Vous êtes sur la page 1sur 4

La gouvernance des institutions financières Dans le dictionnaire de politique, la gouvernance est

définie comme étant l'ensemble des mesures, des règles, des organes de décision, d’information et
de surveillance qui sont susceptibles d'assurer le bon fonctionnement et le contrôle d'un État, d'une
institution ou d'une organisation qu'elle soit publique ou privée, régionale, nationale ou
internationale. Initialement utilisé pour désigner la manière dont un gouvernement exerce son
autorité économique, politique et administrative et gère les ressources d'un pays en vue de son
développement, le concept de "gouvernance" a ensuite été étendu à la gestion des entreprises.

 La gouvernance des banques Islamiques Lors du congrès international des banques


islamiques organisé par l’association Internationale des Banques Islamiques AIBI en 1979, la
banque islamique a été définie ainsi : « la banque islamique est une institution bancaire qui
collecte des fonds et les utilise sur la base de la charia islamique, dans le but de fonder une
société solidaire et de réaliser une certaine justice dans la répartition de la richesse» De par
cette définition, la Banque Islamique se distingue par son Business Model qui découle de la
raison ultime de son existence, à savoir le respect des préceptes de la Charia islamique. En
parallèle, l’objectif de la banque islamique est de créer de la richesse, mais avec le souci
permanent de solidarité, de justice et d’équité sociale.

La Banque Islamique, une gouvernance particulière

Les banques islamiques présentent des particularités qui les distinguent des banques
conventionnelles, et qui leur imposent un cadre de fonctionnement, de gouvernance et de
supervision approprié et unique.

a) Cadre normatif International de gouvernance des IFI :


Les principales organisations Internationales cadres de la FI qui ont déployé des efforts dans cette
discipline sont l’AAOIFI et l’IFSB.

1. L’AAOIFI: “Accounting and Auditing”

Organisation for Islamic Financial Institutions”, est une organisation islamique Internationale basée
au Bahreïn, autonome et à but non lucratif dont la mission consiste à préparer des normes d’audit,
de comptabilité, de gouvernance, d’éthique et de Charia pour les IFI. Jusqu’à ici, elle a publié 80
Standards :

 26 standards de comptabilité
 5 standards d’audit
 7 standards de gouvernance
 2 codes d’éthique
 40 standards de Charia.

Les standards relevant de la gouvernance des IFI sont les suivants :

 GSIFI n°1 : Les comités de supervision de la Charia


 GSIFI n°2 : L’audit Charia
 GSIFI n°3 : L’audit Charia interne
 GSIFI n°4 : Les comités d’audit et de gouvernance pour les IFI
 GSIFI n°5 : L’indépendance du comité de supervision de la Charia
 GSIFI n°6 : Déclaration sur les principes de gouvernance pour les IFI
 GSIFI n°7 : La responsabilité sociale d’entreprise pour les IFI

Ajoutons à cela les normes relatives à l’audit :

 ASIFI n°1 Les objectifs et principes d’audit


 ASIFI n°2 Le rapport d’audit
 ASIFI n°3 les termes d’engagement d’audit
 ASIFI n°4 les travaux d’audit de conformité aux principes de la Charia par un auditeur
externe.
 ASIFI n°5 la responsabilité de l’auditeur dans la détection de la fraude.
De plus, l’AAOIFI a publié deux codes d’éthique, le premier est destiné aux auditeurs et
comptables des institutions financières islamiques alors que le deuxième concerne
l’ensemble des employés des institutions financières islamiques.

2.L’IFSB « Islamic Financial Services Board » : est une organisation Internationale de


standardisation siégeant à Kuala Lumpur en Malaisie dont l’objectif est d’émettre des
normes prudentielles et des standards Internationaux conformes à la Charia en faveur
des agences de supervision et de régulation contribuant à assurer la stabilité et la solidité
du système financier islamique .LIFSB a émis 25 normes, notes d’orientation et note
techniques, en particulier dans les domaines de la gestion de risques, la gouvernance, la
surveillance prudentielle, l’adéquation des fonds propres, la transparence et la discipline
de marché, et ce pour tous les segments de la finance islamique.

L’effort de ces institutions spécialisées de normalisation et de standardisation est certes


Essentiel mais il se limite à inventorier les meilleures pratiques et à les recommander
sans avoir le pouvoir d’opposer leurs standards aux IFI. Il revient aux autorités financières
et aux instances de gouvernance Nationales d’imposer ces normes à leurs IFI dans un
cadre réglementaire cohérent et adapté à chaque pays.

