buxte- de ces «  concerts  » alterne les voix Au centre, le «  Magnificat allemand  »,
Lieder Luthériens hude, Praetorius …) avec des créations dialogués et les interventions du ou des remarquable avec sa ritournelle variée
Œuvres de Bach, Buxtehude, Mendelssohn, contemporaines est fascinante. Le deu- chœur(s), rythmés par les différents et ses trouvailles («  und lässt die Rei-
Praetorius, Scheidt… xième disque compile essentiellement
pupitres : cuivres, bois et cordes. Réali- chen... leer  »). Tout autour, des textes
Sophie Harmsen, mezzo-soprano; Matthias Ank, des pièces chorales ou solistes suivies
sation exemplaire de Manfred Cordes et de Luther, Gramann et Slüter sont l’oc-
orgue; Athesinus Consort Berlin; Klaus-Martin d’un développement à l’orgue perpé-
du Weser Renaissance : luxuriance des casion d’entendre (pour la première fois
Bresgott; Kammerchor Stuttgart; Frieder Bernius tuant la tradition issue de Bach auprès
timbres des instruments anciens et une au disque pour quatre d’entre elles) di-
de Mendelssohn et de Reger. Interpré-
CAR83469 • 2 CD Carus brochette de voix enthousiastes, dont verses combinaisons chorales, solistes
tées par deux des meilleurs ensembles

P our fonder et diffuser la religion allemands (Kammerchor Stuttgart & trois boyish sopranos qui survolent et instrumentales. Aidé par un excellent
réformée, Luther produisit de très Athesinus Consort Berlin), ces pièces l’ensemble tels les putti des fresques de chœur de solistes sculptant ses mots,
nombreux textes. Inspirés des psaumes polyphoniques complexes prennent la Renaissance. (Jérôme Angouillant) Jochen Arnold se démarque des réali-
et d’ouvrages religieux, beaucoup un relief et une intensité réelle, super- sations plus cérémonieuses pour faire
d’entre eux prirent la forme de poèmes. bement rendue par une prise de son entendre avec finesse diverses expres-
Bien qu’éloignés de notre conception idéale. (Thierry Jacques Collet) sions d’une joie souvent plus intime
qu’exultante. Les instrumentistes (au
demeurant très bons) ne monopolisant
jamais le devant de la scène même au
plus fort des démonstrations virtuoses,
on goûte pleinement les dynamiques
et les équilibres vocaux sans cesse
variés. Fidèle à l’esthétique Carus, un
Michael Praetorius (1571-1621) disque remarquable par ses quatre
Chorals de concert inédits et sa réalisation d’ensemble (ne
Capella Principale; Glis Scarlattisti; Jochen Arnold, manque qu’une traduction des textes
direction de chorals pour les non germanistes).
Martin Luther et la musique Michael Praetorius (1571-1621)
Veni Sancte Spiritus; Haleluia; Komm CAR83482 • 1 CD Carus (Olivier Eterradossi)
Œuvres de Luther, Bach, Schütz, Eccard,
Rosenmüller… Heiliger Geist; Ach Gott vom Himmel sih
Monika Mausch; Ina Siedlaczek; Franz Vitzthum; darin; Vater unser im Himmelreich; nun
freut euch lieben Christen gemein; Mit
Georg Poplutz; Nils Giebelhausen; Markus fleig;
Fried und Freud fahr ich dahin; Erhalt uns
Jens Hamann; Bach-Chor Siegen; Johann Rosen-
Herr bey deinem Wort
müller-Ensemble; Ulrich Stötzel, direction
Ensemble Weser-Renaisance; Manfred Cordes,
CPO555098 • 1 CD CPO direction

