Vous êtes sur la page 1sur 14

II – PONT EN BA OU BP A POUTRE SOUS CHAUSSEES

1 – Détermination des sollicitations dans les éléments ou pièces de la


superstructure
11- Schéma de structure-types calcul du coefficient de répartition transversale des
charges CRT
Actuellement, on utilise des poutres avec un système spatial compliqué. Le moment de calcul
des sollicitations dans les éléments ou pièces présente souvent des difficultés même pour les poutres
isostatiques. On utilise des différentes méthodes de calcul approximatif qui permettent de
déterminer les moments (fléchissant ou de torsion) et effort tranchant dus à la combinaison des
actions considérées comme les plus dominant pour un pont donné. La combinaison d’action est
d’habitude normalisée pour chaque pays.
Les structures-types de la superstructure d’un pont à poutre sous chaussée sont montrés par le
schéma 15 :

Type I Type II

p p
m

Type I : Poutre avec diaphragme ou entretoise.


Les poutres principales en Té ou en I sont avec table inférieure de petite dimension sont
rassemblées seulement à l’aide des diaphragmes.
Entre les poutres, il existe des joints longitudinaux.
Type II : Poutre isostatique sans diaphragme.
Les poutres en Té ou en I sont rassemblées au niveau de la table supérieure.
Type III Type IV

n
n

Type III : Poutres croisées


Poutres longitudinales et transversales de petite hauteur
Type IV : Poutres à distance
Les poutres principales sont suffisamment
Eloignées entre elles. Le tablier du pont est formé par des poutrelles longitudinales et
transversales.

Type V, VI et VII

Type V : Poutre en Caissons rassemblées – Leur section présente un contour fermé.


Type VI : Poutre en Caissons éloignées – Les poutres sont rassemblées par des diaphragmes
centraux. L’ensemble donne alors une structure rigide ou bien elles sont rassemblées au niveau du
tablier. Dans ce cas, l’ensemble donne une structure flexible.
Type VII : Tablier à plaque ou dalle en BA ou BP.
On les utilise pour couvrir une travée moins de 20m. Suivant la coupe transversale, les dalles
présentent des sections pleines ou creuses.

36
Schéma 15 : Types de superstructure spatiale à poutre sous chaussée
• n – Poutrelle transversale ;
• m – Diaphragmes
• p – Poutre principale

111- Répartition Spatiale des Charges suivant la Méthode de la Compression Excentrée


CE
Condition d’application :
Utilisée pour déterminer le CRT au cas ou les poutres principales rassemblées par des
diaphragmes ou entretoise se rapprochant entre elles (pas moins de 3 diaphragmes sur une travée) et
b/l ≤ 0.5
• b – largeur entre les parements extrêmes des poutres extérieures ;
• l – longueur de la travée.
Hypothèse de calcul :
Les sections transversales ne se déforment pas c'est-à-dire elles sont de haute rigidité. Par
conséquent, toutes les charges reparties de façon symétrique par rapport à l’axe longitudinal du pont
divisent entre les poutres principales :
- En parties égales si leurs moments d’inerties sont égaux, c'est-à-dire
1
P1' = Pi' =
n

Avec n – nombre des poutres


- Proportionnellement à leurs moments d’inertie si ceux-ci diffèrent entre eux. On peut
remplacer l’effet de charge P avec une excentricité x0 par une charge axiale et un
moment de torsion.
Mt = P x0
Sous l’effet de ce moment Mt, les réactions des poutres sont proportionnelles à leurs distances
jusqu’à l’axe du pont et leurs moments d’inertie :
ai Ii
P1'' = Pi'' =
a1 I1 (1)
La LI de la réaction Ri de la poutre i (la charge unitaire P=1 se déplace transversalement). La
méthode de la compression excentrée est montrée par le schéma 16.

