Vous êtes sur la page 1sur 78

RESUME

Ce présent travail présente l’étude de la performance de la tour de refroidissement de la


zone d’utilités au niveau de la raffinerie d’Arzew (RA1Z). Le dimensionnement d'une tour de
refroidissement fait appel à des concepts très approfondis de psychrométrie. Les relations entre
les différents paramètres (température sèche et humide, humidité relative et absolue, pression
de vapeur et enthalpie de l'air humide) doivent être très bien contrôlées pour pouvoir effectuer
des calculs d'énergie et de masse.

Deux méthodes de calcul ont été développées pour le calcul de la performance de la tour
de refroidissement. La première méthode consiste à faire des bilans thermique et massique afin
de déterminer le rendement de la tour de refroidissement 33E101, pour la deuxième méthode
nous avons utilisé l’équation du Merkel pour la détermination du NUT (nombre d’unité de
transfert) ce qui nous a permis par la suite de calculer l’efficacité de la tour de refroidissement.

Les résultats obtenus ont montré que la deuxième méthode est plus représentative grâce
à sa précision. Néanmoins, les résultats des deux autres méthodes restent assez proches.

Une évaluation économique a été effectuée dans le but de déterminer la quantité d’eau
qui peut être économisée afin de réduire les pertes dues à l’évaporation de l’eau durant le
processus de refroidissement.

Les résultats ont montrés qu’il été avantageux de travailler avec un écart de température
de 10°C au lieu d’un écart de température plus grand, car cela nous permet de réaliser un gain
considérable.

Mots clés : température sèche, température humide, humidité relative, humidité absolue, NUT,
efficacité d’une tour de refroidissement.

I
DEDICACE

Je dédie ce projet :

A ma chère mère,

A mon cher père,

Qui n’ont jamais cessé, de formuler des prières, à mon égard, de me soutenir et de m’épauler
pour que je puisse atteindre mes objectifs.

A mes frères, Mohammed et Annes

A ma chère sœur Khadidja,

Pour leurs soutiens moral et leurs conseils précieux.

A mes chères grandes mères,

A qui je souhaite la bonne santé.

A mes chers amis, watashi no NAKAMA,

Pour leurs aides et supports dans les moments difficiles.

A la famille BRIK et BOUCHAREB,

A tous ceux que j’aime et ceux qui m’aiment.

II
REMERCIMENTS

Je tiens tout d’abord à remercier ALLAH pour la force qu’il m’a


donné pour surmonter toutes les épreuves vécues au cours de ce travail.
Je remercie spécialement toute ma famille qui m’a toujours soutenue dans
tous mes objectifs.

Je voudrais dans un premier temps remercier, mon directeur de


mémoire Mme BENMOUSSA Hasnia pour sa patience, sa disponibilité
et surtout ses judicieux conseils, qui ont contribué à alimenter ma
réflexion.

J’exprime mes profonds remerciements à mon co-encadreur Mr


BENDERRAG Abdelkader qui m’a accordé beaucoup de son temps, pour
l’aide qu’il m’apporté, pour sa patience et son encouragement à finir ce
travail, son œil critique m’a été très précieuse pour structurer mon
mémoire.

Je remercie Mr METCHIME Amine mon tuteur dans l’entreprise,


pour son aide, ses conseils et sa collaboration tout au long du projet.

Je remercie l’ensemble des employés de la raffinerie d'Arzew pour


les conseils qu’ils ont pu me prodiguer au cours de ce stage.

Je remercie les membres du jury d’avoir accepté de juger notre


travail.

Pour finir, un grand merci à toutes les personnes qui m’ont


généreusement offert leurs aides sur le plan technique.

III
TABLE DES MATIERES
RESUME ..................................................................................................................................... I
DEDICACE ............................................................................................................................... II
REMERCIMENTS................................................................................................................... III
TABLE DES MATIERES ....................................................................................................... IV
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................VII
LISTE DES FIGURES .......................................................................................................... VIII
LISTE D’ABREVIATIONS .................................................................................................... IX
INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................ 1
I. PRESENTATION DE LA RAFFINERIE D’ARZEW ...................................................... 2
I.1 INTRODUCTION ....................................................................................................... 3
I.2 CAPACITE DE TRAITEMENT ................................................................................. 3
I.3 PRESENTATION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION ............................. 4
I.3.1 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P1 .......................................................... 4
I.3.2 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P2 .......................................................... 4
I.3.3 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P3 .......................................................... 4
I.3.4 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P4 .......................................................... 4
I.3.5 LABORATOIRE DE CONTROLE ..................................................................... 5
I.4 PRESENTATION DE LA ZONE 03 (UTILITES) ..................................................... 5
I.4.1 UNITE 31 (PRODUCTION DE VAPEUR ET D’ELECTRICITE) .................... 5
I.4.2 UNITE 32 (PRODUCTION DE L’EAU DISTILLEE) ....................................... 6
I.4.3 UNITE 33 (TOUR DE REFROIDISSEMENT) .................................................. 6
I.4.4 UNITE 35 (RECEPTION ET DISTRIBUTION DU FUEL GAZ) ..................... 7
I.4.5 UNITE 36 (PRODUCTION D’AIR SERVICE ET D’AIR INSTRUMENT) ..... 8
I.4.6 UNITE 37 (PRODUCTION DU GAZ INERTE) ................................................ 8
II. THEORIES SUR TOURS DE REFROIDISSEMENT .................................................... 10
II.1 INTRODUCTION ..................................................................................................... 11
II.2 PRINCIPE DE TOUR DE REFROIDISSEMENT ................................................... 11
II.3 CLASSIFICATION DES TOURS DE REFROIDISSEMENT ................................ 12
II.3.1 TOURS DE REFROIDISSEMENT A TIRAGE NATUREL............................ 12
II.3.2 TOURS DE REFROIDISSEMENT A TIRAGE MECANIQUE ...................... 13
II.4 DIFFERENT TYPE DES CIRCUITS DE REFROIDISSMENT ............................. 15
II.4.1 CIRCUIT OUVERT ........................................................................................... 15
II.4.2 CIRCUIT SEMI-OUVERT ................................................................................ 16

IV
II.4.3 CIRCUIT FERME.............................................................................................. 16
II.5 APERÇUS SUR QUELQUE ELEMENTS DE CALCULS ..................................... 17
II.5.1 PUISSANCE D’UNE TOUR DE REFROIDISSEMENT ................................. 17
II.5.2 DEBIT DE RECIRCULATION ......................................................................... 17
II.5.3 ECART DE TEMPERATURE .......................................................................... 18
II.5.4 TAUX DE CONCENTRATION ....................................................................... 18
II.5.5 DEBIT DE DECONCENTRATION D .............................................................. 18
II.5.6 DEBIT D’EVAPORATION 𝑬 ........................................................................... 18
II.5.7 ENTRAINEMENT VESICULAIRE 𝑬V ............................................................ 19
II.5.8 FUITES SUR L’INSTALLATION (F) .............................................................. 19
II.5.9 PERTES TOTALE ............................................................................................. 19
II.5.10 APPOINT A ................................................................................................... 19
II.5.11 SURFACE D’ECHANGE 𝒂 .......................................................................... 19
II.6 PARAMETRES DE PERFORMANCE DE LA TOUR DE REFROIDISSEMENT 20
II.7 CONDITIONS POUR EVALUATION DES PERFORMANCES ........................... 21
II.7.1 CONDITIONS MECANIQUES ........................................................................ 21
II.7.2 CONDITIONS ATMOSPHERIQUES .............................................................. 21
II.8 THEORIE DE LA TOUR DE REFROIDISSEMENT .............................................. 22
II.8.1 INTEGRATION A CONTRE-COURANT ....................................................... 25
III. CALCUL DE PERFORMANCE DE LA TOUR DE REFROIDISSEMENT (RA1Z) 27
III.1 INTRODUCTION ................................................................................................. 28
III.2 LA MESURE DE LA TEMPERATURE ET DE L’HUMIDITE RELATIVE ..... 28
III.3 PARAMETRES INFLUENÇANT LA PERFORMANCE DE LA TOUR DE
REFROIDISSEMENT ......................................................................................................... 30
III.4 CONDITIONS POUR L’EVALUATION DES PERFORMANCES ................... 31
III.5 CALCULS DE PERFORMANCE DE LA TOUR DE REFROIDISSEMENT .... 31
III.5.1 PREMIERE METHODE DE CALCUL ............................................................ 31
III.5.2 ETUDE DE L’EFFET DES VARIABLES TEMPERATURES ET HUMIDITE
SUR LES PARAMETRES DE PERFORMANCE .......................................................... 38
III.5.3 DEUXIEME METHODE DE CALCUL ........................................................... 41
III.5.4 CONSERVATION DE L’EAU DANS LA TOUR DE REFROIDISSEMENT 51
III.6 CONCLUSION ...................................................................................................... 56
CONCLUSION GENERAL .................................................................................................... 58
RECOMMANDATIONS ......................................................................................................... 60
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 62
ANNEXE 01 ........................................................................................................................ 64
V
ANNEXE 02 ........................................................................................................................ 65
ANNEXE 03 ........................................................................................................................ 66
ANNEXE 04 ........................................................................................................................ 66
ANNEXE 05 ........................................................................................................................ 67

VI
LISTE DES TABLEAUX

Tableau I.1 : Les capacités annuelles de la raffinerie d’Arzew.

Tableau I.2 : Données techniques de circuit de réfrigération.

Tableau II.1 : Avantages et inconvénient des deux systèmes.

Tableau III.1 : L’humidité relative et les températures de l’eau, de l’air à l’entré et la sortie de
la TR.

Tableau III.2 : Les coefficients d’Antoine.

Tableau III.3 : Résumés des résultats de la 1re méthode de calcul.

Tableau III.4 : Effet de la température d’entrée d’air sec sur le ratio (Qc/G).

Tableau III.5 : Effet de l’humidité relative de l’air sur le ratio (Qc/G).

Tableau III.6 : Résultats d’itération (détermination de NUT).

Tableau III.7 : Résultat de calcul après la variation de la température d’air à l’entrée.

Tableau III.8 : Résultat de calcul (variation de l’humidité relative).

Tableau III.9 : Résultat de calcul (variation du rapport Qc/G).

Tableau III.10 : Résultat de calcul (effet de l’écart de température sur la quantité d’eau
évaporée.

Tableau III.11 : Les résultats de calcul obtenus.

Tableau III.12 : Résultat de calcul (effet de l’humidité relative sur la quantité d’eau évaporée).

VII
LISTE DES FIGURES
Figure I.1 : Tour de refroidissement 33E101.

Figure I.2 : Principe de production d'azote.

Figure II.1 : Tour de refroidissement à tirage naturel.

Figure II.2 : Tours de refroidissement à tirage forcé.

Figure II.3 : Tour de refroidissement à tirage induit.

Figure II.4 : Schéma simplifié de circuit ouvert.

Figure II.5 : Présentation du circuit de refroidissement fermé.

Figure II.6 : Variation et approche.

Figure II.7 : Transfert de chaleur et de masse entre l'eau et l'air.

Figure II.8 : Diagramme de refroidissement à contre-courant.

Figure III.1 : Bilan matière et énergétique de la tour de refroidissement 33E101.

Figure III.2 : Effet de la température d’entrée d’air sec sur le ratio (Qc/G).

Figure III.3 : Effet de l’humidité relative de l’air sur le ratio (Qc/G).

Figure III.4 : Effet de la température d’air sèche sur le NUT.

Figure III.5 : Effet de la température d’air sèche sur l’efficacité de la TR.

Figure III.6 : Effet de l’humidité relative sur le NUT.

Figure III.7 : Effet de l’humidité relative sur l’efficacité de la TR.

Figure III.8 : Effet du rapport Qc/G sur NUT.

Figure III.9 : Effet du rapport Qc/G sur l’efficacité de la TR.

Figure III.10 : Effet de l’écart de température sur la quantité d’eau évaporée.

Figure III.11 : Effet de la température de l’air sec sur la quantité d’eau évaporée.

Figure III.12 : Effet de l’humidité relative sur la quantité d’eau évaporée.

VIII
LISTE D’ABREVIATIONS
𝜂 Efficacité d’une tour de refroidissement.
Ω Puissance d’une tour de refroidissement.
𝑎 Surface d’échange.
𝐴 Appoint d’eau.
BRI Brut réduit importé.
𝐶 Taux de concentration.
C0, C1, C2 Coefficients d’Antoine.
𝐶𝑠 Chaleur humide.
𝐷 Débit de déconcentration.
𝐸 Débit d’évaporation.
𝐸𝑣 Entrainement vésiculaire.
𝐹 Fuites sur installation.
𝐺 Débit d’air sec.
Ha Enthalpie spécifique de l’air sec.
Hah Enthalpie spécifique de l’air humide.
Hah e Enthalpie spécifique de l’air humide à l’entrée de la tour.
Hah s Enthalpie spécifique de l’air humide à la sortie de la tour.
Hv Enthalpie spécifique de la vapeur d’eau.
𝐻𝑅 Humidité relative de l’air.
HRe Humidité relative de l’air à l’entrée de la tour.
HRs Humidité relative de l’air à la sortie de la tour.
𝑁𝑈𝑇 Nombre d’unités de transfert.
𝑃 Pertes totales.
p Pression atmosphérique.
pv Pression de vapeur.
𝑝sat Pression de vapeur saturante.
𝑇𝑎𝑒 Température de l’air à l’entrée de la tour.
𝑇𝑎𝑠 Température de l’air à la sortie de la tour.
𝑡𝑒 Température de l’eau chaude.
𝑡𝑠 Température de l’eau froide.
𝑡ℎ Température du bulbe humide.
∆𝑇 Ecart de température.
TR Tour de refroidissement.
𝑄𝑐 Débit de circulation d’eau.
we Humidité absolue de l’air à l’entrée de la tour.
ws Humidité absolue de l’air à la sortie de la tour.
yv Fraction molaire de la vapeur.
yvéq Fraction molaire de la vapeur dans l’air saturé.
Introduction générale
Introduction générale

INTRODUCTION GENERALE
La plupart des processus dans l’industrie chimique implique un transfert d’énergie
thermique d’une source à travers le processus et finalement au radiateur. Qu’il s’agisse d’un
procédé de séparation tel que la distillation ou la cristallisation, ou d’un procédé de conversion
de la chaleur en énergie mécanique ou électrique, ou d’une réaction chimique exothermique, il
doit toujours exister un bon moyen d’évacuer la chaleur perdue. L’eau froide est généralement
préférable.

