Vous êtes sur la page 1sur 5

SUJET 4: EDUCATION TRADITIONNELLE

Faite une étude des caractéristiques éducatives d’un conte de votre choix.

Le conte est une pure fiction. C'est un récit bref, écrit en prose ou en vers, souvent
merveilleux, dont la trame narrative est peu compliquée. Le conte débute généralement par une
formule d'ouverture, la plus célèbre étant « Il était une fois ». On y trouve une panoplie de
personnages : humains, animaux, objets personnifiés qui ne sont pas individualisés, puisqu'on ne
sait jamais de qui il s'agit exactement. Un conte est une histoire qui se transmet de bouche à oreille.
Dans tous les pays du monde, cette tradition orale fait partie de la mémoire collective. Au fil du
temps, ces contes traditionnels sont devenus des textes littéraires, rédigés par des écrivains.
Autrefois, le conte était caractérisé par la seule transmission orale. Au moment de la veillée,
des familles de paysans se réunissaient autour du feu pour conter ou écouter des récits. Ceux-ci se
transmettaient par le bouche à oreille.
En France, à partir du XVIe siècle, les colporteurs diffusent des livres populaires publiés
dans des collections à bas prix. La plus connue étant la « Bibliothèque bleue ». Ce phénomène
touche un large public non lettré. On y trouve des recettes, des conseils, des histoires simplifiées…
La structure répétitive de ces récits est facile à transmettre.
Le répertoire évolue lentement et ce n’est qu’au XIXe siècle que s’ajoutent à ces ouvrages,
des contes. En effet, le souci de préserver cette culture orale face à l’exode rural et
l’industrialisation favorise un regain d’intérêt pour ceux-ci. Dès lors, on collecte les contes
populaires dans les campagnes. Seuls leurs canevas sont notés, ce qui va laisser une large place à
l’interprétation du conteur. Ainsi, les contes existent depuis longtemps sous une forme écrite.
Aujourd’hui, en France, la pratique du conte a quasiment disparue. Elle ne reste vivace que dans les
pays où la culture orale est encore prévalent par rapport à celle de l’écrit. Le conte est devenu un
genre littéraire. Il est véhiculé par différents types de supports : la parole du conteur, l’imprimé, le
film, le dessin animé, qui permettent une prise de contact facile. Dans la culture occidentale, la
représentation du conte est souvent celle du conte merveilleux. On note un certain effet « prince
charmant ». Pourtant, il existe de nombreux autres contes comme les contes réalistes, facétieux,
d’animaux, énumératifs ou randonnées, philosophiques, étiologiques…Le conte paraît donc être un
outil privilégié pour aider les enfants à s'ouvrir sur le monde.
Dans les nouveaux programmes 2002, et dans le domaine d'activité « Découvrir le monde »,
il est mentionné que l'école maternelle offre à l'enfant la possibilité de dépasser son expérience
immédiate. L'enfant découvre que le monde ne se borne pas aux objets quotidiens et que les livres,
les documents audiovisuels ou numérisés lui ouvrent les portes d'univers plus lointains.
A partir d'albums, de photos, de films et d'images numériques, les enfants décrivent la
diversité des milieux et des modes de vie comme l’habitat, nourriture, vêtements, moyens de
transport, formes de végétation et de vie animale, en mettant en valeur ressemblances et différences.
Ici, notre sujet nous demande de faire une étude de caractéristiques éducatives d’un conte.
La réflexion de cette étude portera alors autour de cette problématique : Quel rôle joue le conte dans
le développement de la personnalité de l'enfant et de sa socialisation ? Est-ce qu’il y a vraiment des
caractéristiques éducatives du conte ? Toutes ces questions nous poussent à réfléchir, dans
lesquelles nous allons voir dans la première partie les différents types et fonctions des contes,
ensuite, notre étude se fera, dans la deuxième partie, sur un choix d’un conte et ses caractéristiques
éducatifs.
Dans cette première partie, concernant les différents types et fonctions des contes, il existe
différents types de contes. Il y a trois grandes catégories de contes. Ce sont les contes d'animaux qui
mettent en scène exclusivement les animaux, les contes proprement dits qui regroupent les contes
merveilleux, religieux, nouvelles, réalistes, de l'ogre dupé ainsi que les contes facétieux et
anecdotiques et les contes à formules.