Par ailleurs, L’IFSB (Islamic Financial Services Board) a publié un ensemble de normes visant à
renforcer les structures et les procédures de gouvernance dans les différents segments de
l’industrie financière islamique. Il s’agit principalement de :

 La norme IFSB-3 (2006) : Les principes de gouvernance pour les institutions offrant
uniquement des services financiers islamiques.
 La norme IFSB-6 (2008) : Les principes de gouvernance pour les schémas collectifs
d’investissement.
 La norme IFSB-8 (2009) : Les principes de gouvernance pour les opérations Takaful.
Pour compléter ces principes, l’IFSB a émis, en 2009, la norme 10 consacrée aux systèmes de
gouvernance de la Charia pour les institutions offrant des services financiers islamiques. Cette
norme s’intéresse, entre autres, à l’audit Charia et sa position dans le système de gouvernance
interne.

2- L’audit Charia et la gouvernance de l’industrie financière islamique

L’audit Charia est une composante essentielle jouant un rôle important dans les systèmes de
gouvernance au sein des institutions financières islamiques.

La norme 10 de l’IFSB prévoit deux niveaux d’audit Charia, à savoir :

 L’audit interne : qui vérifie que l’institution est conforme à la Charia et que chaque incident
de non-conformité a été enregistré, remonté aux instances concernées et rectifié.
 L’audit externe : qui effectue une revue annuelle pour donner plus de crédibilité à
l’institution et vérifier que les dispositifs internes de conformité et d’audit Charia ont été
correctement assurés.

Un cadre de régulation internationale encore insuffisant Un cadre de régulation internationale


existe depuis quelques années mais il semble qu’il doive encore être renforcé.

La Banque islamique de développement (BID) joue un rôle central dans la création de normes et
de procédures internationalement acceptables et dans le renforcement du secteur bancaire dans
divers pays.

En 1991, l’Accounting and Auditing Organisation for Islamic Financial Institutions (AAOFI) a été
mis sur pied pour améliorer le contrôle interne des institutions de finance islamique ainsi que
leur transparence financière et comptable. C’est cet organisme qui a recommandé la mise en
place systématique de comités de charia dans toutes les institutions.

L’Islamic Financial Services Board (IFSB) a été créé en Malaisie en novembre 2002 grâce à la
coopération du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque islamique de développement
(BID) et des banques centrales des pays concernés par la finance islamique.

La mission de l’IFSB, qui compte près de quarante membres, est de définir un cadre de régulation
prudentielle spécifique pour les institutions de finance islamique sur la base des
recommandations du comité de Bâle et des contraintes spécifiques de ces organismes. Sa tâche
devrait s’étendre à l’harmonisation des interprétations juridiques en matière de droit islamique
des affaires et à la standardisation des pratiques.

L’International Islamic Finance Market (IIFM) a été installé également en 2002 sur l’initiative de
cinq pays (Bahreïn, Brunei, Indonésie, Malaisie, Soudan) sous l’égide de la BID afin d’harmoniser
les pratiques en matière de finance de marché islamique et de développer un marché secondaire
pour les instruments financiers islamiques à vocation internationale. Cette même année a vu la
création de l’Islamic International Rating Agency (IIRA), agence de notation pour les instruments
financiers islamiques.

On trouve encore d’autres institutions comme le Liquidity Management Center (LMC) qui est le
teneur de marché pour les instruments du marché secondaire entre gouvernements, le General
Council for Islamic Banks and Financial Institutions (GCIBFI) créé pour développer la connaissance
du marché de la finance islamique, dont l’action est complétée par celle du Islamic Research and
Training Institute (IRTI) qui promeut la recherche et la formation.

On observe que Bahreïn occupe une place importante dans ce dispositif puisque le pays accueille
l’AAOIFI, l’IIFM et l’IIRA.

Toutefois, le manque de données agrégées rend encore difficile la comparaison des banques
islamiques d’un pays à l’autre. Il n’existe pas de statistiques publiques sur les activités
transfrontalières des banques islamiques ou le volume des transactions islamiques
transfrontalières fondées sur la charia. On commence néanmoins à trouver, dans le rapport
annuel de quelques banques centrales, comme à Bahreïn, en Malaisie ou en Turquie, des
informations sur les banques islamiques :

Rubrique à part avec des données agrégées qui fournissent des informations sur l’ampleur de
l’activité de ces institutions au niveau du pays concerné.