Etant donné que très peu d’usines chimiques ont accès à une quantité d’eau froide
abondante et illimitée, le recyclage de l’eau est une nécessité économique. Il doit donc exister
un moyen de dissiper la chaleur acquise par l’eau ayant traversé le processus et de la renvoyer
à une température où elle est à nouveau utile pour le refroidissement.

Dans l’industrie pétrolière, le refroidissement des différents produits pétroliers représente


l’opération principale pour avoir un meilleur rendement de production. Aussi le choix d’une
tour de refroidissement est basé sur son alimentation par une eau brute qui doit être disponible
et moins coûteuse.

Le dimensionnement d'une tour de refroidissement fait appel à des concepts très


approfondis de psychrométrie. Les relations entre les différents paramètres (température sèche
et humide, humidité relative et absolue, pression de vapeur et enthalpie de l'air humide) doivent
être très bien contrôlées pour pouvoir effectuer des calculs d'énergie et de masse. Plusieurs
méthodes de calcul ont été développées pour la détermination de la performance de la tour de
refroidissement, aussi bien numérique que graphique.

Dans le premier chapitre, nous décrirons la raffinerie d’Arzew ainsi que la zone d’utilités 03.

Ensuite nous détaillerons la théorie des tours de refroidissement ; leurs classifications, le


concept psychrométrie et les méthodes développées pour évaluera la performance de la tour
33E101.

En plus, dans le troisième chapitre nous discuterons les résultats obtenus à base des valeurs
collectés durant notre stage pratique.

Enfin, nous terminerons par une conclusion générale et recommandations.

1
Chapitre I – présentation de la
raffinerie d’Arzew

2
Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

I. PRESENTATION DE LA RAFFINERIE D’ARZEW

I.1 INTRODUCTION
La raffinerie d’Arzew est considérée comme un complexe industriel important, réalisé
dans le cadre du premier plan dans les années 70. Elle occupe une superficie de 150 jusqu’à
170 hectares dans la zone industrielle d’Arzew, sur le plateau d’El Mohgoun, à environ 40
kilomètres d’Oran et 5 km de la mer méditerranée. La raffinerie a été construite dans le cadre
du premier plan quinquennal 1970-1973 par un groupe japonais (Société Japonaise JAPAN
GASOLINE CORPORATION). En 1984, d’autres unités ont été rajoutées [1].

I.2 CAPACITE DE TRAITEMENT


La raffinerie d’Arzew, après réhabilitation, traite 3,75 millions tonnes par an de pétrole
brut de Hassi-Messaoud et 190 960 tonnes par an de Brut réduit importé (BRI) pour la
fabrication des bitumes. Les capacités annuelles de production des différentes unités sont
représentées dans le tableau suivant :

Tableau I.1 : Les capacités annuelles de la raffinerie d’Arzew [2].


Produit Tonnes
Propane 30000
Butane 70000
Essence normale 430000
Essence super 70000
Naphta 420000
Fuel BTS 550000
Fuel HTS 70000
Kérosène 150000
Gazole 980000
Lubrifiants 160000
Paraffine 7000
Graisses 7000
Bitumes routiers 120000
Bitumes oxydés 20000

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 3


Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

I.3 PRESENTATION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

I.3.1 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P1


Les installations du département P1 sont celles construites en 1970. Elles produisent les
carburants, les lubrifiants et les bitumes. Ces installations sont constituées de :

 Zone 03 (utilités).
 Zone 04 (carburants).
 Zone 07 (production des huiles de base).
 Zone 10 (production des bitumes).

I.3.2 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P2


En 1978, suite aux besoins importants en lubrifiants, la réalisation d'un ensemble de
production de 120 000 tonnes/an d'huile de base fut lancée. Il comprend trois Zones :

 Zone 19 (utilités).
 Zone 05 (production des huiles de base).

I.3.3 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P3


Une nouvelle réorganisation des départements de production a ajouté un troisième
département qui comprend les zones suivantes :

 Zone 06 (production des huiles finies)


 Zone 3000 (production des huiles finies et des graisses)
 Zone 3900(production des huiles finies)

I.3.4 DEPARTEMENT DE PRODUCTION P4


 Zone 28 :C’est une zone de stockage des matières premières, des mélanges
d’expéditions et des produits semi-finis et finis, ainsi que le pétrole brut.
 Zone 30 :Cette zone est spécialisée dans le chargement des carburants (essences,
gazole… ) dans les camions.
 Zone 27 : station de traitement des effluents.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 4


Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

I.3.5 LABORATOIRE DE CONTROLE


Durant toutes les étapes de raffinage au niveau des différentes unités, les produits semi-
finis et finis sont soumis selon un programme bien défini à un contrôle de qualité rigoureux au
niveau du laboratoire.

Avant tout transfert ou expédition des produits finis, un certificat de qualité


attestant la conformité de ce produit aux spécifications arrêtées est établi.

Le laboratoire contrôle aussi la qualité des eaux, les rejets et procède aux analyses des
différents échantillons spéciaux.

I.4 PRESENTATION DE LA ZONE 03 (UTILITES)


Pour le bon fonctionnement d’une raffinerie de pétrole, les installations de production ont
besoin de vapeur, électricité, eau de refroidissement, eau distillée, air instrument et air service
ainsi de gaz inerte.

L’eau utilisée au niveau de la zone d’utilités est une eau brute qui provienne de
la station de dessalement KAHRAMA où cette eau sera stockée dans le bac T602 d’une
capacité de 12000 m3, en cas de coupure de cette dernière une réserve est assurée par le bac
T603. Elle comporte :

 Unité 31 : Production de la vapeur et de l’électricité.


 Unité 32 : Production de l’eau distillée.
 Unité 33 : Circuit d’eau de refroidissement.
 Unité 34 : Station de pompage.
 Unité 35 : Réception et distribution du gaz combustible.
 Unité 36 : Production de l’air instrument et de l’air service.
 Unité 37 : Générateur du gaz inerte (azote).

I.4.1 UNITE 31 (PRODUCTION DE VAPEUR ET D’ELECTRICITE)


C’est l’unité de production des utilités motrices pour l’ensemble des installations des
zones de production de la raffinerie (P1), elle comporte trois chaudières pour la production de
la vapeur 50 kg/cm2, une génératrice turbine à gaz d’une puissance 25 MW, et un circuit de
récupération des condensats vers le bac d’eau distillée.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 5


Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

L’unité 31 comporte 3 chaudières H1, H2, H3 dont deux sont identiques H1 et H2, elles
produisent chacune 62 t/h max de vapeur à une pression de 50 Kg/cm2 à une température
de 430 °C, la troisième chaudière H3 produit une capacité maximale de 124 t/h, elle est prévue
pour remplacer les deux anciennes chaudières. Les chaudières utilisent le fioul gaz comme
combustible [3, 4].

I.4.2 UNITE 32 (PRODUCTION DE L’EAU DISTILLEE)


Elle est constituée de deux évaporateurs de différente technologie, le 32B101 de type
MSF (Multi Stage Flash) à 5 cellules et le 32B102 de type MED-TVC (Multi Effect Distillation-
Thermal Vapour Compression) à 4 cellules. La capacité totale de production de ses deux
évaporateurs est de 80 T/h [3].

I.4.3 UNITE 33 (TOUR DE REFROIDISSEMENT)


Le circuit d’eau de refroidissement de la raffinerie d’ARZEW est de type semi-ouvert.
L’eau de refroidissement sert à extraire la chaleur du procédé (échange thermique), à refroidir
les équipements. Et L’air atmosphérique sert de fluide de refroidissement aspiré par cinq grands
ventilateurs dans une tour de refroidissement à assure en béton armé. L’eau refroidie par l’air
est aspirée dans un grand bassin pour être envoyée vers les unités de production. Le retour se
fait dans les cinq cellules de la tour.

L’unité 33 de la raffinerie d’Arzew dispose d’une tour de refroidissement 33E101 d’une


capacité de circulation de 5200m3/h ou l’eau chaude arrive à une température de 45°C
et part à une température de 28°C.

Tableau I.2 : Données techniques de circuit de réfrigération [5].


Désignation Unité Valeurs
Volume de circuit m3 3000
Débit de circulation m3/h 5200
Température de départ °C 28
Température de retour °C 45
Débit d’appoint m3/h 150-200
Débit de purge m3/h 80
Débit d’évaporation m3/h 80
Taux de concentration en sels - 1.5-1.8
Filtration dérivée % 10
Métallurgie de circuit - Diversifiée
Vitesse de corrosion 𝜇m/an <100
Régulation d’injection d’acide - Manuel
Injection de javel - Oui

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 6


Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

Le débit de circulation est assuré par deux pompes. Cette eau rencontre en tombant le
garnissage, ce qui augmente la surface de contact entre l’eau et l’air aspiré cela permet un
meilleur échange thermique , ensuite l’eau refroidit est refoulée à l’aide de la pompe 33G102
vers un ensemble de trois filtres (33k102 A/B/C) à sable ou seulement deux filtres sont en
fonctionnement , ce filtrage concerne 10% du volume de bassin et il permet d’éliminer la boue
au fond [3], l’eau qui retourne au bassin subit une injection des produits suivants :

 Eau de javel en injection choc pour éliminer les algues et bactérie.


 Biocide de synthèse non oxydant (NALCO 7330) pour maitriser le
développement bactérien.
 Bio détergent (NALCO 73550) pour but d’éliminer les dépôts de surfaces
encrassées et ainsi renforcer l’action du biocide.
 Inhibiteur de corrosion (NALCO 3DT227C).
 Dispersant 7313 pour des pollutions hydrocarbures.
 acide sulfurique pour régulation pH.

Figure I.1 : Tour de refroidissement 33E101.

I.4.4 UNITE 35 (RECEPTION ET DISTRIBUTION DU FUEL GAZ)


L’unité 35 est destinée à réceptionner le gaz naturel en provenance de R.T.O riche en
méthane et l’excèdent du gaz de la raffinerie en provenance de la Zone 4. Les deux gaz sont
mélangés dans un ballon à 4 bars pour les distribués à la fin dans les zones de production comme
combustibles des fours et des chaudières.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 7


Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

Le gaz naturel arrive à la raffinerie à une pression d’environ 28 bars après avoir subi
une détente de 40 bars à 30 bars. Avant son introduction dans le ballon 35D1 le gaz est porté à
une température 40°C dans un réchauffeur à vapeur le 35E1 afin d’éviter son givrage lors de sa
détente jusqu’à une pression de 4 bars. Le gaz en provenance de la zone 4 riche en hydrogène
est introduit directement dans le ballon. La pression dans le ballon 35D1 est maintenue à 4 bars
par les 35PIC 1-2, l’excédent de gaz est envoyer vers torche.

Un autre ballon 35D2 a été installé afin d’alimenter les besoins de la 31GTG01 en gaz
naturel après avoir subi une détente de 30 bars à 25 bars [3].

I.4.5 UNITE 36 (PRODUCTION D’AIR SERVICE ET D’AIR


INSTRUMENT)
La production de l’air se fait à l’aide d’un ensemble des compresseurs à différents
types (centrifuges, à piston, à vis).

 L’air service est fourni directement à partir du ballon tampon 36D1.


 L’air instrument pour les organes de contrôles passe à travers un sécheur à base de
silicate d’aluminium Al2SiO3dans le but d’éliminer l’humidité qui se trouve dans ce
dernier afin d’éviter une condensation dans les instruments a toute température [3].

I.4.6 UNITE 37 (PRODUCTION DU GAZ INERTE)


Cette unité est dotée d’un générateur à membrane qui a pour tâche de produire de l’azote
à une pureté de 99,99%. Il est constitué des éléments suivants :

 Séparateur pour éliminer les traces des huiles


 Filtre à air qui assure le dépoussiérage de l’air comprimé.
 Sécheur pour éliminer les traces d’eau dans l’air.
 Réchauffeur électrique pour assurer une température constante entre 40 et 55°C.
 Membranes macromoléculaire.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 8


Chapitre I – présentation de la raffinerie d’Arzew

Figure I.2 : Principe de production d'azote.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 9


Chapitre II – Théories sur les
tours de refroidissement

10
Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

II. THEORIES SUR TOURS DE REFROIDISSEMENT

II.1 INTRODUCTION
L’amélioration du processus de dissipation de l’énergie thermique indésirable est l’une
des tâches les plus importantes des centrales. Dans ce but, les tours de refroidissement sont
utilisées presque partout, elles sont utilisées pour le refroidissement de grandes quantités d’eau
dans les industries de traitement chimique, les centrales thermiques, les centrales nucléaires et
les industries pétrolières. Ces dispositifs de transfert de chaleur et de masse sont basés sur le
refroidissement par évaporation de l’eau en contact avec l’air ambiant. Le volume de travail de
la tour est rempli de matériaux d’emballage pour augmenter le contact entre les deux phases [6,
7].

