Vous êtes sur la page 1sur 66

République Tunisienne ‫الجمهورية التونسية‬

Ministère de l’Enseignement Supérieur de la ‫وزارة التعليم العالي‬


recherche scientifique
‫و البحث العلمي‬
Direction Générale ‫اإلدارة العامة للدراسات التكنولوجية‬
des Etudes Technologiques
Institut Supérieur ‫المعهد العالي للدراسات التكنولوجية بقفصه‬
des Etudes Technologiques de Gafsa
Département de Génie Civil GE11/J2 ‫قسم الهندسة‬
1

Projet de Fin d’Etudes


En vue de l’obtention du

Licence appliquée en Génie civil


Option : Bâtiment

Intitulé

Etude d’une structure en béton armé


D’un immeuble R+4 et sous-sol

Réalisé par

JRAD Amal DHAHRI Wissal

Soutenu le 07/07/2021 devant le jury composé de :

M. ……………………….. Président (ISET GAFSA)


M. ……………………….. Rapporteur (ISET GAFSA)
M. JBELI Sebti Encadreur (ISET GAFSA)

Soutenu le 07 Juillet 2021

1
Dédicaces
Je dédie cet ouvrage

A ma maman au ciel qui m’a soutenu et encouragé durant ces années d’études. Qu’elle

sent à son paradis le témoignage de ma profonde reconnaissance.

A mon père, mes frères, mes grands-parents et Ceux qui ont partagé avec moi tous les

moments d’émotion lors de la réalisation de ce travail. Ils m’ont chaleureusement supporté et

encouragé tout au long de mon parcours.

A ma famille, mes proches et à ceux qui me donnent de l’amour et de la vivacité.

A tous mes amis qui m’ont toujours encouragé, et à qui je souhaite plus de succès.

A tous ceux que j’aime.

Merci !

AMAL ......................................

Dédicaces
Je dédie ce projet  :

A ma chère mère,
A mon cher père,

2
Qui n'ont jamais cessé, de formuler des prières à mon égard, de me soutenir
et de m'épauler pour que je puisse atteindre mes objectifs.
A mes sœurs et frères : Rania, Aya, Omar et Youssef
Puisse Dieu vous donne santé, bonheur, courage et surtout réussite
A mes chers : Zoubeida zitouni , Jaafer zitouni , Aicha dhahri
Pour ses soutiens moral et leurs conseils précieux tout au long de mes études.
A ma chère binôme ,AMAL JRAD,
Tu es une découverte  !
, Lynda, Hayfa et Omar,
Pour leurs indéfectibles soutiens et leurs patiences infinies, je vous aime.
A toute ma famille,
A tous mes autres ami(e)s,

A tous ceux que j’aime et ceux qui m’aiment.

WISSAL  …………………………….

Remerciement 
On voudrait tout d’abord adresser toute ma gratitude à Monsieur JBELI SEBTI pour son
engagement, son aide et ses précieux conseils qu’il a sus transmettre tout au long de ce projet.
On tient à le remercier tout particulièrement pour son soutien durant tout ce projet.

on souhaite témoigner de la richesse de cette expérience au sien de l’ISET au travers d’un


corps professoral passionné, déterminé et qui a toujours su manifester son soutien. On
remercie toutes ces personnes qui ont contribué au renforcement de nos connaissances et qui
nous ont donné les outils indispensables à la poursuite de nos études.

3
On adresse nos sincères remerciements à tous les professeurs, intervenants et toutes les
personnes qui par leurs paroles, leurs écrits, leurs conseils et leurs critiques nous ont permis
de mener à bien notre travail.

Sommaire

INTRODUCTION GENERALE................................................................................................8
CHAPITRE I : PRESETATION PROJET ET CONCEPTION STRUCTURALE..................10
I.INTRODUCTION.............................................................................................................11
II. PRESENTATION DU PROJET....................................................................................11
1. Dimensions de l'ouvrage en plan................................................................................11
2. Dimensions de l'ouvrage en élévation........................................................................11
3. Description de l’immeuble :.......................................................................................12
III. CONCEPTION STRUCTURALE :..............................................................................13
1. Principe :....................................................................................................................13
2. Les Critères esthétiques :............................................................................................13
3. Les Critère économique :...........................................................................................13
IV.CHOIX DU TYPE DE PLANCHER :...........................................................................14
V. L’IMPLIMENTATION DES POTEAUX :...................................................................14
VI. CHOIX DES POUTRES :.............................................................................................15
VII...............................................................................................CHOIX DE FONDATION :
15
VIII...........................................................................LES ETAPES DE LA CONCEPTION :
15
CHAPITRE II : PRATIQUE DES LOGICIELS......................................................................17
I. CONCAPTION PAR LOGICIEL AUTOCAD.............................................................18
1. Les étapes de réalisation du plan de coffrage par Autocad........................................18
II. VERIFICATION DE CALCUL PAR LOGICIEL ARCHE  :......................................19
1. Principe de logiciel :...................................................................................................19
2. Exemple de saisie d’un poteau :.................................................................................20

4
III. LES LOGICIELS DE CALCUL DES MOMENTS ET DES EFFORTS
TRANCHANTS  :................................................................................................................21
1. Le logiciel PyBar :......................................................................................................21
Chapitre III : CARACTERISTIQUE DES MATERIAUX ET HYPOTHESE DE CALCUL.22
I. DEFINITION ET ASSOCIATION ACIER-BETON :..................................................23
II. LES CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX :.....................................................23
1. Le béton :....................................................................................................................23
2. L’acier :......................................................................................................................25
III. HYPOTHESE DE CALCUL :.......................................................................................27
1. Hypothèse générale (pour les deux états limites) :.....................................................27
2. Hypothèse de calcul à l’E.L.S :..................................................................................28
3. Hypothèse de calcul à l’E.L.U :.................................................................................28
Chapitre IV : EVALUATION DESCENTE DE CHARGE.....................................................29
I. INTRODUCTION.........................................................................................................30
II. CHEMINEMENT DES CHARGES PERMANENTES DANS UNE STRUCTURE  :
30
III. ÉVALUATION DES CHARGES PERMANENTES :.................................................31
1. Plancher terrasse : (Inaccessible sauf pour entretiens) :.............................................31
2. Plancher étage courant :.............................................................................................31
3. Dalle pleine :..............................................................................................................33
4.Maçonneries………………………………………………………………………………
5.L'acrotere………………………………………………………………………………….
II. EVALUATION DES CHARGES D’EXPLOITATIONS :.........................................149
Chapitre V : ETUDE D’UNE NERVURE...............................................................................29
I. INTRODUCTION :.....................................................................................................149
II. REDIMENSIONNEMENT DE LA NERVURE  :......................................................155
III. EVOLUTION DES CHARGES :................................................................................155
IV. CHOIX DE METHODE DE CALCUL:......................................................................155
V. APPLICATION DE METHODE DE CALCUL:........................................................155
1. Moments fléchissant maximaux sur appui :................................................................158
2. Moments maximaux en travées :.................................................................................158

Liste des figures


5
Figure 4 : Autocad 2018...........................................................................................................13
Figure 5 : Plan de coffrage........................................................................................................13
Figure 6: bibliothèque de logiciel Arche Effel Melody 2007...................................................14
Figure 7 : ..................................................................................................................................15
Figure 8 : ..................................................................................................................................15
Figure 9 : ..................................................................................................................................15
Figure 10 : ................................................................................................................................16
Figure 11 : Poutre en flexion....................................................................................................18
Figure 12 : Essai de compression sur une éprouvette normalisée (∅ = 16 cm ; l0 = 32 cm).....18
Figure 13 : Diagramme parabole-rectangle..............................................................................19
Figure 14 : Essai de traction pour l’acier..................................................................................20
Figure 15 : Diagramme de calcul la contrainte déformation de l’acier....................................21
Figure 16 : conservation de section après déformation............................................................22
Figure 17 : coupe plancher terrasse.................................................................................................25
Figure 18 : Coupe plancher étage courant........................................................................................26
Figure 19 : coupe de la dalle pleine..........................................................................................28
Figure 20 : Coupe verticale d’un mur extérieur.................................................................................29
Figure 21 : Coupe verticale d’un mur intérieur.................................................................................29
Figure 22 : Coupe verticale de l’acrotère……………………………………………………………………...30
Figure 23 : Caractéristique de la nervure …………………………………………………………………...33

Liste Des Tableaux


Tableau 1 : Description détaille de l’immeuble...................................................................................8
Tableau 2: Les étapes de conception...............................................................................................11
Tableau 3: Évaluation des charges permanente de plancher terrasse (16+5)............................................25
Tableau 4: évaluation des charges permanente de plancher terrasse (19+6).............................................26
Tableau 5 : évaluation des charges permanente de plancher courant (16+5)...........................27
Tableau 6 : évaluation des charges permanente de la dalle pleine...........................................28
Tableau 7: évaluation des charges permanente des murs extérieurs.........................................28
Tableau 8 : charge permanente mur de 15 cm...................................................................................29
Tableau 9 : Charge d’exploitation..................................................................................................30
Tableau 10 : Les moments maximaux en appui (E.L.U) .....................................................................35
Tableau 11 : Les moments maximaux en appui (E.L.S) .....................................................................36

6
INTRODUCTION  GENERALE

7
C’est grâce à ce projet que nous avons eu l’opportunité de cumuler les connaissances
théoriques avec celles de la pratique. Ceci permet également de rentrer dans la vie active et de
découvrir plus précisément le milieu professionnel.
Ce projet consiste à découvrir les outils pour dimensionner une structure en béton
armé : dans notre cas immeuble R+4 selon Le BAEL et à l'aide d'un logiciel spécialisé
dans les calculs des ossatures en BA : GRAITEC ARCHE .
Dans une première partie on présente le projet , ensuite les choix de conception,
puis on effectue le dimensionnement des éléments de la structure selon Le BAEL afin
d’établir une comparaison entre la calcul manuelle et celle de l’Arche , et enfin on compare
les résultats numériques avec ceux calculés manuellement…
L’élaboration de ce rapport a pour principale source nos connaissances acquises
tout au long de notre formation scolaire et de nos recherches personnelles.

8
CHAPITRE I 

PRESETATION PROJET ET CONCEPTION


STRUCTURALE

9
I. INTRODUCTION :
Ce travail consiste en l’étude d’un bâtiment R+4 avec sous-sol à usage bureautique et commerciale
situé à DOUALLI GAFSA, il comporte trois grandes parties :
 Le calcul de la descente de charge
 Le pré dimensionnement et le ferraillage manuellement des éléments principaux (nervure, poutre,
poteaux, semelle isolé, dalle pleine) et des éléments secondaires (escalier et acrotère)
 La vérification de calcul manuelle se fait par un logiciel de calcul Arche Effel Melody 2007
Tous les calculs sont effectués conformément aux règlements BAEL 91.
II. PRESENTATION DU PROJET :

Le projet est un complexe médical, composé d’un sous-sol qui est un parking et tous les autres étages
sont à usage bureautique sauf qu’il y’a un espace commercial au niveau de rez-de-chaussée.
Il est équipé par :
 un ascenseur existant du sous-sol au 4éme étage.
 un escalier simple existe seulement entre le sous-sol et le rez-de-chaussée et un autre à deux
volées parallèles et à un palier intermédiaire existant du rez-de-chaussée au 4éme étage.

1. Dimensions de l'ouvrage en plan 

Les dimensions du bâtiment en question sont :


Sens longitudinal ………..…….. L = 20 m
Sens transversal …………..…… l = 20.70 m
→ La surface totale occupée par l’immeuble est 366 m².
2. Dimensions de l'ouvrage en élévation 

Les différentes hauteurs sont :


Hauteur de l’acrotère ………………………. h a = 0.60 m
Hauteur des étages courants ……………….. h e = 3.00 m
Hauteur de rez-de-chaussée ……………...... hr = 3.50 m
Hauteur se sous-sol ……………………….. h s = 2.80 m
→ La hauteur totale de l’immeuble est 9.9 m.

