Vous êtes sur la page 1sur 19

Chapitre 2

Continuité

2.1 Définition et propriétés


Définition 2.1 (Continuité en un point) Soit f une application de D ⊂ R dans R et a ∈ D.
1. On dit que f est continue en a si pour tout ε > 0, il existe δ > 0 t.q. :

x ∈ D, |x − a| ≤ δ ⇒ |f (x) − f (a)| ≤ ε.

2. On dit que f est séquentiellement continue en a si f transforme toute suite convergente vers a en
suite convergente vers f (a), c’est-à-dire :

(xn )n∈N ⊂ D, lim xn = a ⇒ lim f (xn ) = f (a).


n→+∞ n→+∞

Remarque 2.1 Sous les hypothèses de la définition 2.1 et si il existe b, c ∈ R t.q. b < a < c et
D ⊃]b, a[∪]a, c[, il est facile de voir que f est continue en a si et seulement si f (a) = limx→a f (x).

Théorème 2.1 (Continuité versus continuité séquentielle) Soit f une application de D ⊂ R dans
R et a ∈ D. Alors, f continue en a si et seulement si f est séquentiellement continue en a.

Démonstration : La démonstration n’est pas détaillée ici. Il suffit essentiellement de reprendre celle
de la proposition 1.2.

Remarque 2.2 La continuité en un point est une propriété locale. En effet, Soit f une application de
D ⊂ R dans R et a ∈ D. Soit γ > 0. On pose D̃ = D∩]a − γ, a + γ[. On appelle f˜ la restriction de f a D̃
(c’est-à-dire que f˜ est définie sur D̃ et f˜ = f sur D̃). Alors, f est continue en a si et seulement si f˜ est
continue en a.

Définition 2.2 (Continuité) Soit f une application de D ⊂ R dans R. on dit que f est continue si f
est continue en tout point de D.

On donne maintenant la définition de la continuité uniforme, plus forte que la continuité.

18
Définition 2.3 (Continuité uniforme) Soit f une application de D ⊂ R dans R. on dit que f est
uniformément continue si pour tout ε > 0, il existe δ > 0 t.q. :
x, y ∈ D, |x − y| ≤ δ ⇒ |f (y) − f (x)| ≤ ε.
Exemple 2.1 On prend ici D =]0, 1[ et f (x) = x1 pour x ∈]0, 1[. L’application f est continue (c’est-à-
dire continue en tout point de D) mais n’est pas uniformément continue.
Proposition 2.1 (Somme, produit et quotient d’applications continues) Soit f, g deux applica-
tions de D ⊂ R dans R et a ∈ D. On suppose que f et g sont continues en a. Alors :
1. L’application f + g est continue en a,
2. L’application f g est continue en a,
3. Il existe β > 0 t.q. g(x) �= 0 pour x ∈ D∩]a − β, a + β[ et f /g (qui est bien définie pour x ∈
D∩]a − β, a + β[) est continue en a.
Démonstration : Ici aussi, il suffit essentiellement de reprendre la démonstration de la proposition 1.6.

Proposition 2.2 (Continuité de la composée) Soit f une application de D ⊂ R dans R et g une


application de E ⊂ R de R. On suppose que Im(f ) = {f (x), x ∈ D} ⊂ E (de sorte que g ◦ f est définie
sur D). Soit a ∈ D. On suppose que f est continue en a et g est continue en f (a). Alors, g ◦ f est
continue en a.
Démonstration : Ici aussi, il suffit essentiellement de reprendre la démonstration de la proposition 1.8.

2.2 Théorème des valeurs intermédiaires

Théorème 2.2 (Théorème des valeurs intermédiaires) Soit a, b ∈ R, a < b, et f une application
continue de [a, b] dans R. Alors, l’application f prend toutes les valeurs comprises entre f (a) et f (b)
(c’est-à-dire que pour tout γ appartenant à l’intervalle dont les bornes sont f (a) et f (b), il existe c ∈ [a, b]
t.q. f (c) = γ).
Démonstration : On distingue deux cas possibles.
Premier cas. On suppose que f (a) ≤ f (b). Soit γ ∈ [f (a), f (b)]. On pose A = {x ∈ [a, b] t.q. f (x) ≤ γ}.
L’ensemble A est non vide (car il contient a) et est majoré par b. Il admet donc une borne supérieure
que nous notons c. On a, bien sûr, a ≤ c ≤ b (a ∈ A et b est un majorant de A). On va montrer que
f (c) = γ.
On commence par remarquer qu’il existe une suite (cn )n∈N de points de A t.q. limn→+∞ cn = c (voir,
par exemple, l’exercice 1.6). Par continuité de f en c, on a donc f (c) = limn→+∞ f (cn ) et donc, comme
f (cn ) ≤ γ pour tout n ∈ N, on en déduit f (c) ≤ γ.
On suppose maintenant que f (c) < γ (et on va montrer que ceci est impossible). On a donc c < b (car
f (b) ≥ γ). On pose ε = γ − f (c) > 0. Par continuité de f en c, il existe donc α > 0 t.q.
x ∈ [a, b], |x − c| ≤ α ⇒ |f (x) − f (c)| ≤ ε.

19
On a donc, en particulier, avec β = min(α, b − c) > 0,

c ≤ x ≤ c + β ⇒ f (x) ≤ f (c) + ε = γ.

Ceci prouve que (par exemple) c + β ∈ A, en contradiction avec la définition de c (qui est c = sup A). On
a ainsi montré que f (c) n’est pas strictement inférieur à γ. On a donc f (c) = γ.
Deuxième cas. On suppose que f (a) > f (b). Soit γ ∈ [f (b), f (a)]. On montre alors qu’il existe c ∈ [a, b]
t.q. f (c) = γ par un raisonnement semblable au précédent en prenant A = {x ∈ [a, b] t.q. f (x) ≥ γ}. Ce
raisonnement n’est pas détaillé ici.

Remarque 2.3 Voici deux conséquences immédiates du théorème des valeurs intermédiaires.
1. Soit a, b ∈ R, a < b, et f une application continue de [a, b] dans R. Alors {f (x), x ∈ [a, b]} contient
l’intervalle dont les bornes sont f (a) et f (b).
2. Soit I un intervalle de R et f une application continue de I dans R. Alors, f vérifie la “propriété des
valeurs intermédiaires”, c’est à dire : Pour tout a, b ∈ I, a < b, {f (x), x ∈ [a, b]} contient l’intervalle
dont les bornes sont f (a) et f (b).

Remarque 2.4 Soit I un intervalle de R et f une application de I dans R. La remarque précédente


montre que la continuité de f implique que f vérifie la propriété des valeurs intermédiaires. La réciproque
est fausse, c’est-à-dire que le fait que f vérifie la propriété des valeurs intermédiaires n’implique pas la
continuité de f . (La propriété des valeurs intermédiaires peut être présentée comme une sorte de continuité
avec la notion d’ordre dans R, alors que la continuité fait plutôt appel à la notion de distance.) Nous
verrons au chapitre 3 que si f est dérivable de ]a, b[ dans R, alors f � vérifie la propriété des valeurs
intermédiaires mais n’est pas toujours continue.

2.3 Fonction continue sur un intervalle fermé borné

Théorème 2.3 (fonction continue sur un compact) Soit a, b ∈ R, a < b, et f une application con-
tinue de [a, b] dans R. Alors, l’application f est bornée et atteint ses bornes. (c’est-à-dire qu’il existe
m, M ∈ R et c, d ∈ [a, b] t.q. f (c) = m, f (d) = M et, pour tout x ∈ [a, b], m ≤ f (x) ≤ M .)