La théorie des tours de refroidissement a été étudiée en profondeur depuis les premiers
travaux de Merkel en 1925. C’est une description mathématique raisonnablement précise et
relativement simple de la chaleur et des phénomènes de transfert de masse dans une tour à
contre-courant. Jaber et Webb ont présenté un nombre d'efficacité d'unités de transfert méthode
d’analyse particulièrement utile pour les échanges flux de refroidissement des tours. Les deux
méthodes font des hypothèses simplificatrices afin de faciliter le calcul de la hauteur de
remplissage [8, 9].

II.2 PRINCIPE DE TOUR DE REFROIDISSEMENT


Dans de nombreux procédés industriels, de la chaleur doit être évacuée par ce que l’on
appelle un système de transfert de la chaleur résiduelle ou un système de refroidissement. Les
tours aéroréfrigérantes ouvertes sont également appelés systèmes de refroidissement
évaporatifs ouverts. Dans ce type de système, l’eau de refroidissement qui traverse l’échangeur
de chaleur est refroidi dans une tour de refroidissement où l'essentiel de la chaleur sera rejeté
dans l'environnement. Dans la tour de refroidissement, l’eau chauffée est dispersée sur le corps
de refroidissement de la tour, puis est refroidie par contact avec de l’air, et est collectée dans un
réservoir. Après quoi elle sera pompée de nouveau vers la source de chaleur pour être réutilisée
en tant que réfrigérant. Le mouvement de l’air est créé naturellement, ou à l’aide de ventilateurs
qui poussent/aspirent l'air dans la tour. Une grande partie de l’eau (pas toute) qui est refroidie
dans la tour ré-circule et peut être utilisée à nouveau comme eau de refroidissement [10].

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 11


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

II.3 CLASSIFICATION DES TOURS DE REFROIDISSEMENT


Les tours air-réfrigérantes sont classés selon deux modes de tirage :

II.3.1 TOURS DE REFROIDISSEMENT A TIRAGE NATUREL


Les tours de refroidissement à tirage naturel n'utilisent pas de ventilateur mécanique
pour créer l'air dans la tour, son air est dérivé d'un écoulement d'induction naturel fournit par
un jet de pression.

Les tours de refroidissement à tirage naturel, également connues sous le nom de tours
de refroidissement hyperboliques, sont habituellement privilégiées lors du traitement de grands
volumes d'eau, que l’on retrouve principalement dans les centrales thermiques et les centrales
nucléaires et plus rarement dans l’industrie [11, 12].

Le principe de fonctionnement est le suivant : l’air chaud se déplace vers le haut tandis
que l’air froid est entrainé à l’intérieur de la tour via une entrée d’air située dans le fond.

Figure II.1 : Tour de refroidissement à tirage naturel [13].

Les principaux avantages des tours de refroidissement à tirage naturel résident dans le
fait qu'aucun ventilateur n'est utilisé, permettant ainsi d'économiser de l'énergie et de maintenir
un faible niveau sonore. L'absence de pièces en mouvement réduit les opérations de
maintenance et augmente le cycle de vie opérationnel [14].

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 12


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

II.3.2 TOURS DE REFROIDISSEMENT A TIRAGE MECANIQUE


Les tours de refroidissement à tirage mécanique utilisent un ou plusieurs grands
ventilateurs mécaniques afin de faire circuler l'air dans la tour. Dans ce modèle il existe deux
différentes classes de fonctionnement selon l’emplacement des ventilateurs :

 Tours de refroidissement à tirage forcé.


 Tours de refroidissement à tirage induit

La circulation d'air dans l'une ou l'autre classe peut être à contre-courant ou à courant
croisé en ce qui concerne l'eau de chute. Le croisement de flux indique que le flux d'air est
horizontal dans la partie remplie de la tour tandis que le contre-courant signifie que le flux d'air
est dans la direction opposée de l'eau de chute.

Toutes les tours mécaniques doivent être localisées de sorte que l'air de décharge se
répande librement sans passer par la tour de recirculation, et ainsi les admissions d'air ne sont
pas restreintes. Les tours de refroidissements devraient être localisées aussi près que possible
des systèmes de réfrigération qu'elles servent, mais ne devraient jamais être localisées au-
dessous d'eux afin de permettre à l'eau du condensateur de sortir hors du système par la tour de
bassin quand le système est arrêté [13].

II.3.2.1 TOUR DE REFROIDISSEMENT A TIRAGE FORCE


Dans ce modèle le ventilateur est placé à la partie inferieur de la tour et pousse l’air vers
la partie supérieur. Ce système est obligatoire quand l’eau de circulation dégage des vapeurs
corrosives car les éléments mécaniques sont situés dans une zone sèche [15].

Figure II.2 : Tours de refroidissement à tirage forcé [13].

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 13


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

II.3.2.2 TOUR DE REFROIDISSMENT A TIRAGE INDUIT


La tour de refroidissement à tirage induit a un ou plusieurs ventilateurs localisés au
sommet de la tour, l’aire est aspirée vers le haut contre l'écoulement du flux d'eau. De ce fait,
le flux d'air est à l'opposé de l'écoulement de l'eau, alors l'eau la plus froide au fond est en
contact avec l'air le plus sec tandis que l'eau la plus chaude au-dessus est en contact avec l'air
humide. Ainsi, le transfert de chaleur augmente [15].

Figure II.3 : Tour de refroidissement à tirage induit [13].

II.3.2.3 COMPARAISON ENTRE TIRAGE FORCE ET TIRAGE INDUIT


Le tableau suivent montre les avantages et les inconvenants entre le tirage forcé et le
tirage induit.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 14


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

Tableau II.1 : Avantage et inconvénient des deux systèmes [15,16].

Fonctionnement à tirage induit Fonctionnement à tirage forcé


 adapté aux unités de débits  la construction est simple.
moyens et importants (à partir  les éléments mécaniques sont
de 100m3/h). directement accessibles pour
AVANTAGES

 le nombre de ventilateurs est l’entretien.


limité, même dans les grosses
unités.
 rejet d’air de sortie à forte
vitesse (environ 10m/s)
favorisant son évacuation dans
l’atmosphère et limitant les
risques de recyclage.
 il est mal adapté aux eaux  réservé aux petites et moyennes
agressives ou corrosives, car débits (500m3/h).
elles peuvent atteindre le  le rendement est faible par
groupe de ventilation malgré le rapport au tirage induit, car la
INCONVENIENTS

séparateur de gouttes. répartition d’air interne étant


 ce système nécessite des moins uniforme.
groupes de ventilation plus  le rejet de l’air de sortie à faible
complexes et moins accessibles. hauteur et faible vitesse
favorisant le phénomène de
recirculation (respiration de
l’air chaud et humide sortant de
la tour), ce qui provoque une
remontée de la température
d’eau refroidie.

II.4 DIFFERENT TYPE DES CIRCUITS DE REFROIDISSMENT


En utilisant la circulation d’eau comme critère de classement, on distingue :

II.4.1 CIRCUIT OUVERT


Ce sont des circuits sans recirculation d’eau ou systèmes à passage unique. l’eau
chauffée par le procédé industriel étant rejetée dans le milieu naturel.

C’est un système très répondu lorsque l’on dispose d’eau en assez grande quantité. Ce
type de système est de moins en moins utilisé en raison des prélèvements d’eau importants qu’il
nécessite et de l’augmentation de chaleur du milieu récepteur [17].

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 15


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

L’une des caractéristiques principales de ce type de circuit est la quantité


relativement importante d’eau qui est généralement nécessaire au refroidissement. Les
problèmes les plus fréquemment rencontrés sont : les salissures et les dépôts de tartre [18].

Figure II.4 : Schéma simplifié de circuit ouvert.

II.4.2 CIRCUIT SEMI-OOUVERT


Il y a circulation de l’eau, mais le refroidissement est assuré par évaporation et
convection au contact de l’air dans la tour de refroidissement à titrage naturel ou forcé [19].Ce
type de circuit est le plus répondu. Voir figure II.2 et figure II.3.

II.4.3 CIRCUIT FERME


Les circuits fermés sont en réalité constitués par deux système liés thermiquement;
l’un complétement fermé (aux fuites prés) sert à faire circuler l’eau et à refroidir le procédé par
l’intermédiaire d’un échangeur de chaleur, l’autre, appelé aussi circuit secondaire, sert à
refroidir l’eau réchauffée. Ce circuit secondaire est très souvent un circuit semi-ouvert ou un
système de batteries aérothermes (refroidissement par air). L’exemple le plus connu est le
refroidissement des moteurs thermiques avec circulation fermée d’eau, le refroidissement de
l’eau se faisant avec un échangeur de chaleur à air (le radiateur dans une automobile).
L’avantage de ce procédé est qu’il ne consomme théoriquement pas d’eau. Il est aussi
très facile de maintenir une composition homogène de cette eau dans tous les points du circuit.
Il y a deux inconvénients :

 Dispositif de refroidissement assez volumineux.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 16


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

 Obtention d’une température « basse » relativement élevée.

Figure II.5 : Présentation du circuit de refroidissement fermé.

II.5 APERÇUS SUR QUELQUE ELEMENTS DE CALCULS

II.5.1 PUISSANCE D’UNE TOUR DE REFROIDISSEMENT


Puissance de refroidissement ou bien puissance de réfrigération, C’est la quantité de
chaleur évacuée vers l’atmosphère. L’unité en kwatt

1000
𝜔 = 3600 𝑄𝐶 × 𝐶𝑝𝑒𝑎𝑢 × ∆𝑡 (II.1)

Avec :

 𝑄𝐶 : débit d’eau circulant dans la tour de refroidissement en kg/h.


 𝐶𝑝𝑒𝑎𝑢 : capacité thermique massique de l’eau en kJ/kg.K°.
 ∆𝑡 : Ecart de température entre l’eau chaude et l’eau refroidie en K°.

II.5.2 DEBIT DE RECIRCULATION


Le débit d’eau qui est pompée traverse en totalité la boucle de refroidissement,
en refroidissant, en passage, un certain nombre d’échangeurs. Qc peut, généralement, être
estimé en fonction des données portées sur la plaque de la pompe de recirculation ; toutes fois
les mesures réelles sont plus précises. Le taux de recirculation réelle est rarement supérieur à
celui qui est indiqué sur la plaque, mais plus fréquemment inférieur de 10 à 20% à celui-ci.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 17


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

II.5.3 ECART DE TEMPERATURE


Ce terme indique la différence qui existe entre la température moyenne de l’eau qui
retourne vers la tour après avoir traversé les échangeurs de chaleur t2 et la température moyenne
de l’eau après évaporation t1 (bassin de la tour).

II.5.4 TAUX DE CONCENTRATION


C’est le rapport de la teneur (concentration) en sels dissous dans l’eau en
circulation et la concentration dans l’eau d’appoint.

𝑠𝑎𝑙𝑖𝑛𝑖𝑡é 𝑑𝑢 𝑐𝑖𝑟𝑐𝑢𝑖𝑡
𝐶 = 𝑠𝑎𝑙𝑖𝑛𝑖𝑡é 𝑑′𝑎𝑝𝑝𝑜𝑖𝑛𝑡 (II.6)

Habituellement, ce taux de concentration est déterminé par la mesure des chlorures, facilement
dosable qui du fait de leur solubilité sont les plus stables dans le circuit.

II.5.5 DEBIT DE DECONCENTRATION D


L’évaporation entraîne une augmentation de la concentration des sels dissous dans
l’eau en circulation.il y’à lieu de procéder à des purges pour éviter que cette concentration ne
devient trop importante où il y a risque de provoquer des dépôts divers, on doit extraire et rejeter
à l’égout une partie de l’eau en circulation.

𝐸
𝐷 = 𝐶−1 (II.5)

II.5.6 DEBIT D’EVAPORATION 𝑬


Il s’agit de l’eau qui se dissipe dans l’atmosphère au cours de procédé de
refroidissement (m3/h). Le taux d’évaporation dépend de la quantité d’eau à refroidir (Qc) et de
l’écart de la température Δt. De façon empirique, on évapore 1.8 m3 pour chaque 107kcalde
chaleur rejetée.

𝐸 = 0.00085 × 1.8 × 𝑄𝐶 × ∆𝑡 (II.2)

Avec :

 𝑄𝐶 : débit de recirculation (m3/h).


 ∆𝑡 : écart de température d’eau à l’entrée et la sortie.
 E : débit d’évaporation (m3/h).

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 18


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

II.5.7 ENTRAINEMENT VESICULAIRE 𝑬V


C’est la quantité d’eau entraînée dans le courant d’air servant au refroidissement. Cette
eau, contrairement à l’eau évaporée, possède la même composition chimique (analyse) que celle
de l’eau en circulation. Elle représente 0,1% du débit circulé.

𝑄𝐶⁄
𝐸𝑉 = 1000 (II.3)

II.5.8 FUITES SUR L’INSTALLATION (F)


L’eau en circulation peut subir des pertes dans l’installation au niveau des pompes
et de vannes ; par soutirage pour le refroidissement en circuit ouvert ou semi-ouvert des
équipements et leurs accessoires ; ou par soutirage des utilisations telles que le lavage de
l’installation ou le sol lorsque la canalisation d’eau de refroidissement se trouve près de
l’endroit ou un besoin d’eau se fait sentir.

II.5.9 PERTES TOTALE


En plus de la purge de déconcentration, il y’a d’autres pertes qui ne sont pas volontaires
dans ce genre de l’installation. Parmi celles-ci il y’a la perte par entraînement vésiculaire
(E.V.) ; celles dues aux fuites fugitives (F), parfois délibérées, mais le plus souvent
accidentelles. Celles-ci doivent être précises en compte dans le calcul des pertes totales.

