Vous êtes sur la page 1sur 4

J Radiol 2004;85:1695-8

© Éditions Françaises de Radiologie, Paris, 2004 correlation anatomoradiologique

Adénocarcinome gastrique
P Karila-Cohen (1), T Petit (2), T Aparicio (3), J Teissier (4) et S Merran (1)

normal (toutefois les limites hépatiques gauches sont mal indivi-


Observation dualisées sans lésion nodulaire). Le patient bénéficie d’une gas-
Il s’agit d’un patient caucasien de 50 ans alcoolo tabagique chro- trectomie polaire inférieure des 4/5 avec anastomose gastro-jéju-
nique, ayant comme antécédent un ulcère gastrique non suivi, nale. La pièce opératoire retrouve la lésion ulcérée infiltrante et
présentant des douleurs abdominales quotidiennes, calmées par rétractile. Les contours sont irréguliers, très inflammatoires.
les repas et un amaigrissement de 10 kg en 1 an. Les explorations L’adénocarcinome est bien différencié, ne franchissant pas la
biologiques montrent une anémie ferriprive et les examens ra- couche séreuse (fig. 4). La figure 5 récapitule les étapes diagnos-
diologiques standard (radiographie de thorax, abdomen sans tiques. Le patient est régulièrement surveillé par un TOGD
préparation (ASP), échographie abdominale) sont normaux. De- (fig. 6) et une fibroscopie gastrique (fig. 7).
vant l’anémie et les symptômes, on pratique une fibroscopie gas-
trique qui montre une volumineuse lésion antrale localisée à la
sous-muqueuse profondément excavée, de type III, associée à
une infiltration blanchâtre à contours flous hémi circonférentiel- Discussion
le, évoquant un ulcère malin « en lobe d’oreille » (fig. 1). Des
biopsies multiples sont pratiquées. L’histologie retrouve un adé- Les adénocarcinomes gastriques sont des tumeurs épithéliales
nocarcinome typique de l’antre bien différencié. Un Transit malignes. Ces cancers représentent 5 % des cancers en France et
Œso-Gastro-Duodénal (TOGD) est demandé en préopératoire sont au 4è rang après les cancers colo-rectaux, les cancers du sein,
qui retrouve une lacune à bords irréguliers, spiculée. Cette volu- et du poumon. Les cancers de l’antre sont les plus fréquents
mineuse ulcération maligne est située dans l’antre gastrique. Ce (60 %). Il existe une prédominance masculine après 40 ans, avec
cancer ulcériforme revêt un aspect en « lobe d’oreille » avec une un pic pendant la septième décade (1). Les cancers gastriques
zone radio transparente correspondant à l’infiltration muqueuse proximaux (cardia, jonction œsogastrique) ont une fréquence en
péri ulcéreuse réactionnelle. Cette lésion n’est pas sténosante. Le augmentation et restent de prédominance masculine (10/1). Des
péristaltisme gastrique est également conservé (fig. 2). Un scan- études épidémiologiques révèlent que l’incidence du cancer de
ner abdominal est pratiqué à la recherche de lésions secondaires. l’estomac est plus élevée dans les classes socio-économiques défa-
L’ingestion de produit de contraste sur la table d’examen (Gas- vorisées, les causes en sont probablement multifactorielles (2). Le
trografine diluée) permet l’opacification de l’estomac. On retrou- risque relatif de cancer gastrique est de 1,5 à 2 fois plus élevé chez
ve l’ulcérocancer antral avec un épaississement pariétal. L’ulcère les sujets présentant un ulcère gastrique par rapport à une popu-
se remplit de Gastrografine (fig. 3). Le reste de l’exploration est lation témoin (3).

Fig. 1 : Fibroscopie gastrique : lésion antrale sous-muqueuse excavée à


contours irréguliers, associée à une infiltration blanchâtre évoquant un
ulcère malin « en lobe d’oreille ».

Fig. 1: Stomach endoscopy: ulcerated and irregular submucosal tumor of the


antrum associated with a white infiltration suggesting a malignant
ulceration.

(1) Département d’Imagerie FMP, 24 rue Saint Victor 75005 Paris. (2) Service d’Anatomopathologie, (3) Service de Gastro-Entérologie, (4) Service de Chirurgie B, Hôpital Bichat Claude-
Bernard, 46 rue Henri Huchard, 75018 Paris.
Correspondance : P Karila-Cohen
E-mail : karila-cohen@wanadoo.fr
1696 Correlation anatomoradiologique P Karila-Cohen et al.

a b

Fig. 2 : TOGD :
a lacune antrale à bords
irréguliers (flèches noi-
res), avec des spicules
(flèche épaisse),
b aspect « en lobe
d’oreille » avec une zone
radio transparente (flèche
discontinue).

