Vous êtes sur la page 1sur 23

REPUBLIQUE TUNISIENNE

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONAL


ARMEE DE L'AIR
DIVISION GENIE AIR

CONSULTATION N°……../2020

EQUIPEMENTS D'UN FORAGE PROFOND


A LA BASE AERIENNE DE SFAX

Cahier des Clauses Techniques Particulières

CCTP

Décembre 2020

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 1 / 22
CHAPITRE I : OBJET ET CONSISTANCE DE LA CONSULTATION
1 –OBJET DE LA CONSULTATION :
Le présent cahier des charges a pour objet de fixer la consistance et les conditions d'exécution de la fourniture
et installation des équipements hydromécaniques, électromécanique pour les équipements du forage profond à la base
aérienne de Sfax.
2-CONSISTANCE :
La présente consultation est constituée d’un seul lot relatif à la fourniture et installation de l’ensemble des
équipements hydro-électromécaniques destinées à équiper le forage profond.
3- PRESTATIONS CONTRACTUELLES :
3-1 Obligations
L’entreprise aura à remplir les obligations suivantes :
- L’établissement des études et des plans généraux et détaillés d'exécution pour l’ensemble des équipements à
installer.
- Le planning général de déroulement du contrat.
- Les essais et contrôles de conformité de matériel en usine.
- La fourniture dans les meilleures conditions d’emballage les équipements hydromécaniques et électriques.
- Le transport nécessaire des fournitures.
- L’installation des équipements hydro-électromécaniques, y compris toutes sujétions, manutention, accessoires,
matières diverses, énergie électrique ou thermique, eau nécessaire au chantier, la remise en état des lieux et
éventuellement la coordination avec les entreprises des autres lots.
- Les essais après montage, y compris les consommables, le matériel et les appareils nécessaires aux essais et la
mise en service.
- L’établissement du dossier définitif du recollement mis à jour après exécution des installations, avec les
modifications faites lors du montage ou des essais de mise en service.
- L’énumération des prestations indiquées ci-dessus n’est nullement limitative et l’adjudicataire s’engage en fait, à
fournir et à mettre en service un ensemble en parfait état de marche.
3-2 Plans des installations hydromécaniques et électriques
3.2.1 Plans et schémas électriques
Les plans et les schémas électriques doivent comprendre :
- Un schéma unifilaire général
- Un schéma développé
- Un plan indiquant les liaisons par câbles entre les équipements
- Un schéma du circuit de terre faisant apparaître :
 les conducteurs de protection ;
 le réseau d'interconnexion des masses ;
 l'arrivée sur le circuit de terre avec la barrette d'isolement ;
 le circuit de terre lui-même.
Le schéma précisera la section des conducteurs aboutissant aux récepteurs et celle des conducteurs de
protection. Les schémas électriques devront respecter les prescriptions ci-après :
Appareils électriques
Tous les appareils (disjoncteurs, contacteurs, appareils de mesure, relais, commutateurs, etc...) seront regroupés sous
la forme d'une nomenclature avec les précisions suivantes :
 La fonction.
 Une abréviation de repérage (voir NORMES C.R.D.A).
 Le nom du constructeur.
 Le type et la référence.
 Les caractéristiques essentielles : tension, intensité, temporisation, réglages possibles, calibres, ....
Tous les contacts des relais et commutateurs seront représentés et numérotés, y compris les contacts non utilisés.
Liaisons entre les coffrets et les appareils extérieurs
Le repérage de ces liaisons sera effectué comme suit sur les plans :
 repérage de la plaque à bornes et des bornes de départ ;

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 2 / 22
 libellé de l'appareil ou de l'organe alimenté.
Mode de représentation
Les schémas seront établis sous forme de folios au format 297 x 420.
Les schémas électriques seront représentés suivant les normes habituelles :
 Ensemble hors tension
 Contact repos : fermé
 Contact travail : ouvert.
Les contacts des commutateurs seront représentés indifféremment ouverts ou fermés.
Chaque position du commutateur portera un numéro. Les contacts actionnés par ce commutateur porteront le
numéro de la position (ou des positions) de ce dernier, correspondant à leurs états "ouverts" ou "fermés". Ces
schémas devront être en concordance complète avec l'installation.
3.2.2 Plans et schémas hydrauliques
Les plans et les schémas hydrauliques doivent comprendre :
- Le plan d'implantation dans la station et les abords avec les clôtures, le portail etc ...
- Pour les stations sur forages : le plan de la coupe du forage et de la ligne de refoulement avec les indications des
niveaux sondes, groupe électropompe, ligne d'air, les diamètres du forage, de la colonne montante et de la ligne de
refoulement.
- Pour les stations de reprises : le plan de coupe de la bâche de reprise, les lignes d’aspiration et de refoulement, le
groupe électropompe de surface et les indications des niveaux des sondes.
Les appareils et organes essentiels seront repérés et regroupés dans une nomenclature comme pour les plans
électriques.
Ils seront établis suivant le même format afin de former avec l'ensemble complet un cahier avec page de garde
qui constituera le dossier de plans de la station.
3.2.3 Qualités - Précisions et identifications des plans et des schémas
Tous les dessins doivent être complets et indélébiles, entièrement côtés, établis d'une façon parfaitement lisible
et doivent porter toutes les indications permettant une identification rapide et sûre de leur objet. Chacun d'eux
doit indiquer notamment :
- le nom de l'Entrepreneur et éventuellement de son sous-traitant;
- la désignation de l'installation;
- une codification à mettre au point avec la Division Génie de l'Air ;
- la mention précise de la ou des échelles utilisées;
- la nature des modifications, s'il y a lieu, tout plan modifié devra obligatoirement porter un nouvel indice et la date
de la modification avec sa désignation sur la page de garde.
4- CONSISTANCE DES FOURNITURES ET DES TRAVAUX :
4.1 Origine et limite des prestations
L’origine des prestations est située au niveau des bornes en aval du disjoncteur général au sous station électrique
de base.
La limite en aval des prestations est située au niveau du forage,ligne de refoulement et la station de pompage.
4.2 Partie électromécanique
Cette partie comprend par station :
- La fourniture, l’installation et le raccordement du câble d’alimentation basse tension 220/380 et auxiliaire reliant le
disjoncteur général installé dans la cabine de comptage et l’armoire de commande de la station.
- l’installation d’une armoire électrique (de commande, de contrôle, de protection et de régulation) appropriée à la
puissance du groupe électropompe et conforme à la norme CRDA N° NOR 20.
- La fourniture, l'aménagement et le raccordement des câbles BT et auxiliaires entre l’armoire de commande, les
groupes et l'appareillage de régulation et de protection
- La fourniture, pose et raccordement de matériel de régulation et d'automatisme éventuels (ligne pilote, détecteur de
niveau, etc…)
- La fourniture et la réalisation d’une prise de terre avec circuit général et équipotentiel.
- La fourniture et l’installation éventuelle d’une batterie de condensateurs, si le Cos. est inférieur à 0,8.
4.3 Partie hydromécanique
Cette partie comprend par station :

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 3 / 22
- La fourniture et l’installation d’un groupe électropompe immergé.
- La fourniture et l’installation des pièces mécano-soudées constituant la tête de forage et le support des câbles avec
coffret double enveloppe ou normal, conformément à la normalisation CRDA (cas d’un groupe immergé installé
sur forage).
- La fourniture et l’installation d’un hydromètre complet (cas d’un forage).
- Fourniture et installation des composantes de la ligne de refoulement y compris les supports réglables.
4.4 Génie civil
Cette partie comprend par station :
- Exécution des massifs en béton de la tête de forage, des supports de la ligne de refoulement
- Exécution des tranchées pour câbles d’alimentation et des auxiliaires, les cheminements des buses enrobées de
béton, les fouilles pour prise de terre et éventuellement des tranchées pour une ligne pilote.
- Traversées des murs en maçonnerie ou en béton pour manchette en acier galvanisé.
- Traversées des murs pour câbles suffisamment dimensionnés pour manipuler les câbles mais aussi pour faire une
étanchéité en silicone.

CHAPITRE II : CLAUSES GENERALES


1. PLANS ET NORME CRDA
Afin de préciser la nature des travaux à réaliser dans le cadre de la consultation, et en vue de permettre aux
soumissionnaires l'établissement du contenu de leurs offres, les séries de plans suivants jointes à l'appel d'offres, sont
considérées à caractère contractuel :
1.1 Partie électromécanique
a) Une série de plans de la NORME 10 définissant :
- les différents cas de distribution, protection et isolement plan N° NOR.A.E.11.4
- les entrées, les sorties et passage des câbles plan N° NOR.A.E.13.1.
- puits de terre,
- plan N° NOR.A.E.13.2.
- les alimentations en énergie G.E, plan N° NOR. A.E. 13.2 HT/BT, plan N° NOR.AE. 11.1, AE. 11.2, A.E 12.2.
b) Une série de plans, NORME 20-A définissant :
- le câblage puissance et auxiliaire pour les puissances P < 50 kW et forage à l'intérieur ou à l'extérieur plan N°
NOR.IE.20-2 F°1 et F°2
c) Une série de plans, NORME 20-B définissant :
- les schémas unifilaires et d’équipements extérieurs pour P  24 kW et 24 kW < P  38 kW. plan N°
NOR.S.22.a ; plan N° NOR. S.22.b et plan N° NOR.E.22-1;
- les calibres de l'appareillage principal, Plan N° NOR.C.25 F°1
d) Une série de plans de la NORME 20.C.1 définissant le rangement des câbles et des auxiliaires avec
calibres des presse-étoupes plan N° NOR.E.M.26.1 F°1 et F°2.
e) Une série de plans de la NORME 20.C.2 définissant l’arrangement des câbles et des auxiliaires sur
les colonnes montantes :
- Brides normales DN 100, plan N° NOR.E.M.27.3
- Brides normales DN 125, plan N° NOR.E.M.27.4
- Fixation des câbles sur les colonnes, plan N° NOR.E.M.27.13.
f) Une série de plans de la NORME 20.C.3 définissant :
- l’aménagement sur les têtes de forage extérieurs avec châssis support des câbles, plan N° NOR.E.M.28.2 F°1 et
F°2;
g) La normalisation CRDA NOR.20 relative à la conception et à la construction des coffrets de
démarrage, de contrôle et de protection des stations comprenant :
- Les choix des protections et des matériels.
- Les spécifications techniques générales et détaillées des équipements avec fiches à remplir des caractéristiques du
matériel proposé.
1.2 Partie hydromécanique
a) Une série de plans, NORME 30-B1 et 30-B2 définissant :