Démonstration :
Etape 1 On montre tout d’abord que f est majorée (c’est-à-dire que Im(f ) = {f (x), x ∈ [a, b]} est
majorée). Pour cela, on raisonne par l’absurde. On suppose donc que f n’est pas majorée.
Soit n ∈ N, comme f n’est pas majorée, l’ensemble An = {x ∈ [a, b] t.q. f (x) ≥ n} est non vide. Comme
cet ensemble est majoré par b, il admet une borne supérieure, notée xn , et on a xn ∈ [a, b]. On sait aussi
que xn est limite d’une suite de point de An . Comme f est continue en xn , on a donc f (xn ) ≥ n.
La suite (xn )n∈N est décroissante (car An+1 ⊂ An ) et minorée (par a). Elle est donc convergente dans R.
On pose x = limn→+∞ xn . Comme a ≤ xn ≤ b pour tout n ∈ N, on a aussi a ≤ x ≤ b, et comme f est
continue en x, on a limn→+∞ f (xn ) = f (x), ce qui impossible car f (xn ) ≥ n pour tout n ∈ N (et donc
limn→+∞ f (xn ) = +∞).
On a donc montré que f est majorée. Un raisonnement similaire non fait ici permet de montrer que f est
minorée.
Etape 2 On note M = sup{Im(f )}. On montre maintenant qu’il existe d ∈ [a, b] t.q. f (d) = M . Pour
cela, on utilise un raisonnement semblable à celui de la première étape.

20
Soit n ∈ N, On pose Mn = M − n1 et Bn = {x ∈ [a, b] t.q. f (x) ≥ Mn }. Comme Mn n’est pas un
majorant de Im(f ), l’ensemble Bn est non vide. Comme cet ensemble est majoré par b, il admet une
borne supérieure, notée yn , et on a yn ∈ [a, b]. Comme yn est limite d’une suite de point de Bn et que f
est continue en yn , on a donc f (yn ) ≥ Mn . (On a aussi f (yn ) ≤ M car M = sup{Im(f )}.)
La suite (yn )n∈N est décroissante (car Bn+1 ⊂ Bn ) et minorée (par a). Elle est donc convergente dans R.
On pose d = limn→+∞ yn . Comme a ≤ yn ≤ b, pour tout n ∈ N, on a aussi a ≤ d ≤ b et, comme f est
continue en d, on a limn→+∞ f (yn ) = f (d). On en déduit que f (d) = M en passant à la limite sur les
inégalités Mn = M − n1 ≤ f (yn ) ≤ M .
Un raisonnement similaire non fait ici permet de montrer qu’il existe c ∈ [a, b] t.q. f (c) = m = inf(Im(f )).

Exemple 2.2 On prend ici I =]0, 1[ et f (x) = 1/x pour x ∈]0, 1[. Pour cet exemple, l’application f est
non majorée et elle est minorée mais sa borne inférieure est non atteinte.

Le théorème 2.2 permet de montrer que l’image d’un intervalle par une application continue est un
intervalle. Avec le théorème 2.3 , on a même que l’image par une application continue d’un intervalle
fermé borné est un intervalle fermé borné. Ceci est donné dans le théorème 2.4.

Théorème 2.4 (Image d’un intervalle par une application continue)


Soit I intervalle (non vide) de R et f une application continue de I dans R. On pose Im(f ) = {f (x),
x ∈ I}. Alors :

1. L’ensemble Im(f ) est un intervalle. (Autrement dit, l’image par une application continue d’un
intervalle est un intervalle.)
2. Si I = [a, b] avec a, b ∈ R, a < b, on a Im(f ) = [m, M ] avec m, M ∈ R (on peut noter que
m = inf(Im(f )) et M = sup(Im(f ))). (Autrement dit, l’image par une application continue d’un
intervalle fermé borné est un intervalle fermé borné.)

Démonstration :
On montre tout d’abord le 1er item du théorème. Si Im(f ) est minorée, on pose α = inf(Im(f )). Si
Im(f ) n’est pas minorée, on pose α = −∞ (dans ce cas, on pose aussi inf(Im(f )) = −∞). De même, si
Im(f ) est majorée, on pose β = sup(Im(f )). Si Im(f ) n’est pas majorée, on pose β = +∞ (dans ce cas,
on pose aussi sup(Im(f )) = +∞).
La définition de α et β donne donc immédiatement que Im(f ) ⊂ [α, β]. Pour montrer que Im(f ) est un
intervalle, il suffit de montrer que ]α, β[⊂ Im(f ).
Soit γ ∈]α, β[. Comme γ n’est pas un minorant de Im(f ), il existe a ∈ I t.q. f (a) < γ. De même, Comme
γ n’est pas un majorant de Im(f ), il existe b ∈ I t.q. f (b) > γ. le nombre γ est donc compris entre f (a)
et f (b). Comme f est continue sur l’intervalle fermé borné dont les bornes sont a et b, le théorème des
valeurs intermédiaires (théorème 2.2) donne qu’il existe x entre a et b (et donc x dans I) t.q. f (x) = γ.
On a donc bien montré que ]α, β[⊂ Im(f ) et donc que Im(f ) est un intervalle (c’est un intervalle dont les
bornes sont α et β).

On montre maintenant le deuxième item du théorème. Le théorème 2.3 montre qu’il existe m, M ∈ R et
c, d ∈ [a, b] t.q. f (c) = m, f (d) = M et que Im(f ) ⊂ [m, M ). Puis le théorème des valeurs intermédiaires
(théorème 2.2) montre que pour tout γ ∈ [m, M ], il existe x entre c et d (et donc x ∈ [a, b]) t.q. f (x) = γ.
On en déduit que Im(f ) = [m, M ].

21
2.4 Fonction strictement monotone et continue
Théorème 2.5 Soit I un intervalle (de R) dont les extrémités sont a et b, avec −∞ ≤ a < b ≤ +∞, et
f une application strictement croissante, continue, de I dans R. On pose Im(f ) = {f (x), x ∈ I}, α =
inf(Im(f )) (avec inf(Im(f )) = −∞ si Im(f ) est non minorée), β = sup(Im(f )) (avec sup(Im(f )) = +∞
si Im(f ) est non majorée). Alors :
1. Im(f ) est un intervalle dont les extrémités sont α et β. On note J cet intervalle.
2. Si I =]a, b[, on a alors J =]α, β[.

3. L’application f est bijective de I dans J.


4. On note g la fonction réciproque de f (c’est-à-dire g définie de J dans I t.q. g ◦ f (x) = x pour tout
x ∈ I et f ◦ g(x) = x pour tout x ∈ J). L’application g est continue et strictement croissante (de
J dans I).

Démonstration :

1. Le théorème 2.4 donne que Im(f ) est un intervalle. La définition de α et β donne alors que les
extrémités de cet intervalle sont α et β.
2. Pour montrer que Im(f ) =]α, β[ (lorsque I =]a, b[), il suffit de montrer que α �∈ Im(f ) et β �∈ Im(f ).
Pour cela, on raisonne par l’absurde. On suppose que α ∈ Im(f ). Il existe alors c ∈]a, b[ t.q.
f (c) = α (et donc α ∈ R). Mais, en prenant y ∈]a, c[, on a alors, grâce à la stricte croissance de
f , f (y) < f (c) = α, ce qui contradictoire avec la définition de α. Donc, α �∈ Im(f ). De manière
analogue, on peut montrer que β �∈ Im(f ). On a bien ainsi montré que Im(f ) =]α, β[.
3. La fonction f est surjective de I dans J (car J = Im(f )). Il reste à montrer que f est injective,
mais ceci est une conséquence simple de la stricte croissance de f . En effet, soit x, y ∈ I, x �= y. Si
x > y, on a f (x) > f (y). Si x < y, on a f (x) < f (y). Dans les deux cas, on a donc f (x) �= f (y), ce
qui prouve l’injectivité de f . L’application f est donc bien une bijection de I dans J.
4. On note g la fonction réciproque de f (g est donc définie de J dans I). On remarque tout d’abord
que g est strictement croissante. En effet, soit x, y ∈ J, x < y. Si g(x) ≥ g(y), on a, par la croissance
de f , x = f (g(x)) ≥ f (g(y)) = y, ce qui est impossible. On a donc g(x) < g(y), ce qui prouve que g
est strictement croissante. Il reste à montrer que g est continue en tout point de J. Soit α < γ < β.
Comme g est croissante, g admet des limites à droite et à gauche en γ, notées gl (γ) et gr (γ), et ces
limites encadrent g(γ) (proposition 1.9). Plus précisément :

lim g(x) = sup{g(x), x < γ} = gl (γ) ≤ g(γ) ≤ gr (γ) = inf{g(x), x > γ} = lim g(x).
x→γ,x<γ x→γ,x>γ