10
1
.85

.55
.25 4.00 .25 1.70 .15 1.00 .25 2.00 .25 6.60

2
1
.0

0
5

4.1

.15
3
.00

.15

4.15

.60
.35

9.10
.95

3.95 .25 1.45 .15 3.50 .25 6.60 .25 3.70 .20
3
1
.2
1
.50
0

.15

2.35 .15 1.40 .25 5.10 .25 6.60 .25 3.70 .25
.6

5
0

1.1
2
.8

5
0

.1
0
.00
.60

2.4
.155

3.85 .25 1.45 .25 1.45 .25

4.05
3.00
7
.90

4.75

9.05

3.80 .25 1.45 .25 .80


.25
.1
1 5
.00

14.25
3.00
.15

1.95 .25 1.55 .25 2.00 .25 3.75 .25 4.00 .25 1.25 .30
.60

1.20
.55

5
.2

.2

.2

2.45 1.55 .75 1.00 1.00 3.25 .75 1.00 .25 2.20 .60 1.20 .25

16.25

Figure 1.2 Plan de Rez-de-chaussée

Figure 1.3 Vue en 3D du


bâtiment

3. Description de
l’immeuble :

Tableau 1 : Description détaille de l’immeuble


Etage Description

Les quatre étages son à usage bureautique


Chaque étage comporte :
Du premier au 4éme étage  8 bureaux d’une superficie varient entre 8.85 m2 et 22 m2, 4
attentes, 4 cuisines et 4 salles d’eau
 Un ascenseur et un escalier
11
 Un patio (4 m2) placée en arrière centre du bâtiment, permettant
l’aération et l’éclairage naturel
Il comporte :
 3 bureaux avec 2 attentes, une cuisine et 2 salles d’eaux
Rez-de-chaussée  Une réception
 Une salle de stérilisation : c’est une salle dans laquelle on
stérilise des matériels
 Une loge gardien
 Un espace commerciale qui occupe un espace de 54.41 m2
 Un ascenseur et 2 escaliers
C’est un dépôt comporte :
Sous-sol
 Un ascenseur et un escalier.

III. CONCEPTION STRUCTURALE :

La conception est la phase la plus importante du projet, en effet c’est là où se manifeste l’esprit de
l’ingénieur, qui consiste à respecter les contraintes architecturales et financières tout en assurant la stabilité,
la sécurité et le bon fonctionnement de la structure. Le choix des éléments de la structure doit être de façon
judicieuse mettant en relief l’ensemble des contraintes.

1. Principe :

La conception de l’ossature demeure, pour toute étude d’un projet, la phase décisive qui touche la
stabilité, le coût de revient et la qualité du bâtiment
Elle est réalisée sur la base de plusieurs critères à savoir :

2. Les critères esthétiques :

 Respecter l’esprit architectural


 Respecter la disposition des différents étages les uns par rapport autres et les espaces entre les
locaux.
 Eviter d’avoir des poteaux à l’intérieur, et dans les ouvertures (portes, fenêtres)
 Eviter d’avoir des poutres avec des retombées importantes.
3. Les critères économiques :

● Minimiser le nombre de poteaux


● Minimiser la portée des poutres et des nervures
Nous allons essayer de présenter les principales règles et critères d’une bonne conception :
IV. CHOIX DU TYPE DE PLANCHER :

 Planchers à corps creux (16+5) et (19+6) :

Ces types de plancher sont les plus employé en


Tunisie car :
Les avantages ● Solution économique
. ● Plancher relativement léger
12 œuvre facile
● Mise en
● Ne nécessite pas des gros engins de levage
Ce type de plancher est constitué par :
 Des nervures : reposant de part et d’autre sur les poutres et qui sont coulés sur place.
 Une chape de béton : c’est la dalle qui permet la transmission et la répartition des charges aux
nervures qui sont coulées aussi sur place.
 Des corps creux : utilisés comme coffrage perdu.

 Dalles pleines :

On a opté pour le plancher de sous-sol une dalle pleine pour les raisons suivantes :
Le sous-sol est un parking dans il y’a un risque d’incendie et la dalle pleine est la meilleur solution
dans cette cas car elle résiste au feu jusqu’à 2 heures alors que le plancher corps creux ne dépasse pas une
demi-heure.
V. L’IMPLANTATION DES POTEAUX :

L’emplacement des poteaux est une tâche plus problématique ; en effet les poteaux doivent être
implantés de telle sorte qu’ils ne nuisent pas l’architecture qui doit être absolument respecté. D’où il est
déconseillé de placer un poteau au milieu d’un passage ou d’une fenêtre ou à l’intérieure d’une pièce. Les
poteaux sont inscrits au mieux dans les doubles cloisons ou à niveau des croisements entre cloisons. Ce
travail demande un effort d’imagination complexe et une analyse minutieuse de la structure projetée.
VI. CHOIX DES POUTRES :

Une fois qu’on fixe l’emplacement des poteaux, on choisit l’emplacement des nervures qui sont
toujours parallèle à la petite portée de plancher. Par la suite, les poutres se sont les éléments de structures
porteurs de charges qui se situent perpendiculairement avec les nervures.
VII. CHOIX DE FONDATION :

Généralement le choix de type de la fondation dépend des critères suivants :


 Caractéristique du sol
 Charge de bâtiment
 Considération économique
 Espacement entres les poteaux.
Dans notre cas on a choisi les systèmes suivants :
 Semelles isolées sous poteaux.

VIII. LES ETAPES DE LA CONCEPTION :

Notre conception est faite sur ces étapes :


Tableau 2 : Les étapes de conception
 Etape : Le choix de l’emplacement possible des poteaux est effectué tout
Optimisation des points porteurs en essayant d’éviter au maximum d’avoir un grand nombre des
poteaux sur tout lorsqu’ils sont proches les unes aux autres et des
poteaux naissantes.
 Etape : Nous avons choisi un sens de nervure qui répond aux besoins
13
Optimisation de poutres –nervures économique.
Au même temps, nous avons essayées de minimiser les portés des
poutres (5 m au maximum) pour éviter l’apparence des
retombées.

 Etape : La dernière étape consiste à nommer les éléments structuraux et


Etablissement des plans faire le pré-dimensionnement nécessaire.

CHAPITRE II 

PRATIQUE DES LOGICIELS

14
I. CONCEPTION PAR LOGICIEL AUTOCAD :

À l'aide de l’AUTOCAD qui est un logiciel de dessin et de conception assistée par ordinateur qui
prend en charge la création de graphiques 2D et 3D nous réalisions des différents plans. A partir de plan
d’architecture on créer des différents plans tels que le plan d’implantations, de fondations, de coffrage et de
ferraillage.

Figure 4 : Autocad 2018


1. Les étapes de réalisation du plan de coffrage par Autocad :

Pour faire un plan de coffrage il faut suivre les étapes suivantes


On prend le plan d’Architecte et on trace sur ce dernier :
- Les poteaux : Eviter d’avoir des poteaux à l’intérieur, et dans les ouvertures (portes, fenêtres)
- Les poutres : on décale le mur à l’intérieur de local de 1.5 cm
pour l’enduit.

Figure 5 : Plan de coffrage


Après on trace :
- Le sens des nervures pour les dalles : suivez la direction de la portée et l’épaisseur de la dalle
hourdis, et les dalle pleine.
- Les axes, et les cotations.
- Symbolisation et dimensionnements

Dans notre plan on symbolise les éléments par des lettres :


• Pour le poteau on le symbolise par la lettre P
• Pour la poutre on le symbolise par la lettre A
• Pour le raidisseur on le symbolise par la lettre R
15
• Pour la semelle on le symbolise par la lettre S

II. VERIFICATION DE CALCUL PAR LOGICIEL ARCHE :

1. Principe de logiciel :

Depuis sa sortie commerciale en 1993, Arche s’est imposé comme le logiciel de référence pour la
conception et le dessin des bâtiments en béton armé.
Dédié au calcul de bâtiments en béton armé, Arche permet de pré dimensionner les structures et de
mener simultanément des calculs de descentes de charges, contreventements et analyses sismiques.
Pour chaque élément de structure, Arche automatise également la production des plans de ferraillage et
des notes de calcul.
Arche est composée d’une bibliothèque de 12 modules : Arche dalle, Poutre, Poteau, Semelle, Paroi
fléchie, Arche voile, Mur de soutènement, Longrine. Et des autres outils.

Figure 6 : Bibliothèque de logiciel Arche Effel Melody 2007

2. Exemple de saisie d’un poteau :

Pour saisir un élément en béton armé sur Arche il faut suivre les étapes suivantes :
 Données géométriques :
La forme du poteau, sa section, sa hauteur, et ses longueurs de flambement dans les deux directions
sont données en haut à gauche de la fenêtre de Arche Poteau, ou bien dans le menu Hypothèses /
Géométrie :

16
• Les caractéristiques de la poutre et du poteau du dessus sont modifiables par l’icône ou depuis le
menu Hypothèses / Géométrie / Extrémité :

 Chargements :

Le chargement se fait par le menu Hypothèses / Charges / Torseur, ou bien par l’icône

 Les hypothèses de calcul :

• Les hypothèses de béton armé sont disponibles par l’icône ou par le menu Hypothèses / béton
armé.
• Le calcul au feu

17
• Finalement, s’il n’y a pas des erreurs on clique sur Affichage / Plan interactif pour obtenir
les résultats de ferraillage.

III. LES LOGICIELS DE CALCUL DES MOMENTS ET DES EFFORTS TRANCHANTS :

1. Le logiciel PyBar :

18
CHAPITRE III 

CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ET HYPOTHESE DE


CALCUL

I. DEFINITION ET ASSOCIATION ACIER-BETON :

Le béton armé correspond à un mariage judicieux de matériaux aux caractéristiques complémentaire.


On associe l’acier au béton pour :
 Reprendre les efforts de traction car ; Le béton résiste mal à la traction, en revanche l’acier résiste
aussi bien en traction qu’on compression, le béton armé a pour principe d’insérer des sections
d’aciers dans les zones tendues du béton
 La fragilité de béton
 L’acier permet de prévenir les ruptures.

Figure 7 : Poutre en flexion.


II. LES CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX :

Les caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés dans la construction seront conformes aux
règles techniques de conception et de calcul des structures en béton armé du BAEL 91.

1. Le béton :

 La résistance :
19
 f c28 : résistance caractéristique du béton à la compression à 28 jours

Figure 8 : Essai de compression sur une éprouvette normalisée (∅ = 16 cm ; l0 = 32 cm)


σ
La résistance du béton est obtenue à la rupture par f c28 = 28
1.15
→ Pour un béton classique fabriqué sur chantier f c28 = 22 MPa = 220 Kg / cm2.
 f t 28: résistance caractéristique du béton à la traction à 28 jours
La valeur de la résistance de béton à la traction est donnée par la formule suivante :
f t 28= 0.6 + 0.06× f c 28 = 1.92 MPa = 19.2 Kg / cm2.
On a :
f c28 = 220 Kg / cm2 ¿ f t 28 = 19.2 Kg / cm2 ; c’est pour cela on dit que le béton travaille bien à la
compression qu’on traction.
 Module de déformation :
 Instantanée pour j ≤ 28 jours :
E i j = 11000√3 f c j = 30822.43 MPa
 A long terme (vieux béton) :
Ei j
Evj = = 10274.14 MPa
3
→ Le vieux béton perdre le 1/3 de son élasticité lorsqu’il est jeune
 Contrainte de calcul :

Figure 1 : Diagramme parabole-rectangle.


Le béton travaillera au maximum à partir d’une contrainte σ c = f bu
0.85× f c28
→La contrainte de calcul de béton : f bu = = 12.47 MPa
γb
Avec : γ b coéficient de sécurité vaut 1.5 pour les combinaisons fondamentales.

