Vous êtes sur la page 1sur 25

République Algérienne Démocratique et populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieure et de la Recherche Scientifique


Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie
Département de Biologie

TP EN MODULE ‘Macromolécules de Défense Chez La Plante’


Spécialité : Master 1 Biochimie Appliquée

Présenté par :
REBIAI AMINA
Intitulé :

Effet Du Stress Salin Sur La Croissance et La Biochimie De L’Espèce


De Blé Tendre (Triticum sativa)

Le : 18/05/2020.

Sous La Direction de :
Pr CHAFI M EL Habib

Année Universitaire 2020/2021

1
Liste des Tableaux
Nº Titre Page

1 Classification botanique de blé tendre. 9

2 Verreries et petit matériels. 10

3 Produits et appareillage utilisés. 10

4 Arrosage et application de stress salin. 12

5 Protocol de dosage des sucres solubles totaux. 16

6 Longueur de tiges et racines chez les plantes témoins. 20

7 Longueur de tiges et racines chez les plantes traitées. 21

8 Poids de la matière fraiche racinaire et aérienne. 21

9 Dosage des sucres : DO et concentrations. 21

2
LISTE DES FIGURES

Nº Titre Page
1 Grain de blé. 9
2 Graine de blé tendre. 9
3 Désinfection des graines. 11
4 Rinçage des graines. 11
5 Séchage des graines. 11
6 150g de terreau dans chaque pot. 11
7 Semis des graines. 12
8 Arrosage après semis. 12
9 Pesage de NaCl. 12
10 Germination des plantules après 7 jrs de semis. 13
11 Plantes de blé tendre après 20 jrs de semis. 13
12 Déterrement des plantes. 13
13 Le tri des plantes du sol. 13
14 Rinçage des plantes avec l’eau distillée. 13
15 Plantes témoins. 14
16 Plantes traitées. 14
17 Mesure de la longueur de racines. 14
18 Broyage de la matière végétale. 15
19 L’ajout d’eau distillée jusqu’à 10 ml. 15
20 Broyat de plantes témoins. 15
21 Broyat de plantes traitées. 15
22 Centrifugation à 5000 tr/5min. 16
23 Réactif de glucose. 16
24 Etalon. 16
25 17
26 Homogénéisation avec le vortex. 17
27 Cuves de lecture. 17
28 Lecture des DO à 505 nm. 18

3
-SOMMAIRE-

INTRODUCTION……………………………………………………………………… 06
PARTIE I: ETUDE EXPERIMENTALE
CHAPITRE І: MATERIEL ET METHODES
І.1. Matériel végétal………………………………………………………………………..08
І.2. Matériel non végétal………………………………………………………………......09
І.3. Conduite de l’expérimentation et matériel végétal……………… . …………………11
CHAPITRE II : PROTOCOL EXPERIMENTAL
ІI.1.1. Semis des graines……………………………………… …………………….........11
ІI.1. 2. Application de stress salin……………………………………………… ………...12
ІI.1.3. Récolte des plantes et étude des différents paramètres……………… …………….13
ІI.2.1. Mesure et notation…………………………………………………………………..14
ІI.2.2. Taux de germination final …………………………… …………………………….14
ІI.2.3. Longueur et nombre de racines ………………………………………… . ……….. 14
II.2.4. Longueur de tiges…………………………………………………………………….15
II.3. Matière fraiche racinaire……………………………………………………………….15
ІI.4. Dosage Biochimique : Teneur en sucres solubles totaux……………………………. .15
II.4.1. Extraction des sucres…………………………………………………………………15
II.4.2. Dosage des sucres…………………………………………………………………... 16
PARTIE II : RESULTATS ET DISCUSSION :
CHAPITRE III : RESULTATS ET PERSPECTIVES
III.1. Paramètres morphologiques…………………………………………………………..20
III.1.2. Le taux de germination des plantes étudiées………………………………………..20
III.1.3. Les paramètre de croissance………………………………………………………...20
III.1.4. Matière fraiche racinaire et aérienne………………………………………………...21
III.2. Dosage biochimique…………………………………………………………………...21
IV. Discussion……………………………………………………………………………….22
CONCLUSION GENERALE :……………………………………………………………23
REFERENCES :……………………………………………………………………………24

4
INTRODUCTION

5
Les céréales occupent à l’échelle mondiale, une place primordiale dans les programmes de
recherche agricoles. Elles sont les principales sources de la nutrition humaine et animale dans le
monde, le blé occupe la première place pour la production mondiale et la deuxième après le riz,
comme source de nourriture pour les populations humaines (Slama et al., 2005). Ces plantes ont
en commun des hauts Rendements, des principes énergétiques importants ainsi que des durées
de conservation des graines très longues.

