Vous êtes sur la page 1sur 8

Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

TP - Système d’Exploitation (Linux)

Installation / Familiarisation

Objectifs
• Préparer le système et installer Linux (Ubuntu) sans ou avec Windows.
• Appréhender les principales fonctions du système d’exploitation.
• Se familiariser avec l’environnement Linux (principales commandes et les
applications libres disponibles) et le comparer à celui de Windows

I - Introduction
I.1 - Introduction à GNU/Linux
Le projet GNU lancé en 1983 par Richard Stallman qui consiste à développer un
système d’exploitation compatible à Unix, et qui pourra être utilisé et partagé librement par
tous. Au début des années 1990, le projet GNU possède une version utilisable de tous les
éléments nécessaires à la construction d’un système d’exploitation (un compilateur GCC, un
shell, des bibliothèques, les composants de base, les outils de développement…) à
l’exception du plus central : le noyau (en anglais kernel). En 1991, l’étudiant finlandais
Linus Torvalds de l’université d'Helsinki, entreprend le développement d’un noyau de
système d'exploitation, qu’on appellera plus tard le « noyau Linux ». Après l’ajout de
diverses fonctionnalités dont un système de fichiers, il adapte de nombreux composants
disponibles du système d’exploitation GNU (Licence publique générale) pour obtenir un
système d’exploitation plus complet.

Linux est architecturé autour d'un noyau qui prend en charge le matériel existant sur la
machine. Ses versions actuelles comprennent des systèmes multitâches et multiutilisateurs
pour usage personnel ou server en 32 et 64bits.

On appelle distribution l'assemblage d'un ensemble de logiciels autour du noyau Linux


afin de fournir un système fonctionnel. Et chaque distribution a une interface graphique
propre ainsi qu’un système de paquetages. Les distributions les plus connues sont :

◦ RedHat ;
◦ Debian ;
◦ SuSe ;
◦ Mandriva;
◦ Ubuntu.

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 1


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

I.2- Linux Ubuntu

Le projet Ubuntu est lancé en 2004 par le sud-africain Mark Shuttleworth. Cet ancien
développeur Debian souhaite une version plus facile d'accès pour les novices et se consacre à
la réalisation de ce projet.

Ubuntu est un système d’exploitation open source basé sur la distribution Linux Debian.
Dans le même ordre d'esprit, les utilisateurs sont encouragés à étudier son fonctionnement, le
modifier, l'améliorer et enfin de le redistribuer. En 2011, une estimation donne plus de 25
millions d'utilisateurs des différentes versions pour ordinateurs.

Contrairement aux logithèques des autres systèmes d'exploitation les plus populaires, tel
que Mac OS et Windows, les logiciels ne sont pas limités à ceux présélectionnés par le
développeur. Les utilisateurs peuvent ajouter des sources non-officielles grâce au gestionnaire
de programmes APT. La plupart des applications pour Windows peuvent également être
installées grâce à Wine ou à VirtualBox. Et la plate-forme Steam comporte plus de 1 500
jeux vidéo compatibles avec Ubuntu. De plus, l'interface utilisateur est disponible en 146
langues (à fin mars 2016), tant des langues nationales officielles, que des langues régionales
(comme Tamazirht). Une version stable d’Ubuntu est mise à disposition tous les six mois. Les
variantes d’Ubuntu les plus connues sont :

• Edubuntu, variante spécialement conçue pour le monde de l'éducation.


• Kubuntu qui est la variante utilisant le bureau KDE.
• Xubuntu (Cxoubountou), variante destinée à des ordinateurs de configuration
modeste, utilisant le bureau Xfce.
• Ubuntu GNOME, variante officielle qui intègre l'environnement GNOME Shell.
• Ubuntu MATE, variante utilisant le bureau MATE, un dérivé de GNOME 2.
• Mythbuntu, qui est une variante destinée à l'enregistrement vidéo et au multimédia.
• Ubuntu Studio, qui est une variante destinée à la création multimédia.
• Lubuntu, une variante très légère utilisant le bureau LXDE, est intégrée dans les
variantes reconnues à partir de sa version 11.10.
• Ubuntu Kylin, une version officielle pour la Chine, née d'un accord entre Canonical
et le ministère de l'industrie et des technologies de l'information en Chine.