𝑃 = 𝐸 + 𝐷 + 𝐸𝑉 + 𝐹 (II.4)

II.5.10 APPOINT A
C’est le débit d’eau nécessaire pour compenser celle qui est perdue par évaporation, plus
celle qui est perdue par la purge de déconcentration, par entraînement vésiculaire sur la tour et
par d’autres pertes. Il se mesure généralement par un débitmètre.

𝐴 = 𝐷 + 𝐸𝑉 + 𝐸 + 𝐹 (II.7)

II.5.11 SURFACE D’ECHANGE 𝒂


C’est la section latérale du garnissage par le volume de la tour où s’effectue l’échange
thermique. (m2/m3).

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 19


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

𝑎 = 𝑆⁄𝑉 (II.8)

II.6 PARAMETRES DE PERFORMANCE DE LA TOUR DE


REFROIDISSEMENT
Les paramètres importants à déterminer du point de vue de la performance de la
tour de refroidissement sont :

 Variation : est la différence entre la température d’entrée d’eau dans la tour de


refroidissement et sa température de sortie. Une grande variation veut dire bonne
performance.
 Approche : est la différence entre la température d’eau froide de sortie de
tour de refroidissement et la température du bulbe humide. Bien que, le
refroidissement et l’approche devraient être surveillés, l’approche est un bon
indicateur de la performance de la tour de refroidissement.

Figure II.6 : Variation et approche.


 Efficacité : L’efficacité de la tour de refroidissement est le rapport entre le
refroidissement et l’écart idéal c’est-à-dire la différence entre la température
d’entrée d’eau dans la tour de refroidissement et la température du bulbe
humide.
𝑇 𝑒𝑎𝑢𝑒 −𝑇 𝑒𝑎𝑢𝑠
𝜂= × 100 (II.9)
𝑇 𝑒𝑎𝑢𝑒 −𝑇 𝑎𝑖𝑟ℎ

Ou bien :
𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
𝜂 = 𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛+𝑎𝑝𝑝𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒 (II.10)

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 20


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

Tous les paramètres on °C.


 Capacité de refroidissement : est la chaleur rejetée en kcal/h, donnée comme
produit du débit de l'eau, de la chaleur spécifique et de la différence de
température
 perte d’évaporation : est la quantité d’eau évaporée durant le refroidissement.
 Cycle de concentration C.O.C : ratio des solides dissous dans l’eau qui circule
sur ceux dans l’eau d’appoint.
 Pertes par les purges : qui dépend des C.O.C et des pertes par évaporation.
 Ratio liquide gaz L/G : ration entre les débits massiques d’eau et d’air. La
chaleur retirée à l’eau doit être égale à celle rejetée à l’atmosphère.
𝐿
= ∆ℎ⁄(𝑇𝑒𝑎𝑢 − 𝑇𝑒𝑎𝑢 ) (II.11)
𝐺 𝑒 𝑠

II.7 CONDITIONS POUR EVALUATION DES PERFORMANCES


Pour pouvoir calculer et déterminer les performances thermiques d’une tour de
refroidissement qui fonctionne à contre-courant, il faut que certaines conditions soient réunies
au préalable :

II.7.1 CONDITIONS MECANIQUES


 Bon état du système de distribution de l’eau.
 Bon fonctionnement des équipements mécaniques.
 La vitesse des ventilateurs et l’inclinaison de leurs pales doivent être réglées et fixées
selon les valeurs de designs.
 La vérification du niveau d’huile lubrifiant des moto-ventilateurs soit continue et
appropriée.

II.7.2 CONDITIONS ATMOSPHERIQUES


Les conditions du climat doivent être limitées comme suit :

 La vitesse maximale du vent ne dépassant pas 5 m/s, elle est mesurée à une hauteur de
1,5 à 2 m du sol.
 La température du bulbe humide de l’air à l’entrée ne dépassant pas ± 5 °C par rapport
au design.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 21


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

 La quantité de l’eau circulante ne doit pas contenir des matières dissoutes plus
que 5000 ppm, et pas plus de 10 ppm de traces d’hydrocarbures.
 Le niveau d’eau refroidie dans le bassin ne doit dépasser pas la hauteur normale.
 Le débit d’appoint doit être suffisant pour récupérer toutes les pertes qui sont
rencontrées durant le fonctionnement.
 La quantité d’eau circulante ne doit pas être supérieure ou inférieure à 10% par rapport
au design.

II.8 THEORIE DE LA TOUR DE REFROIDISSEMENT


Baker et Shryoch (1961) ont développé la théorie suivante. Considérons une tour de
refroidissement ayant un mètre carré de surface de plan, un volume de refroidissement V, une
surface d’échange a, un débit massique d’eau L et un débit massique d’air G. La figure II.7
montre le processus de transfert de masse et de chaleur [20].

La goutte d’eau à la température T est entourée par l’air à la température du bulbe sec
Ta, ayant une enthalpie Ha et une humidité absolue Wa. L’interface est assumée d’être un
film d’air saturé avec une température intermédiaire T", une enthalpie h" et une humidité
absolue W [20].

En prenant une valeur constante de 4,18 kЈ/ (kg.K°) pour la chaleur spécifique de l'eau
Cp, le transfert d'énergie total de l'eau vers l'interface est ;

𝑑𝑞𝑤 = 𝐿 𝐶𝑝 𝑑𝑡 = 𝐾1 𝑎 (𝑡 − 𝑡")𝑑𝑉 (II.12)

Ou :

 dqw : la chaleur totale transférée de l’eau vers l’interface,


 l : débit massique de l’eau à l’entré (kg/s),

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 22


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

 K1 : coefficient de transfert thermique exprimé en W/m2.k°,


 𝑎 : surface d’interface (m2/m3),
 𝑉 : volume de refroidissement (m3).

Figure II.7 : Transfert de chaleur et de masse entre l'eau et l'air.


Le transfert de chaleur de l’interface vers l’air est

𝑑𝑞𝑠 = 𝐾𝐺 𝑎 (𝑡" − 𝑡𝑎 )𝑑𝑉 (II.13)

Ou :

 𝑞𝑠 : la chaleur sensible de transfert de l’interface vers flux d’air


 𝐾𝐺 : coefficient de transfert thermique de l’interface vers le flux d’air (W/m2.K)

La diffusion de la vapeur d’eau du film vers l’air est

𝑑𝑚 = 𝐾 ′ 𝑎 (𝑊" − 𝑊𝑎 )𝑑𝑉 (II.14)


Tels que :

 𝑚 : taux de transfert de masse de l’interface vers l’air,


 𝐾 ′ : coefficient de transfert massique, interface vers le flux d’air (kg/m2.s),
 𝑊" : humidité absolue de l’interface (kg de vapeur d’eau/kg d’air sec),
 𝑊𝑎 : humidité absolue de l’air (kg de vapeur d’eau/kg d’air sec).

Le transfert de chaleur dû à l'évaporation de l’eau, du film vers l'air est :

𝑑𝑞𝐿 = 𝑟𝑑𝑚 = 𝑟 𝐾 ′ 𝑎 (𝑊" − 𝑊𝑎 )𝑑𝑉 (II.15)

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 23


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

 𝑑𝑞𝐿 : la chaleur latente de transfert de l’interface vers l’air,


 𝑟 : la chaleur latente d’évaporation (constante) kJ/kg.

Le processus atteint l’équilibre lorsque ta=t, et l'air devient saturé d'humidité à cette
température dans des conditions adiabatiques, l'équilibre est atteint à la température de
saturation adiabatique ou à la température du bulbe humide de l'air.

C'est la température la plus basse possible dans une tour de refroidissement. L'eau en
circulation approche rapidement cette température lors une tour fonctionne sans charge
thermique. Le processus est le même lorsqu'une charge de chaleur est appliquée, mais
l'enthalpie de l'air augmente à mesure qu'elle se déplace à travers la tour afin que la température
d'équilibre augmente progressivement.

Merkel (1925) a supposé que la relation de Lewis était égale à un en combinant le transfert
de masse et de chaleur sensible en un coefficient global basé sur la différence d'enthalpie,

𝐾𝐺
=1 (II.16)
𝐾′ 𝐶𝑝𝑚

𝐶𝑝𝑚 : Capacité calorifique spécifique de l’air humide (J/kg.K°)

L'équation (II.16) explique également pourquoi la température du bulbe humide se


rapproche de la température de saturation adiabatique dans un mélange air-vapeur d’eau d’où
la perte de chaleur de l'eau égale au gain de chaleur de l'air [20].

𝐿𝐶𝑝 𝑑𝑡 = 𝐺 𝑑ℎ = 𝐾 ′ 𝑎 (ℎ" − ℎ𝑎 ) 𝑑𝑉 (II.17)

L'équation considère le transfert de l'interface vers le flux d'air, mais les conditions inter-
faciales sont indéterminées. Si la résistance du film est négligée et le coefficient K’ ce base sur
la force motrice de l’enthalpie h’ à la température de la gouttelette d’eau t, l’équation (II.16)
devient

𝐿𝐶𝑝 𝑑𝑡 = 𝐺 𝑑ℎ = 𝐾 ′ 𝑎 (ℎ′ − ℎ𝑎 ) 𝑑𝑉 (II.18)

𝐾′ 𝑎 𝑉 𝑡 𝐶𝑝
= ∫𝑡 2 ℎ′ −ℎ 𝑑𝑡 (II.19)
𝐿 1 𝑎

𝐾′ 𝑎 𝑉 ℎ 𝑑ℎ
= ∫ℎ 2 ℎ′ −ℎ (II.20)
𝐺 1 𝑎

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 24


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

Dans la pratique de la tour de refroidissement, la valeur intégrée de l'équation


(II.19) est communément appelée le nombre d'unités de transfert (NUT). Cette valeur donne le
nombre de fois où le potentiel d'enthalpie (h '- ha) va dans le changement de température de
L'eau (Δt) et c’est une mesure de la difficulté de la tâche. Par conséquent, l'unité de transfert est
par définition égale à

𝐶𝑝 ∆𝑡
=1 (II.21)
ℎ′ −ℎ𝑎

Les équations ne sont pas autosuffisantes et ne sont pas soumises à une solution
mathématique directe. Elles reflètent l'équilibre de masse et d'énergie à n'importe quel
point dans une tour de refroidissement et elles sont indépendantes du mouvement relatif
des deux courants de fluide. L'intégration de l'équation (III.19) donne la NUT pour un
ensemble donné de conditions [11].

II.8.1 INTEGRATION A CONTRE-COURANT

Le diagramme de refroidissement à contre-courant est basé sur la courbe de saturation


de la vapeur d’eau et d’air (figure II.8). Lorsque l'eau est refroidie de te à ts, l'enthalpie du
film d'air suit la courbe de saturation de A à B. L’air entrant à température de bulbe humide
Tae a une enthalpie ha correspondant au point C. La force motrice initiale est la distance
verticale BC. La chaleur retirée de l'eau est ajoutée à l'air, de sorte que l'augmentation
d'enthalpie est proportionnelle à la température de l'eau. La pente de la ligne opératoire de
l’air CD est égale à Qc / G [11].

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 25


Chapitre II – Théories sur les tours de refroidissement

Figure II.8 : Diagramme de refroidissement à contre-courant.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 26


Chapitre III – calcul de performance
de la tour de refroidissment (RA1Z)

27
Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III. CALCUL DE PERFORMANCE DE LA TOUR DE


REFROIDISSEMENT (RA1Z)

III.1 INTRODUCTION
Les bilans massique et thermique donnent les quantités d’air à mettre en jeu et les surfaces
de transfert de chaleur nécessaire au refroidissement de l’eau. Cela permet un dimensionnement
optimal de l’agent de refroidissement atmosphérique.

Ce calcul thermique a comme un port d’attache les équations fondamentales d’échange


thermique, mais seulement l’expérience acquise par de nombreux tests permet de connaître les
coefficients d’échange selon les différents paramètres (surface d’échange, la vitesse de l’air,
débit spécifique de l’eau, etc.)

Le degré d’importance de l’agent de refroidissement varie considérablement selon qu’on


s’approche ou s’éloigne de la limite théorique de la réfrigération (température à laquelle l’eau
pure s’évapore dans l’air humide jusqu'à saturation à la température considérée).

La détermination de la performance de la tour de refroidissement dépend de plusieurs


facteurs, tels que :

 Les conditions météorologiques (humidité, vent….),


 La qualité et le débit d’eau à refroidir, ainsi que des conditions de fonctionnement des
équipements mécaniques.

Deux facteurs déterminent un agent de refroidissement :

 Le débit d’air à fournir.


 La surface d’échange thermique.

III.2 LA MESURE DE LA TEMPERATURE ET DE L’HUMIDITE


RELATIVE

La première étape de ce travail consistait à mesurer les températures à l’entrée et la sortie


de l’eau dans la tour de refroidissement. Ensuite, les températures et humidité relative d’entrées
et sorties de l’air a été également mesurée.

Les tableaux ci-dessous donnent la synthèse de ces mesures.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 28


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Tableau III.1 : L’humidité relative et les températures de l’eau, de l’air à l’entré et la sortie
de la TR.

