Vous êtes sur la page 1sur 20

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Année universitaire : 2020-2021

Faculté des Sciences Juridiques, Filière : Sc. Economiques et Gestion


Sociales - FES Economiques et Toutes les Sections de S1

Equipe pédagogique
Cours : Mme S.Touate M. M.Benboubker M. D.Touijar
TD : M. I.Belhaj Mme. C.Jalal Mme. S.Habiby M. K. Ameziane Mme. A.Galiulina

Corrigé de la série 2 de TD de Statistique Descriptive

Exercice 1 : (Arrondir les calculs à la 4ième décimale)


1. Préciser la variable étudiée (X) et sa nature, la population et sa taille (N)
- Variable étudiée (X) : Le nombre d’enfants.
- Nature : Variable quantitative discrète. VSD
- Population : Les employés de l’entreprise.
- Taille : N = ∑6𝑖=1 𝑛𝑖 = 𝑛1 + 𝑛2 + 𝑛3 + 𝑛4 + 𝑛5 + 𝑛6
= 98 + 232 + 119 + 85 + 50 + 16 = 600
2. Tableau statistique ( Pour calculer les 𝐅𝐢 )

Modalités Effectif Fréquence Fréquence 𝒏𝒊 . 𝒙𝒊 𝒏𝒊 . 𝒙𝒊 ²


(𝒙𝒊 ) (𝒏𝒊 ) (𝒇𝒊 ) cumulée (𝑭𝒊 )

0 98 0.1633 0.163 0 0

1 232 0.3867 0.55 232 232

2 119 0.1983 0.748 238 476

3 85 0.1417 0.89 255 765

4 50 0.0833 0.973 200 800

5 16 0.0267 1 80 400

Total 600 1 Au plus 1005 2673

1
3. Calcul des indicateurs (paramètres) de tendance centrale

- Le mode : « 𝑀𝑜 »

Le mode correspond à la modalité la plus fréquente dans notre distribution c’est-à-dire, qui a le
plus grand effectif / plus forte fréquence.

Pour notre cas la plus grande fréquence est : 𝒇𝟐 = 0.3867. Et le mode est la modalité ayant cette

fréquence. Donc : 𝑴𝒐 = 1 enfant

N.B : Cette distribution correspond à une distribution unimodale.


- La médiane : « 𝑀𝑒 »

La médiane correspond à la valeur/modalité qui permet de répartir notre population en deux


sous-ensembles égaux.

Puisque dans notre exercice Fi ≠ 0.5. Donc on prend la plus petite Fi dépassant 0.5 à savoir :
F2 = 0.55. Et la médiane correspond à la modalité ayant cette Fi Alors : 𝑴𝒆 = 1 enfant

N.B : Dans le cours magistral, on s’est concentré sur la détermination de la


médiane que dans le cas du variable statistique continue.

- La moyenne arithmétique : « 𝑥̅ »

1 1
On a : 𝑥̅ = ∑6𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 ⇔ 𝑥̅ = × (1005)
𝑁 600

⇔ 𝐱̅ = 1.68
4. Calcul des indicateurs (paramètres) de dispersion
- L’écart-type : « σ𝑥 »

1
On a : σ𝑥 = √𝑉(𝑋) ⇔ σ𝑥 = √ ∑6 𝑛 𝑥2 − 𝑥
̅²
𝑁 𝑖=1 𝑖 𝑖

1
⇔ σ𝑥 = √600 × (2673) − (1.68)²

⇔ σ𝑥 = √1.6326

⇔ 𝛔𝒙 = 𝟏. 𝟐𝟖

2
- L’étendue : « e »

On a : e = x𝑘 - x1 ⇔ e = 5 – 0 ⇔ 𝐞 = 𝟓 𝐞𝐧𝐟𝐚𝐧𝐭𝐬

- L’intervalle interquartiles : « ΔQ »

On a : ΔQ = Q 3 - Q1 . Donc pour calculer cet écart, on doit calculer le dernier quartile Q 3 et


le premier quartile Q1 :

 Calcul de Q1

Puisque on a Fi ≠ 0.25 (d’après le tableau statistique). Donc on prend la plus petite Fi dépassant
0.25 à savoir : F2 = 0.55. Alors : 𝐐𝟏 = 1

 Calcul de Q 3

Puisque on a Fi ≠ 0.75 (d’après le tableau statistique) Donc on prend la plus petite Fi dépassant
0.75 à savoir : F4 = 0.89. Alors : 𝐐𝟑 = 3

Après avoir calculé Q 3 et Q1 , on peut maintenant déduire la valeur de ΔQ.