Mais, comme Im(g) est un intervalle (car Im(g) = I) l’ensemble [gl (γ), gr (γ)] est inclus dans Im(g),
ce qui n’est possible que si gl (γ) = gr (γ). On a donc gl (γ) = g(γ) = gr (γ), ce qui prouve que g est
continue en γ. Un raisonnement analogue prouve que g est continue en α si α ∈ J (on considère
alors la limite à droite de g en α et on montre qu’elle est égale à a) et que g est continue en β si
β ∈ J (on considère alors la limite à gauche de g en β et on montre qu’elle est égale à b). Ceci
termine la démonstration de ce théorème.

22
2.5 Exercices
Exercice 2.1 (Fonction continue, non nulle en un point)
Soit f une fonction de R dans R et a ∈ R. On suppose que f est continue en a et que f (a) �= 0. Montrer
que f est non nulle sur un intervalle ouvert contenant a.

Exercice 2.2 (Fonction lipschitzienne)


Soit f : R → R et k ∈ R+ . On suppose que |f (x) − f (y)| ≤ k|x − y| pour tout x, y ∈ R. Montrer que f
est continue (sur tout R).

Exercice 2.3
Pour quelle valeur de α la fonction f , définie ci-après, est-elle continue sur R ?
� x3 −8
f (x) = x−2 si x �= 2
α si x = 2.

Exercice 2.4 (Fonctions monotones)


Soit a, b ∈ R, a < b et I =]a, b[. Soit f une application strictement croissante de I dans R. On pose
A = {f (x), x ∈ I}, α = inf A et β = sup A. (Si A est non minorée, on pose inf A = −∞. Si A est non
majorée, on pose sup A = +∞.)

1. Montrer que limx→a f (x) = α (on pourra distinguer les cas α ∈ R et α = −∞). Montrer que
limx→b f (x) = β.
2. Soit c ∈ I. Montrer que f admet une limite à droite en c, notée fd (c), et une limite à gauche en c,
notée fg (c). Montrer que fg (c) ≤ f (c) ≤ fd (c).
3. On suppose que fd (c) = fg (c) pour tout c ∈ I (avec fd et fg définies à la question précédente).
Montrer que f est continue et que f est bijective de ]a, b[ dans ]α, β[.

Exercice 2.5 (Polynôme de degré impair)


Montrer que toute fonction polynôme de R dans R, de degré impair, s’annule en au moins un point.

Exercice 2.6 (Existence d’un maximum)


Soit f une fonction continue de R+ dans R+ . On suppose que limx→∞ f (x) = 0. Montrer que f admet
un maximum (c’est-à-dire qu’il existe a ∈ R+ t.q., pour tout x ∈ R+ , f (x) ≤ f (a)).

Exercice 2.7 (Injectivité et continuité donne monotonie)


Soit a, b ∈ R, a < b, et f [a, b] → R continue et injective. Montrer que f est monotone. [Utiliser le
théorème des valeurs intermédiaires.]

Exercice 2.8 (Prolongement par continuité)


Soit f l’application de R \ {−1, 1} dans R définie par :

x3 − 2x2 − x + 2
f (x) = .
1 − |x|
1. La fonction f est-elle continue en 0 ?

23
2. Calculer limx→−1 f (x) et limx→1 f (x).
3. Existe-t-il une fonction g définie et continue sur R et qui est égale à f sur R \ {−1, 1} ?

Exercice 2.9
Soit f et g deux fonctions de [0, 1] dans R, continues et t.q. f (0) = g(1) = 0 et g(0) = f (1) = 1. Montrer
que :
∀λ ∈ R+ , ∃x ∈ [0, 1], f (x) = λg(x).

Exercice 2.10 (Valeur intermédiaire)


Soit f une fonction continue de [0, 1] dans R.
f (0)+f (t)
1. Montrer que pour tout t ∈ [0, 1], l’ensemble {s ∈ [0, 1] t.q. f (s) = 2 } est non vide.
f (0)+f (t)
Pout t ∈ [0, 1], on pose ϕ(t) = inf{s ∈ [0, 1] t.q. f (s) = 2 }.
f (0)+f (t)
2. Soit t ∈ [0, 1], montrer que ϕ(t) ∈ [0, 1] et que f (ϕ(t)) = 2 .
3. Montrer que si f est strictement croissante, l’application ϕ ainsi définie de [0, 1] dans [0, 1] est
continue.
4. Donner un exemple de fonction f pour lequel la fonction ϕ n’est pas continue.

Exercice 2.11 (Fonction dont l’image est discrète)


Soit f : R → R une fonction continue (c’est-à-dire continue en tout point de R). On suppose que f (x) ∈
{0, 1}, pour tout x ∈ R. Montrer que f est constante. [utiliser le théorème des valeurs intermédiaires.]

Exercice 2.12 (Continuité de “max” et “min”)

1. Montrer que, pour tout x, y ∈ R, max{x, y} = 12 (x + y + |x − y|) et min{x, y} = 12 (x + y − |x − y|).


2. Soit f et g deux applications de R dans R. On définit les applications f �g et f ⊥g de R dans R
par :
(f �g)(x) = max{f (x), g(x)}, (f ⊥g)(x) = min{f (x), g(x)}, pour x ∈ R.
Soit a ∈ R. On suppose que f et g sont continues en a. Montrer que f �g et f ⊥g sont continues en
a.

Exercice 2.13 (Convexe implique continue)


Soit f une application de R dans R. On suppose que f est convexe, c’est à dire que f (tx + (1 − t)y) ≤
tf (x) + (1 − t)f (y) pour tout t ∈ [0, 1] et pour tout x, y ∈ R.
On pose α = f (1) − f (0), β = f (0) − f (−1) et γ = max{|α|, |β|}.
1. Soit x ∈]0, 1[. Montrer que βx ≤ f (x) − f (0) ≤ αx. [Utiliser le fait que x = t1 + (1 − t)0, avec
t = x, et 0 = tx + (1 − t)(−1), avec t = 1+x
1
.]
2. Soit x ∈] − 1, 1[. Montrer que |f (x) − f (0)| ≤ γ|x|. En déduire que f est continue en 0.
3. Montrer que f est continue en tout point de R.

Exercice 2.14 (Borne supérieure atteinte)

24
Soit f une application continue de R+ dans R+ (on rappelle que R+ = [0, ∞[). On suppose que
limx→∞ f (x) = 0. Monter que {f (x), x ∈ R+ } est majoré est qu’il existe a ∈ R+ t.q. f (a) = sup{f (x),
x ∈ R+ }.

