Vous êtes sur la page 1sur 9

Flexion simple

Définition :
Une poutre est sollicitée à la flexion simple si les éléments de réduction au centre de
gravité de chaque section des forces de cohésion sont un effort tranchant et un moment
de flexion.
N=0; 𝑇𝑦 ≠0, 𝑀𝑓𝑧 ≠ 0 et 𝑀𝑡 = 0
Contrainte normale en flexion
La contrainte produite par la flexion simple est normale à la section droite d’une poutre
et s’exprime par :
𝑀𝑦
𝜎=
𝐼𝑍
Avec :
M : moment fléchissant dans la section d’abscisse x considérée ;
𝐼𝑍 : moment d’inertie de la section transversale de la poutre ;
y : ordonnée de la fibre étudiée.
Cas une section ayant un axe de symétrie horizontal

− +
𝑦𝑚𝑎𝑥 = 𝑦𝑚𝑎𝑥

− | + |
𝑀𝑦𝑚𝑎𝑥
|𝜎𝑚𝑎𝑥 = |𝜎𝑚𝑎𝑥 = 𝜎𝑚𝑎𝑥 =
Iz

𝜎𝑚𝑎𝑥 ∶ la contrainte normale maximale


Cas une section n’ayant pas un axe de symétrie horizontal
Dans ce cas les contraintes de traction et de compression maximales sont différentes.

− |
𝑀𝑦𝑚𝑎𝑥
|𝜎𝑚𝑎𝑥 =| |
Iz

+
+
𝑀𝑦𝑚𝑎𝑥
𝜎𝑚𝑎𝑥
=
Iz

𝜎𝑚𝑎𝑥 : Contrainte de compression maximale
+
𝜎𝑚𝑎𝑥 : Contrainte de traction maximale
− +
𝑦𝑚𝑎𝑥 et 𝑦𝑚𝑎𝑥 : distances des fibres comprimées et tendues les plus éloignées.
M : moment fléchissant
Calcul de résistance en flexion
La vérification d’une poutre en flexion se fait à partir de la condition de résistance par
rapport aux contraintes normales maximales dans la section.
Pour une section symétrique
𝑀𝑦𝑚𝑎𝑥
|𝜎𝑚𝑎𝑥 | = | | ≤ min ([𝜎− ], [𝜎+ ])
Iz
Pour une section non symétrique
− | | + |
Si [𝜎− ] = [𝜎+ ] = [𝜎] → max (|𝜎𝑚𝑎𝑥 , 𝜎𝑚𝑎𝑥 ) ≤ [𝜎]
− |
Si [𝜎− ] ≠ [𝜎+ ] |𝜎𝑚𝑎𝑥 ≤ [𝜎− ]
+ |
|𝜎𝑚𝑎𝑥 ≤ [𝜎+ ]
Contraintes tangentielles en flexion
Mise en évidence
En un point arbitraire d’une section droite d’une poutre soumise à l’action simultanée
d’un effort tranchant et d’un moment fléchissant, la valeur de la contrainte tangentielle
(encore appelée contrainte de cisaillement) est déterminée par :
𝑇. 𝜇𝑧
𝜏 (𝑦 ) =
𝐼𝐺𝑧 . 𝑏
Avec :
𝜇𝑧 = Moment statique de la surface située soit en-dessous soit au-dessus dans la couche
considérée (supérieure ou inférieure) à l’ordonnée y, par rapport à l’axe neutre (Gz) ;
T = Effort tranchant dans la section considérée ;
𝐼𝑧 = Moment d’inertie de la section transversale de la poutre par rapport à l’axe neutre
𝑏 = la largeur de la section (S) dans la section considérée à l’ordonnée y ;
𝜏 = la contrainte tangentielle varie avec l’ordonnée y
𝜇𝑧
La contrainte tangentielle varie avec l’ordonnée y comme le rapport .
𝑏

Elle est nulle aux points les plus éloignés du centre de gravité et passe par un maximum
𝜇𝑧
pour l’ordonnée correspondant au maximum de
𝑏

La répartition de la contrainte tangentielle est parabolique. Elle est nulle sur les faces
inférieures et supérieures de la poutre ; elle est maximale en G.
Poutre à section rectangulaire
Dans le cas une section rectangulaire, la largeur b est constante. A une distance de l’axe
z-z, on détermine le moment statique 𝜇𝑧 et le moment quadratique 𝐼𝑧 .
La formule
T. μz
τ=
Iz . b
Devient :
ℎ 1 ℎ 𝑏 ℎ 2
𝜇𝑧 = 𝑏 ( − 𝑦) ( + 𝑦) = [( ) − 𝑦 2 ]
2 2 2 2 2

𝑇 ℎ 2
𝜏= [( ) − 𝑦 2 ]
2𝐼𝑧 2
bh3
Iz =
12
On obtient :
𝟔𝑻 𝒉𝟐
𝝉= [ − 𝒚𝟐 ]
𝐛𝐡𝟑 𝟒
𝟑 𝐓
𝒚=𝟎 𝛕𝐦𝐚𝐱 =
𝟐 𝐛𝐡
𝒉
𝒚= 𝛕𝐦𝐢𝐧 = 𝟎
𝟐
Poutre à section circulaire

|T|. μz
τ=
Iz . b
b(y) = 2√𝑅2 − 𝑦 2
𝑅

𝜇𝑧 = ∫ 𝑡 𝑏(𝑡 ). 𝑑𝑡
𝑦
𝑅

𝜇𝑧 = ∫ 2𝑡√𝑅2 − 𝑡 2 𝑑𝑡
𝑦

U2 = R2 − 𝑡 2
2U dU = −2t dt
0 0
2
𝜇𝑧 = − ∫ 2UdU U = −2 ∫ U2 dU = − [U3 ]0√𝑅2 −𝑦2
3
√𝑅2 −𝑦 2 √𝑅2 −𝑦 2