ΔQ = Q 3 - Q1 ⇔ ΔQ = 3 – 1

⇔ ΔQ = 2

Exercice 2 : (Arrondir les calculs à la 3ième décimale)

Modalités Effectif Fréquence Fréquence 𝒇𝒊 . 𝒙𝒊 𝒙𝒊 ² 𝒏𝒊 . 𝒙𝒊 ²


(𝒙𝒊 ) (𝒏𝒊 ) (𝒇𝒊 ) cumulée (𝑭𝒊 )

1 250 0.125 0.125 0.125 1 250

2 350 0.175 0.3 0.35 4 1400

3 850 0.425 0.725 1.275 9 7650

4 450 0.225 0.95 0.9 16 7200

5 100 0.05 1 0.25 25 2500

Total 2000 1 Au plus 2.9 - 19000

3
1. Détermination graphique du mode et de la médiane.
- Détermination graphique du mode

Pour déterminer graphiquement le mode, on trace le diagramme en bâtons.

Le mode 𝑴𝒐 = 3

- Détermination graphique de la médiane à travers la courbe cumulative

La médiane 𝑴𝒆 = 3

4
2. Calcul de la moyenne arithmétique et la variance
- La moyenne arithmétique : « 𝑥̅ »

On a : 𝑥̅ = ∑5𝑖=1 𝑓𝑖 𝑥𝑖 ⇔ 𝒙
̅ = 2.9

- La variance : « 𝑉(𝑋) »

1 1
On a : 𝑉(𝑋) = ∑5𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥2𝑖 − 𝑥̅ ² ⇔ : 𝑉(𝑋) = × (19000) − (2.9)²
𝑁 2000

⇔ : 𝑽(𝑿) = 1.09

Exercice 3 : (Arrondir les calculs à la 3ième décimale)


1. Préciser la variable étudiée (X) et sa nature, la population et sa taille (N)
 La variable étudiée (X) : l’âge en années.
 La nature de la variable (X) : une variable statistique quantitative continue : vsc
 La population : les adhérents du club
 La taille de la population (N) : N = ∑5𝑖=1 𝑛𝑖 = 𝑛1 + 𝑛2 + 𝑛3 + 𝑛4 + 𝑛5
= 96 + 118 + 138 + 101 + 47 = 500
2. Calculer les fréquences et les fréquences cumulées croissantes.

Âge 𝒏𝒊 𝒇𝒊 𝑭𝒊
(en années)
[15 ; 25[ 96 0,192 0,192
[25 ; 35[ 118 0,236 0,428
[35 ; 50[ 138 0,276 0,704
[50 ; 65[ 101 0,202 0,906
[65 ; 80[ 47 0,094 1
Total 500 1 Au
plus

3. Déterminer la médiane :

Dans le cas d’une variable statistique quantitative continue, on détermine d’abord la classe
médiane [𝑒𝑖−1 ; 𝑒𝑖 [, c’est-à-dire la classe telle que 𝐹𝑖−1 ≤ 0,5 < 𝐹𝑖 .

Dans le cadre de cet exercice, la classe qui contient la médiane est [35 ; 50[

5
Maintenant on détermine la médiane 𝑀𝑒 par interpolation sur cette classe :

0,5−𝐹𝑖−1
𝑀𝑒 = 𝑒𝑖−1 + 𝑎𝑖 ×
𝑓𝑖

0,5−0,428
⇔𝑀𝑒 = 35 + 15 ×
0,276

⇔𝑴𝒆 = 𝟑𝟖, 𝟗𝟏𝟑 ans

4. Calculer la moyenne arithmétique et l’écart-type.


 Calcul de la moyenne arithmétique :

Âge 𝒏𝒊 𝒙𝒊 𝒇𝒊 𝒇𝒊 𝒙𝒊
(en années)
[15 ; 25[ 96 20 0,192 3,84
[25 ; 35[ 118 30 0,236 7,08
[35 ; 50[ 138 42,5 0,276 11,73
[50 ; 65[ 101 57,5 0,202 11,615
[65 ; 80[ 47 72,5 0,094 6,815
Total 500 - 1 41,08