Fig. 2: Upper GI
a Irregular filling defect
(black arrow) with spicu-
lated margins (thick arrow).
b radiolucent area (spotted
arrow).

a b

Fig. 3 : TDM abdominale injectée avec opa-


cification par voie haute sur table :
a ulcère antral rempli de baryte (flè-
che noire),
b épaississement pariétal antral diffus
(têtes de flèches). Les limites avec la
pointe gauche du foie ne sont pas
individualisables mais il n’existe
pas de nodule hépatique (petites flè-
ches).

Fig. 3: Abdominal CT with IV injection, and opacification of the GI tract


a antrum ulceration filled with barium (black arrow)
b diffuse thickening of the antral wall. Separation with the left lobe of the liver is not clear (small arrows) but there is no liver nodule.

Fig. 4 : Pièce macroscopique : ulcéro-cancer à contours irréguliers.


La muqueuse est très inflammatoire. La niche est nécrotique.

Fig. 4: Gross pathology: malignant ulceration with irregular


contours. Mucosa is inflammatory. The ulceration is necrotic.

J Radiol 2004;85
P Karila-Cohen et al. Correlation anatomoradiologique 1697

a bc
Fig. 5 : Récapitulatif : d
a fibroscopie gastrique,
b TOGD,
c TDM abdominale,
d macroscopie.

Fig. 5: Summary
a stomach endoscopy,
b Upper GI,
c Abdominal CT,
d gross pathology.

a b

Fig. 6 : TOGD à 2 ans post opéra- Fig. 7 : Fibroscopie gastrique : anastomose gastro-jéjunale.
toire d’une gastrectomie
avec anastomose gastro- Fig. 7: Gastric endoscopy : gastro-jejunostomy.
jéjunale (flèche noire).

Fig. 6: Follow-up Upper GI study


two years following partial
gastrectomy with gastro-
jejunostomy (black arrow).

Le cancer gastrique reste souvent découvert à un stade très évolué et rarement détectées en dehors d’une politique de dépistage ciblée.
(4). Les patients sont alors symptomatiques : anorexie, nausée, dou- Le pronostic des adénocarcinomes gastriques est mauvais : le taux
leurs abdominales. La dysphagie évoque un cancer du cardia ou de de survie à 5 ans est de 14,4 % étroitement liée au stade TNM (6).
la jonction œsogastrique alors que les vomissements surviennent Une fibroscopie œso-gastro-duodénale doit être demandée en pre-
plus fréquemment lorsque la tumeur envahit le pylore. Une héma- mière intention, qui, associée à des biopsies permet le diagnostic dans
témèse ou une méléna sont retrouvées dans 20 % des cas. Une ané- 95 % des cas (7). Les adénocarcinomes gastriques ont des formes va-
mie par carence martiale est fréquente comme chez notre patient riées : aspect polypoïde, bourgeonnant, ulcéré (ulcère malin ou ulcé-
(5). Les tumeurs débutantes sont habituellement asymptomatiques rocancer), infiltrant (rigide diffus évocateur d’une linite). Un TO-

J Radiol 2004;85
1698 Correlation anatomoradiologique P Karila-Cohen et al.