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 4 / 22
- Les têtes de forage DN 100, plan N° NOR.H.M.32.3 F°1 et F°2
- Les têtes de forage DN 125, plan N° NOR.H.M.32.4 F°1 et F°2
- Les têtes de forage DN 150, plan N° NOR.H.M.32.5 F°1 et F°2
h) Une série de plans, NORME 30-A définissant la fiche des caractéristiques des équipements des puits,
- Plan N° NOR.H.E.M.31.1
- Plan N° NOR.H.E.M.31.2
i) Une série de plans, NORME 40-A définissant les colonnes montantes et les brides normales DN 100,
125 et 150.
j) Une série de plans, NORME 40-B définissant les lignes de refoulement :
- Ligne de refoulement DN 65 à 100
- Plan N° NOR.H.M.42.1 et 42.3
- Plan N° NOR.H.M.43.1
1.3 Partie génie civil et abords
Une série de plans définissant les implantations des matériels à installer. Ces plans sont assortis de spécifications
générales et détaillées pour application.

CHAPITRE III : SPECIFIQUATIONS TECHNIQUES GENERALES DES


FOURNITURES ET DES TRAVAUX
1. PARTIE ELECTROMECANIQUE
1.1 Calibrage et caractéristiques techniques des câbles des groupes et des auxiliaires
Cette armoire qui contient les organes essentiels nécessaires a la commande, au contrôle, à la régulation et aux
protections du groupe et des auxiliaires de la station a fait l’objet d’une étude particulièrement détaillée de
NORMALISATION et de RATIONALISATION de leurs équipements (NOR. N°20)
Cette normalisation sera jointe au dossier de consultation et devra être respectée dans son intégralité. Pour cette raison
les armoires seront réceptionnées en usine de fabrication et feront l’objet à cette occasion des opérations suivantes :
- Contrôle de conformité à tous les critères imposés par la normalisation.
- Contrôle de la fabrication de l’armoire et du châssis.
- Essais avec simulation de fonctionnement et des défauts.
Les composantes électriques (relais, contacteurs, temporisateur, etc..) de la régulation et automatisation de la station de
pompage devront être intégrées dans l’armoire de commande Les câbles à utiliser d’une façon générale doivent être
d’une seule longueur et satisfaire les caractéristiques suivantes :
- Sections des câbles appropriées aux moteurs avec une chute de tension au niveau de l’armoire de 1% (u 1%) et
des chutes de tension admissibles avec un maximum de 3% en fonctionnement normal (u 3%, cos = 0,8) et de
8% en état de démarrage (u 8%, cos = 0,4).
1.2 Consistance de l’armoire électrique du groupe immergé
1.2.1 Montés encastrés sur la porte de chaque armoire.
- Un bouton arrêt d’urgence.
- Un commutateur de choix de fonctionnement « auto - arrêt - manuel ».
- Deux boutons poussoirs « marche - arrêt » permettant de mettre en service ou d'arrêter le groupe immergé.
- Trois voyants lumineux indiquant la présence de tension de couleur rouge.
- Un voyant lumineux indiquant marche de couleur verte, et un autre indiquant l’arrêt de couleur rouge.
- Des voyants lumineux de couleur orangée indiquant la présence des défauts suivants :
 marche à sec.
 minimum de puissance.
 minimum de tension et surtension.
 coupure et inversion des phases.
 thermique.
 isolement.
- Un voltmètre de 0-500 V (Cl : 1,5).
- Un commutateur de voltmètre à sept (07) positions.

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 5 / 22
- Trois ampèremètres d'intensité à aiguille appropriés au moteur et aux Transformateurs de courant (Cl : 1,5), et à
échelle moteur.
- Un compteur horaire mécanique de fonctionnement de pompe de tension 48 V sans remise à zéro.
- Un compteur d'impulsion de tension 48 V sans remise à zéro.
- Éventuellement, pour l'utilisation d'un compresseur dans le cas d’un ballon anti-bélier :
 Deux boutons poussoirs "marche - arrêt".
 Un système d'alarme et de signalisation basé sur la détection des niveaux d'air min et max dans le ballon.
- Tout autre appareillage ou signalisation s'avérant nécessaire.
1.2.2 Montés encastrés sur l'un des côtés de l’armoire
- Une prise monophasée plus terre 230V/16A type encastré avec fiche mâle adaptée et alimentée à partir du
disjoncteur différentiel.
- Une prise triphasée plus terre 400V/32A type encastré avec fiche mâle adaptée et alimentée à partir du disjoncteur
différentiel.
1.2.3 Montés à l’intérieur de l’armoire
- Un disjoncteur général tétra polaire équipé de trois (3) déclencheurs magnétothermiques et d'un relais différentiel
approprié. Son courant nominal, son courant de réglage thermique et son pouvoir de coupure doivent être
appropriés aux conditions de fonctionnement (puissance nominale du moteur immergé).
- Un interrupteur sectionneur général tripolaire à manette avec verrouillage mécanique équipé de fusible à cartouche
HPC approprié type aM avec percuteur et équipé d'un contact de pré coupure raccordé au circuit de commande.
- Un départ pour l'éclairage électrique des locaux, muni d'un disjoncteur bipolaire équipé de deux (02) déclencheurs
magnétothermiques et d'un relais différentiel 30mA. Son courant de réglage thermique est de 15A. Son pouvoir de
coupure doit être approprié aux conditions de fonctionnement.
- Un départ pour prise force, muni d'un disjoncteur tétra polaire équipé de trois (03) déclencheurs
magnétothermiques et d'un relais différentiel 30mA. Son courant de réglage thermique est de 32A. Son pouvoir de
coupure doit être approprié aux conditions de fonctionnement.
- Un départ pour l'alimentation éventuelle d'un compresseur muni d'un disjoncteur tripolaire équipé de trois
déclencheurs magnétothermiques et d'un relais différentiel 30mA. Son courant nominal, son courant de réglage
thermique et son pouvoir de coupure doivent être appropriés aux conditions de fonctionnement.
- Un transformateur de sécurité conforme aux normes NFC 52-210, 230/48V ou 400V/48V, pour l'alimentation du
circuit de commande et de signalisation, protégé par sectionneur fusible approprié.
- Un contacteur de ligne tripolaire avec relais thermique, son calibre doit être déterminé en fonction du courant
nominal moteur majoré de 15%.
- Pour le démarrage par étoile triangle :
 Un ensemble démarreur par étoile triangle  permettant de réduire le courant de démarrage à au plus trois
(03) fois l’intensité nominale avec câble reliant l’ensemble à l’armoire.
- Un jeu de barre BT en cuivre rouge trois phases et neutre, monté sur isolateurs support avec joues de serrage et
peintes aux couleurs conventionnelles.
- Des relais de protection permettant de protéger les groupes contre :
 coupure et inversion des phases.
 minimum de tension et surtension réglable.
 minimum de puissance.
 marche à sec (contrôle de niveau dans le forage : Niveau haut autorise démarrage groupe et Niveau bas
arrêt du groupe).
- Trois sondes de niveau avec câble de liaison avec l'armoire électrique de longueur égale à au moins l’immersion
plus la distance séparant la tête du forage et l’armoire.
- Un contacteur pour la régulation avec tous les accessoires nécessaires au bon fonctionnement de la régulation.
- Un ensemble de borniers de raccordement des câbles d'entrée et de sortie de bonne qualité mécanique.
- Un bornier dédié au système de télé régulation ou de télégestion projeté.
- Tout autre appareillage s'avérant nécessaire pour l'automatisme du forage en question.
Remarque :
La liste d'appareillage de chaque armoire électrique n'est pas limitative et le soumissionnaire s'engage à fournir une
installation en bon état de marche conformément aux exigences de la DGA et aux règles de l'art.

