Vous êtes sur la page 1sur 130
BULLETIN Ne 8 SOMMAIRE AVANT-PROPOS par Daniel Fontaine page 4 LES EVENEMENTS DE LA VIE DE L'‘ORDRE e Féte de la Saint Hugues page 7 @ Convent général de l'Ordre (Geneve, 2] septembre 1985) page 10 e Féte de la Saint André page 13 @ Le réveil du RE.R. en Italie page 17 LES ACTES DU CONVENT DE WILHELMSBAD @ Le “ Préavis " de Jean-Baptiste Willermoz (suite et fin) page 2] e@ Ebauche du rituel du 4¢ grade page 56 QUATRE LETTRES DE JEAN-BAPTISTE WILLERMOZ © au prince Charles de Hesse (8 juillet 1781) page 6} ® au prince Charles de Hesse (12 octobre 1781) page 69 © 4 un correspondant anonyme (fin de I'Empire) page 77 e au prince Charles de Hesse (10 septembre 1810) page 84 LE 4¢ GRADE : UN OU DES RITUELS? par Jean-Francois Var page 10} LES TRAVAUX DES LOGES @ La reconstruction du Temple par Edmond Mazet page 111 e@ La féte du renouvellement de I'Ordre par Gilles Ducret page 125 IN MEMORIAM YVES MARSAUDON page 130 QUELQUES LIVRES A LIRE page 134 DECLARATION DE PRINCIPES DE L'ORDRE page 138 DECLARATION COMMUNE DE LA G.L.N.F. ET DU G.P.D.G. page 138 AU SOMMAIRE DES ANCIENS NUMEROS page 140 ee ea NE i Avant-propos LE numéro 7 des “ Cahiers verts ”, premier de la nouvelle série, a été bien accueilli. La qualité de sa présentation due au F. Frank Morvan, celle des textes choisis par notre équipe rédactionnelle pour étre pu- bliés, ont paru a tous bien augurer de l'avenir. Néanmoins, comme souvent, la diffusion n’a pas suivi les compliments. La chose n’est, hélas! pas rare dans notre Ordre. Trop souvent, les Fréres se laissent accaparer par les occupations et préoc- cupations de leur vie quotidienne, au point qu’ils en oublient le reste. Or, pour qui veut pratiquer véritablement, de |’inté- rieur, notre Régime, les “ Cahiers verts ” sont, je ne dirai pas lessentiel, je n’irai pas jusque-la, mais ils peuvent contribuer a mettre sur la voie de |’essentiel, et ils sont, A cet égard, irremplacables. Beaucoup se plaignaient de leur absence et les réclamaient; et voici que lorsqu’ils reparaissent, ils circulent mal, des Loges Ecossaises entiéres ignorent jusqu’a leur existence! C’est pour mettre fin 4 cette situation tout A fait insatisfaisante qu’a mon initiative le Directoire a décidé de rajouter aux cotisations des Maitres Ecossais la somme néces- saire 4 impression de ces Cahiers, qui sont, je le rappelle, le bulletin intérieur de l’Ordre. Désormais, chaque Maitre Ecos- sais recevra d’office son “ Cahier vert ”, ou plutét il devra le réclamer 4 son Député-Maitre 4 qui seront expédiés autant d’exemplaires que sa Loge verte comporte de membres. On peut espérer qu’avec ce systéme chacun pourra et voudra se procurer ce document quill a le droit et le devoir de posséder dans sa bibliothéque. POUR des raisons matérielles, il n’a pas paru possible, a l’expérience, de faire paraitre deux numéros par an comme je l’avais annoncé. Nous nous en tiendrons donc a une parution annuelle. Cependant, comme vous pourrez le constater avec celui-ci, les cahiers futurs seront a la fois plus volumineux (chacun équivalant au moins au double des numéros bisannuels primitivement prévus) et plus attrayants pour vous, du moins nous l’espérons. DANS celui-ci parait la fin de l'intervention de Willermoz au Convent de Wilhelmsbad, avec une étude approfondie de Jean-Francois Var la replacant dans son contexte et dans |’évolution des structures de |’Ordre, ainsi OX, 4 BG que des lettres du méme Willermoz qui, ainsi rapprochées, ne laissent dans l’ombre aucune des intentions du fondateur de notre Régime. Vient ensuite une présentation du rituel du 4¢ grade qui fait justice, et définitivement, semble-t-il, des erreurs ou approximations