Vous êtes sur la page 1sur 8

Fonctionnement d'une pompe à chaleur air-

air
Le principe de fonctionnement de la pompe à chaleur air-air est simple : puiser des calories
dans l'air extérieur pour les restituer à l'intérieur de votre habitation en diffusant de l’air
chaud. En installant ce dispositif au sein de votre logement, vous pourrez à la fois obtenir un
confort de chauffage et réaliser des économies d'énergie. Voici comment fonctionne ce système
de chauffage fonctionne.

Le principe général de la pompe à chaleur air-air


Le principe de fonctionnement de la pompe à chaleur air-air est relativement simple. Il
repose sur l’utilisation des calories contenues dans l’air. Un fluide frigorigène, sous forme
liquide puis sous forme gazeuse, circule dans le circuit de la pompe à chaleur. Le fluide récupère
les calories contenues dans l’air capté par l’intermédiaire d’une unité placée à l’extérieure de
l’habitation. Le mécanisme de la pompe à chaleur air-air augmente ensuite la température du
fluide sous forme de vapeur haute pression (voir ci-dessous), puis récupère cette chaleur pour
la diffuser dans votre habitation sous forme d’air chaud.

Fonctionnement de la pompe à chaleur air-air en détail


La transformation des calories de l’air extérieur en air chaud est rendue possible en utilisant
un fluide frigorigène. Cette transformation se compose de quatre phases :

1. Le fluide frigorigène, à l’état liquide, récupère les calories de l’air extérieur. La


température du fluide augmente grâce à l’énergie captée. Le fluide se transforme alors en
gaz et s’évapore.
2. Le compresseur, alimenté par un moteur électrique, aspire et compresse le fluide
frigorigène. À la fin de cette phase, le fluide gazeux est chaud et sous haute pression.

3. La condensation du fluide frigorigène, alors à l’état de vapeur haute pression, permet


de transmettre la chaleur à l’air intérieur. Le gaz repasse à l’état liquide.

4. Le détendeur fait chuter la pression du fluide frigorigène et prépare le fluide liquide


avant la phase d’évaporation.

La diffusion de la chaleur dans votre habitation


Pour diffuser la chaleur au sein de votre habitation grâce à une pompe à chaleur air-air, il
vous faut installer des ventilo-convecteurs si vous n’en êtes pas encore équipés. Ceux-ci
peuvent être fixés au mur, comme un radiateur traditionnel, mais peuvent également être
encastrés au plafond ou dans un mur. L’air chaud transite dans les pièces grâce à un réseau de
conduits aérauliques. La pompe à chaleur fait transiter l’air chaud qui est diffusé par les ventilo-
convecteurs qui fonctionnent à l’électricité. Vous pouvez également opter pour un diffuseur
centralisé, installé dans une chaufferie ou une buanderie et qui conduit l’air chaud à travers des
gaines calorifugées jusqu’à des grilles placées dans les différentes pièces de votre maison.

Un rendement variable en fonction de la température


extérieure
Les pompes à chaleur air-air sont plus économiques dans les régions disposant d’un climat
tempéré, où les variations thermiques ne sont pas trop importantes. La température extérieure
joue en effet un rôle déterminant en ce qui concerne le coefficient de performance (COP) de
votre appareil. S’il dispose d’un COP de 4, cela veut dire qu’elle peut produire 4 kWh d’énergie
pour 1 kWh d’électricité consommé. Ce chiffre est toutefois à prendre avec précaution,
puisqu’il s’agit du COP constructeur, calculé dans des conditions optimales et donné par le
constructeur. Dans les faits, le COP de votre pompe à chaleur est variable et diminue lorsque
les températures baissent. Sachez tout de même que les pompes à chaleur air air
performantes conservent un COP supérieur à 1, même en cas de températures négatives. Le
COP est un critère important à prendre en compte au moment de choisir votre équipement, avec
l’aide d’un professionnel qui saura vous guider.

Un chauffage d’appoint est indispensable avec une PAC air-


air
Il est souvent nécessaire de conserver un chauffage d’appoint pour ne pas manquer de chauffage
en période de grand froid. La majorité des pompes à chaleur air-air ont des rendements qui
diminuent fortement lorsque les températures deviennent négatives. La présence d’un chauffage
d’appoint dépend fortement de l’isolation du logement. De plus, ce mode de chauffage n’est
pas conçu pour produire l’eau chaude sanitaire.