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 6 / 22
1.3 Aménagement des câblages B.T. et auxiliaires
1. 3.1Aménagement des câbles situés à l’extérieur du forage
Pour préserver les câbles qui sont d'un prix élevé, ils seront placés dans des cheminements protégés. La conception du
cheminement sera suivant les situations des têtes de forage.
Tête de forage situé à l'extérieur de la station
Aménagement dans le sol de trois buses en PVC rigide et épais noyés dans le béton de reconstitution du plancher :
- 1 buse de diamètre intérieur suffisant pour les câbles de puissance 380 V de l'alimentation du moteur.
- 1 buse de diamètre intérieur suffisant pour les câbles et auxiliaires suivants :
 câble de la sonde de niveau bas ;
 câble de la sonde à thermistances du moteur ;
 câble de la masse de la tête de forage (et du moteur) ;
 tube d'air de la mesure des niveaux.
- 1 buse pour les câbles de puissance de l’alimentation de la pompe doseuse, du malaxeur et des sondes de niveau
du bac de préparation d’eau de javel
Aux extrémités de ces buses, est exigée la confection de trois regards :
- un, au pied de l’armoire de contrôle et de commande,
- un, au niveau du poste de chloration.
Ces deux regards seront fermés chacun par tôle striée de 5/7 qui s’ajustera autour des protections mécaniques
des câbles.
- un, au pied de la tête de forage, permettant la remontée des câbles vers la tête de forage sur le châssis prévu à cet
effet. Le couvercle de ce regard sera exécuté en béton.
Dans le cas ou les cheminements entre l’armoire de commande de la station et la tête de forage nécessite un
angle de moins de 150 degrés, un regard sera confectionné pour permettre le tirage des câbles.
1.3.2 Constitution de la tête de forage
Une étude détaillée a été exécutée en vue d'établir une normalisation des équipements particuliers des têtes de forage
ainsi que la protection et l'installation des câbles immergés qui sont d'un coût élevé.
Les têtes de forages comprennent deux parties :
- Le support du cheminement des câbles avec protections mécaniques, et des dispositions des presse-étoupes sur la
bride d'obturation de manière à ce que les câbles se présentent dans le sens vertical, qu'ils soient maintenus
solidement et protégés efficacement ; le schéma du support et les dispositions des presse-étoupes sont précisées sur
les plans de la Normalisation.
- Les pièces mécano-soudées constituant la tête du forage avec support et système d'orientation du coude de
refoulement. Ces pièces de fabrication sont représentées sur les plans de la Normalisation.
1.3.3 Aménagement des câbles et des auxiliaires à l’intérieur du puits de forage
Les câbles de puissance, des auxiliaires et le tube d'air doivent être fixés solidement et correctement autour de la
colonne montante. Aux passages des brides de jonction, entre les éléments de la colonne, les câbles et le tube seront
logés dans les encoches prévues à cet effet. Les différentes dimensions des brides et des câbles ainsi que la répartition
dans les encoches sont indiquées sur les plans de la Normalisation.
Les câbles et le tube d'air seront fixés à la colonne montante par des colliers situés en amont et en aval de chaque
jonction par brides de la colonne, de manière à ce que le collier situé en aval (collier du bas) ne glisse pas dans le temps
avec les trépidations : une troisième attache le fixera à un des câbles de puissance.
Un autre collier sera positionné au milieu de chaque élément de la colonne (longueur 3 mètres). Afin d'éviter qu'il
glisse, un petit collier sera placé sur un des deux câbles de puissance pour maintenir l'ensemble (idem ci-dessus).
Les colliers seront d'un modèle en Rilsan dur avec crans de sûreté.
Chaque forage doit être équipé d’une sonde d'arrêt du groupe positionnée à environ 1 mètre au-dessus de la bride
supérieure de la pompe (sauf pour les pompes dont le NPSH nécessite une certaine hauteur d'alimentation en charge).
Elle sera fixée à la colonne montante par colliers.
Le tube d'air aura son extrémité basse au niveau de la bride supérieure de la pompe.
1.4 Calibrage et caractéristiques techniques des câbles des groupes et des auxiliaires
Les câbles à utiliser d’une façon générale doivent être d’une seule longueur et satisfaire les caractéristiques suivantes :
- Câble de type U1000 R02V entre le poste de transformation, l’armoire de commande, moteurs électriques et les

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 7 / 22
organes apparents (extérieurs).
- Câbles spéciaux souples pour les moteurs immergés, les sondes des niveaux (section du câble par sonde 2 x 1,5
mm2) et les sondes à thermistances, (section du câble 3 x 2,5 mm²) types alimentaires et immergeables en
permanence dans l’eau pour des profondeurs allant jusqu’à 200 m et pour des sollicitations mécaniques. La tension
d’isolement doit être au moins égale à 450/750 V conformes aux normes en vigueur en Tunisie ou à défaut aux
normes C.E.I (Commission Electro-technique Internationale). Ils doivent porter les indications suivantes :
référence, type et section.
- Nombre des fils pour les câbles de puissance : quatre (4) pour le triphasé (3 ph + masse) et 3 fils pour le
monophasé (ph, N et masse).
- Sections des câbles appropriées aux moteurs avec une chute de tension au niveau de l’armoire de 1% (u  1%) et
des chutes de tension admissibles avec un maximum de 3% en fonctionnement normal (u  3%, cos  = 0,8) et
de 8% en état de démarrage (u  8%, cos  = 0,4).
- Câble de mise à la terre des équipements HEM sera d'une constitution normale mais souple. La section sera au
minimum de 16 mm2 pour les moteurs câblés à cette section ou inférieure et de 25 mm 2 maximum pour les
puissances supérieures.
1.5 Prise de terre et circuit de la station
Afin de compléter les protections de sécurité de la station et de permettre aux protections contre les défauts
d'isolements, de fonctionner convenablement, il est nécessaire de réaliser un circuit de terre avec liaisons
équipotentielles de toutes les parties métalliques susceptibles d'être portées à un potentiel dangereux pour les personnes.
Ce circuit doit être complété par une prise de terre dite " d'UTILISATION "qui permet l'écoulement des courants de
défauts de la station vers la prise de terre.
Les courants de défauts circulant dans le circuit décrit ci-dessus sont détectés par les tores homopolaires des protections
différentielles disposées sur l'alimentation générale et sur tous les départs concernés comme il est précisé sur les
schémas des armoires des stations (voir Normalisation NOR 20B schémas NOR 21-22 et 23).
Ces tores très sensibles détectent les courants de défauts aussitôt que l'isolement de la partie incriminée baisse et font
déclencher l'organe d'alimentation du circuit en question (Disjoncteur ou Contacteur).
Cette installation avec les appareils envisagés est conforme aux Normes C15.100 et C15.200 traitant de la protection
des travailleurs.
1.6 Essais et réglages des protections
L'installation complète d'une station de pompage étant terminée, l'entrepreneur doit assurer un programme d'essais de
contrôle, de vérification et de réglage en présence d'un représentant technique du la Base Aérienne.
Le programme doit être scindé en deux parties qui sont :
1.6.1 Essais statiques
1. Vérification de l'installation, contrôle des caractéristiques du matériel installé qui doivent être en
correspondance avec les spécifications techniques, ainsi que la qualité des travaux d'équipements
suivant les règles de l'art.
2. Mesure des isolements des différents circuits ou tronçons de circuits avant la mise sous tension au
moyen d'un mégohmmètre 1000V cc.
3. Mesure des tensions sur les 3 phases et le Neutre 220/380 V (voir N.B), contrôle de l'ordre des phases
au moyen d'un indicateur d'ordre de phase.
4. Réglage à vide des protections
- Relais R1 : protection +ou- tension, seuil haut à 1,1 et seuil bas à 0,85.
- Relais R1t r1 : temporisation de l'action du relais R1, réglage à 3 minutes.
- Relais R3 : réglage à 30 % de In (théorique).
- Relais R4 : réglage à 20 ms (Provisoire).
- Relais magnétique du disjoncteur DM : réglage à environ 3,5 In.
- Relais thermique Th1 - Th 2 : réglage à 0,9 de In (Provisoire).
- Relais R5 : sans réglage.
- Relais R6 : temporisation réglée à 5 secondes.
- Relais R7 : temporisation réglée à 5 secondes
5. Essais à vide du démarrage
Le disjoncteur DM ouvert, essayer l'enclenchement du démarreur-contacteur étoile, contacteur de ligne,
contacteur triangle.
- Réglage de la temporisation de passage de l'état étoile à celui de triangle à 8 secondes.
Pour assurer le fonctionnement de cet essai il faut :

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 8 / 22
 placer le commutateur Manuel-Automatique sur la position " manuel ";
 fermer l’interrupteur général, ouvrir le disjoncteur DM et vérifier que les tensions auxiliaires de
commande sont bien présentes (Voyants jeu de barres et leds);
 court-circuiter la protection du relais R 3 " marche à vide " (contact de sortie);
 appuyer sur le bouton marche.
Les contacteurs doivent s'enclencher dans l'ordre avec le décalage des temporisations programmées. Le
voyant " marche" s'éclaire.
6. Essais des protections
Contrôler que les protections agissent correctement en assurant la coupure du démarreur (contacteurs de ligne et
triangle). Pour cela les opérations suivantes sont à réaliser :
 Relais R1 : couper le contact de sortie qui alimente le relais Rtr 1, les contacteurs doivent
déclencher, le voyant "Marche" s'éteint.
En rétablissant le contact, le Rtr1 est de nouveau excité et commence sa
temporisation. Au bout du temps de réglage de 3 minutes, en appuyant sur le
bouton marche le démarreur est de nouveau sollicité.

 Relais R2 :
1er essai: inverser deux phases sur le câble de l'arrivée puissance ou à la sortie des coupe-circuits
d'alimentation du relais, remettre sous tension et essayer de redémarrer, les
contacteurs ne doivent pass'enclencher
ème
2 essai : enlever un fusible d'une phase qui alimente les relais de protectionpendant que les
contacteurs sont enclenchés, ils doivent se couper aussitôt.
 Relais R3 : à effectuer pendant les essais dynamiques.
 Relais R4 : appuyer sur le bouton test du relais homopolaire, les contacteurs déclenchent.
 Relais R5 :
1er essai : ouvrir la borne interruptible du câble de liaison aux sondes à thermistance du moteur,
les contacteurs déclenchent
ème
2 essai : court-circuité les deux bornes de sortie vers les sondes, les contacteurs déclenchent.
 Relais R6 :
1er essai : mettre le commutateur en position automatique. La sonde du niveau haut baignant
dans l'eau, les contacteurs s'enclenchent.
En ouvrant la borne interruptible du câble de la sonde du niveau bas, les contacteurs
déclenchent. 
2ème essai : mettre le commutateur en manuel :
- en appuyant sur le bouton marche le démarrage doit s'effectuer même si la sonde
de marche n'est pas dans l'eau.
- en ouvrant la borne interruptible du câble de la sonde du niveau bas, les
contacteurs déclenchent.