historiques colportées @ plaisir sur cette question. Il en ressort de la fagon la plus nette que seul est authentique, donc licite, le rituel en une partie. Viennent ensuite des travaux de Loges tant vertes que bleues. Ce demier point est une innovation. Il nous a paru que l’extréme rareté de travaux documentaires ou symboliques sur l’histoire, le rituel et la doctrine du R.E.R. dans les trois premiers Grades nous imposait d’y suppléer par de telles publications; sans nous dissimuler que ce n’est pas la formule idéale, puisque ceux 4 qui elles sont destinées par priorité, c'est-a-dire les apprentis, compagnons et maitres, n'y auront par définition pas accés. Aussi nourrissons-nous un projet ambitieux : ce serait de créer, si la demande — votre demande — est suffisamment forte, des Cahiers bleus, suppléments aux “ Cahiers verts ”, qui paraitraient par intervalles sans période fixe. Si cette idée vous agrée, faites-le nous savoir : nous aurons besoin de vos encouragements — et aussi de votre aide sous forme de contributions écrites (planches, etc.). Vous trouverez également en fin de ce volume divers rensei- gnements utiles, en particulier le sommaire des anciens numé- ros des “ Cahiers verts ” : il nous en reste encore un certain nombre d’exemplaires, et nous vous les offrons a des tarifs préférentiels : mieux vaut pour tout le monde qu’ils se trouvent dans vos bibliothéques plut6ét que dans nos réserves. DANIEL FONTAINE Eques ab Orientis Luce a ie 5 J Les événements de la vie de Ordre OUS publions ci-aprés des passa- ges parmi les plus significatifs des allocutions prononcées en 1985 ) par le Sérénissime Grand Maitre et Grand Prieur, le T. Rév. Chey. Daniel Fontaine, Eques ab Orientis Luce, en trois importantes occasions : le Grand Chapitre de la Saint Hugues, en avril, le Convent Général de l’Ordre, 4 Genéve, en septembre, et la féte de la Saint André, en décembre. Grand chapitre 27 avril 1985 672 “€ Le M © 4 décembre 1983, a la suite de la démission de mon prédécesseur, vous m’aviez élu a cette charge et je vous avais alors promis de remettre mon mandat entre vos mains au moment du vote quadriennal du Grand Prieuré, c’est-a-dire aujourd'hui. Vous avez cru bon de me réelire, et je ne sais si je dois vous remercier ou vous pardonner! Comme disaient les Peres du désert : le pouvoir tue ceux qui le détiennent. Je suis persuadé que c'est vrai dans tous les sens du terme, et méme stricto sensu dans le monde profane; et, en tout cas, cela me parait vrai spirituellement dans les Ordres initiatiques. Quoiqu’il en soit, mon pardon est et sera toujours a la mesure de l'amour que je porte a chaque membre du Grand Prieuré. Nous repartons donc, dans le calme et Vharmonie, pour une nouvelle période de quatre ans, au cours de laquelle nous donnerons a ce Grand Prieuré des structures et des bases solides qui, je lespére, assureront son avenir dans la paix [...]. @ GSA NN “ Noublions jamais que nous sommes des Chevaliers bienfaisants, qualificatif toujours associé d la bienfaisance active et a la Charité qui est la mise en ceuvre, dans notre monde, de l'amour divin. Mais cela veut dire aussi que nous sommes des Chevaliers qui font bien, qui sont le contraire des malfaisants. Nous devons bien faire parce que telle est notre mission selon les vues et directives du Grand Architecte, aprés avoir déposé devant son autel notre propre volonté et nos passions [...]