L e 500e anniversaire de la Réforme


voit la production d’enregistrements
CPO555064 • 1 CD CPO

captivants, celui-ci en fait assurément


partie. Outre son intérêt historique et
L e château de Wolfenbüttel haut lieu
culturel de l’Allemagne du Nord, fait
l’objet d’une collection chez CPO dont
Lieder luthériens de Ebeling, Telemann : Cantates Luthériennes L. Meinardus : Oratorio Luther in
Ravenscroft, Walter, Jacobi, Herbst, TVWV 1:781, 544, 533a, 1390, 1606 Worms op. 36
musicologique (que le livret pourrait le premier volume est consacré aux Lampe, Haendel Thornhill; Kahle; Krumniegel; Hunger; Vieweg; Bertucci; Löschmann; Welch;
cependant davantage documenter), il Chorals luthériens de Michael Prae- Stadtsingechor; Lautten Compagney Berlin Bach Consort Leipzig; Gotthold Schwarz Flaig; Gutjahr; Concerto Köln; H. Max
présente également un attrait artistique torius. Rien d’extraordinaire puisque CAR83339 - 1 CD Carus CPO777753 - 1 CD CPO CPO777540 - 2 CD CPO
voire spirituel évident en offrant un flo- Michael Praetorius (1571-1621) fils de
rilège de la créativité musicale réformée pasteur luthérien qui étudie la musique
de Luther à Bach, soit du 16e au 18e, en et la théologie à Francfort-sur-l’Oder,
cheminant avec des compositeurs plus entre en 1595 au service du duc Hein-
ou moins connus. Au total, cette antho- rich Julius de Brunswick-Wolfenbüttel
logie témoigne d’une réelle richesse jusqu’en 1613. Compositeur prolifique,
d’écriture, partant d’une grande variété Praetorius composera nombre de par-
à l’écoute, nous faisant ainsi passer titions profanes (Les airs du recueil
successivement du temple à la demeure Terpsichore (1612) mais la majorité de
Michael Praetorius : Vêpres de Noël Lieder de Noël luthériens de Hass- Œuvres de Bach, Buxtehude, Schütz,
privée. La splendide interprétation des ses œuvres sont des hymnes ou chorals Apollo’s Fire; Jeannette Sorrell ler, Eccard, Reusner, Finck… Eccard, Praetorius, Reger…
instrumentistes, des chœurs et solistes luthériens. Il rédige une encyclopédie V. Winter; I. Siedlaczek; J. Kobow; Ham- Güttler; Kircheis; Schnyder; Nylund;

tous placés sous la direction éclairée «  Syntagma musicum  » qui inventorie burger Ratsmusik; Simone Eckert Böhm; Schreier; Widmer
les genres musicaux et les instruments AVIE2306 - 1 CD AVIE Records CAR83390 - 1 CD Carus 0300848BC - 1 CD Berlin
d’Ulrich Stötzel parachèvent la réussite
depuis l’Antiquité. Le style de Praeto-
; fraîcheur des voix, ferveur des tempi
rius réside surtout dans sa manière
et des timbres, cohésion et enthou-
de varier les styles allemands, français
siasme communicatifs de l’ensemble,
ou italiens (Qu’il découvrit auprès de
tout concourt à exprimer la vitalité de la Schütz à Dresde), et une réflexion sur
Réforme, laquelle coïncide en son début l’instrumentation : le rôle des solistes et
avec la Renaissance. Sans déperdition de chaque instrument, le fait de diviser
de sa force printanière, avec une quête les chœurs. Cette sélection d’œuvres
remarquée d’authenticité, elle se trans- choisie par Manfred Cordes et son
met aujourd’hui aisément grâce à ces Weser Renaissance de Brême montre J.S. Bach et M. Luther : Eine Feste Mitten im Leben 1517 : Musique de Luther Collage. Lieder à 5 voix
Burg ist unser Gott la réforme luthérienne de Luther, Bach, Fischer, Schein,
interprètes, réunis sous la baguette d’un comment à partir d’une simple mélodie Schreier; Gächinger-Kantorei; Bach Calmus Ensemble; Lautten Compagney Brahms, Eccard, Calvisius, Pärt...
chef ayant manifestement assimilé la médiévale, du simple cantus firmus, Collegium stuttgart; Helmuth Rilling Berlin; Wolfgang Katschner Calmus Ensemble
leçon de Helmut Rilling. (Alain Monnier) Praetorius élabore des textures poly- HC16031 - 2 CD Hänssler CAR83477 - 1 CD Carus CAR83478 - 1 CD Carus

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  17


Sélection Brilliant Classics

Giovanni Albini : Musica ciclica J.S. Bach : Intégrale de l’œuvre C.P.E. Bach : Concertos pour flûte à Wilhelm Friedemann Bach : Sonates B. Bartók : Intégrale de l’œuvre pour L. van Beethoven : Intégrale des
Mureddu; Alogna; Mirto; Duo Bonfanti; La pour orgue, vol. 1 bec; Musique de chambre pour flûte et trios violon, vol. 3 trios pour piano
Cameriste Ambrosiane; Dario Garegnani Stefano Molardi, orgue Collegium Pro Musica W. Hazelzet; M. Moonen; J. ter Linden; Antal Zalai, violon; József Balog, piano Trio Elégiaque
J. Ogg
BRIL9294 - 1 CD Brilliant BRIL94850 - 4 CD Brilliant BRIL94864 - 1 CD Brilliant BRIL94696 - 1 CD Brilliant BRIL9276 - 1 CD Brilliant BRIL94327 - 5 CD Brilliant