Exercice 2.15 (Exercice sur les valeurs intermédiaires)


Soit f une application continue de [0, 1] dans R t.q. f (0) = f (1). Soit n ∈ N� . pour x ∈ [0, 1 − n1 ], on
pose g(x) = f (x + n1 ) − f (x).
�n−1
1. Montrer que k=0 g( nk ) = 0.
2. Montrer qu’il existe x0 , x1 ∈ [0, 1 − n1 ] t.q. g(x0 ) ≤ 0 et g(x1 ) ≥ 0.
3. Monter qu’il existe x ∈ [0, 1 − n1 ] t.q. f (x + n1 ) = f (x).

Exercice 2.16 (Prolongement par continuité)


Pour x ∈]0, 1[, on pose f (x) = ln(x) .
x
Peut on prolonger f par continuité en 0 et en 1 ?

Exercice 2.17 (Point fixe)


Soit f une fonction continue de [0, 1] dans [0, 1] et vérifiant

∀x1 , x2 ∈ [0, 1], |x1 − x2 | ≤ |f (x1 ) − f (x2 )| .

1. Montrer que f est injective.


2. Montrer que {f (0), f (1)} = {0, 1}.
3. Montrer que f est surjective.
4. Montrer que f admet un point fixe.

Exercice 2.18 (Equation fonctionnelle)


Soit f une fonction définie sur R+ , à valeurs dans R et vérifiant l’équation fonctionnelle suivante :

Pour tout x, y ∈ R+ , f (x + y) = f (x)f (y).

1. Montrer que f est à valeurs positives ou nulles.


2. Montrer que si f (0) = 0 alors f est identiquement nulle.
Dans ce qui suit on suppose que f n’est pas identiquement nulle.
3. Calculer f (0).
4. Soit x ∈ R+ et n ∈ N∗ , exprimer f (nx) et f ( nx ) en fonction de f (x) et n.
5. Soit x ∈ R+ et p, q deux entiers naturels strictement positifs. On pose r = pq ,En calculant f (q(rx))
de deux manières différentes, exprimer f (rx) en fonction de f (x) et r.
6. Dans cette question on suppose qu’il existe α > 0 tel que f (α) = 0.
(a) Construire une suite (xn ) de réels strictement positifs convergeant vers 0 et tellle que f (xn ) = 0
pour tout n ∈ N .

25
(b) Montrer que la fonction f est nulle sur R+∗ .
Dans ce qui suit on suppose que f est à valeurs strictement positives.
7. On suppose dans cette question que f est continue à droite sur R+ . Montrer qu’il existe un réel a
tel que f (x) = eax pour tout x ∈ R+ .
8. On suppose que f est continue à droite en 0, montrer que f est continue à droite en tout point de
R+ et conclure qu’il existe un réel a tel que f (x) = eax pour tout x ∈ R+ .
9. On suppose qu’il existe deux réels A, B vérifiant 0 ≤ A < B tels que f soit majorée sur [A, B].
(a) Montrer que sur [0, B − A], f est minorée de borne inférieure strictement positive.
(b) Montrer que f est continue à droite de 0.
(c) Montrer qu’il existe un réel a tel que f (x) = eax pour tout x ∈ R+ .

2.6 Exercices corrigés


Exercice 2.19 (Corrigé de l’exercice 2.1)
Soit f une fonction de R dans R et a ∈ R. On suppose que f est continue en a et que f (a) �= 0. Montrer
que f est non nulle sur un intervalle ouvert contenant a.
—————————————corrigé—————————————–
On pose δ = |f (a)|. Comme δ > 0 et que f est continue en a, il existe γ > 0 t.q. :

δ δ δ
x ∈ R, |x − a| ≤ γ ⇒ |f (x) − f (a)| ≤ ⇒ f (a) − ≤ f (x) ≤ f (a) + .
2 2 2
f (a)
Si f (a) > 0, on a donc f (x) ≥ 2 > 0, pour tout x ∈]a − γ, a + γ[.
f (a)
Si f (a) < 0, on a f (x) ≤ 2 < 0, pour tout x ∈]a − γ, a + γ[.
Dans les deux cas (f (a) > 0 et f (a) < 0) on a donc :

x ∈]a − γ, a + γ[ ⇒ f (x) �= 0.

ce qui repond à la question car ]a − γ, a + γ[ est un intervalle ouvert contenant a.


—————————————————————————————–

Exercice 2.20 (Corrigé de l’exercice 2.2)


Soit f : R → R et k ∈ R+ . On suppose que |f (x) − f (y)| ≤ k|x − y| pour tout x, y ∈ R. Montrer que f
est continue (sur tout R).
—————————————corrigé—————————————–
Soit ε > 0. On choisit η = k+1
ε
. On a donc η > 0 et :


x, y ∈ R, |x − y| ≤ η ⇒ |f (x) − f (y)| ≤ kη = ≤ ε.
k+1
Ceci prouve que f est uniformément continue sur R (et donc, en particulier, continue en tout point de
R).
—————————————————————————————–

26
Exercice 2.21 (Corrigé de l’exercice 2.3)
Pour quelle valeur de α la fonction f , définie ci-après, est-elle continue sur R ?
� x3 −8
f (x) = x−2 si x �= 2
α si x = 2.

—————————————corrigé—————————————–
La fonction f est continue en tout point différent de 2 (car c’est le quotient de deux fonctions continues
et le dénominateur en non nul).
le seul problème est donc la continuité en 2. On remarque que x3 − 8 = (x − 2)(x2 + 2x + 4) et donc,
3
pour x �= 2, f (x) = xx−2−8
= x2 + 2x + 4. Ceci permet de montrer que limx→2 f (x) = 12 et donc que f est
continue en 2 si seulement si α = 12.
La fonction f est donc continue sur R si et seulement si α = 12.
—————————————————————————————–

Exercice 2.22 (Corrigé de l’exercice 2.5)


Montrer que toute fonction polynôme de R dans R, de degré impair, s’annule en au moins un point.
—————————————corrigé—————————————–
Soit p un polynôme de degré impair et n ∈ N� le degré de ce polynôme. Il existe donc a �= 0 et q polynôme
de degré au plus égal à n − 1 t.q.

p(x) = axn + q(x) pour tout x ∈ R,

et donc
q(x)
p(x) = xn (a + ) pour tout x ∈ R� .
xn
q(x)
Comme q est de degré strictement inférieur à n, on a limx→±∞ xn = 0. Comme n est impair, on a donc :

Si a > 0, lim p(x) = −∞ et lim p(x) = +∞.


x→−∞ x→+∞

Si a < 0, lim p(x) = +∞ et lim p(x) = −∞.


x→−∞ x→+∞

Dans les deux cas (a > 0 et a < 0) on a donc limx→+∞ p(x)p(−x) = −∞. On en déduit, en particulier,
qu’il existe a > 0 t.q. p(a)p(−a) < 0. Ceci montre que 0 est entre p(a) et p(−a). Comme p est une
fonction continue sur [−a, a], le théorème des valeurs intermédiaires (théorème 2.2) permet d’affirmer
qu’il existe c ∈ [−a, a] t.q. p(c) = 0. Donc, le polynôme p s’annule en au moins un point.
—————————————————————————————–

Exercice 2.23 (Corrigé de l’exercice 2.6)


Soit f une fonction continue de R+ dans R+ . On suppose que limx→∞ f (x) = 0. Montrer que f admet
un maximum (c’est-à-dire qu’il existe a ∈ R+ t.q., pour tout x ∈ R+ , f (x) ≤ f (a)).
—————————————corrigé—————————————–
On pose ε = f (0). Comme f (0) > 0 et limx→∞ f (x) = 0, il existe A ≥ 0 t.q. :

x ≥ A ⇒ |f (x)| ≤ ε ⇒ f (x) ≤ ε. (2.1)

