Vous êtes sur la page 1sur 2

Message du Cheikh Ibrahim NIASS destiné aux étudiants qui se rendaient

au Caire(Égypte
Caire(Égypte)
Égypte) pour y poursuivre leurs études.

Louange à Dieu qui a recommandé aux croyants de se rappeler mutuellement. Dieu a


dit dans le Coran : « Et rappelle ; car le rappel profite aux croyants ». (LI. 55)

Paix et salut soient sur le meilleur des créatures qui précise que l’Islam est une religion
d’échange de vues et de conseils.

Ceci dit, à l’occasion du départ des étudiants du Sénégal, je m’adresse à la mission


scientifique et aux candidats en quête du savoir qui vont se rendre au Caire, « Asimat al ilm »
(Capital du savoir islamique) : en leur recommandant de ne ménager aucun effort dans leur
recherche du savoir et l’approfondissement de leurs connaissances.

Je vous conseille de vous attacher profondément aux sublimes principes de l’Islam.


Ceux-ci consistent à craindre Dieu aussi bien du point exotérique que sur le plan ésotérique
tout en vous confiant de veiller régulièrement à Son omniprésence : et ce en toute
circonstance à la mesure de vos capacités. Je vous exhorte à la dévotion totale au Coran, de
manière à ce que le Livre Saint soit constamment sous vos yeux : car Dieu le Très Haut nous a
fait don de Sa grâce d’avoir la possibilité de mémoriser par cœur cette éminente constitution
(le Coran) qui nous garantit le bonheur éternel. Je vous mets donc en garde de ne l’échangez
guère contre rien au monde : « Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon ?»
(II.61).

En fait j’avais débuté cette lettre en mettant l’accent sur la crainte révérencielle de
Dieu, car la dévotion est la clé du savoir. Ne vous laissez pas séduire par le temporel au
détriment du spirituel. Si le matérialisme a ses propres adeptes, le spiritualisme a également
les siens. Dès lors il est impératif d’éviter toute ressemblance avec certaines personnes de
cette époque, ceux-là même qui ont été submergés par le matérialisme : ceux qui se
ressemblent s’assemblent.

Si vous vous mettez au service de la religion en participant activement au


développement du monde, vous ferez le meilleur choix, sinon consacrez vous exclusivement
au service de l’Islam. Approfondissez vos connaissances en matière de religion. J’espère, voir
parmi vous, des soufis dotés d’une maîtrise parfaite des diverses connaissances. Maitrisez
bien tout ce que vous apprenez afin de retourner au pays, et que, parmi vous, se comptent des
juristes, des prédicateurs, des leaders, des muftis, des enseignants, des écrivains, des
éducateurs parfaits et dispensateurs de perfection.

J’en appelle à votre conscience pour vous éviter toute atteinte à votre honneur par des
actes de bassesses notamment, des vices qui conduisent à l’Enfer. (Quel mauvais sort que
représente en effet cet Enfer!)

Je vous rappelle que la préséance revient à l’Islam puis au patriotisme car l’amour
pour la patrie est aussi un signe de croyance.

1
Je vous mets en garde contre la consommation du tabac, car la cigarette incarne
elle-même la souillure de par son nom, sa forme et son aspect. De surcroît elle est
détestée par les Anges ; d’ailleurs ceci est si visible à l’œil nu qu’il n’a même pas besoin
d’explication. Je vous invite à consommer ce qui est licite. Et si je vous ai interdit un certain
nombre de choses que d’autres oulémas ont (eux) autorisées, il est dans votre intérêt de vous
en abstenir, d’autant plus que ceci est textuellement interdit ou déconseillé par la Charia.

La crainte en Dieu consiste en l’obéissance à Ses ordres et en la non violation de Ses


limites. Préservez-vous contre tout contact avec les mauvais compagnons et surtout les
mauvaises. Imam Malick affirmait qu’il n’avait jamais fréquenté des débiles. C’est ainsi que
je m’adresse à vous en ces termes : « dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es ». Dieu
a dit dans le Coran : « Par le temps! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient
et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent
mutuellement l’endurance ». (CIII)

Je vous assure que je reste toujours pour vous un père affectueux et un soutien dans
tous les domaines tant sur le plan matériel que sur le plan mental aussi longtemps que vous
vous rassemblez en une seule et unique force. Chacun d’entre vous doit être le soutien de son
prochain. Celui qui se met à l’écart du groupe sera isolé de ma personne.

Sachez que j’ai demandé à Dieu que vous soyez tous des saints et Dieu a exaucé ma
prière. Je vous ai donné tous, dès votre naissance, le nom de ma source de bonheur, mon bien
aimé et le bien aimé de Dieu : Muhammad ben Abdullah; serviteur de Dieu et son envoyé.
Que Dieu Lui accorde sa Prière et son Salut. Nazirul umma, Mahil kufr, Hadyl bachar,
Aminul wahay, Aqibur rusl, Al hassane, Al Maky, et Al mamun.

J’espère que vous ne choisirez que le chemin que je vous ai tracé : celui que mon père
avait tracé pour moi. Je vous demande de ne pas réserver vos talents pour votre propre
personne, mais plutôt d’en faire bénéficier votre communauté, votre pays, enfin le monde
entier.

Je prie Dieu d’assurer protection de votre religion, votre honnêteté et


l’accomplissement de vos œuvres.

Et je prie Dieu seul qu’Il vous guide vers le droit chemin.

El Hadji Ibrahima ibn Al Hadji Abdoulahi


NIASS à Médina Kaolack en 1963.

Traduction assurée par Babacar et Seydy Aly Niass

Vous aimerez peut-être aussi