Calcul de la répartition spatiale des


charges suivant la MCE
ai
37
a1
Schéma 16 numéros 1 et 2

P x0

Sch 16 num 3 : LI de Ri (Ii constant) Sch 16 num 4 : LI de Ri (Ii variable)

Les schémas 16 numéro 2 et 3 sont les LI de R1 et Ri (Poutre extrême et poutre intermédiaire i


ont la même rigidité). Les ordonnées de la LI prennent les valeurs suivantes :
- Poutres extrêmes :
2 2
1 a1 1 a1
y1 = + et y1' = -
n 2 ∑ai2 n 2 ∑ai2 (2)
- Poutre intermédiaire :
1 a1 ai 1 a1 ai
yi = + et yi' = -
n 2 ∑ai2 n 2 ∑ai2 (3)
Le schéma 16 numéro 4 est la LI de la réaction d’une poutre quelconque si les moments
d’inertie des poutres sont différents. Dans ce cas, les ordonnées de la LI prennent les valeurs
suivantes :
Ii a1 ai Ii Ii a1 ai Ii
yi = + et yi' = -
∑Ii 2 ∑ai2 Ii ∑Ii 2 ∑ai2 Ii (4)
CRT : Pour la détermination du CRT des surcharges (charges d’exploitation), on utilise la LI
de la réaction Ri de la poutre i :
- Charges Concentrées ou ponctuelles (les essieux, roues des camions ou charges
spéciales), le CRT est noté η.
η = 0.5 ∑ yk (5)
yk – ordonnées de LI de R sous la charge concentrée ( schéma 16 numéro 2).
La charge doit être placée dans une position la plus défavorable suivant la coupe transversale
du tablier c'est-à-dire sur les ordonnées maximales en tenant compte de la distance exigée entre les
roues et les bords du trottoir.
- Le CRT pour les piétons situés sur le trottoir (surcharge = 0.45 T/m²) est déterminé par
la formule suivante :
ηp = Ω (6)

38
Ω – Aire de la partie de la LI de la réaction Ri située sous le trottoir chargé.

Répartition des charges permanentes


La charge permanente appliquée sur les poutres principales de haute rigidité est déterminée
suivant la répartition :
- Egale si les moments d’inertie sont égaux :
∑g
g/ml = gm =
n (7)
n – nombre des poutres suivant la coupe transversale
∑g – somme des charges permanentes par mètre linéaire de la superstructure toute entière.
- Proportionnelle au moment d’inertie s’ils sont différents :
Ii
gm = ∑g
∑Ii (8)
112 – Répartition Spatiale des Charges suivant la Méthode de la Structure
Hyperstatique sur Appuis Elastiques MSHAE
Condition d’application : b/l >0.5 ou les poutres transversales (entretoises) sont
suffisamment flexibles ou pour la superstructure sans diaphragme, c’est dire les poutres principales
sont rassemblées entre elles au niveau des tables ou hourdis suivant les schémas 17 ci-dessous :

Schémas 17 numéro 1 et 2

Dans ce cas, on peut construire la LI de réaction Rn de la poutre énième en considérant les


hourdis comme une structure hyperstatique sur appui élastique :

Ω1 Ω2

p
R
nc

p p
R R nr
no

La réaction (qui est égale à la compression) de la poutre n sous la charge unitaire P = 1


installée sur l’appui r peut être déterminée par :

39
p 1
3
R nr = (Aor + A1r α + A2r α² + A3rα )
D
(9)
n – numéro de la poutre ;
r – où se trouve la charge P = 1
La réaction de la poutre numéro n sous la sollicitation M = 1 (Moment fléchissant unitaire)
appliquée sur l’appui 0 est égale :
M 1 3
R = (Bo + B1α + B2 α² + B3α )
no Dd (10)
3
D = (Co + C1α + C2 α² + C3α )
(11)
L’ordonnée de la LI à l’extrémité de la console est donnée par :
P P M
R = R + R dc
nc no no
(12)
P
R
no
- Réaction d’appui de la poutre énième sous la charge unitaire P=1 appliquée sur l’appui
extrême numéro 0 ;
M
R
no - Réaction d’appui de la poutre énième sous moment fléchissant M=1 agissant sur l’appui
extrême numéro 0 ;
dc et d – longueur de la console et distance entre les poutres ;
α – Coefficient dépendant du rapport de rigidité des poutres et de l’ensemble de la structure
transversale.
3
d
α =
6 EI' Δp (13)
I’ – Rigidité linéaire +de la structure transversale par un mètre linéaire de la superstructure :
• Pour la construction avec diaphragme ou entretoise :
I
I' =
a

