Vous êtes sur la page 1sur 3

Le rôle des entreprises et artisans

L’entreprise ou l’artisan exécute les travaux qui lui sont commandés et payés par le maître
d’ouvrage réputé « non sachant ». En tant que « sachant » l’entreprise a un devoir de conseil et
engage sa responsabilité vis-à-vis de son client.

Celui qui exécute les travaux le fait en s'insérant dans un processus de décision où chacun joue
un rôle et assume des responsabilités. L’entreprise qui a en charge la bonne exécution des
travaux dans le respect de la réglementation et des règles de l’art a aussi un devoir de conseil
auprès des autres acteurs sur les travaux qu’elle va exécuter pour les éclairer dans leurs choix.

Ce module s’attachera à présenter le rôle de l’entreprise dans l’acte de construire en trois


parties.

La première indiquera le positionnement et le rôle de l’entreprise par rapport aux autres


acteurs (indépendant, sous-traitance, Cotraitance, EG).

La 2ème partie indiquera sous quelle forme l’entreprise s’engage techniquement.

Et enfin, dans la 3ème partie, on précisera jusqu’où va la responsabilité juridique de l’entreprise.

1 – Le positionnement de l’entreprise et son rôle par rapport aux autres acteurs

Trois grandes familles d’acteur existent.

Tout d’abord, la Maîtrise d’ouvrage qui commande et paye les travaux et peut se faire assister
par un Assistant à Maîtrise d’Ouvrage.

Ensuite, la Maîtrise d’œuvre qui conseille et suit les travaux pour le compte du maître d’ouvrage.
Pour les travaux faisant appel à un seul corps d’état, l’entreprise exécutant les travaux assure
souvent seule la mission de conseil envers son client.

Enfin, les entreprises de travaux et artisans qui exécutent les différents ouvrages et qui lorsque
ce dernier est complexe peuvent associer leurs compétences sous différentes formes comme :

- La sous-traitance où une entreprise principale fait travailler sous sa responsabilité une autre
entreprise qui apporte des compétences que l’entreprise principale n’a pas.

qualiteconstruction.com
- La co-traitance où chaque entreprise avec ses compétences propres peut traiter en direct avec
le donneur d’ordre au sein d’un groupement avec un même marché de travaux.

- L’Entreprise générale qui est le seul interlocuteur du client et fait travailler plusieurs sous-
traitants qu’elle a fait au préalable accepter par son client.

En l’absence de maîtrise d’œuvre, l’entreprise peut se retrouver en direct avec le client et ainsi
endosser le rôle de maître d’œuvre. Par exemple, cela peut être le cas pour des travaux de
rénovation énergétique d’une maison individuelle avec un particulier comme Maître d’Ouvrage.

L’entreprise peut également intervenir sur une opération où le rôle et la mission de chaque
fonction (MOA, MOE et entreprises) sont bien définis. C’est le cas par exemple lors de la
construction d’un ERP public où une mission de Maîtrise d’Œuvre complète a été mise en place
conformément à la loi Maîtrise d’Ouvrage Publique (MOP).

2 – Différentes formes d’engagement technique

Quelle que soit l’organisation retenue pour le chantier, l’entreprise a une responsabilité
technique dans la chaîne de décision et doit à son client une exécution conforme aux
référentiels techniques.

Lorsqu’elle répond à un marché, l’entreprise doit s’assurer qu’elle a les compétences requises,
quitte à former ses collaborateurs, et qu’elle possède les qualifications demandées dans le
marché.

Elle peut également proposer des variantes à son client par le biais d’un devis modificatif que
ce dernier doit accepter. Dans le cas de marchés publics, les produits et équipements au moins
équivalents à ceux indiqués dans le marché doivent être mis en œuvre.

En cours d’exécution de travaux, l’entreprise doit notamment assurer l’approvisionnement et


le stockage des produits selon les règles de l’art ou comme indiqué par le fournisseur, respecter
le planning des travaux qui l’engagent, assurer l’évacuation de ses déchets de chantier et
effectuer la réception de ses travaux.

Enfin, elle peut proposer à son client un contrat d’entretien des procédés et équipements mis
en œuvre.

3 – Jusqu’où va la responsabilité de l’entreprise ?

Jusqu'à la réception de l'ouvrage qui va opérer le transfert de garde juridique au maître


d'ouvrage, l'entreprise assume seule les dommages affectant l'ouvrage qu'elle construit
puisqu'elle en a la garde, même en cas d'élément extérieur comme un incident climatique.
Par ailleurs elle est responsable des dommages causés aux Tiers du fait de l'exécution de ses

qualiteconstruction.com
travaux et elle a envers son client un devoir de conseil pour l’alerter si des demandes ou des
choix sont incompatibles avec la bonne exécution de l’ouvrage.

Après la réception la garde est transférée au maître d'ouvrage mais l'entreprise reste
responsable de certains désordres pour lesquels elle doit apporter sa garantie : le parfait
achèvement, la garantie décennale pour les dommages qui pourraient rendre l’ouvrage
impropre à sa destination ou porter atteinte à sa solidité, et enfin selon les cas la garantie de
bon fonctionnement. En dehors des garanties légales l'entreprise reste contractuellement
responsable de tous désordres affectant l'ouvrage construit en cas de faute.

Certaines des garanties dues par l'entreprise sont assurables, les différentes garanties
construction seront développées ultérieurement dans le MOOC.

Pour résumer, l’entreprise qui exécute des travaux pour son client, doit accompagner les choix
des différents acteurs en exerçant son devoir de conseil, en ayant les compétences pour les
travaux qui lui sont confiés et en apportant les garanties sur la bonne exécution de ses
ouvrages.

« Découvrez toutes les


ressources téléchargeables de
l’AQC ici »

qualiteconstruction.com