Vous êtes sur la page 1sur 30

Chapitre 2

Béton –
bases, production
et exigences

2.1 Bases de la technologie du béton 48


2.1.1 Introduction 48
2.1.2 Hydratation du ciment  48
2.1.3 Structure de la pâte de ciment 50
2.1.4 Formulation du béton 52

2.2 Production de béton 58


2.2.1 Introduction 58
2.2.2 Assurance de la qualité 59

2.3 Exigences normatives relatives au béton 63


2.3.1 Introduction 63
2.3.2 Béton à propriétés spécifiées 63
2.3.3 Béton à composition prescrite 74
2. Béton – bases, production et exigences

2. Béton – bases, production et exigences


2.1 Bases de la technologie du béton

2.1 Bases de la technologie du béton

2.1.1 Introduction 2.1.2 Hydratation du ciment

Le béton est un matériau obtenu en mélangeant les Lors de l’hydratation du ciment, les minéraux de clinker
constituants, à savoir du ciment, de l’eau, des granulats du ciment – C3S, C2S, C3A et C4AF – réagissent avec l’eau
grossiers et fins, avec ou sans ajout d’additions ou d’adju- et se transforment en phases hydratées. Elles provoquent
vants. Les possibilités de variation des paramètres au sein le raidissement et le durcissement de la pâte de ciment.
de ce mélange de 5 constituants sont pratiquement L’évolution des phases hydratées et de la structure s’opère
illimitées, ce qui permet d’influencer de façon ciblée aussi au cours de trois phases d’hydratation (fig. 2.1.2).
bien les propriétés du béton frais que celles du béton durci.
Lors de la première phase d’hydratation (I), le C3A réagit
Fig. 2.1.1: Proportions pondérales des composants du béton [% en masse] très vite et fortement avec le sulfate de calcium dissous
Proportions pondé- (à savoir du gypse ajouté en tant que régulateur de prise).
rales et volumé-
Les hydrates sulfatés d’aluminate de calcium, surtout le
triques du système
ciment 12.9 trisulfate appelé aussi ettringite, forment des cristaux en
à 5 constituants du
béton. colonnes courtes et hexagonales à la surface des parti-
additions 2.2
cules de clinker. La création de cette fine carapace de cris-
adjuvants 0.1
taux bloque temporairement l’hydratation. Les premiers
produits de réaction sont encore trop petits pour combler
granulat 77.3 l’espace entre les particules de clinker qui peuvent tou-
jours se mouvoir librement. De ce fait la pâte de ciment
eau 7.5 ne se raidit que très peu. Le raidissement et ensuite
la prise de la pâte de ciment ne commencent qu’après 1
air 0
à 3 heures, lorsque de très fines aiguilles de cristaux de
silicates de calcium hydratés (CSH) précipitent à la surface
0 10 20 30 40 50 60 70 80 des particules de clinker. Les cristaux croissants s’em-
mêlent de plus en plus et la pâte de ciment commence
Proportions volumétriques des composants du béton [% vol.] à se rigidifier.

Pendant la seconde phase d’hydratation (II), la structure


ciment 9.7 de base se met en place. Elle est constituée de faisceaux
fibreux de CSH, des plaquettes d’hydroxyde de calcium
additions 2.2
(Ca(OH)2) et des cristaux allongés d’ettringite. Les plus
adjuvants 0.2
grands cristaux pontent l’espace entre les grains de clin-
ker et s’enchevêtrent.
granulat 68.9
La troisième phase d’hydratation (III) est la solidification
eau 17.5 progressive de la structure, par le durcissement graduel
de la pâte de ciment. Le mécanisme fondamental est
air 1.5
la cristallisation de courtes aiguilles et fibres qui de fait
comblent les interstices. La vitesse d’hydratation est
0 10 20 30 40 50 60 70 80 réduite.

Tandis que le C3A représente le minéral de clinker décisif


Le béton acquiert ses propriétés essentiellement au tra- pour la mise en œuvre et la prise, le C3S à réaction rapide
vers de la réaction chimique du ciment avec l’eau, ce et le C2S à réaction lente sont déterminants pour la créa-
qu’on appelle l’hydratation du ciment. La vitesse de réac- tion d’une structure stable et la montée en résistance.
tion du ciment est déterminante pour la prise et le durcis- Le C3S et le C2S libèrent de grandes quantités d’hydroxyde
sement du béton. de calcium qui ne contribuent pas à la résistance, mais

48 Holcim guide pratique du béton


protègent l’armature contre la corrosion en raison de sa mêmes produits que l’hydratation du clinker de ciment
puissante action alcaline. Un ciment Portland hydraté Portland.
(CEM I) contient après son hydratation complète environ
60 % en masse de CSH et 30 % en masse d’hydroxyde de Les substances à réaction pouzzolanique sont le schiste
calcium. calciné, la cendre volante et la fumée de silice. Elles réa-
gissent avec l’hydroxyde de calcium libéré lors de l’hydra-
tation du clinker pour donner des hydrates de silicate de
volume de pores calcium et des hydrates d’aluminate de calcium.
CSH
fibres
courtes L’hydratation est un processus dépendant du temps, qui
ralentit avec l’âge. Une mesure de l’avancement est le
Ca(OH)2 degré d’hydratation α qui décrit l’état d’hydratation au
moment. Il indique la proportion de ciment hydraté par
Proportion pondérale

CSH
fibres
rapport à la teneur initiale de ciment. Puisque la détermi-
longues C4(A,F)H13 nation analytique s’avère difficile, tant celle du ciment
encore non hydraté que celle des quantités formées de
monosulfate
produits de réaction, on estime le degré d’hydratation
trisulfate
par le biais de paramètres indirects, tels que la montée
en résistance ou la teneur en eau liée chimiquement.
0 5 30 1 2 6 1 2 7 26 30
minutes heures jours
Temps dhydratation Le degré d’hydratation dépend principalement du temps
écoulé, de la teneur en eau de la pâte de ciment, des
conditions de température, de la composition chimique
Phase dhydratation
I II III et de la finesse de mouture du ciment. Initialement, le
degré d’hydratation est zéro et se situe à la fin de la prise
à environ 0.15: il atteint 100 % pour une hydratation
complète (α=1). Une hydratation complète n’est éven-
tuellement atteinte qu’après de nombreuses années.

structure structure structure structure stable


instable- instable raidie de base
plastique

particule de clinker

Fig. 2.1.2: Représentation schématique de l’évolution dans le temps


des phases hydratées et de la structure.

Outre l’hydratation du clinker de ciment Portland, les


autres additions réactives peuvent également s’hydrater,
toutefois de manière différente, et participer à la montée
en résistance. On distingue les types de réaction suivants:

• hydraulique
• hydraulique latente
• pouzzolanique

Le schiste calciné est un autre liant hydraulique en plus


du clinker de ciment Portland. Ces liants durcissent aussi
bien à l’air que sous l’eau, devenant alors durablement
insolubles dans l’eau.

Les substances hydrauliques latentes telles que le laitier


de haut fourneau moulu ont besoin d’un activateur
pour la réaction chimique. Les alcalins libérés lors de
l’hydratation du clinker (NaOH, KOH, Ca(OH)2) per-
mettent une activation alcaline. Pour l’activation sulfa-
tique, on se sert du gypse additionné au ciment. La réac-
tion hydraulique latente conduit essentiellement aux

Holcim guide pratique du béton 49


2. Béton – bases, production et exigences
2.1 Bases de la technologie du béton

2.1.3 Structure de la pâte de ciment Si les rapports E/C sont supérieurs à 0.40, la pâte de
ciment comprend des inclusions qui sont d’abord remplies
La structure générée lors de l’hydratation du ciment revêt d’eau, mais qui se vident ensuite lors du séchage du
une importance capitale pour les propriétés mécaniques béton. Ces vides forment un système de pores capillaires
et la durabilité du béton. Une fois l’eau mélangée avec le d’un rayon situé entre environ 10−8 et 10−5 m. A partir des
ciment, les particules de ciment encore non hydratées rapports E/C supérieurs à 0.60, la perméabilité du sys-
sont recouvertes d’une fine pellicule d’eau dont l’épais- tème de pores capillaires augmente (fig. 2.1.3).
seur augmente avec la teneur en eau. Avec l’avancement
de l’hydratation, les produits de réaction cristallisent au La porosité du gel est dans une large mesure indépen-
fur et à mesure dans les interstices occupés au départ par dante du rapport E/C et ne peut donc pas être influencée
l’eau. Le ciment est capable de lier chimiquement environ par des mesures liées à la technologie du béton. La figure
25 % de l’eau et physiquement environ 15 %, soit au total 2.1.4 présente la composition volumétrique de la pâte
40 % de la masse d’eau totale. Ceci correspond à un rap- de ciment en fonction du rapport E/C.
port eau / ciment (rapport E/C) égal à 0.40 (voir chapitre
2.1.4). Pour ce rapport E/C, les produits de l’hydratation Les propriétés de la pâte de ciment sont essentiellement
remplissent presque entièrement les interstices entre les déterminées par la porosité capillaire, qui dépend du
grains de ciment. L’eau liée physiquement occupe les rapport E/C et du degré d’hydratation, mais aussi de la
pores de gel (rayons des pores entre 10−9 et 10−8 m). En densité de compactage des particules de ciment. Une
cas de rapports E/C inférieurs à 0.40, la quantité d’eau granularité optimale d’un ciment Portland pur permet
présente lors du malaxage du béton ne suffit pas à hydra- d’obtenir une densité de compactage moyenne (voir cha-
ter totalement le ciment et il reste des particules de pitre 1.1.2). Celle-ci peut être encore améliorée si les
ciment non hydratées. espaces résiduels entre les grains de ciment (les inters-
tices) sont remplis avec des additions de ciment. La fi-
gure 2.1.5 illustre schématiquement les différentes den-
sités de compactage de deux ciments – à gauche: ciment
Portland d’une densité de compactage moyenne et à
Fig. 2.1.3: eau particule de ciment
Représentation droite: ciment Portland composé d’une densité de com-
schématique de hydratation pactage élevée. Plus les classes granulaires des princi-
la création des paux constituants sont adaptées les unes aux autres,
pores capillaires rapport eau / ciment
en fonction du E/C = 0.20 plus la densité de compactage sera élevée. Cet effet
rapport E/C. d’ordre purement physique repose également sur l’effet
filler par lequel l’eau est chassée des interstices par des
hydratation substances d’une classe granulaire suffisamment fine
rapport eau / ciment pour y entrer (p. ex. la farine calcaire et le schiste calciné
E/C = 0.40 finement moulu).

hydratation

rapport eau / ciment


E/C = 0.60

pores capillaires
(eau)

Fig. 2.1.4: 100


Volume [%]

pores d air
Composition
volumétrique de
la pâte de ciment 80
ciment- pores capillaires
en fonction du non
rapport E/C (degré po
res
60 hydraté de
d’hydratation ge
100 % (α = 1)). l

40
gel de ciment
(solide)
20

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6
Rapport E/C [-]

50 Holcim guide pratique du béton


1 mm
Densité moyenne de compactage Densité de compactage élevée Fig. 2.1.6: Image microscopique de la zone de transition entre un
du ciment Portland du ciment Portland composé grain de granulat et la pâte de ciment.
clinker de ciment

farine de calcaire

schiste calciné finement moulu

Fig. 2.1.5: Représentation schématique de la densité de compactage


de ciments avec différents constituants principaux.

