Vous êtes sur la page 1sur 156

Contribution à l’étude d’une villa R+1

sise à Andrononobe

REMERCIEMENTS
Je tiens à exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui ont contribué à rendre mon
stage intéressant et formateur.

En tout premier lieu, il ne faut pas oublier celui qui a fait que chacun de nos séjours que
ce soit au chantier ou au bureau se déroule en toute sérénité, sans encombrement, un très grand
merci à Dieu.

Je remercie ensuite chaque membre de la direction et enseignants de l’IST-T, présents


depuis le début de notre formation dont :

 Monsieur Jean Lalaina RAKOTOMALALA, Directeur Général de l’Institut Supérieur de


Technologie d’Antananarivo IST-t,
 Monsieur Victor RAZAFINJATO, Directeur de la mention Génie Civil et examinateur,
 Monsieur Bernard RAJOMA, Chef de parcours Bâtiments,
 Madame Nirina Miraniaina ANDRIAMALALA, Chef de parcours Travaux Publics,
 Monsieur Manitriniala Dimby RATOARIVELO, Chef de parcours Urbanisme et
aménagement et aussi mon encadreur pédagogique,
 Chaque enseignant, qui nous a transmis leur savoir-faire tout le long de notre formation.

Chaque membre du personnel de l’entreprise SOBATRA mérite également un très grand


merci de nous avoir permis d’effectuer notre stage au sein de l’entreprise et d’avoir su
transmettre leurs expériences, particulièrement:

 Monsieur Olivier MANSOTTE, Président Directeur Général du SOBATRA,


 Monsieur Laza ANDRIANTSOA, Ingénieur et encadreur professionnel,
 Monsieur Julien RAYMOND, le Chef de Chantier qui nous a encadrées sur terrain.

Aussi, je remercie tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l’élaboration de ce
présent Rapport de Stage de fin d’étude.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 i


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

AVANT-PROPOS
Etant admis au sein de l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo, dont
l’objectif générale est de former des techniciens directement opérationnels, tout
étudiant devra effectuer un stage de fin d’études. Un stage est souvent synonyme de
première expérience dans le monde professionnel et offre ainsi à chaque étudiant des
compétences et facilite son insertion professionnelle.

En effet, des stages et des séances de travaux pratiques font partie du cursus
universitaire dont un stage d’imprégnation au début de la première année d’études, un
stage ouvrier à la fin de cette dernière et clôturant par un stage de fin d’études au terme
des deux années d’études. Le but de ces stages seraient de découvrir et vivre la réalité
du terrain, prendre conscience de l'organisation et des contraintes liées à l'entreprise
mais surtout de mettre en pratique les connaissances théoriques apprises au cours de la
formation.

Le stage de fin d’études aboutira à la rédaction d’un rapport de stage de fin


d’études dans lequel l’étudiant devra traiter un thème à soutenir devant un jury, en vue
de l’obtention du diplôme de Techniciens Supérieurs. Le choix de la mention Génie Civil
m’amène à chercher une expérience pratique et une découverte des métiers, liées au
domaine du BTP. C’est dans ce sens que je me suis tournée vers l’entreprise « SOBATRA
» pour effectuer mon stage de fin d’études où je contribue à l’étude d’une villa R+1 à
usage d’habitation sis à Andrononobe.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ii


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

SOMMAIRE
REMERCIEMENTS ..............................................................................................................................................................
AVANT-PROPOS ............................................................................................................................................................... ii
SOMMAIRE ........................................................................................................................................................................iii
NOMMENCLATURES ..................................................................................................................................................... iv
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................................... viii
LISTE DES FIGURES........................................................................................................................................................ x
LISTE DES ANNEXES ..................................................................................................................................................... xi
INTRODUCTION ............................................................................................................................................................... 1
PARTIE I : ETUDES PRELIMINAIRES ...................................................................................................................... 3
CHAPITRE I : SITE D’IMPLANTATION DU PROJET ....................................................................................... 4
CHAPITRE II : PRESENTATION DU PROJET ................................................................................................. 17
PARTIE II : ETUDES TECHNIQUES ........................................................................................................................ 24
CHAPITRE I : CHOIX DES ELEMENTS LES PLUS SOLLICITES ............................................................... 25
CHAPITRE II: PRE-DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS PORTEURS EN BETON ARME ....... 27
CHAPITRE III: CALCUL DES STRUCTURES ................................................................................................... 35
CHAPITRE IV: CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................ 47
CHAPITRE V: DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS EN BETON ARME .......................................... 58
PARTIE III : EVALUATIONS FINANCIERES ET ORGANISATION DE CHANTIER ................................ 74
CHAPITRE I : DEVIS DESCRIPTIF DU PROJET ............................................................................................. 75
CHAPITRE II : DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF DES TRAVAUX (DQE) ................................ 80
CHAPITRE III : ORGANISATION DE CHANTIER .......................................................................................... 87
ANALYSES ET SUGGESTIONS .................................................................................................................................. 93
CONCLUSION GENERALE.......................................................................................................................................... 95
ANNEXES ......................................................................................................................................................................... 96
ANNEXE I : PRESENTATION DE L’IST-T ................................................................................................................ a
ANNEXE II : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE SOBATRA ......................................................................... k
ANNEXE III : NOMENCLATURES DES PLANS ...................................................................................................... p
ANNEXE IV : NOTES DE CALCULS ............................................................................................................................ y
ANNEXE V: PRESSIONS DYNAMIQUES DE BASE ............................................................................................ nn
ANNEXE VI: TABLEAUX DE REFERENCES ......................................................................................................... pp
BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................................................................. ss
WEBOGRAPHIE .............................................................................................................................................................. ss

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 iii


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

NOMMENCLATURES
Notation minuscule romaine
a, b cotes de la section du poteau
Ch effet de hauteur
Cm effet de masque
Cs effet de site
d hauteur utile
e épaisseur maximale aux extrémités des fondations
fc28 résistance à la compression du béton a 28jours
fe limite d'élasticité des aciers
ft28 résistance à la traction du béton a 28jours
h hauteur
l largeur
lo longueur libre
lf longueur de flambement
lr longueur de recouvrement
max renvoie à la valeur maximale
min renvoie à la valeur minimale
q10 pression dynamique de base
qd pression dynamique de base corrigée
u périmètre utile
v pression dynamique du vent
Majuscule romaine
A section d'armatures
A, B Dimensions de la semelle isolée
Aa section d'armatures suivant le côté A
Ab section d'armatures suivant le côté B
B section brute du béton
Br section réduite
D déboursés
G charges permanentes
H hauteur de la construction
I moment d'inertie
K1 Coefficient de majoration des prix

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 iv


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

L longueur
Ms Moment fléchissant à l'ELS
Mu Moment fléchissant à l'ELU
Ns Effort normal à l'ELS
Q surcharges d'exploitation
R rendement
S section semelle isolée
St Espacement
Vs Effort normal à l'ELS
Vu Effort normal à l'ELU
W effet du vent

Minuscule grecque
α coefficient réduit de l'axe neutre à l'ELU
β coefficient réduit de la hauteur utile à l'ELU
β1 coefficient réduit de la hauteur utile à l'ELS
γb coefficient de sécurité du béton
γs coefficient de sécurité des aciers
δ effet de dimension
Θ coefficient en fonction de la durée d'application des charges
Λ élancement d'une pièce comprimée
μ moment réduit
μl moment réduit limite
ρ masse volumique
σb contrainte maximale dans le béton
σb barre contrainte admissible du béton
σbc contrainte de compression du béton
σs contrainte de l'acier
𝜎̅𝑆 Contrainte admissible de traction des aciers
σsol contrainte du sol
𝜎̅𝑠𝑜𝑙 Contrainte admissible du sol
τse contrainte d'adhérence
τse,u contrainte d'adhérence limite
τu contrainte tangente
𝜏̅𝑢 Contrainte tangente limite
ψ coefficient de scellement

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 v


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Majuscules grecque
Φl diamètre des armatures longitudinales
Φt diamètre des armatures transversales

Unités
Ar Ariary
cm centimètre
daN déca Newton
daN/m² déca newton par mètre carré
ens ensemble
fft forfaitaire
kg kilogramme
km kilomètre
daN/m3 kilo newton par mètre cube
daN/ml kilo newton par mètre linéaire
m mètre
m² mètre carré
m3 mètre cube
ml mètre linéaire
mm millimètre
MPa méga Pascal
N.m Newton mètre
Tf Tonne force
Tfm Tonne force mètre
Tf/m² Tonne force mètre par mètre carré
u unité

Abréviations
ép. Epaisseur
Fe Fer
Fft Forfaitaire
Jrs jours
Pers. Personnes
PU Prix unitaire
Qté Quantité
Ref Reference
Ttes toutes

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 vi


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Uté unité
Acronymes

B.A : Béton Armé


B.A.E.L : Béton à l’État Ultime
B.E.P.A : Bureau d’études Pierre Audric
BTP Bâtiments et Travaux Publics
D.T.S : Diplôme de Technicien Supérieur
C.C : Conseil de classe
CO.DIS : Conseil de discipline
E.L.U : État Limite Ultime
E.L.S : État Limite de Service
E.L.U.R : État Limite Ultime de Résistance
E.L.U.S.F : État Limite Ultime de Stabilité de Forme
E.P : Eaux pluviales
H.A : Haute Adhérence
I.N.STAT : Institut National de la Statistique
IST-T : Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo
RDC : Rez-de-chaussée
W.C : Water Closet

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 vii


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1: répartition du territoire de la Commune d'Ankadikely Ilafy ........................................ 5
Tableau 2: répartition de la population par secteurs d'activités ..................................................... 8
Tableau 3: indice de développement de la Commune Rurale d'Ankadikely Ilafy (données 2011)
............................................................................................................................................................... 8
Tableau 4: infrastructures hôtelières à proximité du projet ........................................................... 9
Tableau 5: répartition des bacs à ordures dans toute la commune .............................................. 10
Tableau 6: variation de l'ensoleillement en fonction de la saison ................................................. 12
Tableau 7:évolution mensuelle de la pluviométrie d'Antananarivo (données de l’année 2013)
[mm] ................................................................................................................................................... 12
Tableau 8: évolution mensuelle de la température d'Antananarivo (donnée de l’année 2013)
[°C] ...................................................................................................................................................... 13
Tableau 9:évolution mensuelle de la vitesse du vent dans la région d’Antananarivo ................. 13
Tableau 10:tableau des surfaces de chaque pièce par niveaux ..................................................... 21
Tableau 11:surfaces supportées par chaque poteau ...................................................................... 26
Tableau 12:pré-dimensionnement des poutres .............................................................................. 27
Tableau 13: charges permanentes - poids des éléments de construction .................................... 35
Tableau 14: surcharges d'exploitation............................................................................................. 36
Tableau 15:résultats de calcul des pressions dynamique de base corrigée ................................. 38
Tableau 16/récapitulation des valeurs des charges permanentes G ............................................ 40
Tableau 17:répartition des surcharges [daN/m²] .......................................................................... 40
Tableau 18:Surcharges d'exploitation portées par chaque poteau à chaque niveau ................... 40
Tableau 19:calcul du moment à équilibrer μ pour l’effet du vent [daN.m] ................................... 41
Tableau 20:section des poteaux de chaque niveau [m²] ................................................................ 41
Tableau 21:valeurs des d1 pour chaque niveau [m]....................................................................... 42
Tableau 22:valeur du moment d'inertie Ig pour chaque niveau [m4] .......................................... 42
Tableau 23:récapitulation de l'effet du vent au niveau de la file (2) ............................................. 43
Tableau 24:calcul du moment à équilibrer μ pour l’effet du séisme [daN.m] .............................. 44
Tableau 25:récapitulation de l'effet du séisme au niveau de la file (2)......................................... 44
Tableau 26:récapitulation des charges supportées par le poteau P1 ........................................... 45
Tableau 27:récapitulation des charges supportées par le poteau P2 ........................................... 45
Tableau 28:récapitulation des charges supportées par le poteau P3 ........................................... 45
Tableau 29:récapitulation des charges supportées par le poteau P4 ........................................... 45

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 viii


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Tableau 30:évaluation des charges unitaires entre les poteaux P1 et P3 [daN/ml] ................... 49
Tableau 31:évaluation des charges unitaires entre les poteaux P3 et P4 [daN/ml] ................... 50
Tableau 32:évaluation des charges qi en Tf/ml .............................................................................. 50
Tableau 33:moment d'inertie I des poteaux et poutres ................................................................ 51
Tableau 34: données et hypothèses pour la détermination des armatures de la semelle isolées
sous le poteau P2 ............................................................................................................................... 60
Tableau 35:pré-dimensionnement de la semelle (à l'ELS)............................................................. 61
Tableau 36: détermination des sections d'armatures nécessaire ................................................. 61
Tableau 37: disposition constructive de la semelle ........................................................................ 61
Tableau 38: vérification de la condition de stabilité de la semelle ................................................ 62
Tableau 39:nomenclature des armatures pour la semelle isolée .................................................. 63
Tableau 40:dimensions du poteau étudié ....................................................................................... 65
Tableau 41:contrainte de calcul ....................................................................................................... 66
Tableau 42:déterminations des armatures longitudinales ............................................................ 66
Tableau 43:nomenclature des armatures pour poteau .................................................................. 67
Tableau 44:contrainte de calcul pour le dimensionnement des poutres...................................... 70
Tableau 45: détermination de la section des armatures longitudinales ....................................... 71
Tableau 46:déterminations des armatures transversales ............................................................. 71
Tableau 47:nomenclature des armatures pour poutre .................................................................. 73
Tableau 48:calcul de coefficient de majoration de déboursés K1 ................................................. 80
Tableau 49:calcul du prix unitaire du béton dosé à 350 kg de CEM 42.5 N .................................. 81
Tableau 50: calcul du prix unitaire d’aciers par m3 de béton........................................................ 82
Tableau 51:Détail quantitatif et estimatif ........................................................................................ 82
Tableau 52:Récapitulation du DQE .................................................................................................. 86

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ix


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

LISTE DES FIGURES


Figure 1: localisation du projet ............................................................................................................................... 14
Figure 2: plan de situation du projet .................................................................................................................... 15
Figure 3: chemin d'accès vers le site d'implantation du projet ................................................................. 16
Figure 4: organigramme fonctionnel du RDC ................................................................................................... 19
Figure 5:organigramme fonctionnel au R+1 ..................................................................................................... 20
Figure 6: Charges supportées par chaque poteau dans la file la plus sollicitée ................................. 25
Figure 7: représentation du poteau le plus sollicité (coupe de la file à étudier) ............................... 26
Figure 8: représentation des portées lx et ly de la dalle .............................................................................. 30
Figure 9: représentation des éléments caractéristique de l'escalier ...................................................... 31
Figure 10: exemple d’un escalier quart tournant haut ................................................................................ 32
Figure 11: représentation de la ligne de foulée de l'escalier...................................................................... 33
Figure 12:vue élévation de la file à étudier ....................................................................................................... 39
Figure 13: répartition des charges agissant sur chaque barre .................................................................. 48
Figure 14: courbes enveloppes des moments fléchissant à l'ELS ............................................................ 55
Figure 15: courbes enveloppes des moments fléchissant à l'ELU............................................................ 55
Figure 16: courbes enveloppes des efforts tranchant à l'ELS .................................................................... 56
Figure 17: courbes enveloppes des efforts tranchants à l'ELU ................................................................. 56
Figure 18: Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures de la semelle .......... 59
Figure 19: Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures des poteaux............ 64
Figure 20:Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures d'une poutre
(armatures longitudinales) ...................................................................................................................................... 68
Figure 21:Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures longitudinales de la
poutre ................................................................................................................................................................................ 68
Figure 22:Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures transversales de la
poutre ................................................................................................................................................................................ 69
Figure 23: croisillons pour carrelage ................................................................................................................... 88
Figure 24: le sol totalement carrelé ...................................................................................................................... 89
Figure 25: lames de parquets .................................................................................................................................. 89
Figure 26: un paquet de plinthes ........................................................................................................................... 90
Figure 27 : parquets et plinthes mis en place ................................................................................................... 90
Figure 28: Localisation de l'IST-T ............................................................................................................................. b
Figure 29: organigramme de l'IST-t (dernier mise à jour de l'année universitaire 2014-2015) .... f
Figure 30: Cursus d'enseignement à l'IST-t.......................................................................................................... g

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 x


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 31: organigramme de l'entreprise SOBATRA ......................................................................................... l


Figure 32: bureau SOBATRA à Ilafy ......................................................................................................................... n
Figure 33: immeuble RN2 Bis Toamasina ............................................................................................................. o
Figure 34: immeuble Atlantis Ilafy ........................................................................................................................... o
Figure 35:moments fléchissant dues aux charges verticales seules à l'ELS ........................................ hh
Figure 36:moments fléchissant dues aux charges verticales avec effet du vent gauche à l'ELS . hh
Figure 37: moments fléchissant dues aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELS ...... ii
Figure 38: Moments fléchissant dues aux charges verticales seules à l'ELU.......................................... ii
Figure 39: moments fléchissant dues aux charges verticales avec effets du vent gauche à l'ELU. jj
Figure 40: moments fléchissant dues aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELU ..... jj
Figure 41: efforts tranchants dues aux charges verticales seules à l'ELS ............................................. kk
Figure 42: efforts tranchants dues aux charges verticales avec effets du vent gauche à l'ELS .... kk
Figure 43: efforts tranchants dues aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELS ........... ll
Figure 44: efforts tranchant dues aux charges verticales à l'ELU ............................................................... ll
Figure 45: efforts tranchants dus aux charges verticales avec effets du vent gauche à l'ELU... mm
Figure 46: efforts tranchant dus aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELU ......... mm
Figure 47: délimitation des quatre zones citées précédemment ............................................................. oo

LISTE DES ANNEXES


ANNEXE I : Présentation de l’ist-t............................................................................................................................. a
ANNEXE II : Présentation de l’entreprise SOBATRA ........................................................................................ k
ANNEXE III : Nomenclatures des plans .................................................................................................................. p
ANNEXE IV : Notes de calculs ..................................................................................................................................... y
ANNEXE V: Pressions dynamiques de base ....................................................................................................... nn
ANNEXE VI: Tableaux de references .................................................................................................................... pp

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 xi


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

INTRODUCTION
Les pays du Sud se caractérisent généralement par une forte concentration de la
population dans les grandes villes. Ceci expliqué par le simple fait que les grandes villes
sont considérer comme des symboles incontournables de la croissance économique d’un
pays. C’est pourquoi, chaque année, des milliers de ruraux affluent vers ces herbes
citadines plus vertes, essentiellement à la recherche de l’instruction ou d’un emploi.
Cette situation engendre des graves problèmes dont l’insuffisance d’espaces disponibles
et des infrastructures pouvant logés la totalité de la population, il y a la pénurie de
logement voire une crise de logement, précisément dans les grandes villes.

De plus, dans le cas de notre pays, nous sommes en croissance démographique


rapide, des millions de nouveaux ménages, réclamant autant de logements, viennent grossir
les villes. Comme il n’y a pas assez de logements à la portée de leurs bourses, ces pauvres
des villes n’ont d’autre option que de prendre ce qu’ils trouvent, c’est-à-dire ce dont
personne ne veut, des logements construits hors les normes sur la construction et
l’habitation. Face à cette situation, des milliers voire des millions de logements
supplémentaires sont impératifs. Il est difficile d’élaborer un programme pour le
logement capable de faire face à de telle demande.

Pour remédier, même partiellement, à la saturation de la ville, il va falloir


construire de telle sorte qu’on puisse satisfaire à un grand nombre de futurs usagers,
nécessitant évidemment une extension spatiale de la ville vers les milieux ruraux tout en
respectant toutes les normes en vigueur. Le choix du milieu rural est dû au fait que le
milieu rural présente des avantages que nul ne pourrait rencontrer dans les grandes
villes : la tranquillité, le contact avec la nature, l’air pur loin de la pollution dans les villes.

Pour l’entreprise SOBATRA, on a choisi la commune rurale d’Ankadikely-Ilafy


pour contribuer, en partie, à la réduction des problèmes de logement tant rencontrés
dans la Capitale. En effet, l’entreprise effectue des grandes constructions dans le
Fokontany d’Andrononobe dont notamment des réhabilitations et réaménagements, la
construction d’un grand bâtiment et un projet de construction d’une villa.

RAHAJASON Ravaka/BAT2B/PROMOTION ORIMBATO 1


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Ce présent rapport offre un détail plus explicite et approfondi concernant le


thème qui est « Contribution à l’étude d’une villa R+1 sise à Andrononobe ». Afin de
mieux nous étaler sur ce thème, notre rapport se divisera en trois grandes parties qui
sont :

 Première partie, les études préliminaires qui se concentrera sur la présentation


du projet et les descriptions architecturales du projet,
 Deuxième partie, les études techniques qui aboutiront au dimensionnement des
éléments porteurs du projet,
 Enfin, la troisième partie, l’évaluation financière du projet et l’organisation de
chantier.

RAHAJASON Ravaka/BAT2B/PROMOTION ORIMBATO 2


PARTIE I : ETUDES
PRELIMINAIRES
Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE I : SITE D’IMPLANTATION DU PROJET

Comme le projet de construction de la villa R+1 sera implanté dans la Commune Rurale
d’Ankadikely Ilafy ou plus précisément dans le Fokontany d’Andrononobe, il est nécessaire d’être
en possession des informations sur le site d’implantation du projet afin de définir si le projet est
bien réalisable.

APERÇU :

Le site de construction se trouve près de l’hôtel ATLANTIS sis à Andrononobe dans la


Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy. Le chantier est constitué des plusieurs constructions dont
trois réhabilitations, la construction de bâtiment R+3 et la construction d’une villa R+1. Cette
dernière, qui fera l’objet de ce présent rapport, est étalée sur une superficie de 115.80 m. Les
pièces seront réparties selon les normes en vigueur dans le pays. La villa sera composée au rez
de chaussée d’un séjour et d’une cuisine combinée en une pièce, une chambre, une salle de bain
et un WC et à l’étage trois chambres, deux salles de bains, une buanderie et d’un dressing.

I. MONOGRAPHIE DU SITE

La région d’Analamanga fait partie des Haute Terres Centrales du pays. Elle est
subdivisée en 134 Communes regroupées dans 13 districts d’Antananarivo à savoir les 6 districts
d’Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano,
Manjakandriana, Ambohidratrimo, Andramasina, Anjozorbe, Ankazobe.

Dans notre cas, comme mentionné auparavant, la construction se trouve dans le district
d’Antananarivo Avaradrano, dans la Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy, plus précisément dans
le Fokontany d’Andrononobe.

I.1. Historique de la Commune d’Ankadikely Ilafy

Etalée sur une superficie de 36.7 km² avec 18 Fokontany, Ankadikely Ilafy était une
circonscription gouvernée par Andrianjafy, oncle utérin d’Andrianampoinimerina et constituant
le deuxième capitale du clan TSIMIAMBOHOLAHY, après AMBOHITRABIBY.

L’un des premiers marchés créé par Andrianampoinimerina fut localisé à Ilafy, où étaient
formés par ailleurs les troupes de guerre de ce Souverain principalement recrutés dans les
familles « HOVA ».

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 4


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

A signaler qu’Ilafy était une ville industrielle pendant le règne de Ranavalona et l’école
primaire protestante était l’une des 12 premières existantes.

C’est aussi à Ilafy que fût enseveli le roi Radama II, la nuit du 11 mai 1863 quand il fût
assassiné par le MENAMASO, son corps fût transféré à Manjakamiadana après la colonisation.

I.2. Subdivision de la Commune

La Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy se subdivise en 18 Fokontany dont :


Ambohitrarahaba, Ankadikely, Mandrosoa, Andrononobe, Manjaka, Andafiavaratra, Belanitra,
Ilafy, Ambohipanja, Antanandrano, Antanetibe, Antsampandrano, Masinandriana, Manazary,
Ambohibe, Ambohitraina, Antsahamarofoza, et Andranovelona.

Chaque Fokontany est reparti dans la commune selon le tableau suivant, présentant le
nombre total d’habitants par Fokontany, la répartition du territoire et la densité par kilomètre
carrée de chaque Fokontany.

Tableau 1:répartition du territoire de la Commune d'Ankadikely Ilafy

Nombre total superficie en densité par


Nom du Fokontany
d’habitants km2 km2
Ambohitrarahaba 12950 1,28 10117
Ankadikely 9963 2,63 3788
Mandrosoa 9894 0,8 12368
Andrononobe 9858 1,58 6239
Manjaka 8906 1,04 8563
Andafiavaratra 8570 0,84 10202
Belanitra 7300 6,04 1208
Ilafy 6482 2,16 3000
Ambohipanja 5465 1,75 3123
Antanandrano 4680 1,58 2962
Antanetibe 4221 0,37 11408
Antsapandrano 2470 1,62 1524
Masinandriana 2272 1,75 1298
Manazary 1382 4,15 333
Ambohibe 1305 1,73 754
Ambohitraina 947 1,04 911
Antsahamarofoza 943 3,59 262
Andranovelona 721 2,75 262

Source: Commune Rural d’Ankadikely Ilafy

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 5


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.3. Généralités sur le Fokontany d’Andrononobe

Cette partie du rapport se concentrera plus sur le Fokontany d’Andrononobe où le projet


sera implanté.

Andrononobe fait partie de la Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy avec une densité de
9858 habitant/km² s’étalant sur une superficie de 1.58 km², il est délimité par :

 Ambohitrarahaba au Nord,
 Analamahitsy Cité au Sud,
 Ambatomitsangana au Nord-ouest,
 Andafiavaratra au Nord-est
 le fokontany d’Analamahitsy Cité au Sud-est

I.4. Répartition démographique de la population

Cette partie aura comme objectifs principal une étude simplifiée de la densité de la
population dans la commune ou le Fokontany où les constructions sont envisagées. Il est
nécessaire d’étudier le lien qui existe entre cette densité et le milieu habitable.

L’étude des mouvements de la population fait bien sûr largement partie des études à faire
lors de la conception d’un projet de construction afin de satisfaire au mieux le besoin de
logement de la population, ou du moins, d’une partie de la population sans logement.

L’histogramme ci-après représente justement la répartition par tranche d’âge de la


population d’Andrononobe, le lieu d’implantation des constructions projetées par l’entreprise.

Répartition par âge et par sexe de la


population d'Andrononobe
2000

1500

1000

500

0
H F H F H F H F H F
0 À 5 ANS 6 À 15 ANS 16 À 18 ANS 18 À 60 ANS PLUS DE 60
ANS

Source : Commune rurale d’Ankadikely Ilafy

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 6


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 On peut ainsi conclure que la population dans la commune où notre projet est constitué
de ménages à familles nombreux ce qui promet de potentiels clients pour notre projet
de logement pour les futures familles.