. “ Cette année, noire effort portera surtout sur la formation de la hiérarchie qui a été mise en place aujourd'hui et nous commencerons par réunir tous les Députés Maitres et Commandeurs avant la fin de lannée. Nous avons sorti un nouveau “ Cahier vert ”, aprés une interruption de plus de deux ans, et nous comptons sur la participation de tous pour les faire vivre (nous pensons @ deux parutions par an). En effet, quel lien privilégié entre tous les Fréres de notre Régime! Nous avons ‘prevu des rubriques fixes : historique (avec des extraits des Actes du Convent de Wilhelmsbad, des lettres de Jean-Baptiste Willermoz, doctrinale (avec des planches sur les différents aspects de notre symbolisme), téponses aux questions posées par les Préfectures, ete. [...}. “ La premiere et la principale qualité exigée pour enirer dans l'Ordre est d’étre un “homme de désir ” : désir, du latindesiderium, signifiant tombé du ciel, de \étoile, et s‘appliquant a (homme qui brile d'y retourner. Nous devons donc veiller a n'admettre dans nos rangs que des hommes de désir et, a partir du quatriéme grade, conformément au souhait de Willermoz, nous attacher a les former en leur donnant les outils nécessaires pour y parvenir, cest-d-dire en leur dévoilant la doctrine incluse dans les quatre premiers grades de !'Ordre. Cvest a cette condition que nous pourrons admettre ensuite dans l'Ordre Intérieur des hommes capables, non seulement d’étre armés, mais de vivre leur chevalerie tous les jours, y compris dans le monde profane. Pour y parvenir, nous possédons un des plus beaux ensembles rituels des xviite et xixe siécles, du premier au sixiéme grade, et c'est par leur approfondissement, par la compréhension de leur enchainement, que nous parviendrons a une veritable réalisation spirituelle. Encore faut-il employer les vrais rituels écossais rectifiés, approuves par le Convent de Wilhelmsbad en 1782 ou commandes par lui a Jean-Baptiste Xs @ Willermoz, a l'exclusion de toutes les fantaisies qui virent le jour plus tard. Toute modification ou amputation de nos rituels d'origine ne peut étre considérée que comme une méconnaissance profonde de notre Régime et comme une trahison envers les serments prétés dés lentrée dans l'Ordre. Avec la hiérarchie, nous y veillerons particulié- rement [...]. Un de nos premiers devoirs n'est-il pas de “ maintenir ” nos régles, nos rituels, notre esprit rectifté, si particulier? Mais un Chevalier doit aussi maintenir l’Ordre Universel. Il s ‘agit méme la de sa fonction “ essentielle ” : protéger les valeurs premiéres tout en étant un exemple vivant pour le monde qui I'entoure. II lui faut donc redécouvrir les fonctions qui sont en lui ; celle du coursier en lui, du Chevalier en lui, du dormeur en lui. Déja, au deuxiéme grade, lorsqu’il s ‘est retrouvé devant le miroir, c'est son “ Inconnu ” que les surveillants l'invitaient a voir. Non pas 'homme profane, non pas Vapprenti, mais ce qui est au-dela du miroir, ¢ est-a-dire la partie émanée de lui-méme, celle qui est immortelle. Ce n’est que par ces retrouvailles qu'il put saisir le fil d'Ariane qui est Vaxe central du troisiéme grade permettant de remonter vers la Jérusalem Céleste du Maitre Ecossais de Saint André. Maintenant, si vous vous tournez vers l'Orient Inconnu de votre Gme, vous pourrez devenir de vrais Chevaliers dont V'exemple type est celui du chevalier errant qui na plus besoin de structures et qui représente a lui seul l'Ordre de Chevalerie tout entier, ott qu'il soit et dans quelque condition qu'il soit. Car le Chevalier errant n'a plus de maison, parce qu'il sait qu'une maison peut étre Vantre de la Jainéantise, du repos, oti, protégé de l'extérieur et des épreuves parfois salutaires, il risque de s’endormir a nouveau [...). Lerrance, n’est-ce pas le renoncement a tous ces coffres-forts dans lesquels nous enfermons nos idées arrétées, nos sentiments, nos habitudes, nos attachements a des formes ou a des structures