I – Moment d’inertie de l’entretoise


A – Distance entre les entretoises ou diaphragme
• Pour la construction sans diaphragme:
I’ – Moment d’inertie du hourdis, du tablier par un mètre linéaire de sa largeur ;
Δp – Flèche maximale de la poutre principale (c'est-à-dire de l’appui élastique sous charge p=1T/ml
uniformément repartie suivant la longueur de sa travée, considérée sans la répartition élastique par
structure transversale ;
Ai, Bi et Ci – Coefficients numériques dépendant du nombre de travées transversales et du numéro
de la poutre sur laquelle est appliquée la charge.

40
Indication des
Indication de
Ordonnée de LI pour les valeur de α égale à

Nombre de

ordonnées
Réaction
travées 0,005 0,010 0,020 0,030 0,040 0,050 0,100 0,500 1,000 1,500
P
R 00 0,834 0,835 0,836 0,837 0,838 0,839 0,844 0,875 0,900 0,916
P P
R0 R 01 0,332 0,331 0,329 327 0,325 0,323 0,312 0,250 0,200 0,167
P
2 R 02 -0,166 -0,165 -0,164 -0,163 -0,162 -0,161 -0,156 -0,125 -0,100 -0,083
P
R 10 0,332 0,331 0,329 0,327 0,325 0,323 0,312 0,250 0,200 0,167
P P
R 1 R 11 0,336 0,338 0,342 0,347 0,351 0,355 0,375 0,500 0,600 0,667
P
R 12 0,332 0,331 0,329 0,327 0,325 0,323 0,312 0,250 0,200 0,167
P
R 00 0,702 0,706 0,711 0,717 0,723 0,728 0,750 0,845 0,890 0,912
P
P
R 01 0,397 0,394 0,388 0,388 0,388 0,370 0,346 0,242 0,187 0,156
R0 P
R 02 0,097 0,094 0,089 0,089 0,089 0,074 0,054 -0,049 -0,044 -0,054
P
R 03 -0,197 -0,194 -0,189 -0,189 -0,189 -0,173 -0,151 -0,068 -0,033 -0,018
3 P
R 10 0,397 0,394 0,388 0,388 0,388 0,370 0,346 0,242 0,187 0,156
P
P R 11 0,301 0,305 0,314 0,314 0,314 0,334 0,363 0,497 0,582 0,636
R1 P
R 12 0,202 0,205 0,209 0,209 0,209 0,221 0,237 0,280 0,275 0,258
P
R 13 0,097 0,091 0,089 0,089 0,089 0,074 0,054 -0,019 -0,044 -0,051
P
R 00 0,590 0,618 0,633 0,649 0,661 0,674 0,729 0,845 0,890 0,911
P
R 01 0,395 0,390 0,382 0,374 0,366 0,359 0,333 0,237 0,187 0,137
P P
R0 R 02 0,191 0,182 0,166 0,152 0,138 0,127 0,083 -0,021 -0,043 0,049
R 03
P
P
-0,0001 -0,0002 -0,0003 -0,0004 -0,0004 -0,001 0,0004 0,003 0,005 0,006 En utilisant la
R 04 -0,192 -0,181 -0,169 -0,155 -0,115 -0,135 -0,096 -0,013 0,001 0,006
P
R 10
R
P
11
0,395
0,304
0,39
0,307
0,382
0,314
0,374
0,32
0,366
0,327
0,359
0,333
0,333
0,358
0,237
0,482
0,187
0,574
0,169
-0,630
méthode ci-dessus, on
P P
R1 R
4
R
P
12