L. Boccherini : Stabat Mater René de Bousset : Cantates Norbert Burgmüller : Lieder; Sonate Francesca Caccini : Mélodies D. Chostakovitch : Concertos violon- Paul Dessau Edition : Intégrale de
Barbara Vignudelli; soprano; Flavio Emilio spirituelles pour piano n° 8 sacrées et profanes celle n° 1 et 2 l’œuvre
Scogna, direction Ensemble Le Tendre Amour E. Contucci, soprano; C. Mastroprimiano, Elena Cecchi fedi, soprano; Gian Luca Alexander Ivashkin, violoncelle; Moscow
piano Lastraioli, direction SO; Valery Polyanski, direction
BRIL94494 - 1 CD Brilliant BRIL94288 - 1 CD Brilliant BRIL94244 - 1 CD Brilliant BRIL94461 - 1 CD Brilliant BRIL9413 - 1 CD Brilliant BRIL9440 - 12 CD Brilliant

Roberto Fabbriciani : Alchemies, Marco Frisina : Passio Caeciliae Daniel Magnus Gronau : Variations Simeon Ten Holt : Canto Ostinato Giovanni G. Kapsberger : Livre de Caspar Kummer : Musique de
œuvres pour flûte Vignudelli; Sebasti; flavio Emilio Scogna, chorales pour orgue XXL (arr. 4 pianos et orgue) tablature de luth chambre pour instruments à vent
Roberto Fabbriciani, flûte direction Matteo Venturini, orgue Van Veen; Bergmann; Bergwerff Yavor Genov, luth Italian Classical Consort; Luigi Magistrelli

BRIL9446 - 1 CD Brilliant BRIL9405 - 1 CD Brilliant BRIL94843 - 1 CD Brilliant BRIL94990 - 4 CD Brilliant BRIL94409 - 1 CD Brilliant BRIL94472 - 1 CD Brilliant

M. Llobet : Intégrale de l’œuvre Pietro Locatelli : L’arte del violino Carl Loewe : Ballades Vladimir Martynov : Lamentations W.A Mozart : Concertos pour 2 et 3 Pietro Nardini : Intégrale des
pour guitare Igor Ruhadze, violon; Ensemble Violini E. Büchner; N. Shelter; T. Adama; Rudolf de Jérémie pianos; Rondos de concert quatuors à cordes
Giulio Tampalini, guitare Capricciosi Dunckel, piano Chœur Sirin; Andrey Kotov, direction Kocsis; Ranki; Schiff; Schmidt, piano Quatuor Eleusi

BRIL94335 - 1 CD Brilliant BRIL94469 - 5 CD Brilliant BRIL94676 - 1 CD Brilliant BRIL9403 - 1 CD Brilliant BRIL94499 - 1 CD Brilliant BRIL94438 - 1 CD Brilliant

M. Ravel : Arrangements pour Manuscrits John Reading du O. Respighi : Concerto gregoriano; A.Scarlatti : 12 Sinfonie di concerto D. Scarlatti : Sonates A. Schoenberg : Gurrelieder
quintette à vent Dulwich College : Blow, Crofi, Sinfonia drammatica; Fantasia grosso P-J. Belder, clavecin; M. Carbonara, piano; Bundschuh; Lang; Jung; Herbert Kegel,
The Orlando Quintet Greene, James, Stanley... slava; Adagio con variazioni C. Marti, flûte à bec; A. Nigito, clavecin; P. L. Attademo, guitare; G. Schrama, harpe; direction
Riccardo Bonci, orgue OS de Rome; Francesco La Vecchia Perrone, direction M. Miki, accordéon
BRIL94772 - 1 CD Brilliant BRIL94454 - 1 CD Brilliant BRIL94394 - 2 CD Brilliant BRIL94658 - 2 CD Brilliant BRIL94613 - 5 CD Brilliant BRIL94724 - 2 CD Brilliant

F. Schubert : Intégrale des G.P. Telemann : Cantates et Francesco Veracini : Sonates pour Robert de Visée : La Musique de la R. Wagner : Le Vaisseau fantôme, Awake, sweet love : Anthologie de
symphonies musique de chambre pour flûte violon non-publiées chambre du Roi, vol. 2 opéra la musique pour luth
Staatskapelle Dresden; Herbert Blomstedt G. Bertagnoli, soprano; S. Bagliano, flûte à V. Losito, violon baroque; F. Del Sordo, Staropoli; Marchese; Ippolito; Tomadin Fischer-Dieskau; Frick; Wunderlich; Franz J. Lindberg; M. D’Agosta; L. Contini;
bec; Collegium Pro Musica clavecin Konwitschny, direction Y. Genov
BRIL94693 - 4 CD Brilliant BRIL94334 - 1 CD Brilliant BRIL94822 - 1 CD Brilliant BRIL94437 - 1 CD Brilliant BRIL94664 - 2 CD Brilliant BRIL94710 - 14 CD Brilliant

