Vous êtes sur la page 1sur 19

CLAUDEL Damien

e2i

Compte Rendus TP04:


Amplificateur Opérationnel

1) Introduction :
Dans ce TP nous allons étudier différent montage de l’AOP que ce soit en fonctionnement
linéaire ou bien saturé qui sont couramment utilisé dans le domaine de l’électronique. Nous
étudierons les différents fonctionnement ainsi que le Gain de chaque montage.

2) Étude de L’AOP en montage suiveur:

1. Schéma de montage :
Dans ce TP, nous avons décidé de réaliser un montage suiveur . Il s’agit du montage le
plus simple de L’AOP. La sortie est rebouclé sur l’entrée négative de l’AOP.
2. Étude du montage sur un simulateur:

Sur ce schéma, nous pouvons voir que le gain du montage est de zéro jusqu’à environ
200kHz. On observe un pique à environ 3Mhz avant de rechuter. Le principe de ce
montage étant d’obtenir le même signal en entrée qu’en sortis, il est tout à fait normal de
voir un gain nul lorsque l’on étudie celui-ci.

3. Étude du montage expérimental:


On peut remarquer sur ce graphique que le gain du montage est proche de zéro sur tout la
plage de fréquence. Cela rejoins en partie le montage fait plus haut en simulation. On
remarque toutefois que le gain va être légèrement négatif en haute fréquence. Cela
implique que pour avoir la meilleure utilisation de ce montage, il est plus judicieux de
travailler sur les fréquences basses.

Sur ce graphique, nous pouvons observer la réponse en fréquence du montage en boucle


ouverte. On peut voir que en basse fréquence, le gain du montage est très important. Ce
gain diminue progressivement jusqu’à tomber à zéro à la fréquence de transition.
Ce graphique à été tiré de la Datasheet du constructeur. On peut remarquer que
l’impédance de sortie du montage dépend du gain qui est appliqué sur celui-ci. Dans le cas
d’un montage suiveur, le gain étant égale à 1 en linéaire soit à 0 en dB, l’impédance sera
compris entre 0.03Ω et 40Ω pour une bande passante compris entre 1kHz et 5Mhz.
3) Étude du montage Inverseur:

1. Schéma de montage :

Dans ce TP, nous avons décidé de réaliser un montage inverseur. Ce montage va permettre
d’amplifier un signal que l’on appliquera sur l’entrée négative de l’AOP. Ce signal sera
aussi inverser.

Sur ce montage, nous allons fixer un gain en sortie de 30dB et observer sa réponse en
fréquence. Pour avoir un gain de 30 dB nous allons devoir choisir les résistances
appropriés.

Vs −R 2
= Le Gain étant de 30 dB soit 31 en échelle linéaire, nous allons fixer R2 à
Ve R 1
470kΩ et R1 à 15kΩ. On choisit des résistance assez élevé afin d’éviter des appelles de
courant trop important sur notre montage.
2. Étude du montage sur un simulateur:

Sur ce graphique on observe que le gain est à environ 30dB. On observe également
une fréquence de coupure. Celle-ci est à environ 170kHz. En effectuant le produit
gain bande suivant :

27×170 000=4.6 Mhz On trouve ainsi la fréquence de transition de l’AOP. En


comparant avec la valeur donné dans la datasheet qui est de 5Mhz, on observe que
cette fréquence de transition est proche de la valeur théorique donné par le
constructeur. Il existe néanmoins un écart qui peut être expliquer par différent
paramètre (qualité de fabrication, tolérance des composants utilisé, etc...).
3. Étude du montage expérimental:

Gain de l'AOP en montage inverseur


35

30

25

20
Gain (dB)

15

10

0
500 5000 50000 500000 5000000

-5
Fréquence (Hz)

On peut remarquer sur ce graphique que le gain du montage est proche de 30dB jusqu’à la
fréquence de coupure qui est ici à environ 200kHz. Cela rejoins en partie le montage fait
plus haut en simulation. Le produis gain bande sur la partie expérimentale est :

26×200000=5.2 Mhz On obtiens ici une fréquence de transition plus proche de la


valeur théorique de la datasheet que sur la partie simulation.
4) Étude du montage Filtrage :

1. Schéma de montage :

Dans ce TP, nous avons décidé de réaliser un montage à filtre passe bas. Ce montage va
permettre d’amplifier un signal que l’on appliquera sur l’entrée négative de l’AOP. Ce
signal sera aussi inverser et arrivé à une certaine fréquence le gain diminuera
progressivement.