perni- cieuses qui nous empéchent de progresser spirituellement? Au demeu- rant, comment rechercherions-nous cette maison, ce sommeil, alors que le Christ lui-méme disait : “ Le Fils de I'Homme n'a pas ou reposer sa téte "? C'est donc le Chevalier qui a vaincu en lui-méme tous les gardiens des trésors cachés et est arrivé jusqu'a son propre cenire, qui peut enfin prendre possession de tout son territoire, dont il devient véritablement le Maitre, respecté par ses vassaux intérieurs. Il devient alors |'Homme spirituel, donc universel, et souvenons-nous que tout ce qui n'a pas son origine dans le monde spirituel n'existe une t et pas; nous pourrions méme dire que le monde matériel peut apparatire comme la matérialisation passagére d'un concept totalement spirituel. Je terminerai par une priére que nous avait communiquée naguere le regretté Grand Maitre de la G.LN.F, le T.R.F. Van Hecke. Je n’en connais pas lorigine, mais je la trouve particuliérement de circonstan- ces devant la tache qui nous attend durant les quatre années a venir : “ Seigneur, donne-nous la grace d’accepter ce qui ne peut étre changé. “ Seigneur, donne-nous le courage de changer ce qui doit étre changé. “ Seigneur, donne-nous la sagesse nécessaire pour distinguer l'un de lautre. ” Convent général de V’Ordre Genéve, 21 septembre 1985 672 “ GRACE aux accords signés entre notre Grand Prieuré et la Grande Loge Nationale Frangaise Oy ce qui fut un des points positifs de cette derniére Iégislature, nous assistons a une augmentation des Loges bleues travaillant au Rite Ecossais Rectifié, ce qui ne peut que nous réjouir. Cependant, ces Loges bleues sont souvent composées de Fréres qui, malgré leur bonne volonté, connaissent mal nos usages et introduisent inconsciemment des éléments doctrinaux et méme une gestuelle aux antipodes des nétres et sans rapport avec ce que nous attendons. Cela va donc nous obliger a étre extrémement vigilants a l’égard des admissions au quatriéme grade de !'Ordre et d demander aux Députés Maitres un effort de formation tres important afin de préparer ces Freres avant l'admission dans 'Ordre Intérieur. Nous avons méme institué un systéme d’entretiens de tous les Fréres ayant fait une demande d’admission avec des Grands Dignitaires ou des Dignitaires, afin de vérifier au préalable qu’ils possédent un minimum de connais- sances. E (1) Voir dans ce Cahier, pp. 138-139. (Sk 10 On constate en effet dans notre monde actuel, et par conséquent dans nos Ordres, une perte didentité qui fait que les hommes ne com- prennent plus exactement ni ou ils sont, ni ow ils vont. Cela fait souvent penser au mythe de la tour de Babel (qui n'est autre qu'un mythe cosmique et, de ce fait méme, hors du temps et done toujours en action) ot un certain nombre d’hommes voulurent atteindre le Ciel sans étre ni qualifiés ni élus et par des moyens pour le moins anti-traditionnels. Le résultat fut la dispersion qui se poursuit et méme s‘amplifie encore de nos jours. Notre réle, a nous qui sommes les derniers routards de Vabsolu, est donc de retrouver la Parole que les hommes de Babel ont perdue et que le Régime Ecossais Rectifié a retrouvée et d’étre particuliérement vigilants si nous ne voulons pas que, dans dix ans, nos Grands Prieurés soient devenus de nouvelles tours de Babel, avec perte de notre identité, de nos traditions et de notre doctrine'y...]