18  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com


Clic Musique ! Bon de commande
Votre disquaire classique, jazz, world Avril 2017
Musique contemporaine Marin Marais : Jeux d’harmonies, œuvres pour viole de... STR37061 15,36 € p. 8 
Alma Mahler : Lieder und Gesänge. Kroeger, Lonero. BRIL95469 6,00 € p. 8 
Dobrzynski, Kilar, Lessel : Musique pour vents. DUX0857 15,36 € p. 2 
Gustav Adolf Merkel : Musique pour orgue. Guandalino. BRIL95287 6,00 € p. 9 
Lukaszewski : Musica Sacra, vol. 2. Lukaszewski. DUX0367 15,36 € p. 2 
Monteverdi : Madrigaux, Livre VIII. Le Nuove Musiche,... BRIL95152 9,60 € p. 9 
Pawel Lukaszewski : Musica Profana, vol. 1. Mikolajcz... DUX1276 15,36 € p. 2 
Wartime Music, vol. 9. Alexander Mossolov : Concerto ... NFPMA9978 11,76 € p. 9 
Krzysztof Meyer : Musique de chambre pour clarinette.... DUX1290 15,36 € p. 2 
Moussorgski : Tableaux d’une exposition - Une nuit su... 0300891BC 14,64 € p. 9 
Qalandar, le prince ascète. Toruk, Pion, Segal. DUX1203 15,36 € p. 2 
Mozart, Poulenc : Sonates pour violon et piano. Hoppe... CLA1701 14,64 € p. 9 
Kazimierz Serocki : Pianophonie. Esztenyi, Witkowski,... DUX1287 15,36 € p. 2 
Mozart : Les Cinq concertos pour violon - Sinfonia Co... CON2100-2 19,68 € p. 9 
Aperghis : Crosswind. Strosser. Xasax. 0012942KAI 16,08 € p. 2 
Mozart : Symphonies n° 39 et 40. Suitner. 0300881BC 14,64 € p. 9 
Pierluigi Billone : Sgorgo Y, N, oO. Deutsch. 0015016KAI 16,08 € p. 2 
Mozzani, Respighi : Intégrales des œuvres pour guitar... BRIL95230 6,00 € p. 10 
Ferneyhough : Terrain. Elision, Ollu, Deroyer. 0013072KAI 16,08 € p. 2 
Giovanni Paisiello : Six quatuors pour flûte, op. 23.... BRIL95268 6,00 € p. 10 
Kurtag’s Ghosts. Formenti. 0012902KAI 24,00 € p. 2 
Wartime Music, vol. 16. Leonid Polovinkin : Symphonie... NFPMA9998 11,76 € p. 10 
Lazkano : Œuvres orchestrales. Molinari, Kalitzke. 0012992KAI 16,08 € p. 2 
Boris Papandopulo : Concertos pour piano et pour viol... CPO555100 15,36 € p. 10 
Rihm : Sotto voce. Arditti, Hodges, Nott, Axelrod. 0012952KAI 16,08 € p. 2 
Rachmaninov : Œuvres de jeunesse pour piano. Tomellini. PCL0123 8,88 € p. 10 
Marc Chan : My Wounded Head 3. Haskins. MODE294 14,64 € p. 2 
Ravel : Œuvres orchestrales. Herbig. 0300880BC 14,64 € p. 11 
Cowell, Grainger : Œuvres pour saxophone. Krieger. MODE293 14,64 € p. 2 
Jean-Baptiste Robin : Fantaisie Mécanique, pièces con... BRIL95479 6,00 € p. 11 
Henze : Musique de chambre MODE202 14,64 € p. 2 
Vadim Salmanov : Oratorio The Twelve - Suite Big City... NFPMA99116 11,76 € p. 11 
Ulrich Krieger : Urban dreamings, portrait du composi... MODE282 14,64 € p. 2 
Andrea Lorenzo Scartazzini : Der Sandmann, opéra. McK... MGB6288 11,76 € p. 11 
Ming Tsao : Pathology of Syntax. Quatuor Arditti, ens... MODE268 14,64 € p. 2 
Schoenberg : Arrangements pour piano à 4 mains et 2 p... BRIL94957 6,00 € p. 11 
Xenakis Edition, vol. 9 : Musique électronique II. MODE203 14,64 € p. 2 
Schubert : Les Trios pour piano. Irnberger, Geringas,... GRAM99110 22,56 € p. 11 
Aperghis, Fedele, Ohana : Duals, œuvres pour piano et... STR37059 15,36 € p. 2 
Schütz : Symphoniae Sacrae I. Mields, Jantschek, Erle... CAR83273 24,00 € p. 12 
Dallapiccola, Togni : An Mathilde. Rado, Orvieto, Ang... STR37041 15,36 € p. 2 
Severin von Eckardstein joue Robert Schumann : Œuvres... AVI8553366 15,36 € p. 12 
Ivan Fedele : Phasing. Bellocchio, Orvieto, Benventi,... STR37050 15,36 € p. 2 
