Vous êtes sur la page 1sur 38

Les énergies renouvelables : Cellules Photovoltaïques

1
Les énergies renouvelables : Cellules Photovoltaïques

3
Les énergies renouvelables : Cellules Photovoltaïques

CHAPITRE III :
Les énergies Cellules Photovoltaïques

24
Les énergies renouvelables : Cellules Photovoltaïques

II.1 Energie solaire :


II-2-a Rayonnement solaire :
L'énergie solaire est l'énergie du soleil par son rayonnement
directement ou diffus à travers l'atmosphère. Le soleil "rayonne" sur la terre
chaque année 40 000 fois, les besoins énergétiques que l’humanité
consomme sous forme d'énergies fossiles.

Sur terre, l'énergie solaire est à l'origine du cycle de l'eau, du vent et


de la photosynthèse créée par le règne végétal, dont dépend le règne animal
via

25
les chaines alimentaires.

L'énergie solaire est donc à l'origine de toutes les énergies sur terre à
l'exception de l'énergie nucléaire et la géothermie. L'homme utilise
l'énergie solaire pour la transformer en d'autres formes d’énergie : Energie
alimentaire, énergie cinétique, énergie thermique ou biomasse.

II.2 Energie photovoltaïque :


II.2.a Définition :
L'énergie solaire photovoltaïque est l'électricité produite par
transformation d'une partie du rayonnement solaire par des modules
photovoltaïques composés de cellules solaires. Ces dernières fonctionnent
selon le principe de l'effet photoélectrique. Plusieurs cellules sont reliées
entre elles pour former un module solaire photovoltaïque et plusieurs
modules sont regroupés pour constituer une installation solaire. L'électricité
produite peut être consommée sur place ou alimenter un réseau de
distribution.

Il est généralement constitué d’un générateur photovoltaïque, d’un


système de stockage, de source auxiliaire d’appoint (groupe diesel,
aérogénérateur, réseau, etc.….), des systèmes d’interface (convertisseurs,
réseau, etc..) d’un système de contrôle et de commande (système de
surveillance, armoires électriques, cartes électroniques..) et d’une
utilisation
courant d’un usage déterminé. Cet usage (éclairage, réfrigération,
pompage, communication,…) est exploité dans divers secteurs (santé,
éducation, agriculture, énergie…).

La topologie d’un système PV est déterminée selon d’une part la


nature de l’utilisation (nombre de récepteurs, contrainte d’exploitation,
sécurité énergétique,..) et d’autre part des considérations technico-
économiques prenant en compte aussi bien le rendement énergétique que la
taille de l’investissement. La partie principale dans l’installation est le
générateur photovoltaïque, qu’est composé de divers modules formés par
une association soit en série ou en parallèle de cellules élémentaires
convertissant l’énergie solaire (sous formes de rayonnement) en une
énergie électrique. Une cellule peut produire 1,5w pour un ensoleillement
de 100W/m 2 avec une tension de 0.6V.
II.2.b Principe de fonctionnement :
L’absorption d’un photon par un semi-conducteur donne naissance à
une paire d’électron trou lorsque son énergie est supérieure à celle de la
400 largeur de la bande interdite du matériau.

Le champ électrique interne à la jonction, entraîne alors le trou vers la


région P et l’électron vers la région N.

Par dopage du semi-conducteur de région de type P et de type N, la


cellule solaire est donc une jonction P-N avec des diverses parties
représentées sur le schéma de la figure suivante

Figure 1 : fonctionnement d’un panneau photovoltaïque

Figure 2 : Cellule photovoltaïque

Lorsqu’un photon vient frapper la zone de transition, il arrache un


électron à l’atome de silicium qui va se déplacer du coté N. Tandis que le
«trou» ainsi crée par cet arrachement va se déplacer du côté P. Il apparaît
ainsi aux bornes du dispositif, une différence de potentiel. Si on ferme la
cellule sur un circuit extérieur, un courant circule. La cellule qui se
comporte comme une pile sensible aux photons (c.à.d. à la lumière)
s’appelle des photopiles. Il est de l’ordre de 12% pour une cellule de
silicium monocristallin. Plusieurs phénomènes entrent en ligne de compte
dans la limitation du rendement, mais les deux principaux sont les
suivantes:

• Non absorption des photons peu énergétiques (infrarouge)

• Utilisation partielle de l’énergie de photons très énergétiques


(ultraviolet) La part de cette énergie qui n’est pas employée et dissipée
dans le matériau sous forme de chaleur.

Cette cellule est représentée par le caractéristique I p=f (V) peut être
schématisée par ce schéma.