I.5. Contexte socio-économique

I.5.1. Répartition de la population par activité

La population active regroupe la population ayant un emploi et les chômeurs, c’est-à-dire


la partie de la population en âge de travailler, concernant généralement sur toutes les personnes
de plus de 15 ans. Pour le Fokontany d’Andrononobe, cette partie de la population représente
48.55% de la totalité des habitants.

A noter que ceci exclut les personnes inactives, qui ne cherchent pas d’emploi, comme les
personnes au foyer, les personnes en incapacité de travailler et les étudiants. Durant le dernier
recensement fait, le nombre de personnes inactives dans toute la Commune Rurale d’Ankadikely
Ilafy serait de 35061.

Répartition de la population par activité

7% paysans
8% 21%
2% commerçants
5% fonctionnaires

15% salariés privés


42%
transporteurs
artisants
chômeurs

Source : Commune rurale d’Ankadikely Ilafy

Activités des habitants :

Tous les secteurs d’activités sont exploités dans cette Commune. Le tableau ci-après
mentionne la répartition de la population selon leurs secteurs d’activités sans exclure le nombre
de chômeurs.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 7


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe
Tableau 2: répartition de la population par secteurs d'activités

secteur secteur secteur


sans emploi Total
primaire secondaire tertiaire
nombre de
8173 7430 8544 13002 37149
personnes
part en % de la
22,00% 20,00% 23,00% 35,00% 100,00%
population active
part en % de la
population de 18 et 11,84% 10,76% 12,38% 18,84% 53,84%
plus
Source: Commune rurale d’Ankadikely Ilafy

I.5.2. Indice de développement humain IDH

L’indice de développement humain est une mesure de synthèse du niveau moyen atteint
dans les dimensions clés du développement humain, connaissant l’espérance de vie, taux de
natalité et taux de mortalité dans une espace donnée.

Le tableau suivant montre l’indice de développement de la commune durant 3 ans.

Tableau 3: indice de développement de la Commune Rurale d'Ankadikely Ilafy (données 2011)

Nombre de naissance Nombre de décès


2009 1339 219
2010 1390 254
2011 1332 304
Source: Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy

I.5.3. Education

L’éducation reste un facteur majeur dans le développement des connaissances et des


valeurs morales et intellectuelles de la population, également dans le développement
économique, social et culturel. Elle reste ainsi essentielle pour atteindre le niveau de culture
souhaité. En effet, l’éducation permet de transmettre la culture nécessaire au développement de
la personnalité et à l’intégration sociale de chaque individu.

Pour le Fokontany d’Andrononobe, il bénéficie de plusieurs établissements scolaires


dont l’établissement primaire publics d’Andrononobe, des établissements privés comme La
Gazelle, Gracias, Wesley et Kids School. La connaissance des établissements scolaires
environnants les constructions promet à la clientèle des logements non loin des centres
d’éducation.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 8


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.5.4. Centre social

La présence d’un centre social permet de mettre en œuvre un projet de développement


social pour l’ensemble de la population d’un territoire donnée.

Ainsi, l’existence d’au moins d’un centre social serait primordiale pour le développement
de la commune. Le centre social à proximité du Fokontany d’Andrononobe se trouve à
Ankadikely portant le nom d’AKANINTSOA.

 La villa que nous projetons de faire bâtir n’est nullement isolé des établissements publics
et éducatifs. Les futurs usagers de la propriété n’auront plus à se préoccuper de
l’éducation de ses enfants, s’il en est le cas, puisque des centres sociaux et éducatifs se
trouvent à proximité du projet.

I.6. Infrastructures hôtelières avoisinantes

Comme notre but est d’atténuer la saturation dans le centre-ville et de satisfaire le besoin
de logement de la commune, il est indispensable de tenir compte des potentiels concurrents dans
le domaine de restauration et hébergement. Le tableau ci-après rapporte quelques-unes des
différentes infrastructures hôtelières à proximité de la construction.
Tableau 4: infrastructures hôtelières à proximité du projet

Noms Localisation Capacité d’accueil Privé/Public


FOFIKRI Ankadikely 300 pers. Privé
CDI Ilafy 200 pers. Privé
Camélia Manjaka 300 pers. Privé
Les vallées Manjaka 200 pers. Privé
Pic vert Mandrosoa 250 pers. Privé
Atlantis Andrononobe 200 pers. Privé

Source: Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy

 Ainsi, il est primordial de nous assurer de la qualité des restaurations, hébergement


mais surtout des logements que nous projetons de mettre en place à cause des
concurrents qui se trouve non loin du site d’implantation du projet.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 9


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.7. Equipements de santé

Une pharmacie privée, dénommée pharmacie SOLEIL est à disposition de chacun des
habitants dans le Fokontany d’Andrononobe. Cependant, d’autres centres de santé se trouvent
à proximité du Fokontany dont : le CSB II Ilafy, FIB Ankadikely, Dispensaire Ambohitrarahaba,
Polyclinique Ilafy, OSTIE, dispensaire FJKM Antsapandrano.

 La présence des équipements de santé à proximité du site d’implantation facilite le


déplacement pour les usagers de notre projet.

I.8. Propreté et salubrité


I.8.1. Bacs à ordures

Le Fokontany d’Andrononobe possède un bac intermédiaire, dont la fréquence de


ramassage par la commune rurale d’Antananarivo est de 6 jours sur 7. Les déchets seront
déchargés à Antsahamarofoza.

Tableau 5: répartition des bacs à ordures dans toute la commune

nombre Type localisation


Andafiavaratra (1)
Ankadikely (4)
6 Bac mobile
Ambohitrarahaba
(1)
Ankadikely (2)
5 Bac intermédiaire Andafiavaratra (2)
Andrononobe (1)

Source: Commune rurale d’Ankadikely Ilafy

I.8.2. WC et douches publics

Le Fokontany d’Andrononobe ne possède pas de WC publics ni de douches publiques


mais les Fokontany suivant en disposent:

 Ankadikely (près stationnement 163)


 Andafiavaratra (près du bureau Fokontany)
 Ambohitrarahaba (près du marché d’Ambohitrarahaba)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 10


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.9. Equipements publics


I.9.1. Electricité

Le Fokontany est pourvu de 60 poteaux du JIRAMA, ce qui est d’autant plus avantageux
pour notre terrain d’implantation du projet. Aussi, autres que l’apport en électricité par le
JIRAMA, le chantier dispose d’un groupe électrogène en cas de coupure de courant et aussi pour
l’alimentation électrique de la grue présent sur chantier.

I.9.2. Eau potable

Dix bornes fontaines sont présentes dans le Fokontany. L’approvisionnement en eau


potable du Fokontany est déjà pris en charge par le JIRAMA. Le Fokontany d’Andrononobe
possède également 74 puits à disposition des habitants.

 Pour notre site d’implantation du projet, l’approvisionnement en eau pour l’exécution


des travaux vient du JIRAMA.

I.10. Accessibilité
I.9.3. Routes

La route nationale RN3 traverse le Fokontany d’Andrononobe. Une route de 850 m relie
également ce dernier au Fokontany d’Analamahitsy. A signaler que l’état des routes est encore
bon et praticable, avec chaussée goudronnée.

 Pour le transport de matériaux destinés au chantier, les routes supportent parfaitement


les charges dus au va et vient des grands engins de transports avec une capacité de
plusieurs tonnes.

I.9.4. Transports
Plusieurs lignes de bus empruntent la route menant vers le Fokontany d’Andrononobe.
On peut citer la ligne H et les autres lignes telles que la ligne 109, la ligne 163 Ankadikely, la ligne
126 Manjaka et la ligne 192.

 La communication avec les grandes villes ne seraient pas un problème pour les futurs
usagers de la villa.
I.9.5. Télécommunication

Tous les réseaux de téléphonie disponible à Madagascar couvrent la localité.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 11


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II. CONTEXTE CLIMATIQUE


II.1. Climat

Les données climatiques sont à considérer non seulement dans les études techniques lors
de la détermination des charges climatiques mais également dans le choix des matériaux utilisés
dans la construction, l’orientation de la construction, le délai d’exécution des travaux, le taux de
rendements… Le climat peut influencer la variation de taux de rendement. En effet, le taux de
rendement est en baisse par exemple pendant les saisons chaudes à cause de la chaleur.

Le pays est pourvu d’un climat tropical caractérisé par l’alternance de deux saisons dont :

 Saison sèche et fraîche : du mois de mai au mois d’octobre. La température est en baisse
mais la saison est sèche c’est-à-dire que les pluies tombent très rarement.
 Saison chaude et pluvieuse : du mois de novembre au mois d’avril. La température y
est élevée mais les pluies restent abondantes.

C’est en fonction de ses saisons que varie l’ensoleillement :


Tableau 6: variation de l'ensoleillement en fonction de la saison

Saisons Saison sèche Saison pluvieuse


Levée du soleil 6 h 00 5 h 00
Couchée du soleil 17 h 30 19 h 00
Durée d’ensoleillement 11 h 30 14 h 00
Source: service météorologique d’Ampasapito

II.2. Pluviométrie

Le tableau suivant nous représente la pluviométrie de la région d’Antananarivo pour


l’année 2013 :
Tableau 7:évolution mensuelle de la pluviométrie d'Antananarivo (données de l’année 2013) [mm]

Janv Fev Mars Avr Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Dec.
Pluies 265.5 221.5 74.5 0.1 2.8 1.1 13.0 2.2 2.1 26.7 201.7 388.9
Nombre
21 19 9 1 3 1 8 3 3 4 15 21
de jours
Source: service météorologique d’Ampasapito

II.3. Température [°C]


Pour la région d’Antananarivo, la température varie aux alentours des 19.68°C (moyenne
annuelle) avec une température maximale de 22,55°C et une température minimale de 15,40°C

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 12


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Le tableau ci-après nous montre la variation de la température (en °C) de mois de janvier
jusqu’au mois de décembre 2013 :

Tableau 8: évolution mensuelle de la température d'Antananarivo (donnée de l’année 2013) [°C]

Janv Fev Mars Avr Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Dec.
Tmax 25.8 26.2 26.1 25.1 23.02 20.9 19.3 22.1 23.6 28.1 27.7 27.4
Tmin 17.8 17.6 16.9 15.2 13.3 11.6 11.5 11.4 12 15.4 16.6 17.7
Tmoy 21,8 21,9 21,5 20,15 18,15 16,25 15,4 16,75 17,8 21,75 22,15 22,55

Source: service météorologique d’Ampasapito

Et en voici les courbes représentatives de ces valeurs de températures. L’axe vertical


représente la valeur de la température et l’axe horizontale, les mois correspondants.

Tmax Tmin Tmoy

30
25
TEMPÉRATURE

20
15
10
5
0
Janv Fev Mars Avr Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Dec.

Source: service météorologique d’Ampasapito

II.4. Vent [km/h]


Tableau 9:évolution mensuelle de la vitesse du vent dans la région d’Antananarivo

Janv. Fev. Mars Avr. Mai Juin Juil. Aout Sept. Oct. Nov. Dec.
Vent
6 6 6 5 5 6 6 7 7 7 6 6
Moyen
Direction SE/S SE/E SE/E SE/E SE/E SE SE SE SE/E SE/E E E
Vent max 65 79 94 86 54 58 54 97 58 79 97 65

Source: service météorologique d’Ampasampito

SE/S : Sud-Est/Sud SE : Sud-Est


SE/E : Sud-Est/Est E : Est

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 13


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III. SITUATION DU PROJET


III.1. Localisation

La construction envisagée se trouve dans le quartier d’Andrononobe Ilafy, faisant partie


du district d’Antananarivo Avaradrano dans la Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy.

Le site de construction se trouve à proximité de l’hôtel ATLANTIS, où l’entreprise


SOBATRA effectue également des travaux de second œuvre. Le site, s’éloignant d’environ 8 km
du centre-ville et de 1.5 km du siège de l’entreprise SOBATRA, est bordé par la route nationale
RN3 et possède les coordonnées géographiques suivantes : 18°52'06.2"S et 47°33'06.8"E

PROJET

Figure 1: localisation du projet

Source : google map

III.2. Plan de situation

Le plan de situation correspond à la situation du bâtiment dans la ville. Ceci permet de


connaître la situation du terrain à l’intérieur de la commune. Il comporte le nom de la commune,
l’orientation géographique, les points de repère permettant de localiser le terrain et les
infrastructures municipales environnant la construction envisagées.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 14


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

L’image ci-après représente le plan de situation du projet :

PROJET
VILLA R+1

Figure 2: plan de situation du projet

Source : google earth

III.3. Plan de masse

Le plan de masse est un plan obligatoire pour la l’obtention d’un permis de construire
pour une nouvelle habitation. Ce dernier représente de manière schématique un terrain sur
lequel on souhaite construire. Ce plan permet de délimiter la zone du terrain sur lequel on va
construire ou pour connaître la topographie de ce même terrain et savoir de cette même façon
les plantations que l’on souhaite supprimer ou bien encore conserver. A noter cependant que
c’est un plan qui montre une vue d’ensemble du projet seul sans ses environs.

Le plan de masse de notre projet sera présenté dans les annexes.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 15


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III.4. Chemin d’accès

Le chemin d’accès représente le chemin qui permettra d’accéder à notre maison. Pour
notre construction, le chemin d’accès vers la villa est représenté dans l’image ci-après :

Vers
AMBOHITRARAHABA

LA TOTALITE
DU CHANTIER

PROJET VILLA
R+1

Vers le centre-ville

Figure 3: chemin d'accès vers le site d'implantation du projet

Source : google earth

CONCLUSION PARTIELLE :
Situé dans un milieu rural, la villa R+1 n’est pas isolée des grandes villes puisque d’après
cette étude préliminaire, plusieurs lignes de transports et de réseaux de communication relient
la commune à la ville, de plus des établissements publics se trouvent dans les environs du site.
L’environnement de notre futur logement se trouve être très promettant, tous les équipements
exigés pour une vie saine et meilleure sont à disposition des usagers de la villa.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 16


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE II : PRESENTATION DU PROJET

I. APERÇU DU PROJET

Le site de construction se localise tout près d’une colline de rocher en haut à droite de
l’hôtel ATLANTIS sis à Andrononobe dans la Commune Rurale d’Ankadikely Ilafy. Le chantier est
constitué des plusieurs constructions dont trois réhabilitations, la construction de bâtiment R+3
et la construction d’une villa R+1.

Pour ma part, ma contribution au projet se focalise sur l’étude de la villa R+1 s’étalant sur
une surface de 115.80 m². Comme l’on a déjà mentionnée auparavant, le projet de construction,
dont la date de début d’exécution reste encore inconnue, comportera deux niveaux dont le rez
de chaussée et le R+1.

II. LES DIFFERENTS INTERVENANTS


II.1. Le maître d’ouvrage

Ce projet sera réalisé pour le compte du maître d’ouvrage ou MOA, ProImmob. Donneur
d’ordre, il suit le projet durant toute sa réalisation, il est le dernier à intervenir si besoin lors de
la réception.

II.2. Le maître d’œuvre

Le bureau d’études Pierre Audric B.E.P.A aura cette responsabilité à son charge. C’est
lui qui se charge de la conception des plans, organise, supervise, coordonne les différentes
personnes qui travaillent sur un même et livre le produit une fois terminé. Il est choisi par le
maître d’ouvrage pour qui le projet est réalisé.

II.3. L’entreprise titulaire

L’entreprise titulaire du marché pour la conception de ce projet est l’entreprise


SOBATRA.

II.4. Le bureau d’études

L’entreprise SOBATRA se charge de l’étude technique de la totalité de la construction. Il


s’occupe des corps d’état technique (ouvrage en infrastructure et superstructure, les travaux de
second œuvre,…).

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 17


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.5. Les entreprises sous-traitantes

Etant chargée de la totalité des travaux, l’entreprise SOBATRA recoure à la sous-traitance


pour les travaux de second œuvre : pour les travaux de finitions et installations immobilières
chargé par le FINIBAT, pour les installations électrique, la société ENERGIE SOLUTION, pour la
plomberie l’entreprise SIMON.

III. DESCRIPTIONS DU PROJET PROPREMENT DIT

Le maître d’ouvrage a donné au bureau d’étude B.E.P.A la responsabilité de la conception


de la villa R+1. Le maître d’œuvre se doit de respecter tous les recommandations et les normes
en vigueur mais c’est le maître d’ouvrage qui définit les plans du projet qu’il veut édifier. C’est en
fonction de ces besoins que le maître d’œuvre va étudier toute la totalité du projet y compris le
choix du style architecturale, l’orientation de la construction, la distribution de chaque pièce
ainsi que le choix des divers matériaux pour la réalisation du projet.

III.1. Architecture de la villa


III.1.1. Style architecturale

Le maître d’œuvre a opté pour une architecture contemporaine qui se caractérise par les traits
suivants :

 Toiture plate ou à faible pente : dans notre cas, la pente est de 9%.
 Importance des éléments vitrés et de la transparence : présence des grandes surfaces
vitrées. L’usage du vitrage va renforcer le rapport entre intérieur et extérieur de la villa,
laissant au paysage la possibilité d’entrer en profondeur dans la maison. Ceci permet
également à la lumière naturelle de baigner les pièces intérieures en toutes saisons.
 Utilisation des matériaux de revêtement lisses ou texturés : verres, métaux, béton et
crépi de couleur pâle. Pour notre villa, chaque façade est revêtue de crépi de couleur gris
clair.
 Dépourvus d'ornementation et assemblés de manière à former des volumes
géométriques simples
 Rapport à l’environnement: Elle est conçu en étroite relation avec le site et
l’environnement dans lequel elle prendra place et fait partie intégrante du paysage. Ici,
on cherche à intégrer parfaitement la villa à son milieu naturel.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 18


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III.1.2. Répartition des pièces

Les pièces de la villa seront réparties, partant du rez de chaussée à l’étage, comme suit :

Au rez de chaussée :

 Un séjour + cuisine
 Une chambre
 Une salle de bain
 Un W.C

Il faut cependant noter que le séjour + cuisine et la chambre 01 donnent accès à une
terrasse devant la façade principale.

L’organigramme de répartition des pièces au rez de chaussée est représenté par la


figure ci-après.

W.C
BAIN 01
ESCALIER VERS
R+1

SEJOUR + CUISINE

CHAMBRE 01

TERRASSE

Figure 4: organigramme fonctionnel du RDC


Au 1er étage :

 Trois chambres
 Deux salles de bain
 Un W.C
 Une buanderie donnant accès vers le séchoir

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 19


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

L’organisation de ces pièces sont illustrés dans l’organigramme suivant :

SECHOIR

W.C. BAIN 02
BUANDERIE BAIN 03
ESCALIER

DEGAGEMENT DRESSING

CHAMBRE 04 CHAMBRE 03 CHAMBRE 02

Figure 5:organigramme fonctionnel au R+1

III.1.3. Dimensions des pièces

Les dimensions des pièces sont établies en fonction de leurs utilisations. Pour fixer les
surfaces et hauteurs de chaque pièce, on doit respecter les normes imposées par le code de la
construction et de l’habitation. Pour notre projet, le maître d’œuvre a réparti les pièces comme
suit :

 La hauteur sous-plafond est de 2.80 m au rez de chaussée et de 3.03 m au R+1, pour notre
villa.
 La pièce principale (avec cuisine ouverte sur le séjour) est de 73.06 m²
 Les dimensions des chambres de note villa vont de 13.80 m² à 21.85 m².
 Pour les pièces secondaires (buanderie, WC, salle de bains…), les dimensions dépendent
des matériels y installés : pour la salle de bain, au moins 3.70m² et pour les WC, 1.67 m²
dans notre cas.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 20


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Le tableau suivant récapitule les surfaces optées par le maître d’œuvre pour la conception de
la villa :

Tableau 10:tableau des surfaces de chaque pièce par niveaux

Niveau Pièces Superficies [m2]


Séjour + cuisine 73.06
Chambre 01 20.00
R.D.C Bain 01 7.40 127.31
W.C. 1.85
Terrasse 25.00
Chambre 02 21.85
Chambre 03 13.80
Chambre 04 13.86
Dégagement 5.34
Bain 02 6.33 94,13
R+1
Bain 03 3.70
W.C. 1.67
Dressing 5.92
Buanderie 5.97
Séchoir 15.69
Source: de l’auteur

III.1.4. Orientation du projet

C’est le maître d’œuvre qui définit l’orientation du projet (orientation des façades et
orientation des pièces).
Les façades de la villa sont orientées comme suit :
 la façade principale au Sud-Ouest
 la façade latérale gauche au Nord-Ouest
 la façade postérieure au Nord-Est
 la façade latérale droite au Sud-Est
Quant à chaque pièce, elles sont orientées comme suit :
 Le séjour se trouve au Sud-ouest,
 La cuisine-salle à manger orientée vers le Nord-Est,
 Toutes les chambres de la villa se situent dans le Sud-Ouest,
 Les salles de bains et les W.C sont orientés vers le Sud-Est au rez de chaussée et au
Nord-Est à l’étage (+dressing, buanderie et séchoir)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 21


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III.2. Eléments constitutifs et matériaux utilisés


III.2.1. Infrastructures

Les ouvrages en infrastructure comprennent les ouvrages enterrés notamment les


fondations qui supportent la totalité de la structure. Pour notre projet de construction, les
fondations sont constituées par :

 Le béton de propreté : en béton dosé à 150kg de CEM I 42.5


 Les semelles isolées : en béton armé dosé à 350 kg CEM I 42.5
 Le soubassement : en maçonnerie de moellons
III.2.2. Superstructures

C’est la partie de la construction située au-dessus du sol dont :

 Les murs extérieurs et murs de refend, en maçonnerie de parpaings ou d’agglomérées


de ciment de dimensions 20*20*40 [cm] hourdée au mortier de ciment dosé à 350 kg de
CEM I.
 Les cloisons, en maçonnerie de parpaing de parpaings ou d’agglomérées de ciment de
dimensions 15*20*40 [cm] hourdée au mortier de ciment dosé à 350 kg.
 Les briques de verres, pour éclairage case d’escalier, salle à manger ainsi que la salle de
bain de la chambre n°02.
 Poteaux, poutre, chaînage, linteau, appui de baies, paillasse, escalier, tous
planchers et auvent, en béton armé dosé à 350 kg de CEM I 42.5 malaxé et pervibré
mécaniquement. Coulage avec pervibration et reprise de bétonnage soigné.
 Les enduits seront au mortier de ciment dosé à 350kg de CEM I 42.5 pour tout mur
intérieur et mur extérieur et pour le ragréage des ouvrages en béton armé.
 Les poteaux de la pergola, devant la façade principale, en bois durs de section
20*20[cm].
 Les poutres de la pergola, en madriers 8/20 rabotés sur 4 faces et traités au fongicide
et insecticide, assemblés ou non.
 Pour le séchoir, fourniture et mise en œuvre d’étanchéité pour toiture terrasse
accessible.

III.2.3. Charpente-couverture-revêtement
 Les bois durs seront utilisés en charpente
 Les pannes sont en madriers 8/20 rabotés sur 4 faces et traités au fongicide et
insecticide, assemblés ou non.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 22


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 L’ensemble des couvertures sera en tôle galvabac pré laqué 63/100.


 Les noues, tôles faîtières en tôles planes pré laquées ép. 63/100è suivant les nervures
de la couverture
 Les tuyaux de descente EP seront en PVC, dont les sections seront calculées en
fonction de la surface à évacuer ; de façon à ce que l’eau débitée y circule facilement.
 Pour les planches de rive, elles seront réalisées avec des bois ordinaires de 25cm de
largeur et de 2.5cm d’épaisseur.
 Pour la collecte des EP, les gouttières seront en tôles planes pré laquées ép. 6/10è
 Les planchers sont revêtus de carreaux de dimensions 60*60 [cm] au RDC et de
parquets au R+1.
 Les murs intérieurs peints en blanc avec de la peinture à l’eau et pour les murs
extérieur, enduits de crépis de couleur gris clair.

III.2.4. Assainissement

Les travaux d'assainissement comprennent l'exécution de tous les regards de visite


figurés sur les plans de fondation, les fosses septiques et puisards ; les canalisations nécessaires
à l'évacuation des eaux vannes ; des eaux usées et des eaux pluviales.

 La fosse septique sera exécutée en béton armé avec incorporation d’hydrofuge de type
« SIKA »
 Le puisard avec un couvercle en béton armé pouvant supporter une charge d’une voiture
(environ 450kg/m²)
 On reliera les canalisations eaux usées venant de la cuisine et de l’office à un bac
dégraisseur de capacité 200 l, en polyéthylène du genre MAKIPLAST ou similaire.
 Les enduits des regards d'eaux usées et eaux vannes seront hydrofugés.

CONCLUSION PARTIELLE :

Contribuant à la résolution du problème de logement dans le pays, notre projet participe


également à l’amélioration du paysage du site où il sera implanté surtout due point de vue
architecturale qui épouse celui des autres constructions avoisinantes. Cependant, l’étude de ces
paramètres doit être complétée par l’étude des contraintes à considérer pour la stabilité de
l’ouvrage en vue de nous assurer de la sécurité des usagers de l’ouvrage. C’est dans l’étude
technique qui suit que nous allons effectuer tous les calculs nécessaire à cela.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 23


PARTIE II : ETUDES
TECHNIQUES
Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE I : CHOIX DES ELEMENTS LES PLUS


SOLLICITES

Afin de nous assurer de la stabilité de la construction, tous les calculs qui suivront se
focaliseront sur la partie la plus sollicité de l’ouvrage. Il faut ainsi déterminer ces parties de
l’ouvrage à savoir la file de poteaux la plus sollicitée et le poteau la plus sollicité.

I. CHOIX DE LA FILE LA PLUS SOLLICITEE

Des coordonnées nous serviront de repère pour la désignation de chaque file présente dans
la villa. Pour la détermination de la file la plus sollicitée, on va calculer la superficie supportée
par chaque file. Celle qui supporte la plus grande superficie sera notre file la plus sollicitée.
Il est à préciser qu’il faut choisir une file transversale puisque généralement une structure
est moins stable dans la transversale.
Dans notre cas, sur les 4 files présentes, on remarque que la file (2) est la plus sollicitée. Ainsi,
à partir de là, toute la suite des calculs se feront sur cette file.

Figure 6: Charges supportées par chaque poteau dans la file la plus sollicitée

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 25


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II. CHOIX DU POTEAU LE PLUS SOLLICITE

Pour déterminer le poteau le plus sollicité, le principe est la même que celui de la
détermination de la file la plus sollicitée. On calcule la superficie supportée par chaque poteau
sur la file la plus sollicitée et celui qui supporte la plus grande superficie sera le poteau le plus
sollicité.