II - Fichiers de démarrage (L’amorçage de l’ordinateur)


En informatique, le terme « amorçage » (ou l’anglicisme « boot ») désigne la procédure
de démarrage d'un ordinateur. La routine d'amorçage est un processus complexe durant
laquelle plusieurs étapes se succèdent dans le but d'exécuter un système d'exploitation.

II.1- Power-on Self-Test

Au moment de la mise sous tension d'un ordinateur, le contenu de la ROM-BIOS est


chargé en mémoire et exécute immédiatement et automatiquement (une routine de contrôle de
la machine) appelée POST. Ce programme permet de détecter les divers périphériques qui
sont raccordés à l'ordinateur et détermine certaines de leurs caractéristiques basiques. Une fois
cette détection terminée, le BIOS vérifie la séquence de boot et les informations
d’authentification s’elles sont configurées et passe le relais au logiciel chargeur d'amorçage.

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 2


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

II.2- Chargeurs d'amorçage

C’est un programme qui exécute le démarrage d'un système d'exploitation. Sans chargeur
d'amorçage, on ne peut charger de système d'exploitation. Le chargeur d'amorçage fait donc
partie intégrante de la routine d'amorçage.

Chargeurs d'amorçage d'Ubuntu

• Ubuntu 9.10 et versions ultérieures pour PC et Intel Mac : Le chargeur d'amorçage utilisé
par défaut est GNU GRUB 2. C'est un logiciel expressément conçu pour le monde
linuxien et des autres systèmes dérivés d'Unix. GRUB 2 peut être paramétré pour qu'il
corresponde aux besoins de votre ordinateur.
• Ubuntu 9.04 et versions antérieures pour PC et Intel Mac : GNU GRUB Legacy est le
chargeur d'amorçage utilisé par défaut dans Ubuntu. Développé depuis de nombreuses
années, il est pleinement paramétrable pour qu'il corresponde à vos besoins.
• Ubuntu pour Macintosh (PPC) : Yaboot sert de chargeur d'amorçage, compatible avec
l'OpenFirmware des ordinateurs Macintosh à base de processeurs PowerPC.
• Ubuntu pour les Macintel (Apple iMac 21,5'', macbook) : rEFIt sert de chargeur
d'amorçage, dont une évolution récente se dénomme
rEFInd http://www.rodsbooks.com/refind/.

III - Système de fichiers


III.1- Unités de disques, partitions et périphériques

Contrairement au système de fichiers Windows, il n'existe pas de lecteurs A:, C:, etc.
L'entrée du système de fichiers se situe à la racine, notée /. Ensuite, il existe un certain
nombre de répertoires présents par défaut. Et chaque disque prend le nom du contrôleur suivit
d’une lettre qui indique son ordre sur le contrôleur (hda pour le premier disque IDE, hdb pour
le second.. et sda, sdb pour le disque SATA).
De même, les partions d’un disque IDE ou SATA sont numérotées par ordre sur le
contrôleur d’accès.
Exemples :
Si vous avez 4 partitions primaires, elles sont numérotées dans l'ordre hda1/sda1 (hda1
pour un disque IDE / sda1 pour un disque SATA), hda2/sda2, hda3/sda3 et hda4/sda4.

Les SE du même principe d’Unix ont une manière originale d'accéder aux périphériques.
Chaque périphérique du système (souris, disque dur, lecteur de cd, carte son, etc.) est
représenté par un fichier spécial.

III.2 - Le système de fichiers: Arborescence des répertoires sous Ubuntu


Les données sont normalement présentées à l'utilisateur et aux programmes selon une
organisation structurée, sous la forme de répertoires et de fichiers. Pour pouvoir stocker ces
données structurées sur un périphérique, il faut utiliser un format qui les représente sous la
forme d'une succession de blocs de données : c'est ce qu'on appelle un système de fichiers.
Les systèmes de fichiers les plus courants sont la fat (disquettes et clefs USB), ntfs
(Windows), Ext2, Ext3 et Ext4 (Linux), iso 9660 (cd) et udf (dvd).

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 3


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

Pour votre info: Le nombre de répertoires d'un répertoire est illimité en ext4. Il était de
32000 en ext3.
Système de fichier Taille maximum d'un fichier Taille maximum du système de fichier
Ext4 16 To 1024 Po
Ext3 2 To 16 To
ReiserFS 3 8 To 16 To
XFS 8192 Po 8192 Po
ZFS (Solaris) 16384 Po 16384 Po

Ubuntu adhère à la norme sur la hiérarchie des systèmes de fichiers (Filesystems


Hierarchy Standard, FHS) qui définit le nom, le rôle et l'arborescence des fichiers et des
répertoires dans un système de fichiers. Elle facilite la localisation des répertoires et des
fichiers, tant pour les utilisateurs que pour les concepteurs de logiciels.