En savoir plus- La possibilité d’avoir un système 2 en 1


De nombreuses pompes à chaleur air-air proposées aux particuliers sont réversibles et
disposent d'une fonction permettant d'inverser leur système de fonctionnement pour puiser la
chaleur à l'intérieur de votre habitat et la rejeter à l'extérieur. Cela signifie que votre équipement
peut également vous servir de climatiseur en période estivale et accroître le confort de votre
logement.
Pompe à chaleur air-eau : comment ça
marche ?
La pompe à chaleur est un mode de chauffage qui puise les calories au sein d'un environnement
existant, pour les restituer à l'intérieur d'une habitation. Ce principe s'applique à la pompe à
chaleur air-eau qui récupère les calories contenues dans l’air, les transforme en chaleur qui
va chauffer de l'eau, ensuite diffusée dans votre installation de chauffage.

Le principe de fonctionnement de la pompe à chaleur air-


eau
A la différence de la pompe à chaleur air-air qui puise l'énergie dans l'air extérieur et la restitue
sous forme d’air chaud, la pompe à chaleur air-eau, puise les calories dans l’air extérieur mais
utilise l'eau pour transporter la chaleur. La plupart des modèles cessent de fonctionner dès que
la température descend sous les -5°C, rendant indispensable un chauffage d’appoint dans
certaines régions. Néanmoins, certains modèles, plus performants peuvent être opérationnels
jusqu’à -25°C. Les performances de votre pompe à chaleur dépendent donc du climat de votre
région. Cette solution n’est pas la plus adaptée lorsque votre région est soumise à des hivers
rigoureux et des températures négatives. En effet, plus vous sollicitez l’électricité pour
réchauffer l’eau de chauffage de votre installation, moins le rendement de votre pompe à
chaleur air-eau est important et plus vous consommez d’énergie.
La transformation des calories de l’air en chaleur : le
fonctionnement de la pompe à chaleur air-eau en détails
La pompe à chaleur air-eau est un système aérothermique qui utilise les calories de l’air
extérieur pour les restituer dans l’eau de chauffage. Cette transformation est rendue possible en
utilisant le fluide frigorigène, un gaz. En passant successivement de l’état liquide à l’état
gazeux, le fluide frigorigène va transmettre l’énergie contenue dans l’air extérieur à l’eau du
système de chauffage central. Cette transformation se compose de quatre phases :

1. Le fluide frigorigène, à l’état liquide, récupère les calories de l’air extérieur. La


température du fluide augmente grâce à l’énergie captée. Le fluide se transforme alors
en gaz, il s’évapore ;
2. Le compresseur, alimenté par un moteur électrique, aspire et compresse ensuite le fluide
frigorigène. A la fin de cette phase, le fluide gazeux est chaud et sous haute pression ;
3. La condensation du fluide frigorigène, alors à l’état de vapeur haute pression permet de
transmettre la chaleur à l’eau de chauffage. Le gaz repasse à l’état liquide ;
4. Le détendeur fait chuter la pression du fluide frigorigène et prépare le fluide liquide
avant la phase d’évaporation.

La pompe à chaleur air-eau se compose de quatre


composants
La pompe à chaleur air-eau se présente, pour la plupart des modèles, sous la forme
d'un monobloc. Elle se compose de 4 éléments :

• L’évaporateur qui permet la transformation du fluide frigorigène en vapeur ;


• Le compresseur qui augmente la pression et la chaleur du gaz ;
• Le condenseur qui permet au fluide frigorigène de restituer la chaleur à l’eau de
chauffage ;
• Le détendeur qui diminue la pression et la température du gaz.

Un chauffage d'appoint nécessaire avec la pompe à chaleur


air-eau
Si les performances de la pompe à chaleur air-eau sont très intéressantes et permettent de
réaliser des économies d’énergie, il est important de souligner que la présence d'un système de
chauffage d'appoint est souvent nécessaire lorsque les températures deviennent négatives. Le
couplage de votre chaudière avec votre pompe à chaleur air-eau, vous apporte le confort
thermique optimal en toutes conditions. Sachez tout de même que tant qu'elle offre un taux de
rendement performant, la pompe à chaleur air-eau fonctionne en priorité. Lorsque les
températures descendent en deçà d'un certain seuil, votre chauffage d’appoint prend le relais.
Pour aller plus loin, notre simulateur d’économies d’énergie peut se révéler intéressant pour
savoir si cette solution est bien recommandée pour votre habitation ou s’il faut envisager
d’autres types de travaux pour économiser encore plus sur votre facture énergétique.
En savoir plus - Le rendement de la pompe à chaleur air-eau
Pour produire du chauffage, la pompe à chaleur air-eau consomme de l’électricité. Elle a
notamment besoin d’un moteur électrique pour compresser le fluide frigorigène. Le rendement
d’une pompe à chaleur est exprimé par son COP (Coefficient de performance). Il traduit la
quantité de chaleur produite par rapport à l’énergie électrique consommée par le compresseur.
Plus le COP est élevé, plus la pompe à chaleur est performante. Une pompe à chaleur air-
eau ayant un coefficient de performance (COP) de 3 permet de restituer 3 kWh d'énergie
thermique pour 1 kWh d'énergie électrique consommée.
Principe et fonctionnement d'une VMC
double flux
La VMC double flux permet de renouveler l'air intérieur avec des débits fixés à l'avance, qui
correspondent aux besoins de votre maison. Avec son échangeur thermique, les déperditions
de chaleur sont considérablement allégées par rapport aux déperditions des versions classiques
de VMC.