13
0,204
0,101
0,208
0,101
0,215
0,102
0,221
0,102
0,226
0,102
0,231
0,102
0,248
0,099
0,274
0,054
0,261
0,016
-0,244
-0,002
peut construire la LI de
P
R -0,0001 -0,0002 -0,0003 -0,0004 -0,0004 -0,0005 -0,0004 0,003 0,006 0,007
la réaction de chaque
14
P
R 20 0,191 0,182 0,165 0,151 0,138 0,127 0,083 -0,021 -0,043 -0,051
P
R 21 0,201 0,208 0,213 0,220 0,226 0,231 0,249 0,274 0,261 0,244
R2
P
R
P
22 0,211 0,221 0,240 0,257 0,272 0,285 0,339 0,491 0,566 0,600 poutre principale.
P
R 23 0,204 0,208 0,215 0,221 0,226 0,231 0,248 0,274 0,261 0,244
R 24
P
P
0,191 0,182 0,166 0,151 0,138 0,127 0,083 -0,021 -0,013 -0,010 Tableau 4 :
R 00 0,544 0,562 0,592 0,616 0,635 0,653 0,712 0,843 0,886 0,907

Détermination de la
P
R 01 0,377 0,373 0,365 0,359 0,354 0,349 0,326 0,241 0,193 0,167
P
P
R 02 0,221 0,296 0,180 0,160 0,112 0,128 0,079 0,020 -0,013 -0,051
R0
réaction Rnr p pour les
P
R 03 0,080 0,067 0,016 0,029 0,016 0,006 -0,026 -0,048 -0,034 -0,025
P
R 04 -0,049 -0,05 -0,051 -0,052 -0,052 -0,052 -0,049 -0,020 -0,006 -0,0005
P
R -0,173 -0,157 -0,132 -0,112 -0,095 -0,082 -0,042 0,005 0,004 0,002
poutres sans console.
05
P
R 10 0,377 0,373 0,365 0,359 0,354 0,349 0,326 0,241 0,193 0,167
P
R 0,298 0,302 0,308 0,314 0,320 0,325 0,350 0,477 0,559 0,607
Les ordonnées de
11
P
P R 12 0,213 0,216 0,220 0,225 0,228 0,232 0,243 0,269 0,297 0,259
5 R1 P
R 13 0,124 0,124 0,124 0,123 0,122 0,121 0,112 0,052 0,014 -0,007
R
P
14 0,037 0,036 0,034 0,032 0,029 0,027 0,018 -0,018 -0,026 -0,025 la LI de réaction
P
R 15 -0,049 -0,05 -0,051 -0,052 -0,052 -0,052 -0,049 -0,020 -0,006 -0,0005
R
P

P
20 0,221 0,206 0,180 0,160 0,142 0,128 0,079 -0,020 -0,043 -0,051 d’appui R d’une poutre
R 21 0,243 0,216 0,220 0,225 0,228 0,232 0,243 0,269 0,267 0,259
hyperstatique à travées
P
P R 22 0,197 0,211 0,235 0,254 0,271 0,285 0,335 0,477 0,542 0,579
R2 P
R 23 0,165 0,170 0,194 0,208 0,220 0,229 0,255 0,269 0,255 0,215
P
R
R
P
24 0,124
0,080
0,124
0,067
0,124
0,016
0,123
0,029
0,122
0,016
0,121
0,006
0,112
-0,026
0,052
-0,048
0,014
-0,034
0,007
-0,025
multiples sans console
25
P

sur appui élastique.