Tableau 11:surfaces supportées par chaque poteau

Poteaux P1 P2 P3 P4
Surfaces [m2] 10,63 16,28 9,19 4,39

Source : de l’auteur

Figure 7: représentation du poteau le plus sollicité (coupe de la file à étudier)

CONCLUSION PARTIELLE :
Nous allons effectuer tous les calculs en ne prenant en considération que la file
transversale n°2 vue que c’est la file qui supporte le plus de charges. De plus, pour les poteaux,
le poteau à prendre en compte dans la suite des calculs sera le poteau P2.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 26


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE II: PRE-DIMENSIONNEMENT DES


ELEMENTS PORTEURS EN BETON ARME

Le pré-dimensionnement permet de connaitre les dimensions approximatives des éléments


porteurs tels que les poutres, les poteaux, les planchers mais on va également pré-dimensionner
l’escalier présent dans la villa.

I. POUTRES

Les poutres supportent les charges et surcharges verticales venant des planchers et qu’elles
transmettent ensuite aux poteaux. Elles sont généralement soumises à une flexion simple.

Une poutre est caractérisée par son hauteur h et sa base b. Ces dimensions sont fonctions de
la longueur L ou la portée de la poutre.

Pour une poutre travaillant à la flexion simple, la hauteur h[m] se calcule par la relation
suivante :

𝑳 𝑳
≤𝒉 ≤
𝟏𝟓 𝟏𝟎

Avec L la portée de la poutre en [m]


Et la base b [m] de la poutre par la relation :

𝟎. 𝟑𝒉 ≤ 𝒃 ≤ 𝟎. 𝟒𝒉
Pour le pré-dimensionnement des poutres, prenons les poutres ayant les plus grandes
portées :

 Pour les poutres longitudinales, L= 5.52 m


 Pour les poutres transversales, L=7.16m

Après application des relations citées auparavant, le tableau qui suit montre les
résultats du pré-dimensionnement des poutres.
Tableau 12:pré-dimensionnement des poutres

L [m] L/15 L/10 h [m] 0.3h 0.4h b [m]


Poutres longitudinales 5,52 0,37 0,55 0,50 0,15 0,20 0,20
poutres transversales 7,16 0,48 0,72 0,50 0,15 0,20 0,20
Source : de l’auteur

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 27


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

D’après ce tableau,
 Pour les poutres longitudinales, h est comprise entre 0.37 m et 0.55 m, pour les poutres
transversales, elle est comprise entre 0.48 m et 0.72 m. On va prendre h = 0.50 m ou
h = 50 cm.
 Pour les poutres longitudinales, b est comprise entre 0.15 m et 0.20 m, idem pour les
poutres transversales. On va donc prendre b = 0.2m ou b = 20 cm pour des raisons
architecturales.
 La section des poutres sera 20cm*50cm pour toute la totalité de la construction.

II. POTEAUX

Les poteaux sont des structures porteuses verticales. Ils transmettent aux fondations les
charges qui lui sont transmises dont les charges venant des poutres. Pour notre cas, on va
prendre le poteau P2 de la file (2) comme l’on a cité auparavant.

II.1. Données et hypothèses


 Fissuration peu préjudiciable
 Matériaux :
 Béton :
Béton armé dosé à 350 kg de CEM I 42.5 (conditions courantes)
fc28 = 25 MPa
ft28 = 2.1 MPa

 Acier :
Acier haute adhérence FeE400
Fe = 400 MPa

II.2. Pré-dimensionnement
Travaillant en compression simple, la section des poteaux se calcule par les relations
suivantes :
𝑵
𝑩 ≥ 𝟏. 𝟑𝟓 ∗
𝝈𝒃𝒄

𝒇
𝒄𝟐𝟖
Avec, 𝑵 = (𝒏 + 𝟎. 𝟖) ∗ 𝒒 ∗ 𝑺 et 𝝈𝒃𝒄 = 𝟎. 𝟖𝟓 ∗ 𝜽∗𝜸
𝒃

Où,
B: section du poteau [m²]
Posons B= a*b avec a et b les côtés du poteau

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 28


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

1.35 : coefficient de pondération à l’ELU


N: effort normale appliquée au poteau [T/m²]
n: nombre de niveau supporté par le poteau, n=2 pour notre villa.
0.8 : coefficient tenant compte des charges venant de la toiture
q: Charge moyenne supportée par un plancher d’étage [T/m²], tel que :
𝟏. 𝟐 𝑻/𝒎² ≤ 𝒒 ≤ 𝟏. 𝟓 𝑻/𝒎² , prenons la moyenne, q=1.35 T/m²
S: surface du plancher supporté par le poteau considéré [m²]
Ici, S=16,28 m².
σbc : contrainte limite de compression du béton [T/m²]
fc28 : Résistance à la compression du béton après 28 jours [MPa]
Dans notre cas, fc28= 25 MPa
Ө: Coefficient tenant compte de la durée T d’application des charges
Ө =1 pour T ≥ 24h
γb : coefficient de sécurité du béton
γb =1.5 pour combinaison fondamentale

Après calculs, nous avons les résultats suivants :


N = 39,56 T/m² et σbc = 1416,67 T/m²
D’où, B = a*b = 0,04 m²
Comme nous avons des murs d’épaisseur 20 cm, posons a=20cm soit 0.02 m.
Ainsi, b=0.02 m
 Il en résulte que nous avons des poteaux carrées de section 20cm * 20cm.

III. DALLES PLEINES

Les dalles en béton armé supportent les charges et les surcharges d’exploitations y appliqués.
L’épaisseur des dalles sera uniforme pour toute la totalité de la villa.

Pour le pré-dimensionnement de la dalle tient compte du rapport des portées lx (le plus
petite portée) et ly (la plus grande portée) :

𝒍𝒙
𝜶=
𝒍𝒚

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 29


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 8: représentation des portées lx et ly de la dalle

A noter que :
 Si α ≤ 0.4, on admet que la dalle porte sur une direction et l’épaisseur de la dalle doit
𝑳 𝑳
vérifier la relation : ≤𝒆≤
𝟓𝟎 𝟒𝟎
 Si 0.4 ≤ α ≤ 1, on admet que la dalle porte sur deux directions et son épaisseur se
𝑳 𝑳
calculera par : ≤𝒆≤
𝟒𝟎 𝟑𝟎

Avec 𝑳 = √𝒍𝒙 ∗ 𝒍𝒚

Après calcul, nous avons α = 0,76 où lx = 512 cm et ly = 676 cm


On a ainsi 0.4 ≤ α ≤ 1, donc la dalle est portante sur deux directions.
𝑳 𝑳
L’épaisseur de la dalle se calcule donc par ≤ 𝒆 ≤ 𝟑𝟎
𝟒𝟎

En appliquant la formule de L, 𝐿 = √512 ∗ 676 = 588,31 cm


𝑳 𝑳
D’où 𝟒𝟎 = 𝟏𝟓 𝒄𝒎 et 𝟑𝟎
= 𝟐𝟎 𝒄𝒎.

L’épaisseur e doit donc être comprise entre 15 cm et 20 cm.


 On va prendre e = 16 cm.

IV. ESCALIER

L’escalier est un ouvrage constitué d’une suite régulière de plans horizontaux (marches et
paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d’un étage à un autre.

La villa possède un escalier qui part du séjour-cuisine menant vers le dégagement à l’étage.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 30


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 9: représentation des éléments caractéristique de l'escalier


L’escalier se caractérise généralement par :

 L’emmarchement E: largeur utile de l’escalier


 La hauteur de marche h : distance verticale qui sépare le dessus d’une marche du
dessus de la marche suivant telle que 17cm ≤ h ≤ 20 cm
 La contremarche : la face verticale située entre deux marches consécutives
 Le giron g : distance horizontale mesurée entre les nez de deux marches consécutives
 La marche : surface plane de l’escalier sur laquelle on pose le pied pour monter ou
descendre
 Le nez de marche : bord avant de la marche, en saillie par rapport à la contremarche
inférieure
 La ligne de foulée : ligne fictive représentant la trajectoire théorique suivie par une
personne empruntant l’escalier.

IV.1. Emmarchement E

Dans notre cas, l’emmarchement de l’escalier est de 1.06m.

IV.2. Hauteur h des marches

La hauteur se calcule par le rapport entre la hauteur à franchir de plancher à plancher et


le nombre des marches, qui se traduit comme suit :

𝑯
𝒉[𝒄𝒎] =
𝒏𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒆𝒔

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 31


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Où,
H: la hauteur à franchir de plancher à plancher. Ici, H=3.00m soit 300 cm.
nmarches : le nombre de marches qui se détermine conventionnellement par :
𝑯
𝒏𝒎𝒂𝒓𝒄𝒉𝒆𝒔 =
𝟏𝟖

Après application numérique, on obtient nmarches = 17 marches.

𝟑𝟎𝟎
Ainsi, on a 𝒉 = = 𝟏𝟖 𝒄𝒎
𝟏𝟕

IV.3. Giron

Tout escalier doit obéir à la loi de blondel qui stipule que :

𝟔𝟎 𝒄𝒎 ≤ 𝒈 + 𝟐𝒉 ≤ 𝟔𝟒 𝒄𝒎

Soit,24𝑐𝑚 ≤ 𝑔 ≤ 28𝑐𝑚
Prenons la moyenne, g = 26 cm.

On peut aussi avoir la longueur développée de l’escalier qui est égale à Ld = g* nmarches

 Ld = 433 cm = 4.33 m
IV.4. Balancement de l’escalier

Le maitre d’œuvre opté pour un escalier balancée à quart tournant haut. Le


changement de direction est assuré par des marches balancées.

Figure 10: exemple d’un escalier quart tournant haut

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 32


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

IV.5. Ligne de foulée


Nous avons deux cas :

 Si E < 1.00m, la ligne de foulée se trouve au milieu de l’emmarchement


 Si E ≥ 1.00m, la ligne de foulée se trouve à 0.5 m de la rampe d’escalier.
Comme E=1.06m > 1 m, donc nous avons une ligne de foulée à 0.5 m de la rampe.

Cet escalier est constitué de 17 marches ou 17 foulées, dont cinq sont balancées

Notons par Lf la longueur de la ligne de foulée.

Lf se trouve à 0.5m de la rampe donc nous avons un rayon de déviation de 50 cm.

2𝜋∗50 𝑐𝑚
Ainsi la valeur de l’arc est de = 78.5 cm
4

Ainsi Lf = 182 + 78 + 78.5 = 334.5 cm

Ou Lf = 3.345 m

Ligne de
foulée

Figure 11: représentation de la ligne de foulée de l'escalier

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 33


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

IV.6. Inclinaison de l’escalier

Elle se calcule par la formule :


𝑯
𝒕𝒂𝒏 𝜶 =
𝑳𝒅
Avec,
H: hauteur à franchir de plancher à plancher H=3.00 m
Ld : longueur développée de l’escalier Ld = 4.33 m
Nous avons donc, tan α = 0.69. D’où, l’inclinaison de l’escalier est de α = 0.61 rad
Le tableau suivant récapitule les informations sur les dimensions et les caractères de
l’escalier :
Eléments Notations Résultats Unités
Emmarchement E 1.06 m
Hauteur des marches h 18 cm
Giron g 26 cm
Longueur développée Ld 4.33 m
Quart tournant
haut avec 7
Balancement - -
marches
balancées

Ligne de foulée Lf 3.345 m

Source : de l’auteur
CONCLUSION PARTIELLE :
La connaissance des dimensions des éléments à étudier est un point obligatoire avant de
procéder aux différents calculs. Ainsi, ces informations en notre possession, nous pouvons
procéder aux calculs des structures dans le chapitre qui suit.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 34


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE III: CALCUL DES STRUCTURES

Cette partie a pour but de trouver les facteurs qui peuvent déstabiliser la structure en
effectuant les différents calculs de descente des charges qui aboutiront ensuite au
dimensionnement des éléments porteurs.

Trois charges essentielles sont à considérer dans la descente des charges :

 Les charges permanentes : le poids propre de l’ouvrage et le poids des autres


équipements dont plus précisément les revêtements
 Les surcharges d’exploitation : selon la destination et l’utilisation du bâtiment.
 Les surcharges climatiques : l’effet du vent et l’effet du séisme. Dans le cas de notre site,
l’effet de séisme est négligeable mais les démarches de calculs seront quand même
mentionnées pour plus de sureté.

I. HYPOTHESES ET INVENTAIRE DES CHARGES


I.1. Charges permanentes

Ce sont les poids propres des éléments ayant une influence constante sur toute la construction.

Tableau 13: charges permanentes - poids des éléments de construction

Désignation des éléments Poids unitaires Unités

Béton armé 2500 daN/m3


Maçonnerie de parpaings
310 daN/m²
d’épaisseur 20 cm
Maçonnerie de parpaings
280 daN/m²
d’épaisseur 15 cm
Revêtement en parquet (au R+1) 22 daN/m²

Revêtement en carreaux (au RDC) 60 daN/m²

couverture en tôle galvabac


25 daN/m²
prélaqué 63/100 :
Structure de couverture
 pannes 7/17 8.00 daN/m²
 chevrons 10 daN/m²
Plafond rampant en placo plâtre 30 daN/m²
Source : cours de calcul des structures

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 35


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Remarque :

La toiture est à un seul versant avec une pente de 9%. Le calcul de la pente et des poids
unitaires de la couverture se fait comme suit :

 Calculons la pente en radian :

9
Nous avons une pente de 9% équivalent à tanα= =0.09
100

D’où, α = 0.090 rad.

 Pour les couvertures en tôle galvabac prélaqué 63/100 :


𝑃 𝑢𝑛𝑖𝑡𝑎𝑖𝑟𝑒 25
𝑃= =
𝑐𝑜𝑠𝛼 cos 0.09
D’où, P = 25.10 daN/m²
 Pour la structure de couverture :
(8 + 10) 18
𝑃= =
𝑐𝑜𝑠𝛼 𝑐𝑜𝑠 0.09
Ainsi, P = 18.07 daN/m²

I.2. Surcharges d’exploitation

Ce sont les charges s’exerçant sur la construction de l’exploitation lors de son exploitation.

Tableau 14: surcharges d'exploitation

Désignation des éléments Poids unitaires Unités

Toiture non accessible 100 daN/m2

Plancher à usage d’habitation 200 daN/m²

Cloisons légères 75 daN/m²


Source : cours de calcul des structures

I.3. Surcharges climatiques

II.3.1. Surcharges dues à l’effet du vent

On va considérer que la direction du vent est horizontale. Ainsi le vent agit


perpendiculairement sur les façades de la villa. Cependant, les hypothèses citées ci-après sont à
considérer pour déterminer les effets du vent.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 36


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

a. Pressions dynamiques de base

Ce sont les pressions dynamiques qui s’exercent à une hauteur de 10m au-dessus du sol.
Il faut considérer la pression dynamique de base normale et extrême. Les pressions dynamiques
de base dépendent de la zone d’implantation du site selon l’article n°04 du circulaire
010/MTP/DGE/DAUH/88.

En effet, Madagascar est reparti en quatre zones qui renferment chacun des pressions
dynamiques différentes. Dans le cas de notre site, il se trouve dans la zone III (la zone des hauts
plateaux) où les pressions dynamiques de base sont les suivantes :

 Pression dynamique de base normale q10, n= 124 daN/m²


 Pression dynamique de base normale q10, ex= 217 daN/m²

b. Pressions dynamiques de base corrigées

Les pressions dynamiques de base corrigées s’obtiennent par la relation :

𝒒𝒅 = 𝒒𝟏𝟎 ∗ 𝑪𝒉 ∗ 𝑪𝒔 ∗ 𝑪𝒎 ∗ 𝜹
Avec,

q10 : la pression dynamique de base normale ou extrême [daN/m²]

𝒒𝑯 𝑯+𝟏𝟖
Ch : l’effet de hauteur tel que 𝑪𝒉 = = 𝟐. 𝟓 ∗ 𝑯+𝟔𝟎
𝒒𝟏𝟎

Où H la hauteur totale de la construction considérée à partir d’un sol supposé horizontal.


Dans notre cas, H = 6.92 m.

Cs : l’effet de site, choisie en fonction de la nature du site d’implantation de la construction.


Notre site est un site exposé donc Cs = 1.2

Cm : l’effet de masque. La construction n’est pas masquée donc on a Cm = 1

δ: effet de dimension, c’est un coefficient qui réduit les pressions dynamiques de base. Pour
Antananarivo, nous avons une valeur moyenne de δ = 0.71.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 37


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Les résultats ainsi obtenus sont récapitulées dans ce tableau-ci :

Tableau 15:résultats de calcul des pressions dynamique de base corrigée

Paramètres Notations Résultats Unités


Hauteur H 6.92 m
Effet de hauteur Ch 0.93 -
Effet de site Cs (site exposé) 1.20 -
Effet de masque Cm (non masqué) 1.00 -
Effet de dimension δ 0.71 -
Pression dynamique de base normale q10, n 124 daN/m²
Pression dynamique de base extrême q10, ex 217 daN/m²
Pression dynamique de base normale corrigée qd, n 98,35 daN/m²
Pression dynamique de base extrême corrigée qd, ex 172,12 daN/m²
Source : de l’auteur
En prenons la valeur extrème, on a :

qd, ex = v = 172.12 daN/m²

II.3.2. Surcharges dues à l’effet du séisme

Les secousses sismiques imposent aux constructions des accélérations particulières pouvant
atteindre l’ordre de grandeur de la gravité : 9.81 m/s². Les efforts qui en résultent peuvent
s’exercer en plan selon une direction quelconque pouvant être oblique sur la verticale. On peut
donc concevoir deux composantes, l’une verticale, l’autre horizontale. Pour les calculs de
construction, on va tenir compte la composante horizontale. A noter cependant que Madagascar
ne se trouve pas dans une zone sismique, donc leurs effets ne sont équivalents qu’à des effets de
vibrations provoquées par des véhicules poids-lourds, soit 1/100ème des charges permanentes
que supportent les structures de ce bâtiment.

Nous avons ainsi :


𝑮
𝑯=
𝟏𝟎𝟎
Avec,
H : charges horizontales dues aux séismes [daN]
G : charges permanentes au-dessus du niveau de calcul considérés [daN]

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 38


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II. DESCENTE DES CHARGES

La descente des charges consiste à calculer les charges supportées par les éléments porteurs
de la construction notamment les poteaux et les murs, au niveau de chaque étage jusqu’à la
fondation (c’est-à-dire de la toiture jusqu’à la fondation) en considérant les charges cités
auparavant (charges permanentes, surcharges d’exploitation et surcharges climatiques).

A partir des données de bases précédemment établies, il nous est possible de calculer les
charges agissant sur les poteaux. En effet, l’opération de descente des charges précède toujours
les calculs sollicitations généralement au niveau des poutres. Par conséquent, c’est d’après cette
opération que l’on parvient à déterminer les dimensions et les armatures finales des éléments
porteurs de la construction. Dans les calculs pratiques, on va admettre que les poutres reposent
simplement sur les poteaux.

Figure 12:vue élévation de la file à étudier

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 39


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.1. Charges permanentes

Les notes de calcul sur les charges permanentes présentées dans l’annexe III nous permettent
d’établir le tableau récapitulatif suivant :

Tableau 16/récapitulation des valeurs des charges permanentes G

NIVEAU P1 P2 P3 P4 G=ƩP H = G/100 ΔH


N1 2401 3113 2030 7544 75
N2 2662 3423 2359 8444 84 84
N3 10098 14025 7848 3958 35930 359
N4 10348 14275 8098 4208 36930 369 285
N5 16254 23016 12094 9004 60368 604
Source : De l’auteur
II.2. Surcharges d’exploitation

Pour chaque niveau, les valeurs des surcharges d’exploitation est donnée par la formule :

𝑷𝒊 = 𝒒𝒊 ∗ 𝑺𝒊

Avec,
Pi : Surcharge d’exploitation [daN]
qi : Valeur de la surcharges par niveau [daN/m²]
Si : surface supportée par chaque poteau [m²]
Voici comment se répartissent le surcharges pour chaque niveau :
Tableau 17:répartition des surcharges [daN/m²]

Niveau N1+N2 N3+N4 N5


q q1 q3 q5
daN/m² 100 275 -

Source : de l’auteur

Après calculs, nous obtenons les valeurs suivantes :


Tableau 18:Surcharges d'exploitation portées par chaque poteau à chaque niveau

poteaux P1 P2 P3 P4
Surfaces 10,63 16,28 9,19 4,39
N1 et N2 1063 1628 919 -
Ajouter 2923,25 4477 2527,25 1207,25
N3 et N4 3986,25 6105 3446,25 1207,25
N5 3986,25 6105 3446,25 1207,25
Source : de l’auteur

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 40


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.3. Surcharges dues à l’effet du vent

Le vent fait intervenir des efforts horizontaux qui introduisent des moments fléchissant,
des efforts tranchants dans le portique multiple étagé constitué par l’ossature et des efforts
normaux dans les poteaux. Notre but est d’obtenir les efforts normaux dans les poteaux.

Notons par Fi ces efforts normaux, ils se déterminent par la formule :

𝝁 ∗ 𝒅𝒊 ∗ 𝑺𝒊
𝑭𝒊 =
𝑰𝒈

Avec,
μ: moment à équilibrer dans les poteaux [daN.m]
di : Position de chaque poteau par rapport au centre de gravité G des poteaux considérés [m]
Si : section respective de chaque poteau [m²]
Ig : Moment d’inertie de la section des poteaux par rapport à G [m4]

II.3.1. Calcul du Moment μ

Le moment à équilibrer dans les poteaux est donné par :


𝝁=𝑭∗𝒛
Avec,
F=h*L*v : Résultante de la force due au vent pour chaque niveau
Où h : la hauteur du niveau considéré par rapport au sommet du bâtiment[m]
L : largeur de la surface d’application du vent [m]
v : pression dynamique de base corrigée [daN/m²]
𝒉
z= : Hauteur d’application de la résultante pour chaque niveau [m]
𝟐

Le tableau nous donne la valeur du moment μ dans les poteaux.


Tableau 19:calcul du moment à équilibrer μ pour l’effet du vent [daN.m]

Niveau h F =h*l*v z μ = F*z


N1 0,68 541,98 0,34 183
N2=N3 3,79 3039,13 1,89 5752
N4=N5 6,79 5447,95 3,39 18482
Source : de l’auteur
II.3.2. Section respective de chaque poteau
Tableau 20:section des poteaux de chaque niveau [m²]

Poteaux P1 [m²] P2 [m²] P3 [m²] P4 [m²]


RDC 0,04 0,04 0,04 0,04
1ère étage 0,04 0,04 0,04 -
Source : de l’auteur

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 41


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.3.3. Calcul de di

La distance di d’un poteau par rapport à l’origine des axes est calculée par :
𝚺(𝒙𝒊 ∗ 𝑺𝒊)
𝒅𝟏 =
𝚺𝑺𝒊
Avec,
xi : Position du poteau Pi par rapport à l’origine confondue à P1 tel que, d’après les plans
présentés dans les annexes:
x1=0
x2=0+5,52
x3=0+5,52+1,98
x4=0+5,52+1,98+2,455
Si : section respective de chaque poteau (cf. tableau 20)
Tableau 21:valeurs des d1 pour chaque niveau [m]

Poteaux Ʃ Si [m²] d1 [m]


RDC 0.16 5,74
1ère étage 0.12 4,34

Source : de l’auteur
II.3.4. Calcul de Ig

Le moment d’inertie Ig se détermine par :


𝑰𝒈 = 𝚺𝑺𝒊 ∗ 𝒅𝒊²
Or, nous avons :

Au RDC, Au R+1,
d2= d1-5,52 d2= 5,52-d1
d3= 1,98-d2 d3= 1,98+d2
d4=2,455+d3

Tableau 22:valeur du moment d'inertie Ig pour chaque niveau [m4]

Poteaux d1 d2 d3 d4 𝑰𝒈 = 𝚺𝑺𝒊 ∗ 𝒅𝒊²


RDC 5,74 0,22 1,76 4,21 2,15
1ère étage 4,34 1,18 3,16 - 1,21

Source : de l’auteur

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 42


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Les figures ci-après représentent la position du centre de gravité G pour chaque


niveau :

II.3.5. Calcul des efforts normaux Fi

Après avoir trouvé les différents paramètres précédemment, on peut en déduire les valeurs
suivantes :

Tableau 23:récapitulation de l'effet du vent au niveau de la file (2)

F1 F2 F3 F4
Niveau Vérification
[daN] [daN] [daN] [daN]
N1 26 7 19 - 0,00
RDC
N2 = N3 826 225 602 - 0,00
R+1 N4 = N5 1971 77 603 1445 0,00

Source : recherche personnelle


Il est à remarquer que ces résultats doivent vérifier les conditions suivantes :
 F1 + F2 = F3 + F4 au rez de chaussée,
 F1 = F2 +F3 au R+1.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 43


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.4. Surcharges dues à l’effet du séisme

Les efforts normaux dus par l’effet de séisme se calculent de la manière que pour l’effet du vent :
𝝁 ∗ 𝒅𝒊 ∗ 𝑺𝒊
𝑭𝒊 =
𝑰𝒈
Mais ici, μ = Ʃ (ΔH *z)
Tableau 24:calcul du moment à équilibrer μ pour l’effet du séisme [daN.m]

Niveau H [daN] ΔH z [m] μ = Ʃ (ΔH *z)


N2 = N3 84 84 3,79 320
N4 = N5 369 285 3,00 1332
Source : de l’auteur
On peut déduire à partir de ces valeurs les valeurs des efforts normaux dues au séisme.
Tableau 25:récapitulation de l'effet du séisme au niveau de la file (2)

Niveau F1 [daN] F2 [daN] F3 [daN] F4 [daN] Vérification


N2 = N3 46 12 33 - 0,00
N4 = N5 142 6 43 104 0,00
Source : de l’auteur
La vérification est la même que pour l’effet du vent.

III. RECAPITULATION

Après avoir trouvé les quatre facteurs indispensables au calcul de descente de charge
proprement dit, nous pouvons évaluer les charges transmises à chaque poteau par les
combinaisons d’actions suivantes:

 1,35 G + 1,5 Q + W + S à l’ELU


 G + Q +0,77 W + S à l’ELS

Avec,
G : charges permanentes
Q : surcharges d’exploitation
W : effet du vent
S : effet du séisme

Remarque :

L’effet des charges pour chaque poteau n’est pas le même. Ce dernier dépend de sa
position vis-à-vis de la structure considérée. Généralement, les poteaux intermédiaires
supportent le plus de charge par rapport aux poteaux de rive. De ce fait, les charges appliquées

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 44


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

aux poteaux centraux sont majorées de 15% alors que celles des poteaux de façades sont réduites
de 10% de leurs valeurs normales.