Paramètres

l'entré
de l'air à
température

sortie
de l'air à la
température

l'entré
de l'eau à
température

sortie
de l'eau à la
température

l'air à l'entré
relative de
humidité
Symboles T ae T as te ts HR
Unités °C °C °C °C %
01-mars 18 22,1 34,8 25,1 54
02-mars 20,4 23,1 37 24,1 51
03-mars 18,7 21,3 36,4 26,2 63
04-mars 20 23,8 36,7 26,4 54
05-mars 22,4 25,6 37 27 54
06-mars 25,4 28,6 37 27 29
07-mars 17 20,2 34,3 24,6 57
08-mars 18,6 22,5 35 25 52
09-mars 16,4 19,3 35 25,4 76
10-mars 17,1 20 36 26,4 76
11-mars 19,5 22,5 37,2 26,8 60
12-mars 18,5 21,4 38 28 66
13-mars 22,4 26 36,4 25,5 47
14-mars 17,1 19,8 35,9 25,6 65
15-mars 19,3 23,2 36,4 25,5 57
16-mars 19,2 23 36,7 26,2 60
17-mars 24,2 28 36,7 26,2 23
18-mars 19,6 21,7 36,5 27 69
19-mars 15,8 18 35,3 25,5 68
20-mars 14,7 16,9 34,9 25 70
21-mars 15,4 17,7 35 25.2 72
22-mars 16,1 18 36.2 26 74
23-mars 16,3 18,1 36,8 26,6 79
24-mars 18,6 20,8 35,7 26,4 72
25-mars 18,4 20,5 34,8 26 78
26-mars 16,9 18,6 34 25,6 86

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 29


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

27-mars 16,2 19,9 30,5 22 46


28-mars 15,8 18,4 32,7 24 71
29-mars 16,6 21,1 35 26 71
30-mars 17,1 19,7 36 27,2 83
31-mars 19,1 22,3 37,9 27,8 75

Les relevés ci-dessus ont été effectués au cours de la période de suivi (mois de mars 2019).
L’objectif de ces mesures consiste à déterminer l’influence des conditions météorologiques sur
le fonctionnement de la tour de refroidissement.

La température et l’humidité de l’air jouent un rôle très important dans le phénomène de


refroidissement. La tour de refroidissement doit être faite sur la base des conditions
météorologiques les plus défavorables.

III.3 PARAMETRES INFLUENÇANT LA PERFORMANCE DE LA


TOUR DE REFROIDISSEMENT

La détermination des performances de la tour de refroidissement dépend de plusieurs


facteurs, tels que les conditions atmosphériques (humidité, vent….), la qualité et le débit d’eau
à refroidir, ainsi que des conditions de fonctionnement des équipements mécaniques.

Ces performances sont reliées aux conditions de l’air à l’entrée, en particulier le taux
d’humidité qu’il contient. On peut classer les paramètres influents sur ces performances comme
suit :

 La vitesse du vent.
 La température du bulbe humide de l’air.
 La température de l’air sec.
 La température d’eau chaude.
 La température d’eau refroidie.
 La température du débit d’appoint.
 L’écart de température de l’eau entre l’entré et la sortie
 La quantité de la chaleur évacuée.
 La quantité eau évaporée.
 Rapport liquide gaz L/G.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 30


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III.4 CONDITIONS POUR L’EVALUATION DES PERFORMANCES

Pour pouvoir calculer et déterminer les performances thermiques d’une tour de


refroidissement fonctionnant à contre-courant, il faut que certaines conditions soient réunies au
préalable :

 Bon état du système de distribution de l’eau.


 Bon fonctionnement des équipements mécaniques.

 La vitesse des ventilateurs et l’inclinaison de leurs pales doivent être réglées et


fixées selon les valeurs de designs.
 La vérification du niveau d’huile lubrifiant des moto-ventilateurs soit en continu
et appropriée.

III.5 CALCULS DE PERFORMANCE DE LA TOUR DE


REFROIDISSEMENT

III.5.1 PREMIERE METHODE DE CALCUL

III.5.1.1 CALCUL DE L’HUMIDITE ABSOLUE

Nous calculons les moyennes de la température de l’air, l’humidité relative à l’entrée et à


la sortie de la tour de refroidissement :

 Tae=18.41 °C
 HRe=63.16%
 Tas=21.36 °C
 HRs= 100% car supposant l’air à la sortie de la tour est saturé.

Connaissant la température de l’air et l’humidité relative, on peut déterminer l’humidité


absolue. Cette dernière peut être calculée ou directement donnée par des courbes
psychrométriques (voir l’annexe).

La détermination expérimentale de cette valeur est souillée par l’erreur : par mesure de
sécurité, cette température ne peut pas être mesurée directement à la sortie immédiate de la tour
de refroidissement. Elle est mesurée à une hauteur de 2 mètres de ce point. Il s’agit d’un
abaissement de cette température.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 31


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

La détermination de cette valeur par calcul passe à travers les étapes suivantes :

III.5.1.1.1 Détermination de la pression de vapeur saturante

Connaissant la température, on peut déterminer la pression de vapeur saturante. Cette


dernière correspond à la pression maximale que la vapeur que l'air (Saturation) peut contenir.

À partir de l'équation d'Antoine, on peut déterminer la pression de vapeur saturante par la


formule suivante :

𝐶1
ln 𝑝 𝑠𝑎𝑡 = 𝐶0 − (III.1)
𝑇−𝐶2

 T : est la température de l’air en K.


 C0, C1 et C2 coefficients d’Antoine.

Tableau III.2 : Les coefficients d’Antoine.

C0 C1 C2
Valeurs standards 23.1963 3816.44 46.13
du P en Pa

A.N :

𝑝 𝑠𝑎𝑡 = 2093.24 𝑃𝑎

L’humidité relative est exprimée comme suivant :


𝑦𝑣 𝑝𝑣
𝐻𝑅 = é𝑞 =𝑝 𝑠𝑎𝑡 (III.2)
𝑦𝑣 𝑣

é𝑞
Ou 𝑦𝑣 représente la fraction molaire de la vapeur dans l’air et 𝑦𝑣 représente la fraction molaire
de la vapeur dans l’air saturé

L’humidité absolue est définie par la relation suivante :

𝑝𝑣 𝐻𝑅 . 𝑝𝑣 𝑠𝑎𝑡
𝑊𝑒 = 0.622 𝑝−𝑝 = 0.622 (III.3)
𝑣 𝑝 – 𝐻𝑅 . 𝑝𝑣 𝑠𝑎𝑡

L’équation (III.3) permet de calculer l’humidité absolue qui est en fonction de l’humidité
relative, la pression atmosphérique 𝑝 et la pression de vapeur saturante𝑝𝑣 .

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 32


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

A.N :

𝑊𝑒 = 0.00833 𝑘𝑔 𝑑′𝑒𝑎𝑢⁄𝑘𝑔 𝑑 ′ 𝑎𝑖𝑟 𝑠𝑒𝑐

III.5.1.2 CALCUL DE L’ENTHALPIE DE L’AIR HUMIDE

L’enthalpie spécifique de l’air sec est donnée par la formule suivante :

𝐻𝑎 (𝑇) = 𝐶𝑎 𝑇 (III.4)

𝐶𝑎 : Capacité calorifiquede l’air pour des températures entre -20°C et 50°C et égale
1.0006kj/kg.K°.

D’autre part l’enthalpie spécifique de la vapeur d’eau est exprimée par la relation suivante

𝐻𝑣 (𝑇) = 𝐿𝑉 + 𝐶𝑉𝑎𝑝 𝑇 (III.5)

Avec :

𝐿𝑉 : Chaleur latente de vaporisation de l’eau (2500.8kj/kg).

𝐶𝑉𝑎𝑝 : Capacité calorifique de la vapeur d’eau (1.8266kj/kg.K).

L’équation (II.6) permet de calculer l’enthalpie spécifique de l’air humide

𝐻𝑎ℎ (𝑇) = 1,006𝑇 + 𝑊(2500,8 + 1,8266𝑇) (III.6)

A.N:

𝐻𝑎ℎ 𝑒 (18.41°𝐶) = 39.64 𝑘𝐽⁄𝑘𝑔

De la même manière, on détermine l’humidité absolue et l’enthalpie à la sortie de la tour de


refroidissement (Tas = 21.36 °C)

𝑊𝑠 = 0.01606 𝑘𝑔 𝑑′𝑒𝑎𝑢⁄𝑘𝑔 𝑑′ 𝑎𝑖𝑟 𝑠𝑒𝑐

𝐻𝑎ℎ 𝑠 (21.36°𝐶) = 62.28 𝑘𝐽⁄𝑘𝑔

La différence d’enthalpie entre l’entré et la sortie est égale a :

∆𝐻 = 𝐻𝑎ℎ 𝑠 − 𝐻𝑎ℎ 𝑒 (III.7)

∆𝐻 = 22.63 𝑘𝐽/𝑘𝑔

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 33


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III.5.1.3 CALCUL DE LA QUANTITE D’EAU EVAPOREE AU NIVEAU


DE LA TOUR 33E101

Pour la détermination de la quantité d’eau évaporée, il y’a lieu d’effectuer un bilan


matière global au niveau de la tour, tels que représenté par le schéma ci-dessous.

Figure III.1 : Bilan matière et énergétique de la tour de refroidissement 33E101.

 Masse de l’air sec

Le débit massique d’air sec est constant, tandis que le débit massique d’air humide augmente
par suite de l’évaporation d’une partie de l’eau.

𝐺 (𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑑 ′ 𝑎𝑖𝑟 𝑘𝑔⁄ℎ) = 𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡

 Bilan de matière de l’eau


L’air, au contact de l’eau, s’échauffe de l’humidité ambiante à une humidité proche de la
saturation en évaporant une partie de l’eau à refroidir. Cette double action se traduit par
l’égalité. [21]

𝑄𝑐 (ℎ𝑠 − ℎ𝑒 ) + 𝐸. ℎ𝑠 = 𝐺(𝐻𝑠 − 𝐻𝑒 ) (III.8)

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 34


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Si l’on désigne par we et ws l’humidité de l’air à l’entrée et la sortie de la tour respectivement,


exprimée en kg d’eau par kg d’air sec, on a :

𝐸 = 𝐺(𝑤𝑠 − 𝑤𝑒 ) (III.9)

D’où, par substitution dans l’égalité précédente :

𝑄𝑐 (ℎ𝑠 − ℎ𝑒 ) + 𝐺(𝑤𝑠 − 𝑤𝑒 )ℎ𝑠 = 𝐺(𝐻𝑠 − 𝐻𝑒 ) (III.10)

La quantité d’air nécessaire à la réfrigération demandée a pour valeur :

𝑄 (ℎ −ℎ𝑒 )
𝐺 = (𝐻 −𝐻 𝑐)−ℎ𝑠 (III.11)
𝑠 𝑒 𝑠 (𝑤𝑠 −𝑤𝑒 )

Avec le débit de circulation qui est égale à 4500m3/h.

A.N :

𝐺 = 8.54 × 106 𝑘𝑔/ℎ

Sachant que la masse volumique de l’air est de 1,184kg/m3

𝐺 = 7.21 . 106 𝑚3 /ℎ

Donc la quantité d’eau évaporée durant le refroidissement d’après l’équation (III.9) est :

𝐸 = 68.02 𝑚3 /ℎ

III.5.1.4 CALCUL DE LA PUISSANCE DE REFRIGERATION


ATMOSPHERIQUE AU NIVEAU DE LA TOUR DE
REFROIDISSEMENT 33E101
Elle s’exprime par le produit :

𝜔 = 𝑄𝑐 𝐶𝑝𝐻2 𝑂 . ∆𝑇 (III.12)

A.N:

𝜔 = 51.69 . 106 𝑘𝐽/𝑠

III.5.1.5 CALCUL DU DEBIT D’ENTRAINEMENT VESICULAIRE


Le débit d’entraînement vésiculaire représente 0,1% du débit circulant.

𝑐 𝑄
𝐸𝑣 = 1000 (III.13)

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 35


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

A.N :

𝐸𝑣 = 4.5 𝑚3 ⁄ℎ

III.5.1.6 CALCUL DE DEBIT DE PURGE


L’évaporation entraîne une augmentation de la concentration des sels dissous dans l’eau
en circulation.il y’à lieu de procéder à des purges pour éviter que cette concentration ne devient
trop importante où il y a risque de provoquer des dépôts divers, on doit extraire et rejeter à
l’égout une partie de l’eau en circulation.

𝐸
𝐷 = 𝐶−1 (III.14)

En appelant C le taux de concentration qui est compris entre 1 et 3.

Dans notre cas au niveau de la zone 03 le taux de concentration est égal à 2,078.

D’où :

𝐷 = 63.10 𝑚3 ⁄ℎ

III.5.1.7 CALCUL DU DEBIT D’APPOINT


En supposant qu’il y’a pas de fuite au niveau du circuit de recirculation de l’eau, on
obtient :

𝐴 = 𝐷 + 𝐸𝑣 + 𝐸 (III.15)

A.N:

𝐴 = 135.62 𝑚3 ⁄ℎ

III.5.1.8 CALCUL DE L’EFFICACITE DE LA TOUR


L’équation (II.10) cité dans le chapitre précédent permet de déterminer l’efficacité d’une
tour de refroidissement

𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑒 − 𝑡𝑠
𝜂= =
𝑣𝑎𝑟𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 + 𝐴𝑝𝑝𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒 𝑡𝑒 − 𝑇ℎ

Tels que :

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 36


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

𝑡ℎ est la température humide, donnée par le diagramme d’air humide connaissant la température
d’air sec et son humidité (relative ou absolue).

Dans notre cas pour une température d’air sec est de l’ordre de 18.41 °C et une humidité relative
de 63.16% on a :

𝑡ℎ = 14.31°𝐶

A.N :

𝜂 = 46.09 %

Le tableau suivant (III.3) présente toutes les valeurs trouvées dans la 1re méthode de calcul.

Tableau III.3 : Résumés des résultats de la 1re méthode de calcul.


