Vous êtes sur la page 1sur 63

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطيـة الشعبيــة‬

République algérienne démocratique et populaire


‫وزارة التـعليــم العالـي و البحــث العلمــــي‬
Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique
‫المركز الجامعي لعين تموشنت‬
Centre Universitaire Belhadj Bouchaib d’Ain-Temouchent
Institut de Technologie
Département de Génie Electrique

Projet de fin d’études


Pour l’obtention du diplôme de Master en :
Domaine : SCIENCE ET TECHNOLOGIE
Filière : Génie Electrique
Spécialité : Génie télécommunication
Thème

Les Fibres microstructurées air-silice à compensation de


dispersion

Présenté Par :
1) BENTAYEB Sarra
2) BOUANANI HADJA Zehor
Devant les jurys composés de :
Mr BENDIMERED MAA C.U.B.B (Ain Temouchent) Président
Dr DEBBAL MCB C.U.B.B (Ain Temouchent) Encadrant
Mr MERADI MAA C.U.B.B (Ain Temouchent) Examinateur

Année universitaire 2016/2017


Résumé

La fibre à cristaux photoniques (PCF) est une nouvelle génération de guides de lumières
originale qui donne accès à des propriétés optiques remarquables, elle permet la transmission
de données en minimisant les pertes. La fibre microstructurées est un support de transmission
de hauts performances créé pour les applications délicates, capable de transporter les
informations de haut débit pour de longues distances, mais il nécessaire d'améliorer toujours
les caractéristiques de propagation dans la fibre, surtout celles relatives à la pente de
dispersion chromatique sur toute la bande spectrale utilisée. Dans ce manuscrit, nous avons
réalisé un travail théorique ainsi une partie de simulation numérique des différents paramètres
de la fibre microstructurée dans le but d’obtenir une meilleur dispersion chromatique faible.

Mots clés : Fibres à cristaux photoniques, Paramètres géométriques, La dispersion


chromatique.

i
Abstract

The Photonic Crystal Fiber (PCF) is a new generation of original light guides that gives
access to outstanding optical properties; it allows the transmission of data minimizing losses.
Microstructured fiber is a support of transmission with high performance created for delicate
applications capable of carrying high-speed information for long distances, but it is always
necessary to improve the propagation characteristics in the fiber, especially those relating to
the chromatic dispersion slope over the entire used spectral band. In this manuscript, we
carried out a purely theoretical work and the numerical simulation of the various parameters
of the microstructured fiber in order to obtain a weak chromatic dispersion.

Keywords: Photonics Crystal Fiber, geometric parameters, chromatic dispersion.

ii
‫ملخص‬

‫األلياف الضوئية الكرستالية‪,‬هي الجيل الجديد الذي يحتوي على خصائص متميزة في علم البصريات من‬
‫ناحية توجيه الشعاع الضوئي داخل األلياف الضوئية بحيث يمكننا نقل البيانات بأقل خسائر ممكنة‪.‬‬
‫تستخدم األلياف الكرستالية في نقل المعلومات ذات النطاق العريض لمسافات طويلة بجودة عالية بواسطة‬
‫األجهزة ‪ ،‬ولكن ال تزال بحاجة إلى تحسين خصائص االنتشار داخل األلياف‪،‬وخاصة من ناحية التشتت‬
‫الضوئي على طول المجال الطيفي‪.‬‬
‫في هذا البحث‪ ،‬أجرينا دراسة نظرية ومحاكاة رقمية حيث أدخلنا تغييرات في خصائص الليف البصري‬
‫من أجل تحقيق انخفاض في التشتت اللوني‪.‬‬

‫الكلمات المفتاحية ‪:‬األلياف الضوئية الكرستالية‪ ،‬اإلحداثيات الهندسية‪ ،‬التشتت اللوني‪.‬‬

‫‪iii‬‬
Table des matières
Résumé……………………………………………………………………………..………….i
Abstract…………………………………………………………………………..……...……ii
‫…………………………………………………………………………………………ملخص‬..iii
Table des matières……………………………………………………………………..……...iv

Liste des abréviations………………………………………………………………..….….…v

Liste des figures…………………………………………………………………………......viii

Introduction générale………………………...………………………………………………1

Chapitre I : La fibre optique conventionnelle


I.1. Introduction : .............................................................................................................. 2
I.2. Définition de la fibre optique : .................................................................................... 2
I.3. Principe du guidage par l’optique géométrique :.......................................................... 3
I.4. Types de la fibre optique : ........................................................................................... 4
I.4.1. La fibre monomode : ............................................................................................ 4
I.4.2. La fibre multimode .............................................................................................. 5
I.4.2.1. A saut d’indice .............................................................................................. 6
I.4.2.2. A gradient d’indice ....................................................................................... 7
I.5. Les propriétés : ........................................................................................................... 7
I.5.1. L’atténuation :...................................................................................................... 7
I.5.1.1. Absorption : ......................................................................................................... 8
I.5.1.2. Diffusion :............................................................................................................ 8
I.5.2. Les dispersions dans les fibres optiques................................................................ 8
I.5.2.1. La dispersion modale (intermodale) : ................................................................... 9
I.5.2.2. La dispersion chromatique (intramodal) : ............................................................10
I.5.2.3. La dispersion de polarisation ...............................................................................11
I.6. La fabrication de la fibre optique ................................................................................12
I.7. Les applications de la fibre optique ............................................................................13
I.8. Les avantages et les inconvénients de la fibre : ...........................................................14
I.8.1. Avantage :...........................................................................................................14

iv
I.8.2. Inconvénients : ....................................................................................................14
I.9.Conclusion :................................................................................................................... .15

Chapitre II: La fibre microstructurée


II.1. Introduction : .............................................................................................................16
II.2. Définition de la fibre optique microstructurées : .........................................................16
II.3.Les types du guidage de la FMAS ………………………………………………………17

II.3.1. FMAS à BIP : .....................................................................................................17


II.3.2. FMAS à RTIM :..................................................................................................18
II.4. Les types de la FMAS : ..............................................................................................18
II.5. La fabrication de la FMAS : .......................................................................................19
II.6. Les avantages et applications de FMAS : ...................................................................21
II.6.1. Application : .......................................................................................................21
II.6.2. Les avantages :....................................................................................................22
II.7. Les propriétés : ..........................................................................................................22
II.7.1. Des fibres infiniment monomodes : .....................................................................22
II.7.2. L'indice effectif de la gaine : ...............................................................................23
II.7.3. La Dispersion :....................................................................................................24
II.7.4. Les pertes :..........................................................................................................26
II.7.4.1. Perte par courbure : ......................................................................................26
II.7.4.2. Pertes de confinement : ................................................................................26
II.8. Conclusion .................................................................................................................28

Chapitre III : Modélisations et simulations


III.1. Introduction : .............................................................................................................29
III.2. Méthode du faisceau propage (BPM) : .......................................................................29
III.3. La dispersion dans les FMAS : ...................................................................................30
III.4. Etude de l’influence du nombre de couronnes sur les FMAS : ....................................31
III.5. L’indice effectif en fonction des paramètres opto-géométriques : ...............................33
III.5.1. Neff en fonction de la longueur d’onde pour différentes valeurs de d : ................33
III.5.2. Neff en fonction de la langueur d’onde pour différentes valeurs de pitch : ...........34
III.5.3. Neff en fonction de diamètre : .............................................................................35

v
III.6. Simulation de la dispersion chromatique : ..................................................................35
III.7. L’influence de déformation des paramètres de la fibre :..............................................39
III.7.1. Influence de l’ellipticité des trous sur la dispersion : ...........................................39
III.7.2. La variation de la dispersion en fonction (diamètre des trous, longueur d’onde). ....41
III.8. Comparaison de la dispersion chromatique avec la méthode FDTD :..........................42
III.9. Conclusion…………………………………………………….…………..………….45

Conclusion général…………………………………………….…………..….……………...46

Références bibliographiques….………………………...…………………...………...……..47

vi
Liste des abréviations

BER : Binary error rate (taux d'erreur binaire).

BIP : Bande Interdite Photonique.

BPM : Beam Propagation Method.

CD : Chromatic dispersion.

DGD: Differential group of lays.

FTDT: Finite difference time domain.

FMAS : Fibres microstructurées air/silice.

FSI : Fibres à saut d'indice.

LED : Light emitting diode.

MCVD : Modified chemical vapor deposition .

MOF : Microstructured optical fibers.

O.N : Ouverture Numérique.

OVD : Outside vapor deposition .

PCF : Photonic crystal fibers.

PMD: The dispersion of the mode of polarization.

RTIM: Réflexion Totale Interne Modifiée.

VAD : Vapor axial deposition .

vii
Liste des figures

Figure I. 1 : La composant de la fibre optique.. ......................................................................... 2


Figure I. 2 : La notion d’indice de réfraction. ............................................................................ 3
Figure I. 3 : Le cône d’acceptante de l’ouverture numérique (ON). ........................................... 4
Figure I. 4 : Les familles des types de fibre optique.. ................................................................ 4
Figure I. 5 : fibre monomode.. .................................................................................................. 5
Figure I. 6 : fibre multimode. .................................................................................................... 6
Figure I. 7 : la propagation de la lumière dans fibre à saut d’indice. .......................................... 6
Figure I. 8 : la propagation de la lumière dans fibre à gradient d'indice. .................................... 7
Figure I. 9 : atténuation dans la fibre optique. ........................................................................... 8
Figure I. 10: les types de la dispersion dans les fibres optiques. ................................................ 9
Figure I. 11: la dispersion modale. . .......................................................................................... 9
Figure I. 12: Dispersion dans la fibre optique. ......................................................................... 11
Figure I. 13 : l’effet de la dispersion de polarisation sur la fibre.. ............................................ 12
Figure I. 14 : méthode de fabrication (MCVD).. ..................................................................... 13
Figure II. 1: Profil d’une PCF à cœur solide de structure hexagonale ...................................... 16
Figure II. 2: Schéma descriptif de Guidage par effet BIP ........................................................ 17
Figure II. 3 : schéma descriptif de Guidage par RTIM. ........................................................... 18
Figure II. 4: Représentation des différences types de la FMAS ............................................... 18
Figure II. 5: arrangement de la préforme primaire. .................................................................. 20
Figure II. 6: Représentation de principe de fabrication d'une fibre microstructure. ................. 21
Figure II. 7: la fréquence normalisée Veff en fonction de aeq/λ= 0,64Λ/λ pour 6 fibres à trous :
Λ= [2,5 ; 5] μm ; d/Λ. = [0,1 ; 0,2 ; 0,3].[ .......................................................................... 23
Figure II. 8: Profils du mode fondamental d’une fibre microstructurée pour les courtes
longueurs d’onde (a)et les grandes longueurs d’onde (b)…………………………………… 25
Figure II. 9: La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour
la fibre cristaux photonique. ................................................................................................... 25
Figure II. 10: dispersion de la silice ........................................................................................ 26
Figure II. 11: les pertes de confinement de FMAS RTI à 1550 nm en fonction de d, (a)) et du
nombre de couronnes de trous (b. ........................................................................................... 27

viii
Figure III.1: Illustration du principe de la BPM. ..................................................................... 29
Figure III.2: La comparaison sur la dispersion chromatique entre une fibre conventionnel et
Fibre microstructurée. ............................................................................................................. 31
Figure III.3: Influence de nombre de couronnes sur le confinement de la lumière ................. 32
Figure III.4: La variation de l'indice effectif en fonction de la longueur d'onde pour différentes
valeurs de d ............................................................................................................................ 33
Figure III.5: La variation de l'indice effectif en fonction de la longueur d'onde pour différentes
valeurs de pitch....................................................................................................................... 34
Figure III.6: La variation de l'indice effectif en fonction de diamètre pour différentes valeurs
Λ…………………………………………………………………………………………........35
Figure III.7: La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour
différentes valeurs de d. .......................................................................................................... 36
Figure III.8: La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour
différentes valeurs de Λ. ......................................................................................................... 37
Figure III.9: La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour
différentes valeurs de Λ. ......................................................................................................... 38
Figure III.10: La variation de la dispersion chromatique en fonction de rapport de remplissage
pour différentes valeurs de d………………………………………………………………….38