 Retrait de béton :
C’est la dilatation du béton en fonction de climat et la région où se trouve le bâtiment.

20
2. L’acier :

 Caractéristique géométrique  :
• Rond lisse (RL) :
Ce sont des aciers doux et de surface lisse.
Les diamètres disponibles sont : ∅ = 6 mm
• Haute adhérence (HA) :
Ces armatures de longueur 12 m, ont leur surface marquée par des crénelures de façon à assurer une
meilleure adhérence avec le béton.
Les diamètres disponibles sont :
∅ = 8 ; 10 ; 12 ; 14 ; 16 utilisés dans la construction des bâtiments
∅ = 20 ; 25 ; 32 ; 40 utilisés dans la construction des ponts,…
• Treillis soudés (TS) :
Ce sont des armatures soudés anti-fissuration pour la dalle de compression
∅=5
2
π ×∅
Par la suite on a, A = avec A est la section d’acier exprimée en cm2
4
 Caractéristique mécanique  :
Pour l’acier sa résistance à la compression et à la traction sont les mêmes.

Figure 9 : Essai de traction pour l’acier


 E s : Module d’élasticité 
On a d’après la loi de Hooke :
σ s=E s × ε s
Avec E s: constante, la pente de la droite appelée module d’élasticité ou module de Young vaut pour un
acier classique 2.105 MPa.

 f e : Limite d’élasticité garantie


D’après la courbe, on remarque qu’il y’a une valeur limite entre la zone élastique et la zone plastique
appelée limite d’élasticité f e c’est la résistance haut de laquelle l’acier devient plastique.
Pour les armatures :
• RL { FeE 215 ; f e=215 MPa

4T
• {
HA FeE 400 ; f e =400 MPa=
cm2
 Contrainte de calcul :
En pratique le diagramme de contrainte déformation de l’acier est remplacé par un diagramme de
calcul prenant en considération l’aspect de sécurité :
21
Figure 10 : Diagramme de calcul la contrainte déformation de l’acier.
Dans le calcul on remplace f e par une contrainte de calcul f ed
fe
f ed = = avec γ s le coefficient de sécurité de l’acier vaut 1.15 dans les cas générales.
γs
 Adhérence  :
On peut définir la valeur d’adhérence par 2 coefficients :
 Coefficient de fissuration : ɳ = 1 pour RL
ɳ = 1.6 pour HA
 Coefficient de scellement : ѱ s = 1 pour RL
ѱ s = 1.5 pour HA
3. Le sol :
- L’enrobage des armatures égal à 5 cm
- La fissuration sera considérée comme très préjudiciable. (FTP)
- La résistance du sol égale à : 𝝈𝒔𝒐𝒍 = 2.5 𝒃𝒂r

III. HYPOTHESE DE CALCUL :

1. Hypothèse générale (pour les deux états limites) :

 Principe de Navier-Bernoulli : la section plane, reste plane et conserve les mêmes dimensions au
cours et après déformation.
 La traction est nulle dans le béton
 Déformations relatives égales : c’est-à-dire même déformation dans les deux matériaux par
adhérence.

22
Figure 11  : conservation de section après déformation.

2. Hypothèse de calcul à l’E.L.S :

∆l
• La loi de Hooke est applicable : σ =E × ε=E ×
l
• Le rapport entre le module d’élasticité de béton et le module d’élasticité de l’acier égale 15
Es
=15
Eb
• La contrainte limite de compression du béton est limitée :
σ´bc=0.6× f c28

3. Hypothèse de calcul à l’E.L.U :

0.85× f c28
• La contrainte limite de compression du béton est limitée : f bu=
θ× γ b
• Le raccourcissement de béton est limité à :
2 % 0 en compression
3.5 %0 en flexion

• L’allongement de l’acier est limité à 10 % 0.

23
CHAPITRE IV 

EVALUATION DESCENTE DE CHARGE

I. INTRODUCTION :
L’évaluation des charges et surcharges consiste à calculer successivement pour chaque élément
porteur de la structure, la charge qui lui revient à chaque plancher et ce jusqu’à la fondation. Les différents
charges et surcharges existantes sont :
 Les charges permanentes G (Charges fixes) :
Elles sont constituées essentiellement du poids propre des éléments constituant la structure et du
poids des équipements nécessaires au fonctionnement de l’ouvrage (maçonneries et étanchéité…).
 Les surcharges d’exploitation Q (Charges variables) :
Les charges d’exploitation sont définies par catégorie d’utilisation des locaux.
La structure composée de tous les éléments porteurs est appelée système porteur. Il correspond à la squelette
du bâtiment. Le reste constitue l’enveloppe du bâtiment. Il existe trois familles d’éléments porteurs
- Les porteurs horizontaux (Planchers ou dalles, poutres).
- Les porteurs verticaux (Poteaux, murs ou voiles).
- Les fondations.
II. CHEMINEMENT DES CHARGES PERMANENTES DANS UNE
STRUCTURE :

24
DALLE (KN/)
Charge supporter par la dalle Poids propre de la dalle

POUTRE (KN/N)
charge transmis par la dalle Poids propre de poutre

POTEAU (KN)
Charge transmis par la dalle Poids propre de la poutre Poids propre poteau

SEMELLE (KN)
Poids propre poteau Charge niveau superieur

SOL (KN/)
Poids propre semelle Charge niveau superieur

III. ÉVALUATION DES CHARGES PERMANENTES :


La détermination des différentes valeurs de ces charges sera basée sur les coupes détaillées ci-
dessous :

1. Plancher terrasse : (Inaccessible sauf pour entretiens)

La terrasse est inaccessible et réalisée en plancher à corps creux surmonté de plusieurs couches de
protection en forme de pente facilitant l’évacuation des eaux pluviales.

Figure 12 : coupe plancher terrasse


On a, la charge G = ρ BA ×e
 ρ BA: Poids volumique de béton armé
 e : l’épaisseur de l’élément
→ D’où le tableau suivant :
Tableau 13 : Évaluation des charges permanente de plancher terrasse (16+5).

25
N° Eléments Epaisseurs Poids volumique Charges
(m) [KN/m3] [KN/m2]
1 Gravillon de protection 0.05 17 0.85
2 Etanchéité multicouche 0.02 6 0.12
3 Forme de pente 0.1 22 2.2
4 Dalle en corps creux (0.16+0.05) 13.8 2.9
5 Enduit sous plafond 0.02 22 0.44
6.51

  On a aussi des planchers en corps creux d’épaisseur 25 cm.


N° Eléments Epaisseurs Poids Charges
(m) volumique [KN/m2]
[KN/m3]
1 Gravillon de protection 0.05 17 0.85
2 Etanchéité multicouche 0.02 6 0.12
3 Forme de pente 0.1 22 2.2
4 Dalle en corps creux (0.19+0.06) 13.6 3.4
5 Enduit sous plafond 0.02 22 0.4

6.97

Tableau 1: évaluation des charges permanente de plancher terrasse (19+6)

2. Plancher étage courant :

Figure 13 : Coupe plancher étage courant


 Pour les planchers d’épaisseur 21 cm :
Tableau 2: évaluation des charges permanente de plancher courant (16+5)
N° Eléments Epaisseurs Poids volumique Charges
(m) [KN/m3] [KN/m2]
1 Revêtement carrelage 0.02 22 0.45
2 Mortier de pose 0.02 20 0.4
3 Lit de sable 0.02 18 0.36
4 Dalle en corps creux (0.16+0.05) 13 2.9
5 Enduit sous plafond 0.02 22 0.4

26
6 Cloisons de séparation _ _ 1
interne
5.51

 Pour les planchers d’épaisseur 25 cm :


N° Eléments Epaisseurs Poids volumique Charges
(m) [KN/m3] [KN/m2]
1 Revêtement carrelage 0.02 22 0.44
2 Mortier de pose 0.02 20 0.4
3 Lit de sable 0.02 18 0.36
4 Dalle en corps creux (0.19+0.06) 13 3.25
5 Enduit sous plafond 0.02 22 0.4
6 Cloisons de séparation _ _ 1
interne
5.89

3. Dalle pleine :

Figure 2 : coupe de la dalle pleine


Tableau 3 : évaluation des charges permanente de la dalle pleine.
N° Eléments Epaisseurs Poids volumique Charges
(m) [KN/m3] [KN/m2]
1 Revêtement carrelage 0.02 22 0,44
2 Mortier de pose 0.02 20 0.4
3 Lit de sable 0.02 18 0.36
4 Dalle pleine en béton 0.20 25 5.25
5 Enduit sous plafond 0.02 22 0.44
6 Cloisons légers - - 1
7.9

4. Maçonneries :

 Murs extérieurs : Pour les murs de 25 cm, on utilise un mur simple cloison avec une brique de 12 trous
sur plat.
N° Eléments Epaisseurs Poids volumique Charges
(m) [KN/m3] [KN/m2]
1 Enduit en ciment 0.025 20 0.5
2 Brique creuse 0.2 - 0.9
3 Enduit en ciment 0.025 20 0.5
4 Mortier de pose 0.02 20 0.4
27
2.3

Tableau 6 : évaluation des charges permanente des murs extérieurs

Figure 3 : Coupe verticale d’un mur extérieur

 Murs intérieurs : Pour les murs de 15 cm, on utilise un


mur simple cloison avec une brique de 8 trous à plat.
Tableau 4: charge permanente mur de 15 cm
N° Eléments Epaisseurs Poids volumique Charges
(m) [KN/m3] [KN/m2]
1 Enduit en ciment 0.025 22 0.45
2 Brique creuse 0.1 9 !!!!!!!!!!!!
3 Enduit en ciment 0.025 22 0.45
4 Mortier de pose 0.02 20 0.4
2.2

Figure 4 : Coupe verticale d’un mur intérieur.

5. L’acrotère :
La charge permanente de l’acrotère est déterminée comme suit :
0.03× 0.1
S = (0.1x0.6) + (0.1x 0.1) -
2
= 0.0685 m2
• G1 = ρ BA ×e

→G1 = 0.0685 x 25 = 1.7125 KN/m.