Si l’on incorpore les additions réactives au ciment, leurs L’apparition d’une zone de contact poreuse est due non
produits d’hydratation supplémentaires renforcent seulement aux effets de bord, mais aussi à une densité
l’ «effet filler». Dans le béton, ces interstices n’existent de compactage moindre et à l’eau ressuée par la pâte
pas seulement dans la pâte de ciment, mais également de ciment qui se dépose comme un film sur les granulats.
dans la zone de transition, qu’on appelle aussi zone de Outre la porosité plus élevée de la zone de contact, on
contact, entre un grain de granulat et la pâte de ciment. constate également une forme modifiée plus grossière
La zone de transition est en général d’une porosité plus des cristaux d’hydroxyde de calcium empêchant un
élevée que la pâte de ciment proprement dite et présente, enchevêtrement aussi dense que dans la pâte de ciment
pour un béton normal, une épaisseur d’env. 50 μm voisine. A l’aide des additions réactives, on peut obtenir –
(fig. 2.1.6). selon leur réactivité et finesse – une nette densification
de la zone de contact, en réduisant son épaisseur et la
proportion de gros cristaux d’hydroxyde de calcium. La fi-
gure 2.1.7 présente de façon schématique pour différents
types de ciment la zone de transition du granulat.

Fig. 2.1.7:
produits d’hydratation Représentation
du clinker de ciment schématique de la
zone de transition
filler calcaire des granulats dans
différents types de
produits d’hydratation ciment.
du schiste calciné

produits d’hydratation
granulat granulat du laitier
granulat

Ciment Portland Ciment Portland composé avec Ciment Portland composé avec
du filler calcaire et du schiste du schiste calciné et du laitier:
calciné: CEM II/B-M (T-LL) CEM II/B-M (S-T)

Holcim guide pratique du béton 51


2. Béton – bases, production et exigences
2.1 Bases de la technologie du béton

2.1.4 Formulation du béton 400

Volume de pâte de ciment [l/m3]


Généralités
La formulation du béton tient compte des exigences à
350
l’égard des propriétés de béton frais et durci. Les exi-
gences posées au béton frais se définissent principalement
granulat concassé
par les conditions de production, de transport et de mise
300
en œuvre, p. ex. l’ouvrabilité, l’aptitude au pompage ou le
bétonnage par temps extrême. Quant au béton durci, les
exigences concernent principalement les propriétés granulat roulé
mécaniques et la durabilité. 250

Volume de la pâte de ciment


Dans le cas le plus simple, la pâte de ciment est consti- 200
tuée de ciment, d’eau, d’air ainsi que des éventuelles addi-
tions. La pâte de ciment remplit les interstices entre les
granulats. Dès que ceux-ci sont comblés, elle peut créer 150
0 8 16 32 63
une pellicule enrobant les granulats et déployer son effet Dmax [mm]
lubrifiant (fig. 2.1.8). On part alors du principe que la
couche d’enrobage de la pâte de ciment est constante Fig. 2.1.9: Volume de la pâte de ciment nécessaire en fonction
pour tous les granulats. La consistance du béton frais de la dimension maximale du granulat.
s’assouplit au fur et à mesure que l’épaisseur de la couche
de pâte de ciment augmente.
La granularité du ciment influence également le besoin
Fig. 2.1.8: remplissage effet lubrifiant
en pâte de ciment. Plus la distribution granulométrique
Modèle de l’effet du ciment est large, plus élevée sera la densité de com-
de la pâte de ciment pactage et plus faible sera le besoin en pâte de ciment
dans le béton.
(voir chapitre 2.1.3).

Rapport eau / ciment (rapport E/C)


la masse d’eau efficace et celle du ciment, rapportée à
1 m3 de béton frais:

masse de l’eau E
pâte de ciment rapport eau / ciment E/C =
granulat masse du ciment C

Eq. 2.1.1

Un béton de construction avec de bonnes propriétés


d’ouvrabilité et de compactage devrait posséder un Exemple 8:
volume minimal de pâte de ciment de l’ordre de 280 l/m3 Calcul du rapport eau / ciment
pour une dimension maximale du granulat de 32 mm. Teneur en eau efficace: 150 l/m3 = 150 kg/m3
Plus la dimension maximale du granulat baisse, plus le Teneur en ciment: 300 kg/m3
besoin en pâte de ciment augmente. Le besoin en pâte de E/C = 150 / 300 = 0.50
ciment est plus élevé avec des granulats concassés en rai-
son des surfaces spécifiques plus grandes que pour les Si, en plus du ciment, on utilise des additions, on
granulats roulés (fig. 2.1.9). calcule alors un rapport eau / ciment équivalent (E/Céq)
(voir chapitre 1.5.2).

D’une manière générale, les propriétés du béton durci


diminuent énormément avec l’augmentation du
rapport E/C. La figure 2.1.10 illustre de façon qualitative
les conséquences d’un rapport E/C bas et élevé pour
quelques propriétés choisies.

52 Holcim guide pratique du béton


70

Résistance à la compression sur cube du béton à 28 jours [N/mm²]


rapport eau / ciment bas rapport eau / ciment élevé

60

50
haute faible
résistance

40
38
faible forte

30

absorption deau
20
0.35 0.4 0.5 0.6 0.63 0.7
Rapport E/C

petit grand Fig. 2.1.11: Relation pour le ciment Optimo 4 entre la résistance à la
compression sur cube à 28 jours et le rapport E/C d’un béton produit
et conditionné conformément à la norme.

retrait
Exemple 9:
Estimation de la résistance à la compression sur
sans cube du béton à 28 jours
dégradation dégradation
E/C = 0.63 → fc, cube = 38 N/mm2

durabilité 2.1.5 Calcul volumétrique

L’outil indispensable pour la formulation du béton est


surface surface
sombre claire
le calcul volumétrique. À l’aide du calcul volumétrique, on
définit le rapport fonctionnel entre le volume et la masse
d’un système à plusieurs constituants. Pour le béton,
l’équation utilisée pour calculer le volume de la masse
correspondant à un mètre cube de béton est la suivante:
teinte

Fig. 2.1.10: Conséquences qualitatives d’un rapport E/C bas et élevé,


z f w g
pour quelques propriétés choisies. 1000 = + + + +p [dm3/m3]
ρz ρf ρw ρg

z teneur en ciment [kg/m3]


f teneur en addition [kg/m3]
w teneur en eau [kg/m3]
Le rapport eau / ciment nécessaire pour obtenir la résis-
g teneur en granulat [kg/m3]
tance à la compression visée du béton peut être estimé
p volume de pores [dm3/m3]
sur la base de la résistance à la compression du ciment. ρz masse volumique du ciment [kg/dm3] ou [l/m3], [mg/l]
L’ajout d’additions et d’adjuvant peut conduire à de ρf masse volumique de l’addition [kg/dm3] ou [l/m3], [mg/l]
nets changements des relations entre le rapport E/C, la ρw masse volumique de l’eau [kg/dm3] ou [l/m3], [mg/l]
résistance à la compression du ciment et la résistance ρg masse volumique du granulat [kg/dm3] ou [l/m3], [mg/l]
à la compression du béton. La figure 2.1.11 montre à
l’exemple du ciment CEM II/B-M (T-LL) 42,5N (Optimo 4) Eq. 2.1.2
la relation entre la résistance à la compression sur cube
du béton à 28 jours et le rapport E/C. Ci-après, différents exemples de calculs volumétriques
sont donnés.

Holcim guide pratique du béton 53


2. Béton – bases, production et exigences
2.1 Bases de la technologie du béton

5 Condition:
Exemple 10: Résistance à la compression sur cube du béton
Calcul volumétrique avec des granulats secs en de l’étape 3 ≥ classe de résistance à la compression
surface fck, cube + ∆f, avec une marge ∆f = 8 N/mm
2

Le béton doit satisfaire aux exigences suivantes: → 38 N/mm2 ≥ 25 + 8 = 33 N/mm2,


• classe d’exposition XC1 condition satisfaite
• classe de résistance à la compression C20/25 6 Calcul de la teneur en eau à partir du rapport E/C
• diamètre maximal du granulat Dmax = 32 mm corrigé de l’étape 2 à l’aide de l’équation 2.1.1
• classe de teneur en chlorures Cl 0.1 → E = 0.63 ∙ 280 = 176 kg/m3
• classe de consistance F3 7 Calcul de la demande en eau du granulat: choix
Exigence complémentaire: d’une courbe granulométrique avec le diamètre
CEM II/B-M (T-LL) 42,5N max. prescrit Dmax = 32 mm (voir exemple 2)
8 Calcul du module de finesse k de la courbe
Etapes de calcul: granulométrique choisie (voir exemple 2)
1 Détermination de la teneur minimale de → k = 4.71
ciment spécifiée pour la classe d’exposition XC1 9 Estimation de la demande en eau du granulat sur
(sans prise en compte d’additions réactives) la base du module de finesse k et de la classe de
Cmin → 280 kg/m3 consistance F3 (consistance plastique), voir figure
2 Détermination du rapport E/C maximal admis 1.3.16 → W = 170 l/m3 correspond à 170 kg/m3
pour la classe d’exposition XC1 (sans prise 10 Comparaison de la demande en eau du granulat
en compte d’additions réactives), introduire avec la teneur en eau résultat du rapport E/C
une marge de 0.02 sur le rapport E/C maximal corrigé de l’étape 6
→ E/C max. 0.65 – 0.02 = 0.63
11 Condition:
3 Détermination de la résistance à la compression Demande en eau du granulat de l’étape 9 ≤ teneur
du béton à l’aide de la figure 2.1.11: choisir le type en eau résultat du rapport E/C corrigé de l’étape 6,
de ciment et la classe de résistance du ciment sinon emploi d’un fluidifiant pour réduire le besoin
valeur d’entrée: rapport E/C max. de l’étape 2, en eau du granulat → 170 kg/m3 ≤ 176 kg/m3,
valeur de sortie: résistance à la compression sur condition satisfaite
cube du béton à 28 jours → 38 N/mm2
12 Détermination de la teneur en air en fonction de
4 Comparaison de la résistance à la compression la classe de consistance F3
minimale de l’étape 3 avec la classe de résistance → p = 1.5 % vol. correspond à 15 l/m3
à la compression prescrite C20/25
13 Détermination de la masse volumique
des composants:
ciment: 3.03 kg/dm3
granulat: 2.68 kg/dm3
eau: 1.0 kg/dm3
Calcul volumétrique avec des granulats secs 14 Détermination du volume du granulat à l’aide de
l’équation 2.1.2 → Vg = 722.6 l/m3
Masse Propor- Teneur Volume
volumique tion 15 Répartition du volume du granulat sur les volumes
[% en de chaque classe granulaire:
[kg/dm3] masse] [kg/m3] [l/m3] → sable 0/4: 303.5 l/m3
gravier 4/8: 72.3 l/m3
CEM II/B-M (T-LL) 3.03 280 92.4 gravier 8/16: 144.5 l/m3
Ciment
(Optimo 4) gravier 16/32: 202.3 l/m3
sable 0/4 2.68 42 813 303.5 16 Calcul des masses des classes granulaires et la
teneur totale du granulat:
gravier 4/8 2.68 10 193 72.3 → sable 0/4: 813 kg/m3
Granulat gravier 4/8: 193 kg/m3
gravier 8/16 2.68 20 387 144.5
gravier 8/16: 387 kg/m3
gravier 16/32 2.68 28 542 202.3 gravier 16/32: 542 kg/m3
teneur totale: 1935 kg/m3
Teneur totale en granulat 1935
17 Calcul de la masse volumique du béton frais:
Eau 1.00 176 176.0 → ρbf = 2391 kg/m3