1
On a : 𝑥̅ = ∑5𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 = ∑5𝑖=1 𝑓𝑖 𝑥𝑖
𝑁

̅ = ∑5𝑖=1 𝑓𝑖 𝑥𝑖 = 𝟒𝟏, 𝟎𝟖
D’après le tableau, 𝒙

 Calcul de l’écart type :

Âge 𝒏𝒊 𝒙𝒊 𝒇𝒊 𝒇𝒊 𝒙𝒊 ̅ )𝟐
(𝒙𝒊 − 𝒙 ̅ )𝟐
𝒏𝒊 (𝒙𝒊 − 𝒙
(en années)
[15 ; 25[ 96 20 0,192 3,84 444,366 42659,174

[25 ; 35[ 118 30 0,236 7,08 122,766 14486,435

[35 ; 50[ 138 42,5 0,276 11,73 2,016 278,263

[50 ; 65[ 101 57,5 0,202 11,615 269,616 27231,256

[65 ; 80[ 47 72,5 0,094 6,815 987,216 46399171

Total 500 - 1 41,08 2441,364 131054,3

6
1
On a : 𝜎𝑥 = √𝑉(𝑋) = √ ∑5𝑖=1 𝑛𝑖 (𝑥𝑖 − 𝑥̅ )2 = √∑5𝑖=1 𝑓𝑖 (𝑥𝑖 − 𝑥̅ )2
𝑛

5
1 1
𝜎𝑥 = √ ∑ 𝑛𝑖 (𝑥𝑖 − 𝑥̅ )2 = √ × 131054,3 = √262,1086 = 𝟏𝟔, 𝟏𝟗
𝑛 500
𝑖=1

5. Commenter les résultats obtenus.


 Pour la médiane : 38,913 est l’âge qui sépare la population en deux sous-ensembles
d’effectifs égaux.
 Pour l’intervalle interdéciles : 80% des adhérents ont un âge compris entre
𝐷1 = 20,208 ans et 𝐷9 = 64,554 ans.
 Pour la moyenne arithmétique : 41,08 ans est l’âge moyen de la population.
 Pour l’écart type : la majorité des adhérents ont un âge compris entre 𝑥̅ − 𝜎𝑥 = 24,89 ans
et 𝑥̅ + 𝜎𝑥 = 57,27 ans.

Exercice 4 :
1. Détermination de l’effectif n4 de la dernière classe de la distribution du salaire des
femmes, ainsi que de l’effectif total N.

Le salaire annuel moyen des femmes : x


̅ = 13 (milliers de DH). Ainsi :
1 1
On a : 𝑥̅ = ∑𝑘𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 ⇔ ∑4𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 = 13
𝑁 𝑁
1
⇔ ( 𝑛1 𝑥1 + 𝑛2 𝑥2 + 𝑛3 𝑥3 + 𝑛4 𝑥4 )= 13
𝑁
1
⇔ ( 32 × 11 + 34 × 13+ 12 × 15+ 𝑛4 × 18)= 13
𝑁
On sait que N = 32 + 34 + 12 + n4

D’où n4 = 8 et donc N = 86 (femmes)

Et donc la population totale N = 180 + 86 = 266 (personnes)

2. Détermination de l’écart-type et du coefficient de variation de la distribution des


femmes.

Pour calculer l’écart-type, nous allons utiliser la formule développée de la variance :


1
𝑉(𝑋) = ∑𝑘𝑖=1 𝑛𝑖 (𝑥𝑖 − 𝑥̅ )2 = ∑𝑘𝑖=1 𝑓𝑖 𝑥𝑖 ² −𝑥̅ ²
𝑁

7
Traçons le tableau statistique:

Salaire des
femmes 𝒙𝒊 ² 𝒇𝒊 𝒙𝒊 ² Fi
𝒏𝒊 𝒙𝒊 𝒇𝒊

[10,12[ 32 11 0,372 121 45,012 0,372


[12,14[ 34 13 0,395 169 66,755 0,767
[14,16[ 12 15 0,140 225 31,5 0,907
[16,20[ 8 18 0,093 324 30,132 1
Total 86 - 1 - 173,399 au plus

V(x) = 173,399 - 132 = 4,399 (DH)

σx = √4.399 = 2,097 MDH


Commentaire : Ainsi, le salaire moyen des femmes est de 13 MDH, avec un écart moyen en
plus ou en moins de 2,097 MDH.

