Vous êtes sur la page 1sur 5

Les méningites purulentes

Définition

La méningite correspond à une inflammation :

 Des méninges
 Du LCR

La méningite purulente est d’étiologie BACTERIENNE

Les infections du SNC peuvent toucher :

 Les méninges : méningites


 Le parenchyme cérébral : abcès du cerveau, encéphalites associée à une méningite
(méningo-encéphalite)

Physiopathologie :

La contamination des méninges peut se faire par :

 Voie hématogène : bactériémie


 Contigüité : otite, sinusite, traumatisme crânien
 Inoculation directe : geste neurochirurgical

Contamination >>> inoculation indirecte >>> geste neurochirurgical

Epidémiologie :

La dernière flambé épidémique de la méningite cérébro spinale ou à méningocoque dans notre pays
remonte à 1998

L’évolution est cyclique de cette maladie, tous les 8-10 ans

Epidémie de sidi bel abbes ;

 en Avril mai 1979 avec 41 cas : population scolaire


 en 1995 : 50cas
 en 1997 : 55 cas

Clinique :

Diagnostic :

1. Syndrome méningé :
 Céphalée
 Photophobie
 Vomissements
2. Fièvre 39-40°C
3. Raideur de la nuque
4. Signe de Kernig : impossibilité de s’asseoir sans fléchir les jambes
5. Signe de Brudzinski : la flexion de la nuque provoque une flexion des jambes

Comment confirmer le diagnostic de méningite ? par la PONCTION LOMBAIRE :

 Position assise
 Ou allongée sur le coté genoux repliés sur le ventre et le menton rentré dans la poitrine
 Entre la 4ème et la 5ème vertèbre lombaire L4-L5

TDM avant PL ?

 Risque = engagement qui se produit quand une zone lésionnelle déplace les structures
normales du cerveau

Faut-il faire un scanner cérébral avant toute PL ?

 Pas systématiquement
 Sauf si :
Immunodépression
ATCD d’une atteinte d’un SNC
Devant une crise convulsive inaugurale
Œdème papillaire
Troubles de conscience
Atteinte neurologique focale
 Si scanner, réaliser des hémocultures immédiatement, débuter déxaméthésone + AB,
envoyer au scan, puis si pas d’HIC, réaliser une ponction lombaire (dans ce cas, ne pas oublier
de demander les Ag solubles, les AB risquant de négativer les cultures)

Résultats de ponction lombaire :

1. Etude du LCR :

LCR normal :

 Eau de roche
 Cellules < 10
 Hématies = 0
 Albumine au alentours de 0.3 g/L

 Glycorachie = glycémie/2

Méningite >>> liquide inflammatoire :


 Cellularité élevée (polynucléaires et / ou lymphocytes)

 Liquide +/- trouble surtout si polynucléaires

 Albumine augmentée

 Glycorachie diminuée

2. Etude cytologique

< 10 cellules / mm3 :

 Méningisme (pharyngite, pyélonéphrite)

 Méningite bactérienne à la phase initiale

 Méningite à cryptocoque ou à Listeria

>10 cellules / mm3 + plus de 50% de PNN >>> méningite bactérienne :

 Adulte : pneumocoque, méningocoque, listeria monocytogène

 Enfant : hémophilus influenza, méningocoque, pneumocoque

 Liquide du LCR : purulent

 L’aspect du liquide trouble : impose le début du traitement URGENCE

>10 cellules / mm3 + plus de 50% de lymphocytes >>> impose :

 l’examen neurologique

 la chimie du LCR :

 si hypoglycorachie : tuberculose ou Listériose

 sinon a priori virale

3. Etude bactériologique :

 Examen direct d’un gram et d’une coloration au bleu de méthylène : bacille, cocci Gram +/-

 Recherche d’antigène solubles ou PCR dans le LCR, le sang et les urines pour :

 Haemophilus inflenza type b


 Neisseria meningitidis sérogroupe A et C

 Pneumocoque

 Streptocoque groupe B

Diagnostic étiologique :

3 bactéries dominent par leurs fréquences :

 Méningocoque : Neisseria meningitidis


 Pneumocoque : streptococcus pneumoniae
 Haemophilus influenza

1. Méningite à méningocoque :
 Contagiosité élevée
 Les épidémies : « ceinture de la méningite cérébrospinale » de l’Afrique subsaharienne et des
cas similaire dans la famille
 Mesures de prophylaxie pour l’entourage du malade
 Taux élevé de mortalité (8-10%)

Le méningocoque : est un diplocoque gram négatif , bactérie fragile, intra et extra cellulaire

13 sérogroupes ont été décrits et ceux a l’origine de 99% des formes invasives sont : A, B, C, Y, W135

En Algérie, depuis 2013 les souches isolées sont les B/W :

 Sérogroupe A à 48%
 Sérogroupe B à 27%
 Sérogroupe W à 14%
 Sérogroupe C à 8% et Y à 3%

Les pays voisins :

Maroc Tunisie
A : 5.2%
B : 77.4% B à 80%
C : 1.2% Taux de létalité à 18%
W : 15.5%

Habitat naturel :

 Rhinopharynx de l’homme
 Le réservoir est strictement humain

La transmission se fait :

 Directement d’un sujet à un autre par voie aérienne à partir des gouttelettes de salive et des
mucosités naso pharyngées
 Par contact étroit prolongé

Incubation :

 3-4 jours
 Jusqu’à une dizaine de jours

La première enfance et l’adulte jeune :

Syndrome infectieux :

 Fièvre
 Céphalée violent
 Vomissements

Syndrome méningé :

 Raideur de la nuque
 Léthargie
 Troubles de conscience, voir coma

Chez le nouveau né et nourrisson :

Ces symptômes sont moins marqués

 Fièvre brutale
 +/- convulsions
 Ou vomissements

Complications :

Vous aimerez peut-être aussi