Figure 3:Caractéristique de courante tension pour une cellule PV au silicium


Le terme photovoltaïque vient du Grec « photos» qui désigne la
lumière et de «voltaïque», mot dérivé du physicien italien Alessandro
VOLTA, connu pour ses travaux sur l’électricité.

Le phénomène physique de conversion directe de la lumière en


électricité est nouveau car on se peu intéressé au paravent à une
technologie que l’on croyait rattachée à des applications purement
spatiales.

Cette conversion s’obtient par l’intermédiaire de piles solaires,


constituées de cellules solaires, selon un processus appelé couramment
effet photovoltaïque :

Lorsqu’un matériau est exposé à la lumière du soleil, les atomes


exposés au rayonnement sont « bombardés » par les photons constituant la
lumière ; sous l’action de ce bombardement, les électrons de couches
électroniques supérieures (appelés électrons des couches de valence) ont
tendance à être « arrachés/décrochés » ; si l’électron revient à son état
initial, l’agitation de l’électron se traduit par un échauffement du matériau
;l’énergie
450 cinétique du photon est transformée en énergie thermique.

Par contre dans les cellules photovoltaïques, une partie des électrons
ne revient pas à son état initial .Les électrons « décrochés »créent une
tension électrique continue faible. Une partie de l’énergie cinétique des
photons est ainsi directement transformée en énergie électrique.
Ce processus de conversion est indépendant de la chaleur au
contraire, le rendement des cellules solaires diminue quand leur température
augmente.
II.2.c Caractéristiques électroniques des photopiles :
 a/ Description d’une photovoltaïque :

La cellule PV est composée de plusieurs couches minces :

*) Une couche « antireflet »sur la face avant dont le but est de faciliter
au maximum la pénétration d’un maximum de photons à travers la surface
et de réduire les pertes par réflexion.

*) Une grille conductrice avant collectrice des électrons qui doit


également être liée au silicium et ne peut être sensible à la corrosion.

*) Une couche dopée N avec porteurs de charge libres négatifs


(électron).

*) Une couche dopée P avec porteurs de charges positifs (trous).

*) Une surface contact conductrice métal « collectrices des électrons »,


ayant une bonne conductivité ainsi qu’un bon accrochage sur le silicium.
Figure 4 : Schéma descriptif d’une cellule photovoltaïque

Le circuit équivalent d’une cellule solaire est indiqué sur la figure suivante :

Figure 5 : description d’un circuit équivalent d’une cellule solaire

*) G : source de courant parfaite.

*) D : diode matérialisant le fait que le courant ne circule que dans un sens

*) RSH : résistance shunt qui prend en compte les fuites inévitables de


courant qui intervient entre les bornes opposées positive et négative d’une
photopile.

*) RS: résistance série qui est due aux différentes résistances électriques
que le courant rencontre sur son parcours (résistance intrinsèque des
couches, résistances des contacts).

 b/ La courbe courant-tension d’une cellule PV :

La courbe caractéristique d'une cellule PV représente la variation du


courant qu'elle produit en fonction de la tension aux bornes de la cellule PV
depuis le court-circuit (tension nulle correspondant au courant maximum ne
produit) jusqu'au circuit ouvert (courant nul pour une tension maximale aux
bornes de la cellule).

Figure 6 : courbe de courant-tension d’une cellule PV


Cette courbe est établie dans des conditions ambiantes de
fonctionnement données (répartition du rayonnement donnée, rayonnement
donné, cellule PV à une température donnée, air ambiant circulant à une
vitesse donnée).
500  C / Tension de circuit ouvert VCO (pour ICO = 0)

Si l’on place une photopile sous une source lumineuse constante, sans
aucun récepteur, on obtient à ses bornes une tension continue, dite tension à
circuit ouvert VCO. On l’obtient en branchant directement un voltmètre
aux bornes de la cellule.

 d/Courant de court-circuit ICC (pour VCC = 0)

A l’inverse du point du circuit ouvert, lorsqu’on place la photopile en


court- circuit, elle débite son courant maximal, mais aucune tension .On
n’obtient sa valeur en branchant un ampèremètre aux bornes de la cellule.

 e/ La puissance caractéristique d’une cellule PV

Dans des conditions ambiantes de fonctionnement fixes (éclairement,


température, vitesse de circulation de l'air ambiant, etc..), la puissance
électrique P (W) disponible aux bornes d'une cellule PV est égale au
produit du courant continu fourni I par une tension continue donnée V:
P = U. I
Avec

P (W) Watt : Puissance mesurée aux bornes de la cellule

PV. U (V) Volt : Tension mesurée aux bornes de la cellule

PV.