Déterminons à présent le coefficient de variation. Deux distributions sont dites statistiquement


différentes si elles n’ont pas le même ordre de grandeur (leurs moyennes sont trop différentes)
ou si elles n’ont pas la même unité (salaire exprimé en DH et en euros). Dans notre exercice,
l’ordre des grandeurs n’est pas le même, car le salaire des hommes est exprimé en DH, alors
que le salaire des femmes est exprimé en milliers de DH.

Lorsqu’on souhaite comparer les dispersions des deux ou plusieurs distributions, les paramètres
de dispersion absolus (écart-type, variance, écart interquartile) ne donnent pas toujours les bons
résultats et peuvent nous induire en erreur. Dans ce cas, on a recours à d’autres paramètres dits
relatifs, tels que le coefficient de variation. Le coefficient de variation Cv est le rapport entre
l’écart-type et la moyenne.

Le coefficient de variation est un paramètre sans unité. Il est exprimé souvent en pourcentage,
car il décrit l’écart-type comme un pourcentage de la moyenne arithmétique.

Cv = σx /𝑥̅ = 2,097/13 = 0,16

Commentaire : L’écart-type représente 16% de la moyenne. Il s’agit d’une dispersion faible.

3. Calcul les déciles D1, D9, Q1 et Q3 pour la distribution des femmes.

F(D1) = 0,1. Donc, la classe contenant le D1 est [10,12[ car sa Fi = 0,372 > 0,1

8
D1 = ei-1 +ai (0.1 – Fi-1)/fi = 10 + 2 (0,1 – 0)/0,372 = 10,538 (milliers DH)

F(D9) = 0,9. Donc, la classe contenant D9 est [14,16[ car sa Fi = 0,907 > 0,9

D9 = 14 + 2 (0,9 – 0,767)/0,140 = 15,9 (milliers DH)

La classe contenant le Q1 est [10,12[ car sa Fi = 0,372 > 0,25

Q1 = 10 + 2 (0,25 – 0)/0,372 = 11,34 (milliers DH)

La classe contenant le Q3 est [12,14[ car sa Fi = 0,767 > 0,75

Q3 = 12 + 2 (0,75 – 0,372)/0,395 = 13,914 (milliers DH)

4. Comparaison des deux distributions.

La dispersion de la distribution des salaires des femmes est faible par rapport à la dispersion de
la distribution des salaires des hommes, car l’écart-type des femmes ne représente que 16 de la
moyenne, alors que l’écart-type des hommes représente 23,5% de la moyenne.

50% des femmes ont le salaire compris entre 13,914 et 11,344 milliers de DH, tandis que 50%
des hommes ont le salaire compris entre 12,75 et 17,66 MDH. 80% des femmes ont le salaire
compris entre 10,538 et 15,9 MDH. En même temps, 80% des hommes ont le salaire compris
entre 10,95 et 20,22 MDH.

Par ailleurs, pour comparer les deux distributions, on va tracer le tableau comparatif. La
comparaison des paramètres de dispersion absolus de deux distributions n’a de sens que si ces
deux distributions sont de même nature et/ou de même ordre de grandeur.

Dans le cas contraire, la comparaison n’est possible qu’en ayant recours à des mesures de
dispersion relatives, c'est-à-dire en effectuant le rapport entre un paramètre de dispersion absolu
et la valeur centrale qui lui tient de référence. Un paramètre de dispersion relatif est donc une
mesure d’écart relatif des valeurs d’une distribution à une valeur centrale. Il est exprimé en
pourcentage.

∆Qr = ∆Q/M où M est médiane

∆Dr = ∆D/M où M est médiane

Par ailleurs, pour étudier la dispersion des revenus, on préfère le rapport D9/D1 au lieu de l’écart
interdéciles.