Air 15.0

Rapport E/C 0.63

Volume du granulat Vg 722.6

Masse volumique et volume du béton frais 2391 1000

54 Holcim guide pratique du béton


18 Détermination de l’humidité en surface du
Exemple 11: granulat. Taux d’humidité pour:
Calcul volumétrique avec des granulats humides → sable 0/4: 5.0 % en masse
Le béton doit satisfaire aux mêmes exigences gravier 4/8: 3.0 % en masse
de l’exemple 10. gravier 8/16: 1.5 % en masse
gravier 16/32: 1.0 % en masse
somme totale de l’humidité:
Etapes de calcul:
58 l/m3 correspond à 58 kg/m3
Les étapes 1 à 17 sont identiques à l’exemple 1.
Maintenant on tient compte de l’humidité adsorbée 19 Augmentation du dosage des classes granulaires
en surface par le granulat. Pour cela il faut procéder en fonction de leur taux d’humidité:
→ sable 0/4: 813 + 40.7 = 854 kg/m3
aux étapes de calcul supplémentaires 18 à 20.
gravier 4/8: 193 + 5.8 = 199 kg/m3
gravier 8/16: 387 + 5.8 = 393 kg/m3
La marge sur le rapport E/C maximal prescrit doit gravier 16/32: 542 + 5.4 = 547 kg/m3
être choisie entre ∆E/C = 0.02 à 0.05 en fonction de la
20 Réduction du dosage en eau en fonction du taux
fréquence et la précision de la mesure de l’humidité d’humidité de surface du granulat
du granulat. Si une marge plus grande que 0.02 est → E = 176 − 58 = 118 kg/m3
choisie, les étapes de calcul seront adaptées à partir
de l’étape 2.

L’humidité absorbée, en général entre 8–15 l/m3 n’est


pas considérée dans le calcul volumétrique, puisque
son volume est contenu dans celui du granulat. Il en
est tenu compte seulement lors de la détermination
du rapport E/C par séchage du béton frais (voir cha-
pitre 3.3.4).

Calcul volumétrique avec des granulats humides

Masse Propor- Teneur Volume Humidité Teneur en Dosage du granulat Dosage résiduel de
volumique tion du granulat eau humide l’eau
[% en
[kg/dm3] masse] [kg/m3] [l/m3] [% en masse] [kg/m3] [kg/m3] [kg/m3]

CEMII/B-M (T-LL)
Ciment 3.03 280 92.4
(Optimo 4)

sable 0/4 2.68 42 813 303.5 5.0 40.7 854

gravier 4/8 2.68 10 193 72.3 3.0 5.8 199


Granulat
gravier 8/16 2.68 20 387 144.5 1.5 5.8 393

gravier 16/32 2.68 28 542 202.3 1.0 5.4 547

Teneur totale en granulat 1935 1993

Teneur en eau totale provenant


58
du granulat

Eau 1.0 176 176.0 118

Air 15.0

Rapport E/C 0.63

Volume du granulat Vg 722.6

Masse volumique et volume du


2391 1000
béton frais

Holcim guide pratique du béton 55


2. Béton – bases, production et exigences
2.1 Bases de la technologie du béton

20 Calcul des matières solides à partir du volume et


Exemple 12: de la masse volumique de l’eau recyclée selon
Calcul volumétrique avec des granulats humides et l’équation 1.2.1
en employant de l’eau recyclée Wfl = [(1 − 1.07) / (1 − 2.1)] 2.1 = 0.1336
Le béton doit satisfaire aux mêmes exigences de 188.3 l/m3 ∙ 0.1336 kg/dm3 = 25.16 kg/m3
l’exemple 10. La quantité d’eau à doser est pour un granulat sec:
176 kg/m3 + 25.16 kg/m3 = 201 kg/m3

Etapes de calcul: 21 Réduction du dosage en eau en fonction du taux


Les étapes 1 à 13 sont identiques à l’exemple 1. Main- d’humidité de surface du granulat
→ E = 201 − 56 = 145 kg/m3
tenant l’eau de gâchage est remplacée par l’eau recy-
clée ayant une masse volumique de 1.07 kg/l (étapes 22 Réduction de la teneur en classe granulaire sable
14 et 15). 0/4 par la quantité de matière solide:
Ensuite, on procède aux étapes 16 à 22, en suivant les → gsable = 832.7 − 25.16 = 807.5 kg/m3.
Les déviations du calcul volumétrique, résultant
étapes 16 à 19 de l’exemple 11.
dans cet exemple de la correction des fines par
la réduction ultérieure de la teneur en sable, sont
en général négligeables.
14 Détermination du volume de l’eau recyclée
sur la base de la teneur totale en eau
176 kg/m3 ∙ 1.07 kg/dm3 = 188.3 l/m3
15 Détermination du volume du granulat en tenant
compte de l’augmentation du volume de l’eau
à cause de l’emploi de l’eau recyclée à l’aide de
l’équation 2.1.2 → Vg = 704.3 l/m3
16–19 Procéder aux étapes 16–19 comme dans
l’exemple 11

Calcul volumétrique avec des granulats humides et de l’eau recyclée

Masse Propor- Teneur Volume Humidité Teneur Dosage du Correction du Dosage


volumique tion du granulat en eau granulat humide sable en fct. de résiduel de
[% en l’eau recyclée l’eau
[kg/dm3] masse] [kg/m3] [l/m3] [% en masse] [l/m3] [kg/m3] [kg/m3] [kg/m3]

CEMII/B-M (T-LL)
Ciment 3.03 280 92.4
(Optimo 4)

sable 0/4 2.68 42 793 295.8 5.0 39.7 832.7 807.5

gravier 4/8 2.68 10 189 70.4 3.0 5.7 195.0


Granulat
gravier 8/16 2.68 20 378 140.9 1.5 5.7 383.9

gravier 16/32 2.68 28 529 197.2 1.0 5.3 534.3

Teneur totale en granulat 1889 1946

Teneur en eau totale provenant du


56
granulat

Quantité d’eau de gâchage


1.00 100 176 176.0
initiale

Quantité d’eau recyclée 1.07 100 201 188.3 145

Air 15.0

Rapport E/C 0.63

Volume du granulat Vg 704.3

Masse volumique et volume du béton frais 2345 1000


L’eau absorbée par le granulat n’est pas considérée, puisqu’elle se trouve à l’intérieur du granulat
Les déviations du calcul volumétrique, résultant dans cet exemple de la correction des fines par la réduction ultérieure de la teneur en sable, sont en général
négligeables.

56 Holcim guide pratique du béton


Calcul volumétrique avec des granulats secs et des additions
Exemple 13:
Masse Propor- Teneur Volume
Calcul volumétrique avec des granulats secs et des volumique tion
cendres volantes [% en
Le béton doit satisfaire aux mêmes exigences de [kg/dm3] masse] [kg/m3] [l/m3]
l’exemple 10. Une partie du ciment est substituée CEMII/B-M (T-LL)
par des cendres volantes (concept du coefficient k). Ciment 3.03 248 81.8
(Optimo 4)
L’eau de gâchage est de l’eau potable.
Addition cendre volante 2.24 70 31.2
Etapes de calcul: sable 0/4 2.68 42 786 293.2
L’étape 1 est subdivisée en quatre sous-étapes.
Des étapes 6 et 11 à 14 sont modifiées par rapport gravier 4/8 2.68 10 187 69.8
Granulat
à l’exemple 10. gravier 8/16 2.68 20 374 139.6

gravier 16/32 2.68 28 524 195.4


1a Calcul de la teneur minimale de ciment Teneur totale en granulat 1871
spécifiée pour la classe d’exposition XC1 (avec
prise en compte d’additions réactives) voir Eau 1.00 174 174
exemple 4 Cmin,CV → 248 kg/m3
Air 15
1b Calcul de la quantité maximale de cendres
volantes (voir exemple 6) Rapport E/Céq 0.63
→ max. CV = 70 kg/m3
Volume du granulat Vg 698
1c Calcul de quantité de cendres volantes
maximale à prendre en compte (voir exemple 6) Masse volumique et volume du béton frais 2363 1000
→ max. CV prise en compte = 28 kg/m3
1d Calcul de la teneur en ciment équivalent Céq
(voir exemple 7)
→ Céq = 248 + 28 = 276 kg/m3
2 Le rapport E/C équivalent maximal admis pour
la classe d’exposition XC1 doit être réduit par la
marge de 0.02 (comme pour le rapport E/C max.
sans cendres volantes):
→ max. E/Céq = 0.65 − 0.02 = 0.63
3–5 Procéder aux étapes 3–5 comme dans
l’exemple 10
6 Calcul de la teneur en eau à partir du rapport
E/Céq maximal corrigé de l’étape 2 et de la
teneur en ciment équivalent Céq de l’étape 1d
→ E = 0.63 ∙ 276 = 174 kg/m3
7–10 Procéder aux étapes 7–10 comme dans
l’exemple 10
11 Condition:
Demande en eau du granulat de l’étape
9 ≤ teneur en eau résultat du rapport E/C
corrigé de l’étape 6, sinon emploi d’un
fluidifiant pour réduire le besoin en eau du Fig. 2.1.12: Transport par bateau des cendres volantes.
granulat → 170 kg/m3 ≤ 174 kg/m3, condition
satisfaite
12–13 Procéder aux étapes 12–13 comme dans
l’exemple 10. Masse volumique de la cendre
volante: 2.24 kg/dm3
14 Détermination du volume du granulat à l’aide
de l’équation 2.1.2 → Vg = 728 l/m3
15–17 Procéder aux étapes 15–17 comme dans
l’exemple 10

Holcim guide pratique du béton 57


2. Béton – bases, production et exigences

2. Béton – bases, production et exigences


2.2 Production de béton

2.2 Production de béton

2.2.1 Introduction La figure 2.2.1 présente de façon schématique la confec-


tion du béton dans une centrale à béton. Les granulats
Les bétons peuvent être classés selon le lieu de production arrivent à la centrale à bétons par train, poids lourd ou
et le lieu d’utilisation. bateau et sont stockés, séparément par classes granu-
laires, en plein air ou dans des silos. Les ciments ainsi que
Le béton prêt à l’emploi est un béton à l’état frais, livré les additions sont stockés en silos et les adjuvants liquides
par un fournisseur qui n’est pas l’entreprise. Le béton prêt dans des cuves. L’eau est prise sur le réseau public d’ali-
à l’emploi est soit un béton confectionné hors du chan- mentation et peut être complétée avec de l’eau recyclée.
tier par l’utilisateur soit un béton confectionné sur le Les différents constituants sont dosés à l’aide d’un dispo-
chantier par une personne autre que l’utilisateur. Il est sitif de pesée avant d’être versés dans le malaxeur. Un or-
confectionné à la centrale à béton, transporté sur le dinateur pilote le processus de dosage permettant de
chantier dans des véhicules appropriés où il est délivré mélanger les différents constituants conformément à la
prêt à l’emploi. En Suisse, le béton prêt à l’emploi repré- formulation. La capacité du malaxeur peut atteindre
sente plus de 80 % du volume de béton produit par an. jusqu’à 3 m3. Après un malaxage minutieux respectant
les temps prescrits pour le malaxage à sec et le malaxage
humide, le béton frais est versé directement dans le véhi-
cule de transport et acheminé vers le lieu d’utilisation.
Fig. 2.2.1: 1 Transport
Représentation Les granulats (sable et gravier) sont transportés jusqu’à la centrale
schématique de la par rail, route ou voie navigable.
confection du béton 2 Stockage intermédiaire
dans une centrale à Les différentes classes granulaires (du sable jusqu’au gravier
béton. grossier) sont stockées séparément.
3 Bande transporteuse
Les granulats sont amenés dans des silos par bande transporteuse.
4 Silos à ciments
La gamme des ciments stockés permet d’attribuer à chaque béton
le liant approprié.
5 Silos à granulats
Chaque classe granulaire est stockée séparément dans un silo
surplombant le malaxeur.
6 Malaxeur 5
Les différents composants du béton gagnent le malaxeur dans
l’ordre prescrit, pour y être mélangés.
7 Eau et adjuvants 4
Ils sont introduits dans le malaxeur par des conduites.
8 Logistique
Transporté par camion malaxeur, le béton arrive à l’heure fixée
sur le chantier.