• Charge de l’enduit en ciment :
G 2 = 0.02x20 = 0.4 KN/m.
Donc: G ac = 1.7125 +0.4 = 2.1125 KN/m. Figure : Coupe verticale de l’acrotère

IV. ÉVALUATION DES CHARGES D’EXPLOITATIONS :

28
Tableau : Charge d’exploitation
Eléments Surcharges

 Plancher terrasse inaccessible 1 KN/m 2


 Plancher étage courant (Bureaux) 2.5 KN/m2
 Espace commerciale 5 KN/m 2
 Les escaliers 2.5 KN/m2
 Balcons 3.5 KN/m 2
 Sous-sol (stockage) 4 KN/m2

CHAPITRE V 
ETUDE D’UNE NERVURE

29
I. INTRODUCTION :
Une nervure est une poutre en T travaillant à la flexion simple destinée à supporter les charges permanentes
et d’exploitations, ainsi que son poids propre et les transmettes aux poutres.
Comme exemple de calcul, nous avons choisi une nervure continue à 4 travées avec porte à faux du plancher
de premier étage, qui est un étage à usage bureautique : comme le montre la figure suivante

La nervure est schématisée comme une poutre continue à 4 travées avec console, soumise à une charge
uniformément repartie :

Figure : Schéma mécanique de la nervure par le logiciel RDM 6

II. REDIMENSIONNEMENT DE LA NERVURE :


La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l'âme b 0 sont imposées par le type des corps
creux à savoir :
D’après le BAEL la hauteur du plancher doit vérifier la condition suivante : Lmax
 Lmax : La portée maximale entre axe. h≥
22.5
 h : Hauteur du plancher
Lmax 530
→h≥ = =23.55 cm
22.5 22.5
Soit la hauteur h = 25 cm : Donc on adoptera des planchers à corps creux avec une hauteur de (19+6)
 19 cm : hauteur du corps creux.
 6 cm : hauteur de la dalle de compression.
Le plancher corps creux (19+5) se caractérise par :
Largeur de la table de compression : B = 33 cm
Hauteur de la table : h0 = 6 cm
Largeur de l’âme : b0 = 7cm
30
Hauteur de l’âme : H-h0 = 19 cm

Figure 5 : Caractéristique de la nervure

III. DETERMINATION DES CHARGES :


Au premier étage on a :
G = 5,89 KN/m² Q = 2,5 KN/m²
 Charge permanente appliqué sur la nervure :
g = G x 0,33 = 5,89 x 0,33 = 1,94 KN/m
 Charge d’exploitation appliquée sur la nervure :
q = Q x 0,33 = 2,5 x 0,33 = 0,82 KN/m
 A l’état Limite Ultime (E.L.U) :
Pu = 1,35 x g + 1,5 x q = 1,35 x 1,94 + 1,5 x 0,82 = 3,85 KN/m
 A l’état Limite Service (E.L.S) :
Ps = g + q = 1,94 + 0,82 = 2,76 KN/m

IV. CHOIX DE METHODE DE CALCUL :

Condition (1) : Q ≤ 2G →2,5 KN/m² ≤ 11,08 KN/m²


Q ≤ 5KN/m² → 2,5 KN/m² ≤ 5 KN/m²
⟹ √érifier
Condition (2): Fissuration peu préjudiciable ⟹ √érifier
Condition (3): L'inertie de la poutre est constante dans les 5 travées ⟹ √érifier
Condition (4): Les portes doivent vérifie :
L
0.80 ≤ 1 ≤ 1.25
L2
4.15
0.80 ≤ ≤ 1.25
5.30
0.80 ≤ 0.78 ≤1.25
⟹ Non vérifier
Si la première condition est vérifiée et l’une ou bien les autres conditions ne sont pas vérifiées.
→ On utilise la méthode de Caquot minorée.
Remarque :
 Si la condition une n’est pas vérifiée, donc on utilise la méthode de Caquot.
 La différence entre Caquot et Caquot minorée : le calcul par les 2 méthodes est identique sauf que :

31
Dans la méthode de Caquot minoré : le calcul des moments sur les appuis se fait en multipliant la charge

permanente par un rapport ( 23 ); C’est pour cela on dit minorée.


Ainsi que, dans la méthode de Caquot on ne minore pas les charges.

V. APPLICATION DE LA METHODE DE CALCUL :

• l’i =li pour les travées de rive sans porte-à-faux


• l’i =0,8 li pour les travées intermédiaires
2
• g’= g (pour les moments sur appuis).
3
1. Moments fléchissant maximaux sur appui :
Pour que le moment en appui soit maximal, il faut que cet appui soit chargé de deux cotés.
On calcule le moment en appui par la formule suivante :

−Pw .l ' w ᶾ + Pe . l ' e ᶾ


Mi=
 8,5 .(l' w+l' e)
A L’ETAT LIMITE ULTIME (E.L.U) :

Appui A =0; Alors on calcul sur les appuis B, C, D et E.


 Appui B :

Q Q
G
A B C D E
• On a : 𝑙𝑤 = 4.15𝑚 Donc 𝑙′𝑤 = 4.15 m
On a : 𝑙𝑒 = 5.30 𝑚 Donc 𝑙′𝑒 = 5.30× 0,8 = 4.24 m (puisque c’est une travée intermédiaire).

2
• Pw = 1, 35 x ×G + 1, 5 x Q
3
2
= (1, 35 × × 1.94) + (1, 5 x 0.82)
3
= 2.98 KN/m

2
• Pe = 1,35× ×G + 1,5× Q
3
2
= (1,35 × ×1.94) + (1,5 x 0.82)
3
= 2.98KN/m

Pw . l' w ᶾ + Pe .l ' e ᶾ −2.98. 4.153+ 2.98. 4.243


→ MB ¿−
8,5 . ( l ' w+l ' e )
=
8.5 . ( 4.15+ 4.24 )
=¿ - 6.17 KN.m

32
 Appui E :

Pu ×l 2 −3.85× 12
ME ¿− = =¿ - 1.925 KN.m
2 2
On termine les autres appuis de même façon et on résume les résultats dans le tableau suivants.
Tableau : Les moments maximaux en appui (E.L.U)
Appui Moment maximal en appui (KN.m)
A 0
B -6.17
C -6.12
D -4.64
E -1.925

 A L’ETAT LIMITE SERVISE (E.L.S) :


 Appui B :

• On a : 𝑙𝑤 = 4.15𝑚 Donc 𝑙′𝑤 = 4.15 m


On a : 𝑙𝑒 = 5.30 𝑚 Donc 𝑙′𝑒 = 5.30× 0,8 = 4.24 m (puisque c’est une travée intermédiaire).

2
• Pw = ×G + Q
3
2
= × 1.94 + 0.82
3
= 2.11 KN/m

2
• Pe = ×G +Q
3
2
= ×1.94 + 1,5 x 0.82
3
= 2.11 KN/m

Pw . l' w ᶾ + Pe .l ' e ᶾ −2.11 ×4.153 +2.11 × 4.24 3


→ MB ¿−
8,5 . ( l ' w+l ' e )
=
8.5 . ( 4.15+ 4.24 )
=¿ - 4.37 KN.m

 Appui E :

Ps ×l 2 −2.76 ×12
ME ¿− = =¿ - 1.38 KN.m
2 2

On termine les autres appuis de même façon et on résume les résultats dans le tableau suivants.
Tableau : Les moments maximaux en appui (E.L.S)
Appui Moment maximal en appui (KN.m)
A 0
B -4.37
C -4.34
D -3.28
E -1.38

2. Moments maximaux en travées :

33
Pour que le moment en travée soit maximal, il faut que cette travée soit chargée et tous les autres travées
sont déchargées.
On calcule le moment en appui par la formule suivante :

x x Pu . x
( )
M ( x )=μ ( x ) + M w 1−
li
+Me.
li Avec μ ( x )=
2
.(l i−x)

M(x) : Le moment fléchissant dans une travée.


(𝑥) : Le moment fléchissant dans la travée isostatique.
𝑙ᵢ : La portée de la travée.
P : la charge répartie.

 A L’ETAT LIMITE ULTIME (E.L.U) :

 Travée 1 : (4.15 m)

Q
G
A B C D E

• Mw = 0 KN.m
Me = -6.17 KN.m
• Pu = 3.85 KN/m
Pu . x
• μ ( x )= .(l i−x)
2

(4.15−x )
= 3.85 x×
2
=7.99 x - 1.93 x2
x x
( )
→ M ( x )=μ ( x ) + M w 1− + M e .
li li
x
(
¿ 7.99 x−1.93 x 2 +0+ −6.17 ×
4.15 )
¿ 6.82 x−1.93 x 2 + 1.49 x
= 8.31 x – 1.93 x2
Il suffit de dériver cette équation de second ordre pour déterminer la distance max x dans la travée où le
moment est maximal.

d M ₁(x)
=0
dx
M t 1 ( x ) =8.31 x−1.93 x 2
d M t 1 ( x )=8.31−1.93 ×2 x=−8.31+3.86 x
On cherche x :
8.31
→ xmax = =2.15 m
3.86
On remplace x dans l’équation de moment en travée :
M t 1 ( x ) =8.31 x−1.93 x 2
x = 2.15 m
→ M t 1(max ) ( x )=8.31 ×2.15−1.93 ×2.152
= 8.95 KN.m
34
On refait le même calcul pour les autres travées, les résultats sont résumés dans le tableau ci-dessus :
Tableau : Les Tableau : Les moments maximaux en travées en (E.L.U)
T1 T2 T3 T4

xmax (m) 1.26


1.77 2.60 2.64
-1.44
M Tx(max) (KN.m) 5.44 7.33 7.38

 A L’ETAT LIMITE SERVICE (E.L.S) :

 Travée 1 : (4.15 m)

• Mw = 0 KN.m
Me = -4.37 KN.m
• Ps = 2.76 KN/m
Ps . x
• μ ( x )= .(l i−x )
2

(4.15−x )
= 2.76 x×
2
= 5.727 x - 1.38 x2
x x
( )
→ M ( x )=μ ( x ) + M w 1− + M e .
li li
x
(
¿ 5.727 x−1.38 x2 +0+ −4.37 ×
4.15 )
¿ 5.727 x−1.38 x2 + 1.05 x
= 6.777 x – 1.38 x2
Il suffit de dériver cette équation de second ordre pour déterminer la distance max x dans la travée où le
moment est maximal.

d M ₁(x)
=0
dx
M t 1 ( x ) =6.777 x−1.38 x 2
d M t 1 ( x )=6.777−1.38 ×2 x=−6.777+ 2.76 x
On cherche x :
6.777
→ xmax = =2.45 m
2.76
On remplace x dans l’équation de moment en travée :
M t 1 ( x ) =6.777 x−1.38 x 2
x = 2.45 m
→ M t 1(max ) ( x )=6.777 × 2.45−1.38 ×2.452
= 8.32 KN.m
On refait le même calcul pour les autres travées, les résultats sont résumés dans le tableau ci-dessus :
Tableau : Les moments maximaux en travées en (E.L.S)
T1 T2 T3 T4

xmax (m) 1.26


1.70 2.65 2.68
-1.11
35
M Tx(max) (KN.m) 3.94 5.31 3.89

 Les courbes de moments :


 à l’E.L.U :

Figure : La courbe de moments fléchissant à l’E.L.U par le logiciel RDM 6


 à l’E.L.S :

Figure : La courbe de moments fléchissant à l’E.L.S par le logiciel RDM 6

3. Effort tranchant maximal :


V = Pu x l = 3.85 x 1,01 = 3.89 KN/m
On charger les deux travées adjacentes de l’appui Pour calculer l’effort tranchant. La valeur de l’effort
tranchant est donnée par les formules suivantes :
Mi−M i−1
V wi =V 0 w +
l wi
M i+1−M i
V ei =V 0 e +
l ei
L’expression de l’effort tranchant dans une travée isostatique donnée par cette formule :
Pu x l
V 0 ( x )=
2

36
Figure 6 : Cas de charge conduisant à la valeur maximale de l’effort tranchant sur l’appui i.

Le cas de charge correspondant aux efforts tranchants maximums sur l’appui i se produit lorsque les deux
travées adjacentes sont chargées et les autres d´chargées
L’effort tranchant sur les appuis :
Appui A :
Pu x l 1 3.85 x 4.15
V 0 e= = =7.99 KN
2 2
V 0 w =¿ 0
M −M i −5.44−0
V e 1=V 0 e + i+1 =7.99+ =6.68 KN
l ei 4.15
V w 1=0
Appui B :
Pu x l 2 3.85 x 5.3
V 0 e= = =10.20 KN
2 2
−Pu x l1 −3.85 x 4.15
V 0 w= = =−7.99 KN
2 2
M −M i −7.33+5.44
V e 2=V 0 e + i+1 =10.20+ =9.84 KN
l ei 5.3
Mi−M i−1 5.44−0
V w 2=V 0 w + =−7.99+ =−6.68 KN
l wi 4.15