 Relais R7 : Essais comme pour le relais R6

 Relais Thermique : les contacteurs enclenchés, appuyer sur le bouton des relais Th1 ou Th2, les
contacteurs déclenchent et le voyant défaut thermique s'allume.
N.B. Lorsqu'une station est située au début de la ligne d'alimentation STEG 30 KV, il est possible que
la tension B.T. soit supérieure à 380 Volts, elle peut dépasser le seuil de 410 Volts en heures creuses. Il est
recommandé de s'assurer, au moyen de mesures fréquentes matin et soir pendant plusieurs jours (2 à 3), que
cette tension ne descend pas en dessous de 400 Volts en charge.
Dans ce cas il faut, si le transformateur possède un commutateur de +ou- 5% (ou 2,5%), placer l'index à la
valeur de + 5%. L'inverse peut se produire pour des stations alimentées en bout de réseau 30 KV, pour ce cas
il faut placer l'index sur - 5%.
1.6.2 Essais dynamiques
Les essais dynamiques seront exécutés en commun avec l'équipement hydromécanique pour la mise en service et le
contrôle des performances.

1.7 Facteur de puissance de l'installation


A la mise en service, la mesure du facteur de puissance (cosinus phi) de l'installation doit être effectuée soit avec un
CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 9 / 22
cosinus phi mètre, soit par un analyseur d'énergie. La valeur relevée doit être supérieure à 0,8 (aux alentours de 0,82).
Dans le cas ou elle est inférieure, l'Entrepreneur installera aux emplacements réservés à cet effet dans les coffrets,
l'appareillage nécessaire à la protection de la batterie de condensateurs dont la capacité en KVAR sera à définir en
fonction de la valeur du cosinus  mesuré.
La valeur de la capacité de la batterie de condensateurs ne doit pas être supérieure à 15% de la puissance en kVA du
transformateur HT/BT d'alimentation de la station, afin d'éviter les phénomènes de ferroresonance.
1.8 Conditions particulières de pose des câbles d'alimentation électrique en dehors des locaux
Pour les travaux de pose des câbles en dehors des locaux, le soumissionnaire devra les poser dans des fourreaux
entièrement enterrés dans des tranchées à 80 cm du sol et de largeur 40 cm. Ces fourreaux sont posés sur un lit de sable
d’au moins 10 cm d’épaisseur. Le soumissionnaire doit aussi prévoir un remblai de calage jusqu’à 30 cm du sol avec
du sable propre, sans trace d’argile, homogène, dépourvue de cailloux et provenant de carrière agrée pour lit de pose et
remblai de calage. Un dispositif avertisseur devra être mis en place au-dessus du câble à 30 cm du sol, il doit être en
PVC type haute résistance et renforcé de deux feuillards longitudinaux en polypropylène de couleur rouge et de largeur
40 cm. Les fourreaux doivent être en matière composite ou polyester ou PVC de haute résistance. Les fourreaux en
acier ne sont pas acceptés.
2. PARTIE HYDROMECANIQUE
Tous les équipements doivent fonctionner dans une température ambiante pouvant aller de - 5°C jusqu’à 50°C. Les
groupes de pompage doivent être exécutés en matériaux non corrosifs pour pouvoir fonctionner en milieu agressif et
salin (supérieur à 3 g/l). Les moteurs électriques seront protégés suffisamment contre le sable et l’eau. La classe de
protection est individuellement indiquée.
L’entreprise doit fournir tous les renseignements sur les conditions optimales de fonctionnement des équipements. Elle
doit remplir soigneusement les fiches signalétiques pour chaque groupe proposé.
L’entreprise est responsable du moindre défaut de son équipement ou d’une mauvaise performance à cause d’une sous-
estimation ou un mauvais choix d’équipement. Elle doit indiquer dans son offre tous les accessoires et pièces qu’elle
juge nécessaires pour le bon fonctionnement de son équipement. Au moment de la mise en route et avant la réception
provisoire, l’entreprise s’engage à organiser des cours de formation, sur place, pour familiariser le personnel
d’exploitation et technique de l’Administration avec les équipements et de parfaire ses connaissances techniques.
Les présentes spécifications concernent l’acquisition de groupes électropompes sur foragesdestinés aux systèmes
d’alimentation en eau potable.
2.1Spécifications techniques générales des pompes centrifuges desGroupes électropompes
Ce chapitre se rapporte aux conditions applicables à la fourniture de pompes centrifuges à axe vertical, horizontal et
aux pompes immergées, accouplées à des moteurs électriques.
Sauf spécifications particulières, les pompes seront choisies conformément aux présentes prescriptions.
a. Normes
Les pompes seront conformes aux normes ci-dessous mentionnées :
- Pompe :
 NFE – 44.001 –44.111 – 44.112 NFX – 10.601.
 Code d’essai international ISO 9906 : 1999 (F) précision selon – niveau 1, de fonctionnement des pompes
hydrauliques.
- Brides :
 NFE – 29.201 ou équivalente
 C.R.D.A. NOR.40 A pour les brides de raccordements aux colonnes montantes.
- Filetages :
 Goujons – écrous –boulons
 NFE – 27.012 – 27.311 – 27.411– 03.104 ou équivalentes.
- Matériaux :
 Pièces moulées : Fonte grise (FT20)NFA – 32.101
 Acier NFA –32.651
 Boulonnerie : - Acier XC 38 NFA – 27.005 équivalente
- Câbles immergés :
 Câbles spéciaux pour immersion prolongée âme souple cuivre nu isolation PR ou PE gaine extérieure en
polychloroprène ou PE
b.Matériaux
Les matériaux des différentes parties entrant dans la constitution des pompes seront choisis en fonction du débit

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 10 / 22
et de la qualité des eaux à pomper.
Pour cela les analyses des eaux seront précisées en annexe.

Désignations Matériaux
acier inox (avec au moins 13% de chrome) ou
Arbre
meilleur.
bronze sans zinc ou en inox moulé 304
Roues
ou meilleur
Corps de la pompe, diffuseur,
Matériaux bronze sans zinc ou en inox moulé 304
corps d’aspiration et clapet de
de la pompe ou meilleur
pied
immergée
Bronze sans zinc ou Acier inoxydable ou tout autre
Bagues d’usure de roues matériau de dureté inférieure à celle du matériau des
roues
Crépines et Éléments
Acier inoxydable AISI 304 ou meilleur
d’assemblage
La décomposition chimique des inox et du bronze sans zinc est à préciser par les soumissions. Aucun matériau
synthétique ne doit entrer dans la composition des pompes.
N.B :
Le soumissionnaire doit fournir :
- Les désignations des matériaux (ISO et AFNOR).
- La justification des nuances des matériaux utilisés pour la construction des différentes pièces des pompes.
- Toutes les caractéristiques mécaniques et chimiques renseignant sur la résistance des matériaux choisis à
l’abrasion, à la corrosion, à la cavitation et à tout autre type de contrainte subi par les concernées.
- Toutes les parties de la pompe qui sont en contact direct avec l’eau doivent être de qualité alimentaire. Toutefois,
la DGA se réserve le droit de demander les justificatifs nécessaires en cas de besoin.
- Tout choix de matériaux autres que ceux indiqués ci haut doit être justifié dans l’offre technique. Toutefois, le
maître de l’ouvrage se réserve le droit de les accepter ou de les refuser.
- Les nuances des matériaux proposés doivent être indiquées sur les fiches techniques fabricant.
Remarque :
- Aucun revêtement n’est admis sur les organes et les surfaces internes de la pompe.
- Les états de surface, spécialement celles des roues et du corps, doivent être particulièrement soignés
2.1.1 Spécifications techniques communes aux différents types de pompes
Sauf spécifications particulières, la construction des pompes à fournir devra répondre aux prescriptions
suivantes :
- la lubrification des pièces tournantes doit être assurée par la circulation de l’eau pompée ;
- la pompe doit comporter des bagues d’usure entre la roue et le corps de la pompe ;
- l’axe doit comporter de préférence des chemises d’arbre ;
- les roues doivent être de préférence clavetées ;
- Chaque roue doit être mouléeen une seule pièce dépourvue de tous vices cachés, solidement fixée sur son arbre
d’entraînement qui doit être de section cylindrique. Le dispositif de fixation doit permettre le démontage et la
réinstallation facile.
- La pompe doit comporter des bagues d’usure entre les roues et le corps de pompe. L’axe doit être chemisé et les
roues seront fixées sur l’axe par des clavettes ou par emmanchements coniques.
- dans le cas de non fonctionnement du clapet de non retour, la vitesse d’emballement des pompes tournant à
l’envers, en turbine, devra être supportée sans inconvénient par les parties en rotation de l’ensemble du groupe et,
sans échauffement dangereux des paliers et des butées ;
- les organes des groupes devront être prévus pour un fonctionnement de 24/24 h ;
- la pompe doit continuer à fonctionner de façon satisfaisante lorsqu’on fait varier la HMT de plus ou moins 20% ;
- la courbe caractéristique HMT = f(Q) de chaque pompe à proposer doit être de préférence plongeante pour

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 11 / 22
permettre un meilleur comportement de réglage, et que le point de fonctionnement demandé correspond au
meilleur rendement de la pompe ;
- tous les éléments de raccordement (vis, écrou, tirants, etc…) en contact avec l’eau doivent être en inox ;
- crépine en inox.
Le soumissionnaire doit présenter dans son offre :
- les nuances (décomposition chimique) des matériaux proposés ;
- les courbes caractéristiques pour chaque pompe proposée :
 HMT en fonction du débit
 Puissance absorbée en fonction du débit
 Rendement en fonction du débit
 NPSH en fonction du débit.
- Les caractéristiques du point de fonctionnement de chaque pompe proposée pour la HMT demandée au C.P.T 
(HMT = fixe) :
 la vitesse de rotation
 la puissance absorbée par la pompe (en kW)
 le rendement
 le débit.
- Les plans en coupe des pompes proposées avec nomenclature en langue française.
- Les pompes à fournir devront comporter des plaques signalétiques rivetées faisant ressortir :
 Marque
 Type de la pompe avec nombre d’étage
 N° de fabrication
 débit contractuel
 HMT contractuel
 Puissance absorbée
 Vitesse de rotation
 Année de fabrication
Le type et le numéro de fabrication devront être poinçonnés aussi sur le corps d’aspiration.