Tableau 26:récapitulation des charges supportées par le poteau P1 [daN]

Niveau G Q W S Total ELU ELS 0,9*ELU 0,9*ELS


N1 2401 1063 26 3490 4862 3484 4376 3136
(poteau de rive)
POTEAUX P1

N2 2662 1063 826 46 4597 6014 4361 5413 3925


N3 10098 3986 826 46 14956 20438 14720 18394 13248
N4 10348 3986 1971 142 16447 21920 15852 19728 14267
N5 16254 3986 1971 142 22353 29893 21758 26904 19582
Pourcentage
67,53 22,77 9,09 0,61 100
en %
Source : de l’auteur

Tableau 27:récapitulation des charges supportées par le poteau P2 [daN]

Niveau G Q W S Total ELU ELS 1,15*ELU 1,15*ELS


N1 3113 1628 7 4748 6651 4746 7649 5458
(intermédiaire)
POTEAUX P2

N2 3423 1628 225 12 5288 7288 5224 8381 6008


N3 14025 6105 225 12 20367 28316 20303 32563 23348
N4 14275 6105 77 6 20462 28505 20439 32781 23505
N5 23016 6105 77 6 29203 40305 29180 46351 33557
Pourcentage
72,25 26,94 0,76 0,04 100
en %
Source : de l’auteur

Tableau 28:récapitulation des charges supportées par le poteau P3 [daN]

Niveau G Q W S Total ELU ELS 1,15*ELU 1,15*ELS


N1 2030 919 19 2968 4139 2964 4759 3409
(intermédiaire)
POTEAUX P3

N2 2359 919 602 33 3913 5164 3741 5939 3367


N3 7848 3446 602 33 11930 16366 11758 18821 10582
N4 8098 3446 603 43 12191 16705 12009 19211 10808
N5 12094 3446 603 43 16187 22099 16005 25414 14404
Pourcentage
68,73 25,80 5,14 0,33 100
en %
Source : de l’auteur

Tableau 29:récapitulation des charges supportées par le poteau P4 [daN]

Niveau G Q W S Total ELU ELS 0,9*ELU 0,9*ELS


N1
(poteau de rive)
POTEAUX P1

N2
N3 3958 1207 5166 7155 5166 6439 4649
N4 4208 1207 1445 104 6965 8937 6528 8044 5876
N5 9004 1207 1445 104 11761 15412 11324 13871 10192
Pourcentage
71,87 15,16 12,10 0,87 100
en %
Source : de l’auteur

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 45


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CONCLUSION PARTIELLE :

Les différents calculs pour obtenir les résultats présentés ci-dessus sont présentés dans
les annexes. En effet, ces résultats nous confirment donc que le plus sollicité est le poteau P2. Le
dimensionnement des armatures nécessaires pour les poteaux et les fondations en semelles
isolées se feront en considérant ce poteau.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 46


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE IV: CALCUL DES SOLLICITATIONS

Dans cette partie, nous allons déterminer les valeurs maximales de l’effort de tranchant
et du moment fléchissant agissant sur une barre ou une poutre. La méthode de calcul utilisée
sera celle de Hardy CROSS. Les valeurs ainsi trouvées nous serviront dernièrement de données
pour le dimensionnement des poutres.

I. PRESENTATION DES CHARGES AGISSANTS SUR LA STRUCTURE


Les charges appliquées sur la structure se calculeront à l’ELU ET L’ELS. Avant d’aboutir
aux courbes enveloppes, La portique considérée sera soumise séparément à :
 q : charges verticales seules
 q + vg : charges verticales associées à l’effet du vent gauche
 q + vd : charges verticales associées à l’effet du vent droit

Comme nous avons une toiture en pente de α = 9% avec un plafond rampant, les barres
au niveau de la toiture sont inclinés de 9% soit 0.09 rad ou 5.14°.

Le schéma suivant représente la répartition de ces charges :

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 47


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Mais afin d’obtenir système plus simple, nous allons introduire l’angle d’inclinaison de la
poutre sous la toiture qui est de α = 9% lors de l’évaluation des charges agissant sur les barres
CD et DI.

Notons par q1 la valeur de la charge ainsi obtenue.

Donc, on a q1 = q1’/cosα.

Après introduction de la pente, le reste des calculs se fera à partir du système équivalent
à la figure suivant :

Figure 13: répartition des charges agissant sur chaque barre

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 48


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II. EVALUATION DES CHARGES UNITAIRES

Il nous est indispensable de connaître les valeurs de charges au mètre linéaire appliquées
sur chaque barre.

Les combinaisons d’action, déjà mentionnées auparavant, sont toujours prises en


compte :

 1,35 G + 1,5 Q + W + S à l’ELU


 G + Q +0,77 W + S à l’ELS

Les tableaux qui suivent montrent l’évaluation des charges agissant sur chaque barre au
mètre linéaire.

Tableau 30:évaluation des charges unitaires entre les poteaux P1 et P3 [daN/ml]

ENTRE POTEAUX P1 ET P3
Dimensions [m] poids q sans ELU ELS
niveau

unitaire pondérat Coeff Coeff


par

désignation q à l'ELU q à l'ELS


L l h [daN/m2] ion à à
[daN/m3] [daN/ml] [daN/ml] [daN/ml]
l'ELU l'ELS
Couverture 1,00 4,67 18,07 84,31 1,35 113,82 1,00 84,31
Structure de
1,00 4,67 25,10 117,10 1,35 158,08 1,00 117,10
couverture
q1 Plafond plâtre 1,00 4,67 30,00 139,95 1,35 188,93 1,00 139,95
poutre 1,00 0,20 0,50 2500,00 250,00 1,35 337,50 1,00 250,00
surcharge
1,00 4,67 100,00 466,50 1,5 699,75 1,00 466,50
d'exploitation
1057,86 1498,08 1057,86

Plancher dalle 1,00 4,67 0,16 2500,00 1866,00 1,35 2519,10 1,00 1866,00
Revêtement
1,00 4,67 22,00 102,63 1,35 138,55 1,00 102,63
parquets
q2 Plafond plâtre 1,00 4,67 30,00 139,95 1,35 188,93 1,00 139,95

Poutre 1,00 0,20 0,50 2500,00 250,00 1,35 337,50 1,00 250,00
surcharge
1,00 4,67 200,00 933,00 1,5 1399,50 1,00 933,00
d'exploitation
3291,58 4583,58 3291,58
qvg et vent gauche et
1,00 4,67 172,12 802,94 1,00 802,94 0,77 618,26
qvd vent droite
Source : De l’auteur

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 49


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Tableau 31:évaluation des charges unitaires entre les poteaux P3 et P4 [daN/ml]

ENTRE POTEAUX P3 ET P4
Dimensions [m] poids q sans ELU ELS
niveau

unitaires pondérat Coeff coeff


par

désignation q à l'ELU q à l'ELS


L l h [daN/m2] ion à à
[daN/m3] [daN/ml] [daN/ml] [daN/ml]
l'ELU l'ELS
Plancher dalle 1,00 4,67 0,16 2500,00 1866,00 1,35 2519,10 1,00 1866,00
Revêtement
1,00 4,67 22,00 102,63 1,35 138,55 1,00 102,63
parquets
Plafond plâtre 1,00 4,67 30,00 139,95 1,35 188,93 1,00 139,95
q3 Mur de
1,00 0,90 310,00 279,00 1,35 376,65 1,00 279,00
remplissage
Poutre 1,00 0,20 0,50 2500,00 250,00 1,35 337,50 1,00 250,00
surcharge
1,00 4,67 200,00 933,00 1,5 1399,50 1,00 933,00
d'exploitation
3570,58 4960,23 3570,58
qvg et vent gauche et
1,00 4,67 172,12 802,94 1,00 802,94 0,77 618,26
qvd vent droite
Source : de l’auteur

Les valeurs des charges en Tf/ml sont représentées dans le tableau qui suit :

Tableau 32:évaluation des charges qi en Tf/ml

ELU ELS
Charges qi
[Tf/ml] [Tf/ml]
q1 1,50 1,05
q2 4,58 3,29
q3 4,96 3,57
qvg = qvd 0,80 0,62
Source : de l’auteur

III. METHODE DE CROSS

Cette méthode va nous permettre de déterminer, par des calculs simples, les efforts
s’exerçant dans un système hyperstatique à nœuds rigides. Ces efforts sont les effets des forces
extérieurs appliquées sur la structure. Les résultats détaillés issus de la méthode de Cross sont
présentés en annexe III mais les différentes étapes à suivre se présentent comme suit :

III.1. Moment d’inertie I de chaque barre [cm4]

Pour une section carrée, le moment d’inertie est donné par la formule :

𝒂𝟒
𝑰 = 𝟏𝟐 Où a : coté [cm]

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 50


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Pour une section rectangulaire, la formule est la suivante :

𝒃∗𝒉𝟑
𝑰= Où b : base [cm] et h : hauteur [cm]
𝟏𝟐

Tableau 33:moment d'inertie I des poteaux et poutres

a ou b [cm] h [cm] Formules I [cm4]


𝒂𝟒
Poteau 20 20 13333
𝟏𝟐
𝒃 ∗ 𝒉𝟑
Poutre 20 50 208333
𝟏𝟐
Source : de l’auteur

III.2. Raideur Ri

La raideur Ri de chaque barre dépend des caractéristiques que présente la barre en


question :
𝐼
 Ri = si la barre est encastrée sur deux extrémités
𝑙
3𝐼
 Ri = si la barre est encastrée à une extrémisé et articulée à l’autre,
𝑙
 Ri = 0 s’il s’agit d’une poutre en console.
Dans notre cas, toutes les barres sont considérées comme encastrées aux deux
extrémités, la raideur Ri se calcule par la première formule :

𝑰
Ri = avec I : moment d’inertie de la barre considérée [cm4]
𝒍
l : longueur de la barre [cm]
Ri : raideur de chaque barre [cm3]

III.3. Coefficient de répartition Ci

Il est donné par la formule suivante :


𝑹𝒊
𝑪𝒊 =
𝚺𝑹𝒊
Avec Ri : la raideur de chaque barre [cm3]

III.4. Moments Mi dans les barres

Pour les barres encastrées des deux côtés soumises à une charge uniformément répartie q, on a
:
𝒒𝒍𝟐
𝑴𝑨𝑩 = = −𝑴𝑩𝑨
𝟏𝟐

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 51


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Avec
q: charge uniforme appliquée sur la barre [Tf/ml]
l: longueur de la barre [m]

En tenant compte du coefficient de répartition, le moment transmis dans chaque barre se calcule
par :

𝑴𝑨𝑿 = −𝑪𝒊 ∗ 𝑴

Avec,
Ci : le coefficient de répartition
M: Somme du moment d'encastrement parfait et des moments précédemment transmis aux
nœuds [Tf.m]

Et le moment transmis pour la barre opposée est diminué de moitié. Ce qui nous donne la formule
suivante :

𝑴𝑨𝑿
𝑴𝑿𝑨 =
𝟐

III.5. Efforts tranchants dans les barres

La formule qui permet d’obtenir les efforts tranchants dans les barres est la suivante :
𝑴𝑨𝑩 + 𝑴𝑩𝑨
𝑻(𝒙) = 𝜽(𝒙) +
𝒍

Avec,
Ө(x) : effort tranchant dans les barres droites de même portée reposant sur deux
appuies simples et supportant les mêmes charges q. Pour les barres reposant sur deux appuies,
𝒒𝒍
la valeur de 𝛳 est donnée par Ө = 𝟐 - qx.

MAB et MBA : moments dans les barres considérées


l: longueur de la barre

III.6. Déplacements à envisager

Lorsque la somme des forces horizontales dans chaque niveau est égale à zéro, les
nœuds ne subissent aucun déplacement. Dans le cas contraire, il y a déplacement des nœuds. Le
nombre de déplacement des nœuds est donnée par d = n – c

 d : nombre de déplacement
 n : nombre de nœuds susceptible de se déplacer
 c : nombre de contour fermé

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 52


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Dans notre cas, on a d = 8-6 = 2 déplacements à considérer.

Les moments dus aux déplacements sont obtenus à partir de la formule ci-après :

𝟔𝑬𝑰∆
𝑴𝑨𝑩 = 𝑴𝑩𝑨 =
𝒍𝟐

Avec,
E : module d’YOUNG,
I : Moment d’inertie dans la barre [cm4],
Δ : valeur du déplacement,
l : la longueur de la barre [cm].

III.7. Coefficient de déplacement ki

Comme nous devons considérer deux déplacements des nœuds, il ne faut trouver deux
coefficients de déplacement k1 et k2. Après avoir trouvé les valeurs des moments initiaux,
précédemment calculés, on peut procéder au calcul des coefficients en résolvant un système
d’équation à deux inconnues dont k1 et k2 que nous avons établis à partir des valeurs trouvées
auparavant:
 Fh(0) + k1*Fh(1) + k2*Fh(2) = 0
 Fh’(0) + k1*Fh(1) + k2*Fh(2) = 0
Avec,
Fh : la somme des forces horizontales appliquées au rez de chaussée
Fh’ : la somme des forces horizontales appliquées au 1er étage

III.8. Moments réels et efforts tranchants réels

La valeur des moments réels et des efforts tranchants réels dans les barres sont obtenues
en faisant la somme des moments initiaux et moments dus aux déplacements majorés par le
coefficient de déplacement ki.

On obtient les relations suivantes :

𝑴𝒓 = 𝑴𝟎 + 𝚺 𝒌𝒊 𝑴𝒊 et 𝑻𝒓 = 𝑴𝟎 + 𝚺 𝒌𝒊 𝑻𝒊

Ici, i varie de 1 à 2.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 53


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III.9. Moment maximal en travée

Le moment maximal en travée se calcule par l’application de la formule :


𝑴𝑨𝑩 + 𝑴𝑨𝑩
𝑴𝒎𝒂𝒙 = 𝝁(𝒙) − 𝑴𝑨𝑩 + .𝒙
𝒍
Où,

μ(x) : moment en un point quelconque de la barre reposant sur deux appuis simples et
supportant les mêmes charges, donné par la formule :

𝒒𝒍𝒙 𝒒𝒙𝟐
𝝁(𝒙) = −
𝟐 𝟐

x : abscisse du point où l’effort tranchant T = 0 et où le moment fléchissant M atteint la valeur


maximale.

IV. INTERPRETATION GRAPHIQUE DE LA METHODE DE CROSS

Après avoir effectué les différentes étapes citées précédemment, nous pouvons établir
les diagrammes des moments fléchissant réels et des efforts tranchants réels de chaque barre
récapitulés dans les courbes enveloppes ci-après. C’est à partir de ces courbes que nous obtenons
la valeur des moments fléchissant et efforts tranchants maximaux de chaque barre et en déduire
l’élément le plus sollicité.

Ainsi, les calculs effectués auparavant nous permettent d’établir les courbes enveloppes
des moments fléchissant à l’ELS et à l’ELU et celle des efforts tranchants à l’ELS et à l’ELU.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 54


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

IV.7. Courbes enveloppes des moments fléchissant

Figure 14: courbes enveloppes des moments fléchissant à l'ELS

Figure 15: courbes enveloppes des moments fléchissant à l'ELU

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 55


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

IV.8. Courbes enveloppes des efforts tranchants

Figure 16: courbes enveloppes des efforts tranchant à l'ELS

Figure 17: courbes enveloppes des efforts tranchants à l'ELU

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 56


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CONCLUSION PARTIELLE :
Les calculs effectués dans ce chapitre nous affirment donc que c’est la poutre suivant la
barre BE qui est le plus sollicité. Le dimensionnement des poutres se fera par conséquent en
tenant de cette poutre. D’ailleurs, nous avons considéré que toutes les poutres ont la même qui
est de 20*50 cm. On va garder cette hypothèse dans le reste des calculs qui suit, le
dimensionnement des éléments porteurs en béton armé.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 57


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE V: DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS EN


BETON ARME

Connaissant les sollicitations auxquelles sont soumis les éléments porteurs, d’après les
résultats de la descente des charges et de la méthode Cross, nous sommes désormais en mesure
de procéder aux dimensionnements des éléments en B.A.

Cette partie consiste à déterminer les armatures des éléments en béton armé tels que les
poutres, les poteaux et les fondations. Nous allons réaliser les calculs en nous basant sur les
règles du B.A.E.L 91 modifié 99 ; et il est à préciser nous n’allons considérer que les éléments qui
sont les plus sollicités.

Dans les démarches de calcul, nous allons considérer les hypothèses suivantes :

 Fissuration peu préjudiciable, la villa n’est pas suffisamment exposée aux intempéries ou
aux mauvais temps.
 Le ciment utilisé est le CEM I de classe 42,5 et est dosé à 350kg pour le béton armé
 Les aciers sont à Haute Adhérence HA FeE400.

I. DIMENSIONNEMENT DES SEMELLES ISOLEES

Ce sont les fondations qui assurent la transmission des charges et des surcharges venant des
poteaux vers le sol. Notre étude s’effectuera sur la semelle située sous le poteau P2 vue que celle-
ci reçoit le plus de charge.

I.1. Organigramme de calcul

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 58


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Début

Données et hypothèses :
a, b, Nu, Ns, σs , γs , γb , 𝝈𝒔𝒐𝒍 , fe, fc28

Pré-dimensionnements de la semelle (à l’ELS) :


𝑵𝒔
S=A*B≥
𝝈𝒔𝒐𝒍
Pour notre semelle à section carrée donc A=B
𝑵𝒔
D’où A=B=
𝝈𝒔𝒐𝒍

Condition de rigidité de la semelle :


𝑩−𝒃
𝒅𝒂 ≥ et 𝒅𝒃 ≤ 𝑨 − 𝒂
𝟒

Section d’armature à l’ELU : Section d’armature à l’ELU :


𝑵𝒖 ∗ (𝑨 − 𝒂) 𝑵𝒔 ∗ (𝑨 − 𝒂)
𝑨𝒂 = 𝑨𝒂 =
𝟖 ∗ 𝒅𝒂 ∗ 𝝈𝒔 𝟖 ∗ 𝒅𝒂 ∗ 𝝈𝒔
𝑵𝒖 ∗ (𝑩 − 𝒃) 𝑵𝒔 ∗ (𝑩 − 𝒃)
𝑨𝒃 = 𝑨𝒃 =
𝟖 ∗ 𝒅𝒃 ∗ 𝝈𝒔 𝟖 ∗ 𝒅𝒃 ∗ 𝝈𝒔

Prise de valeur de la Aa et Bb :
Aa = max (𝑨𝒂𝑬𝑳𝑼 ; 𝑨𝒂𝑬𝑳𝑺 )
Ab = max (𝑨𝒃𝑬𝑳𝑼 ; 𝑨𝒃𝑬𝑳𝑺 )

CHOIX DE LA SECTION D’ARMATURE :


Nombre et diamètre ∅ des aciers

Hauteur de la Epaisseur minimale de la Espacement St :


semelle : semelle : 𝑨−𝒆𝒏𝒓𝒐𝒃𝒂𝒈𝒆
𝑺𝒕 =
𝒏𝒃𝒓 𝒅′ 𝒂𝒓𝒎.
h = db + 3cm + 0.5∅ 𝒆 ≥ 𝒎𝒂𝒙(𝟔∅ + 𝟔𝒄𝒎; 𝟏𝟓𝒄𝒎)

NON OUI
𝝈𝒔𝒐𝒍 ≤ 𝝈𝒔𝒐𝒍

Poids sous la semelle: Charges sous la semelle:


G = ρ*A*B*h (ρ=2500 daN/m3) N = Ns + G

Longueur de scellement ls :
𝒇𝒆 ∗ ∅
𝒍𝒔 = (𝝉𝒔 = 𝟎. 𝟔 ∗ 𝛙𝒔 𝟐 ∗ 𝒇𝒕𝒋 )
𝟒 ∗ 𝝉𝒔

Fin

Figure 18: Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures de la semelle

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 59


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.2. Données et hypothèses de calcul

D’après les données géotechniques du sol où notre projet sera implanté, la contrainte
admissible 𝜎̅𝑠𝑜𝑙 du sol est égale à 2.5 daN/cm² soit 0.25 MPa.

Les dimensions du poteau au-dessus de la semelle sont a=b=20 cm où a et b sont les côtés
du poteau.

Béton :

Résistance caractéristique à la compression : fc28 = 25 MPa


Résistance caractéristique à la traction : ft28 = 2.1MPa
Aciers :

Nuance de l’acier FeE400 : fe = 400 MPa


Coefficient de sécurité de l’acier : γs = 1.15 (combinaison fondamentale)
Contrainte ultime de l’acier : σs = fe/ γs = 348 MPa
Coefficient de scellement : ψs = 1.5
Sollicitations :

Charges transmis à la base des poteaux :


 A l’ELU, Nu = 46351 daN
 A l’ELS, Ns = 33557 daN

I.3. Calcul des armatures

D’après l’organigramme présenté précédemment, les étapes à suivre pour la


détermination des armatures nécessaires pour les semelles isolées sous les poteaux sont
résumées dans les tableaux qui suivent :

Tableau 34: données et hypothèses pour la détermination des armatures de la semelle isolées sous le poteau P2

DESIGNATIONS RESULTATS
Coefficient de sécurité γs = 1,15
Nuance de l’acier FeE400 fe [Mpa] = 400,00
Aciers
Contrainte σs [Mpa] = 348
Coefficient de scellement ψs = 1.5
ELU Nu [daN] = 46351,25
Sollicitations
ELS Ns [daN] = 33556,76
Côtés du poteau au-dessus de la a [cm] = 20,00
Poteaux
semelle b [cm] = 20,00
Résistance à la compression fc28 [MPa]= 25
Béton
Résistance à la traction ft28 [MPa]= 2.1

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 60


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Tableau 35:pré-dimensionnement de la semelle (à l'ELS)

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


𝑵𝒔
S=A*B≥𝝈 A x B [cm²] = 13 422,70
𝒔𝒐𝒍
Dimensions de la
Pour un poteau carré A = B [cm] = 115,86
semelle, condition de
résistance du sol A [cm] = 120
dimensions choisies
B [cm] = 120
𝑩−𝒃
𝒅𝒂 ≥ da [cm] ≥ 25,00
𝟒
db ≤ (A - a) db [cm] ≤ 100,00
Epaisseur de la
semelle hauteur utile d choisi da [cm] = 25
hauteur utile d choisi db [cm] = 26
h = db + 3cm + 0.5∅ h [cm] = 30

Tableau 36: détermination des sections d'armatures nécessaire

DESIGNATIONS RESULTATS
E.L.U
Aa=Nu*(A-a)/(8*da*σs)
Aciers parallèles à A
section d'armature à Aa [cm²] = 6,66
l'ELU Ab=Nu*(B-b)/(8*db*σs)
Aciers parallèles à B
Ab [cm²] = 6,41
E.L.S.
Aa=Ns*(A-a)/(8*da*σs))
Aciers parallèles à A
section d'armature à Aa [cm²] = 4,82
l'ELS Ab=Ns*(B-b)/(8*db*σs))
Aciers parallèles à B
Ab [cm²] = 4,64
Suivant A Aa = 6,66 cm² Aciers choisis 6 HA 12
Suivant B Ab = 6,41 cm² Aciers choisis 6 HA 12

Tableau 37: disposition constructive de la semelle

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


Epaisseur minimale de la
𝑒 ≥ 𝑚𝑎𝑥(6∅ + 6𝑐𝑚; 15𝑐𝑚) e [cm] = 15,00
semelle :
𝐴 − 𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒
espacement 𝑆𝑡 = St [cm] = 23.4
𝑛𝑏𝑟 𝑑 ′ 𝑎𝑟𝑚. −1
τs [Mpa] = 2,835
τs = 0,6 ψs² ftj
Longueur de scellement ftj [Mpa] = 2,1
ls 𝒇𝒆 ∗ ∅
𝒍𝒔 = ls [cm] = 35,27
𝟒 ∗ 𝝉𝒔

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 61


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Remarques :

𝐵
 Si 𝑙𝑠 > 4
∶ les barres doivent être prolongées jusqu'aux extrémités de la semelle avec

crochet,
𝐵 𝐵
 Si 8 ≤ 𝑙𝑠 ≤ 4
: les barres doivent être prolongées jusqu'aux extrémités de la semelle

avec ou sans crochet,


𝐵
 Si 𝑙𝑠 < 8
∶ nous avons des barres sans crochet.

𝐵
Dans notre cas, 𝑙𝑠 > 4
, alors les barres doivent être prolongées jusqu'aux extrémités de

la semelle avec crochet.