Le blé tendre est une céréale importante en termes de consommation humaine dans de
nombreux pays de monde. Cependant, dans les milieux arides et semi-arides, le stress salin
impose des limites au développement de la plante. La résistance à ce stress est dépendante du
génotype qui développe des mécanismes morphologiques, physiologiques, et/ou biochimiques
pour éviter ou tolérer la contrainte (Neffar, 2013).

Les stress environnementaux tels que la salinité, affectent la croissance et le rendement des
plantes. Cependant, les plantes ont développé des stratégies d’adaptation pour répondre à ces
changements en ajustant leurs systèmes métaboliques. L’adaptation au stress est définie comme
un ordre de processus qui mènent à une nouvelle optimalité. Différentes stratégies adaptatives
sont utilisées pour régler les différents paramètres fonctionnels et structuraux du système
(Oukkaroum, 2007).

Il est cultivé principalement dans les pays du bassin Méditerranéen à climat aride et semi-
aride. Elle se caractérise par l’augmentation de la température couplée à la baisse des
précipitations, en plus la désertification et la sécheresse, diminuent les potentialités de
production des sols agricoles (Abeledo et al., 2008).

En Algérie, le blé avec ces deux types, dur et tendre, ainsi que l’orge constituent, une culture
Alimentaire irremplaçable. Selon différentes études, la superficie réservée à la céréaliculture
en Algérie est, aujourd’hui, de 3,3 millions d’hectares. 40% de ses surfaces sont destinés à la
Production de blé dur, soit 1,35 millions d’hectares et les 20% restants sont réservés à la
production du blé tendre lequel reste généralement faible. Malgré les efforts consentis, les
rendements restent très bas puisqu’ils ne tournent qu’autour de 8 à 10 qi/ha. Leur faible
niveau de production est souvent expliqué par l’influence des mauvaises conditions
pédoclimatiques associées, entre autre, à une faible maîtrise des techniques culturales (Selmi,
2000).

Plusieurs auteurs ont défini la salinité des sols et des eaux comme étant la présence de
Concentration excessive de sels solubles, ou lorsque les concentrations en (Na+), (Ca++),
(Mg++) sous formes de chlorures, carbonates, ou sulfates sont présentes en concentrations
anormalement élevées (Asloum, 1990). Ce type de stress est essentiellement dû au NaCl en
conditions naturelles (Sun et Zheng, 1994). Il caractérise les zones arides et semi arides,
surtout là où l’irrigation est pratiquée (Ashraf, 1994). La salinité déclencherait un stress
environnemental très significatif chez les plantes cultivées, qui constitue un obstacle majeur
sur la productivité agricole.

Les terres arides et semi arides représentent un tiers de la surface du globe. Dans ces zones, la
Salinité des sols et des eaux d’irrigation est l’un des facteurs limitant de la productivité
végétale et du rendement agricole. Selon les estimations les plus récentes, elle affecte déjà au
moins 400 millions d’ha et en menace gravement une surface équivalente (Baatour et al.,
2004; IRD, 2008).

6
Selon Levitt (1980), le terme stress désigne un facteur de l’environnement induisant une
Contrainte potentiellement néfaste sur un organisme vivant.
D’après Dutuit et al., (1994), le stress est le dysfonctionnement (rupture d’un équilibre
Fonctionnel) produit dans un organisme ou dans un système vivant, par exemple par une
carence. Le stress est donc, un ensemble de conditions qui provoquent des changements de
processus physiologiques résultant éventuellement de dégâts, dommages, blessures, inhibition
de croissance ou de développement.