Fernando Sor : Intégrale des sonates pour guitare. Di... BRIL95395 6,00 € p. 12 
Klaus Huber : Œuvres pour flûtes. El-Bushra, Huber, M... STR37039 15,36 € p. 2 
Stravinski : L’Oiseau de Feu. Britten : Sinfonia da R... 0300890BC 14,64 € p. 12 
Schrift - Pièces contemporaines pour accordéon. Vicens. STR37047 15,36 € p. 2 
Telemann : Douze fantaisies pour flûte seule. Fedotova. GRAM99114 13,92 € p. 12 
Carosello di fantasie : Pièces contemporaines pour sa... STR37063 15,36 € p. 2 
Telemann : Concertos pour flûte. Oggier, Ensemble Fra... BRIL95147 6,00 € p. 12 
Funambules : Trios pour saxophone, piano et percussio... WER7358 15,36 € p. 2  Telemann : Six sonates pour violon, Francfort 1715. L... BRIL95391 6,00 € p. 12 
Cage : Dream. Scodanibbio. WER6713 15,36 € p. 2  Boris Tichtchenko : Symphonie n° 7. Serov. NFPMA99100 11,76 € p. 13 
Reimann, Henze, Rihm : Unanswered Love, œuvres pour s... WER7360 15,36 € p. 2  Carl Maria von Weber : Intégrale de l’œuvre pour clar... 0300835BC 18,96 € p. 13 
Dieter Schnebel : Movimento. Egeler-Wittmann. WER7352 15,36 € p. 2  Wagner : La Valkyrie, Acte I. Kollo, Bundschuh, Tomli... 10,32 €
LPO0092 p. 13 
Ying Wang : Tun Tu, musique de chambre. Lutz, Anzello... WER7347 15,36 € p. 2  Mieczyslaw Weinberg : Œuvres pour flûte. Styczen, Raj... 13,92 €
TACET232 p. 13 
Hans Zender : ¿Adónde? Wohin?. Cambreling, Mälkki, Cr... WER7336 15,36 € p. 2  Woyrsch, Goldmark : Trios pour piano. Trio Hyperion. 10,32 €
CPO555122 p. 13 
Raffaele Bellafronte : Œuvres pour guitare. Di Ienno. TC960203 12,48 € p. 2 
Récitals
Scelsi, Putignano, Anzaghi : Œuvres pour piano. Caruso. TC930001 12,48 € p. 2  Go East : Œuvres pour piano à 4 mains. Ensari, Schuch. AVI8553376 15,36 € p. 14 
Leave me alone : Musique minimaliste pour clarinettes... ADW7582 13,20 € p. 2  Musique pour piano d’Amérique Latine. Rojas. GRAM99115 13,92 € p. 14 
Brandmüller, Lukaszewski, Rihm : Ultimum, Musique cho... ROP6113 12,48 € p. 2  Debut : Œuvres pour duo de piano. Duo Shalamov. GEN17461 13,92 € p. 14 
Dubedout, Hurel, Jodlowski : De Front. Ensemble Court... EOR011 11,04 € p. 2  Frescobaldi, Gesualdo, Solbiati : Transcriptions pour... BRIL94972 6,00 € p. 14 
James Weeks : Mala Punica. Ensemble Exaudi, Weeks. WIN910239-2 16,08 € p. 2  Klingende Hamburgensien : Œuvres pour violon et clave... GEN17462 13,92 € p. 14 
En couverture Les Orgues de St Thomas de Leipzig. Böhme. ROP6117 9,60 € p. 14 
Karol Szymanowski : Œuvres pour violon et piano. Duo ... GEN17459 13,92 € p. 3  Guitar Vibes : Musique pour guitare et cordes. Elias,... BRIL95484 6,00 € p. 14 
Alphabétique Anthologie de la guitare classique. BRIL95480 53,04 € p. 14 
Bach : Variations Goldberg (version pour trio à corde... AS5078 15,36 € p. 3  La flûte romantique : Reinecke, Böhm, Strauss, Rheinb... HC16087 13,20 € p. 14 
Bach : Sonate et partitas pour violon seul BWV 1001, ... PAS1025 15,36 € p. 3  Inner Lights : Musique de chambre pour flûte de Vival... GEN17457 13,92 € p. 14 
Bach : Variations Goldberg. Belder. (CD) BRIL95471 6,00 € p. 3  Paris : Œuvres pour clarinette et piano. Altmann, Oka... EIGEN052 13,92 € p. 14 
Bach : Variations Goldberg. Belder. (Vinyle) BRIL90008 16,44 € p. 3  Dialogs : Œuvres pour cor anglais et piano. Sieg, Mer... GEN17454 13,92 € p. 14 
Edition Carl Philipp Emanuel Bach. HC16000 50,88 € p. 4  Concertos pour cor. Damm, Joy, Klieser, Jeurissen, Ku... BRIL95412 28,32 € p. 15 
