Vous êtes sur la page 1sur 9

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université des Sciences et de la Technologie d’Oran


Mohamed Boudiaf

Faculté d’Architecture et de Génie civil


Département d’Hydraulique

Spécialité : gestion et traitement des eaux urbaines

Epuration des eaux


TP 0 3 
:

Adsorption d’un colorant

Réalisé par : groupe :2

Adda benziane yakoub


Larbi adem idris
Moumene fares aimin
Elouissi mohmed amine
Amani abdelkader
Année Universitaire :
2020/2021
INTRODUCTION :
Les colorants sont utilisés dans de nombreux secteurs industriels tels
que les teintures du textile, du papier, du cuir et dans les industries
alimentaires et cosmétiques . Les colorants ont la réputation d’être des
substances toxiques et persistantes dans l’environnement . ils nécessitent
des techniques physico-chimiques pour les dégrader. Le bleu de
méthylène est le colorant le plus couramment utilisé dans la teinture du
coton, du bois et de la soie. Il peut provoquer des brûlures oculaires
responsables de blessures permanentes aux yeux de l’homme et des
animaux. Son inhalation peut donner lieu à des difficultés respiratoires et
son ingestion par la bouche produit une sensation de brûlure, provoque
des nausées, des vomissements, transpiration et sueurs froides abondantes
. Le traitement des rejets industriels contenant ce type de colorant s’avère
d’un grand intérêt. Une large variété de techniques physiques, chimiques
et biologiques a été développée et testée dans le traitement des effluents
chargés en colorants. Ces procédés incluent la floculation, la
précipitation, l’échange d’ions, la filtration sur membrane, l’irradiation et
l’ozonation. Cependant, ces procédés sont coûteux et conduisent à la
génération de grandes quantités de boues ou à la formation de dérivés.
Parmi les procédés de traitement des rejets liquides, l’adsorption reste une
technique relativement utilisée et facile.

à mettre en œuvre. Le charbon actif est l’adsorbant le plus


largement utilisé en raison de sa grande capacité d’adsorption des
matériaux organiques.

Toutefois, cet adsorbant a un coût élevé et reste difficile à


régénérer. La recherche d’un autre adsorbant efficace et moins couteux
s’avère donc intéressante. Dans cette optique, l’utilisation de l’argile en
tant qu’adsorbant présente un grand intérêt en raison de son efficacité,
son coût accessible et son abondance.

1
Dans ce travail, nous avons essayé d’évaluer l’efficacité d'élimination du
colorant (bleu de méthylène) avec une concentration choisi en prenant la
boue résiduaire comme adsorbant.

Le bleu méthylène :

Colorant cationique utilisé dans la teinture du coton ; du bois.

Principe d'adsorption :

L'adsorption est un phénomène physique de fixation de molécules sur la


surface d'un solide . Ce phénomène est utilisé pour "récupérer " des
molécules indésirables de fluide dispersées dans un solvant .La fixation
provient de l'établissement , entre le solide et les molécules .de liaisons de
Van Der Waals .

 Adsorption physique (ou physisorption) :

Elle est due à la force électrostatique entre les molécules du soluté


et la surface dusolide. Il peut s'agir :

 d'interaction ou de répulsion entre espèces chargées,


 d'interaction entre dipôles
 d'interaction de type Van Der Waals,
 des liaisons hydrogène.

La physisorption est rapide, réversible et n'entraînant pas de modification


desmolécules adsorbées.

 Adsorption chimique (ou chimisorption) :

Elle met en jeu une ou plusieurs liaisons chimiques covalentes ou


électrostatiquesentre l'adsorbât et l'adsorbant. La chimisorption est
généralement irréversible, produisantune modification des molécules
adsorbées. Ces dernières ne peuvent pas être accumuléessur plus d'une
monocouche (couche d'une molécule d'épaisseur).

2
La distinction entre les deux types d'adsorption n'est pas toujours
facile. En effet, lesénergies mises en jeu dans les physisorptions fortes
rejoignent celles qui interviennent dans les chimisorptions faibles.

Echantillon :
Eau colorée par le bleu de méthylène avec une concentration initiale
de C =6 mg/l .
Appareillages et matériels :
 Spectrophotomètre   agitateur magnétique

 Becher:  pissette d’eau distillée

 pipette  fiole jaugée

3
Réactifs :
Adsorbant : Argile

Adsorbat : le bleu de méthylène

Mode opératoire 
1- préparer les différentes concentrations de bleu de méthylène à partir de
l’échantillon initial de C=3 mg/l

2- Diluer avec l’eau distillé jusqu’au trait de jauge de la fiole pour obtenir
la concentration désirée.

3- prendre les mesures de chaque concentration avec le


Spectrophotomètre

4- préparer la concentration du colorant de C0=3 mg/l et ajouté 1g de


l’adsorbant (argile). L’ensemble est mis sous agitation.