I (A) Ampère : Intensité mesurée aux bornes de la cellule PV.

 Puissance max :

Pour une cellule solaire idéale, la puissance maximum Pmax


idéale corresponde donc à la tension de circuit ouvert VCO multipliée par le
courant de court-circuit ICC :

P max idéale = V . I CO CC

Avec :

Pmax idéale (W) Watt : Puissance mesurée aux bornes de la cellule PV.

VCO (V), Volt : Tension de circuit ouvert mesurée aux bornes de la cellule

PV. ICC (A), Ampère : Intensité de court-circuit mesurée aux bornes de la

cellule P.
 f. Caractéristiques énergétiques des photopiles :

Le rendement d'une photopile est le rapport entre l'énergie électrique


(Wh ou J) qu'elle fournit et l'énergie du rayonnement (visible ou invisible à
l’œil, lumineux ou solaire) (Wh ou J) reçue ou incidente, c’est à dire le
rapport :

η = Electrique / Enlumineuse

L'énergie électrique disponible aux bornes d’une cellule


photovoltaïque qui a des caractéristiques tel que le type de rayonnement
,leur répartition spectrale, l’angle d’incidence ,la quantité d'énergie reçue,
de la surface de la cellule, de la forme de la cellule, et de condition
ambiante de fonctionnement de la cellule PV (température de
l’environnement, vitesse du vent …).

En pratique, les cellules photovoltaïques ne transforment qu’une


partie de l’énergie incidente en électricité. La cellule photovoltaïque (PV)
n'utilise pas indifféremment toutes les longueurs d'onde du spectre solaire,
une grande partie n’est pas utilisée et transformée en chaleur.

 h. La réponse spectrale :

550 On appelle réponse spectrale d’une cellule photovoltaïque l'efficacité


avec laquelle elle transforme l’énergie d’un rayonnement d’une certaine
longueur d'onde en énergie électrique. Cette efficacité dépend
essentiellement des caractéristiques du matériau constituant la cellule
PV.
II.2.d L’influence de l’éclairement et de la température sur
le fonctionnement d’une cellule PV :
Dans le cas d’application solaire de cellules PV, les caractéristiques
standard des cellules PV (puissance crête, I CC, VCO) sont indiquées dans le
cas de tests de fonctionnement standard ,c’est à dire une répartition du
rayonnement de type solaire AM = 1,5, un rayonnement incident normal
sur la cellule PV de 1 000 W / m², et une température de cellule à + 25 °C
plus ou moins 2°C, la vitesse de l’air circulant autour de la cellule - environ
à 2 m / s - n’est pas précisée car elle est prise en compte dans la
température de la cellule.

 a . L’influence de l'éclairement solaire sur le fonctionnement d’une cellule PV :

L’énergie électrique produite par une cellule photovoltaïque dépend de


l'éclairement qu'elle reçoit sur sa surface. La figure suivante représente
la caractéristique courant-tension d'une cellule PV solaire en fonction
de l'éclairement, à une température et une vitesse de circulation de l’air
ambiant constantes. On remarque que la tension Vmax correspondant à
la puissance maximale ne varie que très peu en fonction de
l'éclairement, contrairement au courant Imax qui augmente fortement
avec l'éclairement.
Figure 7 : Schéma descriptif d’une caractéristique d’influence de l'éclairement solaire sur le fonctionnement d’une cellule PV

 b. L’influence de la température sur le fonctionnement d’une cellule PV

Les caractéristiques électriques d'une cellule PV dépendent de la


température de jonction au niveau de la surface exposée. Le comportement
de la cellule PV en fonction de la température est complexe.

Les courbes suivantes représentent l'évolution du courant et de la


tension en fonction de la température de jonction de la cellule, les autres
conditions extérieures restant fixes :
Figure 8 : Schéma explicatif d’influence de la température sur le fonctionnement d’une cellule PV
Lorsque la température augmente, la tension diminue alors que le
courant augmente.

Dans le cas de cellules au silicium, le courant augmente d'environ


0,025 mA / cm2 °C alors que la tension décroît de 2,2 mV / °C. La baisse
globale de puissance est d'environ de 0,4 % / °C. Ainsi, plus la température
augmente et moins la cellule est performante.

Figure 9 : courbe descriptif de l’influence de la température sur le fonctionnement d’une cellule PV

 c. L’influence de la température et du rayonnement sur le fonctionnement d’une cellule PV :

600 Dans le cas d’utilisation de cellules PV avec le rayonnement solaire,


les conditions ambiantes extérieures (température, rayonnement solaire,
vitesse de circulation de l’air ambiant - vitesse du vent) varient en
permanence.