R 00 0,500 0,529 0,573 0,505 0,629 0,649 0,712 0,838 0,876 0,892
P
R 01 0,357 0,355 0,353 0,350 0,343 0,342 0,325 0,246 0,269 0,191
P
R 02 0,227 0,207 0,177 0,153 0,138 0,135 0,077 -0,018 -0,043 -0,052
P P
R0 R 03 0,114 0,092 0,058 0,035 0,019 0,006 -0,027 -0,049 -0,040 -0,033
P
R 04 0,018 0,004 -0,014 -0,025 -0,033 -0,039 -0,047 -0,018 -0,006 0,0002
P
R 05 -0,067 -0,061 -0,038 -0,053 -0,049 -0,045 -0,032 -0,002 0,002 0,0025
P
R 06 -0,148 -0,136 -0,089 -0,057 -0,050 -0,038 -0,009 0,004 0,001 0,0002
P
R 10 0,357 0,356 0,353 0,350 0,346 0,343 0,325 0,216 0,209 0,191
P
R 11 0,289 0,293 0,300 0,306 0,313 0,319 0,346 0,464 0,525 0,557
P
R 12 0,215 0,216 0,219 0,221 0,224 0,227 0,233 0,273 0,279 0,280
P P
R1 R 13 0,140 0,137 0,132 0,126 0,125 0,122 0,109 0,056 0,026 0,010
P
R 14 0,067 0,064 0,058 0,035 0,048 0,043 0,025 -0,020 -0,031 -0,034
P
R 15 -0,002 -0,002 -0,003 -0,005 -0,007 -0,008 -0,013 -0,017 -0,010 -0,004
P
R 16 -0,067 -0,064 -0,058 -0,053 -0,049 -0,045 -0,032 -0,002 0,002 0,0025
6 P
R 20 0,227 0,207 0,177 0,155 0,138 0,124 0,077 -0,018 -0,043 -0,052
P
R 21 0,215 0,216 0,219 0,221 0,224 0,227 0,238 0,273 0,279 0,280
P
R 22 0,196 0,211 0,234 0,253 0,268 0,283 0,329 0,465 0,515 0,541
P P
R2 R 23 0,162 0,175 0,196 0,211 0,221 0,229 0,251 0,267 0,231 0,259
P
R 24 0,116 0,122 0,130 0,134 0,135 0,135 0,125 0,054 0,023 0,009
P
R 25 0,067 0,064 0,058 0,055 0,048 0,043 0,026 -0,020 -0,031 -0,034
P
R 26 0,018 0,004 -0,014 -0,025 -0,033 -0,039 -0,047 -0,018 -0,006 -0,0002
P
R 30 0,114 0,091 0,058 0,035 0,019 0,066 -0,027 -0,049 -0,040 -0,033
P
R 31 0,140 0,137 0,132 0,126 0,125 0,122 0,109 0,056 0,026 0,010
P
R 32 0,162 0,175 0,196 0,211 0,221 0,229 0,251 0,267 0,261 0,259
P P
R3 R 33 0,171 0,193 0,226 0,250 0,270 0,285 0,334 0,452 0,505 0,533
P
R 34 0,161 0,175 0,197 0,211 0,222 0,229 0,251 0,267 0,261 0,259
P
R 35 0,140 0,137 0,132 0,126 0,125 0,122 0,109 0,056 0,026 0,010
P

41-0,027
R 36 0,114 0,091 0,058 0,035 0,019 0,006 -0,019 -0,040 -0,033
Tableau 5 : Détermination de RPnc pour les poutres prolongées par 2 consoles :
RPnc = RPno+ dc RMno
Pour calculer la valeur de RMno, il faut diviser la valeur de d X RMno du tableau 5 par d ;
Où d – distance entre deux poutres
Indication des