Beethoven, Franck : Sonates pour violoncelle et piano... BRIL95191 6,00 € p. 5  Fremer l’arpa ho sentito per via : Chants et danses t... TC800006 12,48 € p. 15 
Beethoven : Symphonies n° 1 et 4. Masur. LPO0093 10,32 € p. 5  Beneath the Northern Star : L’ascension de la polypho... CDA68132 15,36 € p. 15 
Beethoven : Intégrale des quatuors à cordes, vol. 7. ... AUD92689 16,44 € p. 5  El Cant de La Sibilla : Musique sacrée médiévale de C... BRIL95481 6,00 € p. 15 
Beethoven, Reger : Sérénades pour flûte, violon et al... BRIL95420 6,00 € p. 5  Vea yo los ojos bellos : Musique au temps de Cervante... BRIL95457 6,00 € p. 15 
Boëly, Balbastre : Musique française pour orgue. Hein... GEN89140 13,92 € p. 5  Edition RadioMusiken, vol. 3 : Pièces et opéras radio... CPO777839 26,88 € p. 15 
Ernest Bloch : Musique de chambre pour violoncelle. C... MGB6290 11,76 € p. 5  DVD et Blu-ray
Brahms : Intégrale des symphonies. Herbig. 0300911BC 21,12 € p. 6  Adam : Gisèle. Nunez, Muntagirov, Wordsworth, Petipa. OA1230D 25,08 € p. 16 
Joseph Bodin de Boismortier : Winds in Versailles, Mu... LDV14026 11,40 € p. 6  Adam : Gisèle. Nunez, Muntagirov, Wordsworth, Petipa. OABD7216D 30,72 € p. 16 
Bortnianski, Schnittke : Confessions of Faith, concer... GEN17450 13,92 € p. 6  Beethoven : Les sonates pour violon. Irnberger, Korst... GRAM20001 37,92 € p. 16 
Ferruccio Busoni : 150ème anniversaire. Mun, Belli. CON2099 13,20 € p. 6  Britten : Le Tour d’écrou. Padmore, Milne, Davies, Hi... OA0907D 25,08 € p. 16 
Rodion Chédrine : Suite Carmen. Gazarian. GKO001 15,36 € p. 6  Haendel : Giulio Cesare - Rinaldo - Saul (Glyndebourn... OA1225BD 30,72 € p. 16 
Chopin : Intégrales des ballades et impromptus. Kvapil. MC3102 8,88 € p. 6  Haendel : Giulio Cesare - Rinaldo - Saul (Glyndebourn... OABD7211BD 35,76 € p. 16 
Felix Draeseke : Musique de chambre. Solistenensemble... CPO555107 10,32 € p. 6  Lehár : La Veuve joyeuse, opérette. Jeffreys, Sulliva... VAI4590 25,08 € p. 16 
Dvorák : Symphonies n° 6 et 7 - Ouverture Othello. Né... LPO0095 13,92 € p. 7  Lowell Liebermann : Frankenstein. Bonelli, Morera, Mc... OA1231D 25,08 € p. 16 
Giovanni Battista Fasolo : Annuale opera ottava, Veni... TC590701 12,48 € p. 7  Lowell Liebermann : Frankenstein. Bonelli, Morera, Mc... OABD7182D 30,72 € p. 16 
Aloÿs Fornerod : Un portrait. Pellagaud, Zhukova, Jul... CLA1614 14,64 € p. 7  Verdi : Macbeth. Alvarez, Guleghina, Campanella, Lloyd. OA0922D 30,72 € p. 16 
Wartime Music, vol.13. Reinhold Glière : Concertos po... NFPMA9989 11,76 € p. 7  Verdi : La Traviata. Amsellem, Bros, Bruson, Lopez-Co... OA0934D 30,72 € p. 16 
Charles Tomlinson Griffes : The Vale of Dreams, œuvre... BRIL95349 6,00 € p. 7  Wagner : Das Liebesverbot. Uhl, Maltman, Lodahl, Arca... OA1191D 25,08 € p. 16 
Haydn : Sonates pour piano. Becker. AVI8553369 15,36 € p. 7  Wagner : Das Liebesverbot. Uhl, Maltman, Lodahl, Arca... OABD7213D 30,72 € p. 16 
Friedrich Kuhlau : Œuvres instrumentales et orchestra... MC3101 8,88 € p. 8  Lady in the Dark, comédie musicale de Kurt Weill et I... VAI4588 25,08 € p. 16 
Luigi Legnani : Œuvres pour guitare. Carpino. TC791201 12,48 € p. 8  Holiday : Comédie musicale. Morrow, Andes, Carlisle, ... VAI4591 25,08 € p. 16 
Kletzki, Marek : Symphonies. Godlewski, Rösner. MGB6289 11,76 € p. 8  Peter Pan : Comédie musicale. Martin, Ritchard, Nolan... VAI4593 21,48 € p. 16 
Anatoli Liadov : Intégrale de l’œuvre pour piano, vol... NFPMA99106/7 19,68 € p. 8  Supreme Sopranos. VAI4594 25,08 € p. 16 