5- prendre un prélèvement à chaque intervalle de temps

6- mesurer ABS pour chaque prélèvement à l’aide du spectrophotomètre

4
Travail demandé :

1. Tracé de la courbe d’étalonnage ABS = f(C)


La longueur d’onde max du bleu de méthylène pour le
spectrophotomètre est λ=662 nm.

Tableau n°01 :

C (mg/l) 1,5 2,5 5 10 15


ABS 0.146 0,308 0,703 1,47 1,96

Voire papier millimétré (Graphe N° 1)

Commentaire :

On observe une droite linéaire qui passe par l'origine.

2. Tracé de la courbe Q ABS =f(t)

Méthode de calcul de QABS


Q C 0−C f
|¿|= ∗V (mg/ g )¿
M

C0 : concentration initiale du l’adsorbat (bleu de méthylène) C0=3mg/l

Cf : concentration finale à chaque intervalle de temps

Cf  est déterminé par projection de la valeur d’ABS sur la courbe


d’étalonnage

V : volume utilisé V=500 ml =0.5 L .

M : masse de l’adsorbant M=1g

5
Tableau n°02 :

N T ABS Cf QABS
(min) (mg/l) (mg/g) %
1 0 0.396 3 0 0
2 2 0.1152 0.872 1.064 70.93
3 4 0.1266 0.959 1.0205 68.03
4 6 0.1138 0.862 1.069 71.26
5 8 0.1216 0.921 1.0395 69.30
6 10 0.0874 0.662 1.169 77.93
7 12 0.1364 1.033 0.9835 65.56
8 14 0.0900 0.681 1.1595 77.30
9 16 0.1079 0.817 1.0915 72.76

Voire papier millimétré (Graphe N° 2)

Remarque:
d'après les calculs on a trouvé la variation de QABS est positif c'est pour
cela on a pris les 9 résultats positifs pour tracer le graphe ci-dessous

Commentaire :

Le graphe 2 représente la variation de la quantité d’adsorption


QABS en fonction du temps t.
La courbe obtenue comprend 4 phases :
 de [0 à 2 et 8 à 10 et 12 à 14] min : on observe une croissance
rapide.
 de [2 à 4 et 6 à 8] min: on observe une décroissance moins lente.
 de [4 à 6] min: on observe une croissance moins rapide.
 de [10 à 12 et 14 à 16] min : on observe une décroissance rapide.

3. Déterminer le temps d’équilibre (téq) :


Q(ABS)Max=1.169 donc téq=10 min.

6
Détermination du rendement correspondant à t  :

t=2 min  QABS=1.064 mg/g Cf =0.872 mg/l


C 0−C f
ρ% = ∗100
C0

3−0.872
ρ% = ∗100=70.93 %
3

ρ% =70.93 %

4.Tracé de la courbe ρ =f(t) %

(Voir le graphe N° 3)

Commentaire :

On remarque que nous avons un bon rendement de 77.93 %


au bout de 10 minutes d’adsorption avec 1 g d’argile

La courbe obtenue comprend 4 phases :


 de [0 à 2 et 8 à 10 et 12 à 14] min : on observe une croissance
rapide.
 de [2 à 4 et 6 à 8] min: on observe une décroissance moins lente.
 de [4 à 6] min: on observe une croissance moins rapide.
 de [10 à 12 et 14 à 16] min : on observe une décroissance rapide.

7
Conclusion :
Ce TP permet :
 De mettre en œuvre une méthode de dosage par étalonnage basé
sur un phénomène physique et permet de vérifier que la loi de
Beer‐Lambert reste applicable dans la gamme des concentrations
proposées. Pour notre TP le tracé la courbe d’étalonnage s'est par
les valeurs données par le prof.
 De réinvestir les savoirs et savoir‐faire expérimentalement en ce
qui concerne les dilutions et les calculs associés.
 Essayer d'évaluer l'efficacité d'élimination du colorant (bleu de
méthylène) avec une concentration utilisé en prenant l’argile
comme adsorbant .

Les essais d’adsorption en fonction de la masse de Bioadsorbant ont


été effectués en régime discontinu dans des adsorbeurs hermétiques
(LACOPE ADS X-3), avec les masses de 10 mg à 1000 mg de
Bioadsorbant. La solution de BM 50 mg L- 1 est utilisée pour tous les
essais d’adsorption en fonction de la masse de Bioadsorbant.
L’adsorption en fonction de la masse de bioadsorbant a été étudiée en
solution aqueuse au pH d’autoéquilibre (6,67). Pour chaque essai
d’adsorption, une masse de bioadsorbant est placée dans l’adsorbeur ;
on ajoute 100 mL de la solution de BM. La suspension est agitée
pendant 350 minutes, temps situé dans le domaine de l’équilibre pour
toutes les masses utilisées. Après agitation, la suspension est
centrifugée (Centrifugeuse LABOFUGE 200 HERAEUS) pendant 30
minutes à 3000 rpm ; le centrifugeât est alors analysé à la longueur
d’onde requise.