2 3 2
𝜇𝑧 = (√𝑅2 − 𝑦 2 ) = (𝑅2 − 𝑦 2 )3/2 (variation parabolique)
3 3
2 3
|T| (√𝑅2 − 𝑦 2 )
τ(y) = 3
Iz . 2√𝑅2 − 𝑦 2
|T| 2
τ= (𝑅 − 𝑦 2 )
3Iz
𝜋R4
𝐼𝑧 =
4
D’où :
𝟒|𝐓|
𝛕= (𝑹𝟐 − 𝒚𝟐 )
𝟑𝝅𝐑𝟒
𝟒𝐓
𝑷𝒐𝒖𝒓 𝒚 = 𝟎 𝛕𝐦𝐚𝐱 =
𝟑𝝅𝐑𝟐
𝑷𝒐𝒖𝒓 𝒚 = 𝑹 𝛕𝐦𝐢𝐧 = 𝟎
Poutre à section triangulaire
1 2 1
𝜇𝑧 = 𝑏 ( ℎ − 𝑦) ( ℎ + 𝑦)
3 3 3
𝐵h3
𝐼𝑧 =
36
𝒉 𝟑𝐓
𝒚= 𝛕𝐦𝐚𝐱 =
𝟔 𝐁𝐡
𝟐𝒉 𝒉
𝒚= 𝒐𝒖 𝒚 = − 𝛕𝐦𝐢𝐧 = 𝟎
𝟑 𝟑
Conditions de résistance
Principe
Une pièce soumise à une flexion simple résiste si les valeurs maximales des contraintes
normales et tangentielles de flexion calculées sont inférieures ou égales aux valeurs des
contraintes admissibles du matériau dont elle est constituée. Cela revient à vérifier les
inéquations suivantes :
𝑴𝒚𝒎𝒂𝒙
𝝈𝒎𝒂𝒙 = ≤ 𝝈𝒂𝒅𝒎
𝐈𝐳
𝑻𝒎𝒂𝒙 𝝁𝒛𝒎𝒂𝒙
𝛕𝐦𝐚𝐱 = ≤ 𝛕𝐚𝐝𝐦
𝐈𝐳 𝐛

Etude des déformations


La présence d’un effort tranchant engendre des contraintes de cisaillement. Toutefois,
l’expérience montre que celles-ci sont faibles par rapport aux contraintes normales. Ceci
nous permet de négliger les effets de l’effort tranchant dans la déformation. On ne
considère donc que le moment fléchissant pour le calcul de la flèche des poutres en
flexion simple.
L’équation différentielle de la déformée reste donc :
𝑀𝑓
𝑦 ′′ =
𝐸. 𝐼𝐺𝑧
C’est l’équation différentielle de la déformée. En intégrant deux fois (2) fois cette
équation, on obtient l’équation de la déformée y = f(x). Par ailleurs, y’ = θ(x) est la
rotation des différentes sections de la poutre ou la tangente à la déformée.
Conditions aux limites
Ces conditions permettent de calculer les constantes d’intégration ainsi que les valeurs
des déformations. Elles se regroupent en deux (2) rubriques :
▪ Conditions sur les appuis
- Encastrement : à l’abscisse d’un encastrement, on a y = 0 et y’ = 0
- Articulation : au point de l’articulation, on a y = 0
- Appui simple : au point de l’appui, on a y = 0
▪ Condition de continuité
- La fonction flèche y = f(x) est continue quand il y a changement de section et de
l’équation M(x) du moment fléchissant
- La fonction rotation y’ = θ(x) est continue quand il y a changement de section et de
l’équation M(x) du moment fléchissant

Travaux dirigés
Exercices 1
Vérifier la résistance de la poutre ci-dessous si la contrainte admissible est :
𝜎 = 160 𝑁/𝑚𝑚2

Exercice 2
Vérifier la résistance de la poutre ci-dessous
𝐼𝑧 = 2. 106 𝑚𝑚4
𝜎− = 80 𝑁/𝑚𝑚2
𝜎+ = 120 𝑁/𝑚𝑚2
𝑦𝐺 = 60 𝑚𝑚
Exercice 3

Etudiez les contraintes tangentielles de la poutre ci-dessus dans la section d’abscisse


x=3,00 et trace le diagramme de répartition de ces contraintes.
Exercice 4
On envisage la poutre modélisée ci-dessus. Etudiez ses contraintes tangentielles dans la
section d’abscisse x = 3,00 et trace le diagramme de répartition de ces contraintes.
Exercice 5
On propose la poutre modélisée ci-dessous :

1- Etudiez les variations des sollicitations T(x) et M(x) ;


2- Tracez les diagrammes respectifs de ces sollicitations et déduisez-en la valeur de
Mmaxi ;
3- Calculez-en mm4, le moment d’inertie (IGz) de la section transversale de la poutre ;
4- Etudiez, dans la section la plus sollicitée, les contraintes normales et tracez leur
diagramme de répartition ;
5- La poutre résiste-t-elle sachant qu’elle est en acier de contrainte admissible σad =
200 MPa ?