Figure III.11: les différents profils de la structure d’une FMAS (formes :a ,b, c) ..................... 39
(formes :d,e)…….…………40

Figure III.12: la dispersion chromatique en fonction de longueur pour les différents profils de
la structure ellipticité a,b,c,d,e ................................................................................................ 40
Figure III.13: la dispersion chromatique en fonction de longueur pour la variation du diamètre
des trous constituant la première couronne .............................................................................. 41
Figure III.14: la dispersion chromatique en fonction de longueur pour la variation du diamètre
des trous constituant la seconde couronne ............................................................................... 42
Figure III.15: la dispersion chromatique par la méthode de BPM et de FDTD [26] ,en fonction
de la longueur d'onde pour différentes valeurs de d/Λa (Λ=2) ................................................ 43
Figure III.16: la dispersion chromatique par la méthode de BPM et de FDTD [26], en fonction
de la longueur d'onde pour différentes valeurs de d/Λ (Λ=2.5)................................................ 43
Figure III.17: la dispersion chromatique par la méthode de BPM et de FDTD [26], en fonction
de la longueur d'onde pour différentes valeurs de d/Λ (Λ =3). ................................................. 44
Figure III.18: La comparaison de la dispersion chromatique des deux méthode ( BPM et
FTDT) pour Λ=2.3µm et d=1µm..……………………………………………………………44

ix
Introduction
générale
Introduction générale

Depuis le début du vingtième siècle, les moyens de télécommunications n’ont cessé dévoluer
et leur importance d’augmenter. Il en résulte un bouleversement des réseaux de
télécommunications précédents et un besoin de mettre en place de nouvelles structures, la
preuve de cette expansion est la rapidité avec laquelle les différents outils de
télécommunications se répandent dans le monde.

L’arrivée de la fibre optique a totalement révolutionné le monde des télécommunications. La


génération de systèmes de transmission à très grande capacité était désormais possible. Ainsi,
les échanges à travers ces systèmes allaient être de plus en plus nombreux et la demande de
services de plus en plus élevée.

Bien que la large bande passante de la fibre optique permette de transporter une très grande
quantité d’informations, son utilisation optimale se heurte à divers problèmes, ce qui oblige
donc les concepteurs et fabricants des fibres de corriger les problèmes rencontrés, dont le
traitement électronique avant modulation et après détection pour les très hauts débits. C’est
pourquoi différentes techniques de la transmission par fibre optique des données nécessite des
conversions électrique optique ou optique - électrique du signal.

Depuis une dizaine d’année, une augmentation d’intérêt dans ce domaine est apparu avec la
démonstration de nouvelles structures de fibres de nouvelle génération communément
dénommées Fibres à Cristaux Photoniques, appelées aussi fibres à trous, ou fibres optiques
microstructurées.

Ces fibres sont constituées d’un cœur de silice pur, entouré d’un arrangement régulier ou non
de canaux d’air de dimensions microscopiques disposés parallèlement à l’axe de propagation.
L’inclusion de trous d’air permet d’abaisser localement l’indice de réfraction ce qui rend
possible le confinement de la lumière au sein du guide d’onde. En effet, l’ajustement des
paramètres géométriques de cette fibre a ouvert un vaste champ dans l’optimisation et la
maîtrise des propriétés de la fibre notamment celles de la dispersion décalée dans des plages.

Ce mémoire s’organise en trois chapitres : Le premier chapitre introduira les notions de base
sur les fibres optiques conventionnelles, rappelle les principes de propagation de la lumière,
leurs types, leurs fabrications, avantages et applications.

Le deuxième chapitre présente tout d’abord des généralités sur les fibres à cristaux
photonique, exposer son principe de fonctionnement, les différents composant et leur
propriété.

Dans le troisième chapitre, notre but est de réduire la dispersion dans ces fibres cristaux
photonique. Les fibres microstructurées air/silice ont une structure bien spéciale, elle possède
des trous d'air dans une matrice de silice, qui va nous permettre de modifie leur paramètre
dans la structure (le diamètre des trous, l’espace entre les trous, ellipticité ou circulaire des
trous).

1
Chapitre I
La fibre optique
conventionnelle
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

I.1. Introduction :
Les fibres optiques ont d'abord été utilisées pour faire de l'imagerie essentiellement dans le
domaine médical (endoscopie), l'idée d'utiliser des fibres optiques pour transmettre de
l'information est apparue au début des années 60 avec l'apparition du laser. [1]
Elle a supplanté le câble coaxial dans la plupart des réseaux de télécommunications sur
support, tout du moins pour les hauts débits, mais son apparition a nécessité la conception et
le développement de nouveaux composants optiques ou optoélectroniques performants.
Ce chapitre introduira les notions de base sur les fibres optiques conventionnelles ; la fibre
optique est vite apparue très intéressante pour le domaine des télécommunications, elle
représente aussi un support de transmission dont les nombreux avantages justifiant son
introduction dans les systèmes de transmission ; comme il s'agit aujourd'hui de la méthode la
plus efficace pour transmettre rapidement des données d'un pays à l'autre, où d'une région à
l'autre. Les entreprises se sont aussi mises à utiliser la fibre optique pour leurs réseaux à
longue ou moyenne distance.

I.2. Définition de la fibre optique :


Une fibre est un guide d’onde cylindrique et diélectrique, elle est constituée de deux
diélectriques de même axe : le cœur et la gaine (Figure I.1).

Le cœur de la fibre a un indice de réfraction n1, et la gaine à un indice de réfraction n2


inférieur à celui du cœur l’ensemble est lui-même entouré d'une enveloppe, généralement en
plastique, qui a le double rôle de protéger la fibre mécaniquement et de piéger la lumière qui
se propage dans la gaine optique. Ce piégeage optique de l’onde électromagnétique permet
alors une transmission d’informations et une interaction avec le milieu propagation sur de
grandes distances.
La fibre optique désigne une technique et une technologie pour transmettre de l'information
sur les réseaux informatiques. Autrefois réservée aux liaisons interentreprises, elle se
généralise comme moyen d'accès à Internet car elle permet des téléchargements en très haut
débit.

Figure I.1:Les composants de la fibre optique.

2
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

I.3. Principe du guidage par l’optique géométrique :


La notion d’indice de réfraction et de rayons lumineux permet d’expliquer simplement la
propagation de la lumière à travers différents matériaux. A l’interface entre deux milieux
d’indices de réfraction différents, le rayon lumineux se sépare en deux : une partie est
réfléchie et l’autre est réfractée (Figure I.2).
Le rayon réfléchi forme avec la normale un angle 𝜃1 qui est égal à l’angle d’incidence du
faisceau. L’angle du faisceau réfracté quant à lui est noté𝜃2 .
Les deux angles sont reliés par la loi de Snell-descartes grâce à la relation suivante :

𝑛1 sin 𝜃1 = 𝑛2 sin 𝜃2 (I. 1)

Figure I.2: La notion d’indice de réfraction.

Une seule partie est guidée dans le cœur, parmi tous les rayons arrivant à l’entrée de
la fibre. Un rayon est guidé s’il arrive à l’entrée de la fibre avec un angle inférieur
ou égal à 𝜃𝑖𝑚𝑎𝑥. Un cône d’acceptante est définie par cet angle qui est indépendant
du profil d’indice de réfraction de la fibre mais dépendant des indices de réfraction
du cœur et de la gaine de la fibre.
Les rayons appartenant au cône d’acceptante seront alors transmis le long de la fibre alors
que les autres sont perdus. La réflexion totale est un cas limite du principe de réflexion et de
réfraction d’un rayon lumineux. En effet, un rayon incident sera totalement réfléchi si l’angle
θ2 est supérieur ou égal à 90°, la figure I.3 illustre deux cas : le rayon rouge est guidé alors
que le rayon bleu est perdu. Le cône d’acceptance est communément appelé ouverture
numérique (ON) et est défini par l’équation suivante :

3
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

𝑂𝑁 = 𝜃𝑖 𝑚𝑎𝑥 = √𝑛𝑐2 − 𝑛𝑔2 (I. 2)

𝑛𝑔
𝜽𝒊 𝒎𝒂𝒙

Figure I.3: Le cône d’acceptance de l’ouverture numérique (ON).

I.4. Types de la fibre optique :


Il existe deux grandes familles de fibres optiques : multimode et monomode (Figure I.4).
Généralement, la différence majeure s’installe au niveau de la propagation de la lumière. Dans
la fibre monomode, le cœur est si petit que la lumière circulera « tout droit », alors que dans
une fibre multimode, elle va rebondir sur les parois.

Fibre optique

Multi mode Monomode

Saut d’indice Gradient d’indice

Figure I.4: les familles des fibres optiques.

I.4.1. La fibre monomode :


La propagation de lumière est limitée à un seul mode grâce à petit diamètre du noyau de la
fibre monomode, éliminant complètement la dispersion modale.

4
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

La petite taille du cœur de la fibre monomode nécessite généralement plus de sources


lumineuses coûteuses et des systèmes d'alignement pour couplage. En outre, l'épissage et la
connexion un peu compliqué. Néanmoins, pour les systèmes à hautes performances ou pour
des systèmes de plus de quelques kilomètres de longueur, La fibre monomode demeure la
meilleure solution .Les dimensions typiques de la fibre monomode vont d'un cœur de 8 à
12μm et une gaine de 125μm. L'indice de réfraction de la fibre monomode est typiquement de
1,465(Figure I.5).

Figure I.5: fibre monomode [2].

I.4.2. La fibre multimode


Les fibres multimodes ont été les premières à être réalisées et utilisées pour des applications
en télécommunication. A cause de la dispersion intermodale de ces fibres généralement, sont
employées sur des courtes distances ou pour des applications à bas débit. En effet, la
dispersion intermodale produit un décalage temporel causé par un étalement des impulsions
transmises donc la bande passante est limitée. Néanmoins, l’utilisation des fibres à gradient
d’indice peut diminuer cette dispersion. De plus, les fibres multimodes sont plus facilement
manipulables et leur connectique est plus facile comparées aux fibres monomodes.

Généralement les fibres multimodes possèdent des tailles de cœur allant de quelques dizaines
à plusieurs centaines de micromètres. Ce sont des fibres dont le diamètre de cœur est assez
grand par rapport à la longueur d’onde du signal (Figure I.6). [3]

5
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

FigureI.6: fibre multimode [2].

On distingue de type de fibre multimode :

I.4.2.1. A saut d’indice


Les fibres à saut d’indice présentent un profil d’indice de réfraction qui suit une variation par
paliers dans le plan transverse de la fibre. Dans cette configuration, la propagation de la
lumière s’effectue par réflexion totale à l’interface cœur et gaine car la gaine joue un rôle
actif dans la propagation des rayons lumineux (Figure I.7). A cause de la dispersion modale le
profil d’indice dans le cœur de la fibre est alors constant ; la fibre multimode à saut d’indice a
un inconvénient qui est ça très faible bande passante, qui est exprimée en tant que largeur de
bande en (MHz.km).