On appelle stress toute pression dominante exercée par un paramètre, perturbant le


Fonctionnement habituel de la plante. En revanche, la réponse du végétal dépend, entre autres,
de ces paramètres environnementaux, tels que: le type de contrainte, son intensité, sa durée et
Caractéristiques génétiques: espèce et génotype (Hopkins, 2003).

Ces écosystèmes sont caractérisés par une faible et une forte irrégularité des précipitations,
Associées à une importante évaporation favorisant l’accumulation des sels dans le sol (Hayek
et Abdelly, 2004). L’Algérie se situe parmi les pays touchés, presque 3,2 millions d’hectares
de la surface sont salins (Hamdy, 1999).

L'effet négatif de la forte salinité peut être observé au niveau de la plante entière comme la
Mort de la plante et /ou la diminution de la productivité. Beaucoup de plantes développent des
Mécanismes adaptatifs soit pour exclusion du sel de leurs cellules ou pour la tolérance de sa
Présence dans les cellules (Parida et Das, 2005). L’accumulation du sodium dans les organes
de la plante à la suite d’une entrée massive de certains ions toxiques tel que le chlore
commence à exercer une action toxique, qui se manifeste par des lésions sur les feuilles, dès
que la teneur en cet élément atteint 0,05% dans les tissus, la sensibilité à cet élément est
variable suivant les espèces. (Gouny et Brachet, 1967 ; El Mekkaoui, 1990).

Cet effet est attribué à un excès d’ions qui interfèrent avec le métabolisme de la plante et
Engendre l’incapacité de celle-ci à acquérir des éléments nutritifs d’où l’inhibition de l’action
Enzymatique, la division cellulaire et la perte des substrats respiratoires (Gadallah, 1999).

En réponse à un stress salin, Les plantes produisent des espèces (réactives à l’oxygène)
Nommés ROS (radicaux superoxyde (O2 -), peroxyde d’hydrogène (H2O2), et radicaux
hydroxyles (OH). Les ROS causent d’importants dommages dans les lipides membranaires,
les protéines et les acides nucléiques. La détoxication des ROS constitue un élément clé de
défense des plantes contre les stress abiotiques dont le stress salin. Les enzymes responsables
de cette détoxication nommées antioxydants incluent le superoxyde dismutase (SOD), la
catalase (CAT), et des enzymes du cycle ascorbate-glutathion (Hernandez et al., 2001).
But : Notre travail consiste à étudier l’effet d’un stress salin sur de blé tendre, dans le but, de
mettre en évidence les réponses, physiologiques et biochimiques.

7
Matériel et méthodes

8
PARTIE I: ETUDE EXPERIMENTALE
CHAPITRE І: MATERIEL ET METHODES

І.1. Matériel végétal :

 30 graines de blé tendre (15 graines pour les plantes témoins, 15 graines pour les
plantes traitées).
Le grain de blé ou caryopse est à la fois le fruit et la gaine du fait que les enveloppes du fruit sont
soudées à celles de la graine. Ses réserves sont contenues dans l’albumen composé
majoritairement de 65% d’amidon, 15% de protéines, 15% d’eau et de divers micro éléments,
tels que Fe, Zn, acides gras et vitamines (Bogard ,2011). Le grain blanchâtre de forme ovoïde,
pesant de 40 à 50mg, sa radicule plus ou moins externe (caractère variétal), l’extrémité distale
est velue ou brosse (Moulle, 1971). Sa face dorsale par rapport à l’épillet est arrondie tandis que
le côté ventral comporte un sillon profond. Il est constitué du germe faisant 2 à 3% du poids du
grain (Vincent, 2014). Ce germe, selon Feillet (2000), est composé d’un embryon lui-même formé
de la coléoptile, de la gemmule, de la radicule, du coleorhize et de la coiffe (Figure 01).

Figure 01 : Grain de blé (Surget et Barron, 2005). Figure 02 : 15 Grains de blé tendre.

D’après Feillet (2000) ; Bogard (2011) le blé tendre appartient à la classification botanique
suivante (Tableau 01).

9
I.2.Matériels non biologiques :

Tableau 2 : Verreries et petit matériel.

