Vous êtes sur la page 1sur 15

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, BURKINA FASO

DE L’ALPHABETISATION ET DE LA ----------
PROMOTION DES LANGUES NATIONALES Unité-Progrès-Justice
----------------
CABINET

PRÉPARATIFS DES
ASSISES NATIONALES DE
L’ÉDUCATION NATIONALE
Avril 2021
Plan de la Communication
INTRODUCTION

I. Contexte et justification
II. Objectifs des Assises
III. Stratégie de mise en œuvre

CONCLUSION
Introduction
L’école en Afrique est un héritage colonial,
elle visait à former des auxiliaires de
l’administration coloniale. Dès leur accession
à l’indépendance, les pays africains ont
essayé d’adapter le système éducatif à leurs
réalités.
A ce titre, des projets, des programmes et des
réformes ont été mis en œuvre avec plus ou
moins de réussite.
I: Contexte et justification (1/2)
Au Burkina Faso, dès l’accession du pays à
l’Indépendance en 1960, plusieurs réformes se sont
succédé sans fondamentalement améliorer l’institution
scolaire tant au niveau de la qualité que de son
adéquation avec le milieu.

Malgré la mise en œuvre de ces réformes, on constate


un hiatus entre les offres de formation et les besoins du
monde de l’emploi.
I:Contexte et justification (2/2)
C’est pourquoi ce système éducatif a besoin d’être
profondément repensé. D’où la nécessité de questionner
l’école autrement en impliquant l’ensemble des acteurs.

C’est à cet effet que des Assises nationales seront


organisées de sorte à mener une réflexion diagnostique
sur le système éducatif en vue de dégager les forces et
les faiblesses de l’école et d’esquisser des pistes de
solutions.
II: Les objectifs (1/3)
Objectif global
Fonder un pacte national pour une éducation de qualité,
dans un contexte de crises sécuritaire, sanitaire,
économique et sociale.
II: Les objectifs (2/3)
Les objectifs spécifiques
il s’agira de faire de pertinentes propositions dans les
domaines clés de l’éducation, tels que la réussite de la
mise en œuvre du protocole d’accord entre le
Gouvernement et la CNSE ; la mise en œuvre des
réformes (curriculaire, examens et concours etc.) ; la
gratuité de l’éducation ; le développement de l’EFTP ; la
problématique de l’enseignement privé ; la gouvernance
appliquée à l’éducation ; le transfert des ressources aux
collectivités territoriales, ONG et associations ; la
prévention et la résolution des crises et des violences en
milieu scolaire ;
II: Les objectifs (3/3)
Les objectifs spécifiques
Le développement de l’éducation non formelle ; la
promotion des langues nationales pour la cohésion et la
réconciliation nationale ; la réalisation des
infrastructures scolaires ; le financement de
l’éducation ainsi que le suivi-évaluation de la mise en
œuvre des conclusions des Assises.
III: La stratégie de mise en œuvre (1/5)

Mise en place de comités de coordination et de comités


techniques au niveau national et régional;
Création de onze commissions thématiques ;
Organisation de rencontres d’échanges avec :
• les anciens ministres de l’éducation nationale ;
• les partenaires (Syndicats, ONG, associations, PTF, etc.).
Tournée du Ministre dans les 13 régions;
Tenue d’Assises régionales;
Tenue des Assises nationales,
III: Stratégie de mise en œuvre (2/5)
Au cours des rencontres régionales et nationale, les
échanges porteront sur les thématiques suivantes :
Commission 1 : Bilan de la mise en œuvre du
protocole d’accord et perspectives ;
Commission 2 : Mise en œuvre des réformes
(curriculaire, examens et concours scolaires) : bilan et
perspectives ;
Commission 3 : Gratuité de l’éducation : bilan et
perspectives ;
III: Stratégie de mise en œuvre (3/5)
Commission 4 : Gouvernance du secteur de l’éducation
(politique, administrative, sociale, économique et locale) ;

Commission 5 : Bilan du transfert des ressources de


l’éducation aux collectivités, des conventions avec les
ONG, associations, et des subventions et perspectives ;

Commission 6 : Mécanisme d’encadrement de


l’enseignement privé ;
III: Stratégie de mise en œuvre (4/5)
Commission 7 : Mécanisme de prévention et de
résolution des crises et des violences en milieu scolaire.

Commission 8 : Stratégies de relance et de dynamisation


du sous-secteur de l’éducation non formelle,

Commission 9 : Stratégies de relance et de dynamisation


du sous-secteur de l’enseignement et la formation
techniques et professionnels,
III: Stratégie de mise en œuvre (5/5)
Commission 10 : Stratégies de promotion des langues
nationales pour la cohésion sociale et pour la
réconciliation nationale.
Commission 11 : Stratégies de financement de
l’éducation.
A l’issue des Assises nationales, un document de base
sera adopté, assorti d’une feuille de route claire pour la
réforme du système éducatif, dont la relecture de la loi
d’orientation de l’éducation est une des actions
essentielles. Le budget estimatif s’élève à 571 606 000
de FCFA.
Conclusion
La réussite de ces Assises nationales de l’éducation
dépend de l’implication de toutes les composantes de
la communauté nationale et particulièrement des
acteurs de l’éducation.
Aussi les responsables à tous les niveaux doivent-ils
s’engager à faciliter la tenue des rencontres au niveau
régional et national.
Ces Assises nationales permettront de réorienter notre
système éducatif pour mieux l’adapter aux besoins et
aux réalités de notre pays.
L’avenir attaché à une bombe