3
1
6

58 Holcim guide pratique du béton


Les avantages du béton prêt à l’emploi sont les suivants: • constituants du béton
• équipement de production
• il n’est pas nécessaire d’installer une centrale à béton • propriétés du béton frais
sur le chantier • consistance
• une qualité du béton élevée et constante • masse volumique
• un réseau dense de centrales à béton permet d’éviter • rapport E/C
aux camions-malaxeurs de longs trajets, et donc • teneur en air
de livrer d’importantes quantités de béton • teneur en ciment
• le surplus de béton non utilisé sur le chantier est récu- • teneur en chlorures
péré dans des installations de recyclage de béton frais • propriétés du béton durci
et réintroduit dans le flux des matières. • résistance à la compression
• perméabilité à l’eau
Le béton de chantier est un béton qui est confectionné • résistance à la carbonatation
directement sur le chantier dans une installation mobile • résistance aux chlorures
certifiée. En Suisse, ce n’est le cas que pour les chantiers • résistance au gel et aux sels de déverglaçage
ayant une demande importante en béton ou lorsque
le trajet de la plus proche centrale est trop long. Une ins- Le contrôle doit couvrir la production, le transport ainsi
tallation de chantier demande beaucoup de place pour les que le lieu de livraison et la livraison elle-même. La
silos et le malaxeur, mais permet une production flexible conformité ou la non-conformité est évaluée sur la base
en fonction de la demande. de critères précis. La non-conformité peut entraîner des
mesures à la centrale ou sur le chantier.
Les centrales à béton utilisant régulièrement les mêmes
formulations de béton frais consignent celles-ci, en géné- Essais initiaux
ral, dans une liste de sortes de béton. Les essais initiaux doivent être effectués avant l’utilisation
d’un béton ou d’une famille de bétons et ont pour but
de vérifier si la formulation permet d’obtenir les proprié-
2.2.2 Assurance de la qualité tés visées de béton frais et durci. En cas de modifications
majeures des constituants ou des exigences, il faut procé-
L’assurance de la qualité du béton dans une centrale à der à nouveau aux essais initiaux.
béton comprend des éléments essentiels suivants:
Dans le cas où l’on dispose d’une expérience à long terme
• contrôle de la production par le producteur ou d’autres valeurs empiriques et résultats d’essais, il est
(autocontrôle) possible de renoncer aux essais initiaux. Dans ces cas-là,
• surveillance du contrôle de la production par la norme SN EN 206-1 exige une des preuves suivantes,
un organisme d’inspection approuvé sur la base de:
• certification de la conformité par un organisme de
certification notifié a) bétons ou familles de bétons similaires, produits
depuis au moins 3 ans ou d’un volume de production
Contrôle de la production par le producteur de ≥ 3000 m3. La similitude doit être prouvée et docu-
Les exigences en matière de contrôle de la production mentée.
sont décrites dans la norme SN EN 206-1. Le producteur b) interpolations de compositions de béton déjà pro-
doit constituer un manuel du contrôle de la production duites avec un ciment et des additions identiques
dont il vérifie l’efficacité tous les deux ans. Le contrôle c) extrapolations de la résistance à la compression
de la conformité fait partie du contrôle de la production n’excédant pas 5 N/mm2.
par le producteur. d) essais initiaux d’autres bétons qui couvrent toute la
plage de variation du nouveau béton, mais qui ne doit
Dans le cadre du contrôle de la conformité, il est vérifié pas dépasser les limites suivantes:
si le béton correspond aux exigences de la norme • ciment: ±15 kg/m3
SN EN 206-1. Le contrôle de conformité se déroule selon • additions cendres volantes et Hydrolith F200:
un plan déterminé d’échantillonnages et d’essais. La ±15 kg/m3
norme SN EN 206-1 définit les méthodes d’essais et fré- • adjuvants: entre 0 et dosage maximal admis
quences de contrôles ainsi que les critères d’évaluation.
Les producteurs de béton qui ne sont pas certifiés selon
l’annexe C de la norme SN EN 206-1 n’ont pas le droit
de livrer du béton selon cette norme. Le contrôle de
conformité couvre les paramètres suivants:

Holcim guide pratique du béton 59


2. Béton – bases, production et exigences
2.2 Production de béton

En cas de justifications selon b) ou c), les propriétés de pour la constitution des familles de béton aux conditions
durabilité des sortes de béton C–G sont à contrôler ponc- définies par la norme SN EN 206-1 (tab. 2.2.1). De cette
tuellement. manière, les bétons de différentes classes de résistance à
la compression peuvent être réunis dans une famille de
Lors de la réalisation des essais initiaux, les conditions bétons, p. ex. C20/25, C25/30, C30/37.
suivantes sont à respecter:
• une température du béton frais entre 15–22° C Les sortes de bétons des familles FB 1 à FB 3 peuvent
• au moins trois gâchées différentes pour une sorte être combinées avec celles des familles FB 4 ou FB 5, à
de béton individuelle, dont on prélève à chaque condition que tous les bétons d’une combinaison aient
fois trois éprouvettes le même rapport E/C.
• au moins trois éprouvettes par autant de gâchées
nécessaires pour couvrir la gamme de composition Systèmes d’évaluation de conformité statistique
d’une famille de bétons. Un des contrôles de conformité concerne la résistance
• résultat de la résistance à la compression d’un essai à la compression. On admet que l’écart type du processus
initial: valeur moyenne de toutes les valeurs moyennes de la production est constant et qu’il peut constituer la
des trois éprouvettes de toutes les gâchées. base d’évaluation des résultats d’essais ponctuels. La fré-
• la marge recommandée pour la résistance à la com- quence des essais est plus grande durant une première
pression correspond au double de l’écart-type attendu, phase (production initiale) que durant la phase suivante
c.-à-d. environ 6–12 N/mm2. (production continue). Cette dernière est atteinte dès
• La manière de procéder et la marge appropriée lors que 35 résultats d’essai sont obtenus et l’écart-type cal-
des essais initiaux des autres propriétés du béton sont culé sur les derniers 15 résultats d’essai ne dépasse pas
à fixer par le producteur. d’un facteur de 1.37 l’écart-type de l’ensemble des 35
résultats d’essais. L’écart-type applicable doit être estimé
Familles de bétons pour chacune des périodes d’évaluation suivantes de la
Afin d’alléger les contrôles, il est permis de regrouper les production continue.
différentes sortes de bétons en familles de bétons. Le pro-
ducteur doit faire la preuve des relations établies par les Pour les autres propriétés du béton, le contrôle de confor-
propriétés entre les différentes sortes de bétons. mité se base sur une autre méthode statistique (par
attribut). Une sorte de béton remplit les exigences, si les
Le producteur doit répartir l’échantillonnage sur tous les résultats d’essai se situent au sein des tolérances appli-
bétons appartenant à une même famille de telle manière cables à une valeur cible ou des valeurs limites d’une
à ce que chaque sorte de béton soit contrôlée au moins classe spécifiée. Un certain nombre de résultats d’essai
une fois par période d’évaluation. Le béton produit le plus peut se situer en dehors de ces limites, mais doivent tou-
souvent ou un béton choisi au milieu de la gamme des jours rester à l’intérieur de ce qu’on appelle les écarts
bétons de la famille est considéré comme béton de réfé- maximum admissibles (tolérance). Le nombre acceptable
rence. En ce qui concerne la résistance à la compression, de résultats déviants augmente avec le nombre d’essais
afin de prouver qu’une sorte de béton appartient à une et est défini par la norme SN EN 206-1. Pour les mesures
famille de bétons, les résultats d’essai de la résistance à la de consistance, les nombres acceptables diffèrent de ceux
compression des différentes sortes de bétons sont trans- valables pour les autres propriétés du béton frais et durci.
posés et comparés à la résistance à la compression carac- Pour ces derniers, un seul résultat d’essai peut tomber
téristique du béton de référence. La transposition se base dans le domaine des écarts maximum admissibles à partir
sur les écarts des résultats d’essais individuels de la va- de 13 résultats. Par contre, pour les mesures de consis-
leur cible, définis par le producteur et la résistance à la tance, un résultat au sein des écarts maximum admis-
compression d’une sorte de béton. En ce qui concerne les sibles est déjà permis à partir de 3 essais.
propriétés de durabilité, le producteur peut se référer

Tab. 2.2.1:
Exigences pour la Essais Familles de Exigences pour la constitution des familles de bétons
constitution des bétons (FB)
familles de bétons
Type de ciment Rapport E/C Ajout d’un entraîneur d’air (LP)
selon la norme
SN EN 206-1.
Perméabilité à l’eau 1 ≤ 0.60 non

Résistance à la carbonatation 2 ≤ 0.50 non

Résistance aux chlorures 3 néant (tous les ≤ 0.45 non


types de ciment
Résistance au gel/dégel en admis)
4 ≤ 0.50 non
présence de sels de déverglaçage

Résistance au gel/dégel en
5 ≤ 0.50 oui
présence de sels de déverglaçage

60 Holcim guide pratique du béton


Evaluation de la conformité pour une classe de propriété spécifiée Fig. 2.2.2:
application: consistance, masse volumique de béton léger Evaluation de
conformité selon
la méthode par
limite de conformité limite inférieure limite supérieure limite de conformité attribut pour toutes
les propriétés de
béton sauf la résis-
écart maximum écart maximum tance à la compres-
non conforme classe non conforme sion et la résistance
admissible 1) admissible 1)
à la traction par
fendage.

Exemple: classe de consistance, indice de serrage C2

− 0.05 + 0.03

1.06 1.11 1.11–1.25 1.25 1.28

Evaluation de la conformité pour une valeur cible


application: consistance, masse volumique de béton léger

limite de conformité limite inférieure valeur cible limite supérieure limite de conformité

écart maximum écart maximum


non conforme tolérance tolérance non conforme
admissible 1) admissible 1)

Exemple: masse volumique du béton léger 1850kg/m3

− 30kg/m3 − 100kg/m3 + 100kg/m3 + 30kg/m3

1720kg/m3 1750kg/m3 1850kg/m3 1950kg/m3 1980kg/m3

Evaluation de la conformité pour une propriété avec une valeur limite


inférieure et une tolérance, définissant la valeur limite supérieure
applicablation: teneur en air

limite de conformité valeur limite inférieure limite supérieure limite de conformité

écart maximum écart maximum


non conforme tolérance non conforme
admissible 1) admissible 1)

Exemple: teneur en air, valeur limite inférieure 2.0% vol.