www.clicmusique.com  ClicMag avril 2017  19


Bon de commande n° 48 / Avril 2017
Tenor Titans. VAI4589 25,08 € p. 16  Paul Dessau : Paul Dessau Edition. BRIL9440 32,16 € p. 18 
Stars of the New York City Ballet. VAI4587 28,68 € p. 16  Roberto Fabbriciani : Alchemies, œuvres pour flûte. F... BRIL9446 6,00 € p. 18 
Martin Luther 2017 Marco Frisina : Passio Caeciliae. Vignudelli, Sebasti... BRIL9405 6,00 € p. 18 
Lieder Luthériens (Deluxe Edition). Bernius, Bresgott. CAR83469 18,24 € p. 17  Daniel Magnus Gronau : Variations chorales pour orgue... BRIL94843 6,00 € p. 18 
Davon ich singen und sagen will. Martin Luther et la ... CPO555098 8,16 € p. 17  Simeon ten Holt : Canto Ostinato XXL. Duo Van Veen, D... BRIL94990 12,48 € p. 18 
Michael Praetorius : Chorals Luthériens de concert. W... CPO555064 15,36 € p. 17  Giovanni Girolamo Kapsberger : Libro d’intavolatura d... BRIL94409 6,00 € p. 18 
Michael Praetorius : Gloria sei dir gesungen, chorals... CAR83482 15,36 € p. 17  Caspar Kummer : Musique de chambre pour vents. Magist... BRIL94472 6,00 € p. 18 
Praise the Lord. Luthers lieder auf dem Weg in die We... CAR83339 15,36 € p. 17  Miguel Llobet : Intégrale de l’œuvre pour guitare. Ta... BRIL94335 6,00 € p. 18 
Telemann : Cantates Luthériennes. Thornhill, Kahle, H... CPO777753 10,32 € p. 17  Locatelli : L’arte del violino. Ruhadze. BRIL94469 15,36 € p. 18 
Ludwig Meinardus : Luther in Worms, oratorio. Vieweg,... CPO777540 26,88 € p. 17  Carl Loewe : Ballades. Büchner, Adam, Shelter, Dunckel. BRIL94676 6,00 € p. 18 
Michael Praetorius : Vêpres de Noël. Apollo’s Fire, S... AVIE2306 13,92 € p. 17  Vladimir Martynov : Lamentations de Jérémie. Kotov. BRIL9403 6,00 € p. 18 
Euch ist ein Kindlein heut geborn : Lieder de Noël lu... CAR83390 15,36 € p. 17  Mozart : Concertos pour 2 et 3 pianos - Rondos de con... BRIL94499 6,00 € p. 18 
Luther dans la musique 0300848BC 14,64 € p. 17  Pietro Nardini : Intégrale des quatuors à cordes. Qua... BRIL94438 6,00 € p. 18 
Bach/Luther : Eine Feste Burg ist unser Gott. Schreie... HC16031 13,92 € p. 17  Ravel : Arrangements pour quintette à vent. Quintette... BRIL94772 6,00 € p. 18 
Mitten im Leben 1517 : Musique de la réforme luthérie... CAR83477 15,36 € p. 17  The John Reading Manuscripts of Dulwich College. Bonci. BRIL94454 6,00 € p. 18 
Luther Collage. Calmus Ensemble. CAR83478 15,36 € p. 17  Respighi : Intégrale, vol. 3. Musique orchestrale. La... BRIL94394 7,57 € p. 18 
Sélection Brilliant Classics A. Scarlatti: 12 Sinfonie di concerto grosso. Marti, ... BRIL94658 7,57 € p. 18 
Giovanni Albini : Musica Ciclica. Mureddu, Alogna, Mi... BRIL9294 6,00 € p. 18  Domenico Scarlatti : Sonates BRIL94613 15,36 € p. 18 
Bach : Intégrale de l’œuvre pour orgue, vol. 1. Molar... BRIL94850 12,48 € p. 18  Schoenberg : Gurrelieder. Bundschuh, Lang, Jung, Appe... BRIL94724 7,57 € p. 18 
C.P.E. Bach : Concertos pour flûte à bec - Musique de... BRIL94864 6,00 € p. 18  Schubert : Intégrale des symphonies. Blomstedt. BRIL94693 12,48 € p. 18 
W.F. Bach : Sonates pour flûte et trios. Hazelzet, Mo... BRIL94696 6,00 € p. 18  Telemann : Cantates et musique de chambre avec flûte ... BRIL94334 6,00 € p. 18 
Bartók : Intégrale de l’œuvre pour violon, vol. 3. Za... BRIL9276 6,00 € p. 18  Francesco Veracini : Sonates pour violon non-publiées... BRIL94822 6,00 € p. 18 
Beethoven : Intégrale des trois pour piano. Trio Élég... BRIL94327 15,36 € p. 18  Robert de Visée : La Musique de la Chambre du Roy, vo... BRIL94437 6,00 € p. 18 
Luigi Boccherini : Stabat Mater. Vignudelli, Scogna. BRIL94494 6,00 € p. 18  Wagner : Le Vaisseau fantôme. Fischer-Dieskau, Frick,... BRIL94664 7,57 € p. 18 
René de Bousset : Cantates Spirituelles. Le Tendre Am... BRIL94288 6,00 € p. 18  Awake, sweet love : Anthologie de la musique pour luth. BRIL94710 33,60 € p. 18 
Norbert Burgmüller : Lieder - Sonate pour piano n° 8.... BRIL94244 6,00 € p. 18 
Caccini : Mélodies sacrées et profanes. Fedi, Lastaio... BRIL94461 6,00 € p. 18 
Chostakovitch : Concertos pour violoncelle. Ivashkin,... BRIL9413 6,00 € p. 18  TOTAL A €