Sur ce montage, nous allons fixer un gain en sortie de 30dB, d’une fréquence de coupure
de 20kHz et nous pourrons observer sa réponse en fréquence. Pour avoir une fréquence de
coupure de 20kHz, nous allons devoir choisir les résistances et la capacité appropriés.

−R 2
Vs R1
= Le Gain étant de 30 dB soit 31 en échelle linéaire, nous allons fixer
Ve 1+ jR 2 C ω
R2 à 470kΩ et R1 à 15kΩ. On choisit des résistance assez élevé afin d’éviter des appelles
de courant trop important sur notre montage. Pour obtenir le fréquence de coupure à
20kHz, nous fixerons C à 15pF car :

1 1
ω= ω=2πf soit 125663 et R2=470kΩ, C=
R2 C ω R2
2. Étude du montage sur un simulateur:

Sur ce graphique on observe que le gan est à environ 30dB. On observe également
une fréquence de coupure qui ce trouve bien à 20kHz. En observant cette courbe, on
peut en déduire qu’après la fréquence de coupure à 20kHz, le montage ce
comportera en intégrateur. Nous allons observer ce phénomène en appliquant
plusieurs signaux de différent type.

Sur ce premier graphique, nous appliquons un signal triangulaire de fréquence


60kHz. Cette fréquence étant après la fréquence de coupure de notre montage, nous
observons bien que le signal de sortie nous donne une sinusoïde. En effet si nous
intégrons notre signal triangulaire morceau par morceau, nous aurons auront un
polynôme du premier degré de la forme ax +b qui une fois intégré nous donnera
un polynôme de degré 2.

Sur ce deuxième graphique, nous appliquons un signal sinusoïdale de fréquence


60kHz. Cette fréquence étant après la fréquence de coupure de notre montage, nous
observons bien que le signal de sortie nous donne une sinusoïde. En effet si nous
intégrons un signal sinusoïdale celui-ci donnera un cosinus qui est tout simplement
un signal sinusoïdale déphasé de 90°.

Sur ce troisième graphique, nous appliquons un signal carrée de fréquence 60kHz.


Cette fréquence étant après la fréquence de coupure de notre montage, nous
observons bien que le signal de sortie nous donne un signal triangulaire. En effet si
nous intégrons notre signal carrée morceau par morceau, l’intégrale de chaque
morceau dessinera progressivement un signal triangulaire.
3. Étude du montage expérimental:

Ici nous observons l’intégration d’un signal carrée. Le signale de sortie correspond
bien à un signal triangulaire.

Ici nous observons l’intégration d’un signal sinusoïdale. Le signale de sortie


correspond bien à un signal sinusoïdale.
Ici nous observons l’intégration d’un signal triangulaire. Le signale de sortie
correspond bien à un signal sinusoïdale.

Sur ce Digramme de Bode on peut observer que la fréquence de coupure du montage


ce situe bien au environ de 20kHz. Dans la plage de fréquence [1Hz;20kHz] le
montage se comportera comme un amplificateur. Au-delà de cette plage de
fréquence, l’amplification diminuera progressivement jusqu’à atteindre la fréquence
de transition mais le signal sera alors intégré.
5) Étude du montage Dérivateur:

1. Schéma de montage :

Dans ce TP, nous avons décidé de réaliser un montage dérivateur. Ce montage va


permettre de transformer un signal d’entrée en sa dérivée. Ce signal sera aussi inverser.

Sur ce montage, nous allons fixer un gain en sortie de 0dB. d’une fréquence de coupure de
10kHz et nous pourrons observer sa réponse en fréquence. Pour avoir une fréquence de
coupure de 10kHz, nous allons devoir choisir les résistances et la capacité appropriés.

Vs
=−− jRC ω Le Gain étant de 0 dB soit 1 en échelle linéaire, nous allons fixer R2 à
Ve
470kΩ. On choisit de résistance assez élevé afin d’éviter des appelles de courant trop
important sur notre montage. Pour obtenir le fréquence de coupure à 10kHz nous fixerons
C à 33pF car :

1
ω= ω=2πf soit 62831 et R2=470kΩ, C= 1
R2 C ω R2
2. Étude du montage sur un simulateur:

Sur ce Digramme de Bode on peut observer qu’à la fréquence de 10kHz, le gain du


montage augmente. On observe un pique à environ 250kHz.Le montage ce comporte
comme un passe bande entre 10kHz et la fréquence de transition de l’AOP.