Appui C :
Pu x l 3 3.85 x 5.15
V 0 e= = =9.91 KN
2 2
−Pu x l 2 −3.85 x 5.3
V 0 w= = =−10.20 KN
2 2
M −M i −7.38+7.33
V e 3=V 0 e + i+1 =9.91+ =9.90 KN
l ei 5.15
Mi−M i−1 7.33+5.44
V w 3=V 0 w + =−10.20+ =−7.80 KN
l wi 5.3
Appui D :
Pu x l 4 3.85 x 1.7
V 0 e= = =3.27 KN
2 2
−Pu x l3 −3.85 x 5.15
V 0 w= = =−9.91 KN
2 2
M −M i −1.44+7.38
V e 4=V 0 e + i+1 =3.27+ =6.76 KN
l ei 1.7
Mi−M i−1 −7.38+ 7.33
V w 4 =V 0 w + =−9.91+ =−9.92 KN
l wi 5.15
Appui E :
V 0 e =V max ¿ ¿
−Pu x l 4 −3.85 x 1.7
V 0 w= = =−3.27 KN
2 2
37
M i+1 −M i 0−1.93
V e 5=V 0 e + =3.89+ =1.98 KN
l ei 1.01
Mi−M i−1 1.93+1.44
V w 5=V 0 w + =−3.27+ =−1.26 KN
l wi 1.7
On obtient les résultats suivants :
Tableau 5 : les efforts tranchant
Appui D E
A B C
Position W E W E W E W E W E
Vu MAX (KN) 0 6.68 -6.68 9.84 -7.80 9.90 -9.92 6.76 -1.26 1.98

 La courbe de l’effort tranchant :

Figure 7 : diagramme de l’effort tranchant

V. FERRAILLAGE DE LA NERVURE :
1. Calcul des armatures longitudinales en travées :
• Travée 1 : (E.L.U)
ho
Mtu = b x ho x f bu x ( d- ) = 0.33 * 0.06* 12.46 *(0.25*0.9-0.06/2) =0.048 MN.m
2
Mu=0.00544 MN.m
Mtu > Mu : la section se comporte mécaniquement comme une section rectangulaire (0.08, 0.25)
Mu 0.00544
 μbu = e = = 0.026
b . d . f bu 0.33 0.225²12.46
μbu=0,029 ≤ μlim ¿ ¿=0.39  Pas d’aciers comprimé.
 α =1.25 ¿) = 1.25 (1-√ 1−2 0,029) =0.033
 Z=d ( 1−0.4 α )=0.225(1-0.4  0.037) = 0.22m
Mu 0.00544
 A st= = = 0.712 cm²
Z . f ed 0.22347.82
f t 28 b d 0.23 x 0,33 x 0,225
 Amin = 0.23 = = 0.81 cm²
f ed 400
Amin > A st« on prend Ast =Amin =0.81 cm² »
 Choix des Armatures :
A st= 3HA6 ( Amin /réel =0.85 cm²)
On fait le même principe pour les autres travées et on place les résultats dans le tableau ci-dessous :
Tableau 6 : dispositions des armatures longitudinales en travées
Donnée Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4

38
Mu (KN/m) 5.44 7.33 7.38 1.44

𝛍𝐛 0.026 0.035 0.035 0.001

𝛍𝐥 0,39 0,39 0,39 0.39

𝛂 0,033 0,045 0,045 0.001

𝐙 0,22 0,22 0,22 0.22

𝐀𝐬𝐭 (cm²) 0.712 0.958 0.959 0.18

𝐀𝐦𝐢𝐧 (cm²) 0.81 0.81 0.81 0.81

Choix d’acier
(cm²) 1HA12 (1.13) 1HA12 (1,13) 1HA12(1,13) 1HA12 (1.13)

2. Calcul des armatures longitudinales sur appuis :


Les moments suer les appuis A et E égal zéro donc on fait notre calcul sur les appuis B, C et D
Tableau 7 : dispositions des armatures longitudinales en travées
Donnée B C D E

Mu (KN/m) 6.17 6.12 4.64 1.925

𝛍𝐛 0.006 0.006 0.005 0.009

𝛍𝐥 0,39 0,39 0.39 0.39

𝛂 0,008 0,007 0.006 0,011

𝐙 0,88 0,52 0.52 0.22

𝐀𝐬𝐭 (cm²) 0.88 0.88 0.8 0.25

𝐀𝐦𝐢𝐧 (cm²) 0.81 0.81 0.81 0.81

Choix d’acier
(cm²) 1HA12 (1,13) 1HA12(1,13) 1HA12 (1,13) 1HA12 (1,13)

3. Calcul des armatures transversal en travées :

Figure 8 : répartition de la force appliquée sur la nervure


Travée 1 :
 L’effort tranchant maximal :
39
Pu 5 h 3.85 5 ×0.25
V u= ×(l− )= ×( 4.15− )=7.19 KN
2 3 2 3
Avec :
Pu = 1,35 x g + 1,5 x q = 1,35 x 1.94 + 1,5 x 0.82 = 3.85 KN/m
 Calcul de l’effort tranchant réduit :
Pour tenir compte de la transmission directe des charges aux appuis, on doits réduire l’effort tranchants au
voisinage de ces appuis qui est calculé à l’aide de la formule suivante :
5
Vu ¿ =|Vu max|− ∗h∗Pu
6
¿ 5 5
Vu =|Vu max|− ∗h∗Pu=7.19− ∗0.25∗3.85=7.19 KN =0.00719 MN
6 6
 Vérification vis-à-vis cisaillement :
La contrainte tangentielle :
Vumax 0.00719
τu= = =0,097 MPa
b∗d 0.33∗0.225
La contrainte limite :
0.2∗fc 28
´
τ ulim= min

𝛕𝐮 < 𝛕𝐮𝐥𝐢𝐦
{ δb
5 MPa

0,097Mpa < 2, 93 MPa


→Le béton est vérifiée vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.
 Diamètre des armatures transversales :

∅ lmin 6 mm
{b/10 {
∅t ≤ min h/35 = min 6.4 mm = 6 mm
33 mm
On disposera un cadre et un étrier ∅6 RL Soit At= (1,13 cm2).
 Espacement maximal :

´ = min ⁡ 0.9 d = min ⁡ 0.9 x 0.225 = 20 cm


St ≤ St {
40 cm { 40 cm
 Espacement des armatures transversales :

Il faut s’assurer que 7 cm ≤ St0 ≤ ( Śt )


Calculons tout d’abord l’espacement initial St0 en appliquant la règle de couture :
At b x γ s x ( τ ¿−0.3 x k x f t 28 )
=
St0 0.9 x f et x ( sinα+ cosα)
Notre cas est de flexion simple avec armatures droite : k=1 : Car la fissuration est peu préjudiciable et sans
reprise de bétonnage.
α = 900 ; (sin α + cos α) = 1 ; fet = 235 Mpa ; γs = 1,15
¿ Vu ¿ 0.00719
τu = = =0,097 MPa
b∗d 0.33∗0.225
f t 28=1,92 Mpa
At b x γ s x (τ ¿−0.3 x k x f t 28 ) 0.33 x 1.15 x (0.097−0.3 x 1.92)
= = =−8,59 x 10-4 m2
St0 0.9 x f et x (sin α + cos α ) 0.9 x 235 x 1
At b 0.33
min=0.4 x = 0.4 x = 5.6 x 10−4 m²
St f et 1.92
At A
min¿ t
St St0
40
Alors :
At
St 0 ≤
6 x 10−4
1.13 x 10−4
≤ = 20 cm ; St₀ = 20cm
5.6 x 10−4
Répartition des armatures :
Tableau 8 : dispositions d
→ Cumul (cm)
St0 20
= 110 cm
2 2
2 ×8 10+ 16 = 26 cm
2 ×9 26+18=44 cm
2 ×10 44+20= 64 cm
2 ×11 66+22 = 88 cm
2 ×13 88+26 = 1114 cm
2 ×16 114+32 = 146 cm
 St 0 = 20 cm
 St 1 = 20 cm
l 4.15
 n= = ≈2m
2 2

Donnée Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4

𝐕u𝐦𝐚𝐱 (KN/m) 7.99 10.2 9.19 3.27

𝐕u𝐫𝐞𝐝 (MN) 0.00719 0.00939 0.091 0,0018

𝛕𝐮 (Mpa) 0.108 0.127 0,12 0,5

𝛕𝐮𝐥𝐢𝐦 (Mpa) 2,93 2,93 2,93 2,93

∅𝐭 (mm) 6 6 6 6

𝛕u𝐫𝐞𝐝 (Mpa) 0.097 0.126 0,12 0,039

At (cm²) 1,13 x 10−4 1,13 x 10−4 1,13 x 10−4 1,13 x 10−4

𝐀𝐭 (m²) -8.59 x 10-4 -8.07 x 10-4 -8.1 x 10−4 -9.3 x 10−4


𝐒𝐭𝟎
𝐀𝐭 𝐦𝐢𝐧 (cm²) 6 x 10−4 6 x 10−4 6 x 10−4 6 x 10−4
𝐒𝐭
𝐒𝐭₀ (cm) 20 20 20 20

IV. Vérification de la flèche :


La vérification de la fléché est une justification vis-à-vis de l’état limite de service .elle devient inutile si les
conditions suivantes sont satisfaites.
h 1
Condition 1 : ≥
l 6
h Mt
Condition 2 : ≥
l 10∗Mo

41
Ast 4.2
Condition 3 : ≤
b∗d fe
Avec :
Pu∗l 2
Mo ser= : Moment de la travée a L′ELS
8
Mser ∶ Moment maximal en travée a L′ELS.
Ast ∶ Section d′acier tendue en travée.
La vérification de ces trois conditions pour les différentes travées de la nervure sera récapitulée dans le
tableau qui suit :
Tableau 9 : vérification de la flèche
travée Travée1 Travée2 Travée3 Travée4
h(m) 0.25 0.25 0.25 0.25
L(m) 4.15 5.30 5.15 1.7
h/l 0.06 0.05 0.05 0.15
1/6 0.167 0.167 0,167 0,167
Condition 1 Vérifiée Vérifiée vérifiée vérifiée
Mt ser (KN.m) 3.94 5.31 3.89 1.11
Mo ser (KN.m) 8.29 13.52 12.76 1.4
Mt ser 0.048 0.040 0.032 0,10
10 x Mo ser
h/l 0.06 0.05 0,05 0,15
Condition 2 Vérifiée Vérifiée vérifiée vérifiée
Ast (10-4 m2) 1.13 1,13 1,13 1.13
b(m) 0.33 0.33 0.33 0.33
d(m) 0.225 0.225 0.225 0.225
Ast/ (b x d) 0.0015 0.0015 0,0015 0,0015
4.2 0,0105 0,0105 0,0105 0,0105
fe
Condition 3 Vérifiée Vérifiée vérifiée vérifiée
Vérification de Inutile Inutile inutile inutile
la flèche

42
CHAPITRE VI 
ETUDE D’UNE POUTRE

I. INTRODUCTION :
Les poutres sont des éléments porteurs horizontaux en béton armé, leur rôle consiste essentiellement à
supporter les charges transmises par le plancher, ainsi que son poids propre et la charge de l’acrotère.