IV - La norme selon la FHS

La norme sur la hiérarchie des systèmes de fichiers définit une organisation logique
standard concernant l’organisation de ces répertoires. Ainsi, peu importe la distribution
GNU/Linux (ou tout autre système d’exploitation adhérant à cette norme) que vous utilisez,
vous serez en mesure de retrouver l’information que vous recherchez.

Répertoire Signification Contenu


Français Anglais
/ Racine du système, hiérarchie primaire
binaries, binary Exécutables des commandes essentielles
binaires,
/bin utilities disponibles pour tous les utilisateurs (ex: cd,
utilitaires binaires
(binutils) cat, ls…)
Fichiers statiques du chargeur d’amorçage
/boot initialisation bootstrap (noyaux, images ramdisk, fichiers de
configuration du chargeur d'amorçage…)
/dev périphérique device Fichiers spéciaux des périphériques
configuration
editing text Fichiers de configuration au format textuel de
/etc éditable en mode
config plusieurs programmes et services du système
texte
/home maison home directory Répertoires personnels des utilisateurs
Bibliothèques partagées essentielles et
/lib bibliothèques librairies
modules du noyau
Contient les points de montages pour les
/media
médias amovibles
Point de montage pour monter
/mnt montage mount
temporairement un système de fichiers
Emplacement pour des applications installées
/opt optionnel optional hors gestionnaire de paquets (logiciels
optionnels)
/proc processus processes Répertoire virtuel pour les informations

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 4


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

Répertoire Signification Contenu


Français Anglais
système (états du noyau et des processus
système)
/root racine root Répertoire personnel du super-utilisateur
Informations relatives au système depuis son
exécution
/run runtime system dernier démarrage (ex : utilisateurs actifs,
système
services en cours d'exécution, etc.)
super binaries,
super binnary
/sbin binaires système Exécutables système essentiels
utilities (super
binutils)
/srv services services Données pour les services du système
/tmp temporaire temporary Fichiers temporaires des applications
Hiérarchie secondaire, pour des données en
ressources Unix system lecture seule par les utilisateurs. Ce répertoire
/usr
système Unix resources contient la vaste majorité des applications
usuelles des utilisateurs et leurs fichiers
/var variable variable Données variables et diverses

V - Shell et commandes de base


En informatique, le terme Shell (coquille) désigne un logiciel fournissant une interface à
l'utilisateur pour des composantes d'un ensemble informatique plus grand. Bien qu'il puisse
aussi désigner une interface graphique, le Shell est plus généralement employé pour désigner
un interpréteur de lignes de commandes pouvant accéder aux services et interagir avec le
noyau d'un système d'exploitation. Dans le cas d'Ubuntu, un Shell interagit avec le noyau
Linux.
Le rôle l’interpréteur de lignes de commandes est de traiter une ligne de commande,
comprendre son contenu et exécuter la tâche associée. Le Shell est intimement lié avec la
notion de terminal, qui est une interface en mode texte dans lequel des lignes de commandes
peuvent être saisies. Une fois une ligne de commande écrite dans un terminal, celui-ci l'envoie
à l'interpréteur de lignes de commandes, qui la décortique et l'exécute.
Il existe de nombreux interpréteurs de lignes de commandes, qui fonctionnent tous plus
ou moins pareillement. Par défaut, le Shell associé à un compte d'utilisateur dans Ubuntu
est Bourne-Again Shell (Bash) ; toutes les commandes saisies par un utilisateur dans un
émulateur de terminal sont traitées par Bash. Ubuntu inclut aussi l'interpréteur Bourne Shell
(sh) pour qui en a besoin ou souhaiterait l'utiliser par défaut. D'autres shells, comme Z Shell
(zsh) ou C-Shell (csh), peuvent être installés facilement à l'aide de son gestionnaire de
paquets.

VI. Gestion des processus


Un processus est une instance d'un programme en train de s’exécuter (une tâche).

− Il possède un numéro unique sur le système pid

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 5


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

− Chaque processus appartient à un utilisateur et un groupe et aux droits qui leur sont
associés

− Sous le shell, un processus est créé pour exécuter chacune de ses commandes

− Le shell est le processus père de toutes les commandes.