Une bande passante de fibres de 20 MHz.km indique que la fibre est capable de transporter
une bande de 20 MHz d'une distance de 1 km, d'un signal de 10 MHz sur une distance 2 km,
un signal de 40 MHz sur une distance de 0,5 km, etc.

Figure I.7:la propagation de la lumière dans fibre à saut d’indice[2].

6
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

I.4.2.2. A gradient d’indice

La fibre multimode à gradient d’indice son cœur possède un indice de réfraction non uniforme
(c’est-à-dire n’est pas homogène),leur cœur est en fait constitué de plusieurs couches deverres
dont l’indice de réfraction diminuant progressivement par rapport à l'axe central jusqu’à la
gaine. Cette variation d'indice du cœur oblige les rayons de la lumière à progresser dans la
fibre d'une manière sinusoïdale (Figure I.8).
Les couches les plus élevés auront un chemin plus long à parcourir, mais en dehors de l'axe
central dans les zones à faible indice ou leur vitesse augmenter.En outre, la différence de
vitesse entre les couches les plus élevés et les couches d'ordre inférieur seront plus petits pour
fibre multimode gradient d’indices que pour la fibre multimode à saut d’indice.L’avantage
avec ce type de fibre est de minimiser la dispersion du temps de propagation entre les rayons
[2].

Figure I.8:la propagation de la lumière dans fibre à gradient d'indice [2].

I.5. Les propriétés :


La fibre optique est caractérisée par plusieurs paramètres qui sont déterminés à partir de ses
différents types. Les deux paramètres les plus importants sont l’atténuation et la dispersion.

I.5.1. L’atténuation :
Comme le signal lumineux traverse la fibre, il diminue en niveau de puissance.
La diminution du niveau de puissance est exprimée en dB / km (décibel par kilomètre), c’est
une fonction des longueurs d'onde de la lumière.

𝐴 = 10 log 𝑃𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒 /𝑃𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒 (I. 3)

𝐴: L’atténuation en décibel.
𝑃𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒 : La puissance lumineuse à l’entrée.
𝑃𝑠𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒 : La puissance lumineuse à la sortie.

7
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

Donc L’atténuation va varier suivant la longueur d’onde comme le montre le graphe suivant
(Figure I.9). Elle traduit l'affaiblissement du signal au cours de la propagation à la suite de
phénomènes de deux facteurs: absorption et diffusion

I.5.1.1. Absorption :
Ce facteur est causé par l'absorption de la lumière et la conversion en chaleur par des
molécules dans le verre et les dopants utilisés pour modifier l'indice de réfraction du verre se
produit à des longueurs d'onde discrètes, déterminées par les éléments absorbant la lumière.
L’absorption d'OH - est prédominant qui présente un pic de forte atténuation, elle se produit le
plus fortement autour de 1000 nm, 1400 nm, et au-dessus de 1600 nm.[4]

I.5.1.2. Diffusion :
D’autre part, la plus grande cause d'atténuation est la diffusion principalement la diffusion de
Rayleigh , qui se produit lorsque la lumière entre en collision avec les atomes individuels dans
le verre ;elle provoque la dispersion de l'énergie lumineuse dans toutes les directions, la
lumière qui est dispersée à des angles dehors de l'angle critique de la fibre sera absorbée dans
la gaine de la fibre ou même transmis vers la source. Il y a deux autres modes de la diffusion
de la lumière : diffusion Raman et Brillouin scattering. Les systèmes à fibres optiques
transmettent dans les fenêtres créées entre les bandes d'absorption à 850 nm, 1300 nm et 1550
nm, où la physique permet également de fabriquer facilement des lasers et des détecteurs.[4]

Figure I.9: atténuation dans la fibre optique.

I.5.2. Les dispersions dans les fibres optiques


Un autre facteur qui affecte le signal pendant la transmission est la dispersion. Elle réduit la
bande passante efficace disponible pour la transmission, il s’agit de la dispersion de l’onde
électromagnétique. Dans la fibre multimode à saut d'indice, on a principalement deux formes
de dispersion qui sont la dispersion modale(intermodale) due à la différence de temps de
propagation de groupe entre les modes et la dispersion chromatique (intramodale) due à la
variation du temps de propagation de chaque mode avec sa fréquence, donc avec sa longueur
d'onde [5]. La dispersion est un inconvénient majeur dans les fibres optiques, car elle limite le

8
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

débit de transmission des données dans ces dernières. Il en existe plusieurs types comme
illustre la Figure I.10

Dispersion totale des


fibres

Modale Chromatique Polarisation

Matériau Guide d’onde

Figure I.10: les types de la dispersion dans les fibres optique.

I.5.2.1. La dispersion modale (intermodale) :


La dispersion modale résultant des temps de propagation différents selon les modes. La
lumière peut se propager suivant différentes directions, elle est la principale cause de
dispersion dans les fibres multimodes (elle n'existe pas dans les fibres monomodes, donc il
n'y a pas plusieurs chemins différents), la vitesse de chacun des modes reste identique. Elle
est due à la différence de temps des trajets du rayon axial (mode rapide) et du rayon réfléchi
critique (mode lent), la vitesse de chacun des modes reste identique, ce qui réduit la dispersion
modale (Figure I.11). Il est possible de calculer la largeur maximale de l'impulsion reçue dans
le cas d'une fibre multimode à saut d'indice, où seule la longueur du trajet de chaque mode
varie.

Figure I.11:la dispersion modale [2].

9
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

I.5.2.2. La dispersion chromatique (intramodal) :


Une dispersion chromatique(CD) ou intramodale peut se produire dans tous les types de fibres
optiques.[6]
La dispersion chromatique due aux vitesses différentes de signaux lumineux de longueurs
d'onde différentes, chaque impulsion de lumière est faite d'un nombre fini de longueurs d'onde
qui se propagent de façon différente.[2]
Ces différentes vitesses de propagation élargissent l'impulsion lumineuse quand elle arrive au
récepteur, réduisant le rapport signal sur bruit et augmentant les erreurs de bit. Mais pour une
bande de fréquence (dans le cas du laser d'injection correspondant à seulement une fraction
d'un pour-cent de la fréquence centrale, alors que pour la LED c'est probablement un
pourcentage significatif) alors il peut y avoir des différences de retard de propagation entre les
différentes composantes spectrales du signal émis. De ce fait, l'élargissement de chaque mode
transmis et donc la dispersion intramodale [6].Ce terme regroupe en fait deux types de
dispersion : les différences de retard peuvent être causées par les propriétés dispersives du
matériau du guide d'onde (dispersion du matériau) et aussi par les effets de guidage à
l'intérieur de la structure de fibre (dispersion des guides d'ondes).Elle résulte de la somme de
deux effets s’exprime:

𝐷𝐶 = 𝐷𝑚 + 𝐷𝑔 (I. 4)

𝐷𝐶 : La dispersion chromatique.
𝐷𝑚 : La dispersion du matériau.
𝐷𝑔 : La dispersion de guide d’onde.

 La dispersion du matériau :
Cette dispersion du matériau dite chromatique, est due à l’interaction de l’onde
électromagnétique avec les électrons liés du milieu propagation diélectrique. Une impulsion
lumineuse issue de la source optique est composée de plusieurs longueurs d'onde. L'indice de
réfraction d'un matériau dépend de la longueur d'onde il en résulte que la vitesse spécifique de
propagation de la lumière dans un matériau, donc la dispersion du matériau varie selon la
longueur d'onde d'utilisation. Par conséquent, cet effet se manifeste par une modification de la
vitesse de groupe du champ et de l'indice de réfraction du milieu. Un temps de propagation
différent pour les différentes composantes spectrales, et donc un élargissement des impulsions
de lumière émises par une source non-monochromatique. Elle est faible et souvent
négligeable devant la dispersion modale.

L'élargissement par dispersion chromatique du matériau dépend donc de la largeur spectrale


de la source et du paramètre du cœur (appelé paramètre dispersion du cœur), donc 𝐷𝑚 dépend
des caractéristiques physiques du cœur et de la longueur d'onde.

10
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

 La dispersion de guide d’onde :


Dans une fibre optique, particulièrement importante dans les fibres monomodes car l'effet de
la dispersion de guide d'onde est négligeable et n'est pas considérée dans les fibres
multimodes à saut d’indice, la lumière est guidée dans une zone d'indice élevé (le cœur)
qu’entourée d'une zone d'indice plus faible (la gaine).

La dispersion de guide d’onde est causée par la différence d'indice relative qui dépend aussi
de la longueur d'onde. Elle est due au fait qu'une partie de la lumière pénètre dans la gaine
avec des angles et une profondeur différents. Dans les fibres multimodes, seule une petite
portion des modes élevés pénètrent dans la gaine.

Figure I.12: Dispersion dans la fibre optique.

Dans une fibre optique monomode conventionnelle (Figure I.12), la dispersion du guide est
toujours négative. Comme la dispersion du matériau est elle-même négative pour λ<1.32μm et
positive pour λ>1.32μm, la dispersion chromatique ne peut être annulée en dessous de
1.27μm. La dispersion chromatique dans une fibre réalisée par les techniques classiques peut
être ajustée en concevant un profil d’indice plus ou moins complexe, ce qui influe sur la
dispersion du guide. Cependant, la différence d’indice entre le cœur et la gaine est faible, ce
qui limite fortement les possibilités d’ajustement.

I.5.2.3. La dispersion de polarisation


La dispersion du mode de polarisation (PMD) est une propriété de la Fibre monomode. Elle
affecte l'amplitude du taux de transmission, ce phénomène de polarisation est un facteur
limitant la capacité des lignes de transmission optique monomode. La différence de vitesse
d’une longueur d’onde donnée lors de la propagation introduit ce phénomène de dispersion
dite de polarisation. Les principales causes de la PMD sont les non-circularités de la fibre et
les contraintes appliquées extérieurement sur la fibre (macro-cintrage, Micro flexion, torsion

11
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

et variations de température). La’’ Differential group of lays’’ (DGD) appelée la valeur


moyenne de PMD qui est exprimé en picoseconde (Ps) (Figure I.13). Ce phénomène génère la
distorsion, augmentant le taux d'erreur binaire (BER) du système optique. La conséquence de
PMD est qu'elle limite le débit binaire de transmission sur un lien. Il est donc important de
connaître la valeur PMD de fibre afin de calculer les limites de débit binaire de la liaison fibre
optique.[7][2]

Figure I.13:l’effet de la dispersion de polarisation sur la fibre [2].

I.6. La fabrication de la fibre optique


Trois méthodes sont utilisées aujourd'hui pour fabriquer des fibres : modified chemical
vapordeposition (MCVD), outside vapor deposition (OVD), and vapor axial deposition
(VAD) nous allons commencer par voir la fabrication des MCVD. [4]

Dans le MCVD, un tube de verre (silice) (d’une longueur 1 m et d’un diamètre 2,5 cm) est
placé dans un tour horizontal ou vertical et tourné rapidement. Il est chauffé localement à des
températures de 1500◦C. Les réactifs sont stockés dans des bulleurs à l’état liquide, chaque
passage de la source chaude montre une fusion d'une petite quantité du mélange de gaz avec
la surface du tube. En faisant circuler un flux d’O 2, comme montre la figure I.14.Les réactifs
subissent une réaction d’oxydation au niveau de la flamme, la majorité du gaz est le dioxyde
de silicium (SiO2), un mélange de gaz contrôlé par l'ordinateur qui passe à l'intérieur du tube.
Chaque passage de la source chaude, il est montré qu’une fusion d'une petite quantité du
mélange de gaz avec la surface du tube ou le matériau déposé est ensuite densifié.