− 0.5% vol. + 4.0% vol. + 1.0% vol.

1.5% vol. 2.0% vol. 6.0% vol. 7.0% vol.

1) Un certain nombre de résultats d’essai peut se situer au sein des écarts maximum admissibles.

Holcim guide pratique du béton 61


2. Béton – bases, production et exigences
2.2 Production de béton

Evaluation de la conformité pour une propriété avec une valeur limite supérieure:
application: résistance aux chlorures, résistance au gel avec sels de déverglaçage,
résistance à la carbonatation, perméabilité à l’eau, rapport E/C

valeur limite supérieure limite de conformité

sans limitation écart maximum admissible 1) non conforme

Exemple: résistance aux chlorures DCI

+ 3 • 10 −12 m2/s

10 • 10 −12 m2/s 13 • 10−12 m2/s

Exemple: rapport E/C

+ 0.02

0.50 0.52

Evaluation de la conformité pour une propriété avec une valeur limite supérieure
application: teneur en ciment, masse volumique du béton lourd

limite de conformité valeur limite supérieure

écart maximum
non conforme tolérance sans limitation
admissible 1)

Exemple: masse volumique du béton lourd valeur limite inférieure de 2700kg/m3

− 30 kg/m3 − 100kg/m3

2570kg/m3 2600kg/m3 2700kg/m3

1) Un certain nombre de résultats d’essai peut se situer au sein des écarts maximum admissibles.

Les résultats d’essais en dehors des écarts maximum Mesures en cas de non-conformité
admissibles sont considérés comme non-conformes. Le producteur doit contrôler chaque résultat d’essai en
Dans ce cas, la sorte de béton ne satisfait pas les exi- dehors des écarts maximum admissibles ou dépassant le
gences de la norme (fig. 2.2.2). nombre acceptable de résultats d’essai au sein des écarts
maximum admissibles. S’il est confirmé qu’un béton non
Par exemple, parmi cinq contrôles de la classe de consis- conforme a été livré par erreur, le producteur doit entre-
tance C2, deux résultats d’essai peuvent se trouver entre prendre toutes les mesures conséquentes à la centrale à
1.25 et 1.28, respectivement 1.06 et 1.11. Les valeurs de béton et en avertir l’entrepreneur et l’auteur du projet.
mesure supérieures à 1.28 et inférieures à 1.06 ne sont Selon la situation, des contrôles à l’aide de carottes préle-
pas conformes. vées sur l’ouvrage sont nécessaires pour permettre une
évaluation de l’étendue de la non-conformité.
Concernant la résistance aux chlorures, à partir de 20
essais, seulement deux résultats d’essais peuvent dépas-
ser la valeur limite de 10 ⋅ 10−12 m2/s, mais ils doivent
demeurer en-dessous de 13 ⋅ 10−12 m2/s pour que la sorte
de béton soit conforme.

62 Holcim guide pratique du béton


2.3 Exigences normatives relatives
au béton

2.3.1 Introduction crite permet d’obtenir les performances recherchées. Les


justificatifs s’y rapportant sont à la charge de l’auteur du
Les exigences normatives concernant le béton sont expo- projet. Pour le béton à composition prescrite, il n’est pas
sées dans la norme SN EN 206-1. Le béton peut être spéci- nécessaire que la centrale à béton procède à des essais
fié soit comme béton à propriétés spécifiées (béton à per- initiaux. La preuve de la conformité porte uniquement
formances spécifiées) soit comme béton à composition sur le respect de la composition prescrite.
prescrite. En fonction de la spécification, les responsabili-
tés des parties impliquées diffèrent (tab. 2.3.1).
2.3.2 Béton à propriétés spécifiées
Dans le cas du béton à propriétés spécifiées, la centrale
à béton se porte garante du respect des exigences de per- Le béton peut être commandé auprès de la centrale à
formance et fournit les preuves de conformité requises béton (le producteur) à l’aide d’un certain nombre de
dans le cadre de son contrôle de la production (voir cha- performances caractéristiques; il s’agit alors du béton à
pitre 2.2.2). Ces preuves de conformité couvrent la pro- propriétés spécifiées. Dans la pratique, c’est le procédé
duction de béton de la centrale, mais ne sont pas repré- de prescription habituel (aussi recommandé dans les
sentatives de la qualité du béton obtenue dans l’ouvrage. normes SN EN 206-1 et SIA 262).
De ce fait, le plan de contrôle de l’entreprise de construc-
tion peut prévoir, sur la base du programme de contrôle La prescription d’un béton à propriétés spécifiées com-
de l’auteur du projet, d’autres contrôles du béton frais et prend toutes les exigences essentielles concernant
durci sur des cubes ou des échantillons de l’ouvrage. le béton frais et le béton durci. Ainsi, l’auteur de la spécifi-
cation définit:
Dans le cas du béton à composition prescrite, il incombe
à l’auteur (planificateur ou entreprise de construction) de • les exigences de base
vérifier que la spécification répond aux exigences géné- • les exigences complémentaires le cas échéant
rales de la norme SN EN 206-1 et que la composition pres-

Tab. 2.3.1:
Béton à propriétés spécifiées Béton à composition prescrite Répartition des
(chapitre 2.3.2) (chapitre 2.3.3) responsabilités
pour le béton à pro-
Spécification de la composition et des propriétés priétés spécifiées et
Auteur de la attendues le béton à composi-
Spécification des propriétés
spécification tion prescrite.
Essai initial

Auteur de la
Commande de béton à propriétés spécifiées Commande de béton à composition prescrite
commande

Formulation du béton

Centrale à béton Essais initiaux

Preuve de la conformité des propriétés Preuve de la conformité de la composition

Contrôle de réception Contrôle de réception


(visuel, bon de livraison), (visuel, bon de livraison),
Entrepreneur mise en place sans ségrégation, mise en place sans ségrégation,
compactage complet, compactage complet,
exécution de la cure exécution de la cure

Contrôles
Maître d’ouvrage,
(certificat de conformité de la centrale, Preuve de la conformité des propriétés
auteur du projet
prélèvements selon le plan de contrôle)

Holcim guide pratique du béton 63


2. Béton – bases, production et exigences
2.3 Exigences normatives relatives au béton

Exigences de base norme SN EN 206-1 peuvent diverger d’autres normes


Les exigences de base selon la norme SN EN 206-1 com- européennes et nationales (p. ex. éléments préfabriqués,
prennent la classe de résistance à la compression, la béton projeté, revêtements routiers) de sorte qu’il peut
classe d’exposition, la dimension nominale maximale du s’avérer nécessaire de définir une hiérarchie pour les
granulat, la classe de teneur en chlorures et la classe de règlementations contradictoires.
consistance (fig. 2.3.1). Pour le béton léger, il faut en plus
spécifier la classe de masse volumique ou une valeur Classe de résistance à la compression
cible de la masse volumique. Pour le béton lourd une va- Le béton est réparti en différentes classes de résistance
leur cible de la masse volumique doit être prescrite. à la compression en fonction de sa résistance caractéris-
tique minimale (voir chapitre 3.8.1). On distingue entre
Référence à la norme SN EN 206-1 les classes de résistance à la compression, le béton
La référence à la norme SN EN 206-1 garantit à l’utili- normal et le béton lourd, d’une part, et le béton léger,
sateur du béton que les exigences fondamentales d’autre part (tab. 2.3.2).
concernant les propriétés, la production et la conformité
sont respectées. Les éléments nationaux de la norme Afin de tenir compte des différentes méthodes d’essais
SN EN 206-1 impliquent des différences et des complé- pratiquées en Europe, la résistance caractéristique
ments par rapport aux réglementations dans les autres minimale est indiquée pour chaque classe de résistance
pays européens. En outre, les réglementations de la à la compression sur cylindres et sur cubes. En Suisse,

Fig. 2.3.1:
Exigences de base Béton selon SN EN 206-1
de la prescription
du béton à proprié-
tés spécifiées. C25/30 XC4, XF1 Dmax = 32 Cl 0.20 C3

Classe de Classe(s) Dimension Classe de Classe de


résistance d’exposition maximale teneur consistance
à la du en chlorures
compression granulat

Tab. 2.3.2: Les classes de


Classes de résis- Béton normal et lourd Béton léger résistance à la
tance à la compres- compression les
sion pour le béton
classe de résistance résistance classe de résistance résistance plus courantes
normal et lourd résistance caractéristique caractéristique résistance caractéristique caractéristique sont indiquées en
(à gauche) ainsi à la com- minimale 1) minimale 1) à la com- minimale 1) minimale 1) lettres grasses.
que léger (à droite) pression sur cylindre 2) 3) sur cube 2) 4) pression sur cylindre 2) 3) sur cube 2) 4)
selon la norme fck, cyl [N/mm2] fck, cube [N/mm2] fck, cyl [N/mm2] fck, cube [N/mm2]
SN EN 206-1.
C8/10 8 10 LC8/9 8 9
C12/15 12 15 LC12/13 12 13

C16/20 16 20 LC16/18 16 18
C20/25 20 25 LC20/22 20 22

LC25/28 25 28
C25/30 25 30 LC30/33 30 33
C30/37 30 37
LC35/38 35 38
C35/45 35 45 LC40/44 40 44
C40/50 40 50
LC45/50 45 50
C45/55 45 55 LC50/55 50 55
C50/60 50 60
LC55/60 55 60
C55/67 55 67 LC60/66 60 66
C60/75 60 75
LC70/77 70 77
C70/85 70 85 LC80/88 80 88
C80/95 80 95
1) compte tenu d’un fractile 5 %.
C90/105 90 105 2) conservation des éprouvettes sous l’eau, âge d’essai
C100/115 100 115 28 jours.
3) cylindre: ∅ 150 mm, h = 300 mm.
4) cube: longueur d’arête 150 mm.

64 Holcim guide pratique du béton


CO2 (carbonatation) XC1–XC4
Attaque de larmature
Sels de déverglaçage XD1–XD3
(chlorures)

Gel et sel de déverglaçage XF1–XF4


Attaque du béton
Agents chimiques XA1–XA3

Fig. 2.3.2: Classes d’exposition selon SN EN 206-1.

il est recommandé de déterminer la résistance à la com- En Suisse, la classe d’exposition XD2 est divisée en deux
pression caractéristique sur des cubes d’une arête de sous-classes (a et b) en fonction de la teneur en chlorures,
150 mm. Pour d’autres dimensions de cube, par exemple puisqu’il n’existe pas d’exemple d’application pratique
en cas de bétons avec une dimension maximale du gra- pour cette classe. Les exigences de la classe d’exposition
nulat > 32 mm, il faut convertir les valeurs de la résistance XD2a correspondent à celle de la classe d’exposition XD1
à la compression. Le mode de conversion doit être et celles de la classe d’exposition XD2b à celles de la
convenu. classe d’exposition XD3.