9
Indicateurs Distribution Hommes Distribution Femmes
Cv 0,235 = 23,5% 0,16 = 16%
∆Q = Q3 - Q1 4,91 2,57
∆Qr = ∆Q/M 33,17% 20,3%
Q3/Q1 1,385 1,226
∆D = D9 - D1 9,27 5,362
∆Dr = ∆D/M 62,63% 42,4%
D9/D1 1,846 1,51

∆Qr (hommes) = 33,17%, ce qui veut dire que la moitié centrale de la population hommes
représente 33,17% de la médiane.

D9/D1 (hommes) = 1,846 ≈ 2. Donc, le salaire de de la majorité des hommes est à peu près le double
du salaire des 10% des hommes les moins payés.

∆Dr (hommes) = 62,63. Donc, l’étendue de 80% de la population hommes représente 62,63% de
la médiane.

5. Détermination du salaire annuel moyen de l’ensemble des ouvriers hommes et


femmes de l’enquête.

𝑥̅ h = 15,4 MDH ; 𝑥̅ f = 13 MDH

N = 180 + 86 = 266

fh = 180/266 = 0,677 ; ff = 86/266 = 0,323

𝑥̅ = fh 𝑥̅ h + ff 𝑥̅ f = 0,677 ×15,4 + 0,323 × 13 = 14,6248 MDH

6. Représentation graphique de la distribution des salaires des femmes et déduction


du mode et de la médiane. Comparaison des valeurs : Mode, médiane, moyenne des
femmes et interprétation.

10
𝑎𝑖
Me = M = ei-1 + × (0.5 − Fi−1 )
𝑓𝑖

= 12 + 2 (0,5 – 0,372)/0,395 = 12,65 MDH

Commentaire : Il y autant des femmes ouvrières du secteur industriel qui reçoivent le salaire
annuel inférieur à 12,65 MDH que des femmes … qui reçoivent le salaire annuel supérieur à
12,65 MDH. La médiane est assez proche de la moyenne (13 MDH), ce qui signifie que
pratiquement il y a autant des femmes qui reçoivent le salaire inférieur à la moyenne que des
femmes qui reçoivent le salaire supérieur à la moyenne. Ainsi, les salaires des femmes ouvrières
du secteur industriel sont relativement dispersés, il n’y a pas des cas extrêmes.

Pour trouver le mode, il faut tracer le tableau statistique et construire l’histogramme.

Salaire des ai fi li = ai/ ar hi = fi’ = fi/ li


femmes
[10,12[ 2 0,372 1 0,372
[12,14[ 2 0,395 1 0,395
[14,16[ 2 0,140 1 0,140
[16,20[ 4 0,093 2 0,0465
Total ar =2 1 - -

𝐡𝐢 − 𝐡𝐢−𝟏
Mo = ei-1 + ai ×
2𝐡𝐢 −( 𝐡𝐢−𝟏 + 𝐡𝐢+𝟏 )

11
𝟎.𝟑𝟗𝟓− 𝟎.𝟑𝟕𝟐
Mo = 12+ 2 × = 12,16 MDH
𝟐∗𝟎.𝟑𝟗𝟓−( 𝟎.𝟑𝟕𝟐 + 𝟎.𝟏𝟒𝟎)

Commentaire : Le salaire annuel le plus répandu parmi les femmes ouvrières du secteur
industriel est de 12,16 MDH. Le salaire annuel le plus répandu est assez proche du salaire
moyen (13 MDH). Ainsi, le salaire le plus fréquemment rencontré chez les femmes est le salaire
moyen, ce qui signifie que le salaire est réparti de manière plutôt juste (égalitaire), soit que le
niveau des compétences est homogène.

Mo < M < 𝑥̅ . Donc, c’est une série asymétrique étalée à droite.

7. Calcul de la médiale pour la distribution des salaires des femmes, déduction de


l’écart absolu et relatif Médiale-Médiane.

La médiale de la série statistique est la valeur du caractère qui partage la masse globale en deux
parties égales.

G (Ml) = 0,5 (50%)

Ml = ei-1 + ai (0,5 - G-1)/gi = 12 +2 (0,5 - 0,315)/0,395 = 12,937

Ecart absolu Médiale – Médiane : ∆M = Ml – M = 12,937 – 12,65 = 0,287

Ecart relatif Médiale – Médiane : ∆Mr = ∆M/e = 0,287/10 = 0,0287 = 2,87% (car e = 20 – 10
= 10). Ainsi, ∆M représente 2,87% de l’étendue de la série.