Il existe des capteurs de contrôlées d'impuretés qui provoquent des changements dans
l'indice de réfraction du verre, on évite ainsi la pollution par les impuretés ambiantes et l’eau
après avoir accumulé suffisamment sur la couche de tube : c’est appelée préforme. Nous
disposons au bulleurs de (GeCl4),( SiCl4), et (POCl3).

12
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

Les réactions d’oxydation sont les suivantes :

SiCl4 + O2 ⇔ SiO2 + 2Cl2 (I. 5)

GeCl4 + O2 ⇔GeO2 + 3Cl2 (I.6)

POCl3 +3/4O2 ⇔1/2P2O5 +3/2Cl2 (I.7)

Figure I.14:méthode de fabrication (MCVD)[4].

I.7. Les applications de la fibre optique


Aujourd’hui, on utilisée quotidiennement de nombreuses applications de fibre optique. Elle
possède la particularité de conduire la lumière pour la transmission d'informations, que ce soit
des images ou des données. L’utilisation de la fibre optique est plus importante et a plus
d’avenir. Les application sont :

 La téléphonie : la fibre optique a révolutionné les appels de longue distance,


aujourd'hui, elle est surtout utilisée avec Internet pour envoyer des informations.
 La médecine: la fibre optique a été très utilisée dans la médecine, elle est utilisée pour
le diagnostiquer de problèmes de santé ainsi que pour traiter certaines maladies.

13
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

 L'utilisation militaire : l’utilisation dans ce secteur est immense, elles sont plus
performantes et une sécurité supplémentaire pour leurs données car elle fournit un
support de transmission sécurisé.
 Les capteurs :ont des nombreuses applications , comme cela ressort d'une vaste
gamme de propriétés qui a été détectée optiquement, allant de l'intensité lumineuse ,La
température, l'étalonnage des accéléromètres, la souche, le niveau du liquide, le pH,
l'analyse chimique, la concentration, la densité, etc. [8]
 L’éclairage par fibre optique : a connu ces dernières années un développement
d’applications de la lumière. Elles peuvent être utilisées dans des magasins pour
éclairer plusieurs angles à partir de la même source de lumière.

I.8. Les avantages et les inconvénients de la fibre :


La fibre a une transmission très efficace, qui n’a presque pas besoin de contrôle d’erreur.
L’utilisation des fibres optiques se généralise de plus en plus, pour garantir une qualité de
service qui ne cessera de s’améliorer et pour elle ne connait pas beaucoup de points négatifs.

I.8.1. Avantages :
 Large bande passante potentielle : les câbles de fibres optiques sont généralement bien
supérieurs et elles ont une bande passante beaucoup plus grande que des câbles
métalliques.
 Petite taille et poids : les câbles de fibres optiques sont plus légers et plus minces, ils
occupent aussi moins d'espace que des autres câbles.
 Isolation électrique : les câbles de fibres optiques sont immunisés à l'interférence
électromagnétique.
 Sécurité du signal : la fibre fournit un support de transmission extrêmement sécurisé,
car elles sont difficiles à intercepter et il n’y a aucun moyen de détecter les données
transmises.
 Faible perte de transmission : la perte de signal sur une longue distance est très faible.

I.8.2. Inconvénients :
Son principal inconvénient demeure son prix, elles sont plus coûteuses à installer ,les fibres
optiques exigent plus de protection autour du câble par rapport au cuivre. Elles peuvent être
cassées ou perdre la transmission quand le câble est rayé ou fissuré.

14
Chapitre I La fibre optique conventionnelle

I.9. Conclusion :
Ce chapitre a fourni une introduction à la communication par fibre optique. On a retracé tout
d’abord dans ce chapitre une petite définition des débuts la fibre optique et ses évolutions
depuis sa création en passant par la description de phénomènes physiques et encore la
compréhension de la propagation de la lumière dans la fibre.

Dans la deuxième partie, on a présenté les différents types de la fibre qui sont la fibre
monomode et la fibre multimode a gradient d’indice et a saut d’indice.

La fibre optique est devenue une partie intégrante de l'infrastructure de télécommunication


moderne, et pour de bonnes raisons nous avons discuté de certains des principales fibres
optique, qui pour la plupart, peuvent être résumée en termes de largeurs de bande plus élevées
et des distances plus longues. Ces deux éléments que les systèmes de télécommunication
modernes doivent traiter, tant en numérique qu'en analogique.[9]

Ensuite, on s‘est consacré à la fabrication de cette fibre et la présentation de son profil


d’indice de réfraction.

Enfin, la dernière partie présente la caractérisation de la fibre optique, et on a basé sur


l’atténuation et la dispersion chromatique et modale.

15
Chapitre II
La fibre
microstructurée
Chapitre II La fibre microstructurée

II.1. Introduction :
De nos jours, les moyens de communication se sont beaucoup développé, parmi ces moyens il
existe la fibre optique et plus précisément les fibres micro structurées air/silice, appelées
également fibres à trous ou fibres à cristaux photoniques, constituent une nouvelle classe de
fibres optiques dont la gaine optique est constituée d’un arrangement de trous d’air de
dimensions microniques dans une matrice de silice la fibre optique en silice est devenue le
support physique de communication privilégié pour les transmissions d’informations à
longues distances et à hauts débits.

II.2. Définition de la fibre optique microstructurées :


Les fibres optiques microstructurées (MOF) ou les fibres microstructurées air/silice (FMAS),
ces nouvelles fibres sont intéressantes à la fois du point de vue théorique et du point de vue
technologique pour les télécommunications.
Les FMAS sont constituées d’un arrangement régulier ou non de canaux (généralement,
plusieurs couches de trous d’air qui courent sur toute la longueur de fibre) de dimensions
microscopique disposés parallèlement à l’axe de propagation dans une matrice de silice,
appelée la gaine(zone de silice contenant les trous) et la région centrale en silice (pure ou
dopée) est considérée comme un cœur optique. L’indice du cœur est supérieur à celui de la
gaine qui est constituée de silice et de trous d’air ce qui confine la lumière.
Les paramètres qui déterminent leurs propriétés optiques sont définis par la figure II.1suivante
:

Figure II.1: Profil d’une PCF à cœur solide de structure hexagonale.

Les deux paramètres critiques principaux de la structure périodique dans les limites
technologiques de fabrication, sont la distance entre les centres de deux trous adjacents
déterminant la période spatiale de la structure Λ (pas ou pitch) et le diamètre du trou d qui
permettent de définir le rapport d/Λ le facteur de remplissage correspondant à la fraction d’air
présente dans la fibre. Le nombre de rangées de trous utilisé pour former la gaine est

16
Chapitre II La fibre microstructurée

également un critère important pour réduire les pertes de guidage. Les premières FMAS
souffraient d'une atténuation forte.

La disposition des trous peut être sous forme triangulaire, circulaire, hexagonale ou aléatoire
[10],la figure II.1 schématise les trous d'air sont arrangés en réseaux hexagonales.

II.3. Les types du guidage de la FMAS :


Le terme générique de "FMAS" regroupe deux catégories de fibres qui se distinguent par les
mécanismes de guidage différents qu'elles mettent en jeu : soit un effet de bande interdite
photonique dans la gaine, soit la réflexion totale interne. Ces deux types de fibres sont décrits
dans la suite.[11].

II.3.1. FMAS à BIP :


Une BIP est une bande spectrale telle qu'une onde à une longueur d'onde comprise dans cette
bande ne peut pas se propager dans la structure. Une résonance transverse dans la gaine de la
fibre qui maintiendrait la lumière dans le cœur (la zone centrale de la fibre) et assurerait son
confinement, c’est l'effet recherché dans cette structure. La propagation se ferait alors dans la
direction axiale, invariante. Dans cette structure (Figure II.2), le cœur est créé en engendrant
un défaut dans la matrice de trous d’air, soit par l’introduction d’un trou supplémentaire, ou
par l’élimination d’un trou existant. [12]

Les premières fibres basées sur ce principe possèdent une gaine optique composée d'une
succession de couches transparentes d'indices alternativement haut et bas. Cette structure
permet la formation d'interférences constructives entre les composantes de l'onde lumineuse
réfléchies aux interfaces entre les couches.

Le guidage dans les fibres à cristaux photoniques BIP peut être accompli dans un cœur
d'indice bas (ce cœur peut par exemple être un trou rempli d'air ou d'un autre gaz) c’est l'un
des attraits majeurs de ce type des fibres FMAS.

Les longueurs d'onde (λ) centrales rejetées par le matériau BIP dépendent de la période du
cristal et de la proportion d'air (λ≈2Λ). [11]

Figure II.2 : Schéma descriptif de Guidage par effet BIP [13].

17
Chapitre II La fibre microstructurée

II.3.2. FMAS à RTIM :


La différence d'indice positive entre le cœur (la silice pure) et la gaine optique (il s'agissait
d'un arrangement triangulaire de canaux d'air dans la silice) assure la propagation dans les
FMAS à RTIM. En effet, la présence d'air dans cette gaine a pour conséquence de diminuer
son indice moyen. Alors l'onde lumineuse est guidée par réflexion totale interne dans une
zone d'indice élevé entourée d'un milieu d'indice moyen plus faible, comme dans le cas
classique des fibres à saut d'indice (FSI). Néanmoins, il n'existe pas d'interface clairement
définie entre le cœur et la gaine comme il en existe dans les FSI. C'est pourquoi le mode de
guidage qui permet la propagation dans les fibres à cristaux photoniques dépourvues de BIP
s’appelle "guidage par réflexion totale interne modifiée (Figure II.3).

Figure II.3:schéma descriptif de Guidage par RTIM [13].

II.4. Les types de la FMAS :


Ce type de fibres FMAS possède de nombreuses propriétés originales par rapport aux fibres
conventionnelles. Les fibres microstructurées peuvent être divisées en deux catégories.

• fibres microstructurées à cœur plein (Figure II.4(a), (b), (c)).

• fibres microstructurées à cœur creux (Figure II.4 (d), (e)).

Les différents types de fibres sont schématisés sur la figure II.4

Figure II.4:Représentation des différences types de la FMAS.

18
Chapitre II La fibre microstructurée

La première fabrication d’une fibre microstructurée présentant une structure périodique mais
comportant un cœur solide en silice en raison des limitations technologiques liées à la
fabrication [14]. La FMAS présente de nombreuses analogies avec les fibres à saut d’indice
standard utilisées en télécommunications.

La Figure II.4(a) et (b) présente le cas d’une fibre monomode. La gaine de cette fibre est
constituée d’un réseau triangulaire de trous d’air dans la silice possédant un pas de l’ordre de
la longueur d’onde par rapport aux fibres conventionnelles. Les FMAS monomodes peuvent
être conçues avec un cœur de dimensions beaucoup plus importantes, dont la taille du cœur
est plus de cinquante fois plus grande que la longueur d’onde d’application, sont également
facilement réalisables en exploitant les structures photoniques [15].Les paramètres de fibrage
jouent un rôle majeur dans la qualité de la structure de la fibre étirée.

Les fibres à grandes ouvertures numériques, cette fibre est représentée sur la Figure II.4(c).Il
est également possible d’obtenir une forte biréfringence en modifiant la forme du cœur, en
utilisant des trous d’air elliptiques ou en modifiant le diamètre de certains trous d’air.

Dans ce cas, la région centrale en silice est entourée d’une structure périodique de trous d’airs
qui assure un guidage optique par un phénomène de réflexion totale interne modifiée. La
première fibre à cœur creux est représentée sur la figure II.4 (d), (e) et fût réalisée en 1999.
[16]

Pour les fibres à guidage dans un milieu d'indice faible, on distingue généralement les fibres
dites "de Bragg" constituées de couches concentriques d'indices différents et les fibres "à
cœur creux" où la lumière est guidée dans l’air.

