Vous êtes sur la page 1sur 5

Réclamation gracieuse Réclamation contentieuse

Les ressemblances
Il y a obligation de saisir l’administration
fiscale
Il s’agit du redevable légal Commenté [u99]: Celui qui a la charge de reverser
l’impôt. Différent de celui qui supporte le poids de
Cette action peut aussi revenir au détenteur du l’impôt.
mandat
Ou aux représentants légaux de l’entreprise Commenté [u100]: Qui perçoivent des indemnités de
représentation (allocations spéciales ; article 31 du CGI)
Les dissemblances Elles ne servent pas à recevoir les clients de l’entreprise
à son domicile.
Le référentiel légal

Les objets ou domaines respectifs


La forme de la réclamation contentieuse

a) Les ressemblances
Il y a obligation de saisir l’administration qui a assis les impositions (la saisine).

La règle veut que quelque soit la nature de la réclamation, le contribuable qui entend obtenir : Commenté [u101]: Il s’agit à titre principal du
redevable légal lui même.
- soit la réparation des erreurs commises dans l’assiette de l’impôt ou
- les erreurs de liquidation des impositions, ou
- le bénéfice d’un droit résultant d’une disposition législative ou réglementaire, ou
- qui après avoir reconnu le bien fondé des impositions souhaite infléchir la position de
l’administration.

Ce contribuable doit saisir en 1er lieu les services fiscaux compétents qui ont assis les
impositions querellées.

Il s’agit du redevable légal lui-même, c'est-à-dire celui dont le nom figure sur ou dans le titre Commenté [u102]: Celui qui a la charge de reverser
l’impôt. Différent de celui qui supporte le poids de
de perception ou dans l’avis de mise en recouvrement. l’impôt.

Cette action peut aussi revenir au détenteur du mandat (mandataire). Celui qui dispose du
mandat peut donc agir (article L 116). Commenté [u103]: Ceci pour lutter contre les
marchands à mallette.
Également les représentants légaux de l’entreprise, c'est-à-dire : Commenté [u104]: Qui perçoivent des indemnités de
représentation (allocations spéciales ; article 31 du CGI)
Elles ne servent pas à recevoir les clients de l’entreprise
- Président du conseil à son domicile.
- Directeurs généraux
- PCA
- DG et toute personne habileté à ester en justice pour le compte de l’entreprise.

b) Les divergences

i. Le référentiel légal
La réclamation contentieuse est régie par les dispositions des articles L 115 à L 124 du
LPF en ce qui concerne la phase administrative ; et les articles L 126 à L 140 en ce qui
concerne la phase juridictionnelle de la réclamation contentieuse.

En ce qui concerne la réclamation gracieuse, il s’agit des articles L 141 à L 146 du LPF.
Ce recours s’arrête au niveau du Ministre.

Réclamation contentieuse Réclamation gracieuse

Phase administrative Phase juridictionnelle

L 115 – L 124 L 126 – L 140 L 141 – L 146

ii. Les objets ou domaines respectifs


 Réclamation contentieuse

L’objet ici est d’attaquer l’administration par les moyens de droit au niveau de la réclamation
contentieuse.

Le contribuable tente ainsi d’obtenir réparation des erreurs commises à son détriment
dans l’assiette et le calcul des impositions ; ou tente d’obtenir le bénéfice d’un droit
résultant d’une disposition législative ou réglementaire (article L 115 du LPF).

Réclamation contentieuse L 115 Réclamation gracieuse


tente ainsi d’obtenir réparation des erreurs tente d’obtenir la remise ou la modération des
commises à son détriment dans l’assiette et le impôts directs établis
calcul des impositions
tente d’obtenir le bénéfice d’un droit résultant d’une demandes de remise ou de modération d’amendes ou
disposition législative ou réglementaire de majorations d’impôts, lorsque les pénalités et les
intérêts de retard et le cas échéant les impositions
principales sont devenus définitifs
les demandes en décharge de responsabilité
les demandes de receveurs des impôts visant à
l’admission en non-valeur des cotes
irrécouvrables ou une décharge en
responsabilité.

 Réclamation gracieuse

En réclamation gracieuse, le contribuable après avoir reconnu le bien fondé des impositions,
tente d’obtenir la remise ou la modération des impôts directs établis en cas de gêne ou
d’indigence le mettant dans l’impossibilité de se libérer de sa dette fiscale.