Verreries et petit matériel

Tubes à essai+portoir tubes

Béchers

Eprouvettes graduées

Pipettes graduées

Pissette

Spatules

Micropipettes + embouts

2 Pots en plastique (15x14.5 cm)

Cuves de lecture

Papier absorbant

Mortier

Verre de montre

Tableau 3 : Produits et appareillage utilisés.

Produits utilisés Appareillage

NaCl 100 ml de solution Spectrophotomètre


Sel
mère (1.5 g/L)
Eau de javel 1% Balance électrique
Eaux
Eau distillée Agitateur magnétique

De glucose Vortex
Réactifs
Etalon Centrifugeuse
Matière
Terreau (150g) Sable
organique (sol)

10
II.3. Conduite de l’expérimentation et matériel végétal
L’essai a été réalisé au niveau de laboratoire de Biochimie du département sciences de la
nature et de la vie de l’université Ahmed Ben Bella, Oran 1. Le matériel végétal utilisé dans
cette étude sont des graines de blé tendre (T. sativa L.), ces graines nous ont été fournies
gracieusement par le Pr CHAFI M.

CHAPITRE II : PROTOCOL EXPERIMENTAL


II.1.1.Semis des graines :
La stérilisation des graines est effectuée auparavant par l’eau de javel à 1%, suivie d’un rinçage à
l’eau distillée par 03 fois pour éliminer les traces de l’eau de javel, ensuite nous avons séché les
graines avec un papier absorbant. Après nous avons mis 150 g de terreau dans chaque pot et
semé les graines (15 graines pour chaque pot) 1 cm d’approfondeur, A la fin nous avons
arrosé les deux pots par 100 ml d’eau distillée pour chacun. Les pots sont ensuite placés dans
un endroit aéré et ensoleillé à température ambiante.

Figure 3 : (1) Désinfection des graines. Figure 4 : (2) Rinçage des graines.

Figure 5 : (3) Séchage des graines. Figure 6 : (4) 150g de terreau dans chaque pot.

11
Figure 7 : (5) semis des graines.
Nous avons arrosé les pots une fois sur deux jours (1/2jrs) pendant 20 jours avec 100 ml d’eau
distillée pour chaque pot.

II.1.2. Application du stress salin :

Les plantules issues de la germination, ont été imposés à un stress salin 100 ml d’une solution
mère 1g/L de NaCl. Selon Mrani Alaoui et al., (2000), la germination est repérée par la sortie de
la radicule hors des téguments de la graine dont la longueur est d’au moins 2mm. L’essai de
croissance a été réalisé après la levée.

Tableau 4 : Arrosage et application de stress salin.


Date d’arrosage Témoin Traité
29 mar. 100 ml d’eau distillée 100 ml d’eau distillée
1 avr. 100 ml d’eau distillée 100 ml d’eau distillée Application de
4 avr. 100 ml d’eau distillée 100 ml d’eau distillée stress salin
6 avr. 100 ml d’eau distillée 0.15 g/l NaCl
8 avr. 100 ml d’eau distillée 0.15 g/l NaCl
12 avr. 100 ml d’eau distillée 0.15 g/l NaCl
15 avr. 100 ml d’eau distillée 0.15 g/l NaCl

Figure 8 : Arrosage après semis. Figure 9 : pesage de NaCl.

12
Figure 10 : Germination des plantules après 7 jours de semis.

II.1.3. Récolte des plantes et étude des différents paramètres:


1- Déterrement des plantes :

Figure 11 : Plantes de blé tendre après 20 jrs de semis. Figure 12 : Déterrement des plantes.

Figure 13 : Le tri des plantes du sol. Figure 14 : Rinçage des plantes avec l’eau distillée.

13
Figure 15 : Plantes témoins. Figure 16 : Plantes traitées.

II.2.1. Mesure et notation :


Le suivi du comportement des 30 graines de blé tendre vis-à-vis du stress salin a été basé
Sur plusieurs paramètres physiologiques et morphologiques. La première partie réservée à
L’essai de germination nous a permis de déterminer les paramètres suivants :

II.2.2.Taux de germination final : le nombre de graines germées a été noté à la fin


De l’expérience (le 20ème jour après semis) le nombre de germination final est déduit c’est
Le nombre total de graines germées en comparant avec le nombre total de graines soumises à
la germination, respectivement.