Ordonnée de LI pour les valeur de α égale à


coefficients
Nombre de
travées

0,005 0,010 0,020 0,030 0,040 0,050 0,100 0,500 1,000 1,500
M
dR 00 0,503 0,505 0,510 0,515 0,519 0,524 0,547 0,688 0,800 0,875
M
2 dR 10 -0,005 -0,010 -0,020 -0,029 -0,039 -0,018 -0,094 -0,375 -0,600 -0,750
M
dR 20 -0,498 -0,495 -0,490 -0,185 -0,481 -0,476 -0,453 -0,312 -0,200 -0,125
M
dR 00 0,308 0,316 0,331 0,345 0,359 0,372 0,430 0,68 0,814 0,886
M
dR 10 0,091 0,082 0,065 0,049 0,032 0,017 -0,052 -0,377 -0,583 -0,715
3 M
dR 20 -0,106 -0,111 -0,122 -0,132 -0,141 -0,150 -0,188 -0,290 -0,275 -0,232
M
dR 30 -0,293 -0,287 -0,274 -0,262 -0,250 -0,239 -0,191 -0,014 0,044 0,060
M
dR 00 0,216 0,231 0,260 0,285 0,308 0,329 0,414 0,684 0,813 0,835
M
dR 10 0,087 0,079 0,060 0,042 0,025 0,009 -0,059 -0,363 -0,573 -0,708
M
4 dR 20 -0,014 -0,028 -0,053 -0,074 -0,093 -0,110 -0,174 -0,285 -0,261 -0,220
M
dR 30 -0,104 -0,108 -0,114 0,118 -0,122 0,125 -0,133 -0,078 -0,016 0,019
M
dR 40 -0,188 -0,175 -0,154 -0,135 -0,110 -0,103 -0,049 0,042 0,035 0,035
M
dR 00 0,170 0,194 0,235 0,269 0,299 0,324 0,415 0,679 0,800 0,861
M
dR 10 0,076 0,067 0,050 0,034 0,019 0,005 -0,056 -0,354 -0,541 -0,652
M
dR 20 0,007 -0,012 -0,044 -0,064 -0,091 -0,110 -0,173 -0,282 -0,279 -0,258
5 M
dR 30 -0,044 -0,058 -0,079 -0,095 -0,107 -0,115 -0,136 -0,075 -0,011 0,027
M
dR 40 -0,086 -0,086 -0,085 -0,084 -0,083 -0,082 -0,075 -0,042 -0,033 -0,033
M
dR 50 -0,123 -0,106 -0,078 -0,056 -0,039 -0,026 0,011 0,022 0,006 -0,0004
M
dR 00 0,146 0,178 0,229 0,267 0,297 0,324 0,416 0,665 0,761 0,806
M
dR 10 0,065 0,059 0,046 0,033 0,019 0,007 -0,053 -0,324 -0,463 -0,536
M
dR 20 0,010 -0,014 -0,045 -0,070 -0,092 -0,109 -0,169 -0,291 -0,310 -0,314
M
6 dR 30 -0,026 -0,046 -0,075 -0,094 -0,107 -0,116 -0,108 -0,081 -0,029 0,0002
M
dR 40 -0,050 -0,050 -0,071 -0,077 -0,080 -0,080 -0,068 0,011 0,036 0,044
M
dR 50 -0,066 -0,055 -0,049 -0,046 -0,040 -0,035 -0,016 -0,016 -0,008 -0,001
M
dR 60 -0,080 -0,059 -0,030 -0,012 0,001 0,009 0,024 0,001 -0,002 -0,002

Ces tableaux nous donnent les ordonnées déterminer pour une superstructure de 3 à 7 poutres
et α = 0.005 à 1.5.
Cette méthode de calcul peut être utilisée si les deux poutres extrêmes se diffèrent des autres
et possèdent de grand moment d’inertie.
Ayant la LI de la réaction d’une poutre, on peut :
- Déterminer les CRT en utilisant les formules précédentes ;
- Trouver la charge permanente de chaque poutre.

42
La charge permanente appliquée sur une poutre quelconque par un mètre linéaire (1ml) est
égale à la somme du poids propre de la poutre g3 / ml et du poids du revêtement du tablier, du
trottoir et du parapet par 1ml.
g = g3 + g’ (14)
g’ = ∑ go yo + g1 Ω1 + g2 Ω2 (15)
go – Poids du parapet par 1ml du pont ;
g1 et g2 – Poids du revêtement du tablier et de la construction du trottoir par 1m² ;
yo – Ordonnées de la LI de R qui correspond à la position du parapet ;
Ω1 et Ω2 – Aires de la partie de la LI de R sur lesquels sont reparties les charges g1 et g2.
NB : Il faut tenir compte de la technologie de construction (béton coulé sur place ou
préfabriqué) pour déterminer rationnellement les charges qui agissent sur chaque poutre au moment
donné (phase de construction, phase de service ou d’exploitation).