2.1.2Spécifications techniques par type de pompe


La construction des pompes citées ci-après doit répondre aux prescriptions suivantes :
a) Pompe immergée pour forage
- L’accouplement moteur-pompe doit être conforme à la norme NEMA.
- La sortie de la pompe, (corps de refoulement) devra être munie d’un clapet anti-retour de préférence à brides.
- Le raccordement de la colonne montante sur la dernière bride de sortie (clapet désigné ci-dessus) se fera au moyen
d’une bride normalisée qui sera :
 soit, faisant corps avec le clapet par fonderie,
 soit vissée sur le clapet. Dans ce cas, l’épaisseur de la paroi filetée ne sera pas inférieure à 8
mm.
- Les paliers devront être protégés contre le sable.
2.2 Spécifications techniques du moteur électrique immergés des Groupes électropompes
Sauf spécifications particulières, les moteurs à proposer doivent être conformes aux présentes prescriptions :
- Les moteurs électriques seront conformes aux normes applicables aux modèles immergés et en particulier :
 NF – C51 – 100 : norme principale
 NEMA : norme dimensionnelle
 NF – C51 –120 – 150 – 155 – 157 – 160 et 180 concernant les moteurs asynchrones
 Recommandations 34-1 et 34-5 de la C.E.I
 Publication – 72 – 72 A (dernière édition) C.E.I.
- Les moteurs électriques seront asynchrones à rotor en court circuit triphasé, la tension d’alimentation est 380 V, 50
Hz, de vitesse 2900 tr/mn, le démarrage est direct pour les puissances inférieures ou égales à 11 kW et étoile
triangle pour les puissances supérieures à 11 kW. Pour les moteurs monophasés, U = 220 V, F = 50 Hz, N =2
900 tr/mn avec condensateurs de démarrage.

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 12 / 22
- Ils doivent être de type immergé parfaitement étanches et conçus pour fonctionner dans des forages où la
température de l’eau est de 30°C.
- La puissance du moteur sera égale à la puissance maximale absorbée par la pompe en tout point de la courbe
majorée de dix pour cent (10%), à une température d’eau de 30°C, et à une vitesse de circulation d’eau de
refroidissement du moteur V  0,1 m/s pour les pompes de 4 » (Q  3 l/s) et V  0,23 m/s pour les pompes de 6 »
(Q  4 l/s).
- Les facteurs de puissance (cos ) devront être supérieurs à 0,80.
- Le remplissage en eau de refroidissement se fera par deux trous fermés par vis en inox étanches.
- Les entrées des câbles seront étanches et à double effet de façon à éviter le mélange de l’eau extérieure à celle
interne au moteur.
- Les stators doivent être bobinés en fil en cuivre avec une isolation en PE-PA (la gaine d’isolation est en
polyéthylène réticulé et la gaine de protection est en polyamide « nylon »).
- Les bobinages devront être logés dans les encoches d’un ensemble de tôles magnétiques empilées et compressées.
- Les moteurs triphasés dont les puissances sont  2,2 kW doivent être rebobinables..
- Aucune pièce en alliage léger ne sera montée sur l’arbre.
- les corps des paliers inférieur et supérieur du moteur et le corps à membrane seront effectués suivant les mêmes
critères que pour les corps des pompes ;
- Les matériaux doivent être conformes aux prescriptions suivantes :
Désignations Matériaux
acier – chrome -nickel inoxydable à 13% de
Chemise de stator chrome au minimum
Matériaux du Acier inox à 13% de chrome
moteur immergé Arbres de moteurs
au moins adapté à cette fonction
Enroulement Cuivre
Les pièces en fonte doivent comporter un revêtement de protection contre la corrosion éventuelle provoquée par l’eau
pompée.
- le soumissionnaire présentera dans son offre, de préférence sous forme de courbes, les caractéristiques suivantes
qu’il doit garantir :
 la puissance absorbée par le moteur en fonction du courant ;
 le rendement en fonction du courant ;
 le cos.  en fonction de la puissance sur l’arbre du moteur ;
 le rendement, le cos PHI et la puissance du moteur pour ; 4/4, 3/4 2/4 et 1/4 de la charge ;
 la puissance utile sur l’arbre en fonction de la température de l’eau et la vitesse de circulation d’eau
dans l’espace annulaire moteur – forage ;
 les plans en coupe des moteurs proposés avec nomenclature en langue française.
- Les moteurs à fournir devront comporter des plaques signalétiques rivetées faisant ressortir :
 La marque
 Le type
 Le numéro de série et de fabrication
 La puissance nominale
 L’intensité nominale
 La température de l’eau
 La vitesse
 Le cosinus 
 Le rendement
 La fréquence
Le type et le numéro de fabrication devront être poinçonnés aussi sur le palier supérieur du moteur.
2.3 Essais en usine
Les groupes seront essayés en Tunisie sur un banc d’essai qui sera approuvé par la Base Aérienne qui sera avisé
au moins 5 jours à l’avance pour prendre les dispositions nécessaires et désigner les représentants compétents
pour assister aux essais.

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 13 / 22
Après les essais des groupes, l'ingénieur du la Base Aérienne sera instruit sur les particularités d'installation, de
fonctionnement et des entretiens courants à moyens et longs termes nécessaires pour assurer une fiabilité
maximum dans la durée de vie des groupes.
Des documents regroupant toutes ces informations seront remises en fin de séjour à l'Ingénieur. Les essais
porteront sur l'ensemble des caractéristiques et des conditions énumérées ci-dessus.

a) Pour les pompes


- Vérification des caractéristiques dimensionnelles des groupes.
- Vérification de la nature et de la qualité des matériaux contractuels.
- Relevés des caractéristiques du point de fonctionnement nominal (débit, HMT, puissance absorbée, rendement,
cos  , NPSH, vitesse).
Les mesures seront faites pour six autres points de fonctionnement permettant de tracer les courbes
caractéristiques de la pompe (HMT, puissance absorbée et rendement en fonction du débit).
Ces essais seront effectués conformément à la norme internationale ISO 9906 : 1999 F précision selon niveau
1 de fonctionnement hydraulique.
b) Pour les moteurs
Les essais des moteurs seront effectués conformément aux normes NFC 51.100 Il sera procédé aux relevés
suivants :
- Isolement (avant et après essais).
- Pertes à vide.
- Echauffement (mesures des résistances à chaud et à froid).
- Les fiches moteurs seront présentées et communiquées à l’ingénieur du projet.
Un procès-verbal des essais sera établi et signé par les deux parties. L'Ingénieur du projet pourra demander à
refaire des essais s'il juge que des procédures de fonctionnement n'ont pas été respectées.

2.4 Documents de service et d'entretien


Le constructeur fournira les documents de service et d'entretien des différents groupes électropompes.
a) Contenu des documents de service
Ces documents comprendront :
- Les caractéristiques des groupes.
- Les courbes de débit, HMT, rendement, puissance absorbée.
- Les plans d'encombrements avec coupes et détails des pièces.
- Les instructions de mise en service et d'utilisation avec définitions des températures et débits limités.
- Les précautions à prendre.
- Les tableaux précisant les incidents possibles avec pour chacun deux, les causes probables et les moyens d'y
remédier.
b) Contenu des documents d'entretien
Ces documents comprendront :
- Les instructions de démontage et de remontage des moteurs et des pompes avec réacouplement;
- Les instructions d'entretien avec définitions des vérifications électriques, mécaniques et hydrauliques à effectuer.
- La liste des pièces de rechange d'usures courantes du premier degré.
- La liste des autres pièces de rechanges correspondantes à des paliers de fonctionnement en fonction du nombre
d'heures de service.
- Les instructions pour les commandes des pièces de rechange.
2.5 Colonne montante tête de forage et hydromètre
2.5.1 Colonne montante
Sauf spécifications particulières, la colonne montante à fournir doit être conforme aux prescriptions suivantes :
- La colonne montante de refoulement doit être conforme aux normes en vigueur, aux règles de l’art et à la
Normalisation CRDA N° NOR. 40A.
- Elle doit être en acier de nuance E24.1, galvanisée et étirée sans soudure.

