Vous êtes sur la page 1sur 5

Rappels sur

La synthèse des protéines : transcription de l’ADN et traduction de


l’ARN messager.

Introduction
La synthèse des protéines est réalisée par les cellules eucaryotes et procaryotes à partir de
l’information génétique contenue dans leur ADN. Cette synthèse se fait en 2 étapes :
transcription de l’ADN et traduction de l’ARN messager.

1. Transcription
La première étape du transfert de l’information du gène à la protéine est la synthèse d’un brin
d’ARN dont la séquence de bases correspond à celle d’un fragment d’ADN (l’ARN est
complémentaire à l’un des brins d’ADN). On dit que l’ADN est transcrit en ARN et l’ARN
s’appelle un transcrit.
Enzyme de synthèse : ARN Polymérase
Chez les eucaryotes la transcription se déroule à l’intérieur du noyau
Chez les procaryotes la transcription se déroule dans le cytoplasme

On peut diviser la transcription en trois étapes :


1.1. Initiation
La transcription ne peut démarrer de façon aléatoire mais, elle doit être initiée de façon
spécifique au début d’un gène. L’ARN polymérase se fixe généralement à une séquence
spécifique d’ADN qu’on appelle un promoteur. Cette séquence est proche de la région
transcrite. Tout d’abord, les deux brins de la double hélice d’ADN se séparent localement et
l’un des brins séparés sert de matrice pour la synthèse d’ARN messager.

Le ribonucléotide A s’apparie avec T dans l’ADN, G avec C, C avec G et U avec A. Chaque


ribonucléotide est positionné face à sa base complémentaire par l’ARN plymérase qui se fixe
à l’ADN et se déplace le long de celui-ci, reliant les uns aux autres les ribonucléotides alignés
afin de fabriquer une molécule d’ARN messager.

Au cours de la synthèse, la croissance de l’ARN se déroule toujours dans le sens 5’ vers 3’.
Autrement dit, les nucléotides sont toujours ajoutés à l’extrémité 3’.

1.2. Elongation
Durant l’élongation, l’ARN polymérase se déplace le long de la molécule d’ADN en
déroulant la double hélice au cours de sa progression et en synthétisant le brin d’ARN à partir
d’un seul brin d’ADN.

1
1.3.Terminaison
L’élongation se poursuit jusqu’à ce que l’ARN polymérase reconnaisse une séquence
nucléotidique particulière qui sert de signal pour la terminaison de la chaine (l’ARN
polymérase se détache).

Figure. La transcription de l’ADN

Modifications post transcriptionnelles des ARN


Chez les eucaryotes ARNm subissent une maturation avec l’addition d’une coiffe en 5’, une
polyadénylation en 3’, l’élimination des introns et l’épissage alternatif des exons.
Cette étape ne sera pas réalisée chez les procaryotes

a- Maturation de l’ARN pré-messager (chez les eucaryotes)

2
b- Épissage alternatif (chez les eucaryotes)

Exemple :

2. Traduction
La traduction est le processus de synthèse des protéines par la cellule. Durant la traduction,
l’information codée dans les molécules d’ARNm est utilisé pour spécifier la séquence d’une
protéine. Autrement dit, la traduction est la transformation des codons de l’ARNm en une
chaine polypeptidique. Elle fait intervenir deux autres catégories d’ARN : les ARNr (ARN
ribosomaux) et les ARNt (ARN de transfert) :
- Les ARN ribosomaux (ARNr) sont les principaux constituants des ribosomes = sont
des structures macromoléculaires composées d’ARN ribosomal et de protéines. On les
trouve en quantité importante dans le cytoplasme où ils jouent un rôle important dans
la traduction des ARN messagers en protéines. Donc, ces macromolécules assemblent
les acides aminés afin de former la protéine dont la séquence est codée par un ARNm
spécifique. Les ribosomes possèdent des grosses et des petites sous-unités. Durant la
traduction, les ribosomes lisent l' ARNm dans le sens 5' vers 3'.

3
- Les ARN de transfert (ARNt) sont des petites molécules qui apportent les acides
aminés nécessaires à la synthèse protéique au ribosome en suivant l’ordre fixé par la
séquence de l’ARNm.

Code génétique : Les 20 acides aminés sont codés par 64 triplets de bases appelés codons. La
plupart des acides aminés sont donc désignés par plus d’un codon. Cette propriété s’appelle
la dégénérescence du code génétique. Deux codons qui désignent le même acide aminé
sont dits synonymes. Et ils diffèrent par leur troisième base. Le code génétique s’applique de
façon universelle à tous les organismes vivants. Le code d’initiation, qui code la méthionine,
est AUG. Il y a trois codons stop : UAA, UAG et UGA.
Le code génétique est Universel: Le code génétique s’applique de façon universelle à tous
les organismes vivants.
➢ Le code d’initiation = AUG = code la méthionine
➢ Trois codons stop
- Sur les 64 codons, 61 ont une correspondance en acides aminés.
- Les 3 codons qui n'ont pas de correspondances en acides aminés (UAA ; UAG
et UGA) sont des codons STOP = ils arrêtent la traduction de l'ARN.

La traduction peut être divisée en trois étapes (Figure) : initiation, élongation et


terminaison.
2.1. Initiation
La traduction commence par la fixation d’une petite sous-unité ribosomale à l’ARNm. Une
fois fixée, la petite sous-unité migre le long de l’ARNm jusqu’à rencontrer l’AUG qui code la
méthionine (codon d’initiation de la traduction). Un ARNt chargé avec de la méthionine se
fixe à l’AUG localisé par la petite sous-unité ribosomale. La combinaison de l’ARNm, de la
petite sous-unité ribosomale et de l’ARNt(Met) est appelée complexe d’initiation. Par la
suite, La grosse sous-unité ribosomale se lie au complexe d’initiation ce qui fait apparaitre les
sites E, P et A.
2.2. Elongation
Le site P est occupé par le Met-ARNt. Un deuxième aa-ARNt pénètre dans le site A et la
peptidyltransférase forme une liaison peptidique entre les deux acides aminés. L’ARNt

4
déacylase rompt la liaison entre la méthionine et son ARNt et laisse la liaison peptidique avec
le deuxième ARNt.
Après la formation de la liaison peptidique, le ribosome se translate jusqu’au codon suivant, le
dipeptide se lie au second ARNt et se déplace jusqu’au site P d’où il expulse l’ARNt
initiateur. Un troisième ARNt chargé entre dans le site A et le cycle d’élongation se répète.
Donc, au cours de l’élongation de la chaine polypeptidique, le ribosome parcourt la molécule
d’ARNm et assure la mise en place des différents acides aminés, apportés par les ARNt, en
suivant l’ordre contenu dans la séquence des nucléotides de l’ARNm.
2.3.Terminaison
Le cycle se poursuit jusqu’à ce que le codon présent dans le site A soit l’un des trois codons
stop : UAA, UAG et UGA (Il n’existe pas d’ARNt capable de se fixer aux codons stop). Ce
code déclenche la dissociation du ribosome et la libération dans le cytoplasme du
polypeptide.

Figure. Traduction de l’ARNm

Les modifications post-traductionnelles


Après la traduction, les polypeptides peuvent subir différentes modifications.
Ces modifications sont indispensables à l’acquisition d’une activité fonctionnelle complète.

Vous aimerez peut-être aussi