Tableau 38: vérification de la condition de stabilité de la semelle

DESIGNATION FORMULES RESULTATS


Enrobage c [cm] = 3
Hauteur de la semelle h = db + 3cm + 0.5∅ h [cm] = 30
Poids volumique de la
ρ [daN/m3]= 2500
semelle

Poids sous la semelle G = ρ*A*B*h G [daN]=


1080
Charges sous la semelle N = Ns + G N [daN]=
34637
Contraint appliquée au 𝑵𝒔
𝝈𝒔𝒐𝒍 = 𝜎𝑠𝑜𝑙 [daN/cm²]= 2.33
sol 𝑨∗𝑩
La condition de stabilité de la semelle est vérifiée car 𝝈𝒔𝒐𝒍 ≤ 𝝈𝒔𝒐𝒍

 On a une semelle isolée de section A*B=1.20 *1.20 m avec 6 HA 12 d’armatures chacun


suivant les deux côtés A et B espacés de 23 cm de tel sorte que les barres soient
prolongées jusqu'aux extrémités de la semelle avec crochet.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 62


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.4. Mise en place des armatures

COUPE BB

COUPE AA

4 HA 12 X 348

Tableau 39:nomenclature des armatures pour la semelle isolée

Diamètre Longueur Espacement


N° Nombre Nuance schéma
[mm] [cm] [cm]

1 4 HA 12 348 14 348

2 20 HA 6 62 15

3 6 HA 12 128 23

4 6 HA 12 128 23

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 63


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II. DIMENSIONNEMENT DES POTEAUX

C’est l’élément qui transmet les charges et surcharges venant des poutres vers les fondations.
Nous allons considérer le poteau qui supporte le plus de charges.
II.1. Organigramme de calcul
Début

Données et hypothèses :
a, b, Nu, Ns, lo, fc28,𝒇𝒆 , 𝛾b, 𝛾s, 𝛳

Contrainte de calcul :
𝟎.𝟖𝟓𝒇𝒄𝟐𝟖 𝒇𝒆
Béton 𝝈𝒃𝒄 = ; acier 𝝈𝒔 = 𝜸
𝜽.𝜸𝒃 𝒔

ARMATURES LONGITUDINALES

Section du béton : B = a*b


Section réduite : Br = (a-2)*(b-2)
Périmètre : u = 2 (a+b)
Longueur de flambement : lf = 0.7 lo
𝒍𝒇
Elancement : 𝝀 = 𝟑. 𝟒𝟔
𝒂

NON OUI
𝝀 ≤ 𝟓𝟎

NON OUI
𝝀 ≤ 𝟕𝟎

Coefficient de sécurité : Coefficient de sécurité :


𝝀 > 𝟕𝟎 : 𝟎.𝟖𝟓
𝟓𝟎 𝟐 𝜶=
Autre démarche de calcul 𝜶 = 𝟎. 𝟔 ∗ 𝝀 𝟐
𝝀 𝟏+𝟎.𝟐
𝟑𝟓

ELUR : ELUSF : Limite de section :


𝑵𝒖 − 𝝈𝒃𝒄 . 𝑩 𝜸𝑺 𝑵𝒖 𝑩𝒓. 𝒇𝒄𝟐𝟖 𝑨𝒖 ≥ 𝟒𝒖
𝑨𝒖 ≥ 𝑨𝒖 ≥ − 0,2% B ≤ A ≤ 5 % B
𝝈𝑺 𝒇𝒆 𝜶 𝟎. 𝟗𝜸𝒃

𝑨 = 𝒎𝒂𝒙(𝑨𝒖𝒎𝒊𝒏 ; 𝑨𝒖𝑬𝑳𝑼𝑹 ; 𝑨𝒖𝑬𝑳𝑼𝑺𝑭 )

ARMATURES TRANSVERSALES

∅𝒍𝒎𝒊𝒏
Diamètre : ∅𝒕 = 𝟑
Espacement: 𝑺𝒕 ≤ 𝒎𝒊𝒏 𝟏𝟓∅𝒍𝒎𝒊𝒏 ; 𝟒𝟎 𝒄𝒎; (𝒂 + 𝟏𝟎 𝒄𝒎)
Longueur de recouvrement: lr = 24∅ pour FeE400

Fin
Figure 19: Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures des poteaux

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 64


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.2. Données et hypothèses de calcul

Béton :

Résistance caractéristique à la compression : fc28 = 25 MPa


Résistance caractéristique à la traction : ft28 = 2.1MPa
Coefficient tenant compte de la durée T d’application des charges : Ө=1 pour T ≥24 h
Coefficient de sécurité du béton (combinaison fondamentale) : γb =1.5
Aciers :

Nuance de l’acier FeE400 : fe = 400 MPa


Coefficient de sécurité de l’acier : γs = 1.15 (combinaisons fondamentales)
Coefficient de scellement : ψs = 1.5
Sollicitations :

Charges transmis à la base des poteaux :


 A l’ELU, Nu = 46351 daN
 A l’ELS, Ns = 33557daN
Géométrie du poteau :
Epaisseur : a = 20 cm
Largeur : b = 20 cm
Longueur libre : lo = 3.3 m

II.3. Calcul des armatures

Tableau 40:dimensions du poteau étudié

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


Epaisseur a [cm] = 20
Largeur b [cm] = 20
Section du béton B = a*b B [cm²] = 400
Section réduite Br = (a-2)*(b-2) Br [cm²] = 324
Périmètre u = 2 (a+b) u [cm] = 80
Longueur de flambement lf = 0.7 lo lf [m] = 2.31
𝑙𝑓
Elancement 𝜆 = 3.46 λ= 39.96
𝑎

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 65


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Tableau 41:contrainte de calcul

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


fc28 [MPa]= 25
contrainte limite de 𝟎. 𝟖𝟓𝒇𝒄𝟐𝟖 Ө= 1
𝝈𝒃𝒄 =
compression du béton 𝜽. 𝜸𝒃 γb = 1.5
σbc [MPa] = 14,17
fe [MPa] = 400
𝒇𝒆
Section réduite 𝝈𝒔 = γs = 1.15
𝜸𝒔
σs = 348

Tableau 42:déterminations des armatures longitudinales

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


𝟎.𝟖𝟓
Coefficient de sécurité 𝜶= 𝝀 𝟐
𝒄𝒂𝒓 𝝀 ≤ 𝟓𝟎 α= 0,674
𝟏+𝟎.𝟐
𝟑𝟓
Etat limite ultime de 𝑵𝒖 − 𝝈𝒃𝒄 . 𝑩
𝑨𝒖 = Au [cm²] ≥ -2,97
résistance (ELUR) 𝝈𝑺
Etat limite ultime de stabilité 𝜸𝑺 𝑵𝒖 𝑩𝒓. 𝒇𝒄𝟐𝟖
𝑨𝒖 = − Au [cm²] ≥ 2,52
de forme (ELUSF) 𝒇𝒆 𝜶 𝟎. 𝟗𝜸𝒃
𝑨𝒖 ≥ 𝟒𝒖 Au [cm²] ≥ 3.20
Limite de section
0,2% B ≤ A ≤ 5 % B 0.8 ≤ Au [cm²]≤ 20
𝑨 = 𝒎𝒂𝒙(𝑨𝒖𝒎𝒊𝒏 ; 𝑨𝒖𝑬𝑳𝑼𝑹 ; 𝑨𝒖𝑬𝑳𝑼𝑺𝑭 ) Au [cm²] ≥ 3.20
Prenons A = 4.52 cm² Aciers choisis 4 HA 12

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


∅𝒕 [mm] = 4
(par calcul)
∅𝒍𝒎𝒊𝒏
Diamètre ∅𝒕 = ∅𝒕 [mm] = 6
𝟑
(cas pratique)
Aciers choisis HA 6
Espacement 𝑺𝒕 ≤ 𝒎𝒊𝒏 𝟏𝟓∅𝒍𝒎𝒊𝒏 ; 𝟒𝟎 𝒄𝒎; (𝒂 + 𝟏𝟎 𝒄𝒎) St [cm] ≤ 18
Longueur de
lr = 40∅ pour FeE400 lr [cm]= 48
recouvrement

 On a un poteau de section 20 cm x 20 cm, 4 HA 12 d'armatures longitudinales et HA 6


pour armatures transversales espacées de 15 cm tout au long du poteau.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 66


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.4. Mise en place des armatures

COUPE AA

Tableau 43:nomenclature des armatures pour poteau

Diamètre Longueur Espacement


N° Nombre Nuance schéma
[mm] [cm] [cm]
1 4 HA 12 348 14 348

2 20 HA 6 62 15

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 67


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES


III.1. Organigramme de calcul Début

Données et hypothèses :
b, h, Mu, Ms, Vu, Vs, fc28, 𝒇𝒆 , 𝛾b, 𝛾s, η, ψs

Contrainte de calcul

ELU
𝟎.𝟖𝟓𝒇𝒄𝟐𝟖 ELS
Béton 𝝈𝒃𝒄 = Béton 𝝈𝒃 = 𝟎. 𝟔 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖
𝜽.𝜸𝒃

Aciers 𝝈𝒔 = 𝜸
𝒇𝒆 Aciers 𝝈𝒔 = 𝒇𝒆
𝒔

ARMATURES LONGITUDINALES

Condition de non fragilité:


𝒇𝒕𝟐𝟖
A ≥ max (0.001bh; 0.23b*d* )
𝒇𝒆

ELU : ELS :
𝑴𝒖 𝑴𝒔
𝝁= 𝝁𝟏 =
𝒃𝒅𝟐 𝝈𝒃𝒄 𝒃𝒅𝟐 𝝈𝒔
Déduire β1 et k

non oui
𝝁 ≤ 𝝁𝒍
𝝈𝒃 = 𝒌 ∗ 𝝈𝒔

Section doublement armé : Section simplement


5 non oui
 Vérifier que μ ≤ μl armé : 𝝈𝒃 ≤ 𝝈𝒃
3
𝛼 = 1.25 ∗ 1 − √1 − 2𝜇
et c’≤(2 𝛼l – 1)d (𝛼l = 0,617
𝛽 = 1 − 0.4𝛼
pour FeE400 et c’ : enrobage 𝑀𝑢
de l’armature de peau). 𝐴=
𝛽 ∗ 𝑑 ∗ 𝜎𝑠
𝑓𝑒
Si oui, on a 𝜎s = 𝜎’s =
𝛾𝑠
Section doublement armé : Section simplement
et 𝜎s = 𝜎’s dans le cas contraire
 y 1= 𝛼1x d armé :
 y = 𝛼l * d 𝜎𝑏 𝑀𝑠
 A’ =
𝑴𝒖−𝟎,𝟖∗𝒚∗𝒃∗𝝈𝒃𝒄 (𝒅−𝟎,𝟒∗𝒚)  Fb = b .y1. 2
𝐴=
𝛽1 ∗ 𝑑 ∗ 𝜎̅𝑠
(𝒅−𝒄′ )𝝈𝒔
15 (𝑦1−𝑐 ′ )
 A=
𝑨′ ∗ 𝝈′𝒔 + 𝟎,𝟖∗𝒃∗𝒚∗𝝈𝒃𝒄  𝜎’ s = 𝑦1
𝜎b
𝝈𝒔
𝑦1
𝑀𝑠−𝐹𝑏 ( 𝑑 − )
 A’ = (𝑑−𝑐 ′)𝜎’𝑠
3

𝐹𝑏 +𝐴′ ∗ 𝜎’𝑠
 A=
𝜎𝑠

CHOIX DE SECTION D’ARMATURE :


A = max (AELU ; AELS)

Figure 21:Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures longitudinales de la poutre

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 68


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ARMATURE TRANSVERSALE

Diamètre :
∅𝒍 𝒉 𝒃
∅𝒕 ≤ 𝒎𝒊𝒏 ; ;
𝟑 𝟑𝟓 𝟏𝟎

Contrainte Contrainte limite


tangentielle : tangentielle :
𝑽𝒖 𝟎.𝟏𝟓∗𝒇𝒄𝟐𝟖
𝝉𝒖 = 𝝉̅𝒖 = 𝒎𝒊𝒏
𝒃𝟎 ∗𝒅 𝜸𝒃

Contrainte d’adhérence: Contrainte d’adhérence


𝑽𝒖 limite:
𝝉𝒔𝒆 =
𝒃𝟎 ∗ 𝒅 ∗ 𝒖 τse,u = ψs . ftj

non 𝝉𝒖 ≤ 𝝉̅𝒖 oui


𝝉𝒔𝒆 ≤ 𝝉𝒔𝒆,𝒖

 Section minimale d’armature


transversale
𝑨𝒕∗𝒇𝒆
St ≤ (bo = b)
𝟎,𝟒∗𝒃𝒐
CHOIX D’UNE AUTRE  Ecartement admissible
SECTION D’ARMATURE St = min (0,9*d ; 40 cm)
 Etat Limite Ultime des armatures
d’âmes
𝟎,𝟖∗𝑨𝒕∗𝒇𝒆
St ≤ (b0 = b)
𝒃𝒐 (𝛕𝐮−𝟎,𝟑∗𝐟𝐭𝐣)

𝒉 𝑴𝒕 𝟏
non ≥ Max ( ; ) oui
𝒍 𝟏𝟎∗𝑴𝟎 𝟏𝟔
𝑨 𝟒. 𝟐

𝒃𝟎 ∗ 𝒅 𝒇𝒆

L’état limite de
EVALUATION DE FLECHE
déformation est vérifié

Fin

Figure 22:Organigramme de calcul pour dimensionnement des armatures transversales de la poutre

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 69


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III.2. Données et hypothèses de calcul

Béton et acier:

Les données sont les mêmes que pour le dimensionnement des poteaux déjà cités auparavant.

Sollicitations :

Moment fléchissant à l’ELU : Mu = 114 764 N.m

Moment fléchissant à l’ELU : Ms = 73 431 N.m


Effort tranchant à l’ELU : Vu = 142 050 N
Effort tranchant à l’ELS : Vs = 105 123N
Géométrie de la poutre :
Base : b = b0 = 20 cm
Hauteur : h = 50 cm
Hauteur utile : d = 0.9*h= 45 cm
Section: S = 1000 cm² soit S = 0.10 m²

III.3. Calcul des armatures

Tableau 44:contrainte de calcul pour le dimensionnement des poutres

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


ELU
fc28 [MPa]= 25
contrainte limite de 𝟎. 𝟖𝟓𝒇𝒄𝟐𝟖 Ө= 1
𝝈𝒃𝒄 =
compression du béton 𝜽. 𝜸𝒃 γb = 1.5
σbc [MPa] = 14,17
fe [MPa] = 400
𝒇𝒆
Section réduite 𝝈𝒔 = γs = 1.15
𝜸𝒔
σs [MPa]= 348
ELS
Etat limite de compression
𝝈𝒃 = 𝟎. 𝟔 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖 𝜎̅𝑏 [MPa] = 15,00
du béton
Contrainte limite de 𝝈𝒔 = 𝒇𝒆 pour fissuration
𝜎̅𝑠 [MPa] = 400
traction peu préjudiciable

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 70


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Tableau 45: détermination de la section des armatures longitudinales

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS


𝒇𝒕𝟐𝟖
Condition de non fragilité A ≥ max (0.001bh; 0.23b*d* ) A [cm²] ≥ 1.09
𝒇𝒆

ELU

Mu [N.m] = 114 764


b [cm] = 20,00
Calcul de μ
𝑴𝒖
𝝁= d [cm] = 45,00
𝒃𝒅𝟐 𝝈𝒃𝒄
σbc [Mpa] = 14,17
µ= 0,200
Vérifions que µ < µl µl 0.372 pour FeE400 La condition est vérifiée
LA SECTION EST SIMPLEMENT ARMEE
Calcul de α 𝛼 = 1.25 ∗ 1 − √1 − 2𝜇 α= 0,282
Calcul de β 𝛽 = 1 − 0.4𝛼 β = 0,887
𝑀𝑢
Section de l’armature 𝐴= A [cm²] = 8,26
𝛽 ∗ 𝑑 ∗ 𝜎𝑠
ELS
Ms [N.m] = 73 431
b [cm] = 20
𝑴𝒔
Calcul de μ1 𝝁𝟏 = d [cm] = 45
𝒃𝒅𝟐 𝝈𝒔
𝜎̅𝑠 [Mpa] = 400
µ1 = 0,0045
β1 = 0,893
D’après le tableau des valeurs de α1, β1 et k en fonction de μ1
k= 0,032
Calcul de σb 𝝈𝒃 = 𝒌 ∗ 𝝈𝒔 σb [MPa] = 13
Vérifions que 𝝈𝒃 ≤ 𝝈𝒃 La condition est vérifiée
LA SECTION EST SIMPLEMENT ARMEE
𝑀𝑠
Section d’armature 𝐴= A[cm²] = 4,57
𝛽1 ∗ 𝑑 ∗ 𝜎̅𝑠
Choix de la section d’armature A = max (AELU ; AELS) A [cm²] = 8,26
Prenons A = 9,24 cm² Acier choisi = 6 HA 14

Tableau 46:déterminations des armatures transversales

DESIGNATIONS FORMULES RESULTATS

Diamètre ∅𝒍 𝒉 𝒃 ∅𝑡 [mm] = 2
∅𝒕 ≤ 𝒎𝒊𝒏 ; ;
𝟑 𝟑𝟓 𝟏𝟎
Prenons ∅𝑡 [mm] = 6
𝑽𝒖 𝜏𝑢 [MPa] =
Contrainte tangentielle 𝝉𝒖 = 1,58
𝒃𝟎 ∗ 𝒅
Contrainte limite 𝟎. 𝟏𝟓 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖
𝝉̅𝒖 = 𝒎𝒊𝒏 𝜏̅𝑢 [MPa] = 3
tangentielle 𝜸𝒃

Vérifions que 𝝉𝒖 ≤ 𝝉̅𝒖 La condition est vérifiée

Contrainte d’adhérence 𝑽𝒖 𝝉𝒔𝒆 [MPa] = 1,329


𝝉𝒔𝒆 =
𝒃𝟎 ∗ 𝒅 ∗ 𝒖

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 71


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Contrainte d’adhérence
τse,u = ψs . ftj τse,u [MPa] = 3,15
limite

Vérifions que 𝝉𝒔𝒆 ≤ 𝝉𝒔𝒆,𝒖 La condition est vérifiée


Ecartement en considérant
la section minimale St ≤
𝑨𝒕∗𝒇𝒆
(bo = b) St [cm}≤ 85,00
𝟎,𝟒∗𝒃𝒐
d'armature
Ecartement admissible St = min (0,9*d ; 40 cm) St [cm]= 40
Etat Limite Ultime des 𝟎,𝟖∗𝑨𝒕∗𝒇𝒆
St [cm] ≤
St ≤ (b0 = b) 29
armatures d’âmes 𝒃𝒐 (𝛕𝐮−𝟎,𝟑∗𝐟𝐭𝐣)

Prenons St = 25 cm
𝒉 𝑴𝒕 𝟏
≥ max ( ; ) La condition est vérifiée
𝒍 𝟏𝟎∗𝑴𝟎 𝟏𝟔
𝑨 𝟒. 𝟐

𝒃𝟎 ∗ 𝒅 𝒇𝒆 La condition est vérifiée

LE CALCUL DE LA FLECHE N'EST PAS NECESSAIRE VU QUE LA POUTRE RESISTE BIEN

III.4. Mise en place des armatures

Après les calculs faits dernièrement, nous avons pris un espacement St ≤ 25 cm. En effet,
les autres espacements seront pris dans la suite des valeurs en cm de Caquot : 7, 8, 9, 10, 11, 13,
16, 20, 25... Chaque valeur sera répétée trois fois jusqu’à la demi-portée de la poutre. Au total,
nous avons 41 cadres.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 72


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

COUPE AA

Tableau 47:nomenclature des armatures pour poutre

Diamètre Longueur Espacement


N° Nombre Nuance schéma
[mm] [cm] [cm]
1 4 HA 12 348 14 348

2 20 HA 6 62 15

5 41 HA 6 122

6 41 HA 6 58

7 3 HA 8 579

8 6 HA 14 609

CONCLUSION PARTIELLE :
Tous les calculs ainsi fait, les dimensions des éléments porteurs et les armatures
nécessaires pour le béton à armer sont connues et la stabilité de l’ouvrage ne dépend plus que
de l’exactitude ces chiffres. Toutefois, il existe toujours une petite nuance entre la théorie et la
pratique. Il faudrait au moins respecter des marges d’erreur dans l’exécution et la mise en place
de ces éléments, notamment les éléments porteurs.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 73


PARTIE III : EVALUATIONS
FINANCIERES ET
ORGANISATION DE
CHANTIER
Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE I : DEVIS DESCRIPTIF DU PROJET

Afin d’estimer le coût du projet, il faut tout d’abord connaître les quantités de matériaux
nécessaires pour chaque détail du projet. Cette évaluation quantitative se fait par la méthode de
métré et de l’avant métré. Une fois les quantités obtenues, on évalue un bordereau de prix pour
une unité de cette quantité, pour obtenir le coût unitaire.

En effet, le devis descriptif sert à définir les descriptions des prestations vendues, les
corps d’état des travaux rencontrés sur chantier, la nature et la qualité des matériaux à utiliser.

Ainsi, le descriptif des travaux pour la réalisation est détaillé dans le tableau qui suit :

N° DESIGNATION UNITES CONCERNE


0. INSTALLATION DE CHANTIER

Installation de chantier : approvisionnement


des matériaux, matériels et baraquements sur
0.1 fft chantier
le chantier, mise en place des VRD, clôture du
chantier

démontage et repliement de l’installation de


0.2 chantier –remise en état des lieux et nettoyage fft chantier
du site pour préparer la réception provisoire

I.TERRASSEMENT
I.1. décapage et nettoyage du sol m² emprise du projet
fouille en rigole en terre franche y compris
fondation semelles
I.2. dressement des fonds et toutes sujétions de m3
isolées
mise en œuvre

Evacuation des terres excédentaire vers un


Terre non utilisé
I.3. lieu de décharge désigné par le propriétaire ou m3
provenant des fouilles
proposé par l’entrepreneur

II. OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE

II.1. Béton ordinaire dosé à 250kg de CEM II 42,5 m3 béton de propreté

II.2. Béton armé dosé à 350 kg de CEM I 42,5 N m3 semelles de fondations


Mise en œuvre d’armatures en acier HA de
tout diamètre, coupe, façonnage, montage par
II.3. kg semelles isolées
ligature en fil de fer recuit et toute sujétions y
compris

Maçonnerie de moellons hourdée au mortier


II.4. de ciment dosé à 300 kg/m3 de CEM II/A 42,5 m3 soubassement
N y compris toutes sujétions de mise en œuvre

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 75


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II.5. béton de forme dosé à 350 kg de CEM I m3 dallage du RDC


Caillasse en concassé 0/70 compactée et
disposée de manière à avoir un matelas
hérissonage pour
II.6. régulier, plan et horizontal, exempt de points m2
dallage du RDC
durs pouvant poinçonner la feuille de
polyane ; ép. Totale = 15 cm

Feuilles de polyane servant à arrêter la


remontée capillaire. Elle doit résister au micro
entre herissonage et
II.7. poinçonnement dû à l’écrasement des sables, m2
béton de forme
sans perdre son étanchéité (Epaisseur
minimum 80μ)
III.ASSAINISSEMENT

Fourniture et mise en place fosse septique en


III.1. béton armé de capacité 8 personnes ; y U traitement eaux vannes
compris tout sujétion de mise en œuvre

Fourniture et mise en œuvre de puisard de traitement des eaux


III.2 U
capacité 8 personnes usées
Fourniture et mise en œuvre regard en béton
III.3 60 x 60 cm, y compris toute sujétion de mise U collecte EP
en œuvre
Fourniture et mise en œuvre de tuyau PVC
III.4 ml Canalisation EU et EV
Ø100 ; y compris tout accessoires
Fourniture et mise en place de buse ciment de
III.5 ml Canalisation des EP
diamètre Ø 200
Fourniture et mise en œuvre bac dégraisseur
Traitement des EU
III.6 de type MAKIPLAST ou similaire, capacité U
venant des cuisines
200L
IV. OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE
Poteaux, poutre,
Béton à armer dosé à 350 kg de CEM I malaxé chaînage, linteau, appui
IV.1. et pervibré mécaniquement. Coulage avec m3 de baies, paillasse,
pervibration et reprise de bétonnage soigné escalier, tous planchers
et auvent au patio.

Fer à béton à haute adhérence de diverses


pour les ouvrages en
IV.2. sections, façonné et ligoté, toute trace de kg
BA
rouille sera à enlever avant la mise en œuvre

IV.3. Poteau en bois dur de section 20x20 cm m3 Support Pergola avant


Maçonnerie en agglomérés 20 x 20 x40
Mur extérieur et mur
IV.4. hourdée au mortier de ciment dosé à 350 kg m2
de refend
de CEM II.

Maçonnerie en agglomérés 15 x 20 x 40 ensemble des murs


IV.5. m2
hourdée au mortier de ciment dosé à 350 kg cloisons

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 76


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Enduit au mortier de ciment dosé à 350kg de Tout mur intérieur et


IV.6. m2
CEM II. mur extérieur
Eclairage case
Fourniture et mise en œuvre brique de verre d’escalier, salle à
IV.7. légèrement armé y compris toute sujétion de m2 manger ainsi que la
mise en œuvre. salle de bain de la
chambre n°02
V.CHARPENTE-COUVERTURE-BOISERIE

Madriers 8/20 rabotés sur 4 faces et traités au


V.1. m3 pannes et pergola
fongicide et insecticide, assemblés ou non.

V.2. Tôle galvabac 63/100è m2 couverture


Fourniture et mise en œuvre étanchéité pour
V.3. m2 séchoir
toiture terrasse accessible
Fourniture et mise en œuvre relevé
V.4. m2 séchoir
d’étanchéité terrasse accessible
Fourniture et pose de DEP en PVC Ø 100 ; y Collecte des EP venant
V.5. compris ensemble accessoires et tout sujétion U de la toiture vers les
de mise en œuvre regards
VI. REVETEMENT

mise en œuvre chape de ciment épaisseur 5


VI.1. m2 plancher RDC
cm dosé à 400kg/m3 de CEM II/A 42,5 N

Fourniture et pose de carreaux 60*60 posée


VI.2. sur colle y compris joints de remplissage, m2 plancher RDC
coupe et toutes sujétions de mise en œuvre

fourniture et pose de plinthe 10 cm posée sur


VI.3. colle y compris joints de remplissage, coupe et ml plancher RDC et R+1
toutes sujétions
fourniture de pose de parquet y compris
VI.4. m2 plancher R+1
toutes sujétions de mise en œuvre
VI.5. Panneaux de placo plâtre hydrofuges m2 plafond rampant
VII. MENUISERIE EN BOIS
Fourniture et pose de porte isoplane à un portes intérieures et
VI.1. U
vantail de dimensions 90*210 cm porte d’entrée
Fourniture et pose de porte isoplane à un
VI.2. U douches et WC
vantail de dimensions 80*210 cm
fourniture et pose de porte isoplane à un
VI.3. U porte arrière
vantail de dimensions 100*210 cm
VIII. MENUISERIE EN ALUMINIUM
fourniture et pose de baies vitrées de façade principale
VIII.1. U
dimensions 400* 210 cm (menant vers le séjour)
façade principale
fourniture et pose de baies vitrées de
VIII.2. U (menant vers la
dimensions 280* 210 cm
chambre n°2)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 77


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

fourniture et pose de châssis vitrés de


VIII.3. U fenêtres
dimensions 90*120 cm
fourniture et pose de châssis vitrés de
VIII.4. U fenêtres
dimensions 150*120 cm
fourniture et pose de châssis vitrés de
VIII.5. U fenêtres douches et WC
dimensions 60*90 cm
IX. PLOMNERIE SANITAIRE
Fourniture et pose de lavabo en céramique
IX. 1. blanc complet avec robinet EF et toutes U toilettes
sujétions

Fourniture et pose de siège WC à l’anglaise à


IX. 2. chasse d’eau dorsale complet avec porte U toilettes
papier hygiénique chromé et toutes sujétions

Fourniture et pose d’urinoir complet avec


IX.3. mécanisme bouton poussoir et toutes U toilettes
sujétions

Fourniture et pose de receveur de douche,


IX. 4. pomme de douche, robinet EF, porte savon U toilettes
émaillée blanc et toutes sujétions

Fourniture et pose de canalisation


d’alimentation EF en Tuyau galva de
IX. 5. U toilettes
diamètres variables jusqu’aux appareils
décrits ci avant
Fourniture et pose de canalisation
d’évacuation des EU et EV, réalisée en tube
IX. 6. U Toilettes
PVC série assainissement partant des
appareils décrits ci avant
X. ELECTRICITE
Installation vasque lumineux encastré au
éclairage intérieur de la
X.1. plafond, avec fils y compris toutes sujétions de U
villa
mise en œuvre
fourniture et pose de fils VGV avec
X.2. canalisation principale y compris toutes U toute la villa
sujétions de mise en œuvre
fourniture et pose équipements électriques
local électricité et dans
X.3. complets y compris toutes sujétions de mise fft
toute la villa
en œuvre
XI.PEINTURE
peinture extérieure, appliquée à partir de
XI.1. m2 tout mur extérieur
crépis de couleur gris clair
peinture intérieure : Peinture acrylique en
XI.2 deux couches (y compris la couche m2 Tout mur intérieur
d’impression)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 78


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

XII.AMENAGEMENT EXTERIEUR
XII.1. Gazonnement m2 jardin (patio)
XII.2. Clôture (grille de protection) ml toute la villa
façade latérale droit de
XII.3. m3
Soutènement en maçonnerie de moellons la villa

CONCLUSION PARTIELLE :
Après avoir détaillé toutes les matériaux et matériels pour la mise en œuvre des travaux,
on doit procéder aux calculs des quantités de ces derniers, par l’avant-métré qui va aboutir à
l’étude des prix. En effet, c’est à partir de l’avant métré et de devis descriptifs que nous allons
déterminer le coût de l’ouvrage, par le détail quantitatif et estimatif ou DQE.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 79


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE II : DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF


DES TRAVAUX (DQE)

I. CALCUL DU COEFFICIENT DE MAJORATION DE DEBOURSES «K1»

Le coefficient de majoration de déboursés « K1 » se calcule par la relation :


(𝟏 + 𝑨𝟏)(𝟏 + 𝑨𝟐)
𝑲𝟏 =
𝟏 − 𝑨𝟑(𝟏 + 𝑻𝑽𝑨)

Avec,
TVA : taxe sur la valeur ajoutée (TVA = 20%)
A1 : Frais généraux proportionnels aux déboursés A1 = a1+a2+a3+a4
A2 : Bénéfice brut et frais financiers proportionnels au prix de revient A2=a5+a6+a7+a8
A9 : Frais proportionnels au prix de règlement avec TVA

Remarques :
 Le frais de siège a9 est nul pour les Entreprises ayant un siège à Madagascar (a9=0%) ;
 a7 = 0% si le délai d’exécution est inférieur ou égale à :
 9 mois pour un marché local
 18 mois pour un marché international

Tableau 48:calcul de coefficient de majoration de déboursés K1

Décomposition à l'intérieur
Origine des frais Indice de décomposition de catégorie
de chaque catégorie
Frais d'agence et patente a1 = 6%
Frais généraux Frais de chantier a2 = 19 %
proportionnels aux Frais d'études et de A1= 29 %
déboursés a3 = 2%
laboratoire
Assurance a4 = 2%
Bénéfice net et impôts sur le
a5 = 5%
Bénéfice brut et frais bénéfice
financiers
Aléas techniques a6 = 3% A2= 11 %
proportionnels au prix
de revient Aléas de révision des prix a7 = 0%
Frais Financiers a8 = 3%
Frais proportionnels
au prix de règlement Frais de siège a9 = 0% A3 = 0 %
avec TVA

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 80


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

D’après les données obtenues dans le tableau ci-dessus, la valeur du coefficient de


majoration de déboursés K1 est de 1.482.