II.2.3. Longueur et nombre de racines


La longueur des racines est déterminée comme étant la longueur moyenne de racines de
plantules, les mesures ont été mesurés à l’aide d’une règle graduée et ce pour évaluer la
croissance de la plante vis -à-vis du stress.

Figure 17 : Mesure de La langueur des racines.

14
II.2.4. Longueur de la tige :
La longueur est mesurée à partir de la couronne ou premier nœud jusqu’à la sortie de la première
vraie feuille.

II.3.Matière fraiche racinaire et aérienne : le poids frais en g des racines (MFR) et des
Feuilles (MFA) ont été déterminés à la fin de l’expérience à l’aide d’une balance à précision.

II.4. Dosage Biochimique : Teneur en sucres solubles totaux :


II.4.1. Extraction des sucres :
Le protocole d’extraction consiste à prendre 5 g de matière végétale après on passe au
broyage sec à l’aide des graines de sable avec 4 ml d’eau distillée et on complète jusqu’à 10
ml pendant 5 min.
Puis les broyats des deux plantes (témoin et traitée) sont mis dans deux tubes et centrifugé à
5000 tours/5min.
Après la centrifugation on prélève que le surnagent des tubes qui contient les sucres.

Figure 18 : Broyage de la matière végétale. Figure 19 : L’ajout d’eau distillée jusqu’à 10 ml.

Figure 20 : Broyat de plantes témoins. Figure 21 : Broyat de plantes traitées.

15
Figure 22 : Centrifugation à 5000 tr/5min.

II.4.2. Dosage des sucres :


Tableau 5 : Protocol de dosage des sures solubles totaux :

Surnagent Etalon
Volume de prise de l’échantillon 100 µl 100 µl

Réactif de glucose 2 ml 2 ml

NB : le Blanc =2ml de réactif.

Incubation pendant 10 min à température ambiante puis on passe à la lecture de densité


optique par un spectrophotomètre à 505 nm.

Figure 23 : Réactif de glucose. Figure 24 : Etalon.

16
Figure 25 : 2 tubes (vert) = broyats des plantes témoins et traitée, 1er rangé des tubes de
gauche à droite respectivement : Blanc, Etalon, Témoin, Traitée.

Figure 26 : Homogénéisation avec le vortex. Figure 27 : Cuves de lecture.

17
Figure 28 : Lecture des DO à 505 nm.

La teneur en sucre est déterminée par le calcul de la concentration des sucres chez le Témoin
et le Traité et exprimée en g/l selon la formule suivante :

[ ]Etalon 1g/l DO Etalon.


[ ]Echantillon g/l DO Echantillon (Témoin /Traité).

[ ]
[ ]

18
Résultats et discussion

19
PARTIE II : RESULTATS ET DISCUSSION :
CHAPITRE III : RESULTATS ET PERSPECTIVES
III. 1. Paramètres morphologiques
III.1.1. Le taux de germination des plantes étudiées de blé tendre (Triticum sativa L.)

Le nombre de graines germées a été noté à la fin De l’expérience (le 20ème jour après semis) le
nombre de germination final est déduit c’est Le nombre total de graines germées en
comparant avec le nombre total de graines soumises à la germination, respectivement.
Chez les plantes témoins 11 graines ont été germées par contre chez les plantes traitées par le
NaCl que 9 graines ont été germées.