Classe d’exposition • Classe d’exposition XD2a avec une teneur en chlorures


Pour spécifier les exigences de durabilité on dispose, ≤ 0.5 g/l («eau douce», p. ex. pour les piscines ordinaires)
selon la norme SN EN 206-1, de cinq types de classes d’ex- • Classe d’exposition XD2b avec une teneur en chlorures
position qui sont à leur tour subdivisées en trois-quatre > 0.5 g/l («eau salée», teneurs en chlorures élevées
classes. La classe d’exposition définit le degré d’attaque temporairement ou permanentes, p. ex. bains d’eau
d’origine environnementale auquel sont exposés le béton salée).
et les armatures sans tenir compte des effets de charges.
La classe d’exposition XM (M pour mechanical abrasion)
Selon la norme SIA 206-1, les désignations des classes pour la sollicitation par l’usure n’existe pas en Suisse,
d’exposition doivent être suivies d’une abréviation du pays, contrairement à l’Allemagne et à l’Autriche. Les exigences
(p. ex. XC4(CH) pour la Suisse). Dans ce guide pratique en matière d’usure sont à prescrire parmi les exigences
du béton, on renonce à cette indication nationale pour complémentaires en tant que résistance à l’abrasion.
une meilleure lisibilité.
Les différentes classes d’exposition avec leurs différents
Etant donné que la Suisse est un pays continental, les ac- degrés d’attaque sont présentées au tableau 2.3.3.
tions induites par les chlorures de l’eau de mer sont négli-
gées et on n’utilise que les classes d’exposition suivantes: Toutes les classes d’exposition auxquelles un élément
d’ouvrage est exposé doivent être spécifiées pour le
Actions provoquant une corrosion de l’armature: béton. Les différentes faces d’un élément donné (p. ex.
• Classe d’exposition XC1 à XC4 (C pour carbonation): faces avant et arrière) peuvent être soumises à des at-
carbonatation taques environnementales de nature différente. Souvent,
• Classe d’exposition XD1 à XD3 (D pour deicing): un élément d’ouvrage relève de plusieurs classes d’expo-
chlorures provenant d’agents de déverglaçage sition. L’auteur de la spécification devra définir une com-
binaison desdites classes. Pour un élément d’ouvrage,
Actions provoquant une attaque du béton: c’est toutefois le plus haut degré d’attaque au sein d’une
• Classe d’exposition XF1 à XF4 (F pour freezing): classe d’exposition ou la classe d’exposition avec les plus
gel avec/sans agents de déverglaçage hautes exigences relatives au béton qui est déterminant.
• Classe d’exposition XA1 à XA3 (A pour chemical
attack): attaque chimique

La classe d’exposition X0 (aucun risque d’attaque ou de


corrosion) s’applique soit aux bétons sans armature ou
pièces métalliques noyées qui ne sont ni exposés au gel
ni à une attaque chimique, ou soit aux bétons armés
dans des conditions très sèches à l’intérieur des bâtiments.

Holcim guide pratique du béton 65


2. Béton – bases, production et exigences
2.3 Exigences normatives relatives au béton
Action sur

Classe Environnement Exemples d’application

Aucun risque d’attaque

béton non armé ou sans incorporation métallique, situé dans un


X0 environnement non agressif, fondations non armées à l’abri du gel,
éléments intérieurs non armés dans des conditions très sèches.
Corrosion de l’armature dans le béton carbonaté

béton armé à l’intérieur d’un bâtiment sous faible humidité de l’air,


XC1 sec ou humide en permanence
éléments immergés en permanence dans l’eau
XC2 humide, rarement sec fondations
béton extérieur abrité de la pluie;
XC3 humidité modérée
halles ouvertes, locaux humides
béton extérieur exposé aux intempéries;
XC4 alternativement sec et humide
pylônes, balcons, éléments de façade, parements
L’armature

Corrosion de l’armature induite par les chlorures

XD1 humidité modérée surfaces exposées au brouillard salin au voisinage d’une chaussée

mouillé, rarement sec


XD2a piscines d’eau douce
teneur en chlorures ≤ 0.5 g/l («eau douce»)
mouillé, rarement sec
XD2b piscines d’eau salée, éléments au contact d’eaux industrielles
teneur en chlorures > 0.5 g/l («eau salée»)
éléments de pont, dalles de parking, murs de soutènement exposés à des
XD3 alternativement sec et humide
projections d’eau chargée de chlorures
Dommages dus au gel avec ou sans sels de déverglaçage

saturation modérée en eau


XF1 surfaces verticales exposées à la pluie et au gel
sans sels de déverglaçage
saturation modérée en eau
XF2 surfaces verticales exposées au gel et au brouillard salin
avec sels de déverglaçage
forte saturation en eau surfaces horizontales exposées à la pluie et au gel
XF3
sans sels de déverglaçage (sans sels de déverglaçage)
forte saturation en eau surfaces exposées au gel et aux sels (projection directe ou brouillard salin);
XF4
avec sels de déverglaçage giratoires, arrêts de bus, bordures de pont
Dommages dus à l’agressivité chimique de l’environnement
Le béton

Exposition aux attaques sulfates dans les eaux souterraines ou dans le sol

XA1 faible agressivité


éléments en contact avec le terrain;
XA2 agressivité modérée
fondations, tunnels, pieux
XA3 forte agressivité a)

Exposition à d’autres types d’agressions chimiques (pas couverte par la norme SN EN 206-1)

XA1 faible agressivité fosses à lisier, bassins de décantation de STEP


bassins biologiques (nitrification/dénitrification) de STEP, réservoirs
XA2 agressivité modérée
contenant de l’eau de faible dureté, piscine (traitement chimique)
tours de refroidissement, centrales à biogaz,
XA3 forte agressivité a)
silos à fourrage, canalisations d’eaux usées (sulfureuses)
a) examen par des spécialistes de la nécessité de mesures de protection supplémentaires.

Tab. 2.3.3: Classes d’exposition avec leurs différents degrés d’attaque.

66 Holcim guide pratique du béton


Fig. 2.3.3:
Classes d’exposition
à l’exemple d’un
schéma de base
pour le bâtiment.
armé, à lintérieur, au sec

armé, alternativement
humide et sec, gel
à lintérieur
armé, humidité

X0
modérée, gel

XC1, XC2

XC4, XF1 ou XC4, XF1, XA1

XC4, XF1, XA1


armé, à lextérieur, gel
armé, alternativement

mur étanche, faible


humide et sec, gel

attaque chimique
à lntérieur

eau

armé, humide, rarement sec


fondation non armée

fondation armée fondation armée

Fig. 2.3.4:
Classes d’exposition
XC1, XC3, XF1
à l’exemple d’un
surface dalle du pont XC2, XC4, XD1, XF1 schéma de base
pour le génie civil.
XC2, XC4, XD3, XF2, XF4
caisson à
lintérieur
XC2, XC4, XD3, XF4

XA1, XA2, XA3

pile

fondation armée

Holcim guide pratique du béton 67


2. Béton – bases, production et exigences
2.3 Exigences normatives relatives au béton

Dimension maximale du granulat Dmax Classe de consistance


Pour compléter la spécification du béton, il faut prescrire Le choix de la consistance appropriée est important pour
la dimension maximale du granulat. Elle doit être choisie la mise en œuvre du béton. En fonction des méthodes de
en fonction de ce que la mise en œuvre, l’armature et les mesure de la consistance (étalement, indice de serrage
dimensions de l’élément autorisent ou exigent. Il faut d’après Walz, affaissement), les plages de mesure ont été
également prendre en compte les questions de sécurité divisées en classes de consistance (tab. 2.3.6). Les mé-
structurale car la résistance à l’effort tranchant et au thodes de mesure de la consistance habituellement prati-
poinçonnement diminue avec la réduction de la dimen- quées en Suisse sont détaillées au chapitre 3.1.1.
sion maximale du granulat. En général, la dimension
maximale du granulat est de 32 mm. Il est possible de la Les classes de consistance ne s’appliquent pas au béton
limiter à 16 mm respectivement 8 mm dans des éléments à consistance de terre humide qui est habituellement
à forte densité d’armature ou à petite section. La teneur seulement damé. Dans certains cas particuliers, la consis-
minimale en ciment doit être adaptée à la dimension tance peut également être spécifiée par une valeur cible.
maximale du granulat (tab. 2.3.4).

Tab. 2.3.4:
Dosages minimaux Dimension maximale du granulat [mm]
en ciment en fonc-
tion de la dimen-
8 16 22.5 32 45 63
sion maximale des
grains du granulat
Correction en %
du béton selon la des dosages
+15 % +10 % +5 % 0 −5 % −10 %
norme SN EN 206-1. minimaux en
ciment

Classe de teneur en chlorures


La teneur en chlorures de la composition du béton doit
être limitée, indépendamment d’un apport externe de
chlorures pour des bétons armés ou précontraints à cause
du risque de corrosion induite par les chlorures. Elle est
calculée sur la base des teneurs en chlorures des consti-
tuants et rapportée à la masse des liants. À cet effet, on
peut partir d’une teneur maximale autorisée ou d’une
teneur indiquée par le producteur. Pour les granulats na-
turels d’origine suisse, on peut utiliser une teneur en
chlorures < 0.01 % en masse selon la norme SN EN 12620.
En revanche, dans le cas de granulats recyclés, il faut ana-
lyser la teneur en chlorures. Pour les ciments, on peut
tabler en règle générale sur une teneur en chlorures de
0.05 % en masse.
Fig. 2.3.5: Compactage du béton (consistance plastique-ferme) à
l’aide d’une aiguille vibrante.
D’une manière générale, on peut partir du principe que
pour les bétons normaux suisses, la plus haute classe
d’exigence, à savoir celle pour le béton précontraint, est
respectée.

Tab. 2.3.5:
Classes de teneur Utilisation du béton Classe de teneur Teneur maximale en chlorures
en chlorures. en chlorures rapportée à la masse de ciment

Sans armature en acier ou autres pièces métalliques


noyées (à l’exception des pièces de levage résistant Cl 1.0 1.0 % en masse
à la corrosion)

Avec armature en acier ou autres pièces métalliques Cl 0.20 0.20 % en masse


noyées

Avec armature de précontrainte en acier Cl 0.10 0.10 % en masse

68 Holcim guide pratique du béton


Tab. 2.3.6:
Etalement Indice de serrage Affaissement Etalement au cône Aptitude à Qualification Classes de consis-
d’Abrams l’écoulement, essai à de la tance selon SN EN
(béton autoplaçant, la boîte en L consistance 206-1 et qualifica-
BAP) (uniquement BAP) par Holcim tion de la consis-
tance par Holcim.
Classe Valeur Classe Valeur Classe Valeur Classe Valeur Classe Valeur
[mm] [-] [mm] [mm] [-]

terre
C0* > 1.46
humide

F1* ≤ 340 C1 1.45–1.26 S1 10–40 raide

F2 350–410 C2 1.25–1.11 S2 50–90 ferme

F3 420–480 C3 1.10–1.04 S3 100–150 plastique

molle / très
F4 490–550 C4** < 1.04 S4 160–210
plastique

F5 560–620 S5* ≥ 220 fluide

F6* ≥ 630 SF1 550–650 très fluide

≥ 0.80 avec 2
SF2 660–750 PL1 barres
d’armature très fluide
et
≥ 0.80 avec 3 autoplaçant
SF3 760–850 PL2 barres
d’armature
* non recommandé en raison du manque de sensibilité de la méthode d’essai.
** uniquement pour le béton léger.
Il n’existe pas de corrélation directe entre les classes de consistance, toutefois la pratique a démontré une proche équivalence.