. “ Nous avons également sorti un nouveau “ Cahier vert”, le n° 7, et nous espérons bien en sortir un tous les ans, Nous souhaitons que ces cahiers soient un lien entre tous les Fréres du Grand Prieuré des Gaules — et, pourquoi pas du Grand Prieuré d’Helvétie? Ce pourrait étre un bon instrument de formation tant historique que doctrinale. Nous publions dans ce numéro des planches symboliques mais nous commengons également la publication des Actes du Convent de Wilhelmsbad que nous continuerons dans les prochaines parutions. II y a dans ces extraits des indications trés précises sur la fagon dont les rituels des différents grades furent élaborés et nous nous aperce- vons que, dés 1782, des indications trés précises furent données a Jean-Baptiste Willermoz pour ce travail, ce qui va géner certains de nos détracteurs qui pensent qu'il y a eu d'innombrables versions de certains rituels, notamment du quatriéme... A ce propos, ce qui est tout a fait remarquable dans notre Régime, c'est lenchainement symbolique et doctrinal inclus du premier au sixiéme grade de l'Ordre. Il a en eux un véritable chemin initiatique, et nous sommes souvent tentés de faire un rapprochement entre leur efficacité et ce que nos anciens appelaient la “ maieutique ”. Mais notre role n’est-il pas d’étre des accoucheurs d Gmes? Les recherches sérieuses de Fréres tels qu’Edmond Mazet ont permis de retrouver tous les rituels authentiques de l’époque, et nous les avons réimprimés du premier au sixiéme grade. Nous possédons par conséquent le plus bel ensemble rituel des xvire et xixe siécles, ce qui, je Vespére, permettra @ nos Freres de trouver parmi nous les prémices d'une OX, PEIN véritable réalisation spirituelle. Cela est plus important qu'il n'y parait, car nous sommes, en France, entourés de Grands Prieurés irréguliers, aux effectifs relativement faibles certes, mais dont certains dirigeants connaissent admirablement notre Régime et ont entrepris depuis des années des recherches sur nos rites et notre histoire. Or, nombreux sont les Fréres de ces Obédiences qui, en arrivant chez nous, poussés par le désir de la régularité, furent trés dégus de trouver des Rituels et des pratiques ne correspondant pas du tout a ce qu’ils s‘attendaient légitimement 4 trouver. Si nous voulons un jour refaire Tunité du Rectifié en France, c'est en étant plus réguliers qu’eux-mémes que nous les attirerons. Or, la régularité, c'est d'abord un état d'esprit, jallais dire un état d’étre, mais c'est aussi la pratique de rituels authentiques. Ce n'est quiensuite que viennent les reconnaissan- ces [...]. “ Ce que nous souhaitons, par l'extension de notre Rite en France, c'est permettre aux profanes qui frappent a noire porte de trouver ce quiils désirent et gu‘aujourd’hui ils connaissent dans les grandes lignes en raison des nombreuses publications faites sur la Maconnerie en général et le Rectifié en particulier. I! nous faut remettre en action les vraies valeurs morales et spirituelles incluses tant dans nos rituels que dans les écrits de nos fondateurs, sans toutefois tomber dans le piége de Vimmobilisme. Depuis quelques années nous avons retrouvé de nombreux documents sur nos origines. Or, contrairement a ce qu affirment certains, rien n était figé dans la pensée de nos prédéces- seurs et c'est ce qui prouve que notre Régime est authentique et quil vit. Nous en donnerons pour preuve les documents que nous possédons sur V'ancienne Grande Profession, en provenance de la bibliothéque de Lyon, et ott il est dit expressément que la doctrine représente la somme des travaux de I'époque mais que rien ne s oppose a ce que de nouvelles connaissances y soient ajoutées par les générations futures. Voila donc le plus grand message d'espoir légué par notre Rite et qui ne peut que nous inciter au travail, a la recherche et surtout a la méditation. Et pour cela, comme le disait saint Paul : « Revé- tons-nous de toutes les armes de Dieu, pour nous défendre de toutes nos forces. ” Ok, 1 G