8. Construction de la courbe de concentration et calcul de l’indice de Gini pour la


distribution des salaires des femmes.

12
La notion de concentration est apparentée à celle de la dispersion, mais elle traduit le
phénomène de répartition de la masse globale du caractère (en général, la richesse).

Si = la masse globale

gi = la proportion de la masse globale relatve à la classe [ei-1, ei[

Gi = la proportion de la masse cumulée relative à la classe [ei-1, ei[

Salaire ni xi Si gi = Si/S Gi fi Fi 𝑮𝒊−𝟏 + 𝑮𝒊 fi(𝑮𝒊−𝟏 + 𝑮𝒊 )


des (nixi)
femmes
[10,12[ 32 11 352 0,315 0,315 0,372 0,372 0,315 0,11718
[12,14[ 34 13 442 0,395 0,71 0,395 0,767 1,025 0,404875
[14,16[ 12 15 180 0,161 0,871 0,140 0,907 1,581 0,22134
[16,20[ 8 18 144 0,129 1 0,093 1 1,871 0,174003
Total 86 S= 1 1 au 0,917
1118 plus

𝐼𝑐 = 1 − ∑𝑘𝑖=1 𝑓𝑖 ( 𝐺𝑖−1 + 𝐺𝑖 ) = 1 – 0,917 = 0,083 = 8,3%

Il s’agit d’une faible concentration des salaires des femmes.

Commentaire : D’après la valeur faible de Ic et d’après la forme de la courbe de concentration,


qui est assez proche de la première bissectrice, on constate que la concentration des salaires des
femmes est faible.

13
Exercice 5 :
Branche mécanique
CA (Mdh) Méca ni fi Fi% xi nixi ni xi2
[0,2[ 45 0.375 37.5 1 45 45
[2,4[ 36 0.30 67.5 3 108 324
[4,6[ 18 0.15 82.5 5 90 450
[6,10[ 15 0.125 95 8 120 960
[10,12[ 6 0.05 100 11 66 726
Total 120 1.00 Au plus - 429 2505

 Calcul de la moyenne 𝒙
̅ (pour la branche mécanique) :

∑𝑘
𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 ∑5𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 429
̅=
𝒙 = = = 3.575 Mdh
𝑛 120 120
 Calcul de l’écart type 𝝈x (pour la branche mécanique) :
2
∑5𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 2505
𝜎x = √𝑉 (𝑥) = √(𝑥 − 𝑥̅ ) = √(
̅̅̅
2 2 − 𝑥̅ 2 ) = √( 120 − 𝑥̅ 2 )
120

= √20.875 − 3.7572 = 2.845 Mdh

 Calcul de la médiane Me (pour la branche mécanique) :


F1 = 37.5% ≤ 50% < F2 = 67.5%
Me ∈ [e1, e2[ = [2,4[
50−F1 50−37.5
Me = e1 + a2× = 2+2× = 2.833 Mdh
𝑓2 30

 Calcul du premier décile D1 :


α = 10% F0 = 0 ≤ 10% < F1 = 37.5% D1 ∈ [e0, e1[ = [0,2[
10−𝐹0 10−0
D1 = e0 + a1× = 0+2× = 0.533 Mdh
𝑓1 37.5

 Calcul du dernier décile D9 :


α = 90% F3 = 82.5 ≤ 90% < F4 = 95% D9 ∈ [e3, e4[ = [6,10[
90−𝐹3 90−82.5
D9 = e3 + a4× = 6+4× = 8.4 Mdh
𝑓4 12.5

 Calcul du rapport des déciles D9/ D1 :

𝐷9 8.4
Dr = = = 15.75
𝐷1 0.533

14
Branche électrique
CA (Mdh) elec ni fi Fi% xi nixi ni xi2
[0,2[ 32 0.160 16 1 32 32
[2,4[ 40 0.200 36 3 120 360
[4,6[ 75 0.375 73.5 5 375 1875
[6,10[ 35 0.175 91 8 280 2240
[10,12[ 18 0.09 100 11 198 2178
Total 200 1.00 Au plus - 1005 6685

 Calcul de la moyenne 𝒙
̅ (pour la branche électrique) :