Paramètres Symboles Unités valeurs
Température de l’air à l’entrée de la Tae °C 18.41
tour
Température de l’air à la sortie de la Tas °C 21.36
tour
Température de l’eau à l’entrée de la te °C 35.74
tour
Température de l’eau à la sortie de la ts °C 25.87
tour
Humidité absolue de l’air à l’entrée we kg d’eau/kg d’air sec 0,0083
Humidité absolue de l’air à la sortie ws kg d’eau/kg d’air sec 0,0161
Enthalpie de l’air à l’entrée de la tour Hah e kJ/kg 39.64
Enthalpie de l’air à la sortie de la Hah s kJ/kg 62.28
tour
La différence d’enthalpie ∆H kJ/kg 22.63
Débit d’air G m3/h 7,21.106
Débit de circulation Qc m3/h 4500
Débit d’évaporation E m3/h 68.02
Entrainement vésiculaire Ev m3/h 4.5
Débit de purge D m3/h 63.10
Taux de concentration C - 2,078
Débit d’appoint A m3/h 135.62
Puissance de la tour de Ω kcal/h 5.17.107
refroidissement
Efficacité de la tour ɳ % 46.09

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 37


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III.5.2 ETUDE DE L’EFFET DES VARIABLES TEMPERATURES ET


HUMIDITE SUR LES PARAMETRES DE PERFORMANCE

Les conditions météorologiques telles que la température sèche, la température humide


ainsi que les conditions opératoires telles que la température d’eau arrivée ont un effet sur le
fonctionnement des tours de refroidissement. La connaissance des variations de ces derniers
permet un dimensionnement optimal. Afin de voir cette influence, nous avons étudié chaque
paramètre tous seuls.

III.5.2.1 EFFET DE LA TEMPERATURE AIR SEC

Le premier paramètre étudié est la température humide de l'air à l'entrée de la tour de


refroidissement. Le tableau montre les résultats de calculs après avoir varié la température
d’entrée et fixé les autres paramètres.

Tableau III.4 : Effet de la température d’entrée d’air sec sur le ratio (Qc/G).

Tae HR we ws H ah e H ah s Rapport
(°C) (%) (kJ/kg) (kJ/kg) Qc/G
8 63.16 0.00416 0.01606 18.50 62.28 1.06
10 63.16 0.00477 0.01606 22.08 62.28 0.97
12 63.16 0.00547 0.01606 25.86 62.28 0.88
14 63.16 0.00625 0.01606 29.87 62.28 0.78
16 63.16 0.00713 0.01606 34.13 62.28 0.68
18 63.16 0.00812 0.01606 38.67 62.28 0.57
20 63.16 0.00922 0.01606 43.52 62.28 0.45

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 38


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

La figure (III.2) montre l’effet de la température d’entrée d’air sec sur le ratio (Qc/G).

Figure III.2 : Effet de la température d’entrée d’air sec sur le ratio (Qc/G).
D’après ce graphe nous n’entrevoyons que l’augmentation de la température de l’air sec
à une influence directe sur la performance de la tour de refroidissement. L’enthalpie de l’air
humide augmente d’une façon considérable, cela diminue la capacité de l’air a absorbé énergie
qui se trouve emmagasiner dans l’eau chaude afin de la refroidir. Par résultante, le débit d’air
augmente d’où la diminution du rapport (Qc/G) qui passe de 1,06 pour une température de 8 °C
à 0,45 pour une température de 20 °C.

III.5.2.2 EFFET DE L’HUMIDITE RELATIVE


Le second paramètres qui une influence sur la performance de la tour est l’humidité
relative. Le tableau (III.5) montre les résultats de calculs après avoir varié l’humidité relative
de l’air à l’entrée et fixé les autres paramètres

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 39


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Tableau III.5 : Effet de l’humidité relative de l’air sur le ratio (Qc/G).

Tae HR we ws H ah e H ah s Rapport
(°C) (%) (kJ/kg) (kJ/kg) Qc/G
18.41 20 0.00261 0.01606 25.14 62.28 0.90
18.41 30 0.00393 0.01606 28.48 62.28 0.82
18.41 40 0.00525 0.01606 31.83 62.28 0.74
18.41 50 0.00658 0.01606 35.19 62.28 0.66
18.41 60 0.00791 0.01606 38.57 62.28 0.57
18.41 70 0.00925 0.01606 41.86 62.28 0.49
18.41 80 0.01059 0.01606 45.36 62.28 0.41
18.41 90 0.01194 0.01606 48.78 62.28 0.33
La figure (III.3) illustre l’effet de l’humidité relative de l’air sur le ratio (Qc/G) :

Figure III.3 : Effet de l’humidité relative de l’air sur le ratio (Qc/G).

Selon ce graphe, la variation de l’humidité relative a aussi une grande influence sur la
performance de fonctionnement de la tour de refroidissement. Quand l’humidité s’accroit,
l’enthalpie de l’air humide accroisse aussi, ce qui diminue la capacité de l’air a absorbé de
l’énergie à partir de l’eau chaude. Par conséquent, le débit d’air augmente, d’où la diminution
du rapport (Qc/G) qui passe de 0.90 pour une humidité relative de 20% à 0,33 pour une humidité
de 90% à la même température 18.41 °C.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 40


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III.5.3 DEUXIEME METHODE DE CALCUL


Dans cette partie, on va utiliser la méthode de calcul développé par Merkel (cité dans le
chapitre II). Cette méthode consiste à intégrer l’équation (II.20) et calculer le NUT (nombre
d’unité de transfert).Les résultats de calcul sont présentés dans le tableau III.6.

Les itérations commencent du bas de la tour (entrée d'air et également sortie de l'eau
fraîche) et continuent jusqu'au sommet de la tour (entrée eau chaude et sortie de l’air
chaud).Connaissant la température d’air sec et son humidité relative, on calcul l’enthalpie
de l’air humide à l’entrée et sortie de la tour de refroidissement. On calcule ensuite la
différence entre ces deux enthalpies, puis l'inverse de la différence.

On passe alors à la deuxième itération : connaissant le pas d’itération, la température de


l'eau passe la température te (température d’entrée de l’eau chaude) à la température (te + ∆t).
Dans notre cas, le pas est égal à 0,1 °C.

La précision de la méthode dépend de la valeur du pas d’incrémentation : plus le pas est


petit, mieux est la précision.

L’énergie dégagée par l’eau entre te et (te + ∆t) est égale à : 𝑄𝑐 𝐶𝑝 ∆𝑡

L’énergie absorbée par l’air : 𝐺 ∆𝐻

Par principe de conservation d’énergie :

𝑄𝑐 𝐶𝑝 ∆𝑡 = 𝐺 ∆𝐻

𝑄𝑐 𝐶𝑝 ∆𝑡
𝐻𝑠 = 𝐻𝑒 +
𝐺

La procédure se poursuit jusqu'à la température d’entrée de l’eau chaude te = 35.74°C

 Données :
 T ae = 18.41°C
 HR % = 63.16
 Rapport Qc/G =0.55

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 41


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Tableau III.6 : Résultats d’itération (détermination de NUT).


T W h' h h'-h 1/(h'-h)
(kg d’eau (kJ/kg) (kJ/kg)
/ kg d’air
sec)
25,87 0,02130 80,30 38,48 41,82 0,0239
25,97 0,02143 80,74 39,32 41,42 0,0241
26,07 0,02156 81,18 40,15 41,03 0,0244
26,17 0,02170 81,62 40,99 40,64 0,0246
26,27 0,02183 82,07 41,82 40,25 0,0248
26,37 0,02197 82,52 42,66 39,86 0,0251
26,47 0,02210 82,97 43,50 39,47 0,0253
26,57 0,02224 83,42 44,33 39,09 0,0256
26,67 0,02237 83,88 45,17 38,71 0,0258
26,77 0,02251 84,33 46,00 38,33 0,0261
26,87 0,02265 84,79 46,84 37,95 0,0264
26,97 0,02279 85,25 47,68 37,57 0,0266
27,07 0,02293 85,71 48,51 37,20 0,0269
27,17 0,02307 86,18 49,35 36,83 0,0272
27,27 0,02321 86,64 50,18 36,46 0,0274
27,37 0,02336 87,11 51,02 36,09 0,0277
27,47 0,02350 87,58 51,86 35,73 0,0280
27,57 0,02364 88,05 52,69 35,36 0,0283
27,67 0,02379 88,53 53,53 35,00 0,0286
27,77 0,02393 89,01 54,36 34,64 0,0289
27,87 0,02408 89,48 55,20 34,28 0,0292
27,97 0,02423 89,96 56,04 33,93 0,0295
28,07 0,02438 90,45 56,87 33,58 0,0298
28,17 0,02453 90,93 57,71 33,23 0,0301
28,27 0,02467 91,42 58,54 32,88 0,0304
28,37 0,02483 91,91 59,38 32,53 0,0307
28,47 0,02498 92,40 60,22 32,19 0,0311
28,57 0,02513 92,90 61,05 31,84 0,0314
28,67 0,02528 93,39 61,89 31,50 0,0317
28,77 0,02544 93,89 62,72 31,17 0,0321
28,87 0,02559 94,39 63,56 30,83 0,0324

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 42


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

28,97 0,02575 94,89 64,40 30,50 0,0328


29,07 0,02590 95,40 65,23 30,17 0,0331
29,17 0,02606 95,91 66,07 29,84 0,0335
29,27 0,02622 96,42 66,90 29,51 0,0339
29,37 0,02638 96,93 67,74 29,19 0,0343
29,47 0,02654 97,44 68,58 28,87 0,0346
29,57 0,02670 97,96 69,41 28,55 0,0350
29,67 0,02686 98,48 70,25 28,23 0,0354
29,77 0,02702 99,00 71,08 27,92 0,0358
29,87 0,02719 99,52 71,92 27,60 0,0362
29,97 0,02735 100,05 72,76 27,29 0,0366
30,07 0,02752 100,58 73,59 26,99 0,0371
30,17 0,02768 101,11 74,43 26,68 0,0375
30,27 0,02785 101,64 75,26 26,38 0,0379
30,37 0,02802 102,18 76,10 26,08 0,0383
30,47 0,02819 102,72 76,94 25,78 0,0388
30,57 0,02836 103,26 77,77 25,49 0,0392
30,67 0,02853 103,80 78,61 25,19 0,0397
30,77 0,02870 104,35 79,44 24,90 0,0402
30,87 0,02888 104,89 80,28 24,61 0,0406
30,97 0,02905 105,44 81,12 24,33 0,0411
31,07 0,02922 106,00 81,95 24,05 0,0416
31,17 0,02940 106,55 82,79 23,77 0,0421
31,27 0,02958 107,11 83,62 23,49 0,0426
31,37 0,02975 107,67 84,46 23,21 0,0431
31,47 0,02993 108,24 85,30 22,94 0,0436
31,57 0,03011 108,80 86,13 22,67 0,0441
31,67 0,03029 109,37 86,97 22,40 0,0446
31,77 0,03047 109,94 87,80 22,14 0,0452
31,87 0,03066 110,51 88,64 21,87 0,0457
31,97 0,03084 111,09 89,48 21,61 0,0463
32,07 0,03103 111,67 90,31 21,36 0,0468
32,17 0,03121 112,25 91,15 21,10 0,0474
32,27 0,03140 112,84 91,98 20,85 0,0480
32,37 0,03159 113,42 92,82 20,60 0,0485

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 43


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

32,47 0,03177 114,01 93,66 20,36 0,0491


32,57 0,03196 114,60 94,49 20,11 0,0497
32,67 0,03216 115,20 95,33 19,87 0,0503
32,77 0,03235 115,80 96,16 19,63 0,0509
32,87 0,03254 116,40 97,00 19,40 0,0516
32,97 0,03273 117,00 97,84 19,17 0,0522
33,07 0,03293 117,61 98,67 18,94 0,0528
33,17 0,03313 118,22 99,51 18,71 0,0535
33,27 0,03332 118,83 100,34 18,48 0,0541
33,37 0,03352 119,44 101,18 18,26 0,0548
33,47 0,03372 120,06 102,02 18,04 0,0554
33,57 0,03392 120,68 102,85 17,83 0,0561
33,67 0,03412 121,30 103,69 17,62 0,0568
33,77 0,03433 121,93 104,52 17,41 0,0574
33,87 0,03453 122,56 105,36 17,20 0,0581
33,97 0,03473 123,19 106,20 17,00 0,0588
34,07 0,03494 123,83 107,03 16,79 0,0595
34,17 0,03515 124,46 107,87 16,60 0,0603
34,27 0,03536 125,11 108,70 16,40 0,0610
34,37 0,03556 125,75 109,54 16,21 0,0617
34,47 0,03578 126,40 110,38 16,02 0,0624
34,57 0,03599 127,05 111,21 15,83 0,0632
34,67 0,03620 127,70 112,05 15,65 0,0639
34,77 0,03641 128,36 112,88 15,47 0,0646
34,87 0,03663 129,02 113,72 15,30 0,0654
34,97 0,03685 129,68 114,56 15,12 0,0661
35,07 0,03706 130,34 115,39 14,95 0,0669
35,17 0,03728 131,01 116,23 14,78 0,0676
35,27 0,03750 131,68 117,06 14,62 0,0684
35,37 0,03772 132,36 117,90 14,46 0,0692
35,47 0,03795 133,04 118,74 14,30 0,0699
35,57 0,03817 133,72 119,57 14,15 0,0707
35,67 0,03839 134,40 120,41 13,99 0,0715
35,77 0,03862 135,09 121,24 13,85 0,0722
NUT 1.842

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 44


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Après les calculs on trouve que le NUT = 1.842cela nous a permis de déterminer
l’efficacité de la tour de refroidissement. Pour cette méthode de calcul, nous utilisons la formule
suivante :

𝑄𝑐⁄
𝜂%= 𝐺 . 100
𝑁𝑈𝑇

𝜂 % = 29.85 %

III.5.3.1 ETUDE DE L’INFLUENCE DE LA TEMPERATURE DE L’AIR


SEC A L’ENTREE DE LA TR
Dans cette partie, nous allons voir l’influence de la température sèche sur le rendement
d’une tour de refroidissement.