Classes de masse volumique


En fonction de sa masse volumique après séchage à
l’étuve, le béton est classé en béton normal, béton léger
ou béton lourd:

• béton léger:
800 kg/m3 ≤ masse volumique ≤ 2000 kg/m3
• béton normal:
2000 kg/m3 < masse volumique ≤ 2600 kg/m3
• béton lourd:
masse volumique: > 2600 kg/m3

Le béton léger est habituellement réparti en classes de


masse volumique (tab. 2.3.7), mais la masse volumique
du béton léger ou lourd peut être également spécifiée par
une valeur cible.

Classe de masse D1.0 D1.2 D1.4 D1.6 D1.8 D2.0


volumique

≥ 800 > 1000 > 1200 > 1400 > 1600 > 1800
Plage de masse
à à à à à à
volumique [kg/m ]
3
≤ 1000 ≤ 1200 ≤ 1400 ≤ 1600 ≤ 1800 ≤ 2000

Tab. 2.3.7: Classification du béton léger selon la masse volumique


(séché à l’étuve).

Holcim guide pratique du béton 69


2. Béton – bases, production et exigences
2.3 Exigences normatives relatives au béton

Exigences complémentaires • type et teneur en fibres


Le prescripteur est en droit de spécifier d’autres exigences • résistance à la RAG
allant au-delà des exigences de base. Pour chaque pro- • résistance aux sulfates
priété, il faut cependant indiquer les essais s’y rapportant • autres aspects, p. ex. texture de la surface ou procédé
(méthode d’essai, type des échantillons et nombre d’es- de mise en œuvre
sais) ainsi que les valeurs limites respectives.
Pour déterminer les exigences, les méthodes d’essai, les
• types ou classes particulières de ciment critères d’évaluation, etc., il faut éventuellement avoir
• catégories particulières de granulats recours à un spécialiste.
• résistance au gel/dégel en présence de sels
de déverglaçage Sortes de béton
• température du béton frais Afin de permettre une application pratique de la norme
• développement de la résistance SN EN 206-1, les sortes de béton couramment utilisées
• développement de chaleur durant l’hydratation pour le bâtiment et le génie civil ainsi que les pieux forés
• prise retardée et parois moulées ont été prédéfinies (tab. 2.3.8): les dif-
• résistance à la pénétration de liquides et de matières férentes sortes sont désignées par 0 et A à C pour les bé-
nocives tons du bâtiment et par D à G pour les bétons du génie
• résistance à l’attaque par action dissolvante civil, abrégés T1 à T4. Pour les bétons des pieux forés et
• résistance à la pénétration d’eau des parois moulées, on dispose de 4 classes, désignées par
• résistance à l’abrasion P1 à P4. A ces sortes de béton correspondent les bétons
• résistance à la traction par fendage standardisés du catalogue d’articles normalisés (CAN).

Tab. 2.3.8:
Sorte 0 Sorte A Sorte B Sorte C Sorte D
Exigences de base
et complémentaires
(T1)
concernant les Bâtiment
sortes de béton
courantes du bâti- Exigences de base
ment, du génie civil
ainsi que des pieux Conformité à la norme Béton selon SN EN 206-1
forés et parois mou-
lées avec une di- Classe de résistance à la compression a)
C12/15 C20/25 C25/30 C30/37 C25/30
mension maximale
des granulats de Classe(s) d’exposition X0 XC2 XC3 XC4, XF1 XC4, XD1, XF2
32 mm.
Dimension maximale
Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32
du granulat [mm] b)
Classe de teneur en chlorures Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10

Classe de consistance b) C3 C3 C3 C3 C3
Autres classes d’expositions par la sorte
– XC1 – – XF3, XD2a
de béton
Exigences complémentaires (à spécifier selon l’objet)

Résistance à la RAG Si nécessaire, à spécifier selon le cahier technique SIA 2042

Résistance aux sulfates – – – à spécifier si nécessaire

Résistance au gel/dégel en présence


– – – – moyennef)
de sels de déverglaçage
Exigences relatives à la composition

Rapport E/C max. resp. rapport


– 0.65 0.60 0.50 0.50
E/Céq max. [-]
Dosage minimal en ciment c) [kg/m3] – 280 280 300 300

Teneur en farines Dmax > 8 mm –


[kg/m3] Dmax ≤ 8 mm –

a) Il est possible de spécifier une classe de résistance à la compression plus élevée.


b) La dimension maximale nominale du granulat ainsi que la classe de consistance peuvent être modifiées de façon spécifique au projet.
c) Dosage minimal en ciment valable pour Dmax = 32 mm et sans prise en compte des additions. Pour d’autres Dmax , le dosage minimal en
ciment doit être corrigé selon le tableau «Dosage minimal en ciment» (voir tab. 2.3.4), exception béton pour pieux forés et parois moulées.

70 Holcim guide pratique du béton


Pour ces sortes de béton, les exigences de base sont déjà
définies, mais le prescripteur peut les adapter en fonction
de l’emploi du béton en ce qui concerne la dimension
maximale des granulats, la consistance et la classe de ré-
sistance à la compression. La classe de teneur en chlorures
correspond aux exigences relatives au béton armé et
précontraint. Pour ces sortes de béton, les exigences com-
plémentaires sont spécifiées pour quelques propriétés
choisies, telles que la résistance à la RAG, la résistance
aux sulfates et la résistance au gel en présence de sels de
déverglaçage. Les exigences relatives à la composition du
béton sont définies par des valeurs limites du rapport E/C
maximal, de la teneur minimale en ciment et en farines.

Fig. 2.3.6: le béton transporté par camion benne est protégé de la


dessiccation par une bâche.

Sorte E Sorte F Sorte G P1 au sec P2 sous l’eau P3 au sec P4 sous l’eau


(T2) (T3) (T4) (NPK H) (NPK I) (NPK K) (NPK L)

Génie civil et ouvrages d’art Pieux forés et parois moulées

C25/30 C30/37 C30/37 C25/30 C25/30 C20/25 C20/25

XC4, XD1, XF4 XC4, XD3, XF2 XC4, XD3, XF4 – d) – d) – d) – d)


Dmax 32
Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32 Dmax 32

Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10 Cl 0.10

C3 C3 C3 F4 F5 F4 F5
XD2a
XD2b, XAA XD2b – – – –

– e) si nécessaire – –

évent. évent.
élevéef) moyennef) élevéef) – –
moyenne moyenne

0.50 0.45 0.45 0.50 0.50 0.60 0.60

300 320 320 330 380 330 380

≥ 400

≥ 450

d) Afin d’éviter toute confusion, aucune classe d’exposition n’est indiquée.


e) Comme ce type de pieux est situé au sec, il ne devrait pas être soumis à des attaques sulfates.
f) Exigence complémentaire non impérative car elle découle directement de la classe XF spécifiée.
Des exigences différentes sont à éviter.

Holcim guide pratique du béton 71


2. Béton – bases, production et exigences
2.3 Exigences normatives relatives au béton

Essais de durabilité suisses de la consistance doit être réalisée au moment de l’utili-


Depuis l’introduction de la norme SN EN 206-1, la durabi- sation du béton. Cela signifie pour le béton prêt à l’emploi
lité a acquis une importance particulière. Pour cette rai- lors du déchargement. L’application des différentes mé-
son, les essais de durabilité pour les bétons du bâtiment thodes d’essai est recommandée pour les plages de
et du génie civil sont définis en Suisse comme essais nor- consistances suivantes:
malisés. Ces essais de durabilité sont décrits dans la
norme SIA 262/1: • affaissement ≥ 0 mm et 210 mm
• indice de serrage ≥ 1.04 et < 1.46
• perméabilité à l’eau (P) • étalement > 340 mm et ≤ 620 mm
• résistance à la carbonatation (RCarb)
• résistance aux chlorures (RCl−) Mesure de consistance Plages de valeurs Tolérance
• résistance au gel/dégel en présence de sels de déver- cibles
glaçage (GDS) Etalement toutes les plages ±30 mm

Contrôles et critères de conformité ≤ 40 mm ±10 mm


Propriétés du béton frais Affaissement 50–90 mm ±20 mm
Toutes les propriétés du béton frais peuvent être contrô-
lées à la centrale à béton. Il faut veiller à ce qu’elles ne ≥ 100 mm ±30 mm
changent pas de manière significative durant le transport ≥ 1.26 ±0.10
de la centrale au chantier.
Indice de serrage 1.25–1.11 ±0.08
Consistance ≤ 1.10 ±0.05
La consistance doit être contrôlée à chaque livraison de
béton prêt à l’emploi au moins visuellement, également Affaissement au cône
dans le cas du béton produit sur le chantier. Si cela n’est d’Abrams (béton toutes les valeurs ±0.50 mm
autoplaçant)
pas possible, la consistance peut être surveillée à l’aide de
la valeur Wattmétrique du malaxeur. La mesure physique Tab. 2.3.10: Tolérances relatives aux valeurs cibles de consistance.

Tab. 2.3.9:
Sortes de béton du bâtiment Sortes de béton du génie civil
Essais de durabilité
et types de ciment
Sortes de bétons Sorte 0 Sorte A Sorte B Sorte C Sorte D Sorte E Sorte F Sorte G
admis pour les
(T1) (T2) (T3) (T4)
bétons du bâtiment
et du génie civil. RCarb, RCarb,
Essais de durabilité 1) néant P 1), RCarb RCarb RCl−, GDS RCl−, GDS
GDS GDS
Types de ciment admis

CEM I + + + + + + + +
CEM II/A-LL + + + + + + + +
CEM II/A-M (D-LL) + + + + + + + +

+ + +
CEM II/B-LL
les dosages minimaux en ciment non autorisés
doivent être augmentés de 20 kg/m3

CEM II/A-D + + + + + + + +
CEM II/A-S + + + + + + + +
CEM III/A + + + + non autorisés
CEM III/B + + + + + + + +
CEM II/A-M (V-LL) + + + + + + + +
CEM II/B-M (V-LL) + + + + + + + +
CEM II/B-T + + + + + + + +
CEM II/B-M (T-LL) + + + + + + + +
CEM II/B-M (S-LL) + + + + + + + +
CEM II/B-M (S-T) + + + + + + + +
1) P, en cas d’exigence spécifiée

72 Holcim guide pratique du béton


Au cas où une valeur cible de la consistance a été conve- Autres propriétés du béton frais
nue au lieu d’une classe de consistance, les tolérances Les contrôles et critères de conformité des autres proprié-
indiquées au tableau 2.3.10 s’appliquent. tés du béton frais sont résumés dans le tableau 2.3.12.

Il est possible d’utiliser pour le contrôle de la conformité Rapport eau/ciment


des écarts maximum admissibles plus grands, lorsque Les critères de conformité s’appliquent au rapport E/C,
l’essai porte sur le premier déversement après 0.3 m3 qui est calculé sur la base du dosage en ciment (indiqué
jusqu’au maximum 1.0 m3 de béton frais déchargé (tab. sur le protocole de charge ou selon recette) et la teneur
2.3.11). L’assurance qualité sur le chantier est décrite au en eau efficace. Les adjuvants liquides doivent être pris
chapitre 3.11. en compte à partir d’une quantité supérieure à 3 l/m3.