27
On remarque maintenant que la fonction f est continue sur l’intervalle [0, A]. Comme cet intervalle est
fermé borné, on en déduit (théorème 2.3) que f est bornée sur [0, A] et atteint ses bornes. Il existe donc
a ∈ [0, A] t.q. :
x ∈ [0, A] ⇒ f (x) ≤ f (a).
Comme 0 ∈ [0, A], on a, en particulier ε = f (0) ≤ f (a). Avec (2.1), ceci donne f (x) ≤ ε ≤ f (a) pour
tout x ≥ A. On a donc, finalement :
x ∈ R+ ⇒ f (x) ≤ f (a).
—————————————————————————————–
Exercice 2.24 (Corrigé de l’exercice 2.7)
Soit a, b ∈ R, a < b, et f [a, b] → R continue et injective. Montrer que f est monotone. [Utiliser le
théorème des valeurs intermédiaires.]
—————————————corrigé—————————————–
On a f (a) �= f (b) (car f est injective et a �= b). On suppose que f (a) < f (b) et on va montrer que
f est strictement croissante (si f (a) > f (b), un raisonnement analogue donnerait que f est strictement
décroissante).
On montre tout d’abord que f prend ses valeurs dans l’intervalle [f (a), f (b)]. Pour cela on raisonne
par l’absurde. Soit x ∈]a, b[. Si f (x) ≥ f (b), on a alors f (b) ∈ [f (a), f (x)]. Le théorème des valeurs
intermédiaires (théorème 2.2) appliqué à l’intervalle [a, x] donne alors l’existence de c ∈ [a, x] t.q. f (c) =
f (b). Ce qui impossible car f est injective. On a donc f (x) < f (b). Un raisonnement analogue permet
de montrer que f (x) > f (a).
On montre maintenant que f est strictement croissante. Soit a ≤ x < y ≤ b. On sait déjà que f (a) ≤
f (x) ≤ f (b) et f (a) ≤ f (y) ≤ f (b). Pour montrer que f (x) < f (y), on raisonne encore par l’absurde. Si
f (x) ≥ f (y), on a f (x) ∈ [f (y), f (b)]. Le théorème des valeurs intermédiaires appliqué à l’intervalle [y, b]
donne alors l’existence de d ∈ [y, b] t.q. f (d) = f (x). Comme x < y on a d �= x et ceci est impossible car
f est injective. On a donc f (x) < f (y). On a bien montré que f est strictement croissante.
—————————————————————————————–
Exercice 2.25 (Corrigé de l’exercice 2.8)
Soit f l’application de R \ {−1, 1} dans R définie par :
x3 − 2x2 − x + 2
f (x) = .
1 − |x|
1. La fonction f est-elle continue en 0 ?
—————————————corrigé—————————————–
Oui ! La fonction f est continue en 0 car c’est le quotient de deux fonctions continues en 0 et que
la fonction au dénominateur ne s’annule pas en 0.
—————————————————————————————–
2. Calculer limx→−1 f (x) et limx→1 f (x).
—————————————corrigé—————————————–
On remarque que x3 − 2x2 − x + 2 = (x − 1)(x2 − x − 2) = (x − 1)(x + 1)(x − 2).
x3 −2x2 −x+2
Pour x ≥ 0, x �= 1, on a donc f (x) = 1−x = (x+1)(2−x). On en déduit que limx→1 f (x) = 2.
3 2
Pour x ≤ 0, x �= −1, on a f (x) = x −2x −x+2
1+x = (x − 1)(x − 2). On en déduit que limx→−1 f (x) = 6.
—————————————————————————————–

28
3. Existe-t-il une fonction g définie et continue sur R et qui est égale à f sur R \ {−1, 1} ?
—————————————corrigé—————————————–
Oui, une telle fonction g existe. Pour x ≥ 0, on a g(x) = (x + 1)(2 − x) et pour x < 0, on a
g(x) = (x − 1)(x − 2).
—————————————————————————————–

Exercice 2.26 (Corrigé de l’exercice 2.9)


Soit f et g deux fonctions de [0, 1] dans R, continues et t.q. f (0) = g(1) = 0 et g(0) = f (1) = 1. Montrer
que :
∀λ ∈ R+ , ∃x ∈ [0, 1], f (x) = λg(x).
—————————————corrigé—————————————–
Soit λ ∈ R+ . On définit la fonction h de [0, 1] dans R en posant :

h(x) = f (x) − λg(x) pour tout x ∈ [0, 1].

La fonction h est continue sur [0, 1] (car f et g sont continues sur [0, 1]). Comme h(0) = f (0) − λg(0) =
−λ ≤ 0 et h(1) = f (1) − λg(1) = f (1) = 1 ≥ 0, le théorème des valeurs intermédiaires (théorème 2.2)
donne qu’il existe x ∈ [0, 1] t.q. h(x) = 0, c’est-à-dire f (x) = λg(x). (Bien sûr, le point x trouvé dépend,
en général, de λ.)
—————————————————————————————–

Exercice 2.27 (Corrigé de l’exercice 2.10)


Soit f une fonction continue de [0, 1] dans R.

1. Montrer que pour tout t ∈ [0, 1], l’ensemble {s ∈ [0, 1] t.q. f (s) = f (0)+f
2
(t)
} est non vide.
—————————————corrigé—————————————–
Soit t ∈ [0, 1]. La fonction f est continue sur [0, t] et f (0)+f
2
(t)
est une valeur intermédiaire entre f (0)
et f (t). D’après le théorème des valeurs intermédiaires (théorème 2.2), il existe donc s ∈ [0, t] (et
donc s ∈ [0, 1]) t.q. f (s) = f (0)+f
2
(t)
. Ceci prouve que l’ensemble {s ∈ [0, 1] t.q. f (s) = f (0)+f 2
(t)
}
est non vide.
—————————————————————————————–
f (0)+f (t)
Pout t ∈ [0, 1], on pose ϕ(t) = inf{s ∈ [0, 1] t.q. f (s) = 2 }.

2. Soit t ∈ [0, 1], montrer que ϕ(t) ∈ [0, 1] et que f (ϕ(t)) = f (0)+f
2
(t)
.
—————————————corrigé—————————————–
On pose At = {s ∈ [0, 1] t.q. f (s) = f (0)+f2
(t)
}. L’ensemble At est non vide (d’après la 1ere
question) et minoré par 0. Il admet donc un borne inférieure, notée ϕ(t), et 0 ≤ ϕ(t). D’autre part,
comme At ⊂ [0, 1], on a aussi ϕ(t) ≤ 1.
f (0)+f (t)
Pour montrer que f (ϕ(t)) = 2 , on rappelle qu’il existe une suite (an )n∈N ⊂ At t.q. :

lim an = inf At = ϕ(t).


n→+∞

Comme an ∈ At , on a f (an ) = f (0)+f


2
(t)
. En passant à limte sur cette égalité, la continuité de f en
f (0)+f (t)
ϕ(t) donne f (ϕ(t)) = 2 .
—————————————————————————————–

29
3. Montrer que si f est strictement croissante, l’application ϕ ainsi définie de [0, 1] dans [0, 1] est
continue.
—————————————corrigé—————————————–
La fonction f étant strictement croissante, elle est bijective de [0, 1] dans son image. Comme elle est
continue, son image est un intervalle (théorème 2.4) et sa fonction réciproque, notée g, est également
continue (théorème 2.5). On a donc :
� �
f (0) + f (t)
ϕ(t) = g pour tout t ∈ [0, 1].
2
Ceci prouve que ϕ est continue car composée de fonctions continues.
—————————————————————————————–
4. Donner un exemple de fonction f pour lequel la fonction ϕ n’est pas continue.
—————————————corrigé—————————————–
On prend f (t) = 0 pour t ∈ [0, 12 ] et f (t) = t − 12 pour t ∈] 12 , 1]. La fonction f est bien continue de
[0, 1] dans R et on remarque que ϕ(t) = 0 pour t ∈ [0, 12 ] et que ϕ(t) > 12 pour t > 12 . On en déduit
que ϕ n’est pas continue en 12 .