III.2. Les paramètres de croissance :

Tableau 6 : Longueur de tige et racine chez le témoin :

Nº de 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Moyenne
plantules
Partie 24 24.5 26.5 22 29 36.5 28 30 22 26.9
aérienne
en cm
Partie 16 25 21.5 17 16.5 17 13 20 15 17.8
racine
en cm
Total 40 49.5 48 39 45.5 53.5 41 50 37 44.8

20
Tableau 7 : Longueur de tige et racine chez le traité.

Nº de 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Moyenne
Plantules
Partie 25 31 28 30 19.5 19.5 28 30 23 23.8
aérienne
Cm
Partie 25 19.5 24 24.5 13.5 17 21.5 25.5 20.5 21.2
racine
cm
Total 50 50.5 52 54.5 33 36.5 49.5 55.5 43.5 47.1

Les résultats de l’étude du système radiculaire sous les doses de sel montrent que les
longueurs obtenus chez les plantes traitées sont statistiquement proches des valeurs obtenues
chez les plantes témoins. On remarque que les plantes traitées ont pu maintenir un
pourcentage d’allongement radiculaire.
L’influence de NaCl inhibe la croissance dans la partie aérienne, cet effet est très marqué sur
les plantes traitées comparativement aux témoins.

III.3. Poids de la matière fraiche racinaire et aérienne :


Tableau 8 :
Masse de plantes traitées (g) Masse de plantes témoins (g)

3.30 g 2.81 g

Nos résultats montrent que le poids de la matière fraiche racinaire et aérienne chez le traité a
augmenté chez (3.30g) par rapport au poids chez le témoin (2.81g).

III.4. Dosage biochimique :


Tableau 9 :
Blanc Etalon Témoin Traité

DO absorbance 0 0.291 0.180 0.212

Concentration [ ] 0 1 g/l 0.618 g/l 0.728 g/l

Les résultats obtenus montrent que la concentration saline 0.1 g/l a induit une accumulation
importante des sucres solubles chez les plantes traitées. Les plantes traitées sont caractérisée
par une concentration en sucre de 0.728 g/l pour la dose 100 ml d’une solution mère 1g/l de
NaCl, comparativement au témoin avec 0,618 g/l. On remarque une augmentation de la teneur
en sucres solubles chez les plantes stressées.

21
ІV. DISCUSSION :

L’influence de la salinité sur le pouvoir germinatif des plantes traitées de blé s’est
Manifestée par une réduction du taux de germination par rapport aux témoins,
A l’issue de ce travail, les résultats obtenus indiquent que le sel a exercé un effet dépressif
Sur la germination des graines de blé tendre (Triticum sativa).

L’influence de la salinité sur le pouvoir germinatif de blé tendre s’est, manifestée par une
réduction de la vitesse de germination par rapport aux témoins. (KHALID et al, 2001).

L’étude de l’effet du sel (NaCl) sur la germination de semences est insuffisante pour estimer
La tolérance de blé au stress salin. En effet, la résistance au stress salin peut apparaître au
stade germination et changer ou non pendant les phases suivantes de la croissance. D’une
façon générale, la salinité tout comme la sécheresse a pour conséquence de réduire la
photosynthèse nette par la réduction des échanges gazeux mais aussi de l’activité
photochimique au niveau des chloroplastes (Ortega et al., 2004). Cette réduction est due en
grande partie à la fermeture des stomates et éventuellement la réduction de conductance du
mesophylle foliaire (parenchyme chlorophyllien) (Orcutt et Nilsen 2000) provoqué par la
perte de turgescence et les signaux racinaires.

La diminution de l’indice de germination correspond soit à une augmentation de la pression


osmotique externe, ce qui affecte l’absorption de l’eau par les graines es/ou bien à
accumulation des ions Na+ et Cl- dans l’embryon. Cet effet toxique peut conduire à
L’altération des processus métabolique de la germination et dans le cas extrême à la mort de
l’embryon par excès d’ions. Le retard de la germination des graines est expliqué par les
tempes nécessaire à la graine de mettre en place des mécanismes lui permettant d’ajuster sa
pression osmotique interne. (BLISS et al.1986).

Globalement, on a trouvé dans cette étude que la salinité est néfaste sur la plante entière au
niveau morphologique, l’effet du stress salin sur la longueur et le nombre des racines, la
surface foliaire et longueur de l’épicotyle, il apparait nettement que le sel induit une réduction
sur les différents paramètres mais cette diminution reste corrélée avec la concentration en sel.
Notre étude montre que la concentration 0.15g/l de NaCl est insuffisante pour causer une
réduction relative de 50% par rapport aux témoins.