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 14 / 22
- L’état des surfaces des brides, de fixation des éléments entre eux, doit être d’une part bien usiné afin d’assurer un
assemblage étanche au moyen du joint et d’autre part, parfaitement perpendiculaire à l’axe de la conduite.
- Les joints entre brides doivent être en caoutchouc, toile (type néoprène) découpé à la forme de la bride en
épaisseur de trois millimètres, les boulons de serrage doivent être en acier de haute résistance mécanique et résistant
à la corrosion (acier cadmié, inox,…) et les colliers de serrage des câbles électriques et tube d’hydromètre en serflex
- La position des encoches par rapport aux trous de fixation doit être rigoureusement identique pour tous les
éléments (alignement sur la même génératrice).
- Les angles des encoches doivent être chanfreinés de sorte qu’il n’en dommage en aucun cas les câbles. Cette
opération doit avoir lieu avant galvanisation.
- L’état de surface des colonnes doit faire l’objet d’une attention particulière notamment la surface interne.
- La galvanisation sera effectuée à chaud mais précédée d’une opération de sablage et d’un décapage chimique.
- Les colonnes seront fabriquées en éléments de trois (3) mètres de longueur. Leurs épaisseurs seront déterminées
en fonction des pressions :
 les colonnes soumises à des pressions inférieures à 80 m.c.e. devront avoir une épaisseur minimale de
4 mm ;
 les colonnes soumises à des pressions supérieures à 80 m.c.e. devront avoir une épaisseur minimale de
6 mm.
- Les conduites subiront un essai de pression à 1,5 fois la pression nominale.
- L’entrepreneur se réserve le droit de visiter les usines de fabrication des conduites afin de contrôler l’usinage
avant l’opération de galvanisation.
Les brides et les travaux d’usinage des encoches sont définis sur les plans de la Normalisation – NOR. 40. A.
(plans NOR.HM.41.1 ; et 41.2).

Une manchette d’adaptation doit être exécutée pour le raccordement entre la dernière bride et celle de la sortie du
groupe de pompage (clapet). Dans le cas ou la fixation sur le clapet est par filetage, il sera conique et étanche.
L’épaisseur des parois filetées sera au minimum de 8 mm.
2.5.2 Tête de forage
La tête de forge est définie sur les plans de la normalisation CRDA N° NOR 30. Elle est conçue pour supporter
l’ensemble groupe et colonne remplies d’eau qui comprendra :
 un support plaque tête de forage avec pâtes de scellement ;
 une plaque tête de forage munie de boulons de fixation appropriés ;
 un coude de refoulement orientable de rayon de courbure  1,5 D.
2.5.3 Hydromètre
Pour assurer le contrôle et la mesure des niveaux de la nappe c-à-d les niveaux statiques et dynamiques, il sera
fourni et posé à chaque forage un ensemble "hydromètre" comprenant :
- Un indicateur de niveau pneumatique dont le but est de pouvoir mesurer à tout moment la colonne d'eau
disponible dans le forage. Cet appareil est constitué d'un manomètre DN 100, à tube en arc, à bain de glycérine,
gradué en mètres colonne d'eau (m.c.e.).
- Un robinet à boisseau.
- Une pompe pneumatique de gonflage métallique pour une pression de service de 10 bars avec raccord instantané
et levier de blocage.
- Une pièce intermédiaire de raccordement avec soupape incorporée et cache de protection, taraudée à la partie
supérieure pour recevoir le manomètre et filetée ou lisse à la partie inférieure pour la fixation du tube d'air relié à la
tête de forage.
Cet ensemble sera installé contre le mur à droite du coffret de commande (vue de face), sur une panoplie en bois vernis.
2.5.4 Installation du G.E.P.I., de la colonne montante et la tête de forage
L’entreprise est tenue de respecter les recommandations suivantes pour l’installation des groupes immergés dans
les puits de forages :
- Avant d’installer le groupe immergé dans le forage, l’entreprise doit préparer, installer et sceller le support de la
tête de forage avec réfection du massif en béton. Le positionnement de ce support est fonction de l’arrivée des
câbles. Le trou taraudé permettant le raccordement du conducteur de masse doit être situé dans l’axe du châssis
support des câbles, le sens de la ligne de refoulement étant en principe diamétralement opposé (voir plan , NOR 32

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 15 / 22
F°1 et 2 et, NOR.I.E.20 : F1 et 2).
- Le groupe immergé doit être descendu à la profondeur précisée par le service spécialisé du CRDA faisant suite à
l’étude de contrôle de la nappe.
- La descente s’effectuera par gradins de 3 mètres en procédant à :
 l’assemblage des éléments de la colonne montante avec les boulons et les joints réglementaires ;
 l’installation des différents câbles nécessaires et du tube d’air au moyen des colliers comme précisé
dans le paragraphe (1.3.1.3), l’ensemble logé et réparti dans les encoches comme indiqué sur les plans de
la Normalisation. Aucun élément (câble ou tube d’air) ne doit déborder au-delà de la circonférence
extérieure de la bride.
- La cote d’immersion du groupe étant atteinte, la pièce spéciale constituant la tête de forage doit être mise en place
en procédant à :
 la fixation sur la dernière bride de la colonne montante ;
 le rangement et la fixation des câbles et du tube d’air ;
 le raccordement du tube d’air sur le raccord prévu à cet effet (montage avec collier genre durite). Les
presse-étoupes sont fixés sur la bride principale par taraudage, les grains d’étanchéité doivent être choisis
en fonction des diamètres des câbles à serrer. Les presse-étoupes seront métalliques.

2.6 Fabrication, fourniture et montage de la ligne de refoulement


Le montage et la disposition des matériels et accessoires hydrauliques de la ligne de refoulement entre, la bride
« folle » de la tête de forage, ou la bride de l’étage de refoulement de la pompe de surface et le réseau d’adduction
doivent être conformes aux plans de la Normalisation.
2.6.1 Pièces à fabriquer
Les pièces à fabriquer de la ligne de refoulement sont des manchettes à brides avec ou sans piquages filetés ½ », pièces
d’adaptation, té pour ventouse, tuyauterie pour raccordement réservoir anti-bélier, tuyauterie pour eau de service, esse
de raccordement sur le réseau d’adduction, supports métalliques réglables, joint de démontage autobuté, etc…
(Longueur totale environ 4 m).
Ces pièces doivent être galvanisées à chaud après leur confection.
Les épaisseurs des tuyaux seront de 4 mm pour les pressions inférieures ou égales à 80 m. c. e. et de 6 mm pour les
pressions supérieures à 80 m. c. e.
Ces pièces seront équipées de brides en acier conformément à la Norme, les surfaces portantes seront munies de légères
rainures circulaires facilitant l’étanchéité du joint.
Les épaisseurs de ces brides seront déterminées en fonction des pressions et des diamètres et les gabarits de perçage
exécutés suivant la Norme N.F.E. 29-201.
Les supports de la ligne de refoulement devront être confectionnés en profilés U et plats du commerce avec dispositif
de réglage par tiges filetées, écrous et rondelles plates cadmiés ou galvanisés.
L’entrepreneur établira les plans de détails du raccordement sur le réseau d’adduction qui est à confectionner suivant
les différents cas.
2.6.2 Matériels à fournir
2.6.2.1 Descriptions communes
Les matériels suivants : Coudes, cônes de réduction ou d’amplification (si nécessaire), doivent être en acier comme
pour les pièces à fabriquer. Dans tous les cas ils seront conformes aux normes en vigueurs, aux dimensions normalisées
et aux descriptions indiquées.
Les matériels suivants : Vannes méplates, compteurs d’eau, stabilisateurs d’écoulement, clapets de retenue, joints de
dilatation, de démontage, purgeurs ou ventouses devront respecter les normes en vigueurs les spécifications de bases ci-
après :
- La nature des matériaux constitutifs des corps des pièces sera la fonte grise sphéroïdale ou la fonte ductile.
- Le revêtement intérieur doit être de qualité alimentaire et ne donner ni goût, ni odeur, ni couleur à l’eau

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 16 / 22
transportée. L’entrepreneur doit soumettre une attestation sur la non-toxicité du revêtement. Les pièces de
robinetterie sont revêtues intérieurement et extérieurement après grenaillage suivant le procédé ci-après :
 Intérieurement par une couche de peinture époxy, de qualité alimentaire, appliquée à chaud, épaisseur
minimale 300 microns. Toutefois, cette protection sera telle qu’elle garantisse les appareils contre la
corrosion éventuelle provoquée par l’eau pompé (salinité de l’eau ≤ 2 g/l)
 Extérieurement par une couche d’époxy primaire d’accrochage et après montage de deux couches
supplémentaires de peinture époxy, épaisseur totale des deux couches, 200 microns.
- Les gabarits de perçage des brides respecteront la Norme NF.E 29-201.
- Ces appareils devront porter, brut de fonderie, les indications suivantes :
 Diamètre DN.
 Pression de service.
 Sigle du constructeur.
 Indications diverses suivant les cas (sens de fermeture et ouverture, sens de l’écoulement de l’eau, etc…).
- Le soumissionnaire précisera dans sa proposition la provenance des matériels, les caractéristiques des métaux
ainsi que la qualité des revêtements internes.

