Vous êtes sur la page 1sur 4

Examen National Du Brevet De Technicien Supérieur

Spécialité/Option : TÉLÉCOMMUNICATION (TEL)


Correction épreuve : Réseaux
PARTIE A : GÉNÉRALITÉS
A.1 Le processus d’encapsulation
Le paquet est l’unité de base des informations transférées sur un réseau, consistant au minimum
d’un en-tête avec les adresses des hôtes émetteur et récepteur et d’un corps avec les données à
transférer. Lorsque le paquet traverse la pile de protocoles TCP/IP, les protocoles de chaque
couche ajoutent ou suppriment des champs de l’en-tête de base. Lorsqu’un protocole sur l’hôte
émetteur ajoute des données à l’en-tête du paquet, le processus s’appelle encapsulation de
données.

A.2 Tableau du modèle OSI


N° Nom de la couche Unité de données de protocole
1 Physique Bit
2 Liaisons de données Trame
3 Réseau Paquet
4 Transport Segment
5 Session Données
6 Présentation Données
7 Application Données

A.3 Pour connecter un PC avec un routeur on utilise un câble croisé.


A.4 Une adresse MAC est composée de 48 bits.
A.5 Les couches du modèle TCP/IP sont : Accès réseau, réseau, Transport et Application.
A.6 Différence entre multiplexeur et concentrateur
Le multiplexeur ne se limite pas, comme le concentrateur, à gérer les lignes de transmission, car
il assume aussi la fonction d’entrelacer les informations pour l’exploitation optimale des liaisons.
A.7 les fonctions du routeur
 Rôle de passerelle par défaut grâce à son numéro IP publique (externe)
 Rôle de partage de connexion grâce à son numéro IP privée (interne)
 Rôle de serveur DHCP
 Rôle d’adaptation et gestion du trafic au niveau réseau.

1
PARTIE B: RESEAUX ETENDUS
B.1.1 le temps moyen approximatif pour transférer le fichier
T1 = 300 x 220 x 8 / 1024 x 103 ≈ 2458 = 40 mn 58 s
B.1.2 le temps effectif de transfert du fichier

Nombre de blocs = 300 x 220 / 1460 = 215461


Pour chaque bloc, il faut rajouter 20+20+30 = 70 octets d’en-tête
T2 = 215461 x (1460+70) x 8 / 1024 x 103 ≈ 2575 s = 42 mn 55 s

B.1.3 Le temps de transfert de fichier peut être significativement allongé

B.1.4 Il s’agit du débit sur la ligne, donc au niveau physique. Le débit utilisateur obtenu au
transfert de fichier par exemple, peut être légèrement inférieur si le réseau est parfait et que l’on
tient compte que de la surcharge due aux en-têtes.

B.2 les composants d’un réseau WIFI


 Le point d’accès
 Les périphériques sans fils

B.3 méthodes de communication supportées dans un réseau wifi


 Mode infrastructure
 Mode ad-hoc

B.4 a) définir
PDH : Plesiochronous Digital Hierarchie (hiérarchie de multiplexage numérique)
SDH : synchronous Digital Hierarchie (hiérarchie de multiplexage numérique)

b) le PDH et le SDH sont les réseaux hauts débit car on parle de réseau haut débit pour un
réseau ayant un débit supérieur à 30Mbps

c) Quatre différence entre PDH et SDH


PDH SDH
1 L’horloge de référence n’est pas L’horloge de référence est synchronisée
synchronisée dans tout le réseau dans tout le réseau
2 Le système PDH a différents structures de la Le système SDH a des structures de trame
trame à différents niveaux hiérarchique cohérentes dans toute la hiérarchie.
3 Le débit de base est de 2Mbps en E1 et un Le débit de base est de 155,52 Mbps pour
débit max de 560 Mbps. un débit maximal de 40 Gbps
4 Le PDH est incompatible avec les autres La SDH est compatible avec les autres
signaux comme ATM, FDDI etc… signaux comme ATM, FDDI etc…

5 Le coût de l’implémentation est très faible. Le coût de l’implémentation de la SDH est


très élevé.
2
B.5 a) il n’est pas optimal de mettre en place un réseau filaire parce que :
- les villes n’ont pas un relief favorable à la pose d’un réseau filaire
- le coût de la mise en place d’un pareil réseau est trop élevé.

b) le nombre de BTS à mettre en place respectivement à Douala et Yaoundé

Standard Bande de fréquence Débit Portée


WiMax fixe (IEEE 802.16-2004) 2 – 11 Ghz (3.5 en Europe) 75 Mbits/s 10 Km

 Surface d’une BTS = π R² = 10 x 10 x 3.14 = 314 Km²

A Yaoundé et Douala nous aurons respectivement besoin de 01 BTS dans chaque ville.
B.6 Dans le mode infrastructure, la communication est effective grâce au point d’accès alors
que en mode ad-hoc il y’en a pas pour une communication.

PARTIE C: TECHNOLOGIE IP
C.1.1 cette table de routage nous permet de déduire que c’est une topologie en bus.
C.1.2 Nous avons 07 sous réseaux.
C.1.3 le plan d’adressage
Sous réseau Masque Premier hôte Dernier hôte @ diffusion
192.5.5.0 255.255.255.0 192.5.5.1 192.5.5.254 192.5.5.255
201.100.11.0 255.255.255.0 201.100.11.1 201.100.11.254 201.100.11.255
204.204.7.0 255.255.255.0 204.204.7.1 204.204.7.254 204.204.7.255
223.8.151.0 255.255.255.0 223.8.151.1 223.8.151.254 223.8.151.255
219.17.100.0 255.255.255.0 219.17.100.1 219.17.100.254 219.17.100.255
199.6.13.0 255.255.255.0 199.6.13.1 199.6.13.254 199.6.13.255
210.93.105.0 255.255.255.0 210.93.105.1 210.93.105.254 210.93.105.255

C.1.4 Ce réseau utilise un routage dynamique à vecteur de distance.


C.1.5 Le protocole de routage utilisé dans ce réseau est le protocol RIP (Routing Internet
Protocol)
C.1.6 La distance administrative dans un protocole de routage est un chiffre compris entre 0 et
255. Que le routeur compare entre chaque protocole de routage pour choisir le meilleur protocole
pour acheminer ses paquets. La distance administrative la plus petite est le protocole préféré que
le routeur va choisir.

 Dans cette table de routage cette distance administrative est de 120.


C.1.7 les paramètres TCP/IP d’un PC sur le sous réseau 192.5.5.0 / 24
 @ machine 192.5.5.2 à 192.5.5.254
 @du masque sous réseau 255.255.255.0
 @ passerelle 192.5.5.1

3
C.2.1 La colonne 2 correspond au débit au niveau de la couche physique ou débit « signal ».
La colonne 3 correspond au débit réel mesuré au niveau MAC.
C.2.2 En WIFI, les débits sont liés à la qualité du signal : l’émetteur adapte son débit en fonction
de la puissance du signal reçu de la part du récepteur pour continuer à transmettre sans erreur.
Ce débit est fonction de la distance, du nombre de mur ou de cloisons traversés, de la nature de
ces cloisons, des obstacles (meubles, personnes…)

C.2.3 la technique utilisée est MIMO (Multiple Input Multiple Output). Le principe de base est
d’utiliser plusieurs antennes en émissions et plusieurs antennes en réceptions sur le même canal.