∑𝑘
𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 ∑5𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 1005
𝑥̅ = = = = 5.025 Mdh
𝑛 200 200
 Calcul de l’écart type 𝝈x (pour la branche électrique) :
̅̅̅2 − 𝑥̅ 2 ) = √8.175 = 2.859 Mdh
𝜎x = √𝑉 (𝑥) = √(𝑥

 Calcul de la médiane M (pour la branche électrique) :


F2 = 36% ≤ 50% < F3 = 73.5%
M ∈ [e2, e3[ = [4,6[
50−F2 50−36
M= e2 + a3× = 4+2× = 4.747 Mdh
𝑓3 37.5

 Calcul du premier décile D1 :


α = 10% F0 = 0 ≤ 10% < F1 = 16% D1 ∈ [e0, e1[ = [0,2[
10−𝐹0 10−0
D1 = e0 + a1× = 0+2× = 1.25 Mdh
𝑓1 16

 Calcul du dernier décile D9 :


α = 90% F3 = 73.5 ≤ 90% < F4 = 91% D9 ∈ [e3, e4[ = [6,10[
90−𝐹3 90−73.5
D9 = e3 + a4× = 6+4× = 9.771 Mdh
𝑓4 17.5

 Calcul du rapport des déciles D9/ D1 :


𝐷9 9.771
Dr = = = 7.817
𝐷1 1.25
3. interprétation des résultats obtenus :

On a la même unité (Mdh) mais pas le même ordre de grandeur (𝑥̅𝑒𝑙𝑒𝑐 = 5.025 Mdh est
largement supérieure à 𝑥̅𝑚𝑒𝑐𝑎 = 3.575 Mdh). Donc les deux séries sont statistiquement
différentes, d’où le recourt aux paramètres de dispersion relatifs. En effet le rapport des déciles
𝐷 𝐷
en Mécanique (Dr = 9 =15.75) est supérieur à celui en électrique (Dr = 9 = 7.817) donc plus
𝐷1 𝐷1
dispersé. Chose confirmée par les coefficients de variation respectivement CVmeca et CVelec :
σ 𝜎
(CVmeca = |x̅ 1| = 0.796
1
> CVelec = |𝑥̅2| = 0.569)
2

15
4. calcul de la médiale dans chaque branche

CA (Mdh) ni fi Fi% xi Si = nixi 𝑺𝒊 Gi (Gi-1+Gi) fi(Gi-1+Gi)


gi=
𝑺
Méca
[0,2[ 45 0.375 37.5 1 45 0.105 0.105 0.105 0.039
[2,4[ 36 0.30 67.5 3 108 0.252 0.357 0.462 0.138
[4,6[ 18 0.15 82.5 5 90 0.210 0.567 0.924 0.138
[6,10[ 15 0.125 95 8 120 0.280 0.847 1.414 0.177
[10,12[ 6 0.05 100 11 66 0.145 1 1.847 0.092
Total 120 1.00 Au plus - S = 429 1.00 - - 0.584

CA (Mdh) elec ni fi Fi% xi Si = nixi 𝑺𝒊 Gi (Gi-1+Gi) fi(Gi-1+Gi)


gi=
𝑺

[0,2[ 32 0.160 16 1 32 0.032 0.032 0.032 0.005


[2,4[ 40 0.200 36 3 120 0.119 0.151 0.183 0.037
[4,6[ 75 0.375 73.5 5 375 0.373 0.524 0.675 0.253
[6,10[ 35 0.175 91 8 280 0.279 0.803 1.327 0.232
[10,12[ 18 0.09 100 11 198 0.197 1 1.803 0.162
Total 200 1.00 Au plus - S=1005 1.00 - - 0.689

Calcul de la médiale Ml (pour la branche mécanique) : Calcul de la médiale Ml (pour la branche électrique) :
G2=35.7%≤ 50 %< G3=56.7% G2=15.1%≤ 50 %< G3=52.4%
Ml ∈ [e2, e3 [= [4, 6[ Ml ∈ [e2, e3 [= [4, 6[
50−𝐺2 50−35.7 50−𝐺2 50−15.1
Ml= e2 + a3× = 4+2× = 5.362Mdh Ml= e2 + a3× = 4+2× = 5.871Mdh
𝑔3 21 𝑔3 37.3

16
Pour comparer les concentrations des deux branches, on a intérêt à calculer l’écart absolu
médiale médiane noté ∆M, cet écart traduit la concentration. On le compare généralement à
l’étendue de la série.