II. CALCUL DU RENDEMENT R

La valeur du rendement R dépend généralement de temps et des moyens d’exécution d’une


tâche. Dans notre cas, nous allons fixer le rendement à R = 1.

III. SOUS-DETAIL DES PRIX


Le sous-détail de prix est une étude qui permet d’établir le prix unitaire d’un paramètre qui
compose un projet qui va nous servir ensuite dans l’élaboration du détail quantitatif et estimatif
du projet.

Cependant, nous n’allons présenter que quelques exemples de sous-détail des prix dont celui
de béton dosé à 350 kg de CEM I 42,5 N et celui des aciers pour fondation y compris les fils recuits.

Tableau 49:calcul du prix unitaire du béton dosé à 350 kg de CEM 42.5 N

dépenses dépenses dépenses Montant


Désignation Unité Quantité PU
matériels matériaux MO [Ar]
MATERIAUX
Ciment Kg 350 500 175000
Gravillon m3 0,85 45 000,00 38250
223461,7
Eau m3 0,17 510 86,7
Sable m3 0,45 22 500,00 10125
MATERIELS
bétonnière H 1 10 000,00 10 000,00
outillages
fft 1 4 000,00 4 000,00 34 000,00
manuels
pervibrateur fft 1 20 000,00 20 000,00
MAIN D'OEUVRE
chef d'équipe H/J 1,9 800 1520
ouvrier
H/J 1,9 600 1140 3420
spécialisés
Manœuvre H/J 1,9 400 760
Coefficient K1 = 1,48 DEBOURSE DE P.U. 260 881,70
Rendement R = 1 PRIX UNITAIRE = (K1*D)/R 386 104,92

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 81


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe
Tableau 50: calcul du prix unitaire d’aciers par m3 de béton

dépenses dépenses dépenses Montant


Désignation Unité Quantité PU
matériels matériaux MO [Ar]
MATERIAUX
Aciers Kg 1 3 500,00 3 500,00
3 530,00
Fils recuits Kg 0,01 3 000,00 30,00
MATERIELS
outillages
fft 1 3 000,00 3 000,00 3 000,00
manuels
MAIN D'OEUVRE
chef d'équipe H 0,1 700 70,00
98,00
ouvriers H 0,07 400 28,00
Coefficient K1 = 1,48 DEBOURSE DE P.U. 6 628,00
Rendement R = 1 PRIX UNITAIRE = (K1*D)/R 9 809,44

IV. DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF


Tableau 51:Détail quantitatif et estimatif

Montant
N° DESIGNATION UNITES Qté PU [Ariary]
[Ariary]
0. TRAVAUX PREPARATOIRES
Installation de chantier:
approvisionnement des matériaux,
0.1 matériels et baraquements sur le fft 1 5 740 000,00 5 740 000,00
chantier, mise en place des VRD, clôture
du chantier
démontage et replie de chantier -remise
0.2 en état des lieux et nettoyage du site pour fft 1 2 460 000,00 2 460 000,00
préparer la réception provisoire

TOTAL TRAVAUX PREPARATOIRES 8 200 000,00


I.TERRASSEMENT
I.1. décapage et nettoyage du sol m2 217,32 4 062,00 882 753,84

fouille en rigole en terre franche y


I.2. compris dressement des fonds et toutes m3 31,93 26 350,00 841 355,50
sujétions de mise en œuvre
Evacuation des terres excédentaire vers
un lieu de décharge désigné par le
I.4. m3 31,93 30 000,00 957 900,00
propriétaire ou proposé par
l’entrepreneur
TOTAL TERRASSEMMENT 2 682 009,34

II. OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE


Béton ordinaire dosé à 250kg de CEM I
II.1. m3 18,72 252 668,25 4 729 949,64
42,5

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 82


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe
Béton à armer dosé à 350 kg de CEM I
II.2. m3 31,93 386 104,92 12 328 329,97
42,5 N
Mise en œuvre d’armatures en acier HA
de tout diamètre, coupe, façonnage,
II.3. kg 2 873,70 9 809,44 28 189 387,73
montage par ligature en fil de fer recuit et
toute sujétions y compris
Maçonnerie de moellons hourdée au
mortier de ciment dosé à 300 kg/m3 de
II.4. m3 90,85 74 365,56 6 756 111,13
CEM I/A 42,5 N y compris toutes sujétions
de mise en œuvre
II.5. béton de forme dosé à 350 kg de CEM I m3 185,28 386 104,92 71 537 518,84
Caillasse en concassé 0/70 compactée et
disposée de manière à avoir un matelas
II.6. régulier, plan et horizontal, exempt de m3 18,53 35 000,00 648 480,00
points durs pouvant poinçonner la feuille
de polyane ; ép. totale = 15 cm
Feuilles de polyane servant à arrêter la
remontée capillaire. Elle doit résister au
II.7. micro poinçonnement dû à l'écrasement m2 115,8 3 000,00 347 400,00
des sables, sans perdre son étanchéité
(Epaisseur minimum 80μ)
TOTAL OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE 124 537 177,30
III.ASSAINISSEMENT
Fourniture et mise en place fosse septique
III.1. en béton armé de capacité 8 personnes ; y U 1 6 000 000,00 20 000 000,00
compris tout sujétion de mise en œuvre
Fourniture et mise en œuvre de puisard
III.2 U 1 12 000,00 56 000,00
de capacité 8 personnes
Fourniture et mise en œuvre regard en
III.3 béton 60 x 60 cm, y compris toute U 2 100 000,00 100 000,00
sujétion de mise en œuvre
Fourniture et mise en œuvre de tuyau
III.4 ml 7,96 16 430,00 210 382,80
PVC Ø100 ; y compris tout accessoires
Fourniture et mise en place de buse
III.5 ml 4,2 35 000,00 147 000,00
ciment de diamètre Ø 200
Fourniture et mise en œuvre bac
III.6 dégraisseur de type MAKIPLAST ou U 1 360 782,54 360 782,54
similaire, capacité 200L
TOTAL ASSAINISSEMENT 20 874 165,34
IV. OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE
Béton à armer dosé à 350 kg de CEM I
malaxé et pervibré mécaniquement.
IV.1. m3 56,456 386 104,92 21 797 939,14
Coulage avec pervibration et reprise de
bétonnage soigné
Fer à béton à haute adhérence de diverses
sections, façonné et ligoté, toute trace de
IV.2. kg 5 081,04 9 809,44 49 842 157,02
rouille sera à enlever avant la mise en
œuvre

IV.3. Poteau en bois dur de section 20x20 cm m3 0,224 10 000,00 2 240,00

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 83


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe
Maçonnerie en agglomérés 20 x 20 x40
IV.4. hourdée au mortier de ciment dosé à 350 m2 277,61 59 000,00 16 378 990,00
kg de CEM I.
Maçonnerie en agglomérés 15 x 20 x 40
IV.5. hourdée au mortier de ciment dosé à 350 m2 692,40 46 000,00 31 850 400,00
kg
Enduit au mortier de ciment dosé à 350kg
IV.6. m2 970,01 12 000,00 11 640 120,00
de CEM I.
Fourniture et mise en œuvre brique de
IV.7. verre légèrement armé y compris toute m2 8,25 111 500,00 919 875,00
sujétion de mise en œuvre.
TOTAL OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE 132 431 721,16
V.CHARPENTE-COUVERTURE-BOISERIE
Madriers 8/20 rabotés sur 4 faces et
V.1. traités au fongicide et insecticide, m3 21 18 600,00 390 600,00
assemblés ou non.
V.2. Tôle galvabac 63/100è m2 115,8 42 000,00 4 863 600,00
Fourniture et mise en œuvre étanchéité
V.3. m2 15,69 65 000,00 1 019 850,00
pour toiture terrasse accessible
Fourniture et pose de DEP en PVC Ø 100 ;
V.4. y compris ensemble accessoires et tout U 3 14 500,00 43 500,00
sujétion de mise en œuvre
TOTAL CHARPENTE-COUVERTURE-BOISERIE 6 317 550,00
VI. REVETEMENT
mise en œuvre chape de ciment épaisseur
VI.1. m2 115,8 10 500,00 1 215 900,00
5 cm dosé à 400kg/m3 de CEM I/A 42,5 N
Fourniture et pose de carreaux 60*60
posée sur colle y compris joints de
VI.2. m2 101,68 150 000,00 15 252 000,00
remplissage, coupe et toutes sujétions de
mise en œuvre
fourniture et pose de plinthe 10 cm posée
VI.3. sur colle y compris joints de remplissage, ml 70,6 36 000,00 2 541 600,00
coupe et toutes sujétions
fourniture de pose de parquet y compris
VI.4. m2 101,68 90 000,00 9 151 200,00
toutes sujétions de mise en œuvre
VI.5. Panneaux de placo plâtre hydrofuges m2 115,8 33 246,00 3 849 886,80
TOTAL REVETEMENT 32 010 586,80
VII. MENUISERIE EN BOIS
Fourniture et pose de porte isoplane à un
VI.1. U 7 290 000,00 2 030 000,00
vantail de dimensions 90*210 cm
Fourniture et pose de porte isoplane à un
VI.2. U 4 275 000,00 1 100 000,00
vantail de dimensions 80*210 cm
fourniture et pose de porte isoplane à un
VI.3. U 1 300 000,00 300 000,00
vantail de dimensions 100*210 cm
TOTAL MENUISERIE EN BOIS 3 430 000,00
VIII. MENUISERIE EN ALUMINIUM
fourniture et pose de baies vitrées de
VIII.1. U 1 2 560 000,00 2 560 000,00
dimensions 400* 210 cm
fourniture et pose de baies vitrées de
VIII.2. U 1 896 000,00 896 000,00
dimensions 280* 210 cm

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 84


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

fourniture et pose de châssis vitrés de


VIII.3. U 1 200 000,00 200 000,00
dimensions 90*120 cm
fourniture et pose de châssis vitrés de
VIII.4. U 2 250 000,00 500 000,00
dimensions 150*120 cm
fourniture et pose de châssis vitrés de
VIII.5. U 3 145 600,00 436 800,00
dimensions 60*90 cm
TOTAL MENUISERIE EN ALUMINIUM 4 592 800,00
IX. PLOMBERIE SANITAIRE
Fourniture et pose de lavabo en
IX. 1. céramique blanc complet avec robinet EF U 4 900 000,00 3 600 000,00
et toutes sujétions
Fourniture et pose de siège WC à
l'anglaise à chasse d'eau dorsale complet
IX. 2. U 4 900 000,00 3 600 000,00
avec porte papier hygiénique chromé et
toutes sujétions
Fourniture et pose de receveur de douche,
IX.3. pomme de douche, robinet EF, porte U 3 950 000,00 2 850 000,00
savon émaillée blanc et toutes sujétions
Fourniture et pose de canalisation
d'alimentation EF en Tuyau galva de
IX.4. Ens 1 1 000 000,00 1 000 000,00
diamètres variables jusqu'aux appareils
décrits ci avant
Fourniture et pose de canalisation
d'évacuation des EU et EV, réalisée en
IX.5. ens 1 1 000 000,00 1 000 000,00
tube PVC série assainissement partant des
appareils décrits ci avant
TOTAL PLOMBERIE SANITAIRE 12 050 000,00
X. ELECTRICITE
Installation spot lumineux encastré au
X.1. plafond, avec fils y compris toutes U 80 75 000,00 6 000 000,00
sujétions de mise en œuvre
fourniture et pose de fils VGV avec
X.2. canalisation principale y compris toutes U 15 250 000,00 3 750 000,00
sujétions de mise en œuvre
fourniture et pose équipements
X.3. électriques complets y compris toutes fft 1 6 500 000,00 6 500 000,00
sujétions de mise en œuvre
TOTAL ELECTRICITE 16 250 000,00
XI.PEINTURE
peinture extérieure, appliquée à partir de
XI.1. m2 314,03 15 258,69 4 791 686,42
crépis de couleur gris clair
peinture intérieure: Peinture acrylique en
XI.2 deux couches (y compris la couche m2 147,65 8 360,00 1 234 354,00
d'impression)
TOTAL PEINTURE 6 026 040,42
XII.AMENAGEMENT EXTERIEUR
XII.1. Gazonnement m2 106,5 8 000,00 852 000,00
XII.2. Clôture (grille de protection) ml 36,95 114 000,00 4 212 300,00
TOTAL AMENAGEMENT EXTERIEUR 5 064 300,00

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 85


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

V. RECAPITULATION DU COUT DE L’OUVRAGE


Tableau 52:Récapitulation du DQE

DESIGNATIONS Montant [Ariary]


0. TRAVAUX PREPARATOIRES 8 200 000,00
I.TERRASSEMENT 2 682 009,34
II. OUVRAGE EN INFRASTRUCTURE 124 537 177,30
III.ASSAINISSEMENT 20 874 165,34
IV. OUVRAGE EN SUPERSTRUCTURE 132 431 721,16
V.CHARPENTE-COUVERTURE-BOISERIE 6 317 550,00
VI. REVETEMENT 32 010 586,80
VII.MENUISERIE EN BOIS 3 430 000,00
VIII. MENUISERIE EN ALUMINIUM 4 592 800,00
IX. PLOMBERIE SANITAIRE 12 050 000,00
X. ELECTRICITE 16 250 000,00
XI.PEINTURE 6 026 040,42
XII.AMENAGEMENT EXTERIEUR 5 064 300,00
Total hors tva 374 466 350,35
TVA 20% 74 893 270,07
TOTAL + TVA 20% 449 359 620,43
Prix au m² 1 940 240,16

Arrêté le présent Détail Quantitatif et Estimatif à la somme de «QUATRE CENT QUARANTE


NEUF MILLIONS TROIS CENT CINQUANTE NEUF MILLE SIX CENT VINGT ARIARY QUARANTE
TROIS (Ar 449 359 620,43)», y compris la Taxe sur la Valeur Ajoutée de 20%, pour un montant
de «SOIXANTE QUATORZE MILLIONS HUIT CENT QUATRE-VINGT TREIZE MILLE DEUX CENT
SOIXANTE DIX ARIARY SEPT (Ar 74 893 270,07)».

Sur une surface de plancher de 231.6 m², nous obtenons le prix au m² de l’ouvrage estimé à
la somme de : « UN MILLION NEUF CENT QUARANTE MILLE DEUX CENT QUARANTE ARIARY
SEIZE (Ar 1 940 240,16)».

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 86


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CHAPITRE III : ORGANISATION DE CHANTIER

I. ORGANISATION GENERALE

Il est à noter avant tout que deux chefs de chantier ont la responsabilité de veiller à ce
que l’exécution de travaux suit l’organisation imposé par les conducteurs des travaux qui
effectuent de temps en temps des contrôles sur chantier.

L’organisation générale du chantier se fait comme suit :

 Chaque ouvrier doit arriver avant 7h 30 sur terrain puisque les travaux doivent tous
commencer à cette heure. Les préparations sont donc faites avant 7h30, à préciser le
port de casques, combinaisons et chaussures de sécurité.
 Les matériels et matériaux sont récupérés dans le magasin sous contrôle du magasinier.
 A environ 10h les ouvriers ont droit à 15 mn de pause, sans pour autant sortir du
chantier.
 Les travaux reprennent jusqu’au pause déjeuner du midi où tout le monde est à cet
heure autoriser à sortir du chantier pour son repas.
 A 13h00, tous les ouvriers, chef d’équipe, chefs de chantier ainsi que les stagiaires
reprennent leurs postes respectives jusqu’à 16 h30 en fin de journée. Là, une fouille est
effectuée par l’agent de sécurité.

II. MISE EN ŒUVRE DES TRAVAUX

Comme l’on a mentionné auparavant, notre chantier est constitué de plusieurs projets
de construction en cours autre que le projet de construction de la villa R+1. Ainsi, lors de notre
stage de fin d’études, nous avons eu l’opportunité de prendre part à la réalisation de plusieurs
travaux de second œuvre mais citons comme exemple la pose de carreaux et de parquet.

II.1. Pose de carreaux

Le pose de carrelage de sol n’est pas très compliquée mais nécessite de bien préparer la
surface et de respecter les différentes étapes.

II.1.1. Matériels
- Machine à couper le carrelage
- Du mortier-colle
- Des croisillons
- Une truelle

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 87


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

- Une spatule dentée


- Un maillet en caoutchouc
- Un niveau à bulle
II.1.2. Différentes étapes

Etape 1 : préparer le sol

Avant de commencer la pose, il faut vérifier que le support soit parfaitement préparé. Il
doit être solide, sain, propre, sec et plan.

Etape 2 : prévoir le plan

Tout d’abord, il faut réfléchir au plan de pose, ou calepinage. Nous pouvons partir soit du
centre de la pièce et repartir les carreaux sur la périphérie, soit parti de l’axe de l’entrée
principale de la pièce. Pour obtenir un carrelage bien aligné, les joints doivent être réguliers, ce
qui se fera sans souci grâce aux croisillons en plastique que nous allons placer aux coins des
carreaux et nous les ôterons juste avant que la colle n’ait totalement séché.

Figure 23: croisillons pour carrelage


Etape 3 : encoller le sol

Une fois que le sol est propre, nous étalons le mortier-colle avec la truelle par portion
d’environ 1m². Pour que les carreaux adhèrent bien, nous effectuons des sillons à l’aide de la
spatule dentée.

Etape 4 : fixer les carreaux

Nous plaçons le premier carreau et tapotons avec le maillet en caoutchouc pour le fixer
dans la colle. Nous allons ensuite répartir les croisillons à chaque angle du carreau, et on pose le
deuxième carreau contre celle-ci, le troisième contre un autre etc.

Lorsqu’une surface de pose est terminée, nous devons tassez les carreaux à l’aide du
maillet. Ainsi, il faut répéter l’opération jusqu’à ce que le sol totalement carrelé et vérifier la
planéité de notre sol à l’aide du niveau à bulle, avant que la colle n’ait complètement séché.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 88


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 24: le sol totalement carrelé

II.2. Pose de parquet


II.2.1. Matériels
 Un niveau à bulle
 Une règle
 Un crayon
 Un chiffon humide
 Une scie sauteuse
II.2.2. Différentes étapes

Etape 1 : préparer le sol

Afin de réaliser correctement la pose de parquet, il est nécessaire de respecter que le


sol doit être propre, sec et plan.

Etape 2 : poser les lames de parquet

Nous allons démarrer la pose du parquet contre le mur le plus droit. Pour les pièces qui
possèdent une fenêtre, nous poserons le parquet en fonction du sens de la lumière.

Figure 25: lames de parquets

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 89


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Etape 3 : coller le parquet

Il faut avant tout vérifier que toutes les mesures correspondent bien. Puis on emboite
une lame de parquet dans la première lame. Une fois la lame emboitée, nous tapons légèrement
sur le côté afin d’améliorer l’adhérence des lames entre elles. A noter ici que les joints doivent
être décalés d’une trentaine de centimètres.

Etape 4 : les finitions

Nous terminons par la pose des plinthes qui seront clouées ou collée au mur. Dans notre cas,
nous avons utilisé de la colle pour la fixation de la plinthe.

Figure 26: un paquet de plinthes

Figure 27 : parquets et plinthes mis en place

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 90


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III. PLANNING PREVISIONNEL D’EXECUTION DES TRAVAUX

Le planning d’exécution de travail est un système de mesure technologique de


classement et d’enchainement logique des travaux de chantier. Il permet d’évaluer la durée
d’exécution de chaque corps d’état constituant le projet et contribue à la mise en place d’une
bonne coordination au niveau de la réalisation des travaux afin de les mener à terme en
respectant les délais prévus. En d’autre terme, c’est la répartition des tâches de réalisation d’un
projet par rapport au Délai Contractuel d’Exécution des travaux (DCE) imprévue.

Pour qu’on puisse définir le délai d’exécution des travaux, trois étapes nous sont
indispensables :

 Calcul des heures productives (en faisant référence à la série des prix 62 et la réalité et
en fonction de la quantité d’une tâche) : ils permettent de déterminer le nombre des
ouvriers exécutants durant les différentes périodes de la réalisation, qui sont :
 Période d’installation de chantier ou la mise en route du chantier
 Période d’exploitation ou croisière
 Période de fin de chantier ou repliement
Soient,
 h : heures productives
 t : durée ou délai d’exécution de travail
 n : nombre des ouvriers

Nous avons comme relation : n =
𝑡

 Répartition des tâches en fonction de ces nombres dans le délai impartie auparavant.

Ces étapes seront récapitulées dans le planning GANTT qui suit, ce planning met en
évidence la durée de chaque tache et permette de noter l’avancement ou le retard d’un poste
bien défini.
Ainsi d’après le planning établit notre projet sera exécuté en 126 jrs soit environs 5 mois.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 91


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

PLANNING GANTT

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 92


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANALYSES ET SUGGESTIONS
Mise à part les études effectuées pour la réalisation du projet villa R+1, il est
impératif de faire des analyses afin d’en ressortir des remarques positifs et négatifs
concernant notre stage dans son intégralité que ce soit sur le projet étudié ou sur le
déroulement du stage en question. Ces à partir de ces remarques que nous pouvons ainsi
avancer des suggestions en vue des futures améliorations.

Concernant le projet de construction de la villa R+1, notre objectif ici est de


contribuer à la résolution du problème actuel de pénurie de logement. En effet, la
construction de cette villa n’offre une opportunité de logement de plus que pour une
moindre partie de la population mais « il faut commencer petit pour ensuite voir grand ».
Donc, ce projet de construction n’est autre qu’un point de départ vers l’atténuation de la
saturation des grandes villes.

Cependant, bien que notre projet se trouve dans un milieu rural, ceci ne veut
nullement dire que les futurs usagers seront isolés des villes, le site est situé à quelques
kilomètres des grandes villes et d’ailleurs des transports publics y sont à dispositions.
Quant aux normes de construction, nous allons veiller à ce que le confort et la sécurité
des futurs usagers ne soient jamais compromis.

Concernant le stage proprement dit, nous avons été sur chantier pendant une
durée de deux mois ce qui nous a permis d’acquérir de plus en plus d’expérience du
terrain et des métiers. En effet, nous avons eu l’opportunité, une fois de plus, d’élargir
notre technique d’exécution puisque nous avons assisté et participé à la mise en œuvre
des travaux jamais rencontrés auparavant.

A part, nos séjours sur chantier se sont bien déroulés convenablement, les
ouvriers sont accueillants envers nous, des nouveaux stagiaires. Cependant, quelques
problèmes ne sont pas à ignorer, à citer que des équipements de protection individuelles
et des matériels de travails disparaissent assez fréquemment, faute de responsabilité de
la part de certains ouvriers. Il est ainsi recommander de renforcer la sécurité et la fouille
de toutes personnes entrant et sortant du chantier, mise à part peut-être quelques
exceptions.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 93


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Autre que ceci, nous proposons d’installer une bouche d’incendie, afin de prévoir
les risques d’incendies puisque lors de notre séjour sur terrain, nous avons assisté à
l’explosion d’une voiture juste devant l’entrée du chantier et par faute de douche
d’incendie à proximité, la maitrise du feu était difficile puisqu’il y a risque de propagation
vers les constructions environnantes.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 94


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

CONCLUSION GENERALE
Afin de mettre à terme notre formation en Technicien Supérieur en Bâtiment,
suite aux deux années d’études que nous avons suivies au sein de l’Institut Supérieur de
Technologie d’Antananarivo, il nous est indispensable d’entamer un stage de fin d’étude
de deux mois. Ce stage nous donne l’occasion d’intégrer dans le domaine professionnel
du Génie Civil et de baigner déjà dans la responsabilité de diriger une équipe. Durant ce
stage, nous avons pu établir la contribution à l’étude d’une VILLA R+1 à usage
d’habitation sise à Andrononobe. Pour ce faire, quatre grandes parties ont été étudiées,
à savoir l’étude préliminaire, l’étude architecturale, l’étude technique et l’évaluation
financière. Ce rapport renferme ces différentes étapes indispensables à la conception
d’un projet de construction d’un Bâtiment.