113 – Répartition des charges suivant la Loi du Levier


Domaine d’application : le nombre des poutres principales n = 2 ou construction peu rigide
suivant la coupe transversale.
La répartition des charges entre les poutres se fait suivant la loi du Levier c'est-à-dire en
considérant que la structure transversale du pont est composée de poutrelles isostatiques dont la
travée est égale à la distance entre les poutres principales.

Schéma 18 numéros 1 et 2

Ω1 Ω2

1 et 2 : LI de la réaction d’appui pour les poutres en Té ou en I

Schéma 18 numéros 3 et 4

43
Schéma 18 numéro 3 : LI de la réaction d’appui pour la structure d’un pont formé par des
poutres creuses ou poutres s caissons
Schéma 18 numéro 4 : LI de la réaction d’appui pour la superstructure en caissons.
Pour les deux derniers cas à part les compressions verticales R qui agissent sur les poutres en
caissons, il y a aussi les moments de torsion Mt. Cela est dû à la répartition transversale des charges.
Les LI du moment de torsion Mt sont montrées par les schémas 18 numéros 3 et 4
Remarque : Les moments de torsion linéaires Mt sont facilement reçus par les constructions
en caisson grâce à leurs moments d’inertie en torsion (polaires) It et Iρ qui ont des valeurs
considérables.
Les contraintes de béton dues au Mt sont souvent ≤ 0.4 Mpa, dans ce cas la section du béton
sans armatures supplémentaires est suffisante pour résister à Mt. pour la méthode ci-dessus, les CRT
peuvent être calculés par les formules du paragraphe 111 et les charges permanentes appliquées
sur les poutres tirées par les formules du paragraphe 112.

114 – Variabilité du CRT et de la Répartition des Charges Permanentes suivant la


Longueur des Poutres
La détermination des CRT et de la répartition des charges permanentes suivant la méthode de
la CE ainsi que la méthode de la structure hyperstatique sur appui élastique peuvent être appliquées
seulement pour les sections des poutres qui se trouvent dans la partie centrale de la travée.
Pour les sections auprès des piliers, ces deux méthodes donnent des erreurs considérables.
Pour ces sections, la méthode de la répartition des charges suivant la loi du Levier donne des
résultats plus rationnels. La variabilité du CRT ou de la valeur des charges permanentes peut être
considéré par l’épure conditionnelle du schéma 19 suivant :

Epure conditionnelle de la variation du


coefficient de répartition transversale CRT sur le long
de la travée suivant la compression

η1 ηo Epure η

LI Vap

44
a – distance jusqu’à la première poutre transversale auprès du pilier.
1 1
a = ( à ) l
8 6

Souvent on considère la variabilité du CRT η et des charges permanentes seulement pour


charger les LI qui présentent auprès des piliers des ordonnées maximales (par exemple : LI des
efforts tranchant V)
NB : Pour la détermination des efforts tranchant auprès des piliers, souvent on applique la loi
du Levier sur toute la longueur des poutres (c'est-à-dire avec plus de coefficient de sécurité pour les
CRT et la répartition des charges permanentes)

115 – Répartition Spatiale des Charges suivant la Méthode de HOMBERG

Schéma20 : Parallèlement aux autres


méthodes, la méthode de Homberg peut être utilisée
pour les superstructures de section transversale plus
flexible. Cette méthode consiste à considérer la
superstructure d’un pont comme une poutre radier
composée de poutres longitudinales et des poutrelles
transversales qui fonctionnent comme des poutrelles
+
hyperstatiques sur appuis élastiques (ici les poutres
longitudinales jouent le rôle d’appuis des
poutrelles). La rigidité de la superstructure est
calculée par 1ml de travée.
- Pour la superstructure avec diaphragmes
ou entretoises I et I’ [m4],
I
I' =
a

• I – Moment d’inertie des poutrelles


transversales
• a – Distance entre elles
• I’ – Moment d’inertie des diaphragmes
par 1ml de travée
- Pour la structure sans diaphragmes,
I’ – Moment d’inertie de la dalle du tablier par 1ml de largeur
Les réactions d’appuis des poutrelles hyperstatiques transversales distantes de 1m sont
déterminées par le tableau 5 en fonction de la rigidité du radier.