Pour le calcul d’une installation solaire, il faut donc tenir compte du


fait que l’éclairement et la température varient simultanément. Ce point est
très souvent négligé lors du dimensionnement d’ensembles solaires
photovoltaïques.

Lors du dimensionnement d'une installation solaire, il conviendra


donc de tenir compte des conditions et des variations climatiques du site
choisi.

II.3 Modules photovoltaïques et champs de modules :


La tension générée par une cellule photovoltaïque au silicium mono
ou multi cristallin, fonctionnant au point de puissance maximale sous
l'éclairement de référence de 1kW.m-2, et de l'ordre de 0,55 V. Il convient
donc de grouper en série et en parallèle des cellules élémentaires pour
adapter tension et courant en fonction des contraintes de la charge à
alimenter.

Il est important de noter dès à présent que la caractéristique courante


tension d'un groupement de cellules photovoltaïques, qu'elles coupent, sera
directement homothétique de la courbe I (V) d'une cellule de base. Il en sera
de même pour tout le réseau de caractéristiques. En conséquence, tout ce
qui a été dit pour une cellule individuelle restera valable pour un
groupement.

II-4-a Module et groupement de cellules en série :


La tension générée par une cellule étant très faible, il faudra dans la
majorité des cas associer en série un certain nombre de cellules pour
obtenir des tensions compatibles avec les charges à alimenter. C'est ce qui
est réalisé
Dans un module photovoltaïque, où les cellules sont positionnées sous
forme d'une guirlande dont les deux extrémités sont ramenées vers une
boite de connexion. Les électrodes supérieures d'une cellule sont
connectées à la face arrière de la cellule suivante. La figure 11-a donne le
schéma d'un module fermé sur sa résistance optimale R’.

Figure 10-a : Schéma d’un module fermé d’un


Figure 10-b : Caractéristique I (v) d’un
groupement des cellules en série
Groupement des cellules en série

On constate immédiatement sur cette figure, correspondant à la mise en


série de Ns générateurs de courant, que le courant généré par les cellules
est le même dans toute la branche ainsi que dans la charge. Une première
règle est donc qu'il ne faudra connecter en série que des cellules identiques.

La figure 12-b présente la courbe de puissance (caractéristique


courant-tension) du groupement ainsi réalisé. La courbe est la
caractéristique de l'une des Ns cellules du groupement série. La
caractéristique du groupement (G) est obtenue en multipliant point par
point et pour un même
courant, la tension par Ns. Fermé sur l'impédance R, le groupement série
délivrera le courant I sous la tension Ns× Vi. Chacune des Ns cellules
générant ce courant I et la tension Vi. La construction graphique de la
figure 10-b suppose que la connexion en série des cellules n'introduit pas
de résistances parasites (série ou shunt) supplémentaires. L'impédance
optimale pour le groupement série est Ns fois plus grande que l'impédance
optimale pour une cellule de base.

650 Groupement de cellules ou modules en parallèle

Il est possible d'augmenter le courant fourni à une charge en plaçant


en parallèle plusieurs cellules ou modules photovoltaïques. Sur cette figure,
les générateurs de courant représentent soit des cellules individuelles, soit
des cellules en série (modules), soit des modules en série (branches). On
constate dans ce cas que c'est la tension générée qui est la même pour
toutes les cellules (ou tous les modules ou toutes les branches).
La deuxième règle est donc qu'il ne faudra connecter en parallèle que
des cellules des modules, ou des branches identiques. La figure 13-b
présente la courbe de puissance résultante (G) pour le groupement parallèle
considéré.

Cette courbe est obtenue en multipliant point par point par NP (nombre
d'éléments en parallèle) et pour chaque valeur de la tension, le courant de la
courbe correspondant à une cellule élémentaire fermé sur une résistance R",

Le groupement parallèle délivrera le courant NP .l1 sous la tension V,


chacune des NP branches en parallèle générant le courant Ii. La construction
graphique de la figure 12-b suppose que la connexion en parallèle
n'introduit pas des résistances parasites (série ou shunt) supplémentaires.
L'impédance optimale pour le groupement parallèle est NP fois plus faible
que l'impédance optimale pour une branche.
Pour cela si les modules PV sont toujours orientés vers le soleil, c’est
comme s’il y avait constamment la condition correspondante à midi, la
puissance générée est toujours celle maximale.

Les modules photovoltaïques mobiles ont un rendement énergétique


qui augmente de manière appréciable par rapport aux installations fixes.
Les énergies renouvelables : Cellules Photovoltaïques

48

Vous aimerez peut-être aussi