2.6.2.2 Descriptions particulières


1. Robinets vannes
Les vannes avec joint en élastomère à passage direct de type court seront définies par leurs diamètres nominaux
et leur pression de service. Ils doivent respecter les spécifications de base ci-après :
- la nature des matériaux constitutifs des corps sera la fonte grise FT 25,
- la tige, les sièges et la vis de manœuvre devront être en matériau résistant à la corrosion éventuelle provoquée par
la qualité des eaux usées traitées
- le choix du revêtement de la protection intérieure sera telle qu'elle garantisse une protection contre la corrosion
éventuelle provoquée par l'eau pompée
- les gabarits de perçage des brides respecteront la norme NF. E 29-201, le soumissionnaire précisera dans sa
proposition la provenance des matériels, les caractéristiques des métaux ainsi que la qualité des revêtements
internes.
b) Etanchéité – épreuve
Les vannes devront être étanches, dans les deux sens, pour une différence de pression entre amont et aval à la
pression maximal de service. Avant toute expédition, les vannes subiront, en plus du contrôle mécanique, une
épreuve hydraulique d'étanchéité à vanne fermée et à une pression au moins égale à la pression maximale de
service majorée de 50%.
Le fournisseur remettra au maître de l'œuvre les procès verbaux des essais.
c) Renseignements à fournir à la soumission
Pour chaque vanne, le fournisseur fournira les renseignements suivants :
- marque et type de la vanne,
- matériaux proposés pour les différentes parties de la vanne et leurs caractéristiques mécaniques,
- conditions de fonctionnement,
- diamètre intérieur réel,
- caractéristiques d'encombrement,
- nombre de tours entre la fermeture et l'ouverture totale,
- effort de manœuvre sous la pression maximale de service,
- pression d'épreuve hydraulique (vanne ouverte),
- pression d'étanchéité (vanne fermée),
- masse de la pièce.
1. Variateur de vitesse
L’armoire sera équipé par un variateur de vitesse IP54, La température ambiante peut atteindre 45°c,
l’entrepreneur doit prendre en considération cette température et faire le déclassement nécessaire avec argument
à l’appui.
CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 17 / 22
Les caractéristiques principales du variateur sont :
Alimentation d’énergie triphasé 400V, fréquence 50Hz ; degré de protection IP54, assure la protection contre les
courts-circuits, protection thermique, défaut de terre, contre les sous et sur tension du réseau, contre les coupures
de phase et autres. Tout autres protections exigé par la norme CRDA et qui n’est pas inclus dans les
fonctionnalités du variateur doit être installé à part.
Le variateur de vitesse dispose des filtres et inductances en amont et aval, qui font parties intégrales du variateur.
Le régulateur sera de type PID intégré. D’un nombre variable d’entrées et sorties nécessaires (analogiques, TOR
et numériques) pour le fonctionnement et la régulation, signalisation et programmation.
Leur mise en service n'est admise que si les dispositions de la Directive sur la compatibilité électromagnétique
CEM89/336/, modifiée 92/31/CEE et IEC 1800-3 ; à défaut d’existence des normes tunisiennes. Les
harmoniques doivent être éliminées particulièrement les harmoniques d’ordre 5 et 7.
Une protection en amont par sectionneur avec fusible type ultra-rapide avec per curateur et à commande à
l’extérieur.
Les caractéristiques techniques et les indications relatives aux conditions de raccordement selon la plaque
signalétique et la documentation fournie doivent obligatoirement être respectées. L’entrepreneur doit prendre
tous les précautions au cours du montage (câble moteur et des sondes) afin d’éviter tout type de perturbation.
Le forage sera équipé par un variateur de vitesse, La température ambiante peut atteindre 45°c, l’entrepreneur
doit prendre en considération cette température et faire le déclassement nécessaire avec argument à l’appui.
2. Capteur de pression
Le capteur de pression sera de classe 1 à convertisseur - transmetteur électrique 4 à 20 mA, plage de mesure de 0 à 10 bars, la
protection est d'indice IP 65.
Il sera fixé à un support et raccordé par un séparateur de fluides à membrane.

Un indicateur à affichage digital sera installé sur la face avant de l’armoire. Les données du capteur passent à travers le variateur
pour gérer le démarrage et l’arrêt du système.

L'entrepreneur précisera les caractéristiques détaillées du matériel.

3. Débitmètre électromagnétique
Un débitmètre électromagnétique DN150 sera installé à la sortie de la ligne de refoulement moyennant un
convergent/divergent de demi angle au sommet inférieur ou égale à 4°, Les fonctions recherchées sont les suivantes :

- Affichage digital de la valeur instantanée du débit en l/s


- Comptage du volume pompé cumulé (8chiffres, unité m3) sans remise à zéro.
- Le débitmètre doit être équipé pour délivrer un signal de sortie 4à 20 mA. La mesure continue analogique sera traitée
via un enregistreur sur carte d’entrée analogique de l’automate pour enregistrement et traitement informatique.
- L'incertitude de mesure doit être inférieure à ± 0,5% dans toute la plage de mesure comprise entre le débit maximum et
le débit minimum.
- L’appareil choisi devra être fourni avec les deux anneaux de mise à la terre en acier inoxydable 316, un boitier de
mesure de type compact ou séparé, un afficheur séparé doit être installé à la face avant de l’armoire de commande. Le
débitmètre portera obligatoirement de manière lisible, les indications ci-après :
 Nom du fabriquant, Marque, type
 Calibre et débit nominal
 Classe métrologique
 Numéro et l'année de fabrication.
 Les dimensions ainsi que les brides seront conformes aux Normes. Les certificats de contrôle, des essais et de
l'étalonnage seront livrés avec l'appareil.
- Les conditions de pose doivent être respectées suivant les consignes des constructeurs et des normes en vigueur
(distance amont 5xDN et aval 3xDN). L'appareillage sera constitué de toutes les pièces et accessoires nécessaires à

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 18 / 22
l'accomplissement des fonctions citées ci-dessus, y compris un joint de démontage et les câbles électriques. Le capteur
de mesure doit être protégé contre l'immersion, indice IP 67.

4. Clapet de retenue axial


a) Construction
Les clapets "anti-retour" sont du type à ressort. Ils seront placés à la sortie même des pompes entre celle-ci et les
vannes de sectionnement (visite et entretien faciles). Ces appareils doivent avoir un temps de fermeture très
court, une course minimale et une étanchéité parfaite en position fermée.
b) Renseignements à fournir à la soumission
Pour chaque matériel le soumissionnaire fournira les renseignements suivants :
- nom du constructeur et pays de fabrication,
- référence du produit dans le catalogue du constructeur,
- nuance des matériaux pour les différentes parties du clapet,
- détails de construction (plans en coupe, plans éclatés, perspectifs),
- type de protection, le procédé et l'épaisseur de la couche protectrice,
- caractéristiques d'encombrement et poids,
- pression d'étanchéité, température maximale admissibles, etc.
c) Etanchéité, épreuves
Tous les clapets subiront en usine une épreuve de résistance mécanique (appareil en position d'ouverture, sous
une pression correspondante à la pression correspondante à la pression maximale en service majorée de 50 %) et
une épreuve d'étanchéité (appareil en position fermeture sous une pression correspondante à la pression
maximale de service).
5. Ventouse automatique
La ventouse devra respecter les spécifications suivantes :
- Elle sera définie par son diamètre nominal et sa pression de service.
- Elle doit permettre de réaliser automatiquement les trois fonctions suivantes :
 évaluation de l’air pendant le remplissage des canalisations.
 rentrée de l’air pendant la vidange.
 purge d’air chaque fois qu’une poche d’air tend à se créer.
- Le fonctionnement de la ventouse ne doit, en aucun cas, provoquer de coups de bélier dans la conduite de
refoulement.
- Elle sera constituée d’un corps et d’un chapeau en fonte avec bride de raccordement à la base, le chapeau
comportera à sa partie supérieure un dispositif calibré pour l’évacuation ou l’entrée d’air. L’ouverture ou la
fermeture sera actionnée par un flotteur en âme de tôle surmoulé d’élastomère ou en acier inox. L’étanchéité de la
ventouse sera assurée par le flotteur. Elle doit être munie d’un robinet vanne d’isolement séparé.
- Le montage s'effectuera sur le piquage à bride de la manchette prévue à cet effet (Té).
6. Joints de démontage autobuté (Bride-Bride)
Pour assurer le démontage des éléments de robinetterie sans avoir à déplacer d'autres éléments, il sera prévu un
joint de démontage auto buté à trois brides avec joint d'étanchéité profilé. Les joints doivent avoir la même
protection anticorrosion que les canalisations.
Aux refoulements des pompes, le joint de démontage auto buté sera placé entre la vanne et le clapet.
7). Bride, joints et boulonnerie
Toutes les brides d'assemblage seront percées au gabarit normalisé, conformément aux normes AFNOR NF E
29-201 ET ISO 2084.
Elles seront du type plate, en acier, à souder sur les tuyauteries, la portée du joint pourra être à face surélevée,
striée par des rainures concentriques, sans angle vifs, afin de permettre une meilleur adhérence du joint. Les
joints d'étanchéité (entre bride) seront du type plats, en caoutchouc toilé ou synthétique et parfaitement adaptés
aux caractéristiques des brides.
L'ensemble de la boulonnerie d'assemblage constitué par des vis, goujons, tirants filetés, écrous et rondelles, sera
réalisé en inox et sera conforme aux règles de la normalisation en ce qui concerne les diamètres et l'exécution des
filetages qui ne devront présenter aucun point dur.
8) Tuyauterie