Exercice 2.28 (Corrigé de l’exercice 2.11)


Soit f : R → R une fonction continue (c’est-à-dire continue en tout point de R). On suppose que f (x) ∈
{0, 1}, pour tout x ∈ R. Montrer que f est constante. [utiliser le théorème des valeurs intermédiaires.]
—————————————corrigé—————————————–
On raisonne par l’absurde. On suppose que f n’est pas constante. Il existe donc a, b ∈ R t.q. f (a) = 0
et f (b) = 1. Comme f est continue sur l’intervalle fermé dont les bornes sont a et b et que (par exemple)
2 est une valeur intermédiaire entre 0 et 1, le théorème des valeurs intermédiaires (théorème 2.2) donne
1

l’existence de c (entre a et b) t.q. f (c) = 12 , ce qui est impossible car f (c) = 0 ou 1.


—————————————————————————————–

Exercice 2.29 (Corrigé de l’exercice 2.12)

1. Montrer que, pour tout x, y ∈ R, max{x, y} = 12 (x + y + |x − y|) et min{x, y} = 12 (x + y − |x − y|).


—————————————corrigé—————————————–
Soit x, y ∈ R. Si x ≥ y, on a alors 12 (x + y + |x − y|) = 12 (x + y + x − y) = x = max{x, y}. On a
aussi 12 (x + y − |x − y|) = 12 (x + y − x + y) = y = min{x, y}.
Si x < y, on est ramené au cas précédent en remarquant que max{x, y} = max{y, x} et min{x, y} =
min{y, x} et |x − y| = |y − x|.
—————————————————————————————–
2. Soit f et g deux applications de R dans R. On définit les applications f �g et f ⊥g de R dans R
par :
(f �g)(x) = max{f (x), g(x)}, (f ⊥g)(x) = min{f (x), g(x)}, pour x ∈ R.
Soit a ∈ R. On suppose que f et g sont continues en a. Montrer que f �g et f ⊥g sont continues en
a.
—————————————corrigé—————————————–
On note ϕ l’application (de R dans R) s �→ |s|. L’application ϕ est continue. La question 1 nous
donne f �g = 12 (f + g + ϕ ◦ (f − g)) et f ⊥g = 12 (f + g − ϕ ◦ (f − g)). Comme les fonctions f et

30
g sont continues en a, la fonction ϕ ◦ (f − g) est continue en a (par composition et différence de
fonctions continues). On en déduit que f �g et f ⊥g sont continues en a.
—————————————————————————————–

Exercice 2.30 (Corrigé de l’exercice 2.13)


Soit f une application de R dans R. On suppose que f est convexe, c’est à dire que f (tx + (1 − t)y) ≤
tf (x) + (1 − t)f (y) pour tout t ∈ [0, 1] et pour tout x, y ∈ R.
On pose α = f (1) − f (0), β = f (0) − f (−1) et γ = max{|α|, |β|}.
1. Soit x ∈]0, 1[. Montrer que βx ≤ f (x) − f (0) ≤ αx. [Utiliser le fait que x = t1 + (1 − t)0, avec
t = x, et 0 = tx + (1 − t)(−1), avec t = 1+x
1
.]
—————————————corrigé—————————————–
Comme x = t1 + (1 − t)0, avec t = x ∈]0, 1[, la convexité de f donne :

f (x) ≤ tf (1) + (1 − t)f (0) = f (0) + t(f (1) − f (0))

et donc :
f (x) − f (0) ≤ αx.
On prend maintenant t = 1+x ,
1
on a bien tx + (1 − t)(−1) = t(x + 1) − 1 = 0. Comme 1
1+x ∈]0, 1[,
la convexité de f donne f (0) ≤ tf (x) + (1 − t)f (−1) et donc :

tf (0) + (1 − t)f (0)) ≤ tf (x) + (1 − t)f (−1).

On en déduit :
t(f (0) − f (x)) ≤ (1 − t)(f (−1) − f (0)) = −β(1 − t).
Comme (1 − t) = x
1+x = tx, on en déduit bien f (0) − f (x) ≤ −βx c’est-à-dire :

βx ≤ f (x) − f (0).

—————————————————————————————–
2. Soit x ∈] − 1, 1[. Montrer que |f (x) − f (0)| ≤ γ|x|. En déduire que f est continue en 0.
—————————————corrigé—————————————–
Soit x ∈]0, 1[, la question 1 donne |f (x) − f (0)| ≤ max{αx, −βx} ≤ γx = γ|x|.
On suppose maintenant que x ∈] − 1, 0[. On raisonne de manière analogue à la question 1. On
remarque d’abord que x = t(−1) + (1 − t)0, avec t = −x ∈]0, 1[. la convexité de f donne donc
f (x) ≤ tf (−1) + (1 − t)f (0) = f (0) − x(f (−1) − f (0)) et donc :

f (x) − f (0) ≤ βx.

Avec t = 1−x 1
, on a 0 = tx + (1 − t)(1). Comme 1−x 1
∈]0, 1[, la convexité de f donne f (0) ≤
tf (x) + (1 − t)f (1), on en déduit t(f (0) − f (x)) ≤ (1 − t)(f (1) − f (0)) = (1 − t)α. Enfin, comme
1 − t = 1−x
−x
= −xt, on obtient :
f (0) − f (x) ≤ −αx.
On a finalement αx ≤ f (x) − f (0) ≤ βx et on conclut, comme pour le cas x ∈]0, 1[, |f (x) − f (0)| ≤
max{βx, −αx} ≤ γ|x|.

31
Comme le cas x = 0 est trivial, on a bien démontré

|f (x) − f (0)| ≤ γ|x| pour tout x ∈] − 1, 1[. (2.2)

De (2.2), on déduit facilement que f est continue en 0. En effet, soit ε > 0, On prend η =
min{ 12 , γ+1
ε
} > 0, l’inégalité (2.2) donne alors :

|x − 0| ≤ η ⇒ |f (x) − f (0)| ≤ ε,

ce qui prouve bien la continuité de f en 0.


—————————————————————————————–

3. Montrer que f est continue en tout point de R.


—————————————corrigé—————————————–
Soit a ∈ R. On définit g de R dans R en posant, pour x ∈ R, g(x) = f (x + a). La fonction f est
continue en a si (et seulement si) la fonction g est continue en 0. Pour montrer que g est continue
en 0 (et donc que f est continue en a), il suffit de remarquer que g est convexe et d’appliquer la
question précédente (à la fonction g au lieu de f ). Il reste donc à montrer que g est convexe.
Soit x, y ∈ R et t ∈ [0, 1], on a g(tx + (1 − t)y) = f (tx + (1 − t)y + a) = f (t(x + a) + (1 − t)(y + a)) ≤
tf (x + a) + (1 − t)f (y + a) = tg(x) + (1 − t)g(y). Ceci prouve donc que g est convexe.
On a ainsi montré que f est continue en a.

Exercice 2.31 (Théorème des Valeurs Intermédiaires (TVI))


Soit f une fonction continue de [0, 1] dans [0, 1].