Ensuite, les contes fantastiques, qui proches des contes de fées, jouent sur la confusion entre
l'ordre naturel et l'ordre surnaturel. Il existe également des contes philosophiques qui présentent des
situations proches du réel, des personnages familiers. Ces contes reflètent les idées philosophiques
de leurs auteurs dont le plus célèbre est sans doute Voltaire. On retrouve le conte noir, appelé aussi
le conte d'horreur. Il utilise la forme du conte tout en conservant une part de réalisme, en s'inspirant
des thématiques du genre noir. Un autre type de conte que l'on peut rencontrer est le conte
étiologique qui est un récit expliquant un phénomène de la vie ordinaire, par exemple, pourquoi la
mer est salée, et en le rapportant à une origine mythique ou fictive. C'est un type de récit très
fréquent dans la tradition orale. Cependant, de nombreux écrivains se sont saisis de ce genre. On
trouve le conte parodique qui détourne, voire inverse, le contenu mais aussi la structure et la morale
du conte traditionnel. Pour apprécier ce type de conte, le lecteur doit connaître le texte du conte
parodié afin qu'une véritable connivence s’établisse entre l'auteur et le lecteur. On retrouve
finalement le conte satirique qui se caractérise par l'amusement mais aux dépens d'une personne ou
de quelque chose. Il vise d'ailleurs à ridiculiser l'adversaire du héros.
Les contes ont différentes fonctions. Le conte a une fonction sociale car il ne peut qu'exister
que par l'échange et la communication. Le conte présente également une fonction psychologique
que l'on retrouve à travers l'imagination, la création et l'identification aux personnages. Il contient
une fonction pédagogique ou éducative.
A propos de la fonction des contes, les contes permettent aux enfants d’avoir la conscience
de l'existence d'une réalité extérieure, la réalité du conte coexiste avec leur réalité imaginaire. Les
enfants glissent progressivement vers l'abstraction et la pensée formelle, vers la distinction du réel
et de l'imaginaire. La sensibilité et l'imagination sont les instruments d'une relation au monde
extérieur et intérieur. Elles jouent un rôle majeur dans le développement de la première enfance.
L’enfant comprend intuitivement que, tout en étant irréelles, ces histoires sont vraies ; que ces
événements n'existent pas dans la réalité, mais qu'ils existent bel et bien en tant qu'expérience
intérieure et en tant que développement personnel ; que les contes de fées décrivent sous une forme
imaginaire et symbolique les étapes essentielles de la croissance et de l'accession à une vie
indépendante. Les contes n'aident pas les enfants en leur enseignant la réalité, mais en leur
permettant de fantasmer pour le plaisir. La peur des situations imprévues peut amener les jeunes à
prendre confiance en eux. Ainsi, les actions des personnages des contes permettent de servir de
modèles aux actions menées par les jeunes lecteurs. Le jeune enfant a besoin qu'on lui fasse
confiance. C'est précisément l'image que proposent plusieurs protagonistes des contes. En
s'identifiant à eux, l'enfant acquerra progressivement la confiance dont il a besoin pour évoluer dans
la société enfantine et au sein de la famille.
D'une manière générale, les monstres, les sorcières, les personnages effrayants ne sont que
des projections imaginaires des fantasmes que l'enfant porte en lui : peur d'être abandonné par ses
parents, peur d'être dévoré, peur de la rivalité fraternelle... A toutes ces angoisses, les contes sont
utiles en aidant les enfants à se projeter dans ces histoires qui, généralement, finissent bien. Malgré
toutes les épreuves, le conte avait une fin heureuse et l'enfant est alors rassuré. La peur peut donc
être dépassée, et comme le dit Bettelheim16, « Le déplaisir initial de l'angoisse devient alors le
grand plaisir de l'angoisse affronté avec succès et maîtrisée ».
La socialisation peut donc être perçue comme une sorte de processus d'entrée en société.
Les enfants découvrent les richesses et les contraintes du groupe auquel ils sont intégrés
Ceux-ci doivent être l'occasion, pour les enfants, de mettre en œuvre les règles communes de
civilité et de politesse. Une attention particulière sera apportée aux fondements moraux de ces
règles de comportement, tel que le respect de la personne et des biens d'autrui, de l'obligation de se
conformer aux règles dictées par les adultes ou encore le respect de la parole donnée à l'enfant. »