Comme exemple de calcul, nous avons choisi une poutre continue à 5 travées du plancher terrasse qui est
un plancher inaccessible. Cette poutre supportée par des poteaux des sections (22x22).
Comme le montre la figure suivante :

Figure : Schéma mécanique de la poutre par le logiciel PyBar

II. DETERMINATION DES CHARGES :

43
La poutre est au niveau du plancher terrasse, elle reprend les charges suivantes :
G(16+5) …………………. 6.51 KN /m 2
Q ……………………...……. 1 KN /m2 (terrasse inaccessible).
1. Charge permanente et d’exploitation :
Pour la travée : T 1
4
 l i=
2
→ 1= i × Gt = 2×6.51 = 13.02 KN /m 2
g l
4.22
 l i=
2
→ 1 = i × Q t = 2.11× 1 = 2.11 KN /m2
q l
Pour la travée : T 2
3.95
 l i= = 1.97 m
2
→ g2 = l i × G t = 1.975×6.51 = 12.86 KN /m2
4.17
 l i=
2
→q 2 = l i × Qt = 2.1× 1 = 2.1 KN /m 2
Pour la travée : T 3
3.9
 l i= = 1.95 m
2
→ 2 = i × Gt = 1.95×6.51 = 12.7 KN /m 2
g l
4.12
 l i=
2
→q 2 = l i × Qt = 2.06× 1 = 2.06 KN /m2
Pour la travée : T 4
3.85
 l i= + 0.25= 2.175 m
2
→ g2 = l i × G t = 2.175×6.51 = 14.16 KN /m2
4.07
 l i= +0.25=4.32 m
2
→q 2 = l i × Qt = 2.29 × 1 = 2.29 KN /m 2
Pour la travée : T 5
3.8
 l i= + 0.25= 2.15 m
2
→ g2 = l i × Gt = 2.15×6.51 = 14 KN /m 2
4.02
 l i= +0.25=2.26 m
2
→q 2 = l i × Qt = 2.26× 1 = 2.26 KN /m2
2. Poids propre de la poutre :
 Détermination de la hauteur de la poutre :
l max l max
≥h≥
12 16
5.62 5.62
≥ h≥
12 16
0.46 ≥ h ≥ 0.35
Soit h= 45 cm
et b= 22 cm (largueur du poteau)
→ A (22x45)
 Alors, après détermination les sections de la poutre continue .On ajoute leur poids propre pour les 5
travées. Et on ajoute aussi la charge de l’acrotère.
44
 Poids propre de la poutre :
h × b× γ BA =0.45×0.22×25 = 2.47 KN/m
 Charge de l’acrotère :
gacrotère = 2.11 KN/m
→ La charge permanente totale appliquée sur la poutre :
G t = g + poids propre de la poutre + charge de l’acrotère
→ charge d’exploitation totale appliquée sur la poutre.
Qt = q
Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4 Travée 5
Gt 17.6 17.44 17.28 18.74 18.58
(KN/m)
Qt 2.11 2.1 2.06 2.3 2.26
(KN/m)

III. CALCUL DES SOLLICITATIONS :

1. Choix de méthode de calcul :


Le calcul s’effectue selon l’une des méthodes suivantes :
-Méthode forfaitaire.
-Méthode de Caquot.
 Présentation théorique de la méthode forfaitaire :
L’utilisation de cette méthode conduit à un calcul rapide et direct. Suivant le BAEL 91, on peut appliquer
« la méthode forfaitaire » si les conditions suivantes sont remplies :
1ére Condition :…………………………. Q  min (2G, 5KN/m²)
 Plancher étage terrasse:
Q= 1 KN/m²  min (13.02 , 5 KN/m²)………………………….…….………….….. √érifier
2éme Condition : la fissuration est considérée comme peu préjudiciable……….….. √érifier
3é me Condition : les moments d’inerties des sections transversales sont les même dans les différents travées
en continuité « I = constante » ……………………………………………………… √érifier
l1
4 éme Condition :……………… 0,8 ≤ ≤ 1,25
l2
5.65
• 0,8 ≤ ¿ 1.6 ≤ 1,25………………….………………..……………………… non vérifier
3.55
 Si la première condition est vérifiée et l’une ou bien les autres conditions ne sont pas vérifiées.
→ On utilise la méthode de Caquot minorée.

2. Application de la méthode de calcul :

a. Calcul des moments maximal sur les appuis :


La formule de moment sur appui est la suivante :
−Pw .l ' w + Pe . l ' e
3 3

M i= ' '
Avec 8.5(l w +l e )
l ' i= l i Pour les travées de rive sans porte-à-faux
l ' i = 0.8l i Pour les travées intermédiaires
2
g' = g Pour les moments sur appuis.
3

45
 A L’ETAT LIMITE ULTIME (E.L.U) :
Appui A =0 et F=0, alors on calcul sur les appuis B, C, D et E.
 Appui B :

Q Q
G
A B C D E 1 F

2
 Pw =1.35 × G+1.5 Q l w =5.65 m
3
2
= 1.35 × ×17.6+ 1.5× 2.11 l ' w =5.65 m
3
= 19 KN/m l e =3.55 m
2
 Pe =1.35 × G+1.5 Q l ' e =2.84 m Car c’est une travée
3
2
= 1.35 × ×17.44 +2.1× 1.5 intermédiaire : 3.55×0.8 =2.84 m
3
= 18.84 KN/m

−Pw .l ' w + Pe .l ' e


3
−18.84 ×2.84 3+ 18.64 ×2.883
3

→ M C= = = −¿ 18.03 KN.m
8.5(l ' w +l ' e ) 8.5(2.84+ 2.88)
Puis, on refaire le même calcul pour les autres appuis.

Tableau : les moments sur appuis (E.L.U)


APPUIS Moment maximal en appuis (KN.m)
A 0
B −¿53.46
C −¿18.03
D −¿15.48
A L’ETAT LIMITE SERVICE
E −¿17.32
F 0
(E.L.S) :
De même les appuis A =0 et F=0, alors on calcul sur les appuis B, C, D et E.
 Appui B :

2
 Pw =1.35 × G+1.5 Q l w =5.65 m
3
2
= 1.35 × ×17.6+ 1.5× 2.11 l ' w =5.65 m
3
= 19 KN/m l e =3.55 m
2
 Pe =1.35 × G+1.5 Q l ' e =2.84 m Car c’est une travée
3
2
= 1.35 × ×17.44 +2.1× 1.5 intermédiaire : 3.55×0.8 =2.84 m
3
= 18.84 KN/m

46
−P w . l' w + Pe . l' e
3 3
−19× 5.653 +18.84 ×2.84 3
→ M B= = = −¿ 53.46 KN.m
8.5(l ' w +l ' e ) 8.5(5.65+2.84)

Tableau : les moments sur appuis (E.L.S)


APPUIS Moment maximal en appuis (KN.m)
A 0
B −¿53.46
C −¿18.03
D −¿15.48
E −¿17.32
F 0
b.

b. Moment maximal en travée :


Le moment en travée est donné par la formule suivante :

Et M ( X )=μ ( x )+ M w 1− ( lx )+ M . lx
i
e
i

P.x
μ ( x )= ×(li −x)
2
M(x) : Le moment isostatique fléchissant dans une travée
(x) : Le moment fléchissant dans la travée isostatique.
l i : La portée de la travée.
P : la charge répartie
 A L’ETAT LIMITE ULTIME (E.L.U) :
 Travée 1 : (Longueur : 5.65 m)

Q
G
A B C D E 1 F

 M w =0 KN.m

M e =−¿53.46 KN.m
 Pu = 1,35 G + 1,5 Q

= 1.35×17.6 +1.5×2.11
= 26.92 KN.m
x( li −x)
 μ ( x )=Pu .
2
x (5.65−x)
= 26.92 ×
2
= 76.05 x-13.46 x 2

47
( xl )+ M . xl
→ M (X ) =μ ( x ) + M w 1−
i
e
i
−53.46
=76.05 x-13.46 x 2+0+ ( x¿
5.65
= 76.05 x -13.46 x 2−9.46 x
= -13.46 x 2 – (9.46 x – 76.05 x)
= -13.46 x 2 + 66.6 x
 En fait la dérivée de cette équation simple pour déterminer la distance max dans la travée qui est x où
le moment est maximal.
d M 1 (x)
=0
dx
d M 1(x ) = -13.46×2 × x +66.6
= -26.92 x + 66.6
On cherche x :
- 26.92 x + 66.6 = 0
66.6
→ x M max = =2.47m
26.92
En remplace x dans l’équation de moment en travée.
M 1 ( x) = -13.46 × x 2 +66.6
x = 2.47 m
 M T 1 (x) = -13.46 ×2.47 2 + 66.6×2.47
= 82.4 KN.m
Puis, on refait le calcul pour les autres travées.

 A L’ETAT LIMITE SERVICE (E.L.S) :


 Travée 1 : (Longueur : 5.65 m

 M w =0 KN.m
 M e =−¿40 KN.m
 Pu= G + Q
= 17.6 +2.11
= 19.71 KN.m
x( li −x)
 μ ( x )=Pu .
2
x (5.65−x)
= 19.71×
2
= 55.68 x - 9.85 x 2
x x
( )
→ M (X ) =μ ( x ) + M w 1− + M e .
li li
−40
=55.68 x- 9.85 x 2+0+ ( x¿
5.65
= 55.68 x -9.85 x 2−7.08 x
= - 9.85 x 2 + 48.6 x
 En fait la dérivée de cette équation simple pour déterminer la distance max dans la travée qui est x ou
le moment est maximale.
d M 1 (x)
=0
dx
d M 1(x ) = -9.85×2 × x + 48.6
48
= - 19.7 x + 48.6
On cherche x :
- 19.7 x + 48.6 = 0
48.6
→ x M max = =2.47 m
19.7
En remplace x dans l’équation de moment en travée.
M 1 ( x) = -9.85 × x 2 +48.6 x
x = 2.47 m
 M T 1 (x) = - 9.85 ×2.47 2 + 48.6×2.47
= 58 KN.m

Tableau : les moments maximaux en travées à (E.L.U) et (E.L.S)


Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4 Travée 5

L (m) 5.65 3.55 3.6 2.8 3

E.L.U

x M max (m) 2.47 2.14 1.82 1.38 1.7

M T (x) (KN.m) 82.4 7.56 26.05 11.78 23.94

E.L.S

x M max (m) 2.47 2.16 1.35 1.3 1.7

M T (x) (KN.m) 58 5.72 23 6.71 15.84

 Les courbes des moments :


 A E.L.U :

Figure : Les courbes des moments à E.L.U par logiciel PyBar

49
 A E.L.S :
Figure : Les courbes des moments à E.L.S par un logiciel PyBar

 Vérification des résultats théoriques par les résultats obtenus par le logiciel PyBar :
On choisit comme exemple le moment maximal à la première travée à l’E.L.S pour calculer le pourcentage
d’erreur :
e = (valeur théorique – valeur numérique) / valeur théorique = (58-52.4) / 58 = 0.096 = 9.655 %
On a : e = 9.655 % ≤ 10 %
Donc, les résultats trouvés par le calcul manuel sont acceptables et nous sommes encore dans la zone de
sécurité. On trouve ce pourcentage d’erreur car le logiciel fait le calcul par méthode exacte et on l’utilise
pour faciliter et accélérer le calcul.

c. Calcul des efforts tranchants :

Figure 9 : Cas de charge conduisant à la valeur maximal de l’effort tranchant sur l’appuiG i

On charger les deux travées adjacentes de l’appui Pour calculer l’effort tranchant.
Sur l’appuiG i, les valeurs à gauche et à droite de l’effort tranchants sont :
M i −M i −1
 V wi =V 0 w + l
wi
M i+1−M i
 V ei =V 0 e + l
ei

50
Avec :
V 0 w et V 0 e  : Effort sur appui G i des travées de références
M i et M i−1: Moments sur appuis avec leurs signes.
L’expression de l’effort tranchant dans une travée isostatique donnée par cette formule :
Pu ×l
V 0 ( x )=
2
 Les efforts tranchants sur appuis :
Appui A :
V 0 w= 0
P × l 26.93× 5.65
V 0 e= u = = 76.07 KN
2 2
M −M i (−53.46)−0
V e 1=V 0 e + i+1 =76.07+ = 66.6 KN
l ei 5.65
M i−M i−1
V w 1=V 0 w + =0
l wi
Appui B :
−Pu × l −(26.93)×5.65
V 0w = = = -76.07 KN
2 2