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 19 / 22
Avant la fabrication de la canalisation, l'entrepreneur adressera au maître d'ouvrage un plan détaillé de
l'installation et une note de calcul des épaisseurs, pour approbation.
Toutes les tuyauteries intérieures aux ouvrages seront réalisées en acier, conformément à la normalisation
(AFNOR), en particulier :
 NF A 4 000 1 produits sidérurgiques.
 NF A 35501 aciers de construction d'usage général – nuances et qualités
 NF A 48003 tubes en acier sans soudures étirés à froid.
 NF A 49150 tubes en acier soudé destiné à être revêtus ou protégés.
 Ou à toutes autres normes équivalentes homologuées (joindre copie).
Les tuyauteries principales, de diamètre supérieur à 200 mm, seront réalisées à partir de tôle d'acier de qualité
supérieure, roulées formées, calibrées mécaniquement et soudées, suivant une génératrice en passe – continues à
l'arc électrique.
Il sera admis l'usage éléments de tubes réalisés par roulage hélicoïdal soudés électriquement.
Les tuyauteries dont les diamètres nominaux varient entre 20 et 200 mm seront exécutés à partir de tubes d'acier
étirés sans soudure destinés à des liaisons et raccordements divers tels que circuit by-pass, vidanges et purges, air
comprimé, etc.
Leurs assemblages par brides seront prévus en nombre suffisant en vu d'un démontage facile pour des raisons de
maintenance, en cas d'assemblage par filetage pour les diamètres inférieur à 2 pouces, il doit être prévu des
raccords trois pièces pour faciliter le démontage.
8.1. Contrôle des soudures
Les soudures doivent être soigneusement réalisées par une main d'œuvre spécialisée et qualifiée. Elles doivent
être contrôlées par examen radiographique (1 % de la longueur des soudures) et ne doivent présenter aucun
défaut hors tolérances.
8.2. Protection contre la corrosion
Les canalisations doivent être en acier soudé de nuance min. E 24, galvanisées à chaud au bain de zinc.
Après la galvanisation, la canalisation sera protégée par un revêtement intérieur et extérieur de deux couches de
peinture d’époxy de chromate de zinc et de deux couches de peinture fer oxyde.
Avant la mise en œuvre des revêtements, la canalisation doit être convenablement dégraissée et préparée.
Les pièces devant être mises à la longueur ou à régler au moment du montage ne doivent pas être galvanisées
avant livraison, elles seront galvanisées et revêtues après le pré assemblage.
Les parties de la canalisation qui seront enterrés doivent être protégées de l'extérieur par un revêtement époxy
noir et toile de verre ou similaire qui sera spécifié et justifié par l'entrepreneur dans son offre.
Les parties à enrober dans le béton ou à sceller ne doivent pas être peintes et recevront une protection provisoire
qui sera nettoyée avant mise en œuvre du béton.
L'Entrepreneur doit spécifier les revêtements et leurs caractéristiques et fournir les notices de mise en œuvre du
fabricant de peinture.
L'entrepreneur doit préciser les garanties de longévité des produits et les garanties d'un accrochage durable des
revêtements sur les pièces en acier galvanisé, et ce tout en tenant compte de la qualité des eaux usées traitées.
9. Manomètre à tube
Les manomètres seront définis par leur taille nominale, unité et étendue de mesure. Ils doivent être à tube en arc,
modèle renforcé selon DIN 1600.6 à bain de glycérine, DN100 avec filetage selon DIN 16.288.6 1/2.
Ils devront porter les indications suivantes sur le cadran :
 Marque
 Type
 Classe de précision
 Unité de mesure (en principe en m.c.e.)
10. Robinet à 3 voies
Le robinet à 3 voies sera, raccordé, d'une part, sur le piquage réservé à cet effet et d'autre part, sur le manomètre décrit
ci-dessus.
Il sera en inox avec embouts filetés selon DIN 16 : 288.6 1/2. Il permettre selon la position de :
 purger le manomètre (canalisation fermée, manomètre hors service);
 mettre le manomètre sous pression;

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 20 / 22
 souffler la canalisation (manomètre hors service, le fluide sous pression s'échappe à l'air libre).

2-7 Pièces de rechanges :


Les pièces de rechanges des matériels principaux sont définies par ensemble d'équipement. Les quantités de ces
pièces doivent être fonction du nombre installé ou de la position essentielle dans l'installation.
Les pièces de rechange des matériels secondaires sont définies en pourcentage des quantités des matériels
installés.
Toutes les pièces ou ensemble de rechanges seront rigoureusement identiques à ceux installés.

3. GENIE CIVIL ET ABORDS


D'une manière générale, pour l'ensemble des travaux de génie civil :
- Massifs des têtes de forage, socles des électropompes de surface et de réservoirs de protection anti-bélier
- Caniveaux
- Buses enrobées de béton
- Regards
- Etc...
Les caniveaux ou les buses de passage des câbles seront fondés sur un massif de gros béton de fondation B3. Les
massifs supportant les groupes, les lignes de refoulement et les ballons anti-béliers seront exécutés en béton armé B7,
dont les armatures et les dimensions seront déterminées en fonction des charges à supporter.
Les traversées des parois des stations ou les parties enterrées seront exécutées suivant les détails ci-après :
- pour les tuyauteries, avec revêtement bitumeux ou par toile goudronnée pour les parties en contact avec le béton
(ou enterrées);
- pour les buses de passage des câbles enrobées de béton à l'extérieur et des sols intérieurs, en PVC épais.
Les bétons doivent être conformes aux spécifications suivantes :

TRAVERSES

Dosage
Ciment Catégorie Catégorie
Bétons Désignation CPA du sable du gravier
Classe 315l
B1 Béton de propreté 150 kg/m3 0,1/5 4/25
B2 Béton poreux 200 kg/m3 0,1/5 25/40
B3 Béton de fondation 250 kg/m3 0,1/5 4/25-25/40
B4 Béton pour parois minces 350 kg/m3 0,1/5 5/15
B5 Béton pour radiers, parois de regards et 350 kg/m3 0,1/5 4/25
ossature
B6 Béton légèrement armé ou banché 300 kg/m3 0,1/5 4/25
B7 Béton pour massif groupe et poutres supports 400 kg/m3 0,1/5 4/25
des charges

Les traversées des parois des stations ou les parties enterrées seront exécutées suivant les spécifications ci-après :
- Les traversées ordinaires de murs en maçonnerie et béton se feront avec des manchettes à collerette en fonte (ou
exceptionnellement en acier galvanisé si la pièce n'existe pas en fonte).
- Les traversées de mur pour câbles se feront obligatoirement par fourreau ou gaine en PVC scellé dans le mur,
suffisamment mentionné pour manipuler les câbles mais aussi pour faire une étanchéité en silicone.
- Les traversées des pots d'échappement des GEG ne seront jamais scellées dans le mur, mais toujours réalisées
avec un joint flexible et résistant à la chaleur, qui permet la vibration du tuyau.

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 21 / 22
CHAPITRE IV : SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES

1. INTRODUCTION
En plus des spécifications techniques précisées aux chapitres I, II et III, ce chapitre précise les performances qui
sont exigées pour les différents équipements faisant l’objet de cette consultation, et donne une nomenclature
détaillée des différents éléments de ces équipements.
Il est complété par des tableaux des caractéristiques que les soumissionnaires devront joindre à leur offre, après
les avoir soigneusement complétés en fonction des caractéristiques exactes des équipements qu’ils proposent.
Le soumissionnaire doit présenter avec son offre tous les documents techniques des équipements et des
accessoires proposés.
2. CONSISTANCE DES TRAVAUX
Le soumissionnaire doit prévoir la fabrication, les essais en usine, le transport sur site, le montage et la mise en
service des équipements Hydro-électro-mécaniques du projet suivant conformément au cahier des prescriptions
techniques.
La présenteconsultation est constitué de :
Station de pompage sur forage
Les travaux comprendront les équipements suivants :
1. Groupe électropompe
- Il s'agit de la fourniture d’un groupe électropompe immergé

- Les caractéristiques demandées sont les suivantes :


Point de
fonctionnement par Nombre Matériaux Immersion
Vitesse Energie
groupe de Solution de pompe
Tr/mn électrique
HMT Q groupes base (m)
m.c.e l/s
TGBT
Exécution
35 15 2900 1 GEP (sous station 30
spéciale
électrique)
2. Lignes de refoulement
Il s'agit de la fourniture et installation d'un ensemble des pièces et accessoires hydrauliques nécessaires pour la
ligne de refoulement DN 150 (coude 1/8, manchette etc) y compris les supports réglables, comprenant :
- à lister les pièces hydrauliques en indiquant les quantités, les diamètres et les pressions de service
- à lister les pièces mécano-soudées en précisant les longueurs, la nature des matériaux et la désignation des pièces.
3. Régulation automatisme
- Fourniture et installation d'un système de régulation contre la marche à sec d’électropompe immergée.
- Fourniture et installation d'un système de régulation par ligne pilote entre le réservoir et l’armoire de commande
4. Câble d'alimentation électrique
- Fourniture et installation d'un lot de câbles nécessaires à l'alimentation de l'armoire de commande, de protection et
de régulation à partir du groupe électrogène, à l'alimentation des moteurs électriques et à l'alimentation des
auxiliaires.
- Câble de type HO7RNF immergé pour alimentation du GEP entre groupe électropompe et armoire de
commande
- Câble de type HO7RNF immergé pour marche à sec entre GEP et armoire de commande
- Câble de type U1000 RO2V immergé pour ligne pilote entre armoire de commande et réservoir de mélange
- Câble de masse jaune vert
5. Puits de terre
Fourniture et installation d'une prise de terre avec puits, regard et circuit assurant les liaisons équipotentielles de
toutes les masses métalliques à la terre conformément à la norme CRDA.
6. Hydromètre
Fourniture et installation d'un hydromètre complet selon C.C.T.P ayant les caractéristiques techniques suivantes :
- Immersion prise d'air = 45 m (en une seule longueur)
- Calibre manomètre= 100 m.c.e
CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 22 / 22
- Pression de service de la pompe de gonflage = 10 bars
7. Colonne montante et tête de forage
- Installation d’une tête de forage DN 150/100 y compris le massif en béton
- Installation de 14 éléments de colonne montante DN 100 avec bride normale.

Sfax, le _________________Date -----------------------------

Lu et accepté par

Le fournisseur

Sfax, le _________________

Approuvé par

CCTP - Équipements du forage profond à la base aérienne de Sfax (Jan. 2021) page 23 / 22

Vous aimerez peut-être aussi