Dans cette seconde, nous allons voir les caractéristiques éducatives du conte du
pêcheur et du petit poisson. Un vieux pêcheur et sa vieille vivent dans une pauvre cabane au bord
de la mer. Un jour, le vieux, après plusieurs tentatives infructueuses, ramène dans son filet un petit
poisson d’or, qui s’adresse à lui d’une voix humaine et le prie de rejeter à la mer, lui promettant en
échange d’exaucer tous ses souhaits. Le vieux le libère sans rien exiger. Rentré chez lui il raconte
l’histoire à sa femme, qui traite d’imbécile de son mari et lui dit d’aller demander au poisson un
nouveau objet. Cela nous explique déjà qu’il y a des caractéristiques éducatives comme la
sympathie du pêcheur ; une fois que le poisson d’or avait entamé la négociation, le pêcheur était
d’accord tout de suite car pour une personne éduquée la négociation est une voie qui mène vers le
développement de la société. Dans ce cas, la femme du pêcheur traite son épouse d’imbécile, cela
veut dire que cette vieille femme n’est pas instruite. Elle n’avait jamais satisfait de ce que le
poisson leur a donné. Le vieux voulait respecter sa femme car il s’exécute et, retourné au bord de la
mer. De l’autre côté, le poisson a accepté la demande de la vieille femme pour respecter l’accord
déjà fait ente lui est le pêcheur. Mais à nouveaux la vielle critiquait violemment son mari et le
renvoie vers le petit poisson, pour réclamer une autre fois une autre chose. Le poisson était
d’accord. Pour la dernière fois, la femme n’avait jamais satisfait. Le vieux malheureux, énonce ces
exigences exorbitantes. Dans cette situation, on peut dire qu’elle est une vieille profiteuse. Le petit
poisson n’obtient pas de réponse, cette fois-ci, le petit poisson, sans dire un mot, d’un battement de
queue disparait dans les ondes, voyant qu’il n’obtient pas de réponse, alors, le vieux finit par rentrer
chez lui. A la place du palais, de la tsarine car elle devient une impératrice de Russie grâce au petit
poisson d’or et des serviteurs, il trouve leur pauvre cabane, sa vieille assise sur le seuil, et devant
elle le baquet à la lessive brisé.
Ce récit permet le développement de l’imagination. Il est aussi stimulé les émotions
et les sentiments comme il y a quelque fois la situation de la joie, la colère, la tristesse et
l’admiration. Car un récit a des caractéristiques éducatifs, c’est un moyen de réfléchir sur ce qui est
bien ou ce qui est mal. Il mêle réalité et fantaisie. Dans ce récit il y a la transmission des valeurs
comme la bonté, la justice, le respect, la loyauté, la compassion, la solidarité, l’amitié, le
dépassement. Il y a aussi la résolution de problème ou des conflits et diminuer les peurs.
Il avait aussi des valeurs éducatives, l’importance pédagogique et didactique facilite
la transmission du patrimoine culturel. Le conte promeut également le développement du langage et
contribue au développement psychologique des enfants. Il y a également l’élargissement du
vocabulaire pour les enfants qui lisaient souvent des contes. Ils ont appris de nouveaux modèles
expressifs, ils progressent ainsi dans la compréhension de formes de plus en plus complexes de
textes écrits. De plus, les contes favorisent le développement cognitif. Cela permet ainsi aux enfants
de transposer des situations lues dans les contes dans leur quotidien. Grace aux contes, les enfants
travaillent leur mémoire, améliorent leur attention et leur concentration. Ils améliorent aussi leur
organisation structurante et temporelle en les aidant à comprendre la séquence des événements

Pour conclusion, un pauvre pêcheur laisse la vie à un énorme poisson qu’il vient de capturer,
une barbue ; mais l’animal est en fait un prince, victime d’un enchainement. En retour de sa bonne
action, le pêcheur voit son vœu d’une vie meilleur réalisé. Mais rien n’est jamais suffisant pour sa
femme. En tant que élément éducatifs, lorsque les enfants sont adaptés à l’âge au niveau éducatif,
les contes assouvissement le désir des enfants de connaître et d’en savoir plus. Un conte est un
voyage dans l’inconnu. C’est un voyage qui vous invite à découvrir et à explorer au fur et à mesure
que vous grandissez et progressez. Le conte est fondamental pour le développement affectif,
émotionnel, intellectuel et linguistique des enfants.

Vous aimerez peut-être aussi