P u × l 26.7 ×5.65
V 0 e= = = 76.07 KN
2 2
M −M i (−18.03)−(−53.46)
V e 2=V 0 e + i+1 =76.07+ = 86.05 KN
l ei 3.55
M i−M i−1 −53.46−(−0)
V w 2=V 0 w + = −76.07+ = -85.53 KN
lw i 5.65
Appui C :
−Pu × l −(26.69)×3.55
V 0w = = = - 47.37 KN
2 2
P × l 26.42× 3.6
V 0 e= u = = 47.55 KN
2 2
M −M i (−15.48)−(−18.03)
V e 3=V 0 e + i+1 =47.55+ = 48.26 KN
l ei 3.6
M i−M i−1 −18.03−(−53.46)
V w 3=V 0 w + = −47.37+ = - 41.1 KN
l wi 5.65
Appui D :
−Pu × l −(26.42)× 3.6
V 0w = = = - 47.56 KN
2 2
P × l 28.75× 2.8
V 0 e= u = = 40.25 KN
2 2
M −M i (−17.32)−(−15.48)
V e 4=V 0 e + i+1 =40.25+ = 39.6 KN
l ei 2.8
M i −M i−1 −15.48−(−18.03)
V w 4 =V 0 w + = −47.56+ = - 46.85 KN
l wi 3.6
Appui E :

51
−Pu × l −(29.5) ×2.8
V 0w = = = - 41.3 KN
2 2
P × l 28.47 ×3
V 0 e= u = = 42.7 KN
2 2
M i+1 −M i (−0)−(−17.32)
V e 5=V 0 e + =42.7+ = 48.47 KN
l ei 3
M −M i−1 −17.32−(−15.48)
V w 5=V 0 w + i = −41.3+ = - 41.96 KN
l wi 2.8
Appui F :
−Pu × l −(28.47)×3
V 0w = = = - 42.71 KN
2 2
V 0 e= 0
M −M i
V e 6=V 0 e + i +1 =0KN
l ei
M i−M i−1 −0−(−17.32)
V w 6=V 0 w + = −42.71+ = - 36.94 KN
l wi 3

Appui A B C D E F
Position w e w e w e w e w e w e

V u max ( KN ) 0 66.6 -85.53 86.05 -41 48.26 -46.85 39.6 -41.96 48.47 -36.94 0

Figure : Les efforts tranchants

Figure : Le diagramme des efforts tranchants à E.L.S

 De même, on calcule le pourcentage d’erreur et on prend comme exemple la valeur de l’effort


tranchant au premier appui A qui correspond à l’appui 0 dans le diagramme ci-dessous :

e = (valeur théorique – valeur numérique) / valeur théorique = (66.6 – 62.1) / 66.6 = 0.067 = 6.76 % ≤ 10 %
Les valeurs théoriques sont acceptables sont acceptables.

IV. FERRAILLAGE DE LA POUTRE :


1. Calcul des armatures longitudinales en travées :
•Travée 1 : (E.L.U)
M u=82.4 KN . m
d= 0.9h = 0.9× 0.45 = 0.405 m
52
0.85× f c28 0.85× 22
f bu= = =12.46 MPa
1.5 1.5
Mu 82.4 ×10−3
→ μu = = =0.183 (moment réduit ultime)
b × d 2 × f bu 0.22× 0.4052 × 12.46
On a μu ≤ μul =0.186 oui
Donc:
 A’= 0 (pas d’acier comprimé )
 α =1.25 ( 1− √1−2 μu ) =1.25 ( 1−√ 0.634 )=0.25
Position de l’axe neutre
 y u=α ×d =0.25 ×0.405=0.101 m
Ce qui implique:
 Z=d−0.4 × y u = 0.405- (0.4×0.101) = 0.36 m
Donc la quantité d’acier comprimé nécessaire est :
Mu 82.4 ×103
 A= = = 6 cm2
f ed × z 347.82 ×106 × 0.364
f 400
Avec f ed = e = =347.82 MPa
1.15 1.15
 Condition de non fragilité :
On doit toujours vérifier la condition du ferraillage minimal :
f t 28 1.92 2
Amin =0.23 . b . d . =0.23× 0.22× 0.405 × =0.98 cm
fe 400
On a A = 6.4 ¿ Amin = 0.98 cm 2
 Soit le ferraillage 3 HA 16 (6.03 cm²)
On fait le même principe pour les autres travées et on place les résultats dans le tableau ci-dessous :
Tableau 10 : dispositions des armatures longitudinales en travées
Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4 Travée 5

L (m) 5.65 3.55 3.6 2.8 3

M u ( KN . m) 82.4 7.56 26.05 11.78 23.94


μu 0.183 0.0168 0.0593 0.0261 0.053
μul 0.186 0.183 0.186 0.186 0.186
α 0.25 1.22 0.0765 0.033 0.0681
yu 0.101 0.5 0.031 0.0134 0.0275

Z 0.36 0.205 0.392 0.4 0.393


A (cm²) 6 1.06 1.9 0.85 1.75
Amin (cm²) 0.98 0.98 0.98 0.98 0.98

Choix 3 HA 16 3 HA 8 3 HA 10 3 HA 8 3 HA 10
d’acier (cm²) (6.03 cm²) (1.51 cm²) (2.36 cm²) (1.51 cm²) (2.36 cm²)

53
Remarque :
 Si A ¿ Amin
On prend A ¿ Amin
 Pour les travées 2 et 4 on a changé les aciers HA 8 par HA10 pour faciliter le montage et minimiser les
déchets des aciers.
 On a opté le choix HA 16 pour sa disponibilité sur le marché tunisien et pour assurer la continuité de
montage (3 barres).
2. Calcul des armatures longitudinales sur appuis :
Les moments sur les appuis A et F égal zéro donc on fait notre calcul sur les appuis B, C, D et E :
Tableau 11 : dispositions des armatures longitudinales sur appuis
B C D E

M u ( KN . m) 53.46 18.03 15.48 17.32

μu 0.118 0.04 0.034 0.038

μul 0.186 0.186 0.186 0.186

α 0.157 0.05 0.043 0.049

yu 0.063 0.02 0.017 0.019

Z 0.38 0.39 0.39 0.39

A (cm²) 4.04 1.33 1.14 1.27

Amin (cm²) 0.98 0.98 0.98 0.98

3 HA 14 3 HA 8 3 HA 8 3 HA 8
Choix d’acier (4.62 cm²) (1.51 cm²) (1.51 cm²) (1.51 m²)
(cm²)

3. Calcul des armatures transversal en travées :


Travée 1 :

 L’effort tranchant maximal :


Pu ×l 1 28× 5.65
V u max = = =79.1 KN
2 2
 L’effort tranchant maximal :
Pu 5 h 28 5 × 0.45
V u= ×(l− )= ×(5.62− )=68.18 KN
2 3 2 3
Avec
54
Pu=1.35 g+1.5 q = (18.52×1.35) + (1.5×2 ¿ = 28 KN/m
 Vérification vis-à-vis cisaillement :
La contrainte de cisaillement :
Vu 68.18 ×10−3
τu= = =0.76 MPa
b∗d 0.22 ×0.405
La contrainte limite :
τ u max = min 0.13 ×fc 28
{ 5 MPa
→τ u max =2.86 MPa
On a 𝛕𝐮 < 𝛕𝐮 max
→Le béton est vérifiée vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.
 Diamètre des armatures d’âme (transversales) :

∅ l min
∅t ≤ min
{ 35
h

b/10
Soit ∅t = 6 mm
{
12mm
= min 12.85 mm = 10 mm
22mm

On disposera un cadre et un épingle ∅6 RL .


 Espacement maximal :
 Section d’armatures :

A t τ u−0.13 K × f t 28
≥ × γ s ×b
St 0.9 × f et
 τ u = 0.76 MPa
 K =1 : notre cas est de flexion simple et pas de reprise de bétonnage
 f t 28 = 0.6 + 0.06 f c28 = 1.92 MPa
 γ s = 1.15
 f et = 235 MPa
 St = espacement
At 0.76−0.25 4
→ ≥( × 0.253)×10
St 0.9× 235
At
= 6.1 cm 2 /m
St
Nous avons :
At = 1 cd + 1 ep ∅6 = 3 ∅6 = 0.85 cm 2
D’où :
A t 0.85
St 0 ≤ =
6.1 6.1
St 0=0.14 m
At
 ≥ 6.1
St
A
→ St ≤ t
6.1
 Pourcentage d’acier minimum :
At
 × f et ≥ 0.4 MPa
b × St

55
At 0.4 × b
( )
St min

f et
At 0.4 × 0.22
( )
St min
=
235
2
=3.74 cm /m

At At
→(
St
)≥
S t min( )Ok

 Vérification des contraintes de bielle :


2 V u 0.8 × f c 28
 ≤
a0 ×b γb

Figure 10 : Coupe de poutre


 e : enrobage (F.P.P).
 a 0= a – e = 0.22 – (0.02×2) = 0.18 m
2× 68.18× 10−3 0.8× 22
→ ≤
0.18 ×0.22 1.5
3.44 ≤ 11.73 ok
 Espacement maximal :
St max= min(15∅ l min ; 40 cm; 0.9 d ¿
= 21 cm
→ Cumul (cm)
St0 14
= 7 cm
2 2
3 ×8 7 + 24 = 31 cm
3 ×9 31+27=58 cm
3 ×10 58+30 = 88 cm
3 ×11 88+33 = 121 cm
3 ×13 121+39 = 160 cm
3 ×16 160+48 = 208 cm
3 ×20 208 +60 = 268 cm
 S t 0 = 14 cm
 S t 1 = 14 cm
l 5.65
 n= = ≈3m
2 2
On fait le calcul juste pour la première moitié et par symétrie on trouve les autres espacements.

On fait le même principe pour les autres travées.

Tableau 12 : dispositions


56 des armatures transversales
Donnée Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4 Travée 5

L (m) 5.65 3.55 3.6 2.8 3


Pu (MPa) 28 27.75 29.5 29.8 29.55
Vu (KN/m) 79.1 49.26 49.5 41.72 44.32
V u max (KN/m) 68.18 38.85 39.18 30.55 33.24

𝛕𝐮 (Mpa) 0.75 0.55 0,56 0,47 0.49

𝛕𝐮𝐥𝐢𝐦 (Mpa) 2.68 2.68 2.68 2.68 2.68

∅𝐭 (mm) 6 6 6 6 6
At (cm²) 0.58 0.58 0.58 0.58 0.58

At 6.1 3.58 3.44 2.44 2.87


(cm²/m)
St
A 3.74 3.74 3.74 3.74 3.74
( t ) min (cm²/m)
St

A t At Vérifier Vérifier Vérifier Vérifier Vérifier


≥ ( ) min
St St
St 0(cm) 0.14 0.24 0.25 0.35 0.3

CHAPITRE VII :
57
ETUDE D’UNE POTEAU

I. INTRODUCTION :
Les poteaux sont les éléments verticaux de la structure, porteurs des éléments poutres et raidisseurs, et
transmettant les charges qui en découlent vers les fondations.
Les poteaux sont dimensionnés de façon qu’ils supportent les charges des surfaces affectées, en appliquant
les majorations nécessaires et en tenant compte de leur poids propre.
Dans ce chapitre, on se propose d’étudier le poteau P8 de Sous-sol tout en expliquant les différentes étapes
de calcul.
II. PRE-DIMENSIONNEMENT DES POTEAUX PAR B.A.E.L :
On utilise cette formule pour déterminer la section réduite de béton puis on fait la racine de résultat et on
obtient la section de b cherche.
Pour déterminer la section réduite du béton et obtenir les sections des poteaux on prend des sections
approximative et on déterminer leur évaluation des charges pour avoir la charge Nu puis on utilise cette
charge dans l’équation de section réduite Br pour avoir que le résultat obtenu approche à la valeur supposé.
On refaire le même travail avec les autres étages et on place les résultats obtenu dans le tableau ci-dessous.
1. Evaluation des charges :

Les charges sollicitent sur le poteau P8


a. Les charges permanentes G p 8
 La charge permanente de plancher terrasse ……………..….. G t =¿6.86 KN/m
 La charge permanente de plancher courant ………………… G e =5.89 KN/m

