Vous êtes sur la page 1sur 4

EXO 1

a- Décrire le canal de transmission dans la téléphonie mobile.


Dans la téléphonie mobile, le canal de transmission est constitué des antennes
émettrice et réceptrice, des ondes électromagnétiques et du milieu de
propagation de ces ondes, l’air.
b- Quelle est la nature des informations transmises par le réseau GSM?
Le réseau GSM permet de transmettre des SMS, des sons, des images, des
vidéos, de surfer sur Internet, etc.
c- Comment qualifier le signal associé à la voix?
La voix est un signal analogique, ce qui signifie que l’intensité sonore varie
de façon continue dans le temps.
d- Que signifie l'expression en gras dans le texte?
« La voix est numérisée » signifie que le signal électrique correspondant aux
sons émis est échantillonné, quantifié, puis codé en langage binaire.
e- Combien de groupes de fréquences constituent le réseau GSM?
Deux groupes de fréquences sont utilisés pour le réseau de téléphonie mobile.
f- Sans multiplexage temporel, un canal permet la transmission d'une
communication. Déterminer le nombre de communications que peut
convoyer chaque groupe de fréquences sans utiliser le multiplexage.
Le premier groupe utilise deux blocs de fréquences, un compris entre 890 et
915 MHz, et un autre entre 935 et 960 MHz. La largeur de chaque bloc est
donc de 25 MHz. Un bloc est ensuite divisé en canaux de 0,2 MHz, il y a
donc 125 canaux dans un bloc. Le premier groupe peut donc envoyer 125
communications. Par un raisonnement analogue, on déduit que le deuxième
groupe peut assurer 375 communications simultanées.
g- Combien de communications simultanées un émetteur peut-il traiter sans
multiplexage temporel?
Avec un seul émetteur, on ne pourrait avoir que 375 + 125 = 500
communications simultanées.
h- Expliquer la technique du multiplexage temporel.
Pour traiter davantage de communications, le GSM utilise le multiplexage
temporel. Les informations correspondant à la voix numérisée sont stockées
et envoyées toutes les 20 ms. Ce stockage permet de traiter simultanément 7
communications différentes.
i- Combien de communications simultanées un émetteur peut-il traiter avec
le multiplexage temporel?
Avec le multiplexage, un émetteur peut traiter simultanément 500 x 7 = 3 500
communications.

Exercice 135
Pour éviter de déconnecter un utilisateur en cours de transmission, il faut que,
hors d’un
handover, une fréquence soit disponible dans la nouvelle cellule.
a) Existe-t-il un moyen de s’assurer qu’il y ait toujours une fréquence disponible
?
b) Il existe deux sortes de handovers : les soft-handovers et les hard-handovers.
Dans le
premier cas, soft-handover, pour être sûr que tout se passe bien, le mobile
commence à
travailler sur la fréquence de la nouvelle cellule, tout en continuant à utiliser la
fréquence de l’ancienne cellule et ce jusqu’à ce que le terminal soit sûr du
comportement dans la nouvelle cellule. Cette technique du soft-handover vous
paraitelle très contraignante, en particulier quant à l’utilisation des ressources ?
c) Le hard-handover s’effectue à un moment précis, le mobile passant de la
fréquence de
l’ancienne cellule à la fréquence de la nouvelle cellule. Indiquer quels peuvent
être les
problèmes posés par ce hard-handover.
d) Est-il possible de prévoir le moment où un mobile va effectivement effectuer
un
handover, solution qui permettrait d’effectuer une réservation de ressources à
l’avance
et de minimiser la probabilité d’interruption de la communication ?

Corrigé exercice 135


a) Il n’y a à priori aucun moyen d’être sûr qu’une fréquence est disponible dans
la cellule
dans laquelle entre le mobile. Cependant, si un utilisateur est capable de
connaître son
temps de communication et son déplacement en fonction du temps on pourrait
éventuellement lui réserver une fréquence dans toutes les cellules traversées.
Cette
possibilité est mise en œuvre dans certaines communications par satellite.
b) Cette solution de soft-handover demande des ressources dans les deux
cellules en
même temps, il y a donc une certaine contrainte sur les ressources. Cependant,
cela
n’est pas vraiment contraignant puisque ce ne sont pas les ressources d’une
même
cellule et que le recouvrement est très court (moins de 1s en général).
c) Dans le hard-handover, le problème est de permettre la continuité sans perte
d’information, que ce soit de parole ou de données et de resynchronisation la
communication sur tout s’il s’agit de parole.
d) Il est presque impossible de connaître avec certitude le lieu et la date du
prochain
changement de cellule, mais de très bonnes prédications peuvent en être faites. Il
est
donc possible d’effectuer des réservations de ressources dans de nombreux cas.

Chapitre 16 – Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre)


a- Une tranche de temps correspond au passage d’une voie GSM. Il y a
donc 8 voies de
parole par porteuse et donc 8 x 16 = 128 voies de parole.
b- Il faut 6 tranches de temps. Sur chaque tranche de temps, un débit de 9,6
Kbit/s peut être
pris en charge
c- Si un utilisateur peut acquérir l’ensemble des 8 tranches de temps d’une
porteuse, cela lui
permet d’obtenir un débit de 8 x 9,6 = 76,8 Kbit/s. Même si un seul
utilisateur pouvait
occuper toutes les tranches et toutes les porteuses (un seul utilisateur
prendrait toutes les
ressources de la cellule), il aurait un débit total de 1228,8 Kbit/s, c’est-à-
dire un peu plus d’un
Mbit/s.
d- Non, un mobile ne peut capter la même fréquence sur les deux cellules si
un TDMA est
utilisé ; il y aurait des interférences. En revanche, si la technique
employée est du type
CDMA, il peut capter la même fréquence.
e- Dans le GSM, le terminal choisit la cellule d’où provient l’émission la
plus forte.