Exemple:

Xclock: lancement d’un processus en 1ier plan (foreground )

ctl+c: l’arrêt définitif d un processus

Xclock&: lancement d’un processus en 2ieme plan (background )

^z: un signal qui suspend l'exécution sans détruire le processus correspondant

Bg: pour afficher les processus en BG

Fg: pour afficher les processus en FG

Le programme est suspendu :

 fg le passe au premier plan ;

 bg le passe en arrière-plan.

 Le programme tourne en arrière-plan :

 si c'est le seul dans ce cas, fg le passe au premier plan ;

 sinon, c'est plus compliqué.

Commandes pour la gestion des processus

 ps : liste des processus et de leurs caractéristiques

 htop : liste dynamique des processus et de ce qu'ils consomment

 pgrep : récupération d'une liste de processus par expression régulière

 pidof : récupération du pid d'un processus recherché

 fuser : informations sur les files descripteurs d'un processus

 lsof : idem

 pmap : afficher le mapping mémoire d'un processus

 strace : liste les appels système du processus

 ltrace : liste les appels de fonction de bibliothèques dynamiques du processus

 pstack : affiche la pile d'appel du processus

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 6


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

 gdb : pour tout savoir et même modifier l'action d'un processus.

 kill : envoyer un signal à un processus connaissant son pid

 killall : envoie un signal à tous les processus portant un certain nom

 pkill : envoie un signal aux processus matchant une expression régulière

 ctrl-z : envoie le signal STOP au processus en avant plan du shell en cours

 fg, bg : envoie le signal CONT à un processus stoppé du shell en cours

 fork() : permet de dupliquer (créer) un processus.

 Sleep(n): endort le processus jusqu'à ce que n secondes se soient écoulées, ou jusqu'à


ce qu'un signal non-ignoré soit reçu.

TP Linux Ubuntu - travail à réaliser


I – Organigramme de démarrage de l’ordinateur

• Amorçage => [RAM]  [ROM BIOS]


• Exécution du POST (test des composants du système) Préparer les
• Recherche et chargement du système d’exploitation organigrammes

II - Sous Windows

• Vérifier les caractéristiques des différents composants (y compris les disques) de


l’ordinateur ;
• Vérifier le nommage, système de fichiers, et capacités ;
• Vérifiez l’arborescence du système et notez les branches importantes ;
• Libérer de l’espace disque pour créer une partition afin d’installer Ubuntu ;
• Vérifier l’utilité des processus en exécution et arrêtez ceux qui ne sont pas utiles.
• Lancer l’éditeur de ligne de commandes et vérifier les commandes de base ;
• Pour Optimiser le système, exécuter la commande « msconfig »
o De la fenêtre « démarrage », décocher les programmes indésirables,
o De la fenêtre « processus », décocher les processus (Microsoft) qui risquent
d’alourdir le système,
o Relancer le moniteur système « alt+ctrl+suppr » et comparer.

III (optionnel) Préparation de l’installation

• Télécharger Linux Ubuntu

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 7


Architecture et exploitation des calculateurs ENSAM UMV - Rabat

Linux Ubuntu est un système d’exploitation gratuit, on peut le télécharger à partir de


l’adresse : http://www.ubuntu-fr.org/ (actuellement la version 14 est
disponible)
• Préparer les partitions [création et préparation]
En plus de la partition Windows (si on veut avoir les deux systèmes d’exploitation) et
la partition des données (indépendantes des partitions systèmes), un espace libre sur
le disque dur suffisant doit être réservé pour créer la (ou les) partition (s) Linux.
• Suivre l’assistant >> Principales étapes / choisir les paquetages à installer

III - Sous linux

• Démarrez Ubuntu et comparer à Windows


• Vérifiez les caractéristiques des différents composants (et disques) de l’ordinateur
o Vérifiez le nommage, le système de fichiers, et les capacités.
• Vérifiez l’arborescence du système et notez les branches importantes
• Lancez l’éditeur de ligne de commandes, tapez et commentez les commandes
suivantes :
$ free (memoire) $df (disque)
$date $cal
$ls $cd \ $ls $dis $ls
$mkdir test $cd test $cd / $ls
‘Commenter la liste des répertoires affichés’
$ps
$xclock
Ctrl+c
$xclock&
$ps
$fg
Ctrl+c

ENSAM-UMV Rabat 1°FI-GBM EL YOUSFI ALAOUI HACHEM 8

Vous aimerez peut-être aussi