58
Surface d’influence :
22.64 (4.95 ×3.56) (5.13 ×3.56) (2.57 × 2)
+ + + = 15.92 m2
4 4 4 4
G P = Charge de dalle + poids propre de raidisseur + poids propre du poutre + poids propre du poteau
8

l l
4éme étage ( )(
= (G t × S ¿+ b × h× ×25 + b× h × ×25 +(0.22× 0.22× l× 25)
2 2 )
= (
( 5.13+4.95 ) ( 4.8+3.56 )
(
6.86 ×15.92 ¿+ 0.22× 0.25 ×
2 )(
× 25 + 0.22 × 0.35×
2 )
× 25 +(0.22 ×0.22 ×3 ×25)
127.82

G P = Charge de dalle + poids propre de raidisseur + poids propre de la poutre + poids propre du poteau+ 127.82
8

3éme
étage l l
( )
= (G e × S ¿ + b × h × ×25 +(b ×h × × 25) +(0.22 ×0.22 ×l ×25)+127.82
2 2
( 5.13+4.95 ) (4.8+3.56)
(
= (5.89×15.92 ¿+ 0.22× 0.25 ×
2 )
× 25 +(0.22 ×0.35 ×
2
× 25) + (0.22
240 KN/m
× 0.22×3 × 25 ¿+ 127.82

2éme étage = (G e × S ¿ +
(b × h × 2l ×25 )+(b ×h × 2l × 25) (b × h ×l× 25)
+ +240

= (5.89×15.92 ¿+
(0.22× 0.25 × ( 5.13+4.95
2
)
× 25 )+(0.22 ×0.35 ×
(4.8+3.56)
2
× 25) + (0.22

× 0.22×3 × 25 ¿+240 352.4 KN/m

1éme étage = (G e × S ¿ + (b × h × 2l ×25)+(b ×h × 2l × 25) (b × h ×l× 25)


+ +385.4

= (5.89×15.92 ¿+
(0.22× 0.25 × ( 5.13+4.95
2
)
× 25 )+(0.22 ×0.35 ×
(4.8+3.56)
2
× 25) + (0.22
464.8 KN/m
× 0.22×3 × 25 ¿+352.4

R-D-C = (G e × S ¿ +
(b × h × 2l ×25 )+(b ×h × 2l × 25) (b × h ×l× 25)
+ +464.8

= (5.89×15.92 ¿+
(0.22× 0.25 × ( 5.13+4.95
2
)
× 25 )+(0.22 ×0.35 ×
(4.8+3.56)
2
× 25) + (0.22

× 0.22×3.5 × 25 ¿+464.8 577.8 KN/m

59
Sous-sol
GP 8
= (G e × S ¿ +
(b × h × 2l ×25)+(b ×h × 2l × 25 )+ charge concentré /2 (b × h ×l× 25)
+ + 577.8

= (5.89
( 5.13+4.95 ) ( 4.8+3.56 )
(
×15.92 ¿+ 0.22× 0.25 ×
2 )(
× 25 + 0.22 × 0.35×
2 )
× 25 +( ( 2.2 ×5.54 ) + ( 0.22 × 0.3× 25 ))
+ (0.22× 0.22× 2.8× 25 ¿+577.8 690 KN/m

Les charges d’exploitations Q po:

Surface d’influence :
22.64 (4.95 ×3.56) (5.35 ×3.78) (2.79 ×2.25)
+ + + = 16.77 m2
4 4 4 4
Q P = charge repartie sur la dalle
8
Etage 4 Q P == Charge
8
Q t × S dalle
= 1 ×16.77
à la dalle +
= 15.92
16.77 KN
Etage 3 = Q e × S +27 = ( 2.5 ×16.77 )+16.77 = 58.7 KN
Q P = dalle
8
+ 58.7
Etage
Etage 21 = Q=e ×
Q S +58.7 = ( 2.5 ×16.77 )+58.7 = 100.62 KN/m
P dalle + 100.62
QQP =×dalle
8

= e S + +100.62
8
142.54=
( 2.5 ×16.77 )+100.62 = 142.54 KN/m
Rdc = Q e × S +142.54 = ( 2.5 ×16.77 )+142.54 = 184.46 KN/m
Q P = dalle + 184.46
8

Sous-sol = Q e × S +184.46 = ( 2.5 ×16.77 )+184.46 = 226.4 KN/m

IV. Combinaison des charges :


N u = (1.35×G P ¿+(1.5 ×Q P )
8 8

GP 8
QP 8
Nu
Etage 4 127.82 16.77 197.71
Etage 3 240 58.7 412
Etage 2 352.4 100.62 626.67
Etage 1 464.8 142.54 841.29
r-d-c 577.8 184.46 1056.72
Sous-sol 690 226.4 1271.1

IV. Sections des poteaux suivant la méthode de B.A.E.L :


Pour trouver la section du poteau on doit :
 Fixer un élancement λ = 35
 Déterminer le coefficient de flambage ( λ = 35 → α = 0.708)
0.85
α= λ 2
1+ 0.2( )
35
 Calculer la section réduite de béton avec  Ath= 0 à partir de la relation qui permet de calculer l’effort
normale.
B .f f
[
N u ≤ α r c28 + A th e
0.9× γ b γs ]
On tire :
60
0.9 γ b × N u
Br ≥
α . f c 28
 Calculer les dimensions du poteau :
 Si la section est carrée
lf
2 √3 × ≤ a ≤0.02+ √ Br
λ

 Si la section est rectangulaire


lf
a ≥ 2 √3 ×
λ
Br
b≤ +0.02 si b¿a →b=a (poteau carrée).
( a−0.02 )

 Etage 4 :
Nu = 197.71 KN/m
 La Section réduite de béton :

0.9 ×1.5 ×196.44 × 103


Br ≥ = 0.017 m2
0,708 × 22×10 6
 Pour la section carre :
l f = 0,7 x l 0 = 0,7 x 3 = 2,1 m
lf
2 √ 3 × ≥ a ≤0.02+ √ Br
λ
2.1
2 √3 × ≤ a ≤ 0.02+ √ 0.017
35
0.21 ≤ a≤ 0.15
La section carre n’est pas vérifier on fait le dimensionnement pour une section rectangulaire
On dimensionne a :
lf
a ≥ 2 √3 ×
λ
2.1
a ≥ 2 √3 ×
35
a ≥ 0.21
On dimensionne b :
Br
b≤ +0.02
( a−0.02 )
0.017
b≤ + 0.02
( 0.21−0.02 )
b ≤ 0.11
Alors on a :
b < a Alors b = a
→ Donc notre section sera carrée b = a = 0,21
On fait le même calcule pour les autres étages. Est-on place les résultats dans le tableau ci-dessous :
Etage Section des poteaux

61
Etage 4 (21x21)
Etage 3 (21x21)
Etage 2 (25x25)
Etage 1 (27x27)
RDC (30x30)
Sous-sol (35x35)
Tableau 32 : les sections obtenu par la méthode (B.A.E.L)

On place les charges de chaque étage et les sections finales des poteaux dans ce tableau :
L’étage G Q Nu Sections
Etage 4 127.82 15.92 197.71 (22x22)
Etage 3 240 55.72 412 (22x22)
Etage 2 352.4 95.52 626.67 (27x27)
Etage 1 464.8 135.32 841.29 (32x32)
RDC 577.8 175.12 1056.72 (37x37)
Sous-sol 690 215 1271.1 (47x47)
Tableau 13: les différentes sections et les charges amenés par le poteau
Etage 4 :
N u= 197.71 KN/m
1. Les armatures longitudinales:
 Longueur de flambement :
b× h3 0.22× 0.353 4
Le moment d’inertie de la poutre I 1= = =0.000786 m
12 12
a4 0.224 4
Le moment d’inertie du poteau I 2= = =0.000195m
12 12
Donc :
l 8.8
K 1= 1 = =11195.92
I 1 0.000786
l2 3
K 2= = =15384.61
I 2 0.000195

On a K 2 > K 1 donc k = 0.7

→ l f = 0.7 ×l 0 Avec l 0 = 3,00 m


l f = 2.1 m
 L’élancement :
l f 2.1 a 0.22
λ= = = 35 avec i = = = 0.06
i 0.06 √ 12 √ 12
λ≤ 50
 Coefficient α (λ) :
0.85 0.85
2
α= λ = 35 2 = 0.708
1+ 0.2( ) 1+ 0.2( )
35 35
La majeure partie des charges est appliquée avant 90 jours
α
Donc α =
1.1
α =0.643
 Section réduite :

62
Br = (a − 2) x (b − 2) = (22 − 2) x (22 − 2) = 400 cm²
 Calcul D’acier :

Nu Br . f c 28 1.15 197.71. 103 0.04 ×22 .106 1.15


Ath =
( −
α (λ) 0.9 × γ b
.
f e
= )0.643
−( 0.9 ×1.5
.
400. 106 )
= −9.93 cm2

Le béton est largement suffisant ; il suffit de prévoir la section minimale.


A 0.2 B 4 cm
2
min=m ax ( 100 ; m
de périmétre )
= max ( 0.2×(22
100
×22)
; 4 × 4 × 0.22) A min {0.97
= max
3.52
Amin = 3.52 cm2
On a A t h< 0
Donc, on prend A=A min
→ 4HA12 (𝐀𝐬𝐜 = 3. 𝟓𝟐𝐜𝐦²)
1. Les armatures transversales :

 Diamètres :
1
∅ ≈ ∅t
3 l
1
×12 ≈ 4
3
Soit ∅t = 6 mm
Espacement St :
1.5 ∅ l
St =min a+10
{
40 cm
18 cm
St =min 32 cm
{
40 cm
St =18 cm
Soit
 La zone de recouvrement :
l r =0.6 ×l s
Avec l s =40 ∅
= 40 ×1.2
= 48 cm
l r =28.8 cm On prend l r =30 cm

63
Etage Charge Longueur acier L’acier L’acier Ferraillage
Nu de minimal choisi
(KN) flambement calculer (cm¿¿ 2)¿ (cm¿¿ 2)¿ Longitudinale
(m)

4 197.71 2.1 3. 𝟓𝟐 4.52 P8 (22x22)


4HA12

3 412 2.1 3.52 4.52 P8 (22X22)


4HA12

2 626.67 2.1 4.32 4.52 P8 (25x25)


4HA12

1 841.29 2.1 5.12 6.16 P8 (32x32)


4HA14 Pour assurer

P8 (37x37) la symétrie
r-d-c 1056.72 2.45 5.92 6.16
4HA14 dans la
répartition
Sous- 1271.1 1.69 7.52 9.24 P8 (47x47)
sol 6HA14 des armatures
une poteau de
section carrée (47x47), il faut changer la section carrée par une section rectangulaire :
 Section des poteaux de sous-sol :
On fixe a = 25 cm
On dimensionner b :
Br
b≤ +0.02
( a−0.02 )
0.054
b≤ + 0.02
( 0.21−0.02 )
b ≤ 0.5 → P8(25x50)
Remarque : Par analogie pratique on doit vérifier la continuité d’assemblement entre les étages on a au sous-
sol la section est (25x50) donc l’étage avant doit vérifier la cote a ≤ 25 et on continue avec les autres étages
de la même manière :
Section
Charge N u Longueur de calculée L’acier L’acier Ferraillage
Etage (KN) flambement minimal choisi
(m) (cm¿¿ 2)¿ (cm¿¿ 2)¿
Longitudinale Transversale

4 197.71 2.1 3. 𝟓𝟐 4.52 P8 (22x22) RL 6


4HA12

64
3 412 2.1 3.52 4.52 P8 (22X22) RL 6
4HA12

2 626.67 2.1 4.32 4.52 P8 (25x25) RL 6


4HA12

1 841.29 2.1 5.12 6.16 P8 (25x35) RL 6


4HA14

r-d-c 1056.72 2.45 5.92 6.16 P8 (25x45) RL 6


4HA14
Sous- 1271.1 1.69 7.52 9.24 P8 (25x50) RL 6
sol 6HA14

65
66

Vous aimerez peut-être aussi