VMC double flux : le principe de base


Une VMC double flux est composée de plusieurs éléments :

• Deux réseaux de gaines distincts, chacun doté de son propre ventilateur, le premier
insufflant l'air neuf dans les pièces de vie (le salon et les chambres), le second
expulsant l'air vicié à partir des pièces de services (la cuisine, la salle de bain et la
buanderie).
• Un échangeur thermique qui récupère la chaleur de l'air extrait pour la transférer
vers l'air entrant, associé à un système de récupération des condensats (devant être
raccordé aux eaux usées), car l'échangeur produit naturellement de la vapeur d'eau.
• Une prise d'entrée d'air ou un puits canadien (puits climatique) pour l'air neuf et une
sortie d'air pour l'air vicié.

VMC double flux et simple flux : quelle différence ?


Avec une VMC simple flux, l'air neuf pénètre dans le logement à travers des entrées ouvertes
sur l'extérieur (on parle de VMC auto-réglable ou hygroréglable), avant d'être évacué par les
bouches d'extraction, une fois chargé en humidité. L'inconvénient de cette méthode est qu'elle
fait chuter la température de l'air intérieur en hiver, puisque la source d'air provient directement
de l'extérieur, ce qui force votre système de chauffage à compenser en consommant plus
d'énergie.

La VMC double flux résout ce problème en croisant l'air neuf entrant et l'air vicié sortant dans
un échangeur thermique, sans que les deux flux ne se mélangent. Ainsi, l'air neuf est préchauffé
avant d'être diffusé dans les pièces du domicile.

Les avantages de la VMC double flux


Dans un logement, l'air chaud a tendance à s'accumuler au plafond puisqu'un fluide chaud
possède une densité plus faible qu'un fluide froid. En cas de ventilation naturelle, cet air chaud
est perdu en s'échappant par les fenêtres ouvertes lors de l'aération. Idem avec une ventilation
simple flux, qui éjecte la chaleur en même temps que l'air vicié. La VMC double flux est
capable de brasser l’air de votre habitation et de réutiliser les calories présentes dans l'air extrait
pour vous en faire profiter. En outre, elle est équipée de filtres qui protègent l'échangeur
thermique contre le risque d'encrassement et qui améliorent également la qualité de l'air
intérieur en freinant l'arrivée de poussières ou de pollens. Vous vivrez non seulement dans une
maison mieux chauffée, mais aussi dans une atmosphère plus saine.

Une VMC double flux pour qui ?


Il est plus aisé d'installer une VMC double flux dans une maison neuve car, dès le départ, les
plans intègrent la place nécessaire pour l'équipement et les gaines dans lesquelles l’air va
circuler. Toutefois, il est possible d'en faire poser une dans le cadre d'une rénovation en
procédant à des travaux d'aménagement, sachant que plusieurs aides financières peuvent vous
permettre de réduire cet investissement. Sachez tout de même qu’il faudra poser bon nombre
de tuyaux pour faire passer les gaines de la VMC et que cela peut parfois poser problème si
vous ne disposez pas de beaucoup d’espace (peu de hauteur sous plafond par exemple).

En savoir plus - Une bonne isolation est primordiale pour une


efficacité maximale
La VMC double flux trouve idéalement sa place dans une maison bien isolée. Elle constitue
même un complément indispensable pour s'assurer que des problèmes d'humidité ne
surviennent pas dans ces logements. En cas d'isolation déficiente, pensez à la possibilité de
réaliser un "bouquet de travaux" mêlant pose de la VMC et renforcement de l'isolation des murs
ou des combles, ce qui pourra notamment vous donner accès à l’éco-prêt à taux zéro.

Vous aimerez peut-être aussi