Pour la branche mécanique : Pour la branche électrique :

∆M = Ml- M= 5.368- 2.833 ∆M = Ml- M= 5.871- 4.747


=2.535 Mdh =1.124 Mdh
∆M 2.535 ∆M 1.124
∆Mr = = = 0.21= 21% ∆Mr = = = 0.09= 9%
𝑒 12 𝑒 12

Interprétation :
La branche mécanique est plus concentrée que la branche électrique (plus ∆Mr est grand et
plus la concentration est forte, et inversement)
5) calcul de l’indice de concentration de Gini dans chaque branche :

Pour la branche mécanique : Pour la branche électrique :

IG = 1 - ∑5𝑖=1 𝑓𝑖 (𝐺𝑖−1 + 𝐺𝑖 ) IG = 1 - ∑5𝑖=1 𝑓𝑖 (𝐺𝑖−1 + 𝐺𝑖 )


= 1- 0.584 = 1- 0.689

= 0.416 = 41.6% = 0.311= 31.1%

D’après la valeur de IG dans chaque branche, on constate que la concentration de la


branche électrique est plus faible que celle de la branche mécanique.

17
18
Exercice 6 :

Salaires ni Fi % xi 𝐧𝐢 . 𝐱 𝐢 𝐧𝐢 . 𝐱 𝐢 ² 𝑺𝒊
fi gi= Gi (Gi-1+Gi) fi(Gi-1+Gi)
(100DH) 𝑺

[15 ; 25[ 10 0.10 10 20 200 4000 0.06 0.06 0.06 0.006


[25 ; 35[ 50 0.50 60 30 1500 45000 0.42 0.48 0.54 0.27
[35 ; 45[ 25 0.25 85 40 1000 40000 0.28 0.76 1.24 0.31
[45 ; 55[ 10 0.10 95 50 500 25000 0.14 0.9 1.66 0.166
[55 ; 65[ 3 0.03 98 60 180 10800 0.05 0.95 1.85 0.055
[65 ; 95[ 2 0.02 100 80 160 12800 0.05 1 1.95 0.039
Total 100 1 Au - 3540 137600 - - - 0.846
plus

1. L'indice de concentration ou indice de Gini, que l'on note IC est donné par :

Ic = 1− ∑f i (Gi-1 + Gi)
= 1 − 0,846
= 0,154

Ic =15,4%
1 𝟑𝟓𝟒𝟎
2. 𝑥̅ = ∑𝑘𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 = = 35,4 cdh
𝑁 𝟏𝟎𝟎

Et la masse salariale : S x= ∑6𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖 =3540 cdh


3.
̅ =𝑿
a- Y= X+a ; où a= 0,75 cdh donc 𝒀 ̅ +a = 36,15 cdh

Sy = ∑6𝑖=1 𝑛𝑖 𝑦𝑖 =∑6𝑖=1 𝑛𝑖 (𝑥𝑖 + 𝑎)=Sx + na = 3540+ 75= 3615 cdh


b- Y= X + aX ; où a = 0.02 ̅ = 1.02 𝑿
donc 𝒀 ̅ = 36.11 cdh

Sy = ∑6𝑖=1 𝑛𝑖 𝑦𝑖 = ∑6𝑖=1 𝑛𝑖 (𝑥𝑖 × (1 + 𝑎))=Sx + a∑6𝑖=1 𝑛𝑖 𝑥𝑖


= (1+a) Sx= 1.02 Sx= 3610 cdh
4. La direction préfère la masse salariale la plus petite donc augmentation en %.
5.

19
Donc 66.3% des salariés touchent moins de 37.5 cdh (graphiquement par la courbe
cumulative).

 On conclue que 37.5 cdh est le salaire qui laisse indifférents les
salariés vis-à-vis du type d’augmentation des salaires :
 D’autre part, on sait que les salaires les plus hauts aurons une préférence pour le
%, par conséquent, les salariés qui touchent plus de 37,5 cdh auront une
préférence pour le pourcentage et vu la question précédente, ils présentent un %
de 33,7% (=100% - 66,3%).

20

Vous aimerez peut-être aussi