Les prix indiqués sont en euros, toutes taxes comprises et incluent 30% de remise sur le prix de vente généralement constaté.

PRODUITS FIGURANT DANS LES PRÉCÉDENTS NUMÉROS DE CLICMAG


Titre (Compositeurs/Œuvres/Artistes) Référence Prix

Si votre commande comporte plus de disques, veuillez continuer sur papier libre. TOTAL B €

Frais de Port (offerts* dès 25,00 € d’achat, sinon 2,89 €) TOTAL A REGLER (A + B + Frais de Port) €
* Uniquement livraison France Métropolitaine. Sinon, veuillez nous contacter.

Ce magazine est envoyé gratuitement à nos clients ayant passé commande auprès de nos services au cours des 3 derniers mois.

COMMENT PASSER COMMANDE


 Courrier (CB ou chèque)
Envoyez votre Bon de commande par courrier à  :
Nom......................................................................................

DISTRART MUSIQUE
Prénom..................................................................................
36 Avenue Reille - 75014 PARIS Adresse..................................................................................

 Internet (CB ou chèque)


Retrouvez les disques présentés dans ce Magazine et bien Code Postal Ville...............................................
d’autres (~25 000 références) sur : www.clicmusique.com P
Pays................................. Code Client DistrArt*

 Téléphone (CB uniquement)


Appelez notre Service clients (ouvert du lundi au vendredi de
E-Mail...................................................................................
14h30 à 17h00) au : 09 50 50 70 30 (tarif local France) N° Tél. (obligatoire) * Indiqué sur vos Bons de livraison

Je vous adresse ci-joint mon règlement de................................ € par :


 Chèque bancaire (payable en France) à l’ordre de DistrArt Musique
 Carte Bleue  Visa  Mastercard ** Trois derniers chiffres au dos de votre carte
CONDITIONS GENERALES*  :
Lors d’un règlement par chèque, la commande est traitée seulement à réception du chèque par
notre service clients. Les prix indiqués sont en euros, toutes taxes comprises et incluent 30% N° **
de remise sur le prix catalogue. Nous nous réservons le droit de modifier ces prix à l’issu du
mois en cours. L’expédition s’effectue généralement sous 2 jours ouvrables et dans la limite des Date d’expiration Signature obligatoire
stocks disponibles.
*Pour les commandes passées sur le site internet, www.clicmusique.com, veuillez vous référer
aux Conditions Générales de Vente spécifiques à ce service, disponibles en ligne. Date du jour

20  ClicMag avril 2017  www.clicmusique.com

Vous aimerez peut-être aussi