Pour cela on fixe les paramètres suivants :

 Température de l’eau à l’entrée de la TR : te = 35.74 °C


 Température de l’eau à la sortie de la TR : ts = 25.87 °C
 Humidité relative : HR = 63.16%
 Rapport Qc/G =0.55

Les résultats de calcul obtenu sont donnés dans le tableau (III.7).

Tableau III.7 : Résultat de calcul après la variation de la température d’air à l’entrée.


Tae (°C) NUT 𝛈%
15 1.6416 33.50
16 1.7021 32.31
17 1.7720 31.04
18 1.8472 29.77
19 1.9343 28.43
20 2.0337 27.04
21 2.1481 25.60
22 2.2810 24.11
23 2.4383 22.56

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 45


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Les figures (III.4) et (III.5) montrent respectivement, l’effet de la température sèche sur le
nombre d’unité de transfert (NUT) et l’efficacité de la TR.

Figure III.4 : Effet de la température d’air sèche sur le NUT.

Figure III.5 : Effet de la température d’air sèche sur l’efficacité de la TR.

Ces graphes montrent nettement que lorsque la température de l’air sec augmente,
l’efficacité de la tour de refroidissement diminue, contrairement au NUT, l’augmentation de la

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 46


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

température sèche engendre une augmentation de ce dernier captivant l’exemple du jour où la


température est égale à 23 °C, le NUT vaut 2.4383. A cette température l’efficacité de la TR est
de 22.56 %, prenons aussi l’exemple du jour où la température de l’air sec est de 15 °C,
l’efficacité est égale à 33.50% et le NUT est égal à 1,6416.

Cette évolution affirme qu’une température élevée de l’air sec provoque une augmentation
considérable de l’enthalpie de l’air humide ce qui diminuera par la suite la capacité de l’air à
absorber l’énergie de l’eau chaude.

III.5.3.2 ETUDE DE L’EFFET DE L’HUMIDITE RELATIVE DE L’AIR


Dans la suite des calculs, on verra l'influence de l'humidité relative de l'air sur la
performance de la TR.

Les paramètres fixés sont les suivants :

 Température de l’eau à l’entrée de la TR : te = 35.74 °C


 Température de l’eau à la sortie de la TR : ts = 25.87°C
 Température de l’air sec : Ta = 18.41 °C
 Rapport Qc/G =0.55

Les résultats de calcul obtenu sont donnés dans le tableau

Tableau III.8 : Résultat de calcul (variation de l’humidité relative).


HR % NUT 𝛈%
20 1.4727 37.35
30 1.5502 35.48
40 1.6369 33.60
50 1.7345 31.71
60 1.8455 29.80
70 1.9456 28.27
80 2.1367 25.74

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 47


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Les figures (III.6) et (III.7) montrent respectivement, l’effet de l’humidité relative sur le
nombre d’unités de transfert (NUT) et l’efficacité de la TR.

Figure III.6 : effet de l’humidité relative sur le NUT.

Figure III.7 : Effet de l’humidité relative sur l’efficacité de la TR.

On voie bien que d’après ces graphes, l’augmentation de l’humidité relative provoque
l’augmentation du NUT et cela engendre une diminution de l’efficacité de la TR, le contraire
est correct.

Cela peut-être expliqué par l’élévation d’enthalpie humide à l’entrée de la TR qui a une
influence directe sur la capacité de l’air à refroidir l’eau chaude.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 48


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III.5.3.3 ETUDE DE L’INFLUENCE DU RATIO QC/G


Dans cette partie, nous allons étudier l’influence du débit d’air et le débit d’alimentation
d’eau c’est-à-dire le rapport Qc/G sur la performance de la TR.

Pour cela on fixe les paramètres suivants :

 Température de l’eau à l’entrée de la TR : te = 35.74°C


 Température de l’eau à la sortie de la TR : ts = 25.87°C
 Température de l’air : Ta=18.41 °C
 Humidité relative : HR= 63.16%

Tableau III.9 : Résultat de calcul (variation du rapport Qc/G).

Rapport Qc/G NUT 𝜼%


0.5 1.8136 27.57
0.6 1.8722 32.05
0.7 1.9359 36.16
0.8 2.0054 39.89
0.9 2.0817 43.23
1 2.1659 46.17
1.1 2.2597 48.68
1.2 2.3648 50.74
1.3 2.4837 52.34
1.4 2.6199 0.5344
1.5 2.7779 54.00
1.6 2.9643 53.98
1.7 3.1889 53.31
1.8 3.4670 51.92
1.9 3.8249 49.67
2.0 4.3115 46.39

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 49


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Les figures (III.8) et (III.9) illustrent respectivement, l’effet du rapport (Qc/G) sur le nombre
d’unité de transfert (NUT) et l’efficacité de la TR.

Figure III.8 : Effet du rapport Qc/G sur NUT.

Figure III.9 : Effet du rapport Qc/G sur l’efficacité de la TR.

D’après la figure (III.9), on voit bien que la variation de l’efficacité en fonction du ratio
Qc/G admet un extremum à Qc/G = 1,5. Ce rapport est en accord avec les études faites par
certains fabricants et qui recommande un rapport Qc / G compris entre [0,75 et 1,5]. [22]

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 50


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Au-delà d’un ratio Qc/G = 1,5, l’efficacité de la TR commence à diminuer.


Nous concluons que l'augmentation du rapport Qc / G signifie que le débit d'eau à refroidir est
important c’est-à-dire la capacité de l’air à refroidir devient donc importante ce qui entraîne
l'augmentation du NTU.

III.5.4 CONSERVATION DE L’EAU DANS LA TOUR DE


REFROIDISSEMENT
Au niveau de la raffinerie d’ARZEW, les condenseurs et les réfrigérants exigent des
débits considérables d’eau de refroidissement. Dans notre cas, la zone 03 utilise environ de
4500 m3/h d’eau comme débit de circulation. Comme cité dans les chapitres précédents une
certaine quantité d’eau de circulation va être perdue, ces pertes sont dues généralement à
l’évaporation d’une quantité d’eau, à l’entrainement vésiculaire qui représente 0.1% du débit
d’eau de refroidissement et à la purge de déconcentration d’où la nécessité d’un appoint d’eau
pour compenser ces pertes.

Nous allons s’intéresser seulement aux pertes dues à l’évaporation, car on ce qui
concerne l’entrainement vésiculaire c’est des pertes involontaire et pour le cas de la purge de
déconcentration, un appoint des eaux saumâtres est assuré pour compenser ces pertes vues que
ces eaux présentent une qualité dans les normes des eaux de refroidissement, mais elles ont
comme inconvénient leur température élevée.

III.5.4.1 ETUDE DE L’INFLUENCE DE L’ECART DE TEMPERATURE


D’EAU SUR LA QUANTITE D’EAU EVAPOREE
Dans cette partie, on va voir l’effet de l’écart de température sur la quantité d’eau
évaporée.
Pour cela on fixe les paramètres suivants :
 Température de l’air : Tae=18.14 °C
 Humidité relative : HR = 63.16%
 Température de l’air à la sortie de la TR : Tas = 21.36°C

Le tableau ci-dessous montre les résultats de calcul obtenus.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 51


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Tableau III.10 : Résultat de calcul (effet de l’écart de température sur la quantité d’eau
évaporée).

∆T (°C) E (m3/h)
7 48.20
8 55.08
9 61.97
10 68.85
11 75.74
12 82.62
13 89.51
14 96.39
15 103.28

La figure (III.10) représente l’effet de l’écart de température sur la quantité d’eau évaporée.

Figure III.10 : Effet de l’écart de température sur la quantité d’eau évaporée.

Selon ce graphe on voit bien que lorsque l’écart de température augmente, la quantité
d’eau évaporée augmente elle aussi, captivant l’exemple ou la différence de température est de
7° C, la quantité d’eau évaporée est égale à 48.20 m3/h. Pour un écart de 15 °C, la quantité d’eau
évaporée est de 103.28 m3/h.

Cette évolution peut être expliquée par le fait que la quantité d’eau évaporée est en
fonction de l’état de l’air c’est-à-dire la température d’entrée et le taux d’humidité ainsi que le

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 52


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

débit d’air requit pour le refroidissement de l’eau. Comme dans notre cas nous fixons les
caractéristiques de l’air à l’entrée de la tour, le refroidissement de l’eau sera en fonction du
débit d’air cela veut dire que l’écart de température augmente, le débit d’air nécessaire au
refroidissement de l’eau augmente aussi ce qui engendre une augmentation de la quantité d’eau
évaporée car le refroidissement se fais par évaporation et par convection.

III.5.4.2 ETUDE DE L’INFLUENCE DE LA TEMPERATURE D’AIR SEC


SUR LA QUANTITE D’EAU EVAPOREE
Afin de bien voir l’effet de l’air sec sur la quantité d’eau évaporée, on va fixer les
paramètres cités ci-dessus :

 Température de l’eau à l’entrée de la TR : te= 35.74°C


 Température de l’eau à la sortie de la TR : ts = 25.87°C
 Humidité relative : HR = 63.16%
 Température de l’air à la sortie de la TR : Tas = 21.36°C

Le tableau (III.11) présente les résultats de calcul obtenus.

Tableau III.11 : Les résultats de calcul obtenus.

Tae HR we ws H ah e H ah s E
(°C) (%) (kJ/kg) (kJ/kg) (m3/h)
10 63.16 0.00477 0.01606 22.08 62.28 53.91
12 63.16 0.00547 0.01606 25.86 62.28 55.91
14 63.16 0.00625 0.01606 29.87 62.28 58.26
16 63.16 0.00713 0.01606 34.13 62.28 61.16
18 63.16 0.00812 0.01606 38.67 62.28 65
20 63.16 0.00922 0.01606 43.52 62.28 70.63
22 63.16 0.01046 0.01606 48.71 62.28 80

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 53


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

La figure (III.11) présente l’effet de la température de l’air sec sur la quantité d’eau évaporée.

Figure III.11 : Effet de la température de l’air sec sur la quantité d’eau évaporée.
Ce graphe montre nettement que lorsque la température sèche augmente, la quantité
d’eau évaporée augmente, prenant l’exemple du jour où la température de l’air sec est de 10°C,
la quantité d’eau évaporée est égale à 53.91 m3/h. pour une température de l’ordre de 22°C, la
quantité évaporée est égale à 80 m3/h.

Par résultante l’action de la température sèche sur la quantité d’eau évaporée est
observée. Une élévation de cette température provoque une augmentation d’enthalpie de l’air
humide à l’entrée de la tour de refroidissement ce qui provoque plus l’évaporation d’eau par
conséquent une augmentation du débit eau d’appoint.

III.5.4.3 ETUDE DE L’INFLUENCE DE L’HUMIDITE RELATIVE SUR


LA QUANTITE D’EAU EVAPOREE
Dans cette partie nous allons étudier l’influence de l’humidité relative sur la quantité
d’eau évaporée.

Pour cela on fixe les paramètres suivants :

 Température de l’eau à l’entrée de la TR : te= 35.74°C


 Température de l’eau à la sortie de la TR : ts = 25.87°C

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 54


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

 Température de l’air à l’entrée de la TR : Tae = 18.41°C


 Température de l’air à la sortie de la TR : Tas = 21.36°C

Le tableau ci-dessus montre les résultats de calcul obtenus

Tableau III.12 : Résultat de calcul (effet de l’humidité relative sur la quantité d’eau
évaporée).

Tae HR we ws H ah e H ah s E
(°C) (%) (kJ/kg) (kJ/kg) (m3/h)
18.41 20 0.00261 0.01606 25.15 62.28 70.14
18.41 30 0.00393 0.01606 28.48 62.28 69.50
18.41 40 0.00525 0.01606 31.83 62.28 68.71
18.41 50 0.00658 0.01606 35.19 62.28 67.72
18.41 60 0.00791 0.01606 38.57 62.28 66.45
18.41 70 00.00925 0.01606 41.96 62.28 64.75
18.41 80 0.01059 0.01606 45.36 62.28 62.36
18.41 90 0.01194 0.01606 48.78 62.28 58.76

La figure (III.12) montre l’influence de l’humidité relative sur la quantité d’eau évaporée

Figure III.12 : Effet de l’humidité relative sur la quantité d’eau évaporée.

D’après ce graphe l’augmentation de l’humidité relative foisonne le surcroît de la


quantité d’eau évaporée. Par exemple pour une humidité de 30 %, nous remportons un débit
d’évaporation de 69.50 m3/h.

L’humidité relative procrée une enthalpie de l’air humide élevée à l’entrée de la tour de
refroidissement, par conséquent cela diminue l’échange massique et thermique entre l’air et
l’eau ce qui affaiblie la quantité d’eau évaporer car l’air entre à la tour pré-saturer.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 55


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

III.5.4.4 EVALUATION ECONOMIQUE


Suite à l’étude effectuée sur l’influence des conditions météorologiques et l’écart de
température désiré sur la quantité d’eau perdue par évaporation, il ressort qu’une différence de
température faible sera mieux convenable à un écart de température élevée, vu la quantité d’eau
considérable perdue qui doit être compensée par un appoint d’eau (brute et saumure).

La raffinerie utilise des quantités très importantes d’eau soit 12000 m³/j pour une
capacité de traitement 3 750 000 t/an. Les circuits de refroidissement, gros consommateurs
d’eau (45 à 65%de la consommation totale d’eau), sont de plus en plus souvent alimentés en
eau d’appoint.

Dans cette partie, nous allons étudier la possibilité d’économiser une quantité d’eau
évaporée ce qui permet de réaliser un gain concernant les quantités d’eau utilisée comme
appoint de la tour de refroidissement.