1. Montrer qu’il existe x2 ∈ [0, 1] tel que f (x2 ) = (x2 )2 . [On pourra considérer la fonction g(x) =
f (x) − x2 .]
—————————————corrigé—————————————–
La fonction g est continue sur [0, 1]. On a g(0) = f (0) ≥ 0 (car f prend ses valeurs dans [0, 1]) et
g(1) = f (1) − 1 ≤ 0 (car f prend ses valeurs dans [0, 1]). Le théorème des valeurs intermédiaires
donne alors qu’il existe x2 t.q. g(x2 ) = 0, c’est-à-dire f (x2 ) = (x2 )2 .
—————————————————————————————–
2. Soit n ∈ N� . Montrer qu’il existe xn ∈ [0, 1] tel que f (xn ) = (xn )n .
—————————————corrigé—————————————–
Pour x ∈ [0, 1], on pose hn (x) = f (x) − xn . La fonction hn est continue sur [0, 1] et on a, comme
à la question précédente, hn (0) = f (0) ≥ 0 et hn (1) = f (1) − 1 ≤ 0. Le théorème des valeurs
intermédiaires donne alors qu’il existe xn t.q. hn (xn ) = 0, c’est-à-dire f (xn ) = (xn )n .
—————————————————————————————–

3. On suppose maintenant que f est strictement décroissante. Pour n ∈ N� et x ∈ [0, 1], on pose
hn (x) = f (x) − xn .
Soit n ∈ N� . Montrer que hn est strictement décroissante sur [0, 1] et qu’il existe un unique xn ∈
[0, 1] tel que f (xn ) = (xn )n .
Montrer que, pour tout n ∈ N� , hn+1 (xn ) > 0. En déduire xn+1 > xn .

32
Montrer que la suite (xn )n∈N� est convergente et que limn→+∞ xn = 1. Quelle est la limite de (xn )n
quand n → +∞ ?
—————————————corrigé—————————————–
La fonction x �→ −xn est aussi strictement décroissante sur [0, 1]. La fonction hn est donc
strictement décroissante comme somme de deux fonctions strictement décroissantes. L’existence
de xn ∈ [0, 1] t.q. hn (xn ) = 0 est donnée par la question précédente. L’unicité de xn vient de la
strict décroissance de hn car si xn ∈ [0, 1] est t.q. hn (xn ) = 0, on a, pour tout x ∈ [0, 1] \ {xn },
hn (x) > 0 si x < xn et hn (x) < 0 si x > xn , et donc hn (x) �= 0. Le point xn est donc le seul élément
de [0, 1] pour lequel hn s’annule.
Comme f est strictement décroissante, on f (1) < f (0). Puis, comme f (0), f (1) ∈ [0, 1], on a
donc f (0) > 0 et f (1) < 1. On en déduit xn �= 0 (car hn (0) = f (0) > 0) et xn �= 1 (car
hn (1) = f (1) − 1 < 0). Ce qui montre que 0 < xn < 1. On a donc hn+1 (xn ) = f (xn ) − (xn )n+1 =
hn (xn ) + (xn )n − (xn )n+1 = (xn )n (1 − xn ) > 0. Comme hn+1 (xn+1 ) = 0 < hn+1 (xn ) et que hn+1
est strictement décroissante, on a nécessairement xn+1 > xn .
La suite (xn )n∈N� est croissante majorée (par 1), elle est donc convergente. On note a la limite
de cette suite. Comme 0 < xn < 1 pour tout n ∈ N� , on a donc a ∈ [0, 1]. On remarque main-
tenant que limn→+∞ (xn )n = limn→+∞ f (xn ) = f (a) (car f est continue en a). Si a ∈ [0, 1[, on a
limn→+∞ (xn )n = 0 et donc f (a) = 0, ce qui est impossible car la décroissance strict de f donne
f (a) > f (1) ≥ 0. On a donc nécessairement a = 1 (et donc limn→+∞ xn = 1). Enfin, on a
limn→+∞ (xn )n = limn→+∞ f (xn ) = f (1).
—————————————————————————————–

Exercice 2.32 (Borne supérieure d’une fonction)


On définit la fonction f de ]0, ∞[ dans R par f (x) = − x1 cos(x) pour x ∈]0, ∞[. On pose A = {f (x),
x ∈]0, ∞[}.

1. Calculer les limites de f en 0 et +∞.


—————————————corrigé—————————————–
limx→0 f (x) = −∞, limx→∞ f (x) = 0.
—————————————————————————————–

2. Montrer que la fonction f n’est pas minorée (i.e. la partie A n’est pas minorée).
—————————————corrigé—————————————–
La fonction f n’est pas minorée car limx→0 f (x) = −∞.
—————————————————————————————–
3. (a) Montrer qu’il existe α, β ∈ R, 0 < α < β, t.q., pour tout x ∈]0, ∞[, f (x) ≤ sup B avec
B = {f (y); y ∈ [α, β]}.
—————————————corrigé—————————————–
On prend α = π2 et β = π. La fonction f est continue sur [α, β] qui est un intervalle fermé
borné. La fonction f est donc bornée sur [α, β] et atteint ses bornes. il existe donc c ∈ [α, β]
t.q. f (c) = sup B (et donc, pour tout x ∈ [α, β], f (c) ≥ f (x)).
On a, en particulier, f (c) ≥ f (β) = f (π) = π1 .
Pour x ∈]0, π2 [, on a f (x) ≤ 0 < π1 ≤ f (c).
Pour x > π, on a f (x) ≤ |f (x)| ≤ x1 < π1 ≤ f (c).

33
On a donc bien, pour tout x ∈]0, ∞[, f (x) ≤ f (c) = sup B (ce qui donne sup A = sup B).
—————————————————————————————–
(b) En déduire que la fonction f est majorée (i.e. la partie A est majorée) et que la borne supérieure
de f est atteinte.
—————————————corrigé—————————————–
La démonstration précédente donne que f (c) = sup A. La fonction f est donc majorée (i.e. la
partie A est majorée) et la borne supérieure de f est atteinte.
—————————————————————————————–

Soit a ∈]0, ∞[ t.q. f (a) = sup A (c’est-à-dire f (a) ≥ f (x) pour tout x ∈]0, ∞[).
4. Montrer que f (a) > 0 et que a < 2π.
—————————————corrigé—————————————–
On a, en particulier, f (a) ≥ f (π) = 1
π > 0.
La démonstration de la question 3(a) donne que a ∈ [ π2 , π] (car f (x) < sup B si x �∈ [ π2 , π] et
f (a) = sup B). On a donc a ≤ π < 2π. Mais on peut aussi démontrer que a < 2π en utilisant
la périodicité de la fonction x �→ cos(x). En effet, on remarque que d’abord que f (2π) < 0, donc
a �= 2π. Puis, si a > 2π, on a f (a − 2π) = −a−2π cos(a)
> − cos(a)
a car cos(a) > 0. On en déduit
f (a − 2π) > f (a), en contradiction avec la définition de a. On a donc bien montré que a < 2π.
—————————————————————————————–
5. Montrer que π2 < a < 3π
2 et que f (a) = 0.

—————————————corrigé—————————————–
On sait déjà que a ∈]0, 2π[. Comme f (a) > 0 et que f (x) ≤ 0 si x ∈]0, π2 ] ∪ [ 3π
2 , 2π[, on en déduit
que a ∈] π2 , 3π
2 [.

Le fait que f � (a) = 0 a été vu en cours (il suffit de remarquer que f (a + h) − f (a) ≤ 0 pour tout
h �= 0 t.q. a + h > 0 et d’utiliser la définition de f � (a)).
—————————————————————————————–
6. Pour x ∈ [ π2 , 3π
2 ], on pose g(x) = x sin(x) + cos(x). Montrer qu’il existe un unique b ∈] 2 , 2 [ t.q.
π 3π

g(b) = 0. Montrer que b ∈] 2 , π[. Montrer que a = b et en déduire que f atteint son maximum en
π

un unique point.
—————————————corrigé—————————————–
Pour x ∈] π2 , 3π 2 [, on a g (x) = x cos(x) < 0. La fonction g est donc continue et strictement

décroissante (ceci a été vu en cours) sur [ π2 , 3π


2 ]. Comme g( 2 ) > 0 et g( 2 ) < 0, il existe un unique
π 3π

b ∈] π2 , 3π
2 [ t.q. g(b) = 0 (l’existence de b découle du théorème des valeurs intermédiaires et l’unicité
de b découle de la stricte décroissance de g).
Comme g(π) < 0, le théorème des valeurs intermédiaires (appliqué avec l’intervalle [ π2 , π]) permet
de dire que cet unique b appartient à l’intervalle ] π2 , π[.