GD permet d’identifier à la fois les ulcères malins et les lésions


infiltrantes avec une sensibilité de 99 % et une spécificité de 96 % (8), Références
mais la fréquence des faux négatifs évaluée de façon prospective peut 1. Benhamiche AM, Colonna M, Aptel I, Launoy G, Schaffer P, Ar-
atteindre 50 % (9). Le scanner hélicoïdal (thoraco-abdomino-pelvien veux P, et al. Estimation of the incidence of digestive tract cancers
avec ingestion d’eau sur table) est un outil utile pour l’exploration de by region. Gastroenterol Clin Biol 1999;23:1040-7.
la diffusion loco-régionale (ganglions stadification) et à distance (car- 2. Brown J, Harding S, Bethune A, Rosato M. Longitudinal study of
cinose péritonéale, métastases ovariennes et/ou coliques du syndro- socio-economic differences in the incidence of stomach, colorectal
me de Krukenberg) (10, 11). Le scanner multibarette injecté avec in- and pancreatic cancers. Popul Trends 1998;10:35-41.
gestion d’eau sur la table d’examen pourrait permettre de 3. Msika S, Benhamiche AM, Jouve JL, Rat P, Faivre J. Prognostic
caractériser le type histologique des cancers gastriques par l’étude de factors after curative resection for gastric cancer. A population-
l’épaississement pariétal localisé ou diffus, la prise de contraste de la based study. Eur J Cancer 2000;36:390-6.
paroi, la présence ou non de calcifications (adénocarcinome, tumeur 4. Faivre J, Benhamiche AM. Stomach cancer: what’s new? Gastroen-
stromale, lymphome) (12, 13). L’IRM semble plus sensible que le terol Clin Biol 1995;19:793-6.
scanner pour l’extension pariétale gastrique mais elle est moins per- 5. Wanebo HJ, Kennedy BJ, Chmiel J, Steele G, Jr., Winchester D,
formante que le scanner pour déterminer l’envahissement ganglion- Osteen R. Cancer of the stomach. A patient care study by the Ame-
naire (14). L’écho endoscopie permet de déterminer l’envahissement rican College of Surgeons. Ann Surg 1993;218:583-92.
pariétal avec une concordance pTNM de 85 à 88 % et l’extension 6. Msika S, Benhamiche AM, Rat P, Faivre J. Long-term prognosis of
ganglionnaire péri gastrique avec une sensibilité de 80 % et une spé- gastric cancer in the population of Cote-d’Or. Gastroenterol Clin
cificité de 80 à 90 % (14). Elle ne fait cependant pas partie du bilan Biol 2000;24:649-55.
d’extension systématique de tout les cancers gastriques. 7. Dekker W, Tytgat GN. Diagnostic accuracy of fiberendoscopy in
L’adénocarcinome gastrique représente 90 % des tumeurs gastri- the detection of upper intestinal malignancy. A follow-up analysis.
Gastroenterology 1977;73:710-4.
ques. Les diagnostics différentiels sont essentiellement histologi-
8. Low VH, Levine MS, Rubesin SE, Laufer I, Herlinger H. Diagno-
ques : les tumeurs stromales (GIST) découvertes tardivement, de
sis of gastric carcinoma: sensitivity of double-contrast barium stu-
taille volumineuses et de composante mixte (tissulaire, liquidienne,
dies. Am J Roentgenol 1994;162:329-34
calcifiée). L’IRM apporte des arguments de caractérisation en faveur
9. Kim SH, Han JK, Yoon CJ, et al. Gastric adenoma with atypical
de ces différents diagnostics. Les tumeurs carcinoïdes sont en géné-
appearance: findings on double-contrast barium study with histo-
ral symptomatiques : ulcères à répétition, syndrome carcinoïde…
pathologic correlation. Abdom Imaging 2000;25:124-8
Les tumeurs neuro endocrines peuvent entrer dans le cadre de NEM
10. Barry JD, Edwards P, Lewis WG, Dhariwal D, Thomas GV. Spe-
familiales. Dans ces pathologies, il existe un ou plusieurs nodules an- cial interest radiology improves the perceived preoperative stage of
traux ulcérés de 1 à 4 cm classiquement « en œil de bœuf » au TO- gastric cancer. Clin Radiol 2002;57:984-8.
GD pouvant simuler un adénocarcinome multifocal. Les lympho- 11. Tunaci M. Carcinoma of stomach and duodenum: radiologic dia-
mes gastriques sont surtout infiltrants et étendus (sur 10 cm de gnosis and staging. Eur J Radiol 2002;42:181-92.
diamètre) avec un épaississement pariétal marqué (supérieur à 12. Park SH, Han JK, Kim TK, et al. Unusual gastric tumors: radiolo-
2 cm). Ils associent simultanément des nodules, des ulcérations et gic-pathologic correlation. Radiographics 1999;19:1435-46.
une infiltration avec une conservation de l’expansion gastrique. 13. Regent D, Laurent V, Antunes L et al. Fibrous tissue(s): a key for
lesion characterization in digestive diseases J Radiol 2002;83:292-
Remerciements : 312.
Remerciements amicaux au Dr Nicole Blum pour la qualité de 14. Tunaci M. Carcinoma of stomach and duodenum: radiologic dia-
son iconographie. gnosis and staging. Eur J Radiol 2002;42:181-92.

J Radiol 2004;85