Cette juridiction gracieuse peut connaitre également des demandes de remise ou de


modération d’amendes ou de majorations d’impôts, lorsque les pénalités et les intérêts de retard
et le cas échéant les impositions principales sont devenus définitifs.

Cette juridiction est compétente pour connaitre les demandes en décharge de


responsabilité incombant à certaines personnes quant au paiement des impositions dues par
un tiers.

Enfin, cette juridiction gracieuse statue également sur les demandes de receveurs des impôts
visant à l’admission en non-valeur des cotes irrécouvrables ou une décharge en
responsabilité.

Aucune remise ou modération ne peut être accordée sur des impôts sur le chiffre d’affaires
et les impôts collectés auprès des tiers pour le compte du Trésor public, ainsi que leurs pénalités. Commenté [u105]:
Conseil :
Vérifier que la restriction ne concerne que les impôts
sur le chiffre d’affaires.
iii. La forme de la réclamation contentieuse
À peine de nullité, la réclamation contentieuse doit remplir les conditions prévues à l’article
L 116 nouveau. Ces conditions sont les suivantes :

- Formalisme rigoureux :
o Être signée du réclamant ou de son mandataire, ou du responsable ayant
compétence pour ester en justice ;
o Être timbrée ;
o Mentionner la nature de l’impôt, l’exercice d’émission, le numéro de l’avis de
mise en recouvrement et le lieu d’imposition ;
o Contenir l’exposé sommaire des moyens et les conclusions de la partie Commenté [u106]: Les moyens de fait et les moyens de
droit
o Être appuyée des pièces justificatives de paiement de la partie non contestée
Commenté [u107]: Commencer par la base
des impôts d’imposition.
Toujours mentionner le montant d’imposition contesté.
- En ce qui concerne la réclamation gracieuse, il y a simplification de formalités :
dispense des timbres (article L 143).

Mardi janvier 2016

Les points à surveiller sont :

4. Les délais
Lorsque vous constatez une surimposition ou une imposition à tort, vous devriez saisir les services
compétents dans un délai de 30 jours à compter de la date de réception de l’AMR ou de la prise
de connaissance certaine de l’imposition. Cette prise de connaissance se traduit par :

- La lettre à vos observations

Le délai général du contentieux est de 90 jours. Lorsqu’on vous a facturé les impôts à tort, vous
avez 30 jours, mais en général cela peut aller jusqu’à 60 jours.

Toute procédure contentieuse commence avec la saisine du Ministre.

La phase contentieuse a 2 étapes :

- le Chef de Centre Régional des Impôts territorialement compétent pour les


réclamations de montant inférieur ou égal à cinquante (50) millions de francs CFA en
principal ;
- le Directeur chargé de la gestion des Grandes Entreprises pour les réclamations
n’excédant pas cent (100) millions de francs CFA en principal ;

Les autorités doivent nous répondre dans 30 jours.

Si nous ne sommes pas satisfaits, nous pouvons saisir le Ministre (article L 119).

Lorsqu’on saisit le Ministre, l’objet est « Recours gracieux préalable » qui annonce une
procédure contentieuse en cas de réponse non favorable ou alors aucune réponse.

5. Les seuils de compétence (réclamation contentieuse)


- Directeur régional et DGE ; maximum = 50 000 000 F
- DGI ; maximum = 100 000 000 F
- Ministre = en cas de non réponse de ces derniers, ou alors si le montant dépasse les
précédents seuils de compétence

Réclamation contentieuse L 116-3 Réclamation gracieuse L 145


Chef de Centre Régional des impôts ≤ 50 000 000 F CFA Chef de Centre Principal ou DGE ≤ 30 000 000 F CFA
Directeur de la DGE ≤ 100 000 000 F CFA DGI ≤ 100 000 000 F CFA
DGI  100 000 000 F CFA MINFI  100 000 000 F CFA
MINFI : lorsque toutes les voies antérieures ont été épuisées

Pour la saisine du Ministre

Votre recours gracieux préalable doit remplir les conditions prévues à l’article L 119. Pour
rédiger le recours gracieux préalable, il faut réclamer l’identité de la réclamation. La requête doit
contenir sous peine de nullité :

- Votre signature
- Un timbre
- La demande doit être présentée dans un délai de 30 jours à partir de la notification des
décisions des autorités inférieures (DGE, Directeur Régional, DGI)
- La nature des impositions
- La date…