Le développement de fibres microstructurées en matériaux non silice (plomb silice, tellurite,


bismuth oxyde) a été tenté récemment en raison des propriétés non linéaires de ces matériaux,
des fibres ont également été réalisées en polymère.

II.5. La fabrication de la FMAS :


La technique de l’assemblage-étirage est probablement la plus répandue aujourd’hui,
notamment dans le cas des fibres micro-structurées en silice.
La première étape de la fabrication consiste à réaliser un empilement de tubes capillaires,
sélectionnés en fonction de leurs diamètres intérieurs et extérieurs, autour d’un barreau de
silice formant le cœur de la structure à réaliser (dans le cas des coupleurs on a deux barreaux
de silice à la place d’un seul). L’ensemble est contenu dans un tube de maintien (Figure II.5).
La seconde étape est d’effectuer l’étirage de la préforme macroscopique afin d’obtenir la
structure microscopique souhaitée à un coefficient homothétique près.

19
Chapitre II La fibre microstructurée

L’étirage s’effectue par un four à induction, ou l’on doit placer la préforme dans le sens
vertical pour profiter de la pesanteur. Cependant les conditions d'étirage (température,
pressions interne et externe) peuvent modifier la taille et la forme des trous constitutifs de la
fibre. Pour cette raison on a intérêt à fabriquer ce type de fibre dans des chambres bien
conditionnées. En effet, une température qui n’est pas assez importante (de l’ordre de 2000
°C) peut causer la rupture de la fibre.

Figure II.5:arrangement de la préforme primaire[10].

Pour obtenir la fibre optique, on utilise un équipement très similaire à celui qui est mis en
œuvre pour les fibres conventionnelles, à savoir une tour verticale de plusieurs mètres de haut
qui dispose dans sa partie supérieure d’un four à haute température (une température de
l’ordre de 2 000 °C est nécessaire pour faire couler la silice) dans lequel on descend
progressivement la préforme. Dans sa partie basse, la tour dispose d’un cabestan ayant pour
fonction d'étirer la fibre. Le rapport des vitesses entre la descente de préforme et le cabestan
permet une réduction homothétique de la préforme jusqu’à un diamètre voisin de 100 μm
(Figure II.6). Pour réaliser les capillaires, matière première de l’assemblage, on étire, sur un
équipement similaire mais avec un facteur d’étirage moins important, un tube de verre de
quelques centimètres de diamètre. L’intérêt majeur de la technique d’assemblage-étirage
réside dans la grande souplesse qu’elle autorise au moment de l’assemblage.

20
Chapitre II La fibre microstructurée

Figure II.6:Représentation de principe de fabrication d'une fibre microstructure[10].

II.6. Les avantages et applications de FMAS :


II.6.1. Application :
Les propriétés de la FMAS vont pouvoir donner lieux à un très grand nombre d’applications
dans les domaines aussi différents que militaire, médical ou encore en télécommunication.

Ainsi les applications de ces PCF sont nombreuses grâce à la maturité de leurs technologies
de fabrication, notamment pour le piégeage de particules ou de nouvelles approches dans la
détection optique et l’optique non-linéaire [17].Ces fibres offrant des débits d'informations
bien supérieurs à ceux des fibres classiques.
La capacité des FMAS à être sensibles à de nombreux paramètres (température, pression,
contraintes, rayonnements nucléaires….) les a rendues attractives pour la conception et
transport de faisceaux de puissance.
Des lasers à fibres à des longueurs d’ondes exotiques, un des autres aspects séduisants des
fibres air/silice réside dans la possibilité d’insérer dans les canaux d’air et/ou dans le cœur
creux un gaz ou un liquide, donc il est possible d’accroitre significativement l’interaction
lumière/matière afin de réaliser des sources lasers fibrés fonctionnant sur des bandes de
longueurs d’onde indisponibles avec les terres rares ou de concevoir des capteurs optiques en
influençant les propriétés de guidage de la fibre , comme la Fibres de Bragg à cœur creux (la
nature du sa structure en creux) la fibre peut absorber du gaz et mesurer sa teneur ,grâce à une
modification des propriétés de l’élément introduit (modification de l’indice effectif des modes
liées à une variation de la température par exemple).
Elle est utilisée aussi pour les applications de guidage de la lumière du visible au THz. Cette
technologie, intégrée ensuite aux appareils d'analyse de sang, pourrait permettre une meilleure
caractérisation des cellules sanguines.

Les faibles pertes de ces fibres, associées à leur faible aire effective, permettent l’exaltation
des effets non-linéaires. Le contrôle de la dispersion, ce contrôle est obtenu en jouant sur les
dimensions des trous et leur positionnement.

21
Chapitre II La fibre microstructurée

II.6.2. Les avantages :


On remarquera notamment que l’augmentation du rapport d/Λ mène à une augmentation du
paramètre de dispersion D. Selon cette approche, l’ajustement des paramètres de la structure a
permis la conception de fibres possédant une longueur de dispersion nulle s’étendant sur la
plage 500 - 1500 nm [16].
L’utilisation de systèmes lasers de plus en plus compacts et énergétiques, alors elle permet
d’obtenir des émissions spatialement cohérentes avec des spectres de plusieurs centaines de
nanomètres de large.
Ces guides présentent des pertes linéiques extrêmement faibles, au mieux de 0,15 dB/km, et
permettent surtout de maintenir, sur de grandes distances de propagation, un confinement
important du champ électromagnétique.
De plus, un certain avantage des FMAS consiste à la possibilité d’obtenir un guidage
monomode sur une large plage de longueurs d’onde, par exemple monomode de 0,3 μm à 1,8
μm peut avantageusement remplacer dans chacune des voies de l’interféromètre un ensemble
de trois ou quatre fibres monomodes standards.

II.7. Les propriétés :


II.7.1. Des fibres infiniment monomodes :
Une propriété importante des FMAS est qu'elles peuvent être monomodes sur un large
domaine spectral, la fréquence spatiale normalisée dans une fibre microstructurée, donnée par
l'expression (II.1), évolue donc d'une manière très différente de celle décrite dans le cas des
FSI.

2𝜋𝑎 2
𝑣𝑒𝑓𝑓 = 𝜆
√𝑛𝑐2 − 𝑛𝑒𝑓𝑓 𝑔 (II. 1)

𝑣𝑒𝑓𝑓 : La fréquence normalisée.


𝜆 : Longueur d’onde.
𝑛𝑐 : Indice de cœur.
𝑛𝑒𝑓𝑓 𝑔 : Indice effectif de la gaine.

La fréquence normalisée de coupure du deuxième mode de la fibre a trous est supérieure à


celle du deuxième mode d’une fibre à saut d’indice (Vco= 2,405). D’autres ont préféré
conserver la valeur de 2,405 pour la fréquence de coupure du second mode en déterminant un
nouveau rayon de cœur équivalent.
Les courbes de figure II.7 montrent qu’il est possible d’obtenir une fibre microstructurée dont
la fréquence normalisée est inférieure à la fréquence de coupure du second mode (fibre à saut
d’indice) quelle que soit la longueur d’onde, en choisissant d/Λ suffisamment petit. La fibre
est alors monomode quelle que soit la longueur d’onde.

22
Chapitre II La fibre microstructurée

Figure II.7: la fréquence normalisée Veff en fonction de aeq/λ= 0,64Λ/λ pour 6 fibres à trous :
Λ= [2,5 ; 5] μm ; d/Λ. = [0,1 ; 0,2 ; 0,3].[18]

En augmentant Λ, donc ce qui revient à augmenter la taille du cœur et à d/Λ constant, la


structure conserve son caractère monomode large bande. Il est donc possible de réaliser une
fibre monomode large bande possédant un cœur de très grand dimension, si la fibre n’est pas
indéfiniment monomode, la bande spectrale de fonctionnement monomode est décalée vers
les grandes longueurs d’onde.

II.7.2. L'indice effectif de la gaine :


À cause de la forte dépendance de l’indice effectif de la gaine microstructurée, la plus utile
parmi les propriétés spécifiques aux FMAS est peut-être celle de guider un unique mode
présentant une répartition d’intensité quasi-gaussienne sur tout le domaine de transparence de
la silice (de 300 à 2000 nm environ). [19].
Le guidage par réflexion totale interne est opérant dans une fibre standard à saut d’indice pour
tout mode dont la constante de propagation β vérifie la condition suivante :

𝐾𝑛𝑔 < 𝛽 < 𝐾𝑛𝑐 (II. 2)

𝐾𝑛𝑐 est la constante de propagation maximale autorisée dans la région du cœur. Aux courtes
longueurs d’onde, le champ modal est beaucoup plus confiné dans le cœur (figure II.8 (a)) : la
différence d’indice effectif entre le cœur et la gaine est ainsi réduite.

𝐾𝑛𝑔 est la valeur limite de 𝛽en dessous de laquelle le mode n’est plus guidé dans le cœur car
il peut fuir dans la gaine. Alors que, pour les grandes longueurs d’onde, le champ modal
s’étend à travers les trous (figure II.8(b)), diminuant l’indice effectif de la gaine.
𝐾𝑛𝑔 représente donc la constante de propagation maximale autorisée pour les modes de la
gaine optique.

23
Chapitre II La fibre microstructurée

180 120

160
100
140

120 80

100
60
80

60 40

40

20
a 20
b
20 40 60 80 100 120 140 160 180 20 40 60 80 100 120

Figure II.8:Profils du mode fondamental d’une fibre microstructurée pour les courtes longueurs
d’onde (a)et les grandes longueurs d’onde (b).

La conséquence directe de la diminution de l’indice effectif de la gaine pour les grandes


longueurs d’onde est que la fréquence de coupure du second mode peut être repoussée à
l’infini, les modes guidés dans le cœur en silice sont les modes ayant une constante de
propagation 𝛽 telle que :

𝛽max gaine < 𝛽 < 𝐾𝑛𝑠𝑖𝑙𝑖𝑐𝑒 (II. 3)

𝛽max gaine peut être définit comme la constante de propagation du mode fondamental
existant dans le cristal photonique de la gaine de dimensions infinies, dans l’absence de site
de défaut ; ce qui rend la fibre uni-modale pour toutes les longueurs d’onde optiques même
lorsque le rayon de champ du mode guidé est grand (diamètre de l’ordre de 40 λ), pour la
dimension des trous et la longueur d’onde optique sont du même ordre de grandeur. Ceci n’est
possible que lorsque la proportion d’air dans la fibre reste faible (d/Λ ≤0.4) .
Comme les fibres conventionnelles, les FMAS avec une grande proportion d’air sont
multimodes pour les courtes longueurs d’onde.

II.7.3. La Dispersion :
La dispersion chromatique définie la capacité de transmission d’un système de
communication optique. Il s’agit d’un élargissement dans le temps qui limite le débit de
transmission car il force à augmenter le délai entre deux impulsions. Elle est obtenue à partir
des indices effectifs calculés sur une bande spectrale et exprimée par la relation suivante. [13]

𝜆 𝑑2 𝑛𝑒𝑓𝑓
𝐷𝐶 = (II. 4)
∁ 𝑑𝜆2

24
Chapitre II La fibre microstructurée

𝐷𝐶 : La dispersion chromatique.

𝑛𝑒𝑓𝑓 : est l’indice effectif du mode guidé

∁ : La vitesse de la lumière dans le vide.

𝜆 : Longueur d’onde.

La dispersion chromatique d’une FMAS dépend étroitement de la proportion d’air présente


dans la gaine optique, valeur liée au rapport d/Λ. En jouant sur les paramètres
optogéométriques de la fibre ; le paramètre de dispersion chromatique est défini comme la
dérivée du temps de propagation de groupe par rapport à la longueur d’onde. On le donne
généralement en ps/(nm.km), les picosecondes correspondant à l’élargissement temporel, les
nanomètres à la largeur spectrale et les kilomètres à la longueur de fibre.