Sur ce chronogramme, nous pouvons observer qu’à haute fréquence, l’amplificateur


n’arrive pas à construire le signal de sortie qui doit être une sinusoïde. En effet le
signal d’entrée change très rapidement d’état. Le slew rate de l’AOP n’étant pas
assez rapide, le signal de sortie se retrouve à être un signal triangulaire.
3. Étude du montage expérimental:

Nous pouvons observer sur ce diagramme de Bode expérimental, le même


phénomène vue précédemment dans la partie simulation. Un pique est observer à une
fréquence d’environ 250kHz. On remarque également qu’avant 10kHz, le gain est de
0dB.

Sur ce chronogramme, nous pouvons observer le phénomène qui ce produit quand la


fréquence est trop élevé pour que l’amplificateur réussisse à construire complètement
le signal de sortie. Au lieu d’avoir une sinusoïde, nous obtenons un signal
triangulaire. Il s’agit d’un problème qui est dût au slew rate de l’amplificateur.
6) Étude du montage Trigger de Schmitt:

1. Schéma de montage :

Dans ce TP, nous avons décidé de réaliser un montage Trigger de Schmitt. Ce montage va
permettre d’obtenir un signal carrée en sortie avec en entré un signal triangulaire ou même
sinusoïdale. Ce signal sera aussi inverser.

Sur ce montage, nous allons fixer des tensions de basuclement +5V et -5V. L’alimentation
de l’AOP se ferra en +15V et -15V.

−¿ R2
Vb = ×−Vsat ¿ -Vsat étant égale à -Vcc, pour avoir Vb à -5V, il nous faut un
R 1+ R 2
1
rapport de résistance égale à de -Vcc.
3

+¿ R2
Vb = ×+ Vsat ¿ +Vsat étant égale à Vcc, pour avoir Vb à 5V, il nous faut un
R 1+ R 2
1
rapport de résistance égale à de Vcc.
3

Nous choisirons une résitance R1=22kΩ et R2=10kΩ. Pour avoir le bon rapport.
Nous pouvons observer sur ce graphique, l’hystérésis du Trigger de Schmitt en inverseur.
Nous pouvons voir l’évolution de la tension de sortie Vs en fonction de Ve. Quand Ve >
5V, Vs = -Vsat soit -15V dans notre cas. Quand Ve < -5V, Vs=+Vsat soit +15V dans notre
cas.

2. Étude du montage sur un simulateur:


Sur ce chronogramme, nous pouvons observer qu’en appliquant une tension sinusoïdale en
entrée, la sortie vaut soit +13V soit -13V. Le fait que la tension de sortie ne soit pas à +15V
ou -15V est dût au faite que l’amplificateur à une tension de déchet importante. Pour
pallier à ce problème, il nous faudrait choisir un amplificateur dit rail to rail.

Sur ce chronogramme, nous pouvons observer qu’en appliquant une tension triangulaire en
entrée, la sortie vaut soit +13V soit -13V. Lorsque Ve > 5V, Vs vaut -13V. Quand Ve < -5V,
Vs vaut +13V.

3. Étude du montage expérimental:

Sur ce chronogramme, nous pouvons observer qu’en appliquant une tension d’entrée
sinusoïdale, nous avons bien une tension de sortie qui bascule entre +13V et -13V. Ceci
confirme l’étude fait en simulation précédemment.
Sur ce chronogramme, nous pouvons observer qu’en appliquant une tension d’entrée
triangulaire, nous avons bien une tension de sortie qui bascule entre +13V et -13V. Ceci
confirme l’étude fait en simulation précédemment.

7) Conclusion:
En conclusion, nous pouvons dire que l’amplificateur opérationnel possède différent mode
de fonctionnement en fonction du montage choisis. Il peut être utilisé comme un
intégrateur, dérivateur, suiveur ou même amplificateur dans le cas d’un mode d’utilisation
linéaire.Il peut également être utilisé dans un mode comparateur afin qu’il soit utilisé
comme seuil de déclenchement d’un autre montage, ou bien faire un signal d’horloge
régulier. Il faut cependant bien définir qu’elle type d’AOP nous voulons choisir en
fonction du montage. En effet dans le cas ou nous travaillons dans les hautes fréquence, il
faudra choisir un AOP avec un slew rate rapide. Dans le cas d’un AOP utilisé en
comparateur, il faudra envisager d’en utilisé un en rail to rail afin d’éliminé les tensions de
déchet.