D’après les calculs effectués dans ce chapitre, pour un écart de température de 10°C, la
quantité d’eau évaporée est de l’ordre de 68.85m3/h et pour un écart de 15°C la quantité d’eau
perdue est égale à 103.28 m3/h.

Si on opte pour un écart de température de 10°C, la quantité d’eau économisée sera égale à :

𝑄𝑢𝑎𝑛𝑡𝑖𝑡é 𝑑′ 𝑒𝑎𝑢 é𝑐𝑜𝑛𝑜𝑚𝑖𝑠é𝑒 = 103.28 − 68.85 = 34.43 𝑚3 /ℎ

Soit

𝐸𝑐𝑜𝑛𝑜𝑚𝑖𝑒 𝑟é𝑎𝑙𝑖𝑠é𝑒 = 301 813.38 𝑚3 ⁄𝑎𝑛 .

1 m3 d’eau brute (KAHRAMA) coûte les environs de 86 DA, donc le gain réalisé sera égale à :

𝐺𝑎𝑖𝑛 = 301 813.38 × 86

𝐺𝑎𝑖𝑛 = 25 955 950.68 𝐷𝐴

Donc une tour de refroidissement qui fonctionne avec une ∆t = 10°C réalise un gain de
25 955 950.68 𝐷𝐴.

III.6 CONCLUSION
Les calculs effectués dans ce chapitre nous ont permet d’avoir une estimation de
la quantité d’eau économisée ainsi que le gain réalisé.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 56


Chapitre III – calcul de performance de la tour de refroidissment (RA1Z)

Une tour de refroidissement opérant avec un écart de température de 10°C sera mieux
convenable qu’une tour avec un écart plus grand, car cela nous a permet de réalisé un gain de
25 955 950.68 𝐷𝐴, on utilisant seulement trois aéroréfrigérants au lieu de cinq donc on a
économisé aussi de l’énergie électrique nécessaire pour faire fonctionner les deux autres
aéroréférgérants.

Il ne faut pas oublier que les résultats trouvés dans ce chapitre ont été obtenus sur la base
des conditions météorologiques du mois de mars 2019, c’est-à-dire la quantité d’eau évaporée
va changer selon ces conditions ainsi que la quantité d’eau économisée

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 57


Conclusion générale

58
Conclusion générale

CONCLUSION GENERAL
Dans le présent travail, nous avons étudié la performance de la tour de refroidissement
en faisant appel à des concepts approfondis de psychrométrie. Afin d’octroyer notre travail,
nous avons tenté d’étudier, d’évaluer le circonvient des différents paramètres en distinctive
la température sèche, la température humide, l’humidité relative et absolue ainsi que
l’enthalpie de l’air humide sur le bon fonctionnement d’une tour de refroidissement, cela nous
a permis d’effectuer des bilans énergétiques et massiques.

Ce travail a été une occasion de mettre en pratique nos connaissances théoriques


acquises lors de notre master. Ils nous ont permis de s'attaquer à un véritable problème qui est
le dimensionnement d’une tour de refroidissement. Deux méthodes de calcul ont été
développées pour la détermination de la performance de la tour de refroidissement de la
raffinerie d'Arzew.

La première méthode est une application directe des bilans massiques et thermiques. La
température de l'air à la sortie de la tour de refroidissement doit être connue pour pouvoir
déterminer l’enthalpie de l’air humide afin d’établir un bilan énergétique.

La deuxième méthode utilisée est celle développée par Merkel. Il a étudié le transfert
massique et thermique à l'interface du film formé entre l'eau et l'air. Les équations obtenues
sont ensuite intégrées numériquement de la température de l'eau froide jusqu'à la valeur de la
température de l'eau chaude pour déterminer le nombre d’unités de transfert (NUT).

Une évaluation économique a été effectuée dans le but de déterminer la quantité d’eau
qui peut être économisée afin de réduire les pertes dues à l’évaporation de l’eau durant le
processus de refroidissement. Les résultats ont montré qu’il été avantageux de travailler avec
un écart de température de 10°C au lieu d’un écart de température plus grand, car cela nous
permet de réaliser un gain considérable.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 59


recommandations

RECOMMANDATIONS
La réduction des prélèvements d’eau et de la consommation d’eau est la principale
exigence du système de refroidissement de la centrale électrique. Dans les systèmes de
recirculation par voie humide, l’eau de refroidissement chaude est généralement pompée du
condenseur vers une tour de refroidissement ou la chaleur est dissipée directement dans l’air
ambiant par évaporation de l’eau et chauffage de l’air.

Il y a fréquemment trois façons de réduire la consommation d’eau dans une tour de


refroidissement :

 Changement de tour de refroidissement humide en tour de refroidissement


hybride ou sèche.
 Réduction du soufflage avec l’augmentation des cycles de concentration.
 Utilisation d’un échangeur air-air sur la tour de refroidissement.

Le passage d’une tour de refroidissement humide à une tour de refroidissement hybride


ou à sec nécessite une modification de la conception des turbines à vapeur, du condenseur et
des composants associés, ainsi qu’une diminution de l’efficacité de la centrale.

La réduction de la purge et les opérations à des cycles de concentration plus élevés


augmentent les risques d’entartrage, de corrosion et d’encrassement et nécessite plus de
traitements.

L’échangeur de chaleur air-air intégré à une tour de refroidissement crée une résistance
accrue, due à l’échange de la chaleur, nécessitera une puissance supplémentaire du ventilateur
afin de maintenir le même débit dans la section de refroidissement.

La troisième méthode est plus favorable car les résultats ont montré que dans un modèle de
laboratoire, on pouvait s’attendre à une économie d’eau d’environ 35% de l’évaporation, selon
les conditions de l’air ambiant [23].

Enfin, pour garantir le bon fonctionnement de la tour de refroidissement nous préconisions de :

 Entretenir régulièrement le garnissage ainsi que les diffuseurs d’eau qui ont une
influence primordiale sur le rendement de la tour en augmentant le temps de séjour et le
temps de contact air-eau.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 60


recommandations

 Prétraiter l’eau des circuits de refroidissement afin de prolonger la durée de vie des
installations et des échangeurs thermiques.
 Suivre régulièrement la qualité d’eau de refroidissement pour éviter les pertes d’eau et
produits chimiques dues à la purge de déconcentration.
 Régulier le débit d’air en employant un moteur de ventilateurs de transmission variable
de vitesse et ajuster également l’inclinaison des pales.
 Réutiliser les eaux de rejets parvenant de la zone 27 comme appoint au niveau de la tour
de refroidissement afin de minimiser l’utilisation d’eau d’appoint provenant de
ressources externes à la raffinerie.
 Réutiliser les eaux saumâtres comme une eau d’appoint des deux évaporateurs 32B101
et 32B102 vue la bonne qualité qu’elles présentent qui répond aux spécifications de la
norme d’eau bruts dans le but de réduire les dépenses en eau d’appoint.

Etude de performance de la tour de refroidissement 33E101 61


BIBLIOGRAPHIE
[1] MALEK Faiza. ABDELLACHE Khelidja, suivi et évaluation des performances des deux
unités de traitement des effluents liquides de la raffinerie d’Arzew. Mémoire master, université
M’Hamed Bougara, Boumerdas, 20016/2017.

[2] OTMANE Fatima. SI-TAYEB Atika, valorisation des effluents traités à l’unité 27 comme
eau d’appoint de la tour de refroidissement de la raffinerie d’Arzew, magistère raffinage et
pétrochimie, institut algérien du pétrole Boumerdes, 2014.

[3] Manuel opératoire utilités 1, M-PROD-1, raffinerie d’Arzew, SONATRACH

[4] manuel de fonctionnement et de maintenance turbine à gaz MS5001PA DLN, multiplicateur


de vitesse et générateur électrique, GE OIL & GAS, 2018.

[5]La fourniture d’une solution globale pour le conditionnement de l’eau de refroidissement


des circuits des utilités1 et 2 de la raffinerie d’Arzew, Manuel d’exploitation, raffinerie
d’Arzew, SONATRACH et NALCO champion, 2015.

[6] J.R Picardo. J.E Variyar, the merkel equation revisited: A novel method to compute the
packed height of cooling tower, article, School of Mechanical and Building Sciences, VIT
University, Vellore 632 014, Tamil Nadu, India.

[7] MEHDI Rahmatia. SEYED Rashid Alavi. Mohammad Reza Tavakoli, Experimental
investigation on performance enhancement of forced draft wet cooling towers with special
emphasis on the role of stage numbers, article, Department of Mechanical Engineering, Isfahan
University of Technology, Isfahan 84156-83111, Iran.

[8] Merkel F. Verdunstungskühlung. VDI-Zeitchrift 1925;70:123–8.

[9] Jaber H, Webb RL. Design of cooling towers by the effectiveness-NTU method. ASME J
Heat Transfer 1989 ; 111:837–43.

[10] Commission Européenne, Systèmes de refroidissement industriels, Version I, Décembre


2001.

[11] J.NICOLAS, «Base de calcul pour le dimensionnement d'une tour de refroidissement,»


European Journal, pp. 19-29, 1991.

62
[12] Iffis Tayeb. Amimeur Silia, étude numérique d’une tour de refroidissement humide à
contre-courant, mémoire master, université A. MIRA-BEJAIA, 2016/2017.

[13] D. Hantz, Les différents procèdes de refroidissement d’eau dans les installations
industrielles et tertiaires, Guide technique, CETEAT, France, 2015.

[14] M. Sharqawy, J. Lienhard, S. Zubair. , On Thermal Performance of Seawater Cooling


Towers, journal of engineering for gas turbines and power, APRIL 2011.

[15] P. Lemoine, Réfrigérants atmosphériques, Technique de l’ingénieur B 2481, 2009.

[16] E. Desaulniers, J. F. Menard, S. Tardivet, Tour de refroidissement ou réfrigérant

Atmosphérique, Design détaillé - Tour de refroidissement.

[17] Rouane Islam, Les eaux de refroidissement industriel cas E.N.I.C.A.B (Wilaya de Biskra)
et impact sur l’environnement, mémoire de master, Université Mohamed Khider, Biskra, juin
2016.

[18] Duvivier. L, (2006). Traitement des eaux de refroidissement, Ed TEC & DOC, Paris.

[19] D. G.Kroger, Air-cooled heat exchangers and cooling towers, 2004

[20] D. R. BAKER, A comprehensive approch to the analysis of cooling tower performance,


Heat transfer, 1961.

[21] J.Wuithier, Raffinage et Génie chimique Tome 2, PARIS : Edition Technip, 1972.

[22] Perry's, Chemical Eneginner Handbook 8th, 2007.

[23] M. Deziania, Kh. Rahmani, S.J. Mirrezaei Roudaki, M.Kordloo, Feasibility study for
reduce water evaporative loss in a power plant cooling tower by using air to Air heat exchanger
with auxiliary Fan, Energy and Mechanical Engineering Department, Abbaspour College of
Engineering, Shahid Beheshti University, P.O. Box.16765-1719, Tehran, Iran.

63
ANNEXES

64
ANNEXE 01
Tableau 01 : Caractéristiques physico-chimiques des eaux d’appoint. [5]
CIRCUIT 1 (zone03) CIRCUIT 2 (zone19)
EAU DE SAUMURE EAU SAUMURE ISSUE
ISSUE D’EAU D’EAU
BARRAGE DESSALEE EAU DE EAU EAU EAU DE
2mois/12 10mois/12 BARRAGE DESSALE DESSALEE BARRAGE
E 2mois/12 10mois/12
pH à 25 6 - 7.2 7 – 7.5 6.8 – 7.8 8.2 – 8.6 4–8 3–8
°C
Conducti 2500 – 3300 250 - 500 1400 - 1800 100 - 200 150 – 550 2500 - 4500
vité
𝝁S/cm
TH °F 65 - 80 10 - 15 45 - 50 6 - 10 4 – 20 20 - 130
TAC °F 2–4 3-5 10 - 15 6 - 10 2max 2-6
Calcium 40 - 50 10 – 15 28 - 35 5 - 10 7 – 20 40 – 70
°F
Chlorure 40 - 55 5 – 10 25 - 32 0-5 1–3 20 - 80
°F

ANNEXE 02
Tableau 02 : Données calculé par SONATRACH et NALCO Champion. [5]
Données C/C SONATRACH Données calcul NALCO
Rapport Volume Débit Rapport Volume Débit
concentration (m3) appoint concentration (m3) appoint
(m3/h) (m3/h)
CIRCUIT 1.5 à 1.8 3000 150 à 200 1.8 3000 150
1
CIRCUIT 2.8 à 3.2 1500 30 à 60 3.0 1500 35
2

65
ANNEXE 03
Tableau 03 : Synthèse des programmes de traitement des circuits 1 et 2. [5]
Eau de saumure issue Eau de saumure issue
d’eau d’eau
dessalée ou eau dessalée de barrage ou eau de
(10 mois/12) barrage (2 mois/12)
Rapport de concentration <8 < 2,5 (CT 2) - < 2,0 (CT 1)
Consigne de régulation du 8,0 – 8,3 7,9 – 8,2
pH
Nalco 3DT 227C 50 ppm en continu (pompe doseuse)
Eau de Javel 12% (non 2x/semaine en injection manuelle choc
fournie)
Acide sulfurique En continu pour régulation En continu pour régulation
(non fourni par NALCO) pH (pompe doseuse) pH (pompe doseuse)
Biocide 7330 1 X/2 semaine en injection manuelle choc
Bio détergent 73550 1 X/semaine en injection manuelle choc
Dispersant 7313 En injection manuelle choc en cas de fuite d’hydrocarbure
(10 chocs/an inclus)

ANNEXE 04
Figure 01 : application numérique diagramme psychrométrie

66
ANNEXE 05

Figure 02 : PFD du tour de refroidissement 33E101.

67