Vous êtes sur la page 1sur 3

Evolution de la capacité de stockage (en octets compressés de façon optimale)1

1 Source: Hilbert, M.,& Lopez, P.(2011). The World’s Technological Capacity to store, communicate
and compute information. Science, 332 (6025), 60-65. www.martinhilbert.net/worldinfoCapacity.html
Comme le montre le graphe ci-dessous, 51% de l’univers digital sont détenus en 2012 par les
Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest, la part de la Chine étant de 13% et celle de l’Inde de 4%.

Les estimations de 2020 font mention d’une nette poussée des pays émergents ; à elle seule, la
Chine concentrera à cette date 21% des flux.

La masse d’information ²
Le big data fait ressortir deux types de données
Les données structurées : ce sont des informations auxquelles les sociétés ont régulièrement
recours car aisément exploitables après leur collecte et classement, il s’agit par exemple de
données démographiques ou économiques.
Les données non structurées : elles regroupent les ressources non organisées de manière
prédéfinie telles que vidéos, discours, contenus des medias sociaux, e-mails, etc., ces données
connaissent un essor massif .Jusqu’à un passé récent, les décisions des sociétés d’assurance
reposaient sur un certain nombre de données structurées, avec l’explosion des medias sociaux
est apparue une masse colossale de données non structurées ou non étiquetées.
Le développement ultra rapide de l’univers digital
La masse des données collectées sera multipliée par 50 au cours de la période 2010 à fin
2020.

² Source: IDC’s Digital Universe Study, sponsored by EMC, décembre 2012


²Exabyte: unité de mesure de données, utilisée en informatique pour quantifier la taille de la
mémoire d’un ordinateur, l’espace utilisable sur un disque dur, la taille d’un fichier, d’un
répertoire ou autre.
Un exabyte est égal à 1000 pétaoctets ou 10 puissances 18 octets. Le symbole de l’unité de
l’exabyte est EB.

Les nouvelles données 

Les avancées technologiques ont favorise l’émergence de nouvelles données, selon


l’utilisation qui leur est réservée, ces données auront un impact direct sur les produits, la
marque, la perception de l’assureur par les clients et bien plus encore

Toutefois, il ne suffit pas d’amasser les informations, il faut surtout savoir et pouvoir les
utiliser, il est à noter que les autorités sont en mesure de restreindre l’utilisation d’une partie
des données disponibles.

Selon le bureau de conseils et d’études des marchés des technologies de l’information IDC ,
33 de l’univers digital contiendrait dans un futur proche des informations susceptibles d’être
utilisées après analyse contre 25 aujourd’hui, IDC estime a seulement 3 la quantité
d’informations étiquetées sur l’ensemble des données digitales ces chiffres donnent un aperçu
sur le gigantesque potentiel d’exploitation des données actuellement stockées .

² Source: Source: IDC’s Digital Universe Study, sponsored by EMC, décembre 2012

Vous aimerez peut-être aussi