Dans la première partie, nous avons pu donner la description générale du projet


y compris son architecture ainsi que son site d’implantation. En effet ces données sont
nécessaires surtout dans la définition du style architectural à adopter pour la villa, le
choix des matériaux à utiliser, l’orientation du Bâtiment pour le confort des
usagers,…Cependant il est également primordiale de nous assurer de la sécurité des
propriétaires, il faut établir de nombreux calculs très importants. Ces derniers sont
groupés dans la partie de l’étude technique où on effectue tous les calculs sur les
différents facteurs qui pourrait nuire à la stabilité de l’ouvrage. Et enfin, la conception
d’un projet se termine par l’évaluation de son coût. C’est la dernière partie parmi les
quatre qui renferme les démarches pour déduire le coût de l’ouvrage.

Aux thermes de cette analyse, les connaissances et les expériences du terrain


que nous a apporté ce stage de fin d’étude affirme ainsi qu’il nous a été indispensable.
Oui, ce stage nous est indispensable non seulement en vue de la présentation du rapport
de stage de fin d’étude devant un jury en vue de l’obtention du diplôme de techniciens
supérieur mais également pour l’opportunité qu’il nous a offerte pour l’application de
nos acquis lors des cours théorique au sein de l’Institut Supérieur de Technologie
d’Antananarivo.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 95


ANNEXES
Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANNEXE I : PRESENTATION DE L’IST-T

I. PRESENTATION DE L’IST-T
I.1. GENERALITE

L’institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo ou IST-T est un établissement, ayant


pour mission de former des « Techniciens Supérieurs » immédiatement opérationnels,
possédant également des connaissances de base solides, pour leur permettre de s’adapter aux
évolutions de la technologie moderne.

L’institut est régit par le décret N° 2001-172 selon laquelle :

Il est créé sous le nom de « Institut Supérieur de Technologie » dénommé « I.S.T. », des
Établissements Publics à caractère Administratif (EPA), à vocation culturelle, scientifique et
technologique dotés de la personnalité morale et jouissant de l’autonomie pédagogique,
administrative et financière.

L’IST- d’Antananarivo offre trois types de formation :

 Les formations de cycle court de type alternatif (Bacc + 2 / Bacc + 3)

 Les formations d’Ingénieur de grade Master

 Les formations de type hybride :

- Formation Ouverte et A Distance (FOAD) diplômante

- Formation présentielle de type initial et de type continu diplômante et qualifiante

I.2. Localisation et infrastructures de l’IST-T

Le site de l’IST se localise à Ampasampito-Iadiambola, en bordure de la RN2.

Etalé sur une superficie de 2.5 hectares, l’institut dispose de cinq (05) bâtiments dont le
premier est le siège de l’administration (Bâtiment A). Le second est occupé par le Département
du génie de management (Bâtiment B). Le Département du Génie Civil et le Département
Industriel se trouve dans le troisième bâtiment (Bâtiment C). Le quatrième abrite l’infirmerie,
cinq autres salles de classe ainsi que la bibliothèque (D). L’IST-T dispose également d’un atelier
de bois pour les séances de pratiques. Il possède également de laboratoires

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 a


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 28: Localisation de l'IST-T

Autres que ces cinq bâtiments déjà cités auparavant, l’IST-T dispose également de
plusieurs laboratoires pour chaque département, dont :

 Département du génie civil : laboratoire d’informatique, laboratoire de topographie,


laboratoire de géologie

 Département du génie industriel : laboratoire d’informatique, laboratoire de physique,


laboratoire d’hydraulique.

 Département du Management d’Entreprise et de Commerce (DGMEC) : laboratoire


d’informatique, laboratoire de langues

I.3. Historique

 1989: Projet IST, décret sur la création et l’organisation.

 1990: Première installation à Ankatso

 1992: Installation à Ampasampito et recrutement des premiers étudiants (Début des


cours 02 mai 1992)

 1994: Sortie de la première promotion « ANDRAINA »

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 b


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 1997 : Célébration du 5ème Anniversaire de l’IST/T

 1998 :

- Echange d’étudiant avec L’Université de Paris XII : Accueil de deux étudiants


français en stage à l’IST-T
- Inauguration du bâtiment C

 1999 : Envoi des 05 premiers IST-iens à l’IUT de Sénart pour leur stage de fin d’études

 2000:

- Création des filières GTL et GIP

- Lancement de formation continue pour le DTS dans le Génie Civil

 2001: lancement du second cycle (Formation d’Ingénieur) pour le département du génie


civil

 2002:

- IST : Membre titulaire de l’Agence Universitaire pour la Francophonie (AUF)

- Célébration des dix années d’existence de l’IST

 2003: Corps des diplômés de l’IST sont créés.

 2004: Lancement du second cycle pour le Département Industriel et Tertiaire

 2006 : Lancement de la formation continue pour le Diplôme de Technicien Supérieur


dans les Départements Industriel et Tertiaire

 2007 :

- Lancement de la formation de Technicien Supérieur Spécialisé du Génie Civil


- Célébration du 15ème Anniversaire de l’IST

 2008 :

- Etudes sur l’extension des IST’s existants


- Premières mesures de basculement vers le système LMD par la semestrialisation
de la programmation des études
 2009 : Préparation et lancement de la Formation Ouverte et À Distance (FOAD) en
Exploitation Logistique et Transport (ELT)

 2010 : Démarrage du Projet de Coopération Scientifique Interuniversitaire (PCSI)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 c


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Octobre 2011 : 1ère soutenance en visioconférence pour l’obtention du DTSS et du DIIST


au laboratoire audiovisuel (France/Madagascar)

 2012 : Célébration du 20ème anniversaire tout au long de l’année : « 20 ans de Progrès,


Compétences et Succès »

 2013 : sortie de la promotion « ROVA »


 2014 : sortie de la promotion « JORO »
I.4. Organisation de l’IST-T

a. Organisation générale de l’IST-t

Son organisation est inspirée de celle d’une entreprise de production où les directions
opérationnelles chargées de la production sont les trois directions techniques opérationnelles
assurant à la fois la :

 direction des études dans le département ;

 direction d’appui aux travaux de recherche ;

 direction d’appui aux travaux d’assistance et conseil.

En matière de technostructures, les trois unités de conseil suivantes sont mises en place:

 CODIS : COnseil de DIScipline

 COP : Conseil d’Orientation et de Perfectionnement

 CC : Conseil de Classe

b. Organisation de la formation

L’institut offre trois types de formation dont:

 Les formations de cycle court de type alternatif (Bacc + 2 / Bacc + 3)

 Les formations d’Ingénieur de grade Master

 Les formations de type hybride :

- Formation Ouverte et A Distance (FOAD) diplômante


- Formation présentielle de type initial et de type continu diplômante et qualifiante

En plein basculement vers le système LMD (Licence / Master / Doctorat), les enseignements
à l’IST-T se répartissent comme suit :

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 d


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Cours Magistraux (CM) ;

 Enseignements Dirigés (ED) ;

 Enseignements Pratiques (EP) dispensés dans les laboratoires et ateliers dont dispose
l’Institut ou auprès des entreprises partenaires ;

 Travaux Pratiques Encadrés (TPE)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 e


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe
c. Organigramme interne de l’IST :

Figure 29: organigramme de l'IST-t (dernier mise à jour de l'année universitaire 2014-2015)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 f


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I.5. Les diplômes délivrés par l’IST-t

Actuellement, on a trois types de diplômes délivrés par l’IST-T tels que :

• Le « Diplôme de Technicien Supérieur » dans toute filière (DTS)

• Le « Diplôme de Technicien Supérieur Spécialisé» (DTSS)

• Le « Diplôme d’Ingénieur de l’IST »

Le cursus à suivre en vue de l’obtention de ces diplômes se déroule comme l’explique la figure
suivante :

Figure 30: Cursus d'enseignement à l'IST-t


*VAE : Valorisation des Acquis et Expérience

I.6. Etudes menant aux DTS

Le programme de formation de l’IST-T, à vocation professionnelle, a pour objectif de former


des hommes d’action aptes à travailler immédiatement et de créer leurs propres entreprises. Elle
vise ainsi doter les entreprises malgaches de techniciens, des gestionnaires et des commerciaux
capables de gérer efficacement les entreprises existantes. Le but serait donc d’innover pour
assurer un développement à long terme.

Le programme d’études pour l’obtention du DTS se fait en cours du jour pendant une durée
de deux années académiques, pour compléter un volume horaire de neuf cent heures
d’enseignement environ par année.

Des stages en entreprise viennent compléter la formation dont :

· Un stage d’imprégnation d’une semaine au début des études en première année,

· Un stage ouvrier ou employé de deux mois à la fin de la première année,

· Un stage de fin d’études de deux mois à la fin de la deuxième année.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 g


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Un rapport de stage de fin d’études est à soutenir devant un jury à la fin des études pour
finaliser la formation des techniciens supérieurs et concrétise, de ce fait, l’accès des jeunes
Techniciens de l’IST-T dans le monde professionnel.

Cependant, tout au long de cette formation, des relations entreprises-étudiants et étudiants-


enseignants sont entretenues et sont favorablement octroyées aux étudiants, grâce à des
interventions sur site, des visites sur terrain, des conférences, des séminaires et des ateliers.

I.7. Les mentions

Chaque Directeur de mention est chargée de :

• la réalisation des directives de la Direction Générale ;

• la direction des études et l’organisation pédagogique ;

• l’organisation des activités de recherche et de développement ;

• l’étude et la réalisation des travaux de production effectués au sein du service


technique servant de terrain d’application pratique pour les étudiants ;

• la gestion du parc matériel servant de support à la formation ;

• la liaison permanente avec le milieu professionnel.

Dans ce cadre, l’IST-T possèdent trois mentions dont:

a. La mention Génie Civil

Directeur de mention: Pr Victor RAZAFINJATO

Parcours et diplômes :
 Techniciens Supérieurs (TS) en :
o Bâtiments (BAT)
o Travaux Publics (TP)
 Techniciens Supérieurs Spécialisés (TSS) de grade Licence en :
o Construction Civile et Infrastructure (CCI)
o Urbanisme et emménagements (UA)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 h


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Ingénieurs de grade Master en :


Génie Civil (GC)
b. La mention Génie Industriel

Parcours et diplômes :

 Techniciens Supérieurs (TS) en :

o Génie industriel en maintenance (GIM)


o Génie industriel en production (GIP)

 Techniciens Supérieurs Spécialisés (TSS) de grade Licence en :

o Génie des systèmes automatisés (GSA)


o Génie de maintenance des dispositifs biomédicaux (GMDB)
 Ingénieurs de grade Master en Génie Industriel en Maintenance et en Production (GIMP)

c. La mention Management d’Entreprise et de Commerce

Parcours et diplômes :

 Techniciens Supérieurs (TS) en :


o Marketing et commerce (MAC)
o Finances et comptabilité (FC)

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 i


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

o Gestion des petites et moyennes entreprises (GPME)


o Gestion des transports et logistique (GTL)
 Techniciens Supérieurs Spécialisés (TSS) de grade Licence en :
o Marketing et commerce international
o Gestion appliquée aux petites et moyennes entreprises
o Exploitation logistique et transport
 Ingénieurs de grade Master en Gestion d’entreprise

I.8. BILAN GENERAL

• 145 T.S. diplômés en moyenne par an, soit 3433 jusqu’en novembre 2012

• 558 T.S.S. environ depuis 2010 à ce jour

• 526 Ingénieurs depuis 2002 à ce jour

• 08 Filières de T.S., 07 Filières de T.S.S. et 03 Filières d’ingénieur ouvertes à ce jour en


formation initiale et en formation continue

• 05 Filières de formation continue diplômante de T.S.

• 01 Filière de formation ouverte et à distance

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 j


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANNEXE II : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE


SOBATRA
Le groupe SOBATRA est composé de trois entreprises :

 SOBATRA : Société de Bâtiments et de Travaux qui s’occupe des travaux de construction.


C’est une entreprise qui fournit des constructions clés en main : car elle a son atelier bois,
son atelier fer pour les charpentes métalliques, son atelier alu et son bureau d’études.
Tous les travaux sont gérés en interne.

Elle est installée à Antananarivo :

- dans le quartier d’Andrononobe sur un terrain de 4500 m²et possède 1800 m² de bâtiment
abritant des bureaux, l’atelier bois, le stockage des matériels et matériaux.

- un deuxième site de 13 500 m² à Antanetibe comportant 8400 m² de bâtiment abrite l’atelier


alu, l’atelier fer, la préfabrication et le stockage des modules, le stockage des matériels et
matériaux.

 BATISTOCK : sur un terrain de 4000m² : un magasin de 1300 m² en libre-service réservé


aux matériaux de construction et aux outillages, peintures, menuiseries, électricité, situé
à Ankazomanga.

 LOCAMAT : située à Antanetibe : c’est la branche qui s’occupe de la location des matériels
aussi bien dans la construction, la manutention, le terrassement, le compactage, le
bétonnage, le pompage, le transport des engins et autres équipements de chantier,
adaptés à tous types de besoins et de contraintes. Sa succursale de Toamasina s’occupe
surtout de la location des grues.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 k


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I. FICHE TECHNIQUE DU GROUPE SOBATRE SA


Nom commercial : SOBATRA – Société de Bâtiments et Travaux
Capital : Ar 20 000 000
N° STAT : 45212 11 2001 0 10051
RC : 2001 B 571
NIF : 3 000 022 933
Forme : Société Anonyme avec Administrateur Général
Siège : Andrononobe – Route d’Ambohimanga
BP 12 048 Ankorondrano
Tél : + 261 20 22 535 91
+ 261 32 11 027 90
+ 261 34 11 027 90
Fax + 261 20 22 436 72
E-mail : direction@sobatra.mg
II. ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE

Figure 31: organigramme de l'entreprise SOBATRA

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 l


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Conscient du besoin croissant en hébergements modulaires, SOBATRA MODULE


produit à Madagascar, depuis plus de sept ans, des bungalows polyvalents. Autonomes,
déménageables et répondant aux contextes économiques, environnementaux et sociaux, les
bungalows de SOBATRA MODULE sont fournis clefs en main et adaptables à tous types de
spécifications, à partir de 15m2 et superposables jusqu’au R+3.

Concept optimisé,
Grace à la réussite d'un transfert de technologie concernant le procédé de construction
modulaire de qualité dans des conditions optimales de sécurité et de la protection de
l'environnement, SOBATRA MODULE assure dans un temps record la conception, la fabrication
et la livraison sur site de bungalows entièrement construits à Antananarivo.

Pratique
Quel que soit le site d’accueil, quels que soient les besoins, les bungalows trouvent leur
place, provisoire ou durable, et garantissent dans un délai très court un local prêt à l'emploi
fonctionnel immédiatement. Robustesse et isolation L'ossature est réalisée avec de l'acier
galvanisé, les cloisons sont des assemblages de panneaux sandwich de 60mm constitués de deux
parements en acier galvanisé laqué et d’un isolant en mousse de polyuréthane. La toiture est faite
de tôle galvanisée 60/100 avec isolation en laine de verre 100mm.

Confort
Avec une hauteur sous plafond de 2.30 m, ils permettent de réaliser des intérieurs
soignés, dignes de la construction traditionnelle :
• Faux plafonds
• Menuiserie aluminium
• Revêtements de sol filant
• Étagères et placards
• Electricité
• Télécommunications et réseaux
• Climatisation
• Équipements sanitaires

Conformité
La conception des bungalows, composants et accessoires, respecte les normes et
certification du bureau VERITAS.

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 m


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III. SOBATRA, la société


L'efficacité d'un ensemble de compétences,
La disponibilité d'un système d’intégration complète des métiers,
La rigueur dans le suivi des normes et standards en vigueur, à tous les échelons,
Une maîtrise des projets à tous les niveaux, depuis la conception, la réalisation jusqu'à la
livraison.
SOBATRA est une véritable entreprise structurée possédant une verticalisation intégrée
des métiers, de son propre bureau d'études à la finition. 300 personnes (administrateurs,
ingénieurs, dessinateurs-métreur, conducteurs de travaux, mécaniciens, etc…) composent nos
ressources humaines.
L'ensemble adhère à la politique HSE (Hygiène, Sécurité et Environnement) menée par
une équipe de Manager HSE et Officier HSE.

IV. QUELQUES REALISATIONS

Figure 32: bureau SOBATRA à Ilafy

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 n


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 33: immeuble RN2 Bis Toamasina

Figure 34: immeuble Atlantis Ilafy

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 o


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANNEXE III : NOMENCLATURES DES PLANS


I. Les plans
 Plan de masse
 Plan de fondation et assainissement
 Plan du rez de chaussée
 Plan du R+1
 Plan de toiture
II. Les Coupes
 Coupe AA
 Coupe BB
III. Les façades
 Façade principale
 Façade postérieur
 Façade latérale gauche
 Façade latérale droit

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 p


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Plan de masse

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 q


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Plan de fondation

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 r


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Plan de rez de chaussée

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 s


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Plan R+1

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 t


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Coupe

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 u


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Toiture

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 v


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

façades

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 w


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 x


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANNEXE IV : NOTES DE CALCULS


I. DESCENTE DES CHARGES

[daN/m3]
POTEAU P1 ou
[daN/m2]
poids
longueur largeur épaisseur total
Niv désignation unitaire
[m] [m] [m] [daN]
Couverture tôle galvabac 4,04 2,76 18,07 202
Structure de couverture 4,04 2,76 25,10 280
N1 Plafond plâtre 4,04 2,76 30,00 335
poutre longitudinale 2,76 0,20 0,50 2500,00 690
poutre transversale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N1= 2401
Venant de N1 2401
N2
poteau 0,20 0,20 2,61 2500,00 261
N2= 2662
venant de N2 2662
Plancher dalle 4,04 2,76 0,16 2500,00 4460
Remplissage en parpaing 3,58 0,28 2,61 310,00 811
N3 Revêtement parquets 4,04 2,76 22,00 245
Plafond plâtre 4,04 2,76 30,00 335
Poutre longitudinale 2,76 0,20 0,50 2500,00 690
poutre transversale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N3= 10098
venant de N3 10098
N4
poteau 0,20 0,20 2,50 2500,00 250
N4= 10348
venant de N4 10348
plancher dalle 4,04 2,76 0,16 2500,00 4460
N5
remplissage en parpaing 3,58 0,28 2,50 310,00 777
revêtement carreaux 4,04 2,76 60,00 669
N5= 16254

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 y


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

[daN/m3] ou
POTEAU P2
[daN/m2]
longueur largeur épaisseur poids total
Niv désignation
[m] [m] [m] unitaire [daN]
Couverture tôle galvabac 4,67 3,75 18,07 316
Structure de couverture 4,67 3,75 25,10 439
N1 Plafond plâtre 4,67 3,75 30,00 525
poutre longitudinale 3,75 0,20 0,50 2500,00 938
poutre transverssale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N1= 3113
Venant de N1 3113
N2
poteau 0,20 0,20 3,11 2500,00 311
N2= 3423
venant de N2 3423
Plancher dalle 4,67 3,75 0,16 2500,00 6998
Remplissage en parpaing 3,58 0,25 3,11 310,00 862
N3 Rêvetement parquets 4,67 3,75 22,00 385
Plafond plâtre 4,67 3,75 30,00 525
Poutre longitudinale 3,75 0,20 0,50 2500,00 938
poutre transverssale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N3= 14025
venant de N3 14025
N4
poteau 0,20 0,20 2,50 2500,00 250
N4= 14275
venant de N4 14275
plancher dalle 4,67 3,75 0,16 2500,00 6998
N5
remplissage en parpaing 3,58 0,25 2,50 310,00 694
revêtement carreaux 4,67 3,75 60,00 1050
N5= 23016

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 z


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

POTEAU P3 [daN/m3] ou
[daN/m2]
longueur largeur épaisseur poids total
Niv désignation
[m] [m] [m] unitaires [daN]
Couverture tôle
galvabac 3,58 2,22 18,07 143
Structure de couverture 3,58 2,22 25,10 199
N1
Plafond plâtre 3,58 2,22 30,00 238
poutre longitudinale 2,22 0,20 0,50 2500,00 554
poutre transversale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N1= 2030
Venant de N1 2030
N2
poteau 0,20 0,20 3,29 2500,00 329
N2= 2359
venant de N2 2359
Plancher dalle 3,58 2,22 0,16 2500,00 3175
Remplissage en
parpaing 3,58 0,12 3,29 310,00 452
N3
Revêtement parquets 3,58 2,22 22,00 175
Plafond plâtre 3,58 2,22 30,00 238
Poutre longitudinale 2,22 0,20 0,50 2500,00 554
poutre transversale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N3= 7848
venant de N3 7848
N4
poteau 0,20 0,20 2,50 2500,00 250
N4= 8098
venant de N4 8098
plancher dalle 3,58 2,22 0,16 2500,00 3175
N5
remplissage en parpaing 3,58 0,12 2,50 310,00 344
revêtement carreaux 3,58 2,22 60,00 476
N5= 12094

[daN/m3] ou
POTEAU P4 [daN/m2]
longueur largeur épaisseur poids unitaires total
Niv désignations
[m] [m] [m] [daN]
Plancher dalle 3,58 1,23 0,16 2500,00 1758
Remplissage en parpaing 3,58 0,90 310,00 999
N3
Poutre longitudinale 1,23 0,20 0,50 2500,00 307
poutre transverssale 3,58 0,20 0,50 2500,00 895
N3= 3958
venant de N3 3958
N4
poteau 0,20 0,20 2,50 2500,00 250
N4= 4208
venant de N4 4208
plancher dalle 3,58 1,23 0,16 2500,00 1758
N5
remplissage en parpaing 3,58 2,50 310,00 2775
revêtement carreaux 3,58 1,23 60,00 264
N5= 9004

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 aa


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

I. CALCUL DES SOLLICITATIONS (METHODE DE CROSS)


 Charges verticales seules q à l’ELS

Nœuds A B C D E H
Barres AB BA BE BC CB CD DC DI DE ED EB EF EH HE HG HJ HI
M0 -0,480 -0,961 1,842 -0,881 -0,620 0,620 -2,940 2,691 0,248 0,354 -9,154 0,387 8,414 -0,125 -0,153 0,416 -0,138
M1 -4,440 -8,880 -80,017 88,897 88,352 -88,351 -46,059 -53,277 99,335 99,022 -46,922 -1,086 -51,015 -63,482 -2,139 -31,135 96,756
M2 95,440 90,881 -83,816 -7,065 -3,288 3,288 1,336 -0,702 -0,633 -1,209 -51,471 98,498 -45,818 -38,316 99,132 -60,144 -0,673
Mr -0,381 -0,875 1,585 -0,710 -0,446 0,446 -3,031 2,583 0,448 0,552 -9,307 0,496 8,259 -0,297 -0,045 0,285 0,056
Erreur 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
T0 -0,48 -0,48 7,76 -0,40 -0,40 2,49 -3,33 2,45 0,16 0,16 -10,41 0,19 7,44 0,93 -0,08 4,49 -0,06
T1 -4,44 -4,44 -13,91 46,83 46,83 -21,44 -27,26 -74,38 52,41 52,41 -32,08 -0,54 -54,57 -61,09 -1,07 -8,71 50,94
T2 62,11 62,11 -15,42 -2,74 -2,74 3,75 -2,07 0,85 -0,49 -0,49 -33,59 65,92 -39,23 -45,75 66,23 -58,99 -0,26
Tr -0,42 -0,42 7,71 -0,31 -0,31 2,45 -3,39 2,30 0,26 0,26 -10,51 0,27 7,29 0,75 -0,003 4,40 0,04

Nœuds I J K F G
Barres IH ID JH JK KJ FE GH
M0 -0,094 0,094 -0,162 0,162 0,081 0,193 -0,077
M1 96,054 -96,054 -1,016 1,016 0,508 -0,543 -1,069
M2 -0,314 0,314 -95,436 95,436 97,718 99,249 99,566
Mr 0,100 -0,100 -0,272 0,272 0,193 0,305 0,034
Erreur 0,000 0,000
T0 -0,06 0,36 -4,28 0,08 0,08 0,19 -0,08
T1 50,94 -76,46 -17,48 0,51 0,51 -0,54 -1,07
T2 -0,26 -1,24 -67,76 64,38 64,38 65,92 66,23
Tr 0,04 0,21 -4,39 0,16 0,16 0,27 -0,003

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 bb


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Charges verticales avec effet du vent gauche q+Vg à l’ELS

Nœuds A B C D E H
Barres AB BA BE BC CB CD DC DI DE ED EB EF EH HE HG HJ HI
M0 -0,033 -1,456 1,590 -0,134 -1,302 1,302 -2,686 2,447 0,239 0,352 -9,250 0,391 8,507 -0,104 -0,155 0,395 -0,136
M1 -4,440 -8,880 -80,017 88,897 88,352 -88,351 -46,059 -53,277 99,335 99,022 -46,922 -1,086 -51,015 -63,482 -2,139 -31,135 96,756
M2 95,440 90,881 -83,816 -7,065 -3,288 3,288 1,336 -0,702 -0,633 -1,209 -51,471 98,498 -45,818 -38,316 99,132 -60,144 -0,673
Mr -0,248 -1,634 2,275 -0,641 -1,815 1,815 -2,417 2,763 -0,346 -0,229 -8,843 0,148 8,924 0,368 -0,393 0,731 -0,706
Erreur 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
T0 0,43 -1,42 7,70 0,79 -1,55 2,66 -3,16 2,32 0,16 0,16 -10,47 0,20 7,50 0,99 -0,08 4,48 -0,06
T1 -3,51 -5,37 -13,91 48,00 45,66 -21,44 -27,26 -74,38 52,41 52,41 -32,08 -0,54 -54,57 -61,09 -1,07 -8,71 50,94
T2 63,03 61,18 -15,42 -1,57 -3,91 3,75 -2,07 0,85 -0,49 -0,49 -33,59 65,92 -39,23 -45,75 66,23 -58,99 -0,26
Tr 0,29 -1,55 7,82 0,51 -1,81 2,77 -2,99 2,76 -0,15 -0,15 -10,20 0,03 7,92 1,46 -0,24 4,68 -0,36

Nœuds I J K F G
Barres IH ID JH JK KJ FE GH
M0 -0,089 0,089 -0,163 0,163 0,081 0,196 -0,077
M1 96,054 -96,054 -1,016 1,016 0,508 -0,543 -1,069
M2 -0,314 0,314 -95,436 95,436 97,718 99,249 99,566
Mr -0,655 0,655 0,085 -0,085 -0,169 -0,053 -0,323
Erreur 0,000 0,000
T0 -0,06 0,24 -4,29 0,08 0,08 0,20 -0,08
T1 50,94 -76,46 -17,48 0,51 0,51 -0,54 -1,07
T2 -0,26 -1,24 -67,76 64,38 64,38 65,92 66,23
Tr -0,36 0,69 -4,01 -0,08 -0,08 0,03 -0,24