Comme f � (x) = g(x)


x2 , pour tout x ∈]0, ∞[, et comme l’on sait que a ∈] 2 , 2 [ et f (a) = 0, on a
π 3π �

nécessairement a = b. Ceci prouve que b est l’unique point de ]0, ∞[ pour lequel f atteint son
maximum.
—————————————————————————————–

Exercice 2.33 (Valeur intermédiaire)

34
Soit α > 0, β > 0.
Soit f une fonction continue de [0, α[ dans R, t.q. f (0) < 0 et lim f (x) = +∞.
x→α,x<α
Soit g une fonction continue de R dans R, t.q. g(0) < 0 et g(β) > 0.

Montrer qu’il existe x ∈]0, min(α, β)[ t.q. f (x)(x − β) − g(x) = 0. [On pourra distinguer les cas β < α,
β > α et β = α.]
—————————————corrigé—————————————–
Pour x ∈ [0, α[, on pose ϕ(x) = f (x)(x − β) − g(x). La fonction ϕ est donc continue sur [0, α[.

Cas β < α. Dans ce cas, la fonction ϕ est continue sur [0, β]. On remarque que ϕ(0) > 0 et ϕ(β) < 0.
Le théorème des valeurs intermédiaires donne donc l’existence de x ∈]0, β[ t.q. ϕ(x) = 0.

Cas β > α. Dans ce cas, on a limx→α,x<α ϕ(x) = −∞. Il existe donc, par exemple, η > 0 t.q. :

x ∈ [0, α[, x ≥ α − η ⇒ ϕ(x) < 0.

On en déduit l’existence de γ ∈]0, α[ t.q. ϕ(γ) < 0. Comme ϕ(0) > 0, le théorème des valeurs intermé-
diaires donne donc l’existence de x ∈]0, γ[⊂]0, α[ t.q. ϕ(x) = 0.

Cas β = α. On modifie légèrement le raisonnement précédent. Comme limx→α,x<α f (x) = +∞. Il existe
η > 0 t.q. :
x ∈ [0, α[, x ≥ α − η ⇒ f (x) > 0.
Comme x − β < 0 si x < α = β, on a donc

x ∈ [0, α[, x ≥ α − η ⇒ ϕ(x) < 0.

On conclut alors comme dans le cas précédent.


—————————————————————————————–

Exercice 2.34
Soit f une application continue d’un intervalle I ⊂ R dans R. On suppose que f ne s’annule pas sur I.
Montrer que f garde un signe constant sur I.
—————————————corrigé—————————————–
On raisonne par contraposée. Si f ne garde pas un signe constant sur l’intervalle I (qui n’est pas
nécessairement fermé ni borné), cela signifie qu’il existe a, b ∈ I t.q. f (a) < 0 et f (b) > 0. Comme 0 est
une valeur intermédiaire entre f (a) et f (b), il existe donc x entre a et b t.q. f (x) = 0. Comme I est un
intervalle contenant a et b, il contient aussi x. Donc, f s’annule sur I.
On a bien ainsi montré que si f ne s’annule pas sur l’intervalle I, alors f est de signe constant sur I.
—————————————————————————————–

Exercice 2.35
Montrer que le polynôme x30 + 14x17 − 7x5 − 7 admet au moins une racine dans l’intervalle ]0, 1[.
—————————————corrigé—————————————–
On pose f (x) = x30 + 14x17 − 7x5 − 7. Le polynôme f est une fonction continue sur [0, 1]. On remarque
que f (0) = −7 et f (1) = 1. Comme 0 est une valeur intermédiaire entre f (0) et f (1), il existe donc
x ∈]0, 1[ t.q. f (x) = 0.
—————————————————————————————–

35
Exercice 2.36
√ √ � √
Montrer que | x − y| ≤ |x − y|, pour tout x, y ∈ R+ . En déduire que l’application x �→ x est
uniformément continue sur R+ . Montrer que l’application x �→ x1 n’est pas uniformément continue sur
]0, 1].
—————————————corrigé—————————————– √ √ √

Soit x, y ∈ R+ , avec x ≥ √ y. Le plus rapide est de√remarquer que ( x − y)2 =√x + y − 2 x y ≤
√ √ √ √ 2 √ √
x + y − 2 y y (car y ≤ x). On en déduit que ( x − y) ≤ x − y, c’est-à-dire x − y ≤ x − y.
√ √ �
Le cas y ≥ x est similaire. On a donc, pour tout x, y ∈ R+ , | x − y| ≤ |x − y|.
Soit ε > 0. On prend α = ε2 . On obtient ainsi :
√ √ � √
x, y ∈ R+ , |x − y| ≤ α ⇒ | x − y| ≤ |x − y| ≤ α = ε.

Ceci prouve bien que l’application x �→ x est uniformément continue sur R+ .

Pour montrer que x �→ x1 n’est pas uniformément continue sur ]0, 1], on raisonne par l’absurde. On
suppose donc que f est uniformément continue sur ]0, 1]. Il existe alors (en particulier) α > 0 t.q. :
1 1
x, y ∈]0, 1], |x − y| ≤ α ⇒ | − | ≤ 1. (2.3)
x y

On prend alors β = min{ 14 , α}, x = 2β et y = β. On a bien x, y ∈]0, 1] et |x − y| = β ≤ α. Pourtant, on


a | x1 − y1 | = 2ββ 2 = 2β
1
≥ 2 > 1, en contradiction avec (2.3). Ce qui prouve que f n’est pas uniformément
continue sur ]0, 1].
—————————————————————————————–

Exercice 2.37
soit f l’application de [−1, ∞[ dans R définie par f (x) = √x2+2x+2
1
, pour tout x ≥ −1. Montrer que f
est bijective de [−1, ∞[ dans ]0, 1] et donner ue formule explicite pour sa fonction réciproque.
—————————————corrigé—————————————–
La fonction h : x �→ (x2 + 2x + 2) est continue et strictement croissante sur [−1, ∞[ (car sa dérivée
est strictement positive sur ] − 1, ∞[). Comme √ h(−1) = 1, elle est aussi strictement positive. On en
déduit que la fonction f (définie par f = 1/ h) est bien définie, continue et strictement décroissante sur
[−1, ∞[. Le théorème 2.5 (appliqué à la fonction −f pour se ramener au cas d’une fonction strictement
croissante) donne alors qu’elle est bijective de [−1, ∞[ sur son image et que cette image est l’intervalle
]0, 1] car f (−1) = 1 et limx→∞ f (x) = 0. La fonction réciproque de f , notée g, est donc une fonction
continue strictement décroissante de ]0, 1] dans [−1, ∞[.
Soit y ∈]0, 1]. On calcule maintenant explictement g(y). On pose x = g(y) de sorte que x ∈ [−1, ∞[ et
y = f (x). On a donc x2 + 2x + 2 = y12 . Ceci donne (x + 1)2 = y12 − 1. Comme x ∈ [−1, ∞[, on a x + 1 ≥ 0

et donc x + 1 = y12 − 1, c’est-à-dire :

1 − y2
x = −1 + .
y
—————————————————————————————–

36