50

0
Dispersion(ps/km-nm)

-50

-100

-150

-200

-250
pcf
-300
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure II.9:La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour la fibre
cristaux photonique.

La dispersion du guide est généralement plus faible que la dispersion du matériau pour une
fibre standard ; dans les fibres cristaux photoniques, la dispersion chromatique dépend
étroitement de la proportion d’air présente dans la gaine optique et l’indice effectif du mode
est lié très fortement à la longueur d’onde. Un très fort accroissement de l’influence de la
dispersion du guide est admis grâce à la micro structuration dans l’expression de la dispersion
chromatique totale (Figure II. 9). Il est possible d’annuler la dispersion chromatique pour des
longueurs d’ondes inférieures ou supérieures à 1.28μm. C’est pourquoi la FMAS a pu
contourner ces limites grâce à la flexibilité du choix de ses paramètres géométriques. Alors il

25
Chapitre II La fibre microstructurée

suffit d’ajuster judicieusement les deux paramètres géométriques de la fibre (d, Λ) pour
contrôler la dispersion
La figure II.10 montre l’évolution avec λ du terme matériau pour la silice [20], la dispersion
chromatique est la somme d’un terme de matériau pur (dispersion matériau) et d’un terme dû
au guidage de l’onde (dispersion modale).

Figure II.10: dispersion de la silice [20].

II.7.4. Les pertes :

II.7.4.1. Perte par courbure :


En théorie les Fibres microstructurés sont très délicates aux courbures. En effet, la courbure
modifie localement le profil d’indice vu par le mode guidé. Le profil d’indice d’une fibre
rectiligne équivalente à une fibre de profil n(x, y) que l’on a courbée avec un rayon de
.courbure constant RC est :

𝑛𝑒𝑞𝑢𝑖𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑡 (𝑥, 𝑦) = (1 + 𝑥/𝑅𝑐 )𝑛(𝑥, 𝑦) (II.5)

Alors la périodicité de la structure est modifiée localement. Étant donné que le guidage par
effet BIP mis en considération la périodicité de la structure guidant, les courbures peuvent
entraîner des pertes lourdes pour des rayons de courbure relativement grands. [21]

II.7.4.2. Pertes de confinement :


La gaine optique microstructurée a une extension radiale limitée au-delà de laquelle se trouve
une zone de silice d'indice moyen plus élevé. Si le confinement du champ dans le cœur est
insuffisant, une fraction de l'onde évanescente peut déborder au-delà de la gaine optique, ce
qui est à l'origine des pertes par confinement [22].

26
Chapitre II La fibre microstructurée

Celles-ci sont d’autant plus élevées que le champ s’étale plus dans la structure.L’extension du
champ doit donc être limitée afin de les maintenir en dessous d'un seuil acceptable. Or le
champ est d'autant mieux confiné que la proportion d'air dans la gaine est plus importante
et/ou que le nombre de couronnes est plus élevé. A une longueur d'onde donnée, les pertes
diminuent lorsqu'on augmente Λ tout en maintenant d/ Λ constant, comme montre la figure
II.11 (a). Pour une fibre ayant un pas de 1,4 μm et un diamètre de trous de 1,26 μm (d/ Λ
Λ=0,9)( figure II.11 (b)), les pertes sont égales à 104 dB/m à 1550 nm lorsque la fibre ne
comporte qu'une seule couronne de trous (soit 6 trous d'air) alors qu’elles ne valent plus de
4.10-3 dB/m pour quatre couronnes de trous (60 trous d'air) [22].

Figure II.11: les pertes de confinement de FMAS RTI à 1550 nm en fonction de d, (a)) et du nombre
de couronnes de trous (b)) [22].

Pour un mode excité donné, les pertes de confinement renseignent sur la capacité de lafibre à
guider ce mode efficacement ou pas : plus elles sont élevées, plus l'atténuation du modeest
forte au cours de sa propagation. Autrement dit, du point de vue pratique, on peut considérer
qu'un mode excité a disparu au bout d'une longueur de propagation d'autant plus courte que
les pertes de confinement sont plus fortes.
Le caractère monomode ou multimode du faisceau émergent dépend donc, dans certains cas,
de la longueur de la fibre considérée. Ce paragraphe nous conduit naturellement à nous
interroger sur la détermination de la limite du domaine spectral de propagation monomode
[22].

27
Chapitre II La fibre microstructurée

II.8. Conclusion
Dans ce chapitre, nous sommes intéressés à nouvelles fibres optiques, nous pouvons dire que
les fibres utilisées comme un support de propagation pour la lumière et devenu un élément clé
des télécommunications d’aujourd’hui.

Ces fibres dites microstructurées peuvent être classée en deux types : fibres à cœur creux qui
assure le guidage par l’effet de la bande interdite photonique et les fibres à cœur plein qui
obéissent à un guidage par réflexion totale interne à l'instar des fibres optiques
conventionnelles à saut d'indice.
En effet, il est nécessaire de contrôler la dispersion chromatique des fibres de ligne optique
pour toutes longueurs d'onde mise en jeu mais aussi de limiter l'influence des effets non-
linéaires néfastes à la transmission d'informations par l'augmentation de l'aire effective.

28
Chapitre III
Modélisations
et simulations
Chapitre III Modélisations et simulations

III.1. Introduction :
La dispersion chromatique des fibres optiques est l’un des plus importants facteurs pour les
systèmes de communication optique à cause de sa forte influence sur la forme d’impulsion
temporelle optique.

Au cours de ce chapitre, nous mettrons en évidence l’importance de réaliser des simulations


en prenant en compte le profil d’indice réel des fibres étudiées. Nous décrirons et analyserons
les résultats relatifs aux comparaisons entre les mesures expérimentales et les simulations des
propriétés optiques des PCF [23] ; On va basés en particulier sur les propriétés de la
dispersion chromatique.

Les caractéristiques des FMAS ont été calculées par la technique BPM en fonction des
paramètres de la structure considérée à savoir l’espacement des trous d’air, et leurs diamètres.

III.2. Méthode du faisceau propage (BPM) :


BPM est la méthode de propagation la plus utilisée pour la modélisation des fibres optiques,
et la plupart des logiciels commerciaux pour la modélisation sont basée sur elle, comme
BeamPROP [24]

Le principe de cette technique s’agit de calculer successivement dans chaque tranche δz le


nouveau profil du champ et d’une correction de phase due au milieu initial. La figure III.1
résume le principe de cette méthode [25]

Figure III. 1: Illustration du principe de la BPM.

La technique BPM est très souple et extensible, permettant l'inclusion de la plus part des
effets d'intérêt (par exemple, la polarisation, non-linéarités) par des extensions de la méthode
de base qui s'inscrivent dans le même cadre général.

29
Chapitre III Modélisations et simulations

En conclusion, elle offre la possibilité d’étudier des guides sans connaître au préalable ses
propriétés modales. De plus, la rapidité de calcul et le peu de capacité mémoire nécessaire, en
raison de la discrétisation spatiale dans une seule des deux directions [26]

III.3. La dispersion dans les FMAS :


L’information transmise est constitué d’une séquence rapprochée d’impulsions lumineuses
ultracourtes. La dispersion chromatique est un phénomène qui entraine l’élargissement
temporel de ces impulsions du fait des différentes vitesses de propagation dans la fibre. Les
impulsions risquent alors de se mélanger avec leurs voisines et provoquer ainsi des erreurs à
la détection. La dispersion chromatique devient donc rapidement un facteur limitant pour les
transmissions haut débit [23].
Dans une fibre optique, la dispersion chromatique 𝐷𝐶 est la somme de deux contributions : la
dispersion du guide 𝐷𝑔 et la dispersion du matériau 𝐷𝑚

𝐷𝐶 = 𝐷𝑔 + 𝐷𝑚 (III. 1)

La dispersion chromatique est généralement obtenue par la relation :

𝜆 𝑑2 𝑛𝑒𝑓𝑓
𝐷𝑐 = − ∁ + 𝐷𝑚 ( III. 2)
𝑑𝜆2

𝐷𝐶 : La dispersion chromatique.

𝑛𝑒𝑓𝑓 : L’indice effectif du mode guidé.

∁ : La vitesse de la lumière dans le vide.

𝜆 : Longueur d’onde.
La deuxième dérivé de l’indice effectif est obtenue grâce à une dérivation numérique .Cette
dérivée de 𝑛𝑒𝑓𝑓 est calculée à partir de la valeur de 𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 )et des quatre valeurs voisines de
l’indice effectif situées de part et d’autre de𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 ), régulièrement espacées d’un intervalle
spectral, avec une longueur d’onde donnée λ0. L’expression de la dérivation numérique à
𝜆 = 𝜆0 est la suivante [17] :

𝑑2 𝑛𝑒𝑓𝑓 1
2
| ≈ (−2𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 + 2Δ𝜆) + 32𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 + Δ𝜆) − 60 𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 ) + 32𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 − Δ𝜆)
𝑑𝜆 24(Δ𝜆)2
− 2𝑛𝑒𝑓𝑓 (𝜆0 − 2Δ𝜆)) (III. 3)

30
Chapitre III Modélisations et simulations

200

0
D ps/(nm.km)

-200

-400
c

-600
fcp
fibre classique
-800
0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8

Figure III.2 : La comparaison sur la dispersion chromatique entre une fibre conventionnel et fibre
microstructurée.

Dans une fibre optique conventionnelle, la dispersion chromatique est toujours négative pour
λ<1.33μm et positive pour λ>1.33μm (Figure III.2).

Pour la fibre cristaux photonique, la dispersion est croissante pour λ ≤ 1.2µm ; on observe
aussi que la dispersion chromatique diminue lorsque la longueur d’onde augmente pour le
point λ = 1.2µm vers le point λ = 1.8µm qui montre que la valeur maximal de la dispersion
chromatique Dc= -800 ps /km.nm.

III.4. Etude de l’influence du nombre de couronnes sur les FMAS :


Le terme générique de "FMAS" regroupe deux catégories de fibres qui se distinguent par les
mécanismes de guidage différents qu'elles mettent en jeu : soit un effet de bande interdite
photonique dans la gaine, soit la réflexion totale interne.
Tout le long de nos simulations, nous avons pris en considération la structure RTIM (cœur en
silice) puisque elle est facile a manipuler ainsi que le guidage dans la structure RTIM est
accomplit dans le cœur de la fibre .
Dans cette structure, nous avons une longueur d’onde 1.55 μm, avec un nombre de couronnes
varié comme suite : N=3, 5 et 8.
L’espacement entre les trous d’air est Λ=4.3 µm, leur diamètre est d=1.6 µm.

31
Chapitre III Modélisations et simulations

Transverse Mode Profile (m=0,neff=1.493719)


1.0
1

10 0.9

0.8

0.7
Y (m)

0.6
0
0.5

0.4

0.3

0.2
-10
0.1

0
0.0 0 20 40 60 80 100 120 140
-10 0 10
X (m)(m=0,neff=1.493719)
Transverse Mode Profile
1.0 1.4
20
1.2

10 1

0.8
Y (m)

0
0.6

-10 0.4

0.2

-20
0
0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200
-20 -10 0 10 20 0.0
X (m)
Transverse Mode Profile (m=0,neff=1.493719)
1.0
30 1

0.9
20
0.8

10 0.7
Y (m)

0.6
0
0.5

-10 0.4

0.3
-20
0.2
-30
0.1

-30 -20 -10 0 10 20 30 0.0


0
0 50 100 150 200 250 300
X (m)

Figure III.3: Influence de nombre de couronnes sur le confinement de la lumière.