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 cc


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Charges verticales avec effet du vent droite q+Vd à l’ELS

Nœuds A B C D E H
Barres AB BA BE BC CB CD DC DI DE ED EB EF EH HE HG HJ HI
M0 -0,483 -0,965 1,847 -0,882 -0,616 0,616 -3,034 2,793 0,241 0,356 -9,086 0,397 8,333 -0,651 -0,180 0,238 0,594
M1 -4,440 -8,880 -80,017 88,897 88,352 -88,351 -46,059 -53,277 99,335 99,022 -46,922 -1,086 -51,015 -63,482 -2,139 -31,135 96,756
M2 95,440 90,881 -83,816 -7,065 -3,288 3,288 1,336 -0,702 -0,633 -1,209 -51,471 98,498 -45,818 -38,316 99,132 -60,144 -0,673
Mr -0,706 -1,151 2,532 -1,380 -1,122 1,121 -2,769 3,105 -0,335 -0,216 -8,679 0,145 8,749 -0,182 -0,427 0,577 0,033
Erreur 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
T0 -0,48 -0,48 7,77 -0,40 -0,40 2,47 -3,35 2,86 0,16 0,16 -10,40 0,20 7,14 0,62 -0,09 4,59 1,11
T1 -4,44 -4,44 -13,91 46,83 46,83 -21,44 -27,26 -74,38 52,41 52,41 -32,08 -0,54 -54,57 -61,09 -1,07 -8,71 52,11
T2 62,11 62,11 -15,42 -2,74 -2,74 3,75 -2,07 0,85 -0,49 -0,49 -33,59 65,92 -39,23 -45,75 66,23 -58,99 0,91
Tr -0,62 -0,62 7,89 -0,66 -0,66 2,58 -3,18 3,29 -0,15 -0,15 -10,12 0,03 7,56 1,10 -0,26 4,79 0,81

Nœuds I J K F G
Barres IH ID JH JK KJ FE GH
M0 -0,813 0,813 0,266 -0,266 0,563 0,198 -0,090
M1 96,054 -96,054 -1,016 1,016 0,508 -0,543 -1,069
M2 -0,314 0,314 -95,436 95,436 97,718 99,249 99,566
Mr -1,370 1,370 0,521 -0,521 0,304 -0,058 -0,344
Erreur 0,000 0,000
T0 -1,23 0,78 -4,18 -0,83 1,03 0,20 -0,09
T1 49,77 -76,46 -17,48 -0,42 1,44 -0,54 -1,07
T2 -1,43 -1,24 -67,76 63,46 65,31 65,92 66,23
Tr -1,51 1,23 -3,90 -0,99 0,85 0,03 -0,26

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 dd


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Charges verticales seules q à l’ELU

Nœuds A B C D E H
Barres AB BA BE BC CB CD DC DI DE ED EB EF EH HE HG HJ HI
M0 -0,648 -1,297 2,488 -1,191 -0,840 0,840 -4,001 3,665 0,336 0,478 -12,358 0,522 11,358 -0,169 -0,207 0,562 -0,186
M1 -4,440 -8,880 -80,017 88,897 88,352 -88,351 -46,059 -53,277 99,335 99,022 -46,922 -1,086 -51,015 -63,482 -2,139 -31,135 96,756
M2 95,440 90,881 -83,816 -7,065 -3,288 3,288 1,336 -0,702 -0,633 -1,209 -51,471 98,498 -45,818 -38,316 99,132 -60,144 -0,673
Mr -0,514 -1,182 2,141 -0,959 -0,604 0,604 -4,125 3,519 0,606 0,746 -12,565 0,670 11,148 -0,401 -0,061 0,385 0,076
Erreur 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
T0 -0,65 -0,65 10,48 -0,54 -0,54 3,38 -4,53 3,33 0,22 0,22 -14,05 0,26 10,05 1,25 -0,10 6,06 -0,08
T1 -4,44 -4,44 -10,73 46,83 46,83 -20,39 -28,31 -74,00 52,41 52,41 -35,26 -0,54 -53,43 -62,23 -1,07 -7,18 50,94
T2 62,11 62,11 -12,24 -2,74 -2,74 4,80 -3,12 1,22 -0,49 -0,49 -36,77 65,92 -38,09 -46,89 66,23 -57,46 -0,26
Tr -0,57 -0,57 10,43 -0,41 -0,41 3,34 -4,61 3,13 0,36 0,36 -14,21 0,36 9,85 1,01 -0,005 5,95 0,06

Nœuds I J K F G
Barres IH ID JH JK KJ FE GH
M0 -0,127 0,127 -0,219 0,219 0,109 0,261 -0,103
M1 96,054 -96,054 -1,016 1,016 0,508 -0,543 -1,069
M2 -0,314 0,314 -95,436 95,436 97,718 99,249 99,566
Mr 0,135 -0,135 -0,368 0,368 0,261 0,412 0,046
Erreur 0,000 0,000
T0 -0,08 0,50 -5,78 0,11 0,11 0,26 -0,10
T1 50,94 -76,84 -19,01 0,51 0,51 -0,54 -1,07
T2 -0,26 -1,62 -69,29 64,38 64,38 65,92 66,23
Tr 0,06 0,28 -5,94 0,21 0,21 0,36 -0,005

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ee


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Charges verticales avec effet du vent gauche q+Vg à l’ELU

Nœuds A B C D E H
Barres AB BA BE BC CB CD DC DI DE ED EB EF EH HE HG HJ HI
M0 0,101 -1,604 1,515 0,089 -1,505 1,505 -2,610 2,373 0,237 0,352 -9,279 0,393 8,535 -0,098 -0,155 0,389 -0,136
M1 -4,440 -8,880 -80,017 88,897 88,352 -88,351 -46,059 -53,277 99,335 99,022 -46,922 -1,086 -51,015 -63,482 -2,139 -31,135 96,756
M2 95,440 90,881 -83,816 -7,065 -3,288 3,288 1,336 -0,702 -0,633 -1,209 -51,471 98,498 -45,818 -38,316 99,132 -60,144 -0,673
Mr -0,207 -1,860 2,477 -0,617 -2,221 2,221 -2,235 2,815 -0,579 -0,459 -8,707 0,045 9,120 0,563 -0,496 0,863 -0,930
Erreur 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
T0 0,70 -1,71 10,86 1,15 -1,89 3,76 -4,16 2,66 0,16 0,16 -13,67 0,20 8,66 -0,14 -0,08 6,01 -0,06
T1 -3,24 -5,64 -10,73 48,35 45,31 -20,39 -28,31 -74,00 52,41 52,41 -35,26 -0,54 -53,43 -62,23 -1,07 -7,18 50,94
T2 63,31 60,90 -12,24 -1,22 -4,25 4,80 -3,12 1,22 -0,49 -0,49 -36,77 65,92 -38,09 -46,89 66,23 -57,46 -0,26
Tr 0,50 -1,88 10,99 0,75 -2,25 3,91 -3,91 3,27 -0,27 -0,27 -13,25 -0,04 9,24 0,54 -0,31 6,28 -0,48

Nœuds I J K F G
Barres IH ID JH JK KJ FE GH
M0 -0,087 0,087 -0,163 0,163 0,081 0,196 -0,078
M1 96,054 -96,054 -1,016 1,016 0,508 -0,543 -1,069
M2 -0,314 0,314 -95,436 95,436 97,718 99,249 99,566
Mr -0,877 0,877 0,190 -0,190 -0,276 -0,158 -0,429
Erreur 0,000 0,000
T0 -0,06 -0,18 -5,82 0,08 0,08 0,20 -0,08
T1 50,94 -76,84 -19,01 0,51 0,51 -0,54 -1,07
T2 -0,26 -1,62 -69,29 64,38 64,38 65,92 66,23
Tr -0,48 0,46 -5,42 -0,16 -0,16 -0,04 -0,31

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ff


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

 Charges verticales avec effet du vent droite q+Vd à l’ELU

Nœuds A B C D E H
Barres AB BA BE BC CB CD DC DI DE ED EB EF EH HE HG HJ HI
M0 -0,651 -1,302 2,495 -1,192 -0,835 0,835 -4,124 3,798 0,327 0,481 -12,270 0,535 11,253 -0,852 -0,242 0,331 0,764
M1 -4,440 -8,880 -80,017 88,897 88,352 -88,351 -46,059 -53,277 99,335 99,022 -46,922 -1,086 -51,015 -63,482 -2,139 -31,135 96,756
M2 95,440 90,881 -83,816 -7,065 -3,288 3,288 1,336 -0,702 -0,633 -1,209 -51,471 98,498 -45,818 -38,316 99,132 -60,144 -0,673
Mr -0,936 -1,539 3,367 -1,828 -1,480 1,480 -3,787 4,195 -0,408 -0,249 -11,750 0,215 11,784 -0,254 -0,556 0,762 0,048
Erreur 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
T0 -0,65 -0,65 10,49 -0,54 -0,54 3,36 -4,55 3,87 0,21 0,21 -14,04 0,27 9,65 0,85 -0,12 6,19 1,44
T1 -4,44 -4,44 -10,73 46,83 46,83 -20,39 -28,31 -74,00 52,41 52,41 -35,26 -0,54 -53,43 -62,23 -1,07 -7,18 52,46
T2 62,11 62,11 -12,24 -2,74 -2,74 4,80 -3,12 1,22 -0,49 -0,49 -36,77 65,92 -38,09 -46,89 66,23 -57,46 1,26
Tr -0,82 -0,82 10,61 -0,87 -0,87 3,50 -4,33 4,42 -0,17 -0,17 -13,65 0,05 10,18 1,47 -0,33 6,43 1,05

Nœuds I J K J G
Barres IH ID JH JK KJ FE GH
M0 -1,061 1,061 0,337 -0,337 0,735 0,268 -0,121
M1 96,054 -96,054 -1,016 1,016 0,508 -0,543 -1,069
M2 -0,314 0,314 -95,436 95,436 97,718 99,249 99,566
Mr -1,772 1,772 0,662 -0,662 0,406 -0,059 -0,444
Erreur 0,000 0,000
T0 -1,60 1,03 -5,64 -1,07 1,34 0,27 -0,12
T1 49,42 -76,84 -19,01 -0,70 1,71 -0,54 -1,07
T2 -1,78 -1,62 -69,29 63,18 65,59 65,92 66,23
Tr -1,96 1,61 -5,27 -1,28 1,11 0,05 -0,33

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 gg


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

II. DIAGRAMMES DES MOMENTS FLECHISSANT

Figure 35:moments fléchissant dues aux charges verticales seules à l'ELS

Figure 36:moments fléchissant dues aux charges verticales avec effet du vent gauche à l'ELS

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 hh


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 37: moments fléchissant dues aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELS

Figure 38: Moments fléchissant dues aux charges verticales seules à l'ELU

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ii


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 39: moments fléchissant dues aux charges verticales avec effets du vent gauche à l'ELU

Figure 40: moments fléchissant dues aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELU

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 jj


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III. DIAGRAMMES DES EFFORTS TRANCHANTS

Figure 41: efforts tranchants dues aux charges verticales seules à l'ELS

Figure 42: efforts tranchants dues aux charges verticales avec effets du vent gauche à l'ELS

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 kk


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 43: efforts tranchants dues aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELS

Figure 44: efforts tranchant dues aux charges verticales à l'ELU

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ll


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 45: efforts tranchants dus aux charges verticales avec effets du vent gauche à l'ELU

Figure 46: efforts tranchant dus aux charges verticales avec effets du vent droit à l'ELU

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 mm


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANNEXE V: PRESSIONS DYNAMIQUES DE BASE

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 nn


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

Figure 47: délimitation des quatre zones citées précédemment

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 oo


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

ANNEXE VI: TABLEAUX DE REFERENCES


I. Tableau des valeurs de α1 β1 et k en fonction de µ 1
i1 α1 β1 k i1 α1 β1 k i1 α1
µ1 α1 β1 k µ1 α1 β1 k µ1 α1 β1 k
0,5222 0,960 0,680 1,600 0,0394 0,690 0,770 0,148 0,0087 0,420 0,860 0,048
0,4498 0,954 0,682 1,383 0,0381 0,684 0,772 0,144 0,0084 0,414 0,862 0,047
0,3940 0,948 0,684 1,215 0,0368 0,678 0,774 0,140 0,0081 0,408 0,864 0,046
0,3498 0,942 0,686 1,083 0,0356 0,672 0,776 0,137 0,0078 0,402 0,866 0,045
0,3139 0,936 0,688 0,975 0,0344 0,666 0,778 0,133 0,0075 0,396 0,868 0,044

0,2842 0,930 0,690 0,886 0,0333 0,660 0,780 0,129 0,0072 0,389 0,870 0,043
0,2591 0,924 0,692 0,810 0,0322 0,654 0,782 0,126 0,0070 0,385 0,872 0,042
0,2377 0,918 0,694 0,746 0,0312 0,648 0,784 0,123 0,0067 0,378 0,874 0,041
0,2193 0,912 0,696 0,691 0,0302 0,642 0,786 0,120 0,0064 0,371 0,876 0,039
0,2032 0,906 0,698 0,643 0,0292 0,636 0,788 0,117 0,0061 0,364 0,879 0,038

0,1890 0,900 0,700 0,600 0,0282 0,630 0,790 0,113 0,0059 0,359 0,880 0,037
0,1764 0,894 0,702 0,562 0,0273 0,624 0,792 0,111 0,0057 0,354 0,882 0,037
0,1652 0,888 0,704 0,529 0,0265 0,618 0,794 0,108 0,0055 0,349 0,884 0,036
0,1551 0,882 0,706 0,498 0,0256 0,612 0,796 0,105 0,0052 0,341 0,886 0,034
0,1460 0,876 0,708 0,471 0,0248 0,606 0,798 0,103 0,0050 0,335 0,888 0,034

0,1378 0,870 0,710 0,446 0,0240 0,600 0,800 0,100 0,0048 0,329 0,890 0,033
0,1303 0,864 0,712 0,424 0,0232 0,594 0,802 0,097 0,0046 0,323 0,892 0,032
0,1233 0,858 0,714 0,403 0,0225 0,588 0,804 0,950 0,0044 0,317 0,894 0,031
0,1170 0,852 0,716 0,384 0,0218 0,582 0,806 0,930 0,0042 0,311 0,896 0,030
0,1112 0,846 0,718 0,366 0,0211 0,576 0,808 0,091 0,0040 0,305 0,898 0,029

0,1058 0,840 0,720 0,350 0,0204 0,570 0,810 0,880 0,0038 0,298 0,901 0,028
0,1008 0,834 0,722 0,335 0,1970 0,564 0,812 0,086 0,0034 0,284 0,905 0,026
0,0962 0,828 0,724 0,321 0,0191 0,558 0,814 0,084 0,0030 0,269 0,910 0,025
0,0919 0,822 0,726 0,308 0,0185 0,552 0,816 0,082 0,0026 0,252 0,916 0,022
0,0878 0,816 0,728 0,296 0,0179 0,546 0,818 0,080 0,0023 0,239 0,920 0,021

0,0840 0,810 0,730 0,284 0,0173 0,540 0,820 0,078 0,0020 0,224 0,925 0,019
0,0805 0,804 0,732 0,274 0,0168 0,534 0,822 0,077 0,0017 0,208 0,931 0,018
0,0771 0,798 0,734 0,263 0,0162 0,528 0,824 0,074 0,0015 0,197 0,934 0,016
0,0740 0,792 0,736 0,254 0,0157 0,522 0,826 0,073 0,0012 0,177 0,941 0,014
0,0710 0,786 0,738 0,245 0,0152 0,516 0,828 0,071 0,0010 0,163 0,946 0,013

0,0682 0,780 0,740 0,236 0,0147 0,510 0,830 0,069 0,0008 0,147 0,951 0,011
0,0656 0,774 0,742 0,228 0,0142 0,504 0,832 0,068 0,0070 0,138 0,954 0,011
0,0630 0,768 0,744 0,221 0,0137 0,498 0,834 0,066 0,0005 0,117 0,961 0,009

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 pp


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe
0,0606 0,762 0,746 0,213 0,0133 0,492 0,836 0,065 0,0004 0,105 0,965 0,008
0,0584 0,756 0,748 0,207 0,0128 0,486 0,838 0,063 0,0003 0,092 0,969 0,007

0,0562 0,750 0,750 0,200 0,0124 0,480 0,840 0,062 0,0002 0,075 0,975 0,005
0,0542 0,744 0,752 0,194 0,0120 0,474 0,842 0,060 0,0001 0,054 0,982 0,004
0,0522 0,738 0,754 0,188 0,0116 0,468 0,844 0,059 0,0000 0,000 1,000 0,000
0,0504 0,732 0,756 0,182 0,0112 0,462 0,846 0,057
0,0486 0,726 0,758 0,177 0,0108 0,456 0,848 0,056

0,0469 0,720 0,760 0,171 0,0104 0,443 0,850 0,054


0,0453 0,714 0,762 0,167 10,0101 0,445 0,852 0,053
0,0437 0,708 0,764 0,162 0,0097 0,438 0,854 0,052
0,0422 0,702 0,766 0,157 0,0094 0,432 0,856 0,051
0,0408 0,696 0,768 0,153 0,0090 0,425 0,858 0,049
Source : cours de béton armé

II. Section en cm² pour un ensemble de 1 à 10 barres

Nombre
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Diamètre

6 0,28 0,57 0,85 1,13 1,41 1,70 1,98 2,26 2,54 2,83
8 0,50 1,01 1,51 2,01 3,02 3,02 3,52 402,00 4,52 5,03

10 0,79 1,57 2,36 3,14 3,93 4,71 5,50 6,28 7,07 7,85
12 1,13 2,26 3,39 4,52 5,65 6,79 7,92 9,05 10,18 11,31

14 1,54 3,08 4,62 6,16 7,70 9,24 10,78 12,32 13,85 15,39
16 2,01 4,02 6,03 8,04 10,05 12,06 14,07 16,08 18,10 20,11

20 3,14 6,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,27 31,42
25 4,91 9,82 14,73 1963,00 24,54 29,45 34,36 39,27 44,18 49,09

32 8,04 16,08 24,13 32,17 40,21 48,25 56,30 64,34 72,38 80,42
40 12,57 25,13 37,70 50,27 62,83 75,40 87,96 100,53 113,10 125,66
Source : cours de béton armé

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 qq


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

III. Périmètre en cm pour un ensemble de 1 à 10 barres

Nombre
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Diamètre

6 1,88 3,77 5,65 7,54 9,42 11,31 13,19 15,08 16,96 18,85
8 2,51 5,03 7,54 10,05 12,57 15,08 17,59 20,11 22,62 25,13

10 3,14 6,28 9,42 12,57 15,71 18,85 21,99 25,13 28,27 31,42
12 3,77 7,54 11,31 15,08 18,85 22,62 26,39 30,16 33,93 37,70

14 4,40 8,8 13,19 17,59 21,99 26,39 30,79 35,19 39,58 43,98
16 5,03 10,05 15,08 20,11 25,13 30,16 35,19 40,21 45,24 50,27

20 6,28 12,57 18,85 25,13 31,12 37,7 43,98 50,27 56,55 62,83
25 7,85 15,71 23,56 31,42 39,27 47,12 54,98 62,83 70,69 78,54

32 10,05 20,11 30,16 40,21 50,27 60,32 70,37 80,42 90,48 100,53
40 12,57 25,13 37,70 50,27 62,83 75,40 87,96 100,53 113,10 125,66
Source : cours de béton armé

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 rr


Contribution à l’étude d’une villa R+1
sise à Andrononobe

BIBLIOGRAPHIE
AUTEUR TITRE EDITION
Bernard RAJOMA Cours de Marché publics 2014
Commune Rurale Monographie de la commune rurale
2015
D’Ankadikely Ilafy d’Ankadikely Ilafy
Les éléments de projet de
Ernst NEUFERT
construction (8ème éditions)
3ème tirage
Groupement des
Règles BAEL 91, modifiées 1999 Eyrolles,
spécialistes
année 1999
Jean Lalaina
Cours de béton armé 2015
RAKOTOMALALA
Manitriniala Dimby
Cours de CAO/DAO 2014
RATOARIVELO
Miraniaina
Cours de CAO/DAO 2014
ANDRIAMALALA
Paul Mamy
Cours de métré et études des prix 2015
ANDRIANALIVELO
Richard RAJAONARISON Eléments de projet 2014
Veroniaina RAJAONARY Organisation de chantier 2014
Cours de calcul de structure
Victor RAZAFINJATO 2014 - 2015
et RDM II

WEBOGRAPHIE
http://www.googleearth.com
http://www.googlemap.com
http://www.wikipédia.com
http://www.wikiwand.com/fr/Architecture_contemporraine

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 ss


Contribution à l’étude d’une villa R+1 à usage d’habitation
sis à Andrononobe

Tables des matières

REMERCIEMENTS ..............................................................................................................................................................
AVANT-PROPOS ............................................................................................................................................................... ii
SOMMAIRE ........................................................................................................................................................................iii
NOMMENCLATURES ..................................................................................................................................................... iv
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................................... viii
LISTE DES FIGURES........................................................................................................................................................ x
LISTE DES ANNEXES ..................................................................................................................................................... xi
INTRODUCTION ............................................................................................................................................................... 1
PARTIE I : ETUDES PRELIMINAIRES ...................................................................................................................... 3
CHAPITRE I : SITE D’IMPLANTATION DU PROJET....................................................................................... 4
I. MONOGRAPHIE DU SITE........................................................................................................................... 4
II. CONTEXTE CLIMATIQUE ....................................................................................................................... 12
III. SITUATION DU PROJET ..................................................................................................................... 14
CHAPITRE II : PRESENTATION DU PROJET ................................................................................................. 17
I. APERÇU DU PROJET................................................................................................................................. 17
II. LES DIFFERENTS INTERVENANTS.................................................................................................... 17
III. DESCRIPTIONS DU PROJET PROPREMENT DIT...................................................................... 18
PARTIE II : ETUDES TECHNIQUES ........................................................................................................................ 24
CHAPITRE I : CHOIX DES ELEMENTS LES PLUS SOLLICITES ............................................................... 25
I. CHOIX DE LA FILE LA PLUS SOLLICITEE ........................................................................................ 25
II. CHOIX DU POTEAU LE PLUS SOLLICITE ......................................................................................... 26
CHAPITRE II: PRE-DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS PORTEURS EN BETON ARME ....... 27
I. POUTRES ...................................................................................................................................................... 27
II. POTEAUX ...................................................................................................................................................... 28
III. DALLES PLEINES .................................................................................................................................. 29
IV. ESCALIER ................................................................................................................................................. 30
CHAPITRE III: CALCUL DES STRUCTURES ................................................................................................... 35
I. HYPOTHESES ET INVENTAIRE DES CHARGES............................................................................. 35
II. DESCENTE DES CHARGES ..................................................................................................................... 39
III. RECAPITULATION ............................................................................................................................... 44
CHAPITRE IV: CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................ 47
I. PRESENTATION DES CHARGES AGISSANTS SUR LA STRUCTURE ...................................... 47
II. EVALUATION DES CHARGES UNITAIRES ....................................................................................... 49
III. METHODE DE CROSS .......................................................................................................................... 50

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 tt


Contribution à l’étude d’une villa R+1 à usage d’habitation
sis à Andrononobe

IV. INTERPRETATION GRAPHIQUE DE LA METHODE DE CROSS .......................................... 54


CHAPITRE V: DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS EN BETON ARME .......................................... 58
I. DIMENSIONNEMENT DES SEMELLES ISOLEES ........................................................................... 58
II. DIMENSIONNEMENT DES POTEAUX ............................................................................................... 64
III. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES ........................................................................................... 68
PARTIE III : EVALUATIONS FINANCIERES ET ORGANISATION DE CHANTIER ................................ 74
CHAPITRE I : DEVIS DESCRIPTIF DU PROJET ............................................................................................. 75
CHAPITRE II : DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF DES TRAVAUX (DQE) ................................ 80
I. CALCUL DU COEFFICIENT DE MAJORATION DE DEBOURSES «K1» ................................... 80
III. SOUS-DETAIL DES PRIX .................................................................................................................... 81
IV. DETAIL QUANTITATIF ET ESTIMATIF ....................................................................................... 82
V. RECAPITULATION DU COUT DE L’OUVRAGE ............................................................................... 86
CHAPITRE III : ORGANISATION DE CHANTIER .......................................................................................... 87
I. ORGANISATION GENERALE ................................................................................................................. 87
II. MISE EN ŒUVRE DES TRAVAUX ........................................................................................................ 87
III. PLANNING PREVISIONNEL D’EXECUTION DES TRAVAUX ................................................ 91
ANALYSES ET SUGGESTIONS .................................................................................................................................. 93
CONCLUSION GENERALE.......................................................................................................................................... 95
ANNEXES ......................................................................................................................................................................... 96
ANNEXE I : PRESENTATION DE L’IST-T ................................................................................................................ a
I. PRESENTATION DE L’IST-T.......................................................................................................................... a
I.1. GENERALITE ............................................................................................................................................. a
I.2. Localisation et infrastructures de l’IST-T ...................................................................................... a
I.3. Historique ................................................................................................................................................... b
I.4. Organisation de l’IST-T ......................................................................................................................... d
I.5. Les diplômes délivrés par l’IST-t ...................................................................................................... g
I.6. Etudes menant aux DTS ........................................................................................................................ g
I.7. Les mentions ............................................................................................................................................. h
I.8. BILAN GENERAL ....................................................................................................................................... j
ANNEXE II : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE SOBATRA ......................................................................... k
I. FICHE TECHNIQUE DU GROUPE SOBATRE SA ...................................................................................... l
II. ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE ........................................................................................................ l
III. SOBATRA, la société .................................................................................................................................... n
IV. QUELQUES REALISATIONS ...................................................................................................................... n
ANNEXE III : NOMENCLATURES DES PLANS ...................................................................................................... p
ANNEXE IV : NOTES DE CALCULS ............................................................................................................................ y

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 uu


Contribution à l’étude d’une villa R+1 à usage d’habitation
sis à Andrononobe

ANNEXE V: PRESSIONS DYNAMIQUES DE BASE ............................................................................................ nn


ANNEXE VI: TABLEAUX DE REFERENCES ......................................................................................................... pp
BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................................................................. ss
WEBOGRAPHIE .............................................................................................................................................................. ss

RAHAJASON Ravaka Ariella/BAT-B/ ORIMBATO 2015 vv

Vous aimerez peut-être aussi