La longueur des racines est un critère important d’adaptation pour la tolérance à la sécheresse
et même au stress salin, l’intensité du stress impose a provoqué une réduction, cette réduction
est due probablement à un arrêt de la division et de l’élongation cellulaire au niveau de la
racine ces résultats indiquent que le nombre des racines. (Benderradji et al., 2010).
Nos résultats, la salinité réduit davantage la croissance de partie aérienne du blé tendre
comparativement à celle des racines, ces résultats similaires ont été rapportés par (Benkhaled
et al.,2003).

La diminution de la croissance de l’appareil végétatif de blé peut être expliquée par le fait que
la NaCl agit par une augmentation de la pression osmotique du milieu, ce qui empêche
l’absorption de l’eau par le système racinaire, l’altération de la photosynthèse, et de l’activité
des enzymes (Ouhaddach et al., 2016). On peut exclure que l’effet inhibiteur de NaCl sur la
croissance passe par une perturbation de l’alimentation en eau (Ouhaddach et al., 2015). Ceci
s’accordant bien avec les résultats des travaux d’Iben Maaoui et al., (2011).

22
R’him et al., (2013), montrent que NaCl agit en augmentant la pression osmotique du milieu,
ce qui empêche l’absorption en eau par le système racinaire et entraine par conséquent, une
réduction de la croissance.
Les plantes répondent aux différentes concentrations de NaCl par une réduction de la partie
aérienne d’autant plus importante que la concentration en sel est élevée. Une croissance
soutenue du système racinaire en condition de stress serait un facteur de résistance au stress
hydrique (Bajji et al., 2000).
L’effet dépressif du stress hydrique sur la longueur de surface foliaire est signalé par Lazali et
al., (2013). Le stress salin se traduit par une réduction de la surface foliaire chez les plantes,
cette diminution se présent connue étant la principale stratégie développe par le blé tendre
pour atténuer les effets de la limitation de la disponibilité de l’eau en conditions salin (Laribi
et al., 2016).

Mekliche et al., (2003) rapportent que la réduction de surface foliaire tend à minimiser les
pertes en eau en réduisent la transpiration mais peut aussi diminuer le rendement à cause de la
réduction de la capacité photosynthétique. Ces résultats corroborent ceux de Cheikh
M’Hamed et al., (2008) qui mentionnent que les effets de la salinité se manifestent
principalement par une diminution de la croissance de l'appareil végétatif, particulièrement
par une baisse des parties aériennes et racinaires.

Les effets néfastes de la salinité sur la croissance des plantes sont généralement associes au
faible potentiel osmotique de la solution, qui provoquent des perturbations multiples sur le
métabolisme, la croissance et le développement des plantes au niveau moléculaire,
biochimique et physiologiques (Hanana et al., 2011).

L’accumulation des sucres soluble est en corrélation positive avec la sévérité du stress. En
effet, on a trouvé que, la salinité a induit une accumulation de sucres solubles chez le blé
tendre, Cela a été mentionné déjà par El Midaoui et al., (2007) sur le Tournesol, Achour et al.,
(2015) sur le Gombo.
Les sucres sont nécessaires pour soutenir la croissance et la régulation de l’expression
génétique ils sont également considérés comme de bons osmoregulateurs (Achour et al.,
2015).

Ces augmentations de teneurs en sucres solubles, en présence d’une contrainte saline, ont été
observées par Mekliche et al, (2003) sur le blé dur. Les sucres solubles sont considérés
comme bio indicateurs du degré de tolérance à la salinité chez plusieurs espèces Bananier
avec Belfakih et al., (2013). En effet, ils jouent un rôle essentiel dans la protection des
membranes contre la déshydratation (Hanana, 2008).

L’accumulation des sucres solubles et protéines totales est en corrélation positive avec la
Sévérité du stress. Ceci, concorde bien avec nos résultats. En effet, on a trouvé que, la salinité
a induit une accumulation de sucres solubles chez les plantes traitées avec le NaCl, Cela a été
mentionné déjà par El Midaoui et al., (2007) sur le tournesol, Hassan et al.,(2008) sur l’orge,
et Ruegragui, (2005) sur la tomate.