32
Chapitre III Modélisations et simulations

Dans le cas de 5 couches de trou d’air, on voit nettement qu’on a une très grande puissance
par rapport aux les autres structures (Figure III.3).

Donc le nombre de couches d’air idéal avec un bon confinement interne dans le cœur et une
puissance de signal parfaite c’est le cas de 5 couches d’air, à cette base, on va prendre dans la
suite de nos simulations un nombre de couches d’air égal à 5.

III.5. L’indice effectif en fonction des paramètres opto-géométriques :


III.5.1. Neff en fonction de la longueur d’onde pour différentes valeurs de d :
L’indice effectif dépend considérablement de la longueur d’onde. Dans le but de comprendre
l’influence de cet indice sur les paramètres optogéométrique de la fibre microstructurée, on va
faire une étude sur la variation de l’indice effectif d’une FMAS.

1.5

1.499

1.498
eff

1.497
n

1.496
d=0.2
Λ=4.3µm
d=0.4
1.495 d=0.6
d=0.8
d=1
1.494
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure III.4: La variation de l'indice effectif en fonction de la longueur d'onde pour différentes valeurs
de d.

La figure III.4 présente la variation de l’indice effectif en fonction de la longueur d’onde ; on


variant le diamètre de trou d’air de 0.2 jusqu’à 1 avec un pas de 0.2µm.
On remarque que tant que la valeur de d est minimale l’indice effectif converge vers l’indice
du cœur.

33
Chapitre III Modélisations et simulations

On voit aussi que la valeur de l’indice s’éloigne de l’indice du cœur pour λ≥1 µm, par
exemple si on prend le cas de d=1µm, neff=1.495 pour λ=1.6 µm .

III.5.2. Neff en fonction de la langueur d’onde pour différentes valeurs de pitch :

1.5

1.498

1.496

1.494

1.492
eff

1.49
n

1.488

1.486  =3 d=1.6 µm
 =4
1.484  =5
1.482  =6
 =7
1.48
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure III.5: La variation de l'indice effectif en fonction de la longueur d'onde pour différentes valeurs
de pitch.
De la même manière, on utilise le même procédé on a obtenu les indices correspondants en
fonction de longueur d’onde pour différentes valeurs de pitch qui se changent avec un pas de
1µm.
Pour la première fenêtre [0.8 µm -0.9 µm], on observe que les tronçons convergent vers 1,5
(l’indice du cœur) ;
La deuxième fenêtre [1.28 µm-1.33 µm] et la troisième fenêtre [1.525 µm -1.625µm], l’écart
entre les valeurs de l’indice augmente, par contre lorsque Λ=3µm la valeur de l’indice se
diverge de l’indice de cœur (Figure III.5).

34
Chapitre III Modélisations et simulations

III.5.3. Neff en fonction de diamètre :

1.5

1.499

1.498

1.497

1.496
eff
n

1.495

1.494
 =4
1.493 λ = 1.55µm
 =5
1.492  =6
 =7
1.491
0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
d(µm)

Figure III.6: La variation de l'indice effectif en fonction de diamètre pour différentes valeurs Λ.

Le graphe figure III.6 présente l’indice effectif en fonction de diamètre ,on variant le pitch,
dans ce cas la longueur d’onde est constante et égale à 1.5µm.
On remarque que pour les petites valeurs du diamètre d qui varie de 0.2 à 0.4µm, l’indice
effectif est stable au tour de 1.499, si nous augmentons le diamètre des trous d’air. neff
diminue parallèlement, par exemple, on note que le cas ou Λ = 4µm ; 𝑛𝑒𝑓𝑓 =1.491.

III.6. Simulation de la dispersion chromatique :


Nous calculons la dispersion chromatique de ces fibres microstructurée à partir de l’évolution
de la longueur d’onde et le rapport de remplissage d/Ʌ, on basant sur la relation de
Sellmeier [27].
2
2
𝑏𝑘 𝜆𝑘
𝑛𝑠𝑖𝑙𝑖𝑐𝑒 (𝜆) = 𝜀𝑟 (𝜆) = 1 + ∑ (III. 4)
𝜆2 − 𝜆2𝑘
𝑘=1

Où b1 = 0, 6961663, b2 = 0, 4079426, b3 = 0, 8974794, λ1 =0, 0684043 µm, λ 2 = 0,


1162414 µm ¸ λ 3 = 9, 896161 µm. Les paramètres 𝑏𝑘 et ¸𝑘 ont été obtenus en ajustant
l'équation (III.4) aux résultats expérimentaux de la silice fondue [28]

35
Chapitre III Modélisations et simulations

Après le calcul de 𝑛𝑒𝑓𝑓 en fonction de la longueur d’onde, la dispersion chromatique peut


dériver par l’équation (III.2)

200

100

-100
Dispersion (ps/km-nm)

-200

-300

-400

-500
d=0.4
-600 d=0.6 Λ = 4.3 µm
-700 d=0.8
d=1
-800
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure III.7: La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour


différentes valeurs de d.

La figure III.7 présente la variation de la dispersion en fonction la longueur d’onde avec les
différentes valeurs du diamètre des trous d’air, l’espacement entre les trous d’air est constant :
Λ = 4.3µm.

 On observe que Dc=-291(ps /km-nm) dans le point λ=0 ,6µm, la courbe est tout à fait
croissante pour les 4cas jusqu’à λ =1µm.
 λ≥ 1.3µm: les mesures indiquent une annulation de dispersion pourle cas de d=0.8µm.
 à partir de λ =1,33µm on voit que le cas de d=0 ,4µm et d=1 µm la dispersion devient
positive Dc˃0.
 A une longueur de 1,47µm, même avec un diamètre de 0.6µm, la dispersion devient
positive.

36
Chapitre III Modélisations et simulations

Suivant la figure, Si nous avons une application ou une transmission avec la deuxième fenêtre
de transmission λ = 1.2µm, le diamètre choisi c’est 1µm ou 1.2µm.

100
=2
=3
50
=4
=5
0
=7
Dispersion(ps/km-nm)

-50

100
-100
Dispersion(ps/km-nm)

50
-150
λ = 0.96µm 0

-200 λ = 1.11µm
-50
λ = 1.18µm
λ = 1.24µm
-250 0.9 1 1.1 1.2 1.3 1.4
λ = 1.28µm
 (µm)
-300
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure III.8:La variation de la dispersion chromatique en fonction de la longueur d'onde pour


différentes valeurs de Λ.

La figure III.8 présente la variation de la dispersion en fonction de la longueur d’onde avec


différentes valeurs de l’espacement entre les trous d’air ; dans ce cas le diamètre est constant
d=1.6µm.
On remarque qu’on a une dispersion importante autour de -300 pour la longueur d’onde
λ=0,6µm.

Dans la 2éme fenêtre, on note que la dispersion s’annule lorsqu’on ascendant la valeur du pitch,
par exemple dans le cas de Λ=2µm, nous avons une dispersion nulle et une longueur d’onde
autour de 0.96µm, la même chose pour Λ=3µm la dispersion s’annule pour λ = 1.11µm.

37
Chapitre III Modélisations et simulations

250
 =4
200  =5
 =6
 =7
Dispersion(ps/km-nm)

150

100 λ = 1.55µm

50

-50
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1
d/ 

Figure III.9: La variation de la dispersion chromatique en fonction de rapport de remplissage pour


différentes valeurs de Λ.

La figure III.9 présente la variation de la dispersion en fonction de rapport de remplissage ,


on variant le pitch ; nous avons étudiées ce cas pour la 3 ème fenêtre de transmission optique (λ
= 1.55µm).Dans cette étape, on remarque que la dispersion est quasiment nulle pour les
valeurs de d/Λ˂0.4 puis elle s’augmente positivement pour la valeur de d/Λ˃0.4.
4
x 10
0.5

-0.5 λ = 1.55µm
Dispersion(ps/km-nm)

-1

-1.5 d = 0.8µm

-2

-2.5 d=0.2 (µm)


d=0.6 (µm)
-3 d=0.8 (µm)
d=1 (µm)
-3.5
0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1 1.1
d/

Figure III.10: La variation de la dispersion chromatique en fonction de rapport de remplissage pour


différentes valeurs de d.

38
Chapitre III Modélisations et simulations

La figure III.10 présente la variation de la dispersion en fonction le rapport de remplissage


avec différents valeurs du diamètre de trous d’air ; dans ce cas la longueur d’onde est
constante λ = 1.55µm. On remarque que pour les cas où le d=0.8µm, on obtient une
dispersion nulle pour d/Λ˃0.5. Si on augmente le rapport de remplissage à d/Λ=1.1, on
obtient une dispersion autour de Dc= 34000 ps/km.nm. C’est une valeur très importante de la
dispersion chromatique, on peut l’utiliser avec n’importe quel type d’application dans la
3èmefenêtre de transmission optique.

III.7. L’influence de déformation des paramètres de la fibre :


Dans cette étape, on va mettre en considération la structure idéale de la fibre qu’on a choisi
d’après les résultats de simulation précédents, avec d=0.8µm et un Λ=4 .3µm.

III.7.1. Influence de l’ellipticité des trous sur la dispersion :


Dans notre conception, nous avons changé la forme des arrangements circulaire de la
structure aux trous elliptiques avec des dimensions de (0.4µm x 0.8µm), tel que représenté sur
la figure III.11.

b c
Figure III.11: Les différents profils de la structure d’une FMAS (formes : a, b , c) .

39
Chapitre III Modélisations et simulations

d e
Figure III.11(suite): Les différents profils de la structure d’une FMAS (formes : d, e).

a/ la structure étudiée idéale.


b /Ellipticité des trous de la première couronne.
c /Ellipticité des trous de la seconde couronne.
d/Ellipticité des trous de la troisième couronne.
e /Ellipticité des trous de toute la structure.

800

600
d = 0.8µm
400 Λ = 4.3 µm
Dispersion (ps/km-nm)

200

-200

-400
a
-600 b
c
-800 d
e
-1000
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure III.12: la dispersion chromatique en fonction de longueur pour les différents profils de la
structure ellipticité a,b,c,d,e.

40
Chapitre III Modélisations et simulations

L’observation de la dispersion chromatique montre que les cinq structures prendre la même
allure dans la première fenêtre [0.8 µm à 0.9µm].

A l’intervalle [ 1µm à 1.4µm], les structures d et e donnent une dispersion importante autour
de -190 ps/km-nm.

On note aussi qu’avec la 3éme fenêtre les structures a et c donnent une dispersion
importante autour de -400 ps/km-nm contrairement aux structures d et e qui devient positive
(Figure III.12).

III.7.2. La variation de la dispersion en fonction (diamètre des trous, longueur d’onde) :


La figure III.13 présente la variation de la dispersion du à la variation des trous de la première
couronne, les mesures sont données en fonction de la longueur d’onde on changeant la valeur
de d comme montre la figure III.13.
On voit que dans la première fenêtre [0.8 µm à 0.9µm]la dispersion est croissante pour les
quatre structures.
 La structure avec un diamètre d=0.6µm donne des valeurs positives pour λ =1.2 µm
contrairement au graphe de d=0.8 µm où la dispersion s’annule et se décroitre dans la plage
des longueurs d’onde du 3éme fenêtre, on donnant une valeur importante de la dispersion
égale à Dc=-800 ps/km-nm autour de λ =1 ,8 µm.
 Le graphe de d=1µm la dispersion n’est pas stable, elle donne une bonne valeur de
dispersion autour de -200 ps /km –nm dans la 2éme fenêtre, puis elle devient positives dans la
3eme fenêtre.