Tab. 2.3.11:
Méthode d’essai Echantillonnage avant ou Ecart maximum admissible des résultats individuels d’essai par Critères de confor-
après le déchargement des rapport aux limites de la classe spécifiée ou aux tolérances mité relatives à la
premiers 2 m3 applicables à la valeur cible consistance.

limite inférieure limite supérieure

après 1 m3 −20 mm +30 mm


Affaissement déchargement initial
−30 mm +40 mm
(0.3 à 1.0 m3)

après 1 m3 −10 mm +20 mm


Indice de serrage déchargement initial
−20 mm +30 mm
(0.3 à 1.0 m3)

après 1 m3 −0.03 +0.05


Etalement déchargement initial
−0.05 +0.07
(0.3 à 1.0 m3)

Affaissement (béton
– −30 mm +40 mm
autoplaçant)

en cas d’exigence, à convenir, sinon les limites de


Aptitude à l’écoulement –
classes équivalent à des limites absolues

Tab. 2.3.12:
Propriété Nombre minimal d’essais Ecart maximum admissible des résultats individuels d’essai par Fréquence d’essais
rapport aux limites de la classe spécifiée ou aux tolérances et critères de
applicables à la valeur cible conformité pour les
propriétés de béton
limite inférieure limite supérieure frais.

Consistance voir tab. 3.3.5 voir tab. 3.3.5

Masse volumique béton comme pour le contrôle de la pas de limite, sauf en cas
−30 kg/m3
lourd résistance à la compression de spécification
(Tab. 2.3.13)
Masse volumique béton
−30 kg/m3 +30 kg/m3
léger

1 / jour de production
pas de limite, sauf en cas
Rapport E/C calcul sur la base du protocole +0.02
de spécification
de charge ou la recette

1 / jour de production
pas de limite, sauf en cas
Teneur en ciment calcul sur la base du protocole −10 kg/m3
de spécification
de charge ou la recette

+1 % vol. de valeur absolue


−0.5 % vol. de la valeur
1 / par jour de production de la limite supérieure
Teneur en air minimale (définie par le
après stabilisation (= valeur minimale
producteur)
+ 4 % vol.)

Calcul pour chaque sorte de


aucune valeur supérieure
Teneur en chlorures béton à chaque changement pas de limite
n’est admise
des constituants

Holcim guide pratique du béton 73


2. Béton – bases, production et exigences
2.3 Exigences normatives relatives au béton

Les additions peuvent être prises en compte selon le 2.3.3 Béton à composition prescrite
concept du coefficient k. Aucune valeur du rapport E/C
ne peut dépasser la valeur limite de + 0.02 (voir tab. Lors de projets de construction présentant des exigences
2.3.12). particulières quant aux propriétés du béton ou en cas
d’utilisation de composants spéciaux (p. ex. granulats
Teneur en air prescrits), il est également possible et judicieux de com-
La teneur en air entrainé nécessaire pour obtenir une mander un béton à composition prescrite. Dans ce cas,
résistance moyenne ou élevée au gel en présence de la responsabilité concernant l’obtention des propriétés
sels de déverglaçage est définie par le producteur du visées incombe à l’auteur de la formulation (voir tab. 2.3.1).
béton. La plage de production conforme se situe entre Ce dernier peut être aussi bien l’entrepreneur que l’auteur
cette valeur minimale plus 4 % de volume, couvrant du projet, respectivement le maître d’ouvrage.
avec les écarts maximum admissibles une marge totale
de 5.5 % de volume. L’auteur de la formulation du béton peut, pour cela, s’ap-
puyer sur des expériences à long terme, des essais initiaux
Propriétés du béton durci ou d’autres données disponibles provenant de bétons
Le contrôle et les critères de conformité concernant les comparables. Il incombe au prescripteur de fournir les
propriétés de béton durci figurent dans les tableaux justificatifs requis comme base de la formulation et de
2.3.13 et 2.3.14. Outre les exigences relatives à la résis- procéder à la vérification des propriétés obtenues du
tance à la traction par fendage, lesquelles sont analogues béton frais et du béton durci.
à celles de la résistance à la compression, il existe égale-
ment des exigences quant aux résistances aux sulfates Le producteur doit prouver la conformité de chaque
(voir chapitre 6.3) et à la RAG (voir chapitre 6.4). gâchée, mais celle-ci se limite au respect de la composi-

Résistance à la compression Production initiale Production continue


(35 premiers résultats)

Essai selon SN EN 12390-3

valeur moyenne de 15 résultats:


Exigence de conformité pour
fcm ≥ fck + 1.48 σ 1)
valeur moyenne d’une valeur moyenne de 3 résultats:
sorte individuelle fcm ≥ fck + 4 N/mm2
écart-type des derniers 15 résultats σ15:
critère 1
0.63 σ ≤ σ15 ≥ 1.37 σ

valeur moyenne de 15 résultats:


Exigence de conformité pour fcm transposé ≥
valeur moyenne d’une valeur moyenne de 3 résultats: fck béton de référence + 1.48 σ 1) tous fci transposé
famille de béton fcm transposé ≥ fck béton de référence + 4 N/mm2
critère 1 écart-type des derniers 15 résultats σ15:
0.63 σ ≤ σ15 ≥ 1.37 σ

valeur moyenne de n résultats d’une sorte particulière:


Exigence de confirmation pour fcm sorte particulière (2) ≥ fck sorte particulière − 1.0 N/mm2
valeur moyenne d’une fcm sorte particulière (3) ≥ fck sorte particulière + 1.0 N/mm2
famille de béton fcm sorte particulière (4) ≥ fck sorte particulière + 2.0 N/mm2
critère 3 fcm sorte particulière (5) ≥ fck sorte particulière + 2.5 N/mm2
fcm sorte particulière (6) ≥ fck sorte particulière + 3.0 N/mm2

Exigence pour
chaque résultat individuel d’essai:
résultats individuels
fci ≥ fck sorte particulière − 4 N/mm2
critère 2

Béton sans certification du 3 échantillons pour les premiers 50 m3, ensuite 1 échantillon tous les 150 m3
contrôle de production2) échantillon par jour de production

3 échantillons pour les premiers 50 m3, 1 échantillon tous les 400 m3 ou


Béton sans certification du
ensuite 1 échantillon tous les 200 m3 ou 1 échantillon par semaine de production
contrôle de production2)
2 échantillons par semaine de production
1) σ: écart-type établi la première fois à partir des premiers 35 résultats d’essai de la production initiale, respectivement des 35 résultats d’essais précédents.
2) Les producteurs qui ne sont pas certifiés selon la norme SN EN 206-1, ne peuvent offrir du béton selon cette norme, ni utiliser des codes définis dans cette norme.

Tab. 2.3.13: Fréquence d’essais et exigences pour la résistance à la compression.

74 Holcim guide pratique du béton


tion du béton prescrite selon les exigences de la norme • type et teneur des adjuvants et additions, éventuelle-
SN EN 206-1 relatives au contrôle de la production, en ment origine
particulier l’exactitude des dosages. La preuve de confor-
mité concernant la quantité, le type et l’origine des De plus, les exigences complémentaires suivantes
constituants du béton se base sur les bons de livraison peuvent être spécifiées:
respectifs et les protocoles de charge (ou recettes). Les
mêmes critères de conformité relatifs à la consistance du • origine de tous les composants du béton
béton à propriétés spécifiées sont valables. • exigences spéciales relatives aux granulats
(p. ex. couleur, forme, PSV, etc.)
Lors de la commande, il faut fournir des indications • température du béton frais
complètes portant sur la composition du béton: • autres exigences techniques

• référence à la norme SN EN 206-1


• teneur en ciment, type de ciment et classe de
résistance, origine
• rapport E/C ou classe de consistance
• type, catégorie et teneur en chlorures maximale
des granulats
• masse volumique minimale respectivement maximale
des granulats pour le béton léger ou lourd
• dimension maximale des granulats et restriction en
termes de granularité

Propriété du béton durci Perméabilité à l’eau Résistance à la Résistance aux Résistance au gel/dégel en presence de sels de
carbonatation chlorures déverglaçage

moyenne élevée

Essai selon norme SIA 262/1 annexe A annexe I annexe B annexe C

Exigence pour les sortes


Sorte B5) Sortes B, C, D et E Sortes F et G Sortes D et F Sortes E et G
de béton

m ≤ 200
ou
Valeur limite pour KN ≤ 5.0 mm/an 1/2
qw ≤ 10 g/m2h DCl ≤ 10 ∙ 10 –12 m2/s m ≤ 1200 g/m2 m ≤ 600 g/m2
la valeur moyenne 2) 3) 4)
et
∆m28 ≤ (∆m6 + ∆m14)

m ≤ 250
Valeur limite pour la valeur ou
KN ≤ 5.5 mm/an 1/2
moyenne + écart maximum qw ≤ 12 g/m2h 2) 3) 4) DCl ≤ 13 ∙ 10 –12 m2/s m ≤ 1800 g/m2 m ≤ 800 g/m2
admissible et
∆m28 ≤ (∆m6 + ∆m14)

au moins 4 fois par an ou au moins 4 fois par an ou


Fréquence des essais pour
tous les 500 m3 tous les 125 m3
les producteurs de béton
à partir de 4000 m3 tous les 1000 m3 à partir de 1000 m3 tous les 250 m3
sans expérience suffisante1)
à partir de 30 000 m3 tous les 1500 m3 à partir de 2000 m3 tous les 500 m3

Fréquence des essais pour au moins 2 fois par an ou au moins 2 fois par an ou
les producteurs de béton tous les 1000 m3 tous les 250 m3
avec une expérience à partir de 4000 m3 tous les 2000 m3 à partir de 1000 m3 tous les 500 m3,
suffisante1) à partir de 30 000 m3 tous les 3000 m3 à partir de 2000 m3 tous les 1000 m3
1) Producteur de béton avec une expérience suffisante: production d’une sorte de béton conforme à la norme durant les trois dernières années.
2) Les valeurs indiquées sont valables pour un enrobage d’armature cnom selon la norme SIA 262 et une durée de service prévue de 50 ans.
3) Pour XC3 et une durée de vie de 100 ans: KN ≤ 4.0 mm/an1/2 (valeur limite pour la valeur moyenne + écart maximum admissible: 4.5 mm/an1/2).
Si l’enrobage d’armature est augmentée de 35 (valeur nominale de la norme SIA 262) à 45 mm, la valeur limite KN ≤ 4.5 mm/an1/2
(valeur limite pour la valeur moyenne + écart maximum admissible: 5.0 mm/an1/2) s’applique.
4) Pour XC4 et une durée de vie de 100 ans: KN ≤ 4.5 mm/an1/2 (valeur limite pour la valeur moyenne + écart maximum admissible: 5.0 mm/an1/2).
5) Essais seulement en cas d’exigences de béton étanche à l’eau
La fréquence des essais est valable pour chaque essai et pour chaque sorte de béton à contrôler. Si différentes sortes de béton sont réunies en familles de béton
conformément au tableau 2.2.1, elle s’applique à chaque famille de béton. La fréquence d’essai dépend du volume produit cumulé d’une sorte ou d’une famille de
béton durant les 12 derniers mois. La règle donnant le plus grand nombre d’essais s’applique.

Tab. 2.3.14: Fréquence d’essais et exigences de conformité pour les essais sur béton durci, à l’exception de la résistance à la compression.

Holcim guide pratique du béton 75