Les sucres solubles sont considérés comme bio indicateurs du degré de tolérance à la salinité
Chez plusieurs espèces (Rathert, 1984 ; Misra et Dwivedi, 1995). En effet, ils jouent un rôle
Essentiel dans la protection des membranes contre la déshydratation (Schwab et Gaff, 1986).
De nombreuses études ont trouvé que le stress salin provoque une augmentation de la teneur
en sucres solubles chez la plupart des plantes soumises à un stress salin, tel que : le blé dur

23
(Datta et al., 2009), l’orge (Hassani et al., 2008), la tomate (Khavarinejad et Mostafi, 1998).
Par ailleurs, Gadallah, (1999), a trouvé que le sel entraîne une diminution de sucres solubles
chez la fève (Vicia faba). Il a été aussi trouvé que les fortes concentrations salines induisent
une chute brutale de la teneur en sucres solubles chez la tomate (Perez alfocea, 1996). Nos
résultats sont en parfait accord avec ces études, qui traduisent la capacité des espèces à
s’adapter à un stress salin en utilisent les sucres solubles comme moyen d’accommodation à
la contrainte pour réajuster leurs potentiel osmotique.

On peut conclure que la résistance à la salinité ou à la sècheresse est liée à la capacité d’une
variété de développer un nombre élevé de mécanisme adaptation le même résultat trouvé par
El Fakhri et al., (2008).

CONCLUSION GENERALE

La salinisation des terres est un problème majeur à l’échelle mondiale. Selon la FAO, elle
Affecte déjà au moins 400 millions d’ha et en menace gravement une surface équivalente. On
Distingue en général la salinisation primaire, liée à la présence naturelle relativement
concentrée de sels (proximité de mers ou d'océans, présence de dépôts de sels...), et la
salinisation secondaire, dont le développement apparaît étroitement lié à l'irrigation. Cette
dernière est le processus de dégradation de la qualité des sols le plus rapide dans les
périmètres irrigués et particulièrement dans les zones arides et semi arides.

La salinité affecte la croissance des végétaux à travers de nombreux mécanismes du


Métabolisme cellulaire, tels que: l’absorption des éléments nutritifs, l’altération de la
photosynthèse, la respiration, la synthèse des protéines et des acides nucléiques,
l’accumulation des solutés organiques, l’activité des enzymes, l’équilibre hormonal et la
disponibilité en eau.

Le travail réalisé dans ce TP, nous a permis d’avoir certains renseignements sur les
Différents effets du stress salin sur les paramètres physiologiques et également la biochimie
de blé tendre étudié.

Dans l’essai de germination, on a montré que le chlorure de sodium a affecté la germination


Des graines de blé l’effet dose est important, plus la concentration saline est élevée, plus les
Paramètres germinatifs sont faibles. Les réactions physiologiques et biochimiques du blé face
à cette contrainte saline montrent que certaines variables biochimiques telles que les sucres
solubles totaux ont été modifiés et perturbés. Ces perturbations sont généralement des
réponses directes au stress salin causé aux plantes. La modification de ces composantes
permet de comprendre l’adaptation et le comportement du végétal dans les conditions salines
et définir les critères physiologiques de la tolérance au sel.

Les résultats obtenus indiquent que les teneurs en sucres solubles et totaux des plantules
soumises au stress salin sont plus élevés par rapport aux témoins.
L’accumulation de ces composés peut en effet jouer un rôle dans l’osmorégulation des
cellules en cas de déficit hydrique et permettre l’absorption hydrique dans des conditions
hyper osmotiques.

L’activité de la catalase a été diminuée d’une façon drastique lors du stress. L’inhibition de
La résistance et/ou l’adaptation des plantes à la salinité dépendrait de leur capacité à

24
Maintenir en vie dans des conditions contraignantes, en leur évitant ou en tolérant le stress.
Cette tolérance est dépendante de la sévérité du stress, de l’espèce et de la durée d’exposition.
En effet, Les sucres solubles sont considérés comme bio indicateurs du degré de tolérance à la
salinité chez plusieurs espèces, les résultats obtenus montrent que toutes les teneurs salines
utilisées ont causé une diminution du contenu en sucres solubles.

25

Vous aimerez peut-être aussi