1000

800

600
Λ = 4.3 µm
400
Dispersion (ps/km-nm)

200

-200

-400
d=0.6
-600
d=0.8
-800 d=1
d=1.2
-1000
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)

Figure III.13 : La dispersion chromatique en fonction de longueur pour la variation du diamètre des
trous constituant la première couronne.

41
Chapitre III Modélisations et simulations

De la même façon, on a étudié la variation du diamètre de la deuxième couronne et on a


obtenu les résultats ci-dessous :
La figure III.14 présente la variation de la dispersion en fonction de la longueur d’onde en
donnant les différentes valeurs de diamètre des trous d’air.
On remarque une dispersion croissante pour les quatre cas jusqu'à λ =1.2 µm , où la dispersion
chromatique s’annule pour d=0.4 µm, d=0.6 µm. Le cas de d=0.8µm donne une dispersion
autour de Dc =-400ps/km-nm pour λ =1 ,6 µm ; contrairement à la structure de d=1,2µm qui
donne des valeurs de dispersion positives.

100

-100
Dispersion (ps/km-nm)

-200

-300

-400

-500

-600
d=0.4
-700 d=0.6
Λ = 4.3 µm
d=0.8
-800
d=1
-900
0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8
 (µm)
Figure III.14: la dispersion chromatique en fonction de longueur pour la variation du diamètre des
trous constituant la seconde couronne.

III.8. Comparaison de la dispersion chromatique avec la méthode FDTD :


Au paravent nous avons étudié l’influence des paramètres optogéométrie sur la dispersion
chromatique des fibres à cristaux photoniques, par la suite on va consacrer cette partie de
comparaison avec la méthode FDTD en respectant les mêmes paramètres de la fibre [29].

Dans cette partie on a effectué trois simulations en changeant la valeur de l’espacement entre
les trous d’air, Λ=2µm, Λ=2.5µm et Λ=3µm. en changeant le facteur de remplissage [0.4 à
0.9] avec un pas de 0.1.

42
Chapitre III Modélisations et simulations

150 BPM

100
Dispersion (ps/km/nm)

50

-50 d/ = 0,4 µm


d/ = 0,5 µm
-100 d/ = 0,6 µm
d/ = 0,7 µm
FDTD
d/ = 0,8 µm
-150
d/ = 0,9 µm

0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8


 (µm)

Figure III.15: La dispersion chromatique par la méthode de BPM et de FDTD[29] ,en fonction de la
longueur d'onde pour différentes valeurs de d/Λa (Λ=2).

150
BPM
100
Dispersion (ps/km/nm)

50

-50
d/ = 0,4 µm
d/ = 0,5 µm
-100 d/ = 0,6 µm
d/ = 0,7 µm FDTD
d/ = 0,8 µm
-150
d/ = 0,9 µm

0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8


 (µm)

Figure III.16: La dispersion chromatique par la méthode de BPM et de FDTD [29], en fonction de la
longueur d'onde pour différentes valeurs de d/Λ ( Λ=2.)5.

Les figures III.15 ,16 et 17 présentent les propriétés de la dispersion chromatique des fibres
microstructures en fonction de la longueur d’onde, avec l’enjeu des paramètres
optogéométriques comme le pitch et le diamètre.

Les résultats obtenus dans les figures III.15,16 et 17 sont dérivés de la méthode de FDTD
[29]; on a remarqué qu’il y a un bon accord entre nos résultats avec la méthode BPM et les
résultats de la référence [29], sauf que le zéro de dispersion est décalé d’environ 0.08±0.02
µm par rapport à celui de la méthode FDTD. C’est à cause de la précision de la méthode.

43
Chapitre III Modélisations et simulations

150 BPM

100
Dispersion (ps/km/nm)

50

0
d/ = 0,4 µm
-50 d/ = 0,5 µm
d/ = 0,6 µm
-100 d/ = 0,7 µm
d/ = 0,8 µm FDTD
-150
d/ = 0,9 µm

0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8


 (µm)

Figure III.17: La dispersion chromatique par la méthode de BPM et de FDTD [29],en fonction de la
longueur d'onde pour différentes valeurs de d/Λ ( Λ=3).

La figure III.18 présente une autre comparaison avec la méthode de FDTD [29], la courbe de
dispersion en fonction la longueur d’onde où on a fixé les paramètres suivants :
Λ=2.3µm et d=1µm.
On remarque que les deux graphes sont presque similaires dans les trois fenêtres de
transmission optique.

figure III.18: La comparaison de la dispersion chromatique des deux méthode ( BPM et FTDT) pour
Λ=2.3µm et d=1µm.

44
Chapitre III Modélisations et simulations

III.9. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons simulé la transmission de la lumière dans une fibre
microstructure ce qui a ramené a étudié les paramètres opto-géométriques de cette fibre.

Tout d’abord, nous avons étudié le rayonnement de la lumière en fonction le nombre de


couches d’air. Nous avons montré qu’on a une bonne puissance de signal lorsque le nombre
de couches d’air et l’espacement augmentent, donc un bon confinement de la lumière dans la
zone du cœur.
Par la suite, nous avons étudié la dispersion chromatique de plusieurs structures de FMAS,
dans un premier lieu nous avons mesuré la dispersion en fonction la longueur d’onde en
changeant le diamètre et l’espacement des trous d’air. Ensuite nous avons calculé la
dispersion des différentes fibres exemptes de défauts géométriques (elliptiques); la dernière
partie, nous avons comparé nos résultats traités avec la méthode BPM et les comparés avec la
méthode FDTD.
Les bonnes performances sont obtenues pour un nombre de couronne égale à cinq, les
paramètres de structure avec une meilleure dispersion comprenant un diamètre de 0.8µm et un
espacement entre les trous d’air égale à 4.3µm.

45
Conclusion
générale
Conclusion générale

Avec les développements croissants et les améliorations réalisées dans le domaine des
télécommunications et des nouvelles technologies, nous entendons beaucoup parler des fibres
optiques, la technologie connaît des bouleversements importants et avec le minimum
d'atténuation se déplace l'information. Ces progrès offrent de nouvelles perspectives, c'est
ainsi qu'apparaissent les premières liaisons interurbaines et sous-marines.
Ce travail de recherche porte sur l’étude de compensation de dispersion des fibres de nouvelle
génération, dénommées ‘’fibres cristaux photoniques’. Ils sont optimisés pour avoir moins de
perte, les caractéristiques de propagation de ces fibres présentent un inter pour plusieurs
applications pour plusieurs applications. Mais pour que les fibres microstructurées puissent
répondre aux besoins des fonctions attendues, il est exigé que leurs caractéristiques soient en
accord avec les progrès rapides de domaines de télécommunication spécifiquement : les pertes
et la dispersion chromatique qui sont plus sensible par rapport aux
paramètres optogéométriques des fibres.
Pour cela, nous avons évoqué au début des notions sur la fibre optique classique et la fibre
microstructurée air /silice en indiquant leurs différentes caractéristiques ainsi qu e leurs
fabrications et les domaines d’applications.
Par la suite, à l’aide de la méthode des faisceaux propagés (BPM), des calculs ont été
effectués sur l’indice effectif et la dispersion chromatique en fonction des paramètres de la
fibre, tels que le pitch (espacement entre les trous d’air) et le diamètre des trous d’air ainsi la
longueur.

46
Références bibliographiques

[1] SAIDI, Riadh. étude d’une structure de liaison par fibre optique: caractérisation de la
propagation et bilan énergétique.Diss. 2014.

[2]Laferrière, J. et al. Reference guide to fiber optic testing. JDS Uniphase Corporation,
2007.

[3] Malcolm, Jeremy. Multi-stakeholder governance and the Internet Governance Forum.
Terminus Press, 2008.

[4]Jim Hayes . Fiber Optics Technician's Manual.DelmarCengage Learning, 2000

[5] P. Lecoy. Télécoms sur fibres optiques. Lavoisier.2008.

[6]John M. Senior .Optical Fiber Communications Principles and Practice .Pearson Education
Limited .2009

[7] Maury, Julien. Etude et caractérisation d'une fibre optique amplificatrice et compensatrice
de dispersion chromatique. Diss. Limoges, 2003.

[8]Shah, R. Y., and Y. K. Agrawal. "Introduction to fiber optics: Sensors for biomedical
applications." Indian journal of pharmaceutical sciences 73.1 (2011): 17.

[9] Azadeh, Mohammad. "Fiber Optic Communications: A Review." Fiber Optics


Engineering. Springer US, 2009. 1-27.

[10]LABIDI ,WALID .A."Etude des fibres microstructurées Aire/silice à


réseaucirculaire".UNIVERSITAIRE D’EL-OUED.2014

[11] Labonté, Laurent. Analyse theorique et experimentale des principales caracteristiques du


mode fondamental dans les fibres optiques microstructurees air/silice. Diss. Limoges, 2005.

[12] Hilaire, Stéphane. Conception, fabrication et caractérisation de fibres microstructurées


dopées erbium pour application aux amplificateurs optiques. Diss. Limoges, 2004.

[14] Knight, J. C., et al. "All-silica single-mode optical fiber with photonic crystal cladding."
Optics letters 21.19 (1996): 1547-1549.

[15]Russell, Philip. "Photonic crystal fibers." science 299.5605 (2003): 358-362.

[16]Cregan, R. F., et al. "Single-mode photonic band gap guidance of light in air." science
285.5433 (1999): 1537-1539.

47
[17]Knight, Jonathan C. "Photonic crystal fibres." nature 424.6950 (2003): 847-851.

[18] Peyrilloux, Ambre. Modélisation et caractérisation des fibres microstructurées air/silice


pour application aux télécommunications optiques. Diss. Institut Fresnel, 2003.

[19] Provino, Laurent, et al. "Les fibres optiques microstructurées." Photoniques 65 (2013):
47-50.

[20]Verneuil, Jean-Louis. "Simulation de systèmes de télécommunications par fibre optique à


40 Gbits/s." Université de LIMOGES (2003).

[21] g. Mehdi. optimisation des performence d’une fibre optique dopée a l’erbium.
l’université de constantine. 2009.

[22] Islam, Md Asiful, and M. Shah Alam. "Bend-insensitive single-mode photonic crystal
fiber with ultralarge effective area for dual applications." Optical Engineering 52.5 (2013):
050501-050501.

[23] Kerrinckx, Emmanuel. Les micro structurations dans les fibres optiques. 2005. Thèse de
doctorat. Lille 1.

[24] Riad, Boudelal. "Etude de couplage d’un guide d’ondes avec une fibre optique
application en optique intégrée pour les télécoms optiques." (2010).

[25] BENAISSA, Fatima. Etude et Simulation des Ondes Electromagnétiques dans les guides
d’Ondes à Cristaux Photoniques-Application aux Fibres Optiques. Diss. 2013.

[26] P. Bontoux, Conception, réalisation et test de systèmes d'interconnexions optiques.


Thèse de doctorat, école centrale de Lyon (2003).

[27] Nozhat, Najmeh, and NosratGranpayeh. "Specialty fibers designed by photonic crystals."
Progress In Electromagnetics Research 99 (2009): 225-244.

[28]Sha, Wei EI, et al. "Waveguide simulation using the high-order symplectic finite-
difference time-domain scheme." Progress In Electromagnetics Research B 13 (2009): 237-
256.

[29]Sheikhi, K., and N. Granpayeh. "Complete analysis of photonic crystal fibers by full-
vectorial 2D-FDTD method." Optical and quantum electronics 40.13 (2008): 991-1003.

48

Vous aimerez peut-être aussi