45
3
l I'
Z = 3 (16)
8 α Ip
3 3


1 1 l I' l I'
En posant Z = on a = d’où α = (17-18)
α α 8 α3 I p 8 Ip

Ip – Moment d’inertie de la poutre principale [m4]


Les fonctions des charges élémentaires schéma 20 (calcul de la répartition spatiale des charges
suivant la méthode de Homberg)
x
Px(1) = sin π
l
x
Px(2) = sin 2π
l
x
Px(3) = sin 3π
l

La méthode de Homberg propose la formule des surcharges d’influences des efforts M et V


ainsi que les flêches des poutres principales.
La poutre principale considérée est séparée fictivement de la construction. Les sollicitations
dans cette poutre sont obtenues par la somme des sollicitations dans une poutre isostatique séparée
du reste de la construction et des sollicitations dues à la force de la réaction entre cette poutre et le
radier.
Par conséquent, si la charge ne se trouve pas sur la poutre considérée, les premiers facteurs de
la somme s’annulent. En pratique, les effets des poutrelles sur les poutres principales (ici poutre
longitudinale) ou forces existantes sur les nœuds varient au long de la travée l suivant la loi
sinusoïdale Px (n) de telle sorte que la somme des forces existantes sur les nœuds est égale à la
charge en action c'est-à-dire égale à 1 (charge élémentaire) pour la position quelconque de cette
dernière. Si la charge élémentaire se trouve sur les poutres transversales qui sont reparties sur les
lignes ou Px (n) = 1 c’est à dire au milieu de la travée si la loi sinusoïdale prend la forme sin (πx)/l ;
au quart de la travée pour sin (2 πx)/l et au 6è pour sin (3 πx)/l, alors les forces existantes sur les
nœuds sont égales :
Cik = Bik et Cii (n) = Bii – 1 (19)
i – Appui de la poutrelle transversale où se trouve la charge élémentaire P = 1 ;
k – Appui quelconque de cette poutrelle ;
Bik et Bii – Réaction d’appuis du tableau 5 correspondantes à la rigidité du radier Z (n).
l
Z (n) = 0,4829 4 Z (20)
n

n – Nombre des mi-ondes n=1, 2 ou 3) ;


Z – Donné par la formule 16

46
Si la charge élémentaire se trouve sur la coupe « u » suivant schéma 20 de la poutre « k »
alors, les forces existantes sur les nœuds de la poutre i sont égales à :
2 nπx nπu
Kix, ku =
l
∑ (sin
l
sin
l
Cik(n)) (21)

x – Section de calcul.
Les Moments Fléchissant et Efforts Tranchant sont égaux à :
o 2l l nπx nπu
Mix, ku = M ix,ku + ∑ [ sin sin Cik(n) ] (22)
π2 n
2
l l

2l l nπx nπu
Vix, ku = Voix,ku + ∑ [ cos sin Cik(n) ] (23)
π2 n l l

Ces trois expressions sont le trois équations de surfaces d’influences de K, M et V si i et x


sont fixés. En outre, si k et u sont fixés, ces trois équations donnent les diagrammes des
sollicitations K, M et V pour une poutre i donnée.
NB : On a toujours la possibilité de charger la superstructure d’un pont par des charges
uniformément reparties sur toutes la surface du tablier et les deux trottoirs qui sont égales à q1eq.c et
q1eq.p – charges équivalentes aux charges concentrées élémentaires.

47
48

Vous aimerez peut-être aussi